Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Sur vos écrans en 1960

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

psycho00.jpgL’homme au volant est jeune et se dirige vers Paris. Il vient de voler la voiture qu’il conduit. Dans l’habitacle, il soliloque, fredonne, hésite à prendre des autostoppeuses puis se ravise ("après tout, elles sont trop moches"), râle et soudain regarde le public dans les yeux et déclare : "si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la montagne, si vous n’aimez pas la campagne, allez vous faire foutre !"
Au-delà de la provocation, cette première séquence d’A bout de souffle illustre parfaitement l’état d’esprit de cette "nouvelle vague" qui déferle actuellement sur le cinéma français. Avec son premier long-métrage, Jean-Luc Godard fait voler en éclats les codes de la grammaire cinématographique et signe une œuvre insolente et d’une fraicheur inouïe. Quant à cette adresse aux spectateurs (impensable dans le cadre du cinéma traditionnel), elle fait également figure de manifeste du jeune cinéma français. Une sorte de déclaration de guerre contre ce cinéma "de qualité" vilipendé par Truffaut : plutôt que de filmer des histoires vieillottes en studio, il s’agira désormais de sortir dans la rue, de montrer la mer, la campagne, la montagne mais également les cafés, les copains, les rues de Paris. Bref, tenter de saisir l’air du temps et la fugacité de l’instant présent.
Si François Truffaut s’éloigne de la dimension autobiographique qui fit le succès de ses 400 coups,  son deuxième long-métrage Tirez sur le pianiste conserve un style, un rythme qui ont séduit notre équipe. Claude Chabrol signe déjà son quatrième long-métrage et nous offre avec Les Bonnes femmes une œuvre acerbe et cruelle parfaitement maitrisée.
En revanche, si deux anciennes plumes des Cahiers du cinéma sont passées cette année à la réalisation, leurs œuvres ont moins convaincu, qu’il s’agisse de Pierre Kast qui signe pourtant avec Le Bel âge une œuvre élégante et littéraire ou de Jacques Doniol-Valcroze dont le film L’Eau à la bouche ne restera dans les mémoires que pour la chanson titre écrite par Serge Gainsbourg.

Même si elle prend un visage un peu différent, cette modernité incarnée par la "Nouvelle Vague" française semble gagner des pays voisins. Deux films italiens marquants l’ont prouvé cette année. Si votre serviteur ne partage pas totalement l’enthousiasme de l’équipe pour L’Avventura de Michelangelo Antonioni (film sifflé à Cannes cette année), ce film pétri d’angoisses existentielles marque indubitablement une nouvelle étape dans la modernité cinématographique. Avec La Dolce vita (célébré à Cannes par la Palme d’or), Fellini signe son film le plus abouti, le plus ample et nous offre un panorama assez stupéfiant des mœurs de l’Italie d’aujourd’hui.

L’année 1960 confirme également l’émergence d’une autre "nouvelle vague", beaucoup moins médiatisée, celle de l’épouvante britannique. Depuis quelques années, les studios de la Hammer nous proposent des relectures passionnantes des grands mythes du fantastique jadis illustrés par les studios Universal. Les Maitresses de Dracula prouve une fois de plus le talent du cinéaste Terence Fisher et le renouveau d’un genre qui méritait bien cet apport de sang frais. Toujours en Angleterre, les producteurs Robert Baker et Monty Berman nous ont permis la découverte de Jack l’éventreur et surtout de ce petit chef-d’œuvre de John Gilling intitulé L’Impasse aux violences, nouveau fleuron de ce cinéma d’épouvante mettant en scène des "résurrectionnistes" et jouant sur des atmosphères macabres et oppressantes.

Même si c’est un film un peu à part, Le Voyeur de Michael Powell, fort apprécié par notre équipe, pourrait marquer une sorte de quintessence de cette "horreur à l’anglaise" : un goût prononcé pour un érotisme morbide, une maitrise parfaite des codes de l’angoisse, une exploration sans limite des zones d’ombre de l’âme humaine. Mais ce qui distingue le film de Powell, c’est sans doute cette réflexion sur la nature même du cinéma qu’il propose puisque son héros est à la fois le metteur en scène démiurge "abusant" de ses modèles et le spectateur lui-même qui jouit de la mort des personnages sacrifiés. De ce point de vue, l’œuvre est vertigineuse.

Là encore, ce goût du fantastique et de l’épouvante semble se propager aux pays voisins. Michel Simon a tourné cette année dans un très curieux film allemand signé Victor Trivas : La Femme nue et Satan où l’on retrouve ce mélange de fantastique et d’érotisme. Même la très cartésienne France ne fut pas en reste cette année. Si Le Testament d’Orphée prolonge les expérimentations poétiques et merveilleuses de Jean Cocteau avec un résultat qui divise notre équipe, Georges Franju a obtenu tous les suffrages avec son merveilleux Les Yeux sans visage, exemple unique d’un fantastique français jouant avant tout sur la suggestion et la poésie mystérieuse du Réel.

Pour conclure, c’est le maître du suspense Alfred Hitchcock qui s’invite une fois de plus au sommet de nos films préférés et qui signe avec Psychose une œuvre qui relève autant du thriller que de l’épouvante pure. Gageons que plus personne ne pourra désormais prendre une douche sans avoir en tête les images de Janet Leigh assassinées ni celles de la fin du film. Mais chut ! Laissons aux heureux spectateurs qui ne l’auraient pas encore vu le plaisir d’avoir leurs plus beaux frissons d’une année qui n’en fut pourtant pas avare…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 114 longs métrages (sur les 451 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Psychose (Hitchcock) *** *** **** **** **** *** **** *** **** ****
A bout de souffle (Godard) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang) **** **** ** **** **** **** *** ****   ****
L'Intendant Sansho (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   *** **** ****
Le Voyeur (Powell) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Les Yeux sans visage (Franju) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Le Trou (Becker) **** ****   **** **** ** *** ****   ***
La Dolce vita (Fellini) *** * *** **** **** ****   ****   ****
L'Avventura (Antonioni) *** *** ** **** **** ****   **** ****  
La Garçonnière (Wilder) ** **** *** *** *** **** *** ** **** ****
Traquenard (N. Ray) **** ** *** *** *** ***   **** ****  
La Complainte du sentier (S. Ray) **** *** *** *** *** ****        
Tirez sur le pianiste (Truffaut) **** *** *** *** *** *** **** ** *** ***
Soudain l'été dernier (Mankiewicz) *** ** **** **** **** *** ** *** **** **
L'Aventurier du Rio Grande (Parrish) ** ****     ****         ***
Le Sergent noir (Ford) **** **     **** *     **** ***
La Source (Bergman) *** ** ***   **** * *** ***   ****
L'Impasse des violences (Gilling)     ***   ****   ***      
Temps sans pitié (Losey) *** ***   ***           ***
La Ballade du soldat (Tchoukhraï) * ***             **** ****
Le Coup de l'escalier (Wise)   ***     ****          
Le Vent de la plaine (Huston) **     *** ***     ** *** ***
Les Bonnes Femmes (Chabrol) *** **** *** **     **      
Les Maîtresses de Dracula (Fisher) **       **** ** ** ***   ***
Le Testament d'Orphée (Cocteau) *** ° *** ** *** **   *** *** ***
La Chute d'un caïd (Boetticher) *** ***     ***          
Les Corps sauvages (Richardson)       *** ***       ***  
Plein Soleil (Clément) ** *** ** ** *** * *** ***    
Nazarin (Buñuel) ***   **   *** **   ***    
Classe tous risques (Sautet) ** ** ** ** ** ** *** ***   ***
Opération jupons (Edwards)     **   ***   ** ** ** ***
Alamo (Wayne) ** ***   ** **     * ** ****
La Grande Guerre (Monicelli) *** ***   * *** **        
Les Etrangleurs de Bombay (Fisher)         ***         ***
Le Pont (Wicki)   ****                
Ben Hur (Wyler) ** * ** ** ** *   *** **** **
La Fièvre monte à El Pao (Buñuel) **   ** ** ** **   **   **
La Dame sans camélias (Antonioni) **     ***   **        
Les Légions de Cléopâtre (Cottafavi)   **     ***         **
Le Milliardaire (Cukor) *   **   *   **   *** ***
Voyage au centre de la terre (Levin)   ** **       ** **   **
Un numéro du tonnerre (Minnelli) *** ° ** **           ***
Kismet (Minnelli) ***             **    
Sur le Bowery (Rogosin)       ***   **        
Les Liaisons secrètes (Quine) ** ***                
Zazie dans le métro (Malle) **   ** ** ** ** ** * ** **
Le Rock du bagne (Thorpe) * ** ** ** **   ** *    
La Nuit de tous les mystères (Castle)     *   ***         **
La Proie des vautours (Sturges) **       *         ***
La Souris qui rugissait (Arnold)   **     **   **      
Les Dents du diable (N. Ray) * ***     **          
Donnez-lui une chance (Donen)   ***                
Le Poème de la mer (Dovjenko & Solnsteva) ***                  
Ils n'ont que vingt ans (Daves)   ***                
La Plus Grande Aventure de Tarzan (Guillermin)                   ***
Le Bourreau du Nevada (Curtiz)         **          
Milliardaire de cinq sous (Shavelson)                   ***
Ordres secrets aux espions nazis (Fuller)   ***                
Amants et fils (Cardiff)                 ***  
Un couple (Mocky) ***                  
Le Bel Age (Kast) ** * ** **            
Le Capitan (Hunebelle)     *   *   ** **   **
Come Back Africa (Rogosin)       **   **        
Les Derniers Jours de Pompéi (Bonnard)               **   **
Normandie-Niémen (Dréville)   **               **
L'Enclos (Gatti)       **       **    
La Vérité (Clouzot) °   *   *** * **   **  
Les Jeux de l'amour (De Broca) * ** **              
Austerlitz (Gance) *       *     **   **
La Bataille de Marathon (Vailati & Tourneur) **       **     *   *
Crésus (Giono) °             ** * **
La Vengeance d'Hercule (Cottafavi) ** *     **         °
Jamais le dimanche (Dassin) °       **   **      
Moderato Cantabile (Brook) *       **     *    
Terrain vague (Carné) * *             **  
Le Monde perdu (Allen) **                  
Le Scorpion noir (Ludwig)                   **
Bagarres au King Creole (Curtiz)             **      
Carthage en flammes (Gallone)                   **
Escorte pour l'Oregon (Lyon)                   **
Etoiles (Wolf)       **            
Jack l'Eventreur (Baker)       **            
La Femme nue et Satan (Trivas)     **              
La Police fédérale enquête (Le Roy) **                  
Le Monstre immortel (Freda)         **          
Les Seins de glace (Siodmak)               **    
Les Sept Voleurs (Hathaway)                   **
Tarzan l'homme-singe (Newman)           **        
Tout commença par un baiser (Marshall)                   **
L'Affaire d'une nuit (Verneuil) **                  
Les Distractions (Dupont)   **                
Les Voyages de Gulliver (Sher)               **    
Les Vieux de la vieille (Grangier) °           ** *   *
La Diablesse en collant rose (Cukor) ** °           *    
Le Sang du vampire (Cass)     *   *          
Cargaison dangereuse (Anderson) *       *          
Et mourir de plaisir (Vadim) °   *   *          
Louis II de Bavière (Käutner)   *                
Cinq Femmes marquées (Ritt)         *          
Coulez le Bismarck ! (Gilbert)         *          
L'Eau à la bouche (Doniol-Valcroze) *                  
Le Dialogue des carmélites (Agostini)               *    
Le Géant du grand Nord (Douglas)   *                
Quai du Point-du-Jour (Faurez)         *          
Tiens bon la barre matelot (Taurog) *                  
Le Bal des adieux (Vidor & Cukor)         *          
Fortunat (Joffé) °       °     *    
Le Baron de l'écluse (Delannoy) °       °          
L'Homme au bandeau noir (Miner)   °                
Katia (Siodmak)         °          
La Chatte sort ses griffes (Decoin)         °          
Comment qu'elle est (Borderie)         °          
Le Bois des Amants (Autant-Lara)   °                
Le Passage du Rhin (Cayatte) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Déesse (S. Ray) **** **** ** ****   ****        
Fin d'automne (Ozu) ****   *** *** *** ***   *** *** ***
Contes cruels de la jeunesse (Oshima) *** *** *** ** **** ***       ***
La Servante (Kim)     ** *** ****          
Nuit et brouillard du Japon (Oshima) ***   **   *** ***        
Quand une femme monte l'escalier (Naruse) ****                  
L'Enterrement du soleil (Oshima) ***   **     **        
L'Etoile cachée (Ghatak) **** °       **        
Courant du soir (Naruse) ***                  
Un dur de 1900 (Torre Nilsson)       **            
Le sang séché (Yoshida)     **              
Bon à rien (Yoshida)     **              

Timothée :
**** : Psychose / A bout de souffle / L'Intendant Sansho / La Garçonnière
*** : Les Contrebandiers de Moonfleet / Les Yeux sans visage / La Dolce vita / Tirez sur le pianiste / Le Testament d'Orphée
** : Soudain l'été dernier / Les Bonnes Femmes / Opération Jupons / Ben Hur
* : L'Avventura

Antoine :
**** : Psychose / Les Contrebandiers de Moonfleet / L'Avventura
*** : A bout de souffle / L'Intendant Sansho / La Dolce vita / Traquenard / Tirez sur le pianiste / Plein soleil
** : La Garçonnière
* : Ben Hur

Nolan :
**** : Psychose
*** : A bout de souffle / La Dolce vita / L'Avventura
** : Tirez sur le pianiste / Plein soleil / Classe tous risques
* : Zazie dans le métro / Le Monde perdu

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Psychose (9) ; Moonfleet (8)
*** : Le Trou (8) ; Classe tous risques (7) ; Donnez-lui une chance (7) ; Traquenard (7) ; Le Voyeur (7) ; A bout de souffle (7) ; Soudain l’été dernier (7)
** : Alamo (6) ; Tirez sur le pianiste (6) ; Les Yeux sans visage (6) ; La Garçonnière (6) ; Terrain vague (6) ; La Vérité (6) ; Le Capitan (5) ; Fortunat (5) ; Les Vieux de la vieille (5) ; Ben-Hur (5)
* : Le Milliardaire (4) ; Le Baron de l’écluse (4) ; Les Bonnes Femmes (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Dolce Vita ; Les Liaisons secrètes ; Zazie dans le métro

Frédéric :
1- Les Contrebandiers de Moonfleet, 2- L'Intendant Sansho, 3- Traquenard, 4- Psychose, 5- Les Bonnes Femmes, 6- L'Avventura, 7- La Dolce Vita, 8- A bout de souffle, 9- Les Yeux sans visage, 10- Tirez sur le pianiste

Oriane :
**** : A Bout de souffle / La Dolce Vita / Fin d'automne
*** : Psychose / Les Yeux sans visage / Tirez sur le pianiste / Soudain l'été dernier / La Servante
** : Le Voyeur / Ben Hur

Un simple amateur :
1- La Complainte du sentier (S. Ray) 2- La Source (Bergman) 3- L'Intendant Sansho (Mizoguchi) 4- L'Avventura (Antonioni) 5- A bout de souffle (Godard) 6- Psychose (Hitchcock) 7- La garçonnière (Wilder) 8- La dolce vita (Fellini) 9- Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang) 10- Les yeux sans visage (Franju)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Ben Hur, William Wyler, 13 843 114 entrées
2. Le Bossu, André Hunebelle, 5 844 174 entrées
3. La Vérité, Henri-Georges Clouzot, 5 692 025 entrées
4. Le Capitan, André Hunebelle, 4 877 547 entrées
5. Le Passage du Rhin, André Cayatte, 4 658 939 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Une aussi longue absence (Henri Colpi), sortie prévue en 1961
- Prix Méliès : Le Trou (Jacques Becker) & A bout de souffle (Jean-Luc Godard)
- Grand prix du cinéma français : La Vérité (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Ben Hur (William Wyler)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Passage du Rhin (André Cayatte)
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Dolce vita (Federico Fellini)
- Festival de Berlin, Ours d'or : El Lazarillo de Tormes (César Ardavin)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Bel Antonio (Mauro Bolognini), sortie prévue en 1961
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Romeo, Juliet a Tma (Jiri Weiss)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1960 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. L'Intendant Sansho (Kenji Mizoguchi), 2. L'Avventura (Michaelangelo Antonioni), 3. A bout de souffle (Jean-Luc Godard), 4. Tirez sur le pianiste (Francois Truffaut), 5.  Le Poème de la mer (Alexandre Dovjenko & Julia Solnsteva), 6. Les Bonnes Femmes (Claude Chabrol), 7. Nazarin (Luis Bunuel), 8. Les Contrebandiers de Moonfleet (Fritz Lang), 9. Psychose (Alfred Hitchcock), 10. Le Trou (Jacques Becker)


2) L'année 60 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année terrifiante, avec Les Yeux sans visage (Georges Franju), Le Voyeur (Michael Powell), L'Impasse aux violences (John Gilling), La Nuit de tous les mystères (William Castle), Psychose (Alfred Hitchcock), Les Monstres invisibles (Arthur Crabtree), Le Monstre immortel (Robert Hampton), Le Panier à crabes (Joseph Lisbona), La Femme sangsue (Edward Dein), Et mourir de plaisir (Roger Vadim), Les Maîtresses de Dracula (Terence Fisher)
- Palmarès :
Michelangelo Antonioni, L'Avventura / Jacques Becker, Le Trou / Luis Buñuel, Nazarin / Henri-Georges Clouzot, La Vérité / George Cukor, La Diablesse en collant rose / Federico Fellini, La Dolce vita / John Huston, Le Vent de la plaine / Fritz Lang, Les Contrebandiers de Moonfleet / Joseph Losey, Temps sans pitié / Louis Malle, Zazie dans le métro / Vincente Minnelli, Un numéro du tonnerre / Robert Parrish, L'Aventurier du Rio Grande / Richard Quine, Liaisons secrètes / Lionel Rogosin, Sur le Bowery & Come back Africa / François Truffaut, Tirez sur le pianiste / Billy Wilder, La Garçonnière / Konrad Wolf, Etoiles"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1960 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Pardon mais 1/je n'avais pas vu Plein Soleil dans le tableau (**) et 2/je m'aperçois qu'Antoine aime beaucoup le film de René Clément dont il a absolument détesté le Père Tranquille. Comme quoi… la politique des auteurs a ses limites !

Écrit par : nolan | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

"Plein soleil", c'est un peu l'exception, le film qui intéresse même ceux qui détestent le cinéma de René Clément.

Écrit par : Edouard | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

René Clément n'étant pas à proprement parler un auteur, ceci explique certainement cela. Peut-on d'ailleurs parler de "cinéma de René Clément"? Je pose la question.

sinon, les Naruse ne faisaient pas partie du tableau que tu m'as transmis je crois.
Courant du soir: **(http://films.nonutc.fr/2008/09/20/courant-du-soir-mikio-naruse-et-yuzo-kawashima-1960/)
Quand une femme monte l'escalier: **** (http://films.nonutc.fr/2008/10/29/quand-une-femme-monte-lescalier-mikio-naruse-1960/)

Écrit par : Christophe | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

Tout à fait, Christophe, les Naruse, c'est un ajout tardif signé Buster.

Que ceux qui les connaissent me le signale, je ferai la mise à jour.

Écrit par : Edouard | 10/11/2013

Et tu as retiré la rubrique box office, c'est dommage parce que ça satisfait toujours ma curiosité de voir quels sont les blockbusters d'antan et leur valeur artistique avec le temps qui passe.

Écrit par : nolan | 12/11/2013

Répondre à ce commentaire

Merci de ne pas tenir compte de mon commentaire précédent. Visiblement je n'ai pas les yeux en face des trous.

Écrit par : nolan | 12/11/2013

Répondre à ce commentaire

Mon top 10 pour 1960 :

1- A bout de souffle (Godard)
2- Psychose (Hitchcock)
3- Soudain l'été dernier (Mankiewicz)
4- Le voyeur (Powell)
5- Les bonnes femmes (Chabrol)
6- L'impasse aux violences (Gilling)
7- La garçonnière (Wilder)
8- Les yeux sans visage (Franju)
9- Traquenard (Ray)
10- La dolce vita (Fellini)

+ Contes cruels de la jeunesse (Oshima)
Fin d'automne (Ozu)

Écrit par : Dr Orlof | 13/11/2013

Répondre à ce commentaire

Le mien :

1. Les Contrebandiers de Moonfleet
2. Les Yeux sans visage
3. Psychose
4. Le Voyeur
6. Soudain l'été dernier
7. A bout de souffle
8. L'Avventura
9. La Dolce Vita
10. La Complainte du sentier

+ La Déesse

Écrit par : Edouard | 21/11/2013

Répondre à ce commentaire

Ze top pour 1960 et 1961 (grande année moi j'dis sans même avoir vu la liste) pointe déjà son nez

Le voyeur
Les contrebandiers de Moonfleet
Psychose
A bout de souffle
Les yeux sans visage
La dolce vita
La source
L’impasse aux violences
L’avventura
L’aventurier du Rio Grande

Écrit par : FredMJG | 22/11/2013

Répondre à ce commentaire

Top 1960

1- Les Contrebandiers de Moonfleet ( Lang )
2- L'Intendant Sansho ( Mizoguchi )
3- Traquenard ( N.Ray )
4- Psychose ( Hitchcock )
5- Les Bonnes Femmes ( Chabrol )
6- L'Avventura ( Antonioni )
7- La Dolce Vita ( Fellini )
8- A bout de souffle ( Godard )
9- Les Yeux sans visage ( Franju )
10- Tirez sur le pianiste ( Truffaut )

Écrit par : Frédéric | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes en 1950 :

**** : A Bout de souffle / La Dolce Vita / Fin d'automne
*** : Psychose / Les Yeux sans visage / Tirez sur le pianiste / Soudain l'été dernier / La Servante
** : Le Voyeur / Ben Hur

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon top 1960 serait:

1- La Complainte du sentier (S. Ray)
2- La Source (Bergman)
3- L'Intendant Sansho (Mizoguchi)
4- L'Avventura (Antonioni)
5- A bout de souffle (Godard)
6- Psychose (Hitchcock)
7- La garçonnière (Wilder)
8- La dolce vita (Fellini)
9- Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang)
10- Les yeux sans visage (Franju)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire