Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2012

Sur vos écrans en 1946

EDITORIAL :

Par Vincent J.

laura00.jpg1946. Mongénéral claque la porte en janvier. La France ferme le bagne de Cayenne et les maisons closes. Comme presque partout en Europe, on entreprend un difficile travail de reconstruction auquel l'Amérique apporte son aide. La France nationalise et travaille à une nouvelle Constitution tout en négociant avec son allié les accords Blum-Byrnes. Signés le 28 mai 1946 ils portent sur un effacement de la dette, une aide et un nouveau prêt. Mais les américains ne perdent pas le nord et remettent sur le tapis une négociation sur le cinéma entamée en 1936. Il s'agit de définir un quota annuel de films yankees autorisés à se faire voir sur les écrans français. Ce point est discuté avec acharnement. Les bobines frétillent d’impatience dans les cales des avions et des navires entre les locomotives et les machines-outils. On parle de 2000 titres prêts à déferler, toute une production interdite d'écrans depuis 1939 et dont les spectateurs se sentent terriblement frustrés. L'accord débouche finalement sur l'abandon du principe des quota et prévoit qu’ "à partir du 1er juillet 1946, le contingent à l’écran réservé aux films français sera au maximum de quatre semaines par trimestre".
Le cinéma français crie à l'assassin. La revue L’écran français parle de "l’arrêt de mort du cinéma français" et Arts rappelle que le cinéma est certes une industrie mais aussi un art. Les réalisateurs pétitionnent, Marcel Carné et Jacques Becker en tête. Tout ce mouvement, dramatisé en partie pour des questions de politique intérieure, débouche sur la création du Centre National de la Cinématographie, de son petit nom CNC, en vertu de la loi du 25 octobre 1946.
Il n'y avait pas forcément de quoi crier si fort. 1946 a vu 86 films français pour 140 films américains, ce qui n'est pas si mal compte tenu des conditions de production et du fait que nombre de réalisateurs prestigieux ne sont pas encore revenus d'outre Atlantique, créant d'ailleurs d'amusants paradoxes : les plus récentes œuvres visibles de René Clair, Julien Duvivier ou Jean Renoir étant issues des studios hollywoodiens.
Il faut avouer que le contingent américain est de qualité très diverse, mêlant fonds de tiroir du milieu des années trente, films majeurs de la période de guerre et nouveautés parfois excitantes. Au spectateur de faire le tri. Il pourra découvrir les derniers films de John Ford (Quelle était verte ma vallée qui lui a valu un Oscar) ou William Wyler (La vipère avec Bette Davis et Le cavalier du désert avec Gary Cooper qui fait rêver tous les petits garçons) avant leur départ pour l'armée, quelques films emblématiques dont on a pu que rêver jusqu'ici comme l'adaptation du Wizard of Oz par Victor Fleming, le Zorro de Rouben Mamoulian, le musical et extravagant Fantasia des Studios Disney, le classieux Soupçons d'Alfred Hitchcock, et constater que le bikini de Maureen O'Sullivan jouant Jane aux côtés de Tarzan – Weissmuler s'est tristement allongé. De Hollywood, ce sont encore des films raffinés signés Capra, Lubitsch, DeMille, Lang. Nous vivons un âge d'or ou je me trompe fort.
Mais c'est surtout l'occasion de faire connaissance avec une nouvelle génération de réalisateurs américains. Les écrans français présentent enfin les premiers films des scénaristes Billy Wilder (Uniforme et jupons courts et Assurance sur la mort) et John Huston (Le faucon maltais), l’envoûtant film noir et romantique Laura d'Otto Preminger avec la sublime Gene Tierney, l'adaptation de Raymond Chandler par Edward Dmytryk (Adieu ma belle / Le crime vient à la fin), et surtout les deux premières œuvres du fameux Orson Welles. De ce dernier on a beaucoup entendu parler de son Citizen Kane réalisé à 25 ans dans des conditions de liberté exceptionnelles. Grand coup de publicité, habile synthèse ou grand film génial, il est possible de juger sur pièce après les avis opposés de Jean-Paul Sartre (qui a pu voir le film aux USA en 1945) et de Roger Leenhardt exprimés dans L'écran français. Cette découverte s'enrichira du suivant La splendeur des Amberson, peut être plus ambitieux mais aussi plus malchanceux. Welles s'est vu dépossédé de son film, coupé sur injonction du studio par son monteur Robert Wise dans le dos du réalisateur parti tourner au Mexique. Welles depuis a entrepris The lady of Sanghai avec son ex-femme, la belle Rita Hayworth, attendu l'an prochain. Et pour ce qui est des nouveaux visages, on retiendra celui de la jeune Ella Raines dans un autre film noir, décidément à la mode, Les mains qui tuent de Robert Siodmak.
Le cinéma Français s'est remis des heurts de la Libération, des règlements de comptes de l'épuration (ou presque), et travaille. Marcel Carné peine à retrouver la magie des Enfants du paradis, Marcel Pagnol retrouve la caméra avec Naïs qu'il laisse signer par Raymond Leboursier, René Clément avec son épique Bataille du rail séduit le festival de Cannes qui s'est tenu du 20 septembre au 5 octobre après une interruption de six ans. Jean Cocteau a mis en images le conte de Madame Le Prince de Beaumont La belle et la bête. Le film s'est fait dans des conditions très difficiles en raison des restrictions (d'électricité en particulier) et Cocteau l'a porté au risque de sa santé. Il a tiré de l'aventure un journal publié chez J. B. Janin tout à fait passionnant. La bête, filmée par Henri Alekan et incarnée par Jean Marais maquillé par Hagop Arakelian est ce que l'on a vu de plus impressionnant sur un écran depuis le singe de King Kong. Le film reçoit le prix Louis Delluc et fait un triomphe en salles. Son producteur André Paulvé persiste dans la veine fantastique avec Sylvie et le fantôme que réalise Claude Autant-Lara, nous faisant découvrir la longue silhouette de Jacques Tati, fantôme du titre.
Les réalisateurs "exilés", s'ils ne sont pas tous revenus, sont présents de différentes façon. Jean Renoir sort une nouvelle version de La grande illusion qui avait été interdit en Europe. Coupé, le film ne reçoit pas un bon accueil, son portrait humaniste des soldats allemands, son éloge de la fraternité, passant mal chez certains après cinq années d'occupation. Sort également Partie de campagne tourné en 1936 mais resté inédit jusqu'alors, et Vivre libre tourné à Hollywood et qui sera assez vivement critiqué. René Clair montre La belle ensorceleuse, comédie en costume avec la sublime Marlène Dietrich, et Julien Duvivier Obsessions avec Edward G. Robinson. Il y a de la gène, de l'irritation, face à ces films tournés au loin. Le cinéma français a hâte de se retrouver au complet et de serrer les rangs.
Ailleurs aussi, le cinéma reprend ses droits. L'URSS nous envoie une adaptation de Gorki qui date un peu mais surtout la première partie d'Ivan le terrible de Sergueï Eisenstein sur une musique composée par Serge Prokofiev. Le film est visuellement grandiose et ne cède en rien aux grosses productions américaines.
D'italie, Roberto Rossellini offre Rome, ville ouverte, tourné avec de petits moyens, dans les rues avec des non professionnels et la Magnani. Le film fonde quelque chose de neuf. Il est le bon film au bon moment.
Et les anglais ? Ils font ce qu'ils font d'habitude, de fort jolies choses entre la découverte féerique du Voleur de Bagdad en couleurs, le Brève rencontre de David Lean et le film fantastique à épisodes, Au cœur de la nuit avec sa terrible marionnette et son angoissante fin en forme de boucle qui n'a pas fini d'inspirer les amateurs du genre.
1946 c'est aussi la disparition d'un géant. Orson Welles en visite à Paris s'est rendu chez Marcel Pagnol et a demandé à rencontrer Raimu qu'il aimerait faire tourner. L'américain adore La femme du boulanger. Pagnol lui annonce alors que Jules Auguste Muraire est mort. Une bête crise cardiaque en septembre. Welles se désole "C'était le meilleur de nous tous !".

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 76 longs métrages (sur les 248 sortis en salles) et 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Laura (Preminger) *** *** **** **** **** **** *** **** **** *** **** ****
Assurance sur la mort (Wilder) **** **** *** ****   *** ***   *** **** *** ***
Citizen Kane (Welles) **** *** *** *** **** **** **** *** *** **** *** **
La Splendeur des Amberson (Welles) **** *** **** *** *** *** *** *** *** **** *** ****
Partie de campagne (Renoir, cm)   *** **** **** **** *** ***   ***     ***
Ivan le Terrible (Eisenstein) *** * **** *** *** **** ***   ****     ***
La Belle et la bête (Cocteau) ** *** *** **** **** *** ** *** *** **   ****
Le Ciel peut attendre (Lubitsch) ** ** *** **** **** *** *** *** ***   ** ***
Rome ville ouverte (Rossellini) ** **** *** **** ** **** ***   **     ***
La Femme au portrait (Lang) **** *** *** *** *** *** ** *** *** ** *** ***
Le Faucon maltais (Huston) *** ** *** ** ** **** **   **   **** ****
La Route semée d'étoiles (McCarey)     *** ****     ***          
Qu'elle était verte ma vallée (Ford)   * *** ****   *** **   **   *** ****
Soupçons (Hitchcock) ** *** ****   *** ** ** *** ** ** *** ***
Le Voleur de Bagdad (Berger, Powell & Whelan)     ** **   ** *** **** ***     ***
Arsenic et vieilles dentelles (Capra) *** ** **   ** *** * *** ** *** *** ****
Le Magicien d'Oz (Fleming)     *** * *   ** ****   ***   ***
Brève Rencontre (Lean)     ** ** * *** ** *** ***      
Le Signe de Zorro (Mamoulian)     ** ***       *** **     **
Sylvie et le fantôme (Autant-Lara)     ** **       ***       ***
Uniformes et jupon court (Wilder)       ***     *       *** ***
La Foire aux chimères (Chenal)     ***     ***     **      
Les Mains qui tuent (Siodmak) ** ***             **     ***
Au cœur de la nuit (Cavalcanti, Crichton, Dearden & Hamer)     **         ** **     ***
L'Odyssée du docteur Wassell (DeMille)     ** ***     **         **
La Merveilleuse Aventure de Pinocchio (Hand, Luske & Sharpsteen)     ***           * **   ***
Fantasia (collectif Disney) *   * **       *** * ***   ***
La Belle Ensorceleuse (Clair)     *     **           ****
La Vipère (Wyler)     **   ** ***            
Docteur Jekyll et Mister Hyde (Fleming) **   ***     ** ** *** *     *
Chercheurs d'or (Buzzell)     ** ** **       **     **
La Bataille du rail (Clément) **   ** ° * *** **   *     ***
Le Crime vient à la fin (Dmytryk) **   **       **         **
Madame et ses flirts (Sturges)       ** **           **  
Symphonie magique (Stone)     **           *     ***
Vivre libre (Renoir)     *** **     *          
Fille du diable (Decoin)       ***                
Le Suspect (Siodmak)       ***                
Les Portes de la nuit (Carné)     * * ** ** * ** **     **
Capitaine Kidd (Lee)             * ***        
Le Retour de Topper (Del Ruth)         **   **          
L'Esprit s'amuse (Lean)     *       * ***        
Femme ou démon (Marshall)     * °               ***
L'Enfance de Maxime Gorki (Donskoï)     * *               **
Le Bal des sirènes (Sidney)         *       *     **
Le Cavalier du désert (Wyler)       *         *     **
Martin Roumagnac (Lacombe)     *         ** *      
Jane Eyre (Stevenson)     **           *      
L'Affaire du collier de la reine (L'Herbier)     **           *      
L'Homme au chapeau rond (Billon)     **           *      
Le Père tranquille (Clément) °           *         **
Obsessions (Duvivier)           **     *      
La Fièvre du pétrole (Conway)     **                  
Le Capitan (Vernay)               **        
Les Cinq Secrets du désert (Wilder)     **                  
Madame Miniver (Wyler)     **                  
Patrie (Daquin)                       **
Un revenant (Christian-Jaque)       °               **
La Glorieuse Parade (Curtiz)     * °         *      
Des souris et des hommes (Milestone)                 *      
Jéricho (Calef)                 *      
L'Etranger (Asquith)                 *      
L'Imposteur (Duvivier)                 *      
La Parade aux étoiles (Sidney)                 *      
Le Gardian (de Marguenat)                       *
Le Visiteur (Dréville)                 *      
On ne meurt pas comme ça (Boyer)                 *      
Raboliot (Daroy)                 *      
Un ami viendra ce soir (Bernard)                 *      
Volga Volga (Alexandrov)                     *  
La Symphonie pastorale (Delannoy)     °       *   °     *
L'Idiot (Lampin)         °              
Leçon de conduite (Grangier)                 °      
Macadam (Blystène & Feyder)       °                
Messieurs Ludovic (Le Chanois)                 °      
Rien qu'un cœur solitaire (Odets)       °                
Son dernier rôle (Gourguet)         °              
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi)     *** ***   *** ***         ***
Crise (Bergman)     *                 **
From this day forward (Berry)         **              
Il pleut sur notre amour (Bergman)     **                  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Citizen Kane / Partie de campagne / Laura / Rome ville ouverte / La Belle et la bête
*** : Soupçons / La Femme au portrait / Arsenic et vieilles dentelles
** Le Magicien d'Oz
* Fantasia

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
Le nonetto gagnant : Le ciel peut attendre / Ivan le Terrible / Laura / La Belle et la bête / Arsenic et vieilles dentelles / Rome ville ouverte / Assurance sur la mort / La femme au portrait / Soupçons
Le classique : Citizen Kane
Hors compétition : Une partie de campagne
La découverte tardive [mais ô combien fort plaisante] : Les mains qui tuent
Les challengers : Le faucon maltais / La splendeur des Amberson / Le magicien d’Oz / Le crime vient à la fin / Sylvie et le fantôme / Femme ou démon / Uniformes et jupon court / Le cavalier du désert / La vipère
Quelques amusantes pelloches : Le train de la mort / Obsessions / Le fils de Monte-Cristo / Le signe de Zorro
(le détail, ici)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Citizen Kane
*** : Arsenic et vieilles dentelles / Docteur Jekyll et Mister Hyde / Fantasia / La Belle et la bête / La Femme au portrait / Soupçons
** : Le Ciel peut attendre

Mister Arkadin :
**** : Le Ciel peut attendre / Citizen Kane / Le Faucon maltais / Partie de campagne / La Splendeur des Amberson (Preminger)
*** : Fantasia / La Foire aux chimères / Madame et ses flirts / Les Portes de la nuit / Rome ville ouverte / Soupçons
** : Arsenic et vieilles dentelles / Assurance sur la mort / Le Bal des sirènes / La Belle et la bête / Docteur Jekyll et Mister Hyde / La Femme au portrait / Femme ou démon / Laura / Le Magicien d'Oz / Les Mains qui tuent / Obsessions / Le Père tranquille / Le Signe de Zorro / Un revenant
* : Le Capitan / Macadam / La Symphonie pastorale
° : Leçon de conduite

Frédéric :
1- Partie de campagne, 2- Laura, 3- La Splendeur des Amberson, 4- Soupçons, 5- Rome, ville ouverte, 6- Citizen Kane, 7- Qu'elle était verte ma vallée, 8- Assurance sur la mort, 9- La Route semée d'étoiles, 10- La Belle et la bête

Oriane :
**** : Citizen Kane / La Belle et la Bête / Brève rencontre
*** : Laura / Partie de campagne / Ivan le Terrible / Soupçons / Fantasia / Docteur Jekyll et Mister Hyde
* : Le Faucon Maltais

Un simple amateur :
1- Laura (Preminger) 2- Rome, ville ouverte (Rossellini) 3- Assurance sur la mort (Wilder) 4- Partie de campagne (Renoir) 5- Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi) 6- Qu'elle était verte ma vallée (Ford) 7- Citizen Kane (Welles) 8- Ivan le Terrible (Eisenstein) 9- La Splendeur des Amberson (Welles) 10- La Belle et la bête (Cocteau)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Merveilleuse aventure de Pinocchio 7 835 702 entrées
2. Mission spéciale 6 781 120 entrées
3. La Symphonie pastorale 6 373 123 entrées
4. Le Père tranquille 6 138 877 entrées
5. L'Odyssée du docteur Wassell 5 866 693 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Belle et la bête (Jean Cocteau)
- Prix Méliès (du Syndicat français de la critique de cinéma) : La Bataille du rail (René Clémént)
- Oscar du meilleur film : Le Poison (Billy Wilder), sortie française prévue en 1947
- Mostra de Venise, meilleur film pour la commission des journalistes : L'Homme du sud (Jean Renoir), sortie française prévue en 1950
- Festival de Cannes, Grands Prix par nationalités : Brève Rencontre (David Lean), La Dernière chance (Leopold Lintberg), L'Epreuve (Alf Sjöberg), Les Hommes sans ailes (Frantisek Cap), Maria Candelaria (Emilio Fernandez), Le Poison (Billy Wilder), Rome ville ouverte (Roberto Rossellini), La Symphonie pastorale (Jean Delannoy), La Terre sera rouge (Bodil Ipsen), Le Tournant décisif (Friedrich Ermler), La Ville basse (Chetan Anand) ; Prix du jury international : La Bataille du rail (Clément)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix petits indiens (René Clair), sortie française prévue en 1947

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1946 ?" Au soir du 10 octobre 2012, 145 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. Laura (12 voix), 2. Citizen Kane (10), 3. Soupçons, Partie de campagne & La Belle et la bête (9), 6. La Splendeur des Amberson, Ivan le Terrible & La Femme au portrait (7), 9. Arsenic et vieilles dentelles, Le Ciel peut attendre, Rome ville ouverte & Qu'elle était verte ma vallée (6)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1946 sur le site Encyclo-Ciné)

 

NB 1 : En 1946 ne sortait en France que la première partie d'Ivan le Terrible, la seconde devant attendre l'année 1959.

NB 2 : A lire également, un autre texte de Vincent sur Citizen Kane.

Commentaires

Bravo, bel ensemble ! Pour fêter ça, je me suis fendu d'un article sur le film d'Autant-Lara.

Écrit par : Vincent | 01/10/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, ça se densifie tout ça, et pas seulement au niveau du tableau... (je viens de lire et de lier ton texte)

Écrit par : Edouard | 01/10/2012

Où peut-on lire l'explication d'Asketoner sur Ivan le Terrible ? :)

Écrit par : TANK | 01/10/2012

Répondre à ce commentaire

Nulle part à ma connaissance (c'est la dure loi de Zoom Arrière).
Mais peut-être passera-t-il en dire un mot lui-même ici...

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Pardon Tank, je t'ai répondu juste au-dessus !

Écrit par : asketoner | 16/10/2012

Enfin... en-dessous. Au bas de la page.

Écrit par : asketoner | 16/10/2012

Ce qui est étonnant, vu l'unanimité qu'on trouve ici pour "Laura" (même si elle est partagée avec d'autres films), c'est de ne pas retrouver le film de Preminger dans le fameux classement de la revue "Sight and Sound" (si j'ai bien regardé, on ne le trouve pas cité dans les 100 premiers, ce qui le place derrière..."Beau Travail" de Claire Denis !)
Pour ma part, je suis ravi de le trouver si haut...

Écrit par : dr orlof | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Etonnant, en effet.
Mais du coup, inversement, chez "nous", "Citizen Kane" serait-il même dans les 100 premiers ? :)

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Bel article, meilleur que le précédent. Continue(z) !

Écrit par : Rémi | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Rémi.
(si tu as une liste à donner, je la mentionnerai volontiers, comme la fois dernières)

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Moi, ce qui m'épate, quand on y pense, c'est l'incroyable niveau des sorties de l'époque. Les vingt à trente premiers titres qui ressortent du classement sont tous des films magnifiques.

Écrit par : Vincent | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Dr Orlof > J'imagine que je ne t'apprends rien en te signalant la sortie récente d'un superbe ouvrage sur Preminger chez Capricci.

Écrit par : Rémi | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour cher historien. J'ai préféré ne pas regarder ton tableau avant de me pencher sur mes préférences (indice : y en a plus de 15) mais en lisant ton édito je me dis que, cette année là, vu ce qui arrivait d'outre atlantique, les fans de Noël Noël et des bondieuseries de Delannoy avaient vraiment du souci à se faire quant à l'avenir de leur cinéma français.

Écrit par : FredMJG | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

L'historien, cette fois-ci, c'est plutôt Vincent, car c'est lui qui a signé cet édito fourni (et je rappelle que chaque contributeur participe à la collecte de documents).
Bon courage pour la rédaction de ta note... :)

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

D'ailleurs, il faudra que je mette le nom de l'auteur de "l'édito" en haut. En-dessous, on ne le voit pas assez et on croit que c'est moi qui fait tout.

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Rémi : Je savais qu'il était annoncé mais je n'avais pas vu qu'il était sorti : je vais le réclamer :)

Écrit par : dr orlof | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Je suis sincèrement emballé par le concept de ce nouveau blog mais je me permets un petit bémol : C'est quoi la typo et la taille ? du Times en 6px de haut ? car sur écran c'est affreux à lire. Je sais qu'il est possible de zoomer mais par défaut (Chrome ou Ie) on s'arrache les yeux ! Je sais, c'est un détail mais ça a son importance pour les nouveaux lecteurs.

Écrit par : Boris | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Boris pour cet intérêt et cette remarque à prendre en compte. La plateforme ne m'offre qu'un choix limité de polices de base. Lors de mes premiers essais, ce Times me semblait convenir le mieux, mais maintenant que tout est réellement en place, j'essaierai de voir avec une autre si une amélioration est possible (se posait surtout le problème du tableau, qui ne devait pas trop s'étirer sur la hauteur en multipliant les lignes nécessaires pour chaque titre). A suivre...

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

En Arial, ça a l'air mieux, mais franchement, à force de changer, je ne sais plus trop...

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Ma liste pour les films de 46 donc :

**** : Citizen Kane, Partie de campagne, Laura, Rome ville ouverte, La Belle et la bête
*** : Soupçons, La Femme au portrait, Arsenic et vieilles dentelles
** Le Magicien d'Oz
* Fantasia

L'autre avantage de ce blog c'est qu'il permet de dresser la liste de tout ce qu'il nous reste à voir... En ce qui me concerne La Splendeur des Amberson, Le Faucon Maltais (qui m'attend en dvd depuis un bail), Assurance sur la mort, Ivan le terrible, Qu'elle était verte ma vallée.....

Écrit par : Rémi | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Rémi, j'ai mentionné ta liste dans la note.
Pour ce qui est des envies de découverte et de revoyure, j'ai l'impression que cela touche tout le monde. Tant mieux.

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

Ah ben voui, on voit pas la signature. D'ailleurs pour être honnête te croyant grand maître à bord j'en avais conclu que tu écrivais les éditos sans même m'interroger sur la (x). Genre.
Mon post sera court. Mais merci de tes encouragements.
Tiens, je t'ai posé une question sur fb concernant un film de ton tableau que je n'ai point remarqué sur Encyclo.

Écrit par : FredMJG | 02/10/2012

Répondre à ce commentaire

A nouveau merci : tu as encore mis le doigt sur quelque chose d'important à préciser ! :)
J'ai donc clarifié les choses du mieux que j'ai pu, à travers ma présentation du blog : signatures en évidence et mention des rédacteurs et archéologues en haut à droite.

Écrit par : Edouard | 02/10/2012

J'essaie de poster ma petite liste plutôt raccourcie (j'ai du en voir une cinquantaine, ça va être indigeste si je les nomme tous) ce soir ou demain.
ET c'est parfaitement lisible, les typos bâtons sont idéales pour le web :)

Écrit par : FredMJG | 03/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bon, je crois que je tiens mon look alors...
J'attends ta liste.

Écrit par : Edouard | 03/10/2012

Je dis chapeau bas pour le travail que j'applaudis des quatre mains ! Oui.
ça replonge dans de belles merveilles ! Laura forever.

Écrit par : Pascale | 04/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Pascale.
Si cela te donne envie de faire une liste comme Rémi plus haut ou Fred chez elle, n'hésite pas.

Écrit par : Edouard | 05/10/2012

Done !
Signé Véloce

Écrit par : FredMJG | 04/10/2012

Répondre à ce commentaire

Vu et prochainement mis en lien.
Signé Beaucoup Moins Véloce

Écrit par : Edouard | 05/10/2012

il faut préciser que c'est la première partie de Ivan le terrible que nous devions noter et non le film dans son intégralité.

Écrit par : Christophe | 04/10/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, je le préciserai en "nota bene".

Écrit par : Edouard | 05/10/2012

My god ! Qu'ils sont nombreux à manquer à ma culture !

Et quelle séance de lecture vous nous proposez ! Bravo pour l'idée et doublement bravo pour le boulot ! On devrait chacun se lancer sur une thèse chrono-cinéphilique et les publier sur un blog.

J'ajoute ma short list et des liens quand il y en a :

Citizen Kane ****

Arsenic et vieilles dentelles ***

Docteur Jekyll et Mister Hyde ***

Fantasia ***

La Belle et la bête ***

La Femme au portrait ***
http://www.kinopitheque.net/la-femme-au-portrait/

Le Ciel peut attendre **

Soupçons ***
http://www.kinopitheque.net/soupcons/

Une suggestion pour finir, pourquoi ne pas glisser les liens sous les étoiles comme sur le Panoptique ?

Écrit par : Benjamin | 05/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette liste et ces liens, que j'ai ajouté dans la note, Benjamin (de même pour 1945).

L'insertion des liens dans le tableau est un point qui a été discuté. Finalement, le nombre important de liens rend cette insertion nécessaire. J'ai donc mis à jour en ce sens les deux notes publiées.

Écrit par : Edouard | 07/10/2012

Oui, que de manques...
En tout cas, je constate une belle domination du film noir pour cette année 1946.

Écrit par : Antoine | 08/10/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, une domination qui continuera en 47 (même si les deux titres qui devraient se retrouver en haut du tableau n'appartiennent pas à ce genre-là).

Pour 46, on peut remarquer également la concentration de films français vers le bas et le "vieillissement" à l'œuvre sur des films comme "Dr Jekyll et Mr Hyde" ou, dans un autre genre, "La Bataille du rail", qui se retrouvent relativement loin des sommets (c'est aussi le cas, bien que dans une moindre mesure et de manière, disons, plus "attendue", de "Brève rencontre").

Écrit par : Edouard | 09/10/2012

Bonjour Tank, désolé de ne pas avoir répondu plus tôt au sujet de la première partie d'Ivan Le Terrible. J'aime passionnément Eisenstein (La ligne générale est l'un de mes films préférés), mais celui-ci, pour moi, est le point de dérive de son cinéma. C'est assez difficile à expliquer parce que je ne l'ai pas revu depuis un bon moment... Disons rapidement que si on m'avait dit : tiens, voilà le premier navet de Bertolucci, celui qui annonce tous les autres, j'y aurais cru. Une sorte d'emphase sans énergie, une trop grande conscience du talent et de la technique, un abandon de la puissance du montage (la vache qui donne du lait à la fin de La ligne générale me semble bien plus spectaculaire que tous ces costumes dorés traversant des paysages enneigés en suivant des figures géométriques très précises). Et puis il y a quelque chose dans le remplissage du plan (une fougue baroque) qui à mon sens parasite l'épure du cinéma d'Eisenstein.

Écrit par : asketoner | 16/10/2012

Répondre à ce commentaire

Top 1946 :

1- Partie de campagne ( Renoir )
2- Laura ( Preminger )
3- La Splendeur des Amberson ( Welles )
4- Soupçons ( Hitchcock )
5- Rome, ville ouverte ( Rossellini )
6- Citizen Kane ( Welles )
7- Qu'elle était verte ma vallée ( Ford )
8- Assurance sur la mort ( Wilder )
9- La Route semée d'étoiles ( McCarey )
10- La Belle et la bête ( Cocteau )

Écrit par : Frédéric | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1946 !

**** : Citizen Kane / La Belle et la Bête / Brève rencontre
*** : Laura / Partie de campagne / Ivan le Terrible / Soupçons / Fantasia / Docteur Jekyll et Mister Hyde
* : Le Faucon Maltais

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1946 serait:

1- Laura (Preminger)
2- Rome, ville ouverte (Rossellini)
3- Assurance sur la mort (Wilder)
4- Partie de campagne (Renoir)
5- Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi)
6- Qu'elle était verte ma vallée (Ford)
7- Citizen Kane (Welles)
8- Ivan le Terrible (Eisenstein)
9- La Splendeur des Amberson (Welles)
10- La Belle et la bête (Cocteau)

Écrit par : Un-simple-amateur | 04/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire