Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Sur vos écrans en 1995

EDITORIAL :

Par Céline S.-P.

ceremonie00.jpg

1895-1995-2016

Janvier 1995, la télévision inaugure une année de fête en publiant un faire-part de décès. La Cinecitta se meurt sous les yeux de Michèle Morgan, invitée du journal de 20h Antenne 2. Le studio 5 est orphelin de son maître disparu il y a un peu plus d’un an. Medusa, abandonné dans un coin, semble nous regarder, nous implorer de faire revivre la folie et la démesure de Fellini. Mais la télévision italienne s’est emparé du lieu pour y tourner un programme, « Caro bebe » ne sera pas, à l’évidence, un hommage au déjeuner filmé par Louis Lumière… Un mois plus tard, le 13 février 1995, Antenne 2 célèbre le dépôt de brevet du Cinématographe en évoquant… un dépôt de bilan. Les studios de la Victorine sont également rongés par le délabrement et l’abandon. La télévision offre aux cinéphiles une commémoration au goût de cendre. Faut-il alors souhaiter au cinéma un « Joyeux non-anniversaire ! » comme le fait Camille Nevers dans le numéro de février des Cahiers du cinéma ? Dans ce billet, l’opération « Premier siècle du cinéma » est jugé sévèrement : « "L’histoire du cinéma" que l’on s’apprête à célébrer n’appartient pas plus à l’Histoire qu’au cinéma, elle est la bonne affaire des spécialistes médiatiques en tout genre, pas de la critique, celle de la muséographie des animateurs de banquets, des marchands d’armes et des collectionneurs d’art, pas celle des idées, celle des technologies et surtout pas celle des idéologies et leurs images correspondantes. Une histoire glorieuse et victorieuse, fourmillant d’anecdotes savoureuses, oublieuses des luttes, des défaites, ou des propagandes, passées et actuelles. » C’est cette histoire du cinéma qu’Agnès Varda met en scène dans Les cent et une nuits de Simon Cinéma. La réalisatrice choisit Michel Piccoli, on ne peut lui donner tort, mais elle fait de son lit un monument aux morts sur lequel apparaissent les visages des disparus et de son château un musée kitsch qu’aucune présence, fantomatique ou non, ne parvient pas à animer. Y a-t-il encore du mouvement en 1995 ? C’est un peu la question de Thierry Jousse dans l’édito des Cahiers de janvier : « 1995 : Le cinéma fête son centenaire. Qu’attendre de ces sortes de célébration dont l’époque a le secret et la coutume ? Au mieux, des pensées qui concernent très directement les pouvoirs du cinéma ou ses impouvoirs. La seule question qui vaut d’être posée en ces temps, c’est bien : que peut le cinéma ? Question que l’on modulera facilement en un Qu’a donc inventé le cinéma ? ou Que peut-encore le cinéma ? »

Les enfants de Lumière, Les cent et une nuits, Lumière et Compagnie, A propos de Nice, la suite… les hommages, bilans, reprises et variations sont nombreuses. Alors que le deuxième siècle du cinéma s’annonce avec de belles découvertes (James Gray, Noémie Lvovsky, Sharunas Bartas, Tsai Ming-Liang ou Laetitia Masson), les « pouvoirs et impouvoirs » du cinéma envahissent des écrans dont les dimensions semblent parfois réduites par le repli sur soi. Ed wood, Au travers des oliviers, Le Regard d’Ulysse, Lisbonne story, Swimming with sharks, ça tourne à Manhattan, le cinéma est partout. Aux Etats-Unis, il a le pouvoir de faire renaître le plus mauvais cinéaste du monde, et se nourrit de ses catastrophes avec humour ou de la critique acerbe de son industrie. Ailleurs, on s’interroge… Dès le mois de février, le critique Charles Tesson pose un regard teinté d’inquiétude sur le film d’Abbas Kiarostami. Dans un long texte, il multiplie les questions fébriles, les siennes et celles du réalisateur : « Pourquoi ce besoin de revenir sur cet épisode déjà tourné ? », « comment un metteur en scène et un spectateur peuvent-ils à ce point être aveugles sur ce qui est en jeu dans une prise de vue dès qu’on engage des acteurs pour tenir un rôle ? La capacité du cinéma à nous révéler l’indicible dans le visible aurait-elle ses limites ? », « Comment, par le cinéma, parvenir à l’accord (entre l’acteur et le réalisateur) ? » ou « A quoi sert le cinéma ? ». En mars, un autoportrait annonce déjà l’hiver, une disparition de décembre. JLG est là, mélancolique et serein, vieillard et enfant. C’est un « autoportrait, donc pas une autobiographie. Un genre peu cinématographique, un genre de retour sur soi animé par un mouvement interne difficile à saisir, un surplace qui avance en même temps. » et qui invite à s’interroger à nouveau sur le temps au moment au Rohmer et Rivette reviennent également sur les écrans. C’est « le temps de filmer et le temps de vieillir », celui dont s’affranchit Rohmer dans les Rendez-vous de Paris. « Le cinéaste filme les rencontres entre les amants potentiels comme une suite d’instantanés sans liens entre eux ». « Il n’y a pas de place pour le vieillissement dans le frais cinéma de Rohmer ». C’est  le temps rivettien de la reprise. « Le temps ne se boucle pas exactement sur lui-même mais se tord, se replie, se suspend parfois (…) D’une certaine façon, le temps ne passe pas chez Rivette, il dure secrètement, même s’il ne s’actualise pas toujours dans le présent ». Le temps godardien, défini par Stéphane Bouquet comme « une ligne du destin, ligne pessimiste et déclinante qui va tout droit vers l’anéantissement », semble s’accorder davantage aux incertitudes de la fin de ce premier siècle, même si l’espoir demeure : « c’est qu’il y a toujours chez Godard, la croyance que quelque chose est capable de résister au mouvement du déclin, quelque chose qui s’appellerait l’œuvre d’art. » Le dernier film de Maurice Pialat, le dernier film d’Akira Kurosawa, le dernier film de Claude Sautet, les retours que sont Lisbonne story et Le regard d’Ulysse, quelque chose semble en cette année 1995 assombrir cet espoir, et la souplesse de Manoel de Oliveira (87 ans alors) imitant Charlot n’y change rien…

De grands mots en grands maux, de la mort toujours annoncée au renouveau du cinéma asiatique, de la célébration du cinéma d’hier aux interrogations sur le cinéma de demain, que me reste-t-il alors de 1995 ?

1) De nouveaux visages

kids.jpg

little odessa.jpg

oublie-moi.jpg

bye bye.jpg

en-avoir-(ou-pas).jpg

vive-lamour.jpg

la-haine.jpg

trois jours.jpg

(Kids - Little Odessa - Oublie-moi - Bye Bye - En avoir (ou pas) - Vive l'amour - La Haine - Trois Jours)

2) La « discrétion de deux auteurs » justement définie par Thierry Jousse dans l’édito de septembre 1995 : « Nul besoin pour eux de s’exhiber puisqu’ils sont omniprésents dans leur film par la seule force de leur croyance au cinéma. ». Clint Eastwood et Claude Chabrol y croient. Parce qu’ils « se situent l’un et l’autre dans un lieu qui n’est guère occupé ces derniers temps, un espace-temps où le cinéma a encore vocation – quelque part entre son devenir-minoritaire et sa dérive-industrie des loisirs – à être universel », La Cérémonie et Sur la route de Madison sont deux souvenirs précieux de 1995.

la-ceremonie.jpg

Sur_la_route_de_Madison.jpg

3) Enfin, s’il faut revenir à l’enfance, je garde le portrait de Godard dans JLG/JLG, autoportrait de décembre et la vue Lumière d’Abbas Kiarostami. Un visage à peine esquissé par le violent contraste du noir et du blanc. Une troublante synthèse en cinquante secondes de trois temps : 1895-1995-2016.

jlg.jpg

 

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 381 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Cérémonie (Chabrol) *** **** **** **** **** **** **** *** *** ** ****
Ed Wood (Burton) *** **** *** *** *** **** ***   *** *** ****
Au travers des oliviers (Kiarostami)   ****   *** ****   ***        
Chungking Express (Wong) ** *** ** **** *** ****         ****
Le Garçu (Pialat)   **** **** ** ***   *** ***   ***  
The Kingdom (Von Trier)       *** **** ****          
Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)   **** **** ** *** **** * ** *** *** ****
Little Odessa (Gray)   *** **** ** *** **** * *** *** *** ***
Sur la route de Madison (Eastwood) ** **** **** *** *** *** **** ** ** ° ****
L'Antre de la folie (Carpenter)   ***   *** ** ****   ** * **** ****
Porco Rosso (Miyazaki)   ***   *** ***   ** *** *** ** ****
Clean, Shaven (Kerrigan)       ***   ****   ***      
Land and Freedom (Loach)   **   ** *** ***   ***     ****
Vive l'amour (Tsai)   ***   *** ****   **        
La Fleur de mon secret (Almodovar)   ****   *** *** **** * *     ***
Les Apprentis (Salvadori)   ***   ** ** ****   ** ** ****  
Coups de feu sur Broadway (Allen) ** ***   *** *** *** *       ****
Le Regard d'Ulysse (Angelopoulos)   ****   * *** ***         ***
Madadayo (Kurosawa)   ***   *** ***   *       ****
En avoir ou pas (Masson)   ***   ** *** ***         ***
Principio y fin (Ripstein)       *** ****            
The Killer (Woo)   *** ** ** * ****         ****
Usual Suspects (Singer) ** ***   ** *** **** * ** *** * ****
Sonatine (Kitano) ** *** * ** *** **** **       ***
Kids (Clark)       *** *** *** **        
Une journée en enfer (McTiernan) *   ** **   ***     *** *** ***
La Haine (Kassovitz)   *** ** *** *** *** ** * ** * ***
Underground (Kusturica)   ° ° *** **** *** ** *** *** ** **
La Jeune Fille et la mort (Polanski)   **   ** ** **   * ** **** ***
L'Appât (Tavernier)   *   * *** ***   ** *** ** ***
Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)     ** *** *   * ***   **** **
Smoke (Wang)   *   **   ****   * ** *** ***
Kiss of Death (Schroeder)   ***   ** ** ***     *   ***
Dellamorte dell'amore (Soavi)     * **   ****   **     ***
JLG JLG (Godard)   ***   *** *   ** ***      
Dumb and Dumber (Farrelly)   **   **         ** ****  
Waati (Cissé)   ***   ** ***   **        
Bye-bye (Dridi)   **   ** *** ***          
A la vie à la mort (Guédiguian)       ** **     ***     ***
Flesh and Bone (Kloves)       **   ***         ***
Oublie-moi (Lvovsky)   **   *** ***            
Calendar (Egoyan)         *** ***   **      
The Doom Generation (Araki)       **   ****          
Clockers (Lee)           ***         ***
Le Ballon blanc (Panahi)       ***             ***
La Bible de néon (Davies)           ****          
Les Habitants (Van Warmerdam)           ****          
Casa de lava (Costa)           ****          
Prête à tout (Van Sant)   ***   ** ** *** * ** ** **  
Mort ou vif (Raimi)   *** ** **   ***     ** * **
Le Couvent (Oliveira)   ***   * ***   * ***     **
Le Village des damnés (Carpenter)       **   ***   *   ** ***
Ça tourne à Manhattan (Di Cillo)   ***   **   ***     *   **
Swimming with Sharks (Huang)   ***   *   ***     **   **
Before Sunrise (Linklater)     *     *** *       ****
Bad Boy Bubby (De Heer)       * ** ****          
Pigalle (Dridi)   ***   *   ***          
A la campagne (Poirier)   ***   ** **            
Soixante et Onze Fragments d'une chronologie du hasard (Haneke)       ** ***     **      
Freddy sort de la nuit (Craven)       **   **         ***
Last Seduction (Dahl) **         ***     **    
Lisbonne Story (Wenders)   ***   ** **            
Le Hussard sur le toit (Rappeneau) * ** °   *** **   *** * ** ***
Salam Cinema (Makhmalbaf)       ** ***            
Les Maîtres du monde (Orme)           **       ***  
La Chanteuse de pansori (Im)       ** ***            
Cyclo (Tran)   **   ° ** ****          
Les Cent et Une Nuits (Varda)   **   *** * **          
Braveheart (Gibson)   * ***     ***   * ° *** *
Crossing Guard (Penn)       °   ****   * **   **
Corridor (Bartas)       **   ***   *      
Etat des lieux (Richet)   **   ** **            
Riaba ma poule (Mikhalkov-Kontchalovski)   ***                  
L'Emigré (Chahine)       ***              
La Conquête de Clichy (Otzenberger)         ***            
La Vie sexuelle des Belges (Bucquoy)       ***              
Marie-Louise ou la Permission (Flèche)   ***                  
Six Degrés de séparation (Schepisi)   ***                  
Lune rouge (Bailey)           ***          
Tank Girl (Talalay)           ***          
Johnny Mnemonic (Longo)           ***          
Des anges et des insectes (Haas)           ***          
Shanghai Triad (Zhang)   **   * ** **          
La Fille seule (Jacquot)   *   **     ** **      
La Cité des enfants perdus (Caro & Jeunet) ** ° °   *** **     *** ° **
Les Evadés (Darabont)     ***     **   * ** °  
Petits Meurtres entre amis (Boyle)   *   °   ***     **   **
Prêt-à-porter (Altman)   **   *   *     *   ***
Rangoon (Boorman)   *     * **   **     **
Au Petit Marguery (Bénégui)   ***           *      
La Cassette (Oliveira)   **     **            
Quiz Show (Redford)           **   **      
Phantasm III (Coscarelli)           **         **
Le Monstre (Benigni)       **             **
Star Trek 7 : Générations (Carson)                   ** **
Meurtre à Alcatraz (Rocco)     **     **          
Le Bonheur est dans le pré (Chatiliez) * °   *   **     ** ** **
Ace Ventura, détective pour chiens et chats (Shadyac)       *         ° ****  
Haut bas fragile (Rivette)       *** °   **        
Priscilla, folle du désert (Elliott)   *       ***     *    
Jefferson à Paris (Ivory)   *       *         ***
Mothra contre Godzilla (Honda)       *   **         **
Glen or Glenda (Wood)   **   *   **          
La Mutante (Donaldson)           ***     ° * **
Jade (Friedkin)       °   ***     *   **
La Planète des vampires (Bava)   *   ° * **         ***
Casper (Silberling)     ***     *     * ° **
Apollo 13 (Howard)     **     *     ° *** *
Le Péril jeune (Klapisch) * ** * ** *     ° ** °  
Frankenstein (Branagh) * *   °   ** ** * *   *
Les Trois Frères (Bourdon & Campan) °   ** °         ** **  
Adultère mode d'emploi (Pascal)   **   ** °            
Vanya Quarante-Deuxième rue (Malle)       ** *     *      
Even Cowgirls Get the Blues (Van Sant)   **   *           *  
L'Ame des guerriers (Tamahori) °         ***          
Emmène-moi (Spinosa)   *   **              
Carrington (Hampton)           *         **
Raï (Gilou)   *   **              
Corps inflammables - Soixante-Quinze Centilitres de prière (Maillot)   *   **              
Lumière et compagnie (collectif)   **     *            
Funny Bones (Chelsom)           **         *
Naked in New York (Algrant)   **                  
Le Roi de Paris (Maillet)       **              
Rosine (Carrière)       **              
La Brèche (Moreau)                     **
Prêtre (Bird)           **          
Mécaniques célestes (Torres)   **                  
Fast (Desarthe)   **                  
L'Amour en équation (Schepisi)           **          
La Reine des bandits (Kapur)           **          
Noir comme le souvenir (Mocky)       **              
Jusqu'au bout de la nuit (Blain)     **                
La Folie du roi George (Hytner)           **          
Dolores Claiborne (Hackford)           **          
Sauvez Willy 2 (Little)     **                
Trois Jours (Bartas)           **          
La Croisade d'Anne Buridan (Cahen)       **              
Fiesta (Boutron)           **          
Au beau milieu de l'hiver (Branagh)                 **    
Gazon maudit (Balasko) ° °   **   **     ° **  
Goldeneye (Campbell) °   *     **     * ° **
Desperado (Rodriguez)       °   **     ** ° *
Juste Cause (Glimcher)           **     °   *
Légendes d'automne (Zwick)           **       ° *
Bad Boys (Bay)           **     ° *  
Waterworld (Reynolds) °   **     **     ° * °
Stargate (Emmerich) °   *     *     ° **  
La Rivière sauvage (Hanson)           **     °    
Le Nouveau Monde (Corneau)       °       **      
Augustin (Fontaine)   *   *              
USS Alabama (Scott)           *       *  
Traque sur Internet (Winkler)           *       *  
Une femme française (Wargnier)   °   °   **   *      
Assassins (Donner)           °     ° * **
Alerte (Petersen)           *     ° * *
Plan Nine from Outer Space (Wood)   *   * ° *       ° *
Elisa (Becker)   °   °   ***   °   °  
Tom est tout seul (Onteniente)   *                  
Va mourire (Boukhrief)   *                  
Only You (Jewison)           *          
Richard au pays des livres magiques (Johnston & Hunt)     *                
L'Année Juliette (Le Guay)       *              
Les Misérables (Lelouch)               *      
Circuit Carole (Cuau)     *                
Cobb (Shelton)           *          
Blue Sky (Richardson)           *          
Candyman 2 (Condon)           *          
Que la chasse commence (Dickerson)           *          
L'Amour à tout prix (Turtletaub)           *          
Les Milles (Grall)                     *
La Fiancée du monstre (Wood)       *              
A propos de Nice, la suite (collectif)       *              
Le Plus Bel Age (Haudepin)       *              
Les Frères McMullen (Burns)           *          
Le Président et Miss Wade (Reiner)   *                  
Le Cercle des amies (O'Connor)           *          
L'Indien du placard (Oz)                   *  
Le Maître des éléphants (Grandperret)       *              
Les Vendanges de feu (Arau)           *          
Batman Forever (Schumacher)     ** °   *   ° ° °  
Lancelot (Zucker) °   **     °   °   °  
Terminal Velocity (Sarafian)           *     °    
Junior (Reitman)                 ° *  
Nell (Apted)           *     °    
Astérix et les Indiens (Hahn)     *             °  
Street Fighter (Souza)     *             °  
Rob Roy (Caton-Jones)           *     °    
French Kiss (Kasdan)       °   *          
Les Anges gardiens (Poiré) °   ** °   °   ° ° °  
Harcèlement (Levinson)   *   °   °     °    
Judge Dredd (Canon) °         *     ° ° °
L'Or de Curly (Weiland)                   °  
Highlander 3 (Morahan)           °          
A cran (Martin)       °              
Drop Zone (Badham)                 °    
Radio Rebels (Lehmann)                 °    
La Lune et le téton (Luna)       °              
Dis-moi oui (Arcady)       °              
Don Juan De Marco (Leven)   °                  
Dragon Ball Z (Yamauchi & Hashimoto)                   °  
Neuf Mois aussi (Columbus)                   °  
Piège à grande vitesse (Murphy)           °       °  
Madame Butterfly (Mitterrand)       °       °      
Pocahontas, une légende indienne (Gabriel & Goldberg)     °           °    
Mortal Kombat (Anderson) °               ° °  
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
Inédits :                      
Fermo Posta (Brass)       *              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sonatine (Kitano) Sur la route de Madison (Eastwood) 3- La Cérémonie (Chabrol) Chungking Express (Kar-wai) 5- Le Garçu (Pialat) Haut, bas, fragile (Rivette) 7- JLG/JLG (Godard) Vive l'amour (Ming-Liang) 9- L'Antre de la folie (Carpenter) Clean, Shaven (Kerrigan)

Un simple amateur :
1- Au travers des oliviers (Kiarostami) 2- Sur la route de Madison (Eastwood) 3- Little Odessa (Gray) 4- Madadayo (Kurosawa) 5- La Chanteuse de pansori (Im) 6- Bad Boy Bubby (De Heer) 7- Le Garçu (Pialat) 8- Vive l'amour (Ming-Liang) 9- Chungking Express (Kar-wai) 10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1995 ? (105 votants)

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix)
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)
Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Trois Frères, Bernard Campan & Didier Bourdon, 6 897 098 entrées
2. Les Anges Gardiens, Jean-Marie Poiré, 5 793 034 entrées
3. Pocahontas, une légende indienne, Eric Goldberg & Mike Gabriel, 5 656 757 entrées
4. Le Bonheur est dans le pré, Étienne Chatiliez, 4 931 227 entrées
5. Gazon Maudit, Josiane Balasko, 3 990 094 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Méliès : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : N'oublie pas que tu vas mourir (Xavier Beauvois)
- César du meilleur film : La Haine (Mathieu Kassovitz)
- Oscar du meilleur film : Forrest Gump (Robert Zemeckis)
- Festival de Venise, Lion d'or : Cyclo (Tran Anh Hung)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Underground (Emir Kusturica)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Appât (Bertrand Tavernier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Raï (Thomas Gilou)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Margaret's Museum (Mort Ransen)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1995 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

La Cérémonie numéro 1 ?! Petite année dis donc... Houlala...

Écrit par : Hector | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

Selon mes calculs, L'Antre de la Folie devrait être bien plus haut que ça...

Écrit par : Hector | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

La formule de calcul utilisée est si complexe qu'elle ne tiendrait pas dans un commentaire. Mais elle est validé par de grands experts internationaux et fonctionne pour nous depuis 1945. Ce n'est pas une simple moyenne (qui ne convient pas à ce type d'exercice). L'honnête film de Carpenter est donc exactement à sa place.

Écrit par : Edouard | 21/12/2016

Il est honteux de voir Sur la Route de Madison devant l'Antre de la Folie, alors que le film d'Eastwood est condamné par l'un des hommes forts de votre équipe qui, dans le même temps, salue à raison l'oeuvre de Carpenter.

Écrit par : Hector | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

Mon top 1995 :

1- Sonatine ( Kitano )
Sur la route de Madison ( Eastwood )
3- La Cérémonie ( Chabrol )
Chungking Express ( Kar-wai )
5- Le Garçu ( Pialat )
Haut, bas, fragile ( Rivette )
7- JLG/JLG ( Godard )
Vive l'amour ( Ming-Liang )
9- L'Antre de la folie ( Carpenter )
Clean, Shaven ( Lorrigan )

Écrit par : Frédéric | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

ça alors, j'ai le même n°1 et le même n°7 que Frédéric ! Je m'avance pas trop, ça va sans doute changer (dans quelques temps vu que je suis toujours dans les limbes des années 1993 et 2016). Enfin ça fait quand même plaisir !

Écrit par : pierre | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a de nouveaux visages dont on se serait bien passé.

Écrit par : PLPX | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

7 en commun avec Frédéric (content de voir cité le très mésestimé film de Rivette !)

1- La Cérémonie (Chabrol)
2- Chungking express (Wong Kar-Wai)
3- Vive l'amour (Tsai Ming-Liang)
4- Ed Wood (Burton)
5- The Kingdom (Lars Von Trier)
6- Clean, shaven (Kerrigan)
7- JLG/JLG : autoportrait de décembre (Godard)
8- L'Antre de la folie (Carpenter)
9- Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)
10- Haut, bas, fragile (Rivette)

Écrit par : dr orlof | 21/12/2016

Répondre à ce commentaire

Mon top 1995 serait:

1- Au travers des oliviers (Kiarostami)
2- Sur la route de Madison (Eastwood)
3- Little Odessa (Gray)
4- Madadayo (Kurosawa)
5- La Chanteuse de pansori (Im)
6- Bad Boy Bubby (De Heer)
7- Le Garçu (Pialat)
8- Vive l'amour (Ming-Liang)
9- Chungking Express (Kar-wai)
10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

Pas vu tous les films de cette année...
Je mets à part "The Kingdom" (Von Trier).
En tout cas, je ne peux m'associer à vous pour cette première place pour le film "La Cérémonie" de Chabrol, certes une des réussites incontestables du cinéaste mais à relativiser par rapport aux grands films de la même année...

Écrit par : Un-simple-amateur | 02/01/2017

Répondre à ce commentaire

Résultats du sondage Twitter, assez conformes avec notre tableau pour certains films, très différents pour d'autres. 105 participants

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix) Belle unanimité pour le cinéaste !
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)

Viennent ensuite avec 2 voix :
Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)

Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

Écrit par : Dr Orlof | 05/01/2017

Répondre à ce commentaire

1) Kids
2) Calendar
3) Coups de feu sur Broadway
4) 71 fragments d'une chronologie du hasard
5) L'Antre de la folie
6) Underground
7) Les Habitants
8) Smoke
9) The Doom Generation
10) La Cérémonie

Écrit par : Thomas | 19/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire