10/07/2014

Sur vos écrans en 1968

EDITORIAL :

Par le Dr Orlof

200100.jpgDifficile de dresser un bilan cinématographique de cette année 68 alors que le plus beau des films semble s’être déroulé dans la rue. Tout se passe comme si ce souffle de liberté, ce goût de l’insoumission que l’on ressentait depuis quelques années dans de nombreux films s’étaient soudainement propagés dans la population estudiantine et ouvrière pour faire face à un pouvoir gaulliste en pleine décrépitude. Que restera-t-il de l’embrasement de Mai 68 ? Seul l’avenir pourra nous le dire mais il est d’ores et déjà certain que rien ne sera plus comme avant.

Et le cinéma dans tout ça ? Il est amusant de constater que de nombreux réalisateurs furent, d’une certaine manière, des précurseurs de ces évènements. Lorsqu’en février 1968, le pouvoir gaulliste décide de mettre son nez dans la gestion de la Cinémathèque française et de limoger Langlois, c’est le tollé immédiat. Les cinéastes de l’ancienne "nouvelle vague" prirent alors la tête d’un vaste mouvement de protestation qui regroupa les cinéastes les plus célèbres du monde entier.
En plein cœur des évènements de mai, on retrouve Godard et Truffaut (mais également Lelouch, Malle, Berri…) venus à Cannes pour interrompre le festival. Certains cinéastes protestent (Polanski qui n’arrive pas à saisir la véritable teneur de cette révolution et qui croit voir ressurgir les spectres du stalinisme à la polonaise) tandis que d’autres retirent leurs films. Un des films préférés de notre rédaction, le splendide Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais souffrira de cette annulation du festival et sera très peu vu. Mais qu’importe : l’art se fait désormais dans la rue.
Si Truffaut et Godard sont ensemble sur scène pour empêcher la projection de Peppermint frappé de Carlos Saura en s’agrippant aux rideaux devant l’écran, c’est peu dire que leurs trajectoires respectives diffèrent. A mille lieues des évènements politico-sociaux, l’auteur des 400 coups poursuit les aventures d’Antoine Doinel dans Baisers volés. Sentimental, drôle, élégant et nostalgique, le film a enchanté notre équipe. A l’inverse, Godard a abandonné cette année les circuits traditionnels de distribution. Pour l’ORTF, il tourne un film didactique intitulé Le gai savoir mais la chaîne de télévision refuse de le diffuser. Et comme l’époque n’est plus au "je" de l’auteur mais au "nous" collectif, il tourne collectivement un film militant intéressant mais aride : Un film comme les autres.

Dans la foulée de Mai 68, les états généraux du cinéma sont créés. Une nébuleuse de films militants vont être tournés pendant les évènements et après. Les collectifs éphémères se forment et disparaissent. D’anciens élèves de l’IDHEC et les membres d’un groupe évoluant dans le cadre libertaire de la clinique psychiatrique de La Borde dirigée par Jean Oury et Félix Guattari s’étaient déjà unis pour créer le collectif ARC (atelier de recherche cinématographique) dont le but était de réaliser collectivement des films politiques et sociaux.
On pourra se faire une petite idée de toute cette effervescence militante dans la "compilation" proposée dans Mai 68 par lui-même. Certains titres sont de véritables coups de poing (La reprise du travail aux usines Wonder) tandis que d’autres sont plus directement politisés comme Oser lutter, oser vaincre du groupe "Cinéma Ligne Rouge". Pour une vision plus globale et/ou désenchantée de ces évènements, on regardera le grand documentaire de William Klein Grands soirs, petits matins ou l’intéressant film de Labarthe et Comolli Les deux marseillaises.

L’équipe de Zoom Arrière ne semble guère avoir goûté au bouillonnement révolutionnaire de Mai. Elle a distingué des films qui s’inscrivent à la fois dans le cinéma de genre (la science-fiction, le western…) mais capables néanmoins d’innover. Kubrick l’emporte avec son fabuleux 2001, l’odyssée de l’espace, grand spectacle capable de réjouir les familles du monde entier et fable métaphysique ouvrant à de multiples interprétations. Quant à Leone, il poursuit avec Le bon, la brute et le truand son travail de déconstruction des mythes du western classique. De la flopée de westerns italiens que nous avons pu voir cette année, celui-là est assurément le meilleur. Dans le même esprit, attribuons des mentions à ceux qui surent renouveler les conventions de genres stéréotypés : Polanski avec son effrayant Rosemary’s baby dans le domaine de l’épouvante, Fleischer et son étonnant Etrangleur de Boston dans le domaine du film criminel ou encore Schaffner avec son film d’anticipation La planète des singes.

Pour conclure, un petit mot des "nouveaux cinéma" qui naquirent un peu partout dans le monde à la suite de la "nouvelle vague" française et qui portaient en eux, d’une certaine manière, cet esprit de subversion qui a gagné les campus en 68. Ces courants ont été assez bien représentés cette année puisque nous avons pu découvrir un Bertolucci déjà ancien (Prima Della Rivoluzione) et un excellent Pasolini (Œdipe roi) pour l’Italie, le splendide Chronique d’Anna Magdanela Bach de Jean-Marie Straub pour l’Allemagne, le controversé Rouges et blancs de Jancso pour la Hongrie, un nouveau Forman (Au feu les pompiers) pour la Tchécoslovaquie sans parler des jeunes cinéastes français prometteurs (Luc Moullet, Philippe Garrel, Philipe Bordier…)

Que restera-t-il de 68 ? Une riche année cinématographique et l’utopie d’un monde où l’Art et la vie ne feraient plus qu’un…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 145 longs métrages (sur les 450 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
2001, l'odyssée de l'espace (Kubrick) *** ****   *** **** **** **** **** **** ****
Le Point de non-retour (Boorman) ***   ****   **** **** ** **** **** ****
Le Bon, la brute et le truand (Leone) ** **** *** ** **** **** *** *** **** ****
Je t'aime je t'aime (Resnais) *** ****   **** *** **** *** *** *** ***
Le Plongeon / The Swimmer (Perry) ****         ****     ****  
Baisers volés (Truffaut) **** *** *** *** *** ** *** *** **** ***
Œdipe roi (Pasolini) ****     ***   **** *** ***    
L'Heure du loup (Bergman) *** *** ° **** *** **** ***   *** **
L'Incompris (Comencini) ****   **** ** ** **** *** **    
De sang-froid (Brooks) ***     *** **** **** * ***   ***
Chronique d'Anna Magdalena Bach (Straub) ****   *** ***   *** *** **   ***
Rosemary's Baby (Polanski) ** *** ** *** **** *** ** ** ****  
Bonnie et Clyde (Penn) ** *** ** *** *** *** ** ** **** ***
L'Etrangleur de Boston (Fleischer) ***     *** ** *** ** ** **** ***
Comanche Station (Boetticher) **   ****     ***       ***
La Planète des singes (Schaffner) * *** * *** *** *** ** ** **** ***
The Shooting (Hellman) ***   ° ** *** *** **   ****  
Le Dernier Train du Katanga (Cardiff)           ***       ****
Mon chemin (Jancso)         *** ****        
Le Lauréat (Nichols) *** *** *** **   ** ** * ****  
El Chuncho (Damiani)     ** *   ****       ****
La Mariée était en noir (Truffaut) *** *** ** ** ** *** ** ** *** ***
Le Bal des vampires (Polanski) ** **   ** ** *** ** ** *** ***
Danger Diabolik (Bava)     **** *   ****   °   ****
Au feu les pompiers ! (Forman) **     **   *** ** ***   ***
L'Ouragan de la vengeance (Hellman) ***   ° ** *** **     ****  
Les Biches (Chabrol) **   *** ** * **** * **   ***
Astérix et Cléopâtre (Leblanc)     **     *     ** ***
Le Livre de la jungle (Reitherman) ** ** **     ***     **  
Police sur la ville (Siegel) **   **     ***       ***
Le Détective (Douglas) ***   ***     **        
Le Temps des vautours (Girolami)       **   ***       ***
Sept Secondes en enfer (Sturges) **   ***             ***
Dix-Septième Parallèle (Ivens)   ***     ***          
Le Prêteur sur gages (Lumet)           ***     ***  
Will Penny le solitaire (Gries)           ***       ***
Reflets dans un œil d'or (Huston) ***   * * *** **** ** *   **
Un soir, un train (Delvaux) * *** ° ** *** ***   ***    
Benjamin ou les Mémoires d'un puceau (Deville) ** ***   **   ** * ***    
Prima della rivoluzione (Bertolucci) **   ° *** ** ****   *    
Le Corbeau d'Edgar Poe (Corman)       ** * ***       ***
Navajo Joe (Corbucci)       *   ***   **   ***
Rouges et blancs (Jancso) **   °   **** ***        
Cimetière pour morts-vivants (Pupillo)       *   ***       ***
L'Enterré vivant (Corman)       ** *** **        
La Mort était au rendez-vous (Petroni)     *     ***       ***
Le Dernier Jour de la colère (Valerii)     *     ***       ***
Dans la chaleur de la nuit (Jewison) * *** °     ****   *   ***
Histoires extraordinaires (Vadim, Malle & Fellini) **     ** ** *   ***   **
Alexandre le bienheureux (Robert) ° ** * **   *** * ** ** ****
L'Affaire Thomas Crown (Jewison) ** ** *     *** * *   ***
Charlie Bubbles (Finney) **       ***          
Escalier interdit (Mulligan) ***   **              
L'Incident (Peerce) **         ***        
Le Jour de la haine (Fago)       **           ***
Le Renard (Rydell) **         ***        
Les Contrebandières (Moullet) ***     **            
Les Monstres de l'espace (Baker)         ** ***        
Terre en transe (Rocha) **           ***      
La Grande Lessive ! (Mocky) *     ** * **   **   ***
Roméo et Juliette (Zeffirelli)   *       *   * **** **
L'Homme qui ment (Robbe-Grillet)       **   ***   *    
La Bande à Bonnot (Fourastié)           **   *   ***
La Tombe de Ligeia (Corman) *     **   ***        
Bandidos (Dallamano)           ***        
Bandits à Milan (Lizzani)           ***        
Le Jour des Apaches (Thorpe)     ***              
Mai 68 par lui-même (collectif)       ***            
Oliver ! (Reed)               ***    
Trois Milliards d'un coup (Yates)                   ***
Une minute pour prier, une seconde pour mourir (Giraldi)                   ***
La Chamade (Cavalier) *   ° *       *** *** **
La Barrière (Skolimowski) **       **          
La Chine est proche (Bellocchio) **       **          
La Guerre des cerveaux (Haskin)           **       **
Loin de la foule déchaînée (Schlesinger) *         ***        
Petulia (Lester) **     **            
Tony Rome est dangereux (Douglas) ***         *        
La Prisonnière (Clouzot) °   * ° * ***   ****    
Pendez-les haut et court (Post) *   ** *   **   *   **
A chacun son dû (Petri) *         *** *      
Cinq Cartes à abattre (Hathaway) *         **       **
Fantasmes (Donen)     * **       **    
La Motocyclette (Cardiff)       **   ***   °    
Le Viol du vampire (Rollin)       *   **   **    
Boom ! (Losey) *   °   ** ***   *    
Barbarella (Vadim) °   ° *   ***   *   **
Bandolero (McLaglen)           **   *   *
Devine qui vient dîner ? (Kramer) *         **       *
Les Sorcières (Visconti, Bolognini, Pasolini, Rossi & De Sica) *   *     **        
Pancho Villa (Kulik)           *   *   **
Ho (Enrico)           *   **    
Kriminal (Lenzi)       *   **        
Le Fantôme de Barbe Noire (Stevenson)               *   **
Les Cracks (Joffé)           *       **
Tante Zita (Enrico) *             **    
Au pan coupé (Gilles)             **      
Caroline chérie (De La Patellière)               **    
Ce salaud d'inspecteur Sturlingh (Miraglia)           **        
Custer, l'homme de l'Ouest (Siodmak & Lerner)                   **
Django prépare ton cercueil (Baldi)                   **
Drôle de couple (Saks)           **        
Dynamite Jim (Balcazar)                   **
Je suis curieuse (Sjöman)       **            
Je vais, je tire et je reviens (Girolami)                   **
La Brigade du diable (McLaglen)                   **
La Louve solitaire (Logereau)           **        
La Vallée des poupées (Robson)           **        
Le Retour de Django (Civirani)                   **
Les Anges aux poings serrés (Clavell)           **        
Les Deux Marseillaises (Comolli & Labarthe)       **            
Maldonne pour un espion (Mann)           **        
Un cerveau d'un milliard de dollars (Russell)           **        
Le Petit Baigneur (Dhéry)   ° * * * **   *   **
Seule dans la nuit (Young) °         **   *    
Le Pacha (Lautner) ° *   °   **   *   *
Les Chiens verts du désert (Lenzi)           **       °
Manon soixante-dix (Aurel)           °   **    
Le Tatoué (De La Patellière) °     °   **   * * *
Mazel Tov ou le Mariage (Berri) *     °       *    
Adieu l'ami (Vautrin)           *        
Camelot ou le Chevalier de la reine (Logan)           *        
Johnny Banco (Allégret)               *    
L'Astragale (Casaril)           *        
Le Justicier de l'Arizona (Neilson)                   *
Le Rapace (Giovanni)           *        
Les Idoles (Marc'O)       *            
Ne jouez pas avec les martiens (Lanoë)                   *
Sous le signe de Monte-Cristo (Hunebelle)               *    
Te casse pas la tête Jerry (Paris)                   *
Le Gendarme se marie (Girault)   ° ** ° ° *   ° ° *
Angélique et le sultan (Borderie)   °       *   *   °
Mayerling (Young) ° *       °   *    
Le Franciscain de Bourges (Autant-Lara) *   °              
Ces messieurs de la famille (André)       °   *       °
La Petite Vertu (Korber)     ° °   *        
Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (Audiard)   °     ° °   *    
Coplan sauve sa peau (Boisset) °                  
L'Homme à la Buick (Grangier)       °            
La Condition de l'homme I (Kobayashi)     °              
La Leçon particulière (Boisrond)           °        
Poker d'as pour Django (Bianchi-Montero)                   °
Prudence et la pilule (Cook & Neame)           °       °
Sept Winchester pour un massacre (Girolami)                   °
Shalako (Dmytryk)                   °
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Faces (Cassavetes) **** ****   *** **** **** ***   ****  
Profond désir des dieux (Imamura) **** ****       ****        
Le Révélateur (Garrel) ***     ***            
Adieu clarté d'été (Yoshida)       ***     **      
Amour dans la neige (Yoshida)       ***     **      
Vixen (Meyer) **     **   **       **
Le Gai Savoir (Godard)       **     **      
Un film comme les autres (Godard)       **     *      

Nolan :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / Bonnie et Clyde
*** : Le Bon, la brute et le truand / Baisers volés / La Planète des singes / Astérix et Cléopâtre / Le Livre de la jungle
** : Le Point de non-retour / Le Bal des vampires / L'Affaire Thomas Crown
* : La Mariée était en noir
° : Le Petit Baigneur / Le Gendarme se marie

Antoine :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / L'Heure du loup
*** : Rosemary's baby / Le Bal des vampires / Astérix et Cléopâtre
** : Le Bon, la brute et le truand / La Planète des singes / L'Etrangleur de Boston / Le Lauréat / La Grande Lessive !
° : Le Petit Baigneur / Le Tatoué / Le Gendarme se marie

Timothée :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / Le Bon, la brute et le truand / The Shooting
*** : Baisers volés / La Planète des singes / L'Ouragan de la vengeance
** : Bonnie et Clyde
* : Le Gendarme se marie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- 2001, l'Odyssée de l'espace, 2- Prima della Rivoluzione, 3- L'Heure du loup, 4- La Barrière, 5- Baisers volés, 6- Chronique d'Anna Magdalena Bach, 7- Le Point de non retour, 8- Rosemary's Baby, 9- Les Biches, 10- Les Contrebandières
Inédits : Faces (Cassavetes), Notre-Dame des turcs (Bene), Profond désir des dieux (Imamura), Piège (Baratier),Le Révélateur (Garrel)

Mister Arkadin :
**** : L’Incompris (9)
*** : Le Bon, la brute et le truand (7) ; La Planète des singes (7) ; Baisers volés (7) ;
** : 2001, l’odyssée de l’espace (7) ; Bonnie and Clyde (6) ; Cinq Cartes à abattre (6) ; Alexandre le bienheureux (5) ; Je t’aime, je t’aime (5) ; Le Point de non-retour (5) ; La mariée était en noir (5) ; Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (5)
* : Le Bal des vampires (4) ; Au feu les pompiers ! (4)
o : L’Homme à la Buick (2) ; L’Ouragan de la vengeance (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Reflets dans un œil d’or ; Un soir, un train ; Benjamin ou les Mémoires d’un puceau ; Dans la chaleur de la nuit ; Pendez-les haut et court ; Barbarella ; Bandolero ; Ho ; Le Tatoué

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Livre de la Jungle, Wolfgang Reitherman, 14 695 741 entrées
2. Le Gendarme se marie, Jean Girault, 6 828 626 entrées
3. Le Bon, la brute et le truand, Sergio Leone, 6 319 405 entrées
4. Le Petit Baigneur, Robert Dhéry, 5 542 796 entrées
5. Helga, de la vie intime d'une jeune femme, Erich Bender, 4 121 349 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Baisers volés (François Truffaut)
- Prix Méliès : Baisers volés (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Baisers volés (François Truffaut)
- Oscar du meilleur film : Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison)
- Festival de Venise, Lion d'or : Les Artistes sous le chapiteau : perplexes (Alexander Kluge), sortie prévue en 1969
- Festival de Berlin, Ours d'or : Ole dole doff (Jan Troell)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : I Visionari (Maurizio Ponzi)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Un jour parmi tant d'autres (Peter Collinson), sortie prévue en 1969

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1968 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Chronique d'Anna Magdalena Bach (Jean-Marie Straub), 2. Prima della rivoluzione (Bernardo Bertolucci), 3. The Edge (Robert Kramer), 4. Toby Dammit (Federico Fellini), 5. Il ne faut pas mourir pour ça (Jean-Pierre Lefebvre), 6. Le Règne du jour (Pierre Perrault), 7. La Barrière (Jerzy Skolimowski), 8. Baisers volés (Francois Truffaut), 9. L'Ouragan de la vengeance (Monte Hellman), 10. La Mariée était en noir (Francois Truffaut) & Les Contrebandières (Luc Moullet)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1968 sur le site Encyclo-Ciné)

10/06/2014

Sur vos écrans en 1967

EDITORIAL :

Par Edouard S.

vaudou00.jpgVingt-quatre ans. C'est le temps qu'il aura fallu attendre pour découvrir sur nos écrans Vaudou / I walked with a zombie, sans doute le chef d'œuvre de la paire Lewton-Tourneur. Le meilleur film de l'année est donc, selon nous, un film de 1943.
Un "vieux" film américain en tête de notre classement : la chose est assez piquante quand on sait à quel point ces douze mois ont vu s'accentuer encore la tendance observée depuis quatre ou cinq ans. Hollywood ne parvient en effet toujours pas à trouver un nouveau souffle et les réussites qui en proviennent n'ont jamais été aussi peu nombreuses dans le haut de notre tableau (et encore, leur nombre fut augmenté par d'autres arrivées tardives, celle d'un Joseph Losey de 1948, d'un Don Siegel de 1955 et d'un Samuel Fuller de 1957). Le grand cinéma classique américain n'en finit plus d'agoniser, ne semblant plus réserver que quelques beaux fruits tardifs (El Dorado ou l'art de la reprise par Howard Hawks).

Cet affaissement s'effectue alors que Nouvelle Vague et autres Free Cinema ont propagés leurs effets en trainées de poudre un peu partout ailleurs. Aux quatre coins du monde (même si l'Asie reste cruellement aux abonnés absents pour la distribution), de jeunes cinéastes s'expriment avec une audace et une liberté jusque là inconnues, plaçant soudain leur pays sur la carte du cinéma, parfois à eux seuls. Quel plaisir d'accéder enfin à ces nouveaux horizons, d'apprendre ces nouveaux noms aux consonances toutes autres qu'anglo-saxonnes, d'être surpris et parfois soulevés par les films des polonais Skolimowski et Kawalerowicz, du soviétique Kontchalovski, des tchécoslovaques Chytilova et Passer, du suédois Widerberg, du danois Carlsen, de l'allemand Kluge, des brésiliens Rocha et Guerra, du hongrois Jancso (on nous dit que ce dernier a tourné cette année pas moins de deux chefs d'œuvres coup sur coup, Rouges et blancs et Silence et cri, que nous découvrirons bientôt) ! D'autres collaborateurs que moi vous diraient sans doute que cette effervescence n'est pas uniquement géographique mais concerne aussi les genres, comme le montre la santé actuelle de l'horreur britannique et du western italien.

Place aux jeunes donc, mais les Maîtres ont su eux aussi donner de la voix, et comment ! Buñuel et Bergman ont offert deux de leurs meilleurs films, en tout cas, assurément, parmi les plus importants de leur carrière. Antonioni, a fédéré comme jamais il n'avait réussi à le faire en peignant la folie du Swingin' London dans Blow-up. Il est reparti de Cannes avec la Palme d'or en poche et nous pouvons noter, à ce propos, une fois n'est pas coutume, la pertinence des récompenses données cette année au fil des grands festivals.

Du côté de nos cinéastes hexagonaux, Jacques Demy a bien failli être sacré chez nous pour la deuxième fois grâce à ses merveilleuses Demoiselles de Rochefort. Voici réalisé pour de bon ce rêve insensé d'une comédie musicale à la française, résultat d'efforts salués par Gene Kelly lui-même.
La nature d'une vague, fut-elle nouvelle, est d'avoir des hauts et des bas. 1967 fut l'année de Rohmer et de Rivette (sa magnifique "Religieuse de Diderot" a réussi l'exploit d'attirer 2,9 millions de spectateurs, succès réconfortant, venant après des mois de bataille juridique contre la censure cléricale et politique) plutôt que de Chabrol, encore assez décevant, ou de Truffaut, absent des écrans. Godard, lui, ne s'est pas ménagé : pas moins de quatre films sont sortis sous son nom. De plus en plus radical, son geste de cinéaste peut éblouir mais divise encore et encore. Il semblerait qu'il puisse toutefois compter pour l'éternité sur le soutien des Cahiers du Cinéma qui lui ont réservé cette année trois des dix premières places de leur référendum.

Quant à nos "Maîtres" à nous, ils se nomment Bresson, Tati et Melville, trois hommes poussant leur cinéma respectif chacun vers sa pointe extrême avec Mouchette, Playtime et Le Samouraï, au risque d'agacer certains au plus haut point. Nous avouerons être assez fier, cependant, de proposer à Zoom Arrière le même grand écart de notes pour Playtime que pour Oscar d'Edouard Molinaro. Et d'ailleurs, il faut dire aussi que, quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse, le roi de 67 aura été sans contestation possible Louis De Funès. Les chiffres du box-office sont à ce sujet des plus éloquents.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 134 longs métrages (sur les 404 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Vaudou (Tourneur) **** **** **** **** **** **** ** ***   ****
Les Demoiselles de Rochefort (Demy) **** **** **** **** **** **** **** *** * ****
Persona (Bergman) *** **** * **** **** **** **** **** **** ****
Belle de jour (Buñuel) **** **** ** **** **** **** *** *** **** ****
Playtime (Tati) **** **** ° **** **** *** *** **** ** ****
Mouchette (Bresson) **** **** ° **** ****   ** **** **** ***
Le Samouraï (Melville) *** ** ** *** **** **** ** **** * ****
Blow-Up (Antonioni) *** **** ° ** *** **** **** ** **** ***
El Dorado (Hawks) ***   **** ** *** **** *** ***   ***
La Collectionneuse (Rohmer) *** *** ** *** * **** ** **** ****  
Quarante Tueurs (Fuller) ***   ** *** ** **** ** ** **** ****
Pharaon (Kawalerowicz)         *** ****       ***
L'Invasion des profanateurs de sépultures (Siegel) ***   ** ** *** **** ** ** *** ****
Voyage à deux (Donen) ***   *** ** ** *** *** ** *** ****
La Religieuse (Rivette) ** **** ° *** **** ****   ** ***  
Le Départ (Skolimowski) ***       ***     *** ***  
Le Garçon aux cheveux verts (Losey) *** *** ****   *** ***
* **   ***
Frankenstein créa la femme (Fisher)           ***       ****
Le Premier Maître (Kontchalovski) ***       ****          
Le Temps du massacre (Fulci)           ***       ****
Accident (Losey) **   **** **   **** ** **    
Week-End (Godard) **** *** ° ****     ** *** *** *
Deux ou trois choses que je sais d'elle (Godard) **** *** * **   ** ** *** **** *
La Chinoise (Godard) **** *** *** ** **** ** ** * *** °
Les Douze Salopards (Aldrich) **   *** ** * *** * *** *** ***
Les Petites Marguerites (Chytilova) ***   ° ** *** ****        
Elvira Madigan (Widerberg) ** ***     ***       **  
Mise à sac (Cavalier) **   ***     **       ***
Eclairage intime (Passer) ***   ***   **          
Hombre (Ritt)           ***     *** **
Les Mauvaises Fréquentations (Eustache) ***       ***          
Un ange pour Satan (Mastrocinque)           ***       ***
Marie et le curé (Medveczky, cm) ****                  
Made in USA (Godard) *** *** ° *** ***   **   *** °
La Comtesse de Hong Kong (Chaplin) *** *** ***   ** * ** *    
La Bombe (Watkins)   *** °   ** ***   *** **  
Propriété interdite (Pollack) **   **     **   **   ***
Trains étroitement surveillés (Menzel) **   **   * ****   **    
Jerry la grande gueule (Lewis) ****     * **         **
Luke la main froide (Rosenberg) **         ***   * ***  
L'Enfer de la corruption (Polonski) ***   *     ***        
Le Dieu noir et le diable blond (Rocha) ***   °     ****        
Qui a peur de Virginia Woolf ? (Nichols) * **       *** ** * ***  
La Canonnière du Yang Tsé (Wise) **       ** **   *   ***
Chuka le redoutable (Douglas)     ***             **
Jeu de massacre (Jessua) **       ***          
L'Affaire Al Capone (Corman)           **       ***
La Chasse au lion à l'arc (Rouch) ***           **      
Le Pistolero de la rivière rouge (Thorpe)           **       ***
Le Théâtre de Monsieur et Madame Kabal (Borowczyk) **             ***    
Os Fuzis (Guerra)       ** ***          
Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur (Hill)         ** ***        
Un homme de trop (Costa-Gavras) **                 ***
Le Scandale (Chabrol) **     ** ** **        
Les Compagnons de la marguerite (Mocky) *     **       **   ***
La Grande Combine (Wilder) *   ** *** **   * **    
Le Voleur (Malle) *   ° *** ** ***   **    
Les Aventuriers (Enrico) *   *     **   **   ***
Trans-Europ Express (Robbe-Grillet)       **   ***   *    
Anita G (Kluge)         ***          
Chefs-d'œuvre de Walt Disney                   ***
La Faim (Carlsen)         ***          
Le Jardin des tortures (Francis)                   ***
Le Marin de Gibraltar (Richardson)           ***        
Loin du Vietnam (Godard, Ivens, Klein, Lelouch, Resnais, Varda, Pic & Marker)   ***                
Sept Fois femme (De Sica)                   ***
Trois Jours et un enfant (Zohar)           ***        
Casino Royale (Huston, Hughes, Guest, Parrish & McGrath) °     *   **   **   ****
Le Voyage fantastique (Fleischer)     ** ** * ** * *   **
Invasion planète X (Honda)       *           ***
L'Opération diabolique (Frankenheimer) ***   *              
La Route de l'Ouest (McLaglen)           **       **
Le Retour de Ringo (Tessari)     °             ****
On ne vit que deux fois (Gilbert) *   *     **   *   ***
Le Vieil Homme et l'enfant (Berri) ** ** *   ** *   *    
La Femme reptile (Gilling)       *   **       **
Opération San Gennaro (Risi) *         **       **
Qu'as-tu fait à la guerre papa ? (Edwards) **     **     *      
La Grande Sauterelle (Lautner)       *   **   *   **
La Mégère apprivoisée (Zeffirelli)       °   *       ***
Oscar (Molinaro) ° °   ** ° * ** * ** ****
Astérix le Gaulois (Leblanc)     **           * *
La Nuit des généraux (Litvak) *         *   *   **
Femmes préhistoriques (Carreras)           *       **
La Caravane de feu (Kennedy)           *       **
La Dixième Victime (Petri) °         ***        
La Symphonie des héros (Nelson) *                 **
Le Groupe (Lumet) **         *        
Plus féroces que les mâles (Thomas)           *       **
Adios gringo (Stegani)                   **
Arizona Colt (Lupo)                   **
Batman (Martinson)                   **
Dans les griffes du maniaque (Franco)           **        
L'Extravagant Docteur Dolittle (Fleischer)                   **
L'Horizon (Rouffio)     **              
L'Ombre d'un géant (Shavelson)                   **
La Reine des Vikings (Chaffey)           **        
Le Credo de la violence (Laughlin)           **        
Les Anges sauvages (Corman)           **        
Mes funérailles à Berlin (Hamilton)           **        
Que vienne la nuit (Preminger)     **              
Shakespeare Wallah (Ivory) **                  
Si j'étais un espion (Blier)       **            
Texas addio (Baldi)                   **
Un homme pour l'éternité (Zinnemann)           **        
Les Grandes Vacances (Girault)       ** ° °   *   **
Fantômas contre Scotland Yard (Hunebelle)   *   * * *   *   *
Diaboliquement vôtre (Duvivier) °         *       **
Indomptable Angélique (Borderie)           *   *   *
Le Grand Meaulnes (Albicocco)           *       *
Les Risques du métier (Cayatte)           °       **
L'Etranger (Visconti) **   °       °      
Estouffade à la Caraïbe (Besnard)           *        
J'ai même rencontré des tziganes heureux (Petrovic) *                  
L'Homme qui rit (Corbucci)           *        
L'Homme qui valait des milliards (Boisrond)           *        
La Blonde de Pékin (Gessner)               *    
La Vingt-Cinquième Heure (Verneuil)               *    
Le Désosseur de cadavres (Castle)           *        
Le Grand Bidule (André)                   *
Le Soleil des voyous (Delannoy)           *        
Peau d'espion (Molinaro)           *        
Poupées de cendre (Francis)       *            
Un coin de ciel bleu (Green)           *        
Vivre pour vivre (Lelouch)           *        
F comme Flint (Douglas) °         *        
Le Fou du labo 4 (Besnard)                   *
Le Retour des sept (Kennedy)           °       *
Un idiot à Paris (Korber)       °   °        
Grand Prix (Frankenheimer)           °        
La Route de Corinthe (Chabrol)       °            
Lamiel (Aurel)           °        
Le Canard en fer-blanc (Poitrenaud)                   °
Le Vicomte règle ses comptes (Cloche)       °            
Texas nous voilà (Gordon)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Rébellion (Kobayashi)     ***   ** ****        
Don't look back (Pennebaker)     *   *** ****        
Nuages épars (Naruse) ****   *              
Titicut follies (Wiseman)       ** ***          
Flamme et femme (Yoshida)       ***            
La Commissaire (Askoldov)         ***          
La Marque du tueur (Suzuki)       ***            
Passion ardente (Yoshida)       **            

Antoine :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Belle de jour / Playtime / La Collectionneuse
** : Quarante Tueurs / Les Douze Salopards
* : Casino Royale / Le Vieil Homme et l'enfant / Oscar / Astérix le Gaulois / Fantômas contre Scotland Yard

Timothée :
**** : Vaudou / Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
*** : Persona / Le Samouraï / El Dorado / La Collectionneuse / Quarante Tueurs
** : L'Invasion des profanateurs de sépultures / Voyage à deux / La Chinoise / Made in USA

Nolan :
**** : Le Samouraï / Blow-up
*** : Les Demoiselles de Rochefort / Playtime
** : Belle de jour / La Mégère apprivoisée / Astérix le Gaulois
* : Casino Royale / On ne vit que deux fois
° : Fantômas contre Scotland Yard / Le Fou du labo 4

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Belle de jour, Playtime, Vaudou, Week-end, 5- La Comtesse de Hong-Kong, Les Demoiselles de Rochefort, Persona, 8- La Collectionneuse, Le Premier Maître, Voyage à deux
Inédits : La Marque du tueur (Suzuki), Wavelength (Snow), Scenes from Under Childhood (Brakhage), Début (Pelechian)

Mister Arkadin :
**** : L’Invasion des profanateurs de sépultures (9) ; Quarante Tueurs (8)
*** : La Grande Combine (7) ; El Dorado (7)
** : Le Voleur (6) ; Le Samouraï (6) ; Vaudou (6) ; Le Vieil Homme et l’enfant (5) ; Accident (5) ; Les Douze Salopards (5) ; La Canonnière du Yang Tsé (5) ; Oscar (5)
* : Les Aventuriers (4) ; Belle de jour (4) ; Blow-Up (4) ; Casino Royale (4) ; La Comtesse de Hong Kong (3)
o : Playtime (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Persona ; Deux ou trois choses que je ne sais d’elle ; Les Grandes Vacances ; Mouchette

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Grandes Vacances, Jean Girault, 6 986 917 entrées
2. Oscar, Édouard Molinaro, 6 122 041 entrées
3. Les Douze Salopards, Robert Aldrich, 4 670 542 entrées
4. On ne vit que deux fois, Lewis Gilbert, 4 489 249 entrées
5. Fantômas contre Scotland Yard, André Hunebelle, 3 557 971 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Benjamin ou les mémoires d'un puceau (Michel Deville), sortie prévue en 1968
- Prix Méliès : Belle de jour (Luis Buñuel) et Mouchette (Robert Bresson)
- Grand prix du cinéma français : Vivre pour vivre (Claude Lelouch)
- Oscar du meilleur film : Un homme pour l'éternité (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Belle de jour (Luis Buñuel)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Blow-Up (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Départ (Jerzy Skolimowski)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Terre en transe (Glauber Rocha)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Voyage à deux (Stanley Donen)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1967 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Persona (Ingmar Bergman), 2. Belle de jour (Luis Buñuel), 3. Weekend (Jean-Luc Godard), 4. La Chasse au lion à l'arc (Jean Rouch), 5. Playtime (Jacques Tati), 6. Jerry la grande gueule (Jerry Lewis), 7. Les Petites Marguerites (Vera Chytilova) & La Religieuse (Jacques Rivette), 9. Deux ou trois choses que je sais d'elle (Jean-Luc Godard), 10. La Chinoise (Jean-Luc Godard)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1967 sur le site Encyclo-Ciné)

10/05/2014

Sur vos écrans en 1966

EDITORIAL :

1966 : barre à l'Est

Par Jean-Luc L.

falstaff00.jpgL'aventure économique de la Nouvelle Vague a vécu. Chabrol semble être revenu de ses aventures commerciales sans grand intérêt mais La ligne de démarcation, sujet sérieux s'il en est, ne convainc pas vraiment. A la fraicheur juvénile, potentiellement révolutionnaire, semble succéder une conscience de plus en plus aigüe de l'étouffoir bourgeois. Truffaut est parti à Londres tourner son film en anglais, Fahrenheit 451, au sujet tout aussi sérieux, et Jean-Marie Straub s'exile en Allemagne pour Non-Réconciliés, adaptation d'un roman de Heinrich Böll où il raconte comment le peuple allemand oublie ce qui l'a conduit vers l'abîme. Dans Masculin féminin, Godard met en scène "les enfants de Marx et du Coca Cola. Comprenne qui voudra" formule qui s'éloigne du simple constat pour inciter à penser que le monde n'est beau que si on arrive à le penser. Le philosophe pense en donnant du sens, le cinéaste pense en donnant une forme. Le but est de présenter la trace de l'effort vers la saisie de ce réel. Resnais serait aussi d'accord avec la formule de Godard selon laquelle il faut "faire rendre gorge à la réalité". La guerre est finie, loin d'être un constat d'échec du combat contre le franquisme, s'interroge au contraire sur les nouvelles formes de lutte nécessaires pour un retour de la démocratie en Espagne. Au hasard Balthazar et Le deuxième souffle complètent un bilan quand même très positif pour le cinéma français et ce d'autant plus que c'est pour la télévision française que Rossellini met en scène La prise du pouvoir par Louis XIV.

Les Etats-Unis s'essoufflent aussi. Frontière chinoise, sacrifice d'une femme pour en sauver six autres de la barbarie, pourrait bien être, dit-on, le dernier film de John Ford alors que le haletant Rideau déchiré n'apporte rien de plus à la gloire d'Alfred Hitchcock. Alors que David Lean donne une triste image de la révolution soviétique dans le mélodramatique Docteur Jivago, Arthur Penn dresse un portrait tout aussi peu reluisant de la province du sud de l'Amérique dans La poursuite impitoyable. Bien heureusement, Shakespeare inspire toujours et le Falstaff de Welles permet enfin la sortie sur nos écrans du Château de l'araignée, Kurosawa de 1957.

En Italie, le western italien se révèle d'autant plus fort qu'il est de plus en plus psychotique. Le vilain de Et pour quelques dollars de plus est un mexicain cyclothymique attiré par l'autodestruction interprété par Gian Maria Volonté. Dans Django (Sergio Corbucci), le personnage se fait passer pour un croque-mort, hanté par la mort de sa femme. Mais le cercueil qu'il porte derrière lui comme un fardeau contient une mitrailleuse. Les masques rouges du gang du major Jackson rappellent ceux du Klux-Klux-Klan. Plus que la domination de la race blanche, c'est la volonté de puissance par le sang qui doit couler qu'ils revendiquent.

C'est de l'est que vient le renouveau. Les chevaux de feu (Serguei Paradjanov), un conte situé dans les Carpates orientales, narre un amour tragique entre Ivan et Maritchka, dont les familles se détestent. Les amours d'une blonde (Milos Forman) est l'exemple parfait des aspirations artistiques de nouvelle vague tchèque (la Nova Vlna). Court, simple, ancré dans le réel, souvent léger, le film se veut générationnel, photographie pertinente d'une jeunesse tchécoslovaque caractérisée par le désœuvrement et l'inquiétude, loin des valeurs positives prônées par le réalisme soviétique
Avec Répulsion, Polanski ne se permet aucune distraction, aucun effet gratuit dans sa mise en scène du comportement prédateur masculin, travaillant avec maîtrise la bande sonore : gouttes d'eau, bruits de pas, de mouches, de cloche de l'orphelinat comme autant d'éléments habituellement inquiétants ici paradoxalement plutôt rassurants dans l'univers toujours menacé de la blanche et douce Carol qui sera poussée au meurtre par un traumatisme de l'enfance. Manuscrit trouvé à Saragosse (Wojciech Has) est un film à tiroirs où s'accumulent une centaine d'histoires différentes : histoires de pirates, de bandits, de guerres, récits semi-autobiographiques, légendes surnaturelles. Le film est sorti en Pologne en 1965 dans une version de 178 minutes. Le distributeur français nous la propose dans une version raccourcie avec une majorité de coupes dans la deuxième moitié du film. Mais c'est Has lui même qui les a supervisées.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 146 longs métrages (sur les 422 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Falstaff (Welles) *** **** ****     **** ** *** *** ****
Frontière chinoise (Ford)   **** **** *** *** **** **     ***
Le Château de l'araignée (Kurosawa) **** **** ** *** *** **** ** **   ***
Au hasard Balthazar (Bresson)   **** ° *** *** **** ** **** ****  
Répulsion (Polanski)   ***   *** *** **** ** ** **** ***
Et pour quelques dollars de plus (Leone)   ** *** ** ** **** ** ** **** ****
Le Manuscrit trouvé à Saragosse (Has)   ***     *** **** **     ***
Cul-de-sac (Polanski)   *** ° *** **** ****   ** *** ***
Vivre (Kurosawa)   *** °   ****   *** ****   ***
La Poursuite impitoyable (Penn)   *** *** ** ** **** ** ** *** ***
Le Deuxième Souffle (Melville) *** *** * *** ** *** ** ***    
Masculin féminin (Godard) *** *** ** *** **   *** ** **** *
Les Amours d'une blonde (Forman)   *** ** *** ***   ** ***    
Pour une poignée de dollars (Leone)   *** ** ** ** **** * ** **** **
L'Invasion des morts-vivants (Gilling)       **   ***       ****
Le Seigneur de la guerre (Schaffner)   **       ***       ****
Les Diamants de la nuit (Nemec)   **     *** ****        
Les Sans-Espoir (Jancso)   ***     *** ***        
Mickey One (Penn)   ***   **   ****        
Walkover (Skolimowski)   ***     *** ***        
Le Roi de cœur (De Broca)   *** ***     ***       **
Les Chevaux de feu (Paradjanov)   **** ° ****     ***      
Non-Réconciliés (Huillet & Straub)   ***   ** ***   ***      
Django (Corbucci)     **     **** ** ** * ****
Les Poings dans les poches (Bellocchio)   *** ° ** *** ****   ***    
La Guerre est finie (Resnais)   ** ° *** *** *** ** ****    
La Vie de château (Rappeneau)   ** °   *** ***   **   ***
Bunny Lake a disparu (Preminger)   *** *** ** ** *** * *   ***
La Grande Course autour du monde (Edwards) ** **   ** ** ****   *   ***
Ne nous fâchons pas (Lautner) **       ** ***       ***
Onibaba (Shindo)       ** ** ****   **    
Détective privé (Smight)   ***     ** ***        
Le Kid de Cincinnati (Jewison)   ***       ***   **    
Les Amants d'outre-tombe (Caiano)           ***       ***
Les Cœurs verts (Luntz)   ***     ***          
Mademoiselle (Richardson)           ****   **    
The Man I Love (Walsh)   *** ***              
Les Amoureux (Zetterling)                   ****
Les Ruses du diable (Vecchiali)     ****              
Le Rideau déchiré (Hitchcock)   ***     ** *** ** **   **
Docteur Jivago (Lean)   ** *     ** ** **   ****
Dracula prince des ténèbres (Fisher) *     ** * ****   **   ***
Le Corps et le fouet (Bava)     * ** * ****   **   ***
La Grande Vadrouille (Oury) ** * ** ** ** *** * * ** ***
Fahrenheit 451 (Truffaut)   *** ° ** * *** **   *** *
Les Professionnels (Brooks)   ** * ° ** ***   ** *** ***
Le Chevalier de Maupin (Bolognini)   **       **   ***    
Les Jeux de l'amour et de la guerre (Hiller)   ** **             ***
Un pistolet pour Ringo (Tessari)           ***   *   ***
La Pampa sauvage (Fregonese)     **             ***
La Proie nue (Wilde)     **     ***        
Les Sables du Kalahari (Endfield)           **       ***
Tant qu'on a la santé (Etaix)   **   ***            
Trois sur un sofa (Lewis)   **               ***
Brigitte et Brigitte (Moullet)   *** ° **         ***  
Arabesque (Donen)   *   ** * **   **   ***
Un homme et une femme (Lelouch)   ** ** ° *** ** * *    
Ces messieurs dames (Germi)   * °   * ***       ****
La Prise du pouvoir par Louis XIV (Rossellini)   *** **   °   **   **  
L'Espion qui venait du froid (Ritt)   **       ***   *    
La Bourse et la vie (Mocky)   **   **           **
Le Vol du Phénix (Aldrich)   *           **   ***
Les Camarades (Monicelli)   **   * ***          
Porgy and Bess (Preminger)     ***         *    
Don Quintín l'amer (Buñuel)   ***                
Jeux de nuit (Zetterling)                   ***
L'Extase et l'agonie (Reed)               ***    
La Force des ténèbres (Reisz)         ***          
Le Chat dans le sac (Groulx)                   ***
Le Crâne maléfique (Francis)           ***        
Les Héros de Telemark (A. Mann)                   ***
Objectif 500 millions (Schoendorffer)               ***    
Sept contre la mort (Bianchini & Ulmer)   ***                
Un grand noceur (Buñuel)   ***                
Les Désarrois de l'élève Toerless (Schlöndorff)   **   **     * **    
Du rififi à Paname (De La Patellière)           **   **    
Galia (Lautner)           *       ***
L'Enfer sur la plage (Bénazéraf)       **   **        
Le Masque de Fu Manchu (Sharp)           ***   *    
L'Amour avec des si (Lelouch)   **   **           *
Les Maîtresses du docteur Jekyll (Franco)       **       *   **
Paris brûle-t-il ? (Clément)   ° *   * ** * **   ***
Aux postes de combat (Harris)   ** °     *       ***
Nevada Smith (Hathaway)   *       **   *   **
Un million d'années avant Jésus-Christ (Chaffey)       *   *   *   ***
Vierges pour le bourreau (Pupillo)       *   **   *   **
Quoi de neuf Pussycat ? (Donner)   *   *   ***   *    
La Ligne de démarcation (Chabrol)   * °   * **       **
Modesty Blaise (Losey)   ° °     **   **   **
La Bataille des Ardennes (Annakin)           *     ** *
Le Voyage du père (De La Patellière) **         °   **    
Qui êtes-vous Polly Maggoo ? (Klein)     ° ** *          
Ligne rouge 7000 (Hawks)     °             ***
Rancho Bravo (McLaglen)           **       *
Solo pour une blonde (Rowland) *         **        
The Caretaker (Donner)   *           **    
Alfie le dragueur (Gilbert)           **        
Billy le menteur (Schlesinger)   **                
Duel au couteau (Bava)           **        
El Kebir, fils de Cléopâtre (Baldi)           **        
Guerre et paix (Bondartchouk)   **                
L'Homme au crâne rasé (Delvaux)   **                
Le Baron de Crac (Zeman)   **                
Le Crépuscule des aigles (Guillermin)           **        
Le Dollar troué (Ferroni)                   **
Le Grand Casino (Buñuel)   **                
Le Prince noir (Siodmak)               **    
Matt Helm, agent très spécial (Karlson)           **        
Notre homme Flint (D. Mann)           **        
On a volé un tram (Buñuel)   **                
Parmi les vautours (Vohrer)                   **
Raspoutine, le moine fou (Sharp)           **        
Sept Hommes en or (Vicario)           **        
Soleil noir (De La Patellière)               **    
Superman contre les femmes vampires (Corona-Blake)           **        
Une balle au cœur (Pollet)   **                
Une femme en blanc se révolte (Autant-Lara)     **              
Angélique et le Roy (Borderie)       *   *   *   *
Alvarez Kelly (Dmytryk)   *       *       *
Khartoum (Dearden)           *   *    
L'Espion aux pattes de velours (Stevenson)   *           *    
Opération opium (Young)             *     *
Tiens bon la rampe Jerry (Douglas)   *               *
Le Grand Restaurant (Besnard) *     °   °   * *  
La Mélodie du bonheur (Wise)   °         * *    
Chambre à part (Thorpe)               *    
Comment voler un million de dollars (Wyler)   *                
La Bataille de la vallée du Diable (Nelson)                   *
Le Rio de la mort (Buñuel)   *                
Les Innocents charmeurs (Wajda)         *          
Pour le Mistral (Ivens, cm)         *          
Rien ne sert de courir (Walters)           *        
Surcouf le tigre des sept mers (Bergonzelli)           *        
Tendre Voyou (Becker)               *    
L'Appât de l'or noir (Philipp)           °       *
La Statue en or massif (Rouse)   *       °        
La Bible (Huston)         ° *       °
Brigade antigangs (Borderie)           °        
Commissaire San-Antonio (Lefranc)           °        
La Curée (Vadim)       °            
Les Centurions (Robson)           °        
Madame X (Rich)           °        
Monnaie de singe (Robert)               °    
Monsieur le Président-directeur général (Girault)           °        
Trois Enfants dans le désordre (Joannon)           °        
Winnetou III (Reinl)           °        
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Opération peur (Bava)   **     ***     ***   ****
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****        
Tatouage (Masumura)     ° ** *** ****        
Elégie de la bagarre (Suzuki)       ** ** ***        
Good times, wonderful times (Rogosin)         ***          
Le lac des femmes (Yoshida)       ***            

Timothée :
**** : La Vie de château
*** : Et pour quelques dollars de plus / Pour une poignée de dollars / La Grande Vadrouille / Fahrenheit 451 / Un homme et une femme
** : La Poursuite impitoyable / Bunny Lake a disparu / Porgy and Bess
* : Paris brûle-t-il ?

Nolan :
*** : Le Deuxième souffle
** : Et pour quelques dollars de plus / Pour une poignée de dollars / Ne nous fâchons pas / La Grande Vadrouille
* : Le Rideau déchiré / Paris brûle-t-il ? / Quoi de neuf Pussycat ? / Le Grand Restaurant

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Céline :
**** : Le Château de l'araignée / Vivre / Masculin féminin / La Guerre est finie
*** : Répulsion / Au hasard Balthazar / Cul-de-sac / Le Deuxième souffle / La Grande Course autour du monde / Don Quintin l'amer
** : Pour une poignée de dollars / La Vie de château / Le Kid de Cincinnati / Le Rideau déchiré / Docteur Jivago / Fahrenheit 451 / Un homme et une femme / Un Grand Noceur / Le Grand Casino / On a volé un tram
* : Dracula prince des ténèbres / La Grande Vadrouille / La Mélodie du bonheur
° : Le Grand Restaurant

Frédéric :
1- Frontière chinoise, 2- Walkover, 3- Les Chevaux de feu, 4- L'Homme au crâne rasé, 5- Au hasard Balthazar, 6- Non réconciliés, 7- Ligne rouge 7000, 8- Masculin féminin, 9- Quelque chose d'autre (Chytilova), 10- Le Rideau déchiré & Bunny Lake a disparu
+ Chelsea Girls (Warhol) - inédit

Anna :
*** : Les jeux de l'amour et de la guerre, Masculin féminin, Le rideau déchiré, Brigitte et Brigitte, Farenheit 451, Pour une poignée de dollars
** : La grande course autour du monde, La mélodie du bonheur
* : Quoi de neuf Pussycat ?

Mister Arkadin :
**** : Au hasard Balthazar (8) ; Et pour quelques dollars de plus (8)
*** : Nevada Smith (7)
** : La Grande Vadrouille (6) ; Pour une poignée de dollars (6) ; Les Professionnels (6) ; Falstaff (6) ; La Poursuite impitoyable (6) ; Le Rideau déchiré (5) ; Le Château de l’araignée (5) ; Vivre (5) ; Les Amours d’une blonde (5) ; Masculin féminin (5) ; Un homme et une femme (5) ; Ligne rouge 7000 (5)
* : La guerre est finie (4) ; Ne nous fâchons pas (4) ; Tendre voyou (4)
o : Quoi de neuf Pussycat ? (3) ; Fahrenheit 451 (3) ; Le Grand Restaurant (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Répulsion ; Les Chevaux de feu ; Le Deuxième souffle ; La Vie de château ; The Man I Love ; Docteur Jivago ; Arabesque ; La Prise du pouvoir par Louis XIV ; Du rififi à Paname ; Paris brûle-t-il ? ; Angélique et le Roy ; La Mélodie du bonheur ; Les Centurions

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Grande Vadrouille, Gérard Oury, 17 272 987 entrées     
2. Le Docteur Jivago, David Lean, 9 816 054 entrées     
3. Paris brûle-t-il ?, René Clément, 4 946 274 entrées     
4. Pour une poignée de dollars, Sergio Leone, 4 383 331 entrées     
5. Les Centurions, Mark Robson, 4 294 756 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Guerre est finie (Alain Resnais)
- Prix Méliès : La Guerre est finie (Alain Resnais) & Au hasard Balthazar (Robert Bresson)
- Grand prix du cinéma français : Les Fruits amers (Jacqueline Audry), sortie prévue en 1967
- Oscar du meilleur film : La Mélodie du bonheur (Robert Wise)
- Festival de Venise, Lion d'or : La Bataille d'Alger (Gillo Pontecorvo), interdit jusqu'en 1970
- Festival de Cannes, Palme d'or : Un homme et une femme (Claude Lelouch) & Ces messieurs dames (Pietro Germi)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Cul-de-sac (Roman Polanski)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Du courage pour chaque jour (Evald Schorm)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : I was happy here (Desmond Davis)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1966 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Au hasard Balthazar (Robert Bresson), 2. Walkover (Jerzy Skolimowski), 3. Non réconciliés (Danièle Huillet et Jean-Marie Straub), 4. Masculin Féminin (Jean-Luc Godard), 5. L'Homme au crâne rasé (Andre Delvaux), 6. Frontière chinoise (John Ford), 7. La Prise du pouvoir par Louis XIV (Roberto Rossellini), 8. Le Rideau déchiré (Alfred Hitchcock), 9. Ligne rouge 7000 (Howard Hawks), 10. Les Poings dans les poches (Marco Bellocchio)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1966 sur le site Encyclo-Ciné)

10/04/2014