Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

Sur vos écrans en 1958

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1958,welles,bergman,sirk,walsh,mann,minnelli,parrish,mamoulian,tati,wajda,fordTout au long de cette année 1958, les signes d'un renouveau cinématographique que notre collaborateur Vincent J. avait déjà parfaitement repéré dans son éditorial de 1957 se sont accentués. Une soif de nouveauté se fait réellement sentir dans tous les domaines de la vie culturelle française. Elle a alimenté ces derniers mois quantité de débats et d'articles. Poursuivant un travail entamé dans les colonnes de L'Express l'an dernier, Françoise Giroud a pu ainsi publier l'ouvrage "La Nouvelle Vague : portrait de la jeunesse". Cette expression, Pierre Billard l'a utilisée à son tour dans Cinéma 58 et, de leur côté, les Cahiers du Cinéma, publication à la pointe du mouvement, ont publié en décembre un numéro spécial "Jeunesse du cinéma français".

Indéniablement, des lignes sont en train de bouger dans notre petit monde du septième art. Les jeunes turcs de la critique ont exprimé depuis quelques années dans Arts et les Cahiers toute l'inquiétude, voire le désespoir, que l'état de la production nationale leur inspirait. Leur désir était de passer à leur tour derrière les caméras, afin de donner un coup de pied régénérateur à la fourmilière. Depuis peu, nous pouvons enfin commencer à les juger sur pièces puisqu'ils ont pris pour de bon le virage vers la réalisation : les courts métrages se sont multipliés et le premier long, Le Beau Serge de Claude Chabrol est sorti sur nos écrans. Si en 1958, Jacques Tati aura été, pour beaucoup, le grand homme du cinéma français pour avoir réussi à pousser plus loin encore qu'avec les Vacances de Monsieur Hulot son exigence artistique tout en récoltant lauriers et entrées, si Roger Vadim, qui, bien aidé par Brigitte Bardot, ouvrit en quelque sorte la voie en 1956, n'a toujours pas réussi à nous enthousiasmer (ses Bijoutiers du clair de lune ont navré plus d'un membre de notre équipe), enfin si l'on peut ergoter à propos du statut, par rapport au groupe, de Louis Malle, la principale révélation française de ces derniers mois grâce aux présentations successives des audacieux Amants et du noir et jazzy Ascenseur pour l'échafaud, force est de constater que les premiers travaux proposés par les membres de cette "famille Cahiers", bien qu'inaboutis, se révèlent déjà plus stimulants que les lourdes productions classiques de leurs vieilles cibles favorites. Nous verrons bientôt (si l'on se fie aux bruits de couloirs actuels, Cannes 59 pourrait être décisif) si le mouvement amorcé débouche sur un véritable renouveau mais il est évident que cette année 58 ne fut pas (comme d'habitude et moins que jamais s'empresseront d'ajouter certains d'entre nous) celle de Carné, de Clément, de Marc Allégret, d'Autant-Lara, de Cayatte, de Le Chanois, de Christian-Jaque ou de Delannoy.

De janvier, où François Truffaut s'en est pris violemment à la revue concurrente des Cahiers, Positif (dont le rythme de parution nous inquiète fortement : trois numéros en un an, cela fait peu pour un "mensuel"), jusqu'à décembre, où les hommages au grand disparu André Bazin ont été nombreux, la cinéphilie s'est trouvé quantité de grains à moudre. La radio elle-même ne fut pas en reste : depuis la fin de l'année dernière, le Masque et la plume, l'émission culturelle de Paris-Inter, s'est dotée d'une équipe de critiques cinématographiques.

Bien sûr, pour rendre compte de l'année cinéma, il ne faut pas se cantonner aux réflexions franco-françaises et regarder ce qui nous vient d'ailleurs. De Suède, où Ingmar Bergman s'impose définitivement comme l'un des grands artistes européens (dans le désordre des sorties en salles, nous avons pu découvrir quatre de ses films récents, dont un chef d'œuvre, en attendant ses Fraises sauvages primées à Berlin). D'URSS, où travaille Mikhaïl Kalatozov, détenteur d'une palme d'or et d'un succès public étonnant pour Quand passent les cigognes, œuvre porteuse, elle aussi, de nouveauté. D'Italie, avec la nouvelle proposition de Michelangelo Antonioni et celle, faussement mineure, de Luchino Visconti. De Pologne, d'où surgit Andrzej Wajda. D'Angleterre, où l'horreur se substitue peu à peu au rire. Et comment ne pas mentionner les Etats-Unis alors que le film de l'année est aussi celui du retour de l'ogre Orson Welles, alors que Sirk, Walsh, Mann, Minnelli, Mamoulian et Ford ont bien tourné, alors que les "progressistes" Brooks ou Ritt, à défaut de passionner toujours ont su provoquer quelques débats d'idées ?

En bien des endroits, l'année, peut-être moins riche en grands films que les précédentes, aura semblé "de transition" et elle fut en cela fort intéressante à suivre. L'espoir et l'attente, c'est l'état dans lequel se trouvent également les fans d'Elvis Presley. L'idole est en effet partie remplir ses obligations militaires pour plusieurs mois. Et l'affaire n'est plus seulement musicale... On le savait, et nous pouvons maintenant en juger par nous-mêmes : elle est aussi cinématographique. On ne peut pas dire toutefois que les deux premiers films où s'exerce le roi du rock'n'roll (Amour frénétique, sorti fin 57, et Le Cavalier du crépuscule) aient marqué les esprits. Pour l'instant, nous nous contenterons donc d'écouter ses disques. En particulier son tout récent King Creole, galette à nouveau gorgée de pépites (on ne se lasse pas de titres comme Trouble ou Crawfish). C'est une bande originale, celle d'un film tourné par le vieux routier Michael Curtiz. Serait-ce là le vrai début de la carrière du King sur les écrans ? Avouons-le sans honte : nos attentes cinématographiques, pour 1959, portent tout de même sur autre chose.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 110 longs métrages (sur les 424 sortis en salles) et 4 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Soif du mal (Welles) **** **** **** **** **** ** **** **** **** ****
Le Septième Sceau (Bergman) *** *** *** **** **** ** **** ****   ****
La Ronde de l'aube (Sirk) **** *** *** ***   ***     **** ****
L'Esclave libre (Walsh) *** ***   *** **** ***       ****
L'Homme de l'Ouest (Mann) **** ** *** *** **** **   *** **** ***
Thé et Sympathie (Minnelli) **** **** ** *** *** ***   ***    
Libre comme le vent (Parrish)   ****     ****          
La Belle de Moscou (Mamoulian) ** *** ** *** ***   *** ***   ***
Mon oncle (Tati) **** ° *** *** ** *** **** ****   ***
Kanal / Ils aimaient la vie (Wajda) ***     ***           ****
Quand se lève la lune (Ford) *** ****               ***
Ascenseur pour l'échafaud (Malle) ** ** *** *** **** ** *** ** *** ***
L'Attente des femmes (Bergman) ** *** ***   ***     ***   ***
Les Vikings (Fleischer) *** **   ** *** *** *** ** ** ****
Charlotte et son Jules (Godard, cm) **   ***   ***       ****  
Jeux d'été (Bergman) *** **   ***   ***       ***
La Dernière Fanfare (Ford) *** ****   **   **       ***
La Toile d'araignée (Minnelli) *** ***   *** *** **   **    
Véronique et son cancre (Rohmer, cm) **   ***           ****  
Les Amants (Malle) ** *** ** *** *** **   ** ***  
Le Beau Serge (Chabrol) ***   ** ** **** * *** * ***  
Les Dix Commandements (DeMille) ** ****   ** ** ** ** *** ** ***
Quand passent les cigognes (Kalatozov) * ****   ** **** *     ***  
Nuits blanches (Visconti) ** *** ** ***   **   ***   **
La Chatte sur un toit brûlant (Brooks) **     * *** * ****   **** **
Témoin à charge (Wilder) * ** ** ** *** *   ** *** **
Bonjour tristesse (Preminger) ** ** ** ** *** *   ** ***  
Le Cri (Antonioni) ***   **   *** **   **    
Un Américain bien tranquille (Mankiewicz) ** *** **     **   ***    
Le Bal des maudits (Dmytryk)         **     ** *** ***
Le Petit Arpent du Bon Dieu (Mann) * ***             ****  
Du sang dans le désert (Mann)   ***               ***
Le Cambrioleur (Wendkos) *** ***                
Rêves de femmes (Bergman) ***                 ***
Passions juvéniles (Nakahira)         ****          
Pique-Nique en pyjama (Donen)   ****                
Le Chant du styrène (Resnais, cm) **       *** **     ** **
Les Girls (Cukor) ** ***         **     ***
Une histoire d'eau (Godard & Truffaut, cm) *   **       **   ****  
Le Gaucher (Penn) ** *     *** ** ** **   **
Inspecteur de service (Ford)   ****       *       **
L'Odyssée du sous-marin Nerka (Wise) **               *** **
La Revanche de Frankenstein (Fisher)         ***     *   ***
Le Septième Voyage de Sinbad (Juran)     ** * **     **   ***
L'Homme qui tua la peur (Ritt) **     ***            
La Mission du capitaine Benson (Lewis)   ***               **
Les Espions s'amusent (Sternberg)         ***         **
Rafles sur la ville (Chenal) ** ***                
Bravados (King)   *** **   **         *
Les Amants de Saltzbourg (Sirk) ** ° **     **     ***  
Montparnasse 19 (Becker) ** *   **       **   **
L'Adieu aux armes (Vidor) ***       **         *
Le Carnaval des dieux (Brooks) ***     **   *        
Les Feux de l'été (Ritt)         **     * ***  
Une vie (Astruc)   ***       **   *    
Le Temps des œufs durs (Carbonnaux) ***                  
Maigret tend un piège (Delannoy) **       * * *** **   **
La Blonde ou la rousse (Sidney)   **           **    
Le Désordre et la nuit (Grangier)       ** **          
Torpilles sous l'Atlantique (Powell)         *         ***
La Vallée de la poudre (Marshall)   *     **         **
Les Aventures de Hadji (Weis) ** **   *            
Les Misérables (Le Chanois) *       **     *   **
Les Racines du ciel (Huston) *     * *         **
La Tour, prends garde ! (Lampin)               *   **
Les Grandes Familles (La Patellière)     *   °     ***    
L'Arbre de vie (Dmytryk) *       **          
Le Barbare et la geisha (Huston) *                 **
Le Démon de midi (Edwards)     **         *    
Joe Dakota (Bartlett)   **                
L'Admirable Crichton (Gilbert) **                  
La Clé (Reed)               **    
La Déesse (Cromwell) **                  
La Fureur des hommes (Hathaway)   **                
La Marque (Guest)         **          
La Vie à deux (Duhour)   **                
Nos plus belles années (Mattoli)           **        
Sans famille (Michel)               **    
Sous le plus petit chapiteau du monde (Dearden)           **        
Sur la piste des Comanches (Douglas)                   **
Tueurs à gages (Cardiff)             **      
Un certain Monsieur Jo (Jolivet)               **    
En cas de malheur (Autant-Lara) * ** ° * * *   **    
Le Gorille vous salue bien (Borderie) *           * *    
Les Frères Karamazov (Brooks) *     * * *        
Les Tricheurs (Carné) ** *     °          
Ni vu ni connu (Robert) °   °             ***
La Loi c'est la loi (Christian-Jaque) °                 **
Le Vieil Homme et la mer (Sturges) *             *    
Mayerling (Jugert) *             *    
Le Miroir à deux faces (Cayatte) ° *               *
Sissi face à son destin (Marischka)         *     °    
Sois belle et tais-toi (Allégret) °           ** °    
Bataille sans merci (Walsh)   *                
Ces dames préfèrent le mambo (Borderie)         *          
Cow-Boy (Daves)   *                
Escadrille Lafayette (Wellman)   *                
Indiscret (Donen)   *                
Jeunes Filles en uniforme (Radvanyi)         *          
L'Attaque des martiens (Menzies)     *              
L'Homme aux mille visages (Pevney)                   *
La Chatte (Decoin)         *          
Le Cavalier du crépuscule (Webb)                   *
Le Joueur (Autant-Lara)         *          
Les Plaisirs de l'enfer (Robson)         *          
Prisons de femmes (Cloche)               *    
Les Bijoutiers du clair de lune (Vadim) °   °   °     **    
Barrage contre le Pacifique (Clément)       °       *    
Car sauvage est le vent (Cukor)   °                
Chéri fais-moi peur (Pinoteau)               °    
La P... sentimentale (Gourguet)     °              
Les Vignes du Seigneur (Boyer)         °          
Taxi, roulotte et corrida (Hunebelle)         °          
Un petit coin de paradis (Baky)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Salon de musique (Ray) **** * *** *** **** ***   **** ****  
Fleurs d'équinoxe (Ozu) ****   *** **   ***   * **** ***
Nuages d'été (Naruse) *** ****   ** *** ***        
El Pisito (Ferreri) **   ** **       *    
The Bonnie Parker story (Witney) **     **            
Terreur au Texas (Lewis)   *   *           ***
Plan 9 from outer space (Wood) * ° ° ° **   * ° ° °

Timothée :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / La Belle de Moscou
*** : Mon oncle / Bonjour tristesse
** : Les Dix Commandements / La Chatte sur un toit brûlant
* : Les Girls / La Tour, prends garde ! / Sissi face à son destin

Nolan :
**** : La Soif du mal
*** : Le Septième Sceau / La Belle de Moscou / Mon oncle / Le Beau Serge / Témoin à charge
** : Ascenseur pour l'échafaud / La Chatte sur un toit brûlant / Le Gaucher
* : Le Gorille vous salue bien

Antoine :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Homme de l'Ouest / Témoin à charge
*** : Ascenseur pour l'échafaud
** : Mon oncle
° : Maigret tend un piège / En cas de malheur

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Girls / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / Thé et sympathie
*** : La Belle de Moscou
** : Bonjour tristesse / Le Beau Serge / Pique nique en pyjama

Mister Arkadin :
**** : La Soif du mal (9)
*** : Le Désordre et la nuit (8) ; L’Esclave libre (8) ; La Chatte sur un toit brûlant (8) ; Kanal (8) ; Le Septième Sceau (7) ; Quand passent les cigognes (7) ; Les Grandes Familles (7) ; La Fureur des hommes (7)
** : Les Tricheurs (6) ; Maigret tend un piège (6) ; L’Homme de l’Ouest (6) ; Le Gaucher (6) ; Le Beau Serge (6) ; Le Salon de musique (6) ; La Belle de Moscou (6) ; En cas de malheur (5) ; Plan 9 from outer Space (5) ; Charlotte et son Jules (5) ; La Toile d’araignée (5) ; Les Amants (5) ; Les Girls (5)
* : Mon oncle (4)
o : Montparnasse 19 (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Dix Commandements ; Nuits blanches ; Témoin à charge ; Le Cri ; Bravados ; Le Carnaval des dieux ; La Blonde ou la rousse ; La Chatte

Frédéric :
1- L'Esclave libre, 2- La Soif du mal, 3- La Ronde de l'aube, 4- Mon Oncle, 5- Un Américain bien tranquille, 6- Les Nuits blanches, 7- L'Homme de l'ouest, 8- Le Cri, 9- Bonjour tristesse, 10- Pique-nique en pyjama
+ 2 courts : Blue Jeans (Rozier) et Pourvu qu'on ait l'ivresse (Pollet)

Oriane :
**** : Le Septième Sceau
*** : La Ronde de l'aube / Mon Oncle / Nuits Blanches
** : L'Homme de l'Ouest / Charlotte et son Jules / Un Américain bien tranquille / Le Chant du Styrène / Une Histoire d'eau

Un simple amateur :
1- Le Salon de musique (Ray) 2- Le septième sceau (Bergman) 3- Mon Oncle (Tati) 4- Fleurs d'équinoxe (Ozu) 5- La Soif du mal (Welles) 6- La Ronde de l'aube (Sirk) 7- Thé et Sympathie (Minnelli) 8- Le Cri (Antonioni) 9- L'Esclave libre (Walsh) 10- Libre comme le vent (Parrish)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Dix Commandements, Cecil B. DeMille, 14 229 745 entrées     
2. Les Misérables, Jean-Paul Le Chanois, 9 940 533 entrées     
3. Sissi face à son destin, Ernst Marischka, 5 777 309 entrées     
4. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov, 5 407 286 entrées     
5. Les Tricheurs, Marcel Carné, 4 948 349 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Moi, un noir (Jean Rouch), sortie prévue en 1959
- Prix Méliès : Mon oncle (Jacques Tati)
- Grand prix du cinéma français : Les Tricheurs (Marcel Carné)
- Oscar du meilleur film : Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Pousse-pousse (Hiroshi Inagaki)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), sortie prévue en 1959
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix, rue Frederick (Philip Dunne)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Eva chce spac (Tadeusz Chmielewski)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1958 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. La Soif du mal (Orson Welles), 2. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman), 3. Nuits blanches (Luchino Visconti), 4. Le Cri (Michelangelo Antonioni), 5. Bonjour tristesse (Otto Preminger), 6. Rêves de femmes (Ingmar Bergman), 7. Une vie (Alexandre Astruc), 8. Mon oncle (Jacques Tati), 9. Un Américain bien tranquille (Joseph L. Mankiewicz), 10. Jeux d'été (Ingmar Bergman)


2) L'année 58 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année du retour d'Orson Welles : La Soif du mal
- Nos Oscars :
Michelangelo Antonioni, Le Cri / Claude Autant-Lara, En cas de malheur / Ingmar Bergman, Jeux d'été & Le Septième Sceau / Richard Brooks, Le Carnaval des Dieux / Michael Cacoyannis, Stella / George Cukor, Les Girls / Terence Fisher, La Revanche de Frankenstein / Richard Fleischer, Les Vikings / Mikhail Kalatozov, Quand passent les cigognes / Anthony Mann, L'Homme de l'Ouest / Don Siegel, Baby-Face Nelson / Douglas Sirk, La Ronde de l'aube / Andrzej Wajda, Kanal / Raoul Walsh, L'Esclave libre / Don Weis, Les Aventures d'Hadji"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1958 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

J'avais donné **** à "Charlotte et son jules" il me semble, mais c'est pas grave :)

Écrit par : Rémi | 11/09/2013

Répondre à ce commentaire

Mais oui ! Et aux deux autres courts aussi, en plus... Désolé Rémi. Avec ces rattrapages étalés sur l'été, j'étais sûr d'oublier quelque chose.
Je corrige ça. Cela donnera encore plus de poids à mon édito. :)

Écrit par : Edouard | 11/09/2013

Inspecteur de service (Ford): 4 étoiles

Écrit par : Christophe | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

Le Cambrioleur (Wendkos): 3 étoiles (http://films.nonutc.fr/2011/06/15/le-cambrioleur-paul-wendkos-1957/)

Écrit par : Christophe | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

Oups ! j'ai oublié de coller 3 z'étoiles aux nuages de l'été narusien

Écrit par : FredMJG | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

**** : Les Girls / Le Septième sceau / L'esclave libre / Thé et sympathie
*** : La belle de Moscou /
** : Bonjour tristesse / Le beau Serge / Pique nique en pyjama

Écrit par : Anna | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

Christophe et Fred, laissez-moi un peu de temps et je mets à jour tout ça...

Anna, merci. Je remonterai également ta contribution dès que possible.

Écrit par : Edouard | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

Amusant de constater que "Plan 9 from outer space" fait partie des films que tout le monde (ou presque) a vu alors que c'est rarement le cas pour les séries Z de SF !

Écrit par : Dr Orlof | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

la faute à Tim Burton

Écrit par : Christophe | 12/09/2013

Oui, comme le dit Christophe, c'est la faute à Burton. Mais c'est aussi un "Must". J'avais trouvé ça hallucinant quand je l'ai vu. En revanche, je ne pense pas que les autres films d'Ed Wood soient aussi connus. Personnellement, je n'en ai pas vu d'autre.

Écrit par : Edouard | 12/09/2013

"Grâce à Tim Burton" ;) (c'est l'un des meilleurs films du cinéaste). Pour ma part, j'ai vu le nullissime mais désopilant "Glen or Glenda" qui mérite de figurer au panthéon des plus beaux navets de l'histoire de cinéma (il en devient presque touchant)

Écrit par : dr orlof | 12/09/2013

Répondre à ce commentaire

Quand je dis "c'est la faute", c'est ironique parce que d'une part, je considère moi aussi "Ed Wood" comme l'un des tout meilleurs Burton et d'autre part, je suis heureux d'avoir pu découvrir un jour ce monument qu'est "Plan 9". :)

Écrit par : Edouard | 12/09/2013

Terreur au Texas: 1 étoile

Écrit par : Christophe | 13/09/2013

Répondre à ce commentaire

Le top 10 de l'année donc :

La soif du mal
Le septième sceau
L’homme de l’ouest
Passions juvéniles
Ascenseur pour l’échafaud
L’esclave libre
Libre comme le vent
Le beau Serge
Quand passent les cigognes
Le cri

Par ailleurs, j'ai essayé d'embrigader la Pascale pour qu'elle passe par ici mettre un top en la menaçant du pire sévice qu'elle ne pourrait surmonter :)

Écrit par : FredMJG | 19/09/2013

Répondre à ce commentaire

C'est parti pour mon top 5 (je réserve le top 10 pour 1959 :) )

1- La soif du mal (Welles)
2- La ronde de l'aube (Sirk)
3- Le septième sceau (Bergman)
4- Mon oncle (Tati)
5- L'homme de l'ouest (Mann)

Écrit par : dr orlof | 22/09/2013

Répondre à ce commentaire

Top 1958:

1- L'Esclave libre ( Walsh )
2- La Soif du mal ( Welles )
3- La Ronde de l'aube ( Sirk )
4- Mon Oncle ( Tati )
5- Un Américain bien tranquille ( Mankiewicz )
6- Les Nuits blanches ( Visconti )
7- L'Homme de l'ouest ( Mann )
8- Le Cri ( Antonioni )
9- Bonjour tristesse ( Preminger )
10- Pique-nique en pyjama ( Donen )

+ 2 courts : Blue Jeans ( Rozier ) et Pourvu qu'on ait l'ivresse ( Pollet )

Écrit par : Frédéric | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1958 :

**** : Le Septième Sceau
*** : La Ronde de l'aube / Mon Oncle / Nuits Blanches
** : L'Homme de l'Ouest / Charlotte et son Jules / Un Américain bien tranquille / Le Chant du Styrène / Une Histoire d'eau

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'ai vu Le Gaucher **
Merci !

Écrit par : nolan | 18/12/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1958 serait:

1- Le Salon de musique (Ray)
2- Le septième sceau (Bergman)
3- Mon Oncle (Tati)
4- Fleurs d'équinoxe (Ozu)
5- La Soif du mal (Welles)
6- La Ronde de l'aube (Sirk)
7- Thé et Sympathie (Minnelli)
8- Le Cri (Antonioni)
9- L'Esclave libre (Walsh)
10- Libre comme le vent (Parrish)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire