Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2014

Sur vos écrans en 1967

EDITORIAL :

Par Edouard S.

vaudou00.jpgVingt-quatre ans. C'est le temps qu'il aura fallu attendre pour découvrir sur nos écrans Vaudou / I walked with a zombie, sans doute le chef d'œuvre de la paire Lewton-Tourneur. Le meilleur film de l'année est donc, selon nous, un film de 1943.
Un "vieux" film américain en tête de notre classement : la chose est assez piquante quand on sait à quel point ces douze mois ont vu s'accentuer encore la tendance observée depuis quatre ou cinq ans. Hollywood ne parvient en effet toujours pas à trouver un nouveau souffle et les réussites qui en proviennent n'ont jamais été aussi peu nombreuses dans le haut de notre tableau (et encore, leur nombre fut augmenté par d'autres arrivées tardives, celle d'un Joseph Losey de 1948, d'un Don Siegel de 1955 et d'un Samuel Fuller de 1957). Le grand cinéma classique américain n'en finit plus d'agoniser, ne semblant plus réserver que quelques beaux fruits tardifs (El Dorado ou l'art de la reprise par Howard Hawks).

Cet affaissement s'effectue alors que Nouvelle Vague et autres Free Cinema ont propagés leurs effets en trainées de poudre un peu partout ailleurs. Aux quatre coins du monde (même si l'Asie reste cruellement aux abonnés absents pour la distribution), de jeunes cinéastes s'expriment avec une audace et une liberté jusque là inconnues, plaçant soudain leur pays sur la carte du cinéma, parfois à eux seuls. Quel plaisir d'accéder enfin à ces nouveaux horizons, d'apprendre ces nouveaux noms aux consonances toutes autres qu'anglo-saxonnes, d'être surpris et parfois soulevés par les films des polonais Skolimowski et Kawalerowicz, du soviétique Kontchalovski, des tchécoslovaques Chytilova et Passer, du suédois Widerberg, du danois Carlsen, de l'allemand Kluge, des brésiliens Rocha et Guerra, du hongrois Jancso (on nous dit que ce dernier a tourné cette année pas moins de deux chefs d'œuvres coup sur coup, Rouges et blancs et Silence et cri, que nous découvrirons bientôt) ! D'autres collaborateurs que moi vous diraient sans doute que cette effervescence n'est pas uniquement géographique mais concerne aussi les genres, comme le montre la santé actuelle de l'horreur britannique et du western italien.

Place aux jeunes donc, mais les Maîtres ont su eux aussi donner de la voix, et comment ! Buñuel et Bergman ont offert deux de leurs meilleurs films, en tout cas, assurément, parmi les plus importants de leur carrière. Antonioni, a fédéré comme jamais il n'avait réussi à le faire en peignant la folie du Swingin' London dans Blow-up. Il est reparti de Cannes avec la Palme d'or en poche et nous pouvons noter, à ce propos, une fois n'est pas coutume, la pertinence des récompenses données cette année au fil des grands festivals.

Du côté de nos cinéastes hexagonaux, Jacques Demy a bien failli être sacré chez nous pour la deuxième fois grâce à ses merveilleuses Demoiselles de Rochefort. Voici réalisé pour de bon ce rêve insensé d'une comédie musicale à la française, résultat d'efforts salués par Gene Kelly lui-même.
La nature d'une vague, fut-elle nouvelle, est d'avoir des hauts et des bas. 1967 fut l'année de Rohmer et de Rivette (sa magnifique "Religieuse de Diderot" a réussi l'exploit d'attirer 2,9 millions de spectateurs, succès réconfortant, venant après des mois de bataille juridique contre la censure cléricale et politique) plutôt que de Chabrol, encore assez décevant, ou de Truffaut, absent des écrans. Godard, lui, ne s'est pas ménagé : pas moins de quatre films sont sortis sous son nom. De plus en plus radical, son geste de cinéaste peut éblouir mais divise encore et encore. Il semblerait qu'il puisse toutefois compter pour l'éternité sur le soutien des Cahiers du Cinéma qui lui ont réservé cette année trois des dix premières places de leur référendum.

Quant à nos "Maîtres" à nous, ils se nomment Bresson, Tati et Melville, trois hommes poussant leur cinéma respectif chacun vers sa pointe extrême avec Mouchette, Playtime et Le Samouraï, au risque d'agacer certains au plus haut point. Nous avouerons être assez fier, cependant, de proposer à Zoom Arrière le même grand écart de notes pour Playtime que pour Oscar d'Edouard Molinaro. Et d'ailleurs, il faut dire aussi que, quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, le roi de 67 aura été sans contestation possible Louis De Funès. Les chiffres du box-office sont à ce sujet des plus éloquents.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 134 longs métrages (sur les 404 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Vaudou (Tourneur) **** **** **** **** **** **** ** ***   ****
Les Demoiselles de Rochefort (Demy) **** **** **** **** **** **** **** *** * ****
Persona (Bergman) *** **** * **** **** **** **** **** **** ****
Belle de jour (Buñuel) **** **** ** **** **** **** *** *** **** ****
Playtime (Tati) **** **** ° **** **** *** *** **** ** ****
Mouchette (Bresson) **** **** ° **** ****   ** **** **** ***
Le Samouraï (Melville) *** ** ** *** **** **** ** **** * ****
Blow-Up (Antonioni) *** **** ° ** *** **** **** ** **** ***
El Dorado (Hawks) ***   **** ** *** **** *** ***   ***
La Collectionneuse (Rohmer) *** *** ** *** * **** ** **** ****  
Quarante Tueurs (Fuller) ***   ** *** ** **** ** ** **** ****
Pharaon (Kawalerowicz)         *** ****       ***
L'Invasion des profanateurs de sépultures (Siegel) ***   ** ** *** **** ** ** *** ****
Voyage à deux (Donen) ***   *** ** ** *** *** ** *** ****
La Religieuse (Rivette) ** **** ° *** **** ****   ** ***  
Le Départ (Skolimowski) ***       ***     *** ***  
Le Garçon aux cheveux verts (Losey) *** *** ****   *** ***
* **   ***
Frankenstein créa la femme (Fisher)           ***       ****
Le Premier Maître (Kontchalovski) ***       ****          
Le Temps du massacre (Fulci)           ***       ****
Accident (Losey) **   **** **   **** ** **    
Week-End (Godard) **** *** ° ****     ** *** *** *
Deux ou trois choses que je sais d'elle (Godard) **** *** * **   ** ** *** **** *
La Chinoise (Godard) **** *** *** ** **** ** ** * *** °
Les Douze Salopards (Aldrich) **   *** ** * *** * *** *** ***
Les Petites Marguerites (Chytilova) ***   ° ** *** ****        
Elvira Madigan (Widerberg) ** ***     ***       **  
Mise à sac (Cavalier) **   ***     **       ***
Eclairage intime (Passer) ***   ***   **          
Hombre (Ritt)           ***     *** **
Les Mauvaises Fréquentations (Eustache) ***       ***          
Un ange pour Satan (Mastrocinque)           ***       ***
Marie et le curé (Medveczky, cm) ****                  
Made in USA (Godard) *** *** ° *** ***   **   *** °
La Comtesse de Hong Kong (Chaplin) *** *** ***   ** * ** *    
La Bombe (Watkins)   *** °   ** ***   *** **  
Propriété interdite (Pollack) **   **     **   **   ***
Trains étroitement surveillés (Menzel) **   **   * ****   **    
Jerry la grande gueule (Lewis) ****     * **         **
Luke la main froide (Rosenberg) **         ***   * ***  
L'Enfer de la corruption (Polonski) ***   *     ***        
Le Dieu noir et le diable blond (Rocha) ***   °     ****        
Qui a peur de Virginia Woolf ? (Nichols) * **       *** ** * ***  
La Canonnière du Yang Tsé (Wise) **       ** **   *   ***
Chuka le redoutable (Douglas)     ***             **
Jeu de massacre (Jessua) **       ***          
L'Affaire Al Capone (Corman)           **       ***
La Chasse au lion à l'arc (Rouch) ***           **      
Le Pistolero de la rivière rouge (Thorpe)           **       ***
Le Théâtre de Monsieur et Madame Kabal (Borowczyk) **             ***    
Os Fuzis (Guerra)       ** ***          
Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur (Hill)         ** ***        
Un homme de trop (Costa-Gavras) **                 ***
Le Scandale (Chabrol) **     ** ** **        
Les Compagnons de la marguerite (Mocky) *     **       **   ***
La Grande Combine (Wilder) *   ** *** **   * **    
Le Voleur (Malle) *   ° *** ** ***   **    
Les Aventuriers (Enrico) *   *     **   **   ***
Trans-Europ Express (Robbe-Grillet)       **   ***   *    
Anita G (Kluge)         ***          
Chefs-d'œuvre de Walt Disney                   ***
La Faim (Carlsen)         ***          
Le Jardin des tortures (Francis)                   ***
Le Marin de Gibraltar (Richardson)           ***        
Loin du Vietnam (Godard, Ivens, Klein, Lelouch, Resnais, Varda, Pic & Marker)   ***                
Sept Fois femme (De Sica)                   ***
Trois Jours et un enfant (Zohar)           ***        
Casino Royale (Huston, Hughes, Guest, Parrish & McGrath) °     *   **   **   ****
Le Voyage fantastique (Fleischer)     ** ** * ** * *   **
Invasion planète X (Honda)       *           ***
L'Opération diabolique (Frankenheimer) ***   *              
La Route de l'Ouest (McLaglen)           **       **
Le Retour de Ringo (Tessari)     °             ****
On ne vit que deux fois (Gilbert) *   *     **   *   ***
Le Vieil Homme et l'enfant (Berri) ** ** *   ** *   *    
La Femme reptile (Gilling)       *   **       **
Opération San Gennaro (Risi) *         **       **
Qu'as-tu fait à la guerre papa ? (Edwards) **     **     *      
La Grande Sauterelle (Lautner)       *   **   *   **
La Mégère apprivoisée (Zeffirelli)       °   *       ***
Oscar (Molinaro) ° °   ** ° * ** * ** ****
Astérix le Gaulois (Leblanc)     **           * *
La Nuit des généraux (Litvak) *         *   *   **
Femmes préhistoriques (Carreras)           *       **
La Caravane de feu (Kennedy)           *       **
La Dixième Victime (Petri) °         ***        
La Symphonie des héros (Nelson) *                 **
Le Groupe (Lumet) **         *        
Plus féroces que les mâles (Thomas)           *       **
Adios gringo (Stegani)                   **
Arizona Colt (Lupo)                   **
Batman (Martinson)                   **
Dans les griffes du maniaque (Franco)           **        
L'Extravagant Docteur Dolittle (Fleischer)                   **
L'Horizon (Rouffio)     **              
L'Ombre d'un géant (Shavelson)                   **
La Reine des Vikings (Chaffey)           **        
Le Credo de la violence (Laughlin)           **        
Les Anges sauvages (Corman)           **        
Mes funérailles à Berlin (Hamilton)           **        
Que vienne la nuit (Preminger)     **              
Shakespeare Wallah (Ivory) **                  
Si j'étais un espion (Blier)       **            
Texas addio (Baldi)                   **
Un homme pour l'éternité (Zinnemann)           **        
Les Grandes Vacances (Girault)       ** ° °   *   **
Fantômas contre Scotland Yard (Hunebelle)   *   * * *   *   *
Diaboliquement vôtre (Duvivier) °         *       **
Indomptable Angélique (Borderie)           *   *   *
Le Grand Meaulnes (Albicocco)           *       *
Les Risques du métier (Cayatte)           °       **
L'Etranger (Visconti) **   °       °      
Estouffade à la Caraïbe (Besnard)           *        
J'ai même rencontré des tziganes heureux (Petrovic) *                  
L'Homme qui rit (Corbucci)           *        
L'Homme qui valait des milliards (Boisrond)           *        
La Blonde de Pékin (Gessner)               *    
La Vingt-Cinquième Heure (Verneuil)               *    
Le Désosseur de cadavres (Castle)           *        
Le Grand Bidule (André)                   *
Le Soleil des voyous (Delannoy)           *        
Peau d'espion (Molinaro)           *        
Poupées de cendre (Francis)       *            
Un coin de ciel bleu (Green)           *        
Vivre pour vivre (Lelouch)           *        
F comme Flint (Douglas) °         *        
Le Fou du labo 4 (Besnard)                   *
Le Retour des sept (Kennedy)           °       *
Un idiot à Paris (Korber)       °   °        
Grand Prix (Frankenheimer)           °        
La Route de Corinthe (Chabrol)       °            
Lamiel (Aurel)           °        
Le Canard en fer-blanc (Poitrenaud)                   °
Le Vicomte règle ses comptes (Cloche)       °            
Texas nous voilà (Gordon)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Rébellion (Kobayashi)     ***   ** ****        
Don't look back (Pennebaker)     *   *** ****        
Nuages épars (Naruse) ****   *              
Titicut follies (Wiseman)       ** ***          
Flamme et femme (Yoshida)       ***            
La Commissaire (Askoldov)         ***          
La Marque du tueur (Suzuki)     °
***            
Passion ardente (Yoshida)       **            

Antoine :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Belle de jour / Playtime / La Collectionneuse
** : Quarante Tueurs / Les Douze Salopards
* : Casino Royale / Le Vieil Homme et l'enfant / Oscar / Astérix le Gaulois / Fantômas contre Scotland Yard

Timothée :
**** : Vaudou / Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
*** : Persona / Le Samouraï / El Dorado / La Collectionneuse / Quarante Tueurs
** : L'Invasion des profanateurs de sépultures / Voyage à deux / La Chinoise / Made in USA

Nolan :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
** : Belle de jour / La Mégère apprivoisée / Astérix le Gaulois
* : Casino Royale / On ne vit que deux fois
° : Fantômas contre Scotland Yard / Le Fou du labo 4

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Belle de jour, Playtime, Vaudou, Week-end, 5- La Comtesse de Hong-Kong, Les Demoiselles de Rochefort, Persona, 8- La Collectionneuse, Le Premier Maître, Voyage à deux
Inédits : La Marque du tueur (Suzuki), Wavelength (Snow), Scenes from Under Childhood (Brakhage), Début (Pelechian)

Mister Arkadin :
**** : L’Invasion des profanateurs de sépultures (9) ; Quarante Tueurs (8)
*** : La Grande Combine (7) ; El Dorado (7)
** : Le Voleur (6) ; Le Samouraï (6) ; Vaudou (6) ; Le Vieil Homme et l’enfant (5) ; Accident (5) ; Les Douze Salopards (5) ; La Canonnière du Yang Tsé (5) ; Oscar (5)
* : Les Aventuriers (4) ; Belle de jour (4) ; Blow-Up (4) ; Casino Royale (4) ; La Comtesse de Hong Kong (3)
o : Playtime (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Persona ; Deux ou trois choses que je ne sais d’elle ; Les Grandes Vacances ; Mouchette

Oriane :
**** : Les Demoiselles de Rochefort / Playtime / Elvira Madigan
*** : Accident / Blow-up
** : Le Samouraï / Made in USA / La Comtesse de Hong-Kong
* : La Collectionneuse / Le Garçon aux cheveux verts

Pierre :
1- 2 ou 3 choses que je sais d'elle (Godard), 2-40 tueurs (Fuller), 3-Les petites marguerites (Chytilova), 4-Le samouraï (Melville), 5-Belle de jour (Bunuel), 6-La chinoise (Godard), 7-La bombe (Watkins), 8-Accident (Losey), 9-Week-end (Godard), 10-Le retour de Ringo (Tessari), 11-Persona (Bergman), 12-Le dieu noir et le diable blond (Rocha), 13-Mouchette (Bresson), 14-Force of evil (polonsky), 15- Voyage à deux (Donen)
Inédits : 1-Don't look back (Pennebaker), 2-La marque du tueur (Suzuki), 3-Les chemins perdus (Garrel, moyen-métrage TV), 4-Les anges violés (Wakamatsu), 5-Le jardin des délices (Agosti)
Courts- métrages : 1-Bouquets de chansons (Kiesloski), 2-Kusama's self obliteration (Yalkut), 3-Brasilia, contradictions d'une grande ville (De Andrade)
Les "hors tableau" : Un homme à moitié (De Seta)****, La noire de (Ousmane)****, Jeunes aphrodites (Kondouros)****, Les 10000 soleils (Kosa)***, Privilège (Watkins)***, 491 (Sjoman)***, Le spectre maudit (Hartford-Davis)**, M15 demande protection (Lumet)**, Les corrompus (Winterstein)**, A coeur joie (Bourguignon)*, Les Arnaud (Joannon)°

Julien :
1. Vaudou ****, 2. Belle de jour ****, 3. Who's afraid of Virginia Woolf ****, 4. Le samouraï ***, 5. Playtime ***, 6. Les demoiselles de Rochefort ***, 7. Mouchette ***, 8. 40 tueurs **, 9. Luke la main froide **, 10. Blow up **

Un simple amateur :
1-Persona (Bergman) 2-Mouchette (Bresson) 3-Playtime (Tati) 4-Vaudou (Tourneur) 5-Belle de jour (Bunuel) 6-Blow-Up (Antonioni) 7-Le samouraï (Melville) 8-El Dorado (Hawks) 9-Les demoiselles de Rochefort (Demy) 10-Les petites marguerites (Chytilova)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Grandes Vacances, Jean Girault, 6 986 917 entrées
2. Oscar, Édouard Molinaro, 6 122 041 entrées
3. Les Douze Salopards, Robert Aldrich, 4 670 542 entrées
4. On ne vit que deux fois, Lewis Gilbert, 4 489 249 entrées
5. Fantômas contre Scotland Yard, André Hunebelle, 3 557 971 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Benjamin ou les mémoires d'un puceau (Michel Deville), sortie prévue en 1968
- Prix Méliès : Belle de jour (Luis Buñuel) et Mouchette (Robert Bresson)
- Grand prix du cinéma français : Vivre pour vivre (Claude Lelouch)
- Oscar du meilleur film : Un homme pour l'éternité (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Belle de jour (Luis Buñuel)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Blow-Up (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Départ (Jerzy Skolimowski)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Terre en transe (Glauber Rocha)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Voyage à deux (Stanley Donen)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1967 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Persona (Ingmar Bergman), 2. Belle de jour (Luis Buñuel), 3. Weekend (Jean-Luc Godard), 4. La Chasse au lion à l'arc (Jean Rouch), 5. Playtime (Jacques Tati), 6. Jerry la grande gueule (Jerry Lewis), 7. Les Petites Marguerites (Vera Chytilova) & La Religieuse (Jacques Rivette), 9. Deux ou trois choses que je sais d'elle (Jean-Luc Godard), 10. La Chinoise (Jean-Luc Godard)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1967 sur le site Encyclo-Ciné)

10/10/2013

Sur vos écrans en 1959

EDITORIAL :

Par Christophe

contes00.jpg1959 marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Tandis qu'émergent diverses "nouvelles vagues", le cinéma classique finissant donne quelques uns de ses plus beaux fruits. En France, sortent : Le Tombeau hindou, Rio Bravo, Comme un torrent, Les Nus et les morts, Le Temps d'aimer et le temps de mourir, Autopsie d'un meurtre ou encore Les Contes de la lune vague après la pluie. Exposé à une telle avalanche de joyaux incandescents, le terrain est propice à l'embrasement ; il trouve son allumette en la personne de Michel Mourlet. Fréquentant assidûment le cinéma Mac-Mahon près de la place de l'Etoile, Mourlet appartient à la bande des mac-mahoniens, chapelle cinéphile comme il en pullule en cette fin des années 50. C'est Eric Rohmer, alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui accorde au jeune théoricien l'opportunité de publier son manifeste dans la déjà célèbre revue jaune aux conditions expresses de l'imprimer en italique et de le faire précéder d'un avertissement comme quoi il n'engage pas la rédaction. Précautions uniques dans l'histoire du journal.

Aussi radicales puissent-elles paraître, les quinze pages de Sur un art ignoré sont d'abord l'aboutissement du travail théorique entamé à la Libération afin de débarrasser la critique cinématographique de la nostalgie du muet qui souvent parasitait ses jugements dans les années 30 (cf par exemple l'Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach). André Bazin avait ainsi montré que lorsque William Wyler découpait l'adaptation d'une pièce de théâtre, il faisait autant oeuvre de cinéaste qu'un Eisenstein. Ce faisant, il défendait la continuité et le réalisme en partant du postulat que le cinéma se distingue des autres arts en ceci qu'il enregistre la réalité et n'a donc pas besoin de recourir à des conventions pour représenter le monde. Dans cette optique, la possibilité d'enregistrer le son constitue évidemment un progrès.

Mourlet va jusqu'au bout de la logique bazinienne et, contrairement au père fondateur des Cahiers qui encensait des cinéastes aussi truqueurs que Welles ou de Sica, affiche avec éclat la conformité entre ses principes et ses goûts. Il a certes eu des précurseurs. Outre Jacques Rivette et Eric Rohmer, il faut se rappeler Philippe Demonsablon qui écrivit au cours des années 50 de belles critiques sur les films de Dwan, Walsh, Mizoguchi. Le titre de son article consacré aux Amants crucifiés, "Splendeur du vrai" peut d'ailleurs être considéré comme un parfait résumé du mac-mahonisme. Affirmant la prééminence du découpage sur le montage, l'inanité des surimpressions et autres artifices visibles, Michel Mourlet montre avec force arguments que le cinéma est essentiellement l'art de la mise en scène. Un cinéaste doit tout à la fois respecter les données de la réalité et les organiser de façon à plonger le spectateur dans un état de fascination.

"Le point d’accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d’entre les grands : Losey, Lang, Preminger et Cottafavi, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d’hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d’inflexions vocales, au sein d'un univers d’objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l’on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé."

De là découlent les caractéristiques ordinairement attachées aux Mac-Mahoniens : l'importance capitale du corps des acteurs, l'érotomanie affichée, un certain goût de la violence, la quête de l'instant sublime, Lang préféré à Hitchcock* et la virulence des anathèmes et dithyrambes qui parfois peuvent amuser le cinéphile de 2013.
"Nous reprochons à nos pères d'avoir placé Meissonnier avant Cézanne, mais ne voyons-nous pas - dans notre siècle de lumières - Les Nuits Blanches de Visconti préférées aux Aventures de Hadji de Don Weis ?"
Rarement phrase aura fait réaliser combien est ténue la frontière entre le sublime et le ridicule. Il y a en effet bien du panache à aller aussi délibérément à contre-courant de l'opinion dominante pour parier aussi franchement sur la postérité. S'il est aujourd'hui facile de ricaner, n'oublions pas que des cinéastes aussi divers que Raoul Walsh, Ida Lupino, Jacques Tourneur, Joseph Losey ou Vittorio Cottafavi doivent aux mac-mahoniens l'essentiel de leur fortune critique.

Si l'éclat de Sur un art ignoré reste vif aujourd'hui, il le doit également à la qualité de la prose de son auteur, une prose où le lyrisme superbe des formules ne le cède jamais à la rigueur de l'expression. Esprit touche-à-tout, Michel Mourlet est d'abord un grand écrivain français et sa langue est celle de la clarté et de la précision**. On ne saurait certes en dire autant de tous ses émules (Jean-Claude Biette en premier lieu). Brillant polémiste, il manie aussi la dérision avec une joie dionysiaque. Un tel style était le vecteur parfait de ce qui demeure, au fond, une apologie du classicisme traduisant une conception aristotélicienne du monde. Cette conception du monde allait bien sûr être sérieusement remise en question au début des années 60.

Face à Godard (qui cita fallacieusement Sur un art ignoré en exergue du Mépris), face à Resnais, face à Antonioni, quelle position adopter ? Cultiver un idéal esthétique ou vivre avec son temps ? Pendant quelques années, les deux tendances allaient cohabiter aux Cahiers du cinéma. En 1963, Rivette trancha et évinça brutalement Rohmer le classique. Désormais, les Cahiers épouseraient - avec une ardeur qui leur fait honneur - chaque chimère de l'époque : structuralisme, gauchisme, maoïsme, feuilletons américains...

Dans les années 60, les Mac-Mahoniens se retrouvaient donc dans la position des vieux critiques par eux moqués pour leur nostalgie du muet. Le malheur est que personne n'ait jamais défendu la "modernité" cinématographique d'une façon aussi brillante que Michel Mourlet pour leur donner tort, l'ère de l'entre-soi et du consensus mou ayant succédé aux stimulantes querelles de chapelle des années 50***. Chassés de la revue jaune, ils étaient accueillis par Jean Curtelin qui leur ouvrait en grand les colonnes de Présence du cinéma. Ils y prêcheraient la bonne parole jusqu'en 1967, date d'un superbe et définitif "adieu au mac-mahonisme" signé Jacques Lourcelles, camarade de Mourlet devenu pour ainsi dire seul auteur de la revue. La minorité cinéphile restée convaincue des vérités révélées dans Sur un art ignoré n'avait plus qu'à entretenir sa mélancolie face à un monde qui ne s'accordait plus à ses désirs.


* "Le maelstrom de la caméra autour du visage d’Henry Fonda pour exprimer son angoisse, ou les colorations successives de James Stewart en proie au cauchemar du vertige, procèdent de la même impuissance devant l'acteur, en suppléant une incapacité à révéler ses virtualités passionnelles — du dedans — par une crispation de tout ce qui n'est pas l’acteur, de tout ce qui est en dehors, de même que les écrivains médiocres forcent le style et brutalisent les mots pour tenter de donner à sentir ce qu'ils ne sentent pas.

** Mourlet, revenu de la cinéphilie depuis belle lurette, consacre aujourd'hui une part importante de son temps à la défense de la langue française

*** voir l'ostracisme pur et simple dont fut victime au cours des années 70 feu Jean-François Tarnowski pour avoir fustigé les théories de Christian Metz dans les colonnes de Positif. On était loin de l'esprit de la polémique "courtoise mais inébranlable" entre Michel Mourlet et Alain Robbe-Grillet quinze ans plus tôt. Entre-temps, le cinéma avait pénétré l'université..

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 130 longs métrages (sur les 426 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) **** **** **** **** **** **** **** **** *** ****
Sueurs froides (Hitchcock) **** * **** **** **** **** **** **** **** ****
La Mort aux trousses (Hitchcock) **** ** **** **** **** *** **** **** *** ****
Rio Bravo (Hawks) **** *** **** **** **** *** **** **** **** ****
Le Tigre du Bengale (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Le Tombeau hindou (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Les Quatre Cents Coups (Truffaut) *** *** **** **** **** **** *** **** **** ****
Mirage de la vie (Sirk) **** **** **** *** **** **** * **** ****  
Certains l'aiment chaud (Wilder) ** * *** **** **** *** *** **** *** ****
Les Fraises sauvages (Bergman) *** ** **** *** **** ** ****   *** ****
Le Temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) **** **** **** ***   *** ** **** *** ***
Ivan le Terrible, 2e partie (Eisenstein) **** * *** **** **** *** ****     ***
Comme un torrent (Minnelli) *** ****   *** **** **** **   **** ***
L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   ****   **
La Chevauchée des bannis (DeToth) *** ****   *** **** ***   ****   ***
Les Nus et les morts (Walsh) *** ****   *** **** ***     *** ***
Pickpocket (Bresson) **** ** *** *** **** ** **** **** ***  
La Forêt interdite (Ray) **** ***     ***     ****    
Autopsie d'un meurtre (Preminger) *** *** *** *** ***   ***   *** ***
Hiroshima mon amour (Resnais) *** ** **** **** *** *** ** ****   ***
Le Pigeon (Monicelli) *** **   *** *** ** ***     ****
Le Déjeuner sur l'herbe (Renoir) *** *** **   ***   ** ****   ***
La Tête contre les murs (Franju) *** *** ** *** ***   ***      
Les Cavaliers (Ford) *** ***   ** ***     ***   ***
Au seuil de la vie (Bergman) ***         ** ***     ****
Le Jugement des flèches (Fuller) *** *** ***   **         ***
Les Amants diaboliques (Visconti) ** *** ** *** **** *** ** ** ** **
Le Trésor du pendu (Sturges) *** ***     **         ***
Adorable Voisine (Quine) *** **     ***   **     ***
Le Cauchemar de Dracula (Fisher)     **   ***   **     ***
Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Minnelli) **** *** **   **       **  
Cendres et diamant (Wajda) ** ** ** *** **** **        
Gigi (Minnelli) *** ° *** ***   ** ***   ** ***
Le Général Della Rovere (Rossellini) **     ** **     ***   ***
L'Homme aux colts d'or (Dmytryk) ** ***     **         ***
La Brune brûlante (McCarey) *** ***         **      
Les SS frappent la nuit (Siodmak) **     ***     ***      
Un trou dans la tête (Capra) ** ***             ***  
La Fille de la rizière (Matarazzo) *** ***                
La Révolte des gladiateurs (Cottafavi)         ***         ***
Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps (Debord, cm)     ****              
Le Chien des Baskerville (Fisher) ** ** **   **   **     **
La Belle au bois dormant (Disney) *       *   *   *** ****
La Prison (Bergman) **   ** ***   * ***     **
L'Aventurier du Texas (Boetticher) *** **     ***          
La Malédiction des pharaons (Fisher)         ***   *     ***
La Mouche noire (Neumann) ***   **   **         **
Le Monde, la chair et le diable (MacDougall) ** °     ****          
Deux Hommes dans Manhattan (Melville) *** * ** ** ***   *      
La Colline des potences (Daves) *** **               **
Le Dernier Train de Gun Hill (Sturges) ** **     **   **     **
Fort Massacre (Newman)   ***               **
Le Kid en kimono (Tashlin) ***   **              
Les Chemins de la haute ville (Clayton) **       ***          
Tombouctou (Tourneur)   ***               **
Les Cousins (Chabrol) **   *** * *** * *      
Crimes au musée des horreurs (Crabtree)         ***   *      
Hercule et la reine de Lydie (Francisci)         **   *     ***
Le Visage (Bergman) *   ***       **      
Les Dragueurs (Mocky) ** **         **      
Trahison à Athènes (Aldrich) **       **   **      
Aventures fantastiques (Zeman) ***                  
Des femmes disparaissent (Molinaro)                    
La Chaîne (Kramer)         ***          
Le Procès de Nuremberg (Podmanitsky)               ***    
Rue des Prairies (De La Patellière)             ***      
Vacances à Paris (Edwards)   ***                
A double tour (Chabrol) **   ** * **          
Le Destin d'un homme (Bondartchouk) **     **            
Les Boucaniers (Quinn)         **   **      
Moi un Noir (Rouch) **         **        
Passez muscade (Cline) **   **              
Un témoin dans la ville (Molinaro)       ** **          
Une balle signée X (Arnold) ** **                
Une leçon d'amour (Bergman) **         **        
La Blonde et le shérif (Walsh) **           *      
Marie-Octobre (Duvivier) * **   * *   **      
La Vache et le prisonnier (Verneuil) * * *   *   * * ** **
Les Grands Espaces (Wyler) **       *         *
L'Or du Hollandais (Daves)   *               **
Le Fauve est lâché (Labro) **       *          
Les Travaux d'Hercule (Francisci)             *     **
Signé Arsène Lupin (Robert) *                  
Caravane vers le soleil (Rouse)         **          
Cette terre qui est mienne (King)   **                
Duel dans la boue (Fleischer)   **                
L'Orchidée noire (Ritt)             **      
La Dernière Torpille (Pevney)                   **
La Terreur des barbares (Campogalliani)                   **
Le Dernier Rivage (Kramer) **                  
Trois Bébés sur les bras (Tashlin)     **              
Vieilles Légendes tchèques (Trnka) **                  
Le Bossu (Hunebelle) *   * ° **   * °   **
Orfeu negro (Camus) * °     **   °     *
Babette s'en va-t-en guerre (Christian-Jaque) °       °   **     **
Salomon et la reine de Saba (Vidor) *       *   *      
Toi le venin (Hossein) °       **   *      
Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Delannoy) * °     ° * **      
L'Idole vivante (Lewin)     * *            
Rodan (Honda)     °             **
Archimède le clochard (Grangier) °       °   *     **
J'irai cracher sur vos tombes (Gast) °       *   *      
Cent vingt-cinq rue Montmartre (Grangier) *                  
Ceux de Cordura (Rossen)                   *
Du rififi chez les femmes (Joffé)             *      
Fort Yuma (Selander) *                  
Goha (Baratier)     *              
L'Ile du bout du monde (Gréville)             *      
La Bête à l'affût (Chenal)   *                
Le Courrier de l'or (Boetticher)   *                
Le Génie du mal (Fleischer) *                  
Le Retour de la mouche (Bernds)     *              
Le Roi dinosaure (Gordon)     *              
Le Voyage (Litvak)         *          
Les Rendez-Vous du diable (Tazieff) *                  
Prisonnières des martiens (Honda)     *              
Signé Zorro (Foster)             *      
Tout près de Satan (Aldrich) *                  
La Femme et le pantin (Duvivier) ° ° °       **      
Les Liaisons dangereuses 1960 (Vadim) °   * ° *   °      
La Loi (Dassin) °       *          
La Nuit des espions (Hossein) °           *      
Le Chemin des écoliers (Boisrond) *       °          
Le Grand Chef (Verneuil) °                 *
Messieurs les ronds-de-cuir (Diamant-Berger)         °   *      
La Jument verte (Autant-Lara) °   ° ° °         **
Le Confident de ces dames (Boyer) °       °   °      
Vous n'avez rien à déclarer ? (Duhour) °       °          
La Valse du Gorille (Borderie)         °          
Le Combat mortel de Tarzan (Humberstone)                   °
Le Petit Prof (Rim) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Bonjour (Ozu) ****   ** ***   *** *** ****    
Herbes flottantes (Ozu) ***     ***   **       ***
Profession : Magliari (Rosi) **   ** ***            
Fleurs de papier (Dutt) **       **** **        
Le Veuf (Risi)       **            

Jocelyn :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Les Quatre Cents Coups / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon / Le Cauchemar de Dracula / Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant / Le Monde, la chair et le diable / Des femmes disparaissent
** : Pickpocket / La Malédiction des pharaons / Les Cousins / Crime au musée des horreurs / La Blonde et le shérif / Orfeu negro
* : Le Bossu
° : La Jument verte

Antoine :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou / Les Fraises sauvages / Ivan le Terrible / L'Impératrice Yang Kwei Fei / Pickpocket
*** : Rio Bravo / Certains l'aiment chaud / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon
** : Le Chien des Baskerville / Deux hommes dans Manhattan / Signé Arsène Lupin
* : Les Quatre Cents Coups / Hiroshima mon amour / L'Aventurier du Texas

Nolan :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Les Quatre Cents Coups / L'Impératrice Yang Kwei Fei
** : Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant
* : Le Bossu
° : La Vache et le prisonnier

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Mirage de la vie / La Mort aux trousses / Rio Bravo / Hiroshima mon amour / Vertigo / Certains l'aiment chaud / Les Fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant / Moi un noir / Les Contes de la lune vague après la pluie / Les 400 coups
** : Gigi / Pickpocket / A double tour

Mister Arkadin :
**** : Sueurs froides (10) ; La Mort aux trousses (10) ; Pickpocket (9) ; Rio Bravo (9) ; Le Pigeon (9)
*** : Certains l’aiment chaud (8) ; Autopsie d’un meurtre (8) ; Cendres et diamant (7) ; Les Quatre Cents Coups (7)
** : Le Trésor du pendu (6) ; Maigret et l’affaire Saint-Fiacre ; Adorable voisine (6) ; Le Déjeuner sur l’herbe (6) ; Comme un torrent (6) ; Les Nus et les morts (6) ; Marie-Octobre (6) ; 125 rue Montmartre (6) ; Le Général Della Rovere (6) ; L’Homme aux colts d’or (6) ; La Colline des potences (6) ; Hiroshima (5) ; Les Cousins (5) ; Gigi (5)
* : La Jument verte (4) ; Archimède le clochard (4)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Mirage de la vie ; Les Cavaliers ; La Belle au bois dormant ; Le Bossu ; La Femme et le pantin

Frédéric :
1- Sueurs froides, 2- Rio Bravo, 3- La Mort aux trousses, 4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou, 5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei, 6- Pickpocket, 7- Hiroshima mon amour, 8- Le Jugement des flèches, 9- Les 400 coups, 10- Les Contes de la lune vague après la pluie

Oriane :
**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Un simple amateur :
1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) 2- Rio Bravo (Hawks) 3- Mirage de la vie (Sirk) 4- Pickpocket (Bresson ) 5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) 6- La Chevauchée des bannis (DeToth) 7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut) 8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) 9- Vertigo (Hitchcock) 10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Vache et le Prisonnier, Henri Verneuil, 8 844 199 entrées
2. La Belle au bois dormant, Clyde Geronimi, 6 585 083 entrées
3. La Jument Verte, Claude Autant-Lara, 5 272 066 entrées
4. Babette s'en va-t-en guerre, Christian Jaque, 4 657 610 entrées
5. Les Liaisons Dangereuses 1960, Roger Vadim, 4 322 955 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : On n'enterre pas le dimanche (Michel Drach)
- Prix Méliès : Hiroshima mon amour (Alain Resnais) & Les Quatre Cents Coups (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Les Étoiles de midi (Marcel Ichac)
- Oscar du meilleur film : Gigi (Vincente Minnelli)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini) & La Grande Guerre (Mario Monicelli)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Orfeu Negro (Marcel Camus)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Cousins (Claude Chabrol)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Au risque de se perdre (Fred Zinnemann)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1959 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Les Contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi), 2. Hiroshima mon amour (Alain Resnais), 3. Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein), 4. Pickpocket (Robert Bresson), 5. Les Quatre Cents Coups (Francois Truffaut), 6. Rio Bravo (Howard Hawks), 7. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), 8. Sueurs froides (Alfred Hitchcock), 9. L'Impératrice Yang Kwei Fei (Kenji Mizoguchi), 10. Le Tigre du Bengale (Fritz Lang)


2) L'année 59 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année d'Alain Resnais : Hiroshima mon amour
- Se distinguent particulièrement :
Serguei Bondartchouk, Le Destin d'un homme / Jack Clayton, Les Chemins de la haute ville / Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula / Georges Franju, La Tête contre les murs / Howard Hawks, Rio Bravo / Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses / Vincente Minnelli, Comme un torrent / Kenji Mizoguchi, Les Contes de la lune vague après la pluie & L'Impératrice Yang Kwei Fei / Andrzej Wajda, Cendres et diamant / Raoul Walsh, Les Nus et les morts / Billy Wilder, Certains l'aiment chaud / Robert Wise, Je veux vivre / Karel Zeman, Aventures fantastiques"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1959 sur le site Encyclo-Ciné)

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***                  
Le Démon des eaux troubles (Fuller)         ***          
Le Fantôme de la rue Morgue (Del Ruth)         ***          
Vacances romaines (Wyler) * °   ** **   *** * * ***
Théodora, impératrice de Byzance (Freda)   **   ** ***          
Je dois tuer (Allen) *   **     ** **      
Monsieur Ripois (Clément) *** ° ° ** ***     *   **
Victime du destin (Walsh)   ***   *            
La Reine vierge (Sidney) *       ***          
Les Massacreurs du Kansas (De Toth)   *     ***          
Le Rouge et le Noir (Autant-Lara) ** °   ** **     *   **
Prince Vaillant (Hathaway)         **   ** *    
Comment épouser un millionnaire (Negulesco) *   *   **   * *    
Papa, maman, la bonne et moi (Le Chanois) *       °   **     **
Le Défroqué (Joannon) ** **     °          
Jour de terreur (Garnett)   °     ***          
Quand la Marabunta gronde (Haskin) *                 **
L'Implacable (Parrish)   **                
L'Emprise du destin (Saenz de Heredia)                   **
Le Monstre des temps perdus (Lourié)                   **
Retour au paradis (Robson)                   **
Deux Nigauds contre docteur Jekyll et Mister Hyde (Lamont)     **              
Fille d'amour (Cottafavi)   **                
Houdini le grand magicien (Marshall)         **          
La Brigade héroïque (Walsh)   **                
La Sorcière blanche (Hathaway)                   **
Le Roi des îles (Haskin)                   **
Passion sous les tropiques (Maté)                   **
Tempête sous la mer (Webb)     **              
Une femme qui s'affiche (Cukor) **                  
Vaquero (Farrow)         **          
Huis clos (Audry)                   **
Cadet Rousselle (Hunebelle) *       *     °   **
La Porte de l'enfer (Kinugasa) * °               **
Madame du Barry (Christian-Jaque) *       *     *    
Amour, délices et golf (Taurog)     °             **
L'Affaire Maurizius (Duvivier) ** °                
Le Grand Jeu (Siodmak)       * *          
Ali Baba et les quarante voleurs (Becker) ° ° ° ° *   ° ° ** ***
Ah les belles bacchantes ! (Loubignac) °   °   °   * *   **
La Reine Margot (Dréville) *   °   *          
Expédition du fort King (Boetticher)   *                
La Cité sous la mer (Boetticher)   *                
La Marchande d'amour (Soldati)   *                
La Première Sirène (Le Roy)                   *
Le Traître du Texas (Boetticher)   *                
Avant le déluge (Cayatte) *                  
Capitaine King (King) *                  
Deux Nigauds chez Vénus (Lamont)     *              
La Fontaine des amours (Negulesco)         *          
Les Femmes s'en balancent (Borderie)         *          
Les Révoltés de Lomanach (Pottier)                   *
Bonnes à tuer (Decoin)   *                
L'Air de Paris (Carné)   *                
Le Mouton à cinq pattes (Verneuil) °   °   °     °   **
Ne me quitte jamais (Daves)   °                
L'Ennemi public numéro un (Verneuil)         °          
Mam'zelle Nitouche (Allégret)   °                
Chaussure à son pied (Lean)   °                
Noël blanc (Curtiz)         °          
Obsession (Delannoy)               °    
Poisson d'avril (Grangier)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Une Femme dont on parle (Mizoguchi) *** ****       ***        
Le Grondement de la montagne (Naruse) *** ***   ***            

Antoine :
**** : La Vie de O'Haru, femme galante
*** : Les Vitelloni
** : Rivière sans retour / Les Hommes préfèrent les blondes / La Femme au gardénia / Les Chevaliers de la Table ronde
* : L'Equipée sauvage / Ali Baba et les quarante voleurs
° : Théodora, impératrice de Byzance

Nolan :
**** : Tous en scène / Les Hommes préfèrent les blondes
*** : Touchez pas au grisbi
** : Rivière sans retour
* : La Guerre des mondes / L'Equipée sauvage
° : Ali Baba et les quarante voleurs

Rémi :
**** : Voyage en Italie / Monika
*** : Rivière sans retour / Les Lettres de mon moulin
** : Les Rats du désert
* : Ali Baba et les quarante voleurs

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Tous en scène
*** : Les Hommes préfèrent les blondes / Les Chevaliers de la Table ronde
** : La Guerre des mondes / Comment épouser un millionnaire / Le Monstre des temps perdus

Mister Arkadin :
**** : Tous en scène (8) ; Voyage en Italie (8) ; Touchez pas au grisbi (8)
*** : Les hommes préfèrent les blondes (8) ; Les Vitelloni (7) ; Rivière sans retour (7)
** : Si Versailles m’était conté (6) ; Mogambo (6) ; Tant qu’il y aura des hommes (6) ; L’Air de Paris (6) ; L'Équipée sauvage (5) ; Ali Baba et les quarante voleurs (5) ; La Reine Margot (5)
* : Comment épouser un millionnaire (4)
o : Poisson d’avril (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) La Furie du désir ; Monika ; La Femme au gardénia ; Pain, amour et fantaisie ; Ouragan sur le Caine ; La Belle Espionne ; La Perle noire ; Plus fort que le diable ; Le Jardin du diable ; Sergent la terreur ; La Brigade héroïque

Frédéric :
1- Voyage en Italie, 2- Tous en scène, 3- El, 4- La vie d'Oharu, 5- L'Amour d'une femme, 6- Monika, 7- Les Hommes préfèrent les blondes, 8- La Femme au gardénia, 9- Touchez pas au grisbi, 10- Rivière sans retour

Oriane :
**** : Les Vitelloni
*** : El
* : Touchez pas au grisbi / Les Lettres de mon moulin / Plus fort que le diable
° : Si Versailles m'était conté

Un simple amateur :
1- Voyage en Italie (Rossellini) 2- Tous en scène (Minnelli) 3- El (Bunuel) 4- La vie d'Oharu (Mizoguchi) 5- L'Amour d'une femme (Grémillon) 6- Monika (Bergman) 7- Une femme dont on parle (Mizoguchi) 8- Le Grondement de la montagne (Naruse) 9- I Vitelloni (Fellini) 10- Rivière sans retour (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Si Versailles m'était conté..., Sacha Guitry, 6 986 788 entrées
2. Tant qu'il y aura des hommes, Fred Zinnemann, 6 398 054 entrées
3. Papa, maman, la bonne et moi, Jean-Paul Le Chanois, 5 374 131 entrées
4. Touchez pas au grisbi, Jacques Becker, 4 713 585 entrées
5. Le Rouge et le Noir, Claude Autant-Lara, 4 342 365 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot), sortie prévue en janvier 1955
- Prix Méliès : Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara)
- Grand prix du cinéma français : Le Blé en herbe (Claude Autant-Lara)
- Oscar du meilleur film : Tant qu'il y aura des hommes (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Roméo et Juliette (Renato Castellani)
- Festival de Cannes, Grand Prix : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Chaussure à son pied (David Lean)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa), Le Mouton à cinq pattes (Henri Verneuil), Les Fruits sauvages (Hervé Bromberger), Bajaja (Jiri Trnka) et Rotation (Wolfgang Staudte)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Sierra maldita (Antonio del Amo)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1954 pour les Cahiers du Cinéma (tel que l'on peut l'établir à partir des listes individuelles publiées dans le n°43, janvier 1955) :

1. El (Luis Buñuel), 2. Touchez pas au grisbi (Jacques Becker), 3. Monsieur Ripois (René Clément), 4. Les Hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks), 5. L'Equipée sauvage (Laszlo Benedek), Les Vitelloni (Federico Fellini) & Une Femme qui s'affiche (George Cukor), 8. La Femme au gardénia (Fritz Lang), 9. Les Aventures de Robinson Crusoë (Luis Buñuel), 10. Rivière sans retour (Otto Preminger) & Plus fort que le Diable (John Huston)

(Note : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, visible en province fin 1954, est pris en compte par les critiques en 1955 après sa sortie parisienne en avril de cette année-là)

2) L'année 54 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Marilyn : Niagara, Rivière sans retour, Comment épouser un millionnaire
- Les meilleurs :
Laszlo Benedek, L'Equipée sauvage / Richard Brooks, Le Cirque infernal & Sergent-la-terreur / Luis Buñuel, El & Les Aventures de Robinson Crusoë / René Clément, Monsieur Ripois / Vittorio Cottafavi, Fille d'amour / George Cukor, Une femme qui s'affiche / Federico Fellini, Les Vitelloni / Howard Hawks, La Captive aux yeux clairs / John Huston, Plus fort que le diable / Fritz Lang, Règlement de comptes / Alberto Lattuada, Le Manteau & La Louve de Calabre / Anthony Mann, L'Appât / Vincente Minnelli, Tous en scène / Otto Preminger, Un si doux visage & Rivière sans retour / George Stevens, L'Homme des vallées perdues / King Vidor, La Furie du désir / Robert Wise, La Tour des ambitieux"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1954 sur le site Encyclo-Ciné)