Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2015

Sur vos écrans en 1979

EDITORIAL :

Par Vincent J.

voyage-au-bout-de-l-enfer-poster_465962_7807.jpg

John Wayne est mort le 11 juin. Le lendemain soir, j'apprenais la nouvelle via Roger Giquel sur TF1 qui enchaînait trois extraits choisis parmi ses rôles majeurs avec John Ford. Il dut s'y reprendre à deux fois pour une phrase alambiquée d'où il ressortait que le Duke n'avait pas que des qualités "mais c'est justement le propre des héros". C'est ce qui dominait dans les hommages qui ont suivi. Le lendemain, j'ai fait provisions de quotidiens, L'Aurore, Le Matin, et France Soir, et puis un peu après le Télé 7 jours de ma mère avec un très joli texte autour de L'homme tranquille et "les cœurs d’Irlande" qui battaient dans la scène du cimetière, et le Nouvel Observateur de mon père qui pleurait aussi la disparition de Jean-Louis Bory. Bory - Wayne, belle variation fortuite sur le parapluie et la machine à coudre. Le 13 au matin, notre professeure de français faisait le rapprochement, nous précisant qu'elle était plus touchée par celle du critique que par celle du Ringo Kid. Elle me fixait avec un léger sourire en disant cela. Tout le monde connaissait ma passion pour Wayne. Il y aurait eu matière à une discussion passionnante, mais cela ne fut pas le cas. Bory, pour moi, c'était celui qui écrivait des choses qui m'agaçaient dans l'hebdomadaire paternel, des choses comme "Chisum, le film préféré de Jacques Chirac". J'en savais juste assez sur Chirac pour comprendre que ce n'était pas un compliment. Ceci dit, Chisum... Mais voilà, en France, la disparition de John Wayne faisait ressortir le béret vert et le souvenir pas très lointain de ce film vilipendé, l'Américain dominateur, les rôles un peu fatigués de la dernière période, la légende au service de la propagande. Tout ceci au détriment de l'acteur de John Ford et Howard Hawks, d'un jeu capable de grandes nuances, tout en retenue, des regards et des gestes d'essence cinématographique. En 1979, tout est dit de l'homme public, tout est à écrire sur le comédien. Et si l'on voulait s'intéresser à une politique des acteurs, Wayne serait un sujet idéal.

Photo1.jpg

A cette époque, il est de coutume que la télévision s'incline devant le cinéma à chaque disparition notable. J'ai développé une étrange perversion où la perte de mes héros s’accompagne de la joie de voir ou revoir un de leurs films sur le petit écran. Cette fois j'ai pu voir L'homme tranquille et Le fils du désert. J'ai enregistré les bandes son sur un petit magnétophone à cassette et je les écoute jusqu'à connaître les dialogues par cœur. La disparition de John Wayne possède une grande force symbolique. Sa dernière apparition publique c'est en février pour la remise des Oscars. Si son corps n'est plus que l'ombre douloureuse de ce qu'il a été et représenté, l’œil, la voix rauque et la démarche de bassin inimitable sont toujours là. C'est lui qui remet la récompense suprême, l'Oscar du meilleur film à Michael Cimino et ses producteurs pour Voyage au bout de l'enfer. Derrière eux se tient Francis Ford Coppola. Il y a là une véritable passation entre le Hollywood classique et le nouvel Hollywood cinéphile, par dessus le Hollywood contestataire des années soixante. Le flambeau transmis, Wayne peut s'effacer comme dans L'homme qui tua Liberty Valance.

Photo2.jpg

Si l'on veut prendre un instant pour se retourner sur cette décennie qui s'achève, l'on verra le cinéma américain reprendre sa position dominante avec une génération qui retrouve le secret de l'alliance entre succès public, prouesses techniques, ambition artistique et expression personnelle. Apocalypse now de Coppola enlève une demi-palme d'or à Cannes, Manhattan de Woody Allen est célébré et tout le monde fredonne Gershwin, Alien terrorise la planète et alimente les discussions de cours de récréation. La critique du Nouvel Observateur (encore !) compare le film de Ridley Scott à un rasoir électrique sans saisir son génie visuel qui combine le talent anglo-saxon et les univers graphiques du Français Moebius et du Suisse Giger. Métal Hurlant sous le choc publie un numéro spécial et spatial tout en démolissant en majuscules le Nosferatu de Herzog. Même les grosses machines du moment, le Superman de Richard Donner et Star Trek - Le film du vétéran Robert Wise affichent leurs ambitions artistiques, Wise n’hésitant pas à un grand écart entre le côté kitsch de la série télévisée toujours inédite en France et son admiration pour le 2001 de Stanley Kubrick. Le cinéma fantastique est d'un autre côté le vecteur d'un renouvellement stimulant de la série B. John Carpenter avec Halloween, la nuit des masques, Don Coscarelli avec Phantasm, George Romero avec La nuit des fous vivants, Larry Cohen avec Meurtres sous contrôle, Philip Kaufman et sa nouvelle version réussie de L'invasion des profanateurs, et même le canadien David Cronenberg avec Chromosome 3, confirment ou affirment leur talent en renouvelant le genre. Tout ceci est bien enthousiasmant. Les projets s’accumulent : Cimino se lance dans un western épique, Spielberg dans une comédie délirante située en 1941, Coppola veut ses studios et tout révolutionner, De Palma travaille sur Prince of the City d'après Robert Dailey, Kubrick sur une adaptation de Stephen King, Carpenter sur une histoire brumeuse.

Photo3.jpg

Et ailleurs ? Si la décennie est d'une grande richesse, nombre de cinématographies montrent des signes d'essoufflement sur la fin, comme l'Espagne ou le Japon dont l’événement majeur est une nouvelle sortie d'un film de Yasujiro Ozu. Le cinéma italien si flamboyant s'enfonce dans la crise. Federico Fellini avec Répétition orchestre, Luigi Comencini avec Le grand embouteillage ou Bernardo Bertolucci avec La luna ne sont pas à leur meilleur. Pire il ne semble pas y avoir un avoir renouvellement générationnel mis à part quelques cas isolés (Nanni Moretti, les frères Taviani). Pire encore, le cinéma populaire est en pleine déconfiture, le western est mort, le polar et la comédie s’enfoncent dans la médiocrité et la vulgarité, le meilleur giallo, Les rendez vous de Satan signé Giuliano Carnimeo, date de 1972. Prenons, au hasard, Edwige Fenech : que l'on préfère nous sortir en France une énième Prof (qui cette fois connaît la musique) plutôt que le sensible La patata bollente de Steno n'augure rien de bon. Le cinéma allemand s'incarne toujours avec Rainer Werner Fassbinder et cette année avec le succès de Volker Schlöndorff quoique je m'explique mal sa demi palme en regard d'Apocalypse now. Et puis son Tambour, c'est un truc à vous dégoûter de manger des sardines pour le reste de votre vie. D'Afrique nous sont venues deux œuvres superbes, le Ceddo du Sénégalais Ousamne Sembene sur la résistance de la culture ancestrale africaine à l'Islam et au Christianisme ; et Bako, l'autre rive du guinéen Cheik Doukouré sur les aventures d'un migrant malien à Paris, prix Jean Vigo.

Photo4.jpg

Et chez nous ? Les Césars ont célébré Michel Serrault pour La cage aux folles et L'Argent des autres de Christian de Chalonge. François Truffaut sort sans enthousiasme un film trop bricolé, Henri Verneuil, Jean-Pierre Mocky, Yves Robert, Robin Davis et quelques autres enquillent des films sans rien de saillant, puisant dans l'air du temps et ses affaires. Deux cinéastes se détachent sans peine, Bertrand Blier et son Buffet froid "Ça me scie les nerfs, moi le violon", et Alain Corneau avec Série Noirequi marque la carrière de Patrick Dewaere et les début de la jeune Marie Trintignant. Côté symbole, 1979 aura été en France l'année de la disparition du patron, Jean Renoir. Avec lui c'est une longue tradition qui s'efface, une tradition puisant ses racines au temps du muet et plus loin encore dans l'art de son père Auguste qui cherchait à "embellir le monde" avec ses toiles. Renoir et Wayne, mais aussi Mary Pickford l'égérie de D.W. Griffith, 1979 se referme avec le sentiment de la fin d'un temps où la courte histoire du cinéma pouvait être vécue et connue d'un bloc. Une autre décennie s'ouvre où tous les espoirs sont permis. Les promesses seront elles tenues ? Vous le saurez au prochain épisode...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 197 longs métrages (sur les 713 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage au bout de l'enfer (Cimino) *** **** **** *** **** **** *** **** **** ****
Apocalypse Now (Coppola) **** **** ** *** **** **** **** **** ** ****
Buffet froid (Blier) ** ** *** **** **** ****   **** *** ****
Série noire (Corneau) *** *** **** *** **** **** ** **** **** ***
Alien (Scott) *** ** **** *** *** **** ** **** ** ****
Manhattan (W. Allen) *** *** ** **** *** **** ** **** *** ****
Fin d'automne (Ozu) **** ***   *** *** **** ***     ***
Les Moissons du ciel (Malick) *** **** ** ** **** **** * **** ***  
Chromosome 3 (Cronenberg) **     *** * **** ** ****   ***
L'Invasion des profanateurs (Kaufman) **     **   ****   *** ** ***
Amour de perdition (Oliveira) ***         ****        
Phantasm (Coscarelli)           ***   **   ****
Corps à cœur (Vecchiali) ****   **     *** **      
L'Hypothèse du tableau volé (Ruiz) ***         **** **   **  
Perceval le Gallois (Rohmer) *** *** ° ***   *** **   *** °
La Nuit des masques (Carpenter) **   ° *** * ****   **** * ***
La Drôlesse (Doillon) ***     ** *** *** **      
Nosferatu, fantôme de la nuit (Herzog) ** ***   * ** *** * **** *** °
Les Bronzés font du ski (Leconte) * * *** *** ** **   *** *  
Le Tambour (Schlöndorff) * *** ** ** *** *** * *** * ***
Passe ton bac d'abord (Pialat) ** ** *** *** **   * ***    
Le Malin (Huston) ***   °   *** **** ** **    
Partition inachevée pour piano mécanique (Mikhalkov) **     ** ***   **   **  
La Colline a des yeux (Craven) **     ***   ***   *** *  
Répétition d'orchestre (Fellini) ***       **   *     ***
Confidences pour confidences (Thomas) **   **** **   **        
Meurtres sous contrôle (Cohen)       **   ***   **   ***
La Grande Attaque du train d'or (Crichton)           ***   *** **  
Les Petites Fugues (Yersin) *** ***     **          
Les Burlesques de Méliès (Méliès)         ***         ***
Rendez-Vous de Satan (Carnimeo)           ***       ***
Ceddo (Sembene)                   ****
Cent Huit Etoiles (Chang, Wu & Pao)           ****        
Coup de tête (Annaud) * ** *** ** ** ** * **** ** **
L'Evadé d'Alcatraz (Siegel) ** ** *** **   ***   *** *  
Don Giovanni (Losey) * *** **   ** *** *   ** ***
Les Chiens (Jessua) **   *** * ** **   ** ***  
La Légende du grand Judo (Kurosawa) ***   **   **         ***
Hair (Forman) ** **   ** *** **** ** ** * *
Daguerréotypes (Varda) * ***   ** ***          
Martin et Léa (Cavalier) **   *** ** **          
Un enfant attend (Cassavetes) *     *** **          
Le Grand Embouteillage (Comencini) ** ** ** * **   ** **   ***
En route vers le sud (Nicholson) *         ***   ***    
La Troisième Génération (Fassbinder)     ° ***   ****        
La Vengeance d'un acteur (Ichikawa) *       ***         ***
La luna (Bertolucci) *     *** ** ***     *  
Furie (DePalma) **   * *** ° *** * *** ** **
Tess (Polanski) ** **   ** * **** *   *  
Le Cavaleur (De Broca) *   **** **   *     **  
Ce répondeur ne prend pas de message (Cavalier) ***     **            
Ecoute voir (Santiago)           ***       **
Graffiti Party (Milius)     ***         **    
Maman a cent ans (Saura) **         ***        
Meurtre par décret (Clark)           **       ***
Retour à la bien-aimée (Adam)     ***     **        
Zoo Zéro (Fleischer)           ***     **  
I comme Icare (Verneuil) * ** **     **   *** * **
L'Amour en fuite (Truffaut) ** ** ** *** * ** * *** ° **
Superman (Donner)   *     * ***   ** * ***
La Lettre écarlate (Wenders) *       ** ** **   ** **
Les Sœurs Brontë (Téchiné) *     ***   ** *   **  
De la nuée à la résistance (Huillet & Straub) **     **     **      
Le Roman d'Elvis (Carpenter) *   ***     **        
Patrick (Franklin)       **   **   **    
Quintet (Altman) *         **** *      
Flavia la défroquée (Mingozzi)           ***        
Gibier de passage (Fassbinder) ***                  
La Taverne de l'enfer (Stallone)     ***              
Le Souffle de la tempête (Pakula)         ***          
Les Chaînes du sang (Mulligan)     ***              
Les Grandes Vacances de Donald (Disney)                   ***
Même heure l'année prochaine (Mulligan)     ***              
Passeport pour deux tueurs (Di Leo)                   ***
American College (Landis)     ** °       **   ***
La Nuit des fous vivants (Romero)       ° ** ***   **    
Norma Rae (Ritt) *   ***     ** *      
Les Yeux de Laura Mars (Kershner) *     *   **   *** * **
Ces garçons qui venaient du Brésil (Schaffner)           **       **
Les Demoiselles de Wilko (Wajda) ***           *      
Scandale (Kurosawa) **       **          
Cher Papa (Risi) *     **   **        
La Femme qui pleure (Doillon) *     **   **        
Les Belles Manières (Guiguet) ***   *       *      
Roberte (Zucca) ***   ° **            
Un balcon en forêt (Mitrani) ***     ° **          
Une poignée de salopards (Girolami)       *   **       **
Clair de femme (Costa-Gavras) * **       **     *  
Courage fuyons (Robert) *   * **           **
Le Syndrome chinois (Bridges) *         ** *     **
Hardcore (Schrader) **     ° * ***     *  
La Gueule de l'autre (Tchernia) * * * **   **     *  
Cul et chemise (Zingarelli)   °     °     **   ***
Doux, dur et dingue (Fargo) *         **        
Dracula (Badham)           ** *     **
Hamburger Film Sandwich (Landis)       *       ** *  
Au revoir à lundi (Dugowson) *     **   *        
La Dérobade (Duval)       °   **     **  
Un si joli village (Périer) *         *       **
A nous deux (Lelouch)           *       **
Collections privées (Jaeckin, Terayama & Borowczyk)       *         **  
Félicité (Pascal) *               **  
Jack l'Eventreur (Franco)           **     *  
Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (Yanne)       *       **    
Le Chat qui vient de l'espace (Tokar)               ** *  
Le Piège à cons (Mocky) *                 **
Le Pot-de-vin (Corbucci)                   ***
Les Fabuleuses Aventures du légendaire baron de Münchhausen (Image)               ** *  
Les Trente-Neuf Marches (Sharp)           **     *  
Allegro non troppo (Bozzetto) **                  
Alyam ! alyam ! (Al Maanouni)         **          
Au tropique du Cancer (Mulargia & Lomi)                   **
Aurelia Steiner (Duras) **                  
Banco à Las Vegas (Passer)     **              
Bête mais discipliné (Zidi)       **            
Entrez vite, je mouille (Bouyxou)       **            
Fais vite, monseigneur revient ! (Laurenti)                   **
Faut trouver le joint (Adler)           **        
L'Adolescente (Moreau)           **        
La Grande Lèche (Bernard-Aubert)               **    
La Grande Mouille (Bernard-Aubert)           **        
La Plus Belle Soirée de ma vie (Scola) **                  
Le Bleu des origines (Garrel) **                  
Le Champion (Zeffirelli)     **              
Le Continent des hommes-poissons (Martino)                   **
Le Manoir des fantasmes (Sharp)           **        
Le Mors aux dents (Heynemann)                   **
Le Navire Night (Duras) **                  
Les Héroïnes du mal (Borowczyk)                 **  
Ne tirez pas sur le dentiste (Hiller)                   **
Prophecy, le monstre (Frankenhiemr)           **        
Sans anesthésie (Wajda) **                  
The Big Fix (Kagan) **                  
The Kids Are Alright (Stein)               **    
Moonraker (Gilbert) * *       **   *** * °
Le Pull-Over rouge (Drach) *           *   *  
La Guerre des polices (Davis) ° *   °   *     * **
Exhibition 79 (Davy)       *         *  
Folie folie (Donen) *   *              
L'Homme en colère (Pinoteau) °         **        
Le Commando des morts-vivants (Wiederhorn)               **   °
Le Dernier Secret du Poseidon (I. Allen)                 * *
Les Monstres sont toujours vivants (Cohen)           *   *    
Magic (Attenboroguh)   °       **        
Passeur d'hommes (Lee-Thompson)               *   *
Tapage nocturne (Breillat)       *         *  
Et la tendresse ? bordel ! (Schulmann) °     * ° *   *** °  
Flic ou voyou (Lautner) ° *   *   *   *    
Les Héros n'ont pas froid aux oreilles (Nemes) *   *         ** °  
Galactica, la bataille de l'espace (Colla)           *       °
Auto-Stoppeuses en chaleur (Bernard-Aubert)           *        
Avalanche Express (Robson)           *        
Avec les compliments de Charlie (Rosenberg)           *        
Camouflage (Zanussi) *                  
Clarisse (Bernard-Aubert)           *        
Drôle d'embrouille (Higgins)       *            
Emilie, l'enfant des ténèbres (Dallamano)               *    
Go Johnny, Go (Landres)     *              
Goldorak (Toei Animation)               *    
Heroes (Kagan) *                  
L'Associé (Gainville)           *        
L'Inspecteur Bulldozer (Steno)               *    
La Cible étoilée (Hough)           *        
La Croisade maudite (Wajda) *                  
La Fille (Lattuada) *                  
La Madriguera (Saura) *                  
Le Choc des étoiles (Cozzi)                   *
Le Couteau dans la tête (Hauff) *                  
Le Vampire de ces dames (Dragoti)           *        
Mais ou et donc Ornicar (Van Effenterre) *                  
Messidor (Tanner) *                  
Opération traquenard (Garnett)                 *  
Renaldo et Clara (Dylan) *                  
Rencontres avec des hommes remarquables (Brook)                 *  
Un flic de charme (Prosperi)           *        
Un rabbin au Far West (Aldrich)                 *  
Ils sont grands ces petits (Santoni) *     *   °       °
Le Coup de sirocco (Arcady) ° °             * *
Le Toubib (Granier-Deferre) ° °   *   °     *  
Airport 80 : Concorde (Rich)           °     *  
Laura, les ombres de l'été (Hamilton)       °         *  
Le Maître nageur (Trintignant) *   °              
Les Egoûts du paradis (Giovanni) °         *        
Qu'il est joli garçon l'assassin de papa ! (Caputo)                 * °
Le Gendarme et les extraterrestres (Girault)   °   ° ° °   ** ° °
Cause toujours tu m'intéresses (Molinaro)   °                
Le Gagnant (Gion)       °           °
Les Bidasses en vadrouille (Ardan)                    
Ashanti (Fleischer)                   °
Désirs sous les tropiques (Leroi)       °            
L'Incroyable Hulk (Johnson)                   °
La Louve de Stilberg (Payet)       °            
Les Charlots en délire (Basnier)                 °  
On est venu là pour s'éclater (Pécas)       °            
S.O.S. Concorde (Deodato)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
La Rosière de Pessac 79 (Eustache) **       ** ** **      
La patata bollente (Steno)                   ***
Je meurs de soif, j'étouffe, je ne puis crier (Courant)       ** *          

Nolan :
**** : Voyage au bout de l'enfer / Apocalypse Now / Buffet froid / Alien / Manhattan
*** : Série noire / Les Moissons du ciel / Les Bronzés font du ski
** : La Nuit des masques / Le Malin / Tess
* : L'Evadé d'Alcatraz / Hair / I comme Icare / Les Yeux de Laura Mars / Doux, dur et dingue / Hamburger Film Sandwich / Galactica, la bataille de l'espace
° : Superman / Moonraker / Et la tendresse ? Bordel ! / Flic ou voyou / Le Gendarme et les extra-terrestres / Cause toujours tu m'intéresses / Les Bidasses en vadrouille

Rémi :
**** : Voyage au bout de l'enfer / Alien / Fin d'automne / Perceval le Gallois
*** : Apocalypse Now / Manhattan / L'Invasion des profanateurs / La Nuit des masques / Un enfant attend / Superman
** : Les Moissons du ciel / Les Bronzés font du ski / Passe ton bac d'abord / L'Evadé d'Alcatraz
* : L'Amour en fuite / La Lettre écarlate / Couple cherche esclave sexuel (Roy) / Le Trésor de la montagne sacrée (Connor)
° : Les Héros n'ont pas froid aux oreilles / Le Gendarme et les extra-terrestres / Les Bidasses en vadrouille

Timothée :
**** : Voyage au bout de l'enfer / Les Moissons du ciel
*** : Apocalypse Now / Alien / Manhattan / Perceval le Gallois / La Nuit des masques / Les Bronzés font du ski / Partition inachevée pour piano mécanique / Répétition d'orchestre
** : Le Tambour / La Luna
* : L'Amour en fuite / Doux, dur et dingue / Le Gendarme et les extra-terrestres

Antoine :
**** : Apocalypse Now / Nosferatu, fantôme de la nuit
*** : Buffet froid / Alien / Manhattan
** : Les Bronzés font du ski
* : La Légende du grand judo / Superman
° : Dracula / Moonraker / Les Héros n'ont pas froid aux oreilles

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Pierre :
1-Apocalypse now, 2-Alien, 3-Le tambour, 4-Perceval le gallois, 5-Les moissons du ciel, 6-Manhattan, 7-La drôlesse, 8-Meurtres sous contrôle, 9-Scandale, 10-La troisième génération, 11-Le choc des étoiles / Starcrash, 12-La nuit des masques, 13-La luna, 14-Yéti le géant d'un autre monde, 15-Ceddo
Les hors liste : La jungle plate (Van der keuken)***, Clans d'intrigue/ le complot des clans (Chu Yuan)***, Subversion (Stanojevic)***, La ville des silences (Marboeuf)***, Sibériade (Kontchalovski)**, Les exécuteurs de Shaolin (Liu Chia Liang)**, Les évadés de l'espace (Fukasaku)**, Hallucinations (Walker)**, La liberté sauvage/ les aventures de la famille Robinson (Raffill)**, Initiation au collège (Kikoïne)**, Emmanuelle et les collégiennes (Vari)**, Les sorciers de l'île aux singes (Tessari)**, La marine en folie (Tashlin)**, Super femmes contre chiens jaunes (Gallardo)*, La prof joue et gagne (Townsend)*, Nom de code jaguar (Shonteff)*, Sacrée ballade pour les gros bras / Routes barbares (Carter)*, Cité en feu (Rakoff)*, L'île au trésor (Fridman)*, L'attaque dura cinq jours/ le pont le plus long (Tin Chang Si)*, Barracuda (Kerwin)0
2 courts : 1- A reflecting pool (Viola)***, 2-Asparagus (Pitt)***
1 moyen métrage : A pas lentes (Cinélutte)**
et 16 inédits: 1-L'enfer des armes (Tsui hark)****, 2-Eaux sauvages (Kener)****, 3-Butterfly murders (Tsui Hark)****, 4-Driller killer (Ferrara)****, 5-Me vhang na (Nguyen Khanh Du)***, 6-La vieja memoria (Camino)***, 7-Mad monkey kung-fu (Liu Chia Liang)**, 8-Premonitions (Nagy)**, 9-Soif de sang (Hardy)**, 10-Alligator (Martino)**, 11-Pyromaniac (Ellison)**, 12-Penitentiary (Fanaka)*, 13-Meurtres en cascade (Demme)*, 14-La grande collision (Sarafian)*, 15-Pénitencier de l'enfer (Deruelle et tabernero)*, 16-Malibu high (Berwick)*

Mister Arkadin :
**** : Buffet froid (8)
*** : Partition inachevée pour piano mécanique (8) ; Manhattan (8) ; Furie (7) ; Les Moissons du ciel (7) ; Apocalypse Now (7) ; Les Bronzés font du ski (7) ; Série noire (7) ; Alien (7)
** : Le Malin (6) ; Voyage au bout de l’enfer (5) ; L’Invasion des profanateurs (5)
* : Les Egouts du paradis (4) ; Un enfant attend (4) ; Passe ton bac d’abord (4) ; Coup de tête (4) ; L’Amour en fuite (4) ; Hamburger Film Sandwich (4) ; La Dérobade (4) ; Superman (4) ; Tapage nocturne (4) ; La Gueule de l’autre (3) ; Flic ou voyou (3)
o : Cause toujours tu m’intéresses (2) ; Hair (2) ; L’Incroyable Hulk (2) ; Le Gendarme et les extraterrestres (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Perceval le Gallois ; La Drôlesse ; Nosferatu, fantôme de la nuit ; Le Tambour ; La Grande Attaque du train d’or ; L’Evadé d’Alcatraz ; Don Giovanni ; Le Cavaleur ; I comme Icare ; Norma Rae ; La Femme qui pleure ; Courage, fuyons ; Collections privées ; Félicité ; Entrez vite, je mouille ; Moonraker ; Et la tendresse ? Bordel ! ; Goldorak

Frédéric :
1- Apocalypse Now, Fin d'automne, 3- Voyage au bout de l'enfer, 4- Aurélia Steiner, Les Moissons du ciel, 6- Amour de perdition, Corps à coeur, La Luna, Perceval le Gallois, 10- Alien, Les Belles Manières, La Troisième Génération

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme et les Extra-terrestres, Jean Girault, 6 280 070 entrées
2. Le Livre de la Jungle (rep), Wolfgang Reitherman, 5 540 000 entrées
3. Apocalypse Now, Francis Ford Coppola, 4 537 431 entrées
4. Flic ou Voyou, Georges Lautner, 3 950 691 entrées
5. Et la tendresse ? Bordel !, Patrick Schulmann, 3 359 170 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Roi et l'Oiseau (Paul Grimault)
- Prix Méliès : Perceval le Gallois (Eric Rohmer)
- Grand prix du cinéma français : I comme Icare (Henri Verneuil)
- Prix Jean Vigo : Certaines nouvelles (Jacques Davila)
- César du meilleur film : Tess (Roman Polanski)
- Oscar du meilleur film : Voyage au bout de l'enfer (Michael Cimino)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Apocalypse Now (francis Ford Coppola) & Le Tambour (Volker Schlöndorff)
- Festival de Berlin, Ours d'or : David (Peter Lilienthal)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Sürü (Zeki Ökten)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Ossenij marafon (Gueorgui Danielia)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1979 ? (78 votants)

1er (17 voix) Voyage au bout de l'enfer (Cimino)
2ème (11 voix) Apocalypse now (Coppola) et Les moissons du ciel (Malick)
4ème (10 voix) Manhattan (Allen)
5ème (5 voix) Alien (Scott)
6ème (4 voix) Buffet froid (Blier)
7ème (3 voix) Tess (Polanski)
8ème (2 voix) Les bronzés font du ski (Leconte), Corps à cœur (Vecchiali), Série Noire (Corneau)
Cité une fois : Les petites fugues (Yersin), Daguerréotypes (Varda), Coup de tête (Annaud), American college (Landis), La dérobade (Duval), Passe ton bac d'abord (Pialat), Le tambour (Schlondorff), La femme qui pleure (Doillon), Chromosome 3 (Cronenberg), Perceval le Gallois (Rohmer) et I comme Icare (Verneuil)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1979 sur le site Encyclo-Ciné)

11/06/2015

Sur vos écrans en 1978

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshimaUne fois n'est pas coutume, il est peut-être moins amusant mais plus intéressant d'éditorialiser "cette année-là" (comme disait alors et pour la dernière fois, malheureusement pour lui, Cloclo) non pas comme si l'on s'était téléporté en 1978 mais bien ici et maintenant, en 2015.
Passons rapidement sur l'effrayant podium du box office (tout n'était donc pas mieux avant) pour nous pencher sur notre tableau récapitulatif. Nous constatons alors que parmi les films les plus appréciés de notre équipe, plusieurs n'ont cessé d'être réévalués à la hausse depuis l'époque de leur sortie. Souvent reçus sans égard, avec condescendance ou déception, Croix de fer de Sam Peckinpah, Fedora de Billy Wilder, Le Convoi de la peur de William Friedkin, voire Assaut de John Carpenter se retrouvent, 27 ans plus tard, à de très belles places. Au contraire, on imagine qu'Intérieurs (Woody Allen), Un mariage (Robert Altman), L'Homme de marbre (Andrzej Wajda), The Last Waltz (Martin Scorsese), L'Hérétique (John Boorman), L'Argent des autres (Christian de Chalonge), Retour (Hal Ashby) ou Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray), avaient accumulés plus d'étoiles dans la presse de 78 qu'au sein de notre petite communauté.
Palme d'or à Cannes, L'Arbre aux sabots d'Ermanno Olmi n'a pas, à Zoom Arrière, que des défenseurs, tandis que l'inclassable Dossier 51 de Michel Deville continue d'étonner. Et Annie Hall, notre favori de 1977, vous souveniez-vous vraiment qu'il fut récompensé de l'Oscar du meilleur film ?
Alors le cinéma en 78, c'est quoi (pour parler réellement comme en 2015) ? Tarkovski ? Oshima ? Bergman ? Cassavetes ? Spielberg ? Oui, un peu. Mais il y a surtout autre chose.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

On sait que l'une des premières batailles critiques entre les Cahiers du Cinéma et Positif s'est cristallisée autour des noms de Mizoguchi et de Kurosawa, dès les années cinquante, soit les derniers temps de la splendeur de l'un et les premiers de l'autre, mais on se rappelle moins, sans doute, que le troisième grand maître du cinéma japonais, Yasujiro Ozu, n'est apparu chez nous comme tel qu'en 1978, soudainement, presque entièrement ignoré qu'il fut jusque là. C'est dans la foulée de quelques séances à la Cinémathèque Française que furent distribués en salles pour la première fois Voyage à Tokyo, Le Goût du saké, Fin d'automne (en 1979) et Dernier Caprice (en 1982).
En mars 1978, les Cahiers proposent dans leur numéro 286 une douzaine de pages sur le cinéma d'Ozu. A une présentation par Jean Narboni succèdent un texte de Sado Tadao et un autre de Paul Schrader, le cinéaste auteur d'un fameux ouvrage publié en 1972 aux Etats-Unis, Transcendental style in film : Ozu, Bresson, Dreyer, duquel la revue tire également plusieurs extraits à cette occasion.
De son côté, Positif va plus loin encore en consacrant quarante pages au Japonais, réparties sur les numéros 203 et 205 de février et d'avril. Hubert Niogret y signe une étude et une filmographie, Eithne Bourget analyse Bonjour, Michel Ciment renseigne sur la réception de l'œuvre par la critique anglo-saxonne, tandis que sont repris de publications étrangères un texte de Robin Wood sur Voyage à Tokyo, un hommage de l'acteur Chishu Ryu à son réalisateur, et des propos d'Ozu lui-même sur ses films.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

Les premières lignes de l'article de Michel Ciment éclairent parfaitement sur la situation d'alors :
"Nous nous berçons de certitudes apaisantes. A l'heure des échanges culturels intensifs, des voyages aisés, des festivals et des rencontres à n'en plus finir, qui donc pourrait penser que l'œuvre d'un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma, Yasujiro Ozu, soit totalement inconnue en France ? Cinquante ans après la réalisation de son premier film, quatorze ans après sa mort, sort pour la première fois à Paris une de ses œuvres, Tokyo Monogatari (Voyage à Tokyo). Et la littérature cinématographique qui souvent pallie les carences de la distribution ne peut guère davantage se vanter. Ni Positif, ni les Cahiers du cinéma, ni aucune autre revue française ne lui ont prêté la moindre attention, hormis quelques notules ici ou là. Les histoires du cinéma (Sadoul, Bardèche, Bordas) ne le mentionnent que brièvement et c'est alors souvent pour égarer le lecteur sur une fausse piste, en reliant Ozu par exemple au néo-réalisme de Zavattini (ses compatriotes Gosho et Naruse feraient en l'occurrence beaucoup mieux l'affaire). Les seuls accès en langue française au cinéaste japonais sont : 1°) une fiche très brève de Claude-Jean Philippe (Dossiers du cinéma, Cinéastes I, Casterman, 1971), 2°) quelques pages stimulantes de Noël Burch dans Praxis du cinéma (Gallimard, 1969) qui contrastent avec le silence des autres théoriciens et analysent l'utilisation des deux espaces (comme dans Nana de Renoir) et l'importance du champ vide, et enfin et surtout 3°) L'"Anthologie du cinéma" (n°64, 1971) rédigée par Max Tessier, le meilleur spécialiste français du cinéma japonais avec Hubert Niogret, et qui a le mérite de donner une information de base, même si l'auteur avoue que sa connaissance des films est très incomplète (particulièrement précieuses sont, dans cette plaquette, outre l'illustration et la filmographie, les déclarations d'Ozu dont nous avons donné dans notre numéro 203 une traduction complète et chronologique). Ces connaissances livresques se complétaient à l'occasion, au fil des ans, par la présentation furtive, à la Cinémathèque française, dans les conditions que l'on sait, de certains films d'Ozu."

En France, la visibilité de l'œuvre de l'un des cinéastes les plus étudiés, les plus vénérés, les plus aptes à faire réfléchir sur l'art de la mise en scène, est donc restée quasiment nulle jusqu'en 1978. Heureusement, après les sorties en salles mentionnées, l'édition vidéo prit le relais et augmenta l'offre. En 1994, une demi-douzaine de ses films fut aussi distribuée dans les cinémas.
Il est certain que le grand public ne s'est jamais senti concerné mais tout spectateur un tant soit peu cinéphile sait aujourd'hui ce qu'est un plan "à la Ozu". Pour beaucoup, la découverte de son cinéma fit office de passage obligé. Et après avoir englouti, souvent fasciné, tous ces films sans toujours pouvoir les revoir, avouons-le, on peut aisément arriver à les mélanger et se trouver dépourvu au moment de défendre telle ou telle préférence dans la filmographie, n'en distinguant certains que par leur période de réalisation (noir et blanc ou couleur ? titre saisonnier ou pas ?). Toutefois, une nouvelle preuve est fournie ci-dessous de la permanence de l'intensité véhiculée par ce Voyage à Tokyo, le Ozu le plus évident peut-être. Mais avec ce cinéaste et les aléas du marché des reprises, l'avantage est que la découverte semble ne jamais devoir finir (voir les diffusions, relativement récentes, d'Il était un père ou du Fils unique).
Que les choix de couverture des Cahiers et de Positif se recoupent, la chose n'est pas si rare, mais pour le coup, en cette année 1978, voici un véritable signe, le marqueur d'un événement dans l'histoire de la cinéphilie en France.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 200 longs métrages (sur les 707 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage à Tokyo (Ozu) **** **** **** **** **** *** ****   **** ****
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** **** ** **** ***     ****
Croix de fer (Peckinpah) **   ***   *** ****       ****
Le Miroir (Tarkovski) *** ***   ** *** **** ****      
Fedora (Wilder) ** *** *** **   *** ** **** **** ***
Barberousse (Kurosawa) ***   **** *** ****   **     ****
Le Dossier cinquante et un (Deville) ***     *** **** **** **   *** ***
Le Bal des vauriens / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) *** *** ° ** **** **** ***   **** ***
Insiang (Brocka)     ****     ****        
Le Convoi de la peur (Friedkin) ** ***   **   **** *   *** ***
Assaut (Carpenter) **     **   ****   *** ** ***
La Chambre verte (Truffaut) *** ** *** **** ° **** *** ** * ***
Sonate d'automne (Bergman) ** *** *** *** ** ** **   *** ***
L'Empire de la passion (Oshima) **     *** *** **** **      
Les Guerriers de l'enfer (Reisz)     ***     ****        
Mélodie pour un tueur (Toback) ***         ****        
La Longue Nuit de l'exorcisme (Fulci)           ***   **   ****
Rêve de singe (Ferreri) *** *   *** ** **** **   *** **
Rencontres du troisième type (Spielberg) *** *** * ° *** *** * *** ** ****
Passe-Montagne (Stévenin) ****     ** ***   *     ***
Molière (Mnouchkine) ***   *   ** *** **     ****
Jeune et innocent (Hitchcock) ***     ** **   ** *** ** ***
Violette Nozière (Chabrol) **   * ***   *** **   ** ***
Les Nouveaux Monstres (Risi) * ** ** ** *** *** **   *** ***
Une histoire simple (Sautet) ** ** *** ** ** *** *   *** ***
Préparez vos mouchoirs (Blier) * * *** *** ** **   *** *** ***
L'Arbre aux sabots (Olmi) ** *** °   **** ** *   ****  
Le Cri du sorcier (Skolimowski) **   ° **   **** **   ***  
L'Ultimatum des trois mercenaires (Aldrich) ***   ** ***   **       **
Despair (Fassbinder) **     **   *** ***      
Le Crocodile de la mort (Hooper)       *   ***   ***   ***
Le Récidiviste (Grosbard)     **     ***   ***    
Xica da Silva (Diegues)       ** ** ****        
La Bête tue de sang-froid (Lado)           ***       ***
Un second souffle (Blain) ***               ***  
Intérieurs (W. Allen) * **   *** **   ** *** ** **
L'Epreuve de force (Eastwood) *   *** **   *** * ****   ***
Un mariage (Altman) **   ** * *** ** **     ***
A la recherche de Mr Goodbar (R. Brooks) *   *** **   **** **   *  
L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty (Wenders) **       ** *** **     **
L'Homme de marbre (Wajda) ** **     *** ** **      
Big Racket (Castellari)       **   **     ** ***
Blue Collar (Schrader) **   *** ** **          
Le Témoin (Mocky) **     **   ***       **
Morts suspectes (Crichton)           ***   ** * ***
Piranhas (Dante)       **   *** * *** * ***
Flammes (Arrieta) ****   °     ***        
L'Ordre et la sécurité du monde (d'Anna) ***         **       **
Le Sucre (Rouffio) *   *** **   **   **   **
The Last Waltz (Scorsese) *   ** **   ***     **  
Adios California (Lupo)           **       ***
Bartleby (Ronet) ***               **  
Hitler, un film d'Allemagne (Syberberg) **               ***  
Le Cynique, l'infâme, le violent (Lenzi)           **       ***
Martin (Romero) **     °   ****   **    
La Malédiction de la Panthère rose (Edwards) *     ** ** **     ** *
Tendre Poulet (De Broca) * * *** *   *   ** ** ***
Les Bronzés (Leconte) * ° ** *** * **   **** *  
Le Convoi (Peckinpah) ** * *   * ** * **   **
L'Exorciste 2, l'Hérétique (Boorman) *     * * ***   *** ** *
L'Argent des autres (De Chalonge) ** *     ** **       **
Le Grand Frisson (M. Brooks) *     **   **   **   **
Les Raisins de la mort (Rollin)       *   **   ** ** **
Intérieur d'un couvent (Borowczyk)       **   **     **  
Les Rendez-Vous d'Anna (Akerman) **           **   **  
Bande de flics (Aldrich) ***                  
For Me and My Gal (Berkeley)     ***              
Le Bois de bouleaux (Wajda) ***                  
Le Détachement féminin rouge (Xie)     ***              
Le Merdier (Post)           ***        
Le Rayon bleu (Lieberman)           ***        
Le Roi du kung-fu attaque (Wang)                   ***
Légitime Violence (Flynn)           ***        
Outrageous (Benner)           ***        
Salut les pourris (Di Leo)                   ***
Attention les enfants regardent (Leroy) *   *** *   *   ** **  
La Grande Menace (Gold) *   ** *   **   *   ***
Retour (Ashby) *   **   **   **      
Un papillon sur l'épaule (Deray) *   *   ** ***     *  
Je suis à prendre (Leroi)           **   **    
La Femme libre (Mazursky) **         **        
La Grande Cuisine ou l'Art et la manière d'assaisonner les chefs (Kotcheff)       **   **        
Le Cercle infernal (Loncraine)           **   **    
Le Grand Sommeil (Winner)           ***     *  
Les Yeux bandés (Saura) *         ***        
Tu ne m'oublieras pas (Rudolph)       *   ***        
La Ballade des Dalton (Goscinny & Morris)     *     **   **   **
La Fièvre du samedi soir (Badham) ** *       ** * *** °  
La Petite (Malle) *   ** **   ** *   *  
Dernier Amour (Risi) *   **     **        
Je suis un autarcique (Moretti)   **     *   **      
Le Pion (Gion)     ** *         **  
Damien, la Malédiction II (Taylor)           **     * **
L'Etat sauvage (Girod) **     *   **       *
Peter et Elliott le dragon (Chaffey)     *         ** * **
Mort sur le Nil (Guillermin) * °   **   **     * **
Midnight Express (Parker) ° *   ** * ***   ** * °
L'Hôtel de la plage (Lang)     * °   *   ** **  
Génération Proteus (Cammell) *         **   * *  
Il était une fois la Légion (Richards)     *     *       **
Judith Therpauve (Chéreau) *         **     *  
L'Esclave de l'amour ou Un drame poignant du cinématographe (Mikhalkov) **     ° **          
Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? (Scola) *               * **
Pair et impair (Corbucci)               ** ° **
Driver (Hill) *         **        
L'Affaire Mori (Squitieri)     *     **        
La Rabatteuse (Bernard-Aubert)           *   **    
Les Oies sauvages (McLaglen)           *       **
Qui a tué le chat ? (Comencini)     *     **        
Sale Rêveur (Périer) *         **        
Un espion de trop (Siegel)           *       **
Capricorne One (Hyams)     **              
Chaussette surprise (Davy)                 **  
Comment ça va (Godard & Miéville)       **            
Echec au gang (Lenzi)           **        
Exhibition 2 (Davy)                 **  
L'Allemagne en automne (collectif)             **      
L'Amant de poche (Queysanne)                 **  
L'Horrible Invasion (Cardos)               **    
L'Ouragan vient de Navarone (Hamilton)                   **
La Femme gauchère (Handke) **                  
La Tortue sur le dos (Béraud) **                  
La Trancheuse infernale (Tessari)           **        
La Voix de son maître (Mordillat & Philibert)       **            
Le Ciel peut attendre (Beatty)   **                
Le Jeu de la mort (Clouse)                   **
Le Jeu de la pomme (Chytilova) **                  
Le Nouveau Cartoon à Hollywood (collectif) **                  
Le Prince et le pauvre (Fleischer)                 **  
Le Retour de l'enfant prodigue (Chahine)                   **
Les Faux Durs (Ritchie)           **        
Les Petits Câlins (Poiré)       **            
Mesdames et Messieurs bonsoir (Scola, Monicelli, Comencini & Magni)       **            
Stay Hungry (Rafelson) **                  
Un juge en danger (Damiani)           **        
Vive Abba (Hallström)     **              
La Carapate (Oury) °     *   *   ** * *
Grease (Kleiser)   *       **     ° °
Je suis timide mais je me soigne (Richard) ° °   *   *   ** *  
Les Dents de la mer 2 (Szwarc)           *   ** * °
La Cage aux folles (Molinaro) ° °   ** * *   * * *
Jésus de Nazareth (Zeffirelli)   *       *        
L'Amour violé (Bellon)           *     *  
La Montagne du dieu cannibale (Martino)           *       *
Les Liens de sang (Chabrol) *               *  
Les Routes du sud (Losey) °     **            
La Coccinelle à Monte-Carlo (McEveety)   °           * *  
Au nom du pape roi (Magni) *                  
Baisez-moi partout (Bénazéraf)                 *  
Belfagor le magnifique (Scola) *                  
Betsy (Petrie)                 *  
Caresses bourgeoises (Visconti)                 *  
Collégiennes à tout faire (G. Clair)                 *  
Esclave de Satan (Warren)       *            
Holocauste 2000 (De Martino)           *        
Infirmières perverses (Payet)                 *  
Kounak le lynx fidèle (Babaïan)                 *  
L'Ange et la femme (Carle)       *            
La Barricade du point du jour (Richon) *                  
La Clé sur la porte (Boisset)           *        
La Collégienne pervertie (Piccioli)                 *  
La Grande Levrette (Bernard-Aubert)                 *  
La Part du feu (Périer)           *        
Le Tournant de la vie (Ross)                   *
Les Grandes Jouisseuses (Bernard-Aubert)           *        
Les Petites Vicieuses (Caputo)                 *  
Les Russes ne boiront pas de Cola Cola (Comencini) *                  
Maléfices porno (De Winter)       *            
Nathalie, rescapée de l'enfer (Payet)       *            
One Two Two, 122 rue de Provence (Gion)                 *  
Perversions très intimes (Caputo)                 *  
Ruby (Harrington)           *        
Trinita tire et dis amen (Caltabiano)                 *  
Ils sont fous ces sorciers (Lautner) °     ** ° *   °   °
Robert et Robert (Lelouch) *     °           °
La Zizanie (Zidi) ° °   ° ° **   ** ° °
Comment se faire réformer (Ph. Clair)       ° °     *    
Emmanuelle 2 (Giacobetti)           °     * °
Goodbye Emmanuelle (Leterrier)       °   °     *  
Va voir maman, papa travaille (Leterrier)   °   *   °     °  
L'Horoscope (Girault)       °           °
La Prof et les cancres (Laurenti)       °            
A nous les belles Danoises ! (Hedman)       °            
Avalanche (C. Allen)                   °
Embraye bidasse, ça fume ! (Pécas)               °    
Et vive la liberté ! (Korber)                 °  
L'Empire du Grec (Lee-Thompson)           °        
L'Homme-araignée (Swackhamer)                   °
L'Inévitable Catastrophe (I. Allen)               °    
La Flic chez les poulets (Tarantini)       °            
Le Continent fantastique (Piquer-Simon)       °            
Les Bidasses au pensionnat (Vocoret)       °            
Les Réformés se portent bien (Ph. Clair)               °    
Les Survivants de la fin du monde (Smight)                   °
Mademoiselle Cuisses longues (Martino)       °            
Mon premier amour (Chouraqui)   °                
Si vous n'aimez pas ça n'en dégoûtez pas les autres ! (Lewin)       °            
Vas-y maman ! (De Buron)           °        
Viol sous les tropiques (Massaccesi)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
La Vie comme ça (Brisseau)     **** ***            
Ce lieu sans limite (Ripstein)         ** ****        
Forza Bastia 78 (Tati)         **         **
Meurtres au 43ème étage (Carpenter)           **        

Rémi :
**** : Le Goût du saké / Meurtre d'un bookmaker chinois / Fedora / Le Convoi de la peur / Assaut / Rencontres du troisième type
*** : Croix de fer / La Chambre verte / Violette Nozière / Le Cri du sorcier / Le Convoi
** : Molière / The Last Waltz / Les Bronzés / MacArthur, le général rebelle
* : Piranhas / La Petite / Damien, la Malédiction II / Midnight Express / La Cage aux folles / La Coccinelle à Monte-Carlo / Robert et Robert
° : Grease / Les Dents de la mer 2 / La Zizanie / Emanuelle 2 / Goodbye Emmanuelle / La Prof et les cancres

Nolan :
*** : Le Convoi de la peur
** : La Malédiction de la Panthère rose / Grease
* : Rencontres du troisième type / Les Bronzés / La Ballade des Dalton / La Fièvre du samedi soir / Peter et Elliott le dragon / Mort sur le Nil / Les Dents de la mer 2
° : L'Epreuve de force / La Cage aux folles

Timothée :
**** : Croix de fer / Le Miroir
*** : Voyage à Tokyo / La Chambre verte / Rencontres du troisième type
** : Préparez vos mouchoirs / Les Bronzés / La Malédiction de la Panthère rose
* : La Cage aux folles

Antoine :
*** : Fedora / Sonate d'automne
** : Barberousse / Jeune et innocent / Intérieurs
* : Les Bronzés / La Ballade des Dalton
° : La Cage aux folles / La Zizanie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Le Goût du saké, Voyage à Tokyo, 3- Passe montagne, 4- Flammes, Hitler, un film d'Allemagne, Meurtre d'un bookmaker chinois, 7- Le Convoi de la peur, Le Cri du sorcier, Les Rendez-vous d'Anna, Tras Os Montes
Inédits : Ecce Bombo (Moretti), Forza Bastia 78 (Tati), La Vie comme ça (Brisseau) Marketing Mix (Rozier), Meurtres au 43e étage (Carpenter)

Mister Arkadin :
**** :
*** : Molière (8) ; Le Dossier 51 (8) ; The Last Waltz (8) ; Meurtre d’un bookmaker chinois (7,5) ; Jeune et innocent (7)
** : Les Bronzés (6) ; Tendre Poulet (6) ; Le Sucre (6) ; Le Miroir (6) ; Les Nouveaux Monstres (6) ; Préparez vos mouchoirs (6) ; Fedora (5) ; La Chambre verte (5) ; Rêve de singe (5) ; Violète Nozière (5) ; Intérieurs (5) ; Je suis à prendre (5) ; L’Esclave de l’amour (5)
* : Les Dents de la mer 2 (4) ; Passe-Montagne (4) ; Je suis un autarcique (3) ; Le ciel peut attendre ; La Carapate
o : Goodbye Emmanuelle (3) ; Emmanuelle 2 (2) ; La Zizanie (2) ; Comment se faire réformer (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Une histoire simple ; L’Argent des autres ; Un papillon sur l’épaule ; L’Etat sauvage ; Midnight Express ; Mort sur le Nil ; Stay Hungry ; Grease ; La Cage aux folles ; Jésus de Nazareth ; L’Amour violé ; Les Liens du sang

 

LE BOX-OFFICE :

1. Midnight Express, Alan Parker, 5 973 335 entrées
2. La Cage aux folles, Édouard Molinaro, 5 406 614 entrées
3. Grease, Randal Kleiser, 5 329 875 entrées
4. La Fièvre du samedi soir, John Badham, 4 361 587 entrées
5. Rencontres du troisième type, Steven Spielberg, 3 115 787 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Prix Méliès : Le Dossier 51 (Michel Deville)
- Grand prix du cinéma français : Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray)
- Prix Jean Vigo : Bako, l'autre rive (Jacques Champreux)
- César du meilleur film : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Oscar du meilleur film : Annie Hall (Woody Allen)
- Festival de Cannes, Palme d'or : L'Arbre aux sabots (Ermanno Olmi)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Las truchas (José Luis Garcia Sanchez), Ascensor (Tomas Muñoz) & Las palabras de Max (Emilio Martinez Lazaro)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Les Fainéants de la vallée fertile (Nikos Panayotopoulos)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Alambrista (Robert Malcolm Young)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1978 ? (72 votants)

1- Voyage à Tokyo (Ozu) (10 voix)
2- Rencontres du troisième type (Spielberg) (7 voix)
3- La chambre verte (Truffaut) / Le Convoi de la peur (Friedkin) / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) (5 voix)
6- Le miroir (Tarkovski) (4 voix)
3 voix : Croix de fer (Peckinpah), Midnight express (Parker), A la recherche de Mr Goodbar (Brook), Fedora (Wilder), Barberousse (Kurosawa)
2 voix : Grease (Kleiser), Le dossier 51 (Deville), Assaut (Carpenter), Le goût du saké (Ozu)
1 voix : L'arbre aux sabots (Olmi), La voix de son maître(Philibert), Mélodie pour un tueur (Toback), Molière (Mnouchkine), Violette Nozière (Chabrol), Le cercle infernal (Loncraine), Sonate d'automne (Bergman), Capricorn one (Hyams), Insiang (Brocka), Je suis un autarcique (Moretti), Préparez vos mouchoirs (Blier), Peter et Elliott (Don Chaffey), Retour (Ashby), Embraye bidasse, ça fume (Max Pécas)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1978 sur le site Encyclo-Ciné)

12/05/2015

Sur vos écrans en 1977

EDITORIAL :

Par Céline

anniehall00.jpgBe kind, rewind. Pas besoin de remonter ma montre pour revenir en 1977. Cette année, les montres sont à quartz : "la magie quotidienne à votre poignet". Si Roger Moore n’est pas l’espion que j’aime le plus, j’ai adopté sa Seiko à affichage digital qui égrène heures, minutes et secondes, comme le compte à rebours d’une année explosive. Tic, tac, tic, tac... Non, ces trucs là ne font pas un bruit. Alors, "Silence on (re)tourne !"

Janvier
Deux regards intenses du cinéma en couverture de La Revue du Cinéma et de Cinéma 77, Klaus Kinski dans Nuit d’or et Marcello Mastroianni dans Todo Modo. Dans Positif, les films du mois La Rose et la flèche, Le Coup de grâce, Moi, Pierre Rivière…, Jonas, qui aura vingt-cinq ans en l’an 2000 et Nuit d’or. Le programme est chargé et, comme le dit une jeune lectrice dans le courrier de La Revue du cinéma, "les prix étudiants, une blague ! Les samedis-dimanches, les jours de fêtes, comme par miracle, nous avons droit au tarif normal." Heureusement, les étudiants de la faculté de Nancy organisent le 2ème Festival Universitaire du Film Underground. On y découvre Anger, Morrissey et Brakhage. Entre "Cinéma et luttes des minorités" et "Erotisme et Underground", les amphis font le plein. L’année cinématographique commence et Henri Langlois s’en va…

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Février
"Les traits creusés, mais l’allure toujours sportive, une pilosité à faire pâlir d’envie Burt Reynolds, les gestes parfois mécaniques, le regard souvent vague." Mais qui peut bien être cet acteur interrogé dans les pages de Cinéma 77 ? Il n’avait plus tourné depuis 1932 parce qu’"on voulait me faire faire n’importe quoi : pendant la guerre, combattre à Pearl Harbour, me battre en duel avec Zorro, rencontrer les basketteuses soviétiques et, dernièrement, détourner des avions sur Kampala." S’il a accepté de rejouer ce rôle, c’est parce qu’il était "attaché sentimentalement à cette histoire d’amour". L’acteur ne regrette rien, mais formule quelques réserves sur ce nouveau film, qui ne laisse "plus beaucoup de place pour l’inconnu, pour l’imaginaire" et sa partenaire "plus terre à terre, plus en chair" qui n’a pas l’"allure diaphane", l’"aspect immatériel" de la première. King Kong a la dent dure.
Sur la façade des cinémas, Ferracci illustre magistralement Providence d’Alain Resnais, puis Le Casanova de Fellini. La belle affiche tente d’attirer le spectateur vers le grand écran alors que le petit propose un programme qui donne le tournis. Voir et revoir.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Mars
La saison des Festivals commence et il y en a pour tous les goûts : science-fiction et fantastique au Grand Rex ou à Clermont-Ferrand, "La Femme dans le cinéma" à Bruxelles, courts métrages français à Epinay, humour à Chamrousse ou Festival  du film des droits de l’homme à Strasbourg. Dans Positif, on revient sur la cinquième édition du Festival d’Avoriaz. Le jury présidé par Steven Spielberg a remis le Grand prix à Carrie et une mention spéciale à Sissy Spacek pour son interprétation. Alain Garsault s’interroge sur la disparition du fantastique traditionnel, "qui ne survit que par le satanisme" et l’ingérence de la science-fiction. L’heroic fantasy pointe aussi son nez avec Les Sorciers de la guerre de Ralph Bakshi, "branche de la science-fiction" qui, lit-on, ne peut "se développer sur l’écran autrement que par l’animation, tant elle exige de décors, de personnages, d’événements, éloignés de la réalité".
Connaissez-vous le célèbre PINOTALZIBERMAN ? La revue consacre cinq pages à ce metteur en scène d’un film unique "utilisant l’ensemble des codes culturels, les maniant et les remaniant, avec des procédés rhétoriques propres à ceux employés par la pub." Pendant ce temps sur FR3, dans l’émission L’Homme en question, Claude Chabrol déclare que "la connerie est plus intéressante car sans limites".

Avril
Retour sur un week-end Cahiers à Nantes dans les Cahiers du Cinéma. Quelques mots de Serge Daney résonnent : "Nous avons besoin aujourd’hui de films qui mettent le son moins fort. Qui obligent autant à tendre l’oreille qu’à bander le regard".
Dans la nuit du 8 au 9 avril, une salle d’Art et d’Essai de Perpignan est victime d’un vol avec effraction : 3 films, une caméra 16 mm et divers autres objets. Le 26 avril, un certain Comité perpignanais pour la paix sociale (que personne ne connaît) envoie au cinéma une lettre de chantage, exigeant la projection du film L’Arnaque et bien d’autres revendications fantaisistes comme le lâcher de poissons rouges dans la rivière ou le chauffage dans la guérite du policier de garde devant la préfecture. A suivre.

Mai
Rebondissements dans l’affaire du cinéma d’Art et d’Essai de Perpignan. Le 3 mai, un coup de téléphone au nom du Comité pour la paix sociale informe le cinéma que trois bobines volées se trouvent à la cité universitaire. Le 12 mai, après un nouveau coup de téléphone, un film est retrouvé brûlé. D’après la revue Cinéma 77, "la vraie raison (sans doute) de ce vol et de la destruction du film, réside dans cette phrase située au centre d’un dernier coup de téléphone : "on te forcera à donner des films pornos"".
13 mai : c’est l’ouverture du trentième Festival de Cannes et Maurice Bessy dresse un bilan noir de la situation du cinéma français : "Et si ce festival était celui de la dernière chance ?". 28 mai : le Festival de Cannes s’achève. A la télévision, le bilan contrasté se dresse depuis la plage de la Croisette. En effet, c’est en maillot de bain que la journaliste Monique Pantel et José Artur livrent leur point de vue sur le palmarès. On aura tout vu.

Juin
Il présidait le plus grand festival de cinéma du monde il y a encore quelques jours, Roberto Rossellini s’éteint le 3 juin. Dans la chronique des lecteurs de Cinéma 77, on s’emporte contre le tableau de la cote des films : "Quel est l’ostrogoth qui a osé n’accorder qu’une seule étoile à Hello Dolly ? Croyez-moi, c’est le Potemkine de la comédie musicale !". Au lendemain d’une nouvelle augmentation du prix des places de cinéma (15,50 francs en juin), on fait aussi le récit de projections catastrophiques : le son qui baisse jusqu’à devenir inaudible et la taille réduite de l’écran "qui commence à nous rapprocher du cinéma amateur à domicile : à quand les salles de cent personnes devant un écran de télévision ?". Le lecteur-spectateur craint d’y voir "les dernières cartouches d’une industrie à bout de souffle faute d’avoir compris que, sans cesser d’être une industrie, elle pouvait être autre chose de plus…" Rien ne va plus.

Juillet-Août
Sur les plages de France, on écoute en boucle Comme un oiseau. A Paris, une jeune fille d’à peine quinze ans traîne sa planche à roulettes au Trocadéro. Elle est belle et parle un français parfait. On ne sait pas très bien si elle travaille ou est en séjour linguistique à Paris. Une main attentive entre dans le champ de la caméra pour la coiffer alors qu’elle répond au journaliste. Rayonnante, Jodie Foster rappelle aux jeunes adolescents qui l’entourent qu’on "ne dit pas des gros mots sur les télés". Elle tourne Moi, fleur bleue.

Septembre
Dark Vador est la star en couverture de Positif qui consacre quinze pages au film de George Lucas. La Guerre des étoiles y est décrit comme "un divertissement pour speed freaks en blue jeans, une extravaganza de surfeur cosmique". "La Guerre des étoiles se situe à une époque indéterminée, dans une galaxie non spécifiée : elle peut avoir lieu dans un passé bien révolu ou dans un avenir vertigineusement lointain. Luke Skywalker accepte tout ce qui lui arrive avec un sentiment de familiarité, comme quelqu’un que l’inattendu n’étonnera jamais, un abonné de l’extraordinaire. Un univers nouveau, un mode de vie inédit répondent pour lui au : "what’s new ?" de l’étudiant californien devant un point d’herbe bien roulé. L’éternité pour lui est un rollercoaster, une attraction pop. (…) Pas de message occulte dans ce tohu-bohu spatial où les monstres et les fusées renvoient aux animaux familiaux et à la première bagnole d’adolescent. Le seul lien, presque involontaire, de ce film avec l’Histoire, c’est que par un caprice monumental de la consommation, George Lucas a (jusqu’au prochain record de recettes) bouleversé l’Histoire du Showbiz. (…) La Guerre des étoiles avec sa panoplie de voyageurs dans le temps digne d’un Abercrombie and Fitch du programme Apollo nous ramène à l’âge béni où les valeurs se télescopent, et où Le Conquérant de la planète Mars se lit d’une traite comme Les Trois mousquetaires ou Les Illuminations de Rimbaud. Cette jouvence qui réhabilite les genres a quelque chose du cadeau de Noël. Il contient lui aussi sa dialectique : elle est sur le seuil de votre porte, dans la bouteille de lait." Trip to the stars.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Octobre
16 octobre 1977, une bombe explose dans le Ridgetheatre de San Francisco qui projette Cet obscur objet du désir. Quatre bobines sont volées et on retrouve sur les murs des inscriptions injurieuses. Une des inscriptions est signée Mickey Mouse. Buñuel racontera plus tard cet événement en précisant d’abord qu’il avait tenu "à installer un climat d’attentats et d’insécurité, celui que nous connaissons tous, où que nous vivions dans le monde". L’explosion finale (ou réelle) n’effacera pas le trouble de la dernière image ; cette main qui reprise soigneusement la déchirure d’une dentelle blanche ensanglantée… Au fait, il paraît que de nombreux spectateurs n’ont pas remarqué qu’elles étaient deux…

Novembre
C’est l’heure des comptes. "Irrésistible descente", le nombre de spectateurs décroît de façon vertigineuse. On s’inquiète, on réclame des réformes, on montre du doigt le petit écran, le prix des places, les exploitants… Entre restrictions et incitations, certains cherchent des solutions. "L’absence de photos à l’entrée d’un cinéma, leur remplacement par des affichettes ne comportant que du texte, signalent traditionnellement les films à caractère pornographique. Néanmoins, cette méthode a été utilisée lors de la sortie à Paris d’un film fantastique interdit aux moins de 13 ans." Cinq affichettes pour un film :

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Décembre
Numéro 200 de Positif. Ils ont répondu à l’appel lancé au début de l’année 1977 et ont envoyé des correspondances, des projets, des scénarios originaux ou des dessins. L’ensemble est d’une richesse inouïe, mais il en manque un… Il s’en est allé le jour de Noël. Goodbye, the Tramp.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 691 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Annie Hall (Allen) *** *** **** **** *** **** *** **** *** ****
Cet obscur objet du désir (Buñuel) **** **** *** *** *** **** ***   **** ***
L'Homme qui aimait les femmes (Truffaut) **** *** *** *** *** *** *** **** *** ****
Providence (Resnais) ** **** *** **** *** **** ***   ** ****
Le Casanova de Fellini (Fellini) **** *** * *** **** **** *   **** ***
L'Esprit de la ruche (Erice) *** *** ** *** *** **** **     ***
L'Ami américain (Wenders) *** *** ° ** **** **** ** **** **** ***
Suspiria (Argento) *** *** * *** ** **** *** **** *** ****
Un seul bras les tua tous (Chang)           ****       ****
Obsession (DePalma) *** *** ** ** *** **** *** *** *** ****
Carrie (DePalma) ** ** *** **** ** **** * **** *** ****
Alice dans les villes (Wenders) *** **   **** *** **** **   *** **
Padre padrone (Taviani) ** **** * ** **** *** **   **** ***
Les Frissons de l'angoisse (Argento) ***   * ** ** **** ** **** *** ****
Le Fond de l'air est rouge (Marker) ** ****   *** ***   ***      
Pique-Nique à Hanging Rock (Weir) **   ** *** *** ****   ****   ***
Une journée particulière (Scola) ** *** **   *** *** ** *** *** ***
L'Œuf du serpent (Bergman) **     ** *** **** **   *** **
Network (Lumet) **   ***     *** *   **  
Dites-lui que je l'aime (Miller) ***   ** *** *** **     ***  
Sœurs de sang (DePalma) **   * ***   ****   ***   ***
La Ballade de Bruno (Herzog) ***     ** *** ***        
New York New York (Scorsese) ** *** ** ** ** *** ** ***   ****
Maman Küsters s'en va au ciel (Fassbinder) ***     *** * **** **      
L'Argent de la vieille (Comencini) ***   ***   ** *** **     **
Rage (Cronenberg) **     ** ** *** ** ****    
La Dentellière (Goretta) ** ***   *** *** **     * ***
Quand la panthère rose s'emmêle (Edwards) * **   *** ** **   **** ** **
Nous irons tous au paradis (Robert) ** * **** ** ** ** * *** ** ***
La Rose et la flèche (Lester) *   **   *** *** **   ** ***
Keoma (Castellari)     °   *** **** ** ***   ****
Le Dernier Nabab (Kazan) **   **   ** *** **   ** ***
L'Homme qui venait d'ailleurs (Roeg) *   ***     ***   *** ** **
Vertiges (Bolognini) ****   *     **     ** ***
Bubu (Bolognini) ***   **           *** **
La Communion solennelle (Féret) **       ***         ***
Trois Femmes (Altman) ***     *   ****        
L'Héritage (Bolognini)     ***     ***        
Les Révoltés de l'an 2000 (Ibañez-Serrador)           ****   **    
Gloria (Autant-Lara)     ****              
Duellistes (Scott) *   *   ** ****     ** **
Alice ou la Dernière Fugue (Chabrol) **     ** ** *** *   ** ***
Le Crabe-Tambour (Schœndorffer) **   *   *** * **   ***  
Mort d'un pourri (Lautner) *