Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Sur vos écrans en 1994

EDITORIAL :

Par Vincent J.

carlito00.jpgTrois couleurs, rouge

Avec le recul, les années quatre-vingt ont marqué un profond bouleversement du cinéma. Facile à dire quand on a ce recul et puis c'est sans doute vrai de chaque décennie. Mais celle-ci est la mienne, celle qui me voit passer de l'adolescence à l’âge adulte, celle de mes années d’étudiant propices entre toutes à l'exercice d’une cinéphilie galopante. C'est celle où se forgent les goûts et les dégoûts, où les découvertes marquent pour la vie. Reste que cette période me laisse avec une drôle de saveur dans la bouche. Le cinéma italien s'est écroulé, les promesses du cinéma français n'ont pas été tenues et obligent à se rabattre sur les sûres valeurs du passé (Rohmer, quelqu'un ?), le cinéma américain, mon alpha et mon oméga, a glissé vers un spectaculaire tapageur excluant petit à petit mais avec rapidité, les regards les plus ambitieux.
Les années quatre-vingt dix s'annoncent plus intéressantes, du moins plus aptes à entretenir la flamme du renouveau. Le cinéma asiatique entre nouveautés et (re)découvertes apporte une sacrée bouffée d'air frais. Et en cette belle année 1994, trois films montrent pour moi que tous les espoirs sont permis pour les années à venir. trois films à marquer d'une pierre rouge.


Fin mai, Nanni Moretti enfourche sa Vespa pour traverser Rome au mois d'août. Drôle et mordant, mélancolique et musical, libre comme jamais, Moretti avec son Journal intime laisse tomber le masque transparent de Michele Apicella pour s'adresser à nous à la première personne. Il nous parle de sa ville, de son pays et du monde, un vaste programme auquel il donne une cohérence en restant à la hauteur de Nanni Moretti, dans les rues romaines, d'île en île, de médecin en médecin. Il dit et montre très simplement ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, du cinéma gore à Jennifer Beals, du souvenir de Pasolini à un numéro musical de Silvana Mangano, de la télévision aliénante au culte de l'enfant roi, de la pharmacie envahissante aux guérisseurs les plus folkloriques. Son style, fluide, vif, fait le reste, aidé par une bande son tout aussi diverse qui mêle Keith Jarrett à Leonard Cohen, le fidèle Nicola Piovani à Khaled. Moretti agrippe à pleines mains cette matière hétéroclite et en ordonne le chaos comme il collectionne les coupures de journaux pour tenter de donner un sens au monde dans lequel il vit. Cinéaste et cinéphile, il fait des listes, classe et donne son canon, le seul qui vaille, celui qui lui est propre. Sa conclusion tient en deux phrases : "Je suis un splendide quadragénaire" et "Boire un verre d'eau le matin ne peut pas faire de mal". En 1994, accédant glorieusement à la trentaine, je ne peux qu'être sensible à cette promesse et me réjouir des lettres rouges du titre qui éclatent sur les devantures des cinémas. Et derrière Moretti se fait jour une nouvelle génération de cinéastes, discrets mais tenaces, Marco Risi, Daniele Luchetti, Gianni Amelio, ou Michele Soavi, annonçant le renouveau d'un cinéma qui me manquait trop.


C’est en mai aussi que la Croisette s'est esclaffée et à frémit pour Pulp fiction, consacrant d'une palme son réalisateur de trente ans, Quentin Tarantino. Comme Moretti, le jeune américain offre un film gigogne à la narration éclatée, d'une forme rigoureuse mais souple qui brasse tout à la fois trente années de cinéma américain, versant populaire, et un portait de l'Amérique contemporaine. Je me souviens d'une discussion avec un critique de radio qui était resté sceptique. Derrière le jeu et la décontraction arrogante, Pulp fiction est un instantané aussi juste d'agaçant de l'Amérique, agaçant parce que juste : mélange des cultures, goût des motos, des armes et des voitures, culte de l’efficacité et de l'argent, mysticisme, rapport tordu à la sexualité, nostalgie des 50's, télescopages musicaux, et la présence envahissante du "big mac". La fiction tape à l’œil de Tarantino est aussi précise que la forme documentaire de Moretti. Il réactive d'anciennes gloires (Travolta, grandiose), s'amuse avec des stars (Willis, Walken), et puise dans le cinéma de genre. Son film est lui aussi, dans un autre registre, musical et libre. Tarantino ne cherche pas à organiser le chaos de cette Amérique dans laquelle il s'ébat avec jubilation. A travers ses héros schématiques et glorieux, il est à l’aise comme le poisson dans son bocal, au risque de la complaisance. Avec lui, c'est la confirmation insolente d'une nouvelle génération indépendante, Hal Hartley, Jim Jarmush, les frères Coen qui renouvelle la grosse machine hollywoodienne. Et comme dans son film précédent, le sang coule à flots, rouge vif, trouvant son apothéose quand il éclabousse les vitres de la voiture de Vincent et Jules après un malencontreux accident qui pulvérise le crâne de leur complice. En 1994 c'est un spectacle qui réjouit mes plus bas instincts.


Rouge, c'est en mars la couleur du manteau de la petite fille qui traverse le ghetto de Cracovie. Tache aveuglante de couleur dans un monde d'horreur en noir et blanc plongé dans le chaos par la barbarie nazie. D'une colline surplombante, Oskar Schindler suit la marche si fragile. Il voit ce que le monde se refuse à voir, la plaie béante de la destruction des juifs d’Europe. Allemand, industriel, opportuniste, membre du parti nazi par intérêt, Schindler est une figure ambiguë mais justement exemplaire pour sa part d'humanité qui ne va pas sombrer, comme pour tant d'autres, et lui permettre d'affronter la folie meurtrière du monde. Ce choix de Steven Spielberg n'est étonnant que pour ceux qui restent à la surface de l’œuvre du réalisateur. Schindler est le médiateur parfait pour s'adresser à l'occidental moyen de 1994 et pour Spielberg, cinéaste à succès, américain, juif, le seul point de vue tenable pour affronter ce sujet délicat entre tous. Spielberg est un cinéaste travaillé par l'histoire et l'ambition d'un cinéma américain en prise sur le monde, celui de John Ford, de George Stevens, de Samuel Fuller, de Frank Borzage, un cinéma qui a conscience de sa force, de sa fragilité parfois, mais qui croit en sa capacité à montrer, raconter et transmettre. En cela la foi de Spielberg en son art s'oppose à la vision d'un Jean-Luc Godard qui ne cesse d'en pointer l'échec. Positions irréconciliables. En France, une partie de la critique, Gérard Lefort et ses larmes ravalées, Jacques Mandelbaum, Louis Skorecki et Claude Lanzmann entonnent l'air du "Il ne faut pas", brandissant les textes sacrés de Jacques Rivette et Serge Daney. La polémique est malgré tout fertile car elle amène à reposer les questions de la représentation, ouvrant des pistes pour l'avenir, pour l'après Shoah quand le dernier témoin se sera tu. Car La liste de Schindler est plus profondément la tentative d'un homme qui n'a connu ni les temps ni les lieux du drame, pour approcher l'indicible et se confronter à la réalité du manteau rouge, jusqu'à ce que sa main tremble et qu'il ait le courage de montrer cette main trembler. Terrible scène des douches si mal comprise ! Qu'il soit un homme catalogué dans le spectacle en est trop pour certains. Mais les limites qu'ils lui donnent ne sont que leurs propres limites, légitimes après tout. La réalité du film, c'est un défi au cœur de Hollywood, un film en noir et blanc, avec des dialogues partiellement en allemand, polonais et yiddish, à la violence sans fard, qui exprime avec lucidité les limites d'un homme et d'un artiste : "Il en faudra beaucoup plus" dit un personnage. "J'aurais pu faire tellement plus" dit Schindler. Le film montre aussi, pour ceux qui suivent et estiment le cinéaste depuis vingt ans, que son œuvre sous son vernis de divertissement, est traversée de visions sombres d'exodes, de camps, d'une violence insoutenable, d'enfances meurtries, de figures du mal incarnées dans le pouvoir, d'un monde livré au chaos où se dressent ça et là de simples hommes qui ont su distinguer la petite robe rouge. En 1994, je ne doute pas d'avoir trouvé le cinéaste de ma vie.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 193 longs métrages (sur les 409 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
L'Impasse (De Palma)   *** **** **** *** *** ** **** ***   **** ****
Printemps tardif (Ozu)   ***     *** **** ***     ****   ****
Journal intime (Moretti)   **** * **** **** **** *** **     *** ****
Pulp Fiction (Tarantino) *** *** **** ** *** **** ** ** *** *** **** ****
Short Cuts (Altman) *** **** **** ** **** *** ** ** *** ****   ***
Wallace et Gromit (Park) *** *** ***   ****   **   ***     ****
Bonjour (Ozu)   ***   ** ***   *** ***   ****   ***
Trois Couleurs : rouge (Kieslowski)   ***   * *** **** * ***   ** **** ***
Ladybird (Loach)   *   *** *** *** ** ****       ***
L'Etrange Noël de Monsieur Jack (Selick) *** *** * ** **** *** * ** *** **   ****
Exotica (Egoyan)   *** * *** **** ****   **     ** **
Les Roseaux sauvages (Téchiné)   *** **** *** *** *** ** * **      
Veillées d'armes (Ophuls)     ****   ***              
Soleil trompeur (Mikhalkov)   **   ** **     ***     *** ****
Délivrance (Ray)         ****   * ****        
Trois Couleurs : blanc (Kieslowski)   ***   * *** *** * ***   ** *** ***
La Reine de la nuit (Ripstein)   ***   ** ** ****            
Amateur (Hartley)   **   *** ** ****            
Pas très catholique (Marshall)   ***   *** ** ***           **
Petits Arrangements avec les morts (Ferran)   ***   *** ***   **     **    
Délits flagrants (Depardon)   ***   *** ***   **   **      
Au nom du père (Sheridan)         *** ****   ** **   *** *
Regarde les hommes tomber (Audiard)   ****   ** *** *** * **        
L'Eau froide (Assayas)   ** * *** *** *** **     ***    
L'Enfer (Chabrol)   *** ** *** ** *** * ** ** **   ***
Le Grand Saut (Coen)   **   *** ** *** * ** ** **   ***
La Reine Margot (Chéreau) ** ***   ** ° ****     ** **   ***
Les Vestiges du jour (Ivory) ** **   ***   **     **     ***
J'ai pas sommeil (Denis)   ***   ** ** ****   *        
Il était une fois le Bronx (De Niro)     ***     ***       **   **
Salé sucré (Lee)   **   **   ***         ***  
La Jeunesse de la bête (Suzuki)       ** ** ****            
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****            
Mrs Parker et le cercle vicieux (Rudolph)         ** ****           **
Vivre (Zhang)         *** ** ***          
Trop de bonheur (Kahn)   ***   ** ***              
Le Bazaar de l'épouvante (Heston)           ***       ***   **
Ce lieu sans limites (Ripstein)         ** ****            
L'Empire de la fortune (Ripstein)   ***     ***              
Le Lâche (Ray)   ***     ***              
Tiens ton foulard Tatiana (Kaurismäki)       ***   ***            
Blue Chips (Friedkin)                       ****
L'Ange noir (Brisseau)   ** *** *** **   * **        
Quatre Mariages et un enterrement (Newell) * ** * ** ** *** *** * ** * ** ****
La Liste de Schindler (Spielberg)   ** *** ° ** ** ** * ** ** ** ****
The Baby of Mâcon (Greenaway)       ** * ***   **       ***
Entretien avec un vampire (Jordan) * ***   *   ***     ** *   ***
Lettre pour L... (Goupil)       ** ***   **          
Un été inoubliable (Pintilie)   **   ** ***              
Jeanne la pucelle (Rivette)   **   *** ° *** ** **        
Les Patriotes (Rochant) ** ** *   ** ***   ***   °   **
Serial Mother (Waters)   **   **   **     *     ***
Ruby in Paradise (Nunez)     **     ***            
Eté précoce (Ozu)         **   ***          
L'Ile au trésor (Ruiz)       ** ***              
Lamerica (Amelio)         **             ***
The Mask (Russell)   ** *     ***     ** * ** **
La Cité de la peur (Berberian) * * ** ** ° **     ** **** **  
L'Armée des ténèbres (Raimi)       **   **     *     ***
Kika (Almodovar)   ** ° **** ** ** * *       **
Speed (De Bont)   ° ***   ° ***     ** **   **
Grosse Fatigue (Blanc) * **   *** ** *     ** *    
M. Butterfly (Cronenberg)   *   ** ** ***         *  
Fresa y chocolate (Alea)   **   ** ** **   *        
La Vie d'un tatoué (Suzuki)     * **   ***            
La Séparation (Vincent)   **   ** **              
Le Paradis blanc de l'enfer (Nakamura & Kumora)           ***            
La Grande Citrouille (Comencini)         ***              
Romeo Is Bleeding (Medak)           ***            
Baby Cart dans la terre de l'ombre (Misumi)           ***            
Le Territoire des démons (Misumi)           ***            
L'Escorte (Tognazzi)           ***            
Mi vida loca (Anders)           ***            
Fresh (Yakin)     ***                  
Rapa Nui (Reynolds)           ***            
True Lies (Cameron) ° ° *** **   ***   * * ** **  
Tetsuo (Tsukamoto)       * ° ****           **
Rasta Rockett (Turteltaub)           **     ° *** **  
Mina Tannenbaum (Dugowson)   **   **   *           **
Forrest Gump (Zemeckis) ° ** ** ° ** **   * * *** ** *
Le Roi lion (Allers & Minkoff)     **           * * *** *
Le Sabre de la vengeance (Misumi)         * ***            
Trauma (Argento)           ***           *
Texasville (Bogdanovich)                   *   ***
Muriel (Hogan)   *       ***            
Le Cerf-volant bleu (Tian)   **     **              
Belle Epoque (Trueba)           **           **
Le Journal (Howard)           **           **
Backbeat (Softley)           **           **
Bab El Oued City (Allouache)       ** **              
Katia Ismaïlova (Todorovski)       ** **              
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)     *   **   **          
The Crow (Proyas)           **     *     **
Le Fils préféré (Garcia)   ***   ** * *   * ** °   *
Maverick (Donner)   **       **     * * *  
Tueurs nés (Stone)   * ° **   ***   * ° °   **
Philadelphia (Demme) ° * ** °   **       *   **
La Machine (Dupeyron)       °   ***   *        
Geronimo (Hill)           **       **   °
Blink (Apted)           **     * *    
Farinelli (Corbiau)   *       **           *
Baraka (Fricke)           **           *
Entre ciel et terre (Stone)   *       **            
Les Sœurs Munakata (Ozu)     *   **              
Hexagone (Chibane)       **       *        
Malice (Becker)           **   *        
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse (Kaurismäki)       ** *              
Blown Away (Hopkins)           **     *      
Cool World (Bakshi)                       **
Personne ne m'aime (Vernoux)       **                
Grande Petite (Fillières)   **                    
Le Journal de Lady M (Tanner)       **                
Etat second (Weir)           **            
Les Amoureux (Corsini)       **                
Les Aventures de Huckleberry Finn (Sommers)     **                  
Le Retour des morts-vivants 3 (Yuzna)                       **
Les Silences du palais (Tlatli)         **              
La Partie d'échecs (Hanchar)                       **
Clerks (Smith)       **                
I Like It Like That (Martin)           **            
Wonder Boy (Vecchiali)       **                
Le Royaume des diamants (Ray)                        
La Fille de D'Artagnan (Tavernier)   **   ° * *   * * ° ** *
Wolf (Nichols)   *   °   ***     ° *   *
L'Affaire Pélican (Pakula) * °       *     *   **  
Tombstone (Cosmatos)           **     * *   °
Le Sourire (Miller)       ** ° *   *        
Wyatt Earp (Kasdan)           **     * *   °
Danger immédiat (Noyce)     **     *     °     *
L'Homme sans visage (Gibson)           **     ° *    
Neuf Mois (Braoudé)   °   *           **    
Madame Doubtfire (Columbus)   ° ** °   *     ° **    
Le Colonel Chabert (angelo)   °   *   *   *       *
Guet-Apens (Donaldson)           **     °      
Sex and Zen (Mak)       °   **            
Absolom 2022 (Campbell)           *     *      
Killing Zoe (Avary)           *           *
Demolition Man (Brambilla) °         *     ° **    
Sauvez Willy (Wincer)     **       *   ° °    
Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (Segal)       *         °   * *
Deux Garçons, une fille, trois possibilités (Fleming)   °   °   *   °       **
Color of Night (Rush)       °   *   ° °     **
Un Indien dans la ville (Palud)     ** °   °     ° *    
Timecop (Hyams)           **     ° °    
Le Client (Schumacher)       °   **     °      
Aux petits bonheurs (Deville)   *   * °              
Bonsoir (Mocky)         °     *       *
Mister Jones (Figgis)           *            
Le Voleur d'arc-en-ciel (Jodorowsky)                       *
Police Story 3 (Tong)                 *      
Critters 3 (Peterson)                   *    
Critters 4 (Harvey)                   *    
L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse (Harel)       *                
Gilbert Grape (Hallström)                 *      
Le Ballon d'or (Doukouré)                   *    
Police Academy : Mission à Moscou (Metter)                   *    
L'Affaire Karen McCoy (Mulcahy)           *            
Nous les enfants du vingtième siècle (Kanevski)         *              
Pour l'amour d'une femme (Mandoki)           *            
Aux bons soins du docteur Kellogg (Parker)           *            
Gettysburg (Maxwell)                   *    
Casque bleu (Jugnot)       **   °     ° °    
Le Parfum d'Yvonne (Leconte)       ° °     *       *
Léon (Besson) ° ° * °   *   * ° °    
Pas de vacances pour les Blues (Ross)           *     °      
Le Bon Fils (Ruben)           *     °      
L'Irrésolu (Ronssin)       °       *        
Belles de l'Ouest (Kaplan)           *       °    
L'Ours en peluche (Deray)       °       *        
Opération Shakespeare (Marshall)                 ° *    
The Shadow (Mulcahy)           *     °      
Sister Act, acte deux (Duke)           *     ° °    
Piège en eaux troubles (Herrington)           °     ° ° *  
Montparnasse Pondichéry (Robert)       °                
Les Trois Mousquetaires (Herek)           °            
Macho (Luna)       °                
Elles ne pensent qu'à ça (Dubreuil)       °                
Délit mineur (Girod)       °                
Terrain miné (Seagal)           °            
Wayne's World 2 (Surjik)                   °    
Deux Doigts sur la gâchette (Sarafian)           °            
L'Extrême Limite (Harris)           °            
My father, ce héros (Miner)       °                
Milliardaire malgré lui (Bergman)                   °    
Elles n'oublient jamais (Frank)       °   °            
Intersection (Rydell)   °       °            
Priez pour nous (Vergne)       °         °      
A toute allure (Rifkin)           °     °      
L'Expert (Llosa)           °     °      
Les Complices (Shyer)           °     °      
La Famille Pierrafeu (Levant)                 ° °   °
La Vengeance d'une blonde (Szwarc)       °   °     ° °    
Le Flic de Beverly Hills 3 (Landis)       °   °     ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
The Lovers (Tsui)     °   ** *** ***       *** ****
L'uomo che guarda (Brass)       **                
Leçon de vie (Lehman)       **                

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Roi Lion, Rob Minkoff & Roger Allers, 10 135 871 entrées
2. Un Indien dans la ville, Hervé Palud, 7 870 802 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement, Mike Newell, 5 791 728 entrées
4. Madame Doubtfire, Chris Columbus, 5 025 829 entrées
5. Forrest Gump, Robert Zemeckis, 3 963 919 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Prix Méliès : Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski)
- Prix Jean Vigo : Trop de bonheur (Cédric Kahn)
- César du meilleur film : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Oscar du meilleur film : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)
- Festival de Venise, Lion d'or : Before the rain (Milcho Manchevski) & Vive l'amour (Tsai Ming-liang)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Pulp fiction (Quentin Tarantino)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Au nom du père (Jim Sheridan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Jarre (Ebrahim Forouzesh)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Dias contados (Imanol Uribe)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1994 sur le site Encyclo-Ciné)