Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2015

Sur vos écrans en 1978

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshimaUne fois n'est pas coutume, il est peut-être moins amusant mais plus intéressant d'éditorialiser "cette année-là" (comme disait alors et pour la dernière fois, malheureusement pour lui, Cloclo) non pas comme si l'on s'était téléporté en 1978 mais bien ici et maintenant, en 2015.
Passons rapidement sur l'effrayant podium du box office (tout n'était donc pas mieux avant) pour nous pencher sur notre tableau récapitulatif. Nous constatons alors que parmi les films les plus appréciés de notre équipe, plusieurs n'ont cessé d'être réévalués à la hausse depuis l'époque de leur sortie. Souvent reçus sans égard, avec condescendance ou déception, Croix de fer de Sam Peckinpah, Fedora de Billy Wilder, Le Convoi de la peur de William Friedkin, voire Assaut de John Carpenter se retrouvent, 27 ans plus tard, à de très belles places. Au contraire, on imagine qu'Intérieurs (Woody Allen), Un mariage (Robert Altman), L'Homme de marbre (Andrzej Wajda), The Last Waltz (Martin Scorsese), L'Hérétique (John Boorman), L'Argent des autres (Christian de Chalonge), Retour (Hal Ashby) ou Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray), avaient accumulés plus d'étoiles dans la presse de 78 qu'au sein de notre petite communauté.
Palme d'or à Cannes, L'Arbre aux sabots d'Ermanno Olmi n'a pas, à Zoom Arrière, que des défenseurs, tandis que l'inclassable Dossier 51 de Michel Deville continue d'étonner. Et Annie Hall, notre favori de 1977, vous souveniez-vous vraiment qu'il fut récompensé de l'Oscar du meilleur film ?
Alors le cinéma en 78, c'est quoi (pour parler réellement comme en 2015) ? Tarkovski ? Oshima ? Bergman ? Cassavetes ? Spielberg ? Oui, un peu. Mais il y a surtout autre chose.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

On sait que l'une des premières batailles critiques entre les Cahiers du Cinéma et Positif s'est cristallisée autour des noms de Mizoguchi et de Kurosawa, dès les années cinquante, soit les derniers temps de la splendeur de l'un et les premiers de l'autre, mais on se rappelle moins, sans doute, que le troisième grand maître du cinéma japonais, Yasujiro Ozu, n'est apparu chez nous comme tel qu'en 1978, soudainement, presque entièrement ignoré qu'il fut jusque là. C'est dans la foulée de quelques séances à la Cinémathèque Française que furent distribués en salles pour la première fois Voyage à Tokyo, Le Goût du saké, Fin d'automne (en 1979) et Dernier Caprice (en 1982).
En mars 1978, les Cahiers proposent dans leur numéro 286 une douzaine de pages sur le cinéma d'Ozu. A une présentation par Jean Narboni succèdent un texte de Sado Tadao et un autre de Paul Schrader, le cinéaste auteur d'un fameux ouvrage publié en 1972 aux Etats-Unis, Transcendental style in film : Ozu, Bresson, Dreyer, duquel la revue tire également plusieurs extraits à cette occasion.
De son côté, Positif va plus loin encore en consacrant quarante pages au Japonais, réparties sur les numéros 203 et 205 de février et d'avril. Hubert Niogret y signe une étude et une filmographie, Eithne Bourget analyse Bonjour, Michel Ciment renseigne sur la réception de l'œuvre par la critique anglo-saxonne, tandis que sont repris de publications étrangères un texte de Robin Wood sur Voyage à Tokyo, un hommage de l'acteur Chishu Ryu à son réalisateur, et des propos d'Ozu lui-même sur ses films.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

Les premières lignes de l'article de Michel Ciment éclairent parfaitement sur la situation d'alors :
"Nous nous berçons de certitudes apaisantes. A l'heure des échanges culturels intensifs, des voyages aisés, des festivals et des rencontres à n'en plus finir, qui donc pourrait penser que l'œuvre d'un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma, Yasujiro Ozu, soit totalement inconnue en France ? Cinquante ans après la réalisation de son premier film, quatorze ans après sa mort, sort pour la première fois à Paris une de ses œuvres, Tokyo Monogatari (Voyage à Tokyo). Et la littérature cinématographique qui souvent pallie les carences de la distribution ne peut guère davantage se vanter. Ni Positif, ni les Cahiers du cinéma, ni aucune autre revue française ne lui ont prêté la moindre attention, hormis quelques notules ici ou là. Les histoires du cinéma (Sadoul, Bardèche, Bordas) ne le mentionnent que brièvement et c'est alors souvent pour égarer le lecteur sur une fausse piste, en reliant Ozu par exemple au néo-réalisme de Zavattini (ses compatriotes Gosho et Naruse feraient en l'occurrence beaucoup mieux l'affaire). Les seuls accès en langue française au cinéaste japonais sont : 1°) une fiche très brève de Claude-Jean Philippe (Dossiers du cinéma, Cinéastes I, Casterman, 1971), 2°) quelques pages stimulantes de Noël Burch dans Praxis du cinéma (Gallimard, 1969) qui contrastent avec le silence des autres théoriciens et analysent l'utilisation des deux espaces (comme dans Nana de Renoir) et l'importance du champ vide, et enfin et surtout 3°) L'"Anthologie du cinéma" (n°64, 1971) rédigée par Max Tessier, le meilleur spécialiste français du cinéma japonais avec Hubert Niogret, et qui a le mérite de donner une information de base, même si l'auteur avoue que sa connaissance des films est très incomplète (particulièrement précieuses sont, dans cette plaquette, outre l'illustration et la filmographie, les déclarations d'Ozu dont nous avons donné dans notre numéro 203 une traduction complète et chronologique). Ces connaissances livresques se complétaient à l'occasion, au fil des ans, par la présentation furtive, à la Cinémathèque française, dans les conditions que l'on sait, de certains films d'Ozu."

En France, la visibilité de l'œuvre de l'un des cinéastes les plus étudiés, les plus vénérés, les plus aptes à faire réfléchir sur l'art de la mise en scène, est donc restée quasiment nulle jusqu'en 1978. Heureusement, après les sorties en salles mentionnées, l'édition vidéo prit le relais et augmenta l'offre. En 1994, une demi-douzaine de ses films fut aussi distribuée dans les cinémas.
Il est certain que le grand public ne s'est jamais senti concerné mais tout spectateur un tant soit peu cinéphile sait aujourd'hui ce qu'est un plan "à la Ozu". Pour beaucoup, la découverte de son cinéma fit office de passage obligé. Et après avoir englouti, souvent fasciné, tous ces films sans toujours pouvoir les revoir, avouons-le, on peut aisément arriver à les mélanger et se trouver dépourvu au moment de défendre telle ou telle préférence dans la filmographie, n'en distinguant certains que par leur période de réalisation (noir et blanc ou couleur ? titre saisonnier ou pas ?). Toutefois, une nouvelle preuve est fournie ci-dessous de la permanence de l'intensité véhiculée par ce Voyage à Tokyo, le Ozu le plus évident peut-être. Mais avec ce cinéaste et les aléas du marché des reprises, l'avantage est que la découverte semble ne jamais devoir finir (voir les diffusions, relativement récentes, d'Il était un père ou du Fils unique).
Que les choix de couverture des Cahiers et de Positif se recoupent, la chose n'est pas si rare, mais pour le coup, en cette année 1978, voici un véritable signe, le marqueur d'un événement dans l'histoire de la cinéphilie en France.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 200 longs métrages (sur les 707 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage à Tokyo (Ozu) **** **** **** **** **** *** ****   **** ****
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** **** ** **** ***     ****
Croix de fer (Peckinpah) **   ***   *** ****       ****
Le Miroir (Tarkovski) *** ***   ** *** **** ****      
Fedora (Wilder) ** *** *** **   *** ** **** **** ***
Barberousse (Kurosawa) ***   **** *** ****   **     ****
Le Dossier cinquante et un (Deville) ***     *** **** **** **   *** ***
Le Bal des vauriens / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) *** *** ° ** **** **** ***   **** ***
Insiang (Brocka)     ****     ****        
Le Convoi de la peur (Friedkin) ** ***   **   **** *   *** ***
Assaut (Carpenter) **     **   ****   *** ** ***
La Chambre verte (Truffaut) *** ** *** **** ° **** *** ** * ***
Sonate d'automne (Bergman) ** *** *** *** ** ** **   *** ***
L'Empire de la passion (Oshima) **     *** *** **** **      
Les Guerriers de l'enfer (Reisz)     ***     ****        
Mélodie pour un tueur (Toback) ***         ****        
La Longue Nuit de l'exorcisme (Fulci)           ***   **   ****
Rêve de singe (Ferreri) *** *   *** ** **** **   *** **
Rencontres du troisième type (Spielberg) *** *** * ° *** *** * *** ** ****
Passe-Montagne (Stévenin) ****     ** ***   *     ***
Molière (Mnouchkine) ***   *   ** *** **     ****
Jeune et innocent (Hitchcock) ***     ** **   ** *** ** ***
Violette Nozière (Chabrol) **   * ***   *** **   ** ***
Les Nouveaux Monstres (Risi) * ** ** ** *** *** **   *** ***
Une histoire simple (Sautet) ** ** *** ** ** *** *   *** ***
Préparez vos mouchoirs (Blier) * * *** *** ** **   *** *** ***
L'Arbre aux sabots (Olmi) ** *** °   **** ** *   ****  
Le Cri du sorcier (Skolimowski) **   ° **   **** **   ***  
L'Ultimatum des trois mercenaires (Aldrich) ***   ** ***   **       **
Despair (Fassbinder) **     **   *** ***      
Le Crocodile de la mort (Hooper)       *   ***   ***   ***
Le Récidiviste (Grosbard)     **     ***   ***    
Xica da Silva (Diegues)       ** ** ****        
La Bête tue de sang-froid (Lado)           ***       ***
Un second souffle (Blain) ***               ***  
Intérieurs (W. Allen) * **   *** **   ** *** ** **
L'Epreuve de force (Eastwood) *   *** **   *** * ****   ***
Un mariage (Altman) **   ** * *** ** **     ***
A la recherche de Mr Goodbar (R. Brooks) *   *** **   **** **   *  
L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty (Wenders) **       ** *** **     **
L'Homme de marbre (Wajda) ** **     *** ** **      
Big Racket (Castellari)       **   **     ** ***
Blue Collar (Schrader) **   *** ** **          
Le Témoin (Mocky) **     **   ***       **
Morts suspectes (Crichton)           ***   ** * ***
Piranhas (Dante)       **   *** * *** * ***
Flammes (Arrieta) ****   °     ***        
L'Ordre et la sécurité du monde (d'Anna) ***         **       **
Le Sucre (Rouffio) *   *** **   **   **   **
The Last Waltz (Scorsese) *   ** **   ***     **  
Adios California (Lupo)           **       ***
Bartleby (Ronet) ***               **  
Hitler, un film d'Allemagne (Syberberg) **               ***  
Le Cynique, l'infâme, le violent (Lenzi)           **       ***
Martin (Romero) **     °   ****   **    
La Malédiction de la Panthère rose (Edwards) *     ** ** **     ** *
Tendre Poulet (De Broca) * * *** *   *   ** ** ***
Les Bronzés (Leconte) * ° ** *** * **   **** *  
Le Convoi (Peckinpah) ** * *   * ** * **   **
L'Exorciste 2, l'Hérétique (Boorman) *     * * ***   *** ** *
L'Argent des autres (De Chalonge) ** *     ** **       **
Le Grand Frisson (M. Brooks) *     **   **   **   **
Les Raisins de la mort (Rollin)       *   **   ** ** **
Intérieur d'un couvent (Borowczyk)       **   **     **  
Les Rendez-Vous d'Anna (Akerman) **           **   **  
Bande de flics (Aldrich) ***                  
For Me and My Gal (Berkeley)     ***              
Le Bois de bouleaux (Wajda) ***                  
Le Détachement féminin rouge (Xie)     ***              
Le Merdier (Post)           ***        
Le Rayon bleu (Lieberman)           ***        
Le Roi du kung-fu attaque (Wang)                   ***
Légitime Violence (Flynn)           ***        
Outrageous (Benner)           ***        
Salut les pourris (Di Leo)                   ***
Attention les enfants regardent (Leroy) *   *** *   *   ** **  
La Grande Menace (Gold) *   ** *   **   *   ***
Retour (Ashby) *   **   **   **      
Un papillon sur l'épaule (Deray) *   *   ** ***     *  
Je suis à prendre (Leroi)           **   **    
La Femme libre (Mazursky) **         **        
La Grande Cuisine ou l'Art et la manière d'assaisonner les chefs (Kotcheff)       **   **        
Le Cercle infernal (Loncraine)           **   **    
Le Grand Sommeil (Winner)           ***     *  
Les Yeux bandés (Saura) *         ***        
Tu ne m'oublieras pas (Rudolph)       *   ***        
La Ballade des Dalton (Goscinny & Morris)     *     **   **   **
La Fièvre du samedi soir (Badham) ** *       ** * *** °  
La Petite (Malle) *   ** **   ** *   *  
Dernier Amour (Risi) *   **     **        
Je suis un autarcique (Moretti)   **     *   **      
Le Pion (Gion)     ** *         **  
Damien, la Malédiction II (Taylor)           **     * **
L'Etat sauvage (Girod) **     *   **       *
Peter et Elliott le dragon (Chaffey)     *         ** * **
Mort sur le Nil (Guillermin) * °   **   **     * **
Midnight Express (Parker) ° *   ** * ***   ** * °
L'Hôtel de la plage (Lang)     * °   *   ** **  
Génération Proteus (Cammell) *         **   * *  
Il était une fois la Légion (Richards)     *     *       **
Judith Therpauve (Chéreau) *         **     *  
L'Esclave de l'amour ou Un drame poignant du cinématographe (Mikhalkov) **     ° **          
Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? (Scola) *               * **
Pair et impair (Corbucci)               ** ° **
Driver (Hill) *         **        
L'Affaire Mori (Squitieri)     *     **        
La Rabatteuse (Bernard-Aubert)           *   **    
Les Oies sauvages (McLaglen)           *       **
Qui a tué le chat ? (Comencini)     *     **        
Sale Rêveur (Périer) *         **        
Un espion de trop (Siegel)           *       **
Capricorne One (Hyams)     **              
Chaussette surprise (Davy)                 **  
Comment ça va (Godard & Miéville)       **            
Echec au gang (Lenzi)           **        
Exhibition 2 (Davy)                 **  
L'Allemagne en automne (collectif)             **      
L'Amant de poche (Queysanne)                 **  
L'Horrible Invasion (Cardos)               **    
L'Ouragan vient de Navarone (Hamilton)                   **
La Femme gauchère (Handke) **                  
La Tortue sur le dos (Béraud) **                  
La Trancheuse infernale (Tessari)           **        
La Voix de son maître (Mordillat & Philibert)       **            
Le Ciel peut attendre (Beatty)   **                
Le Jeu de la mort (Clouse)                   **
Le Jeu de la pomme (Chytilova) **                  
Le Nouveau Cartoon à Hollywood (collectif) **                  
Le Prince et le pauvre (Fleischer)                 **  
Le Retour de l'enfant prodigue (Chahine)                   **
Les Faux Durs (Ritchie)           **        
Les Petits Câlins (Poiré)       **            
Mesdames et Messieurs bonsoir (Scola, Monicelli, Comencini & Magni)       **            
Stay Hungry (Rafelson) **                  
Un juge en danger (Damiani)           **        
Vive Abba (Hallström)     **              
La Carapate (Oury) °     *   *   ** * *
Grease (Kleiser)   *       **     ° °
Je suis timide mais je me soigne (Richard) ° °   *   *   ** *  
Les Dents de la mer 2 (Szwarc)           *   ** * °
La Cage aux folles (Molinaro) ° °   ** * *   * * *
Jésus de Nazareth (Zeffirelli)   *       *        
L'Amour violé (Bellon)           *     *  
La Montagne du dieu cannibale (Martino)           *       *
Les Liens de sang (Chabrol) *               *  
Les Routes du sud (Losey) °     **            
La Coccinelle à Monte-Carlo (McEveety)   °           * *  
Au nom du pape roi (Magni) *                  
Baisez-moi partout (Bénazéraf)                 *  
Belfagor le magnifique (Scola) *                  
Betsy (Petrie)                 *  
Caresses bourgeoises (Visconti)                 *  
Collégiennes à tout faire (G. Clair)                 *  
Esclave de Satan (Warren)       *            
Holocauste 2000 (De Martino)           *        
Infirmières perverses (Payet)                 *  
Kounak le lynx fidèle (Babaïan)                 *  
L'Ange et la femme (Carle)       *            
La Barricade du point du jour (Richon) *                  
La Clé sur la porte (Boisset)           *        
La Collégienne pervertie (Piccioli)                 *  
La Grande Levrette (Bernard-Aubert)                 *  
La Part du feu (Périer)           *        
Le Tournant de la vie (Ross)                   *
Les Grandes Jouisseuses (Bernard-Aubert)           *        
Les Petites Vicieuses (Caputo)                 *  
Les Russes ne boiront pas de Cola Cola (Comencini) *                  
Maléfices porno (De Winter)       *            
Nathalie, rescapée de l'enfer (Payet)       *            
One Two Two, 122 rue de Provence (Gion)                 *  
Perversions très intimes (Caputo)                 *  
Ruby (Harrington)           *        
Trinita tire et dis amen (Caltabiano)                 *  
Ils sont fous ces sorciers (Lautner) °     ** ° *   °   °
Robert et Robert (Lelouch) *     °           °
La Zizanie (Zidi) ° °   ° ° **   ** ° °
Comment se faire réformer (Ph. Clair)       ° °     *    
Emmanuelle 2 (Giacobetti)           °     * °
Goodbye Emmanuelle (Leterrier)       °   °     *  
Va voir maman, papa travaille (Leterrier)   °   *   °     °  
L'Horoscope (Girault)       °           °
La Prof et les cancres (Laurenti)       °            
A nous les belles Danoises ! (Hedman)       °            
Avalanche (C. Allen)                   °
Embraye bidasse, ça fume ! (Pécas)               °    
Et vive la liberté ! (Korber)                 °  
L'Empire du Grec (Lee-Thompson)           °        
L'Homme-araignée (Swackhamer)                   °
L'Inévitable Catastrophe (I. Allen)               °    
La Flic chez les poulets (Tarantini)       °            
Le Continent fantastique (Piquer-Simon)       °            
Les Bidasses au pensionnat (Vocoret)       °            
Les Réformés se portent bien (Ph. Clair)               °    
Les Survivants de la fin du monde (Smight)                   °
Mademoiselle Cuisses longues (Martino)       °            
Mon premier amour (Chouraqui)   °                
Si vous n'aimez pas ça n'en dégoûtez pas les autres ! (Lewin)       °            
Vas-y maman ! (De Buron)           °        
Viol sous les tropiques (Massaccesi)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
La Vie comme ça (Brisseau)     **** ***            
Ce lieu sans limite (Ripstein)         ** ****        
Forza Bastia 78 (Tati)         **         **
Meurtres au 43ème étage (Carpenter)           **        

Rémi :
**** : Le Goût du saké / Meurtre d'un bookmaker chinois / Fedora / Le Convoi de la peur / Assaut / Rencontres du troisième type
*** : Croix de fer / La Chambre verte / Violette Nozière / Le Cri du sorcier / Le Convoi
** : Molière / The Last Waltz / Les Bronzés / MacArthur, le général rebelle
* : Piranhas / La Petite / Damien, la Malédiction II / Midnight Express / La Cage aux folles / La Coccinelle à Monte-Carlo / Robert et Robert
° : Grease / Les Dents de la mer 2 / La Zizanie / Emanuelle 2 / Goodbye Emmanuelle / La Prof et les cancres

Nolan :
*** : Le Convoi de la peur
** : La Malédiction de la Panthère rose / Grease
* : Rencontres du troisième type / Les Bronzés / La Ballade des Dalton / La Fièvre du samedi soir / Peter et Elliott le dragon / Mort sur le Nil / Les Dents de la mer 2
° : L'Epreuve de force / La Cage aux folles

Timothée :
**** : Croix de fer / Le Miroir
*** : Voyage à Tokyo / La Chambre verte / Rencontres du troisième type
** : Préparez vos mouchoirs / Les Bronzés / La Malédiction de la Panthère rose
* : La Cage aux folles

Antoine :
*** : Fedora / Sonate d'automne
** : Barberousse / Jeune et innocent / Intérieurs
* : Les Bronzés / La Ballade des Dalton
° : La Cage aux folles / La Zizanie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Le Goût du saké, Voyage à Tokyo, 3- Passe montagne, 4- Flammes, Hitler, un film d'Allemagne, Meurtre d'un bookmaker chinois, 7- Le Convoi de la peur, Le Cri du sorcier, Les Rendez-vous d'Anna, Tras Os Montes
Inédits : Ecce Bombo (Moretti), Forza Bastia 78 (Tati), La Vie comme ça (Brisseau) Marketing Mix (Rozier), Meurtres au 43e étage (Carpenter)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Midnight Express, Alan Parker, 5 973 335 entrées
2. La Cage aux folles, Édouard Molinaro, 5 406 614 entrées
3. Grease, Randal Kleiser, 5 329 875 entrées
4. La Fièvre du samedi soir, John Badham, 4 361 587 entrées
5. Rencontres du troisième type, Steven Spielberg, 3 115 787 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Prix Méliès : Le Dossier 51 (Michel Deville)
- Grand prix du cinéma français : Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray)
- Prix Jean Vigo : Bako, l'autre rive (Jacques Champreux)
- César du meilleur film : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Oscar du meilleur film : Annie Hall (Woody Allen)
- Festival de Cannes, Palme d'or : L'Arbre aux sabots (Ermanno Olmi)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Las truchas (José Luis Garcia Sanchez), Ascensor (Tomas Muñoz) & Las palabras de Max (Emilio Martinez Lazaro)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Les Fainéants de la vallée fertile (Nikos Panayotopoulos)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Alambrista (Robert Malcolm Young)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1978 ? (72 votants)

1- Voyage à Tokyo (Ozu) (10 voix)
2- Rencontres du troisième type (Spielberg) (7 voix)
3- La chambre verte (Truffaut) / Le Convoi de la peur (Friedkin) / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) (5 voix)
6- Le miroir (Tarkovski) (4 voix)
3 voix : Croix de fer (Peckinpah), Midnight express (Parker), A la recherche de Mr Goodbar (Brook), Fedora (Wilder), Barberousse (Kurosawa)
2 voix : Grease (Kleiser), Le dossier 51 (Deville), Assaut (Carpenter), Le goût du saké (Ozu)
1 voix : L'arbre aux sabots (Olmi), La voix de son maître(Philibert), Mélodie pour un tueur (Toback), Molière (Mnouchkine), Violette Nozière (Chabrol), Le cercle infernal (Loncraine), Sonate d'automne (Bergman), Capricorn one (Hyams), Insiang (Brocka), Je suis un autarcique (Moretti), Préparez vos mouchoirs (Blier), Peter et Elliott (Don Chaffey), Retour (Ashby), Embraye bidasse, ça fume (Max Pécas)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1978 sur le site Encyclo-Ciné)

12/05/2015

Sur vos écrans en 1977

EDITORIAL :

Par Céline

anniehall00.jpgBe kind, rewind. Pas besoin de remonter ma montre pour revenir en 1977. Cette année, les montres sont à quartz : "la magie quotidienne à votre poignet". Si Roger Moore n’est pas l’espion que j’aime le plus, j’ai adopté sa Seiko à affichage digital qui égrène heures, minutes et secondes, comme le compte à rebours d’une année explosive. Tic, tac, tic, tac... Non, ces trucs là ne font pas un bruit. Alors, "Silence on (re)tourne !"

Janvier
Deux regards intenses du cinéma en couverture de La Revue du Cinéma et de Cinéma 77, Klaus Kinski dans Nuit d’or et Marcello Mastroianni dans Todo Modo. Dans Positif, les films du mois La Rose et la flèche, Le Coup de grâce, Moi, Pierre Rivière…, Jonas, qui aura vingt-cinq ans en l’an 2000 et Nuit d’or. Le programme est chargé et, comme le dit une jeune lectrice dans le courrier de La Revue du cinéma, "les prix étudiants, une blague ! Les samedis-dimanches, les jours de fêtes, comme par miracle, nous avons droit au tarif normal." Heureusement, les étudiants de la faculté de Nancy organisent le 2ème Festival Universitaire du Film Underground. On y découvre Anger, Morrissey et Brakhage. Entre "Cinéma et luttes des minorités" et "Erotisme et Underground", les amphis font le plein. L’année cinématographique commence et Henri Langlois s’en va…

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Février
"Les traits creusés, mais l’allure toujours sportive, une pilosité à faire pâlir d’envie Burt Reynolds, les gestes parfois mécaniques, le regard souvent vague." Mais qui peut bien être cet acteur interrogé dans les pages de Cinéma 77 ? Il n’avait plus tourné depuis 1932 parce qu’"on voulait me faire faire n’importe quoi : pendant la guerre, combattre à Pearl Harbour, me battre en duel avec Zorro, rencontrer les basketteuses soviétiques et, dernièrement, détourner des avions sur Kampala." S’il a accepté de rejouer ce rôle, c’est parce qu’il était "attaché sentimentalement à cette histoire d’amour". L’acteur ne regrette rien, mais formule quelques réserves sur ce nouveau film, qui ne laisse "plus beaucoup de place pour l’inconnu, pour l’imaginaire" et sa partenaire "plus terre à terre, plus en chair" qui n’a pas l’"allure diaphane", l’"aspect immatériel" de la première. King Kong a la dent dure.
Sur la façade des cinémas, Ferracci illustre magistralement Providence d’Alain Resnais, puis Le Casanova de Fellini. La belle affiche tente d’attirer le spectateur vers le grand écran alors que le petit propose un programme qui donne le tournis. Voir et revoir.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Mars
La saison des Festivals commence et il y en a pour tous les goûts : science-fiction et fantastique au Grand Rex ou à Clermont-Ferrand, "La Femme dans le cinéma" à Bruxelles, courts métrages français à Epinay, humour à Chamrousse ou Festival  du film des droits de l’homme à Strasbourg. Dans Positif, on revient sur la cinquième édition du Festival d’Avoriaz. Le jury présidé par Steven Spielberg a remis le Grand prix à Carrie et une mention spéciale à Sissy Spacek pour son interprétation. Alain Garsault s’interroge sur la disparition du fantastique traditionnel, "qui ne survit que par le satanisme" et l’ingérence de la science-fiction. L’heroic fantasy pointe aussi son nez avec Les Sorciers de la guerre de Ralph Bakshi, "branche de la science-fiction" qui, lit-on, ne peut "se développer sur l’écran autrement que par l’animation, tant elle exige de décors, de personnages, d’événements, éloignés de la réalité".
Connaissez-vous le célèbre PINOTALZIBERMAN ? La revue consacre cinq pages à ce metteur en scène d’un film unique "utilisant l’ensemble des codes culturels, les maniant et les remaniant, avec des procédés rhétoriques propres à ceux employés par la pub." Pendant ce temps sur FR3, dans l’émission L’Homme en question, Claude Chabrol déclare que "la connerie est plus intéressante car sans limites".

Avril
Retour sur un week-end Cahiers à Nantes dans les Cahiers du Cinéma. Quelques mots de Serge Daney résonnent : "Nous avons besoin aujourd’hui de films qui mettent le son moins fort. Qui obligent autant à tendre l’oreille qu’à bander le regard".
Dans la nuit du 8 au 9 avril, une salle d’Art et d’Essai de Perpignan est victime d’un vol avec effraction : 3 films, une caméra 16 mm et divers autres objets. Le 26 avril, un certain Comité perpignanais pour la paix sociale (que personne ne connaît) envoie au cinéma une lettre de chantage, exigeant la projection du film L’Arnaque et bien d’autres revendications fantaisistes comme le lâcher de poissons rouges dans la rivière ou le chauffage dans la guérite du policier de garde devant la préfecture. A suivre.

Mai
Rebondissements dans l’affaire du cinéma d’Art et d’Essai de Perpignan. Le 3 mai, un coup de téléphone au nom du Comité pour la paix sociale informe le cinéma que trois bobines volées se trouvent à la cité universitaire. Le 12 mai, après un nouveau coup de téléphone, un film est retrouvé brûlé. D’après la revue Cinéma 77, "la vraie raison (sans doute) de ce vol et de la destruction du film, réside dans cette phrase située au centre d’un dernier coup de téléphone : "on te forcera à donner des films pornos"".
13 mai : c’est l’ouverture du trentième Festival de Cannes et Maurice Bessy dresse un bilan noir de la situation du cinéma français : "Et si ce festival était celui de la dernière chance ?". 28 mai : le Festival de Cannes s’achève. A la télévision, le bilan contrasté se dresse depuis la plage de la Croisette. En effet, c’est en maillot de bain que la journaliste Monique Pantel et José Artur livrent leur point de vue sur le palmarès. On aura tout vu.

Juin
Il présidait le plus grand festival de cinéma du monde il y a encore quelques jours, Roberto Rossellini s’éteint le 3 juin. Dans la chronique des lecteurs de Cinéma 77, on s’emporte contre le tableau de la cote des films : "Quel est l’ostrogoth qui a osé n’accorder qu’une seule étoile à Hello Dolly ? Croyez-moi, c’est le Potemkine de la comédie musicale !". Au lendemain d’une nouvelle augmentation du prix des places de cinéma (15,50 francs en juin), on fait aussi le récit de projections catastrophiques : le son qui baisse jusqu’à devenir inaudible et la taille réduite de l’écran "qui commence à nous rapprocher du cinéma amateur à domicile : à quand les salles de cent personnes devant un écran de télévision ?". Le lecteur-spectateur craint d’y voir "les dernières cartouches d’une industrie à bout de souffle faute d’avoir compris que, sans cesser d’être une industrie, elle pouvait être autre chose de plus…" Rien ne va plus.

Juillet-Août
Sur les plages de France, on écoute en boucle Comme un oiseau. A Paris, une jeune fille d’à peine quinze ans traîne sa planche à roulettes au Trocadéro. Elle est belle et parle un français parfait. On ne sait pas très bien si elle travaille ou est en séjour linguistique à Paris. Une main attentive entre dans le champ de la caméra pour la coiffer alors qu’elle répond au journaliste. Rayonnante, Jodie Foster rappelle aux jeunes adolescents qui l’entourent qu’on "ne dit pas des gros mots sur les télés". Elle tourne Moi, fleur bleue.

Septembre
Dark Vador est la star en couverture de Positif qui consacre quinze pages au film de George Lucas. La Guerre des étoiles y est décrit comme "un divertissement pour speed freaks en blue jeans, une extravaganza de surfeur cosmique". "La Guerre des étoiles se situe à une époque indéterminée, dans une galaxie non spécifiée : elle peut avoir lieu dans un passé bien révolu ou dans un avenir vertigineusement lointain. Luke Skywalker accepte tout ce qui lui arrive avec un sentiment de familiarité, comme quelqu’un que l’inattendu n’étonnera jamais, un abonné de l’extraordinaire. Un univers nouveau, un mode de vie inédit répondent pour lui au : "what’s new ?" de l’étudiant californien devant un point d’herbe bien roulé. L’éternité pour lui est un rollercoaster, une attraction pop. (…) Pas de message occulte dans ce tohu-bohu spatial où les monstres et les fusées renvoient aux animaux familiaux et à la première bagnole d’adolescent. Le seul lien, presque involontaire, de ce film avec l’Histoire, c’est que par un caprice monumental de la consommation, George Lucas a (jusqu’au prochain record de recettes) bouleversé l’Histoire du Showbiz. (…) La Guerre des étoiles avec sa panoplie de voyageurs dans le temps digne d’un Abercrombie and Fitch du programme Apollo nous ramène à l’âge béni où les valeurs se télescopent, et où Le Conquérant de la planète Mars se lit d’une traite comme Les Trois mousquetaires ou Les Illuminations de Rimbaud. Cette jouvence qui réhabilite les genres a quelque chose du cadeau de Noël. Il contient lui aussi sa dialectique : elle est sur le seuil de votre porte, dans la bouteille de lait." Trip to the stars.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Octobre
16 octobre 1977, une bombe explose dans le Ridgetheatre de San Francisco qui projette Cet obscur objet du désir. Quatre bobines sont volées et on retrouve sur les murs des inscriptions injurieuses. Une des inscriptions est signée Mickey Mouse. Buñuel racontera plus tard cet événement en précisant d’abord qu’il avait tenu "à installer un climat d’attentats et d’insécurité, celui que nous connaissons tous, où que nous vivions dans le monde". L’explosion finale (ou réelle) n’effacera pas le trouble de la dernière image ; cette main qui reprise soigneusement la déchirure d’une dentelle blanche ensanglantée… Au fait, il paraît que de nombreux spectateurs n’ont pas remarqué qu’elles étaient deux…

Novembre
C’est l’heure des comptes. "Irrésistible descente", le nombre de spectateurs décroît de façon vertigineuse. On s’inquiète, on réclame des réformes, on montre du doigt le petit écran, le prix des places, les exploitants… Entre restrictions et incitations, certains cherchent des solutions. "L’absence de photos à l’entrée d’un cinéma, leur remplacement par des affichettes ne comportant que du texte, signalent traditionnellement les films à caractère pornographique. Néanmoins, cette méthode a été utilisée lors de la sortie à Paris d’un film fantastique interdit aux moins de 13 ans." Cinq affichettes pour un film :

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

Décembre
Numéro 200 de Positif. Ils ont répondu à l’appel lancé au début de l’année 1977 et ont envoyé des correspondances, des projets, des scénarios originaux ou des dessins. L’ensemble est d’une richesse inouïe, mais il en manque un… Il s’en est allé le jour de Noël. Goodbye, the Tramp.

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

1977,allen,buñuel,truffaut,resnais,fellini,erice,wenders,argento,chang,depalma

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 691 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Annie Hall (Allen) *** *** **** **** *** **** *** **** *** ****
Cet obscur objet du désir (Buñuel) **** **** *** *** *** **** ***   **** ***
L'Homme qui aimait les femmes (Truffaut) **** *** *** *** *** *** *** **** *** ****
Providence (Resnais) ** **** *** **** *** **** ***   ** ****
Le Casanova de Fellini (Fellini) **** *** * *** **** **** *   **** ***
L'Esprit de la ruche (Erice) *** *** ** *** *** **** **     ***
L'Ami américain (Wenders) *** *** ° ** **** **** ** **** **** ***
Suspiria (Argento) *** *** * *** ** **** *** **** *** ****
Un seul bras les tua tous (Chang)           ****       ****
Obsession (DePalma) *** *** ** ** *** **** *** *** *** ****
Carrie (DePalma) ** ** *** **** ** **** * **** *** ****
Alice dans les villes (Wenders) *** **   **** *** **** **   *** **
Padre padrone (Taviani) ** **** * ** **** *** **   **** ***
Les Frissons de l'angoisse (Argento) ***   * ** ** **** ** **** *** ****
Le Fond de l'air est rouge (Marker) ** ****   *** ***   ***      
Pique-Nique à Hanging Rock (Weir) **   ** *** *** ****   ****   ***
Une journée particulière (Scola) ** *** **   *** *** ** *** *** ***
L'Œuf du serpent (Bergman) **     ** *** **** **   *** **
Network (Lumet) **   ***     *** *   **  
Dites-lui que je l'aime (Miller) ***   ** *** *** **     ***  
Sœurs de sang (DePalma) **   * ***   ****   ***   ***
La Ballade de Bruno (Herzog) ***     ** *** ***        
New York New York (Scorsese) ** *** ** ** ** *** ** ***   ****
Maman Küsters s'en va au ciel (Fassbinder) ***     *** * **** **      
L'Argent de la vieille (Comencini) ***   ***   ** *** **     **
Rage (Cronenberg) **     ** ** *** ** ****    
La Dentellière (Goretta) ** ***   *** *** **     * ***
Quand la panthère rose s'emmêle (Edwards) * **   *** ** **   **** ** **
Nous irons tous au paradis (Robert) ** * **** ** ** ** * *** ** ***
La Rose et la flèche (Lester) *   **   *** *** **   ** ***
Keoma (Castellari)     °   *** **** ** ***   ****
Le Dernier Nabab (Kazan) **   **   ** *** **   ** ***
L'Homme qui venait d'ailleurs (Roeg) *   ***     ***   *** ** **
Vertiges (Bolognini) ****   *     **     ** ***
Bubu (Bolognini) ***   **           *** **
La Communion solennelle (Féret) **       ***         ***
Trois Femmes (Altman) ***     *   ****        
L'Héritage (Bolognini)     ***     ***        
Les Révoltés de l'an 2000 (Ibañez-Serrador)           ****   **    
Gloria (Autant-Lara)     ****              
Duellistes (Scott) *   *   ** ****     ** **
Alice ou la Dernière Fugue (Chabrol) **     ** ** *** *   ** ***
Le Crabe-Tambour (Schœndorffer) **   *   *** * **   ***  
Mort d'un pourri (Lautner) *         **   **** ***  
Roulette chinoise (Fassbinder) **     ** * **** **      
Rocky (Avildsen) ** * ****   ** **   *** * **
La Guerre des étoiles (Lucas) * ** ** ° ** *** ** ** * ***
Un flic sur le toit (Widerberg)   **   ** ** ***        
Ames perdues (Risi) **   **     ***        
Harlan County USA (Kopple) **     ** ***          
La Question (Heynemann)       *   ***       ***
La Théorie des dominos (Kramer) **         ***   **    
Le Prête-Nom (Ritt) **             **** *  
News from Home (Akerman) ***     **         **  
Le Désert des Tartares (Zurlini) **   **     **     **  
La Machine (Vecchiali)     ** ***            
La Nuit de Saint-Germain-des-Prés (Swaim) **         ***        
Le Grand Kidnapping (Infascelli)           **       ***
Les Chasseurs (Angelopoulos) ***       **          
Les Sorciers de la guerre (Bakshi)           ***   **    
Un pont trop loin (Attenborough)   **       *       **
L'Une chante, l'autre pas (Varda) *   ** ** ***   **   *  
La Menace (Corneau) **       * **   ** ** **
Les Aventures de Bernard et Bianca (Reitherman, Lounsbery & Stevens)   * **         **   ***
L'Inspecteur ne renonce jamais (Fargo)     **     ** * ** * ***
Une sale histoire (Eustache) *     ** **   **   **  
Le Dernier des géants (Siegel) *         **       ***
Pain et chocolat (Brusati) *     **         ***  
Cocorico ! Monsieur Poulet (Rouch)             ***      
Cœur de verre (Herzog) ***                  
Des journées entières dans les arbres (Duras) ***                  
Dona Flor et ses deux maris (Barreto)           ***        
Elisa mon amour (Saura)           ***        
L'Authentique Procès de Carl-Emmanuel Jung (Hanoun)       ***            
La Sentinelle des maudits (Winner)           ***        
Le Pirate des Caraïbes (Goldstone)                   ***
Le Théâtre des matières (Biette) ***                  
Toutes les couleurs du vice (Wyder)               ***    
Vol à la tire (Schatzberg) ***                  
Week-End sauvage (Fruet)           ***        
Le Diable probablement (Bresson) ***   ° * **   **   **  
Le Juge Fayard dit le Shérif (Boisset) **     **   * * *** *  
Armaguedon (Jessua) **         *   **   **
Jabberwocky (Gilliam)       ** **     ** *  
Passage à Marseille (Curtiz) **   *   **   *     **
Flics en jean (Corbucci)           **       **
La Griffe et la dent (Bel & Vienne)                 * ***
La Tête de Normande Saint-Onge (Carle)       **   **        
Le Bus en folie (Frawley)               **   **
Le Camion (Duras) ****               °  
Mon beau légionnaire (Feldman) *                 ***
Un bourgeois tout petit petit (Monicelli) *         ***        
Des enfants gâtés (Tavernier) **       **   *      
L'Aigle s'est envolé (Sturges)           *   *   ***
L'Imprécateur (Bertuccelli)           *   **   **
Transamerica Express (Hiller) *         **       **
L'Apprenti salaud (Deville) *       **       * **
New Mexico (Peckinpah) *   * **           **
Diabolo menthe (Kurys) * * ** **   *     *  
Un moment d'égarement (Berri) °   * * ° *   ****    
Baxter, Vera Baxter (Duras) ***           **   ° °
Audrey Rose (Wise)           *   **   *
Bobby Deerfield (Pollack) **   *             *
Brancaleone s'en va-t-aux croisades (Monicelli) *           **   *  
Cours après moi shérif (Needham) *         *   **    
La Bataille de Midway (Smight)           *       *
SS représailles (Cosmatos)           *     ** *
La Castagne (Hill) *         **        
La Chambre de l'évêque (Risi) *   **              
La Maison de l'exorcisme (Bava & Leone)           **       *
La Marche triomphale (Bellocchio) *     **            
Les Chiens du Sinaï (Huillet & Straub)       **     *      
Les Grands Fonds (Yates)           **       *
Sinbad et l'Œil du tigre (Wanamaker)                 * **
The Song Remains the Same (Clifton & Massot)     **              
Un tueur dans la foule (Peerce) *                 **
Dans les griffes du loup-garou (Iglesias & Ossorio)           **        
Frissons d'outre-tombe (Connor)           **        
Il était une fois l'Amérique (Stevens Jr) **                  
Je demande la parole (Panfilov)         **          
L'Ombre des anges (Schmid) **                  
La Nuit des vers géants (Lieberman)           **        
La Pluie du diable (Fuest)                   **
La Revanche d'un homme nommé Cheval (Kershner)           **        
Le Cave sort de sa planque (Lenzi)           **        
Le Diable dans la boîte (Lary) **                  
Les Enfants du placard (Jacquot) **                  
Les Rescapés du futur (Heffron)                   **
Repérages (Soutter)       **            
Section de chocs (Dallamano)           **        
Un flic très spécial (Corbucci)           **        
Un oursin dans la poche (Thomas) **                  
Vent d'est (Godard, Gorin & Martin)             **      
Welcome to Los Angeles (Rudolph) **                  
L'Animal (Zidi) ° °   **   *   ** *  
L'Espion qui m'aimait (Gilbert) *         *   **   *
Un taxi mauve (Boisset) °         *     *  
Julie Pot-de-Colle (De Broca) °   **     *        
La Vie devant soi (Mizrahi) °         **     *  
Le Gang (Deray) °         *     **  
René la Canne (Girod) *         *     *  
Une étoile est née (Pierson)           * *   *  
L'Homme pressé (Molinaro) °   * °   *       **
L'Ile du docteur Moreau (Taylor) *     °   *     * *
Violette et François (Rouffio)   * °     *     * *
Les Naufragés du 747 (Jameson)   *               *
Soudain les monstres (Gordon)           **       °
Valentino (Russell) *     *            
Orca (Anderson)   °       °   ** *  
Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine (Coluche)   °   *   *   **    
Au-delà du bien et du mal (Cavani) °         *     *  
Deux Superflics (Barboni)               *   *
Black Sunday (Frankenheimer)     *              
Car Wash (Schultz) *                  
Centre terre septième continent (Connor)                 *  
Comme la lune (Séria) *                  
Elsa Fräulein SS (Rhomm)       *            
En route pour la gloire (Ashby) *                  
Jouissances (Mulot)       *            
Kamouraska (Jutra)           *        
L'Aigle et la colombe (Bernard-Aubert)                 *  
L'Exécuteur (Lucidi)           *        
La Dernière Chance (Lucidi)           *        
La Petite Fille au bout du chemin (Gessner)           *        
La Ville accuse (Martino)           *        
Le Bison blanc (Lee-Thompson)           *        
Le Continent oublié (Connor)                   *
Le Dernier Dinosaure (Kotani & Grasshoff)                   *
Le Message (Akkad)           *        
Le Passé simple (Drach)           *        
Le Point de mire (Tramont)           *        
Les Passagers (Leroi)           *        
Liquidez l'inspecteur Mitchell (McLaglen)           *        
Parties fines (Kikoïne)           *        
Pourquoi pas ! (Serreau)       *            
Raid sur Entebbe (Kershner)           *        
Sebastiane (Jarman)                 *  
Servante et maîtresse (Gantillon)           *        
Tentacules (Assonitis)                   *
Todo modo (Petri) *                  
Un autre homme, une autre chance (Lelouch)           *        
Une fille pour le diable (Sykes)           *        
Une si gentille petite fille (Matalon)               *    
Madame Claude (Jaeckin)     * °   °     *  
Cannonball (Bartell)               *    
Le Pont de Cassandra (Cosmatos)           °     *  
Le Toboggan de la mort (Goldstone)           °       *
Polices parallèles (Martino)           *       °
La Septième Compagnie au clair de lune (Lamoureux)           °   ° ° °
Dis bonjour à la dame (Gérard)       °   °        
Mon nom est Trinita (Baldi)   °             °  
A chacun son enfer (Cayatte)           °        
Bilitis (Hamilton)                 °  
Comme sur des roulettes (Companeez)           °        
La Prof donne des leçons particulières (Cicero)       °            
La Prof du bahut (Tarantini)       °            
La Toubib du régiment (Cicero)       °            
Le Maestro (Vital)                   °
Marche pas sur mes lacets (Pecas)       °            
Moi fleur bleue (Le Hung)           °        
Panique en plein ciel (Butler)           °        
Train spécial pour SS (Payet)       °            
Treize Femmes pour Casanova (Antel)           °        
Une fille cousue de fil blanc (Lang)           °        
Ursula l'antigang (Di Leo)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Opening night (Cassavetes) **** ****   *** **** *** ****   ***  
Bhumika - Le Rôle (Benegal)         *** ***        


Nolan :
*** : Annie Hall / Cet obscur objet du désir / Carrie / Network
** : Quand la panthère rose s'emmêle / Nous irons tous au paradis / Duellistes / La Guerre des étoiles
* : Obsession / Pique-Nique à Hanging Rock / New York New York / Mort d'un pourri / Les Aventures de Bernard et Bianca / L'Inspecteur ne renonce jamais / Diabolo menthe / Un moment d'égarement / The Song remains the same
° : L'Espion qui m'aimait / Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine / Deux superflics / Cannonball / La Septième Compagnie au clair de lune

Rémi :
**** : Opening night / Cet obscur objet du désir / L'Esprit de la ruche / Network
*** : Annie Hall / L'Homme qui aimait les femmes / L'Ami américain / Padre padrone / Un pont trop loin
** : Suspiria / Carrie / Pique-Nique à Hanging Rock / Sœurs de sang / Nous irons tous au paradis / La Guerre des étoiles / Le Désert des Tartares / Les Aventures de Bernard et Bianca / La Bataille de Midway
* : Rocky / Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine / La Septième Compagnie au clair de lune
° : Keoma / Madame Claude

Antoine :
**** : Le Casanova de Fellini
*** : Annie Hall / Obsession / L'œuf du serpent / Network / Quand la panthère rose s'emmêle
** : Carrie / Nous irons tous au paradis / La Rose et la flèche / La Guerre des étoiles
° : Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine / La Septième Compagnie au clair de lune

Timothée :
**** : Annie Hall
*** : L'Homme qui aimait les femmes / Obsession / Carrie / Duellistes / Le Crabe-Tambour / La Guerre des étoiles
** : New York New York / Quand la panthère rose s'emmêle / Rocky / Un taxi mauve

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Cet obscur objet du désir, 2- L'Esprit de la ruche, 3- Le Théâtre des matières, 4- Le Camion, 5- L'Ami américain, Les Frissons de l'angoisse, Trois femmes, 8- Des journées entières dans les arbres, Le Diable probablement, Fortini/Cani, News from Home, Une sale histoire
Inédits : Colloque de chiens (Ruiz), Opening Night (Cassavetes)

Pierre :
1-L'esprit de la ruche, 2-Suspiria, 3-Roulette chinoise, 4-Les frissons de l'angoisse, 5-Cocorico monsieur poulet, 6-L'homme qui aimait les femmes, 7-Un seul bras les tuera tous, 8-Une sale histoire, 9-Le fond de l'air est rouge, 10-Keoma, 11-Adoption, 12-En route pour la gloire, 13-Network, 14-Obsession, 15-Pique nique à Hanging rock, 16-La bataille du Chili, 17-Annie hall, 18-La récolte de 3000 ans, 19-Les révoltés de l'an 2000, 20-Padre padrone
Les hors listes (hormis ceux déjà cités) : Le cave sort de sa planque (Le clan des pourris) (Lenzi)***, Omar Gatlato (Allouache)***, Emmanuelle et Françoise (D'Amato)***, Si les porcs avaient des ailes (Pietrangeli)***, Danger planétaire (Yeaworth)***, Enquête sur la sexualité (Pasolini)***, Tremblements de chairs (La donneuse) (Pallardy)***, Emitaï (Sembene)**, Schizo (Walker)**, L'amour en herbe (Andrieux)**, L'opium et le bâton (Rachedi)**, Rue haute (Hernotte)**, Commando terreur (Caiano)**, Le couple témoin (Klein)**, Deux mâles pour Alexa (Logar)**, Autant en emporte mon nunchaku (Ozawa)**, Crash (Band)**, Sexycon (Martino)*, Le tigre du ciel (Gold)*, Blue jeans (Burin des roziers)*, Le voyage des damnés (Rosenberg)*, Jambon d'Ardenne (Lamy)°
Longs inédits: La vocation suspendue (Ruiz)****, Alucarda (Moctezuma)****, Soldiers of orange (Verhoeven)****, Spell (Dolce mattatoio)***, Bondage (Tanaka)***, Régal d'asticots (Robins)***, Le poignard volant (Chu Yuan)***, Shaolin contre ninjas (Liu Chia-Liang)***, Destin de femme (Caiano)**, Mr Boo detective privé (Hui)**, Magnum cop (Massi)**, Oedipus orca (Visconti)**, The jade pussy cat (Chinn)**, Joseph Andrews (Richardson)*, La nouvelle femme scorpion: cachot x (Kohira)*, Killer's delight (Hoenack)*

Mister Arkadin :
*** : Annie Hall (8) ; Obsession (7) ; L’Argent de la vieille (7) ; Nous irons tous au paradis (7) ; Une sale histoire (7)
** : L’Homme qui aimait les femmes (6) ; Alice dans les villes (6) ; Dona Flor et ses deux maris (6) ; Le Dernier Nabab (5) ; Carrie (5) ; Dites-lui que je l’aime (5) ; La Guerre des étoiles (5) ; La Dentellière (5) ; Le Dernier des géants (5) ; L’Espion qui m’aimait (5) ; Opening Night (5)
* : Le Diable probablement (4) ; Rocky (4) ; L’Animal (4) ; Cet obscur objet du désir (4) ; Providence (4)
o : Bilitis (3) ; Madame Claude (2) ; Mon nom est Trinita (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Padre padrone ; L’Œuf du serpent ; Le Crabe-Tambour ; Mort d’un pourri ; La Menace ; Le Gang

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Aventures de Bernard et Bianca, Wolfgang Reitherman, 7 219 476 entrées
2. La Guerre des étoiles, George Lucas, 6 449 614 entrées
3. L'Espion qui m'aimait, Lewis Gilbert, 3 500 993 entrées
4. Deux supersflics, E. B. Clucher, 3 433 101 entrées
5. L'Animal, Claude Zidi, 3 157 789 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Diabolo menthe (Diane Kurys)
- Prix Méliès : Providence (Alain Resnais)
- Grand prix du cinéma français : Le Crabe-Tambour (Pierre Schoendoerffer)
- Prix Jean Vigo : Paradiso (Christian Bricout)
- César du meilleur film : Providence (Alain Resnais)
- Oscar du meilleur film : Rocky (John G. Avildsen)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Padre padrone (Paolo et Vittorio Taviani)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Ascension (Larisa Shepitko)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Antonio Gramsci : i giorni del carcere (Lino Del Fra)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Partition inachevée pour piano mécanique (Nikita Mikhalkov)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1977 ? (75 votants)

1 (6 voix) : Annie Hall (Allen), Suspiria (Argento), La Guerre des étoiles (Lucas)
4 (5 voix) : Une journée particulière (Scola)
5 (4 voix) : Casanova (Fellini), L'homme qui aimait les femmes (Truffaut), Le fond de l'air est rouge (Marker), Network (Lumet), Pique-Nique à Hanging Rock (Weir)
Viennent ensuite avec
3 voix : Rocky (Avildsen), Obsession (De Palma)
2 voix : Opening night (Cassavetes), Cet obscur objet du désir (Buñuel), Une sale histoire (Eustache), Providence (Resnais)
Cités une seule fois : La machine, Quand la panthère rose s'emmêle, Sœurs de sang, L'argent de la vieille, L'esprit de la ruche, Les révoltés de l'an 2000, L'ami américain, Car wash, La dentellière, Trois femmes, Un seul bras les tua tous, Cœur de verre, Alice dans les villes, Le camion, Black sunday, Roulette chinoise, Carrie, Keoma.

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1977 sur le site Encyclo-Ciné)

12/04/2015

Sur vos écrans en 1976

EDITORIAL :

Par Vincent J.

taxidriver00.jpg"La France a peur !", et ce n'est pas seulement l'ouverture du journal télévisé du 18 février 1976 par le souriant Roger Giquel sur TF1, qui vient de passer à la couleur, Giquel dont Coluche disait "Quand y a un avion qui s’écrase dans le monde, c’est sur les pompes à Roger Gicquel". Non, la France a peur parce que dès ce début d'année, les murs de la capitale et de la province se sont couverts d'immenses affiches bleutées avec une énorme gueule aux dents comme mon bras, pointues comme des couteaux, fonçant droit sur une frêle silhouette féminine habillée d'écume. Et puis cette phrase lourde de menace : "Elle fût la première...". Là, je dis bravo aux publicitaires. Bravo vraiment. Non mais quel effet sur la ménagère giscardienne, sur le paisible retraité, sur le paysan du Larzac, et sur l'enfant impressionnable de douze ans. L'été venu, sur les vastes plages de la Baule, bien qu'il n'ait pas été voir ces Dents de la mer du nouveau jeune prodige hollywoodien Steven Spielberg prudemment interdit aux moins de 13 ans, il ne pourra gonfler sans angoisse son bateau Sevylor. L'angoisse le serre au souvenir des affiches et le frisé bêlant Gérard Lenorman peut bien tenter de le rassurer avec Gentil dauphin triste (pouf, pouf), la vastitude des espaces marins effraie. Et il sera plus raisonnable d'aller faire une partie de baby-foot.

Oui, la France a peur et le cinéma ne fait rien pour la rassurer. Certes, il sait exciter l'adulte plutôt masculin avec toutes les -euses désormais ixées, comme l'a montré le bon Docteur Orlof l'an passé. Mais sinon, quelle angoisse. A la fin de l'année 75, c'était le poing menaçant ganté de cuir clouté de Rollerball qui s'étalait sur nos murs. Et maintenant on ne peut plus se baigner. L'angoisse est urbaine avec le doublé Mean streets et Taxi driver d'un autre jeune prodige, Martin Scorsese, mais aussi dans Un après-midi de chien de Sidney Lumet ou La cité des dangers de Robert Aldrich où notre Deneuve nationale tente l'exportation. Inquiétante Amérique en perte de repères quand les anciens nazis sont dans les rues de New-York traquant le Marathon man de John Schlesinger (et comment après ce film retourner chez le dentiste ?), quand le doute et la corruption viennent du sommet, ce que montre le nouveau film d'Alan J. Pakula, Les hommes du président. Heureusement qu'il y a Redford et Hoffman. Ce n'est guère mieux ici quand on voit le Police Python 357 d'Alain Corneau et son climat étouffant, et justifie le besoin d'air et de soleil des quatre pieds-nickelés du Plein de super d'Alain Cavalier.

L'angoisse est sociale avec Le juge et l'assassin de Bertrand Tavernier, elle est dans les relations homme-femme avec le terrifiant Calmos de Bertrand Blier. Chez Yves Robert une femme en rouge dansant dans un parking peut faire basculer votre vie. Des êtres humains sensibles deviennent des objets ludiques manipulés par de puissants pervers chez Joel Séria (Marie-Poupée) et Francis Veber (Le jouet). Nos voisins veulent notre peau comme le montre Roman Polanski dans Le locataire, et la bonne bouffe bien de chez nous est sabotée comme le révèle Claude Zidi, que l'on choisisse l'aile ou la cuisse. Le cinéma part à la dérive quand les réalisateurs ambitieux sont réduits à l'érotisme graveleux chez Georges Lautner et Gérard Pirès. Même les territoires de l'enfance truffaldienne cachent des drames poignants dans L'argent de poche.

A qui se fier ? A quoi croire encore ? Vers où se tourner ? Nos amis italiens désespèrent. Leurs années sont de plomb. Question voisins, ceux de Carol Hammond jouée par la belle Florinda Bolkan pour Lucio Fulci (un nom à retenir) ne sont pas à la fête. Les bidonvilles filmés par Ettore Scola sont apocalyptiques, peu peuplés d'affreux, de sales et de méchants, avec une scène de lavage d'estomac qui restera dans les anales. Comme la solution trouvée par Gérard Depardieu pour résoudre ses soucis sexuels avec la pourtant bien jolie Ornella Muti dans le film de Marco Ferreri, La dernière femme. Un bon coup de couteau électrique. Mais ce n'est rien en regard de cette expérience limite que constitue l'ultime film de Pier Paolo Pasolini. Il se dit que son meurtre crapuleux sur une plage d'Ostie l'an dernier serait lié à cette œuvre qui convoque Sade avec ses 120 journées de Sodome et le fascisme de la république éphémère de Salò pour mieux attaquer notre civilisation du commerce et du spectacle. Là encore, les images terrifient, la vision du poète saisi d'effroi. Venu du japon, un autre cinéaste qui ne mâche pas ses images secoue notre regard. Nagisa Oshima s'inspire d'un fait divers pour sa corrida de l'amour. Son Empire des sens est un autre voyage extrême, un de ces films rares dont on peut dire qu'il y a un avant et un après.

Qui nous rassurera ? Le passé recomposé avec raffinement par Stanley Kubrick est un monde de violence et d'hypocrisie aussi terrible que celui de son Orange mécanique. Les visions du futur dans L'âge de cristal de Michael Anderson, dans Les décimales du futur de Robert Fuest, et la course délirante, à la mort et pour l'an 2000, mise en scène par Paul Bartel, n'augurent rien de bon. De l'espace débarquent les "sweet transvestite from Transexual, Transylvania". Mieux vaut faire un pas sur la gauche. Peut être du côté de l’aventure lyrique de John Huston ou d'Akira Kurosawa. Sans doute pour notre garçon de douze ans chez les monstres préhistoriques et caoutchouteux de cette modeste série B que l'on attendait pas, Le sixième continent au pays des temps oubliés. Il peut y éprouver ce frisson tranquille venu de chez Jules Verne et Edgar Rice Burrough. Il a encore le temps devant lui.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 207 longs métrages (sur les 707 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Taxi Driver (Scorsese) ** **** *** **** **** **** *** **** **** ****
Barry Lyndon (Kubrick) **** **** **** *** **** *** ** *** **** ****
Une femme sous influence (Cassavetes) *** **** *** ** **** **** ****     ***
Monsieur Klein (Losey) *** *** **** ** **** **** *** **** ****  
Un après-midi de chien (Lumet) *** *** ****   *** **** ** *** * ****
Mean Streets (Scorsese) *** *** ***   *** **** *** *** *** ****
Dersou Ouzala (Kurosawa) ** *** **** *** *** **** ***     ****
Une vie difficile (Risi) ***   ****   ***       *** ****
La Marquise d'O (Rohmer) **** *** *** ** ***   ***   *** ***
Vol au-dessus d'un nid de coucou (Forman) *** *** ** *** **** **** * **** *** ***
Le Plein de super (Cavalier) ***   *** *** ***     *** *** ****
Salo ou les Cent Vingt Journées de Sodome (Pasolini) ***   *** **** ° **** *** *** **** ****
Les Dents de la mer (Spielberg) *** ** *** ** ** *** ** ****   ****
L'Empire des sens (Oshima) ***   ** **** **** **** **   ** ****
L'Innocent (Visconti) ****   *** ** ** **** ***   ***  
Le Locataire (Polanski) *** *** ** *** *** **** ** **** ** **
Mamma Roma (Pasolini) *** *** *** ** *** *** ***   ** ***
L'Argent de poche (Truffaut) ** *** *** *** *** ** ** *** ** ****
Josey Wales hors-la-loi (Eastwood) ***   *** ° *** *** * **** ** ****
L'Homme qui voulut être roi (Huston) **   ***   ** **** **   ** ****
Au fil du temps (Wenders) ***     *** *** **** **      
Edvard Munch, la danse de la vie (Watkins) ***       **   ***   ****  
La Dernière Femme (Ferreri) ***     ****   ***     ** ***
Carole (Fulci)           ***   ***   ****
Cria cuervos (Saura) *** **** * *** *** **** ** **    
Le Juge et l'assassin (Tavernier) ** ***     *** *** ** *** *** ***
Mado (Sautet) *** *** * ** *** *** **   *** ****
Un enfant dans la foule (Blain) ***   ** ***         ****  
Affreux, sales et méchants (Scola) ** *** * * *** *** ** **** *** ****
Frissons (Cronenberg) ***     *** ** **** ** **** *  
Entre le ciel et l'enfer (Kurosawa) ***   ** ** ** *** **     ****
The Rocky Horror Picture Show (Sharman) * °   ***   ****   ****   ****
J'ai tué Jesse James (Fuller) ***   *** ***   *** **      
Marie-Poupée (Séria) **         ***     *** ****
La Meilleure Façon de marcher (Miller) *** ** ** *** *** ***   *** **  
Cadavres exquis (Rosi) ***   **   **** **** ** *    
Casanova, un adolescent à Venise (Comencini) ***   ** ** ** *** **   ****  
Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles (Akerman) ***           ***   ***  
La Course à la mort de l'an 2000 (Bartel)