Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2012

Sur vos écrans en 1947

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1947,ford,lubitsch,welles,dreyer,clouzot,walsh,lang,curtiz,hawks,hitchcockEn 1947, les déferlantes ont donc continué : les deux tiers des films présentés sur nos écrans étaient américains. Certes, un tri s'est avéré nécessaire afin d'écarter quantité de sous-produits mais un fois celui-ci réalisé, force est de constater que la moisson fut d'une richesse exceptionnelle. En douze mois, combien de films marquants ou, au minimum, intéressants ? Vingt ? Trente ? Quarante ? Cinquante ? Le système de production hollywoodien fonctionnant à plein régime, les réalisateurs se faisant toujours prolifiques et les retards accumulés lors des années de guerre étant comblés mois après mois, nous avons eu l'occasion de découvrir trois titres de Fritz Lang, trois Cukor, trois Siodmak, trois Ulmer, trois Lubitsch, quatre Walsh et cinq Curtiz. Les hasards de la programmation ont fait que d'un seul coup quatre des huit derniers vainqueurs de l'Oscar du meilleur film ont débarqués chez nous : Rebecca, Casablanca, Le Poison, Les Plus Belles Années de notre vie. Le titre ouvrant cette liste est le premier film qu'Alfred Hitchcock a réalisé en Amérique, bien que nous le découvrions après Soupçons. Le désordre le plus complet règne dans la distribution, rendant plus étonnant encore le fait que le troisième long métrage du petit génie Orson Welles, La Dame de Shanghai, nous ait été présenté bien avant que nos amis d'Outre-Altantique ne puisse le voir.
Comme je le disais à l'instant, Ernst Lubitsch nous a régalé trois fois, avec trois comédies différentes bien difficile à départager (même si Jeux dangereux alias To be or not to be brille d'un éclat singulier, passionnant à comparer avec celui émanant du récent Dictateur de Chaplin). Malheureusement, nous n'aurons plus de nouveaux exemples de la fameuse "Lubitsch touch" : le cinéaste est décédé en novembre. Il avait 55 ans.
Une genre nouveau apparu l'an dernier s'est affirmé encore : le film noir. Fritz Lang (responsable avec La Rue rouge d'un remake de La Chienne nullement indigne de l'original de notre Jean Renoir national), Robert Siodmak, Henry Hathaway, Raoul Walsh, Tay Garnett, Lewis Milestone, Edward Dmytryk s'y sont adonnés avec bonheur. Même Orson Welles en est passé par là, et de quelle façon, mettant le genre en miroir pour mieux l'exploser. Et Howard Hawks, bien sûr, avec le solide Port de l'angoisse et l'audacieux Grand sommeil, tous deux interprétés par Humphrey Bogart et Lauren Bacall. A ce propos, mieux que des acteurs ou des actrices, nous avons surtout admiré, cette année, des couples : Bogart, à nouveau, et Ingrid Bergman (Casablanca), Orson Welles et Rita Hayworth... Une Rita Hayworth, qui, pour rester encore dans le "noir", fit tenir quasiment à elle seule, du bout de ses gants, le Gilda de Charles Vidor.
Du côté des Américains toujours, nous avons pu observer les débuts de Vincent Minnelli (Un petit coin aux cieux puis Le Chant du Missouri) et de Joseph L. Mankiewicz, frère du célèbre scénariste Herman (Le Château du dragon). Mais nous retiendrons surtout que cette année 47 fut pour nous éminemment fordienne grâce à la sortie de deux des plus grands films du réalisateur de La Chevauchée fantastique, appartenant à deux veines différentes et réalisés à six ans d'écart : d'une part Les Raisins de la colère adaptation très attendue du roman de Steinbeck et modèle de film social, d'autre part La Poursuite infernale (que l'on peut préférer appeler par son titre original My Darling Clementine, beaucoup plus approprié) magnifique western illuminé (tout comme Les Raisins de la colère !) par la présence d'Henry Fonda.
Si l'on mentionne, pour terminer ce trop rapide panorama américain, les bons crus proposés par George Cukor, Frank Capra, Albert Lewin, William Wyler ou Leo McCarey, on comprend vite qu'il est difficile de demander mieux en termes de qualité cinématographique. Par ailleurs, nous suivrons avec attention les suites de l'affaire politique qui secoua tout Hollywood au cours de ces derniers mois : la suspension de dix professionnels reconnus, producteurs, scénaristes ou réalisateurs (comme Edward Dmytryk, dont nous avons pu voir cette année Feux croisés), suite à leur refus de répondre aux questions de la Commission d'enquête sur les activités anti-américaines chapeautée par le sénateur McCarthy.
Et la France dans tout ça ? Trois réalisateurs ont su particulièrement tirer leur épingle du jeu. Henri-Georges Clouzot et Julien Duvivier ont signé avec Quai des Orfèvres et Panique deux joyaux noirs, tandis que Jacques Becker offrait sa belle chronique Antoine et Antoinette. Du côté du documentaire, Farrebique, de Georges Rouquier se sera fait remarqué par son approche réaliste du monde paysan. René Clair et  Claude Autant-Lara ont quant à eux réalisé deux films qui ont amassés lauriers pour l'un et scandales pour l'autre. Le Silence est d'or et Le Diable au corps ont été vus et discutés : l'un a pu gêner par sa gentillesse, l'autre, au contraire, par son acidité. René Clément n'a pas forcément gagné à passer du train (La Bataille du rail) au sous-marin (Les Maudits) et Marcel Carné a perdu lui aussi, en quelque sorte, une bataille, en voyant le tournage de La Fleur de l'âge, sur un scénario de Prévert, s'interrompre définitivement. Enfin, Jean Renoir n'est toujours pas revenu des Etats-Unis...
Nous terminerons en disant qu'il a été réservé aux autres cinématographies, une nouvelle fois, des portions congrues. Toutefois, le maître danois Carl Theodor Dreyer a signé son retour, plus de dix ans après Vampyr. Le résultat, l'admirable et terrible Jour de colère est à la hauteur de l'attente. Le néo-réalisme italien impose de plus en plus sa présence et nous le voyons se nuancer de plusieurs tons de gris (Paisa, Sciuscia, Le bandit). Un mélodrame mexicain réputé est parvenu à trouver sa place sur nos écrans (Maria Candelaria) et les Anglais ont continué, sans toujours convaincre, leur chemin entre adaptations de prestige (Henry V, Les grandes espérances) et œuvres plus singulières (Une question de vie ou de mort).

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 108 longs métrages (sur les 479 sortis en salles) et 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
La Poursuite infernale (Ford) **** **** **** **** **** **** ****   *** *** **** ****
Jeux dangereux (Lubitsch) **** ** **** **** **** **** *** **** *** **** **** ****
La Dame de Shanghai (Welles) **** *** **** *** **** *** *** **** *** ****   ****
Jour de colère (Dreyer) **** **** **** *** *** **** **   ***      
Les Raisins de la colère (Ford)   **** *** **** ** **** *** **** **   ** ****
Quai des Orfèvres (Clouzot) ***   ** **** ** ****   *** ****     ****
La Rue rouge (Lang) ****   *** *** *** *** ** *** *** **** *** ***
La Charge fantastique (Walsh)     **** ****   *** ** *** **   *** ****
Casablanca (Curtiz) *** ** *** **** *** *** ** *** *** *** *** ****
La Folle Ingénue (Lubitsch)   ** *** ****     ***     ****   ***
Le Port de l'angoisse (Hawks) ** *** *** *** *** **** ** *** ** *** *** ****
Le Grand Sommeil (Hawks) *** * *** * *** **** *** **** ** *** **** ****
Rebecca (Hitchcock) *** **** **** *   *** ** **** **   *** ***
Indiscrétions (Cukor) *** ** *** *** **** ** *** *** *   *** ****
Le Chant du Missouri (Minnelli)     **** ***     ***   *   **** ***
Paisa (Rossellini)   **** *** ***   *** ***   **   ** ***
Panique (Duvivier)     *** **** ** *** ** *** ***     ***
Les Tueurs (Siodmak) ***   *** *** *** *** ** **** ** ***   **
L'Aigle des mers (Curtiz)     *** ****   ** *** **** **     **
Illusions perdues (Lubitsch)   ** *** ****   *** **   **   ****  
L'Impasse tragique (Hathaway)     **** ** *** ***            
Le Démon de la chair (Ulmer)     *** ****   ***     **      
La Grande Evasion (Walsh)     ** **** ** *** **   ***     ***
Antoine et Antoinette (Becker)     *** **** *** *** *          
Les Plus Belles Années de notre vie (Wyler)     *** ****                
L'Homme de la rue (Capra) *   ** **** ** *** **   **   **** ***
Les Bourreaux meurent aussi (Lang) *** ** **** *   *** **   ** ****   ***
Le Vaisseau fantôme (Curtiz)     *** **** ** *** **   **      
Le Portrait de Dorian Gray (Lewin) ** * *** ** *** *** ** **** **     ***
Le Château du dragon (Mankiewicz) **   ***   ***   ** ***     *** **
Le Facteur sonne toujours deux fois (Garnett) ** ** ***     ***   **** **     **
Les Cloches de Sainte-Marie (McCarey)     **** ***     **          
Un cœur pris au piège (Sturges)     *** *** ** *** **   *   ***  
Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)   **** *** * ** ** *   ***     ***
Gilda (Vidor) *** * ** ** ** ** ** *** **   ** ***
Hantise (Cukor) **   **   *** *** * *** *   ***  
Péché mortel (Stahl)   * *** **   *** ** *** **      
Une nuit à Casablanca (Mayo)   *** **   **   ** ** **     ***
Une femme dangereuse (Walsh)     ** ***   ** **   **     ***
L'Entraîneuse fatale (Walsh)     ** ***   ***     *   ***  
Farrebique (Rouquier)     **** ***     **   *      
L'Emprise du crime (Milestone)       ***       ***       **
Angoisse (Tourneur)     *** **   **     **      
L'Amour chante et danse (Sandrich)           ***     *     ***
Jack l'Eventreur (Brahm)   ** **         ***        
La Femme aux deux visages (Cukor)     **   ** ***     *     **
Cape et poignard (Lang) *   *** **     *   *     **
La Caravane héroïque (Curtiz)       ****         *      
L'Amour vint en dansant (Lanfield)                     ** ***
Feux croisés (Dmytryk)     **                 ***
Les Naufrageurs des mers du Sud (De Mille)       **     *   **     ***
Voyage au pays de la peur (Foster)     **         *** **     *
Le Silence est d'or (Clair)     ** °   **           ****
Bambi (Hand, Disney)     * *       *** * ***   **
Dumbo, l'éléphant volant (Sharpsteen, Disney)     * **   ** * *** *     **
Les Grandes Espérances (Lean)     ** *     *   **     ***
Sciuscià (De Sica)     ** °   *** **   **      
Le Cygne noir (King)     * **               ***
Une femme cherche son destin (Rapper)           ***            
Carnegie Hall (Ulmer)       ***                
Voyage-Surprise (Prévert)     ***                  
Non coupable (Decoin)       ***                
Pavillon noir (Borzage)     ** * ** *     *     ***
La Maison des sept péchés (Garnett)   **       **     *     **
Le Roman de Mildred Pierce (Curtiz)   * ** **     **   *      
Le Diable au corps (Autant-Lara)     ** °   *** *   **      
Au pays des mages noirs (Rouch, cm)   **     **              
Tueur à gages (Tuttle)     ** **                
Deux Mains la nuit (Siodmak)   **             **      
Tous les biens de la terre (Dieterle)     *     ***            
La Valse dans l'ombre (Le Roy)     *** °     **          
Débuts à Broadway (Berkeley)     **   **       *      
Pour qui sonne le glas ? (Wood)     *           *     ***
Hellzapoppin (Potter)     *   *       *     ***
Henry V (Olivier)     **     *     *     **
Le Poison (Wilder)     ** °     *   **     *
Mon épouse favorite (Kanin)     * **                
Swing Romance (Potter)               *     **  
Arènes sanglantes (Mamoulian)     **           *      
Le Trésor de Tarzan (Thorpe)                 *     **
La Double Enigme (Siodmak)     ** *                
Les Deux Légionnaires (Horne & Parrott)                       **
Le Chevalier de la vengeance (Cromwell)       **                
Buffalo Bill (Wellman)       **                
Le Fantôme de l'opéra (Lubin)     **                  
Agent secret (Shumlin)             **          
La Duchesse des bas-fonds (Leisen)             **          
Boomerang (Kazan)     **                  
Treize, rue Madeleine (Hathaway)     **                  
Voyage sentimental (W. Lang)     **                  
Le Diable souffle (Gréville)                       **
Les Maudits (Clément)     *     *           **
La Lettre (Wyler)     *           *      
Un petit coin aux cieux (Minnelli)         **       °      
Le Diable s'en mêle (Wood)                 *      
Tortilla Flat (Fleming)                 *      
Le Chant de Bernadette (King)       *                
Maria Candelaria (Fernandez)     *                  
Le Bandit (Lattuada)                 *      
Humoresque (Negulesco)     *                  
Les Amants du pont Saint-Jean (Decoin)                 *      
Copie conforme (Dréville)     * °   °           *
Monsieur Vincent (Cloche)     * °                
Ames rebelles (Litvak)                 °      
Le Triomphe de Tarzan (Thiele)                 °      
L'Ile des péchés oubliés (Ulmer)       °                
Scandale à la cour (Preminger)       °                
Fantômas (Sacha)       °                
Les Jeux sont faits (Delannoy)     °                  
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'amour de l'actrice Sumako (Mizoguchi)     *** **     ***          
Récit d'un propriétaire (Ozu)     *** °   ***            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque):
**** : Jeux dangereux
*** : Casablanca / Gilda / Rebecca
** : Angoisse / Farrebique / Hantise

Mister Arkadin :
**** : Casablanca / Paisa / La Poursuite infernale / Sciuscià
*** : Les Bourreaux meurent aussi / Le Facteur sonne toujours deux fois / Gilda / La Grande Evasion / Le Grand Sommeil / Hantise / L'Homme de la rue / L'Impasse tragique / Jeux dangereux / Péché mortel / Le Port de l'angoisse / Quai des Orfèvres / Un cœur pris au piège / Une question de vie ou de mort
** : L'Aigle des mers / Angoisse / Antoine et Antoinette / Bambi / Cape et poignard / La Charge fantastique / Le Château du dragon / Copie conforme / Le Cygne noir / La Dame de Shanghai / Le Démon de la chair / Le Diable au corps / Humoresque / Johnny Apollo / Panique / Le Poison / Le Portrait de Dorian Gray / Les Raisins de la colère / Rebecca / Le Roman de Mildred Pierce / La Rue rouge / Le Silence est d'or / Le Trésor de Tarzan / Les Tueurs / Une femme dangereuse / Une nuit à Casablanca / La Valse dans l'ombre / Voyage-Surprise
* : La Folle Ingénue / Illusions perdues / Indiscrétions / Les Jeux sont faits / La Maison des sept péchés

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La treizaine magnifique : Jour de colère / Jeux dangereux / La dame de Shanghai / Une question de vie ou de mort / Panique / Le portrait de Dorian Gray / Le grand sommeil / Le port de l’angoisse / La poursuite infernale / Rebecca / Quai des Orfèvres / La rue rouge / Péché mortel
Les fashion victims : Les tueurs / Gilda / Le facteur sonne toujours deux fois / L’emprise du crime / Le Château du dragon / Indiscrétions / Tueur à gages
La découverte tardive : Le démon de la chair
Les classiques : Casablanca / Les plus belles années de notre vie
Hors compétition : Les bourreaux meurent aussi / Paisa
Les bizarreries : Angoisse / Le signe du cobra
Le trio walshien : Une femme dangereuse / La grande évasion / La charge fantastique
Quelques excellentes pelloches : L’aigle des mers / Le cygne noir / Jack l’éventreur / Hellzapoppin / Antoine et Antoinette / La double enigme / Un cœur pris au piège / La lettre / Hantise / Le poison / Les deux légionnaires / Le diable au corps / L’homme de la rue / Le fantôme de l’opéra / Les naufrageurs des mers du Sud / Le roman de Mildred Pierce / Une nuit à Casablanca / En marge de l’enquête / Feux croisés / Cape et poignard / Le chevalier de la vengeance
(le détail, ici)

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Dame de Shanghaï / Les raisins de la colère / La Rue rouge / L'homme de la rue / To be or not to be
*** : Casablanca / Rebecca / Gilda / arrebique
** : Le Roman de Mildred Pierce / Hantise
* : Le diable au corps

Frédéric :
1- Le Port de l'angoisse, 2- La Poursuite infernale, 3- La Dame de Shanghai, 4- Le Grand Sommeil, 5- Jeux dangereux, 6- Jour de colère, 7- Paisa, 8- Rebecca, 9- Les Raisins de la colère, 10- Le Chant du Missouri

Oriane :
**** : Jeux Dangereux / Rebecca / L'Homme de la rue
*** : Jour de colère / Casablanca / Illusions perdues / les Bourreaux meurent aussi / Les Grandes Espérances / Sciuscà
** : Le Grand Sommeil / Bambi / Récit d'un propriétaire
* : Dumbo, l'éléphant volant

Un simple amateur :
1- Jour de colère (Dreyer) 2- La Poursuite infernale (Ford) 3- Quai des Orfèvres (Clouzot) 4- Le Grand Sommeil (Hawks) 5- Paisa (Rossellini) 6- Les Plus Belles Années de notre vie (Wyler) 7- Les Raisins de la colère (Ford) 8- Jeux dangereux (Lubitsch) 9- Le Chant du Missouri (Minnelli) 10- Rebecca (Hitchcock)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Bataillon du ciel, 8 649 691 entrées
2. Pour qui sonne le Glas ?, 8 274 596 entrées
3. Monsieur Vincent, 7 055 290 entrées
4. Pas si bête, 6 195 419 entrées
5. Quai des Orfèvres, 5 544 721 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Paris 1900 (Nicole Vedrès), sortie prévue en 1948
- Prix Méliès (du Syndicat français de la critique de cinéma) : Le Silence est d'or (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Les Plus Belles Années de notre vie (William Wyler)
- Mostra de Venise, Grand prix international : Sirena (Karel Stekly), sortie française prévue en 1949
- Festival de Cannes, Grands Prix par genres : Ziegfeld Follies (Vincente Minnelli, comédies musicales), Dumbo (Walt Disney, dessins animés), Les Maudits (René Clément, films d'aventures et policiers), Antoine et Antoinette (Jacques Becker, films psychologiques et d'amour), Crossfire (Edward Dmytryk, films sociaux)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Silence est d'or (René Clair)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1947 ?" Au soir du 9 décembre 2012, 146 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. La Dame de Shanghai (9 voix), 2. Jeux dangereux (8), 3. La Poursuite infernale, Le Grand sommeil & Le Portrait de Dorian Gray (7), 6. Indiscrétions, La Charge fantastique,Gilda, Panique & Rebecca (6)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1947 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

"Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans"... seulement deux films?!! TOUS les autres films produits en 1947 sont effectivement sortis sur le sol français en 1947?! Hé bien, on s'en tire pas mal!

Écrit par : rigobert | 22/10/2012

Répondre à ce commentaire

rigobert, oui, seulement deux films "inédits" datant de 47 connus par ailleurs par au moins l'un d'entre nous (mais peut-être mes camarades ne se sont pas souvenu ou n'ont pas eu le temps de faire des recherches sur d'autres titres passés à travers le filet). Si de votre côté vous avez vu des films de cette année là jamais distribués dans les salles françaises, nous serions très heureux de les mentionner.

Écrit par : Edouard | 22/10/2012

Bon, je crois qu'est venu le temps des plumes et du goudron. Je n'ai jamais vu Les raisins de la colère jusqu'au bout ^^

Écrit par : FredMJG | 22/10/2012

Répondre à ce commentaire

C'est dommage, la dernière scène est si belle :)

Écrit par : Vincent | 22/10/2012

Le goudron et les plumes, ça ne se fait plus. A l'époque des "Raisins...", déjà, c'était passé de mode.

Écrit par : Edouard | 22/10/2012

je ne sais pas si Buster va lire les commentaires et donc me répondre mais je serais curieux de savoir ce qui lui fait préférer Les cloches de sainte-Marie à La route semée d'étoiles tant pour moi le second (et donc le premier sorti) est un sommet d'émotion.
la présence d'Ingrid Bergman?

Écrit par : Christophe | 22/10/2012

Répondre à ce commentaire

La différence entre les deux McCarey c’est que le premier (la Route semée d’étoiles) je l’ai vu il y a très longtemps (je n’ai du film que le souvenir de l’avoir beaucoup aimé) alors que les Cloches de Ste Marie je l’ai découvert cette année et trouvé proprement génial à l’image d’Ingrid Bergman, certainement dans son plus beau rôle… Maintenant je veux bien croire que si je revoyais la Route aujourd’hui je lui collerai aussi 4 étoiles!

Écrit par : Buster | 23/10/2012

Buster, je ne peux que vous encourager à revoir La route semée d'étoiles! Barry Fitzgerald y compose un curé inoubliable et éminemment fordien qui supplée aisément Ingrid Bergman.

Écrit par : Christophe | 23/10/2012

En bref,

Jeux dangereux ****
http://www.kinopitheque.net/jeux-dangereux-to-be-or-not-to-be/

Hantise **
http://www.kinopitheque.net/hantise/

Angoisse **
http://www.kinopitheque.net/angoisse-experiment-perilous/

Casablanca ***
Rebecca ***
Farrebique **
Gilda ***


Voilà pour les films de la liste ci-dessus (c'est mieux que l'an passé, je veux dire 1946).

Écrit par : Benjamin | 22/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Benjamin. Tes choix ont été remontés...

Écrit par : Edouard | 23/10/2012

salut,
certes en 1947 le public français a découvert de bons films fabriqués aux States, mais on oublie de dire que les films français n'ont pas eu les mêmes conditions de diffusion chez les Ricains. Non que les films français étaient moins bons mais en raisons d'accords économiques qui ont lésés l'industrie française.

Écrit par : antoine | 22/10/2012

Répondre à ce commentaire

Sûrement, mais le nombre de films produits en France ne permettait de toute façon pas un ras-de-marée comparable dans l'autre sens. Et même en tenant compte uniquement des films effectivement réalisés en 47, le nombre d'œuvres d'importance est bien supérieur du côté américain. De ce côté-ci : le Clouzot, le Becker, le Duvivier, le Rouquier, plus deux ou trois autres selon les goûts de chacun. Cela reste peu.

Écrit par : Edouard | 23/10/2012

à mon sens, pour que ça reste pertinent, faut pas en rester au niveau hexagonal, et comparer les productions à l'échelle des deux continents. Alors que la production hollywoodienne envahit les écrans européens, et pas seulement français, combien de films européens sont projetés sur les écrans US ?
Si dans un sens on peut parler de raz-de-marée, dans l'autre sens ce serait plutôt un ruisseau.
Cela dit, je comprends parfaitement le débat sur l'esthétique des films.

Écrit par : antoine | 24/10/2012

Répondre à ce commentaire

Tout cela, c'est un autre débat qui pourrait être alimenté seulement si nous prenions en compte effectivement les productions autres que celles arrivant en France.
Mais Antoine, cela me permet en tout cas de répondre ici à une question : pourquoi ne pas parler de tous les films au lieu de se focaliser sur les sorties françaises ?
Deux raisons principales :
- parce qu'une liste de sorties en salles est indiscutable et bien définie. Si l'on se met à parler de tous les films produits dans le monde, les problèmes de dates et donc l'établissement de listes bien circonscrites sont infinis.
- parce que cela donne une photo d'un moment donné et qu'ainsi, nous nous plaçons dans la peau des spectateurs de l'époque, nous parlons de ce qu'ils pouvaient effectivement voir (et également lire dans les revues).
Ce positionnement me semble plus intéressant (et beaucoup plus adapté à l'échelle de ce blog collectif, qui n'est pas l'IMDB).

Écrit par : Edouard | 24/10/2012

Répondre à ce commentaire

Mieux vaut tard que jamais, voici ma liste pour cette belle année :

**** : La Dame de Shanghaï, Les raisins de la colère, La Rue rouge, L'homme de la rue, To be or not to be
*** : Casablanca, Rebecca, Gilda, Farrebique
** : Le Roman de Mildred Pierce, Hantise
* : Le diable au corps

Et posés sur mon lecteur dvd en stand-by : Le Grand sommeil, La Poursuite infernale, Le Port de l'angoisse, Paisa etc....

Écrit par : Rémi | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Remi, je remonterai ça bientôt.

Ce qui fait réfléchir c'est que même si on a un petit nombre de titres à donner, on trouve plus de "4 étoiles" à placer ici qu'en 2012...

Écrit par : Edouard | 26/10/2012

La liste de Rémi confirme, après tant d'autres, que le "scandaleux" "Diable au corps" a décidément du mal, chez la plupart, à susciter l'intérêt aujourd'hui.

Trois petites remarques en passant, par rapport à notre tableau, sur des résultats pouvant provoquer un plus ou moins grand étonnement :
- Duvivier, qui n'a pas souvent bonne presse, se maintient très bien avec "Panique".
- Powell et Pressburger, qui, eux, n'ont pas arrêté d'être loués ses dernières années, ont leur "Question de vie ou de mort" relativement bas.
- "Le Grand sommeil", par les choix narratifs probablement, se révèle relativement "clivant".

Écrit par : Edouard | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

Pas d'accord avec toi sur les "4 étoiles" plus nombreuses pour 1947 que pour 2012. J'en ai personnellement donné 5 pour 1947 et pourrais en faire autant pour 2012 (sans avoir tout vu ni de 1947 ni de 2012, loin s'en faut). Et par ailleurs, si ce que tu dis est vrai pour la plupart des autres membres et lecteurs de ce blog, c'est principalement dû au marasme hollywoodien actuel (opposer l'Âge d'or hollywoodien à l'âge de plomb, ou "de merde", qu'on traverse actuellement, ça fait forcément des ravages), mais pour le reste du monde ce n'est pas tellement vrai trouve-je, et à force de répéter ce genre de choses sur un blog "rétrospectif" on risque de passer pour de vieux cinéphiles nostalgiques par principe, ou "vieux cons", pour reprendre une terminologie plus populaire ! :D

J'ai longtemps été terriblement d'accord avec toi (il suffit souvent de comparer les Unes des Cahiers (par exemple) de l'époque (et même des années 60 et 70, encore que les Cahiers n'ont globalement rien pigé aux années 70 américaines) et celles d'il y a cinq ou dix ans pour pâlir un bon coup), mais je trouve que ces dernières années nous sommes très gâtés et qu'on aurait tort de s'en plaindre.

Concernant "Le Diable au corps", je n'en ai qu'un vague souvenir, mais je l'ai vu après avoir lu le roman de Radiguet et le fossé m'a paru inconciliable. Le génie d'écriture et la réelle liberté de ton et de propos de Radiguet sont me semble-t-il crassement mâchés dans la mièvrerie et le surfait du décidément triste Autant-Lara.

Écrit par : Rémi | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

Juste un mot de plus : il aurait bien fallu un Jean Vigo pour adapter le chef-d’œuvre de Radiguet, pas ce vieux croulant d'Autant-Lara...

Écrit par : Rémi | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

D'après ce que j'en connais, Autant-Lara a réalisé plusieurs films intéressants dans les années 40 et jusqu'au milieu des années 50. J'aime "Douce", "Le diable au corps", "Le bon dieu sans confession", et je ne déteste pas "L'auberge rouge" ni "Le rouge et le noir". Après, en revanche, je ne trouve plus rien de bon.

Pour ce qui est de notre discussion de vieux cons, pour ma part, je compte 7 quatre étoiles en 47 (et encore, j'ai failli en gratifier "Rebecca" et "La Dame de Shanghai") et seulement 2 en 2012 (dont un film qui n'est, à l'heure qu'il est, pas encore sorti en salles). Le problème est plutôt qu'aujourd'hui, on a tendance, avec le temps, à être plus sévère envers des films qui valent peut-être "objectivement" mieux que les zéros ou les "1" qu'on leur colle. On s'énerve plus qu'avant face aux "grands auteurs contemporains" que l'on peut nous vendre.

Bon, de toute façon, il est difficile de comparer les deux époques, tant les conditions de distribution ont changé. A la limite, on ne devrait faire ce constat, comme tu le sous-entends, que pour les cinémas américains et français.

Écrit par : Edouard | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

Et "La traversée de Paris" ? JAMBIER !!!

Écrit par : Rémi | 27/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bof... Vu il y a longtemps, sans enthousiasme aucun.

Écrit par : Edouard | 01/11/2012

Tiens tu n'as pas fait remonter mes notes.. Si tu comptes le faire, tu peux récupérer le lien de ma critique de L'Homme de la rue sur mon blog (je ne joins pas le lien vu que ça ne marche pas quand j'essaie :P).

Écrit par : Rémi | 17/11/2012

Répondre à ce commentaire

C'est que tes notes sont trop nulles... Non, je plaisante. J'ai complètement zappé. Je viens de faire la mise à jour (avec le lien vers le Capra). Merci pour le rappel.

Écrit par : Edouard | 18/11/2012

Top 1947 :

1- Le Port de l'angoisse ( Hawks )
2- La Poursuite infernale ( Ford )
3- La Dame de Shanghai ( Welles )
4- Le Grand Sommeil ( Hawks )
5- Jeux dangereux ( Lubitsch )
6- Jour de colère ( Dreyer )
7- Paisa ( Rossellini )
8- Rebecca ( Hitchcock )
9- Les Raisins de la colère ( Ford )
10- Le Chant du Missouri ( Minnelli )

Écrit par : Frédéric | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1947 :

**** : Jeux Dangereux / Rebecca / L'Homme de la rue
*** : Jour de colère / Casablanca / Illusions perdues / les Bourreaux meurent aussi / Les Grandes Espérances / Sciuscà
** : Le Grand Sommeil / Bambi / Récit d'un propriétaire
* : Dumbo, l'éléphant volant

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1947 serait:

1- Jour de colère (Dreyer)
2- La Poursuite infernale (Ford)
3- Quai des Orfèvres (Clouzot)
4- Le Grand Sommeil (Hawks)
5- Paisa (Rossellini)
6- Les Plus Belles Années de notre vie (Wyler)
7- Les Raisins de la colère (Ford)
8- Jeux dangereux (Lubitsch)
9- Le Chant du Missouri (Minnelli)
10- Rebecca (Hitchcock)

Écrit par : Un-simple-amateur | 04/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire