Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2013

Sur vos écrans en 1951

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1951,wilder,mankiewicz,mann,lewin,ray,rossellini,buñuel,renoir,guitry,walsh1951, une année "miroir" pour Hollywood ? Que le cinéma se regarde lui-même, ce n'est certes pas une nouveauté mais il ne l'avait peut-être jamais fait de façon aussi précise, jusqu'à en faire ressortir toute la cruauté qui peut caractériser son mode de fabrication. Les deux films ayant rallié le plus de suffrages parmi nos contributeurs cette année, Boulevard du Crépuscule et Eve, se plaisent ainsi à raconter brillamment et sans concession des histoires souvent glaçantes d'acteurs, de scénaristes, de producteurs, de réalisateurs. Cette vague porte une nouvelle génération de cinéastes apparus il y a peu. Billy Wilder et Joseph L. Mankiewicz n'ont que la quarantaine et moins de dix films à leur actif, mais ils ont su imposer leur signature et sont devenus aujourd'hui des réalisateurs qui comptent à Hollywood (Boulevard du Crépuscule a cumulé onze nominations aux Oscars et Eve quatorze !). Notons par ailleurs que cette mode du "film sur le cinéma" ne semble pas passagère : devraient sortir dans les prochains mois un drame de Vincente Minnelli sur la vie d'un producteur et une comédie musicale située à l'époque du passage du muet au parlant réalisée par le tandem Gene Kelly et Stanley Donen qui confirmera, nous l'espérons, les promesses formulées par Un jour à New York, leur première œuvre collective, enfin parvenue sur nos écrans cette année.
1951, une année "western" ? Anthony Mann (qui est de la même génération que Wilder et Mankiewicz) a réalisé avec le surprenant Winchester 73 son meilleur film à ce jour, s'associant avec bonheur avec le grand James Stewart (si l'on en croit les rumeurs, leur collaboration devrait se poursuivre bien au-delà de cette seule expérience). A côté d'un nouveau John Ford (Rio Grande), d'un passionnant "auto-remake" de Raoul Walsh (La Fille du désert, sur le même canevas de La Grande évasion) et d'un Delmer Daves qui aura marqué les esprits par sa façon très respectueuse de montrer les Indiens (La Flèche brisée), les propositions, dans des registres et des économies différentes, de George Sherman, Henry Hathaway, Allan Dwan ou Hugo Fregonese ont démontré, d'après les quelques rédacteurs qui ont pu les recenser, la vigueur actuelle du genre.
1951, une année de néoréalisme "changeant" ? Radicalisant encore sa démarche, Roberto Rossellini s'est cette fois-ci tourné vers le passé pour donner Onze fioretti de François d'Assise magnifiquement dépouillés. Pour son premier long métrage de fiction, Chronique d'un amour, Michelangelo Antonioni a cherché à étudier au plus près le comportement et l'esprit humains. Quant à Vittorio De Sica, il a fortement divisé en versant dans la fantaisie onirique avec Miracle à Milan. Le néoréalisme italien évolue. Certains disent (nous n'en sommes personnellement pas) qu'il s'abâtardit.
1951, une année "catholique" ? C'est un fait : le questionnement de la foi et l'attention à Dieu et ses serviteurs ont été au centre de plusieurs films sortis cette année. Robert Bresson a poursuivi son entreprise ardue en adaptant Bernanos avec son austérité coutumière (Le Journal d'un curé de campagne), Rossellini s'est intéressé à Saint François d'Assise et ses disciples, l'écrivain Curzio Malaparte s'est mis au cinéma pour aborder le thème du martyre christique (Le Christ interdit)... et Claude Autant-Lara a poussé le moine Fernandel dans une auberge d'assassins (L'Auberge rouge, qui n'a, c'est le moins que l'on puisse écrire, pas fait rire tout le monde dans notre équipe).
A propos de 1951, il y aurait sans doute beaucoup à dire encore : sur Albert Lewin et l'aboutissement de Pandora, sur les fulgurants débuts de Nicholas Ray (Les Amants de la nuit), sur le retour fracassant de l'immense Luis Buñuel (Los Olvidados), sur le premier Renoir en couleurs (Le Fleuve), sur un Sacha Guitry faisant enfin l'unanimité au sein de notre rédaction (La Poison), sur un Hitchcock en roue libre (Le Grand alibi), sur un Marcel Pagnol (Topaze), un Marcel Carné (Juliette ou la clé des songes) et un Julien Duvivier (Sous le ciel de Paris) qui peinent à vraiment convaincre à nouveau, sur un Fritz Lang en difficulté aux Philippines (Guérillas), sur la permanence du film noir...
Mais l'événement de l'année s'est peut-être finalement passé en dehors de nos frontières. A la Mostra de Venise, le jury, beaucoup plus inspiré que celui de Berlin (qui, il est vrai, essuyait les plâtres pour ce nouveau festival de cinéma), a décerné le Lion d'or à Rashomon d'Akira Kurosawa. Pour la première fois, un film japonais obtient une récompense internationale à ce niveau. Il sera visible chez nous en avril prochain. Espérons que le voie est dorénavant ouverte pour l'arrivée de représentants d'une cinématographie importante, tenue depuis trop longtemps éloignée de nos écrans.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 92 longs métrages (sur les 559 sortis en salles) et de 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Boulevard du Crépuscule (Wilder) **** **** * *** **** *** **** **** **** **** ****
Eve (Mankiewicz)   *** **** *** **** *** **** ****   *** ****
Winchester 73 (Mann) **** *** **** *** *** *** **** *** *** *** ****
Pandora (Lewin)   ** **** **** *** *** **** ***     ****
Les Amants de la nuit (Ray) ** **** *** **** **** ***   **     ****
Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini)   **** *** ** **** **   ****   ****  
Los olvidados (Buñuel)   *** *** **** *** ***   ***     ****
Le Fleuve (Renoir)   **** **** *** *** ***   **   *** ***
La Poison (Guitry)   **** **** *** ***   *** **     ***
La Fille du désert (Walsh) *** *** ** *** *** ***   ***   **** ***
Mark Dixon détective (Preminger) *** *** *** ***           ***
 
Le Journal d'un curé de campagne (Bresson)   **** *** ** ** **   ***   ***  
Le Violent (Ray)   *** **** ***   *         ***
La Flèche et le flambeau (Tourneur)   *** *** *** ** **         ***
La Renarde (Powell & Pressburger)     *** ** ** **   ****     ***
Edouard et Caroline (Becker)   *** ****   **            
Un jour à New York (Donen & Kelly)   * ***     ** *** ***     ***
Chronique d'un amour (Antonioni)   *** *   *** **   ***     ***
Rio Grande (Ford) ** *** ***     ** ** **  **   ***
La Flèche brisée (Daves)   *** **   ** ** *** **   ** **
Les Désemparés (Ophuls) *** *** ****           ***    
Deburau (Guitry)   ** **** **   **          
Menaces dans la nuit (Berry) ** ***     ***            
Oh ! quel mercredi (Sturges)   ***               ***  
Midi gare centrale (Maté)   ***                 ***
Quand les tambours s'arrêteront (Fregonese)     ***               ***
Avant de t'aimer (Lupino)   ****                  
Le Mystérieux Docteur Korvo (Preminger)   *** * ***   ** *** *     **
La Femme à abattre (Walsh)   ** **   ** **         ***
L'Ile au trésor (Haskin)   ** ***       *** *      
Alice au pays des merveilles (Disney)   *** *   **   *** *     **
Le Grand Alibi (Hitchcock) ** **   ** ** *   ** ** ** **
Allons donc papa (Minnelli)   ** ** **   ** **        
La Femme à l'écharpe pailletée (Siodmak)   ** ***                
Le Père de la mariée (Minnelli)   *** **                
L'Attaque de la malle-poste (Hathaway)   ** ***                
Tomahawk (Sherman)     **               ***
Hôtel des Invalides (Franju, cm)   **           ***      
Samson et Dalila (De Mille)   ** ***         *     **
Sous le ciel de Paris (Duvivier)     **   **     *     ***
Miracle à Milan (De Sica)   ** ° ° *** ***   ***      
L'Auberge rouge (Autant-Lara) * * ** * **   *** *     ***
Topaze (Pagnol)   ** *     **   **     **
Entrons dans la danse (Walters)   **         **       **
Comment l'esprit vient aux femmes (Cukor)   ***   **       *      
Harvey (Koster)   *   **             ***
Ville haute, ville basse (Le Roy)   ***                  
La Belle du Montana (Dwan)   ***                  
Le Roi du tabac (Curtiz)     ***                
Si Paris l'avait su (Darnborough & Fisher)                     ***
L'Ombre d'un homme (Asquith)     ***                
Le Signe des renégats (Fregonese)     ***                
Knock (Lefranc) * *           * **   ***
Incident de frontière (Mann)   ** **                
Le Fils de d'Artagnan (Freda)   ***           *      
La Main noire (Thorpe)   **                 **
La Rue de la mort (Mann)   ** **                
Trafic en haute mer (Curtiz)     ****         *      
Les Contes d'Hoffmann (Powell & Pressburger)   ** **                
Juliette ou la clé des songes (Carné)   *           **     **
Le Passe-Muraille (Boyer)       °       *   ** **
Caroline chérie (Pottier)   *                 **
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Adhémar ou le Jouet de la fatalité (Fernandel)     **               *
Pittsburgh (Seiler)                     **
Dans une île avec vous (Thorpe)       **              
Le Rossignol de l'empereur de Chine (Trnka & Makovec)   **                  
Les Années difficiles (Zampa)         **            
La Fille de Neptune (Buzzell)                     **
Le Bagarreur du Kentucky (Waggner)                     **
Le Mensonge d'une mère (Matarazzo)     **                
Capitaine sans peur (Walsh)     **                
De minuit à l'aube (Douglas)     **                
Le Convoi maudit (Rowland)                     **
Le Fauve en liberté (Douglas)   **                  
Les Furies (Mann)           **          
Okinawa (Milestone)   **                  
Voyage sans retour (Farrow)       **              
Mademoiselle Julie (Sjöberg)   **                  
Guérillas (F. Lang) * ** °                
Atoll K (Joannon)   °                 **
Lénine en octobre (Romm)   *                  
Tondelayo (Thorpe)   *                  
Le Masque de Dimitrios (Negulesco)   *                  
Bim le petit âne (Lamorisse)               *      
La Brigade des stupéfiants (Benedek)           *          
De l'or en barres (Crichton)   *                  
L'Etrange Madame X (Grémillon)     *                
Le Christ interdit (Malaparte)               *      
Les Mines du roi Salomon (Bennett & Marton)   *                  
Le Voyage fantastique (Koster)               *      
Treize à la douzaine (W. Lang)               °      
Un grand patron (Ciampi)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Eté précoce (Ozu)   ****     ** ***         ***
Miss Oyu (Mizoguchi) *** *** ****   ** **          
L'Idiot (Kurosawa)   *** ° *** ***           ***
La Dame de Musachino (Mizoguchi)   *** ***     **          
Le Repas (Naruse)   ***     *** **          
Le Grand Attentat (Mann)   ** ** ** **            
Le Film est déjà commencé ? (Lemaître)       ***              
Carmen revient au pays (Kinoshita)       ** *            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 / La Flèche et le flambeau
*** : Trafic en haute mer / La Flèche brisée / Deburau / Menaces dans la nuit / Les Amants de la nuit
** : Le Grand attentat / Le Mystérieux Doctor Korvo / Un jour à New York / Le Journal d’un curé de campagne / Cas de conscience / Knock / Rio Grande / Max Dixon, détective / Comment l’esprit vient aux femmes / L’Auberge rouge / L’Idiot
* : La Renarde / Miracle à Milan / Capitaine sans peur
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La treizaine prodigieuse : Pandora / Eve / Mark Dixon détective / Winchester 73 / Rio Grande / Les amants de la nuit / Le violent / Boulevard du crépuscule / Les contes d’Hoffmann / Menaces dans la nuit / Le fauve en liberté / Chronique d’un amour / La flèche et le flambeau
Le classique : Los olvidados
Les excellentes pelloches : La flèche brisée / La poison / Le loup-garou / Le grand alibi / La renarde / La porte s’ouvre / Edouard et Caroline / La femme à abattre / La main noire / Quand les tambours s’arrêteront / Le masque de Dimitrios / Le mystérieux Docteur Korvo
L’aventure, c’est l’aventure : Trafic en haute mer / L’ile au trésor / Les mines du roi Salomon
Les nanars magnifiques : Messaline / Caroline chérie / Samson et Dalila
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Le Fleuve / Boulevard du crépuscule
*** : Los Olvidados / Rio Grande / La Flèche brisée
** : Alice au pays des merveilles / Le loup-garou

Rémi (Il a osé !) :
**** : Les Amants de la nuit / Boulevard du crépuscule / Eve / Los Olvidados / Le Fleuve / Winchester 73
*** : Le journal d'un curé de campagne
** : Les désemparés / Harvey,
* : Topaze / Juliette ou la clé des songes
° : L'auberge rouge

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 (10) / La Femme à abattre (9) / La Flèche et le flambeau (8)
*** : Eve (8) / Trafic en haute mer (8) / Pandora (8) / La Flèche brisée (8) / La Poison (8) / Menaces dans la nuit (8) / Deburau (7) / Le Grand Alibi (7) / Les Amants de la nuit (7)
** : Boulevard du Crépuscule (6) / Le Grand attentat (6) / Le Mystérieux Doctor Korvo (6) / Un jour à New York (6) / Le Journal d’un curé de campagne (6) / Cas de conscience (6) / Knock (6) / Rio Grande (6) / Max Dixon, détective (6) / Comment l’esprit vient aux femmes (6) / L’Attaque de la malle-poste (6) / La Belle du Montana(6) / L’Auberge rouge (5) / L’Idiot (5)
* : Capitaine sans peur (4) / La Renarde (3) / Miracle à Milan (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides / La Fille du désert / Edouard et Caroline

Frédéric :
1- Le Fleuve, 2- Un jour à New-York, 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise, 4- La Fille du désert, 5- Deburau, 6- La Poison, 7- Les Amants de la nuit, 8- Journal d'un curé de campagne, 9- Boulevard du Crépuscule, 10- Le Mystérieux Docteur Korvo

Oriane :
**** : Boulevard du Crépuscule / Eve / Alice au pays des merveilles
*** : Winchester 73 / Le Rossignol de l'empereur de Chine / Eté précoce
** : Marx Dixon, détective / Juliette ou la clé des songes
* : Los Olvidados
° : L'Auberge Rouge

Julien :
1. Los Olvidados ****, 2. Sunset Boulevard ****, 3. Les amants de la nuit ****, 4. Pandora ***, 5. La fille du désert ***, 6. Le violent ***, 7. Winchester 73 ***, 8. La flèche brisée ***, 9. Le poison ***, 10. Eve **

Un simple amateur :
1- Le Fleuve (Renoir) 2- Los olvidados (Buñuel) 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini) 4- Journal d'un curé de campagne (Bresson) 5- Eve (Mankiewicz) 6- Winchester 73 (Mann) 7- Les Amants de la nuit (N.Ray) 8- La Fille du désert (Walsh) 9- Boulevard du Crépuscule (Wilder) 10- Pandora (Lewin)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Samson et Dalila, Cecil Blount DeMille, 7 116 442 entrées
2. Andalousie, Robert Vernay, 5 735 113 entrées
3. La Flèche et le Flambeau, Jacques Tourneur, 4 287 220 entrées
4. Les Mines du roi Salomon, Compton Bennett & Andrew Marton, 4 108 770 entrées
5. Le Roi des Camelots, André Berthomieu, 4 059 172 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Méliès : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson)
- Oscar du meilleur film : Eve (Joseph L. Mankiewicz)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg) & Miracle à Milan (Vittorio De Sica)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Rashomon (Akira Kurosawa), sortie prévue en 1952
- Festival de Berlin, Ours d'or : Quatre dans une jeep (Leopold Lindtberg), Justice est faite (André Cayatte), Sans laisser d'adresse (Jean-Paul Le Chanois) & Cendrillon (Walt Disney)

 

REFERENDUM :

Les meilleurs films de 1951 selon les collaborateurs et amis des Cahiers du Cinéma (publié dans le n°10, mars 1952) :
1. Le Fleuve (Jean Renoir), 2. Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), 3. Miracle à Milan (Vittorio De Sica), 4. Los Olvidados (Luis Buñuel), 5. Eve (Joseph L. Mankiewicz), 6. Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg), 7. Chronique d'un amour (Michelangelo Antonioni), 8. Boulevard du crépuscule (Billy Wilder), 9. Edouard et Caroline (Jacques Becker), 10. Onze fioretti de François d'Assise (Roberto Rossellini) & Les Miracles n'ont lieu qu'une fois (Yves Allégret)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1951 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Je ne doit guère être très catholique, j'ai toujours fait l'impasse sur ce Bresson et consorts. Par contre, il faut vraiment que je visionne enfin Le fleuve !
Ma petite contribution de l'année demain matin, comme convenu.

Écrit par : FredMJG | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Que tu ne sois pas très catholique, cela nous le savions depuis longtemps... :)
Vivement demain, donc.

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

pour Secret de femmes, j'ai confondu avec le film quasi-homonyme (et de la même année!) de Nicoholas Ray.
Pas vu le Wise.

Écrit par : Christophe | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

C'est noté et corrigé, Christophe.

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

c'est qui Christophe?

Écrit par : fred | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Tss, c'est écrit dans la colonne de droite. Et vous même, Fred, à qui avons nous l'honneur ?

Écrit par : Vincent | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

"fred" ou "Maxime" ou quantité d'autres... est quelqu'un qui ne se dévoile à aucun moment mais qui s'amuse à laisser de ci-de là (et surtout chez moi) de courts commentaires comme celui-ci auxquels on ne sait jamais quoi répondre.

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

vous confondez je crois
je demande simplement quel est le blog de Christophe en fait ^^

Écrit par : fred | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Non, je ne confonds pas.

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

je suis lecteur cinéphile ^^
merci Vincent

Écrit par : fred | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Christophe déteste autant que moi l'horrible "Miracle à Milan" : c'est donc un garçon respectable :)

Écrit par : dr orlof | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

N'ayant personnellement pas revu "Miracle à Milan" depuis très longtemps, je regrette de ne pas pouvoir continuer sur un mode polémique, suite à cette petite provocation. ;)

Écrit par : Edouard | 10/02/2013

la rubrique Box-Office est très intéressante.
Je n'aurais pas cru que le film de Tourneur fasse autant d'entrées.

Merci Edouard.

Écrit par : Christophe | 11/02/2013

Répondre à ce commentaire

Mais surtout, Christophe, pourquoi une seule petite étoile solitaire pour Sunset Boulevard?

Écrit par : T.G. | 11/02/2013

Répondre à ce commentaire

parce que la dernière fois que j'ai vu ce film, je n'y ai vu qu'une mécanique théâtrale verrouillée sur elle-même et pleine de lourdeur accumulant les signes de séduction envers le cinéphile qui m'a fait bailler d'ennui.
C'est un peu le prototype de tous ces films méta à la con qui mêlent cinéphilie, nécrophilie et tutti quanti. Pas étonnant que ce soit un favori de ce tocard de De Palma.

Écrit par : Christophe | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

Pour tout dire et puisque l'heure est à la polémique (qui ne fait pas de mal), je trouve la sous-estimation du fabuleux Breaking point par Ludovic autrement plus grave et injuste.

Écrit par : Christophe | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

Tocard de De Palma? Je sens que les "Zooms arrières" des années 70 et 80 vont être mouvementés :) (Je ne réponds pas tout de suite à la provocation)...

Écrit par : dr orlof | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

oui, on peut enlever le "tocard" si vous voulez. C'est une provocation puérile. Je maintiens le reste.

Écrit par : Christophe | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne pense pas que "Sunset Boulevard" soit particulièrement "meta", en tout cas ni plus ni moins que "Eve " de la même année (la métaphore théâtre-cinéma est limpide), de "Singing in the rain" ou de "In a lonely place", bref de tous ces films dans lesquels Hollywood a aimé se représenter, parfois durement. Le côté mortifère, c'est peut être cette ambiance de film noir où l'on ne rigole pas beaucoup, mais ça reste un film fasciné par la puissance du cinéma.

Écrit par : Vincent | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Même si contrairement à Christophe cet aspect ne me gêne pas, je suis assez d'accord avec lui pour dire que Wilder est l'un des précurseurs du "maniérisme" (que j'aime beaucoup) et qu'il est l'un des premiers (Keaton également dans "Les 3 âges" et "Chantons sous la pluie" en est aussi un autre exemple) à avoir une conscience aiguë de l'histoire passée du cinéma, à réfléchir dessus et à citer. On se souvient tous de la parodie de "Tant qu'il y aura des hommes" dans "Sept ans de réflexion"...

Écrit par : dr orlof | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Précurseur, je veux bien mais alors que fait on de ceci : http://www.supercartoons.net/cartoon/727/hollywood-steps-out.html#.URt-WPJc6uY ?

Écrit par : Vincent | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

On ne peut décemment pas comparer Sunset Boulevard à Chantons sous la pluie ou au Violent. Ils ne croulent pas sous une avalanche de signes de "fascination pour la puissance du cinéma", eux.
Le problème n'est évidemment pas le cinéma dans le cinéma puisque j'aime les films que vous citez.
(Entre parenthèses, le cinéma dans le cinéma, c'était déjà une marotte de Léonce Perret, grand primitif français dont l'apogée de carrière se situe autour de...1912.).

Écrit par : Christophe | 13/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne te contesterais pas l'argument de l'ennui, je connais ça :) mais je ne suis pas d'accord quand je pense au numéro "You are my lucky star" de "Chantons ..." qui est une des plus belles scènes sur la magie du cinéma qui existe. Et je n'ai pas parlé de "crouler", une partie suffit. Je n'ai pas revu le Wilder depuis longtemps et je ne voudrais pas dire des bêtises, mais j'ai le souvenir de toutes les scènes au studio où le personnage de Holden exerce son boulot de scénariste, sans doutes nourries de l'expérience du réalisateur et je me souviens qu'elles donnaient vraiment envie de devenir scénariste. Et même s'il y a du pathétique chez Norma Desmond, il y a le souvenir de la grandeur de l'époque du cinéma muet, littéralement incarné par Gloria Swanson. Wilder comme toujours est entre-deux, ce qui n'est effectivement pas le cas de Donen, mais on peut faire intervenir Minelli avec "Les enchaînés" qui joue aussi sur les sentiments de fascination-répulsion. Du coup, je crois que je reverrais bien ce film...

Écrit par : Vincent | 14/02/2013

Répondre à ce commentaire

Peu de films pour moi, comme d'hab', mais semble-t-il une rareté (je m'en étonne) puisque personne ne le cite. Je terminerai par ce dernier (quoi de plus normal si c'est le dernier ?) :

- donc, enfin !, le chef d'oeuvre absolu (après Les chaussons rouges), Le fleuve ****
http://www.kinopitheque.net/fleuve-le/

- Boulevard du Crépuscule ****
http://www.kinopitheque.net/boulevard-du-crepuscule-sunset-boulevard/

- Los olvidados ***

- Rio Grande ***

- La Flèche brisée ***

- Alice au pays des merveilles **

- Le Loup-Garou (Waggner) **
http://www.kinopitheque.net/loup-garou-le-the-wolf-man/

Bien à vous !

Écrit par : Benjamin | 20/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Benjamin !

Écrit par : Edouard | 20/02/2013

**** : Les Amants de la nuit, Boulevard du crépuscule, Eve, Los Olvidados, Le Fleuve, Winchester 73,
*** : Le journal d'un curé de campagne
** : Les désemparés, Harvey,
* : Topaze, Juliette ou la clé des songes
° : L'auberge rouge

Écrit par : Rémi | 12/03/2013

Répondre à ce commentaire

Top 1951 :

1- Le Fleuve ( Renoir )
2- Un jour à New-York ( Donen/Kelly )
3- Les Onze Fioretti de François d'Assise ( Rossellini )
4- La Fille du désert ( Walsh )
5- Deburau ( Guitry )
6- La Poison ( Guitry )
7- Les Amants de la nuit ( N.Ray )
8- Journal d'un curé de campagne ( Bresson )
9- Boulevard du Crépuscule ( Wilder )
10- Le Mystérieux Docteur Korvo ( Preminger )

Écrit par : Frédéric | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

Mes notes pour 1951 (avec un beau trio féminin) :

**** : Boulevard du Crépuscule / Eve / Alice au pays des merveilles
*** : Winchester 73 / Le Rossignol de l'empereur de Chine / Eté précoce
** : Marx Dixon, détective / Juliette ou la clé des songes
* : Los Olvidados
° : L'Auberge Rouge

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Répondre à ce commentaire

1. Los Olvidados **** (vous êtes pas un peu fada, non ?)
2. Sunset Boulevard **** (la scène finale, avec la descente polysémique des escaliers par Gloria Swanson, s'il ne fallait citer qu'une seule raison)
3. Les amants de la nuit **** (plus beau film de Ray avec Johnny Guitar)
4. Pandora ***
5. La fille du désert ***
6. Le violent ***
7. Winchester 73 ***
8. La flèche brisée ***
9. Le poison ***
10. Eve ** (je n'ai jamais été fan de Mankiewicz, son cinéma ne me touche pas - il faudrait que j'analyse ça un jour. Soudain l'été dernier et, surtout, La comtesse aux pieds nus, me font rire à l'insu de leur plein gré, par exemple. Ceci dit, Eve est sans doute son meilleur film.)

Écrit par : Julien | 12/08/2015

Répondre à ce commentaire

Mon Top 1951 serait:

1- Le Fleuve (Renoir)
2- Los olvidados (Buñuel)
3- Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini)
4- Journal d'un curé de campagne (Bresson)
5- Eve (Mankiewicz)
6- Winchester 73 (Mann)
7- Les Amants de la nuit (N.Ray)
8- La Fille du désert (Walsh)
9- Boulevard du Crépuscule (Wilder)
10- Pandora (Lewin)

Écrit par : Un-simple-amateur | 04/11/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires étant fermés sur la page, je me permets de reporter mon top sur l'année suivante; ainsi mon Top 1950 serait:

1- Stromboli (Rossellini)
2- L'Enfer est à lui (Walsh)
3- Stars in my crown (Tourneur)
4- Le Rebelle (Vidor)
5- Quand la ville dort (Huston)
6- Alexandre Nevski (Eisenstein)
7- Outrage (Lupino)
8- Les Forbans de la nuit (Dassin)
9- Le Démon des armes (Lewis)
10- La Charge héroique (Ford)

Écrit par : Un-simple-amateur | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire