Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2014

Sur vos écrans en 1967

EDITORIAL :

Par Edouard S.

vaudou00.jpgVingt-quatre ans. C'est le temps qu'il aura fallu attendre pour découvrir sur nos écrans Vaudou / I walked with a zombie, sans doute le chef d'œuvre de la paire Lewton-Tourneur. Le meilleur film de l'année est donc, selon nous, un film de 1943.
Un "vieux" film américain en tête de notre classement : la chose est assez piquante quand on sait à quel point ces douze mois ont vu s'accentuer encore la tendance observée depuis quatre ou cinq ans. Hollywood ne parvient en effet toujours pas à trouver un nouveau souffle et les réussites qui en proviennent n'ont jamais été aussi peu nombreuses dans le haut de notre tableau (et encore, leur nombre fut augmenté par d'autres arrivées tardives, celle d'un Joseph Losey de 1948, d'un Don Siegel de 1955 et d'un Samuel Fuller de 1957). Le grand cinéma classique américain n'en finit plus d'agoniser, ne semblant plus réserver que quelques beaux fruits tardifs (El Dorado ou l'art de la reprise par Howard Hawks).

Cet affaissement s'effectue alors que Nouvelle Vague et autres Free Cinema ont propagés leurs effets en trainées de poudre un peu partout ailleurs. Aux quatre coins du monde (même si l'Asie reste cruellement aux abonnés absents pour la distribution), de jeunes cinéastes s'expriment avec une audace et une liberté jusque là inconnues, plaçant soudain leur pays sur la carte du cinéma, parfois à eux seuls. Quel plaisir d'accéder enfin à ces nouveaux horizons, d'apprendre ces nouveaux noms aux consonances toutes autres qu'anglo-saxonnes, d'être surpris et parfois soulevés par les films des polonais Skolimowski et Kawalerowicz, du soviétique Kontchalovski, des tchécoslovaques Chytilova et Passer, du suédois Widerberg, du danois Carlsen, de l'allemand Kluge, des brésiliens Rocha et Guerra, du hongrois Jancso (on nous dit que ce dernier a tourné cette année pas moins de deux chefs d'œuvres coup sur coup, Rouges et blancs et Silence et cri, que nous découvrirons bientôt) ! D'autres collaborateurs que moi vous diraient sans doute que cette effervescence n'est pas uniquement géographique mais concerne aussi les genres, comme le montre la santé actuelle de l'horreur britannique et du western italien.

Place aux jeunes donc, mais les Maîtres ont su eux aussi donner de la voix, et comment ! Buñuel et Bergman ont offert deux de leurs meilleurs films, en tout cas, assurément, parmi les plus importants de leur carrière. Antonioni, a fédéré comme jamais il n'avait réussi à le faire en peignant la folie du Swingin' London dans Blow-up. Il est reparti de Cannes avec la Palme d'or en poche et nous pouvons noter, à ce propos, une fois n'est pas coutume, la pertinence des récompenses données cette année au fil des grands festivals.

Du côté de nos cinéastes hexagonaux, Jacques Demy a bien failli être sacré chez nous pour la deuxième fois grâce à ses merveilleuses Demoiselles de Rochefort. Voici réalisé pour de bon ce rêve insensé d'une comédie musicale à la française, résultat d'efforts salués par Gene Kelly lui-même.
La nature d'une vague, fut-elle nouvelle, est d'avoir des hauts et des bas. 1967 fut l'année de Rohmer et de Rivette (sa magnifique "Religieuse de Diderot" a réussi l'exploit d'attirer 2,9 millions de spectateurs, succès réconfortant, venant après des mois de bataille juridique contre la censure cléricale et politique) plutôt que de Chabrol, encore assez décevant, ou de Truffaut, absent des écrans. Godard, lui, ne s'est pas ménagé : pas moins de quatre films sont sortis sous son nom. De plus en plus radical, son geste de cinéaste peut éblouir mais divise encore et encore. Il semblerait qu'il puisse toutefois compter pour l'éternité sur le soutien des Cahiers du Cinéma qui lui ont réservé cette année trois des dix premières places de leur référendum.

Quant à nos "Maîtres" à nous, ils se nomment Bresson, Tati et Melville, trois hommes poussant leur cinéma respectif chacun vers sa pointe extrême avec Mouchette, Playtime et Le Samouraï, au risque d'agacer certains au plus haut point. Nous avouerons être assez fier, cependant, de proposer à Zoom Arrière le même grand écart de notes pour Playtime que pour Oscar d'Edouard Molinaro. Et d'ailleurs, il faut dire aussi que, quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, le roi de 67 aura été sans contestation possible Louis De Funès. Les chiffres du box-office sont à ce sujet des plus éloquents.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 134 longs métrages (sur les 404 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Vaudou (Tourneur) **** **** **** **** **** **** ** ***   ****
Les Demoiselles de Rochefort (Demy) **** **** **** **** **** **** **** *** * ****
Persona (Bergman) *** **** * **** **** **** **** **** **** ****
Belle de jour (Buñuel) **** **** ** **** **** **** *** *** **** ****
Playtime (Tati) **** **** ° **** **** *** *** **** ** ****
Mouchette (Bresson) **** **** ° **** ****   ** **** **** ***
Le Samouraï (Melville) *** ** ** *** **** **** ** **** * ****
Blow-Up (Antonioni) *** **** ° ** *** **** **** ** **** ***
El Dorado (Hawks) ***   **** ** *** **** *** ***   ***
La Collectionneuse (Rohmer) *** *** ** *** * **** ** **** ****  
Quarante Tueurs (Fuller) ***   ** *** ** **** ** ** **** ****
Pharaon (Kawalerowicz)         *** ****       ***
L'Invasion des profanateurs de sépultures (Siegel) ***   ** ** *** **** ** ** *** ****
Voyage à deux (Donen) ***   *** ** ** *** *** ** *** ****
La Religieuse (Rivette) ** **** ° *** **** ****   ** ***  
Le Départ (Skolimowski) ***       ***     *** ***  
Le Garçon aux cheveux verts (Losey) *** *** ****   *** ***
* **   ***
Frankenstein créa la femme (Fisher)           ***       ****
Le Premier Maître (Kontchalovski) ***       ****          
Le Temps du massacre (Fulci)           ***       ****
Accident (Losey) **   **** **   **** ** **    
Week-End (Godard) **** *** ° ****     ** *** *** *
Deux ou trois choses que je sais d'elle (Godard) **** *** * **   ** ** *** **** *
La Chinoise (Godard) **** *** *** ** **** ** ** * *** °
Les Douze Salopards (Aldrich) **   *** ** * *** * *** *** ***
Les Petites Marguerites (Chytilova) ***   ° ** *** ****        
Elvira Madigan (Widerberg) ** ***     ***       **  
Mise à sac (Cavalier) **   ***     **       ***
Eclairage intime (Passer) ***   ***   **          
Hombre (Ritt)           ***     *** **
Les Mauvaises Fréquentations (Eustache) ***       ***          
Un ange pour Satan (Mastrocinque)           ***       ***
Marie et le curé (Medveczky, cm) ****                  
Made in USA (Godard) *** *** ° *** ***   **   *** °
La Comtesse de Hong Kong (Chaplin) *** *** ***   ** * ** *    
La Bombe (Watkins)   *** °   ** ***   *** **  
Propriété interdite (Pollack) **   **     **   **   ***
Trains étroitement surveillés (Menzel) **   **   * ****   **    
Jerry la grande gueule (Lewis) ****     * **         **
Luke la main froide (Rosenberg) **         ***   * ***  
L'Enfer de la corruption (Polonski) ***   *     ***        
Le Dieu noir et le diable blond (Rocha) ***   °     ****        
Qui a peur de Virginia Woolf ? (Nichols) * **       *** ** * ***  
La Canonnière du Yang Tsé (Wise) **       ** **   *   ***
Chuka le redoutable (Douglas)     ***             **
Jeu de massacre (Jessua) **       ***          
L'Affaire Al Capone (Corman)           **       ***
La Chasse au lion à l'arc (Rouch) ***           **      
Le Pistolero de la rivière rouge (Thorpe)           **       ***
Le Théâtre de Monsieur et Madame Kabal (Borowczyk) **             ***    
Os Fuzis (Guerra)       ** ***          
Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur (Hill)         ** ***        
Un homme de trop (Costa-Gavras) **                 ***
Le Scandale (Chabrol) **     ** ** **        
Les Compagnons de la marguerite (Mocky) *     **       **   ***
La Grande Combine (Wilder) *   ** *** **   * **    
Le Voleur (Malle) *   ° *** ** ***   **    
Les Aventuriers (Enrico) *   *     **   **   ***
Trans-Europ Express (Robbe-Grillet)       **   ***   *    
Anita G (Kluge)         ***          
Chefs-d'œuvre de Walt Disney                   ***
La Faim (Carlsen)         ***          
Le Jardin des tortures (Francis)                   ***
Le Marin de Gibraltar (Richardson)           ***        
Loin du Vietnam (Godard, Ivens, Klein, Lelouch, Resnais, Varda, Pic & Marker)   ***                
Sept Fois femme (De Sica)                   ***
Trois Jours et un enfant (Zohar)           ***        
Casino Royale (Huston, Hughes, Guest, Parrish & McGrath) °     *   **   **   ****
Le Voyage fantastique (Fleischer)     ** ** * ** * *   **
Invasion planète X (Honda)       *           ***
L'Opération diabolique (Frankenheimer) ***   *              
La Route de l'Ouest (McLaglen)           **       **
Le Retour de Ringo (Tessari)     °             ****
On ne vit que deux fois (Gilbert) *   *     **   *   ***
Le Vieil Homme et l'enfant (Berri) ** ** *   ** *   *    
La Femme reptile (Gilling)       *   **       **
Opération San Gennaro (Risi) *         **       **
Qu'as-tu fait à la guerre papa ? (Edwards) **     **     *      
La Grande Sauterelle (Lautner)       *   **   *   **
La Mégère apprivoisée (Zeffirelli)       °   *       ***
Oscar (Molinaro) ° °   ** ° * ** * ** ****
Astérix le Gaulois (Leblanc)     **           * *
La Nuit des généraux (Litvak) *         *   *   **
Femmes préhistoriques (Carreras)           *       **
La Caravane de feu (Kennedy)           *       **
La Dixième Victime (Petri) °         ***        
La Symphonie des héros (Nelson) *                 **
Le Groupe (Lumet) **         *        
Plus féroces que les mâles (Thomas)           *       **
Adios gringo (Stegani)                   **
Arizona Colt (Lupo)                   **
Batman (Martinson)                   **
Dans les griffes du maniaque (Franco)           **        
L'Extravagant Docteur Dolittle (Fleischer)                   **
L'Horizon (Rouffio)     **              
L'Ombre d'un géant (Shavelson)                   **
La Reine des Vikings (Chaffey)           **        
Le Credo de la violence (Laughlin)           **        
Les Anges sauvages (Corman)           **        
Mes funérailles à Berlin (Hamilton)           **        
Que vienne la nuit (Preminger)     **              
Shakespeare Wallah (Ivory) **                  
Si j'étais un espion (Blier)       **            
Texas addio (Baldi)                   **
Un homme pour l'éternité (Zinnemann)           **        
Les Grandes Vacances (Girault)       ** ° °   *   **
Fantômas contre Scotland Yard (Hunebelle)   *   * * *   *   *
Diaboliquement vôtre (Duvivier) °         *       **
Indomptable Angélique (Borderie)           *   *   *
Le Grand Meaulnes (Albicocco)           *       *
Les Risques du métier (Cayatte)           °       **
L'Etranger (Visconti) **   °       °      
Estouffade à la Caraïbe (Besnard)           *        
J'ai même rencontré des tziganes heureux (Petrovic) *                  
L'Homme qui rit (Corbucci)           *        
L'Homme qui valait des milliards (Boisrond)           *        
La Blonde de Pékin (Gessner)               *    
La Vingt-Cinquième Heure (Verneuil)               *    
Le Désosseur de cadavres (Castle)           *        
Le Grand Bidule (André)                   *
Le Soleil des voyous (Delannoy)           *        
Peau d'espion (Molinaro)           *        
Poupées de cendre (Francis)       *            
Un coin de ciel bleu (Green)           *        
Vivre pour vivre (Lelouch)           *        
F comme Flint (Douglas) °         *        
Le Fou du labo 4 (Besnard)                   *
Le Retour des sept (Kennedy)           °       *
Un idiot à Paris (Korber)       °   °        
Grand Prix (Frankenheimer)           °        
La Route de Corinthe (Chabrol)       °            
Lamiel (Aurel)           °        
Le Canard en fer-blanc (Poitrenaud)                   °
Le Vicomte règle ses comptes (Cloche)       °            
Texas nous voilà (Gordon)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Rébellion (Kobayashi)     ***   ** ****        
Don't look back (Pennebaker)     *   *** ****        
Nuages épars (Naruse) ****   *              
Titicut follies (Wiseman)       ** ***          
Flamme et femme (Yoshida)       ***            
La Commissaire (Askoldov)         ***          
La Marque du tueur (Suzuki)     °
***            
Passion ardente (Yoshida)       **            

Antoine :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Belle de jour / Playtime / La Collectionneuse
** : Quarante Tueurs / Les Douze Salopards
* : Casino Royale / Le Vieil Homme et l'enfant / Oscar / Astérix le Gaulois / Fantômas contre Scotland Yard

Timothée :
**** : Vaudou / Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
*** : Persona / Le Samouraï / El Dorado / La Collectionneuse / Quarante Tueurs
** : L'Invasion des profanateurs de sépultures / Voyage à deux / La Chinoise / Made in USA

Nolan :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
** : Belle de jour / La Mégère apprivoisée / Astérix le Gaulois
* : Casino Royale / On ne vit que deux fois
° : Fantômas contre Scotland Yard / Le Fou du labo 4

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Belle de jour, Playtime, Vaudou, Week-end, 5- La Comtesse de Hong-Kong, Les Demoiselles de Rochefort, Persona, 8- La Collectionneuse, Le Premier Maître, Voyage à deux
Inédits : La Marque du tueur (Suzuki), Wavelength (Snow), Scenes from Under Childhood (Brakhage), Début (Pelechian)

Mister Arkadin :
**** : L’Invasion des profanateurs de sépultures (9) ; Quarante Tueurs (8)
*** : La Grande Combine (7) ; El Dorado (7)
** : Le Voleur (6) ; Le Samouraï (6) ; Vaudou (6) ; Le Vieil Homme et l’enfant (5) ; Accident (5) ; Les Douze Salopards (5) ; La Canonnière du Yang Tsé (5) ; Oscar (5)
* : Les Aventuriers (4) ; Belle de jour (4) ; Blow-Up (4) ; Casino Royale (4) ; La Comtesse de Hong Kong (3)
o : Playtime (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Persona ; Deux ou trois choses que je ne sais d’elle ; Les Grandes Vacances ; Mouchette

Oriane :
**** : Les Demoiselles de Rochefort / Playtime / Elvira Madigan
*** : Accident / Blow-up
** : Le Samouraï / Made in USA / La Comtesse de Hong-Kong
* : La Collectionneuse / Le Garçon aux cheveux verts

Pierre :
1- 2 ou 3 choses que je sais d'elle (Godard), 2-40 tueurs (Fuller), 3-Les petites marguerites (Chytilova), 4-Le samouraï (Melville), 5-Belle de jour (Bunuel), 6-La chinoise (Godard), 7-La bombe (Watkins), 8-Accident (Losey), 9-Week-end (Godard), 10-Le retour de Ringo (Tessari), 11-Persona (Bergman), 12-Le dieu noir et le diable blond (Rocha), 13-Mouchette (Bresson), 14-Force of evil (polonsky), 15- Voyage à deux (Donen)
Inédits : 1-Don't look back (Pennebaker), 2-La marque du tueur (Suzuki), 3-Les chemins perdus (Garrel, moyen-métrage TV), 4-Les anges violés (Wakamatsu), 5-Le jardin des délices (Agosti)
Courts- métrages : 1-Bouquets de chansons (Kiesloski), 2-Kusama's self obliteration (Yalkut), 3-Brasilia, contradictions d'une grande ville (De Andrade)
Les "hors tableau" : Un homme à moitié (De Seta)****, La noire de (Ousmane)****, Jeunes aphrodites (Kondouros)****, Les 10000 soleils (Kosa)***, Privilège (Watkins)***, 491 (Sjoman)***, Le spectre maudit (Hartford-Davis)**, M15 demande protection (Lumet)**, Les corrompus (Winterstein)**, A coeur joie (Bourguignon)*, Les Arnaud (Joannon)°

Julien :
1. Vaudou ****, 2. Belle de jour ****, 3. Who's afraid of Virginia Woolf ****, 4. Le samouraï ***, 5. Playtime ***, 6. Les demoiselles de Rochefort ***, 7. Mouchette ***, 8. 40 tueurs **, 9. Luke la main froide **, 10. Blow up **

Un simple amateur :
1-Persona (Bergman) 2-Mouchette (Bresson) 3-Playtime (Tati) 4-Vaudou (Tourneur) 5-Belle de jour (Bunuel) 6-Blow-Up (Antonioni) 7-Le samouraï (Melville) 8-El Dorado (Hawks) 9-Les demoiselles de Rochefort (Demy) 10-Les petites marguerites (Chytilova)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Grandes Vacances, Jean Girault, 6 986 917 entrées
2. Oscar, Édouard Molinaro, 6 122 041 entrées
3. Les Douze Salopards, Robert Aldrich, 4 670 542 entrées
4. On ne vit que deux fois, Lewis Gilbert, 4 489 249 entrées
5. Fantômas contre Scotland Yard, André Hunebelle, 3 557 971 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Benjamin ou les mémoires d'un puceau (Michel Deville), sortie prévue en 1968
- Prix Méliès : Belle de jour (Luis Buñuel) et Mouchette (Robert Bresson)
- Grand prix du cinéma français : Vivre pour vivre (Claude Lelouch)
- Oscar du meilleur film : Un homme pour l'éternité (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Belle de jour (Luis Buñuel)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Blow-Up (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Départ (Jerzy Skolimowski)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Terre en transe (Glauber Rocha)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Voyage à deux (Stanley Donen)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1967 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Persona (Ingmar Bergman), 2. Belle de jour (Luis Buñuel), 3. Weekend (Jean-Luc Godard), 4. La Chasse au lion à l'arc (Jean Rouch), 5. Playtime (Jacques Tati), 6. Jerry la grande gueule (Jerry Lewis), 7. Les Petites Marguerites (Vera Chytilova) & La Religieuse (Jacques Rivette), 9. Deux ou trois choses que je sais d'elle (Jean-Luc Godard), 10. La Chinoise (Jean-Luc Godard)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1967 sur le site Encyclo-Ciné)

10/03/2014

Sur vos écrans en 1964

EDITORIAL :

Par Vincent J.

parapluies00.jpgParis. Nous sommes dans les derniers jours de 1964, dix exactement après le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Je vois le jour à la clinique des Buttes-Chaumont pas très loin des fameux studios de télévision. Mes parents habitent la place des fêtes où s'installait la foire du trône et où Michel Simon incarna monsieur Hire pour Julien Duvivier. Les yeux à peine ouverts, délaissant le sein maternel et ignorant l'empoignade de mes grand-mères discutant de l'influence des astres et de mon prénom sur ma destinée future, je demande illico au personnel soignant une sélection de revues de cinéma histoire de voir comment cette année 1964 allait influencer ma cinéphilie à venir. Cela tombe bien, décembre c'est le temps des bilans et je me plonge dans les Cahiers encore jaunes, Positif et les lunettes de Catherine Spaak, Midi-Minuit Fantastique, Présence du Cinéma, Cinémonde, Télérama et les inénarrables fiches de l'Office catholique français du cinéma.
Je remonte le cours des mois et que me disent-ils ?

Après une présentation difficile au festival de Cannes, François Truffaut sort le 20 mai La Peau douce, un film d'amour sombre et beau avec Françoise Dorléac et Jean Desailly qui lui retire ses bas sur la musique de Georges Delerue. Dorléac est lumineuse et j'en concevrai une admiration fervente pour la délicatesse truffaldienne et pour les hôtesses de l'air, devenant lecteur assidu de la Natacha dessinée par Walthéry.
En février - mars, Jean-Luc Godard a tourné Bande à part dans les rues de Paris et sur les bords de la Marne. Il fait cavaler Sami Frey, Claude Brasseur et Anna Karina dans le Louvre, les fait danser un Madison mémorable dans un café de Vincennes et se perd dans les grands yeux de son héroïne. Je préférerai toujours cette veine légère, inventive, musicale, à ses films plus pensés, plus pesés, comme Une femme mariée qui sort à l'automne et fait scandale. Et puis les scènes dansées, et Paris sur l'écran.
De Cannes, Jacques Demy lui, est revenu avec une palme pour son film tourné à Cherbourg, intégralement chanté sur la musique de Michel Legrand. Il a mis des couleurs pétantes sur ses marins, sur les papiers peints, sur les parapluie et sur Catherine Deneuve, sublime dans son imperméable cintré, sa jupe plissée, courant éperdue sur le quai de la gare et immobile sous la neige devant la station service. La grande Catherine m'a conquis, mon cœur est à elle.
Omniprésent sur les écrans, 1964 est l'année de son explosion. Qu'il traque Fantômas sur les toits parisiens ou les nudistes à St Topez, creusant sous son magasin de petit commerçant ou en Jockey-Jack, petit truand à la colle avec Rocky la Braise – Mireille Darc, Louis De Funès règne sur les rires et le mien lui sera acquis, fermant les yeux avec indulgence sur les mises en scènes trop souvent médiocres des films où il se déchaîne.

Ushutu ! En octobre, le cri de guerre des Zoulous de Cy Enfield, ancien blacklisté hollywoodien, retentit dans les salles. Stanley Baker et Michael Caine résistent à leurs assauts sur fond de sublimes paysages sud-africains. "Premier rang, feu ! Second rang, feu ! Troisième rang, feu !" Traumatisé comme John Carpenter, horreur et fascination de la violence se mêleront chez moi dans la vision du climax final de poudre et de sang. Et puis "Men of harlech'" en canon avec les chants africains. Cette folie guerrière prend ailleurs le visage de Slim "Hi there !" Pickens chevauchant la bombe atomique, celui calme et terrifiant de Sterling "Précieux fluides corporels" Hayden, et celui terrifiant tout court de Peter "Mein Führer, je marche !" Sellers  en Docteur Folamour. Et la terre explose. Ai-je l'intuition alors que le monde dans lequel je vais vivre est celui, procédurier jusqu’à l'absurde, que décrit Stanley Kubrick ? Nous nous retrouverons.

Chassons ces sombres perspectives d'un air venu d’Italie. Des frissons de plaisirs quand Sophia Loren se déshabille langoureusement devant Marcello Mastroianni dans son petit appartement sur les toits de Rome. Couple éternel que je suivrai, hier, aujourd'hui, demain. Frissons de peur au-delà des photographies de Barbara Steele dans Midi-Minuit. Frissons en couleurs vives chez Riccardo Freda qui fait jouer du rasoir à la belle Barbara, et chez Mario Bava qui offre six femmes à l'assassin. Frissons en noir et blanc chez Bava encore dans les escaliers de la Piazza di Spagna où est traquée la fille qui en savait trop, Letícia Román. Et voilà pour mon goût des belles italiennes et de ces subtils mélanges d'érotisme et de macabre all'dente.
Une image féminine encore, Ava Gardner dansant pied nus sur la plage de La nuit de l'iguane, entourée de ses boys juvéniles et musclé.

Mais qu'en est-il des vieux maîtres américains alors que Hollywood a les genoux à terre ? Voici venu le temps des grands films malades que François Truffaut théorisera à partir, justement, de Marnie d'Alfred Hitchcock sorti début novembre. Je suis entre la déception et la fascination de ce portrait de la jeune cleptomane qui craint le rouge et le sexe, attirée malgré elle par l'animalité velue de l'homme au masculin du moment, Sean Connery. Howard Hawks part à la pêche avec Rock Hudson, désinvolte et élégant, filmant Paula Pentriss avec un regard de jeune homme. Anthony Mann continue son flirt avec le producteur Samuel Bronston pour faire chuter l'empire romain. Raoul Walsh tire sa révérence au son d'une trompette lointaine.
En juin, au frontons des cinémas, de grandes toiles peintes annoncent l'automne des Cheyennes et celui de John Ford. Fausse bonne idée, combat difficile contre la maladie, l'âge, la lassitude et un studio incapable de comprendre ce qui se joue pour le réalisateur dans ce récit épique et désespéré de la dernière révolte de ceux qui se nomment eux-mêmes "les êtres humains". Ford, crânement, tente d'y mettre son expérience de la guerre et de la barbarie qu'il a touché de si près quand il préparait des images pour le procès de Nuremberg. Déportation et camps sont au cœur d'un récit qu'il tente d’alléger de son goût de la farce le temps d'un intermède à Tombstone (qui sera coupé) et de ce qu'il lui reste d'idéaux américains bien malmenés alors. Baroud d'honneur, dernier voyage à Monument Valley avec Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, Cheyenne's autumn dégage grandeur et tristesse. En janvier était enfin sorti Wagonmaster venu de 1950, avec Monument Valley, Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, et Ward Bond encore bien vivant. Œuvre limpide et sublime, mais si. Ford, Hawks, Hitchcock, comme une sainte trinité.

Je repose les revues, les yeux pleins d'images. Lire ça creuse. Je suis né comme Juliette Binoche, Rithy Panh et Maggie Cheung sous l'étoile d'une belle année dominée par un cinéma européen dont la richesse semble inépuisable.
Quelque chose encore se joue ailleurs en cette année 1964. En Espagne, un Italien planqué sous le pseudonyme de Bob Robertson tourne un western avec un jeune transfuge américain de la télévision, Clint Eastwood, une grande allemande brune, Marianne Koch, et un gauchiste aux yeux brûlants, Gian Maria Volonté. Sergio Leone pompe sans vergogne Akira Kurosawa et s'invente un style. Le film est sorti fin août à Florence dans une salle et Per un pugno di dollari casse depuis la baraque. Au même moment, dans les rochers d'Almeria, un autre Sergio qui signera de son vrai nom, Corbucci, met en scène un pistolero devenant aveugle, joué par Cameron Mitchell qui a débuté avec John Ford et joué le frère de Clark Gable pour Raoul Walsh. Étrange passage de témoin. Mais malgré la rumeur de leur succès, ces films ne sont pas sortis à Paris. Car ceci est une autre histoire...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 129 longs métrages (sur les 453 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Les Parapluies de Cherbourg (Demy)   **** **** **** **** ** *** *** **** ****
La Peau douce (Truffaut)   **** *** **** **** ***   *** ** ****
Gertrud (Dreyer)   **** *** *** *** **** ****   ***  
Le Silence (Bergman)   *** *** ** **** **** ***   **** ***
Docteur Folamour (Kubrick) **** ** ° *** **** **** ** **** *** ****
La Forteresse cachée (Kurosawa)   **** ***   *** ****       ***
Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock) *** **** ** *** *** *** *** *** *** ***
The Servant (Losey)   *** ***   **** **** ** *** *** ***
Le Journal d'une femme de chambre (Buñuel) ** *** *** *** *** **** **   *** ****
Bande à part (Godard) *** **** * ***   *** **   *** ****
Le Puits et le pendule (Astruc, cm)   ***       ****       ***
Le Convoi des braves (Ford) * **** **** *** ***       ** ****
La Maison du diable (Wise) ** *** **   *** **** **   ** ****
Les Cheyennes (Ford)   ** *** ** *** **** ***   ** ***
A bout portant (Siegel) *** ***     ** **** ** ****   **
La Nuit de l'iguane (Huston)   ** *** *** *** ****     ** ***
Six Femmes pour l'assassin (Bava)   **   *** ** ****   *** *** ***
L'Homme de Rio (De Broca) ** *** *** ** ** ** *** **** ** ***
Zoulou (Endfield)   **       ***       ****
Le Désert rouge (Antonioni) *** *** °   *** **** ***   ***  
Une femme mariée (Godard)   *** ***       **   ***  
Freud, passions secrètes (Huston)   ***   ** *** ***     **  
La Femme du sable (Teshigahara)   *     *** **** **      
La Fille qui en savait trop (Bava)         ** ***   *** *** ***
Le Spectre du professeur Hichcock (Freda)       **   ****   ** ** ***
Les Monstres (Risi)   *   ** ** ***     *** ***
La Panthère rose (Edwards) ** *** ** ** ** **   ** ** **
Jason et les Argonautes (Chaffey) * **   **   ***   *** ** ***
La Chute de l'empire romain (Mann)   *** ****   * *     ** ***
La Chute de la maison Usher (Corman)   **   ** ** **   *** ** ***
Le Sport favori de l'homme (Hawks)   *** *       **   ** ***
Sept Jours en mai (Frankenheimer)   *** ***     *   *** * ***
L'Insoumis (Cavalier)   ** **   ***       **  
Quatre Garçons dans le vent (Lester)   ** **         ***   ***
Le Mari de la femme à barbe (Ferreri)   **   **   ****        
Cyrano et d'Artagnan (Gance)   *** ***              
Jerry souffre-douleur (Lewis)   ***               ***
Le Terroriste (De Bosio)         ***         ***
La Montagne des neuf Spencer (Daves)     ****              
Le Temps s'est arrêté (Olmi)   ****                
Une certaine rencontre (Mulligan)     ****              
La Grande Frousse / La Cité de l'indicible peur (Mocky)   ** ** ** ** ***   *** *** °
La Charge de la huitième brigade (Walsh)   *** **   * *** **     **
America, America (Kazan)   *** *** ° ***   **      
My Fair Lady (Cukor)   * * *** ** ** ***   * ***
Week-End à Zuydcoote (Verneuil)   * **   ** ** ** *** * ***
La Ragazza (Comencini)   *** ***           *  
Rio Conchos (Douglas)   ** ***             **
Merlin l'enchanteur (Reitherman) ** **           ** * ***
L'Assassin (Petri)       **   ***        
La Passagère (Munk)   **     ***          
Séduite et abandonnée (Germi)   * *     **       ****
Les Barbouzes (Lautner) * ° *** * ** ***   *** * **
Mariage à l'italienne (De Sica)   *   °   ** **   ** ****
Les Félins (Clément)   ° *** * ** *   *** ** **
Bons Baisers de Russie (Young) * * *     ** * *** * ***
Hier, aujourd'hui et demain (De Sica)   °       ** **   ** ***
Les Damnés (Losey)   *** °       ** * ***  
Le Grand McLintock (McLaglen)           **       **
Becket (Glenville)                   ***
David et Lisa (Perry)   ***                
La Soif de la jeunesse (Daves)     ***              
La Vie à l'envers (Jessua)   ***                
Le Repas des fauves (Christian-Jaque)                   ***
Les Fiancés (Olmi)         ***          
Cent Mille Dollars au soleil (Verneuil) * *       *   *** ** **
Le Train (Frankenheimer & Farrel)   * *     **   *** * **
Le Monocle rit jaune (Lautner)           *     * ***
Deux Têtes folles (Quine)     ** **            
Le Fils de Spartacus (Corbucci)           *       ***
Paranoïaque (Francis)           **       **
Train de nuit (Kawalerowicz)   **     **          
Un chef de rayon explosif (Tashlin)   **   **            
Des pissenlits par la racine (Lautner)               ** * **
Fantômas (Hunebelle) *     * * **   *** * **
Faites sauter la banque (Girault) *         °   ***   **
Le Plus Grand Cirque du monde (Hathatway)     * **         * **
La Tulipe noire (Christian-Jaque)   °       * **   ** **
Topkapi (Dassin)   °   **   **     *  
Madame Croque-Maris (Lee-Thompson)           *       **
Toutes ses femmes (Bergman)             *     **
Echappement libre (Becker)                   **
Hamlet (Kozintsev)         **          
Haute Infidélité (Rossi, Petri, Salce & Monicelli)                 **  
Hercule contre les mercenaires (Lenzi)                   **
L'Ennui et sa diversion, l'érotisme (Damiani)                 **  
La Chasse à l'homme (Molinaro)                   **
La Revanche du Sicilien (Asher)           **        
Le Bourreau de Venise (Capuano)                   **
Le Mercenaire de minuit (Wilson)                   **
Les Drakkars (Cardiff)                   **
Les Sept Voleurs de Chicago (Douglas)                   **
Mission Six Cent Trente-Trois (Grauman)                   **
Panique année zéro (Milland)               **    
Sept Epées pour le roi (Freda)     **              
Le Tigre aime la chair fraîche (Chabrol)   *   * ° *   **    
Une ravissante idiote (Molinaro)   °   **         *  
Angélique, marquise des Anges (Borderie)   * * *   **     * *
Le Gendarme de Saint-Tropez (Girault) ° ° ** ° ° *   ** * *
La Ronde (Vadim)           °   *** °  
Les Plus Belles Escroqueries du monde (Horikawa, Polanski, Gregoretti, Chabrol & Godard)   *     *          
Banco à Bangkok pour OSS 117 (Hunebelle)                   *
Blondes, brunes et rousses (Taurog)                 *  
Casablanca, nid d'espions (Decoin)                 *  
Hardi Pardaillan ! (Borderie)                 *  
L'Ange noir du Mississippi (Torrado)                   *
Le Baiser du vampire (Sharp)           *        
Le Jaguar (Franco)                 *  
Le Péché suédois (Widerberg)   *                
Le Voleur de Damas (Amendola)                   *
Lucky Jo (Deville)       *            
Maciste contre Zorro (Lenzi)           *        
Meurtre au galop (Pollock)           *        
Mort où est ta victoire ? (Bromberger)                 *  
Pas de lauriers pour les tueurs (Robson)   *                
Quatre du Texas (Aldrich)   *                
Tintin et les oranges bleues (Condroyer)   °     °     * ° *
Une souris chez les hommes (Poitrenaud)       °   °        
Condamné à être pendu (Claxton)                   °
Du grabuge chez les veuves (Poitrenaud)       °            
L'Age ingrat (Grangier)                   °
La Furie des Apaches (Elorrieta)                   °
La Révolte des Indiens apaches (Reinl)           °        
La Souris sur la lune (Lester)       °            
Le Sorcier du Rio Grande (Warren)     °              
Le Temple de l'éléphant blanc (Lenzi)       °            
Les Amitiés particulières (Delannoy)           °        
Les Vainqueurs (Foreman)                   °
Une seconde jeunesse (Edwards)     °              
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Désir meurtrier (Imamura)   ****     *** ****        
Tourments (Naruse)   **** ****              
Charulata (Ray)   *** *** *** ***   ***      
Passion (Masumura)       ***   ****        
Soy Cuba (Kalatozov)     * *** **   **     ****
Signes particuliers : néant (Skolimowski)   ***     ** ***        
Fleur pâle (Shinoda)         *** ***        
La Gorgone (Fisher)         ** ***        
Assassinat (Shinoda)         **          
Le Ciel partagé (Wolf)         **          

Timothée :
**** : Les Parapluies de Cherbourg
*** : Docteur Folamour / La Peau douce / L'Homme de Rio / Les Monstres / La Panthère rose / Le Sport favori de l'homme
** : Gertrud / Pas de printemps pour Marnie / Le Journal d'une femme de chambre / Le Convoi des braves / La Chute de l'empire romain / My Fair Lady / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie / Le Gendarme de Saint-Tropez
* : Fantômas

Rémi :
**** : Le Journal d'une femme de chambre
*** : La Peau douce / Pas de printemps pour Marnie / Bande à part / Le Puits et le pendule / La Maison du diable / Les Cheyennes / Zoulou / Une femme mariée / La Femme du sable / L'Insoumis
** : Les Parapluies de Cherbourg / Le Grand McLintock / Cent Mille Dollars au soleil
° : Angélique, marquise des Anges / Le Gendarme de Saint-Tropez

Nolan :
**** : Docteur Folamour / Pas de printemps pour Marnie
*** : Les Parapluies de Cherbourg / L'Homme de Rio / La Panthère rose
** : My Fair Lady / Bons baisers de Russie / Le Monocle rit jaune / Merlin l'Enchanteur
* : Les Barbouzes / Cent Mille Dollars au soleil / Une ravissante idiote
° : Fantômas / Angélique, marquise des Anges

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Parapluies de Cherboug / My fair lady
*** : Dr Folamour / Quatre garçons dans le vent / Une seconde jeunesse
** : Week-end à Zuydcoote
* : Mariage à l'italienne

Frédéric :
1- Gertrud / 2- Les Parapluies de Cherbourg & Le Sport favori de l'homme / 4- Jerry souffre-douleur, Pas de printemps pour Marnie & La Peau douce / 7- Bande à part, Le Convoi des braves, Le Temps s'est arrêté & Les Fiancés, 10- La Charge de la huitième brigade

Mister Arkadin :
**** : La Nuit de l’iguane (9) ; La Peau douce (8) ; La Maison du diable (8)
*** : Le Sport favori de l’homme (8) ; L’Homme de Rio (7)
** : Docteur Folamour (6) ; Les Monstres (6) ; Pas de printemps pour Marnie (6) ; Bande à part (6) ; America, America (5) ; The Servant (5) ; Les Parapluies de Cherbourg (5) ;
* : Fantômas (4) ; La Tulipe noire (4) ; Le Journal d’une femme de chambre (3)
o : Le Gendarme de Saint-Tropez (2)

Oriane :
**** : Gertrud / The Servant / Charulata
*** : Les Parapluies de Cherbourg / La Peau douce / Docteur Folamour / America, America / Le Péché suédois
** : Freud, passions secrètes / Pas de printemps pour Marnie
* : Les Monstres / Jason et les Argonautes / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie
° : L'Homme de Rio / Le Gendame de Saint-Tropez / Tintin et les oranges bleues

Un simple amateur :
1- Gertrud (Dreyer) 2- Le Silence (Bergman) 3- La Femme du sable (Teshigahara) 4- Tourments (Naruse) 5- Soy Cuba (Kalatozov) 6- Charulata (Ray) 7- Les Parapluies de Cherbourg (Demy) 8- Le Convoi des braves (Ford) 9- La Forteresse cachée (Kurosawa) 10-Le Désert rouge (Antonioni)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme de Saint-Tropez, Jean Girault, 7 809 334 entrées
2. Merlin l'enchanteur, Wolfgang Reitherman, 6 133 628 entrées
3. Bons baisers de Russie, Terence Young, 5 623 910 entrées
4. L’Homme de Rio, Philippe de Broca, 4 800 626 entrées
5. Fantômas, André Hunebelle, 4 492 419 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Bonheur (Agnès Varda), sortie prévue en 1965
- Prix Méliès : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Grand prix du cinéma français : Le Monde sans soleil (Jacques-Yves Cousteau)
- Oscar du meilleur film : Tom Jones (Tony Richardson), sorti en 1963
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Désert rouge (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un été sans eau (Metin Erksan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : L'As de pique (Milos Forman), sortie prévue en 1965
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : America, America (Elia Kazan)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1964 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Bande à part (Jean-Luc Godard), 2. Getrud (Carl Dreyer), 3. Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock), 4. Une femme mariée (Jean-Luc Godard), 5. Le Sport favori de l'homme (Howard Hawks), 6. Le Désert rouge (Michaelangelo Antonioni), 7. America, America (Elia Kazan), 8. Le Silence (Ingmar Bergman), 9. Toutes ses femmes (Ingmar Bergman), 10. The Servant (Joseph Losey)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1964 sur le site Encyclo-Ciné)