Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***                  
Le Démon des eaux troubles (Fuller)         ***          
Le Fantôme de la rue Morgue (Del Ruth)         ***          
Vacances romaines (Wyler) * °   ** **   *** * * ***
Théodora, impératrice de Byzance (Freda)   **   ** ***          
Je dois tuer (Allen) *   **     ** **      
Monsieur Ripois (Clément) *** ° ° ** ***     *   **
Victime du destin (Walsh)   ***   *            
La Reine vierge (Sidney) *       ***          
Les Massacreurs du Kansas (De Toth)   *     ***          
Le Rouge et le Noir (Autant-Lara) ** °   ** **     *   **
Prince Vaillant (Hathaway)         **   ** *    
Comment épouser un millionnaire (Negulesco) *   *   **   * *    
Papa, maman, la bonne et moi (Le Chanois) *       °   **     **
Le Défroqué (Joannon) ** **     °          
Jour de terreur (Garnett)   °     ***          
Quand la Marabunta gronde (Haskin) *                 **
L'Implacable (Parrish)   **                
L'Emprise du destin (Saenz de Heredia)                   **
Le Monstre des temps perdus (Lourié)                   **
Retour au paradis (Robson)                   **
Deux Nigauds contre docteur Jekyll et Mister Hyde (Lamont)     **              
Fille d'amour (Cottafavi)   **                
Houdini le grand magicien (Marshall)         **          
La Brigade héroïque (Walsh)   **                
La Sorcière blanche (Hathaway)                   **
Le Roi des îles (Haskin)                   **
Passion sous les tropiques (Maté)                   **
Tempête sous la mer (Webb)     **              
Une femme qui s'affiche (Cukor) **                  
Vaquero (Farrow)         **          
Huis clos (Audry)                   **
Cadet Rousselle (Hunebelle) *       *     °   **
La Porte de l'enfer (Kinugasa) * °               **
Madame du Barry (Christian-Jaque) *       *     *    
Amour, délices et golf (Taurog)     °             **
L'Affaire Maurizius (Duvivier) ** °                
Le Grand Jeu (Siodmak)       * *          
Ali Baba et les quarante voleurs (Becker) ° ° ° ° *   ° ° ** ***
Ah les belles bacchantes ! (Loubignac) °   °   °   * *   **
La Reine Margot (Dréville) *   °   *          
Expédition du fort King (Boetticher)   *                
La Cité sous la mer (Boetticher)   *                
La Marchande d'amour (Soldati)   *                
La Première Sirène (Le Roy)                   *
Le Traître du Texas (Boetticher)   *                
Avant le déluge (Cayatte) *                  
Capitaine King (King) *                  
Deux Nigauds chez Vénus (Lamont)     *              
La Fontaine des amours (Negulesco)         *          
Les Femmes s'en balancent (Borderie)         *          
Les Révoltés de Lomanach (Pottier)                   *
Bonnes à tuer (Decoin)   *                
L'Air de Paris (Carné)   *                
Le Mouton à cinq pattes (Verneuil) °   °   °     °   **
Ne me quitte jamais (Daves)   °                
L'Ennemi public numéro un (Verneuil)         °          
Mam'zelle Nitouche (Allégret)   °                
Chaussure à son pied (Lean)   °                
Noël blanc (Curtiz)         °          
Obsession (Delannoy)               °    
Poisson d'avril (Grangier)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Une Femme dont on parle (Mizoguchi) *** ****       ***        
Le Grondement de la montagne (Naruse) *** ***   ***            

Antoine :
**** : La Vie de O'Haru, femme galante
*** : Les Vitelloni
** : Rivière sans retour / Les Hommes préfèrent les blondes / La Femme au gardénia / Les Chevaliers de la Table ronde
* : L'Equipée sauvage / Ali Baba et les quarante voleurs
° : Théodora, impératrice de Byzance

Nolan :
**** : Tous en scène / Les Hommes préfèrent les blondes
*** : Touchez pas au grisbi
** : Rivière sans retour
* : La Guerre des mondes / L'Equipée sauvage
° : Ali Baba et les quarante voleurs

Rémi :
**** : Voyage en Italie / Monika
*** : Rivière sans retour / Les Lettres de mon moulin
** : Les Rats du désert
* : Ali Baba et les quarante voleurs

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Tous en scène
*** : Les Hommes préfèrent les blondes / Les Chevaliers de la Table ronde
** : La Guerre des mondes / Comment épouser un millionnaire / Le Monstre des temps perdus

Mister Arkadin :
**** : Tous en scène (8) ; Voyage en Italie (8) ; Touchez pas au grisbi (8)
*** : Les hommes préfèrent les blondes (8) ; Les Vitelloni (7) ; Rivière sans retour (7)
** : Si Versailles m’était conté (6) ; Mogambo (6) ; Tant qu’il y aura des hommes (6) ; L’Air de Paris (6) ; L'Équipée sauvage (5) ; Ali Baba et les quarante voleurs (5) ; La Reine Margot (5)
* : Comment épouser un millionnaire (4)
o : Poisson d’avril (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) La Furie du désir ; Monika ; La Femme au gardénia ; Pain, amour et fantaisie ; Ouragan sur le Caine ; La Belle Espionne ; La Perle noire ; Plus fort que le diable ; Le Jardin du diable ; Sergent la terreur ; La Brigade héroïque

Frédéric :
1- Voyage en Italie, 2- Tous en scène, 3- El, 4- La vie d'Oharu, 5- L'Amour d'une femme, 6- Monika, 7- Les Hommes préfèrent les blondes, 8- La Femme au gardénia, 9- Touchez pas au grisbi, 10- Rivière sans retour

Oriane :
**** : Les Vitelloni
*** : El
* : Touchez pas au grisbi / Les Lettres de mon moulin / Plus fort que le diable
° : Si Versailles m'était conté

Un simple amateur :
1- Voyage en Italie (Rossellini) 2- Tous en scène (Minnelli) 3- El (Bunuel) 4- La vie d'Oharu (Mizoguchi) 5- L'Amour d'une femme (Grémillon) 6- Monika (Bergman) 7- Une femme dont on parle (Mizoguchi) 8- Le Grondement de la montagne (Naruse) 9- I Vitelloni (Fellini) 10- Rivière sans retour (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Si Versailles m'était conté..., Sacha Guitry, 6 986 788 entrées
2. Tant qu'il y aura des hommes, Fred Zinnemann, 6 398 054 entrées
3. Papa, maman, la bonne et moi, Jean-Paul Le Chanois, 5 374 131 entrées
4. Touchez pas au grisbi, Jacques Becker, 4 713 585 entrées
5. Le Rouge et le Noir, Claude Autant-Lara, 4 342 365 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot), sortie prévue en janvier 1955
- Prix Méliès : Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara)
- Grand prix du cinéma français : Le Blé en herbe (Claude Autant-Lara)
- Oscar du meilleur film : Tant qu'il y aura des hommes (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Roméo et Juliette (Renato Castellani)
- Festival de Cannes, Grand Prix : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Chaussure à son pied (David Lean)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa), Le Mouton à cinq pattes (Henri Verneuil), Les Fruits sauvages (Hervé Bromberger), Bajaja (Jiri Trnka) et Rotation (Wolfgang Staudte)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Sierra maldita (Antonio del Amo)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1954 pour les Cahiers du Cinéma (tel que l'on peut l'établir à partir des listes individuelles publiées dans le n°43, janvier 1955) :

1. El (Luis Buñuel), 2. Touchez pas au grisbi (Jacques Becker), 3. Monsieur Ripois (René Clément), 4. Les Hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks), 5. L'Equipée sauvage (Laszlo Benedek), Les Vitelloni (Federico Fellini) & Une Femme qui s'affiche (George Cukor), 8. La Femme au gardénia (Fritz Lang), 9. Les Aventures de Robinson Crusoë (Luis Buñuel), 10. Rivière sans retour (Otto Preminger) & Plus fort que le Diable (John Huston)

(Note : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, visible en province fin 1954, est pris en compte par les critiques en 1955 après sa sortie parisienne en avril de cette année-là)

2) L'année 54 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Marilyn : Niagara, Rivière sans retour, Comment épouser un millionnaire
- Les meilleurs :
Laszlo Benedek, L'Equipée sauvage / Richard Brooks, Le Cirque infernal & Sergent-la-terreur / Luis Buñuel, El & Les Aventures de Robinson Crusoë / René Clément, Monsieur Ripois / Vittorio Cottafavi, Fille d'amour / George Cukor, Une femme qui s'affiche / Federico Fellini, Les Vitelloni / Howard Hawks, La Captive aux yeux clairs / John Huston, Plus fort que le diable / Fritz Lang, Règlement de comptes / Alberto Lattuada, Le Manteau & La Louve de Calabre / Anthony Mann, L'Appât / Vincente Minnelli, Tous en scène / Otto Preminger, Un si doux visage & Rivière sans retour / George Stevens, L'Homme des vallées perdues / King Vidor, La Furie du désir / Robert Wise, La Tour des ambitieux"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1954 sur le site Encyclo-Ciné)

10/02/2013

Sur vos écrans en 1951

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1951,wilder,mankiewicz,mann,lewin,ray,rossellini,buñuel,renoir,guitry,walsh1951, une année "miroir" pour Hollywood ? Que le cinéma se regarde lui-même, ce n'est certes pas une nouveauté mais il ne l'avait peut-être jamais fait de façon aussi précise, jusqu'à en faire ressortir toute la cruauté qui peut caractériser son mode de fabrication. Les deux films ayant rallié le plus de suffrages parmi nos contributeurs cette année, Boulevard du Crépuscule et Eve, se plaisent ainsi à raconter brillamment et sans concession des histoires souvent glaçantes d'acteurs, de scénaristes, de producteurs, de réalisateurs. Cette vague porte une nouvelle génération de cinéastes apparus il y a peu. Billy Wilder et Joseph L. Mankiewicz n'ont que la quarantaine et moins de dix films à leur actif, mais ils ont su imposer leur signature et sont devenus aujourd'hui des réalisateurs qui comptent à Hollywood (Boulevard du Crépuscule a cumulé onze nominations aux Oscars et Eve quatorze !). Notons par ailleurs que cette mode du "film sur le cinéma" ne semble pas passagère : devraient sortir dans les prochains mois un drame de Vincente Minnelli sur la vie d'un producteur et une comédie musicale située à l'époque du passage du muet au parlant réalisée par le tandem Gene Kelly et Stanley Donen qui confirmera, nous l'espérons, les promesses formulées par Un jour à New York, leur première œuvre collective, enfin parvenue sur nos écrans cette année.
1951, une année "western" ? Anthony Mann (qui est de la même génération que Wilder et Mankiewicz) a réalisé avec le surprenant Winchester 73 son meilleur film à ce jour, s'associant avec bonheur avec le grand James Stewart (si l'on en croit les rumeurs, leur collaboration devrait se poursuivre bien au-delà de cette seule expérience). A côté d'un nouveau John Ford (Rio Grande), d'un passionnant "auto-remake" de Raoul Walsh (La Fille du désert, sur le même canevas de La Grande évasion) et d'un Delmer Daves qui aura marqué les esprits par sa façon très respectueuse de montrer les Indiens (La Flèche brisée), les propositions, dans des registres et des économies différentes, de George Sherman, Henry Hathaway, Allan Dwan ou Hugo Fregonese ont démontré, d'après les quelques rédacteurs qui ont pu les recenser, la vigueur actuelle du genre.
1951, une année de néoréalisme "changeant" ? Radicalisant encore sa démarche, Roberto Rossellini s'est cette fois-ci tourné vers le passé pour donner Onze fioretti de François d'Assise magnifiquement dépouillés. Pour son premier long métrage de fiction, Chronique d'un amour, Michelangelo Antonioni a cherché à étudier au plus près le comportement et l'esprit humains. Quant à Vittorio De Sica, il a fortement divisé en versant dans la fantaisie onirique avec Miracle à Milan. Le néoréalisme italien évolue. Certains disent (nous n'en sommes personnellement pas) qu'il s'abâtardit.
1951, une année "catholique" ? C'est un fait : le questionnement de la foi et l'attention à Dieu et ses serviteurs ont été au centre de plusieurs films sortis cette année. Robert Bresson a poursuivi son entreprise ardue en adaptant Bernanos avec son austérité coutumière (Le Journal d'un curé de campagne), Rossellini s'est intéressé à Saint François d'Assise et ses disciples, l'écrivain Curzio Malaparte s'est mis au cinéma pour aborder le thème du martyre christique (Le Christ interdit)... et Claude Autant-Lara a poussé le moine Fernandel dans une auberge d'assassins (L'Auberge rouge, qui n'a, c'est le moins que l'on puisse écrire, pas fait rire tout le monde dans notre équipe).
A propos de 1951, il y aurait sans doute beaucoup à dire encore : sur Albert Lewin et l'aboutissement de Pandora, sur les fulgurants débuts de Nicholas Ray (Les Amants de la nuit), sur le retour fracassant de l'immense Luis Buñuel (Los Olvidados), sur le premier Renoir en couleurs (Le Fleuve), sur un Sacha Guitry faisant enfin l'unanimité au sein de notre rédaction (La Poison), sur un Hitchcock en roue libre (Le Grand alibi), sur un Marcel Pagnol (Topaze), un Marcel Carné (Juliette ou la clé des songes) et un Julien Duvivier (Sous le ciel de Paris) qui peinent à vraiment convaincre à nouveau, sur un Fritz Lang en difficulté aux Philippines (Guérillas), sur la permanence du film noir...
Mais l'événement de l'année s'est peut-être finalement passé en dehors de nos frontières. A la Mostra de Venise, le jury, beaucoup plus inspiré que celui de Berlin (qui, il est vrai, essuyait les plâtres pour ce nouveau festival de cinéma), a décerné le Lion d'or à Rashomon d'Akira Kurosawa. Pour la première fois, un film japonais obtient une récompense internationale à ce niveau. Il sera visible chez nous en avril prochain. Espérons que le voie est dorénavant ouverte pour l'arrivée de représentants d'une cinématographie importante, tenue depuis trop longtemps éloignée de nos écrans.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 92 longs métrages (sur les 559 sortis en salles) et de 1 court métrage avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Boulevard du Crépuscule (Wilder) **** **** * *** **** *** **** **** **** **** ****
Eve (Mankiewicz)   *** **** *** **** *** **** ****   *** ****
Winchester 73 (Mann) **** *** **** *** *** *** **** *** *** *** ****
Pandora (Lewin)   ** **** **** *** *** **** ***     ****
Les Amants de la nuit (Ray) ** **** *** **** **** ***   **     ****
Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini)   **** *** ** **** **   ****   ****  
Los olvidados (Buñuel)   *** *** **** *** ***   ***     ****
Le Fleuve (Renoir)   **** **** *** *** ***   **   *** ***
La Poison (Guitry)   **** **** *** ***   *** **     ***
La Fille du désert (Walsh) *** *** ** *** *** ***   ***   **** ***
Mark Dixon détective (Preminger) *** *** *** ***           ***
 
Le Journal d'un curé de campagne (Bresson)   **** *** ** ** **   ***   ***  
Le Violent (Ray)   *** **** ***   *         ***
La Flèche et le flambeau (Tourneur)   *** *** *** ** **         ***
La Renarde (Powell & Pressburger)     *** ** ** **   ****     ***
Edouard et Caroline (Becker)   *** ****   **            
Un jour à New York (Donen & Kelly)   * ***     ** *** ***     ***
Chronique d'un amour (Antonioni)   *** *   *** **   ***     ***
Rio Grande (Ford) ** *** ***     ** ** **  **   ***
La Flèche brisée (Daves)   *** **   ** ** *** **   ** **
Les Désemparés (Ophuls) *** *** ****           ***    
Deburau (Guitry)   ** **** **   **          
Menaces dans la nuit (Berry) ** ***     ***            
Oh ! quel mercredi (Sturges)   ***               ***  
Midi gare centrale (Maté)   ***                 ***
Quand les tambours s'arrêteront (Fregonese)     ***               ***
Avant de t'aimer (Lupino)   ****                  
Le Mystérieux Docteur Korvo (Preminger)   *** * ***   ** *** *     **
La Femme à abattre (Walsh)   ** **   ** **         ***
L'Ile au trésor (Haskin)   ** ***       *** *      
Alice au pays des merveilles (Disney)   *** *   **   *** *     **
Le Grand Alibi (Hitchcock) ** **   ** ** *   ** ** ** **
Allons donc papa (Minnelli)   ** ** **   ** **        
La Femme à l'écharpe pailletée (Siodmak)   ** ***                
Le Père de la mariée (Minnelli)   *** **                
L'Attaque de la malle-poste (Hathaway)   ** ***                
Tomahawk (Sherman)     **               ***
Hôtel des Invalides (Franju, cm)   **           ***      
Samson et Dalila (De Mille)   ** ***         *     **
Sous le ciel de Paris (Duvivier)     **   **     *     ***
Miracle à Milan (De Sica)   ** ° ° *** ***   ***      
L'Auberge rouge (Autant-Lara) * * ** * **   *** *     ***
Topaze (Pagnol)   ** *     **   **     **
Entrons dans la danse (Walters)   **         **       **
Comment l'esprit vient aux femmes (Cukor)   ***   **       *      
Harvey (Koster)   *   **             ***
Ville haute, ville basse (Le Roy)   ***                  
La Belle du Montana (Dwan)   ***                  
Le Roi du tabac (Curtiz)     ***                
Si Paris l'avait su (Darnborough & Fisher)                     ***
L'Ombre d'un homme (Asquith)     ***                
Le Signe des renégats (Fregonese)     ***                
Knock (Lefranc) * *           * **   ***
Incident de frontière (Mann)   ** **                
Le Fils de d'Artagnan (Freda)   ***           *      
La Main noire (Thorpe)   **                 **
La Rue de la mort (Mann)   ** **                
Trafic en haute mer (Curtiz)     ****         *      
Les Contes d'Hoffmann (Powell & Pressburger)   ** **                
Juliette ou la clé des songes (Carné)   *           **     **
Le Passe-Muraille (Boyer)       °       *   ** **
Caroline chérie (Pottier)   *                 **
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Adhémar ou le Jouet de la fatalité (Fernandel)     **               *
Pittsburgh (Seiler)                     **
Dans une île avec vous (Thorpe)       **              
Le Rossignol de l'empereur de Chine (Trnka & Makovec)   **                  
Les Années difficiles (Zampa)         **            
La Fille de Neptune (Buzzell)                     **
Le Bagarreur du Kentucky (Waggner)                     **
Le Mensonge d'une mère (Matarazzo)     **                
Capitaine sans peur (Walsh)     **                
De minuit à l'aube (Douglas)     **                
Le Convoi maudit (Rowland)                     **
Le Fauve en liberté (Douglas)   **                  
Les Furies (Mann)           **          
Okinawa (Milestone)   **                  
Voyage sans retour (Farrow)       **              
Mademoiselle Julie (Sjöberg)   **                  
Guérillas (F. Lang) * ** °                
Atoll K (Joannon)   °                 **
Lénine en octobre (Romm)   *                  
Tondelayo (Thorpe)   *                  
Le Masque de Dimitrios (Negulesco)   *                  
Bim le petit âne (Lamorisse)               *      
La Brigade des stupéfiants (Benedek)           *          
De l'or en barres (Crichton)   *                  
L'Etrange Madame X (Grémillon)     *                
Le Christ interdit (Malaparte)               *      
Les Mines du roi Salomon (Bennett & Marton)   *                  
Le Voyage fantastique (Koster)               *      
Treize à la douzaine (W. Lang)               °      
Un grand patron (Ciampi)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Eté précoce (Ozu)   ****     ** ***         ***
Miss Oyu (Mizoguchi) *** *** ****   ** **          
L'Idiot (Kurosawa)   *** ° *** ***           ***
La Dame de Musachino (Mizoguchi)   *** ***     **          
Le Repas (Naruse)   ***     *** **          
Le Grand Attentat (Mann)   ** ** ** **            
Le Film est déjà commencé ? (Lemaître)       ***              
Carmen revient au pays (Kinoshita)       ** *            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 / La Flèche et le flambeau
*** : Trafic en haute mer / La Flèche brisée / Deburau / Menaces dans la nuit / Les Amants de la nuit
** : Le Grand attentat / Le Mystérieux Doctor Korvo / Un jour à New York / Le Journal d’un curé de campagne / Cas de conscience / Knock / Rio Grande / Max Dixon, détective / Comment l’esprit vient aux femmes / L’Auberge rouge / L’Idiot
* : La Renarde / Miracle à Milan / Capitaine sans peur
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La treizaine prodigieuse : Pandora / Eve / Mark Dixon détective / Winchester 73 / Rio Grande / Les amants de la nuit / Le violent / Boulevard du crépuscule / Les contes d’Hoffmann / Menaces dans la nuit / Le fauve en liberté / Chronique d’un amour / La flèche et le flambeau
Le classique : Los olvidados
Les excellentes pelloches : La flèche brisée / La poison / Le loup-garou / Le grand alibi / La renarde / La porte s’ouvre / Edouard et Caroline / La femme à abattre / La main noire / Quand les tambours s’arrêteront / Le masque de Dimitrios / Le mystérieux Docteur Korvo
L’aventure, c’est l’aventure : Trafic en haute mer / L’ile au trésor / Les mines du roi Salomon
Les nanars magnifiques : Messaline / Caroline chérie / Samson et Dalila
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Le Fleuve / Boulevard du crépuscule
*** : Los Olvidados / Rio Grande / La Flèche brisée
** : Alice au pays des merveilles / Le loup-garou

Rémi (Il a osé !) :
**** : Les Amants de la nuit / Boulevard du crépuscule / Eve / Los Olvidados / Le Fleuve / Winchester 73
*** : Le journal d'un curé de campagne
** : Les désemparés / Harvey,
* : Topaze / Juliette ou la clé des songes
° : L'auberge rouge

Mister Arkadin :
**** : Winchester 73 (10) / La Femme à abattre (9) / La Flèche et le flambeau (8)
*** : Eve (8) / Trafic en haute mer (8) / Pandora (8) / La Flèche brisée (8) / La Poison (8) / Menaces dans la nuit (8) / Deburau (7) / Le Grand Alibi (7) / Les Amants de la nuit (7)
** : Boulevard du Crépuscule (6) / Le Grand attentat (6) / Le Mystérieux Doctor Korvo (6) / Un jour à New York (6) / Le Journal d’un curé de campagne (6) / Cas de conscience (6) / Knock (6) / Rio Grande (6) / Max Dixon, détective (6) / Comment l’esprit vient aux femmes (6) / L’Attaque de la malle-poste (6) / La Belle du Montana(6) / L’Auberge rouge (5) / L’Idiot (5)
* : Capitaine sans peur (4) / La Renarde (3) / Miracle à Milan (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) Le Masque de Dimitrios / Samson et Dalila / Topaze / Le Passe-muraille / L’Île au trésor / Juliette ou la clé des songes / Guérillas / Les Mines du roi Salomon / Les olvidados / Kim / Hôtel des Invalides / La Fille du désert / Edouard et Caroline

Frédéric :
1- Le Fleuve, 2- Un jour à New-York, 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise, 4- La Fille du désert, 5- Deburau, 6- La Poison, 7- Les Amants de la nuit, 8- Journal d'un curé de campagne, 9- Boulevard du Crépuscule, 10- Le Mystérieux Docteur Korvo

Oriane :
**** : Boulevard du Crépuscule / Eve / Alice au pays des merveilles
*** : Winchester 73 / Le Rossignol de l'empereur de Chine / Eté précoce
** : Marx Dixon, détective / Juliette ou la clé des songes
* : Los Olvidados
° : L'Auberge Rouge

Julien :
1. Los Olvidados ****, 2. Sunset Boulevard ****, 3. Les amants de la nuit ****, 4. Pandora ***, 5. La fille du désert ***, 6. Le violent ***, 7. Winchester 73 ***, 8. La flèche brisée ***, 9. Le poison ***, 10. Eve **

Un simple amateur :
1- Le Fleuve (Renoir) 2- Los olvidados (Buñuel) 3- Les Onze Fioretti de François d'Assise (Rossellini) 4- Journal d'un curé de campagne (Bresson) 5- Eve (Mankiewicz) 6- Winchester 73 (Mann) 7- Les Amants de la nuit (N.Ray) 8- La Fille du désert (Walsh) 9- Boulevard du Crépuscule (Wilder) 10- Pandora (Lewin)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Samson et Dalila, Cecil Blount DeMille, 7 116 442 entrées
2. Andalousie, Robert Vernay, 5 735 113 entrées
3. La Flèche et le Flambeau, Jacques Tourneur, 4 287 220 entrées
4. Les Mines du roi Salomon, Compton Bennett & Andrew Marton, 4 108 770 entrées
5. Le Roi des Camelots, André Berthomieu, 4 059 172 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Méliès : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson)
- Oscar du meilleur film : Eve (Joseph L. Mankiewicz)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg) & Miracle à Milan (Vittorio De Sica)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Rashomon (Akira Kurosawa), sortie prévue en 1952
- Festival de Berlin, Ours d'or : Quatre dans une jeep (Leopold Lindtberg), Justice est faite (André Cayatte), Sans laisser d'adresse (Jean-Paul Le Chanois) & Cendrillon (Walt Disney)

 

REFERENDUM :

Les meilleurs films de 1951 selon les collaborateurs et amis des Cahiers du Cinéma (publié dans le n°10, mars 1952) :
1. Le Fleuve (Jean Renoir), 2. Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), 3. Miracle à Milan (Vittorio De Sica), 4. Los Olvidados (Luis Buñuel), 5. Eve (Joseph L. Mankiewicz), 6. Mademoiselle Julie (Alf Sjöberg), 7. Chronique d'un amour (Michelangelo Antonioni), 8. Boulevard du crépuscule (Billy Wilder), 9. Edouard et Caroline (Jacques Becker), 10. Onze fioretti de François d'Assise (Roberto Rossellini) & Les Miracles n'ont lieu qu'une fois (Yves Allégret)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1951 sur le site Encyclo-Ciné)

11/01/2013

Sur vos écrans en 1950

EDITORIAL :

Par Vincent J.

whiteheat00.jpg1950. La guerre froide se réchauffe un poil en Corée et en Indochine mais en Europe on tourne la page difficile de « l'après-guerre ». En France tout particulièrement, on s’engage dans les trente glorieuses avec 2CV et frigidaire en attendant mieux. Le français écoute Edith Piaf pleurer Marcel Cerdan, Yves Montand les feuilles mortes, ou Juliette Gréco les dimanches. Brassens écrit une grande partie de ses chansons mais n'a pas encore quitté l'impasse Florimont. Le français lit Marguerite Duras, Edgard P. Jacobs, Albert Camus, Isaac Asimov dans sa première traduction et Boris Vian.
Et le cinéma, ma bonne dame ? Et bien figurez vous que nous l'avons vu ! Et nous n'étions pas les seuls. Onze ans qu'on attend de découvrir ce monument hollywoodien, les moustaches de Clark Gable, les crinolines de Vivien Leigh, le vieux sud et l'incendie d'Atlanta. Autant en emporte le vent, le spectacle total de David O. Selznick sort enfin en France et son Technicolor flamboyant, forcément flamboyant, casse la baraque avec près de 17 millions d'entrées.
Le cinéma, ma bonne dame, est américain : coloré, enthousiasmant, musical, haletant, spectaculaire et intense. Il y a les valeurs sures, King Vidor, John Ford, Allan Dwan, Raoul Walsh, Alfred Hitchcock en pleine passion pour le plan séquence, George Cukor... et la jeune génération adepte du film noir aux tonalités plus critiques, John Huston, Elia Kazan, Orson Welles, Joseph H. Lewis ou Jules Dassin. Et puis l'Amérique ce sont ses acteurs. Spencer Tracy pétille avec Katharine Hepburn, Gary Cooper en architecte ou conquérant d'un nouveau monde est plus grand que nature, James Cagney est un hallucinant psychopathe défiant le monde avant de périr dans un ultime embrasement, Welles est un Macbeth possédé, le nouveau venu Sterling Hayden un truand mélancolique pour Huston, Gene Kelly bondit en d'Artagnan et Fred Astaire porte toujours l'habit noir avec classe pour séduire Judy Garland.
Mais l'homme de l'année c'est sans conteste John Wayne, qu'il appellent « Duke » outre atlantique. Il est devenu la vedette numéro un au box office américain et est omniprésent sur nos écrans. Cinq films cette année, ma bonne dame. Et quels films ! Capitaine de cavalerie vieillissant dans La charge héroïque de John Ford dont c'est une œuvre majeure, jeune hors la loi transformé par l'amour dans le sensible L’ange et le mauvais garçon de James Edward Grant (qu'il produit avec sa société flambante neuve), capitaine hollandais vivant un amour impossible dans les îles lointaines dans l'étonnant Le réveil de la sorcière rouge d'Edward Ludwig, Sergent des marines dur avec les hommes et avec lui-même dans le Iwo-Jima d'Allan Dwan, rôle qui lui vaut sa première nomination à l'oscar (il sera coiffé au poteau par José Ferrer), et sympathique hors la loi sauvant un bébé dans le désert avec ses compagnons dans Le fils du désert, conte de Noël fordien où l'on remarque le jeune Harry Carey Jr., fils de l’interprète du fameux cow-boy Black Billy (Cheyenne Harry).
Et pour les enfants, c'est toujours l'Amérique avec la nouvelle production Disney, une Cendrillon qui ne vaut pas Blanche Neige mais fait courir les familles en nombre. Et puis les souris sont bien mignonnes.
Le cinéma français alors, qu'est-ce qu'il fait ? Il s'amuse et ses succès ce sont Nous irons à Paris signé Jean Boyer, « Cette émission vous était offerte par la gaine Lotus, la gaine qui écrase le plexus », et Uniformes et grandes manœuvres au titre et au Fernandel très avant-guerre de René Le Hénaff. Les comédies s'enchaînent dans la médiocrité, aussitôt sorties, aussi vite oubliées. Il peut aussi serrer les dents avec le « noir c'est noir » Manèges  d'Yves Allegret qui agace certains critiques dont Georges Sadoul. Quelques exceptions de style en attendant le prochain film de Robert Bresson Journal d'un curé de campagne qui a reçu le prix Louis Delluc, avec La ronde, film gigogne à la distribution brillante et au style enlevé de Max Ophüls qui malgré les attaques des critiques pisse-froid séduit un large public et est doublement primé à Venise. Il plaît aussi aux jeunes cinéphiles qui courent d'une salle parisienne à l'autre, admirant Hitchcock et Hawks, Renoir et Bresson, affûtant leurs arguments avant que de sortir du bois. Exception également que Jean Cocteau, très actif, qui nous offre son Orphée et ses Enfants terribles tous les deux avec l'ami Jean Marais, idole des jeunes filles. De ce tableau peu enthousiasmant, on relèvera une première, le long métrage d'animation Jeannot l'intrépide de Jean Image qui vient de créer son propre studio.
La jeune garde cinéphile et critique se désole de l'échec sans appel de la seconde édition du Festival du Film Maudit (devenu le Rendez-vous) de Biarritz. Malgré Juliette Gréco et une programmation de haut niveau (Hitchcock, Antonioni, Luciano Emmer, Mark Donskoï, Nicholas Ray, Edouard Dmytryk, le débutant Alain Resnais), la ville ne suit pas et signe la fin de cette aventure. Cannes aussi a des problèmes d'argent et le festival fait relâche cette année. Pour mieux revenir.
D'ailleurs, en Italie, Roberto Rossellini a réussi un coup superbe. Il a débauché la star d'Alfred Hitchcock, Ingrid Bergman. A vrai dire, c'est l'actrice qui a été séduite par Rome, ville ouverte et Paisa et à écrit au réalisateur : « Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. ». Il l'a prise au mot et l'a embarquée pour l'île de Stromboli pour jouer un magnifique mélodrame avec les pêcheurs du coin. D’Angleterre, on pourra se régaler de la prestation d'Alec Guiness qui joue les huit membres de la famille d'Ascoyne dans le grand succès des studios Ealing, Noblesse oblige. Malgré la guerre froide, Sergueï Eisenstein reste un valeur d'exportation sûre et l'on pourra découvrir sa fresque épique Alexandre Nevski avec une partition de Sergueï Prokofiev. Le film tourné en 1938 avait été mis au frigo à la suite du pacte germano-soviétique de 39. Si les images sont grandioses, les chevaliers teutoniques et le message anti-allemand de dessous les casques amusent.
Mais je dois vous laisser, ma bonne dame, je file voir La pêche au trésor avec les Marx Brothers où joue cette fille que j'ai remarquée dans le Huston, une jolie blonde. Elle demande de l'aide à Groucho, celui avec la moustache : « Il y a un homme qui me suit ». Et lui avec son sourire lubrique : « Un seul ? ». Son nom ? Marilyn Monroe.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 97 longs métrages (sur les 512 sortis en salles) et de 2 courts métrages avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Enfer est à lui (Walsh)   **** ****   **** *** **** ****   **** ****
Quand la ville dort (Huston) *** *** ** ** **** *** **** **** ****   ****
La Charge héroïque (Ford) ** **** **** **** *** ***   *** *** *** ****
La Ronde (Ophuls)   **** *** *** *** ***   **** ***   ****
Le Rebelle (Vidor) *** **** **** *** *** ***         ****
Les Forbans de la nuit (Dassin) *** **** ****   ***   **** ***     ***
Stromboli (Rossellini) ** **** **** *** *** ***   **   *** ***
Alexandre Nevski (Eisenstein) **** **** * *** *** ***   ***   ** ***
Autant en emporte le vent (Fleming)   *** ****   *** **   **   ** ****
Le Démon des armes (Lewis)   ****   *** *** **         ***
Macbeth (Welles) *** ** ** *** *** **   ***  *** *** ***
Madame porte la culotte (Cukor) *** *** *** *** ***     **   **  
L'Homme du Sud (Renoir)   *** ****                
L'Ange et le mauvais garçon (Grant)     ****               ***
Le Réveil de la Sorcière rouge (Ludwig)     ***               ****
Les Enfants terribles (Melville) ** *** ** ** ***     **   ***  
Orphée (Cocteau)   *** ° *** *** **   ***     ***
La Corde (Hitchcock) ** ** ** ** ** *** *** *   *** **
Les Amants du Capricorne (Hitchcock) * **** **** ** ** **   ***   * *
Le Fils du désert (Ford) ** ** *** ** * **   **     ****
Noblesse oblige (Hamer) *** ** °   ***   *** **     ***
Madame Bovary (Minnelli)   *** ** *** *** **   *   ***  
Panique dans la rue (Kazan)   ** ***   **   **       ***
Le Portrait de Jennie (Dieterle)   ** ***   *** **          
L'Héritière (Wyler)   ** ***   *** **          
Acte de violence (Zinnemann)   ** **   ****            
Iwo Jima (Dwan)   * ****               ***
Les Trois Mousquetaires (Sidney) * ** ***   ** *** ** **      
Les Conquérants d'un nouveau monde (De Mille)   ** ***     **   *     ***
La Rivière d'argent (Walsh)   *** ***   * *   *     ***
Des filles disparaissent (Sirk)   ***         **        
Bastogne (Wellman)   ** ***                
Le Livre noir (Mann)     *** **              
Guernica (Resnais, cm)   ***       **          
Manèges (Allégret)   ° ** **     **** *     **
Parade du printemps (Walters)   * ** **       *     ***
La Pêche au trésor (Miller)       **       **     **
L'Impitoyable (Ulmer)     ***                
Le Fils du pendu (Borzage)     ***                
Boulevard des passions (Curtiz)     ***                
Les Bas-Fonds de Frisco (Dassin)   ***                  
Match d'amour (Berkeley)     ***                
Un homme de fer (King)     ***                
Un homme marche dans la ville (Pagliero)   ***                  
Le Planqué malgré lui (Ford)     ***                
Les Anciens de Saint-Loup (Lampin)   * **                
Tu m'as sauvé la vie (Guitry)     ***                
La Beauté du diable (Clair) * *     *   ** **     ***
Whisky à gogo (Mackendrick) ** *           **     **
Cendrillon (Disney) * * **       *** *      
Dimanche d'août (Emmer)         *** *          
Jeannot l'intrépide (Image)           ** **        
La Garce (Vidor)   ** **                
La Maison des étrangers (Mankiewicz)         **     **      
Je vous ai toujours aimé (Borzage)   ** **   *            
La Marie du port (Carné)     ** *       **      
Le Trésor de Cantenac (Guitry)   **   ** *            
Les Quatre Filles du docteur March (Le Roy)   **           *     **
Monsieur Joe (Schoedsack)   *     *   * *     ***
Les Ruelles du malheur (Ray)     **     *          
Miquette et sa mère (Clouzot)   ** *                
Sur le territoire des Comanches (Sherman)     *               **
Paul Gauguin (Resnais, cm)   **       *          
Gouverneur malgré lui (Sturges)       **              
Le Réfractaire (Miller)                     **
La Poupée brisée (Reis)           **          
Le Fantôme de Canterville (Dassin)                     **
Saboteur sans gloire (Walsh)     **                
La Pluie qui chante (Whorf)                     **
Ciel rouge (Wise)                     **
Le Balafré (Sekely)             **        
Le Chevalier mystérieux (Freda)       **              
Les Derniers Jours de Pompéi (L'Herbier & Moffa)                     **
Smith le taciturne (Fenton)     **                
La Dynastie des Forsyte (Bennett)   **                  
La Révolte des fauves (Rogell)                     **
Les Fous du roi (Rossen)   **                  
Passion fatale (Siodmak)     **                
Tulsa (Heisler)     **                
La Femme aux chimères (Curtiz)     **                
Si bémol et fa dièse (Hawks)     °               **
Kismet (Dieterle)               *      
Coquin de printemps (Disney)               *      
L'Eternel Mirage (Bergman)   *                  
La Vie secrète de Walter Mitty (McLeod)   *                  
Le Droit de tuer (Gordon)   *                  
Le Pirate de Capri (Scotese)     *                
Raccrochez, c'est une erreur (Litvak)               *      
Cagliostro (Ratoff)   *                  
Edouard, mon fils (Cukor)     *                
L'Epave (Rozier)       *              
Les Amants passionnés (Lean)         *            
Malaya (Thorpe)                     *
Justice est faite (Cayatte)   *                  
La Rose noire (Hathaway)   *                  
Bandits de grands chemins (Sherman)     °                
Les Géants du ciel (Walsh)     °                
Vulcano (Dieterle)   °                  
Souvenirs perdus (Christian-Jaque)     °                
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
House by the river (Lang) *** **** *** *** *** ***   ***     ***
Outrage (Lupino)   **** ****                
Stars in my crown (Tourneur)   **** ****   ** ***          
Le Destin de Madame Yuki (Mizoguchi)   **** *     **          
Vers la joie (Bergman)   **       ***         **
Les Sœurs Munakata (Ozu)   **     **            
Scandale (Kurosawa)         **     **      

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine à tomber : L’enfer est à lui / La charge héroïque / Macbeth / Le démon des armes / Les forbans de la nuit / La garce / La rivière d’argent / La ronde / Quand la ville dort / Le rebelle / Stromboli / Orphée / La corde / Panique dans la rue / Les trois Mousquetaires
Les challengers : Le baron de l’Arizona / Manèges / Le fils du désert / La femme aux maléfices / Les conquérants d’un nouveau monde / Ciel rouge / Les amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / La beauté du diable / Les fous du roi / Les enfants terribles / Le portrait de Jennie / La maison des étrangers / L’héritière
La découverte tardive au Festival Paris Cinéma : Ville interdite
Le I don’t give a damn classique : Autant en emporte le vent
Quelques excellentes pelloches : La pêche au trésor / Raccrochez, c’est une erreur / Cagliostro / Madame Bovary / Les chevaliers du Texas / Le réfractaire / Les derniers jours de Pompéi
La curiosité : L’intrus
(le détail ICI)

Rémi (Il a osé !) :
**** : La Ronde / La Corde / Stromboli / L'enfer est à lui
*** : La charge héroïque / Guernica / Orphée
** : Autant en emporte le vent / L'Homme du sud / Les enfants terribles / Alexandre Nevski
* : Cendrillon

Mister Arkadin :
**** L’Enfer est à lui / Alexandre Nevski / Stars in my Crown
*** Quand la ville dort / Le Fils du désert / Les Trois Mousquetaires
** La Charge héroïque / La Ronde / Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée / La Corde / Les Amants du Capricorne / Noblesse oblige / Acte de violence / Manèges / La Beauté du diable / La Marie du port / Le Trésor de Cantenac
* Le Rebelle / Madame porte la culotte / Les Enfants terribles / La Maison des étrangers / La Vie secrète de Walter Mitty / Justice est faite / House by the River
- (vu, mais plus assez de souvenirs pour noter) Les Forbans de la nuit / Le Démon des armes / L’Homme du Sud / L’Héritière

Frédéric :
1- Stromboli, 2- L'Enfer est à lui, 3- La Charge héroïque, 4- Le Rebelle, 5- La Ronde, 6- La Corde, 7- Les Amants du capricorne, 8- Le Démon des armes, 9- Les Forbans de la nuit, 10- Orphée

Oriane :
**** : Stromboli / Autant en emporte le vent / Orphée
*** : La Charge héroïque / Quand la ville dort / Alexandre Nevski / House by the River
** : La Corde / Noblesse Oblige
* : Cendrillon

Un simple amateur :
1- Stromboli (Rossellini) 2- L'Enfer est à lui (Walsh) 3- Stars in my crown (Tourneur) 4- Le Rebelle (Vidor) 5- Quand la ville dort (Huston) 6- Alexandre Nevski (Eisenstein) 7- Outrage (Lupino) 8- Les Forbans de la nuit (Dassin) 9- Le Démon des armes (Lewis) 10- La Charge héroique (Ford)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Autant en Emporte le Vent, Victor Fleming, 16 723 812 entrées
2. Cendrillon, Clyde Geronimi et Wilfred Jackson, 12 873 677 entrées
3. Nous irons à Paris, Jean Boyer, 6 658 693 entrées
4. Uniformes et grandes manœuvres, René Le Hénaff, 4 588 407 entrées
5. Les Trois Mousquetaires, George Sidney, 4 362 038 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Journal d'un curé de campagne (Robert Bresson), sortie prévue en février 1951
- Prix Méliès : Rendez-vous de juillet (Jacques Becker)
- Oscar du meilleur film : Les Fous du roi (Robert Rossen)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Justice est faite (André Cayatte)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Planqué malgré lui (John Ford)

 

RESULTAT DE SONDAGE :

Sur la page Facebook de Zoom Arrière, est posée la question "Quels sont les meilleurs films sortis en France en 1950 ?" Au soir du 12 février 2013, 119 votes ont été enregistrés, dégageant ce classement :
1. La Charge héroïque (10 voix), 2. Alexandre Nevski & La Corde (8), 4. Autant en emporte le vent (7), 5. Orphée, Macbeth, L'Enfer est à lui, Stromboli & La Ronde (6), 10. Quand la ville dort (5)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1950 sur le site Encyclo-Ciné)