Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

Sur vos écrans en 1950

EDITORIAL :

Par Vincent J.

whiteheat00.jpg1950. La guerre froide se réchauffe un poil en Corée et en Indochine mais en Europe on tourne la page difficile de « l'après-guerre ». En France tout particulièrement, on s’engage dans les trente glorieuses avec 2CV et frigidaire en attendant mieux. Le français écoute Edith Piaf pleurer Marcel Cerdan, Yves Montand les feuilles mortes, ou Juliette Gréco les dimanches. Brassens écrit une grande partie de ses chansons mais n'a pas encore quitté l'impasse Florimont. Le français lit Marguerite Duras, Edgard P. Jacobs, Albert Camus, Isaac Asimov dans sa première traduction et Boris Vian.
Et le cinéma, ma bonne dame ? Et bien figurez vous que nous l'avons vu ! Et nous n'étions pas les seuls. Onze ans qu'on attend de découvrir ce monument hollywoodien, les moustaches de Clark Gable, les crinolines de Vivien Leigh, le vieux sud et l'incendie d'Atlanta. Autant en emporte le vent, le spectacle total de David O. Selznick sort enfin en France et son Technicolor flamboyant, forcément flamboyant, casse la baraque avec près de 17 millions d'entrées.
Le cinéma, ma bonne dame, est américain : coloré, enthousiasmant, musical, haletant, spectaculaire et intense. Il y a les valeurs sures, King Vidor, John Ford, Allan Dwan, Raoul Walsh, Alfred Hitchcock en pleine passion pour le plan séquence, George Cukor... et la jeune génération adepte du film noir aux tonalités plus critiques, John Huston, Elia Kazan, Orson Welles, Joseph H. Lewis ou Jules Dassin. Et puis l'Amérique ce sont ses acteurs. Spencer Tracy pétille avec Katharine Hepburn, Gary Cooper en architecte ou conquérant d'un nouveau monde est plus grand que nature, James Cagney est un hallucinant psychopathe défiant le monde avant de périr dans un ultime embrasement, Welles est un Macbeth possédé, le nouveau venu Sterling Hayden un truand mélancolique pour Huston, Gene Kelly bondit en d'Artagnan et Fred Astaire porte toujours l'habit noir avec classe pour séduire Judy Garland.
Mais l'homme de l'année c'est sans conteste John Wayne, qu'il appellent « Duke » outre atlantique. Il est devenu la vedette numéro un au box office américain et est omniprésent sur nos écrans. Cinq films cette année, ma bonne dame. Et quels films ! Capitaine de cavalerie vieillissant dans La charge héroïque de John Ford dont c'est une œuvre majeure, jeune hors la loi transformé par l'amour dans le sensible L’ange et le mauvais garçon de James Edward Grant (qu'il produit avec sa société flambante neuve), capitaine hollandais vivant un amour impossible dans les îles lointaines dans l'étonnant Le réveil de la sorcière rouge d'Edward Ludwig, Sergent des marines dur avec les hommes et avec lui-même dans le Iwo-Jima d'Allan Dwan, rôle qui lui vaut sa première nomination à l'oscar (il sera coiffé au poteau par José Ferrer), et sympathique hors la loi sauvant un bébé dans le désert avec ses compagnons dans Le fils du désert, conte de Noël fordien où l'on remarque le jeune Harry Carey Jr., fils de l’interprète du fameux cow-boy Black Billy (Cheyenne Harry).
Et pour les enfants, c'est toujours l'Amérique avec la nouvelle production Disney, une Cendrillon qui ne vaut pas Blanche Neige mais fait courir les familles en nombre. Et puis les souris sont bien mignonnes.
Le cinéma français alors, qu'est-ce qu'il fait ? Il s'amuse et ses succès ce sont Nous irons à Paris signé Jean Boyer, « Cette émission vous était offerte par la gaine Lotus, la gaine qui écrase le plexus », et Uniformes et grandes manœuvres au titre et au Fernandel très avant-guerre de René Le Hénaff. Les comédies s'enchaînent dans la médiocrité, aussitôt sorties, aussi vite oubliées. Il peut aussi serrer les dents avec le « noir c'est noir » Manèges  d'Yves Allegret qui agace certains critiques dont Georges Sadoul. Quelques exceptions de style en attendant le prochain film de Robert Bresson Journal d'un curé de campagne qui a reçu le prix Louis Delluc, avec La ronde, film gigogne à la distribution brillante et au style enlevé de Max Ophüls qui malgré les attaques des critiques pisse-froid séduit un large public et est doublement primé à Venise. Il plaît aussi aux jeunes cinéphiles qui courent d'une salle parisienne à l'autre, admirant Hitchcock et Hawks, Renoir et Bresson, affûtant leurs arguments avant que de sortir du bois. Exception également que Jean Cocteau, très actif, qui nous offre son Orphée et ses Enfants terribles tous les deux avec l'ami Jean Marais, idole des jeunes filles. De ce tableau peu enthousiasmant, on relèvera une première, le long métrage d'animation Jeannot l'intrépide de Jean Image qui vient de créer son propre studio.
La jeune garde cinéphile et critique se désole de l'échec sans appel de la seconde édition du Festival du Film Maudit (devenu le Rendez-vous) de Biarritz. Malgré Juliette Gréco et une programmation de haut niveau (Hitchcock, Antonioni, Luciano Emmer, Mark Donskoï, Nicholas Ray, Edouard Dmytryk, le débutant Alain Resnais), la ville ne suit pas et signe la fin de cette aventure. Cannes aussi a des problèmes d'argent et le festival fait relâche cette année. Pour mieux revenir.
D'ailleurs, en Italie, Roberto Rossellini a réussi un coup superbe. Il a débauché la star d'Alfred Hitchcock, Ingrid Bergman. A vrai dire, c'est l'actrice qui a été séduite par Rome, ville ouverte et Paisa et à écrit au réalisateur : « Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. ». Il l'a prise au mot et l'a embarquée pour l'île de Stromboli pour jouer un magnifique mélodrame avec les pêcheurs du coin. D’Angleterre, on pourra se régaler de la prestation d'Alec Guiness qui joue les huit membres de la famille d'Ascoyne dans le grand succès des studios Ealing, Noblesse oblige. Malgré la guerre froide, Sergueï Eisenstein reste un valeur d'exportation sûre et l'on pourra découvrir sa fresque épique Alexandre Nevski avec une partition de Sergueï Prokofiev. Le film tourné en 1938 avait été mis au frigo à la suite du pacte germano-soviétique de 39. Si les images sont grandioses, les chevaliers teutoniques et le message anti-allemand de dessous les casques amusent.
Mais je dois vous laisser, ma bonne dame, je file voir La pêche au trésor avec les Marx Brothers où joue cette fille que j'ai remarquée dans le Huston, une jolie blonde. Elle demande de l'aide à Groucho, celui avec la moustache : « Il y a un homme qui me suit ». Et lui avec son sourire lubrique : « Un seul ? ». Son nom ? Marilyn Monroe.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 97 longs métrages (sur les 512 sortis en salles) et de 2 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Enfer est à lui (Walsh)   **** ****   **** *** **** ****   **** ****
Quand la ville dort (Huston) *** *** ** ** **** *** **** **** ****   ****
La Charge héroïque (Ford) ** **** **** **** *** ***   *** *** *** ****
La Ronde (Ophuls)   **** *** *** *** ***   **** ***   ****
Le Rebelle (Vidor) *** **** **** *** *** ***         ****
Les Forbans de la nuit (Dassin) *** **** ****   ***   **** ***     ***
Stromboli (Rossellini) ** **** **** *** *** ***   **   *** ***
Alexandre Nevski (Eisenstein) **** **** * *** *** ***   ***   ** ***
Autant en emporte le vent (Fleming)   *** ****   *** **   **   ** ****
Le Démon des armes (Lewis)   ****   *** *** **         ***
Macbeth (Welles) *** ** ** *** *** **   ***  *** *** ***
Madame porte la culotte (Cukor) *** *** *** *** ***     **   **  
L'Homme du Sud (Renoir)   *** ****                
L'Ange et le mauvais garçon (Grant)     ****               ***
Le Réveil de la Sorcière rouge (Ludwig)     ***               ****
Les Enfants terribles (Melville) ** *** ** ** ***     **   ***  
Orphée (Cocteau)   *** ° *** *** **   ***     ***
La Corde (Hitchcock) ** ** ** ** ** *** *** *   *** **
Les Amants du Capricorne (Hitchcock) * **** **** ** ** **   ***   * *
Le Fils du désert (Ford) ** ** *** ** * **   **     ****
Noblesse oblige (Hamer) *** ** °   ***   *** **     ***
Madame Bovary (Minnelli)   *** ** *** *** **   *   ***  
Panique dans la rue (Kazan)   ** ***   **   **       ***
Le Portrait de Jennie (Dieterle)   ** ***   *** **          
L'Héritière (Wyler)   ** ***   *** **          
Acte de violence (Zinnemann)   ** **   ****            
Iwo Jima (Dwan)   * ****               ***
Les Trois Mousquetaires (Sidney) * ** ***   ** *** ** **      
Les Conquérants d'un nouveau monde (De Mille)   ** ***     **   *     ***
La Rivière d'argent (Walsh)   *** ***   * *   *     ***
Des filles disparaissent (Sirk)   ***         **        
Bastogne (Wellman)   ** ***                
Le Livre noir (Mann)     *** **              
Guernica (Resnais, cm)   ***       **          
Manèges (Allégret)   ° ** **     **** *     **
Parade du printemps (Walters)   * ** **       *     ***
La Pêche au trésor (Miller)       **       **     **
L'Impitoyable (Ulmer)     ***                
Le Fils du pendu (Borzage)     ***                
Boulevard des passions (Curtiz)     ***                
Les Bas-Fonds de Frisco (Dassin)   ***                  
Match d'amour (Berkeley)     ***                
Un homme de fer (King)     ***                
Un homme marche dans la ville (Pagliero)   ***                  
Le Planqué malgré lui (Ford)     ***                
Les Anciens de Saint-Loup (Lampin)   * **                
Tu m'as sauvé la vie (Guitry)     ***                
La Beauté du diable (Clair) * *     *   ** **     ***
Whisky à gogo (Mackendrick) ** *           **     **
Cendrillon (Disney) * * **       *** *      
Dimanche d'août (Emmer)         *** *          
Jeannot l'intrépide (Image)           ** **        
La Garce (Vidor)   ** **                
La Maison des étrangers (Mankiewicz)         **     **      
Je vous ai toujours aimé (Borzage)   ** **   *            
La Marie du port (Carné)     ** *       **      
Le Trésor de Cantenac (Guitry)   **   ** *            
Les Quatre Filles du docteur March (Le Roy)   **           *     **
Monsieur Joe (Schoedsack)   *     *   * *     ***
Les Ruelles du malheur (Ray)     **     *          
Miquette et sa mère (Clouzot)   ** *                
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Paul Gauguin (Resnais, cm)   **       *          
Gouverneur malgré lui (Sturges)       **              
Le Réfractaire (Miller)                     **
La Poupée brisée (Reis)           **          
Le Fantôme de Canterville (Dassin)                     **
Saboteur sans gloire (Walsh)     **                
La Pluie qui chante (Whorf)                     **
Ciel rouge (Wise)                     **
Le Balafré (Sekely)             **        
Le Chevalier mystérieux (Freda)       **              
Les Derniers Jours de Pompéi (L'Herbier & Moffa)                     **
Smith le taciturne (Fenton)     **                
La Dynastie des Forsyte (Bennett)   **                  
La Révolte des fauves (Rogell)                     **
Les Fous du roi (Rossen)   **                  
Passion fatale (Siodmak)     **                
Tulsa (Heisler)     **                
La Femme aux chimères (Curtiz)     **                
Si bémol et fa dièse (Hawks)     °               **
Kismet (Dieterle)               *      
Coquin de printemps (Disney)               *      
L'Eternel Mirage (Bergman)   *                  
La Vie secrète de Walter Mitty (McLeod)   *                  
Le Droit de tuer (Gordon)   *                  
Le Pirate de Capri (Scotese)     *                
Raccrochez, c'est une erreur (Litvak)               *      
Cagliostro (Ratoff)   *                  
Edouard, mon fils (Cukor)     *                
L'Epave (Rozier)       *              
Les Amants passionnés (Lean)         *            
Malaya (Thorpe)                     *
Justice est faite (Cayatte)   *                  
La Rose noire (Hathaway)   *                  
Bandits de grands chemins (Sherman)     °                
Les Géants du ciel (Walsh)     °                
Vulcano (Dieterle)   °                  
Souvenirs perdus (Christian-Jaque)     °                
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
House by the river (Lang) *** **** *** *** *** ***   ***     ***
Outrage (Lupino)   **** ****                
Stars in my crown (Tourneur)   **** ****   ** ***          
Le Destin de Madame Yuki (Mizoguchi)   **** *     **          
Vers la joie (Bergman)   **       ***         **
Les Sœurs Munakata (Ozu)   **     **            
Scandale (Kurosawa)         **     **      

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine à tomber : L’enfer est à lui / La charge héroïque / Macbeth / Le démon des armes / Les forbans de la nuit / La garce / La rivière d’argent / La ronde / Quand la ville dort / Le rebelle / Stromboli / Orphée / La corde / Panique dans la rue / Les trois Mousquetaires
Les challengers : Le baron de l’Arizona / Manèges / Le fils du désert / La femme aux maléfices / Les conquérants d’un nouveau monde / Ciel rouge / Les amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / La beauté du diable / Les fous du roi / Les enfants terribles / Le portrait de Jennie / La maison des étrangers / L’héritière
La découverte tardive au Festival Paris Cinéma : Ville interdite
Le I don’t give a damn classique : Autant en emporte le vent
Quelques excellentes pelloches : La pêche au trésor / Raccrochez, c’est une erreur / Cagliostro / Madame Bovary / Les chevaliers du Texas / Le réfractaire / Les derniers jours de Pompéi
La curiosité : L’intrus
(le détail ICI)

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Ronde / La Corde / Stromboli / L'enfer est à lui
*** : La charge héroïque / Guernica / Orphée
** : Autant en emporte le vent / L'Homme du sud / Les enfants terribles / Alexandre Nevski
* : Cendrillon

Mister Arkadin :
**** L’Enfer est à lui / Alexandre Nevski / Stars in my Crown
*** Quand la ville dort / Le Fils du désert / Les Trois Mousquetaires
** La Charge héroïque / La Ronde / Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée / La Corde / Les Amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / Manèges / La Beauté du diable / La Marie du port / Le Trésor de Cantenac
* Le Rebelle / Madame porte la culotte / Les Enfants terribles / La Maison des étrangers / La Vie secrète de Walter Mitty / Justice est faite / House by the River
- (vu, mais plus assez de souvenirs pour noter) Les Forbans de la nuit / Le Démon des armes / L’Homme du Sud / L’Héritière

Frédéric :
1- Stromboli, 2- L'Enfer est à lui, 3- La Charge héroïque, 4- Le Rebelle, 5- La Ronde, 6- La Corde, 7- Les Amants du capricorne, 8- Le Démon des armes, 9- Les Forbans de la nuit, 10- Orphée

Oriane :
**** : Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée
*** : La Charge héroïque / Quand la ville dort / Alexandre Nevski / House by the River
** : La Corde / Noblesse Oblige
* : Cendrillon

Un simple amateur :
1- Stromboli (Rossellini) 2- L'Enfer est à lui (Walsh) 3- Stars in my crown (Tourneur) 4- Le Rebelle (Vidor) 5- Quand la ville dort (Huston) 6- Alexandre Nevski (Eisenstein) 7- Outrage (Lupino) 8- Les Forbans de la nuit (Dassin) 9- Le Démon des armes (Lewis) 10- La Charge héroique (Ford)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Autant en Emporte le Vent, Victor Fleming, 16 723 812 entrées
2. Cendrillon, Clyde Geronimi et Wilfred Jackson, 12 873 677 entrées
3. Nous irons à Paris, Jean Boyer, 6 658 693 entrées
4. Uniformes et grandes manœuvres, René Le Hénaff, 4 588 407 entrées
5. Les Trois Mousquetaires, George Sidney, 4 362 038 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), sortie prévue en février 1951
- Prix Méliès : Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
- Oscar du meilleur film : Les Fous du roi (Robert Rossen)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Justice est faite (André Cayatte)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Planqué malgré lui (John Ford)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1950 ?" Au soir du 12 février 2013, 119 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. La Charge héroïque (10 voix), 2. Alexandre Nevski & La Corde (8), 4. Autant en emporte le vent (7), 5. Orphée, Macbeth, L'Enfer est à lui, Stromboli & La Ronde (6), 10. Quand la ville dort (5)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1950 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Bigre,quelle année!

Écrit par : Eeguab | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, une belle année.
Si tu veux partager ta liste de préférences, Eeguab, n'hésite pas...

Écrit par : Edouard | 12/01/2013

Bon... faut que je commande à Santa Claus Le réveil de la sorcière rouge m'est avis :)

Écrit par : FredMJG | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

En 1949, le duo Christophe/Vincent nous avait déjà conseillé de commander Le passage du Canyon et La Ville abandonnée. La liste de Noël va être interminable.

Écrit par : Edouard | 12/01/2013

salut
en fait je n'ai pas vu La rue sans loi que j'ai visiblement confondue avec La rue de la mort...
désolé

Écrit par : Christophe | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Corrigé.

Écrit par : Edouard | 12/01/2013

quatre étoiles au Destin de Mme Yuki! Buster...

Écrit par : Christophe | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Bah oui 4 étoiles... y'a un problème?

Écrit par : Buster | 13/01/2013

Buster:
le problème c'est qu'il est nul ce film!
A part la fin à la rigueur.
Je pose la question en toute candeur: qu'y avez vous trouvé?
Biette a t-il écrit quelque part que c'était "un des plus beaux Mizoguchi"? Non ça va, je rigole...
Mais si vous mettez quatre étoiles à Yuki, combien d'étoiles allez vous mettre à La rue de la honte?

Écrit par : Christophe | 14/01/2013

surtout qu'en parallèle, le Dwan vous fait faire la fine bouche...

Écrit par : Christophe | 14/01/2013

Pff... c’est plutôt à vous de m'expliquer en quoi Madame Yuki est nul.
Après, je mets 4 étoiles à tous les films que j’ai profondément aimés, et c’est le cas de ce film de Mizoguchi qui ne se limite pas à son finale (presque aussi beau que celui de Stromboli), les 4 étoiles je ne me les réserve pas seulement pour les futurs "chefs-d’oeuvre" (on n’est pas au patinage artistique).
Et puis vous c'est pareil, si vous mettez 4 étoiles à Iwo Jima, vous comptez en mettre combien aux productions Bogeaus comme Silver Lode, Tennessee’s partner ou Slightly scarlet…

Écrit par : Buster | 15/01/2013

mon avis sur Mme Yuki est visible lorsque vous cliquez sur mon étoile.
Si vous avez quelque chose à y redire, ma foi, n'hésitez pas.
par ailleurs, Allan Dwan est un grand cinéaste qui n'a pas attendu d'avoir 70 ans et de rencontrer Benedict Bogeaus pour voir son talent s'épanouir.
Iwo Jima est ainsi un meilleur film que Les rubis du prince birman ou La perle du Pacifique sud.
Je vous renvoie là encore au clic sur mes quatre étoiles pour savoir plus précisément ce qui m'y a plu.

Écrit par : Christophe | 15/01/2013

C'était quand même sympa Le Youki, Christophe...
http://www.dailymotion.com/video/xsz4al_richard-gotainer-le-youki-clip-officiel_music#.UPW_GvKsGSo

Écrit par : Edouard | 15/01/2013

excellent édito Vincent. Bravo

Écrit par : Christophe | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Christophe, nous avons un joli duo commun avec le J. E. Grant et le Ludwig :)

Écrit par : Vincent | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Diantre, Christophe est très sévère avec le Eisenstein et le Cocteau : on relance un débat comme avec Tati le mois dernier?
Bravo effectivement à Vincent pour l'édito. 1950 fut une bien belle année et il ne me reste plus qu'à tenter de voir "L'enfer est à lui" !

Écrit par : dr orlof | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

... et avec Noblesse oblige !

Écrit par : Edouard | 12/01/2013

Sinon, première chose qui m'a frappé dans ce tableau : la place "relativement basse" des deux Hitchcock, que je pensais être l'un des seuls à n'aimer que moyennement. Ce qui est assez drôle, c'est qu'ils se retrouvent ensemble mais que si tout le monde s'accorde à peu près sur "La Corde", "Les Amants du Capricorne" divisent beaucoup plus.

Écrit par : Edouard | 12/01/2013

Répondre à ce commentaire

Et un changement de tapisserie, suite à une deuxième remarque concernant la visibilité des mots intégrant des liens.

Écrit par : Edouard | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

**** : La Ronde (je lui filerais cinquante étoiles si c'était possible) ; La Corde (idem) ; Stromboli ; L'enfer est à lui
*** : La charge héroïque ; Guernica ; Orphée
** : Autant en emporte le vent ; L'Homme du sud ; Les enfants terribles ; Alexandre Nevski
* : Cendrillon

Une belle année et un très chouette édito !

Écrit par : Rémi | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Pour les Hitchcock, je trouve que "La corde" est un exercice de style mineur. Quand aux "Amants du Capricorne", il a fallu que je consulte mes archives car je ne me souvenais même pas l'avoir vu ! C'est un film dont j'ai tout oublié sauf les 2 étoiles que je lui avais attribuées à l'époque :)

Écrit par : dr orlof | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Pas encore vu Les Amants du Capricorne, mais quel blasphème à l'endroit de La Corde cher dr orlof ! Film qui ne se limite absolument pas à son exercice de style affiché, parce que précisément cet exercice de style le rend grandiose à tous les niveaux. Il faut le revoir sans penser uniquement aux plans séquences et aux fameuses coupures cachées par les gros plans sur les dos, il faut le revoir en admirant non seulement le jeu des acteurs mais la maestria incroyable d'Hitchcock en matière de construction d'image et déplacements dans le plan. Ce film est une chorégraphie, un ballet filmique où le rythme, les couleurs, la musique des dialogues, les mouvements et la "petite mélodie" des plans n'ont que peu d'équivalents en terme de perfection et de poésie. Je pense l'avoir vu une bonne trentaine de fois et pourrais le revoir sans fin en découvrant toujours mille choses géniales de plus.

Écrit par : Rémi | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Il y a en 1950 tant de films qui m'ont transporté.En vrac Stromboli,Macbeth,Le rebelle,Quand la ville dort,Alexandre Nevski,les deux Hitchcock(je ne vois pas en Capricorne un film mineur),les deux Dassin,le sublime et si méconnu Dimanche d'août,House by the river.J'arrête là...

Écrit par : Eeguab | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Eeguab. J'ai également un excellent souvenir de Dimanche d'août.

Rémi : Si il faut avoir vu 30 fois La Corde pour l'apprécier... :)
Blague à part, je suis sur la même ligne que le Doc à propos de ce film. Mais mon souvenir est aussi très lointain. Je me rappelle de ma petite déception, de quelque chose d'assez mécanique, d'un peu vain. Il faudrait évidemment que je le revois, ton commentaire étant très engageant.

Écrit par : Edouard | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Au fait dans les inédits de 1950, il manque Outrage d'Ida Lupino.
Quatre étoiles de plus...

Écrit par : Buster | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Ah oui, tiens.
Je m'en occuperai...

Écrit par : Edouard | 14/01/2013

Édouard > Il faut le revoir en oubliant l'étendard du "film d'un seul plan", les huit plans-séquences planqués sous les raccords mal cachés et tout ça, il faut regarder ce que fait la caméra et de quoi sont fait les images et les sons entre chacun de ces raccords, ce que font les personnages, comment Hitchcock orchestre tout ça magnifiquement.

Écrit par : Rémi | 13/01/2013

Répondre à ce commentaire

Je suis sur la même ligne que mes camarades pour "La corde". Quand les films sont ressortis en 1984, c'est celui qui m'avait le moins plu. mais attention, avec Hitchcock, nous sommes à un certain niveau et l'on compare les films entre eux. Il n'est pas sans qualités, celles que vous soulignez, Rémi, mais il ne dégage ni l'intensité ni l'émotion des grandes œuvres. Il ne possède pas non plus, et pour moi c'est capital, beaucoup d'humour ni un personnage féminin fort.
Pour "Under capricorn", j'avoue comme le Doc que je ne me souviens de rien ou presque, si ce n'est ce fameux plan séquence forcément attendu. Peut être à revoir.

Écrit par : Vincent | 14/01/2013

Répondre à ce commentaire

Sur l'humour dans La Corde je ne suis absolument pas d'accord, le film en regorge, et il est bien plus drôle que certains des chefs-d’œuvre du maître. Pour le personnage féminin certes, mais il possède trois personnages masculins remarquables pour faire balancier...

Par ailleurs je ne dis pas que La Corde serait supérieur à Fenêtre sur cour, La Mort aux trousses, Vertigo, Psycho, ou même Les Oiseaux ou Les Enchaînés. Et nul doute que ces derniers me viendraient d'abord si je devais faire une terrible liste des meilleurs films de notre cher obèse. Mais si je devais, moins objectivement que subjectivement, classer La Corde dans la filmographie d'Hitchcock je le mettrais ma foi aux côtés de ces derniers, parmi ses grandes œuvres, je maintiens. (Et sur un même "registre" La Corde est bien meilleur que le malgré tout plaisant et brillant Dial M for Murder).

Écrit par : Rémi | 15/01/2013

Répondre à ce commentaire

comment prendre au sérieux quelqu'un qui ne met que 2 étoiles à Alexandre Nevski ?...

Écrit par : Maxime | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Et comment répondre sérieusement à un commentateur comme vous ?

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

Bonjour, j'ai enfin vu Quand la ville dort : ****

Écrit par : nolan | 30/10/2013

Répondre à ce commentaire

Top 1950 :

1- Stromboli ( Rossellini )
2- L'Enfer est à lui ( Walsh )
3- La Charge héroique ( Ford )
4- Le Rebelle ( Vidor )
5- La Ronde ( Ophuls )
6- La Corde ( Hitchcock )
7- Les Amants du capricorne ( Hitchcock )
8- Le Démon des armes ( Lewis )
9- Les Forbans de la nuit ( Dassin )
10- Orphée ( Cocteau )

Écrit par : Frédéric | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1950 :

**** : Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée
*** : La Charge héroïque / Quand la ville dort / Alexandre Nevski / House by the River
** : La Corde / Noblesse Oblige
* : Cendrillon

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai vu Macbeth ***

Écrit par : nolan | 22/04/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire