Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2013

Sur vos écrans en 1959

EDITORIAL :

Par Christophe

contes00.jpg1959 marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Tandis qu'émergent diverses "nouvelles vagues", le cinéma classique finissant donne quelques uns de ses plus beaux fruits. En France, sortent : Le Tombeau hindou, Rio Bravo, Comme un torrent, Les Nus et les morts, Le Temps d'aimer et le temps de mourir, Autopsie d'un meurtre ou encore Les Contes de la lune vague après la pluie. Exposé à une telle avalanche de joyaux incandescents, le terrain est propice à l'embrasement ; il trouve son allumette en la personne de Michel Mourlet. Fréquentant assidûment le cinéma Mac-Mahon près de la place de l'Etoile, Mourlet appartient à la bande des mac-mahoniens, chapelle cinéphile comme il en pullule en cette fin des années 50. C'est Eric Rohmer, alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui accorde au jeune théoricien l'opportunité de publier son manifeste dans la déjà célèbre revue jaune aux conditions expresses de l'imprimer en italique et de le faire précéder d'un avertissement comme quoi il n'engage pas la rédaction. Précautions uniques dans l'histoire du journal.

Aussi radicales puissent-elles paraître, les quinze pages de Sur un art ignoré sont d'abord l'aboutissement du travail théorique entamé à la Libération afin de débarrasser la critique cinématographique de la nostalgie du muet qui souvent parasitait ses jugements dans les années 30 (cf par exemple l'Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach). André Bazin avait ainsi montré que lorsque William Wyler découpait l'adaptation d'une pièce de théâtre, il faisait autant oeuvre de cinéaste qu'un Eisenstein. Ce faisant, il défendait la continuité et le réalisme en partant du postulat que le cinéma se distingue des autres arts en ceci qu'il enregistre la réalité et n'a donc pas besoin de recourir à des conventions pour représenter le monde. Dans cette optique, la possibilité d'enregistrer le son constitue évidemment un progrès.

Mourlet va jusqu'au bout de la logique bazinienne et, contrairement au père fondateur des Cahiers qui encensait des cinéastes aussi truqueurs que Welles ou de Sica, affiche avec éclat la conformité entre ses principes et ses goûts. Il a certes eu des précurseurs. Outre Jacques Rivette et Eric Rohmer, il faut se rappeler Philippe Demonsablon qui écrivit au cours des années 50 de belles critiques sur les films de Dwan, Walsh, Mizoguchi. Le titre de son article consacré aux Amants crucifiés, "Splendeur du vrai" peut d'ailleurs être considéré comme un parfait résumé du mac-mahonisme. Affirmant la prééminence du découpage sur le montage, l'inanité des surimpressions et autres artifices visibles, Michel Mourlet montre avec force arguments que le cinéma est essentiellement l'art de la mise en scène. Un cinéaste doit tout à la fois respecter les données de la réalité et les organiser de façon à plonger le spectateur dans un état de fascination.

"Le point d’accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d’entre les grands : Losey, Lang, Preminger et Cottafavi, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d’hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d’inflexions vocales, au sein d'un univers d’objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l’on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé."

De là découlent les caractéristiques ordinairement attachées aux Mac-Mahoniens : l'importance capitale du corps des acteurs, l'érotomanie affichée, un certain goût de la violence, la quête de l'instant sublime, Lang préféré à Hitchcock* et la virulence des anathèmes et dithyrambes qui parfois peuvent amuser le cinéphile de 2013.
"Nous reprochons à nos pères d'avoir placé Meissonnier avant Cézanne, mais ne voyons-nous pas - dans notre siècle de lumières - Les Nuits Blanches de Visconti préférées aux Aventures de Hadji de Don Weis ?"
Rarement phrase aura fait réaliser combien est ténue la frontière entre le sublime et le ridicule. Il y a en effet bien du panache à aller aussi délibérément à contre-courant de l'opinion dominante pour parier aussi franchement sur la postérité. S'il est aujourd'hui facile de ricaner, n'oublions pas que des cinéastes aussi divers que Raoul Walsh, Ida Lupino, Jacques Tourneur, Joseph Losey ou Vittorio Cottafavi doivent aux mac-mahoniens l'essentiel de leur fortune critique.

Si l'éclat de Sur un art ignoré reste vif aujourd'hui, il le doit également à la qualité de la prose de son auteur, une prose où le lyrisme superbe des formules ne le cède jamais à la rigueur de l'expression. Esprit touche-à-tout, Michel Mourlet est d'abord un grand écrivain français et sa langue est celle de la clarté et de la précision**. On ne saurait certes en dire autant de tous ses émules (Jean-Claude Biette en premier lieu). Brillant polémiste, il manie aussi la dérision avec une joie dionysiaque. Un tel style était le vecteur parfait de ce qui demeure, au fond, une apologie du classicisme traduisant une conception aristotélicienne du monde. Cette conception du monde allait bien sûr être sérieusement remise en question au début des années 60.

Face à Godard (qui cita fallacieusement Sur un art ignoré en exergue du Mépris), face à Resnais, face à Antonioni, quelle position adopter ? Cultiver un idéal esthétique ou vivre avec son temps ? Pendant quelques années, les deux tendances allaient cohabiter aux Cahiers du cinéma. En 1963, Rivette trancha et évinça brutalement Rohmer le classique. Désormais, les Cahiers épouseraient - avec une ardeur qui leur fait honneur - chaque chimère de l'époque : structuralisme, gauchisme, maoïsme, feuilletons américains...

Dans les années 60, les Mac-Mahoniens se retrouvaient donc dans la position des vieux critiques par eux moqués pour leur nostalgie du muet. Le malheur est que personne n'ait jamais défendu la "modernité" cinématographique d'une façon aussi brillante que Michel Mourlet pour leur donner tort, l'ère de l'entre-soi et du consensus mou ayant succédé aux stimulantes querelles de chapelle des années 50***. Chassés de la revue jaune, ils étaient accueillis par Jean Curtelin qui leur ouvrait en grand les colonnes de Présence du cinéma. Ils y prêcheraient la bonne parole jusqu'en 1967, date d'un superbe et définitif "adieu au mac-mahonisme" signé Jacques Lourcelles, camarade de Mourlet devenu pour ainsi dire seul auteur de la revue. La minorité cinéphile restée convaincue des vérités révélées dans Sur un art ignoré n'avait plus qu'à entretenir sa mélancolie face à un monde qui ne s'accordait plus à ses désirs.


* "Le maelstrom de la caméra autour du visage d’Henry Fonda pour exprimer son angoisse, ou les colorations successives de James Stewart en proie au cauchemar du vertige, procèdent de la même impuissance devant l'acteur, en suppléant une incapacité à révéler ses virtualités passionnelles — du dedans — par une crispation de tout ce qui n'est pas l’acteur, de tout ce qui est en dehors, de même que les écrivains médiocres forcent le style et brutalisent les mots pour tenter de donner à sentir ce qu'ils ne sentent pas.

** Mourlet, revenu de la cinéphilie depuis belle lurette, consacre aujourd'hui une part importante de son temps à la défense de la langue française

*** voir l'ostracisme pur et simple dont fut victime au cours des années 70 feu Jean-François Tarnowski pour avoir fustigé les théories de Christian Metz dans les colonnes de Positif. On était loin de l'esprit de la polémique "courtoise mais inébranlable" entre Michel Mourlet et Alain Robbe-Grillet quinze ans plus tôt. Entre-temps, le cinéma avait pénétré l'université..

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 130 longs métrages (sur les 426 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) **** **** **** **** **** **** **** **** *** ****
Sueurs froides (Hitchcock) **** * **** **** **** **** **** **** **** ****
La Mort aux trousses (Hitchcock) **** ** **** **** **** *** **** **** *** ****
Rio Bravo (Hawks) **** *** **** **** **** *** **** **** **** ****
Le Tigre du Bengale (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Le Tombeau hindou (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Les Quatre Cents Coups (Truffaut) *** *** **** **** **** **** *** **** **** ****
Mirage de la vie (Sirk) **** **** **** *** **** **** * **** ****  
Certains l'aiment chaud (Wilder) ** * *** **** **** *** *** **** *** ****
Les Fraises sauvages (Bergman) *** ** **** *** **** ** ****   *** ****
Le Temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) **** **** **** ***   *** ** **** *** ***
Ivan le Terrible, 2e partie (Eisenstein) **** * *** **** **** *** ****     ***
Comme un torrent (Minnelli) *** ****   *** **** **** **   **** ***
L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   ****   **
La Chevauchée des bannis (DeToth) *** ****   *** **** ***   ****   ***
Les Nus et les morts (Walsh) *** ****   *** **** ***     *** ***
Pickpocket (Bresson) **** ** *** *** **** ** **** **** ***  
La Forêt interdite (Ray) **** ***     ***     ****    
Autopsie d'un meurtre (Preminger) *** *** *** *** ***   ***   *** ***
Hiroshima mon amour (Resnais) *** ** **** **** *** *** ** ****   ***
Le Pigeon (Monicelli) *** **   *** *** ** ***     ****
Le Déjeuner sur l'herbe (Renoir) *** *** **   ***   ** ****   ***
La Tête contre les murs (Franju) *** *** ** *** ***   ***      
Les Cavaliers (Ford) *** ***   ** ***     ***   ***
Au seuil de la vie (Bergman) ***         ** ***     ****
Le Jugement des flèches (Fuller) *** *** ***   **         ***
Les Amants diaboliques (Visconti) ** *** ** *** **** *** ** ** ** **
Le Trésor du pendu (Sturges) *** ***     **         ***
Adorable Voisine (Quine) *** **     ***   **     ***
Le Cauchemar de Dracula (Fisher)     **   ***   **     ***
Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Minnelli) **** *** **   **       **  
Cendres et diamant (Wajda) ** ** ** *** **** **        
Gigi (Minnelli) *** ° *** ***   ** ***   ** ***
Le Général Della Rovere (Rossellini) **     ** **     ***   ***
L'Homme aux colts d'or (Dmytryk) ** ***     **         ***
La Brune brûlante (McCarey) *** ***         **      
Les SS frappent la nuit (Siodmak) **     ***     ***      
Un trou dans la tête (Capra) ** ***             ***  
La Fille de la rizière (Matarazzo) *** ***                
La Révolte des gladiateurs (Cottafavi)         ***         ***
Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps (Debord, cm)     ****              
Le Chien des Baskerville (Fisher) ** ** **   **   **     **
La Belle au bois dormant (Disney) *       *   *   *** ****
La Prison (Bergman) **   ** ***   * ***     **
L'Aventurier du Texas (Boetticher) *** **     ***          
La Malédiction des pharaons (Fisher)         ***   *     ***
La Mouche noire (Neumann) ***   **   **         **
Le Monde, la chair et le diable (MacDougall) ** °     ****          
Deux Hommes dans Manhattan (Melville) *** * ** ** ***   *      
La Colline des potences (Daves) *** **               **
Le Dernier Train de Gun Hill (Sturges) ** **     **   **     **
Fort Massacre (Newman)   ***               **
Le Kid en kimono (Tashlin) ***   **              
Les Chemins de la haute ville (Clayton) **       ***          
Tombouctou (Tourneur)   ***               **
Les Cousins (Chabrol) **   *** * *** * *      
Crimes au musée des horreurs (Crabtree)         ***   *      
Hercule et la reine de Lydie (Francisci)         **   *     ***
Le Visage (Bergman) *   ***       **      
Les Dragueurs (Mocky) ** **         **      
Trahison à Athènes (Aldrich) **       **   **      
Aventures fantastiques (Zeman) ***                  
Des femmes disparaissent (Molinaro)                    
La Chaîne (Kramer)         ***          
Le Procès de Nuremberg (Podmanitsky)               ***    
Rue des Prairies (De La Patellière)             ***      
Vacances à Paris (Edwards)   ***                
A double tour (Chabrol) **   ** * **          
Le Destin d'un homme (Bondartchouk) **     **            
Les Boucaniers (Quinn)         **   **      
Moi un Noir (Rouch) **         **        
Passez muscade (Cline) **   **              
Un témoin dans la ville (Molinaro)       ** **          
Une balle signée X (Arnold) ** **                
Une leçon d'amour (Bergman) **         **        
La Blonde et le shérif (Walsh) **           *      
Marie-Octobre (Duvivier) * **   * *   **      
La Vache et le prisonnier (Verneuil) * * *   *   * * ** **
Les Grands Espaces (Wyler) **       *         *
L'Or du Hollandais (Daves)   *               **
Le Fauve est lâché (Labro) **       *          
Les Travaux d'Hercule (Francisci)             *     **
Signé Arsène Lupin (Robert) *                  
Caravane vers le soleil (Rouse)         **          
Cette terre qui est mienne (King)   **                
Duel dans la boue (Fleischer)   **                
L'Orchidée noire (Ritt)             **      
La Dernière Torpille (Pevney)                   **
La Terreur des barbares (Campogalliani)                   **
Le Dernier Rivage (Kramer) **                  
Trois Bébés sur les bras (Tashlin)     **              
Vieilles Légendes tchèques (Trnka) **                  
Le Bossu (Hunebelle) *   * ° **   * °   **
Orfeu negro (Camus) * °     **   °     *
Babette s'en va-t-en guerre (Christian-Jaque) °       °   **     **
Salomon et la reine de Saba (Vidor) *       *   *      
Toi le venin (Hossein) °       **   *      
Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Delannoy) * °     ° * **      
L'Idole vivante (Lewin)     * *            
Rodan (Honda)     °             **
Archimède le clochard (Grangier) °       °   *     **
J'irai cracher sur vos tombes (Gast) °       *   *      
Cent vingt-cinq rue Montmartre (Grangier) *                  
Ceux de Cordura (Rossen)                   *
Du rififi chez les femmes (Joffé)             *      
Fort Yuma (Selander) *                  
Goha (Baratier)     *              
L'Ile du bout du monde (Gréville)             *      
La Bête à l'affût (Chenal)   *                
Le Courrier de l'or (Boetticher)   *                
Le Génie du mal (Fleischer) *                  
Le Retour de la mouche (Bernds)     *              
Le Roi dinosaure (Gordon)     *              
Le Voyage (Litvak)         *          
Les Rendez-Vous du diable (Tazieff) *                  
Prisonnières des martiens (Honda)     *              
Signé Zorro (Foster)             *      
Tout près de Satan (Aldrich) *                  
La Femme et le pantin (Duvivier) ° ° °       **      
Les Liaisons dangereuses 1960 (Vadim) °   * ° *   °      
La Loi (Dassin) °       *          
La Nuit des espions (Hossein) °           *      
Le Chemin des écoliers (Boisrond) *       °          
Le Grand Chef (Verneuil) °                 *
Messieurs les ronds-de-cuir (Diamant-Berger)         °   *      
La Jument verte (Autant-Lara) °   ° ° °         **
Le Confident de ces dames (Boyer) °       °   °      
Vous n'avez rien à déclarer ? (Duhour) °       °          
La Valse du Gorille (Borderie)         °          
Le Combat mortel de Tarzan (Humberstone)                   °
Le Petit Prof (Rim) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Bonjour (Ozu) ****   ** ***   *** *** ****    
Herbes flottantes (Ozu) ***     ***   **       ***
Profession : Magliari (Rosi) **   ** ***            
Fleurs de papier (Dutt) **       **** **        
Le Veuf (Risi)       **            

Jocelyn :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Les Quatre Cents Coups / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon / Le Cauchemar de Dracula / Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant / Le Monde, la chair et le diable / Des femmes disparaissent
** : Pickpocket / La Malédiction des pharaons / Les Cousins / Crime au musée des horreurs / La Blonde et le shérif / Orfeu negro
* : Le Bossu
° : La Jument verte

Antoine :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou / Les Fraises sauvages / Ivan le Terrible / L'Impératrice Yang Kwei Fei / Pickpocket
*** : Rio Bravo / Certains l'aiment chaud / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon
** : Le Chien des Baskerville / Deux hommes dans Manhattan / Signé Arsène Lupin
* : Les Quatre Cents Coups / Hiroshima mon amour / L'Aventurier du Texas

Nolan :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Les Quatre Cents Coups / L'Impératrice Yang Kwei Fei
** : Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant
* : Le Bossu
° : La Vache et le prisonnier

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Mirage de la vie / La Mort aux trousses / Rio Bravo / Hiroshima mon amour / Vertigo / Certains l'aiment chaud / Les Fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant / Moi un noir / Les Contes de la lune vague après la pluie / Les 400 coups
** : Gigi / Pickpocket / A double tour

Mister Arkadin :
**** : Sueurs froides (10) ; La Mort aux trousses (10) ; Pickpocket (9) ; Rio Bravo (9) ; Le Pigeon (9)
*** : Certains l’aiment chaud (8) ; Autopsie d’un meurtre (8) ; Cendres et diamant (7) ; Les Quatre Cents Coups (7)
** : Le Trésor du pendu (6) ; Maigret et l’affaire Saint-Fiacre ; Adorable voisine (6) ; Le Déjeuner sur l’herbe (6) ; Comme un torrent (6) ; Les Nus et les morts (6) ; Marie-Octobre (6) ; 125 rue Montmartre (6) ; Le Général Della Rovere (6) ; L’Homme aux colts d’or (6) ; La Colline des potences (6) ; Hiroshima (5) ; Les Cousins (5) ; Gigi (5)
* : La Jument verte (4) ; Archimède le clochard (4)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Mirage de la vie ; Les Cavaliers ; La Belle au bois dormant ; Le Bossu ; La Femme et le pantin

Frédéric :
1- Sueurs froides, 2- Rio Bravo, 3- La Mort aux trousses, 4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou, 5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei, 6- Pickpocket, 7- Hiroshima mon amour, 8- Le Jugement des flèches, 9- Les 400 coups, 10- Les Contes de la lune vague après la pluie

Oriane :
**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Un simple amateur :
1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) 2- Rio Bravo (Hawks) 3- Mirage de la vie (Sirk) 4- Pickpocket (Bresson ) 5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) 6- La Chevauchée des bannis (DeToth) 7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut) 8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) 9- Vertigo (Hitchcock) 10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Vache et le Prisonnier, Henri Verneuil, 8 844 199 entrées
2. La Belle au bois dormant, Clyde Geronimi, 6 585 083 entrées
3. La Jument Verte, Claude Autant-Lara, 5 272 066 entrées
4. Babette s'en va-t-en guerre, Christian Jaque, 4 657 610 entrées
5. Les Liaisons Dangereuses 1960, Roger Vadim, 4 322 955 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : On n'enterre pas le dimanche (Michel Drach)
- Prix Méliès : Hiroshima mon amour (Alain Resnais) & Les Quatre Cents Coups (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Les Étoiles de midi (Marcel Ichac)
- Oscar du meilleur film : Gigi (Vincente Minnelli)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini) & La Grande Guerre (Mario Monicelli)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Orfeu Negro (Marcel Camus)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Cousins (Claude Chabrol)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Au risque de se perdre (Fred Zinnemann)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1959 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Les Contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi), 2. Hiroshima mon amour (Alain Resnais), 3. Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein), 4. Pickpocket (Robert Bresson), 5. Les Quatre Cents Coups (Francois Truffaut), 6. Rio Bravo (Howard Hawks), 7. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), 8. Sueurs froides (Alfred Hitchcock), 9. L'Impératrice Yang Kwei Fei (Kenji Mizoguchi), 10. Le Tigre du Bengale (Fritz Lang)


2) L'année 59 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année d'Alain Resnais : Hiroshima mon amour
- Se distinguent particulièrement :
Serguei Bondartchouk, Le Destin d'un homme / Jack Clayton, Les Chemins de la haute ville / Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula / Georges Franju, La Tête contre les murs / Howard Hawks, Rio Bravo / Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses / Vincente Minnelli, Comme un torrent / Kenji Mizoguchi, Les Contes de la lune vague après la pluie & L'Impératrice Yang Kwei Fei / Andrzej Wajda, Cendres et diamant / Raoul Walsh, Les Nus et les morts / Billy Wilder, Certains l'aiment chaud / Robert Wise, Je veux vivre / Karel Zeman, Aventures fantastiques"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1959 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Année de dingue !

**** : Mirage de la vie, La Mort aux trousses, Rio Bravo, Hiroshima mon amour, Vertigo, Certains l'aiment chaud, Les fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant, Moi un noir, Les contes de la lune vague..., Les 400 coups
** : Gigi, Pickpocket, A double tour

Écrit par : Anna | 10/10/2013

Répondre à ce commentaire

Très bel édito, Christophe, qui confirme ce que je t'avais dit il y a fort longtemps : tu es le dernier des "Mac-Mahoniens" :)
Sinon, je reviendrai pour mon top 10 (et rendre justice à Alain Resnais qui a été évincé).

Écrit par : dr orlof | 11/10/2013

Répondre à ce commentaire

Euh... merci à Positif de défendre Fisher mais porque les Cahiers dont je n'ai jamais été aussi proches nous cause d'Ivan le Terrible en 59 ?!
Bon, dès que je poste (semaine pro histoire de laisser les gens déguster le zoom) je reviendrai pour mon top 10.

Écrit par : FredMJG | 11/10/2013

Répondre à ce commentaire

si je ne m'abuse, la deuxième partie de Ivan le terrible n'est sortie à Paris qu'en 1959.

Écrit par : Christophe | 11/10/2013

d'ailleurs, il aurait du apparaître dans notre grille car, en 1946, nous n'avons noté que la première partie (et Dieu si ces deux parties sont dissemblables).

Du coup, Ivan le terrible II: 1 étoile

Écrit par : Christophe | 11/10/2013

Beau classement quoique très injuste avec Hiroshima mon amour !

Écrit par : Rémi | 11/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bravo à Christophe pour cet édito passionné et passionnant, superbe synthèse sur ce mouvement critique. Ceci dit, je ne suis pas d'accord avec l'extrait cité, Lang utilise les surimpressions dans Mabuse et Stewart exprime beaucoup du dedans dans "Vertigo", sans même parler de ses mains chères à Moullet !
Pour renchérir sur l'importance de l'année (et puisque ces films séduisent moins, voir son peu vus par notre équipe), je note que "La belle au bois dormant" est le sommet du style Disney classique et une performance technique que l'on ne reverra jamais (le film est un relatif échec), Le Dracula de Fisher est la quintessence de son style, le Hercule de Francisci est un très gros succès qui lance l'âge d'or du peplum italien pour les années à venir, tandis que "Le pigeon" est une date phare de la comédie italienne moderne, en attendant 1960...

Sacrée belle année, oui.

Écrit par : Vincent | 11/10/2013

Répondre à ce commentaire

certes oui mais le Lang révéré par les Mac-Mahoniens est le Lang de la fin, celui des années 50, celui de leur époque.
Voir à ce sujet l'excellent "Trajectoire de Fritz Lang", article de Mourlet publié dans le numéro qui suivit celui où était publié Sur un art ignoré.

Écrit par : Christophe | 11/10/2013

ainsi tu n'as aucune surimpression dans le dernier Mabuse (sorti après la publication de ces articles et qui est entérine ce qu'avait prophétisé Mourlet -et Rivette avant lui)

Écrit par : Christophe | 11/10/2013

Anna : Merci pour ta participation, que je ferai bientôt remponter.

Christophe fait une remarque tout à fait juste sur Ivan le Terrible. En voyant la liste des Cahiers, j'ai bêtement pensé à une reprise et je n'ai pas vérifié, mais c'est bel et bien la 2e partie, alors inédite, qui est mentionnée. Sur la base Encyclociné, elle n'apparaît qu'en note sur la fiche de la 1ère partie et n'est donc pas dans la liste des sorties de l'année. Il faudra donc faire la mise en jour. On en reparle plus tard.

Vincent : Mettons aussi l'accent sur le premier long métrage de Franju, assez beau et étonnant (Christophe en parle bien dans sa note), pâtissant de sa proximité avec son génial suivant.

Écrit par : Edouard | 11/10/2013

Répondre à ce commentaire

Tentons un Top 10 (la lourde tâche !)

1- Vertigo (Hitchcock)
2- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi)
3- Les fraises sauvages (Bergman)
4- Hiroshima mon amour (Resnais)
5- Mirage de la vie (Sirk)
6- Rio Bravo (Hawks)
7- La mort aux trousses (Hitchcock)
8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk)
9- Les 400 coups (Truffaut)
10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

Hors-catégorie mais sublime : "Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps" (Debord)

Écrit par : dr orlof | 13/10/2013

Répondre à ce commentaire

Classement impossible. Je m'arrête sur celui-là, sachant que je pourrais très bien mélanger les 6 ou 7 premiers :

1. La Mort aux trousses
2. Sueurs froides
3. Rio Bravo
4. Hiroshima mon amour
5. Les Contes de la lune vague après la pluie
6. Les 400 coups
7. Certains l'aiment chaud
8. Autopsie d'un meurtre
9. Les Fraises sauvages
10. Les Nus et les morts

Écrit par : Edouard | 13/10/2013

Répondre à ce commentaire

je suis étonné par le relatif dédain suscité par Comme un torrent. C'est un de mes films préférés toutes périodes confondues et je n'ai qu'une seule certitude si je faisais un top 1959: ce serait lui le numéro 1.

Écrit par : Christophe | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Voilà qui me donne sacrément envie de le découvrir enfin !

Écrit par : Rémi | 14/10/2013

Sauf votre respect Maître Edouard, vous n’auriez pas favorisé la 3e place de la Mort aux trousses au détriment de Rio Bravo, car si on compte toutes les étoiles, et même le nombre de 4 étoiles, c’est bien le film de Hawks qui aurait dû être sur le podium.
En fait je ne m’en étais pas rendu compte, c’est la petite-fille d’Howard Hawks, Tracey McCampbell, qui m’a alerté et demandé à ce qu’on répare cette terrible injustice! :-D

Sinon mon Top one pour 1959, l'Impératrice Yang Kwei Fei, un miracle...

Écrit par : Buster | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Je savais que j'aurais du insister pour les dix étoiles à "Rio Bravo" :)

Écrit par : Vincent | 15/10/2013

Camarade Buster, c'est un piège dans lequel le Docteur était également tombé il y a quelques temps. Comme il l'explique lui-même ci-dessous, l'ordre s'établit à partir de nos 13 contributions, soit avant de ne retenir que les 10 colonnes les plus fournies. Vous me parlez d'injustice, je vous parle d'égalité dans le traitement de nos chers collaborateurs ! :D

Écrit par : Edouard | 15/10/2013

Buster : J'ai eu la même réaction que vous puis j'ai songé à nos amis qui participent sans être dans le tableau et j'ai réalisé que "La mort aux trousses" obtenait 4* chez Jocelyn, Antoine et Nolan alors que "Rio Bravo" n'en obtient que 3 :)

Christophe : Ah ! Malheureusement, "Comme un torrent" fait partie de ces classique que je n'ai jamais vu (grâce à "Zoom Arrière", je vais pouvoir me faire une liste de mes "manques" : en 1960, c'est "Le trou" de Becker)

Écrit par : dr orlof | 15/10/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne sais si mes estimés collègues partagent ce sentiment, mais "Comme un torrent" est typiquement un film que je me souviens avoir vu et aimé, mais dont je ne me rappelle rien de précis, sinon le chapeau de Dean Martin, ce qui complique mon estimation étoilée. Curieusement, des films plus moyens, vu il y a plus de trente ans ont mieux imprimé. Les films de Ozu, c'est pire, je confonds (presque) tous les titres :)

Écrit par : Vincent | 15/10/2013

Répondre à ce commentaire

Ozu, c'est terrible lorsqu'il faut argumenter sur des films vus il y a dix ou vingt ans (la seule solution, c'est de les revoir régulièrement, comme le fait Buster :)). D'ailleurs, on aura le même problème en 2040 avec ceux de Hong Sang-soo... :)

Sur "Comme un torrent", je te rejoins assez, Vincent. J'ai hésité entre 3 et 4 étoiles, mon souvenir étant également lointain. C'est souvent l'un des premiers Minnelli que l'on découvre et il me semble qu'il a été, ces dernières années, moins diffusé à la TV ou en salles.

Écrit par : Edouard | 15/10/2013

Un excellent edito, et ca a l'aire comme une bonne anner.
Je ne connait pas bien Michel Mourlet ou ce text donc je devrais faire un peu de recherche.

Écrit par : David | 16/10/2013

Répondre à ce commentaire

j'ai revu Comme un torrent sur grand écran il y a deux ou trois ans lors d'une énième rétro Minelli des cinémas Action et j'ai été ébloui...On encense souvent Minnelli pour son génie plastique -particulièrement éclatant dans la dernière demi-heure de ce film- mais ce qui m'a le plus scotché ce jour-là, c'est la prestation de Shirley MacLaine et plus particulièrement la scène de son monologue. Moment bouleversant qui active l'irrésistible crescendo dramatique du fameux final...
J'ai hâte que vous le découvriez et de vous lire dessus.

Écrit par : Christophe | 16/10/2013

Répondre à ce commentaire

je viens de me rendre compte de de la présence du très beau Timbuktu de Tourneur!
Ed, merci de lui rajouter trois étoiles de ma part
(http://films.nonutc.fr/2012/05/16/timbuktu-jacques-tourneur-1959/)

Écrit par : Christophe | 17/10/2013

Répondre à ce commentaire

Voilà qui est (enfin) fait, Christophe.

Écrit par : Edouard | 25/10/2013

Me revoilà avec mon top 10...
Faut que j'immerge dans Sirk et Mizoguchi si j'ai bien compris, j'ai raté de la bonne came.

1. Les contes de la lune vague après la pluie
2. Sueurs froides
3. Rio Bravo (ça fera plaisir à Vincent)
4. Certains l’aiment chaud
5. Cendres et diamant
6. Les quatre cents coups
7. La mort aux trousses
8. Les fraises sauvages
9. Les amants diaboliques
10. Comme un torrent

Écrit par : FredMJG | 20/10/2013

Répondre à ce commentaire

Oups ! j'avions pas lu le box-office...
Décidément, je ne comprendrais jamais :)

Écrit par : FredMJG | 20/10/2013

Répondre à ce commentaire

L'ajout du film d'Eisenstein est fait !

Écrit par : Edouard | 10/11/2013

Répondre à ce commentaire

S'il ne devait en rester qu'un ce serait Vertigo. Ce qui me permet sans originalité de signaler notre dernière étude sur le film, sur des fleurs, des fleurs, des fleurs qui sont partout dans le film et auxquelles on accorde pourtant si peu de place !

Écrit par : Benjamin | 27/01/2014

Répondre à ce commentaire

Top 1959:

1- Vertigo ( Hitchcock )
2- Rio Bravo ( Hawks )
3- La Mort aux trousses ( Hitchcock )
4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou ( Lang )
5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei ( Mizoguchi )
6- Pickpocket ( Bresson )
7- Hiroshima mon amour ( Resnais )
8- Le Jugement des flèches ( Fuller )
9- Les 400 coups ( Truffaut )
10- Les Contes de la lune vague ( Mizoguchi )

Écrit par : Frédéric | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1959 :

**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1959 serait:

1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi)
2- Rio Bravo (Hawks)
3- Mirage de la vie (Sirk)
4- Pickpocket (Bresson )
5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi)
6- La Chevauchée des bannis (DeToth)
7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut)
8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk)
9- Vertigo (Hitchcock)
10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire