Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2013

Sur vos écrans en 1952

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

leplaisir.jpgLe cinéma est-il un art à part entière ? Et, à ce titre, peut-il connaître les mêmes bouleversements et révolutions esthétiques que la peinture ou la littérature ? En marge des sorties traditionnelles, quelques films tendent à nous le prouver. Au début d'Hurlements en faveur de Sade, une voix-off précise d'emblée : « Au moment où la projection allait commencer, Guy-Ernest Debord devait monter sur la scène pour prononcer quelques mots d’introduction. Il aurait dit simplement : Il n’y a pas de film. Le cinéma est mort. Il ne peut plus y avoir de film. Passons, si vous voulez, au débat. ». Avec ce « film » sans images, ce jeune homme inconnu entend donner un équivalent au cinéma du « carré blanc sur fond blanc » du peintre Malevich. L'attention du spectateur est mise à rude épreuve mais le « geste artistique » passionne d'autant plus que surnagent, au milieu de cette succession d'écrans noirs et blancs, quelques phrases sublimes :  « Il y a encore des gens que le mot de morale ne fait ni rire ni crier. », « Nous vivons en enfants perdus nos aventures incomplètes ».
Monsieur Debord fait partie du groupe lettriste. Déjà l'an passé, nous avions pu voir au ciné-club du Musée de l'Homme Le Film est déjà commencé ? de Maurice Lemaître. Et cette année, ce sont deux films « lettristes » qui sont sortis sur nos écrans : L'Anticoncept de Gil.J.Wolman (que j'ai malheureusement raté) et l'étonnant Traité de bave et d'éternité d'Isidore Isou, chef de file de ce courant avant-gardiste. Là encore, il s'agit de s'inscrire dans une « histoire » du cinéma (Griffith, Von Stroheim et Buñuel sont cités...) pour proposer une nouvelle façon de faire des films. Ce travail de sape du langage cinématographique passe par une dissociation du son et de l'image (ce qu'Isou appelle le cinéma « discrépant ») et par des ciselures pratiquées à même la pellicule. Entre des images de l'artiste déambulant dans Saint-Germain-des-prés et des chutes de films recyclées, l’œuvre offre également des plages « abstraites » couplées à une poésie lettriste incantatoire et fascinante.
Moins radical mais néanmoins expérimental, signalons la sortie d'un programme regroupant une série de Films en relief et en couleurs où le génial Norman McLaren dessine directement sur la pellicule des ballets abstraits pour inventer un cinéma sans caméras (signalons aussi la sortie cette année de son court-métrage Voisins réalisé avec de véritables acteurs mais dont les mouvements sont décomposés par un procédé d'enregistrement image par image)...
Mais éloignons nous des marges de l'avant-garde pour revenir au cinéma « classique ». Du côté des sorties « traditionnelles », le cinéma américain se taille encore la part du lion. Nos collaborateurs ont apprécié l'adaptation expressionniste d'Othello de Shakespeare par Orson Welles et ont distingué une fois de plus les grands cinéastes d'Hollywood : Mankiewicz (dont on a pu voir deux films : L'affaire Cicéron et On murmure dans la ville), Anthony Mann (Les Affameurs), Nicholas Ray (La Maison dans l'ombre prouve qu'il est désormais un cinéaste avec qui il faut compter), John Ford (L'Homme tranquille) ou encore Alfred Hitchcock (L'Inconnu du Nord-Express. Notons que nous eûmes le plaisir de redécouvrir l'un des meilleurs films de sa période anglaise : Une femme disparaît).
Si le retour de Charlie Chaplin avec son très beau mélodrame Les Feux de la rampe est salué à sa juste mesure, notre équipe est plus partagée sur le cas Huston. Votre serviteur vous confiera humblement qu'il n'a guère goûté aux aventures exotiques d'African Queen et encore moins à sa Charge victorieuse.
Un des événements de cette année restera sans aucun doute la découverte sur nos écrans d'un chef-d’œuvre du cinéma japonais : construit comme un fait divers raconté de trois points de vue différents, Rashomon d'Akira Kurosawa (un nom à retenir) nous donne envie d'explorer un continent cinématographique encore trop méconnu en France.
Autre singularité de cette année 52, les deux films préférés de notre équipe sont français. A côté des succès populaires qui me laissent plutôt froid (les larmoyants Jeux interdits de René Clément, le poussif Fanfan la tulipe de Christian-Jaque, l'efficace mais très mineur Petit monde de Don Camillo de Duvivier...), Jacques Becker emporte tous les suffrages avec son magnifique Casque d'or où Simone Signoret est éblouissante. Mais notre coup de cœur va indéniablement à Max Ophüls. Le cinéaste nous avait déjà transporté avec des films comme La Ronde ou Lettre d'une inconnue. En adaptant trois nouvelles de Maupassant, il signe avec Le Plaisir son plus beau film à ce jour et une œuvre d'une élégance inouïe où chaque mouvement de caméra correspond à un élan de cœur des personnages. C'est léger, drôle, mélancolique, poignant... Bref, sublime !
Pour conclure, souhaitons une longue vie à Positif une nouvelle revue de cinéma qui a vu le jour cette année, quelques mois après les Cahiers du cinéma. Nous aurons sans doute l'occasion d'y revenir....

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 84 longs métrages (sur les 551 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Le Plaisir (Ophuls) *** **** **** **** **** ***   ****     ****
Casque d'or (Becker)   *** **** **** **** ** **** ***     ****
Les Affameurs (Mann) *** **** ****   *** *** **** ***     ****
L'Affaire Cicéron (Mankiewicz) **** *** ***   *** ***   *** **** ****  
Rashomon (Kurosawa) *** *** *** *** **** ** *** **** ***   ****
La Flibustière des Antilles (Tourneur)   **** ****     ***   ***     ***
Othello (Welles)   *** *** *** **** ** *** ****   *** ***
La Maison dans l'ombre (Ray)   **** **** ***              
On murmure dans la ville (Mankiewicz)   ** *** *** *** **** ***     *** ***
Une femme disparaît (Hitchcock) *** *** * *** **** ** **** ***   *** ***
Les Feux de la rampe (Chaplin)   *** ** *** *** ** *** ***   *** ****
L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock) **** *** *   *** *** *** *** *** ** ***
Un tramway nommé désir (Kazan)   *** *** ** **** ** *** **   ***  
La Reine africaine (Huston)   *** ° ** **** ** **** **   *** ****
Un Américain à Paris (Minnelli)   ** ** *** ** ** *** ***   **** ***
L'Homme tranquille (Ford) ** **** ** ** ** ***   *   **** ****
La Porte du diable (Mann) *** ** ***               ****
Le Gouffre aux chimères (Wilder)   *** ****     **   **     ***
Le Désert de la peur (Walsh)     ****               ***
Le Rôdeur (Losey)   *** ****                
La Charge victorieuse (Huston)   *** ** * ***     ***     ****
La Cible humaine (King) *** ** **** **              
Le Démon s'éveille la nuit (Lang) * *** ***         ***     ***
Ivanhoe (Thorpe) * *** **   *** **   ***     ***
Mariage royal (Donen)   *** * ** ***   *** **   *** **
Le Jour où la terre s'arrêta (Wise) * ***         *** **     ***
Les Aventures du capitaine Wyatt (Walsh)   *** **     **   **     ***
La Chose d'un autre monde (Nyby & Hawks)   *** **       ***       **
La Montée au ciel (Buñuel)   ***     **           ***
Je l'ai été trois fois (Guitry)   ****   **              
Je sais où je vais (Powell & Pressburger)     ****                
La Terre tremble (Visconti)   **** ° * ***           ***
L'Homme au complet blanc (Mackendrick)   **   **     *** **     **
La Vérité sur Bébé Donge (Decoin)   ** ***   *** *   **      
Le Train sifflera trois fois (Zinnemann)   ** *
**   ** ** **   ** **
Jeux interdits (Clément)   * **** * ** * ** *   * ***
M le maudit (Losey)   *** ***     *   *      
Fanfan la Tulipe (Christian-Jaque)   *** * *   * ** *     ***
La Vie d'Emile Zola (Dieterle & Rapper)   ***                  
Quarante-Neuvième Parallèle (Powell)               ***      
L'Evadé du bagne (Freda)               ***      
Traité de bave et d'éternité (Isou)       ***              
Escale à Broadway (Butler)             ***        
Gendarmes et voleurs (Monicelli & Steno)   ***                  
J'ai vécu l'enfer de Corée (Fuller)   ***                  
La Mère du marié (Leisen)     ***                
Baïonnette au canon (Fuller)   *** *                
David et Bethsabée (King)   ** **                
Fort invincible (Douglas)       **             **
La Vallée de la vengeance (Thorpe)   **                 **
Le Choc des mondes (Maté)   **                 **
Quatorze Heures (Hathaway)     *   ***            
Le Petit Monde de Don Camillo (Duvivier) * ** * **       *     **
Une place au soleil (Stevens)   * °               ****
Les Belles de nuit (Clair)       °       **     ***
Umberto D. (De Sica)   * °   ***            
La Fête à Henriette (Duvivier)   * **   *            
La Dame sans passeport (Lewis)   ** *                
Les Sept Péchés capitaux (collectif)             ** *      
Dallas, ville frontière (Heisler)     **                
Kansas en feu (Enright)     **                
Marqué au fer (Maté)                     **
Volets clos (Comencini)     **                
Deux Sous d'espoir (Castellani)         **            
Le Peuple accuse O'Hara (Sturges)   **                  
La Vallée des géants (Feist)                     **
Les Diables de Guadalcanal (Ray)   *       *         *
Le Continent perdu (Newfield)       °   **          
Show Boat (Sidney)               *     *
Satan conduit le bal (Gallone)               *      
Vingt-Quatre Heures chez les martiens (Neumann)       *              
Elle n'a dansé qu'un seul été (Mattsson)               *      
Le Grand Caruso (Thorpe)   *                  
Nez de Cuir (Allégret)               *      
Le Banni des îles (Reed)   *                  
Le Paradis des mauvais garçons (Sternberg)     *                
Mara Maru (Douglas)     *                
Nous sommes tous des assassins (Cayatte)   *                  
Ouvert contre X (Pottier)               *      
Adorables Créatures (Christian-Jaque)   *           °      
Coiffeur pour dames (Boyer)   °   *              
Quartier interdit (Fernandez)       °              
Le Rideau rouge (Barsacq)     °                
Violettes impériales (Pottier)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Eclair (Naruse)   ***     ***            
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)   **** °   ** **          
Hurlements en faveur de Sade (Debord)       ***              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Le plaisir / Les feux de la rampe / L'inconnu du Nord-Express / L'Homme tranquille
*** : Les affameurs / L'affaire Cicéron / Un américain à Paris / La Porte du diable / Jeux interdits / African Queen
** : Othello / La cible humaine / Le train sifflera trois fois
* : Les diables de Guadalcanal
° : Le petit monde de Don Camillo

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine prodigieuse : Rashomon / L’affaire Cicéron / L’inconnu du Nord-Express / L’homme tranquille / Casque d’or / Les affameurs / Othello / La maison dans l’ombre / La flibustière des Antilles / Les feux de la rampe / Le plaisir / Le démon s’éveille la nuit / Le gouffre aux chimères / Une femme disparaît / J’ai vécu l’enfer de Corée
Les excellentes pelloches : Le jour où la terre s’arrêta / Le choc des mondes / La cible humaine / Le rôdeur / Baïonnette au canon / La chose d’un autre monde / La porte du diable / Une place au soleil / La vérité sur Bébé Donge / La reine africaine / Un tramway nommé désir / Un Américain à Paris / L’homme au complet blanc / Racket / Le train sifflera trois fois / Les aventures du capitaine Wyatt / Ivanhoé
La découverte tardive [mais ô combien plaisante] : L’espion
Les nanars magnifiques : Le paradis des mauvais garçons / Anna
Les gros mélos des familles : Deux sous d’espoir / Jeux interdits
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Rashomon*** : La Chose d'un autre monde

Mister Arkadin :
**** : Les Feux de la rampe (10) / Le Plaisir (10) / Les Affameurs (9) / L’Affaire Cicéron (8)
*** : La Flibustière des Antilles (8) / Othello (8) / Une femme disparaît (8) / L’Inconnu du Nord-Express (8) / L’Homme tranquille (8) / La Porte du diable (7) / Rashomon (7) / Ivanhoe (7) / Je l’ai été trois fois (7) / Quatorze heures (7)
** : On murmure dans la ville (6) / Un Américain à Paris (6) / Le Gouffre aux chimères (6) / La Fête à Henriette (6) / Les Aventures du Capitaine Wyatt (6) / La Cible humaine (6) / Le train sifflera trois fois (6) / Jeux interdits (6) / Fanfan la tulipe (6) / Le démon s’éveille la nuit (5) / Mariage royal (5) / Le Petit Monde de Don Camillo (5)
* : Les Belles de nuit (4) / Un tramway nommé désir (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter) Le Désert de la peur / La Vérité sur Bébé Donge / Nez de cuir

Frédéric :
1- Le Plaisir, 2- La Flibustière des Antilles, 3- L'Inconnu du Nord-Express, 4- Les Affameurs, 5- L'Affaire Cicéron, 6- Une femme disparait, 7- La Maison dans l'ombre, 8- L'Homme tranquille, 9- Les Aventures du capitaine Wyatt, 10- Casque d'or

Oriane :
**** : Othello / Les Feux de la rampe / L'Inconnu du Nord-Express / Un Américain à Paris / Le Goût du riz au thé vert
*** : Les Affameurs / L'affaire Cicéron / Rashomon / Nous sommes tous des assassins
** : Une Femme disparaît / Le Train sifflera trois fois / Umberto D.
* : Le Petit monde de Don Camillo

Un simple amateur :
1- Rashomon (Kurosawa) 2- Le Plaisir (Ophuls) 3- L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock) 4- Les Affameurs (Mann) 5- L'Affaire Cicéron (Mankiewicz) 6- Le Rôdeur (Losey) 7- Le Désert de la peur (Walsh) 8- La Maison dans l'ombre (Ray) 9- La Flibustière des Antilles (Tourneur) 10- Casque d'or (Becker)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Petit Monde de don Camillo, Julien Duvivier, 12 791 168 entrées
2. Violettes impériales, Richard Pottier, 8 125 766 entrées
3. Fanfan la Tulipe, Christian Jaque, 6 726 744 entrées
4. Ivanhoe, Richard Thorpe, 6 354 681 entrées
5. Les Feux de la Rampe, Charles Chaplin, 6 133 697 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Rideau cramoisi (Alexandre Astruc), sortie prévue en mars 1953
- Prix Méliès : Les Belles de nuit (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Un Américain à Paris (Vincente Minnelli)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Othello (Orson Welles) & Deux sous d'espoir (Renato Castellani)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Jeux interdits (René Clément)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Elle n'a dansé qu'un seul été (Arne Mattsson)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Rapt (Charles Crichton)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1952 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Test pour l'ami Rémi : moi, les commentaires passent :)

Écrit par : Edouard | 11/03/2013

Répondre à ce commentaire

ah ben oui
ben j'ai oublié
j'ai d'autres choses en tête
alors le mien viendra
un de ces quatre matins
ou pas

Écrit par : FredMJG | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Nous espérons qu'il va arriver (avant 1953)...

Écrit par : Edouard | 12/03/2013

Petit rappel pour Christophe, suite à son zéro pointé pour "African Queen" : même lorsqu'il sera l'heure des "Racines du ciel", de "La Bible", de "Phobia" ou de "A nous la victoire", il ne sera pas possible de mettre des notes négatives...

Écrit par : Edouard | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Peu me chaut de jauger African Queen à l'aune des films que vous citez, films dont je n'ai par ailleurs rien à secouer n'étant pas un complétiste de l'oeuvre de John Huston.
J'ai vu African Queen. C'est pour moi un ennuyeux navet. Je lui mets donc "0" lorsque vous me demandez de le noter.

Écrit par : Christophe | 13/03/2013

Bien sûr, les notes se distribuent de la façon que l'on veut.

Ce rappel (qui aurait dû être appuyé par un smiley ?) n'était là que pour demander confirmation et permettre l'expression d'une ou deux raisons de cette détestation, comme c'est, sinon la règle, du moins l'habitude ici, sous chacun de nos tableaux.

Je m'interrogeais en fait face à ces différents "0". Ceux allant à Visconti ou De Sica m'étonnent moins, leurs films se voulant plus "radicaux" tandis que chez Huston, il reste le "fond" de classicisme hollywoodien, en tout cas dans celui-ci.

Écrit par : Edouard | 13/03/2013

j'ai un souvenir déplorable de African Queen, un film où tout sonnait faux, un film sans âme où tout semblait fabriqué suivant des formules éculées (ainsi du cabotinage de chacune des deux stars qui reprennent des rôles qu'ils ont développé mille fois, en mieux, par ailleurs), dénué de souffle, d'originalité, de vie et de vérité. Un film en roue libre qui n'a même pas la concision et la sécheresse des films hollywoodiens "moyens".
Pour moi African Queen, ce n'est pas du "classicisme hollywoodien", c'est un film qui oscille entre l'académisme et le je-m'en-foutisme.

Écrit par : Christophe | 13/03/2013

Mon souvenir du film, que je n'ai certes pas réactualisé depuis longtemps, est exactement à l'opposé. C'est celui d'un film surprenant, vigoureux et émouvant, grâce à Huston et aux acteurs, même pour moi qui ne suis pas un fanatique d'Hepburn. C'est celui, surtout, d'un plaisir de cinéma constant, de surcroît dans un "genre", l'aventure africaine, qui a tendance d'habitude à me faire bâiller, fût-il visité par Ford ou même Hawks.

Écrit par : Edouard | 13/03/2013

J'ai aussi un souvenir, pas si lointain, fort différent, marqué par la dynamique du duo Bogert - Hepburn et la scène des sangsues. C'est un film que je voyais souvent à la télévision mais j'ai du le voir au moins une fois en salle. Curieusement, j'oubliais toujours comment ça finissait. Contrairement à Édouard, j'adooore les aventures africaines et le temps venu pour "Hatari", je lui mettrais dix étoiles comme pour "The quiet man". Comment s'endormir aux rythmes sauvages de la savane ?

Écrit par : Vincent | 14/03/2013

Je mets rarement des étoiles et des zéros.Je me borne à dire que sur ce tableau il y a vraiment de bien beaux films,à mon avis.Les cinq premiers du tableau semblent avoir fait l'unanimité,à laquelle je souscris.Après c'est tellement subjectif.Christophe met 0 à Umberto D et à La terre tremble.C'est son droit.Vous aurez compris que telle n'est pas mon opinion.Huston n'est pas au mieux,c'est vrai,mais il l'a été avant et le sera après.Le musical et cape et épée sont bien représentés.Tant mieux.Mais le plus stupéfiant c'est plus de 8 000 000 de fans de Luis Mariano.Etonnant,non.Un beau travail,Edouard.

Écrit par : Eeguab | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Eeguab. Pour Huston, je trouve pourtant que 52 fut une très belle année avec la sortie de ces deux films. Quant au "musical", on devrait en reparler, avec plus de ferveur encore, en 1953 et 1954, et pas grâce à Luis Mariano (mais grâce à vous devinez tous qui).

Écrit par : Edouard | 12/03/2013

Le plaisir, Les feux de la rampe, L'inconnu du Nord-Express, L'Homme tranquille (****)

Les affameurs, L'affaire Cicéron, Un américain à Paris, La Porte du diable, Jeux interdits, African Queen (***)

Othello, La cible humaine, Le train sifflera trois fois (**)

Les diables de Guadalcanal (*)

Le petit monde de Don Camillo (°)

Je ne suis pas certain que ces notes soient très justes les unes comparées aux autres mais tant pis.

Écrit par : Rémi | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

C'est passé O_O

Écrit par : Rémi | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Tu vois quand tu veux... :)
Merci pour la liste, c'est remonté.

Écrit par : Edouard | 12/03/2013

Bon j'avoue tout j'ai torché ça sur un coin de table pour ne pas me laisser distancer.
J'ai sans doute été très très indulgente mais bon, au diable l'avarice !
C'est publié cher

Écrit par : fredMJG | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

C'est bon, tu as été copiée et liée ci-dessus.

Écrit par : Edouard | 12/03/2013

Félicitation au Doc pour l'axe original de cet éditorial. Il a le mérite d'explorer une face cachée du cinéma dont on a peu l'habitude. Sur le tableau, en première approche, il me semble encore une fois voir une année riche, avec une trentaine de très bons films dont les places respectives sont nuancées par les goûts divers (!) de chacun. Il me semble que certains "classiques" souffrent un peu de leur statut, ou d'avoir été très (trop ?) vus. C'est flagrant pour Chaplin, Ford, Lang, Huston et dans une moindre mesure sur l'inversion amusante des deux Hitchcock alors que "L'inconnu du Nord-Express" est un de ses titres les plus prisés.
Je note aussi que nous conservons globalement une dent dure pour le cinéma populaire national, avec de sacrées contre performances de Duvivier, Clair ou Clément dont je me demande si véritablement ils méritent cela. J'ai revu "les belles de nuit" (j'aime beaucoup Clair) et c'est quand même pas si mal, inventif et vif. Je bouclerais sur l'édito en disant que "Poussif" n'est pas le qualificatif que j'emploierais pour "Fanfan la Tulipe", pour la fougue de Philippe, le corsage de Lolobrigida et cette aimable légèreté du cinéma de Christian-Jaque.

Écrit par : Vincent | 14/03/2013

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup, Vincent. Il est vrai que certains "classiques" ont été revus à la baisse mais ça reste relatif. Si on regarde les notes, elles sont quand même très bonnes pour Chaplin ou Hitchcock (ça m'intéresserait de savoir pourquoi Christophe n'apprécie pas les deux films d'Hitch, d'autant plus que je n'ai jamais vu la honte !- "l'inconnu du nord-express").
Pour Ford, les avis sont plutôt positifs aussi. Après, l'exercice est compliqué parce qu'on a peut-être tendance a juger les films à l'aune de l’œuvre globale des créateurs. Et pour être honnête, "l'homme tranquille", c'est beaucoup moins bien que "Stagecoach" ou "The searchers"; tout comme "Un américain à Paris" est inférieur à "Tous en scène"...

Pour le cinéma "populaire" français, je trouve que ces films "Qualité française" ont assez mal vieilli. Quand on compare "Fanfan la tulipe" au "Robin des bois" de Curtiz, c'est assez accablant pour le français (je préfère même largement "Cartouche" de De Broca !)
Pour Huston, même si je suis un peu moins sévère que l'ami Christophe, je reste assez d'accord avec lui : c'est un cinéaste un peu surfait et assez académique. J'ai rarement été emballé par l'un de ses films (ça va hurler).
Mais dans l'ensemble, je suis d'accord avec toi : ce fut une très belle année.

Écrit par : Dr Orlof | 14/03/2013

Répondre à ce commentaire

Hitchcock, autant être clair avant que les classiques des années 50 n'arrivent, je n'ai jamais été fan. A l'exception des deux films avec Ingrid Bergman produits par Selznick, sans doute parce que sont les plus "glamour hollywoodien" de sa filmo.
Je ne crois jamais à ses personnages, j'ai toujours l'impression de voir un démiurge s'amuser avec ses marionnettes. Il y a très souvent un côté exercice de style roublard chez lui qui fait que très souvent je ne marche pas et reste en dehors des films.
La netteté tragique d'un Fritz Lang me parle infiniment plus.

Écrit par : Christophe | 15/03/2013

J'ai déjà ressenti ce côté démiurge chez Hitchcock qui m'a laissé à l'occasion en dehors de films que je connaissais déjà. Il met la mise en scène très en avant, ce qui fait peut être qu'il a été particulièrement étudié, c'est plus facile. Mais d'une part je trouve que ce qui affleure de personnel, ses obsessions, ses phobies, ses désirs refoulés, rendent ses films fascinants. C'est un monde mouvant et dangereux qu'il essaye de dompter. D'autre part, sans doute conscient de cette limite, il s'est efforcé d'utiliser toujours des acteurs magnifiques qui apportent le supplément d'âme qui pourrait manquer aux personnages. Paul Newman est un bon contre exemple. L'alchimie entre Grant et Bergman dans "Notorious" fait oublier les mécanismes hitchcockiens tout en y participant, et les invraisemblances du récit s'effacent. Côté glamour, Grace Kelly c’était pas mal aussi... mais j'ai une faiblesse pour des films moins "mis en scène" comme "L'ombre d'un doute " ou "mais qui a tué Harry ?".

Écrit par : Vincent | 18/03/2013

Sur la relativité, je suis d'accord, ça serait aussi intéressant de savoir de quel ordre sont nos souvenirs. Par exemple, j'ai tendance à âtre indulgent avec de lointains souvenirs de l'époque de "La dernière séance", ou pour le Visconti que je n'ai vu qu'une fois il y a bien 20 ans, alors qu'un film revu récemment peu décevoir. Je suis d'accord aussi qu'il y a globalement une belle appréciation des trente premiers.
Pour le Ford, par contre je ne suis pas d'accord. Ce film a une place majeure dans l’œuvre de Ford et contient sa quintessence. J'imagine sans peine ce qui peut déplaire, mais "The searchers " aussi a des angles d'attaque. Pour moi, l'un représente le somment d'une veine élégiaque, positive, alors que l'autre est le sommet d'une veine plus sombre, peut être plus séduisante aujourd'hui. A ce niveau, ça me semble impossible d'établir une hiérarchie, sauf qu'il n'y a pas d'équivalent au couple Wayne - O'Hara.
Et pour ce qui est de "Cartouche", je pense à la note d'Edouard et je :))

Écrit par : Vincent | 15/03/2013

Répondre à ce commentaire

Si je l'avais vu, je crois que je préférerais Fanfan la Tulipe à Cartouche... ;)

A propos de cet excellent édito du Doc, je suis sûr qu'il va, par son équilibre entre vue générale et courant particulier, désinhiber tous les autres collaborateurs pour les années à venir.

Pour ce qui est du cinéma français populaire dont tu parles Vincent, c'est vrai que c'est frappant. Même si il arrive que nous ayons un faible pour un titre par ci par là, c'est toujours contrebalancé par une majorité de notes faibles. Pour cette période-là, il n'y a donc que Becker, Cocteau, Ophuls, Bresson et Renoir qui arrivent quelques fois à se faufiler en haut (on va voir bientôt si Clouzot fera de même).
Et comme le néoréalisme italien n'est pas si apprécié que ça (je ne m'y attendais personnellement pas vraiment), comme les films anglais sont souvent jugés engoncés pour les drames et sont peu vus pour les comédies, comme Kurosawa est pour l'instant tout seul, et bien, dans la première partie du tableau, il n'y a quasiment que le cinéma hollywoodien. De ce point de vue là, vivement les années 60 ! (là, je sens que ça va partir dans tous les sens... :D)

Enfin, sur Huston, on remarque finalement qu'il aura toujours partagé les cinéphiles, et que, pour ou contre, nous sortons les mêmes arguments que ceux qui se chamaillaient il y a 50 ans. :)

Écrit par : Edouard | 15/03/2013

Répondre à ce commentaire

Je me contente d'un rien cette fois. Notre note sur Rashomon *** (et le lien sur mon nom pour l'article qui correspond). Aussi pour dire que je suis tout à fait Vincent sur Hichtchock deux commentaires plus haut. Enfin pour signaler que le Zoom Arrière est enfin en lien sur notre page d'accueil (le Panoptique ayant cédé sa place...). Bonne continuation chers critiques et documentalistes.

Écrit par : Benjamin | 06/04/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien sur la Kinopithèque, Benjamin.

Pour Rashomon, je remonterai ça en fin de semaine, en même temps que je publierai la note "1953". Rendez-vous là-bas...

Écrit par : Edouard | 10/04/2013

Top 1952 :

1- Le Plaisir ( Ophuls )
2- La Flibustière des Antilles ( Tourneur )
3- L'Inconnu du Nord-Express ( Hitchcock )
4- Les Affameurs ( Mann )
5- L'Affaire Cicéron ( Mankiewicz )
6- Une femme disparait ( Hitchcock )
7- La Maison dans l'ombre ( N.Ray )
8- L'Homme tranquille ( Ford )
9- Les Aventures du capitaine Wyatt ( Walsh )
10- Casque d'or ( Becker )

Écrit par : Frédéric | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1952 :

**** : Othello / Les Feux de la rampe / L'Inconnu du Nord-Express / Un Américain à Paris / Le Goût du riz au thé vert
*** : Les Affameurs / L'affaire Cicéron / Rashomon / Nous sommes tous des assassins
** : Une Femme disparaît / Le Train sifflera trois fois / Umberto D.
* : Le Petit monde de Don Camillo

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1952 serait:

1- Rashomon (Kurosawa)
2- Le Plaisir (Ophuls)
3- L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock)
4- Les Affameurs (Mann)
5- L'Affaire Cicéron (Mankiewicz)
6- Le Rôdeur (Losey)
7- Le Désert de la peur (Walsh)
8- La Maison dans l'ombre (Ray)
9- La Flibustière des Antilles (Tourneur)
10- Casque d'or (Becker)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

A rajouter à mon compte

*** La chose d'un autre monde

Écrit par : Benjamin | 25/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire