Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2013

Sur vos écrans en 1953

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1953,donen,kelly,lang,ophuls,minnelli,hawks,wellman,ford,tati,preminger,mannDoo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / I’m singing in the rain / Just singing in the rain / What a glorious feelin’ / I’m happy again / I’m laughing at clouds / So dark up above / The sun’s in my heart / And I’m ready for love...
1953. En Union Soviétique, la mort du "petit père des peuples" a eclipsé celle de Prokofiev, survenue le même jour de mars. Aux Etats-Unis, le Président Eisenhower a débuté son mandat. Dans l'hexagone, c'est René Coty qui a été élu. Django Reinhardt a gratté sa guitare pour la dernière fois, Louison Bobet a gagné son premier Tour de France. Et le temps a été pourri... Pourtant, tout le monde a chanté. Un même refrain. Nous aussi, à Zoom Arrière, nous l'avons repris à tue-tête.
Avec Chantons sous la pluie, Gene Kelly et Stanley Donen nous ont rempli de joie, en signant l'apothéose (provisoire ?) d'un genre. Les promesses d'Un jour à New York, leur première réalisation en duo, ont été dépassées au-delà de tout ce que l'on pouvait imaginer. Chantons sous la pluie est une éblouissante comédie musicale dont le génie est de s'adresser à tous les publics sans se rabaisser devant aucun, étant à la fois réflexive (par rapport au cinéma) et divertissante au "premier degré".
Bien sûr, pendant toute une année de cinéma, un bonheur arrive rarement seul. Pour ne parler, pour l'instant, que de l'Amérique, une nouvelle fois dominatrice, nous avons reçu notre lot de présents dans tous les genres. Ce fut ainsi une grande année de westerns : de L'Appât, le nouveau Mann-Stewart, au magnifique Convoi de femmes, de l'élégiaque Captive aux yeux clairs à L'Homme des vallées perdues, et j'en passe... Même Fritz Lang y est revenu, avec bonheur, pour L'Ange des Maudits. Mais c'est avant tout son nouveau film criminel qui a marqué nos esprits : l'hyper-violent Règlement de comptes est l'un des sommets de la longue carrière du réalisateur de M le Maudit. La chronique fordienne se porte toujours aussi bien, si l'on en croit les camarades qui ont pu découvrir Le Soleil brille pour tout le monde et le divertissement hollywoodien a été au rendez-vous avec Chérie je me sens rajeunir, Le Corsaire Rouge et autres Scaramouche. De leur côté, Minnelli, Preminger, Ray se sont maintenus au premier rang. Compte tenu de cette abondance (et, parfois, d'un accueil moins enthousiaste que d'ordinaire), Hitchcock, Mankiewicz, Kazan, Huston ou Cukor ont paru cette année en retrait.
Et si l'on sort de la sphère américaine ? On note le bel effort d'un Peter Lorre passant à la réalisation (Un homme perdu), la bonne tenue d'un Powell - Pressburger de dix ans d'âge (Colonel Blimp, daté de 1943), la nouvelle réussite du couple Bergman - Rossellini (Europe 51), l'excellence d'un Carol Reed trop peu vu (L'Homme de Berlin), l'éclatante facilité de Jean Renoir à mener à bien une production internationale (Le Carrosse d'or), les détours de Luis Buñuel vers un cinéma plus "commercial" (Susana la perverse, L'Enjôleuse)...
Par chez nous, Max Ophuls a continué, avec Madame de, sur la belle lancée de La Ronde et du Plaisir, Jacques Tati a largement confirmé (pour ceux qui ne sont pas allergiques à son comique singulier) avec Les (merveilleuses) Vacances de Monsieur Hulot que la réussite de Jour de fête n'était pas accidentelle, Becker, Guitry et Pagnol ont a nouveau su convaincre plusieurs d'entre nous, alors que Carné, Allégret et Autant-Lara ont eu beaucoup plus de mal (ce qui apparaît, aux yeux de votre serviteur, plutôt injuste). Le Salaire de la peur fit figure d'événement cinématographique, en France et ailleurs. Le solide film de Clouzot récolta des kilomètres d'écrits dans la presse, une pluie de récompenses et un succès au box-office. Il se retrouve dans notre tableau, bien placé mais pas aussi haut que l'on pouvait s'y attendre. En réaction au battage, peut-être...
Pour finir, et parlant de battage, est-il besoin de rappeler qu'en 1953, il fut partout question de Cinémascope, de 3D, de relief, mais aussi, de manière moins "technique", de la chute de reins de Marilyn Monroe s'affichant devant d'autres chutes, celles du Niagara ?

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 101 longs métrages (sur les 584 sortis en salles) et de 3 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Chantons sous la pluie (Donen & Kelly)   **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
Règlement de comptes (Lang) **** **** **** *** **** *** *** *** **** *** ****
Madame de (Ophuls)   **** **** **** *** **** *** ****     ***
Les Ensorcelés (Minnelli)   **** *** ** **** **** **** ****   *** ****
La Captive aux yeux clairs (Hawks) *** **** **** *** *** ***   ***   *** ****
Convoi de femmes (Wellman)   **** ****   ****     **     ****
Le Soleil brille pour tout le monde (Ford)   **** ****     ***         ****
Les Vacances de Monsieur Hulot (Tati) * **** ° **** **** *** **** ****   **** ****
Un si doux visage (Preminger) *** **** **** *** *** *** *** ***   *** ***
L'Appât (Mann)   **** **** ***   ***   ***     ***
Les Indomptables (Ray)   *** ****     ****         ***
L'Ange des maudits (Lang) **** *** *** *** *** **   ***     ***
Le Gaucho (Tourneur)   **** ****                
Colonel Blimp (Powell & Pressburger)   ** **** ** *** **   ****     ***
Europe 51 (Rossellini)   *** **** ** *** ***   **   ***  
Un homme perdu (Lorre)   *** ***   ***           ***
Le Salaire de la peur (Clouzot) ** *** ** ** *** ** *** *** *** ** ***
Le Carrosse d'or (Renoir)   ** **** *** *** **   ** *   ****
Scaramouche (Sidney)   *** *** ** *** *** ** **     ***
Rue de l'Estrapade (Becker)   *** ****                
Manon des sources (Pagnol)   *** ****   ** **   *     ****
Au-delà du Missouri (Wellman)   *** **               ****
Chérie je me sens rajeunir (Hawks)   *** *** *** ** ** *** *   ** ***
L'Enigme du Chicago-Express (Fleischer) ** ***         *** **     ***
Les Statues meurent aussi (Resnais, cm)   ***   *** ** ** **       ***
La Loi du silence (Hitchcock) *** ** *   *** **   ** *** *** **
Le Monde lui appartient (Walsh)     ***   ** **   **     ***
Susana la perverse (Buñuel)   ****     ** **   **      
La Bergère et le ramoneur (Grimault)   **           ***     ***
La Vie d'un honnête homme (Guitry)   *** ***                
L'Homme de Berlin (Reed)         ***     ***      
L'Enjôleuse (Buñuel)   ****                  
Jules César (Mankiewicz) ** ** *** *** * **   **   ** **
Le Corsaire rouge (Siodmak)   ** * *** ** ** ***       **
Viva Zapata (Kazan)   ** ** ** ***     **     **
Le Prisonnier de Zenda (Thorpe) ** ***     ** ** ** **      
Bas les masques (Brooks)   **     ** **         ***
Ça commence à Vera Cruz (Siegel)   **         ***       **
L'Homme au masque de cire (DeToth)   ***           *     ***
Les Aventures de Peter Pan (Disney) * ** **       **** *     **
Niagara (Hathaway)   **   ** **   ** **     **
L'Homme des vallées perdues (Stevens)   *** *     **   **     **
La Belle de New York (Walters)   *   **       **   ** ***
Le Relais de l'or maudit (Huggins)     **               ***
Le Voyage de la peur (Lupino)   *** **                
Mademoiselle Gagne-Tout (Cukor)   ** ** ** **            
Sous le plus grand chapiteau du monde (De Mille)   * ***         **     **
Barbe-Noire le pirate (Walsh)   ** ** ** * ** ** *     **
Moulin-Rouge (Huston)   *     * **   *     ****
L'Enquête est close (Tourneur)   *** * **              
La Mission du commandant Lex (De Toth)   ** **               **
Le Quatrième Homme (Karlson)     ***                
Les Neiges du Kilimandjaro (King)   ** *         **     **
Stalag 17 (Wilder)   ** *   ** **          
La Maîtresse de fer (Douglas)     **               **
Le Bon Dieu sans confession (Autant-Lara)     *   ***            
Le Déserteur de Fort Alamo (Boetticher)       **             **
Quo Vadis (Le Roy)   **           *     **
Le Cirque infernal (Brooks)   **     ** *          
La Tunique (Koster)   * *         **     **
Thérèse Raquin (Carné)   * ° * ***     **      
Les Orgueilleux (Allégret)   °     ** * ** *     **
Le Retour de Don Camillo (Duvivier) * *           * * * **
Les Trois Mousquetaires (Hunebelle) * *         ** *      
La Lune était bleue (Preminger)   * * **              
Crin Blanc (Lamorisse, cm)         **     *   *  
Le Renne blanc (Blomberg)       *             **
Le Météore de la nuit (Arnold)   **     *            
Troublez-moi ce soir (Baker)               *     **
Le Filet (Fernandez)     °   ***            
Vendredi treize (Lubin)       **              
A feu et à sang (Boetticher)     **                
Fini de rire (Farrow)       **              
Le Cavalier de la mort (De Toth)   **                  
Les Cinq Survivants (Oboler)             **        
Les Flèches brûlées (Enright)                     **
Bienvenue monsieur Marshall (Berlanga)   **                  
Cette sacrée famille (Taurog)   **                  
L'Affaire de Trinidad (Sherman)                     **
L'Homme à la carabine (Thorpe)   **                  
La Ruelle du péché (Walsh)   **                  
Station terminus (De Sica)         **            
Même les assassins tremblent (Powell)       **              
Jezebel (Rapper)   *           *      
La Môme vert-de-gris (Borderie)   *                 *
Le Petit Fugitif (Ashley, Engel & Orkin)   ** °                
L'Assassin sans visage (Fleischer & Mann)               *      
Pâques sanglantes (De Santis)   *                  
Femmes interdites (Gout)       *              
La Mort d'un commis voyageur (Benedek)   *                  
Heidi (Comencini)     *                
Le Pirate des sept mers (Salkow)     *                
Les Amants de Tolède (Decoin)               *      
Lucrèce Borgia (Christian-Jaque)   *                  
Un caprice de Caroline Chérie (Devaivre)                     *
Le Vagabond des mers (Keighley)               *      
Salomé (Dieterle)               *      
L'Ile inconnue (Bernhard)                     °
Maison de rendez-vous (Gout)       °              
Le Rideau cramoisi (Astruc, cm)     °                
Le Tour du monde de Sadko (Ptouchko)     °                
Parachutiste malgré lui (Taurog)       °              
Dortoir des grandes (Decoin)               °      
Quand tu liras cette lettre (Melville)     °                
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Voyage à Tokyo (Ozu)   **** *** **** **** ****   ****      
La Fête de Gion (Mizoguchi)   *** ****     ***          
The Bigamist (Lupino)   **** ***                
All I desire (Sirk)       ***   **          
Frère et sœur (Naruse)         ***            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Chantons sous la pluie / Madame de… / L'Appât / Le Carrosse d'or / Les Ensorcelés / Le Petit fugitif
*** : Les statues meurent aussi / Le Salaire de la peur
** : Les aventures de Peter Pan
* : Manon des sources / Le retour de Don Camillo

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Chantons sous la pluie / Colonel Blimp
*** : La Captive aux yeux clairs / Voyage à Tokyo
** : Les vacances de M. Hulot / Les Salaire de la peur

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine magnifique : Un si doux visage / La captive aux yeux clairs / Règlement de comptes / L’appât / Le carrosse d’or / Les indomptables / Les ensorcelés / Chantons sous la pluie / L’ange des maudits / Madame de / Le voyage de la peur / L’homme au masque de cire / Le salaire de la peur / Chérie je me sens rajeunir / Le corsaire rouge
La bizarrerie [à ne pas rater] : Le renne blanc
Le classique : Europe 51
Les excellentes pelloches : His kind of woman / L’énigme du Chicago-Express / Convoi de femmes / La loi du silence / Colonel Blimp / Bas les masques / Ça commence à Vera Cruz / Scaramouche / Au-delà du Missouri / Niagara / Thérèse Raquin / Viva Zapata / Troublez-moi ce soir / Le relais de l’or maudit / Barbe-Noire le pirate
Le court-métrage : Les statues meurent aussi
La découverte tardive : Le quatrième homme
Les franches rigolades : Quo Vadis / Jules César
(la suite ICI)

Mister Arkadin :
**** : Chantons sous la pluie (10) / L’Ange des maudits (10) / Le Corsaire rouge (9) / L’Appât (9)
*** : Lili (8) / La Captive aux yeux clairs (8) / Le Salaire de la peur (8) / Scaramouche (8) / Chérie je me sens rajeunir (8) / Jules César (8) / La Vie d’un honnête homme (7) / L’Homme de Berlin (7) / Viva Zapata (7) / L’Homme au masque de cire (7) / Niagara (7)
** : Règlement de comptes (6) / Un si doux visage (6) / Les Indomptables (6) / Europe 51 (6) / La Bergère et le ramoneur (6) / Le Prisonnier de Zenda (6) / Bas les masques (6) / L’Homme des vallées perdues (6) / La Loi du silence (5)
* : Quo Vadis (5) / Thérèse Raquin (5) / Madame de (4) / Les Ensorcelés (4) / Le Retour de Don Camillo (4) / Les Trois Mousquetaires (4)
o : Les Vacances de Monsieur Hulot (3) / Le Carrosse d’or (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter) Convoi de femmes / Le soleil brille pour tout le monde / Manon des sources / Le monde lui appartient / La Belle de New York / Mademoiselle Gagne-Tout / Sous le plus grand chapiteau du monde / Le Cirque infernal / Le Rideau cramoisi / La Tunique

Frédéric :
1- Madame de..., 2- Les Vacances de Mr Hulot, 3- Règlement de comptes, 4- La Captive aux yeux clairs, 5- Chantons sous la pluie, 6- Le Soleil brille pour tout le monde, 7- Les Ensorcelés, 8- Europe 51, 9- Le Carosse d'or, 10- Le Gaucho

Oriane :
**** : Chantons sous la pluie / Les Vacances de Monsieur Hulot / Voyage à Tokyo
*** : L'Appât / Un si doux visage / Le Salaire de la peur / Les Statues meurent aussi / La Loi du silence
** : La Captive aux yeux clairs / Les Aventures de Peter Pan / Niagara
° : Le Retour de Don Camillo

Un simple amateur :
1- Voyage à Tokyo (Ozu) 2- Madame de... (Ophuls) 3- Chantons sous la pluie (Donen/Kelly) 4- Europe 51 (Rossellini) 5- La Captive aux yeux clairs (Hawks) 6- Le Soleil brille pour tout le monde (Ford) 7- Les Ensorcelés (Minnelli) 8- Règlement de comptes (Lang) 9- Un si doux visage (Preminger) 10- Les Vacances de Mr Hulot (Tati)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Sous le plus grand chapiteau du monde, Cecil Blount DeMille, 9 488 114 entrées
2. Le Retour de Don Camillo, Julien Duvivier, 7 425 550 entrées
3. Peter Pan, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 7 255 475 entrées
4. Le Salaire de la peur, Henri-Georges Clouzot, 6 944 306 entrées
5. Quo Vadis, Mervyn LeRoy, 6 305 593 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Vacances de Monsieur Hulot (Jacques Tati)
- Prix Méliès : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Sous le plus grand chapiteau du monde (Cecil Blount DeMille)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Jules César (Joseph L. Mankiewicz) & Kompozitor Glinka (Grigori Aleksandrov)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : La Guerra de Dios (Rafael Gil)

 

REFERENDUM :

L'année 53 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de l'érotisme bunuélien made in Mexico (Susana la perverse, L'Enjôleuse, La Montée au ciel)
- Notre sélection :
Laslo Benedek, Mort d'un commis voyageur / Richard Brooks, Bas les masques / Henri-Georges Clouzot, Le Salaire de la peur / Michael Curtiz, Les Amants de l'enfer / John Huston, La Charge victorieuse / Gene Kelly & Stanley Donen, Chantons sous la pluie / Henry King, La Cible humaine / Joseph Losey, Haines & Le Rôdeur / Vincente Minnelli, Les Ensorcelés / Nicholas Ray, Les Indomptables / Jean Renoir, Le Carrosse d'or / Giuseppe de Santis, Pâques sanglantes & Onze heures sonnaient / George Sidney, Scaramouche / Robert Siodmak, Le Corsaire rouge / Jacques Tati, Les Vacances de Monsieur Hulot / Raoul Walsh, Barbe-Noire le pirate & Les Aventures du Capitaine Wyatt / William Wellman, Convoi de femmes & Au-delà du Missouri"

(Note : La Captive aux yeux clairs, Règlement de comptes, L'Appât, Un si doux visage et L'homme des vallées perdues sont cités pour... 1954)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1953 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

En fait j'ai vu Mademoiselle Gagne-tout alias Pat and Mike de George Cukor. Je lui mets deux étoiles. Ainsi, le classement ne sera pas trop bouleversé.

Écrit par : Christophe | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 53 :

**** : Chantons sous la pluie ; Madame de… ; L'Appât (http://ilaose.blogspot.com/2013/02/lappat-naked-spur.html) ; Le Carrosse d'or (http://ilaose.blogspot.com/2012/12/le-carrosse-dor-les-enfants-du-paradis.html) ; Les Ensorcelés ; Le Petit fugitif ;

*** : Les statues meurent aussi ; Le Salaire de la peur

** : Les aventures de Peter Pan ;

* : Manon des sources ; Le retour de Don Camillo ;

Écrit par : Rémi | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Il faudrait dire à Christophe que les Vacances de M. Hulot n’a rien à voir avec le tour du monde de Nicolas Hulot après sa candidature ratée à la présidentielle et l’arrêt de son émission Ushuaïa.

Mettre un zéro au film c’est pas Joly Joly! :-)

Écrit par : Buster | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

http://zoomarriere.hautetfort.com/archive/2012/12/06/sur-vos-ecrans-en-1949.html
Libre à vous de me répondre...

J'ajoute que quitte à passer pour un idiot, j'aime mieux signifier clairement mon rejet du cinéma de Tati en ne mettant aucune étoile au film plutôt que d'essayer de ne pas faire de vague par exemple en ne mettant que deux étoiles à ce que je sais être un classique, c'est à dire en manifestant une espèce d'admiration polie et distante genre "j'ai trouvé ça sans intérêt mais tout le monde dit que c'est génial donc je vais faire une moyenne entre l'appréciation générale et la mienne, je vais mettre deux étoiles histoire de ne pas trop briser le consensus", deux étoiles étant une note que je trouve toujours un peu suspecte dans le cas de chefs d'oeuvre établis. Des films aussi singuliers que ceux de Tati, ça s'adore ou ça se rejette sans réserve. C'est pareil pour les chefs d'oeuvre de Renoir. D'où le fait qu'à mon tour je vous demanderais bien ce que vous reprochez au sublime Carrosse d'or...tout comme ça me paraît presque aberrant que Vincent, Edouard et Jocelyn ne mettent que trois étoiles à Madame de...que je considère comme un des quinze chefs d'oeuvre absolus du cinéma mondial...et puis Manon des sources aussi...bref, on n'en finit pas.

(ce qui ne signifie évidemment pas que c'est interdit de mettre deux étoiles à un classique, je pense ainsi que c'est ce que je vais mettre à Fenêtre sur cour, parce que l'admiration polie et distante c'est exactement ce que ce film m'avait inspiré; dans le cas de Hulot, l'ennui profond prend largement le pas sur l'admiration).

Écrit par : Christophe | 13/04/2013

Héhé : j'étais certain que le "o" pour Tati de Christophe allait faire jaser. Camarade Christophe, il va falloir vous expliquer devant le tribunal révolutionnaire ;)

Écrit par : dr orlof | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Si tout va bien ça paraît lundi :)
Je reviendrais lire (et râler) dans le détail après

Écrit par : FredMJG | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

PS. Christophe n'est pas tout seul. Qu'il le sache.

Écrit par : FredMJG | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

PS2. Doo doo doo !
et ça t'amuse ?
Il a grêlé hier sur Paris #PointMétéo

Écrit par : FredMJG | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec Christophe, pas sur Tati évidemment mais sur les mécanismes de la notation. Et puis ça ne sert à rien d'être poli avec les œuvres "reconnues", au contraire, c'est dans l'affirmation que peut naître la discussion. J'affirme ainsi avoir été bouleversé par la beauté du film de Huston (même Édouard m'a lâché sur ce coup là), en tout cas plus dans mon souvenir que par le film de Ophüls. Par contre, chacun sait, je crois, ce que pense de la notion de "chefs d’œuvre absolus", que je relativiste nettement, sauf pour Ford :)
Bon wekk-end à tout le monde !

Écrit par : Vincent | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'en fait, nous sommes tous d'accord avec Christophe : j'avais juste envie de te titiller parce que j'adore Tati mais je comprends aussi fort bien que son comique peut laisser indifférent. Les deux étoiles, je les mets généralement à des séries B mineures que je trouve pourtant réjouissantes (style "Fini de rire" de Farrow) ou, inversement, des grands classiques que j'admire pour leurs indéniables qualités mais qui ne me passionnent pas (style Huston, Powell ou Rossellini). Et comme Christophe, je suis assez surpris de trouver le Renoir aussi bas...

Écrit par : dr orlof | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Idem pour le Renoir...

Écrit par : Rémi | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Chantons sous la pluie, le plus beau film du monde *************
si belle soit La Captive ***
http://www.kinopitheque.net/captive-aux-yeux-clairs-la-the-big-sky/

sympathiques soient Les vacances de M. Hulot **

Magnifique soir Le colonel Blimp ****

Instable soit la cargaison du Salaire de la peur **

Mémorable soit le Voyage à Tokyo ***
http://www.kinopitheque.net/voyage-a-tokyo-tokyo-monogatari/

Ceci dit sur l'encyclopédie, plusieurs autres titres font envie : Le retour de la femme ariagnée, Le sérum de longue vie, La Chute de la maison Usher, une simple Maison Hantée et il y a même un Superman de 1948 qui sort cette année-là.

Écrit par : Benjamin | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Sinon deux autres titres me tentent, peut-être pour une seule soirée, à moins qu'il s'agisse de film perdu, ce dont je ne m'étonnerais pas : L'île aux femmes nues et L'homme des vallées perdues...

Écrit par : Benjamin | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je m'étonne également que l'ami Jocelyn n'ait pas noté "Le renne blanc" qu'il avait chroniqué pour Kinok :)

Écrit par : dr orlof | 13/04/2013

Répondre à ce commentaire

Sur "l'Affaire Tati", tout cela était prévisible, voire même annoncé depuis la sortie de "Jour de fête", par Christophe (et Antoine, qui passe là un peu entre les gouttes :D).

A propos de cette histoire de "**", personnellement, cela ne me semble aucunement suspect d'en voir décernées à des classiques, en tout cas entre ces murs : les personnes qui remplissent ce tableau n'ont en effet pas l'habitude de ménager les susceptibilités mais plutôt d'afficher clairement et sincèrement leurs positions sur leurs blogs respectifs.
Donc oui, on est amené, devant une œuvre singulière à choisir entre "0" et "****"... mais pas toujours. Parfois, c'est même assez plaisant d'avoir à expliquer une position médiane. Là on n'y est pas encore, mais ça commencera avec des Buñuel ou des Pasolini, pour éclater dans les années 70 : le "problème" sera le même, plus aigu encore, pour juger les films volontairement provocants et dérangeants, ceux qui mènent jusqu'aux Haneke d'aujourd'hui (j'aime bien, par exemple, rappeler que je mets toujours deux étoiles à "Funny games" :)).

A part ça, le Huston m'avait beaucoup ennuyé, j'avais trouvé "Madame de" beau mais pas aussi éblouissant que "Le Plaisir" ou aussi déchirant que "Lettre d'une inconnue".

Fred : C'est noté pour lundi. Profite bien de ton dimanche, avec le beau temps qui est là...

Benjamin : A voir l'affiche sur "Encyclociné" de "L'Ile aux femmes nues", je crains que ce film soit une arnaque :)

Écrit par : Edouard | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

J’aime bien le Carrosse d’or mais sans plus, donc le tarif c’est deux étoiles, peu importe qu'il s'agisse d'un classique. Mon rapport au film est peut-être faussé par la réputation dont le film bénéficie depuis toujours, grâce aux Cahiers (chef-d’oeuvre absolu, le plus grand film de Renoir, le nom de la compagnie de production de Truffaut, etc), mais les deux fois où je l’ai vu (à chaque fois en version française mais ça ne joue pas), j’ai été comment dire, plus intéressé que transporté, le film a quelque chose de la machinerie, ici le dispositif cinéma/vie/théâtre, c’est très beau (les deux étoiles c’est surtout pour la couleur), mais aussi un peu laborieux dans la façon qu’a Renoir de faire ainsi communiquer le théâtre et la vie, le cinéma et le théâtre. Ça touche peut-être à la forme de théâtre choisie, Renoir me paraît plus à l’aise dans le registre du vaudeville grinçant que dans celui de la commedia dell’arte (forme à laquelle je ne suis pas non plus très sensible, il faut bien l’avouer, idem quant au jeu de Magnani).

Sur Tati, il y aurait beaucoup à dire. Mais le rejet de Christophe est si massif, si violent, que je ne crois pas utile d’entamer un dialogue...

Écrit par : Buster | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

OK c'est clair.

Écrit par : Christophe | 14/04/2013

Ah Ed, pas d'accord sur "l'île aux femmes nue" de Lepage que Bouyxou qualifie de "féeriquement nul" et qui reste l'un des fleurons du cinéma naturiste français. J'aimerais beaucoup le voir :)

Écrit par : dr orlof | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Si en plus les femmes sont "féériquement nues" (je comprends ce que je veux). Pour l'affiche, je suis sûr que c'est juste un moyen pour échapper à la censure !

Écrit par : Benjamin | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Doc, je prends acte. :)

Écrit par : Edouard | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je vais encore une fois avoir l'air de faire le Mexicain de service, mais donner tout juste un petit zéro à "La maison de rendez-vous" (Aventurera) d'Alberto Gout, non mais allô quoi. Ce n'est pas pour rien que ce film, dans une liste établie par les critiques mexicains en 1994, s'est retrouvé à la troisième place des meilleurs films mexicains jamais tournés (d'accord: une liste est une liste est une liste). Il n'empêche que ce film, sous des allures de mélodrame typique du "cine rumbera" de l'époque, tient bien la route, notamment grâce au jeu d'actrice de la fabuleuse Ninón Sevilla, qui d'ailleurs était une des actrices favorites d'Edith Piaf. Bien à vous ;)

Écrit par : Volker Rivinius | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Et avec le zéro pointé envoyé par Christophe dans les dents de Fernandez pour La Red/Le Filet, le cinéma mexicain n'est pas à la fête. Reste (comme d'habitude) Buñuel.

Écrit par : Edouard | 14/04/2013

Le soleil étant rentré chez moi, j'en ai profité pour publier. Mais crotte et zut, j'aurais du passer par ici avant, j'ai "oublié" des films (inutile donc de te dire qu'ils vont mériter un o ah ah ah)
Message perso à VinzOrlof : 2 ** à His kind of woman. Fi donc !

Écrit par : FredMJG | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

J'avais parlé il y a très longtemps de deux films (fautes?) de Gout et j'avais été très déçu par ce mélodrame antédiluvien où les personnages sont caractérisés à la hache. Ma critique est dans un piteux état (les caractères accentués ayant été remplacés par des "?") mais je vous invite à la lire ici : http://pierrot.20six.fr/pierrot/art/778240/Elena-et-les-hommes
"Femmes interdites" m'avait semblé un peu moins mauvais.

Fred : Ben oui, il n'est pas mal de film de Farrow...

Écrit par : dr orlof | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Votre curiosité de cinéphile est tout à fait à votre honneur et vous êtes bien sûr libre d'aimer ou de ne pas aimer un film, mais il me semble que dans votre critique vous appliquez des critères de film réaliste à un genre qui n'en a jamais eu la prétention. Le mélodrame mexicain, genre très codifié, fonctionne par archétypes. Je passe sur vos stéréotypes (Luis Mariano, tex-mex) et je persiste à croire que dans ses scènes de danse, Ninón Sevilla s'affirme comme individu, donc transgresse. Et ça, Alberto Gout l'a bien vu (et Truffaut-critique-aux-Cahiers aussi).

Écrit par : Volker Rivinius | 20/04/2013

Edouard,

Je viens de m'apercevoir que j'ai vu le Carrosse d'Or quand il est ressorti au ciné mais je l'avais oublié. Je mets * parce que ça m'avait plu mais je n'en ai gardé quasiment aucun souvenir.

Écrit par : nolan | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Et j'ai vu Chantons sous la pluie à plusieurs reprises durant ma jeunesse, je ne comprends pas ce qui s'est passé. Je crois qu'il y a trop de lignes sur le tableur Excell et je loupe quelques titres. **** bien sûr. Je tâcherais d'être plus attentif en 54

Écrit par : nolan | 14/04/2013

Aïe, le Renoir va encore baisser d'un cran...

Pour le Donen/Kelly, tant qu'on y est, ton acolyte Tony est-il sûr de ne point pouvoir le noter (je veux dire : lui mettre quatre étoiles comme tout le monde) ? :)

Écrit par : Edouard | 14/04/2013

@Vinz Orlof : Il est très drôle, donc mieux que pas mal ***

Écrit par : FredMJG | 15/04/2013

Répondre à ce commentaire

Christophe, il ne s’agissait pas d’une attaque personnelle, ce que je voulais dire c’est que, à partir du moment où vous détestez à ce point un film et plus généralement son auteur, tout dialogue ne peut être qu’un dialogue de sourds, chacun campant sur ses positions… je peux toujours expliquer pourquoi j’aime Tati, mais à quoi bon.

Écrit par : Buster | 15/04/2013

Répondre à ce commentaire

mon "OK c'est clair" se référait à ce que vous écriviez sur votre sentiment à propos du Carrosse d'or. Il n'était pas ironique du tout.

Écrit par : Christophe | 15/04/2013

Répondre à ce commentaire

Top 1953:

1- Madame de... ( Ophuls )
2- Les Vacances de Mr Hulot ( Tati )
3- Règlement de comptes ( Lang )
4- La Captive aux yeux clairs ( Hawks )
5- Chantons sous la pluie ( Donen/Kelly )
6- Le Soleil brille pour tout le monde ( Ford )
7- Les Ensorcelés ( Minnelli )
8- Europe 51 ( Rossellini )
9- Le Carosse d'or ( Renoir )
10- Le Gaucho ( Tourneur )

Écrit par : Frédéric | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1953 :

**** : Chantons sous la pluie / Les Vacances de Monsieur Hulot / Voyage à Tokyo
*** : L'Appât / Un si doux visage / Le Salaire de la peur / Les Statues meurent aussi / La Loi du silence
** : La Captive aux yeux clairs / Les Aventures de Peter Pan / Niagara
° : Le Retour de Don Camillo

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1953 serait:

1- Voyage à Tokyo (Ozu)
2- Madame de... (Ophuls)
3- Chantons sous la pluie (Donen/Kelly)
4- Europe 51 (Rossellini)
5- La Captive aux yeux clairs (Hawks)
6- Le Soleil brille pour tout le monde (Ford)
7- Les Ensorcelés (Minnelli)
8- Règlement de comptes (Lang)
9- Un si doux visage (Preminger)
10- Les Vacances de Mr Hulot (Tati)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire