Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2013

Sur vos écrans en 1955

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1955,hitchcock,aldrich,kurosawa,ray,ophuls,mann,mankiewicz,renoir,fellini,sirkQuelle année, mes amis ! Une grosse vingtaine de films de la plus haute tenue nous aura donc été proposée en France en 1955. Et encore, derrière ce groupe dense, chacun aura trouvé le moyen d'en retenir plusieurs autres de valeur. Difficile, dès lors, de désigner "l'homme de l'année". Essayons tout de même.
Alfred Hitchcock ? Fenêtre sur cour arrive en effet en tête pour notre équipe. Ce thriller à la fois angoissant, onirique et comique peut être vu comme le sommet (provisoire ?) de l'œuvre du "maître du suspense". Surtout, il se prête à merveille, par l'ingéniosité d'un dispositif renvoyant chaque spectateur à son voyeurisme "naturel", à de multiples analyses tout en se présentant comme un grand film populaire. De plus, nous avons également pu voir (généralement "à plat", alors qu'il fut tourné en relief) Le Crime était presque parfait, œuvre précédente d'Hitchcock, moins riche de prolongements mais tout à fait remarquable.
Anthony Mann ? Je suis un aventurier et L'Homme de la plaine sont les deux derniers volets d'un impressionnant cycle de cinq westerns mettant en vedette (comme Fenêtre sur cour) James Stewart. A noter que le duo produisit également un film de propagande militaire, Strategic Air Command, que l'un d'entre nous recommande tout de même ci-dessous.
Federico Fellini ? La Strada, où l'on admire la brute Anthony Quinn et la chaplinienne Giulietta Massina, a fait l'événement, un an après la découverte des attachants Vitelloni. Courrier du cœur (ou Le Sheik blanc), premier effort de réalisation en solitaire de l'ex-scénariste de Rossellini, est aussi apparu sur nos écrans. Aucun doute, il faudra dorénavant compter avec cet Italien-là (un de plus).
Akira Kurosawa ? En 1952, Rashomon avait surpris son monde et ouvert la brèche dans laquelle le cinéma japonais put enfin s'infiltrer pour atteindre nos écrans. Cette année, vinrent à nous ces Sept samouraïs, époustouflant western d'extrême-orient (les débats sur le rapport de Kurosawa à l'occident ne font apparemment que commencer).
Max Ophuls ? Il a arraché Martine Carol à la routine des Caroline Chérie pour Lola Montès, film monstrueux, déroutant, flamboyant et boudé par un public qui lui a préféré les formules usées de Fernandel, de Sacha Guitry ou de René Clair (Les Grandes Manœuvres comptent cependant un défenseur parmi nous).
Henri-Georges Clouzot ? Les Diaboliques, le film-dont-il-ne-faut-surtout-pas-dévoiler-la-fin, n'a pas fait l'unanimité chez nous (admirable mécanique ou piège à spectateurs ?), même si une majorité le soutient avec enthousiasme.
D'autres encore pourraient-être choisis : Nicholas Ray a poursuivi son œuvre singulière avec un Johnny Guitare baroque, Jean Renoir, avec French Cancan (et Gabin), a réussi son retour en France alors que cela n'était pas forcément gagné, Joseph Mankiewicz a de nouveau tutoyé des hauteurs, cette fois celles du mythe Ava Gardner, avec La Comtesse aux pieds nus... Certains de mes camarades ajouteraient sans doute le nom d'Alan Dwan, pour les trois films qui furent distribués cette année.
Et si nous distinguions un critique ? François Truffaut, dans les Cahiers du Cinéma, quelques mois après avoir mis le bazar dans le milieu du cinéma français de la "qualité" (lire notre éditorial de l'année 1954), a inventé un concept certainement promis à une belle postérité. Le voici baptisé dans les dernières lignes de sa critique d'Ali Baba de Jacques Becker (que nous ne vous recommandions pas l'année dernière) : "En dépit de son scénario trituré par dix ou douze personnes, dix ou douze personnes de trop excepté Becker, Ali Baba est le film d'un auteur, un auteur parvenu à une maîtrise exceptionnelle, un auteur de films. Ainsi la réussite technique d'Ali Baba confirme le bien-fondé de notre politique, la Politique des Auteurs."
Mais non. L'année 1955, ce fut l'année Robert Aldrich ! L'homme, encore trentenaire, a déboulé sur nos écrans sans que personne ne l'ait vu venir. En moins de douze mois, furent présentées cinq de ses six réalisations : Alerte à Singapour, à ce que l'on en dit, un film d'aventures exotiques déjà original ; Bronco Apache, un solide western pro-indien ; Vera Cruz, une odyssée mexicaine grincante et stimulante ; Le Grand Couteau, un tableau acide des mœurs hollywoodiennes ; En quatrième vitesse, un hallucinant joyau du film noir. Voulez-vous une preuve de l'importance de cette découverte ? Autour d'Aldrich, même les Cahiers du Cinéma et Positif se retrouvent ! (François Truffaut dans les Cahiers : "Robert Aldrich, qui cumule quelques-unes des qualités de Renoir, d'Hitchcock et d'Orson Welles et toutes celles de... Robert Aldrich, est un "metteur en scène Cahiers du Cinéma". Cela signifie qu'il sera loué le plus souvent possible, défendu chaque fois qu'il sera nécessaire et entretenu à la première occasion." Roger Tailleur dans Positif : "En six mois à Paris, avec quatre films, un metteur en scène surgit du néant. Totalement inconnu au début de l'année encore, il s'inscrit aujourd'hui parmi les meilleurs, ceux dont on peut tout espérer. Dès avant l'automne 1955, son plus récent film subit les honneurs d'un Festival, où il fut primé. Une telle naissance-ascension-consécration appelle très fort le qualificatif d'unique, surtout, comme c'est le cas, quand sa parfaite légitimité en est garantie par des qualités indiscutables et peu communes.")

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 466 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Fenêtre sur cour (Hitchcock) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
En quatrième vitesse (Aldrich) **** *** **** **** **** ** **** **** **** ****
Les Sept Samouraïs (Kurosawa) **** **** *** **** **** ***   **** **** ****
Johnny Guitare (Ray) **** **** **** **** **** *** **** *** *** ****
Lola Montès (Ophuls) *** *** *** **** **** ***   **** **** ****
L'Homme de la plaine (A. Mann) **** **** *** *** **** ***   ** **** ****
La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) *** *** *** *** **** *** *** *** **** ****
French Cancan (Renoir) *** **** *** **** **** ***   ** **** ****
Je suis un aventurier (A. Mann) **** **** *** ***   ****   *** *** ***
La Strada (Fellini) *** **** ** **** **** ** ** ****   ***
Le Secret magnifique (Sirk) **** *** ****   **** ***   * ***  
Quatre Etranges Cavaliers (Dwan) **** **** ***   *** ***     ** ****
Une étoile est née (Cukor) *** ** *** **** *** ***   ** *** ****
L'Homme qui n'a pas d'étoile (Vidor) *** ****   ** *** **       ****
Sabrina (Wilder) ** **** * *** *** **   *** **** ***
Ordet (Dreyer) **** ** ** ** **** ***   ***    
Vera Cruz (Aldrich) *** ** ** *** *** ** *** *** **** ***
Les Diaboliques (Clouzot) * ** ** **** **** ** **** *** *** ***
Le Crime était presque parfait (Hitchcock) ** * *** *** *** *** *** *** *** ***
Le Grand Couteau (Aldrich) ** **   *** **** **   ****    
Tornade (Dwan) *** **** **             ***
Bronco Apache (Aldrich) *** ** *** *** *** **   ** *** **
Du plomb pour l'inspecteur (Quine) *** ***   *** *** **   **    
Les Rubis du prince birman (Dwan) *** ***               ***
Désirs humains (F. Lang) *** ***   ** **** *   *** ** **
Le Rendez-Vous des quais (Carpita) ***     ***   **   **   ***
Les Maîtres Fous (Rouch, cm) ****     ** *** **       **
Vingt Mille Lieues sous les mers (Fleischer) *** **     ***   *** **   ***
Graine de violence (Brooks) ** * ** *** *** * ***     ***
A l'est d'Eden (Kazan) ** ***     *** **   *    
La Bête s'éveille (Losey) *** *** ** ** **         **
Ce n'est qu'un au revoir (Ford) *** ***               **
Fort Bravo (Sturges)   **     ***         ***
Le Cri de la victoire (Walsh) *** ***       **        
Le Sabotier du Val de Loire (Demy, cm) ***   ***              
La Belle et le clochard (Disney) *       ***   *** * ** ***
La Terre des pharaons (Hawks) *** * **   *** *   **   ***
Sur les quais (Kazan) ** °     **** **   **   ***
Pain, amour et jalousie (Comencini) ** ***     **     **   **
A l'ombre des potences (Ray) ***   **   **         **
Razzia sur la chnouf (Decoin) **       ***   *** *    
Du rififi chez les hommes (Dassin) ** **   ** ***     *   **
Courrier du cœur (Fellini) **   **   *** *   **   **
Des monstres attaquent la ville (Douglas) ** * ** * ** * ***     ***
Le Souffle de la violence (Maté)         **         ***
Mort d'un cycliste (Bardem) **       ***          
Capitaine Mystère (Sirk) *** * **     **        
Les Sept Femmes de Barberousse (Donen) **   **   **     **    
L'Etrange Créature du lac noir (Arnold) **     ° **   *** °   ***
Un homme est passé (Sturges) ** *   ** ** **   *   **
L'Aigle solitaire (Daves) *** **               *
La Lance brisée (Dmytryk) **       **   **      
La Peur (Rossellini) ***                  
Le Sel de la terre (Biberman) ***                  
Les Ponts de Toko-Ri (Robson)                 ***  
Les Révoltés de la Claire-Louise (Tourneur) ***                  
Un amour pas comme les autres (Douglas)   ****                
L'Or de Naples (De Sica) *     *       **   ***
Ça va barder (Berry) **       **          
Je suis un sentimental (Berry) **       **          
Titanic (Negulesco)     **       **      
Vacances à Venise (Lean)   ***     *          
Les Grandes Manœuvres (Clair) * *   * *     *   ****
Le Comte de Monte-Cristo (Vernay) * **     ** *        
Taza, fils de Cochise (Sirk)   *     ** *     **  
Gas-Oil (Grangier) °       **   **      
La Tour de Nesle (Gance) ** *           *    
Le Port du désir (Gréville)     *         *   **
L'Amant de lady Chatterley (Allégret)           **     *  
La Joyeuse Parade (W. Lang)               *   **
La Vallée des rois (Pirosh) *                 **
Le Serment du chevalier noir (Garnett)         **     *    
Les Hussards (Joffé)         °         ***
Les Mauvaises Rencontres (Astruc) ** *                
Deux Nuits avec Cléopâtre (Mattoli)                   **
Dommage que tu sois une canaille (Blasetti)         **          
J'avais sept filles (Boyer)     **              
L'Homme du Kentucky (Lancaster)                   **
La Flamme pourpre (Parrish)   **                
Le Passage de Santa Fe (Witney)                   **
Le Triomphe de Buffalo Bill (Hopper)                   **
Phffft ! (Robson) **                  
Racines (Alazraki) **                  
Strategic Air Command (A. Mann)   **                
Trois Heures pour tuer (Werker)   **                
Nana (Christian-Jaque) *       *     *    
Papa longues jambes (Negulesco) * °               **
Permission jusqu'à l'aube (Ford & Le Roy) ** °       *        
L'Affaire des poisons (Decoin)   *     *          
La Vénus des mers chaudes (Sturges)               *   *
Le Dossier noir (Cayatte) *       *          
Marty (D. Mann) *       *          
La Grande Bagarre de Don Camillo (Gallone)     *   *     *   *
Attila fléau de Dieu (Francisci)               *    
Destination Gobi (Wise)                   *
Embrasse-moi chérie (Sidney)               *    
Femmes hors la loi (Newfield & Ormond)     *              
Frou-Frou (Genina)         *          
L'Egyptien (Curtiz)         *          
La Conquête de l'espace (Haskin)     *              
La Cuisine des anges (Curtiz)         *          
La Pantoufle de verre (Walters)         *          
Le Beau Brummel (Bernhardt)           *        
Le Calice d'argent (Saville)         *          
Le Seigneur de l'aventure (Koster)         *          
Les Pépées font la loi (André)         *          
Les Salauds vont en enfer (Hossein)         *          
Terreur à l'ouest (De Toth)   *                
Une fille de la province (Seaton) *                  
Marianne de ma jeunesse (Duvivier) ° *   °   *        
Chiens perdus sans collier (Delannoy) ° °     °     *   *
La Madone des sleepings (Diamant-Berger) °             *    
Le Fils de Caroline chérie (Devaivre)         °         *
Les Héros sont fatigués (Ciampi) °       *          
Saadia (Lewin)     * °            
Napoléon (Guitry) *     ° °          
Les Premiers Outrages (Gourguet)   ° °              
La Cage aux souris (Gourguet)     °              
Le Signe du païen (Sirk)           °        
Les Hommes en blanc (Habib)         °          
Prison sans chaîne (Bartlett)             °      
Sitting Bull (Salkow)   °                
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Nuages flottants (Naruse) **** ** **** *** *** ***       ****
Carmen Jones (Preminger) ** **     ***          
Vie ou mort (Al Cheikh)         ***          

Antoine :
**** : Fenêtre sur cour / En quatrième vitesse / L'Homme de la plaine
*** : Les Sept samouraïs / Johnny Guitare / Je suis un aventurier / L'Homme qui n'a pas d'étoile / Sabrina / Ordet
** : French Cancan / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / Désirs humains / Du rififi chez les hommes
* : La Belle et le clochard
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

Timothée :
**** : Fenêtre sur cour / La Strada / Le Secret magnifique / Une Etoile est née
*** : Johnny Guitare / L'Homme de la plaine / La Comtesse aux pieds nus / Sabrina / A l'Est d'Eden
** : Le Crime était presque parfait

Nolan :
**** : Fenêtre sur cour
*** : La Comtesse aux pieds nus / La Strada / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / La Belle et le clochard / Les Sept samouraïs
* : Vingt mille lieues sous les mers / L'Etrange créature du lac noir
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Clyde_949 :
Johnny Guitar / Fenêtre sur cour / Les Diaboliques / La Strada / Sur les quais / La Comtesse aux pieds nus / Lola Montès / Le Crime était presque parfait / Ordet / Les Sept samouraïs

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Fenêtre sur cour / Le Crime était presque parfait
*** : Les Sept Samouraïs
** : Les Diaboliques / Lola Montès
* : French Cancan / La Terre des pharaons / Des monstres attaquent la ville / L'Etrange Créature du lac noir / Le Sel de la terre

Mister Arkadin :
**** : Johnny Guitare (10) ; Fenêtre sur cour (9) ; En quatrième vitesse (8)
*** : Vera Cruz (8) ; La Comtesse aux pieds nus (8) ; Les Diaboliques (8) ; French Cancan (8) ; Je suis un aventurier (8) ; La Strada (8) ; Du rififi chez les hommes (7) ; Des monstres attaquent la ville (7) ; L’Homme qui n’a pas d’étoile (7) ; L’Homme de la plaine (7) ; Le Cri de la victoire (7) ; Le Crime était presque parfait (7)
** : Gas-oil (6) ; Les Sept Samouraïs (6) ; Les Mauvaises rencontres (6) ; Du plomb pour l’inspecteur (6) ; Graine de violence (6) ; A l’est d’Eden (6) ; Désirs humains (6) ; Razzia sur la chnouf (6) ; Le Grand Couteau (5) ; Lola Montès (5) ; La Terre des pharaons (5) ; Chiens perdus sans collier (5)
* : Les Grandes Manœuvres (5) ; Un homme est passé (4) ; Les Sept Femmes de Barberousse (4) ; Sur les quais (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Le Secret magnifique ; Sabrina ; La Belle et le clochard ; Pain, amour et jalousie ; L’Or de Naples ; La Joyeuse Parade

Frédéric :
1- Ordet, 2- Johnny Guitare, 3- Fenêtre sur cour, 4- En quatrième vitesse, 5- Quatre étranges cavaliers, 6- Lola Montès, 7- French Cancan, 8- Je suis un aventurier, 9- Les Maitres fous, 10- L'Homme qui n'a pas d'étoile

Oriane :
**** : Fenêtre sur Cour / Les Sept Samouraïs / Lola Montès / Je suis un aventurier / La Strada / Ordet
*** : L'Homme de la Plaine
** : French Cancan
* : Du rififi chez les hommes
° : La Belle et le clochard / L'étrange créature du lac noir

Un simple amateur :
1- Ordet (Dreyer) 2- Les sept samouraïs (Kurosawa) 3- Johnny Guitare (N.Ray) 4- En quatrième vitesse (Aldrich) 5- Nuages flottants (Naruse) 6- Fenêtre sur cour (Hitchcock) 7- La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) 8- Je suis un aventurier (Mann) 9- Le secret magnifique (Sirk) 10- French Cancan (Renoir)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Belle et le Clochard, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske, 11 175 233 entrées
2. Vingt Mille Lieues sous les mers, Richard Fleischer, 9 619 259 entrées
3. Le Comte de Monte Cristo, Robert Vernay, 7 780 642 entrées
4. Napoléon, Sacha Guitry, 5 405 252 entrées
5. Les Grandes Manœuvres, René Clair, 5 302 076 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Prix Méliès : Du rififi chez les hommes (Jules Dassin)
- Grand prix du cinéma français : Les Evadés (Jean-Paul Le Chanois)
- Oscar du meilleur film : Sur les quais (Elia Kazan)
- Festival de Venise, Lion d'or : Ordet (Carl Dreyer)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Rats (Robert Siodmak), sortie prévue en 1956
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Carmen Jones (Otto Preminger) et Le Brave Soldat Chveik (Jiri Trnka)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Jours d'amour (Giuseppe De Santis)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1955 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Voyage en Italie (Roberto Rossellini) (*), 2. Ordet (Carl Dreyer), 3. Le Grand Couteau (Robert Aldrich), 4. Lola Montès (Max Ophuls), 5. Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock), 6. Les Mauvaises Rencontres (Alexandre Astruc), 7. La Strada (Federico Fellini), 8. La Comtesse aux pieds nus (Joseph L. Mankiewicz), 9. Johnny Guitare (Nicholas Ray), 10. En quatrième vitesse (Robert Aldrich)

2) L'année 55 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Robert Aldrich : Bronco Apache, Alerte à Singapour, Vera Cruz, En quatrième vitesse, Le Grand Couteau
- The big fifteen :
Juan Bardem, Mort d'un cycliste / Herbert Biberman, Le Sel de la terre / George Cukor, Une étoile est née / Jules Dassin, Du rififi chez les hommes / Stanley Donen, Les Sept Femmes de Barberousse / Federico Fellini, Courrier du cœur / Richard Fleischer, Vingt mille lieues sous les mers / Elia Kazan, A l'Est d'Eden / Anthony Mann, Je suis un aventurier / Robert Parrish, La Flamme pourpre / Nicholas Ray, Johnny Guitare / John Sturges, Fort Bravo & Un Homme est passé / King Vidor, L'Homme qui n'a pas d'étoile / Luchino Visconti, Senso (**) / Raoul Walsh, Le Cri de la victoire" (***)

(*) : voir notre tableau 1954
(**) : à venir dans notre tableau 1956
(***) : Racines, Graine de violence et Les Sept samouraïs sont cités par Positif pour l'année 1956

 

A LIRE PAR AILLEURS :

Une revue de presse sur Lola Montès

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1955 sur le site Encyclo-Ciné)

10/02/2013

Sur vos écrans en 1951

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1951,wilder,mankiewicz,mann,lewin,ray,rossellini,buñuel,renoir,guitry,walsh1951, une année "miroir" pour Hollywood ? Que le cinéma se regarde lui-même, ce n'est certes pas une nouveauté mais il ne l'avait peut-être jamais fait de façon aussi précise, jusqu'à en faire ressortir toute la cruauté qui peut caractériser son mode de fabrication. Les deux films ayant rallié le plus de suffrages parmi nos contributeurs cette année, Boulevard du Crépuscule et Eve, se plaisent ainsi à raconter brillamment et sans concession des histoires souvent glaçantes d'acteurs, de scénaristes, de producteurs, de réalisateurs. Cette vague porte une nouvelle génération de cinéastes apparus il y a peu. Billy Wilder et Joseph L. Mankiewicz n'ont que la quarantaine et moins de dix films à leur actif, mais ils ont su imposer leur signature et sont devenus aujourd'hui des réalisateurs qui comptent à Hollywood (Boulevard du Crépuscule a cumulé onze nominations aux Oscars et Eve quatorze !). Notons par ailleurs que cette mode du "film sur le cinéma" ne semble pas passagère : devraient sortir dans les prochains mois un drame de Vincente Minnelli sur la vie d'un producteur et une comédie musicale située à l'époque du passage du muet au parlant réalisée par le tandem Gene Kelly et Stanley Donen qui confirmera, nous l'espérons, les promesses formulées par Un jour à New York, leur première œuvre collective, enfin parvenue sur nos écrans cette année.
1951, une année "western" ? Anthony Mann (qui est de la même génération que Wilder et Mankiewicz) a réalisé avec le surprenant Winchester 73 son meilleur film à ce jour, s'associant avec bonheur avec le grand James Stewart (si l'on en croit les rumeurs, leur collaboration devrait se poursuivre bien au-delà de cette seule expérience). A côté d'un nouveau John Ford (Rio Grande), d'un passionnant "auto-remake" de Raoul Walsh (La Fille du désert, sur le même canevas de La Grande évasion) et d'un Delmer Daves qui aura marqué les esprits par sa façon très respectueuse de montrer les Indiens (La Flèche brisée), les propositions, dans des registres et des économies différentes, de George Sherman, Henry Hathaway, Allan Dwan ou Hugo Fregonese ont démontré, d'après les quelques rédacteurs qui ont pu les recenser, la vigueur actuelle du genre.
1951, une année de néoréalisme "changeant" ? Radicalisant encore sa démarche, Roberto Rossellini s'est cette fois-ci tourné vers le passé pour donner Onze fioretti de François d'Assise magnifiquement dépouillés. Pour son premier long métrage de fiction, Chronique d'un amour, Michelangelo Antonioni a cherché à étudier au plus près le comportement et l'esprit humains. Quant à Vittorio De Sica, il a fortement divisé en versant dans la fantaisie onirique avec Miracle à Milan. Le néoréalisme italien évolue. Certains disent (nous n'en sommes personnellement pas) qu'il s'abâtardit.
1951, une année "catholique" ? C'est un fait : le questionnement de la foi et l'attention à Dieu et ses serviteurs ont été au centre de plusieurs films sortis cette année. Robert Bresson a poursuivi son entreprise ardue en adaptant Bernanos avec son austérité coutumière (Le Journal d'un curé de campagne), Rossellini s'est intéressé à Saint François d'Assise et ses disciples, l'écrivain Curzio Malaparte s'est mis au cinéma pour aborder le thème du martyre christique (Le Christ interdit)... et Claude Autant-Lara a poussé le moine Fernandel dans une auberge d'assassins (L'Auberge rouge, qui n'a, c'est le moins que l'on puisse écrire, pas fait rire tout le monde dans notre équipe).
A propos de 1951, il y aurait sans doute beaucoup à dire encore : sur Albert Lewin et l'aboutissement de Pandora, sur les fulgurants débuts de Nicholas Ray (Les Amants de la nuit), sur le retour fracassant de l'immense Luis Buñuel (Los Olvidados), sur le premier Renoir en couleurs (Le Fleuve), sur un Sacha Guitry faisant enfin l'unanimité au sein de notre rédaction (La Poison), sur un Hitchcock en roue libre (Le Grand alibi), sur un Marcel Pagnol (Topaze), un Marcel Carné (Juliette ou la clé des songes) et un Julien Duvivier (Sous le ciel de Paris) qui peinent à vraiment convaincre à nouveau, sur un Fritz Lang en difficulté aux Philippines (Guérillas), sur la permanence du film noir...
Mais l'événement de l'année s'est peut-être finalement passé en dehors de nos frontières. A la Mostra de Venise, le jury, beaucoup plus inspiré que celui de Berlin (qui, il est vrai, essuyait les plâtres pour ce nouveau festival de cinéma), a décerné le Lion d'or à Rashomon d'Akira Kurosawa. Pour la première fois, un film japonais obtient une récompense internationale à ce niveau. Il sera visible chez nous en avril prochain. Espérons que le voie est dorénavant ouverte pour l'arrivée de représentants d'une cinématographie importante, tenue depuis trop longtemps éloignée de nos écrans.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 92 longs métrages (sur les 559 sortis en salles) et de 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Boulevard du Crépuscule (Wilder) **** **** * *** **** *** **** **** **** **** ****
Eve (Mankiewicz)   *** **** *** **** *** **** ****   *** ****
Winchester 73 (Mann) **** *** **** *** *** *** **** *** *** *** ****
Pandora (Lewin)   ** **** **** *** *** **** ***     ****
Les Amants de la nuit (Ray) ** **** *** **** **** ***   **     ****
Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini)   **** *** ** **** **   ****   ****  
Los olvidados (Buñuel)   *** *** **** *** ***   ***     ****
Le Fleuve (Renoir)   **** **** *** *** ***   **   *** ***
La Poison (Guitry)   **** **** *** ***   *** **     ***
La Fille du désert (Walsh) *** *** ** *** *** ***   ***   **** ***
Mark Dixon détective (Preminger) *** *** *** ***           ***
 
Le Journal d'un curé de campagne (Bresson)   **** *** ** ** **   ***   ***  
Le Violent (Ray)   *** **** ***   *         ***
La Flèche et le flambeau (Tourneur)   *** *** *** ** **         ***
La Renarde (Powell & Pressburger)     *** ** ** **   ****     ***
Edouard et Caroline (Becker)   *** ****   **            
Un jour à New York (Donen & Kelly)   * ***     ** *** ***     ***
Chronique d'un amour (Antonioni)   *** *   *** **   ***     ***
Rio Grande (Ford) ** *** ***     ** ** **  **   ***
La Flèche brisée (Daves)   *** **   ** ** *** **   ** **
Les Désemparés (Ophuls) *** *** ****           ***    
Deburau (Guitry)   ** **** **   **          
Menaces dans la nuit (Berry) ** ***     ***            
Oh ! quel mercredi (Sturges)   ***               ***  
Midi gare centrale (Maté)   ***                 ***
Quand les tambours s'arrêteront (Fregonese)     ***               ***
Avant de t'aimer (Lupino)   ****                  
Le Mystérieux Docteur Korvo (Preminger)   *** * ***   ** *** *     **
La Femme à abattre (Walsh)   ** **   ** **         ***
L'Ile au trésor (Haskin)   ** ***       *** *      
Alice au pays des merveilles (Disney)   *** *   **   *** *     **
Le Grand Alibi (Hitchcock) ** **   ** ** *   ** ** ** **
Allons donc papa (Minnelli)   ** ** **   ** **        
La Femme à l'écharpe pailletée (Siodmak)   ** ***                
Le Père de la mariée (Minnelli)   *** **                
L'Attaque de la malle-poste (Hathaway)   ** ***                
Tomahawk (Sherman)     **               ***
Hôtel des Invalides (Franju, cm)   **           ***      
Samson et Dalila (De Mille)   ** ***         *     **
Sous le ciel de Paris (Duvivier)     **   **     *     ***
Miracle à Milan (De Sica)   ** ° ° *** ***   ***      
L'Auberge rouge (Autant-Lara) * * ** * **   *** *     ***
Topaze (Pagnol)   ** *     **   **     **
Entrons dans la danse (Walters)   **         **       **
Comment l'esprit vient aux femmes (Cukor)   ***   **       *      
Harvey (Koster)   *   **             ***
Ville haute, ville basse (Le Roy)   ***                  
La Belle du Montana (Dwan)   ***                  
Le Roi du tabac (Curtiz)     ***                
Si Paris l'avait su (Darnborough & Fisher)                     ***
L'Ombre d'un homme (Asquith)     ***                
Le Signe des renégats (Fregonese)     ***                
Knock (Lefranc) * *           * **   ***
Incident de frontière (Mann)   ** **                
Le Fils de d'Artagnan (Freda)   ***           *      
La Main noire (Thorpe)   **                 **
La Rue de la mort (Mann)   ** **                
Trafic en haute mer (Curtiz)     ****         *      
Les Contes d'Hoffmann (Powell & Pressburger)   ** **                
Juliette ou la clé des songes (Carné)   *           **     **
Le Passe-Muraille (Boyer)       °       *   ** **
Caroline chérie (Pottier)   *                 **
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Adhémar ou le Jouet de la fatalité (Fernandel)     **               *
Pittsburgh (Seiler)                     **
Dans une île avec vous (Thorpe)       **              
Le Rossignol de l'empereur de Chine (Trnka & Makovec)   **                  
Les Années difficiles (Zampa)         **            
La Fille de Neptune (Buzzell)                     **
Le Bagarreur du Kentucky (Waggner)                     **
Le Mensonge d'une mère (Matarazzo)     **                
Capitaine sans peur (Walsh)     **                
De minuit à l'aube (Douglas)     **                
Le Convoi maudit (Rowland)                     **
Le Fauve en liberté (Douglas)   **                  
Les Furies (Mann)           **          
Okinawa (Milestone)   **                  
Voyage sans retour (Farrow)       **              
Mademoiselle Julie (Sjöberg)   **                  
Guérillas (F. Lang) * ** °                
Atoll K (Joannon)   °                 **
Lénine en octobre (Romm)   *                  
Tondelayo (Thorpe)   *                  
Le Masque de Dimitrios (Negulesco)   *                  
Bim le petit âne (Lamorisse)               *      
La Brigade des stupéfiants (Benedek)           *          
De l'or en barres (Crichton)   *                  
L'Etrange Madame X (Grémillon)     *                
Le Christ interdit (Malaparte)               *      
Les Mines du roi Salomon (Bennett & Marton)   *                  
Le Voyage fantastique (Koster)               *      
Treize à la douzaine (W. Lang)               °      
Un grand patron (Ciampi)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Eté précoce (Ozu)   ****     ** ***         ***
Miss Oyu (Mizoguchi) *** *** ****   ** **          
L'Idiot (Kurosawa)   *** ° *** ***           ***
La Dame de Musachino (Mizoguchi)   *** ***     **          
Le Repas (Naruse)   ***     *** **          
Le Grand Attentat (Mann)   ** ** ** **            
Le Film est déjà commencé ? (Lemaître)       ***              
Carmen revient au pays (Kinoshita)       ** *            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 / La Flèche et le flambeau
*** : Trafic en haute mer / La Flèche brisée / Deburau / Menaces dans la nuit / Les Amants de la nuit
** : Le Grand attentat / Le Mystérieux Doctor Korvo / Un jour à New York / Le Journal d’un curé de campagne / Cas de conscience / Knock / Rio Grande / Max Dixon, détective / Comment l’esprit vient aux femmes / L’Auberge rouge / L’Idiot
* : La Renarde / Miracle à Milan / Capitaine sans peur
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La treizaine prodigieuse : Pandora / Eve / Mark Dixon détective / Winchester 73 / Rio Grande / Les amants de la nuit / Le violent / Boulevard du crépuscule / Les contes d’Hoffmann / Menaces dans la nuit / Le fauve en liberté / Chronique d’un amour / La flèche et le flambeau
Le classique : Los olvidados
Les excellentes pelloches : La flèche brisée / La poison / Le loup-garou / Le grand alibi / La renarde / La porte s’ouvre / Edouard et Caroline / La femme à abattre / La main noire / Quand les tambours s’arrêteront / Le masque de Dimitrios / Le mystérieux Docteur Korvo
L’aventure, c’est l’aventure : Trafic en haute mer / L’ile au trésor / Les mines du roi Salomon
Les nanars magnifiques : Messaline / Caroline chérie / Samson et Dalila
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Le Fleuve / Boulevard du crépuscule
*** : Los Olvidados / Rio Grande / La Flèche brisée
** : Alice au pays des merveilles / Le loup-garou

Rémi (Il a osé !) :
**** : Les Amants de la nuit / Boulevard du crépuscule / Eve / Los Olvidados / Le Fleuve / Winchester 73
*** : Le journal d'un curé de campagne
** : Les désemparés / Harvey,
* : Topaze / Juliette ou la clé des songes
° : L'auberge rouge

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 (10) / La Femme à abattre (9) / La Flèche et le flambeau (8)
*** : Eve (8) / Trafic en haute mer (8) / Pandora (8) / La Flèche brisée (8) / La Poison (8) / Menaces dans la nuit (8) / Deburau (7) / Le Grand Alibi (7) / Les Amants de la nuit (7)
** : Boulevard du Crépuscule (6) / Le Grand attentat (6) / Le Mystérieux Doctor Korvo (6) / Un jour à New York (6) / Le Journal d’un curé de campagne (6) / Cas de conscience (6) / Knock (6) / Rio Grande (6) / Max Dixon, détective (6) / Comment l’esprit vient aux femmes (6) / L’Attaque de la malle-poste (6) / La Belle du Montana(6) / L’Auberge rouge (5) / L’Idiot (5)
* : Capitaine sans peur (4) / La Renarde (3) / Miracle à Milan (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides / La Fille du désert / Edouard et Caroline

Frédéric :
1- Le Fleuve, 2- Un jour à New-York, 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise, 4- La Fille du désert, 5- Deburau, 6- La Poison, 7- Les Amants de la nuit, 8- Journal d'un curé de campagne, 9- Boulevard du Crépuscule, 10- Le Mystérieux Docteur Korvo

Oriane :
**** : Boulevard du Crépuscule / Eve / Alice au pays des merveilles
*** : Winchester 73 / Le Rossignol de l'empereur de Chine / Eté précoce
** : Marx Dixon, détective / Juliette ou la clé des songes
* : Los Olvidados
° : L'Auberge Rouge

Julien :
1. Los Olvidados ****, 2. Sunset Boulevard ****, 3. Les amants de la nuit ****, 4. Pandora ***, 5. La fille du désert ***, 6. Le violent ***, 7. Winchester 73 ***, 8. La flèche brisée ***, 9. Le poison ***, 10. Eve **

Un simple amateur :
1- Le Fleuve (Renoir) 2- Los olvidados (Buñuel) 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini) 4- Journal d'un curé de campagne (Bresson) 5- Eve (Mankiewicz) 6- Winchester 73 (Mann) 7- Les Amants de la nuit (N.Ray) 8- La Fille du désert (Walsh) 9- Boulevard du Crépuscule (Wilder) 10- Pandora (Lewin)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Samson et Dalila, Cecil Blount DeMille, 7 116 442 entrées
2. Andalousie, Robert Vernay, 5 735 113 entrées
3. La Flèche et le Flambeau, Jacques Tourneur, 4 287 220 entrées
4. Les Mines du roi Salomon, Compton Bennett & Andrew Marton, 4 108 770 entrées
5. Le Roi des Camelots, André Berthomieu, 4 059 172 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Méliès : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson)
- Oscar du meilleur film : Eve (Joseph L. Mankiewicz)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg) & Miracle à Milan (Vittorio De Sica)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Rashomon (Akira Kurosawa), sortie prévue en 1952
- Festival de Berlin, Ours d'or : Quatre dans une jeep (Leopold Lindtberg), Justice est faite (André Cayatte), Sans laisser d'adresse (Jean-Paul Le Chanois) & Cendrillon (Walt Disney)

 

REFERENDUM :

Les meilleurs films de 1951 selon les collaborateurs et amis des Cahiers du Cinéma (publié dans le n°10, mars 1952) :
1. Le Fleuve (Jean Renoir), 2. Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), 3. Miracle à Milan (Vittorio De Sica), 4. Los Olvidados (Luis Buñuel), 5. Eve (Joseph L. Mankiewicz), 6. Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg), 7. Chronique d'un amour (Michelangelo Antonioni), 8. Boulevard du crépuscule (Billy Wilder), 9. Edouard et Caroline (Jacques Becker), 10. Onze fioretti de François d'Assise (Roberto Rossellini) & Les Miracles n'ont lieu qu'une fois (Yves Allégret)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1951 sur le site Encyclo-Ciné)

01/10/2012

Sur vos écrans en 1946

EDITORIAL :

Par Vincent J.

laura00.jpg1946. Mongénéral claque la porte en janvier. La France ferme le bagne de Cayenne et les maisons closes. Comme presque partout en Europe, on entreprend un difficile travail de reconstruction auquel l'Amérique apporte son aide. La France nationalise et travaille à une nouvelle Constitution tout en négociant avec son allié les accords Blum-Byrnes. Signés le 28 mai 1946 ils portent sur un effacement de la dette, une aide et un nouveau prêt. Mais les américains ne perdent pas le nord et remettent sur le tapis une négociation sur le cinéma entamée en 1936. Il s'agit de définir un quota annuel de films yankees autorisés à se faire voir sur les écrans français. Ce point est discuté avec acharnement. Les bobines frétillent d’impatience dans les cales des avions et des navires entre les locomotives et les machines-outils. On parle de 2000 titres prêts à déferler, toute une production interdite d'écrans depuis 1939 et dont les spectateurs se sentent terriblement frustrés. L'accord débouche finalement sur l'abandon du principe des quota et prévoit qu’ "à partir du 1er juillet 1946, le contingent à l’écran réservé aux films français sera au maximum de quatre semaines par trimestre".
Le cinéma français crie à l'assassin. La revue L’écran français parle de "l’arrêt de mort du cinéma français" et Arts rappelle que le cinéma est certes une industrie mais aussi un art. Les réalisateurs pétitionnent, Marcel Carné et Jacques Becker en tête. Tout ce mouvement, dramatisé en partie pour des questions de politique intérieure, débouche sur la création du Centre National de la Cinématographie, de son petit nom CNC, en vertu de la loi du 25 octobre 1946.
Il n'y avait pas forcément de quoi crier si fort. 1946 a vu 86 films français pour 140 films américains, ce qui n'est pas si mal compte tenu des conditions de production et du fait que nombre de réalisateurs prestigieux ne sont pas encore revenus d'outre Atlantique, créant d'ailleurs d'amusants paradoxes : les plus récentes œuvres visibles de René Clair, Julien Duvivier ou Jean Renoir étant issues des studios hollywoodiens.
Il faut avouer que le contingent américain est de qualité très diverse, mêlant fonds de tiroir du milieu des années trente, films majeurs de la période de guerre et nouveautés parfois excitantes. Au spectateur de faire le tri. Il pourra découvrir les derniers films de John Ford (Quelle était verte ma vallée qui lui a valu un Oscar) ou William Wyler (La vipère avec Bette Davis et Le cavalier du désert avec Gary Cooper qui fait rêver tous les petits garçons) avant leur départ pour l'armée, quelques films emblématiques dont on a pu que rêver jusqu'ici comme l'adaptation du Wizard of Oz par Victor Fleming, le Zorro de Rouben Mamoulian, le musical et extravagant Fantasia des Studios Disney, le classieux Soupçons d'Alfred Hitchcock, et constater que le bikini de Maureen O'Sullivan jouant Jane aux côtés de Tarzan – Weissmuler s'est tristement allongé. De Hollywood, ce sont encore des films raffinés signés Capra, Lubitsch, DeMille, Lang. Nous vivons un âge d'or ou je me trompe fort.
Mais c'est surtout l'occasion de faire connaissance avec une nouvelle génération de réalisateurs américains. Les écrans français présentent enfin les premiers films des scénaristes Billy Wilder (Uniforme et jupons courts et Assurance sur la mort) et John Huston (Le faucon maltais), l’envoûtant film noir et romantique Laura d'Otto Preminger avec la sublime Gene Tierney, l'adaptation de Raymond Chandler par Edward Dmytryk (Adieu ma belle / Le crime vient à la fin), et surtout les deux premières œuvres du fameux Orson Welles. De ce dernier on a beaucoup entendu parler de son Citizen Kane réalisé à 25 ans dans des conditions de liberté exceptionnelles. Grand coup de publicité, habile synthèse ou grand film génial, il est possible de juger sur pièce après les avis opposés de Jean-Paul Sartre (qui a pu voir le film aux USA en 1945) et de Roger Leenhardt exprimés dans L'écran français. Cette découverte s'enrichira du suivant La splendeur des Amberson, peut être plus ambitieux mais aussi plus malchanceux. Welles s'est vu dépossédé de son film, coupé sur injonction du studio par son monteur Robert Wise dans le dos du réalisateur parti tourner au Mexique. Welles depuis a entrepris The lady of Sanghai avec son ex-femme, la belle Rita Hayworth, attendu l'an prochain. Et pour ce qui est des nouveaux visages, on retiendra celui de la jeune Ella Raines dans un autre film noir, décidément à la mode, Les mains qui tuent de Robert Siodmak.
Le cinéma Français s'est remis des heurts de la Libération, des règlements de comptes de l'épuration (ou presque), et travaille. Marcel Carné peine à retrouver la magie des Enfants du paradis, Marcel Pagnol retrouve la caméra avec Naïs qu'il laisse signer par Raymond Leboursier, René Clément avec son épique Bataille du rail séduit le festival de Cannes qui s'est tenu du 20 septembre au 5 octobre après une interruption de six ans. Jean Cocteau a mis en images le conte de Madame Le Prince de Beaumont La belle et la bête. Le film s'est fait dans des conditions très difficiles en raison des restrictions (d'électricité en particulier) et Cocteau l'a porté au risque de sa santé. Il a tiré de l'aventure un journal publié chez J. B. Janin tout à fait passionnant. La bête, filmée par Henri Alekan et incarnée par Jean Marais maquillé par Hagop Arakelian est ce que l'on a vu de plus impressionnant sur un écran depuis le singe de King Kong. Le film reçoit le prix Louis Delluc et fait un triomphe en salles. Son producteur André Paulvé persiste dans la veine fantastique avec Sylvie et le fantôme que réalise Claude Autant-Lara, nous faisant découvrir la longue silhouette de Jacques Tati, fantôme du titre.
Les réalisateurs "exilés", s'ils ne sont pas tous revenus, sont présents de différentes façon. Jean Renoir sort une nouvelle version de La grande illusion qui avait été interdit en Europe. Coupé, le film ne reçoit pas un bon accueil, son portrait humaniste des soldats allemands, son éloge de la fraternité, passant mal chez certains après cinq années d'occupation. Sort également Partie de campagne tourné en 1936 mais resté inédit jusqu'alors, et Vivre libre tourné à Hollywood et qui sera assez vivement critiqué. René Clair montre La belle ensorceleuse, comédie en costume avec la sublime Marlène Dietrich, et Julien Duvivier Obsessions avec Edward G. Robinson. Il y a de la gène, de l'irritation, face à ces films tournés au loin. Le cinéma français a hâte de se retrouver au complet et de serrer les rangs.
Ailleurs aussi, le cinéma reprend ses droits. L'URSS nous envoie une adaptation de Gorki qui date un peu mais surtout la première partie d'Ivan le terrible de Sergueï Eisenstein sur une musique composée par Serge Prokofiev. Le film est visuellement grandiose et ne cède en rien aux grosses productions américaines.
D'italie, Roberto Rossellini offre Rome, ville ouverte, tourné avec de petits moyens, dans les rues avec des non professionnels et la Magnani. Le film fonde quelque chose de neuf. Il est le bon film au bon moment.
Et les anglais ? Ils font ce qu'ils font d'habitude, de fort jolies choses entre la découverte féerique du Voleur de Bagdad en couleurs, le Brève rencontre de David Lean et le film fantastique à épisodes, Au cœur de la nuit avec sa terrible marionnette et son angoissante fin en forme de boucle qui n'a pas fini d'inspirer les amateurs du genre.
1946 c'est aussi la disparition d'un géant. Orson Welles en visite à Paris s'est rendu chez Marcel Pagnol et a demandé à rencontrer Raimu qu'il aimerait faire tourner. L'américain adore La femme du boulanger. Pagnol lui annonce alors que Jules Auguste Muraire est mort. Une bête crise cardiaque en septembre. Welles se désole "C'était le meilleur de nous tous !".

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 76 longs métrages (sur les 248 sortis en salles) et 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Laura (Preminger) *** *** **** **** **** **** *** **** **** *** **** ****
Assurance sur la mort (Wilder) **** **** *** ****   *** ***   *** **** *** ***
Citizen Kane (Welles) **** *** *** *** **** **** **** *** *** **** *** **
La Splendeur des Amberson (Welles) **** *** **** *** *** *** *** *** *** **** *** ****
Partie de campagne (Renoir, cm)   *** **** **** **** *** ***   ***     ***
Ivan le Terrible (Eisenstein) *** * **** *** *** **** ***   ****     ***
La Belle et la bête (Cocteau) ** *** *** **** **** *** ** *** *** **   ****
Le Ciel peut attendre (Lubitsch) ** ** *** **** **** *** *** *** ***   ** ***
Rome ville ouverte (Rossellini) ** **** *** **** ** **** ***   **     ***
La Femme au portrait (Lang) **** *** *** *** *** *** ** *** *** ** *** ***
Le Faucon maltais (Huston) *** ** *** ** ** **** **   **   **** ****
La Route semée d'étoiles (McCarey)     *** ****     ***          
Qu'elle était verte ma vallée (Ford)   * *** ****   *** **   **   *** ****
Soupçons (Hitchcock) ** *** ****   *** ** ** *** ** ** *** ***
Le Voleur de Bagdad (Berger, Powell & Whelan)     ** **   ** *** **** ***     ***
Arsenic et vieilles dentelles (Capra) *** ** **   ** *** * *** ** *** *** ****
Le Magicien d'Oz (Fleming)     *** * *   ** ****   ***   ***
Brève Rencontre (Lean)     ** ** * *** ** *** ***      
Le Signe de Zorro (Mamoulian)     ** ***       *** **     **
Sylvie et le fantôme (Autant-Lara)     ** **       ***       ***
Uniformes et jupon court (Wilder)       ***     *       *** ***
La Foire aux chimères (Chenal)     ***     ***     **      
Les Mains qui tuent (Siodmak) ** ***             **     ***
Au cœur de la nuit (Cavalcanti, Crichton, Dearden & Hamer)     **         ** **     ***
L'Odyssée du docteur Wassell (DeMille)     ** ***     **         **
La Merveilleuse Aventure de Pinocchio (Hand, Luske & Sharpsteen)     ***           * **   ***
Fantasia (collectif Disney) *   * **       *** * ***   ***
La Belle Ensorceleuse (Clair)     *     **           ****
La Vipère (Wyler)     **   ** ***            
Docteur Jekyll et Mister Hyde (Fleming) **   ***     ** ** *** *     *
Chercheurs d'or (Buzzell)     ** ** **       **     **
La Bataille du rail (Clément) **   ** ° * *** **   *     ***
Le Crime vient à la fin (Dmytryk) **   **       **         **
Madame et ses flirts (Sturges)       ** **           **  
Symphonie magique (Stone)     **           *     ***
Vivre libre (Renoir)     *** **     *          
Fille du diable (Decoin)       ***                
Le Suspect (Siodmak)       ***                
Les Portes de la nuit (Carné)     * * ** ** * ** **     **
Capitaine Kidd (Lee)             * ***        
Le Retour de Topper (Del Ruth)         **   **          
L'Esprit s'amuse (Lean)     *       * ***        
Femme ou démon (Marshall)     * °               ***
L'Enfance de Maxime Gorki (Donskoï)     * *               **
Le Bal des sirènes (Sidney)         *       *     **
Le Cavalier du désert (Wyler)       *         *     **
Martin Roumagnac (Lacombe)     *         ** *      
Jane Eyre (Stevenson)     **           *      
L'Affaire du collier de la reine (L'Herbier)     **           *      
L'Homme au chapeau rond (Billon)     **           *      
Le Père tranquille (Clément) °           *         **
Obsessions (Duvivier)           **     *      
La Fièvre du pétrole (Conway)     **                  
Le Capitan (Vernay)               **        
Les Cinq Secrets du désert (Wilder)     **                  
Madame Miniver (Wyler)     **                  
Patrie (Daquin)                       **
Un revenant (Christian-Jaque)       °               **
La Glorieuse Parade (Curtiz)     * °         *      
Des souris et des hommes (Milestone)                 *      
Jéricho (Calef)                 *      
L'Etranger (Asquith)                 *      
L'Imposteur (Duvivier)                 *      
La Parade aux étoiles (Sidney)                 *      
Le Gardian (de Marguenat)                       *
Le Visiteur (Dréville)                 *      
On ne meurt pas comme ça (Boyer)                 *      
Raboliot (Daroy)                 *      
Un ami viendra ce soir (Bernard)                 *      
Volga Volga (Alexandrov)                     *  
La Symphonie pastorale (Delannoy)     °       *   °     *
L'Idiot (Lampin)         °              
Leçon de conduite (Grangier)                 °      
Macadam (Blystène & Feyder)       °                
Messieurs Ludovic (Le Chanois)                 °      
Rien qu'un cœur solitaire (Odets)       °                
Son dernier rôle (Gourguet)         °              
  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Asketoner Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi)     *** ***   *** ***         ***
Crise (Bergman)     *                 **
From this day forward (Berry)         **              
Il pleut sur notre amour (Bergman)     **                  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Citizen Kane / Partie de campagne / Laura / Rome ville ouverte / La Belle et la bête
*** : Soupçons / La Femme au portrait / Arsenic et vieilles dentelles
** Le Magicien d'Oz
* Fantasia

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
Le nonetto gagnant : Le ciel peut attendre / Ivan le Terrible / Laura / La Belle et la bête / Arsenic et vieilles dentelles / Rome ville ouverte / Assurance sur la mort / La femme au portrait / Soupçons
Le classique : Citizen Kane
Hors compétition : Une partie de campagne
La découverte tardive [mais ô combien fort plaisante] : Les mains qui tuent
Les challengers : Le faucon maltais / La splendeur des Amberson / Le magicien d’Oz / Le crime vient à la fin / Sylvie et le fantôme / Femme ou démon / Uniformes et jupon court / Le cavalier du désert / La vipère
Quelques amusantes pelloches : Le train de la mort / Obsessions / Le fils de Monte-Cristo / Le signe de Zorro
(le détail, ici)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Citizen Kane
*** : Arsenic et vieilles dentelles / Docteur Jekyll et Mister Hyde / Fantasia / La Belle et la bête / La Femme au portrait / Soupçons
** : Le Ciel peut attendre

Mister Arkadin :
**** : Le Ciel peut attendre / Citizen Kane / Le Faucon maltais / Partie de campagne / La Splendeur des Amberson (Preminger)
*** : Fantasia / La Foire aux chimères / Madame et ses flirts / Les Portes de la nuit / Rome ville ouverte / Soupçons
** : Arsenic et vieilles dentelles / Assurance sur la mort / Le Bal des sirènes / La Belle et la bête / Docteur Jekyll et Mister Hyde / La Femme au portrait / Femme ou démon / Laura / Le Magicien d'Oz / Les Mains qui tuent / Obsessions / Le Père tranquille / Le Signe de Zorro / Un revenant
* : Le Capitan / Macadam / La Symphonie pastorale
° : Leçon de conduite

Frédéric :
1- Partie de campagne, 2- Laura, 3- La Splendeur des Amberson, 4- Soupçons, 5- Rome, ville ouverte, 6- Citizen Kane, 7- Qu'elle était verte ma vallée, 8- Assurance sur la mort, 9- La Route semée d'étoiles, 10- La Belle et la bête

Oriane :
**** : Citizen Kane / La Belle et la Bête / Brève rencontre
*** : Laura / Partie de campagne / Ivan le Terrible / Soupçons / Fantasia / Docteur Jekyll et Mister Hyde
* : Le Faucon Maltais

Un simple amateur :
1- Laura (Preminger) 2- Rome, ville ouverte (Rossellini) 3- Assurance sur la mort (Wilder) 4- Partie de campagne (Renoir) 5- Cinq femmes autour d'Utamaro (Mizoguchi) 6- Qu'elle était verte ma vallée (Ford) 7- Citizen Kane (Welles) 8- Ivan le Terrible (Eisenstein) 9- La Splendeur des Amberson (Welles) 10- La Belle et la bête (Cocteau)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Merveilleuse aventure de Pinocchio 7 835 702 entrées
2. Mission spéciale 6 781 120 entrées
3. La Symphonie pastorale 6 373 123 entrées
4. Le Père tranquille 6 138 877 entrées
5. L'Odyssée du docteur Wassell 5 866 693 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Belle et la bête (Jean Cocteau)
- Prix Méliès (du Syndicat français de la critique de cinéma) : La Bataille du rail (René Clémént)
- Oscar du meilleur film : Le Poison (Billy Wilder), sortie française prévue en 1947
- Mostra de Venise, meilleur film pour la commission des journalistes : L'Homme du sud (Jean Renoir), sortie française prévue en 1950
- Festival de Cannes, Grands Prix par nationalités : Brève Rencontre (David Lean), La Dernière chance (Leopold Lintberg), L'Epreuve (Alf Sjöberg), Les Hommes sans ailes (Frantisek Cap), Maria Candelaria (Emilio Fernandez), Le Poison (Billy Wilder), Rome ville ouverte (Roberto Rossellini), La Symphonie pastorale (Jean Delannoy), La Terre sera rouge (Bodil Ipsen), Le Tournant décisif (Friedrich Ermler), La Ville basse (Chetan Anand) ; Prix du jury international : La Bataille du rail (Clément)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix petits indiens (René Clair), sortie française prévue en 1947

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1946 ?" Au soir du 10 octobre 2012, 145 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. Laura (12 voix), 2. Citizen Kane (10), 3. Soupçons, Partie de campagne & La Belle et la bête (9), 6. La Splendeur des Amberson, Ivan le Terrible & La Femme au portrait (7), 9. Arsenic et vieilles dentelles, Le Ciel peut attendre, Rome ville ouverte & Qu'elle était verte ma vallée (6)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus
(vous pouvez consulter la liste de tous les films de long métrage sortis en France en 1946 sur le site Encyclo-Ciné)

 

NB 1 : En 1946 ne sortait en France que la première partie d'Ivan le Terrible, la seconde devant attendre l'année 1959.

NB 2 : A lire également, un autre texte de Vincent sur Citizen Kane.