Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2012

Sur vos écrans en 1949

EDITORIAL :

Par Edouard S.

chaussonsrouges00.jpgEt si finalement 1949 avait été l'année du cinéma anglais ? Sorti chez nous l'an dernier au mois d'octobre, le Hamlet de Laurence Olivier a continué sa carrière et décroché à Hollywood l'Oscar du meilleur film. Pour son Troisième Homme, Carol Reed s'est appuyé sur un scénario de Graham Greene, a réuni à nouveau sur l'écran Orson Welles et Joseph Cotten et a laissé courrir sur ses images la cithare d'Anton Karas pour obtenir un succès mémorable, au Festival de Cannes comme dans nos salles. Nous avons également pu découvrir un exemple, avec Passeport pour Pimlico, du fameux humour sévissant outre-Manche. D'autres devraient suivre prochainement. Mais c'est un duo de réalisateurs qui a rallier la majorité de nos suffrages. Un duo déja connu mais qui, à deux reprises cette année, aura comblé, voire dépassé, nos attentes. Michael Powell et Emeric Pressburger ont ainsi proposé deux mélodrames singuliers : Le Narcisse noir, étonnante histoire de nonnes se déchirant sur un pic de l'Himalaya, et Les Chaussons rouges, flamboyant conte musical qui se retrouve au sommet de notre palmarès.
Etranges films pour une étrange année, où l'unanimité se sera faite rarement autour des œuvres offertes à nos regards.
Aux côtés des Anglais, quelques Italiens se seront distingués. Roberto Rossellini, avec Allemagne année zéro a certainement atteint le point le plus haut, à ce jour, du néo-réalisme, son compère Vittorio De Sica n'en étant pas loin à son tour avec Le Voleur de bicyclette. Avec moins de force mais dans une veine plus romanesque s'est signalé Giuseppe De Santis avec notamment son Riz amer (on se souviendra longtemps de la silhouette de Silvana Mangano à la récolte).
Parmi les films français les plus marquants de 1949, on remarquera que deux sont des premiers longs métrages. Jean-Pierre Melville s'est tiré avec les honneurs de la difficile adaptation de Vercors, Le Silence de la mer, tandis que Jacques Tati renouvelait totalement la comédie à la française avec son Jour de fête. L'enthousiasme pour ce nouveau cinéaste n'est certes pas partagé par tous dans notre équipe. De façon étonnante, sa situation évoque un peu, de ce point de vue, celle de Robert Bresson. Grémillon, Becker, Guitry, Allégret, Duvivier, Clouzot, Clément étaient également au rendez-vous cette année, parfois accueillis par autant de défenseurs que de spectateurs se sentant moins concernés. Mais il faut peut-être surtout évoquer, dans ce trop rapide coup d'œil national, l'apparition d'un autre nouveau venu, Georges Franju, qui a réalisé le stupéfiant court-métrage Le Sang des bêtes, documentaire-poème horriblement beau sur les abattoirs de Vaugirard.
Avec tout cela, nous n'avons pas oublié le cinéma américain. Bien que lui échappe, pour une fois, nos premières places, comment pourrait-il en être autrement ? Si La Chasse à l'homme menée par Fritz Lang date déjà de huit ans, elle n'en confirme pas moins qu'il faut compter avec ce cinéaste autant aujourd'hui à Hollywood qu'à l'époque où il alignait les chefs-d'œuvre en Allemagne. Si La Rivière rouge est le premier western d'Howard Hawks, il s'impose d'ores et déjà comme l'un des meilleurs du genre. Si La Ville abandonnée de William Wellman et Le Passage du canyon de Jacques Tourneur ont été peu vus, ils sont chaudement recommandés par quelques chanceux. Tourneur, par ailleurs, peut être considéré comme l'un des "hommes de l'année", entre Powell et Pressburger, puisque deux autres de ses titres ont été très appréciés ici : un grand film noir, porté par Robert Mitchum, La Griffe du passé, et un suspense quasi-documentaire tourné dans l'Allemagne de l'après-guerre, Berlin Express. Ford, Vidor, Walsh, Capra, Preminger, Hitchcock, Flaherty ou McCarey étaient sans doute des noms plus attendus vers les hauteurs, mais leurs films ont soit divisé plus que d'ordinaire, soit été vus par un nombre trop limité de collaborateurs. Notons toutefois la montée parallèle, patiente et régulière d'une génération de quadragénaires, celle des John Huston, Joseph Mankiewicz, Vincente Minnelli, Billy Wilder ou Anthony Mann, autant de personnalités qui ne devraient pas attendre bien longtemps avant de connaître elles aussi l'ivresse des sommets.
Terminons ce panorama sur un regret : que ne soit pas visible dans nos salles l'un des plus beaux films de cette année, Printemps tardif de Yasujiro Ozu. Croisons les doigts pour que les distributeurs se penchent enfin, dans les mois qui viennent, sur la question du cinéma japonais...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 108 longs métrages (sur les 465 sortis en salles) et de 4 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Les Chaussons rouges (Powell & Pressburger) **** ** *** **** ** *** *** **** **** **** **** ****
Allemagne année zéro (Rossellini) *** **** **** *** ** **** ****   ***   **** ***
La Rivière rouge (Hawks) ** **** **** **** *** *** ****   *** ***
*** ****
La Chasse à l'homme (Lang) **** *** **** * *** **** *** **** **** ***   ***
La Griffe du passé (Tourneur) *** *** **** **** *** *** **** *** ***   *** ***
Jour de fête (Tati) * **** **** ° *** **** ** **** *** *** **** ****
Le Passage du canyon (Tourneur)     **** ****               ***
La Ville abandonnée (Wellman)       ****               ****
Le sang des bêtes (Franju, cm)   *** ****     ***     ***      
Berlin Express (Tourneur)     *** ***   *** ***   ***     ***
Le Narcisse noir (Powell & Pressburger) ** **** ** *** *** ** ** *** ****      
Chaînes conjugales (Mankiewicz) ** ** ** *** *** *** ***   ***   *** ***
Le Troisième Homme (Reed) *** ** ** **   **** ** **** ***   ** ***
Le Voleur de bicyclette (De Sica)   ** *** * ** **** ***   ***   *** ***
Les Sacrifiés (Ford)   ***   ****     *         ****
Nous avons gagné ce soir (Wise)     *** ****         *     ****
Le Trésor de la Sierra Madre (Huston)   *** ** *** ** *** **   **   ** ****
Le Pirate (Minnelli)     *** ** ** *** **   ***     ***
Pattes blanches (Grémillon)     *** ****               **
La Scandaleuse de Berlin (Wilder) *** *** ** ***   *** **   ***     ***
La Cité sans voiles (Dassin)     *** ** ***             ***
Pour toi j'ai tué (Siodmak) *** *** ** **     *** **        
Allez coucher ailleurs (Hawks)   **   *** ***   * **     *** ***
Cinquième Colonne (Hitchcock) ** *** ***     ** ** *** **     **
Le Silence de la mer (Melville)     ** ** ** *** **   **     ***
Laurel et Hardy conscrits (Sutherland)     ***     ** ** *** **     **
Le Grand Passage (Vidor)     *** *   *** **   **     ***
Rendez-Vous de juillet (Becker)     *** *** *** *     *     ***
Louisiana Story (Flaherty)     *** *** ** ** **          
Ce bon vieux Sam (McCarey)     ** ****                
La Dame au manteau d'hermine (Lubitsch & Preminger)       ***             ***  
Key Largo (Huston)   *** ** °   *** **   **     ***
Riz amer (De Santis)     ** ** ** ***     **      
La Femme aux cigarettes (Negulesco)     *** * ** ***            
Circoncision (Rouch, cm)   ***     **   **          
Et tournent les chevaux de bois (Montgomery)     **     *** **          
Infidèlement vôtre (Sturges)   ***   *             ***  
Initiation à la danse des possédés (Rouch, cm)   ***     **   **          
Les Marx Brothers au grand magasin (Reisner)   ** **   ** ** * ** **   ** **
Le Procès Paradine (Hitchcock) ** *** **     ** **   *   * **
Lune de miel mouvementée (McCarey)     *** ** *** * *          
La Fosse aux serpents (Litvak)                 **     ***
Le Point du jour (Daquin)     **     ***            
Les Tuniques écarlates (De Mille)     ** *   ** *   **   *** **
Un jour au cirque (Buzzell)   ** **   ** *     **   ** **
L'Escadron noir (Walsh)     ** **         **     **
Les Trois Caballeros (Disney)       **       ** *     ***
Toâ (Guitry)     ** *** ** *            
La Piste de Santa Fe (Curtiz)     * *** **   *   **     **
Ziegfeld Follies (Minnelli)     *   ** ** **   **     **
Entre onze heures et minuit (Decoin)     * ***               **
L'Enjeu (Capra)     *** **         *      
La Route au tabac (Ford)   *   ****     *          
Les magiciens du Wanzerbe (Rouch, cm)   ***     **   *          
Marché de brutes (Mann)     **     ** **          
Passeport pour Pimlico (Cornelius)     *           **     ***
Cheyenne (Walsh)       ***                
Cinq Tulipes rouges (Stelli)                       ***
Crime passionnel (Preminger)       ***                
Hangover Square (Brahm)     ***                  
Anna Karénine (Duvivier)           **     **      
Au grand balcon (Decoin)       **               **
Echec à Borgia (King)     ** **                
La Grande Horloge (Farrow)             **   **      
La Proie (Siodmak)           **     **      
Manon (Clouzot)     **           **      
Sabotage à Berlin (Walsh)     ** **         *      
La Clé de verre (Heisler)       *     *         **
Les Amants de Vérone (Cayatte)     *     **     *      
Une si jolie petite plage (Allégret)     ° ***         *      
Au-delà des grilles (Clément)     *     **            
L'Homme au masque de fer (Whale)     **           *      
La Femme de l'année (Stevens)     **           *      
La Reine des rebelles (Cummings)       **               *
Branquignol (Dhéry)                       **
Du Guesclin (De Latour)                       **
Gigi (Audry)                     **  
Intrigues en Orient (Walsh)       **                
Jody et le faon (Brown)                       **
La Brigade du suicide (Mann)       **                
La Mélodie du bonheur (Heisler)             **          
Le Laitier de Brooklyn (McLeod)         **              
Le Masque de Dijon (Landers)         **              
Le Pigeon d'argile (Fleischer)               **        
Retour à la vie (Cayatte, Lampin, Clouzot & Dréville)                       **
Sindbad le marin (Wallace)                 **      
Jeanne d'Arc (Fleming)     **           *     *
Du sang sur la neige (Walsh)       *         *      
La Cible vivante (Mann)       *     *          
Laurel et Hardy chefs d'îlots (Sedgwick)     *       *          
Les Insurgés (Huston)       *         *      
Occupe-toi d'Amélie (Autant-Lara)   ° ** °         *      
Abbott et Costello en Afrique (Barton)         *              
Aux deux colombes (Guitry)       *                
Chasse tragique (De Santis)     *                  
Fabiola (Blasetti)                 *      
Histoires extraordinaires (Faurez)       *                
Jean de la Lune (Achard)                 *      
Johnny Belinda (Negulesco)       *                
La Pagode en flammes (Hathaway)       *                
La Perla (Fernandez)     *                  
Le Champion (Robson)                 *      
Le Rideau de fer (Wellman)       *                
Les Enfants nous regardent (De Sica)                 *      
Maya (Bernard)                       *
Sérénade à Mexico (Keighley)             *          
La Ferme des sept péchés (Devaivre)         * °            
Les Amants traqués (Foster)       °         *      
Le Cœur sur la main (Berthomieu)         °              
Le Secret de Mayerling (Delannoy)                 °      
Tous les chemins mènent à Rome (Boyer)                 °      
Trafic à Saigon (Fenton)       °                
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Printemps tardif (Ozu)   **** ****     *** ***         ****
Flamme de mon amour (Mizoguchi)     ***       ***          
Corbeaux et moineaux (Zheng)     *     ***           ***
Tension (Berry)     **     **            
Duel silencieux (Kurosawa)     **     *            
Faire face (Lupino)     **                  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Allemagne année zéro / Les Chaussons Rouges / Chaînes conjugales / Le Voleur de bicyclette
*** : La Chasse à l'homme
** : Le Procès Paradine
° : Jour de fête

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
L’octette prodigieux : Le narcisse noir / La chasse à l’homme / Les chaussons rouges / La rivière rouge / La griffe du passé / Le trésor de la Sierra Madre / Le troisième Homme / Chaînes conjugales
Le classique : Le voleur de bicyclette
Hors compétition : Allemagne année zéro / Le Silence de la mer
Le court-métrage : Le sang des bêtes
Les excellentes pelloches : Nous avons gagné ce soir / Le pirate/The pirate / L’affaire Barbe Bleue / Crime passionnel / Allez coucher ailleurs / Berlin Express / Pour toi j’ai tué / Hangover Square / La scandaleuse de Berlin / Les Marx Brothers au grand magasin / Riz amer / Cinquième colonne / Key Largo / Laurel et Hardy conscrits / La cité sans voiles / Le champion / Le grand passage / Les insurgés
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Les Chaussons rouges / Le Narcisse noir
*** : Le Sang des bêtes / Jour de fête
** : Cinquième Colonne / Le Troisième Homme / Le Procès Paradine

Mister Arkadin :
**** : La Griffe du passé
*** : Allemagne année zéro / La Rivière rouge / La Chasse à l'homme / Le sang des bêtes / Chaînes conjugales / Le Troisième Homme / Nous avons gagné ce soir / Riz amer / Marché de brutes
** : Les Chaussons rouges / Berlin Express / Le Narcisse noir / Le Trésor de la Sierra Madre / Pour toi j'ai tué / Allez coucher ailleurs / Le Silence de la mer / Rendez-Vous de juillet / Key Largo / La Femme aux cigarettes / Infidèlement vôtre / Le Procès Paradine / Toâ / La Piste de Santa Fe / Ziegfeld Follies / Les Amants de Vérone / La Brigade du suicide / La Cible vivante / Aux deux colombes / La Ferme des sept péchés / L’École buissonnière
* : Jour de fête / Le Voleur de bicyclette / Le Pirate / La Route au tabac / Une si jolie petite plage

Frédéric :
1- La Griffe du passé, 2- La Rivière rouge, 3- Allemagne année zéro, 4- La Ville abandonnée, 5- Le Sang des bêtes, 6- Le Passage du canyon, 7- Chasse à l'homme, 8- Les Chaussons rouges, 9- Les Sacrifiés, 10- Le Pirate

Oriane :
**** : Le Troisième Homme / Le Voleur de Bicyclette
*** : Le Narcisse Noir / La Cité sans voiles / La Cinquième Colonne / Le Procès Paradine
** : Jour de fête / Le Silence de la mer / Key Largo

 

LE BOX-OFFICE :

1. Jeanne d’Arc, Victor Fleming, 7 092 586 entrées
2. Jour de fête, Jacques Tati, 6 810 007 entrées
3. Le Troisième Homme, Carol Reed, 5 701 222 entrées
4. Fabiola, Alessandro Blasetti, 4 886 520 entrées
5. Les Tuniques écarlates, Cecil B. DeMille, 4 677 876 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
- Prix Méliès : Manon (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Hamlet (Laurence Olivier)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Le Troisième Homme (Carol Reed)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Manon (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Ferme des sept péchés (Jean Devaivre)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1949 ?" Au soir du 26 décembre 2012, 144 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. Le Voleur de bicyclette (9 voix), 2. Les Chaussons rouges, Le Troisième Homme & La Chasse à l'homme (7), 5. Allemagne année zéro, La Rivière rougeChaînes conjugales (6), 8. Le Trésor de la Sierra Madre, Jour de Fête & Le Narcisse noir (5)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1949 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Cool !
Mes notes :

**** : Allemagne année zéro / Les Chaussons Rouges / Chaînes conjugales / Le Voleur de bicyclette
*** : La Chasse à l'homme (je te laisse prendre le lien sur le blog vu que ça ne marche pas quand j'essaie de le joindre au commentaire)
** : Le Procès Paradine
° : Jour de fête

Écrit par : Rémi | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Rémi, c'est remonté.

Écrit par : Edouard | 09/12/2012

Bon. On est quasiment toujours dans les clous (je suis tout à fait d'accord avec les goûts d'Antoine et Christophe en ce qui concerne le Tati ^^), ça devient inquiétant :)
Pas vu Les sacrifiés mais d'après Vincent, j'ai tort, donc.

Écrit par : FredMJG | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

Apparemment, nous avons tort de ne pas nous être penchés avant sur "Les Sacrifiés", "La Ville abandonnée" et "Le Passage du Canyon"...

Écrit par : Edouard | 09/12/2012

vivement les années 70, 80 et 90, vous allez vous amuser

Écrit par : moez | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

De toute façon, vu le rythme bressonien que mène ce blog, nous n'y sommes pas encore et nous ne sommes même pas sûrs d'y arriver...

Écrit par : Edouard | 09/12/2012

Nolan a des goûts de chiotte. C'est le vrai Christopher Nolan himself ?

Écrit par : Nico | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

Oui.
Et c'est le vrai Buster Keaton aussi.

Signé Edouard Molinaro, qui n'a sans doute pas un goût plus sûr que son camarade.

Écrit par : Edouard | 09/12/2012

Mince, je suis dévoilé. Sacré tour de force vu que je n'ai presque rien vu des films de 49. La répartition au sein du blog s'est opérée de la manière suivante : Antoine = bon goût, moi = goût de chiottes. Bon allez, je pars gribouiller un scénario tortueux avec moults dialogues explicatifs, à + !

Écrit par : nolan | 10/12/2012

Oui Christopher, en attendant 1950, allez nous pondre un nouveau blockbuster avec en sous-texte la crise financière, la tentation du totalitarisme, la dérive terroriste, tout ça tout ça...

Écrit par : Edouard | 10/12/2012

Vous vous marrez vraiment devant "Jour de fête" ? -_-

Écrit par : Trumbull | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

Absolument.
Et franchement, je ne m'attendais pas à trouver un tel front anti-Tati.

Écrit par : Edouard | 09/12/2012

Ah j'ai oublié "Les trois caballeros" ! Je lui mets 2,5 :D

Écrit par : Rémi | 09/12/2012

Répondre à ce commentaire

Et "Cinquième colonne", tu mets donc 4,5, c'est ça ? :)

Écrit par : Edouard | 10/12/2012

Je n'ai pu être transporté à temps par la voiture de l'année 49 !
Aussi je mets simplement le chef d'oeuvre absolu en lien et la suite viendra plus tard !

http://www.kinopitheque.net/chaussons-rouges-les/

Écrit par : Benjamin | 10/12/2012

Répondre à ce commentaire

Ok Benjamin, je ferai la mise à jour.

Écrit par : Edouard | 10/12/2012

Curieux de connaître les griefs de Christophe contre "Jour de fête" et "Chasse à l'homme"...

Écrit par : dr orlof | 10/12/2012

Répondre à ce commentaire

Moi aussi. J'ai déjà lu ceux sur "Key Largo" :)
Sur Tati, je suis aussi étonné du front "anti", mais d'un autre côté malgré la reconnaissance officielle, c'est un cinéaste qui a toujours beaucoup divisé. Il y a ceux qui rient, et ceux que ça laisse de marbre.

Écrit par : Vincent | 10/12/2012

Moi aussi.
Quoique, sur "Jour de fête", on peut peut-être les deviner, les résistances au "sinistre" Jacques Tati ne datant pas, comme le souligne Vincent, d'aujourd'hui (mais je pensais, à tort donc, qu'elles existaient moins de nos jours). En revanche, son jugement sur le Fritz Lang me semble plus étonnant.
Christophe, si tu passes par là...

Écrit par : Edouard | 10/12/2012

Jour de fête, je vous retourne la question et je vous demande ce que vous y trouvez...non j'exagère quand même, ce n'est pas la littérature élogieuse qui manque sur ce film, mais je viens de relire la critique d'Ed et je n'y vois pas ce qui peut déclencher un amour immodéré. Je ne contredis absolument pas tout ce qu'il a écrit (l'ambition à part quand même le fait qu'il y a des films en couleurs français avant celui-ci, le décryptage des "messages"...) mais il n'empêche que je mets 0 et lui 4. Pour ma part, je rejette fondamentalement le cinéma de Tati qui me semble fondamentalement artificiel, fabriqué, instrumentalisé et dévitalisé à force de volontarisme maniaque. Evidemment, chacun des quatre films que j'ai vus de lui ne m'a jamais décroché une esquisse de sourire ni à vrai dire aucun sentiment autre que la consternation devant le simplisme de la vision réactionnaire de l'auteur.

Chasse à l'homme est un film où selon moi, Fritz Lang ne parvient jamais à dépasser le schématisme univoque de son matériau de propagande. J'aime la géniale séquence d'introduction mais dans mon souvenir, la partie londonienne fait retomber le film dans la convention. La fin dans la tanière m'a toujours (les deux fois que je l'ai vu) semblé interminable. Le personnage de George Sanders me barbe. Voilà.

Écrit par : Christophe | 10/12/2012

Répondre à ce commentaire

Personnellement, j'ai un souvenir bien moins net de "Chasse à l'homme", vu une seule fois, au milieu de plusieurs autres Fritz Lang. Mais il m'avait impressionné, m'avait semblé tendu sur toute sa longueur et pas seulement dans ses morceaux de bravoure.

"Jour de fête", c'est beaucoup plus clair. Les défauts que tu lui trouves, Christophe, sont ceux qui reviennent souvent dans la bouche des détracteurs (et sur l'aspect "démiurgique", "fabriqué" si l'on veut, c'est souvent là que nous divergeons à propos des films, toi et moi). Mais ce qui m'étonne, c'est qu'ils viennent "dès" "Jour de fête", qui est à mon sens le Tati le plus direct, celui qui déclenche le rire le plus spontanément (les suivants feront plutôt "sourire", les efforts de composition atténuant le comique) et celui dans lequel l'opposition entre tradition et modernité intervient le plus naturellement, de façon moins gênante que dans "Mon Oncle" par exemple. C'est ce que j'ai essayé d'écrire dans ma note de l'époque (pas terrible à la relire aujourd'hui, mais c'était il y a un moment et elle s'inscrivait dans un contexte "familial").

PS : Avant le début du tournage de "Jour de fête", il y a eu d'autres films français en couleurs ? (C'est une vrai question, hein, pas un piège...)

Écrit par : Edouard | 10/12/2012

Sur les films en couleurs, il y a "La belle meunière" de Pagnol mais ils ne sont pas si nombreux que cela. Tati reste un précurseur avec ce film, d'autant que les problèmes techniques font que le film sort à l'époque en noir et blanc. Je profite surtout du rapprochement pour rebondir sur une réflexion de Christophe. Si je serais bien en peine de contester l'absence de rire (c'est valable pour tous les comiques, il y a des réfractaire à Lewis, Chaplin, les Marx, les Pytons ou Blake Edwards , j'en ai fait la triste expérience), je m'interroge sur la "vison réactionnaire". Je sais que c'est un reproche que l'on a fait souvent à Tati, mais pour prendre des cinéastes que nous aimons tous les deux, Pagnol et Ford ont souvent été taxés du même défaut. Et de simplisme aussi.
J'aurais tendance à trouver que chez Tati, en particulier dans ce premier film que je trouve particulièrement enlevé (moins démiurgique comme dit Ed), le plaisir de proposer une utopie de société qui se tourne vers certains aspects du passé, une vision idéalisée, simpliste je ne sais pas, simple sûrement, mais qui fait appel à des valeurs qui se perdent, liées à un équilibre entre communauté (avec ses rites, ses solidarités) et individu (avec sa fantaisie, ses contradictions).
Il me semble que Tati est toujours juste. Souvent le matin en prenant mon train, entendant les voix enregistrées, je pense à la scène de la gare de Mr Hulot. Au risque de passer moi-même pour réactionnaire (!) ce que Tati montre de ce qu'une certaine forme de modernité nous fait perdre me touche. Je dirais même que c'est plus vrai aujourd'hui qu'en 1949.

Écrit par : Vincent | 10/12/2012

Répondre à ce commentaire

Attention, je n'ai pas dit que Jour de fête était un film réactionnaire mais que le seul sentiment que les films de Tati avaient provoqué chez moi était "la consternation devant le simplisme de la vision réactionnaire de l'auteur". De fait, ça ne m'avait pas spécialement choqué dans Jour de fête, en revanche ça m'a choqué dans le dernier film que j'ai vu de lui, à savoir Playtime où Tati passe deux plombes et demi à se moquer du progrès technique et de la modernité, avec une certaine mesquinerie. Rien à voir avec Ford, beaucoup plus subtil et éminemment dialectique, qui lorsqu'il exprime une nostalgie pour une société disparue montre l'impossibilité effective d'un retour à cette société en même temps que sa mise en scène montre que cette société idéale a quelque chose de rêvé. C'est ce contraste qui, entre autres choses, lui permet d'atteindre de déchirants pics émotionnels. Cf Qu'elle était verte ma vallée.
Je ne fais pas un procès politique à Tati, je constate la pauvreté esthétique (esthétique au sens large et pas que plastique) de sa vision étriquée de la modernité. Je suis un peu gonflé c'est vrai.

P.S: Oui, j'ai d'abord pensé à La belle meunière et je crois aussi qu'il y a un autre précédent d'un cinéaste beaucoup moins connu que Tati et Pagnol.

Écrit par : Christophe | 10/12/2012

Répondre à ce commentaire

Me revoilà !
je continue la converse débutée sur Nightswimming.
Les fiches du cinéma annoncent quelques 650 films sortis en 2012, tu peux commencer à préparer tes colonnes ^^

Écrit par : FredMJG | 11/12/2012

Répondre à ce commentaire

D'après mes calculs, si on se tient à un rythme mensuel, nous aborderons l'année 2012 en février/mars 2018. J'ai donc le temps de préparer le tableau...

Écrit par : Edouard | 13/12/2012

Donc je reprends,

avec des liens sur La Kinopithèque :
Les chaussons rouges, chef absolu, c'est dit ********** etc.
Le Narcisse noir (avec un très bel article à lire chez nous et un intéressant parallèle à faire avec Le fleuve de Renoir -autre chef d'oeuvre absolu !- portant sur la représentation de l'Inde par les cinéastes occidentaux ) ****

Sans lien :
Procès Paradine **
Cinquième Colonne **
Le Troisième Homme ** (à lire par mi les critiques, celle de Margo Channing sur Dvdclassik).
Le sang des bêtes ***
Jour de fête ***

Écrit par : Benjamin | 11/12/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Benjamin. Je ferai remonter dès que possible. (Le Fleuve, on en reparlera bientôt)

Écrit par : Edouard | 13/12/2012

Intéressant débat entre pro et anti-Tati :) Pour ma part, je crois que "Jour de fête" est celui que j'aime le moins (même si je l'aime beaucoup) alors que je considère "Playtime" comme l'un des plus grands films français de tous les temps. Voilà qui laisse augurer de belles discussion spour plus tard :)

Écrit par : dr orlof | 12/12/2012

Répondre à ce commentaire

De mon côté, j'ai du mal à hiérarchiser entre "Jour de fête", "Les Vacances de Mr Hulot" et "Playtime". Je crois qu'on n'en a, en effet, pas fini avec Tati. :)

Écrit par : Edouard | 13/12/2012

Top 1949 :

1- La Griffe du passé ( Tourneur )
2- La Rivière rouge ( Hawks )
3- Allemagne année zéro ( Rossellini )
4- La Ville abandonnée ( Wellman )
5- Le Sang des bêtes ( Franju )
6- Le Passage du canyon ( Tourneur )
7- Chasse à l'homme ( Lang )
8- Les Chaussons rouges ( Powell/Pressburger )
9- Les Sacrifiés ( Ford )
10- Le Pirate ( Minnelli )

Écrit par : Frédéric | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai vu la Rivière Rouge : ***

Écrit par : nolan | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1949 :

**** : Le Troisième Homme / Le Voleur de Bicyclette
*** : Le Narcisse Noir / La Cité sans voiles / La Cinquième Colonne / Le Procès Paradine
** : Jour de fête / Le Silence de la mer / Key Largo

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire