Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2012

Sur vos écrans en 1947

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1947,ford,lubitsch,welles,dreyer,clouzot,walsh,lang,curtiz,hawks,hitchcockEn 1947, les déferlantes ont donc continué : les deux tiers des films présentés sur nos écrans étaient américains. Certes, un tri s'est avéré nécessaire afin d'écarter quantité de sous-produits mais un fois celui-ci réalisé, force est de constater que la moisson fut d'une richesse exceptionnelle. En douze mois, combien de films marquants ou, au minimum, intéressants ? Vingt ? Trente ? Quarante ? Cinquante ? Le système de production hollywoodien fonctionnant à plein régime, les réalisateurs se faisant toujours prolifiques et les retards accumulés lors des années de guerre étant comblés mois après mois, nous avons eu l'occasion de découvrir trois titres de Fritz Lang, trois Cukor, trois Siodmak, trois Ulmer, trois Lubitsch, quatre Walsh et cinq Curtiz. Les hasards de la programmation ont fait que d'un seul coup quatre des huit derniers vainqueurs de l'Oscar du meilleur film ont débarqués chez nous : Rebecca, Casablanca, Le Poison, Les Plus Belles Années de notre vie. Le titre ouvrant cette liste est le premier film qu'Alfred Hitchcock a réalisé en Amérique, bien que nous le découvrions après Soupçons. Le désordre le plus complet règne dans la distribution, rendant plus étonnant encore le fait que le troisième long métrage du petit génie Orson Welles, La Dame de Shanghai, nous ait été présenté bien avant que nos amis d'Outre-Altantique ne puisse le voir.
Comme je le disais à l'instant, Ernst Lubitsch nous a régalé trois fois, avec trois comédies différentes bien difficile à départager (même si Jeux dangereux alias To be or not to be brille d'un éclat singulier, passionnant à comparer avec celui émanant du récent Dictateur de Chaplin). Malheureusement, nous n'aurons plus de nouveaux exemples de la fameuse "Lubitsch touch" : le cinéaste est décédé en novembre. Il avait 55 ans.
Une genre nouveau apparu l'an dernier s'est affirmé encore : le film noir. Fritz Lang (responsable avec La Rue rouge d'un remake de La Chienne nullement indigne de l'original de notre Jean Renoir national), Robert Siodmak, Henry Hathaway, Raoul Walsh, Tay Garnett, Lewis Milestone, Edward Dmytryk s'y sont adonnés avec bonheur. Même Orson Welles en est passé par là, et de quelle façon, mettant le genre en miroir pour mieux l'exploser. Et Howard Hawks, bien sûr, avec le solide Port de l'angoisse et l'audacieux Grand sommeil, tous deux interprétés par Humphrey Bogart et Lauren Bacall. A ce propos, mieux que des acteurs ou des actrices, nous avons surtout admiré, cette année, des couples : Bogart, à nouveau, et Ingrid Bergman (Casablanca), Orson Welles et Rita Hayworth... Une Rita Hayworth, qui, pour rester encore dans le "noir", fit tenir quasiment à elle seule, du bout de ses gants, le Gilda de Charles Vidor.
Du côté des Américains toujours, nous avons pu observer les débuts de Vincent Minnelli (Un petit coin aux cieux puis Le Chant du Missouri) et de Joseph L. Mankiewicz, frère du célèbre scénariste Herman (Le Château du dragon). Mais nous retiendrons surtout que cette année 47 fut pour nous éminemment fordienne grâce à la sortie de deux des plus grands films du réalisateur de La Chevauchée fantastique, appartenant à deux veines différentes et réalisés à six ans d'écart : d'une part Les Raisins de la colère adaptation très attendue du roman de Steinbeck et modèle de film social, d'autre part La Poursuite infernale (que l'on peut préférer appeler par son titre original My Darling Clementine, beaucoup plus approprié) magnifique western illuminé (tout comme Les Raisins de la colère !) par la présence d'Henry Fonda.
Si l'on mentionne, pour terminer ce trop rapide panorama américain, les bons crus proposés par George Cukor, Frank Capra, Albert Lewin, William Wyler ou Leo McCarey, on comprend vite qu'il est difficile de demander mieux en termes de qualité cinématographique. Par ailleurs, nous suivrons avec attention les suites de l'affaire politique qui secoua tout Hollywood au cours de ces derniers mois : la suspension de dix professionnels reconnus, producteurs, scénaristes ou réalisateurs (comme Edward Dmytryk, dont nous avons pu voir cette année Feux croisés), suite à leur refus de répondre aux questions de la Commission d'enquête sur les activités anti-américaines chapeautée par le sénateur McCarthy.
Et la France dans tout ça ? Trois réalisateurs ont su particulièrement tirer leur épingle du jeu. Henri-Georges Clouzot et Julien Duvivier ont signé avec Quai des Orfèvres et Panique deux joyaux noirs, tandis que Jacques Becker offrait sa belle chronique Antoine et Antoinette. Du côté du documentaire, Farrebique, de Georges Rouquier se sera fait remarqué par son approche réaliste du monde paysan. René Clair et  Claude Autant-Lara ont quant à eux réalisé deux films qui ont amassés lauriers pour l'un et scandales pour l'autre. Le Silence est d'or et Le Diable au corps ont été vus et discutés : l'un a pu gêner par sa gentillesse, l'autre, au contraire, par son acidité. René Clément n'a pas forcément gagné à passer du train (La Bataille du rail) au sous-marin (Les Maudits) et Marcel Carné a perdu lui aussi, en quelque sorte, une bataille, en voyant le tournage de La Fleur de l'âge, sur un scénario de Prévert, s'interrompre définitivement. Enfin, Jean Renoir n'est toujours pas revenu des Etats-Unis...
Nous terminerons en disant qu'il a été réservé aux autres cinématographies, une nouvelle fois, des portions congrues. Toutefois, le maître danois Carl Theodor Dreyer a signé son retour, plus de dix ans après Vampyr. Le résultat, l'admirable et terrible Jour de colère est à la hauteur de l'attente. Le néo-réalisme italien impose de plus en plus sa présence et nous le voyons se nuancer de plusieurs tons de gris (Paisa, Sciuscia, Le bandit). Un mélodrame mexicain réputé est parvenu à trouver sa place sur nos écrans (Maria Candelaria) et les Anglais ont continué, sans toujours convaincre, leur chemin entre adaptations de prestige (Henry V, Les grandes espérances) et œuvres plus singulières (Une question de vie ou de mort).

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 108 longs métrages (sur les 479 sortis en salles) et 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
La Poursuite infernale (Ford) **** **** **** **** **** **** ****   *** *** **** ****
Jeux dangereux (Lubitsch) **** ** **** **** **** **** *** **** *** **** **** ****
La Dame de Shanghai (Welles) **** *** **** *** **** *** *** **** *** ****   ****
Jour de colère (Dreyer) **** **** **** *** *** **** **   ***      
Les Raisins de la colère (Ford)   **** *** **** ** **** *** **** **   ** ****
Quai des Orfèvres (Clouzot) ***   ** **** ** ****   *** ****     ****
La Rue rouge (Lang) ****   *** *** *** *** ** *** *** **** *** ***
La Charge fantastique (Walsh)     **** ****   *** ** *** **   *** ****
Casablanca (Curtiz) *** ** *** **** *** *** ** *** *** *** *** ****
La Folle Ingénue (Lubitsch)   ** *** ****     ***     ****   ***
Le Port de l'angoisse (Hawks) ** *** *** *** *** **** ** *** ** *** *** ****
Le Grand Sommeil (Hawks) *** * *** * *** **** *** **** ** *** **** ****
Rebecca (Hitchcock) *** **** **** *   *** ** **** **   *** ***
Indiscrétions (Cukor) *** ** *** *** **** ** *** *** *   *** ****
Le Chant du Missouri (Minnelli)     **** ***     ***   *   **** ***
Paisa (Rossellini)   **** *** ***   *** ***   **   ** ***
Panique (Duvivier)     *** **** ** *** ** *** ***     ***
Les Tueurs (Siodmak) ***   *** *** *** *** ** **** ** ***   **
L'Aigle des mers (Curtiz)     *** ****   ** *** **** **     **
Illusions perdues (Lubitsch)   ** *** ****   *** **   **   ****  
L'Impasse tragique (Hathaway)     **** ** *** ***            
Le Démon de la chair (Ulmer)     *** ****   ***     **      
La Grande Evasion (Walsh)     ** **** ** *** **   ***     ***
Antoine et Antoinette (Becker)     *** **** *** *** *          
Les Plus Belles Années de notre vie (Wyler)     *** ****                
L'Homme de la rue (Capra) *   ** **** ** *** **   **   **** ***
Les Bourreaux meurent aussi (Lang) *** ** **** *   *** **   ** ****   ***
Le Vaisseau fantôme (Curtiz)     *** **** ** *** **   **      
Le Portrait de Dorian Gray (Lewin) ** * *** ** *** *** ** **** **     ***
Le Château du dragon (Mankiewicz) **   ***   ***   ** ***     *** **
Le Facteur sonne toujours deux fois (Garnett) ** ** ***     ***   **** **     **
Les Cloches de Sainte-Marie (McCarey)     **** ***     **          
Un cœur pris au piège (Sturges)     *** *** ** *** **   *   ***  
Une question de vie ou de mort (Powell & Pressburger)   **** *** * ** ** *   ***     ***
Gilda (Vidor) *** * ** ** ** ** ** *** **   ** ***
Hantise (Cukor) **   **   *** *** * *** *   ***  
Péché mortel (Stahl)   * *** **   *** ** *** **      
Une nuit à Casablanca (Mayo)   *** **   **   ** ** **     ***
Une femme dangereuse (Walsh)     ** ***   ** **   **     ***
L'Entraîneuse fatale (Walsh)     ** ***   ***     *   ***  
Farrebique (Rouquier)     **** ***     **   *      
L'Emprise du crime (Milestone)       ***       ***       **
Angoisse (Tourneur)     *** **   **     **      
L'Amour chante et danse (Sandrich)           ***     *     ***
Jack l'Eventreur (Brahm)   ** **         ***        
La Femme aux deux visages (Cukor)     **   ** ***     *     **
Cape et poignard (Lang) *   *** **     *   *     **
La Caravane héroïque (Curtiz)       ****         *      
L'Amour vint en dansant (Lanfield)                     ** ***
Feux croisés (Dmytryk)     **                 ***
Les Naufrageurs des mers du Sud (De Mille)       **     *   **     ***
Voyage au pays de la peur (Foster)     **         *** **     *
Le Silence est d'or (Clair)     ** °   **           ****
Bambi (Hand, Disney)     * *       *** * ***   **
Dumbo, l'éléphant volant (Sharpsteen, Disney)     * **   ** * *** *     **
Les Grandes Espérances (Lean)     ** *     *   **     ***
Sciuscià (De Sica)     ** °   *** **   **      
Le Cygne noir (King)     * **               ***
Une femme cherche son destin (Rapper)           ***            
Carnegie Hall (Ulmer)       ***                
Voyage-Surprise (Prévert)     ***                  
Non coupable (Decoin)       ***                
Pavillon noir (Borzage)     ** * ** *     *     ***
La Maison des sept péchés (Garnett)   **       **     *     **
Le Roman de Mildred Pierce (Curtiz)   * ** **     **   *      
Le Diable au corps (Autant-Lara)     ** °   *** *   **      
Au pays des mages noirs (Rouch, cm)   **     **              
Tueur à gages (Tuttle)     ** **                
Deux Mains la nuit (Siodmak)   **             **      
Tous les biens de la terre (Dieterle)     *     ***            
La Valse dans l'ombre (Le Roy)     *** °     **          
Débuts à Broadway (Berkeley)     **   **       *      
Pour qui sonne le glas ? (Wood)     *           *     ***
Hellzapoppin (Potter)     *   *       *     ***
Henry V (Olivier)     **     *     *     **
Le Poison (Wilder)     ** °     *   **     *
Mon épouse favorite (Kanin)     * **                
Swing Romance (Potter)               *     **  
Arènes sanglantes (Mamoulian)     **           *      
Le Trésor de Tarzan (Thorpe)                 *     **
La Double Enigme (Siodmak)     ** *                
Les Deux Légionnaires (Horne & Parrott)                       **
Le Chevalier de la vengeance (Cromwell)       **                
Buffalo Bill (Wellman)       **                
Le Fantôme de l'opéra (Lubin)     **                  
Agent secret (Shumlin)             **          
La Duchesse des bas-fonds (Leisen)             **          
Boomerang (Kazan)     **                  
Treize, rue Madeleine (Hathaway)     **                  
Voyage sentimental (W. Lang)     **                  
Le Diable souffle (Gréville)                       **
Les Maudits (Clément)     *     *           **
La Lettre (Wyler)     *           *      
Un petit coin aux cieux (Minnelli)         **       °      
Le Diable s'en mêle (Wood)                 *      
Tortilla Flat (Fleming)                 *      
Le Chant de Bernadette (King)       *                
Maria Candelaria (Fernandez)     *                  
Le Bandit (Lattuada)                 *      
Humoresque (Negulesco)     *                  
Les Amants du pont Saint-Jean (Decoin)                 *      
Copie conforme (Dréville)     * °   °           *
Monsieur Vincent (Cloche)     * °                
Ames rebelles (Litvak)                 °      
Le Triomphe de Tarzan (Thiele)                 °      
L'Ile des péchés oubliés (Ulmer)       °                
Scandale à la cour (Preminger)       °                
Fantômas (Sacha)       °                
Les Jeux sont faits (Delannoy)     °                  
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'amour de l'actrice Sumako (Mizoguchi)     *** **     ***          
Récit d'un propriétaire (Ozu)     *** °   ***            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque):
**** : Jeux dangereux
*** : Casablanca / Gilda / Rebecca
** : Angoisse / Farrebique / Hantise

Mister Arkadin :
**** : Casablanca / Paisa / La Poursuite infernale / Sciuscià
*** : Les Bourreaux meurent aussi / Le Facteur sonne toujours deux fois / Gilda / La Grande Evasion / Le Grand Sommeil / Hantise / L'Homme de la rue / L'Impasse tragique / Jeux dangereux / Péché mortel / Le Port de l'angoisse / Quai des Orfèvres / Un cœur pris au piège / Une question de vie ou de mort
** : L'Aigle des mers / Angoisse / Antoine et Antoinette / Bambi / Cape et poignard / La Charge fantastique / Le Château du dragon / Copie conforme / Le Cygne noir / La Dame de Shanghai / Le Démon de la chair / Le Diable au corps / Humoresque / Johnny Apollo / Panique / Le Poison / Le Portrait de Dorian Gray / Les Raisins de la colère / Rebecca / Le Roman de Mildred Pierce / La Rue rouge / Le Silence est d'or / Le Trésor de Tarzan / Les Tueurs / Une femme dangereuse / Une nuit à Casablanca / La Valse dans l'ombre / Voyage-Surprise
* : La Folle Ingénue / Illusions perdues / Indiscrétions / Les Jeux sont faits / La Maison des sept péchés

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La treizaine magnifique : Jour de colère / Jeux dangereux / La dame de Shanghai / Une question de vie ou de mort / Panique / Le portrait de Dorian Gray / Le grand sommeil / Le port de l’angoisse / La poursuite infernale / Rebecca / Quai des Orfèvres / La rue rouge / Péché mortel
Les fashion victims : Les tueurs / Gilda / Le facteur sonne toujours deux fois / L’emprise du crime / Le Château du dragon / Indiscrétions / Tueur à gages
La découverte tardive : Le démon de la chair
Les classiques : Casablanca / Les plus belles années de notre vie
Hors compétition : Les bourreaux meurent aussi / Paisa
Les bizarreries : Angoisse / Le signe du cobra
Le trio walshien : Une femme dangereuse / La grande évasion / La charge fantastique
Quelques excellentes pelloches : L’aigle des mers / Le cygne noir / Jack l’éventreur / Hellzapoppin / Antoine et Antoinette / La double enigme / Un cœur pris au piège / La lettre / Hantise / Le poison / Les deux légionnaires / Le diable au corps / L’homme de la rue / Le fantôme de l’opéra / Les naufrageurs des mers du Sud / Le roman de Mildred Pierce / Une nuit à Casablanca / En marge de l’enquête / Feux croisés / Cape et poignard / Le chevalier de la vengeance
(le détail, ici)

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Dame de Shanghaï / Les raisins de la colère / La Rue rouge / L'homme de la rue / To be or not to be
*** : Casablanca / Rebecca / Gilda / arrebique
** : Le Roman de Mildred Pierce / Hantise
* : Le diable au corps

Frédéric :
1- Le Port de l'angoisse, 2- La Poursuite infernale, 3- La Dame de Shanghai, 4- Le Grand Sommeil, 5- Jeux dangereux, 6- Jour de colère, 7- Paisa, 8- Rebecca, 9- Les Raisins de la colère, 10- Le Chant du Missouri

Oriane :
**** : Jeux Dangereux / Rebecca / L'Homme de la rue
*** : Jour de colère / Casablanca / Illusions perdues / les Bourreaux meurent aussi / Les Grandes Espérances / Sciuscà
** : Le Grand Sommeil / Bambi / Récit d'un propriétaire
* : Dumbo, l'éléphant volant

Un simple amateur :
1- Jour de colère (Dreyer) 2- La Poursuite infernale (Ford) 3- Quai des Orfèvres (Clouzot) 4- Le Grand Sommeil (Hawks) 5- Paisa (Rossellini) 6- Les Plus Belles Années de notre vie (Wyler) 7- Les Raisins de la colère (Ford) 8- Jeux dangereux (Lubitsch) 9- Le Chant du Missouri (Minnelli) 10- Rebecca (Hitchcock)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Bataillon du ciel, 8 649 691 entrées
2. Pour qui sonne le Glas ?, 8 274 596 entrées
3. Monsieur Vincent, 7 055 290 entrées
4. Pas si bête, 6 195 419 entrées
5. Quai des Orfèvres, 5 544 721 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Paris 1900 (Nicole Vedrès), sortie prévue en 1948
- Prix Méliès (du Syndicat français de la critique de cinéma) : Le Silence est d'or (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Les Plus Belles Années de notre vie (William Wyler)
- Mostra de Venise, Grand prix international : Sirena (Karel Stekly), sortie française prévue en 1949
- Festival de Cannes, Grands Prix par genres : Ziegfeld Follies (Vincente Minnelli, comédies musicales), Dumbo (Walt Disney, dessins animés), Les Maudits (René Clément, films d'aventures et policiers), Antoine et Antoinette (Jacques Becker, films psychologiques et d'amour), Crossfire (Edward Dmytryk, films sociaux)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Silence est d'or (René Clair)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1947 ?" Au soir du 9 décembre 2012, 146 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. La Dame de Shanghai (9 voix), 2. Jeux dangereux (8), 3. La Poursuite infernale, Le Grand sommeil & Le Portrait de Dorian Gray (7), 6. Indiscrétions, La Charge fantastique,Gilda, Panique & Rebecca (6)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1947 sur le site Encyclo-Ciné)

01/10/2012

Sur vos écrans en 1946

EDITORIAL :

Par Vincent J.

laura00.jpg1946. Mongénéral claque la porte en janvier. La France ferme le bagne de Cayenne et les maisons closes. Comme presque partout en Europe, on entreprend un difficile travail de reconstruction auquel l'Amérique apporte son aide. La France nationalise et travaille à une nouvelle Constitution tout en négociant avec son allié les accords Blum-Byrnes. Signés le 28 mai 1946 ils portent sur un effacement de la dette, une aide et un nouveau prêt. Mais les américains ne perdent pas le nord et remettent sur le tapis une négociation sur le cinéma entamée en 1936. Il s'agit de définir un quota annuel de films yankees autorisés à se faire voir sur les écrans français. Ce point est discuté avec acharnement. Les bobines frétillent d’impatience dans les cales des avions et des navires entre les locomotives et les machines-outils. On parle de 2000 titres prêts à déferler, toute une production interdite d'écrans depuis 1939 et dont les spectateurs se sentent terriblement frustrés. L'accord débouche finalement sur l'abandon du principe des quota et prévoit qu’ "à partir du 1er juillet 1946, le contingent à l’écran réservé aux films français sera au maximum de quatre semaines par trimestre".
Le cinéma français crie à l'assassin. La revue L’écran français parle de "l’arrêt de mort du cinéma français" et Arts rappelle que le cinéma est certes une industrie mais aussi un art. Les réalisateurs pétitionnent, Marcel Carné et Jacques Becker en tête. Tout ce mouvement, dramatisé en partie pour des questions de politique intérieure, débouche sur la création du Centre National de la Cinématographie, de son petit nom CNC, en vertu de la loi du 25 octobre 1946.
Il n'y avait pas forcément de quoi crier si fort. 1946 a vu 86 films français pour 140 films américains, ce qui n'est pas si mal compte tenu des conditions de production et du fait que nombre de réalisateurs prestigieux ne sont pas encore revenus d'outre Atlantique, créant d'ailleurs d'amusants paradoxes : les plus récentes œuvres visibles de René Clair, Julien Duvivier ou Jean Renoir étant issues des studios hollywoodiens.
Il faut avouer que le contingent américain est de qualité très diverse, mêlant fonds de tiroir du milieu des années trente, films majeurs de la période de guerre et nouveautés parfois excitantes. Au spectateur de faire le tri. Il pourra découvrir les derniers films de John Ford (Quelle était verte ma vallée qui lui a valu un Oscar) ou William Wyler (La vipère avec Bette Davis et Le cavalier du désert avec Gary Cooper qui fait rêver tous les petits garçons) avant leur départ pour l'armée, quelques films emblématiques dont on a pu que rêver jusqu'ici comme l'adaptation du Wizard of Oz par Victor Fleming, le Zorro de Rouben Mamoulian, le musical et extravagant Fantasia des Studios Disney, le classieux Soupçons d'Alfred Hitchcock, et constater que le bikini de Maureen O'Sullivan jouant Jane aux côtés de Tarzan – Weissmuler s'est tristement allongé. De Hollywood, ce sont encore des films raffinés signés Capra, Lubitsch, DeMille, Lang. Nous vivons un âge d'or ou je me trompe fort.
Mais c'est surtout l'occasion de faire connaissance avec une nouvelle génération de réalisateurs américains. Les écrans français présentent enfin les premiers films des scénaristes Billy Wilder (Uniforme et jupons courts et Assurance sur la mort) et John Huston (Le faucon maltais), l’envoûtant film noir et romantique Laura d'Otto Preminger avec la sublime Gene Tierney, l'adaptation de Raymond Chandler par Edward Dmytryk (Adieu ma belle / Le crime vient à la fin), et surtout les deux premières œuvres du fameux Orson Welles. De ce dernier on a beaucoup entendu parler de son Citizen Kane réalisé à 25 ans dans des conditions de liberté exceptionnelles. Grand coup de publicité, habile synthèse ou grand film génial, il est possible de juger sur pièce après les avis opposés de Jean-Paul Sartre (qui a pu voir le film aux USA en 1945) et de Roger Leenhardt exprimés dans L'écran français. Cette découverte s'enrichira du suivant La splendeur des Amberson, peut être plus ambitieux mais aussi plus malchanceux. Welles s'est vu dépossédé de son film, coupé sur injonction du studio par son monteur Robert Wise dans le dos du réalisateur parti tourner au Mexique. Welles depuis a entrepris The lady of Sanghai avec son ex-femme, la belle Rita Hayworth, attendu l'an prochain. Et pour ce qui est des nouveaux visages, on retiendra celui de la jeune Ella Raines dans un autre film noir, décidément à la mode, Les mains qui tuent de Robert Siodmak.
Le cinéma Français s'est remis des heurts de la Libération, des règlements de comptes de l'épuration (ou presque), et travaille. Marcel Carné peine à retrouver la magie des Enfants du paradis, Marcel Pagnol retrouve la caméra avec Naïs qu'il laisse signer par Raymond Leboursier, René Clément avec son épique Bataille du rail séduit le festival de Cannes qui s'est tenu du 20 septembre au 5 octobre après une interruption de six ans. Jean Cocteau a mis en images le conte de Madame Le Prince de Beaumont La belle et la bête. Le film s'est fait dans des conditions très difficiles en raison des restrictions (d'électricité en particulier) et Cocteau l'a porté au risque de sa santé. Il a tiré de l'aventure un journal publié chez J. B. Janin tout à fait passionnant. La bête, filmée par Henri Alekan et incarnée par Jean Marais maquillé par Hagop Arakelian est ce que l'on a vu de plus impressionnant sur un écran depuis le singe de King Kong. Le film reçoit le prix Louis Delluc et fait un triomphe en salles. Son producteur André Paulvé persiste dans la veine fantastique avec Sylvie et le fantôme que réalise Claude Autant-Lara, nous faisant découvrir la longue silhouette de Jacques Tati, fantôme du titre.
Les réalisateurs "exilés", s'ils ne sont pas tous revenus, sont présents de différentes façon. Jean Renoir sort une nouvelle version de La grande illusion qui avait été interdit en Europe. Coupé, le film ne reçoit pas un bon accueil, son portrait humaniste des soldats allemands, son éloge de la fraternité, passant mal chez certains après cinq années d'occupation. Sort également Partie de campagne tourné en 1936 mais resté inédit jusqu'alors, et Vivre libre tourné à Hollywood et qui sera assez vivement critiqué. René Clair montre La belle ensorceleuse, comédie en costume avec la sublime Marlène Dietrich, et Julien Duvivier Obsessions avec Edward G. Robinson. Il y a de la gène, de l'irritation, face à ces films tournés au loin. Le cinéma français a hâte de se retrouver au complet et de serrer les rangs.
Ailleurs aussi, le cinéma reprend ses droits. L'URSS nous envoie une adaptation de Gorki qui date un peu mais surtout la première partie d'Ivan le terrible de Sergueï Eisenstein sur une musique composée par Serge Prokofiev. Le film est visuellement grandiose et ne cède en rien aux grosses productions américaines.
D'italie, Roberto Rossellini offre Rome, ville ouverte, tourné avec de petits moyens, dans les rues avec des non professionnels et la Magnani. Le film fonde quelque chose de neuf. Il est le bon film au bon moment.
Et les anglais ? Ils font ce qu'ils font d'habitude, de fort jolies choses entre la découverte féerique du Voleur de Bagdad en couleurs, le Brève rencontre de David Lean et le film fantastique à épisodes, Au cœur de la nuit avec sa terrible marionnette et son angoissante fin en forme de boucle qui n'a pas fini d'inspirer les amateurs du genre.
1946 c'est aussi la disparition d'un géant. Orson Welles en visite à Paris s'est rendu chez Marcel Pagnol et a demandé à rencontrer Raimu qu'il aimerait faire tourner. L'américain adore La femme du boulanger. Pagnol lui annonce alors que Jules Auguste Muraire est mort. Une bête crise cardiaque en septembre. Welles se désole "C'était le meilleur de nous tous !".

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 76 longs métrages (sur les 248 sortis en salles) et 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Laura (Preminger) *** *** **** **** **** **** *** **** **** *** **** ****
Assurance sur la mort (Wilder) **** **** *** ****   *** ***   *** **** *** ***
Citizen Kane (Welles) **** *** *** *** **** **** **** *** *** **** *** **
La Splendeur des Amberson (Welles) **** *** **** *** *** *** *** *** *** **** *** ****
Partie de campagne (Renoir, cm)   *** **** **** **** *** ***   ***     ***
Ivan le Terrible (Eisenstein) *** * **** *** *** **** ***   ****     ***
La Belle et la bête (Cocteau) ** *** *** **** **** *** ** *** *** **   ****
Le Ciel peut attendre (Lubitsch) ** ** *** **** **** *** *** *** ***   ** ***
Rome ville ouverte (Rossellini) ** **** *** **** ** **** ***   **     ***
La Femme au portrait (Lang) **** *** *** *** *** *** ** *** *** ** *** ***
Le Faucon maltais (Huston) *** ** *** ** ** **** **   **   **** ****
La Route semée d'étoiles (McCarey)     *** ****     ***          
Qu'elle était verte ma vallée (Ford)   * *** ****   *** **   **   *** ****
Soupçons (Hitchcock) ** *** ****   *** ** ** *** ** ** *** ***
Le Voleur de Bagdad (Berger, Powell & Whelan)     ** **   ** *** **** ***     ***
Arsenic et vieilles dentelles (Capra) *** ** **   ** *** * *** ** *** *** ****
Le Magicien d'Oz (Fleming)     *** * *   ** ****   ***   ***
Brève Rencontre (Lean)     ** ** * *** ** *** ***      
Le Signe de Zorro (Mamoulian)     ** ***       *** **     **
Sylvie et le fantôme (Autant-Lara)     ** **       ***       ***
Uniformes et jupon court (Wilder)       ***     *       *** ***
La Foire aux chimères (Chenal)     ***     ***     **      
Les Mains qui tuent (Siodmak) ** ***             **     ***
Au cœur de la nuit (Cavalcanti, Crichton, Dearden & Hamer)     **         ** **     ***
L'Odyssée du docteur Wassell (DeMille)     ** ***     **         **
La Merveilleuse Aventure de Pinocchio (Hand, Luske & Sharpsteen)     ***           * **   ***
Fantasia (collectif Disney) *   * **       *** * ***   ***
La Belle Ensorceleuse (Clair)     *     **           ****
La Vipère (Wyler)     **   ** ***            
Docteur Jekyll et Mister Hyde (Fleming) **   ***     ** ** *** *     *
Chercheurs d'or (Buzzell)     ** ** **       **     **
La Bataille du rail (Clément) **   ** ° * *** **   *     ***
Le Crime vient à la fin (Dmytryk) **   **       **         **
Madame et ses flirts (Sturges)       ** **           **  
Symphonie magique (Stone)     **           *     ***
Vivre libre (Renoir)     *** **     *          
Fille du diable (Decoin)       ***                
Le Suspect (Siodmak)       ***                
Les Portes de la nuit (Carné)     * * ** ** * ** **     **
Capitaine Kidd (Lee)             * ***        
Le Retour de Topper (Del Ruth)         **   **          
L'Esprit s'amuse (Lean)     *       * ***        
Femme ou démon (Marshall)     * °               ***
L'Enfance de Maxime Gorki (Donskoï)     * *               **
Le Bal des sirènes (Sidney)         *       *     **
Le Cavalier du désert (Wyler)       *         *     **
Martin Roumagnac (Lacombe)     *         ** *      
Jane Eyre (Stevenson)     **           *      
L'Affaire du collier de la reine (L'Herbier)     **           *      
L'Homme au chapeau rond (Billon)     **           *      
Le Père tranquille (Clément) °           *         **
Obsessions (Duvivier)           **     *      
La Fièvre du pétrole (Conway)     **                  
Le Capitan (Vernay)               **        
Les Cinq Secrets du désert (Wilder)     **                  
Madame Miniver (Wyler)     **                  
Patrie (Daquin)                       **
Un revenant (Christian-Jaque)       °               **
La Glorieuse Parade (Curtiz)     * °         *      
Des souris et des hommes (Milestone)                 *      
Jéricho (Calef)                 *      
L'Etranger (Asquith)                 *      
L'Imposteur (Duvivier)                 *      
La Parade aux étoiles (Sidney)                 *      
Le Gardian (de Marguenat)                       *
Le Visiteur (Dréville)                 *      
On ne meurt pas comme ça (Boyer)                 *      
Raboliot (Daroy)                 *      
Un ami viendra ce soir (Bernard)                 *      
Volga Volga (Alexandrov)                     *  
La Symphonie pastorale (Delannoy)     °       *   °     *
L'Idiot (Lampin)         °              
Leçon de conduite (Grangier)                 °      
Macadam (Blystène & Feyder)       °                
Messieurs Ludovic (Le Chanois)                 °      
Rien qu'un cœur solitaire (Odets)       °                
Son dernier rôle (Gourguet)         °              
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi)     *** ***   *** ***         ***
Crise (Bergman)     *                 **
From this day forward (Berry)         **              
Il pleut sur notre amour (Bergman)     **                  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Citizen Kane / Partie de campagne / Laura / Rome ville ouverte / La Belle et la bête
*** : Soupçons / La Femme au portrait / Arsenic et vieilles dentelles
** Le Magicien d'Oz
* Fantasia

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
Le nonetto gagnant : Le ciel peut attendre / Ivan le Terrible / Laura / La Belle et la bête / Arsenic et vieilles dentelles / Rome ville ouverte / Assurance sur la mort / La femme au portrait / Soupçons
Le classique : Citizen Kane
Hors compétition : Une partie de campagne
La découverte tardive [mais ô combien fort plaisante] : Les mains qui tuent
Les challengers : Le faucon maltais / La splendeur des Amberson / Le magicien d’Oz / Le crime vient à la fin / Sylvie et le fantôme / Femme ou démon / Uniformes et jupon court / Le cavalier du désert / La vipère
Quelques amusantes pelloches : Le train de la mort / Obsessions / Le fils de Monte-Cristo / Le signe de Zorro
(le détail, ici)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Citizen Kane
*** : Arsenic et vieilles dentelles / Docteur Jekyll et Mister Hyde / Fantasia / La Belle et la bête / La Femme au portrait / Soupçons
** : Le Ciel peut attendre

Mister Arkadin :
**** : Le Ciel peut attendre / Citizen Kane / Le Faucon maltais / Partie de campagne / La Splendeur des Amberson (Preminger)
*** : Fantasia / La Foire aux chimères / Madame et ses flirts / Les Portes de la nuit / Rome ville ouverte / Soupçons
** : Arsenic et vieilles dentelles / Assurance sur la mort / Le Bal des sirènes / La Belle et la bête / Docteur Jekyll et Mister Hyde / La Femme au portrait / Femme ou démon / Laura / Le Magicien d'Oz / Les Mains qui tuent / Obsessions / Le Père tranquille / Le Signe de Zorro / Un revenant
* : Le Capitan / Macadam / La Symphonie pastorale
° : Leçon de conduite

Frédéric :
1- Partie de campagne, 2- Laura, 3- La Splendeur des Amberson, 4- Soupçons, 5- Rome, ville ouverte, 6- Citizen Kane, 7- Qu'elle était verte ma vallée, 8- Assurance sur la mort, 9- La Route semée d'étoiles, 10- La Belle et la bête

Oriane :
**** : Citizen Kane / La Belle et la Bête / Brève rencontre
*** : Laura / Partie de campagne / Ivan le Terrible / Soupçons / Fantasia / Docteur Jekyll et Mister Hyde
* : Le Faucon Maltais

Un simple amateur :
1- Laura (Preminger) 2- Rome, ville ouverte (Rossellini) 3- Assurance sur la mort (Wilder) 4- Partie de campagne (Renoir) 5- Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi) 6- Qu'elle était verte ma vallée (Ford) 7- Citizen Kane (Welles) 8- Ivan le Terrible (Eisenstein) 9- La Splendeur des Amberson (Welles) 10- La Belle et la bête (Cocteau)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Merveilleuse aventure de Pinocchio 7 835 702 entrées
2. Mission spéciale 6 781 120 entrées
3. La Symphonie pastorale 6 373 123 entrées
4. Le Père tranquille 6 138 877 entrées
5. L'Odyssée du docteur Wassell 5 866 693 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Belle et la bête (Jean Cocteau)
- Prix Méliès (du Syndicat français de la critique de cinéma) : La Bataille du rail (René Clémént)
- Oscar du meilleur film : Le Poison (Billy Wilder), sortie française prévue en 1947
- Mostra de Venise, meilleur film pour la commission des journalistes : L'Homme du sud (Jean Renoir), sortie française prévue en 1950
- Festival de Cannes, Grands Prix par nationalités : Brève Rencontre (David Lean), La Dernière chance (Leopold Lintberg), L'Epreuve (Alf Sjöberg), Les Hommes sans ailes (Frantisek Cap), Maria Candelaria (Emilio Fernandez), Le Poison (Billy Wilder), Rome ville ouverte (Roberto Rossellini), La Symphonie pastorale (Jean Delannoy), La Terre sera rouge (Bodil Ipsen), Le Tournant décisif (Friedrich Ermler), La Ville basse (Chetan Anand) ; Prix du jury international : La Bataille du rail (Clément)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix petits indiens (René Clair), sortie française prévue en 1947

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1946 ?" Au soir du 10 octobre 2012, 145 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. Laura (12 voix), 2. Citizen Kane (10), 3. Soupçons, Partie de campagne & La Belle et la bête (9), 6. La Splendeur des Amberson, Ivan le Terrible & La Femme au portrait (7), 9. Arsenic et vieilles dentelles, Le Ciel peut attendre, Rome ville ouverte & Qu'elle était verte ma vallée (6)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1946 sur le site Encyclo-Ciné)

 

NB 1 : En 1946 ne sortait en France que la première partie d'Ivan le Terrible, la seconde devant attendre l'année 1959.

NB 2 : A lire également, un autre texte de Vincent sur Citizen Kane.

06/09/2012

Sur vos écrans en 1945

EDITORIAL :

Par Edouard S.

The shop around the corner00.jpgAlors que 1945 vient à peine de filer derrière nous et que les temps sont encore difficiles, nous comprenons qu'il puisse paraître indécent de s'intéresser aux plaisirs du cinématographe. Mais après ces interminables jours de douleurs, d'angoisses, de souffrances et de privations, la vie continue. Et si des artistes poursuivent leur travail de création, pourquoi ne pas les soutenir et partager leurs émotions ? Cette année a vu arriver sur nos écrans plusieurs films américains jadis bloqués par l'occupant. On en annonce bien d'autres dans les mois à venir. Nous avons donc eu la joie de pouvoir retrouver des noms connus et constater qu'ils perduraient au sommet : Chaplin, Lubitsch, Ford, Hawks... Les deux premiers notamment, nous gratifiant d'extraordinaires comédies (nous avons enfin pu découvrir cet audacieux et malheureusement trop optimiste Dictateur tourné il y a cinq ans). Nous avons constaté qu'Alfred Hitchcock s'était remarquablement acclimaté à l'environnement américain (comme, dans une moindre mesure, notre René Clair) et que Raoul Walsh avait réalisé avec Aventures en Birmanie l'un des meilleurs films de guerre. Nous avons ri avec Laurel et Hardy dans Têtes de pioche. George Cukor, en revanche nous a plutôt déçu avec ses Femmes. Logiquement, le cinéma français a paru submergé par cette vague venue d'Outre-Atlantique et seule une poignée de films mérite d'être retenue. Le talent de Jacques Becker est évident mais notre groupe est partagé entre ceux qui le voient déjà grand et ceux qui attendent de lui encore mieux que Falbalas. De son côté, Marcel Carné a déjà consolidé sa réputation. Même si Les Enfants du paradis n'ont pas ébloui tous les membres de notre équipe, il est certain qu'ils marqueront l'histoire de notre cinéma national et qu'ils seront souvent cités lorsque les générations futures établiront des palmarès. Enfin, n'oublions pas Robert Bresson qui, alors qu'il n'en est qu'à son deuxième long métrage, a déjà provoqué de nombreux débats. Nous devrions reparler de cet homme-là dans l'avenir.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 48 longs métrages (sur les 132 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard S. Jean-Luc L. Jocelyn M. Ludovic M. Timothée G. Vincent J.
Rendez-Vous (Lubitsch) **** **** **** **** **** ****   *** **** ****
Le Dictateur (Chaplin) **** **** ** **** **** **** **** **** *** ****
L'Ombre d'un doute (Hitchcock) *** ****   *** *** *** *** ** **** ****
Aventures en Birmanie (Walsh) ** **** ****   *** ** *** ***   ****
Les Enfants du paradis (Carné) *** *** ** ** **** **   ****   ****
La Dame du vendredi (Hawks) *** *** ***   *** ** ** ** **** ***
Sergent York (Hawks) *** *** **   **** **   ** ****  
Têtes de pioche (Blystone)   ***   *** ***     ***   ***
Les Hommes de la mer (Ford)   ** ****             ****
Les Dames du bois de Boulogne (Bresson) **** **** ° ** **** ** *** *** *** **
Falbalas (Becker)   *** **** ** ** *   *    
Espoir (Malraux) ** ***   *           ***
C'est arrivé demain (Clair)   **           **   ***
Tarzan trouve un fils (Thorpe)       **   ** ** *   ***
Air Force (Hawks)   ** ***              
La Vie de Thomas Edison (Brown)   **               ***
Femmes (Cukor)   **   *** * **   * ** **
La Vie privée d'Elisabeth d'Angleterre (Curtiz)   *** *       **      
Adieu jeunesse (King)     ***              
Espionne à bord (Powell)               ***    
O toi ma charmante (Seiter)                   ***
Sept Amoureuses (Borzage)     ***              
Boule-de-Suif (Christian-Jacque)   ** *         **   ***
Naïs (Leboursier)   * **         *   ***
Griffes jaunes (Huston)   **               **
Lady Hamilton (A. Korda)   **       **        
Victoire sur la nuit (Goulding)         ** **        
Place au rythme (Berkeley)   *           **    
Sortilèges (Christian-Jacque)   ** *              
La Fiancée des ténèbres (de Poligny)   **                
La Proie du mort (Van Dyke)   **                
Le Gros Lot (Sturges)                 **  
Le Retour du docteur X (Sherman)             **      
Madame veut un bébé (Leisen)       **            
Prisonniers du passé (Le Roy)           **        
Pourquoi nous combattons (Capra, Litvak & Veiller)           **   °    
Destination Tokyo (Daves)               *    
L'Invité de la onzième heure (Cloche)               *    
La Boîte aux rêves (Y. Allégret)               *    
La Vie de bohème (L'Herbier)   *                
Le Livre de la jungle (Z. Korda)     *              
Untel père et fils (Duvivier)   *                
Félicie Nanteuil (M. Allégret)   *           °    
La Cage aux rossignols (Dréville)   *           °    
La Ferme du pendu (Dréville)   °                
La Part de l'ombre (Delannoy)               °    
Le Cavalier noir (Grangier)               °    
Le Roi des resquilleurs (Devaivre)   °                
  Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard S. Jean-Luc L. Jocelyn M. Ludovic M. Timothée G. Vincent J.

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Antoine R. :
**** : Rendez-vous
*** : L'Ombre d'un doute / Victoire de Tunisie
** : Le Dictateur / Les Dames du bois de Boulogne

Nolan :
**** : Le Dictateur / L'Ombre d'un doute
*** : Rendez-vous / Les Enfants du paradis
° : La Cage aux rossignols

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Dame du vendredi / Le Dictateur / Les Dames du bois de Boulogne
*** : L'Ombre d'un doute
** : Les Enfants du paradis
* : Naïs

FredMJG (Les nuits du chasseur de film) :
Le quinté gagnant : Le Dictateur / L'Ombre d'un doute / Les Enfants du paradis / La Dame du vendredi / Les Dames du bois de Boulogne
Quelques excellentes pelloches : La Vie privée d'Elisabeth d'Angleterre / Têtes de pioches / C'est arrivé demain / A chaque aube je meurs / Sergent York / Falbalas
Hors compétition : Espoir
La curiosité : Le Retour du docteur X
(le détail, ici)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : L'Ombre d'un doute
*** : Le Dictateur

Mister Arkadin :
**** : La Dame du vendredi
*** : C'est arrivé demain / L'Ombre d'un doute / Rendez-Vous
** : Aventures en Birmanie / Boule-de-Suif / La Cage aux rossignols / Le Dictateur / Les Enfants du paradis / Naïs / Tarzan trouve un fils / Untel père et fils
* : Les Dames du bois de Boulogne / Falbalas / Femmes / La Fiancée des ténèbres / Griffes jaunes / Le Père Goriot / Têtes de pioche
° : Bifur 3 / Espoir / Sergent York

Frédéric :
1- Rendez-vous, 2- Les Dames de bois ce Boulogne, 3- L'Ombre d'un doute, 4- Le Dictateur, 5- Aventures en Birmanie, 6- La Dame du vendredi, 7- Les Hommes de la mer, 8- Falbalas, 9- Les Enfants du paradis, 10- Sergent York

Oriane :
**** : Le Dictateur / Les Enfants du Paradis
*** : L'Ombre d'un doute

Julien :
1/ Le dictateur ****, 2/ Les dames du bois de Boulogne ****, 3/ Rendez-vous ****, 4/ L'ombre d'un doute ***, 5/ Les enfants du paradis ***, 6/ La dame du vendredi ***

Un simple amateur :
1- Rendez-vous (Lubitsch) 2- Le Dictateur (Chaplin) 3- Les Dames du bois ce Boulogne (Bresson) 4- Les Enfants du paradis (Carné) 5- L'Ombre d'un doute (Hitchcock) 6- Aventures en Birmanie (Walsh) 7- Les Hommes de la mer (Ford) 8- Falbalas (Becker) 9- La Dame du vendredi (Hawks) 10- Sergent York (Hawks)

Pierre :
1-Le dictateur (Chaplin)**** 2-Les enfants du paradis (Carné)**** 3-Le livre de la jungle (Korda)*** 4-C'est arrivé demain (Clair)*** 5-Rendez-vous (Lubitsch)*** 6-Le gros lot (Sturges)*** 7-La dame du vendredi (Hawks)*** 8-L'ombre d'un doute (Hitchcock)*** 9-Destination Tokyo (Daves)*** 10-Air force (Hawks)**
4 hors liste : L'homme en gris (Arliss)** Prisonniers de Satan (Milestone)** Service secret (French)* Gung ho (Enright)*
3 inédits : Strange illusions (Ulmer)*** Crise (Bergman)** L'île dans la brume (O'Morse)
2 courts métrages : Aubervilliers (Lothar)*** Le vampire (Painlevé)***

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Dictateur 8 028 720 entrées
2. La Cage aux rossignols 5 085 489 entrées
3. Les Enfants du paradis 4 768 505 entrées
4. Carmen 4 277 813 entrées
5. Le Roi des resquilleurs 3 679 438 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

Prix Louis-Delluc : Espoir (André Malraux)
Oscar du meilleur film : La route semée d'étoiles (Leo McCarey), sortie française prévue en 1946

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1945 ?" Au soir du 26 septembre, 96 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. L'Ombre d'un doute (17 voix), 2. Le Dictateur (13), 3. Rendez-vous (11), 4. La Dame du vendredi (8), 5. Les Enfants du paradis & Les Dames du bois de Boulogne (7), 7. Aventures en Birmanie (6), 8. Sergent York (4), 9. Têtes de pioches & C'est arrivé demain (3)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1945 sur le site Encyclo-Ciné)