Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

Sur vos écrans en 1950

EDITORIAL :

Par Vincent J.

whiteheat00.jpg1950. La guerre froide se réchauffe un poil en Corée et en Indochine mais en Europe on tourne la page difficile de « l'après-guerre ». En France tout particulièrement, on s’engage dans les trente glorieuses avec 2CV et frigidaire en attendant mieux. Le français écoute Edith Piaf pleurer Marcel Cerdan, Yves Montand les feuilles mortes, ou Juliette Gréco les dimanches. Brassens écrit une grande partie de ses chansons mais n'a pas encore quitté l'impasse Florimont. Le français lit Marguerite Duras, Edgard P. Jacobs, Albert Camus, Isaac Asimov dans sa première traduction et Boris Vian.
Et le cinéma, ma bonne dame ? Et bien figurez vous que nous l'avons vu ! Et nous n'étions pas les seuls. Onze ans qu'on attend de découvrir ce monument hollywoodien, les moustaches de Clark Gable, les crinolines de Vivien Leigh, le vieux sud et l'incendie d'Atlanta. Autant en emporte le vent, le spectacle total de David O. Selznick sort enfin en France et son Technicolor flamboyant, forcément flamboyant, casse la baraque avec près de 17 millions d'entrées.
Le cinéma, ma bonne dame, est américain : coloré, enthousiasmant, musical, haletant, spectaculaire et intense. Il y a les valeurs sures, King Vidor, John Ford, Allan Dwan, Raoul Walsh, Alfred Hitchcock en pleine passion pour le plan séquence, George Cukor... et la jeune génération adepte du film noir aux tonalités plus critiques, John Huston, Elia Kazan, Orson Welles, Joseph H. Lewis ou Jules Dassin. Et puis l'Amérique ce sont ses acteurs. Spencer Tracy pétille avec Katharine Hepburn, Gary Cooper en architecte ou conquérant d'un nouveau monde est plus grand que nature, James Cagney est un hallucinant psychopathe défiant le monde avant de périr dans un ultime embrasement, Welles est un Macbeth possédé, le nouveau venu Sterling Hayden un truand mélancolique pour Huston, Gene Kelly bondit en d'Artagnan et Fred Astaire porte toujours l'habit noir avec classe pour séduire Judy Garland.
Mais l'homme de l'année c'est sans conteste John Wayne, qu'il appellent « Duke » outre atlantique. Il est devenu la vedette numéro un au box office américain et est omniprésent sur nos écrans. Cinq films cette année, ma bonne dame. Et quels films ! Capitaine de cavalerie vieillissant dans La charge héroïque de John Ford dont c'est une œuvre majeure, jeune hors la loi transformé par l'amour dans le sensible L’ange et le mauvais garçon de James Edward Grant (qu'il produit avec sa société flambante neuve), capitaine hollandais vivant un amour impossible dans les îles lointaines dans l'étonnant Le réveil de la sorcière rouge d'Edward Ludwig, Sergent des marines dur avec les hommes et avec lui-même dans le Iwo-Jima d'Allan Dwan, rôle qui lui vaut sa première nomination à l'oscar (il sera coiffé au poteau par José Ferrer), et sympathique hors la loi sauvant un bébé dans le désert avec ses compagnons dans Le fils du désert, conte de Noël fordien où l'on remarque le jeune Harry Carey Jr., fils de l’interprète du fameux cow-boy Black Billy (Cheyenne Harry).
Et pour les enfants, c'est toujours l'Amérique avec la nouvelle production Disney, une Cendrillon qui ne vaut pas Blanche Neige mais fait courir les familles en nombre. Et puis les souris sont bien mignonnes.
Le cinéma français alors, qu'est-ce qu'il fait ? Il s'amuse et ses succès ce sont Nous irons à Paris signé Jean Boyer, « Cette émission vous était offerte par la gaine Lotus, la gaine qui écrase le plexus », et Uniformes et grandes manœuvres au titre et au Fernandel très avant-guerre de René Le Hénaff. Les comédies s'enchaînent dans la médiocrité, aussitôt sorties, aussi vite oubliées. Il peut aussi serrer les dents avec le « noir c'est noir » Manèges  d'Yves Allegret qui agace certains critiques dont Georges Sadoul. Quelques exceptions de style en attendant le prochain film de Robert Bresson Journal d'un curé de campagne qui a reçu le prix Louis Delluc, avec La ronde, film gigogne à la distribution brillante et au style enlevé de Max Ophüls qui malgré les attaques des critiques pisse-froid séduit un large public et est doublement primé à Venise. Il plaît aussi aux jeunes cinéphiles qui courent d'une salle parisienne à l'autre, admirant Hitchcock et Hawks, Renoir et Bresson, affûtant leurs arguments avant que de sortir du bois. Exception également que Jean Cocteau, très actif, qui nous offre son Orphée et ses Enfants terribles tous les deux avec l'ami Jean Marais, idole des jeunes filles. De ce tableau peu enthousiasmant, on relèvera une première, le long métrage d'animation Jeannot l'intrépide de Jean Image qui vient de créer son propre studio.
La jeune garde cinéphile et critique se désole de l'échec sans appel de la seconde édition du Festival du Film Maudit (devenu le Rendez-vous) de Biarritz. Malgré Juliette Gréco et une programmation de haut niveau (Hitchcock, Antonioni, Luciano Emmer, Mark Donskoï, Nicholas Ray, Edouard Dmytryk, le débutant Alain Resnais), la ville ne suit pas et signe la fin de cette aventure. Cannes aussi a des problèmes d'argent et le festival fait relâche cette année. Pour mieux revenir.
D'ailleurs, en Italie, Roberto Rossellini a réussi un coup superbe. Il a débauché la star d'Alfred Hitchcock, Ingrid Bergman. A vrai dire, c'est l'actrice qui a été séduite par Rome, ville ouverte et Paisa et à écrit au réalisateur : « Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. ». Il l'a prise au mot et l'a embarquée pour l'île de Stromboli pour jouer un magnifique mélodrame avec les pêcheurs du coin. D’Angleterre, on pourra se régaler de la prestation d'Alec Guiness qui joue les huit membres de la famille d'Ascoyne dans le grand succès des studios Ealing, Noblesse oblige. Malgré la guerre froide, Sergueï Eisenstein reste un valeur d'exportation sûre et l'on pourra découvrir sa fresque épique Alexandre Nevski avec une partition de Sergueï Prokofiev. Le film tourné en 1938 avait été mis au frigo à la suite du pacte germano-soviétique de 39. Si les images sont grandioses, les chevaliers teutoniques et le message anti-allemand de dessous les casques amusent.
Mais je dois vous laisser, ma bonne dame, je file voir La pêche au trésor avec les Marx Brothers où joue cette fille que j'ai remarquée dans le Huston, une jolie blonde. Elle demande de l'aide à Groucho, celui avec la moustache : « Il y a un homme qui me suit ». Et lui avec son sourire lubrique : « Un seul ? ». Son nom ? Marilyn Monroe.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 97 longs métrages (sur les 512 sortis en salles) et de 2 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Enfer est à lui (Walsh)   **** ****   **** *** **** ****   **** ****
Quand la ville dort (Huston) *** *** ** ** **** *** **** **** ****   ****
La Charge héroïque (Ford) ** **** **** **** *** ***   *** *** *** ****
La Ronde (Ophuls)   **** *** *** *** ***   **** ***   ****
Le Rebelle (Vidor) *** **** **** *** *** ***         ****
Les Forbans de la nuit (Dassin) *** **** ****   ***   **** ***     ***
Stromboli (Rossellini) ** **** **** *** *** ***   **   *** ***
Alexandre Nevski (Eisenstein) **** **** * *** *** ***   ***   ** ***
Autant en emporte le vent (Fleming)   *** ****   *** **   **   ** ****
Le Démon des armes (Lewis)   ****   *** *** **         ***
Macbeth (Welles) *** ** ** *** *** **   ***  *** *** ***
Madame porte la culotte (Cukor) *** *** *** *** ***     **   **  
L'Homme du Sud (Renoir)   *** ****                
L'Ange et le mauvais garçon (Grant)     ****               ***
Le Réveil de la Sorcière rouge (Ludwig)     ***               ****
Les Enfants terribles (Melville) ** *** ** ** ***     **   ***  
Orphée (Cocteau)   *** ° *** *** **   ***     ***
La Corde (Hitchcock) ** ** ** ** ** *** *** *   *** **
Les Amants du Capricorne (Hitchcock) * **** **** ** ** **   ***   * *
Le Fils du désert (Ford) ** ** *** ** * **   **     ****
Noblesse oblige (Hamer) *** ** °   ***   *** **     ***
Madame Bovary (Minnelli)   *** ** *** *** **   *   ***  
Panique dans la rue (Kazan)   ** ***   **   **       ***
Le Portrait de Jennie (Dieterle)   ** ***   *** **          
L'Héritière (Wyler)   ** ***   *** **          
Acte de violence (Zinnemann)   ** **   ****            
Iwo Jima (Dwan)   * ****               ***
Les Trois Mousquetaires (Sidney) * ** ***   ** *** ** **      
Les Conquérants d'un nouveau monde (De Mille)   ** ***     **   *     ***
La Rivière d'argent (Walsh)   *** ***   * *   *     ***
Des filles disparaissent (Sirk)   ***         **        
Bastogne (Wellman)   ** ***                
Le Livre noir (Mann)     *** **              
Guernica (Resnais, cm)   ***       **          
Manèges (Allégret)   ° ** **     **** *     **
Parade du printemps (Walters)   * ** **       *     ***
La Pêche au trésor (Miller)       **       **     **
L'Impitoyable (Ulmer)     ***                
Le Fils du pendu (Borzage)     ***                
Boulevard des passions (Curtiz)     ***                
Les Bas-Fonds de Frisco (Dassin)   ***                  
Match d'amour (Berkeley)     ***                
Un homme de fer (King)     ***                
Un homme marche dans la ville (Pagliero)   ***                  
Le Planqué malgré lui (Ford)     ***                
Les Anciens de Saint-Loup (Lampin)   * **                
Tu m'as sauvé la vie (Guitry)     ***                
La Beauté du diable (Clair) * *     *   ** **     ***
Whisky à gogo (Mackendrick) ** *           **     **
Cendrillon (Disney) * * **       *** *      
Dimanche d'août (Emmer)         *** *          
Jeannot l'intrépide (Image)           ** **        
La Garce (Vidor)   ** **                
La Maison des étrangers (Mankiewicz)         **     **      
Je vous ai toujours aimé (Borzage)   ** **   *            
La Marie du port (Carné)     ** *       **      
Le Trésor de Cantenac (Guitry)   **   ** *            
Les Quatre Filles du docteur March (Le Roy)   **           *     **
Monsieur Joe (Schoedsack)   *     *   * *     ***
Les Ruelles du malheur (Ray)     **     *          
Miquette et sa mère (Clouzot)   ** *                
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Paul Gauguin (Resnais, cm)   **       *          
Gouverneur malgré lui (Sturges)       **              
Le Réfractaire (Miller)                     **
La Poupée brisée (Reis)           **          
Le Fantôme de Canterville (Dassin)                     **
Saboteur sans gloire (Walsh)     **                
La Pluie qui chante (Whorf)                     **
Ciel rouge (Wise)                     **
Le Balafré (Sekely)             **        
Le Chevalier mystérieux (Freda)       **              
Les Derniers Jours de Pompéi (L'Herbier & Moffa)                     **
Smith le taciturne (Fenton)     **                
La Dynastie des Forsyte (Bennett)   **                  
La Révolte des fauves (Rogell)                     **
Les Fous du roi (Rossen)   **                  
Passion fatale (Siodmak)     **                
Tulsa (Heisler)     **                
La Femme aux chimères (Curtiz)     **                
Si bémol et fa dièse (Hawks)     °               **
Kismet (Dieterle)               *      
Coquin de printemps (Disney)               *      
L'Eternel Mirage (Bergman)   *                  
La Vie secrète de Walter Mitty (McLeod)   *                  
Le Droit de tuer (Gordon)   *                  
Le Pirate de Capri (Scotese)     *                
Raccrochez, c'est une erreur (Litvak)               *      
Cagliostro (Ratoff)   *                  
Edouard, mon fils (Cukor)     *                
L'Epave (Rozier)       *              
Les Amants passionnés (Lean)         *            
Malaya (Thorpe)                     *
Justice est faite (Cayatte)   *                  
La Rose noire (Hathaway)   *                  
Bandits de grands chemins (Sherman)     °                
Les Géants du ciel (Walsh)     °                
Vulcano (Dieterle)   °                  
Souvenirs perdus (Christian-Jaque)     °                
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
House by the river (Lang) *** **** *** *** *** ***   ***     ***
Outrage (Lupino)   **** ****                
Stars in my crown (Tourneur)   **** ****   ** ***          
Le Destin de Madame Yuki (Mizoguchi)   **** *     **          
Vers la joie (Bergman)   **       ***         **
Les Sœurs Munakata (Ozu)   **     **            
Scandale (Kurosawa)         **     **      

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine à tomber : L’enfer est à lui / La charge héroïque / Macbeth / Le démon des armes / Les forbans de la nuit / La garce / La rivière d’argent / La ronde / Quand la ville dort / Le rebelle / Stromboli / Orphée / La corde / Panique dans la rue / Les trois Mousquetaires
Les challengers : Le baron de l’Arizona / Manèges / Le fils du désert / La femme aux maléfices / Les conquérants d’un nouveau monde / Ciel rouge / Les amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / La beauté du diable / Les fous du roi / Les enfants terribles / Le portrait de Jennie / La maison des étrangers / L’héritière
La découverte tardive au Festival Paris Cinéma : Ville interdite
Le I don’t give a damn classique : Autant en emporte le vent
Quelques excellentes pelloches : La pêche au trésor / Raccrochez, c’est une erreur / Cagliostro / Madame Bovary / Les chevaliers du Texas / Le réfractaire / Les derniers jours de Pompéi
La curiosité : L’intrus
(le détail ICI)

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Ronde / La Corde / Stromboli / L'enfer est à lui
*** : La charge héroïque / Guernica / Orphée
** : Autant en emporte le vent / L'Homme du sud / Les enfants terribles / Alexandre Nevski
* : Cendrillon

Mister Arkadin :
**** L’Enfer est à lui / Alexandre Nevski / Stars in my Crown
*** Quand la ville dort / Le Fils du désert / Les Trois Mousquetaires
** La Charge héroïque / La Ronde / Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée / La Corde / Les Amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / Manèges / La Beauté du diable / La Marie du port / Le Trésor de Cantenac
* Le Rebelle / Madame porte la culotte / Les Enfants terribles / La Maison des étrangers / La Vie secrète de Walter Mitty / Justice est faite / House by the River
- (vu, mais plus assez de souvenirs pour noter) Les Forbans de la nuit / Le Démon des armes / L’Homme du Sud / L’Héritière

Frédéric :
1- Stromboli, 2- L'Enfer est à lui, 3- La Charge héroïque, 4- Le Rebelle, 5- La Ronde, 6- La Corde, 7- Les Amants du capricorne, 8- Le Démon des armes, 9- Les Forbans de la nuit, 10- Orphée

Oriane :
**** : Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée
*** : La Charge héroïque / Quand la ville dort / Alexandre Nevski / House by the River
** : La Corde / Noblesse Oblige
* : Cendrillon

Un simple amateur :
1- Stromboli (Rossellini) 2- L'Enfer est à lui (Walsh) 3- Stars in my crown (Tourneur) 4- Le Rebelle (Vidor) 5- Quand la ville dort (Huston) 6- Alexandre Nevski (Eisenstein) 7- Outrage (Lupino) 8- Les Forbans de la nuit (Dassin) 9- Le Démon des armes (Lewis) 10- La Charge héroique (Ford)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Autant en Emporte le Vent, Victor Fleming, 16 723 812 entrées
2. Cendrillon, Clyde Geronimi et Wilfred Jackson, 12 873 677 entrées
3. Nous irons à Paris, Jean Boyer, 6 658 693 entrées
4. Uniformes et grandes manœuvres, René Le Hénaff, 4 588 407 entrées
5. Les Trois Mousquetaires, George Sidney, 4 362 038 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), sortie prévue en février 1951
- Prix Méliès : Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
- Oscar du meilleur film : Les Fous du roi (Robert Rossen)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Justice est faite (André Cayatte)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Planqué malgré lui (John Ford)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1950 ?" Au soir du 12 février 2013, 119 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. La Charge héroïque (10 voix), 2. Alexandre Nevski & La Corde (8), 4. Autant en emporte le vent (7), 5. Orphée, Macbeth, L'Enfer est à lui, Stromboli & La Ronde (6), 10. Quand la ville dort (5)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1950 sur le site Encyclo-Ciné)

08/12/2012

Sur vos écrans en 1949

EDITORIAL :

Par Edouard S.

chaussonsrouges00.jpgEt si finalement 1949 avait été l'année du cinéma anglais ? Sorti chez nous l'an dernier au mois d'octobre, le Hamlet de Laurence Olivier a continué sa carrière et décroché à Hollywood l'Oscar du meilleur film. Pour son Troisième Homme, Carol Reed s'est appuyé sur un scénario de Graham Greene, a réuni à nouveau sur l'écran Orson Welles et Joseph Cotten et a laissé courrir sur ses images la cithare d'Anton Karas pour obtenir un succès mémorable, au Festival de Cannes comme dans nos salles. Nous avons également pu découvrir un exemple, avec Passeport pour Pimlico, du fameux humour sévissant outre-Manche. D'autres devraient suivre prochainement. Mais c'est un duo de réalisateurs qui a rallier la majorité de nos suffrages. Un duo déja connu mais qui, à deux reprises cette année, aura comblé, voire dépassé, nos attentes. Michael Powell et Emeric Pressburger ont ainsi proposé deux mélodrames singuliers : Le Narcisse noir, étonnante histoire de nonnes se déchirant sur un pic de l'Himalaya, et Les Chaussons rouges, flamboyant conte musical qui se retrouve au sommet de notre palmarès.
Etranges films pour une étrange année, où l'unanimité se sera faite rarement autour des œuvres offertes à nos regards.
Aux côtés des Anglais, quelques Italiens se seront distingués. Roberto Rossellini, avec Allemagne année zéro a certainement atteint le point le plus haut, à ce jour, du néo-réalisme, son compère Vittorio De Sica n'en étant pas loin à son tour avec Le Voleur de bicyclette. Avec moins de force mais dans une veine plus romanesque s'est signalé Giuseppe De Santis avec notamment son Riz amer (on se souviendra longtemps de la silhouette de Silvana Mangano à la récolte).
Parmi les films français les plus marquants de 1949, on remarquera que deux sont des premiers longs métrages. Jean-Pierre Melville s'est tiré avec les honneurs de la difficile adaptation de Vercors, Le Silence de la mer, tandis que Jacques Tati renouvelait totalement la comédie à la française avec son Jour de fête. L'enthousiasme pour ce nouveau cinéaste n'est certes pas partagé par tous dans notre équipe. De façon étonnante, sa situation évoque un peu, de ce point de vue, celle de Robert Bresson. Grémillon, Becker, Guitry, Allégret, Duvivier, Clouzot, Clément étaient également au rendez-vous cette année, parfois accueillis par autant de défenseurs que de spectateurs se sentant moins concernés. Mais il faut peut-être surtout évoquer, dans ce trop rapide coup d'œil national, l'apparition d'un autre nouveau venu, Georges Franju, qui a réalisé le stupéfiant court-métrage Le Sang des bêtes, documentaire-poème horriblement beau sur les abattoirs de Vaugirard.
Avec tout cela, nous n'avons pas oublié le cinéma américain. Bien que lui échappe, pour une fois, nos premières places, comment pourrait-il en être autrement ? Si La Chasse à l'homme menée par Fritz Lang date déjà de huit ans, elle n'en confirme pas moins qu'il faut compter avec ce cinéaste autant aujourd'hui à Hollywood qu'à l'époque où il alignait les chefs-d'œuvre en Allemagne. Si La Rivière rouge est le premier western d'Howard Hawks, il s'impose d'ores et déjà comme l'un des meilleurs du genre. Si La Ville abandonnée de William Wellman et Le Passage du canyon de Jacques Tourneur ont été peu vus, ils sont chaudement recommandés par quelques chanceux. Tourneur, par ailleurs, peut être considéré comme l'un des "hommes de l'année", entre Powell et Pressburger, puisque deux autres de ses titres ont été très appréciés ici : un grand film noir, porté par Robert Mitchum, La Griffe du passé, et un suspense quasi-documentaire tourné dans l'Allemagne de l'après-guerre, Berlin Express. Ford, Vidor, Walsh, Capra, Preminger, Hitchcock, Flaherty ou McCarey étaient sans doute des noms plus attendus vers les hauteurs, mais leurs films ont soit divisé plus que d'ordinaire, soit été vus par un nombre trop limité de collaborateurs. Notons toutefois la montée parallèle, patiente et régulière d'une génération de quadragénaires, celle des John Huston, Joseph Mankiewicz, Vincente Minnelli, Billy Wilder ou Anthony Mann, autant de personnalités qui ne devraient pas attendre bien longtemps avant de connaître elles aussi l'ivresse des sommets.
Terminons ce panorama sur un regret : que ne soit pas visible dans nos salles l'un des plus beaux films de cette année, Printemps tardif de Yasujiro Ozu. Croisons les doigts pour que les distributeurs se penchent enfin, dans les mois qui viennent, sur la question du cinéma japonais...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 108 longs métrages (sur les 465 sortis en salles) et de 4 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Les Chaussons rouges (Powell & Pressburger) **** ** *** **** ** *** *** **** **** **** **** ****
Allemagne année zéro (Rossellini) *** **** **** *** ** **** ****   ***   **** ***
La Rivière rouge (Hawks) ** **** **** **** *** *** ****   *** *** *** ****
La Chasse à l'homme (Lang) **** *** **** * *** **** *** **** **** ***   ***
La Griffe du passé (Tourneur) *** *** **** **** *** *** **** *** ***   *** ***
Jour de fête (Tati) * **** **** ° *** **** ** **** *** *** **** ****
Le Passage du canyon (Tourneur)     **** ****               ***
La Ville abandonnée (Wellman)       ****               ****
Le sang des bêtes (Franju, cm)   *** ****     ***     ***      
Berlin Express (Tourneur)     *** ***   *** ***   ***     ***
Le Troisième Homme (Reed) *** ** ** **   **** ** **** *** *** ** ***
Le Narcisse noir (Powell & Pressburger) ** **** ** *** *** ** ** *** ****      
Chaînes conjugales (Mankiewicz) ** ** ** *** *** *** ***   ***   *** ***
Le Voleur de bicyclette (De Sica)   ** *** * ** **** ***   ***   *** ***
Les Sacrifiés (Ford)   ***   ****     *         ****
Nous avons gagné ce soir (Wise)     *** ****         *     ****
Le Trésor de la Sierra Madre (Huston)   *** ** *** ** *** **   **   ** ****
Le Pirate (Minnelli)     *** ** ** *** **   ***     ***
Pattes blanches (Grémillon)     *** ****               **
La Scandaleuse de Berlin (Wilder) *** *** ** ***   *** **   ***     ***
La Cité sans voiles (Dassin)     *** ** ***             ***
Pour toi j'ai tué (Siodmak) *** *** ** **     *** **        
Allez coucher ailleurs (Hawks)   **   *** ***   * **     *** ***
Cinquième Colonne (Hitchcock) ** *** ***     ** ** *** **     **
Le Silence de la mer (Melville)     ** ** ** *** **   **     ***
Laurel et Hardy conscrits (Sutherland)     ***     ** ** *** **     **
Le Grand Passage (Vidor)     *** *   *** **   **     ***
Rendez-Vous de juillet (Becker)     *** *** *** *     *     ***
Louisiana Story (Flaherty)     *** *** ** ** **          
Ce bon vieux Sam (McCarey)     ** ****                
La Dame au manteau d'hermine (Lubitsch & Preminger)       ***             ***  
Key Largo (Huston)   *** ** °   *** **   **     ***
Riz amer (De Santis)     ** ** ** ***     **      
La Femme aux cigarettes (Negulesco)     *** * ** ***            
Circoncision (Rouch, cm)   ***     **   **          
Et tournent les chevaux de bois (Montgomery)     **     *** **          
Infidèlement vôtre (Sturges)   ***   *             ***  
Initiation à la danse des possédés (Rouch, cm)   ***     **   **          
Les Marx Brothers au grand magasin (Reisner)   ** **   ** ** * ** **   ** **
Le Procès Paradine (Hitchcock) ** *** **     ** **   *   * **
Lune de miel mouvementée (McCarey)     *** ** *** * *          
La Fosse aux serpents (Litvak)                 **     ***
Le Point du jour (Daquin)     **     ***            
Les Tuniques écarlates (De Mille)     ** *   ** *   **   *** **
Un jour au cirque (Buzzell)   ** **   ** *     **   ** **
L'Escadron noir (Walsh)     ** **         **     **
Les Trois Caballeros (Disney)       **       ** *     ***
Toâ (Guitry)     ** *** ** *            
La Piste de Santa Fe (Curtiz)     * *** **   *   **     **
Ziegfeld Follies (Minnelli)     *   ** ** **   **     **
Entre onze heures et minuit (Decoin)     * ***               **
L'Enjeu (Capra)     *** **         *      
La Route au tabac (Ford)   *   ****     *          
Les magiciens du Wanzerbe (Rouch, cm)   ***     **   *          
Marché de brutes (Mann)     **     ** **          
Passeport pour Pimlico (Cornelius)     *           **     ***
Cheyenne (Walsh)       ***                
Cinq Tulipes rouges (Stelli)                       ***
Crime passionnel (Preminger)       ***                
Hangover Square (Brahm)     ***                  
Anna Karénine (Duvivier)           **     **      
Au grand balcon (Decoin)       **               **
Echec à Borgia (King)     ** **                
La Grande Horloge (Farrow)             **   **      
La Proie (Siodmak)           **     **      
Manon (Clouzot)     **           **      
Sabotage à Berlin (Walsh)     ** **         *      
La Clé de verre (Heisler)       *     *      **   **
Les Amants de Vérone (Cayatte)     *     **     *      
Une si jolie petite plage (Allégret)     ° ***         *      
Au-delà des grilles (Clément)     *     **            
L'Homme au masque de fer (Whale)     **           *      
La Femme de l'année (Stevens)     **           *      
La Reine des rebelles (Cummings)       **               *
Branquignol (Dhéry)                       **
Du Guesclin (De Latour)                       **
Gigi (Audry)                     **  
Intrigues en Orient (Walsh)       **                
Jody et le faon (Brown)                       **
La Brigade du suicide (Mann)       **                
La Mélodie du bonheur (Heisler)             **          
Le Laitier de Brooklyn (McLeod)         **              
Le Masque de Dijon (Landers)         **              
Le Pigeon d'argile (Fleischer)               **        
Retour à la vie (Cayatte, Lampin, Clouzot & Dréville)                       **
Sindbad le marin (Wallace)                 **      
Jeanne d'Arc (Fleming)     **           *     *
Du sang sur la neige (Walsh)       *         *      
La Cible vivante (Mann)       *     *          
Laurel et Hardy chefs d'îlots (Sedgwick)     *       *          
Les Insurgés (Huston)       *         *      
Occupe-toi d'Amélie (Autant-Lara)   ° ** °         *      
Abbott et Costello en Afrique (Barton)         *              
Aux deux colombes (Guitry)       *                
Chasse tragique (De Santis)     *                  
Fabiola (Blasetti)                 *      
Histoires extraordinaires (Faurez)       *                
Jean de la Lune (Achard)                 *      
Johnny Belinda (Negulesco)       *                
La Pagode en flammes (Hathaway)       *                
La Perla (Fernandez)     *                  
Le Champion (Robson)                 *      
Le Rideau de fer (Wellman)       *                
Les Enfants nous regardent (De Sica)                 *      
Maya (Bernard)                       *
Sérénade à Mexico (Keighley)             *          
La Ferme des sept péchés (Devaivre)         * °            
Les Amants traqués (Foster)       °         *      
Le Cœur sur la main (Berthomieu)         °              
Le Secret de Mayerling (Delannoy)                 °      
Tous les chemins mènent à Rome (Boyer)                 °      
Trafic à Saigon (Fenton)       °                
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Printemps tardif (Ozu)   **** ****     *** ***         ****
Flamme de mon amour (Mizoguchi)     ***       ***          
Corbeaux et moineaux (Zheng)     *     ***           ***
Tension (Berry)     **     **            
Duel silencieux (Kurosawa)     **     *            
Faire face (Lupino)     **                  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Allemagne année zéro / Les Chaussons Rouges / Chaînes conjugales / Le Voleur de bicyclette
*** : La Chasse à l'homme
** : Le Procès Paradine
° : Jour de fête

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
L’octette prodigieux : Le narcisse noir / La chasse à l’homme / Les chaussons rouges / La rivière rouge / La griffe du passé / Le trésor de la Sierra Madre / Le troisième Homme / Chaînes conjugales
Le classique : Le voleur de bicyclette
Hors compétition : Allemagne année zéro / Le Silence de la mer
Le court-métrage : Le sang des bêtes
Les excellentes pelloches : Nous avons gagné ce soir / Le pirate/The pirate / L’affaire Barbe Bleue / Crime passionnel / Allez coucher ailleurs / Berlin Express / Pour toi j’ai tué / Hangover Square / La scandaleuse de Berlin / Les Marx Brothers au grand magasin / Riz amer / Cinquième colonne / Key Largo / Laurel et Hardy conscrits / La cité sans voiles / Le champion / Le grand passage / Les insurgés
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Les Chaussons rouges / Le Narcisse noir
*** : Le Sang des bêtes / Jour de fête
** : Cinquième Colonne / Le Troisième Homme / Le Procès Paradine

Mister Arkadin :
**** : La Griffe du passé
*** : Allemagne année zéro / La Rivière rouge / La Chasse à l'homme / Le sang des bêtes / Chaînes conjugales / Le Troisième Homme / Nous avons gagné ce soir / Riz amer / Marché de brutes
** : Les Chaussons rouges / Berlin Express / Le Narcisse noir / Le Trésor de la Sierra Madre / Pour toi j'ai tué / Allez coucher ailleurs / Le Silence de la mer / Rendez-Vous de juillet / Key Largo / La Femme aux cigarettes / Infidèlement vôtre / Le Procès Paradine / Toâ / La Piste de Santa Fe / Ziegfeld Follies / Les Amants de Vérone / La Brigade du suicide / La Cible vivante / Aux deux colombes / La Ferme des sept péchés / L’École buissonnière
* : Jour de fête / Le Voleur de bicyclette / Le Pirate / La Route au tabac / Une si jolie petite plage

Frédéric :
1- La Griffe du passé, 2- La Rivière rouge, 3- Allemagne année zéro, 4- La Ville abandonnée, 5- Le Sang des bêtes, 6- Le Passage du canyon, 7- Chasse à l'homme, 8- Les Chaussons rouges, 9- Les Sacrifiés, 10- Le Pirate

Oriane :
**** : Le Troisième Homme / Le Voleur de Bicyclette
*** : Le Narcisse Noir / La Cité sans voiles / La Cinquième Colonne / Le Procès Paradine
** : Jour de fête / Le Silence de la mer / Key Largo

Un simple amateur :
1- Printemps tardif (Ozu) 2- Allemagne année zéro (Rossellini) 3- La Rivière rouge (Hawks) 4- La Griffe du passé (Tourneur) 5- Chasse à l'homme (Lang) 6- Le Passage du canyon (Tourneur) 7- Le Voleur de bicyclette (De Sica) 8- Les Chaussons rouges (Powell/Pressburger) 9- Jour de fête (Tati) 10- Nous avons gagné ce soir (Wise)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Jeanne d’Arc, Victor Fleming, 7 092 586 entrées
2. Jour de fête, Jacques Tati, 6 810 007 entrées
3. Le Troisième Homme, Carol Reed, 5 701 222 entrées
4. Fabiola, Alessandro Blasetti, 4 886 520 entrées
5. Les Tuniques écarlates, Cecil B. DeMille, 4 677 876 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
- Prix Méliès : Manon (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Hamlet (Laurence Olivier)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Le Troisième Homme (Carol Reed)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Manon (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Ferme des sept péchés (Jean Devaivre)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1949 ?" Au soir du 26 décembre 2012, 144 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. Le Voleur de bicyclette (9 voix), 2. Les Chaussons rouges, Le Troisième Homme & La Chasse à l'homme (7), 5. Allemagne année zéro, La Rivière rougeChaînes conjugales (6), 8. Le Trésor de la Sierra Madre, Jour de Fête & Le Narcisse noir (5)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1949 sur le site Encyclo-Ciné)

11/11/2012

Sur vos écrans en 1948

EDITORIAL :

Par le Docteur Orlof

mmemuir00.jpgL'année 1948 aura été placée sous l'égide de l'amour fou. Notre équipe s'est laissé séduire par la puissance baroque du Duel au soleil de King Vidor et n'oubliera pas de sitôt la passion tragique en Technicolor liant Jennifer Jones et Gregory Peck. Après avoir signé quelques chefs-d’œuvre du muet (La grande parade, La foule) et du parlant (Le champion, Hallelujah...), Vidor nous offre une nouvelle preuve de son génie visuel et transcende une intrigue de mauvais mélodrame en une fresque épique d'une rare intensité.
Même enthousiasme pour L'aventure de Madame Muir, quatrième réalisation du scénariste Joseph Mankiewicz. Avec cette histoire de fantôme et de passion qui défie le temps et la mort, le cinéaste nous offre l'un des plus beaux films d'amour fou depuis le Peter Ibbetson d'Henry Hathaway. Gene Tierney, qui tient le rôle principal, est tout simplement magique.
Puisque nous évoquons Henry Hathaway, signalons qu'après L'impasse tragique, celui-ci récidive dans le genre du film noir « réaliste » avec le très brillant Carrefour de la mort.
D'une manière générale, le cinéma hollywoodien s'est encore taillé la part du lion, notamment grâce aux cinéastes européens qui ont fui le vieux continent au moment de la guerre. A ce titre, nous avons pu découvrir cette année trois films d'Alfred Hitchcock. Si la séquence du rêve de la Maison du docteur Edwards illustrée par Dali et la dimension psychanalytique du film ont un peu moins convaincu la rédaction, l'unanimité s'est faite autour du merveilleux Notorious (Les enchaînés) où le suspense fait bon ménage avec une très belle histoire d'amour (toujours!) entre Claude Rains et Ingrid Bergman. Et si le déjà ancien Correspondant 17 n'est sans doute qu'un parfait divertissement, il est urgent de dire qu'Hitchcock est beaucoup plus qu'un simple confectionneur de films « à suspense ».
Fritz Lang s'intéresse lui aussi à la psychanalyse dans Le secret derrière la porte pour un résultat qui divise la rédaction (votre serviteur, pour sa part, a été emballé).
Du côté des exilés, on signalera l'excellente santé de Max Ophüls qui signe avec Lettre d'une inconnue son plus beau film : quel dommage que ce grand artiste d'origine allemande ait dû quitter la France où il avait pourtant commencé une carrière prometteuse (Le roman de Werther) ! L’exilé du même Ophüls a été moins vu mais a enthousiasmé de la même manière un de nos collaborateurs. Quant à Jean Renoir, il semble s'être bien accommodé des contraintes des studios américains en signant une adaptation du chef-d’œuvre d'Octave Mirbeau Le journal d'une femme de chambre. Certains d'entre nous ont pu également découvrir la première œuvre que le cinéaste a tourné aux États-Unis : L'étang tragique et la dernière à ce jour : La femme sur la plage.
Même sentiment de parfaite adaptation en ce qui concerne Josef Von Sternberg et son très beau Shanghai gesture.
1948 nous aura donné l'occasion de découvrir de grandes œuvres de la plupart des grands cinéastes américains que nous aimons : Raoul Walsh (Gentleman Jim, La vallée de la peur), John Ford (qui a soulevé l'enthousiasme avec Le Massacre de Fort Apache mais déçu avec Dieu est mort), Howard Hawks (sa charmante comédie Boule de feu étant plus appréciée que son sulfureux Banni qui doit tout à la poitrine de Jane Russell), Henry King (Capitaine de Castille), Otto Preminger (même si Ambre a été très peu vu par rapport à Laura) ou encore Vincente Minnelli (dont Yolanda et le voleur avec Fred Astaire a un peu déçu).
L'indécrottable optimisme de Frank Capra a également emporté (presque) tous les suffrages : La vie est belle est une œuvre magnifique portée par un immense James Stewart. Et c'est avec un grand plaisir que nous avons retrouvé sur les écrans Charlie Chaplin après sept ans de silence (depuis Le dictateur). Le cinéaste abandonne pour la première fois la défroque de Charlot et signe avec Monsieur Verdoux une œuvre noire et cynique qui nous a, en majorité, convaincus.
En revanche, après deux grands chefs-d’œuvre et avant un troisième que nous avons pu voir l'an passé (La dame de Shanghai), Orson Welles signe avec Le criminel une œuvre mineure et un poil décevante.
Côté français, signalons la présence très forte des écrivains qui ont également adopté le cinéma comme moyen d'expression. Après le superbe La belle et la bête, Jean Cocteau ennuie un peu avec son (trop) théâtral L'aigle à deux têtes et se rattrape avec le puissant Les parents terribles. Sacha Guitry poursuit son travail de « théâtre filmé » (même si Le roman d'un tricheur nous a prouvé que cette appellation est bien trop réductrice) et signe deux jolies adaptations de ses pièces : Le comédien et Le diable boiteux où l'opportunisme politique de Talleyrand offre à l'auteur un moyen de justifier son attitude pendant la guerre.
Enfin, je ne pourrai pas juger de la qualité de La belle meunière de Marcel Pagnol, ne l'ayant pas vu, mais certains membres de notre équipe vous le recommandent chaleureusement.
A côté d'un cinéma français traditionnel un peu ronronnant, il convient de signaler l'étonnant (par sa fraîcheur et son originalité) premier film signé Roger Leenhardt : Les dernières vacances.
En dehors de cet axe France/États-Unis, point de salut ! Signalons quand même l'adaptation classique mais puissante de Hamlet par Laurence Olivier (grand prix à la Mostra de Venise) tandis que notre bien-aimé rédacteur en chef nous conseille de découvrir toutes affaires cessantes Huit heures de sursis d'un autre cinéaste britannique : Carol Reed.
Pour conclure, le panorama de cette année 48 ne serait pas complet si l'on ne revenait pas sur les deux grandes disparitions qui ont frappé le monde du cinéma. Deux génies ayant révolutionné le « septième art » nous ont quittés cette année : Sergueï Eisenstein en février et David W. Griffith en juillet. Inutile de dire que le visage du cinéma aurait été profondément autre s'ils n'avaient pas existé...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 87 longs métrages (sur les 474 sortis en salles) et de 3 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Aventure de Madame Muir (Mankiewicz)   **** **** **** **** **** **** **** *** *** **** ****
Lettre d'une inconnue (Ophuls)     **** **** *** **** ****   ****  ***   ****
Les Enchaînés (Hitchcock) *** ** **** **** **** **** *** **** *** **** *** ****
La Vie est belle (Capra) * *** **** **** **** **** ****   ***   *** ****
Gentleman Jim (Walsh) ***   *** ****   *** *** **** **   **** ****
Monsieur Verdoux (Chaplin)   * **** *** **** **** ***   ***     ****
Le Massacre de Fort Apache (Ford) *** **** *** **** ** *** *** *** **     ****
Duel au soleil (Vidor)     *** **** **** *** ***   *** ***   **
The Shanghai Gesture (Sternberg) **   *** *** *** **** ***   ***     ***
Correspondant dix-sept (Hitchcock) ** ** ****   *** *** ** **** **     ***
Capitaine de Castille (King)     ** ****   *** ***         ***
La Vallée de la peur (Walsh)     *** **** **   ****   **     **
Espions sur la Tamise (Lang) *** *** *** **   *** **   ***     **
Les Parents terribles (Cocteau)     *** *** *** ***     **      
Ambre (Preminger)     *** ****                
Le Journal d'une femme de chambre (Renoir)   ** *** ***   *** **   ** ***    
Les Dernières Vacances (Leenhardt)     *** ****     ***   *      
La Maison du docteur Edwardes (Hitchcock) ** *** ***   ** ** *** *** ** ** ** **
Hamlet (Olivier) **   **   *** *** **   **     ***
Le Secret derrière la porte (Lang) **** * *** * *** ** * ** ***     **
Yolanda et le voleur (Minnelli)     *** * ** *** **   **     ***
Les Passagers de la nuit (Daves) ** **** *** **     **   **     **
Le Carrefour de la mort (Hathaway)     ** *** ***       *     ***
Quelque part dans la nuit (Mankiewicz)     ***     *** **   **      
L'Etrange Incident (Wellman)     ** ***               ***
Boule de feu (Hawks)   ***     ***              
Femme ou maîtresse (Preminger)     *** ***                
Huit Heures de sursis (Reed)     **     ****            
Le Charlatan (Goulding)       ***   ***            
L'Exilé (Ophuls)       ****                
Le Criminel (Welles)   *** ** ** ** ** ** ** **      
L'Aigle à deux têtes (Cocteau)   * ** **** ** **     **     *
L'Etang tragique (Renoir)     *** ***     *          
Les Voyages de Sullivan (Sturges)   **   **               ***
Les Démons de la liberté (Dassin)     ** ***   **            
Dédée d'Anvers (Y. Allégret)     * *   *** ** *** **      
Le Diable boiteux (Guitry)     ** ** ** **   ** **      
Le Retour de Frank James (Lang) **   ** *     **         ***
Le Comédien (Guitry)     ** *** ** **     *      
Van Gogh (Resnais, cm) *** ** **     ** *          
Les Pionniers de la Western Union (Lang)     ** *     **         ***
Escale à Hollywood (Sidney)           **         * ***
L'Amazone aux yeux verts (Marin)                       ***
Miracle au village (Sturges)       ***                
Désordre (Baratier, cm)   ***                    
Oliver Twist (Lean)     * *   ** *   **     ***
Le Banni (Hawks & Hughes)   ** ***       *         *
Les Aventures de Tarzan à New York (Thorpe)     *       ** ** *     **
L'Evadée (Ripley)         **     **        
La Dame du lac (Montgomery)     **                 **
Le Médaillon (Brahm)     **       **          
La Belle Meunière (Pagnol)     * ***         °     **
Lame de fond (Minnelli)   ** ** °   * **   *      
Dieu est mort (Ford)   ** ** °     *   *     *
La Femme sur la plage (Renoir)     ** °     **          
La Dame d'onze heures (Devaivre)     *   * **            
Tumak, fils de la jungle (Roach & Roach Jr)                       **
La Flamme sacrée (Cukor)     **                  
Les Ecumeurs (Enright)                       **
Sacramento (McGann)                       **
La Ruée sanglante (Rogell)                       **
Le Lys de Brooklyn (Kazan)     **                  
Les Forçats de la gloire (Wellman)       **                
Margie (King)       **                
Appelez Nord 777 (Hathaway)     **                  
Je suis un fugitif (Cavalcanti)             **          
La Bataille de l'eau lourde (Vibe-Müller & Dréville)                       **
Le Mur invisible (Kazan)     **                  
Les Filles du soleil (Baratier, cm)   **                    
Tourments (Sjöberg)       °               **
La Bête aux cinq doigts (Florey)         *       *      
Honni soit qui mal y pense (Koster)         °             **
Les Amoureux sont seuls au monde (Decoin)       ** °              
Johnny roi des gangsters (Le Roy)             *          
Le Cabaret des étoiles (Borzage)       *                
La Femme de Monte-Cristo (Ulmer)                 *      
Le Dahlia bleu (Marshall)     *                  
Né pour tuer (Wise)     *                  
Clochemerle (Chenal)                 *      
La Chartreuse de Parme (Christian-Jaque)                 *      
Rocambole (de Baroncelli)                 *      
Ruy Blas (Billon)                 *      
Un million clefs en main (Potter)     *                  
Jusqu'à ce que mort s'ensuive (M. Allégret)     *                  
L'Armoire volante (Rim)         *              
Nabonga (Newfield)         °     *        
Les Casse-Pieds (Dréville)     °   *              
La Rapace (Bernhard)       °                
Nuit et jour (Curtiz)                 °      
Casbah (Berry)                 °      
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Ange ivre (Kurosawa) *** ** **   *** *** **     ***    
Femmes de la nuit (Mizoguchi)     *** ****     *          
Le Printemps d'une petite ville (Fei)         ** ***            
Musique dans les ténèbres (Bergman)     **                 ***
Une poule dans le vent (Ozu)     **       **          
Ville portuaire (Bergman)     **       *         **

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La dizaine prodigieuse : Les enchaînés / Monsieur Verdoux / L’aventure de Madame Muir / Duel au soleil / Correspondant 17 / Le massacre de Fort Apache / Lettre d’une inconnue / Les voyages de Sullivan / The Shanghai gesture / Huit Heures de sursis
Le classique qu’il faut avoir vu : La vie est belle
Le trio langien : Le secret derrière la porte / Espions sur la Tamise / Le retour de Frank James
Pour mémoire : Les assassins sont parmi nous
Les excellentes pelloches : La vallée de la peur / Boule de feu / Le charlatan / La femme sur la plage / La bête aux cinq doigts / La tour de Londres / L’étrange Incident / Tourments / Le dahlia bleu / Les démons de la liberté / Sang et or / Le criminel / Les passagers de la nuit / Le Fil du rasoir / Dédée d’Anvers / Du sang sur la piste / Le diable boiteux / Le carrefour de la mort / La dame du lac / Yolanda et le voleur / Honni soit qui mal y pense
Les curiosités : Le médaillon / Lame de fond / Johnny roi des gangsters
La franche rigolade : La maison du docteur Edwardes
(le détail ici)

Benjamin (La Kinopithèque):
**** : Les Enchaînés / La Maison du Dr Edwardes
* : La Maison de Dracula

Mister Arkadin :
**** : La Vie est belle / Le Printemps d'une petite ville
*** : L'Aventure de Madame Muir / Lettre d'une inconnue / Les Enchaînés / Correspondant dix-sept / Les Parents terribles / Les Dernières Vacances / Le Carrefour de la mort / L'Etrange Incident / Huit Heures de sursis / Le Diable boiteux / Le Retour de Frank James / Le Comédien / Le Banni / La Dame d'onze heures
** : Monsieur Verdoux / Le Massacre de Fort Apache / Duel au soleil / The Shanghai Gesture / Espions sur la Tamise / La Maison du docteur Edwardes / Hamlet / Le Secret derrière la porte / Les Passagers de la nuit / L'Exilé / Le Criminel / L'Etang tragique / Les Voyages de Sullivan / Dédée d'Anvers / Les Aventures de Tarzan à New York / La Dame du lac / Johnny roi des gangsters / Né pour tuer / Sang et or / L'Ange ivre
* : Gentleman Jim / Yolanda et le voleur / Dieu est mort / La Femme sur la plage / Clochemerle / L'Armoire volante

Rémi (Il a osé !) :
**** : L'Aventure de Madame Muir / Lettre d'une inconnue / Les Enchaînés / Le Massacre de Fort Apache
*** : La Vie est belle / La Maison du docteur Edwardes
** : Le Criminel / Van Gogh

Frédéric :
1- L'Aventure de Madame Muir, 2- La Vallée de la peur, 3- Les Enchainés, 4- Monsieur Verdoux, 5- Les Dernières Vacances, 6- Shanghai Gesture, 7- Lettre d'une inconnue, 8- Gentleman Jim, 9- Le Diable boiteux, 10- Espions sur la Tamise

Oriane :
**** : Le Secret derrière la porte / L'Ange ivre
*** : The Shanghai Gesture / La Maison du Docteur Edwardes
** : Monsieur Verdoux / Correspondant 17
* : La Vie est belle / Le Criminel / Oliver Twist

Un simple amateur :
1- L'Aventure de Madame Muir (Mankiewicz) 2- La Vie est belle (Capra) 3- Les Enchainés (Hitchcock) 4- Monsieur Verdoux (Chaplin) 5- La Vallée de la peur (Walsh) 6- Shanghai Gesture (Sternberg) 7- Lettre d'une inconnue (Ophuls) 8- Gentleman Jim (Walsh) 9- Duel au soleil (Vidor) 10- Les Dernières Vacances (Leenhard)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Bambi, Disney, 10 679 024 entrées
2. La Chartreuse de Parme, Christian Jaque, 6 151 521 entrées
3. La Bataille de l'eau lourde, Jean Dréville et Titus Vibe-Müller, 5 373 377 entrées
4. Clochemerle, Pierre Chenal, 5 027 714 entrées
5. Aux yeux du souvenir, Jean Delannoy, 4 559 689 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Casse-Pieds (Jean Dréville)
- Prix Méliès : Paris 1900 (Nicole Védrès)
- Oscar du meilleur film : Le Mur invisible (Elia Kazan)
- Mostra de Venise, Grand prix international : Hamlet (Laurence Olivier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Allemagne année zéro (Roberto Rossellini), sortie prévue en 1949

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1948 ?" Au soir du 9 décembre 2012, 97 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. L'Aventure de Madame Muir, Lettre d'une inconnue, La Vie est belle & Les Enchaînés (8 voix), 5. Monsieur Verdoux (7), 6. Le Massacre de Fort Apache (6), 7. Correspondant 17 (5), 8. Les Voyages de Sullivan & Duel au soleil (4)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1948 sur le site Encyclo-Ciné)