Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2014

Sur vos écrans en 1965

EDITORIAL :

Par Luc-Jean Dardgo

Pierrot01.jpg

Pierrot02.jpg

Pierrot03.jpg

Pierrot04.jpg

Pierrot05.jpg

Pierrot05b.jpg

Pierrot05c.jpg

Pierrot06.jpg

Pierrot07.jpg

Pierrot08.jpg

Pierrot09.jpg

Pierrot10.jpg

Pierrot11.jpg

Pierrot12.jpg

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 117 longs métrages (sur les 435 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Pierrot le fou (Godard) **** * **** **** **** *** **** **** **** ****
La Trois Cent Dix-Septième Section (Schoendorffer) *** ***   ** ****   ****   **** ***
Police spéciale (Fuller) *** **** ***   ****   **     ****
Quand l'inspecteur s'emmêle (Edwards) *** * *** **** ****   **   *** ****
Shock Corridor (Fuller) *** *** ***   ****   ** ****    
Sandra (Visconti) *** *** ** *** *** *** ***   ****  
L'Evangile selon saint Matthieu (Pasolini) *** *** ** ***   **** ***     ***
Lilith (Rossen) ****   ***   ****   **      
Alphaville (Godard) *** *** **** *** **** * *** *** *  
La Solitude du coureur de fond (Richardson) ***   ** *** ****          
Le Chevalier des sables (Minnelli) *** **** **   *** **        
Pour l'exemple (Losey) ***     ** ***     *** ***  
Embrasse-moi idiot (Wilder) ** **** *** **   ** ***   *** **
Danse macabre (Margheriti)     **   ***       ****  
Yoyo (Etaix) ** ° *** ****   ** ***   ****  
La Colline des hommes perdus (Lumet) *** ****     ****   *      
L'Arme à gauche (Sautet) **     *** **   ***   ***  
Major Dundee (Peckinpah) **     ** ***   ** ** ****  
Les Trois Visages de la peur (Bava) **   ** ** **** * ***   ***  
L'Obsédé (Wyler) *** * *** *** *** * ** ***    
La Grande Nuit (Losey) *** *   **            
Le Bourreau (Berlanga) ***     ***            
Le Journal d'une femme en blanc (Autant-Lara) *** ***                
Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) *** **   ***            
Jerry chez les cinoques (Lewis) ****           **   ****  
L'As de pique (Forman) ***   ** ***            
Première Victoire (Preminger) ***             ** ***  
Les Tontons farceurs (Lewis) ***   ** **         ***  
Compartiment tueurs (Costa-Gavras) **     *** **   **   ***  
Paris vu par… (Pollet, Rouch, Douchet, Rohmer, Godard & Chabrol) ***   **     **   *** **  
Sa Majesté des mouches (Brook) **     *** *** * ** ***    
Les Grandes Gueules (Enrico) ** ***   ** *   ** *** ***  
Les Communiants (Bergman) **   *** **   ***     *  
Goldfinger (Hamilton) ** *   ** *** * *   ** ***
Au secours ! (Lester) **   *   ***       ***  
Chut, chut, chère Charlotte (Aldrich) **       **   **   ***  
Ipcress, danger immédiat (Furie)         ***   *   ***  
Point limite (Lumet) **       ***   **      
Lord Jim (Brooks) **     ** ** * **   ***  
Casanova soixante-dix (Monicelli)             **   ***  
La Dame de pique (Keigel)   **             ***  
Le Moment de la vérité (Rosi) **     ***            
Le Tueur de Boston (Topper)     **   ***          
Sécheresse (Pereira dos Santos) ***     **            
Juliette des esprits (Fellini) *** °       * ***   ***  
Marie-Chantal contre le docteur Kha (Chabrol) **   ** ** **       **  
Mary Poppins (Stevenson) **           * ** ***  
Une vierge sur canapé (Quine) ** *** **   *   **      
Le Corniaud (Oury) * *** * * ***   * ** ** **
Kwaidan (Kobayashi) * °     ****       ***  
La Chambre des tortures (Corman) **   **   **       **  
La Vieille Dame indigne (Allio) ***                  
Les Bons Vivants (Grangier & Lautner)                 ***  
Un jour un chat... (Jasny)         ***          
Une fille qui mène une vie de garçon (Comencini) ***                  
Comment tuer votre femme (Quine) ** *** *              
La Crypte du vampire (Mastrocinque)     **   **       **  
Opération Tonnerre (Young)         **   *   ***  
Les Tribulations d'un Chinois en Chine (De Broca) * * * ° ***   *   ** ***
Cat Ballou (Silverstein)         *       ***  
L'Amour en quatrième vitesse (Sidney)         **       **  
Le Jeune Cassidy (Cardiff & Ford) ** **                
Le Sillage de la violence (Mulligan)   *             ***  
Le Vampire de Düsseldorf (Hossein)         ***   *      
Les Deux Orphelines (Freda) **           **      
Les Quatre Fils de Katie Elder (Hathaway) **               **  
Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (Annakin) *   **       *   ***  
Le Bonheur (Varda) ** ** ° ° ****          
Au revoir Charlie (Minnelli) ** *             **  
Les Copains (Robert)     **           ***  
Thomas l'imposteur (Franju) **         * **      
Le Knack et comment l'avoir (Lester) ** °   ***     *      
L'Amour à la chaîne (De Givray) **                  
L'Empreinte de Frankenstein (Francis)         **          
L'Enfer dans la peau (Bénazéraf)     **              
L'Enquête (Douglas)     **              
La Grosse Caisse (Joffé)                 **  
Les Joyeux Fantômes (Pietrangeli)                 **  
Les Pirates du diable (Sharp)                 **  
Maciste contre les hommes de pierre (Gentilomo)         **          
Passeport pour l'oubli (Guest)                 **  
Quand la terre s'entrouvrira (Marton)                 **  
Quand passent les faisans (Molinaro)     **              
La Déesse de feu (Day)         *       **  
Lady L (Ustinov)         *       **  
Maciste dans les mines du roi Salomon (Regnoli)         *   **      
Opération Crossbow (Anderson)         *       **  
La Métamorphose des cloportes (Granier-Deferre)         **   *   *  
La Vierge de Nuremberg (Margheriti)         **   *   *  
Les Fêtes galantes (Clair) *           *   **  
Une fille et des fusils (Lelouch) **           *   *  
Merveilleuse Angélique (Borderie) °       **   *   **  
Zorba le Grec (Cacoyannis) °       *   *   ***  
Viva Maria ! (Malle) *   ** * °   *   **  
Fantômas se déchaîne (Hunebelle)     * * °   *   ***  
La Plus Grande Histoire jamais contée (Stevens)         *   °   **  
Cinq Semaines en ballon (Allen)             *   *  
Furia à Bahia pour OSS 117 (Hunebelle)         *       *  
La Nef des fous (Kramer) *       *          
Hercule contre les tyrans de Babylone (Paolella)         *          
L'Express du colonel von Ryan (Robson)         *          
La Fabuleuse Aventure de Marco Polo (De La Patellière & Howard)         *          
La Rolls-Royce jaune (Asquith)         *          
Le Majordome (Delannoy)                 *  
Les Poupées (Risi, Comencini, Rossi & Bolognini)     *              
Les Prairies de l'honneur (McLaglen)                 *  
Sur la piste de la grande caravane (Sturges)                 *  
Train d'enfer (Grangier)         *          
Trois Chambres à Manhattan (Carné) *                  
Le Gendarme à New York (Girault) °   ° ° °   * ° ** **
Don Camillo en Russie (Comencini) *   °   *   * °    
Le Tigre se parfume à la dynamite (Chabrol) *   * ° °   °      
Ces dames s'en mêlent (André)         °          
Le Tonnerre de Dieu (De La Patellière)         °          
Le Trésor des montagnes bleues (Reinl)         °          
Mata-Hari, agent H 21 (Richard)         °          
Piège pour Cendrillon (Cayatte)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Les Plaisirs de la chair (Oshima) ***   *** *** **** ** **      
Le Lâche (Ray) ***     ***            
Subarnarekha (Ghatak) ****                  
La Planète des vampires (Bava)       * ***       **  
Histoire écrite sur l'eau (Yoshida)     ***              
La Guerre des espions (Shinoda)       ***            
L'Etau (Naruse) ***                  
Sœurs de scène (Xie) *     **            

Nolan :
*** : Quand l'inspecteur s'emmêle / Goldfinger
** : Alphaville / Mary Poppins / Le Corniaud / Opération Tonnerre / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines / Fantômas se déchaîne / Le Gendarme à New York

Antoine :
**** : Pierrot le Fou
*** : La 317e section / Quand l'inspecteur s'emmêle / Alphaville
** : Embrasse-moi idiot / Goldfinger / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Opération Tonnerre / Fantômas se déchaîne
° : Les Copains / Don Camillo en Russie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Pierrot le fou, 2- Paris vu par Rouch et Rohmer, 3- Lilith, 4- Shock Corridor, 5- L'Evangile selon Saint Matthieu, 6- Police spéciale, 7- Sandra, 8- Le Chevalier des sables, 9- Les Tontons farceurs, 10- Alphaville & Subarnarekha

Mister Arkadin :
**** : Pierrot le Fou (8)
*** : L’Arme à gauche (7) ;
** : Compartiment tueurs (6) ; Le Corniaud (6) ; Goldfinger (5) ; Les Quatre fils de Katie Elder (5) ; Zorba le Grec (5) ; Sandra (5)
* : Embrasse-moi idiot (4) ; L’As de pique (4) ; Viva Maria ! (4) ; Les Bons vivants (4) ; Alphaville (3)
° : Les Tribulations d’un chinois en Chine (2)

Oriane :
**** : Pierrot le Fou / Yoyo
*** : Les Grandes Gueules
** : Pour l'exemple / Goldfinger / Juliette des esprits / Kwaidan
* : Le Corniaud

Un-simple-amateur :
1- Barberousse (Kurosawa) 2- Pierrot le fou (Godard) 3- L'Evangile selon Saint Matthieu (Pasolini) 4- Les communiants (Bergman) 5- Sandra (Visconti) 6- Lilith (Rossen) 7- Shock Corridor (Fuller) 8- Le Chevalier des sables (Minnelli) 9- Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) 10- Police spéciale (Fuller)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Corniaud, Gérard Oury, 11 740 438 entrées
2. Goldfinger, Guy Hamilton, 6 675 000 entrées
3. Opération Tonnerre, Terence Young, 5 735 000 entrées
4. Le Gendarme à New York, Jean Girault, 5 495 045 entrées
5. Mary Poppins, Robert Stevenson, 4 309 000 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Vie de château (Jean-Paul Rappeneau), sortie prévue en 1966
- Prix Méliès : La Vieille Dame indigne (René Allio)
- Grand prix du cinéma français : Viva Maria ! (Louis Malle)
- Oscar du meilleur film : My Fair Lady (George Cukor)
- Festival de Venise, Lion d'or : Sandra (Luchino Visconti)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Knack et comment l'avoir (Richard Lester)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Alphaville (Jean-Luc Godard)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Quatre heures du matin (Anthony Simmons), sortie prévue en 1966
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Mirage (Edward Dmytryk) & Zlata reneta (Otakar Vavra)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1965 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Pierrot Le Fou (Jean-Luc Godard), 2. Sandra (Luchino Visconti), 3. Les Communiants (Ingmar Bergman), 4. Paris vu par..., 5. Alphaville (Jean-Luc Godard), 6. Lilith (Robert Rossen), 7. Shock Corridor (Sam Fuller), 8. Les Tontons farceurs (Jerry Lewis), 9. L'Evangile selon Saint Matthieu (Pier Paolo Pasolini), 10. Le Bonheur (Agnès Varda)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1965 sur le site Encyclo-Ciné)

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)

10/10/2013

Sur vos écrans en 1959

EDITORIAL :

Par Christophe

contes00.jpg1959 marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Tandis qu'émergent diverses "nouvelles vagues", le cinéma classique finissant donne quelques uns de ses plus beaux fruits. En France, sortent : Le Tombeau hindou, Rio Bravo, Comme un torrent, Les Nus et les morts, Le Temps d'aimer et le temps de mourir, Autopsie d'un meurtre ou encore Les Contes de la lune vague après la pluie. Exposé à une telle avalanche de joyaux incandescents, le terrain est propice à l'embrasement ; il trouve son allumette en la personne de Michel Mourlet. Fréquentant assidûment le cinéma Mac-Mahon près de la place de l'Etoile, Mourlet appartient à la bande des mac-mahoniens, chapelle cinéphile comme il en pullule en cette fin des années 50. C'est Eric Rohmer, alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui accorde au jeune théoricien l'opportunité de publier son manifeste dans la déjà célèbre revue jaune aux conditions expresses de l'imprimer en italique et de le faire précéder d'un avertissement comme quoi il n'engage pas la rédaction. Précautions uniques dans l'histoire du journal.

Aussi radicales puissent-elles paraître, les quinze pages de Sur un art ignoré sont d'abord l'aboutissement du travail théorique entamé à la Libération afin de débarrasser la critique cinématographique de la nostalgie du muet qui souvent parasitait ses jugements dans les années 30 (cf par exemple l'Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach). André Bazin avait ainsi montré que lorsque William Wyler découpait l'adaptation d'une pièce de théâtre, il faisait autant oeuvre de cinéaste qu'un Eisenstein. Ce faisant, il défendait la continuité et le réalisme en partant du postulat que le cinéma se distingue des autres arts en ceci qu'il enregistre la réalité et n'a donc pas besoin de recourir à des conventions pour représenter le monde. Dans cette optique, la possibilité d'enregistrer le son constitue évidemment un progrès.

Mourlet va jusqu'au bout de la logique bazinienne et, contrairement au père fondateur des Cahiers qui encensait des cinéastes aussi truqueurs que Welles ou de Sica, affiche avec éclat la conformité entre ses principes et ses goûts. Il a certes eu des précurseurs. Outre Jacques Rivette et Eric Rohmer, il faut se rappeler Philippe Demonsablon qui écrivit au cours des années 50 de belles critiques sur les films de Dwan, Walsh, Mizoguchi. Le titre de son article consacré aux Amants crucifiés, "Splendeur du vrai" peut d'ailleurs être considéré comme un parfait résumé du mac-mahonisme. Affirmant la prééminence du découpage sur le montage, l'inanité des surimpressions et autres artifices visibles, Michel Mourlet montre avec force arguments que le cinéma est essentiellement l'art de la mise en scène. Un cinéaste doit tout à la fois respecter les données de la réalité et les organiser de façon à plonger le spectateur dans un état de fascination.

"Le point d’accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d’entre les grands : Losey, Lang, Preminger et Cottafavi, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d’hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d’inflexions vocales, au sein d'un univers d’objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l’on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé."

De là découlent les caractéristiques ordinairement attachées aux Mac-Mahoniens : l'importance capitale du corps des acteurs, l'érotomanie affichée, un certain goût de la violence, la quête de l'instant sublime, Lang préféré à Hitchcock* et la virulence des anathèmes et dithyrambes qui parfois peuvent amuser le cinéphile de 2013.
"Nous reprochons à nos pères d'avoir placé Meissonnier avant Cézanne, mais ne voyons-nous pas - dans notre siècle de lumières - Les Nuits Blanches de Visconti préférées aux Aventures de Hadji de Don Weis ?"
Rarement phrase aura fait réaliser combien est ténue la frontière entre le sublime et le ridicule. Il y a en effet bien du panache à aller aussi délibérément à contre-courant de l'opinion dominante pour parier aussi franchement sur la postérité. S'il est aujourd'hui facile de ricaner, n'oublions pas que des cinéastes aussi divers que Raoul Walsh, Ida Lupino, Jacques Tourneur, Joseph Losey ou Vittorio Cottafavi doivent aux mac-mahoniens l'essentiel de leur fortune critique.

Si l'éclat de Sur un art ignoré reste vif aujourd'hui, il le doit également à la qualité de la prose de son auteur, une prose où le lyrisme superbe des formules ne le cède jamais à la rigueur de l'expression. Esprit touche-à-tout, Michel Mourlet est d'abord un grand écrivain français et sa langue est celle de la clarté et de la précision**. On ne saurait certes en dire autant de tous ses émules (Jean-Claude Biette en premier lieu). Brillant polémiste, il manie aussi la dérision avec une joie dionysiaque. Un tel style était le vecteur parfait de ce qui demeure, au fond, une apologie du classicisme traduisant une conception aristotélicienne du monde. Cette conception du monde allait bien sûr être sérieusement remise en question au début des années 60.

Face à Godard (qui cita fallacieusement Sur un art ignoré en exergue du Mépris), face à Resnais, face à Antonioni, quelle position adopter ? Cultiver un idéal esthétique ou vivre avec son temps ? Pendant quelques années, les deux tendances allaient cohabiter aux Cahiers du cinéma. En 1963, Rivette trancha et évinça brutalement Rohmer le classique. Désormais, les Cahiers épouseraient - avec une ardeur qui leur fait honneur - chaque chimère de l'époque : structuralisme, gauchisme, maoïsme, feuilletons américains...

Dans les années 60, les Mac-Mahoniens se retrouvaient donc dans la position des vieux critiques par eux moqués pour leur nostalgie du muet. Le malheur est que personne n'ait jamais défendu la "modernité" cinématographique d'une façon aussi brillante que Michel Mourlet pour leur donner tort, l'ère de l'entre-soi et du consensus mou ayant succédé aux stimulantes querelles de chapelle des années 50***. Chassés de la revue jaune, ils étaient accueillis par Jean Curtelin qui leur ouvrait en grand les colonnes de Présence du cinéma. Ils y prêcheraient la bonne parole jusqu'en 1967, date d'un superbe et définitif "adieu au mac-mahonisme" signé Jacques Lourcelles, camarade de Mourlet devenu pour ainsi dire seul auteur de la revue. La minorité cinéphile restée convaincue des vérités révélées dans Sur un art ignoré n'avait plus qu'à entretenir sa mélancolie face à un monde qui ne s'accordait plus à ses désirs.


* "Le maelstrom de la caméra autour du visage d’Henry Fonda pour exprimer son angoisse, ou les colorations successives de James Stewart en proie au cauchemar du vertige, procèdent de la même impuissance devant l'acteur, en suppléant une incapacité à révéler ses virtualités passionnelles — du dedans — par une crispation de tout ce qui n'est pas l’acteur, de tout ce qui est en dehors, de même que les écrivains médiocres forcent le style et brutalisent les mots pour tenter de donner à sentir ce qu'ils ne sentent pas.

** Mourlet, revenu de la cinéphilie depuis belle lurette, consacre aujourd'hui une part importante de son temps à la défense de la langue française

*** voir l'ostracisme pur et simple dont fut victime au cours des années 70 feu Jean-François Tarnowski pour avoir fustigé les théories de Christian Metz dans les colonnes de Positif. On était loin de l'esprit de la polémique "courtoise mais inébranlable" entre Michel Mourlet et Alain Robbe-Grillet quinze ans plus tôt. Entre-temps, le cinéma avait pénétré l'université..

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 130 longs métrages (sur les 426 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) **** **** **** **** **** **** **** **** *** ****
Sueurs froides (Hitchcock) **** * **** **** **** **** **** **** **** ****
La Mort aux trousses (Hitchcock) **** ** **** **** **** *** **** **** *** ****
Rio Bravo (Hawks) **** *** **** **** **** *** **** **** **** ****
Le Tigre du Bengale (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Le Tombeau hindou (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Les Quatre Cents Coups (Truffaut) *** *** **** **** **** **** *** **** **** ****
Mirage de la vie (Sirk) **** **** **** *** **** **** * **** ****  
Certains l'aiment chaud (Wilder) ** * *** **** **** *** *** **** *** ****
Les Fraises sauvages (Bergman) *** ** **** *** **** ** ****   *** ****
Le Temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) **** **** **** ***   *** ** **** *** ***
Ivan le Terrible, 2e partie (Eisenstein) **** * *** **** **** *** ****     ***
Comme un torrent (Minnelli) *** ****   *** **** **** **   **** ***
L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   ****   **
La Chevauchée des bannis (DeToth) *** ****   *** **** ***   ****   ***
Les Nus et les morts (Walsh) *** ****   *** **** ***     *** ***
Pickpocket (Bresson) **** ** *** *** **** ** **** **** ***  
La Forêt interdite (Ray) **** ***     ***     ****    
Autopsie d'un meurtre (Preminger) *** *** *** *** ***   ***   *** ***
Hiroshima mon amour (Resnais) *** ** **** **** *** *** ** ****   ***
Le Pigeon (Monicelli) *** **   *** *** ** ***     ****
Le Déjeuner sur l'herbe (Renoir) *** *** **   ***   ** ****   ***
La Tête contre les murs (Franju) *** *** ** *** ***   ***      
Les Cavaliers (Ford) *** ***   ** ***     ***   ***
Au seuil de la vie (Bergman) ***         ** ***     ****
Le Jugement des flèches (Fuller) *** *** ***   **         ***
Les Amants diaboliques (Visconti) ** *** ** *** **** *** ** ** ** **
Le Trésor du pendu (Sturges) *** ***     **         ***
Adorable Voisine (Quine) *** **     ***   **     ***
Le Cauchemar de Dracula (Fisher)     **   ***   **     ***
Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Minnelli) **** *** **   **       **  
Cendres et diamant (Wajda) ** ** ** *** **** **        
Gigi (Minnelli) *** ° *** ***   ** ***   ** ***
Le Général Della Rovere (Rossellini) **     ** **     ***   ***
L'Homme aux colts d'or (Dmytryk) ** ***     **         ***
La Brune brûlante (McCarey) *** ***         **      
Les SS frappent la nuit (Siodmak) **     ***     ***      
Un trou dans la tête (Capra) ** ***             ***  
La Fille de la rizière (Matarazzo) *** ***                
La Révolte des gladiateurs (Cottafavi)         ***         ***
Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps (Debord, cm)     ****              
Le Chien des Baskerville (Fisher) ** ** **   **   **     **
La Belle au bois dormant (Disney) *       *   *   *** ****
La Prison (Bergman) **   ** ***   * ***     **
L'Aventurier du Texas (Boetticher) *** **     ***          
La Malédiction des pharaons (Fisher)         ***   *     ***
La Mouche noire (Neumann) ***   **   **         **
Le Monde, la chair et le diable (MacDougall) ** °     ****          
Deux Hommes dans Manhattan (Melville) *** * ** ** ***   *      
La Colline des potences (Daves) *** **               **
Le Dernier Train de Gun Hill (Sturges) ** **     **   **     **
Fort Massacre (Newman)   ***               **
Le Kid en kimono (Tashlin) ***   **              
Les Chemins de la haute ville (Clayton) **       ***          
Tombouctou (Tourneur)   ***               **
Les Cousins (Chabrol) **   *** * *** * *      
Crimes au musée des horreurs (Crabtree)         ***   *      
Hercule et la reine de Lydie (Francisci)         **   *     ***
Le Visage (Bergman) *   ***       **      
Les Dragueurs (Mocky) ** **         **      
Trahison à Athènes (Aldrich) **       **   **      
Aventures fantastiques (Zeman) ***                  
Des femmes disparaissent (Molinaro)                    
La Chaîne (Kramer)         ***          
Le Procès de Nuremberg (Podmanitsky)               ***    
Rue des Prairies (De La Patellière)             ***      
Vacances à Paris (Edwards)   ***                
A double tour (Chabrol) **   ** * **          
Le Destin d'un homme (Bondartchouk) **     **            
Les Boucaniers (Quinn)         **   **      
Moi un Noir (Rouch) **         **        
Passez muscade (Cline) **   **              
Un témoin dans la ville (Molinaro)       ** **          
Une balle signée X (Arnold) ** **                
Une leçon d'amour (Bergman) **         **        
La Blonde et le shérif (Walsh) **           *      
Marie-Octobre (Duvivier) * **   * *   **      
La Vache et le prisonnier (Verneuil) * * *   *   * * ** **
Les Grands Espaces (Wyler) **       *         *
L'Or du Hollandais (Daves)   *               **
Le Fauve est lâché (Labro) **       *          
Les Travaux d'Hercule (Francisci)             *     **
Signé Arsène Lupin (Robert) *                  
Caravane vers le soleil (Rouse)         **          
Cette terre qui est mienne (King)   **                
Duel dans la boue (Fleischer)   **                
L'Orchidée noire (Ritt)             **      
La Dernière Torpille (Pevney)                   **
La Terreur des barbares (Campogalliani)                   **
Le Dernier Rivage (Kramer) **                  
Trois Bébés sur les bras (Tashlin)     **              
Vieilles Légendes tchèques (Trnka) **                  
Le Bossu (Hunebelle) *   * ° **   * °   **
Orfeu negro (Camus) * °     **   °     *
Babette s'en va-t-en guerre (Christian-Jaque) °       °   **     **
Salomon et la reine de Saba (Vidor) *       *   *      
Toi le venin (Hossein) °       **   *      
Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Delannoy) * °     ° * **      
L'Idole vivante (Lewin)     * *            
Rodan (Honda)     °             **
Archimède le clochard (Grangier) °       °   *     **
J'irai cracher sur vos tombes (Gast) °       *   *      
Cent vingt-cinq rue Montmartre (Grangier) *                  
Ceux de Cordura (Rossen)                   *
Du rififi chez les femmes (Joffé)             *      
Fort Yuma (Selander) *                  
Goha (Baratier)     *              
L'Ile du bout du monde (Gréville)             *      
La Bête à l'affût (Chenal)   *                
Le Courrier de l'or (Boetticher)   *                
Le Génie du mal (Fleischer) *                  
Le Retour de la mouche (Bernds)     *              
Le Roi dinosaure (Gordon)     *              
Le Voyage (Litvak)         *          
Les Rendez-Vous du diable (Tazieff) *                  
Prisonnières des martiens (Honda)     *              
Signé Zorro (Foster)             *      
Tout près de Satan (Aldrich) *                  
La Femme et le pantin (Duvivier) ° ° °       **      
Les Liaisons dangereuses 1960 (Vadim) °   * ° *   °      
La Loi (Dassin) °       *          
La Nuit des espions (Hossein) °           *      
Le Chemin des écoliers (Boisrond) *       °          
Le Grand Chef (Verneuil) °                 *
Messieurs les ronds-de-cuir (Diamant-Berger)         °   *      
La Jument verte (Autant-Lara) °   ° ° °         **
Le Confident de ces dames (Boyer) °       °   °      
Vous n'avez rien à déclarer ? (Duhour) °       °          
La Valse du Gorille (Borderie)         °          
Le Combat mortel de Tarzan (Humberstone)                   °
Le Petit Prof (Rim) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Bonjour (Ozu) ****   ** ***   *** *** ****    
Herbes flottantes (Ozu) ***     ***   **       ***
Profession : Magliari (Rosi) **   ** ***            
Fleurs de papier (Dutt) **       **** **        
Le Veuf (Risi)       **            

Jocelyn :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Les Quatre Cents Coups / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon / Le Cauchemar de Dracula / Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant / Le Monde, la chair et le diable / Des femmes disparaissent
** : Pickpocket / La Malédiction des pharaons / Les Cousins / Crime au musée des horreurs / La Blonde et le shérif / Orfeu negro
* : Le Bossu
° : La Jument verte

Antoine :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou / Les Fraises sauvages / Ivan le Terrible / L'Impératrice Yang Kwei Fei / Pickpocket
*** : Rio Bravo / Certains l'aiment chaud / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon
** : Le Chien des Baskerville / Deux hommes dans Manhattan / Signé Arsène Lupin
* : Les Quatre Cents Coups / Hiroshima mon amour / L'Aventurier du Texas

Nolan :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Les Quatre Cents Coups / L'Impératrice Yang Kwei Fei
** : Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant
* : Le Bossu
° : La Vache et le prisonnier

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Mirage de la vie / La Mort aux trousses / Rio Bravo / Hiroshima mon amour / Vertigo / Certains l'aiment chaud / Les Fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant / Moi un noir / Les Contes de la lune vague après la pluie / Les 400 coups
** : Gigi / Pickpocket / A double tour

Mister Arkadin :
**** : Sueurs froides (10) ; La Mort aux trousses (10) ; Pickpocket (9) ; Rio Bravo (9) ; Le Pigeon (9)
*** : Certains l’aiment chaud (8) ; Autopsie d’un meurtre (8) ; Cendres et diamant (7) ; Les Quatre Cents Coups (7)
** : Le Trésor du pendu (6) ; Maigret et l’affaire Saint-Fiacre ; Adorable voisine (6) ; Le Déjeuner sur l’herbe (6) ; Comme un torrent (6) ; Les Nus et les morts (6) ; Marie-Octobre (6) ; 125 rue Montmartre (6) ; Le Général Della Rovere (6) ; L’Homme aux colts d’or (6) ; La Colline des potences (6) ; Hiroshima (5) ; Les Cousins (5) ; Gigi (5)
* : La Jument verte (4) ; Archimède le clochard (4)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Mirage de la vie ; Les Cavaliers ; La Belle au bois dormant ; Le Bossu ; La Femme et le pantin

Frédéric :
1- Sueurs froides, 2- Rio Bravo, 3- La Mort aux trousses, 4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou, 5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei, 6- Pickpocket, 7- Hiroshima mon amour, 8- Le Jugement des flèches, 9- Les 400 coups, 10- Les Contes de la lune vague après la pluie

Oriane :
**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Un simple amateur :
1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) 2- Rio Bravo (Hawks) 3- Mirage de la vie (Sirk) 4- Pickpocket (Bresson ) 5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) 6- La Chevauchée des bannis (DeToth) 7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut) 8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) 9- Vertigo (Hitchcock) 10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Vache et le Prisonnier, Henri Verneuil, 8 844 199 entrées
2. La Belle au bois dormant, Clyde Geronimi, 6 585 083 entrées
3. La Jument Verte, Claude Autant-Lara, 5 272 066 entrées
4. Babette s'en va-t-en guerre, Christian Jaque, 4 657 610 entrées
5. Les Liaisons Dangereuses 1960, Roger Vadim, 4 322 955 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : On n'enterre pas le dimanche (Michel Drach)
- Prix Méliès : Hiroshima mon amour (Alain Resnais) & Les Quatre Cents Coups (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Les Étoiles de midi (Marcel Ichac)
- Oscar du meilleur film : Gigi (Vincente Minnelli)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini) & La Grande Guerre (Mario Monicelli)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Orfeu Negro (Marcel Camus)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Cousins (Claude Chabrol)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Au risque de se perdre (Fred Zinnemann)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1959 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Les Contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi), 2. Hiroshima mon amour (Alain Resnais), 3. Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein), 4. Pickpocket (Robert Bresson), 5. Les Quatre Cents Coups (Francois Truffaut), 6. Rio Bravo (Howard Hawks), 7. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), 8. Sueurs froides (Alfred Hitchcock), 9. L'Impératrice Yang Kwei Fei (Kenji Mizoguchi), 10. Le Tigre du Bengale (Fritz Lang)


2) L'année 59 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année d'Alain Resnais : Hiroshima mon amour
- Se distinguent particulièrement :
Serguei Bondartchouk, Le Destin d'un homme / Jack Clayton, Les Chemins de la haute ville / Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula / Georges Franju, La Tête contre les murs / Howard Hawks, Rio Bravo / Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses / Vincente Minnelli, Comme un torrent / Kenji Mizoguchi, Les Contes de la lune vague après la pluie & L'Impératrice Yang Kwei Fei / Andrzej Wajda, Cendres et diamant / Raoul Walsh, Les Nus et les morts / Billy Wilder, Certains l'aiment chaud / Robert Wise, Je veux vivre / Karel Zeman, Aventures fantastiques"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1959 sur le site Encyclo-Ciné)