Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2014

Sur vos écrans en 1963

EDITORIAL :

lemepris00.jpegL'année 1963 vue par Michel Ciment (texte tiré de l'ensemble "50 ans de cinéma par 87 collaborateurs", paru dans le n°500 de Positif, octobre 2002) :

"C'est Bernard Cohn, que je rencontre souvent à la bibliothèque de la Sorbonne et qui écrit avec moi dans Cinéma-Texte - une publication ronéotée d'étudiants en lettres dirigée par François Porcile -, qui m'incite à envoyer un texte à Positif, revue à laquelle il collabore depuis peu. Exaspéré par les articles négatifs parus sur Le Procès d'Orson Welles - vilipendé pour n'être pas fidèle à Kafka - je rédige une longue critique du film, sorti fin 1962, dont Robert Benayoun m'annonce au téléphone qu'elle paraîtra dans la revue.
L'année 1963 voyait se côtoyer, comme dans toute cette période infiniment riche, les derniers feux du classicisme et les nouvelles œuvres de la modernité. C'était l'automne des grands réalisateurs hollywoodiens :
Cléopâtre de Mankiewicz, Irma la douce de Wilder, La Taverne de l'Irlandais de Ford, Quinze Jours ailleurs de Minnelli. Je m'en délecte - sauf du dernier - non sans savoir que ce ne sont pas des sommets de leur carrière. Je ne sais pas non plus que Les Oiseaux sera le dernier chef-d'œuvre de Hitchcock ni que Lawrence d'Arabie restera de loin le meilleur film de David Lean. J'écris aussi sur Hallelujah les collines d'Adolfas Mekas, croyant à l'épanouissement d'un cinéma indépendant américain. Mais c'est toujours de Hollywood que viennent les meilleures raisons d'espérer, avec Le Zinzin d'Hollywood et Docteur Jerry et Mister Love de Jerry Lewis, ainsi qu'avec les transfuges alors mal vus de la télévision : John Frankenheimer (L'Ange de la violence) et Robert Mulligan (Du silence et des ombres).
Mais ce qui me fait vraiment vibrer c'est le cinéma italien, d'une incroyable richesse, et qui m'incitera l'année suivante à vouloir connaître mon premier festival, celui de Venise. C'est la découverte, la plus bouleversante pour moi, de
Salvatore Giuliano, puis de Main basse sur la ville où la recherche de la beauté et de la vérité est menée conjointement, et de Valerio Zurlini avec Été violent et Journal intime, celle aussi d'une des meilleures comédies de Risi, Le Fanfaron, et de Ferreri, Le Lit conjugal ; et c'est encore la révélation d'Olml (Il Posto) et de De Seta (Bandits à Orgosolo). Même Lizzani et Bolognini sont stimulés par la créativité ambiante avec Procès à Vérone et Senilità. Et pour couronner le tout c'est aussi l'année de Huit et demi et du Guépard !
Devant la maturité et l'invention formelle de tels films j'ai du mal à adhérer aux derniers fruits de la Nouvelle Vague,
Landru et Ophélia de Chabrol, Le Petit Soldat et Les Carabiniers de Godard... C'est la "rive gauche" du cinéma français et les indépendants qui me séduisent bien davantage : Muriel de Resnais avant tout, Les Abysses de Papatakis, foudroyante représentation à la Artaud de l'histoire des sœurs Papin, Adieu Philippine de Rozier, tous trois évoquant, chacun différemment, la guerre d'Algérie, mais plus lucidement que Godard, Le Joli Mai de Marker et Lhomme, Cléo de 5 à 7 de Varda, La Baie des anges de Demy, Le Feu follet de Malle, Le Soupirant d'Etaix, À cause, à cause d'une femme de Deville, d'une élégance rare dans le domaine de la comédie française. Sans oublier les figures tutélaires de Bresson (Le Procès de Jeanne d'Arc) et de Melville (Le Doulos).
Si l'on élargit l'horizon, ce sont les révélations, à l'Est, de Polanski avec
Le Couteau dans l'eau et de Tarkovski avec L'Enfance d'Ivan, deux chefs-d'œuvre, L'Ange exterminateur de Buñuel et Neufs Jours d'une année de Mikhail Romm, la découverte de Hara-kiri de Kobayashi.
On avait le sentiment que du cinéma on pouvait tout attendre. Comment dès lors, à vingt-cinq ans, attendre plus longtemps pour en rendre compte ?
"

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 406 sortis en salles) et 5 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Mépris (Godard) **** **** **** **** **** **** *** *** **** ****
La Jetée (Marker, cm) *** ** **** **** **** *** *** *** *** ***
Le Guépard (Visconti) **** **** * **** **** ****   ***   ****
Tout ce que le ciel permet (Sirk) **** *** **** ** **** ****   * ****  
Le Fanfaron (Risi) *** **** ** *** *** ** *** ****   ****
Les Oiseaux (Hitchcock) **** * **** *** *** *** *** **** **** ***
Huit et demi (Fellini) ** * *** **** ****     ****   ****
Du silence et des ombres (Mulligan) *** ****     ***       ****  
Le Doulos (Melville) *** **** *** ** **** ** *** **** *** ***
L'Ange exterminateur (Buñuel) **** ° **** **** **** **   ***   ****
Lawrence d'Arabie (Lean) *** ***   **** ****     **   ****
Le Feu follet (Malle) ** *** *** **** **** ** *** **** *** ***
Docteur Jerry et Mister Love (Lewis) *** ** ** *** *** ** **** *** *** ****
Judex (Franju) ***   *** ** **** **   *** ****  
Le Monde d'Apu (S. Ray) *** *** *** *** **** ***   **    
Adieu Philippine (Rozier) **** ° **** ** *** ****   *** *** ***
Le Procès de Jeanne d'Arc (Bresson) **** *** *** **   **   **** ***  
Le Cardinal (Preminger) *** ****     **          
L'Enfance d'Ivan (Tarkovski) *** *** **   *** **   ***   ****
La Baie des Anges (Demy) ** *** *** *** *** **   ** *** ***
Un drôle de paroissien (Mocky) **   ***   ***   *** **   ****
Journal intime (Zurlini) **** *** ** ** ****          
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (Aldrich) ** ** ** *** **** * *** *** **** ***
Quinze Jours ailleurs (Minnelli) *** ** ** *** *** ***   ** ****  
La Grande Evasion (Sturges) ** ***   ** ***   *** ** **** ***
Charade (Donen) *** * *** * *** ** *** ** **** ***
Cléopâtre (Mankiewicz) *** * *** * *** *** ***   *** ****
Le Petit Soldat (Godard) *** ° *** ***   ***   *** ****  
Eté violent (Zurlini) *** **     *** **       ****
Il faut marier papa (Minnelli) **** **** **     **       **
La Taverne de l'Irlandais (Ford) **** ***   **   **       ***
Le Couteau dans l'eau (Polanski) ***     *** ***     ** ***  
Les Abysses (Papatakis) ****       ***          
Muriel ou le Temps d'un retour (Resnais) *** ° *** ****   ***   ** ***  
Salvatore Giuliano (Rosi) ** ***   *** *** **   **   ***
Les Tontons flingueurs (Lautner) ** ** ** ** *** ** **** ** * ***
Le Joli Mai (Marker & Lhomme) **   ***     **     ****  
Main basse sur la ville (Rosi) *** * * *** *** ***   **   ***
Landru (Chabrol) ***   *** ** *** ** ** ** **  
Les Carabiniers (Godard) ****   ** **   **   ** **** °
Hara-kiri (Kobayashi) * ° ***   **** **     *** ***
L'Effroyable Secret du docteur Hichcock (Freda)   * **   ****   ** **   ***
Le Fantôme de l'opéra (Fisher) **       *** **   **   ***
Le Lit conjugal (Ferreri) ***   ** ** ***     **    
Le Zinzin d'Hollywood (Lewis) ***     *   * ***     ****
En compagnie de Max Linder (Linder) **     ***   **       ***
Les Hauts de Hurlevent (Buñuel) ***   **   ***     **    
Tom Jones (Richardson) **       ***         ***
...A Valparaiso (Ivens, cm)       ***           ***
Filles et gangsters / Cochons et cuirassés (Imamura)         ****          
Irma la douce (Wilder) * ** ** *   ** ** ** **** ***
La Carrière de Suzanne (Rohmer, cm) *** ** ** *   *     *** **
Le Soupirant (Etaix) ** ° ***   *** **   **   ***
L'Horrible Docteur Orloff (Franco)     *** * **     **   ***
James Bond 007 contre docteur No (Young) ** *   ** ** ** *** *   ***
Hitler connais pas (Blier)     ** ***       **    
Le Dernier de la liste (Huston) **     ** ***          
L'Immortelle (Robbe-Grillet) *   **     **   ** ***  
Les Mauvaises Fréquentations / Du côté de Robinson (Eustache, cm) ***     **            
Machorka-Muff (Straub & Huillet, cm)       ***   **        
Meurtre à l'italienne (Germi)   *               ****
Mourir à Madrid (Rossif)       **           ***
Mélodie en sous-sol (Verneuil) * *     **   ** **   **
L'Assassin connaît la musique (Chenal)   ***                
La Bataille des Thermopyles (Maté)                   ***
Le Plus Sauvage d'entre tous (Ritt)         ***          
Les Conducteurs du diable (Boetticher)   ***                
Les Mutinés du Téméraire (Gilbert)                   ***
Vacances portugaises (Kast)     ***              
L'Aîné des Ferchaux (Melville) ** *   ** ** *   **    
Les Cinquante-Cinq Jours de Pékin (N. Ray) * **     *     **   **
Chair de poule (Duvivier)   **     **          
Tu ne tueras point (Autant-Lara) ***             *    
A cause à cause d'une femme (Deville) **   **         *    
Le Renard du désert (Hathaway)         **     * **  
Scaramouche (Isasi-Isasmendi)             * **    
Un roi sans divertissement (Leterrier) *   *         *   ***
Maigret voit rouge (Grangier) *       *     **    
Il posto (Olmi) *             **    
Les Enfants du capitaine Grant (Stevenson) **             *    
Tonnerre apache (Newman)   *               **
Un monde fou, fou, fou, fou (Kramer) *                 **
L'Etrange Histoire du juge Cordier (Le Borg)         **          
L'Increvable Jerry (Tashlin) **                  
L'Ombre du passé (Neame)               **    
La Bataille de Naples (Loy)       **            
La Trahison du capitaine Porter (De Toth)                   **
Le Prix d'un homme (Anderson) **                  
Le Sadique (Franco)     **              
Les Vierges (Mocky) **                  
Ophélia (Chabrol) **                  
Son seul amour (Hopper)   **                
Un goût de miel (Richardson) **                  
La Cuisine au beurre (Grangier)         *   ** * ** *
Pouic-Pouic (Girault)     * ** °     °   ***
Bébert et l'omnibus (Robert) °   °   °   ** *   **
Deux sur la balançoire (Wise) *             *    
Le Bon Roi Dagobert (Chevalier)             *   *  
Le Jour et l'heure (Clément)         *     *    
Peau de banane (Ophuls) °                 **
Au bout de la nuit (Garfein)               *    
Capitaine Sindbad (Haskin)               *    
Germinal (Allégret)         *          
L'Ange de la violence (Frankenheimer)               *    
L'Enfer est pour les héros (Siegel)               *    
Le Géant de Métropolis (Scarpelli)         *          
Le Magot de Josefa (Autant-Lara)   *                
Le Seigneur d'Hawaï (Green)         *          
Les Séquestrés d'Altona (De Sica)                   *
Mathias Sandorf (Lampin)               *    
OSS 117 se déchaîne (Hunebelle)                   *
Persée l'invincible (De Martino)                   *
Rififi à Tokyo (Deray)               *    
Tempo di Roma (La Patellière)                   *
Un homme doit mourir (Seaton)               *    
Le Glaive et la balance (Cayatte)         °     *    
Le Vice et la vertu (Vadim) °   °   °     °    
Le Trésor du lac d'Argent (Reinl)   °     °          
D'où viens-tu Johnny ? (Howard)   °                
Dragées au poivre (Baratier) °                  
L'Ile aux filles perdues (Paolella)               °    
Le Lion (Cardiff)         °          
Par l'amour possédé (Sturges)                   °
Shéhérazade (Gaspard-Huit)     °              
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Histoire d'une femme (Naruse) *** ****   ***            
La Jeunesse de la bête (Suzuki)     ** ** ****         ***
Détective bureau 2-3 (Suzuki)       *** ***          
La Vengeance d'un acteur (Ichikawa)       ***            
The Chair (Drew)       ***            
18 jeunes gens à l'appel de l'orage (Yoshida)     **              
Acte de printemps (Oliveira)                   *

Antoine :
**** : La Jetée / Huit et demi
*** : Le Mépris / Le Feu follet / Le Doulos / Un drôle de paroissien / Charade
** : Le Guépard / Le Procès de Jeanne d'Arc / Les Tontons flingueurs / Landru / Les Carabiniers / Scaramouche
* : Cléopâtre / James Bond 007 contre Docteur No
° : La Cuisine au beurre / Le Retour du Docteur Mabuse

Timothée :
**** : La Jetée / Tout ce que le ciel permet / Le Fanfaron / Le Cardinal / La Baie des Anges
*** : Le Guépard / Lawrence d'Arabie / Le Doulos / Le Procès de Jeanne d'Arc / L'Enfance d'Ivan / Cléopâtre / Les Tontons flingueurs / La Carrière de Suzanne
** : James Bond 007 contre Docteur No

Nolan :
**** : La Jetée
*** : Le Mépris / Le Guépard / Charade / Les Tontons flingueurs
** : Le Doulos / Lawrence d'Arabie / James Bond 007 contre Docteur No / Mélodie en sous-sol
° : La Cuisine au beurre / Pouic-Pouic

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Adieu Philippine / Le Mépris ; 3- Les Oiseaux / Quinze jours ailleurs ; 5- La Jetée / Muriel ; 7- Huit et demi ; 8- L'Ange Exterminateur / Docteur Jerry et Mr Love / Judex

Anna :
**** : La Jetée / Tout ce que le ciel permet / Les Oiseaux / Charade
*** : Le Mépris / Le Guépard / La Baie des Anges / Adieu Philippine
** : Irma la douce / Le Procès de Jeanne d'arc / Le Fanfaron

Mister Arkadin :
**** : La Jetée (10) ; Les Oiseaux (9)
*** : Le Fanfaron (8) ; Lawrence d’Arabie (7) ; Été violent (7)
** : Le Soupirant (6) ; Le Mépris (6) ; Maigret voit rouge (6) ; Docteur Jerry et Mister Love (6) ; Mélodie en sous-sol (6) ; Le Guépard (6) ; Cléopâtre (6) ; Irma la douce (5) ; James Bond 007 contre docteur No (5) ; La Baie des Anges (5) ; Le Petit Soldat (5) ; Les Tontons flingueurs (5) ; Landru (5) ; La Taverne de l’Irlandais (5)
* : Un roi sans divertissement (4) ; La Cuisine au beurre (4) ; Le Couteau dans l’eau (4)
o : Pouic-Pouic (3) ; Muriel ou le temps d’un retour (3) ; L’Ange exterminateur (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Huit et demi ; Salvatore Giuliano ; Main basse sur la ville ; Les Mauvaises fréquentations ; Mourir à Madrid ; Le Jour et l’heure

Oriane :
**** : Le Guépard / La Jetée / Lawrence d'Arabie / L'Enfance d'Ivan / Muriel ou le temps d'un retour
*** : Le Mépris / Le Fanfaron / Du Silence et des ombres / La Baie des Anges / Le Petit Soldat / Main basse sur la ville
** : Le Doulos / Les Oiseaux / Judex / Les Tontons flingueurs
* : Docteur Jerry et Mister Love / Charade / Maigret voit rouge

Un simple amateur :
1- Le Monde d'Apu (S. Ray) 2- Tout ce que le ciel permet (Sirk) 3- Lawrence d'Arabie (Lean) 4- Les oiseaux (Hitchcock) 5- Huit et demi (Fellini) 6- L'Enfance d'Ivan (Tarkovski) 7- Le mépris (Godard) 8- Le Fanfaron (Risi) 9- Le feu follet (Malle) 10- Le procès de Jeanne d'Arc (Bresson)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Grande Évasion, John Sturges, 8 756 631 entrées
2. La Cuisine au beurre, Gilles Grangier, 6 396 529 entrées
3. Lawrence d'Arabie, David Lean, 5 712 198 entrées
4. James Bond 007 contre Dr No, Terence Young, 4 772 685 entrées
5. Les 55 Jours de Pékin, Nicholas Ray, 4 510 047 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy), sortie prévue en 1964
- Grand prix du cinéma français : Un roi sans divertissement (François Leterrier)
- Oscar du meilleur film : Lawrence d'Arabie (David Lean)
- Festival de Venise, Lion d'or : Main basse sur la ville (Francesco Rosi)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Guépard (Luchino Visconti)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Histoire cruelle de Bushido (Tadashi Imai) & Le Diable (Gian Luigi Polidoro)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Solution finale (Zbynek Brynych), sortie prévue en 1967
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Mafioso (Alberto Lattuada)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1963 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Le Mépris (Jean-Luc Godard), 2. Les Oiseaux (Alfred Hitchcock), 3. L'Ange exterminateur (Luis Buñuel), 4. Adieu Philippine (Jacques Rozier), 5. Le Procès de Jeanne d'Arc (Robert Bresson), 6. Muriel ou le temps d'un retour (Alain Resnais), 7. Docteur Jerry et Mister Love (Jerry Lewis), 8. Les Carabiniers (Jean-Luc Godard), 9. Salvatore Giuliano (Francesco Rosi), 10. Huit et demi (Federico Fellini)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1963 sur le site Encyclo-Ciné)

Commentaires

Ah ben évidemment si je suis la seule a avoir vu l'Imamura !
Merci la Cinémathèque ! prosternation devant les programmes, toussa
Par contre c'est bien la première fois ce me semble que nous sommes si loin, si proches question classement
(C.est joli cette collection de bubulles au bas du tableau)

Écrit par : Fredmjg | 11/02/2014

Il écrit des conneries parfois Ciment, non ? Les oiseaux, dernier chef d'œuvre d'Hitchcock... Mériterait de visionner Frenzy en boucle jusqu'à ce que "pop" fait l'œil jaillissant de son orbite.
Et merci à lui de passer sous silence la nécrophilie élevée au rang des beaux-arts par Bunuel et Freda. Pffffft !

Écrit par : Fredmjg | 11/02/2014

Première place parfaitement logique, et qui contrebalance un peu les injustices (selon moi) faites au Petit Soldat et surtout aux Carabiniers. Les Oiseaux méritaient aussi une meilleure place (qu'a su leur donner le beau classement des Cahiers), de même qu'Aldrich et Minelli, collés l'un à l'autre au fond (ou presque) de la classe.

Mais le tableau n'en est peut-être que plus intéressant. Vais lire l'édito.

Écrit par : Rémi | 11/02/2014

Fred :
Pour Imamura, peut-être que le titre a trompé certains qui l'avaient en fait vu. S'il le faut, je mettrai à jour.
Ciment, des conneries ? ça peut lui arriver, mais ici, je ne lis rien de scandaleux (juste, il ne mentionne pas Le Mépris : véritable oubli de ce film seulement sorti à la toute fin d'année 63 ou omission volontaire pour ne pas mettre à mal l'opposition qu'il instaure entre films de la NV et films de la "rive gauche" ?). Je suis d'accord avec lui sur Hitchcock (Frenzy ne m'a jamais fait "pop" dans l'œil).

Rémi :
Le Aldrich, c'est à cause de son côté "extrême", je pense, tandis que pour le Minnelli, la reprise du genre "métafilm" a dû dérouter. Pour Les Oiseaux, comme le haut du classement est très serré, ça se joue vraiment à pas grand chose dans les 10 premiers.

Pour ma part, je regrette la place très moyenne obtenue par Resnais. Et comme je l'ai dit ailleurs, j'espérais voir Bunuel et Fellini au plus haut...

Écrit par : Edouard | 11/02/2014

Alors, à toi aussi, la même punition ! avec un appareillage à la Orange mécanique. (j'ai rêvé ou il dit de méchantes choses sur 15 jours ailleurs ?)

Non mais Michel je ne lui pardonne pas de nous avoir soutenu au Forum des images que le dernier Alexander Payne était génial alors que j'ai failli m'endormir.

Bien, cette mise au point faite, c'est moi qui ait oublié de mettre les *** à La baie des anges ou bien ? Y a comme un vide.

Et la place de 8 1/2... SCANDALEUX !!!

Écrit par : FredMJG | 11/02/2014

Mais qu'est-ce que c'est que ces trois étoiles à Pouic-Pouic, Vincent ? :)

Écrit par : Ludovic | 11/02/2014

que les choses soient claires: le grand chef d'oeuvre de Minelli sorti en 63, c'est Il faut marier papa.

Écrit par : Christophe | 11/02/2014

Puisque vous en parlez, Ludovic, vous qui avez si bien défendu Denys de la Patellière :) Autant j'ai le renfort de Frédérique (je suis d'accord pour le Hitchcock aussi) sur le cinéma de genre (jolis scores finalement pour Freda, Franco et Fisher), autant je me constate tout à fait isolé sur le cinéma populaire français. Tant pis ! J'aime la pétulance de Maillant, le flegme de Marin, la fraicheur de Darc et par dessus tout, bien avant son étonnante réévaluation critique, De Funès dans ses œuvres. Avec ça, je préfère les films qui ont un dispositif théâtral ("Jo", "Oscar"...) aux grosses machines à la Oury et si Girault n'est certes pas Tashlin, il arrive à créer l'écrin adéquat pour la tornade De Funès. L'ayant encore revu à Noël, ça marche toujours bien sur moi.

Ceci dit, c'est l'année pour moi la plus surprenante depuis le début de Zoom arrière. je pensais de le Fellini ferait consensus, et pourtant non, en partie si je comprends bien parce que comme pour le Lean (soupir) il y a encore plusieurs personnes qui ne l'on pas vu. Peccatto ! Au rayon surprises, j'aurais vu Tarkovski plus haut et plus vu, c'est son plus beau film. Jerry Lewis semble toujours aussi négligé alors que ce sont les grands chef-d’œuvres. Pareil pour quelques grands italiens et les japonais. Finalement je crois que j'ai vu le Suzuki et ça vaut bien ***.

"Le mépris", je lui ai filé ses quatre étoiles (plus qu'à Girault quand même) alors j'assume :) mais ce n'est pas pour autant que je l'aurais vu au somment. Je le trouve moins bon que "Bande à part" ou "Pierrot le fou". Mais celui-là, tout le monde l'a vu. Et puis la mer, Lang et Delerue... même si ça ne vaut pas Jarre et le désert.

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

Quel Suzuki, Vincent (il y en a deux) ?

Écrit par : Edouard | 11/02/2014

Oups, "La jeunesse de la bête".

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

Assez d'accord avec tout cela, les trois F, le Godard, le Fellini, etc... Pour Pouic-Pouic, je le mettais justement dans mon souvenir très en dessous des machines millimétrées que sont Jo et surtout Oscar, mais ça remonte à assez loin quand même ! (de toutes façons, je suis maintenan suffisament intrigué par vos étoiles pour aller y voir de plus près)

Écrit par : Ludovic | 11/02/2014

Je vois qu'il y a un travail d'évangélisation à faire sur le Cardinal de Preminger : Christophe que fais-tu ? Pour ma part je ne peux que vous exhorter à voir ce chef d'oeuvre, d'une beauté, d'une complexité et d'une lucidité sans noms sur ce que peux être la vie d'un homme d'église, et même plus largement sur l'Eglise comme société humaine.

Écrit par : T.G. | 11/02/2014

Pardon, suffisamMent et maintenanT.

Écrit par : Ludovic | 11/02/2014

Sachant que j'aime bien, moi aussi, "Jo", cela place-t-il Jean Girault dans le fauteuil de favori pour l'année 1971 ? :)

Écrit par : Edouard | 11/02/2014

Sur Minnelli je suis d'accord avec Christophe (pour une fois): Il faut marier papa est un pur chef-d'oeuvre.

Sinon deux oublis: Du silence et des ombres (Mulligan)*** et le Dernier de la liste (Huston)**

Écrit par : Buster | 12/02/2014

genre "pour une fois".

Écrit par : Christophe | 12/02/2014

Hé bé... ça rigole pas.

Pas grave, j'essaie avec un autre:
Sur les Carabiniers je ne suis pas d'accord avec Vincent (pour une fois): c'est un film magnifique.

Écrit par : Buster | 12/02/2014

Bravo pour cette belle entreprise.
J'attends les prochaines années avec une véritable impatience.
Deux absenses dans cette liste :Bandits à Orgosolo ( De Seta )
et The Chapman Report ( Cukor ).
Il faut marier papa est en fait sorti en 1966 ( dixit les Cahiers numéro 176 ), mais ça n'a aucune importance.

Mon top :

1- Adieu Philippine ( Rozier )
Le Mépris ( Godard )
3- Les Oiseaux ( Hitchcock )
Quinze jours ailleurs ( Minnelli )
5- La Jetée ( Marker )
Muriel ( Resnais )
7- Huit et demi ( Fellini )
8- L'Ange Exterminateur ( Bunuel )
Docteur Jerry et Mr Love ( Lewis )
Judex ( Franju )

Écrit par : Frederic | 13/02/2014

Bienvenue Frédéric et merci pour ce top (les rattrapages des autres années sont également possibles...).

Concernant les problèmes de dates et de liste, je rappelle tout d'abord que nous nous basons sur les données du site Encyclociné qui récapitule toutes les sorties en salles en France. Ainsi, il apparaît que le film de Minnelli était visible en province dès 1963 (d'où sa présence ici), alors que sa sortie parisienne date effectivement de 66 seulement.
Et pour ce qui est de "Bandits à Orgosolo" de De Seta et des "Liaisons coupables" de Cukor, ils étaient bien présents dans la liste initiale de 406 titres mais ne se retrouvent pas dans le tableau final car aucun d'entre nous ne les a vu (ou en tout cas, noté).

Écrit par : Edouard | 13/02/2014

Merci Edouard pour ces précisions : encyclociné est de toute façon un site super sérieux et une vraie mine d'or.
Je vais m'attaquer prochainement aux autres années.

Écrit par : Frederic | 13/02/2014

Beau top Frédéric.

D'accord avec Buster sur Les Carabiniers.

Vincent > Bande à part meilleur que Le Mépris, sérieusement ?

Et sinon, au cas où, un petit article publié aujourd'hui sur le Demy, le Malle et Oslo 31 août de Trier : http://ilaose.blogspot.com/2014/02/la-baie-des-anges-le-feu-follet-oslo-31.html

Écrit par : Rémi | 13/02/2014

Ah ! Les carabiniers... pour moi ce film est une véritable purge. Pour entrer dans le détail, c'est une petite chose bâclée, tournée à la va-vite (pourquoi pas après tout) où Godard essaye de retourner ses carences en style. Pour moi ça ne fonctionne pas, d'abord parce que les personnages sont des pantins qu'il regarde de haut, ce qui est assez désagréable, et que le propos est bateau, "c'est terrible ce que la guerre fait aux hommes", la guerre gross malheur, on le savait. Je n’adhère pas plus à son ton ironique, pas assez mordant, trop désinvolte. C'était un essai, je trouve qu'il annonce les films à venir des années soixante que je n'aime pas, "Made in USA", "Masculin féminin", "Week-end", "La chinoise" (la palme !), collages que je trouve souvent artificiels et qui ont pris un coup de vieux.
Par ailleurs, le mot "magnifique" m'étonne dans la mesure où, même dans les Godard que je n'aime pas, il y a toujours une scène, une idée, un moment de grâce, que je retiens, qui me séduit au moins un temps. Dans celui-là, je serais bien incapable de citer quelque chose.
Mon tempérament classique me fait préférer, de loin, "Pierrot le fou", "Le mépris" (c'est le grand écart avec "Les carabiniers" tournés la même année), et, oui, mille fois oui Rémi, "bande à part".
Ce dernier est par ailleurs mon film de Godard favori, "meilleur", ça se discute (il y a une vraie énergie dedans alors que "Le mépris" est plus morbide), mais préféré, sans rire, vraiment.

Écrit par : Vincent | 13/02/2014

Ok, ok, intéressant. Pour moi "Bande à part" fait partie de ses films les plus faibles, c'est l'une des rares choses un brin insignifiantes que j'aie pu voir de lui, mais il me faudrait le revoir pour m'en assurer.

Quant aux Carabiniers, pour moi c'est un très grand film. On pourrait descendre pas mal d’œuvres majeures sous le prétexte d'un "propos" bateau, et même, pour le coup, des œuvres qui disent elles aussi que la guerre est un gross malheur.
La première chose que tu reproches au film, son côté prétendument bâclé, lui a été beaucoup reprochée dans la presse à l'époque, et Godard y a répondu (et pas seulement à ça) d'une façon plus qu'admirable dans un texte que tu connais sans doute : "Feu sur les Carabiniers".

Au rang des moments de grâce de ce film, je pourrais personnellement citer la scène où Michel Ange va au cinéma pour la première fois, ou bien la scène de la fusillade de la résistante russe. Sans réfléchir. Mais il y en a d'autres.
Ceci étant je comprends parfaitement qu'on puisse ne pas apprécier.

Écrit par : Rémi | 13/02/2014

Pour les Godardiens, "Bande à part" n'est sans doute pas le film qu'ils prisent le plus. C'est l'un de ses plus accessibles, je pourrais dire que c'est son plus truffaldien, ceci expliquant cela, d'autant que l'un des rares films de Truffaut que je n'aime pas, c'est "Farenheit" qui est son plus Godardien.
Et il ne faut pas séparer le propos de la forme, moi c'est l'ensemble que je n'apprécie pas, l'ensemble et leur interaction. Je n'ai rien contre les films qui disent que la guerre c'est un gross malheur, bien au contraire, mais tout dépend du point de vue que l'on adopte. Je n'ai pas lu l'article que tu cites (juste des extraits dans des bouquin), mais ça me fait penser à la façon dont il a parlé du film de Kubrick (Full metal jacket) qui m'avait beaucoup déplu.

Écrit par : Vincent | 13/02/2014

Si je devais citer un film de Godard à tendance truffaldienne, instinctivement je citerais plutôt "Une femme est une femme". En tout cas ça me donne envie de revoir "Bande à part".

Écrit par : Rémi | 13/02/2014

Les Carabiniers, je les ai découvert ces jours-ci et écrit quelques mots à leur propos (lien sous mes étoiles). Je me place exactement entre vous deux, Vincent et Rémi. J'y ai vu des choses vraiment stimulantes, sinon magnifiques, des éclats certains, comme par exemple la séquence au cinéma, citée par Rémi. Le fait que Godard ait tourné à toute vitesse et fasse fi de toutes les règles m'a paru également attirant.
Par contre, l'amateurisme a aussi ses limites, et certains passages sont vraiment poussifs ou trop désinvoltes. Surtout, comme il arrive parfois, mais c'est particulièrement évident ici vu le sujet, on peut faire dire à son film tout et n'importe quoi. Mettre face à face un soldat et sa victime dans un pauvre décor et s'exclamer que l'on a là la plus pure expression de la Guerre au cinéma, c'est un peu trop facile à mon avis. De plus, j'ai trouvé particulièrement gênant le montage qui fait s'entrechoquer les attitudes burlesques de la fiction et des images documentaires de cadavres et de ruines. Là aussi, il me semble que la provocation ne débouche sur pas grand chose d'autre qu'une confusion de pensée.
Sinon, pour continuer d'embrouiller tout ça sans même chercher les godard les plus truffaldiens et les Truffaut les plus godardiens, je dirai que je tiens en revanche "La Chinoise" pour un très grand Godard (à l'esthétique, au montage et au propos bien plus nets que ceux des Carabiniers) et "Une femme est une femme" pour une petite chose sympathique mais assez négligeable.

Écrit par : Edouard | 13/02/2014

Rémi je suis d'accord avec toi, et "Une femme est une femme" est un de mes Godard préférés.
Édouard, j'ai lu ton texte et si tu exprime parfaitement les ponts négatifs, je n'arrive pas à te suivre sur les points positifs :) Par acquit de conscience, j'ai revu la scène du cinéma... Bon, c'est amusant certes mais ça n'est pas "Le zinzin d'Hollywwod", il y a un côté faux, un côté clin d’œil second degré dans la reconstitution des films Lumière que je trouve pas sincère. De nouveau le héros (le frère de Moullet je crois), passe pour un parfait couillon comme j'en avais le souvenir pour le reste du film, et la scène avec la fille dans la baignoire, si elle est intéressante, dure, dure... Je ne pense pas que l'on puisse là encore parler de scène "magnifique", la dispute à coup de bouquins dans la "petite chose sympathique" est autrement mémorable et inventive.
Avec la "Chinoise", on va pouvoir rigoler et disputer, c'est celui que je déteste le plus :)

Écrit par : Vincent | 13/02/2014

Pardon, les "points" négatifs...

Écrit par : Vincent | 13/02/2014

Édouard > "Mettre face à face un soldat et sa victime dans un pauvre décor et s'exclamer que l'on a là la plus pure expression de la Guerre au cinéma, c'est un peu trop facile à mon avis."

On connaît Godard, et on sait comment prendre ce genre de phrase. Néanmoins, comme presque toujours avec lui, ça a le mérite, aussi poussif et facile cela soit-il, de n'être pas totalement idiot, et de faire réfléchir d'une manière ou d'une autre. "De plus, j'ai trouvé particulièrement gênant le montage qui fait s'entrechoquer les attitudes burlesques de la fiction et des images documentaires de cadavres et de ruines". Idem, selon moi.

Vincent > La scène du cinéma n'est peut-être pas une scène "magnifique" au sens où tu sembles l'entendre, mais elle est drôle, déjà, enfin je trouve, et elle est intelligente dans ce qu'elle retranscrit de la puissance d'illusion du cinéma, de son impression de réalité, et du rapport (sans doute ultra légendaire) des premiers spectateurs à "L'arrivée du train en gare de la Ciotat". Certains diront que c'est trop démonstratif, trop théorique, moi je trouve ça génial.
En revanche, je qualifierais bien de "magnifique", toujours au sens où tu sembles l'entendre, la scène de la résistante russe, beaucoup plus importante finalement.

Et pas vraiment d'accord pour traiter "Une femme est une femme" de "petite chose sympathique". Ou alors je ne garderais que ton "sympathique", dans son sens le moins péjoratif possible : une bien belle chose très sympathique.

Écrit par : Rémi | 13/02/2014

Super, un débat!

Bon, moi je trouve le film "magnifique" à deux niveaux, d’abord sur un plan purement esthétique, on en parle souvent comme d’un film je-m’en-foutiste alors que le travail sur l’image et le son est absolument prodigieux, qui croise la photo très contrastée du cinéma muet et les discordances sonores d’un Ghatak, certains plans sont terrifiants de beauté, et c’est un des nombreux paradoxes du film que de confronter ainsi dégueulasserie de la guerre et splendeur hivernale de la nature… ce qui est magnifique aussi, cela a été souvent souligné, c’est la cohérence entre l’idée (de la guerre) et la forme du film, brutale, saccadée, hachée, etc. Il faut garder à l’esprit le premier carton du film, convoquant Borges et son désir d’aller à la simplicité, ce qu’on retrouve dans cette concordance entre cinéma des origines (la lumière, Catherine Ribeiro en personnage gishien, la séquence du "cinématographe"...) et ces deux "primitifs" que sont Ulysse et Michel Ange, doublement "bêtes". Pas vu le côté "gross malheur" de la guerre dont parle Vincent, ici c’est objectivement sombre et froid. Pas de regard surplombant non plus, les personnages sont davantage observés que jugés… Pour ce qui est du comique, je ne sais pas si on peut parler de burlesque, ça relève plutôt de l'ubuesque (on y dit "merdre", on se bat pour un "roi", d'ailleurs Godard et Gruault envisageaient à la même époque d'adapter la pièce de Jarry). Et le film n’est pas sans émotion, Rémi évoque à juste titre la séquence de l’exécution de la résistante, mélange de grotesque et d’horreur (la répétition du coup de… grâce). La séquence interminable des cartes postales finit aussi pas toucher, justement par sa longueur. Bon, il faudrait que je revois le film, mais dans mon souvenir il y avait une sorte de contrechamp à la lourdeur boueuse de cette farce antimilitariste, c’est le personnage de Vénus, la soeur (dont j’ai appris depuis que l’actrice qui l’incarnait, Geneviève Galéa, n’était autre que la mère d’Emmanuelle Béart).

Je ne saurais trop conseiller de lire ce qu’a écrit Manny Farber sur le film, je l’ai publié sur mon blog, c’est... magnifique!

Écrit par : Buster | 14/02/2014

Il va sans dire que je souscris à chaque mot de l'ami Buster.

Écrit par : Rémi | 14/02/2014

Salut les amis, voici mon classement :

**** : La jetée, Tout ce que le ciel permet, Les oiseaux, Charade
*** : Le mépris, Le guépard, La baie des anges, Adieu Philippine
** : Irma la douce, Le procès de Jeanne d'arc, Le fanfaron

Keep up the good work. :)

Écrit par : Anna | 14/02/2014

Merci Anna. Je remonterai ça dès que possible.

Buster, d'accord sur la beauté de certaines images et surtout sur le travail sur le son, effectivement très marquant par ses éclats et les décalages qui sont introduits. En revanche, et c'est toujours un peu comme ça chez Godard, on se demande si c'est du lard ou du cochon tout ça. Le côté "hasard" ou "amateur", ces faux raccords constants, ces mimiques captées à la volée, ces gestes approximatifs pour créer une scène d'action... Godard les garde. Très bien. On salue le geste audacieux, mais en eux-mêmes, il me semble qu'ils ne sont pas appréciables, qu'ils rompent la dynamique.
Je sais bien qu'on est dans la farce ubuesque (mais dans le burlesque aussi, et comment ne pas y être compte tenu que le film accumule les hommages au cinéma des premiers temps ?) mais je trouve l'écart trop grand. La désinvolture de la captation, la distance qui est instaurée par le comique, ça fait quand même "petit malin" tranquille pour se défendre des attaques puisqu'on pourra toujours faire dire tout et son contraire à son film : émouvant/froid, distancié/poignant, engagé/détaché, réaliste/irréaliste etc.

Écrit par : Edouard | 14/02/2014

C’est sûr que tout n’est pas égal dans ce film comme d’ailleurs dans tout film de Godard. Comme je l’ai dit, il faudrait que je le revoie pour mieux préciser ma pensée… Sur la distinction burlesque/ubuesque c’était surtout pour signaler que le côté "théâtre de l’absurde" du film l’emporte (pour moi) sur l’aspect purement burlesque. Si le film est composé de saynètes, celles-ci n’ont pas la dynamique du burlesque (comique de l’espace par excellence), mais bon c’est un détail. Le plus important est qu’avec ce film Godard choisit le montage contre la mise en scène. Et c’est radical. D’ailleurs on peut se demander si l’esthétique du Mépris, son film le plus classique comme on dit généralement, n’est pas la réponse de Godard aux critiques qui s'étaient moqués de l’aspect mal foutu des Carabiniers, comme si vexé il avait voulu montrer qu’il savait faire de beaux cadrages (ce qu’on savait pourtant depuis Vivre sa vie). L’écart tient justement à cette disjonction entre montage et mise en scène, ce qui fait violence chez le spectateur, ici on est dans l’avant-garde (à la différence des Oiseaux d’Hitchcock, grand film de la modernité), avec ce que cela suppose de subjectivité, qui voit Godard imposer, non sans ambiguïté, sa propre vision de la guerre (quand bien même il serait suisse et n’aurait jamais fait la guerre :-) Après c’est l’affaire de chacun, comme devant une oeuvre non figurative, ou atonale, l’approche n’est pas facile, les repères brouillés, ça nécessite un temps d’adaptation, mais à l’arrivée c’est... comment déjà? ah oui, magnifique! :-)

Écrit par : Buster | 14/02/2014

Entièrement d'accord avec le côté ubuesque/théâtre de l'absurde que l'on retrouvera plus tard dans 'Week-end' et 'For Ever Mozart'.
Très envie de le revoir.

Écrit par : Frédéric | 15/02/2014

J'ai relu hier le passage de la biographie de De Baecque sur le film. Il y parle beaucoup ce cet aspect technique, effectivement sophistiqué (ce qui m'avait surpris à l'époque où je l'ai lu mais j'avais oublié que j'avais été surpris). C'est d'ailleurs une bonne partie de l'article cité par Rémi où Godard défend son film. Il y explique qu'il a fait ceci, cela et le reste. A cet aspect des choses, j'ai deux objections : la première c'est que je me méfie toujours des films avec lesquels il faut fournir un mode d'emploi. Que Godard défende son travail, qu'il ait été vexé ne ne pas avoir été compris, c'est de bonne.. guerre (hem). Ce que je trouve déplaisant, c'est d'agonir ses contradicteurs de considérations techniques très pointues sur l'air : "J'ai fait un vrai-faux film désinvolte mais je suis un grand professionnel et vous n'avez rien su voir". C'est peut être vrai, mais il pourrait se poser la question du pourquoi c'est peu passé. Après tout, "A bout de souffle" et "Bande à part" l'année suivante ont le même type de production, les mêmes effets de style, et eux ils fonctionnent. Il y donc autre chose.
Cela pourrait bien être ma seconde objection : n'est-il pas paradoxal, voire vain, de vouloir retrouver la "pureté des origines" à l'aide de dispositifs modernes et complexes ? Cela me fait penser à ces gens qui utilisent un logiciel compliqué pour imiter les rayures et les poussière du super 8. Hahaha. Garrel me semble plus logique quand il utilise une caméra à manivelle. Du coup, moi dans le train de Godard je ne vois pas un hommage émouvant aux films des origines mais une parodie sinistre (son train est sinistre et la gare aussi).
Autre paradoxe, je comprends mal comment on peut être cohérent "entre l’idée (de la guerre) et la forme du film" si le film est magnifique. Et je ne parle pas de la beauté de la nature (dont je n'ai pas vraiment le souvenir), mais du côté heurté, du montage, de l'aspect burlesque, ou ubuesque (qui me semble approprié), etc. C'est vrai aussi que Godard adore les paradoxes...
J'ai aussi retrouvé l'article sur Manny Farber (Avec tout ce que j'ai lu, j'aurais eu le temps de revoir le film, ce que je devrais peut être faire moi aussi). C'est effectivement magnifique (!) Quand il parle de "Amer manifeste antimilitariste" pour moi cela rejoint "la guerre gross malheur", je ne vais aller fournir mon propre mode d'emploi :)
Et tout se tient puisqu’il écrit aussi à propos de "Une femme est une femme" : "des blagues visuelles dénuées d’humour", alors que moi cela m'a fait rire. Je suis décidément classique et pas trop d'avant garde mais cela ne devrait étonner personne.
Ceci dit, en 1963, il y aussi un film qui parle d'innocence perdue, de guerre et de nature, c'est "L'enfance d’Ivan " de Tarkovski et c'est un film, pour le coup, magnifique.

Écrit par : Vincent | 15/02/2014

Vincent, "magnifique" visuellement, mais aussi au sens plus restreint, figuré, de "remarquable en son genre"…
J’ai relu les passages consacrés au film dans Espace négatif de Farber. "Amer manifeste antimilitariste" c’est au début, il faut lire la suite...

Manny Farber
Manny Farber (4)
Manny Farber (5)
Post-scriptum

Farber dit des Carabiniers que c’est un film qui, bien que visuellement enchanteur, vous flanque une migraine carabinée, il déclare même à la fin (j’avais oublié) que le film est… magnifique! :-)

Écrit par : Buster | 16/02/2014

PS. j’ai aussi revu le film. Sur la question de l’écart entre son côté comique, la désinvolture de Godard, et les images d’actualités, avec de vrais cadavres, écart qu’Edouard trouve trop grand, c’est tout le propos du film. Comment représenter la guerre? Pour Godard, il n’y a que la réalité de l’image documentaire d’un côté et l’imaginaire de la fable de l’autre, sachant que la première vient nourrir le second. Sauf qu’ici, en bon théoricien, Godard montre les deux au lieu de s’en tenir qu’à la fable (Les Carabiniers c’est un peu la rencontre de Brecht et Jarry), même si les images d’actualités ne sont pas si nombreuses. En tous les cas, la juxtaposition des deux types d’images n’est pas choquante, Godard y interpose ces fameux cartons où alternent vraies lettres de soldats et messages ubuesques. Dans le fond il ne fait que déplier ce que par là suite il condensera en superposant les images, et les sons, passant de la simplicité du premier cinéma (dans la séquence au cinéma Mexico, avec Michel-Ange le "mec si con", Godard rend hommage à Lumière, soit "le cinéma dans son plus simple appareil", comme la femme du monde quand elle prend son bain, le seul capable de nous montrer "comment sont vraiment les choses" au contraire des images d’actualités = les choses vraies, selon Godard citant Brecht), à une forme d’écriture de plus en plus complexe. Ici c’est heurtant, parce que direct, sec, grossier, mais cohérent au projet: l’horreur de la guerre comme une sorte d’abrutissement (dixit Godard). Les Carabiniers est aussi un film "abrutissant" (d'où la migraine de Farber), sur deux abrutis qui font la guerre, c’est ce qui fait sa force.

Écrit par : Buster | 16/02/2014

On en sort pas de la magnificence :)
J'aime bien : "Des films comme Week-end apprennent au spectateur à déblatérer tout son saoul tout en conservant le sentiment de sa propre importance."

Écrit par : Vincent | 16/02/2014

Quelle belle année 1963 ! Je n'ai suivi les débats que de loin mais ils sont intéressants et je ne pensais pas qu'il y aurait de telles controverses (outre Godard, je note les résultats très contrastés pour le Buñuel, le Fellini mais aussi Resnais, Etaix, Rozier, Kobayashi, Rosi, Mankiewicz...)
Je me lance pour le top 10

1- Le mépris (Godard)
2- Tout ce que le ciel permet (Sirk)
3- Adieu Philippine (Rozier)
4- Les oiseaux (Hitchcock)
5- L'ange exterminateur (Bunuel)
6- La jetée (Marker)
7- La baie des anges (Demy)
8- Le petit soldat (Godard)
9- Le feu follet (Malle)
10- Le procès de Jeanne d'Arc (Bresson)

Viendraient ensuite

11- Huit et demi (Fellini)
12- Hara-Kiri (Kobayashi)
13- Le soupirant (Etaix)
14- L'horrible Dr Orlof (Franco)
15- Muriel ou le temps d'un retour (Resnais)

Écrit par : Dr Orlof | 19/02/2014

Mes notes pour cette belle année qu'est 1963 :

**** : Le Guépard / La Jetée / Lawrence d'Arabie / L'Enfance d'Ivan / Muriel ou le temps d'un retour
*** : Le Mépris / Le Fanfaron / Du Silence et des ombres / La Baie des Anges / Le Petit Soldat / Main basse sur la ville
** : Le Doulos / Les Oiseaux / Judex / Les Tontons flingueurs
* : Docteur Jerry et Mister Love / Charade / Maigret voit rouge

Écrit par : Oriane | 13/08/2014

Bonjour,

J'ai vu Lawrence d'Arabie **

Merci

Écrit par : nolan | 18/05/2015

Mon Top 63 serait:

1- Le Monde d'Apu (S. Ray)
2- Tout ce que le ciel permet (Sirk)
3- Lawrence d'Arabie (Lean)
4- Les oiseaux (Hitchcock)
5- Huit et demi (Fellini)
6- L'Enfance d'Ivan (Tarkovski)
7- Le mépris (Godard)
8- Le Fanfaron (Risi)
9- Le feu follet (Malle)
10- Le procès de Jeanne d'Arc (Bresson)

Écrit par : Un-simple-amateur | 03/11/2015

Les commentaires sont fermés.