Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2016

Sur vos écrans en 1992

EDITORIAL :

Par Edouard S.

impitoyable00.jpgEn 1992, fidèle abonné, je lis Les Inrockuptibles, publication ayant je crois disparu depuis. Le début d’année est celui d’une tornade provoquée par une jeune fille frêle mais teigneuse du Dorset. Le magazine présente la demoiselle et l'orage monte sur les trois numéros de printemps : une demi-page, puis deux entières, puis sept et la couverture. PJ Harvey a 21 ans et vient de sortir son premier disque. Le bien nommé Dry, 24 ans après, trône toujours tout en haut de ma pyramide discographique personnelle (le single Dress en live d'époque, ici). Autre découverte, celle de Dominique A. L'album La Fossette débarque de nulle part et me saisit tout de suite. J’entends encore Bernard Lenoir en parler dans son émission sur France Inter, ému de trouver là, enfin, un chanteur d’ici capable de reprendre le flambeau de Manset/Murat, et passer tous les soirs ou presque Va t'en ou Le Courage des oiseaux, candidat sérieux au titre de meilleure chanson française de tous les temps. Dans le même temps, arrive le deuxième album de Ride, groupe s’étant hissé quelques mois auparavant, d’un coup d’un seul, sur le haut de la vague noisy pop anglaise. Going Blank Again s’ouvre sur un Everest guitaristique, un single improbable et ahurissant. Pendant les 8 minutes que dure Leave them all behind, Ride se propulse à des années lumières, ne cesse de monter, touche les étoiles, va là où l’on ne respire plus depuis longtemps. Le reste de l’album, pourtant bon, est dans l’incapacité de se remettre totalement de cette ascension fulgurante comme une attaque de Claudio Chiappucci sur le Tour de France 92. Ensuite, le groupe produira deux albums quelconques et s’évanouira. Leave them all behind était donc un sommet et un adieu. En ce temps-là, je les vois cependant sur scène sans me douter de la suite. Étudiant bordelais, je fréquente les lieux emblématiques du circuit rock, du Théâtre Barbey au Jimmy, de la Médoquine au Krakatoa ou au Chat Bleu, afin d'y voir The House Of Love, The Jesus and Mary Chain, The Wedding Present, Yo la Tengo, Television fraîchement reformé ou, bien sûr, un peu partout, Noir Désir. Achetant CD sur CD, je choisis mon Top 10 de l'année ainsi : 1. PJ Harvey - Dry, 2. Dominique A. - La Fossette, 3. Pavement - Slanted and Enchanted, 4. R.E.M. - Automatic for the people, 5. Yo la Tengo - May I sing with me, 6. The Pharcyde - Bizarre Ride II the Pharcyde, 7. John Cunningham - Shankly Gates, 8. John Cale - Fragments for a rainy season, 9. Nick Cave and the Bad Seeds - Henry's dream, 10. DC Basehead - Play with toys

1992,eastwood,cassavetes,allen,brisseau,altman,rohmer,desplechin,hartley,pintilie,burton

Mais, me direz-vous, ici, c’est Zoom Arrière, pas Rétro Disco.

Donc, en 1992, je laisse tomber définitivement Première, je continue à acheter de temps à autre les Cahiers du Cinéma et je tombe pour la première fois sur Positif. Le numéro qui m’attire alors s’orne d’une photo de Tim Robbins dans The Player de Robert Altman. Le film m’enthousiasme dans la foulée. Je choisis donc mon camp, pour de longues années. Et j’établis mes programmes en premier lieu sur la foi des conseils positivistes avant de me rendre au Cinéma Jean Eustache de Pessac ou au Centre Jean Vigo dans Bordeaux.

En 1992, se poursuit la folie Twin Peaks. Ayant suivi la diffusion de la série mythique sur La Cinq (chaîne qui l’est un peu moins, mythique, ou alors pour d’autres raisons), j’attendais comme tout le monde énormément du film de cinéma que Lynch avait décidé de tourner, incapable d’abandonner sa Laura Palmer dans la "Black Lodge". Or, passé son extraordinaire prologue convoquant David Bowie (ou son fantôme), Fire walk with me laisse sur un goût d’inachevé, de légère déception. Tout le contraire de deux premiers longs métrages qui me retournent la tête (et parfois l’estomac) : Reservoir Dogs coup d’essai, coup de poing, coup de maître de Quentin Tarantino et La Sentinelle d’Arnaud Desplechin, étoile tout à fait inattendue dans le ciel d’un cinéma français, qui, il est vrai continue d'assurer (très bonnes cuvées de Rohmer, Tavernier, Sautet, Brisseau, Deville) et de bouger (Bar des Rails de Cédric Kahn, Nord de Xavier Beauvois et, pour certains, Les Nuits fauves de Cyril Collard). Je suis également impressionné par les dernières livraisons de deux cinéastes que l’on pouvait alors croire installés dans leur routine : avec Impitoyable, Clint Eastwood, tout en créant le modèle-type du western crépusculaire prouve, à la suite du Kevin Costner de Danse avec les loups, que le genre n’est toujours pas mort, tandis que Woody Allen prend tout le monde à contre-pied avec son rugueux et risqué Maris et Femmes.

En 1992, je compte parmi ceux qui doivent à un Gérard Depardieu transformé en distributeur la découverte des films de John Cassavetes dont les deux merveilleux inédits en salles françaises que sont Faces et Opening Night. A Positif et aux Cahiers, plutôt qu’à Première, je dois celle des beaux Et la vie continue d'Abbas Kiarostami, La Chasse aux papillons d'Otar Iosseliani, Le Chêne de Lucian Pintilie, Les Équilibristes de Nico Papatakis, Une vie indépendante de Vitali Kanevski, Crush d'Allison MacLean, Bhumika de Shyam Benegal... Côté américain, Tim Burton réussit l'impossible avec un deuxième volet batmanien des plus sombres, Gus Van Sant passe un nouveau cap (My Own Private Idaho), Tim Robbins retient bien les leçons ironiques de Robert Altman (Bob Roberts), Oliver Stone maîtrise son JFK, Steven Soderbergh se sort brillamment du piège Kafka mais Martin Scorsese se plante dans les grandes largeurs avec son remake des Nerfs à vif... J’évite alors consciencieusement tout un tas de grosses productions à succès comme le Basic Instinct de Paul Verhoeven. L’impudique croisé-décroisé de Sharon Stone me rattrapera des années plus tard et me démontrera que, dans ce cas précis, j’avais eu tort de faire mon rebelle. A l’époque, je ne passe malheureusement pas à côté d’un autre "phénomène", le regrettant amèrement : je sors absolument dégoûté du film dégueulassement piégé qu'est C’est arrivé près de chez vous. Là est l’origine, sans aucun doute, de mon allergie persistante au comique cinématographique et télévisuel de Benoît Poelvoorde.

Mais oublions cette sombre idiotie. 1992, c’est surtout l’année Hal Hartley. Nous avons découvert Trust Me en mars, The Unbelievable Truth en septembre et Simple Men en octobre. Qu’à partir d’Amateur, sorti deux ans plus tard, la belle mécanique s’enraye, puis cale totalement par la suite importe peu. Pendant quelques mois, sur nos écrans, Hal fut le cinéaste le plus classe, ses actrices et ses acteurs les plus beaux (Adrienne Shelly, Elina Löwensohn, Karen Sillas, Martin Donovan, Robert Burke, William Sage), ses musiques les mieux choisies (Yo la Tengo, Sonic Youth), ses films les plus rock, les plus sexys, les plus drôles et les plus émouvants, ses fins les plus touchantes et les plus encourageantes, ses idées de mise en scène, même empruntées à Godard, les plus emballantes (car elles créaient une distance et dans le même temps, par on ne sait quel tour de magie, elles nous attachaient plus encore aux personnages), ses dialogues les plus à même d'être amoureusement retenus ("Respect, admiration and trust equal love", "I know what you need... you need a woman", "Why do women exist ?").

Au milieu de Simple Men, Martin Donovan déboule en pick-up, en sort, arrache sa casquette et hurle "I can’t stand the quiet !" Dans la seconde, débute la meilleure scène de danse du monde, au son du bien nommé (lui aussi) Kool Thing de Sonic Youth (et Chuck D de Public Enemy). Dans mon fauteuil du cinéma Jean Vigo, je n’en reviens pas. A cet instant se cristallise tout ce que j’aime dans mes deux arts favoris, le cinéma et le rock, pour toujours. Plus encore que devant le Mauvais Sang de Carax, découvert peut-être un peu trop jeune. Là, ayant déjà succombé, quelques semaines auparavant, aux charmes des deux premiers Hartley et ayant fait de Goo, l'album de Sonic Youth dont est extrait Kool Thing, l'un de mes favoris de l'année 90, j'ai le sentiment d’être vraiment dans le présent, de vivre l’instant au bon moment et au bon endroit. Cet incroyable éclair, je sais que je ne le revivrai plus jamais au cinéma. Mais je ne dis pas cela de façon triste : il me suffit d'en avoir été frappé une fois.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 175 longs métrages (sur les 373 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Impitoyable (Eastwood) **** **** **** ** **** **** *** **** **** *** **** ***
Opening Night (Cassavetes)   ****   *** **** **** **** ***   ****    
Maris et femmes (Allen)   ****   **** **** ****   ***       ***
Faces (Cassavetes)   ****   *** **** **** *** ***   ****   ***
Céline (Brisseau)   *** **** *** ***   *** ***     ****  
The Player (Altman) **** **** * ** **** **** ** *** *** *** *** ****
Conte d'hiver (Rohmer) *** *** *** *** ***   *** ****   **** *** **
La Sentinelle (Desplechin)   ****   *** **** *** ***     *** *** **
Batman, le défi (Burton) **** **** ** ** *** **** **   **** ** ** ****
Trust Me (Hartley)   ***   *** **** ***       ***    
Le Chêne (Pintilie)   ****   ** *** ****            
The Unbelievable Truth (Hartley)   ***   *** *** ****            
Le Petit prince a dit (Pascal)   **** ** *** *** ***         ***  
Reservoir Dogs (Tarantino) *** *** ** ** **** *** ** ** *** ** *** ****
Simple Men (Hartley)   *** °   **** ****       ****    
La Guerre sans nom (Tavernier)   ***     *** ****            
Un cœur en hiver (Sautet)   **** *** ** *** *** ° *** ** ***   ****
Le Festin nu (Cronenberg)   ***   *** *** **** **         **
Le Dernier des Mohicans (Mann)     ***     ***     ** ** *** ****
Talons aiguilles (Almodovar) *** ****   **** ** **** **   ** *   **
Betty (Chabrol)   ***   **** ** *** **     **   ***
My Own Private Idaho (Van Sant)   *** ° ** *** **** ***   ** ****    
Versailles rive gauche (Podalydès)   ***   *** **     ***     ** ***
Aux cœurs des ténèbres (Coppola, Bahr & Hicklenlooper)         *** ***           ***
City of Hope (Sayles)     ***     ***           ***
Twin Peaks, Fire walk with me (Lynch) *** ** * **** ** **** *** *        
Nord (Beauvois)   ***   ** *** ***            
Bob Roberts (Robbins)   ***   ** *** ***            
Qiu Ju, une femme chinoise (Zhang)   ***   ** *** ***            
Ombres et brouillard (Allen) *** **   *** ** ***   *       ***
Retour à Howards End (Ivory)   **   ** ** *** ** ** **     ****
JFK (Stone)   ** **   *** **   *   *** ** ***
L 627 (Tavernier)   **   * *** ***   ** **     ***
Kafka (Soderbergh)   ***   * *** **           ***
Bar des rails (Kahn)   ***   ** ***   **          
Et la vie continue (Kiarostami)   ***   ** ***   **          
L'Esprit de Caïn (De Palma)       **   ****   **        
La Vie de bohème (Kaurismäki)       *** ** ***            
Toutes peines confondues (Deville)   ***   ** ***              
Une vie indépendante (Kanevski)       ** ***             ***
La Chasse aux papillons (Iosseliani)       ** ***             ***
Truly, Madly, Deeply (Minghela)         ** ****            
Histoires de fantômes chinois 2 (Ching)           ****           **
Bhumika (Benegal)         *** ***            
Crush (MacLean)         *** ***            
Spetters (Verhoeven)           ****            
Incident à Oglala (Apted)           ****            
Les Nuits fauves (Collard)   ** *** *** ** ** **         *
Alien 3 (Fincher) **       ** ***   ** ** **   **
Les Aventures d'un homme invisible (Carpenter)       **   ***     *     ***
Basic Instinct (Verhoeven) ** ** *** ° *** ** ** * *** * ** **
Le Ciel de Paris (Bena)   ***   ** **              
Frankie et Johnny (Marshall)   **   °   **     **     ****
Le Sous-sol de la peur (Craven)       **   ***   *   ***   *
Les Equilibristes (Papatakis)       ** ***              
Amoureuse (Doillon)       *** **              
Border Line (Dubroux)   ***   **                
Ballroom Dancing (Luhrmann)       **   ***            
Leolo (Lauzon)       **   ***            
Lunes de fiel (Polanski)   **   *** ** **   * * **    
Confessions d'un barjo (Boivin)   **   **   **   **        
Deux Yeux maléfiques (Argento & Romero)       **   **   **       **
Dead Again (Brannagh)       * * **   ** **     ***
La Crise (Serreau)   **   ** ** **     * **    
JF partagerait appartement (Schroeder) ** **   ** ** **   * *      
Diên Biên Phu (Schoendoerffer)     *     **   **     *** *
Le Quatrième Homme (Verhoeven)     * *   ****            
La Maison du sourire (Ferreri)       *** **     *        
Johnny Stecchino (Benigni)                       ***
Faute de preuves (Moore)           ***            
Star Trek 6 : Terre inconnue (Meyer)                   ***    
Les Enfants volés (Amelio)         ***              
Le Mirage (Guiguet)       ***                
Cœur de tonnerre (Apted)           ***            
Edward II (Jarman)           ***            
La Famille Addams (Sonnenfeld)   *   *   ***     * **   **
Fatale (Malle)   *   * ** ***   ** *      
La Belle et la bête (Trousdale & Wise)     **           ° *   ****
Riens du tout (Klapisch)   **   **         *     **
Les Nerfs à vif (Scorsese)   ** ** * ° ** * * ** ** * **
C'est arrivé près de chez vous (Belvaux, Bonzel & Poelwoorde) ** °   *** ° ***     ** **   °
Beignets de tomates vertes (Avnet)   *       **     °   *** **
Les Blancs ne savent pas sauter (Shelton)                   * ***  
Ville à vendre (Mocky)       **       **        
Marcellino (Comencini)     **               **  
Des souris et des hommes (Sinise)   **     **              
In the Soup (Rockwell)       **   **            
Beau fixe (Vincent)       ** **              
Hamlet (Zeffirelli)   *       **           **
Le Petit Homme (Foster)   **     **       *      
Mon cousin Vinny (Lynn) * **       **       *    
L'Accompagnatrice (Miller)       * ** *   **        
La Mort vous va si bien (Zemeckis)   ***   *   *   * * *   *
Hook (Spielberg) ** * * °       * ** **   *
Des hommes d'honneur (Reiner)   *       *   * ° **   **
Le Retour de Casanova (Niermans)   °       *   *       ***
Bugsy (Levinson)   * **     *   *        
Sang chaud pour meurtre de sang-froid (Joanou)   *       *   *       **
L'Arme fatale 3 (Donner)           **     ° **    
Max et Jérémie (Devers)       **   *            
Billy Bathgate (Benton)           **            
L'Homme qui a perdu son ombre (Tanner)       **                
Le Passager (Kiarostami)       **                
Rambling Rose (Coolidge)           **            
En liberté dans les champs du seigneur (Babenco)           **            
Grand Canyon (Kasdan)           **            
La Prise de Beverly Hills (Furie)           **            
Le Cercle des intimes (Kontchalovski)   **                    
Rush (Zanuck)           **            
Time Bomb (Nesher)           **            
Medicine Man (McTiernan)           **            
Le Roi ébahi (Uribe)       **                
Le Vent sombre (Morris)           **            
Rock-O-Rico (Bluth)                       **
Ruby (MacKenzie)           **            
La Nuit déchirée (Garris)           **            
Silvestre (Monteiro)       **                
L'Architecture du chaos (Cohen)   **                    
Mac (Turturro)         **              
La Fille de l'air (Bagdadi)           **            
Siméon (Palcy)   **                    
Bingo (Robbins)                        
Le Dernier Samaritain (Scott)     * °   **     ° **    
Arrête ou ma mère va tirer (Spottiswoode)     *           ° **    
Jeux de guerre (Noyce)           *     °     **
Indochine (Wargnier)   * ° °   **   *       *
Le Bal des casse-pieds (Robert) ° °   **   *     *      
Wayne's World (Spheeris) *     °   **     * °    
Antigone (Huillet & Straub)     ° **                
Le Prince des marées (Streisand)   °       **            
La Fin de Freddy : l'ultime cauchemar (Talalay)           *   *        
Un privé en escarpins (Kanew)           *           *
Horizons lointains (Howard)               *       *
L'Amant (Annaud)   *   ° * **   °   °   *
Mille quatre cent quatre-vingt-douze, Christophe Colomb (Scott)   ° ** °           *    
IP 5, l'île aux pachydermes (Beineix) ** °   °       ° *     *
La Cité de la joie (Joffé)   *           * ° ° * *
Sister Act (Ardolino) ° °       **     ° *    
Une lueur dans la nuit (Seltzer)   *       °           *
Cinq cent quatre-vingt-huit, rue Paradis (Verneuil)               *        
Year of the Gun (Frankenheimer)           *            
La Voix (Granier-Deferre)       *                
Ricochet (Mulcahy)           *            
L'Affût (Bellon)           *            
Promenades d'été (Féret)       *                
Sam Suffit (Thévenet)       *                
Trahie (Harris)           *            
L'Homme de ma vie (Tacchella)                       *
Bezness (Bouzid)       *                
My Girl (Zieff)                 *      
Sans rémission (Olmos)           *            
La Main sur le berceau (Hanson)           *            
Obsession fatale (Kaplan)           *            
Sables mortels (Donaldson)           *            
Beethoven (Levant) °   **           ° °    
Maman j'ai encore raté l'avion (Columbus) °         °     ° ° **  
A quoi tu penses-tu ? (Kaminka)       *       °        
La Belle Histoire (Lelouch)   °           *        
Après l'amour (Kurys)   *   °                
Le Cobaye (Leonard)           *     °      
Le Souper (Molinaro) *     °                
Universal Soldier (Emmerich)   °       *     ° °    
Le Zèbre (Poiret) ° °   *       ° °      
Body Guard (Jackson) ° ° *           ° °   °
The Long Day Closes (Davies)       °                
Le Coup suprême (Sentier)       °                
Face à face (Schenkel)           °            
Doc Hollywood (Caton-Jones)                 °      
Sup de fric (Gion)       °                
La P'tite Arnaqueuse (Hughes)       °                
Boomerang (Hudlin)           °            
Une équipe hors du commun (Marshall)                 °      
Loulou Graffiti (Lejalé) ° °                    
Sexes faibles (Meynard)       °         °      
Le Grand Pardon II (Arcady)           °   °        
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
Rapado (Reijtman)         ***              
Basket case 3 (Henenlotter)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Impitoyable (Eastwood) Une belle journée d'été (Yang) Et la vie continue (Kiarostami) 4- La Sentinelle (Desplechin) 5- Agantuk (S.Ray) Borderline (Dubroux) 7- Antigone (Straub-Huillet) Batman, le défi (Burton) L'Esprit de Cain (De Palma) Le Mirage (Guiguet)
+ 4 films anciens : Faces (Cassavetes) Opening Night (Cassavetes) Silvestre (Monteiro) La Rivière Subarnarekha (Ghatak)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Basic Instinct, Paul Verhoeven, 4 615 376 entrées
2. L'Arme Fatale 3, Richard Donner, 4 385 039 entrées
3. La Belle et la Bête, Gary Trousdale, Kirk Wise, 4 189 365 entrées
4. Bodyguard, Mick Jackson, 3 779 343 entrées
5. Hook, Steven Spielberg, 3 404 004 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Petit Prince a dit (Christine Pascal)
- Prix Méliès : Un cœur en hiver (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : Paris s'éveille (Olivier Assayas)
- César du meilleur film : Les Nuits fauves (Cyril Collard)
- Oscar du meilleur film : Le Silence des agneaux (Jonathan Demme)
- Festival de Venise, Lion d'or : Qiu Ju, une femme chinoise (Zhang Yimou)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les meilleures Intentions (Bille August)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Grand Canyon (Lawrence Kasdan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Qiu Yue (Clara Law)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Un lieu dans le monde (Adolfo Aristarain)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1992 sur le site Encyclo-Ciné)