Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

Sur vos écrans en 1964

EDITORIAL :

Par Vincent J.

parapluies00.jpgParis. Nous sommes dans les derniers jours de 1964, dix exactement après le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Je vois le jour à la clinique des Buttes-Chaumont pas très loin des fameux studios de télévision. Mes parents habitent la place des fêtes où s'installait la foire du trône et où Michel Simon incarna monsieur Hire pour Julien Duvivier. Les yeux à peine ouverts, délaissant le sein maternel et ignorant l'empoignade de mes grand-mères discutant de l'influence des astres et de mon prénom sur ma destinée future, je demande illico au personnel soignant une sélection de revues de cinéma histoire de voir comment cette année 1964 allait influencer ma cinéphilie à venir. Cela tombe bien, décembre c'est le temps des bilans et je me plonge dans les Cahiers encore jaunes, Positif et les lunettes de Catherine Spaak, Midi-Minuit Fantastique, Présence du Cinéma, Cinémonde, Télérama et les inénarrables fiches de l'Office catholique français du cinéma.
Je remonte le cours des mois et que me disent-ils ?

Après une présentation difficile au festival de Cannes, François Truffaut sort le 20 mai La Peau douce, un film d'amour sombre et beau avec Françoise Dorléac et Jean Desailly qui lui retire ses bas sur la musique de Georges Delerue. Dorléac est lumineuse et j'en concevrai une admiration fervente pour la délicatesse truffaldienne et pour les hôtesses de l'air, devenant lecteur assidu de la Natacha dessinée par Walthéry.
En février - mars, Jean-Luc Godard a tourné Bande à part dans les rues de Paris et sur les bords de la Marne. Il fait cavaler Sami Frey, Claude Brasseur et Anna Karina dans le Louvre, les fait danser un Madison mémorable dans un café de Vincennes et se perd dans les grands yeux de son héroïne. Je préférerai toujours cette veine légère, inventive, musicale, à ses films plus pensés, plus pesés, comme Une femme mariée qui sort à l'automne et fait scandale. Et puis les scènes dansées, et Paris sur l'écran.
De Cannes, Jacques Demy lui, est revenu avec une palme pour son film tourné à Cherbourg, intégralement chanté sur la musique de Michel Legrand. Il a mis des couleurs pétantes sur ses marins, sur les papiers peints, sur les parapluie et sur Catherine Deneuve, sublime dans son imperméable cintré, sa jupe plissée, courant éperdue sur le quai de la gare et immobile sous la neige devant la station service. La grande Catherine m'a conquis, mon cœur est à elle.
Omniprésent sur les écrans, 1964 est l'année de son explosion. Qu'il traque Fantômas sur les toits parisiens ou les nudistes à St Topez, creusant sous son magasin de petit commerçant ou en Jockey-Jack, petit truand à la colle avec Rocky la Braise – Mireille Darc, Louis De Funès règne sur les rires et le mien lui sera acquis, fermant les yeux avec indulgence sur les mises en scènes trop souvent médiocres des films où il se déchaîne.

Ushutu ! En octobre, le cri de guerre des Zoulous de Cy Enfield, ancien blacklisté hollywoodien, retentit dans les salles. Stanley Baker et Michael Caine résistent à leurs assauts sur fond de sublimes paysages sud-africains. "Premier rang, feu ! Second rang, feu ! Troisième rang, feu !" Traumatisé comme John Carpenter, horreur et fascination de la violence se mêleront chez moi dans la vision du climax final de poudre et de sang. Et puis "Men of harlech'" en canon avec les chants africains. Cette folie guerrière prend ailleurs le visage de Slim "Hi there !" Pickens chevauchant la bombe atomique, celui calme et terrifiant de Sterling "Précieux fluides corporels" Hayden, et celui terrifiant tout court de Peter "Mein Führer, je marche !" Sellers  en Docteur Folamour. Et la terre explose. Ai-je l'intuition alors que le monde dans lequel je vais vivre est celui, procédurier jusqu’à l'absurde, que décrit Stanley Kubrick ? Nous nous retrouverons.

Chassons ces sombres perspectives d'un air venu d’Italie. Des frissons de plaisirs quand Sophia Loren se déshabille langoureusement devant Marcello Mastroianni dans son petit appartement sur les toits de Rome. Couple éternel que je suivrai, hier, aujourd'hui, demain. Frissons de peur au-delà des photographies de Barbara Steele dans Midi-Minuit. Frissons en couleurs vives chez Riccardo Freda qui fait jouer du rasoir à la belle Barbara, et chez Mario Bava qui offre six femmes à l'assassin. Frissons en noir et blanc chez Bava encore dans les escaliers de la Piazza di Spagna où est traquée la fille qui en savait trop, Letícia Román. Et voilà pour mon goût des belles italiennes et de ces subtils mélanges d'érotisme et de macabre all'dente.
Une image féminine encore, Ava Gardner dansant pied nus sur la plage de La nuit de l'iguane, entourée de ses boys juvéniles et musclé.

Mais qu'en est-il des vieux maîtres américains alors que Hollywood a les genoux à terre ? Voici venu le temps des grands films malades que François Truffaut théorisera à partir, justement, de Marnie d'Alfred Hitchcock sorti début novembre. Je suis entre la déception et la fascination de ce portrait de la jeune cleptomane qui craint le rouge et le sexe, attirée malgré elle par l'animalité velue de l'homme au masculin du moment, Sean Connery. Howard Hawks part à la pêche avec Rock Hudson, désinvolte et élégant, filmant Paula Pentriss avec un regard de jeune homme. Anthony Mann continue son flirt avec le producteur Samuel Bronston pour faire chuter l'empire romain. Raoul Walsh tire sa révérence au son d'une trompette lointaine.
En juin, au frontons des cinémas, de grandes toiles peintes annoncent l'automne des Cheyennes et celui de John Ford. Fausse bonne idée, combat difficile contre la maladie, l'âge, la lassitude et un studio incapable de comprendre ce qui se joue pour le réalisateur dans ce récit épique et désespéré de la dernière révolte de ceux qui se nomment eux-mêmes "les êtres humains". Ford, crânement, tente d'y mettre son expérience de la guerre et de la barbarie qu'il a touché de si près quand il préparait des images pour le procès de Nuremberg. Déportation et camps sont au cœur d'un récit qu'il tente d’alléger de son goût de la farce le temps d'un intermède à Tombstone (qui sera coupé) et de ce qu'il lui reste d'idéaux américains bien malmenés alors. Baroud d'honneur, dernier voyage à Monument Valley avec Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, Cheyenne's autumn dégage grandeur et tristesse. En janvier était enfin sorti Wagonmaster venu de 1950, avec Monument Valley, Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, et Ward Bond encore bien vivant. Œuvre limpide et sublime, mais si. Ford, Hawks, Hitchcock, comme une sainte trinité.

Je repose les revues, les yeux pleins d'images. Lire ça creuse. Je suis né comme Juliette Binoche, Rithy Panh et Maggie Cheung sous l'étoile d'une belle année dominée par un cinéma européen dont la richesse semble inépuisable.
Quelque chose encore se joue ailleurs en cette année 1964. En Espagne, un Italien planqué sous le pseudonyme de Bob Robertson tourne un western avec un jeune transfuge américain de la télévision, Clint Eastwood, une grande allemande brune, Marianne Koch, et un gauchiste aux yeux brûlants, Gian Maria Volonté. Sergio Leone pompe sans vergogne Akira Kurosawa et s'invente un style. Le film est sorti fin août à Florence dans une salle et Per un pugno di dollari casse depuis la baraque. Au même moment, dans les rochers d'Almeria, un autre Sergio qui signera de son vrai nom, Corbucci, met en scène un pistolero devenant aveugle, joué par Cameron Mitchell qui a débuté avec John Ford et joué le frère de Clark Gable pour Raoul Walsh. Étrange passage de témoin. Mais malgré la rumeur de leur succès, ces films ne sont pas sortis à Paris. Car ceci est une autre histoire...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 129 longs métrages (sur les 453 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Les Parapluies de Cherbourg (Demy)   **** **** **** **** ** *** *** **** ****
La Peau douce (Truffaut)   **** *** **** **** ***   *** ** ****
Gertrud (Dreyer)   **** *** *** *** **** ****   ***  
Le Silence (Bergman)   *** *** ** **** **** ***   **** ***
Docteur Folamour (Kubrick) **** ** ° *** **** **** ** **** *** ****
La Forteresse cachée (Kurosawa)   **** ***   *** ****       ***
Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock) *** **** ** *** *** *** *** *** *** ***
The Servant (Losey)   *** ***   **** **** ** *** *** ***
Le Journal d'une femme de chambre (Buñuel) ** *** *** *** *** **** **   *** ****
Bande à part (Godard) *** **** * ***   *** **   *** ****
Le Puits et le pendule (Astruc, cm)   ***       ****       ***
Le Convoi des braves (Ford) * **** **** *** ***       ** ****
La Maison du diable (Wise) ** *** **   *** **** **   ** ****
Les Cheyennes (Ford)   ** *** ** *** **** ***   ** ***
A bout portant (Siegel) *** ***     ** **** ** ****   **
La Nuit de l'iguane (Huston)   ** *** *** *** ****     ** ***
Six Femmes pour l'assassin (Bava)   **   *** ** ****   *** *** ***
L'Homme de Rio (De Broca) ** *** *** ** ** ** *** **** ** ***
Zoulou (Endfield)   **       ***       ****
Le Désert rouge (Antonioni) *** *** °   *** **** ***   ***  
Une femme mariée (Godard)   *** ***       **   ***  
Freud, passions secrètes (Huston)   ***   ** *** ***     **  
La Femme du sable (Teshigahara)   *     *** **** **      
La Fille qui en savait trop (Bava)         ** ***   *** *** ***
Le Spectre du professeur Hichcock (Freda)       **   ****   ** ** ***
Les Monstres (Risi)   *   ** ** ***     *** ***
La Panthère rose (Edwards) ** *** ** ** ** **   ** ** **
Jason et les Argonautes (Chaffey) * **   **   ***   *** ** ***
La Chute de l'empire romain (Mann)   *** ****   * *     ** ***
La Chute de la maison Usher (Corman)   **   ** ** **   *** ** ***
Le Sport favori de l'homme (Hawks)   *** *       **   ** ***
Sept Jours en mai (Frankenheimer)   *** ***     *   *** * ***
L'Insoumis (Cavalier)   ** **   ***       **  
Quatre Garçons dans le vent (Lester)   ** **         ***   ***
Le Mari de la femme à barbe (Ferreri)   **   **   ****        
Cyrano et d'Artagnan (Gance)   *** ***              
Jerry souffre-douleur (Lewis)   ***               ***
Le Terroriste (De Bosio)         ***         ***
La Montagne des neuf Spencer (Daves)     ****              
Le Temps s'est arrêté (Olmi)   ****                
Une certaine rencontre (Mulligan)     ****              
La Grande Frousse / La Cité de l'indicible peur (Mocky)   ** ** ** ** ***   *** *** °
La Charge de la huitième brigade (Walsh)   *** **   * *** **     **
America, America (Kazan)   *** *** ° ***   **      
My Fair Lady (Cukor)   * * *** ** ** ***   * ***
Week-End à Zuydcoote (Verneuil)   * **   ** ** ** *** * ***
La Ragazza (Comencini)   *** ***           *  
Rio Conchos (Douglas)   ** ***             **
Merlin l'enchanteur (Reitherman) ** **           ** * ***
L'Assassin (Petri)       **   ***        
La Passagère (Munk)   **     ***          
Séduite et abandonnée (Germi)   * *     **       ****
Les Barbouzes (Lautner) * ° *** * ** ***   *** * **
Mariage à l'italienne (De Sica)   *   °   ** **   ** ****
Les Félins (Clément)   ° *** * ** *   *** ** **
Bons Baisers de Russie (Young) * * *     ** * *** * ***
Hier, aujourd'hui et demain (De Sica)   °       ** **   ** ***
Les Damnés (Losey)   *** °       ** * ***  
Le Grand McLintock (McLaglen)           **       **
Becket (Glenville)                   ***
David et Lisa (Perry)   ***                
La Soif de la jeunesse (Daves)     ***              
La Vie à l'envers (Jessua)   ***                
Le Repas des fauves (Christian-Jaque)                   ***
Les Fiancés (Olmi)         ***          
Cent Mille Dollars au soleil (Verneuil) * *       *   *** ** **
Le Train (Frankenheimer & Farrel)   * *     **   *** * **
Le Monocle rit jaune (Lautner)           *     * ***
Deux Têtes folles (Quine)     ** **            
Le Fils de Spartacus (Corbucci)           *       ***
Paranoïaque (Francis)           **       **
Train de nuit (Kawalerowicz)   **     **          
Un chef de rayon explosif (Tashlin)   **   **            
Des pissenlits par la racine (Lautner)               ** * **
Fantômas (Hunebelle) *     * * **   *** * **
Faites sauter la banque (Girault) *         °   ***   **
Le Plus Grand Cirque du monde (Hathatway)     * **         * **
La Tulipe noire (Christian-Jaque)   °       * **   ** **
Topkapi (Dassin)   °   **   **     *  
Madame Croque-Maris (Lee-Thompson)           *       **
Toutes ses femmes (Bergman)             *     **
Echappement libre (Becker)                   **
Hamlet (Kozintsev)         **          
Haute Infidélité (Rossi, Petri, Salce & Monicelli)                 **  
Hercule contre les mercenaires (Lenzi)                   **
L'Ennui et sa diversion, l'érotisme (Damiani)                 **  
La Chasse à l'homme (Molinaro)                   **
La Revanche du Sicilien (Asher)           **        
Le Bourreau de Venise (Capuano)                   **
Le Mercenaire de minuit (Wilson)                   **
Les Drakkars (Cardiff)                   **
Les Sept Voleurs de Chicago (Douglas)                   **
Mission Six Cent Trente-Trois (Grauman)                   **
Panique année zéro (Milland)               **    
Sept Epées pour le roi (Freda)     **              
Le Tigre aime la chair fraîche (Chabrol)   *   * ° *   **    
Une ravissante idiote (Molinaro)   °   **         *  
Angélique, marquise des Anges (Borderie)   * * *   **     * *
Le Gendarme de Saint-Tropez (Girault) ° ° ** ° ° *   ** * *
La Ronde (Vadim)           °   *** °  
Les Plus Belles Escroqueries du monde (Horikawa, Polanski, Gregoretti, Chabrol & Godard)   *     *          
Banco à Bangkok pour OSS 117 (Hunebelle)                   *
Blondes, brunes et rousses (Taurog)                 *  
Casablanca, nid d'espions (Decoin)                 *  
Hardi Pardaillan ! (Borderie)                 *  
L'Ange noir du Mississippi (Torrado)                   *
Le Baiser du vampire (Sharp)           *        
Le Jaguar (Franco)                 *  
Le Péché suédois (Widerberg)   *                
Le Voleur de Damas (Amendola)                   *
Lucky Jo (Deville)       *            
Maciste contre Zorro (Lenzi)           *        
Meurtre au galop (Pollock)           *        
Mort où est ta victoire ? (Bromberger)                 *  
Pas de lauriers pour les tueurs (Robson)   *                
Quatre du Texas (Aldrich)   *                
Tintin et les oranges bleues (Condroyer)   °     °     * ° *
Une souris chez les hommes (Poitrenaud)       °   °        
Condamné à être pendu (Claxton)                   °
Du grabuge chez les veuves (Poitrenaud)       °            
L'Age ingrat (Grangier)                   °
La Furie des Apaches (Elorrieta)                   °
La Révolte des Indiens apaches (Reinl)           °        
La Souris sur la lune (Lester)       °            
Le Sorcier du Rio Grande (Warren)     °              
Le Temple de l'éléphant blanc (Lenzi)       °            
Les Amitiés particulières (Delannoy)           °        
Les Vainqueurs (Foreman)                   °
Une seconde jeunesse (Edwards)     °              
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Désir meurtrier (Imamura)   ****     *** ****        
Tourments (Naruse)   **** ****              
Charulata (Ray)   *** *** *** ***   ***      
Passion (Masumura)       ***   ****        
Soy Cuba (Kalatozov)     * *** **   **     ****
Signes particuliers : néant (Skolimowski)   ***     ** ***        
Fleur pâle (Shinoda)         *** ***        
La Gorgone (Fisher)         ** ***        
Assassinat (Shinoda)         **          
Le Ciel partagé (Wolf)         **          

Timothée :
**** : Les Parapluies de Cherbourg
*** : Docteur Folamour / La Peau douce / L'Homme de Rio / Les Monstres / La Panthère rose / Le Sport favori de l'homme
** : Gertrud / Pas de printemps pour Marnie / Le Journal d'une femme de chambre / Le Convoi des braves / La Chute de l'empire romain / My Fair Lady / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie / Le Gendarme de Saint-Tropez
* : Fantômas

Rémi :
**** : Le Journal d'une femme de chambre
*** : La Peau douce / Pas de printemps pour Marnie / Bande à part / Le Puits et le pendule / La Maison du diable / Les Cheyennes / Zoulou / Une femme mariée / La Femme du sable / L'Insoumis
** : Les Parapluies de Cherbourg / Le Grand McLintock / Cent Mille Dollars au soleil
° : Angélique, marquise des Anges / Le Gendarme de Saint-Tropez

Nolan :
**** : Docteur Folamour / Pas de printemps pour Marnie
*** : Les Parapluies de Cherbourg / L'Homme de Rio / La Panthère rose
** : My Fair Lady / Bons baisers de Russie / Le Monocle rit jaune / Merlin l'Enchanteur
* : Les Barbouzes / Cent Mille Dollars au soleil / Une ravissante idiote
° : Fantômas / Angélique, marquise des Anges

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Parapluies de Cherboug / My fair lady
*** : Dr Folamour / Quatre garçons dans le vent / Une seconde jeunesse
** : Week-end à Zuydcoote
* : Mariage à l'italienne

Frédéric :
1- Gertrud / 2- Les Parapluies de Cherbourg & Le Sport favori de l'homme / 4- Jerry souffre-douleur, Pas de printemps pour Marnie & La Peau douce / 7- Bande à part, Le Convoi des braves, Le Temps s'est arrêté & Les Fiancés, 10- La Charge de la huitième brigade

Mister Arkadin :
**** : La Nuit de l’iguane (9) ; La Peau douce (8) ; La Maison du diable (8)
*** : Le Sport favori de l’homme (8) ; L’Homme de Rio (7)
** : Docteur Folamour (6) ; Les Monstres (6) ; Pas de printemps pour Marnie (6) ; Bande à part (6) ; America, America (5) ; The Servant (5) ; Les Parapluies de Cherbourg (5) ;
* : Fantômas (4) ; La Tulipe noire (4) ; Le Journal d’une femme de chambre (3)
o : Le Gendarme de Saint-Tropez (2)

Oriane :
**** : Gertrud / The Servant / Charulata
*** : Les Parapluies de Cherbourg / La Peau douce / Docteur Folamour / America, America / Le Péché suédois
** : Freud, passions secrètes / Pas de printemps pour Marnie
* : Les Monstres / Jason et les Argonautes / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie
° : L'Homme de Rio / Le Gendame de Saint-Tropez / Tintin et les oranges bleues

Un simple amateur :
1- Gertrud (Dreyer) 2- Le Silence (Bergman) 3- La Femme du sable (Teshigahara) 4- Tourments (Naruse) 5- Soy Cuba (Kalatozov) 6- Charulata (Ray) 7- Les Parapluies de Cherbourg (Demy) 8- Le Convoi des braves (Ford) 9- La Forteresse cachée (Kurosawa) 10-Le Désert rouge (Antonioni)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme de Saint-Tropez, Jean Girault, 7 809 334 entrées
2. Merlin l'enchanteur, Wolfgang Reitherman, 6 133 628 entrées
3. Bons baisers de Russie, Terence Young, 5 623 910 entrées
4. L’Homme de Rio, Philippe de Broca, 4 800 626 entrées
5. Fantômas, André Hunebelle, 4 492 419 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Bonheur (Agnès Varda), sortie prévue en 1965
- Prix Méliès : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Grand prix du cinéma français : Le Monde sans soleil (Jacques-Yves Cousteau)
- Oscar du meilleur film : Tom Jones (Tony Richardson), sorti en 1963
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Désert rouge (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un été sans eau (Metin Erksan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : L'As de pique (Milos Forman), sortie prévue en 1965
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : America, America (Elia Kazan)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1964 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Bande à part (Jean-Luc Godard), 2. Getrud (Carl Dreyer), 3. Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock), 4. Une femme mariée (Jean-Luc Godard), 5. Le Sport favori de l'homme (Howard Hawks), 6. Le Désert rouge (Michaelangelo Antonioni), 7. America, America (Elia Kazan), 8. Le Silence (Ingmar Bergman), 9. Toutes ses femmes (Ingmar Bergman), 10. The Servant (Joseph Losey)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1964 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

On ne perd pas de temps pour un beau petit top 10 :

1- Les parapluies de Cherbourg (Demy)
2- La peau douce (Truffaut)
3- Le journal d'une femme de chambre (Buñuel)
4- Docteur Folamour (Kubrick)
5- Bande à part (Godard)
6- My fair lady (Cukor)
7- Gertrud (Dreyer)
8- Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock)
9- La nuit de l'iguane (Huston)
10- Six femmes pour l'assassin (Bava)

Écrit par : dr orlof | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Très bel édito Vincent !
Natacha ! nom d'un chien, moi aussi je lisais ça quand j'étais jeune. Mais bon je n'ai jamais rêvé d'être hôtesse de l'air ^^
Pour la Peau douce, c'est pas juste, vous aviez vous les garçons l'enchanteresse Dorléac pendant que nous, nous devions nous contenter de cet affreux Desailly. J'ai failli me faire sortir par des spectateurs scandalisés quand j'ai crié "Bien fait!" à la fin. Bref. Ceci est une autre histoire.
Quant à la bulle pour le Kubrick, y a les 15 000 personnalités de Peter Sellers qui sont en train de se retourner dans leur tombe.
PS. Je remarque que Vincent colle le Bava et l'iguane dans ses 10 préférés, donc je lui pardonne tout.

Écrit par : FredMJG | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bon, allez, en avant première, mes 10 rien qu'à moi

1. The servant de Joseph Losey_1963
2. Docteur Folamour/Dr Strangelove de Stanley Kubrick_1963
3. A bout portant/The killers de Don Siegel_1964 (non mais LEE MARVIN ! quoi)
4. Le journal d'une femme de chambre de Luis Buñuel_1963
5. Le désert rouge/Il deserto rosso de Michelangelo Antonioni_1964
6. Gertrud de Carl Theodor Dreyer_1964
7. Six femmes pour l'assassin/Sei donne per l'assassino de Mario Bava_1964
8. Les cheyennes/Cheyenne autumn de John Ford_1963
9. La forteresse cachée/Kakushi toride no san-akunin de Akira Kurosawa_1958
10. La nuit de l'iguane/The night of the iguana de John Huston_1964

Écrit par : FredMJG | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Top 10 :

1- Gertrud ( Dreyer )
2- Les Parapluies de Cherbourg ( Demy )
Le Sport favori de l'homme ( Hawks )
4- Jerry souffre-douleur ( Lewis )
Pas de printemps pour Marnie ( Hitchcock )
La Peau douce ( Truffaut )
7- Bande à part ( Godard )
Le Convoi des braves ( Ford )
Le Temps s'est arrêté / Les Fiancés ( Olmi )
10-La Charge de la huitième brigade ( Walsh )

Un peu déçu que le Hawks ( un de ses plus beaux il me semble ) soit aussi bas dans le tableau.

Écrit par : Frédéric | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

je dirais plutôt une paresseuse resucée de ses succès passés.

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Oh, désolé Frédéric, j'avais complètement zappé ce top. Merci pour la contribution, que je viens de faire "remonter".

Écrit par : Edouard | 18/03/2014

au contraire du Convoi des braves que je considère pour ma part comme le plus beau de tous les westerns de John Ford.

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

à tous le moins le plus décontracté, le plus vivant, le plus lumineux...le plus attachant.

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Tourments je l'ai aussi vu sinon...j'aimerais bien savoir pourquoi les films de Naruse ne figurent jamais dans la fiche que je reçois mais après coup dans le tableau.
****
http://films.nonutc.fr/2008/09/20/tourments-mikio-naruse-1964/

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

"Tourments", c'est Buster qui l'a ajouté à son propre tableau et j'ai oublié de relayer l'info. Ce devait être pareil la dernière fois...

Écrit par : Edouard | 11/03/2014

et America, America aussi, dans mon souvenir un des meilleurs films de Kazan. Qu'est ce qui motive cette détestation, docteur Orlof?

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Pour "Le convoi des braves", je suis d'accord : c'est un très beau Ford. Et pour répondre à Christophe (je me demandais si on allait me poser la question), je dois avouer que j'ai hésité à noter le film de Kazan car il s'agit d'un souvenir de séance scolaire (ce qu'il y a de pire au monde). Généralement, je ne note pas les films vus il y a très, très longtemps mais comme "America, america" est sans doute le film qui m'a le plus ennuyé de ma vie ; j'avais envie de le faire quand même. Mais si ça se trouve, je pourrais être très agréablement surpris en le revoyant "adulte"...

Écrit par : dr orlof | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

je comprends.

Écrit par : Christophe | 11/03/2014

Ah mais je l'ai vu Merlin l'Enchanteur ! Au temps pour moi : **

Écrit par : nolan | 12/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ou la la mais ça ne va pas du tout ce top! ;)
Mes notes :
**** : Les Parapluies de Cherboug, My fair lady
*** : Dr Folamour, Quatre garçons dans le vent, Une seconde jeunesse
** : Week-end à Zuydcoote
* : Mariage à l'italienne

Bon week-end !

Écrit par : Anna | 14/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Anna. (My Fair lady ? souvenir d'un film un peu vieillot, mais bon, si tu le dis... :) )

Écrit par : Edouard | 16/03/2014

Des oublis: Six femmes pour l’assassin, Zoulou, La Grande frousse… ** pour les trois.
Pas trop fan d’Olmi mais son premier long, Le Temps s’est arrêté, est une pure merveille (à voir absolument).
Sinon j’ai un peu surcoté le Kubrick, un film pour lequel ce n’est pas vraiment le fol amour, j’aurais dû mettre ** (et non *** comme pour le Frankenheimer que je préfère), mais bon c’est fait, tant pis.
Mon Top(kapi) :
1. Gertrud (Dreyer)
2. Tourments (Naruse)
3. Wagonmaster (Ford)
4. Le Temps s’est arrêté (Olmi)
Puis Les Parapluies de Cherbourg (Demy), La Peau douce (Truffaut), Marnie (Hitchcock), Bande à part (Godard)…

Écrit par : Buster | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

c'est vrai que Sept jours en mai c'est largement mieux que Folamour.

Écrit par : Christophe | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

Buster, ça me coûte énormément mais (je suis trop bon :) ) j'ai pris en compte ton changement d'avis sur le chef d'œuvre de Kubrick, peut-être son meilleur, qui perd par conséquent 3 places (mais je vous préviens, je ne le descendrai pas plus bas... :) )

PS : Plutôt fan d'Olmi, et son troisième long, Les Fiancés, est une pure merveille (à voir absolument) ;)

Écrit par : Edouard | 16/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les Fiancés et le Temps s'est arrêté sont deux chefs-d'oeuvre ( hélas introuvables en DVD ).

Écrit par : Frédéric | 16/03/2014

Ah mais Les Fiancés j'aime beaucoup (et je m'aperçois que lui aussi je l'ai zappé dans le tableau, donc ***), c'est à partir de l'Arbre aux sabots que ça se gâte...

Désolé pour le Kubrick, j'imaginais pas qu'une étoile en moins lui ferait perdre 3 places, mais du coup ça donne un joli podium.

Bon je vais essayer d'être plus concentré pour 1965.

Écrit par : Buster | 16/03/2014

Répondre à ce commentaire

Appelez immédiatement le service de réanimation pour notre amie Fred...

Écrit par : dr orlof | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

Heureusement que Jocelyn et Antoine ont vu et adoré le Kubrick sinon il se serait retrouvé encore plus bas... Demy écrase la concurrence. Il fera moins le malin l'année 85, sortie de Parking.

Écrit par : nolan | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

Même si je suis content de voir Truffaut remonter, ça me désole aussi pour Stanley. De souvenir, "Sept jours en mai" est un thriller efficace mais rien de mieux que disons "Aux postes de combats" réalisé par Harris, enfin ce genre de films agréables qu'il faisaient à l'époque. "Folamour" c'est autre chose, outre sa dimension parodique qui visiblement agace toujours, c'est l'affirmation du style de son réalisateur qui tout aussi visiblement donne des avis tranchés. Je ne dirais pas que c'est son meilleur mais c'est certainement son premier film complètement kubrickien. Et puis il y a un côté fable à la porté universelle, alors que le Frankenheimer est américano-centré(ce qui n'est pas une critique de ma part, juste un constat).

Écrit par : Vincent | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

Absolument.

Écrit par : nolan | 18/03/2014

Totalement d'accord avec Vincent : peut-être pas le meilleur Kubrick (j'ai quelques 4 étoiles en réserve pour lui) mais le premier que j'aime vraiment sans réserve. En revanche, je risque d'être plus sévère au moment de "Spartacus" :p

Écrit par : dr orlof | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

"Spartacus", c'est passé en 1961, cher docteur :)

Écrit par : Vincent | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ooops... La fatigue, je crois...Désolé (je ne sais pas à quel film je pensais !)

Écrit par : dr orlof | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Existe-t-il un "meilleur film" de Stanley Kubrick, comme dirait l'autre sur France Inter ? :) Je devrais dire plutôt qu'il est peut-être mon "préféré". Je pense en tout cas que, en tant que premier film totalement kubrickien (comme tu le dis fort justement Vincent), c'est le moins intimidant et le plus accessible. Les extraordinaires dernières minutes avec Sellers tentant tant bien que mal de contenir ses pulsions nazis représentent pour moi quelque chose d'indépassable. La farce mais tenue par le style du cinéaste (si la fameuse bataille de tartes à la crème fut tournée mais non gardée c'est sans doute parce que cela "débordait" trop). De toute manière, je préviens tout de suite : il reste 6 Kubrick à venir et je distribuerai 24 étoiles (ou, allez, peut-être seulement 23). :)

Écrit par : Edouard | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

1. Dr Folamour
2. Le Silence
3. Les Parapluies de Cherbourg
4. The Servant
5. Le Journal d'une femme de chambre
6. La Maison du Diable
7. La Peau douce
8. La Femme du sable
9. Le Désert rouge
10. America, America

Écrit par : Edouard | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Je crains que notre ami Edouard ait un peu trop abusé du Kubrick’s cube quand il était ado :-)

Écrit par : Buster | 19/03/2014

Répondre à ce commentaire

Le Kubrick's cube, je le fais même les yeux grands fermés. :)

Écrit par : Edouard | 21/03/2014

Vincent, j'ai justement récemment découvert Aux postes de combat. C'est pour moi un film terne et bassement théâtral qui n'a pas du tout l'efficacité dramatique de Sept jours en mai, film effectivement ancré dans un contexte précis (la politique américaine) et en cela préférable à l'abstraction artificielle de Kubrick (rendue d'autant plus insupportable en ce qui me concerne par la froide hystérie de la mise en scène).

Écrit par : Christophe | 20/03/2014

Répondre à ce commentaire

Christophe, j'ai un souvenir aussi lointain (et télévisuel) de l'un comme de l'autre, ce qui me ramène au début des années 80 et commence à faire loin. Mais je me souviens que c'était quelque chose qui m'avait accroché. Après, j'aime autant ce qui est ancré dans un contexte précis que ce qui relève de la fable swiftienne et kubrickienne. Je comprends bien que tu puisse rejeter Folamour en gros et en détail, ce qui me semble cohérent, je comprends moins la tiédeur de Buster. Il me semble que ce genre de film, soit on aime sans réserves (ou presque) soit ça ne passe pas.
Comme Antonioni :)

Écrit par : Vincent | 20/03/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne trouve pas Dr Folamour si radical que ça, qui justifie que soit on l’aime complètement soit on le déteste (à la différence des Carabiniers de Godard par exemple). Si je n’ai mis finalement que 2 étoiles c’est parce que je ne voulais pas mettre la même cotation que pour le Frankenheimer que je trouve quand même supérieur, parce que plus subtil dans son propos mais aussi plus efficace dans sa mise en scène et son montage... Peut-être aussi que, inconsciemment, je savais qu’en lui retirant une étoile (comme on dégrade un général) je permettais à Gertrud de grimper sur le podium. Mon fol amour de l’année c’est elle, encore plus que Catherine, sous son parapluie, ou sa soeur Françoise, à la peau douce! ;-)

Écrit par : Buster | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

je le disais à Ed au tout début de l'entreprise: c'est l'effet pervers de cette synthèse dénuée de sens qui risque d'amener le cinéphile à ne plus noter le film en fonction de son goût mais en fonction de sa supposée place dans le tableau final. M'enfin, ça pimente les publications...

Écrit par : Christophe | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Kubrick dégradé, Kubrick humilié, Kubrick martyrisé, Ô Dorleac Déesses faites fondre votre foudre blonde z'é brune sur l"impie-toyable Buster qui tonne :) Bon, si c'est par fol amour, je me tais.

Christophe, pour autant que le principe même de notation ait un sens, le fait qu'EDouard ménage le résultat final modère ce genre d'attitude. et puis nous sommes entre gens de bonne compagnie :) Ceci dit ce qu'exprime Buster est intéressant sur la façon dont on peut relativiser un film par rapport à un autre. Moi je me sens toujours à l'étroit avec la gamme de notes. Avec 10, il serait possible de plus nuancer. Du coup, il faut trancher dans le vif et, oui, cela pimente.

Écrit par : Vincent | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Vincent, pas la peine de prendre des accents gaulliens et malrauciens, je ne reviendrai pas sur ma décision :-)

Le problème (déjà soulevé je crois) c’est que le jugement qu’on porte sur un film peut nettement différer selon l’âge où on le découvre (ou qu’on le revoit)... Que doit-on privilégier? la première vision, la plus forte, la plus authentique, mais parfois trompeuse si le film a été vu très tôt, ou la dernière vision, qui bénéficie d’un esprit critique plus aguerri (du fait déjà qu’on a vu plein d’autres films entre temps), mais pas forcément plus juste (parti pris et mauvaise foi s’y côtoient assez souvent il faut bien l’avouer). Le cas de Kubrick est exemplaire. Dr Folamour je l’ai découvert à l’âge de 18/20 ans (alors que 7 jours en mai je l'ai vu à un âge plus tardif mais qu'une seule fois), à l’époque il m’avait beaucoup impressionné comme on peut l’être à cet âge face à des films qui en imposent, comme ceux justement de Kubrick pour qui il s’agit à chaque fois de faire, pour chaque genre auquel il s’attaque, le film "définitif". Revu 15 ans plus tard, Folamour avait beaucoup perdu de son impact, ses défauts y étaient plus criants (par rapport à son sujet, c’est quand même visuellement assez pauvre). Donc voilà, j’ai pas tranché, j’ai juste fait la moyenne: 3 étoiles la première fois, 1 étoile la seconde fois, ça fait 2 étoiles! :-D

Edouard: "Le Kubrick's cube, je le fais même les yeux grands fermés. :)"
Bien joué! (d’autant qu’on ne peut pas répondre directement au commentaire)

Écrit par : Buster | 22/03/2014

Répondre à ce commentaire

De mon côté, c'est parfaitement clair : je note toujours en fonction de ma vision la plus récente. Je n'ai peut-être pas forcément raison mais je trouve que c'est la façon la plus "juste" de faire. Parti pris et mauvaise foi peuvent entrer en jeu, éventuellement, mais les visions liées à l'adolescence sont encore plus "sous influence". Et puis je ne vais quand même pas mettre 4 étoiles à "Subway" ! :D

Quant à cette règle du "tout ou rien" qu'il faudrait suivre pour tous les films "radicaux", je suis tout à fait à l'aise pour la contourner régulièrement. Ne trouvant par exemple "Les Carabiniers" ni entièrement nul, ni entièrement génial, mais par moments un peu nul et par moments un peu génial, je lui mets deux étoiles sans problème. Et de Pasolini à Haneke, je n'ai pas fini de juger de cette façon. Certes, cela fait "tiède", cela laisse penser, soit qu'on n'est pas sûr de soi, soit qu'on n'ose pas prendre position. Qu'importe... A ce moment-là, on pourrait répliquer aussi que ne choisir qu'entre zéro et quatre, c'est se poser en petit malin ou en sectaire. :)

PS : Buster, pour répondre à mon commentaire du 21/03, tu aurais pu répondre à ton propre commentaire initial, celui du 19/03. Cela se serait mis à la suite de cette "discussion dans la discussion". (c'est un peu tordu, mais ça marche comme ça apparemment)

Écrit par : Edouard | 24/03/2014

Répondre à ce commentaire

moi aussi, je note en fonction de la vision la plus récente, partant du principe que je suis moins con qu'il y a dix ans.

Écrit par : Christophe | 27/03/2014

Répondre à ce commentaire

Quitte à me faire lyncher, j'ai enfin vu Les Parapluies de Cherbourg, et je lui mettrais ** ("et encore j'suis large").

Écrit par : Rémi | 06/04/2014

Répondre à ce commentaire

Pris en compte, Rémi. Cela ne change rien car l'avance était confortable par rapport au Truffaut en deuxième position. Tu échappes donc au lynchage !

Écrit par : Edouard | 06/04/2014

bonsoir je viens de m'apercevoir que j'avais oublié de noter Une Certaine Rencontre = **

Écrit par : nolan | 12/05/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1964 :

**** : Gertrud / The Servant / Charulata
*** : Les Parapluies de Cherbourg / La Peau douce / Docteur Folamour / America, America / Le Péché suédois
** : Freud, passions secrètes / Pas de printemps pour Marnie
* : Les Monstres / Jason et les Argonautes / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie
° : L'Homme de Rio / Le Gendame de Saint-Tropez / Tintin et les oranges bleues

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai vu My Fair Lady **

Merci

Écrit par : nolan | 02/09/2015

Répondre à ce commentaire

Mon Top 64 serait :

1- Gertrud (Dreyer)
2- Le Silence (Bergman)
3- La Femme du sable (Teshigahara)
4- Tourments (Naruse)
5- Soy Cuba (Kalatozov)
6- Charulata (Ray)
7- Les Parapluies de Cherbourg (Demy)
8- Le Convoi des braves (Ford)
9- La Forteresse cachée (Kurosawa)
10-Le Désert rouge (Antonioni)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire