Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2020

Sur vos écrans en 1944

EDITORIAL :

Par Christophe

LeCiel00.jpgEn 1944, les sorties au cinéma subirent évidemment les répercussions de la grande Histoire. Après quatre ans de cinéma occupé et occupant, les films américains faisaient un timide retour sur les écrans parisiens. Cette année charnière fut l'occasion pour une large partie du public français de comparer les films de propagande anglais, américains et soviétiques entre eux. En effet, si Goebbels limitait l'exploitation de ses bandes de propagande militaire en France (cette année, on note quand même un Stukas), les soldats alliés arrivèrent avec dans leurs valises: Victoire du désert, Ceux qui servent en mer, Bombardier, Convoi vers la Russie, Espion nazi...Face aux Anglo-américains, les Russes, quoique non présents militairement sur le territoire français, n'étaient pas en reste avec Stalingrad, L'arc-en-ciel ou encore Un jour de guerre en URSS. C'était le résultat d'une politique d'export culturel qui, appuyée par le PCF, n'avait rien à envier à l'impérialisme américain. Dans ses intentions du moins car pour ce qui est des résultats, l'Histoire a tranché.
Rétrospectivement, le plus étonnant demeure la sortie à Paris (au Max Linder), en un mois de juin 1944 fort peu propice à l'exploitation cinématographique, d'un film de guerre japonais: Les volontaires de la mort. Ce film célébrant l'attaque de Pearl Harbour réalisé par le mentor de Kurosawa, Kajiro Yamamoto, fut sauvé par le patron de la Toho de la destruction qu'ordonna le général MacArthur des bandes de propagande nipponnes et on peut donc aujourd'hui apprécier son exceptionnel intérêt documentaire et spectaculaire. Comme de juste, Lucien Rebatet encensa ce chef d'œuvre fasciste dans Je suis partout. La critique collaborationniste était aux premières loges pour promouvoir le cinéma de l'allié asiatique, d'une qualité déjà remarquée et fort peu diffusé en Occident. L'initiative du groupe Collaboration, présidé par Alphonse de Châteaubriant, de projeter Les enfants dans le vent au cinéma Normandie le 17 mars ressortait aussi de cette politique de rapprochement culturel avec l'Axe. Cette merveille nullement propagandiste de Hiroshi Shimizu, présentée au Festival de Venise en 1938, était en effet montrée dans le cadre d'un gala au profit du Comité Ouvrier de Secours Immédiat et des Sinistrés du Cinéma, organisme créé conjointement par le PPF et le RNP pour aider les familles ouvrières mises à la rue par les bombardements alliés avec un fond abondé par les spoliations de biens juifs.
Quant aux sorties françaises, la plus notable est sans nul doute Le ciel est à vous. Outre que, tel qu'en témoigne notre classement, sa postérité est la plus favorable, il est intéressant de constater que ce grand succès de la fin de l'Occupation fut encensé aussi bien par les vichystes, qui y voyaient l'apologie des vertus pétainistes, que par les Résistants, qui y voyaient une célébration de leur esprit. Même un nazi convaincu, Lucien Rebatet, lui consacra, fait exceptionnel pour un hebdomadaire généraliste tel que Je suis partout, deux critiques dithyrambiques, deux semaines de suite. Dans le second, il répondait longuement à un lecteur qui lui avait écrit "je ne comprends pas que aimiez un film aussi typiquement vichyssois"... L'accueil du Ciel est à vous fut comme le miroir inversé de celui d'un autre chef d'œuvre de l'Occupation: Le corbeau, violemment détesté par les deux camps.
Enfin, les cinéphiles étaient bien sûr ravis de retrouver Hollywood. Si, tant en terme de qualité que de quantité, l'usine à rêve n'avait pas encore sorti l'artillerie lourde (relisez nos années 1946 et 1947 pour y constater la déferlante de films yankees), cela n'empêchait pas un Roger Leenhardt, dans Les lettres françaises, de saluer le retour de la comédie américaine avec un titre qu'il considérait pourtant tout à fait mineur: Eve a commencé.
Pour finir, la chanson du grand succès de l'année :

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 31 longs métrages (sur les 169 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Christophe Jean-Luc Ludovic Vincent FredMJG Edouard Dr. Orlof
Le Ciel est à vous **** ** **** ***   *** ****
Sur la piste des Mohawks *** ** *** **** **** ***  
Les Voyages de Gulliver   ** * *** **   **
Ma femme est une sorcière     ** *** ****    
Cécile est morte * * *     ***  
Six Destins       *** **    
Le Carrefour des enfants perdus **   *   **    
Ceux qui servent en mer ** *       **  
Joies matrimoniales     ***     *  
La Malibran **   **        
Les Aventures fantastiques du baron de Münchhausen     **   **    
Premier de cordée     *   *   **
Les Volontaires de la mort ***            
L'Arc-en-ciel ***            
Par la porte d'or ***            
Les Enfants dans le vent ***            
L'Aventure d'une nuit ***            
La Vie de plaisir *         **  
Sherlock Holmes et l'arme secrète   *     **    
L'Aventure est au coin de la rue **            
La Péniche de l'amour       **      
Un de nos avions n'est pas rentré     **        
La Jeunesse d'Edison       **      
Le Bossu     *   *    
L'Ange de la nuit *   *        
La Rabouilleuse     *        
Le Voyageur sans bagages     *        
Les Petites du quai aux Fleurs *            
Plongée à l'aube         *    
Convoi vers la Russie *            
La Collection Ménard °            
  Christophe Jean-Luc Ludovic Vincent FredMJG Edouard Dr. Orlof

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1944 sur le site Encyclo-Ciné)

Écrire un commentaire