Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2015

Sur vos écrans en 1978

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshimaUne fois n'est pas coutume, il est peut-être moins amusant mais plus intéressant d'éditorialiser "cette année-là" (comme disait alors et pour la dernière fois, malheureusement pour lui, Cloclo) non pas comme si l'on s'était téléporté en 1978 mais bien ici et maintenant, en 2015.
Passons rapidement sur l'effrayant podium du box office (tout n'était donc pas mieux avant) pour nous pencher sur notre tableau récapitulatif. Nous constatons alors que parmi les films les plus appréciés de notre équipe, plusieurs n'ont cessé d'être réévalués à la hausse depuis l'époque de leur sortie. Souvent reçus sans égard, avec condescendance ou déception, Croix de fer de Sam Peckinpah, Fedora de Billy Wilder, Le Convoi de la peur de William Friedkin, voire Assaut de John Carpenter se retrouvent, 27 ans plus tard, à de très belles places. Au contraire, on imagine qu'Intérieurs (Woody Allen), Un mariage (Robert Altman), L'Homme de marbre (Andrzej Wajda), The Last Waltz (Martin Scorsese), L'Hérétique (John Boorman), L'Argent des autres (Christian de Chalonge), Retour (Hal Ashby) ou Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray), avaient accumulés plus d'étoiles dans la presse de 78 qu'au sein de notre petite communauté.
Palme d'or à Cannes, L'Arbre aux sabots d'Ermanno Olmi n'a pas, à Zoom Arrière, que des défenseurs, tandis que l'inclassable Dossier 51 de Michel Deville continue d'étonner. Et Annie Hall, notre favori de 1977, vous souveniez-vous vraiment qu'il fut récompensé de l'Oscar du meilleur film ?
Alors le cinéma en 78, c'est quoi (pour parler réellement comme en 2015) ? Tarkovski ? Oshima ? Bergman ? Cassavetes ? Spielberg ? Oui, un peu. Mais il y a surtout autre chose.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

On sait que l'une des premières batailles critiques entre les Cahiers du Cinéma et Positif s'est cristallisée autour des noms de Mizoguchi et de Kurosawa, dès les années cinquante, soit les derniers temps de la splendeur de l'un et les premiers de l'autre, mais on se rappelle moins, sans doute, que le troisième grand maître du cinéma japonais, Yasujiro Ozu, n'est apparu chez nous comme tel qu'en 1978, soudainement, presque entièrement ignoré qu'il fut jusque là. C'est dans la foulée de quelques séances à la Cinémathèque Française que furent distribués en salles pour la première fois Voyage à Tokyo, Le Goût du saké, Fin d'automne (en 1979) et Dernier Caprice (en 1982).
En mars 1978, les Cahiers proposent dans leur numéro 286 une douzaine de pages sur le cinéma d'Ozu. A une présentation par Jean Narboni succèdent un texte de Sado Tadao et un autre de Paul Schrader, le cinéaste auteur d'un fameux ouvrage publié en 1972 aux Etats-Unis, Transcendental style in film : Ozu, Bresson, Dreyer, duquel la revue tire également plusieurs extraits à cette occasion.
De son côté, Positif va plus loin encore en consacrant quarante pages au Japonais, réparties sur les numéros 203 et 205 de février et d'avril. Hubert Niogret y signe une étude et une filmographie, Eithne Bourget analyse Bonjour, Michel Ciment renseigne sur la réception de l'œuvre par la critique anglo-saxonne, tandis que sont repris de publications étrangères un texte de Robin Wood sur Voyage à Tokyo, un hommage de l'acteur Chishu Ryu à son réalisateur, et des propos d'Ozu lui-même sur ses films.

1978,ozu,peckinpah,tarkovski,kurosawa,deville,cassavetes,wilder,friedkin,truffaut,oshima

Les premières lignes de l'article de Michel Ciment éclairent parfaitement sur la situation d'alors :
"Nous nous berçons de certitudes apaisantes. A l'heure des échanges culturels intensifs, des voyages aisés, des festivals et des rencontres à n'en plus finir, qui donc pourrait penser que l'œuvre d'un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma, Yasujiro Ozu, soit totalement inconnue en France ? Cinquante ans après la réalisation de son premier film, quatorze ans après sa mort, sort pour la première fois à Paris une de ses œuvres, Tokyo Monogatari (Voyage à Tokyo). Et la littérature cinématographique qui souvent pallie les carences de la distribution ne peut guère davantage se vanter. Ni Positif, ni les Cahiers du cinéma, ni aucune autre revue française ne lui ont prêté la moindre attention, hormis quelques notules ici ou là. Les histoires du cinéma (Sadoul, Bardèche, Bordas) ne le mentionnent que brièvement et c'est alors souvent pour égarer le lecteur sur une fausse piste, en reliant Ozu par exemple au néo-réalisme de Zavattini (ses compatriotes Gosho et Naruse feraient en l'occurrence beaucoup mieux l'affaire). Les seuls accès en langue française au cinéaste japonais sont : 1°) une fiche très brève de Claude-Jean Philippe (Dossiers du cinéma, Cinéastes I, Casterman, 1971), 2°) quelques pages stimulantes de Noël Burch dans Praxis du cinéma (Gallimard, 1969) qui contrastent avec le silence des autres théoriciens et analysent l'utilisation des deux espaces (comme dans Nana de Renoir) et l'importance du champ vide, et enfin et surtout 3°) L'"Anthologie du cinéma" (n°64, 1971) rédigée par Max Tessier, le meilleur spécialiste français du cinéma japonais avec Hubert Niogret, et qui a le mérite de donner une information de base, même si l'auteur avoue que sa connaissance des films est très incomplète (particulièrement précieuses sont, dans cette plaquette, outre l'illustration et la filmographie, les déclarations d'Ozu dont nous avons donné dans notre numéro 203 une traduction complète et chronologique). Ces connaissances livresques se complétaient à l'occasion, au fil des ans, par la présentation furtive, à la Cinémathèque française, dans les conditions que l'on sait, de certains films d'Ozu."

En France, la visibilité de l'œuvre de l'un des cinéastes les plus étudiés, les plus vénérés, les plus aptes à faire réfléchir sur l'art de la mise en scène, est donc restée quasiment nulle jusqu'en 1978. Heureusement, après les sorties en salles mentionnées, l'édition vidéo prit le relais et augmenta l'offre. En 1994, une demi-douzaine de ses films fut aussi distribuée dans les cinémas.
Il est certain que le grand public ne s'est jamais senti concerné mais tout spectateur un tant soit peu cinéphile sait aujourd'hui ce qu'est un plan "à la Ozu". Pour beaucoup, la découverte de son cinéma fit office de passage obligé. Et après avoir englouti, souvent fasciné, tous ces films sans toujours pouvoir les revoir, avouons-le, on peut aisément arriver à les mélanger et se trouver dépourvu au moment de défendre telle ou telle préférence dans la filmographie, n'en distinguant certains que par leur période de réalisation (noir et blanc ou couleur ? titre saisonnier ou pas ?). Toutefois, une nouvelle preuve est fournie ci-dessous de la permanence de l'intensité véhiculée par ce Voyage à Tokyo, le Ozu le plus évident peut-être. Mais avec ce cinéaste et les aléas du marché des reprises, l'avantage est que la découverte semble ne jamais devoir finir (voir les diffusions, relativement récentes, d'Il était un père ou du Fils unique).
Que les choix de couverture des Cahiers et de Positif se recoupent, la chose n'est pas si rare, mais pour le coup, en cette année 1978, voici un véritable signe, le marqueur d'un événement dans l'histoire de la cinéphilie en France.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 200 longs métrages (sur les 707 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage à Tokyo (Ozu) **** **** **** **** **** *** ****   **** ****
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** **** ** **** ***     ****
Croix de fer (Peckinpah) **   ***   *** ****       ****
Le Miroir (Tarkovski) *** ***   ** *** **** ****      
Fedora (Wilder) ** *** *** **   *** ** **** **** ***
Barberousse (Kurosawa) ***   **** *** ****   **     ****
Le Dossier cinquante et un (Deville) ***     *** **** **** **   *** ***
Le Bal des vauriens / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) *** *** ° ** **** **** ***   **** ***
Insiang (Brocka)     ****     ****        
Le Convoi de la peur (Friedkin) ** ***   **   **** *   *** ***
Assaut (Carpenter) **     **   ****   *** ** ***
La Chambre verte (Truffaut) *** ** *** **** ° **** *** ** * ***
Sonate d'automne (Bergman) ** *** *** *** ** ** **   *** ***
L'Empire de la passion (Oshima) **     *** *** **** **      
Les Guerriers de l'enfer (Reisz)     ***     ****        
Mélodie pour un tueur (Toback) ***         ****        
La Longue Nuit de l'exorcisme (Fulci)           ***   **   ****
Rêve de singe (Ferreri) *** *   *** ** **** **   *** **
Rencontres du troisième type (Spielberg) *** *** * ° *** *** * *** ** ****
Passe-Montagne (Stévenin) ****     ** ***   *     ***
Molière (Mnouchkine) ***   *   ** *** **     ****
Jeune et innocent (Hitchcock) ***     ** **   ** *** ** ***
Violette Nozière (Chabrol) **   * ***   *** **   ** ***
Les Nouveaux Monstres (Risi) * ** ** ** *** *** **   *** ***
Une histoire simple (Sautet) ** ** *** ** ** *** *   *** ***
Préparez vos mouchoirs (Blier) * * *** *** ** **   *** *** ***
L'Arbre aux sabots (Olmi) ** *** °   **** ** *   ****  
Le Cri du sorcier (Skolimowski) **   ° **   **** **   ***  
L'Ultimatum des trois mercenaires (Aldrich) ***   ** ***   **       **
Despair (Fassbinder) **     **   *** ***      
Le Crocodile de la mort (Hooper)       *   ***   ***   ***
Le Récidiviste (Grosbard)     **     ***   ***    
Xica da Silva (Diegues)       ** ** ****        
La Bête tue de sang-froid (Lado)           ***       ***
Un second souffle (Blain) ***               ***  
Intérieurs (W. Allen) * **   *** **   ** *** ** **
L'Epreuve de force (Eastwood) *   *** **   *** * ****   ***
Un mariage (Altman) **   ** * *** ** **     ***
A la recherche de Mr Goodbar (R. Brooks) *   *** **   **** **   *  
L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty (Wenders) **       ** *** **     **
L'Homme de marbre (Wajda) ** **     *** ** **      
Big Racket (Castellari)       **   **     ** ***
Blue Collar (Schrader) **   *** ** **          
Le Témoin (Mocky) **     **   ***       **
Morts suspectes (Crichton)           ***   ** * ***
Piranhas (Dante)       **   *** * *** * ***
Flammes (Arrieta) ****   °     ***        
L'Ordre et la sécurité du monde (d'Anna) ***         **       **
Le Sucre (Rouffio) *   *** **   **   **   **
The Last Waltz (Scorsese) *   ** **   ***     **  
Adios California (Lupo)           **       ***
Bartleby (Ronet) ***               **  
Hitler, un film d'Allemagne (Syberberg) **               ***  
Le Cynique, l'infâme, le violent (Lenzi)           **       ***
Martin (Romero) **     °   ****   **    
La Malédiction de la Panthère rose (Edwards) *     ** ** **     ** *
Tendre Poulet (De Broca) * * *** *   *   ** ** ***
Les Bronzés (Leconte) * ° ** *** * **   **** *  
Le Convoi (Peckinpah) ** * *   * ** * **   **
L'Exorciste 2, l'Hérétique (Boorman) *     * * ***   *** ** *
L'Argent des autres (De Chalonge) ** *     ** **       **
Le Grand Frisson (M. Brooks) *     **   **   **   **
Les Raisins de la mort (Rollin)       *   **   ** ** **
Intérieur d'un couvent (Borowczyk)       **   **     **  
Les Rendez-Vous d'Anna (Akerman) **           **   **  
Bande de flics (Aldrich) ***                  
For Me and My Gal (Berkeley)     ***              
Le Bois de bouleaux (Wajda) ***                  
Le Détachement féminin rouge (Xie)     ***              
Le Merdier (Post)           ***        
Le Rayon bleu (Lieberman)           ***        
Le Roi du kung-fu attaque (Wang)                   ***
Légitime Violence (Flynn)           ***        
Outrageous (Benner)           ***        
Salut les pourris (Di Leo)                   ***
Attention les enfants regardent (Leroy) *   *** *   *   ** **  
La Grande Menace (Gold) *   ** *   **   *   ***
Retour (Ashby) *   **   **   **      
Un papillon sur l'épaule (Deray) *   *   ** ***     *  
Je suis à prendre (Leroi)           **   **    
La Femme libre (Mazursky) **         **        
La Grande Cuisine ou l'Art et la manière d'assaisonner les chefs (Kotcheff)       **   **        
Le Cercle infernal (Loncraine)           **   **    
Le Grand Sommeil (Winner)           ***     *  
Les Yeux bandés (Saura) *         ***        
Tu ne m'oublieras pas (Rudolph)       *   ***        
La Ballade des Dalton (Goscinny & Morris)     *     **   **   **
La Fièvre du samedi soir (Badham) ** *       ** * *** °  
La Petite (Malle) *   ** **   ** *   *  
Dernier Amour (Risi) *   **     **        
Je suis un autarcique (Moretti)   **     *   **      
Le Pion (Gion)     ** *         **  
Damien, la Malédiction II (Taylor)           **     * **
L'Etat sauvage (Girod) **     *   **       *
Peter et Elliott le dragon (Chaffey)     *         ** * **
Mort sur le Nil (Guillermin) * °   **   **     * **
Midnight Express (Parker) ° *   ** * ***   ** * °
L'Hôtel de la plage (Lang)     * °   *   ** **  
Génération Proteus (Cammell) *         **   * *  
Il était une fois la Légion (Richards)     *     *       **
Judith Therpauve (Chéreau) *         **     *  
L'Esclave de l'amour ou Un drame poignant du cinématographe (Mikhalkov) **     ° **          
Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? (Scola) *               * **
Pair et impair (Corbucci)               ** ° **
Driver (Hill) *         **        
L'Affaire Mori (Squitieri)     *     **        
La Rabatteuse (Bernard-Aubert)           *   **    
Les Oies sauvages (McLaglen)           *       **
Qui a tué le chat ? (Comencini)     *     **        
Sale Rêveur (Périer) *         **        
Un espion de trop (Siegel)           *       **
Capricorne One (Hyams)     **              
Chaussette surprise (Davy)                 **  
Comment ça va (Godard & Miéville)       **            
Echec au gang (Lenzi)           **        
Exhibition 2 (Davy)                 **  
L'Allemagne en automne (collectif)             **      
L'Amant de poche (Queysanne)                 **  
L'Horrible Invasion (Cardos)               **    
L'Ouragan vient de Navarone (Hamilton)                   **
La Femme gauchère (Handke) **                  
La Tortue sur le dos (Béraud) **                  
La Trancheuse infernale (Tessari)           **        
La Voix de son maître (Mordillat & Philibert)       **            
Le Ciel peut attendre (Beatty)   **                
Le Jeu de la mort (Clouse)                   **
Le Jeu de la pomme (Chytilova) **                  
Le Nouveau Cartoon à Hollywood (collectif) **                  
Le Prince et le pauvre (Fleischer)                 **  
Le Retour de l'enfant prodigue (Chahine)                   **
Les Faux Durs (Ritchie)           **        
Les Petits Câlins (Poiré)       **            
Mesdames et Messieurs bonsoir (Scola, Monicelli, Comencini & Magni)       **            
Stay Hungry (Rafelson) **                  
Un juge en danger (Damiani)           **        
Vive Abba (Hallström)     **              
La Carapate (Oury) °     *   *   ** * *
Grease (Kleiser)   *       **     ° °
Je suis timide mais je me soigne (Richard) ° °   *   *   ** *  
Les Dents de la mer 2 (Szwarc)           *   ** * °
La Cage aux folles (Molinaro) ° °   ** * *   * * *
Jésus de Nazareth (Zeffirelli)   *       *        
L'Amour violé (Bellon)           *     *  
La Montagne du dieu cannibale (Martino)           *       *
Les Liens de sang (Chabrol) *               *  
Les Routes du sud (Losey) °     **            
La Coccinelle à Monte-Carlo (McEveety)   °           * *  
Au nom du pape roi (Magni) *                  
Baisez-moi partout (Bénazéraf)                 *  
Belfagor le magnifique (Scola) *                  
Betsy (Petrie)                 *  
Caresses bourgeoises (Visconti)                 *  
Collégiennes à tout faire (G. Clair)                 *  
Esclave de Satan (Warren)       *            
Holocauste 2000 (De Martino)           *        
Infirmières perverses (Payet)                 *  
Kounak le lynx fidèle (Babaïan)                 *  
L'Ange et la femme (Carle)       *            
La Barricade du point du jour (Richon) *                  
La Clé sur la porte (Boisset)           *        
La Collégienne pervertie (Piccioli)                 *  
La Grande Levrette (Bernard-Aubert)                 *  
La Part du feu (Périer)           *        
Le Tournant de la vie (Ross)                   *
Les Grandes Jouisseuses (Bernard-Aubert)           *        
Les Petites Vicieuses (Caputo)                 *  
Les Russes ne boiront pas de Cola Cola (Comencini) *                  
Maléfices porno (De Winter)       *            
Nathalie, rescapée de l'enfer (Payet)       *            
One Two Two, 122 rue de Provence (Gion)                 *  
Perversions très intimes (Caputo)                 *  
Ruby (Harrington)           *        
Trinita tire et dis amen (Caltabiano)                 *  
Ils sont fous ces sorciers (Lautner) °     ** ° *   °   °
Robert et Robert (Lelouch) *     °           °
La Zizanie (Zidi) ° °   ° ° **   ** ° °
Comment se faire réformer (Ph. Clair)       ° °     *    
Emmanuelle 2 (Giacobetti)           °     * °
Goodbye Emmanuelle (Leterrier)       °   °     *  
Va voir maman, papa travaille (Leterrier)   °   *   °     °  
L'Horoscope (Girault)       °           °
La Prof et les cancres (Laurenti)       °            
A nous les belles Danoises ! (Hedman)       °            
Avalanche (C. Allen)                   °
Embraye bidasse, ça fume ! (Pécas)               °    
Et vive la liberté ! (Korber)                 °  
L'Empire du Grec (Lee-Thompson)           °        
L'Homme-araignée (Swackhamer)                   °
L'Inévitable Catastrophe (I. Allen)               °    
La Flic chez les poulets (Tarantini)       °            
Le Continent fantastique (Piquer-Simon)       °            
Les Bidasses au pensionnat (Vocoret)       °            
Les Réformés se portent bien (Ph. Clair)               °    
Les Survivants de la fin du monde (Smight)                   °
Mademoiselle Cuisses longues (Martino)       °            
Mon premier amour (Chouraqui)   °                
Si vous n'aimez pas ça n'en dégoûtez pas les autres ! (Lewin)       °            
Vas-y maman ! (De Buron)           °        
Viol sous les tropiques (Massaccesi)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
La Vie comme ça (Brisseau)     **** ***            
Ce lieu sans limite (Ripstein)         ** ****        
Forza Bastia 78 (Tati)         **         **
Meurtres au 43ème étage (Carpenter)           **        

Rémi :
**** : Le Goût du saké / Meurtre d'un bookmaker chinois / Fedora / Le Convoi de la peur / Assaut / Rencontres du troisième type
*** : Croix de fer / La Chambre verte / Violette Nozière / Le Cri du sorcier / Le Convoi
** : Molière / The Last Waltz / Les Bronzés / MacArthur, le général rebelle
* : Piranhas / La Petite / Damien, la Malédiction II / Midnight Express / La Cage aux folles / La Coccinelle à Monte-Carlo / Robert et Robert
° : Grease / Les Dents de la mer 2 / La Zizanie / Emanuelle 2 / Goodbye Emmanuelle / La Prof et les cancres

Nolan :
*** : Le Convoi de la peur
** : La Malédiction de la Panthère rose / Grease / Légitime violence
* : Rencontres du troisième type / Les Bronzés / La Ballade des Dalton / La Fièvre du samedi soir / Peter et Elliott le dragon / Mort sur le Nil / Les Dents de la mer 2
° : L'Epreuve de force / La Cage aux folles

Timothée :
**** : Croix de fer / Le Miroir
*** : Voyage à Tokyo / La Chambre verte / Rencontres du troisième type
** : Préparez vos mouchoirs / Les Bronzés / La Malédiction de la Panthère rose
* : La Cage aux folles

Antoine :
*** : Fedora / Sonate d'automne
** : Barberousse / Jeune et innocent / Intérieurs
* : Les Bronzés / La Ballade des Dalton
° : La Cage aux folles / La Zizanie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Le Goût du saké, Voyage à Tokyo, 3- Passe montagne, 4- Flammes, Hitler, un film d'Allemagne, Meurtre d'un bookmaker chinois, 7- Le Convoi de la peur, Le Cri du sorcier, Les Rendez-vous d'Anna, Tras Os Montes
Inédits : Ecce Bombo (Moretti), Forza Bastia 78 (Tati), La Vie comme ça (Brisseau) Marketing Mix (Rozier), Meurtres au 43e étage (Carpenter)

Mister Arkadin :
**** :
*** : Molière (8) ; Le Dossier 51 (8) ; The Last Waltz (8) ; Meurtre d’un bookmaker chinois (7,5) ; Jeune et innocent (7)
** : Les Bronzés (6) ; Tendre Poulet (6) ; Le Sucre (6) ; Le Miroir (6) ; Les Nouveaux Monstres (6) ; Préparez vos mouchoirs (6) ; Fedora (5) ; La Chambre verte (5) ; Rêve de singe (5) ; Violète Nozière (5) ; Intérieurs (5) ; Je suis à prendre (5) ; L’Esclave de l’amour (5)
* : Les Dents de la mer 2 (4) ; Passe-Montagne (4) ; Je suis un autarcique (3) ; Le ciel peut attendre ; La Carapate
o : Goodbye Emmanuelle (3) ; Emmanuelle 2 (2) ; La Zizanie (2) ; Comment se faire réformer (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Une histoire simple ; L’Argent des autres ; Un papillon sur l’épaule ; L’Etat sauvage ; Midnight Express ; Mort sur le Nil ; Stay Hungry ; Grease ; La Cage aux folles ; Jésus de Nazareth ; L’Amour violé ; Les Liens du sang

Foxart :
1/Sorcerer 2/L'arbre aux sabots 3/Assaut 4/Violette Nozière 5/La chambre verte 6/La Petite 7/Molière 8/Rencontres du 3ème type 9/Sonate d'automne 10/L'exorciste 2: L'hérétique
La suite ici

Pierre :
Top 13 1-Le goût du saké (Ozu) 2-Croix de fer (peckinpah) 3-Fedora (Wilder) 4-Jeune et innocent (Hitchcock) 5-Insiang (Brocka) 6-Violette Nozière (Chabrol) 7-Retour (Ashby) 8-Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavettes) 9-L'arbre aux sabots (Olmi) 10-L'ultimatum des trois mercenaires (Aldrich) 11-Xica da Silva (Diegues) 12-Les rebelles du Tibesti (Depardon)* 13-Underground (Lampson, Wexler, De Antonio)*
les 25 hors liste suivants Iphigénie (Cacoyannis)*** Tras os montes (Reis et Cordero)*** Sholay (Sippy)*** Bordel ss (Bénazéraf)*** New York city inferno (Scandelari)*** Equus (Lumet)*** Nenè (Samperi)*** le dernier monde cannibale (Deodato)*** Alertez les bébés (Carré)*** Le cercle de fer (Moore)** L'empire des fourmis géantes (Gordon)** Le roti de satan (Fassbinder)** Brigade mondaine (Scandelari)** Force de frappe / Evening land (Watkins)** Chien tse le dragon noir / Le magnifique (Chen Chi Wa)** La chanson de Roland (Cassenti)** La petite fille en velours bleu (Bridges)** Embrasse-moi / Kiss me killer (Franco)** L'île des passions (Paolella)** Un vendredi dingue, dingue, dingue (Nelson)** Les gladiateurs de l'an 3000 (Arkush, Suso)** Un risque à courir (Collinson)** Le gorille et l'enfant (Cardona Jr)** Les requins du désert (Valerii)* Les héros meurent jeunes (philipp)*
50 longs-métrages inédits 1-Bilbao (Luna)**** 2-La belle et la bête (Herz)**** 3-Org (Birri)**** 4-El diputado (De la Iglesia)**** 5-Delirios de um anormal (Marins)**** 6-Come blow the horn (Sarno)**** 7-Le plombier (Weir)**** 8-Panic in high school (Ishii)*** 9-Take off (Weston)*** 10-Don (Barot)*** 11-Kondura (Benegal)*** 12-Serial rapist (Wakamatsu)*** 13-O gigante da America (Bressane)*** 14-Junoon (Benegal)*** 15-La ocasion (Larraz)*** 16-Lupin 3 (Yoshikawa)*** 17-El lugar sin limites (Ripstein)*** 18-Killer butterfly (Kim Ki Young)*** 19-L'immoralita (Pirri)*** 20-Goodbye & amen (Damiani)*** 21-Polytope Mycene Alpha (Psychranis)*** 22-La dernière maison sur la plage (Prosperi)*** 23-Avoir 20 ans (Di Leo)*** 24-Anjane mein (Ganghuli)*** 25-Candide et érotique (Giorgi)*** 26-The coming of sin (Larraz)*** 27-La gamine (Cattarinich)*** 28-Cinq venins mortels (Chang Cheh)*** 29-El sacerdote (De la Iglesia)*** 30-Angel guts: hugh school co-ed (Sone)*** 31-Lîle de la bête (Chu Yuan)*** 32-La rage au coeur (Collinson)*** 33-As filhas do fogo (Khouri)** 34-Shoot first, die later (Di Leo)** 35-The war of the robots (Brescia)** 36-Mr Boo fait de la télévision (Hui)** 37-Blue christmas (Okamoto)** 38-Kidnapped (Mitchell)** 39-Devil dog: the hound of hell (Harrington)** 40-Nero veneziano (Liberatore)** 41-Escape from hell hole (Firmansyah)** 42-Madame X, eine absolute herrscherin (Ottinger)** 43-Trafiquants d'esclaves (Goslar)** 44-Fairy tales (Tampa)** 45-Little hero (Hung Ming Chen)* 46-Expensive taste (Rey)* 47-Chorus call (Shepperd)* 48-I miss you hugs and kisses (Markowitz)0 49-Os trapalhoés na guerra das planetas (Stuart)0 50-Nude odeon (Girolami)00 27-Debbie does Dallas (Clark)***
4 moyens métrages 1-Vertical features remake (Greenaway)**** 2-Within the woods (Raimi)*** 3-De grands événements et des gens ordinaires** 4-The necrotic (Ferriol)*
et pour finir 14 courts métrages 1- Transition de phase dans les cristaux liquides (Painlevé)**** 2-G-Man (Scott et Beth B)**** 3-Diagramfilm (Glabicki)**** 4-Gradiva esquisse 1 (Carasco)*** 5-Tree again (Kren) *** 6-LMNO (Breer)*** 7-L'Allemagne en automne (Fassbinder)*** 8-Enigma (Matsumoto)*** 9-Colloque de chiens (Ruiz)** 10-L'aleijadinho (De Andrade)** 11-Rischart (Kren)** 12-Devinettes pour un bonbon (Barta)** 13-All color news sampler (Collaborative projects)** 14-Persistir es vencer (Gleyzer)**

Un simple amateur :
1-Barberousse (Kurosawa) 2-Le miroir (Tarkovski) 3-Voyage à Tokyo (Ozu) 4-La chambre verte (Truffaut) 5-Insiang (Brocka) 6-Le goût du saké (Ozu) 7-Sonate d'automne (Bergman) 8-Les Guerriers de l'enfer (Reisz) 9-L'arbre aux sabots (Olmi) 10-Hitler, un film d'Allemagne (Syberberg)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Midnight Express, Alan Parker, 5 973 335 entrées
2. La Cage aux folles, Édouard Molinaro, 5 406 614 entrées
3. Grease, Randal Kleiser, 5 329 875 entrées
4. La Fièvre du samedi soir, John Badham, 4 361 587 entrées
5. Rencontres du troisième type, Steven Spielberg, 3 115 787 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Prix Méliès : Le Dossier 51 (Michel Deville)
- Grand prix du cinéma français : Un papillon sur l'épaule (Jacques Deray)
- Prix Jean Vigo : Bako, l'autre rive (Jacques Champreux)
- César du meilleur film : L'Argent des autres (Christian de Chalonge)
- Oscar du meilleur film : Annie Hall (Woody Allen)
- Festival de Cannes, Palme d'or : L'Arbre aux sabots (Ermanno Olmi)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Las truchas (José Luis Garcia Sanchez), Ascensor (Tomas Muñoz) & Las palabras de Max (Emilio Martinez Lazaro)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Les Fainéants de la vallée fertile (Nikos Panayotopoulos)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Alambrista (Robert Malcolm Young)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1978 ? (72 votants)

1- Voyage à Tokyo (Ozu) (10 voix)
2- Rencontres du troisième type (Spielberg) (7 voix)
3- La chambre verte (Truffaut) / Le Convoi de la peur (Friedkin) / Meurtre d'un bookmaker chinois (Cassavetes) (5 voix)
6- Le miroir (Tarkovski) (4 voix)
3 voix : Croix de fer (Peckinpah), Midnight express (Parker), A la recherche de Mr Goodbar (Brook), Fedora (Wilder), Barberousse (Kurosawa)
2 voix : Grease (Kleiser), Le dossier 51 (Deville), Assaut (Carpenter), Le goût du saké (Ozu)
1 voix : L'arbre aux sabots (Olmi), La voix de son maître(Philibert), Mélodie pour un tueur (Toback), Molière (Mnouchkine), Violette Nozière (Chabrol), Le cercle infernal (Loncraine), Sonate d'automne (Bergman), Capricorn one (Hyams), Insiang (Brocka), Je suis un autarcique (Moretti), Préparez vos mouchoirs (Blier), Peter et Elliott (Don Chaffey), Retour (Ashby), Embraye bidasse, ça fume (Max Pécas)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1978 sur le site Encyclo-Ciné)

12/09/2014

Sur vos écrans en 1970

EDITORIAL :

Par Vincent J.

lafeline00.jpg

Nice. Jeudi 17 septembre 1970. Par la grâce de la machine à remonter le temps de Zoom Arrière, me voici place Masséna, à la terrasse d'un café du grand bâtiment jaune et blanc du Casino Municipal, pas loin du Nain Bleu, un disquaire, et de la salle de cinéma qui propose à l'affiche le dernier film de Claude Chabrol, La rupture avec Stéphane Audran et Jean-Pierre Cassel. Georges Lautner vient d'y passer en repérage pour son prochain film, Il était une fois un flic. A l'ombre des arcades à l'italienne, j'écoute tinter les glaçons dans le pastis et déplie Nice-Matin. Rentrée des classes lundi dernier, grèves en Calabre (2 morts quand même), à Détroit, au Canada et en Espagne, affrontements entre Palestiniens et Jordaniens, septembre noir commence. Je passe. Page des cinémas. Nice en 1970, ce sont 39 salles qui maillent toute la ville, cinémas de prestige de l'avenue Jean Médecin qui compte huit salles, cinémas de quartier, cinémas d'exclusivité, salles paroissiales, et même signe des temps, le premier Drive-in à l'ouest de la ville, en face de l'aéroport.

Nice est alors une véritable ville-cinéma. Les studios de la Victorine voient défiler les tournages (Truffaut, Verneuil, Young, Audiard, Valère...) et le parc de salles est le second de France juste après Paris. Ce sont toutes des salles uniques, vastes temples du septième art, sauf le Paramount, avenue de la liberté qui s'est scindé en deux. Un précurseur. Le cinéma est encore la sortie royale. Les spectateurs ont le choix. Il y a le majestueux Escurial de l'architecte Léonard Varthaliti avec les fresques à l'antique d'Eugène Doucet, ses colonnes et son balcon aux courbes blanches et ses 1400 fauteuils. Il y a les prestigieux Gaumont et Variétés avec leurs balustrades de cuivre et les rideaux de velours sombre. Il y a le Royal, trésor d'art déco avec ses cariatides qui montent une bienveillante garde à l'entrée. Il y a l'Esplanade, le Central et le Star que fréquente Louis Nucéra. Il y a le Jeanne d'Arc sous une église et les très anciens Studio 34 et Politéama, place Garibaldi, qui ne s’appelle pas encore Mercury... Il y a le choix, le prix des places est entre 2 et 3 francs, et le spectacle est permanent.

Alors, quelle toile se faire en 1970 ? M.A.S.H., grand prix du festival de Cannes réalisé par Robert Altman est au Vog. Chisum, dernier succès avec John Wayne est à l'Avenue. "Seul Billy the Kid tirait mieux que Chisum !". Philippe Clair expose sa Grande Java avec le pauvre Francis Blanche au Français annonçant "deux heures de fou-rire". Le film de Chabrol "un suspense diabolique" a les honneurs de l'Escurial et il est interdit aux moins de 13 ans. La sortie du moment c'est un western italien de Tonino Valerii, Texas avec le beau Giuliano Gemma "le champion du western" présent dans cinq salles dont le Drive-in. Gros succès annoncé pour le puissant film de Sidney Pollack, On achève bien les chevaux projeté au Gaumont dont la façade s'orne des grandes peintures sur toile de Roger Peradotto. "Un choc visuel" annonce l'affiche au-dessus des critiques élogieuses de Robert Chazal, Alexandre Astruc, Jean De Baroncelli, Louis Chauvet ou Michel Capdenac alias Dobzynski. L'initiation du québécois Denis Héroux est vendu comme un film coquin à l'Excelsior : "La découverte de l'amour, les joies du plaisir. Interdit aux moins de 18 ans". Le visage de Jack Palance orne les frontons des Monte-Carlo et Paramount pour Pas de pitié pour les héros de León Klimovsky, et cela suffit. Dans la seconde salle du Paramount, les spectateurs peuvent vibrer au "Premier film policier érotique" en compagnie des splendides Elsa Martinelli et Marisa Mell qui jouent sous la direction inspirée de Luci Fulci Perversion story. Le Domicile conjugal de François Truffaut entame sa cinquième semaine de succès au Ritz. La grande œuvre de Sergio Leone Il était une fois dans l'Ouest est toujours à l'affiche au Royal (Comme j'aurais aimé le voir là !). Richard Harris est suspendu au Forum sur la Promenade des Anglais pour Un homme nommé cheval d'Eliott Silverstein "Il devient guerrier sioux après le rite d'initiation le plus hallucinant jamais vu !". Le Colisée propose Dustin Hoffman et Mia Farrow en Panavision-couleurs dans John et Mary de de Peter Yates. "Peut on séparer une mère de son enfant ?" demande-on au Casino-Club derrière les galeries Lafayette pour Le procès de Julie Richard de Larry Peerce. Robert Mitchum frime dans Anzio un "film géant" de guerre et Charles Bronson "encore plus terrifiant" aux côtés de Tony Curtis et Michèle Mercier fait de même dans Les baroudeurs.

Dans les salles de quartier, à l'est, on donne dans le double programme. Matt Helm règle ses comptes et Cent dollars pour un shérif au Central place du Pin ; Pour un whisky de plus et Gonflés à bloc, dont l'action se déroule pendant le rallye de Monte-Carlo, au Politéama ; La brigade des cow-boys et La vengeance de Siegfried au Pax rue de la République. Quelques reprises encore, Violettes impériales, en hommage à Luis Mariano disparu en juillet, au Fémina, Les 7 mercenaires insubmersible au Rex "galopant à bride abattue", et Les 55 jours de Pékin de Nicolas Ray dans la belle salle de l'Esplanade. Ouf ! Au col d'Eze, on offre Pissaladière et vin rosé. J'y passerais bien avant de me faire un ou deux films. Pas de risque de paradoxe temporel en me croisant enfant, je suis un petit parisien de six ans du côté de la Porte Dorée.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 169 longs métrages (sur les 455 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
La Féline (Tourneur) **** **** **** **** *** **** *** **** *** ***
Tristana (Buñuel) **** ****   *** *** **** *** **** *** ****
Le Genou de Claire (Rohmer) **** **** ** **** ** **** ** **** **** ****
Les Damnés (L. Visconti) *** **** **** ** **** **** *** ***   ****
Le Boucher (Chabrol) **** **** ** **** **** **** ** *** *** ****
Le Cercle rouge (Melville) *** *** *** *** *** **** *** ***   ***
Peau d'Ane (Demy) *** *** *** **** *** **** *** *** * ****
La Vie privée de Sherlock Holmes (Wilder) **** *** * ** *** **** *** *** *** ***
L'Enfant sauvage (Truffaut) *** *** *** *** ** **** *** * *** ****
El Mercenario (Corbucci)           ****       ****
Kes (Loach) *** *** * ** **** **** ** ****   ***
La Bataille d'Alger (Pontecorvo) ** ** ***   *** **** ** *** ** ****
La Fille de Ryan (Lean) ** *** ****     **** ** **   ***
Solo (Mocky) ***     *** *** *** ** ***   ***
Perversion story (Fulci)           ****   **   ****
Zabriskie Point (Antonioni) *** *** * *** *** **** *** ***   °
La Nuit des morts-vivants (Romero) *** ** *** *** ** **** ** * ** ****
Les Choses de la vie (Sautet) *** *** * ** *** *** ** *** ** ****
MASH (Altman) ** *** ** ** *** ****   * ** ***
Drame de la jalousie (Scola) ***   ** **   ****       ***
The Grandmother (Lynch, cm) **     **** *** ****       *
Une passion (Bergman) ***     ** ***   *** ***    
Gott mit uns (Montaldo)           ***       ****
Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Petri) ** *** *** ° *** **** ** ***   ***
On achève bien les chevaux (Pollack) ** *** **     **** **     ***
Domicile conjugal (Truffaut) ** *** *** *** ** *** ** * *** ***
L'Homme de l'Arizona (Boetticher) ***   ****             **
Dillinger est mort (Ferreri) *** *** ° *** *** ***   ***   **
Leo le dernier (Boorman) **     ** ***       ****  
Un nommé Cable Hogue (Peckinpah) *   ***           *** ****
La Lettre du Kremlin (Huston) ***       ** *** **     ***
Les Gens de la pluie (Coppola) ***   *** ***   ***   *    
Love (Russell) *     *** ** ****   ***    
L'Arrangement (Kazan) **   ***   *** *** ** ***   °
Le Reptile (Mankiewicz) **   *   ** **** *   *** ***
Médée (Pasolini) ***   ° **     *** *** ***  
La Malédiction d'Arkham (Corman)       **   ***     *** **
La Piste des géants (Walsh) **   **     ***       ***
O Cangaceiro (Fago)         * *** **     ****
La Sorcière sanglante (Margheriti)           ***   **   ***
Un condé (Boisset) *         ***       ****
Les Parachutistes arrivent (Frankenheimer)     ***   ***          
Texas (Valerii)           ***       ***
Django porte sa croix (Girolami)                   ****
Le Petit Garçon (Oshima) ****                  
Marie et le curé (Medveczky, cm) ****                  
Requiescant (Lizzani)           ****        
Butch Cassidy et le Kid (G.R. Hill) ** ** °   ** ***   ** *** **
Des oiseaux petits et gros (Pasolini) *** **   ** * ** **     ***
Cent Dollars pour un shérif (Hathaway) *   * **   *** *   *** ***
Le Désirable et le sublime (Bénazéraf)       **   **   ***    
Scènes de chasse en Bavière (Fleischmann) **       ***   **      
Sierra torride (Siegel) *   **   ** ***   *   ***
L'Aveu (Costa-Gavras) ** ** °   ** *** ** *   ***
Charles mort ou vif (Tanner) **     ***            
Ice (R. Kramer)       ** ***          
Lâchez les monstres (Hessler)           ***   **    
Partner (Bertolucci) **             ***    
Trop tard pour les héros (Aldrich)     ***             **
L'Etau (Hitchcock) ** **     * ** ** ** *** *
Et le vent apporta la violence (Margheriti)     ** °   ****       **
L'Eden et après (Robbe-Grillet) *     **   ***   **    
L'Etalon (Mocky) **   ** **       **    
La Petite Boutique des horreurs (Corman) *     **   ** * ** ** **
Appelez-moi monsieur Tibbs (Douglas) *         **       ***
Cité de la violence (Sollima)     *   *** **        
L'Amour à cheval (Festa-Campanile)     **     **   **    
La Vampire nue (Rollin)       **   **   **    
Le Voyou (Lelouch) **     **   **        
Une messe pour Dracula (Sasdy)           ***   *   **
Cromwell (Hughes)                   ***
Des fraises et du sang (Hagmann)           ***        
Deux Hommes en fuite (Losey) ***                  
Le Club de l'enfer (J. Hill)                   ***
Le Cœur fou (Albicocco)           ***        
Les Colts de la violence (Cardone)           ***        
Les Intouchables (Montaldo)           ***        
On n'achète pas le silence (Wyler)           ***        
Traître sur commande (Ritt)           ***        
Alice's Restaurant (Penn) **   ° ** **   **   **  
Patton (Schaffner) * ** *   ** *   * ** ***
La Rupture (Chabrol) *   * **   ***        
Le Distrait (Richard) * *       **   *   ***
Woodstock (Wadleigh) * * **   **   **   **  
Récupérateur de cadavres (Wise)     *     ** * **   **
Fantômes à l'italienne (Castellani) *                 ***
La Colline des bottes (Colizzi)           **       **
Un homme nommé Cheval (Silverstein)           ***   *    
Bob et Carol et Ted et Alice (Mazursky) **   **         *    
La Contestation (Lizzani, Bertolucci, Pasolini, Godard & Bellocchio)       *       ** **  
La Route de Salina (Lautner)       *   ***   *    
La Faute de l'abbé Mouret (Franju) **     °   *   ***    
Les Caprices de Marie (De Broca) *   ** **   *        
Tora ! Tora ! Tora ! (Fleischer, Fukasaku & Masuda) *         *     ** **
Borsalino (Deray) * * ** °   **   *   **
La Horse (Granier-Deferre) * ° **     °   **   **
Ya ya mon général (Lewis) **     * ° *       **
Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas... mais elle cause (Audiard) °     **   **   *    
Chisum (McLaglen) *         *       **
La Kermesse de l'Ouest (Logan) *         *       **
La Maison des Bories (Doniol-Valcroze) *   ** *            
Le Passager de la pluie (Clément) *         *   **    
Le Pistonné (Berri) *         **       *
Anne des mille jours (Jarrott)           *       **
Bloody Mama (Corman)       °   ***        
Elise ou la Vraie Vie (Drach) *         **        
L'Homme orchestre (Korber)           *       **
Sabata (Parolini)           *       **
Cran d'arrêt (Boisset)           **        
Disons un soir à dîner (Patroni-Griffi)     **              
L'Ardoise (Bernard-Aubert)               **    
La Vengeance du shérif (Kennedy)           **        
Le Dernier Saut (Luntz)           **        
Le Fils de King Kong (Schoedsack)         **          
Les Infortunes de la vertu (Franco)       **            
Les Naufragés de l'espace (Sturges) **                  
Lucia (Solas)         **          
Macunaima (Andrade)             **      
Premier amour version infernale (Hani)         **          
Reivers (Rydell)                   **
Tick, tick, tick, et la violence explosa (Nelson)           **        
Tuez-les tous et revenez seul (Girolami)                   **
Un baquet de sang (Corman)       **            
Waterloo (Bondartchouk)                   **
Heureux qui comme Ulysse (Colpi)     *     *   ° **  
Le Spécialiste (Corbucci)       °   *   °   ***
L'Ours et la Poupée (Deville) * * °   * *   *    
Le Mur de l'Atlantique (Camus) °         °     ** **
Dis-moi que tu m'aimes Junie Moon (Preminger) *   *              
La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil (Litvak) *         *        
Les Baroudeurs (Collinson)           *       *
Michel Strogoff (E. Visconti)           *   *    
Le Secret de la planète des singes (Post)           *   *   °
Airport (Seaton) *         °   *    
Ces messieurs de la gâchette (André)   *       *        
Etes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne? (Aurel) °         °   **    
Barquero (Douglas)           *        
Charro (Warren)           *        
De la part des copains (Young)           *        
Deux Salopards en enfer (Ricci)                   *
Django prépare ton exécution (Paolella)                   *
John et Mary (Yates) *                  
L'Eperon brûlant (Frost)       *            
L'Exécuteur (Wanamaker)           *        
La Descente infernale (Ritchie) *                  
La Maison (Brach) *                  
La Rose écorchée (Mulot)       *            
La Servante (Bertrand)               *    
Le Baron vampire (Welles)               *    
Le Rendez-Vous (Lumet)           *        
Les Colts brillent au soleil (Merolle)           *        
Les Envahisseurs attaquent (Honda)       *            
Les Fleurs du soleil (De Sica)           *        
Les Libertines (Chenal)               *    
Les Scavengers (Frost)       *            
Let It Be (Lindsay-Hogg)     *              
Pollux et le chat bleu (Danot)                   *
Qui ? (Keigel)           *        
Vertige pour un tueur (Desagnat)           *        
Dernier Domicile connu (Giovanni) °         *        
Le Bal du comte d'Orgel (Allégret)           *       °
Le Temps des loups (Gobbi)           °   *    
Le Gendarme en balade (Girault)   °   ° ° °   ° ° °
Candy (Marquand)           °        
Daktari (Marton)               °    
Des vacances en or (Rigaud)           °        
El Condor (Guillermin)                   °
La Légion des damnés (Lenzi)                   °
Le Secret de Santa Vittoria (S. Kramer)           °        
Les Novices (Casaril)           °        
Sur ordre du Führer (Girolami)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
La femme qui voulait mourir (Wakamatsu)       **   ****        
Purgatoire Eroica (Yoshida)       ***   ***        
Shinjuku Mad (Wakamatsu)       **   ****        
Sex Jack (Wakamatsu)           ****        
Crimes of the future (Cronenberg)       **   ***        
Etranges étrangers (Trillat & Variot)         ***          
La Reconstitution (Angelopoulos)         ***          
Hi, Mom ! (De Palma)       **       **    
Pourquoi M. R. est-il atteint de folie meurtrière ? (Fassbinder)       ** °   **      
Der Bomberpilot (Schroeter)       **            
Traces (Benani)         **          
Luttes en Italie (Godard/Dziga Vertov)       *            

Antoine :
**** : Le Genou de Claire / Le Cercle rouge / La Vie privée de Sherlock Holmes / Zabriskie Point
*** : Le Boucher / La Bataille d'Alger / MASH
** : Peau d'Ane
* : Le Distrait / Woodstock / Borsalino
° : Le Mur de l'Atlantique / Ces messieurs de la gâchette

Timothée :
**** : La Féline / Peau d'Ane
*** : Le Genou de Claire / La Vie privée de Sherlock Holmes / L'Enfant sauvage
** : Zabriskie Point / Butch Cassidy et le Kid / Le Distrait
* : L'Etau / Patton / Borsalino
° : Le Gendarme en balade

Nolan :
**** : Le Cercle rouge
*** : La Vie privée de Sherlock Holmes / Zabriskie Point / La Nuit des morts-vivants / MASH / Butch Cassidy et le Kid / Un nommé Cable Hogue
** : Les Choses de la vie
* : L'Ours et la Poupée / Le Secret de la planète des singes
° : Le Gendarme en balade

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Oriane :
**** : La Fille de Ryan / Peau d'Ane
*** : L'Enfant Sauvage / Les Choses de la vie / Domicile conjugal / L'Aveu
** : Le genou de Claire / Les Damnés / Le Cercle Rouge / Zabriskie Point
* : Le Boucher / Dernier Domicile connu

Frédéric :
1- Dillinger est mort, La Féline, Le Genou de Claire, Le Petit Garçon, 5- Le Boucher, La Vie privée de Sherlock Holmes, Zabriskie Point, 8- Le Cercle rouge, Médée, Tristana
Inédit : Des jours et des nuits dans la forêt (S. Ray)

Mister Arkadin :
**** : La Nuit des morts vivants (8)
*** : L’Enfant sauvage (8) ; La Lettre du Kremlin (7) ; La Féline (7) ; Butch Cassidy et le Kid (7) ; Cent dollars pour un shérif (7)
** : Le Distrait (6) ; Woodstock (6) ; L’Étau (6) ; Le Boucher (6) ; Le Cercle rouge (6) ; L’Arrangement (6) ; Les Choses de la vie (5) ; Domicile conjugal (5) ; Peau d’Ane (5) ; Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas… mais elle cause (5)
* : Les Damnés (4) ; La Vie privée de Sherlock Holmes (3)
o : Alice’s Restaurant (2) ; Le Désirable et le sublime (2) ; Tristana (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : MASH ; L’Aveu ; Le Voyou ; La Rupture ; Borsalino ; La Horse ; Chisum ; L’Ours et la poupée ; Le Secret de la planète des singes ; Airport

Pierre :
1-La nuit des morts vivants, 2-La piste des géants, 3-Macunaïma, 4-Le genou de Claire, 5-Remparts d'argile, 6-Zabriskie point, 7-Des oiseaux petits et grands, 8-Woodstock, 9-Le cercle rouge, 10-Le clair de terre, 11-Un baquet de sang
Absents de la liste : Le sang du condor (Sanjines)***, Hoa binh (Coutard)***, Lions love (Varda)***, Ostia (Citti)***, Cannabis (Koralnik)**, Mont-Dragon (Valère)**, Le petit bougnat (Toublanc-michel)*, Sex power (Chapier) o
Inédits : 1-Dode's kaden (Kurosawa), 2-Whity (Fassbinder), 3-Prenez garde à la sainte putain (Fassbinder), 4-L'éveil de la bête (Marins), 5-Hi mom ! (De Palma)
Courts-métrages
1-L'empereur tomato ketchup (Terayama), 2-The grand mother (Lynch), 3-Crash! (Cokliss)

Julien :
1. Cat people ****, 2. Night of the living dead ****, 3. Le cercle rouge ****, 4. L'enfant sauvage ***, 5. Le genou de Claire ***, 6. Domicile conjugal ***, 7. Le boucher ***, 8. Cable Hogue ***, 9. Woodstock ***, 10. Tristana **

Joao :
1. Macunaima, 2. Le Genou de Claire, 3. Peau d'Âne, 4. La Bataille d'Alger, 5. La Fille de Ryan, 6. Le Traineau-Échelle, 7. L'Aveu, 8. Zabriskie Point, 9. Le Boucher, 10. L'Eden et après

Foxart :
1/Tristana 2/Des oiseaux petits et grands 3/Peau d'âne 4/La nuit des morts vivants 5/Kes 6/La fille de Ryan 7/Le boucher 8/Domicile conjugal 9/Les damnés 10/L'aveu
Bonus: The grandmother (Lynch)
La suite ici

Un simple amateur :
1-La Féline (Tourneur) 2-Les Damnés (L. Visconti) 3-Le Boucher ( Chabrol ) 4-Le genou de Claire (Rohmer) 5-La nuit des morts vivants (Romero) 6-Zabrisky point (Antonioni) 7-Le Cercle rouge (Melville) 8-Tristana (Bunuel) 9-La Bataille d'Alger (Pontecorvo) 10-Dillinger est mort (Ferreri)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme en balade, Jean Girault, 4 870 673 entrées
2. Le Mur de l'Atlantique, Marcel Camus, 4 770 962 entrées
3. Le Passager de la pluie, René Clément, 4 763 822 entrées
4. Borsalino, Jacques Deray, 4 710 381 entrées
5. Le Cercle rouge, Jean-Pierre Melville, 4 339 821 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Genou de Claire (Eric Rohmer)
- Prix Méliès : L'Enfant sauvage (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Mourir d'aimer (André Cayatte), sortie prévue en 1971
- Oscar du meilleur film : Macadam Cowboy (John Schlesinger)
- Festival de Cannes, Palme d'or : MASH (Robert Altman)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Au bout du chemin (Aram Avakian, sortie prévue en 1973), Lilika (Branko Plesa), Mujo (Akio Jissoji) et Soleil O (Med Hondo, sortie prévue en 1973)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Vague de chaleur (Nelo Risi)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1970 sur le site Encyclo-Ciné)

10/11/2013

Sur vos écrans en 1960

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

psycho00.jpgL’homme au volant est jeune et se dirige vers Paris. Il vient de voler la voiture qu’il conduit. Dans l’habitacle, il soliloque, fredonne, hésite à prendre des autostoppeuses puis se ravise ("après tout, elles sont trop moches"), râle et soudain regarde le public dans les yeux et déclare : "si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la montagne, si vous n’aimez pas la campagne, allez vous faire foutre !"
Au-delà de la provocation, cette première séquence d’A bout de souffle illustre parfaitement l’état d’esprit de cette "nouvelle vague" qui déferle actuellement sur le cinéma français. Avec son premier long-métrage, Jean-Luc Godard fait voler en éclats les codes de la grammaire cinématographique et signe une œuvre insolente et d’une fraicheur inouïe. Quant à cette adresse aux spectateurs (impensable dans le cadre du cinéma traditionnel), elle fait également figure de manifeste du jeune cinéma français. Une sorte de déclaration de guerre contre ce cinéma "de qualité" vilipendé par Truffaut : plutôt que de filmer des histoires vieillottes en studio, il s’agira désormais de sortir dans la rue, de montrer la mer, la campagne, la montagne mais également les cafés, les copains, les rues de Paris. Bref, tenter de saisir l’air du temps et la fugacité de l’instant présent.
Si François Truffaut s’éloigne de la dimension autobiographique qui fit le succès de ses 400 coups,  son deuxième long-métrage Tirez sur le pianiste conserve un style, un rythme qui ont séduit notre équipe. Claude Chabrol signe déjà son quatrième long-métrage et nous offre avec Les Bonnes femmes une œuvre acerbe et cruelle parfaitement maitrisée.
En revanche, si deux anciennes plumes des Cahiers du cinéma sont passées cette année à la réalisation, leurs œuvres ont moins convaincu, qu’il s’agisse de Pierre Kast qui signe pourtant avec Le Bel âge une œuvre élégante et littéraire ou de Jacques Doniol-Valcroze dont le film L’Eau à la bouche ne restera dans les mémoires que pour la chanson titre écrite par Serge Gainsbourg.

Même si elle prend un visage un peu différent, cette modernité incarnée par la "Nouvelle Vague" française semble gagner des pays voisins. Deux films italiens marquants l’ont prouvé cette année. Si votre serviteur ne partage pas totalement l’enthousiasme de l’équipe pour L’Avventura de Michelangelo Antonioni (film sifflé à Cannes cette année), ce film pétri d’angoisses existentielles marque indubitablement une nouvelle étape dans la modernité cinématographique. Avec La Dolce vita (célébré à Cannes par la Palme d’or), Fellini signe son film le plus abouti, le plus ample et nous offre un panorama assez stupéfiant des mœurs de l’Italie d’aujourd’hui.

L’année 1960 confirme également l’émergence d’une autre "nouvelle vague", beaucoup moins médiatisée, celle de l’épouvante britannique. Depuis quelques années, les studios de la Hammer nous proposent des relectures passionnantes des grands mythes du fantastique jadis illustrés par les studios Universal. Les Maitresses de Dracula prouve une fois de plus le talent du cinéaste Terence Fisher et le renouveau d’un genre qui méritait bien cet apport de sang frais. Toujours en Angleterre, les producteurs Robert Baker et Monty Berman nous ont permis la découverte de Jack l’éventreur et surtout de ce petit chef-d’œuvre de John Gilling intitulé L’Impasse aux violences, nouveau fleuron de ce cinéma d’épouvante mettant en scène des "résurrectionnistes" et jouant sur des atmosphères macabres et oppressantes.

Même si c’est un film un peu à part, Le Voyeur de Michael Powell, fort apprécié par notre équipe, pourrait marquer une sorte de quintessence de cette "horreur à l’anglaise" : un goût prononcé pour un érotisme morbide, une maitrise parfaite des codes de l’angoisse, une exploration sans limite des zones d’ombre de l’âme humaine. Mais ce qui distingue le film de Powell, c’est sans doute cette réflexion sur la nature même du cinéma qu’il propose puisque son héros est à la fois le metteur en scène démiurge "abusant" de ses modèles et le spectateur lui-même qui jouit de la mort des personnages sacrifiés. De ce point de vue, l’œuvre est vertigineuse.

Là encore, ce goût du fantastique et de l’épouvante semble se propager aux pays voisins. Michel Simon a tourné cette année dans un très curieux film allemand signé Victor Trivas : La Femme nue et Satan où l’on retrouve ce mélange de fantastique et d’érotisme. Même la très cartésienne France ne fut pas en reste cette année. Si Le Testament d’Orphée prolonge les expérimentations poétiques et merveilleuses de Jean Cocteau avec un résultat qui divise notre équipe, Georges Franju a obtenu tous les suffrages avec son merveilleux Les Yeux sans visage, exemple unique d’un fantastique français jouant avant tout sur la suggestion et la poésie mystérieuse du Réel.

Pour conclure, c’est le maître du suspense Alfred Hitchcock qui s’invite une fois de plus au sommet de nos films préférés et qui signe avec Psychose une œuvre qui relève autant du thriller que de l’épouvante pure. Gageons que plus personne ne pourra désormais prendre une douche sans avoir en tête les images de Janet Leigh assassinées ni celles de la fin du film. Mais chut ! Laissons aux heureux spectateurs qui ne l’auraient pas encore vu le plaisir d’avoir leurs plus beaux frissons d’une année qui n’en fut pourtant pas avare…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 114 longs métrages (sur les 451 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Psychose (Hitchcock) *** *** **** **** **** *** **** *** **** ****
A bout de souffle (Godard) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang) **** **** ** **** **** **** *** ****   ****
L'Intendant Sansho (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   *** **** ****
Le Voyeur (Powell) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Les Yeux sans visage (Franju) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Le Trou (Becker) **** ****   **** **** ** *** ****   ***
La Dolce vita (Fellini) *** * *** **** **** ****   ****   ****
L'Avventura (Antonioni) *** *** ** **** **** ****   **** ****  
La Garçonnière (Wilder) ** **** *** *** *** **** *** ** **** ****
Traquenard (N. Ray) **** ** *** *** *** ***   **** ****  
La Complainte du sentier (S. Ray) **** *** *** *** *** ****        
Tirez sur le pianiste (Truffaut) **** *** *** *** *** *** **** ** *** ***
Soudain l'été dernier (Mankiewicz) *** ** **** **** **** *** ** *** **** **
L'Aventurier du Rio Grande (Parrish) ** ****     ****         ***
Le Sergent noir (Ford) **** **     **** *     **** ***
La Source (Bergman) *** ** ***   **** * *** ***   ****
L'Impasse des violences (Gilling)     ***   ****   ***      
Temps sans pitié (Losey) *** ***   ***           ***
La Ballade du soldat (Tchoukhraï) * ***             **** ****
Le Coup de l'escalier (Wise)   ***     ****          
Le Vent de la plaine (Huston) **     *** ***     ** *** ***
Les Bonnes Femmes (Chabrol) *** **** *** **     **      
Les Maîtresses de Dracula (Fisher) **       **** ** ** ***   ***
Le Testament d'Orphée (Cocteau) *** ° *** ** *** **   *** *** ***
La Chute d'un caïd (Boetticher) *** ***     ***          
Les Corps sauvages (Richardson)       *** ***       ***  
Plein Soleil (Clément) ** *** ** ** *** * *** ***    
Nazarin (Buñuel) ***   **   *** **   ***    
Classe tous risques (Sautet) ** ** ** ** ** ** *** ***   ***
Opération jupons (Edwards)     **   ***   ** ** ** ***
Alamo (Wayne) ** ***   ** **     * ** ****
La Grande Guerre (Monicelli) *** ***   * *** **        
Les Etrangleurs de Bombay (Fisher)         ***         ***
Le Pont (Wicki)   ****                
Ben Hur (Wyler) ** * ** ** ** *   *** **** **
La Fièvre monte à El Pao (Buñuel) **   ** ** ** **   **   **
La Dame sans camélias (Antonioni) **     ***   **        
Les Légions de Cléopâtre (Cottafavi)   **     ***         **
Le Milliardaire (Cukor) *   **   *   **   *** ***
Voyage au centre de la terre (Levin)   ** **       ** **   **
Un numéro du tonnerre (Minnelli) *** ° ** **           ***
Kismet (Minnelli) ***             **    
Sur le Bowery (Rogosin)       ***   **        
Les Liaisons secrètes (Quine) ** ***                
Zazie dans le métro (Malle) **   ** ** ** ** ** * ** **
Le Rock du bagne (Thorpe) * ** ** ** **   ** *    
La Nuit de tous les mystères (Castle)     *   ***         **
La Proie des vautours (Sturges) **       *         ***
La Souris qui rugissait (Arnold)   **     **   **      
Les Dents du diable (N. Ray) * ***     **          
Donnez-lui une chance (Donen)   ***                
Le Poème de la mer (Dovjenko & Solnsteva) ***                  
Ils n'ont que vingt ans (Daves)   ***                
La Plus Grande Aventure de Tarzan (Guillermin)                   ***
Le Bourreau du Nevada (Curtiz)         **          
Milliardaire de cinq sous (Shavelson)                   ***
Ordres secrets aux espions nazis (Fuller)   ***                
Amants et fils (Cardiff)                 ***  
Un couple (Mocky) ***                  
Le Bel Age (Kast) ** * ** **            
Le Capitan (Hunebelle)     *   *   ** **   **
Come Back Africa (Rogosin)