Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Sur vos écrans en 1994

EDITORIAL :

Par Vincent J.

carlito00.jpgTrois couleurs, rouge

Avec le recul, les années quatre-vingt ont marqué un profond bouleversement du cinéma. Facile à dire quand on a ce recul et puis c'est sans doute vrai de chaque décennie. Mais celle-ci est la mienne, celle qui me voit passer de l'adolescence à l’âge adulte, celle de mes années d’étudiant propices entre toutes à l'exercice d’une cinéphilie galopante. C'est celle où se forgent les goûts et les dégoûts, où les découvertes marquent pour la vie. Reste que cette période me laisse avec une drôle de saveur dans la bouche. Le cinéma italien s'est écroulé, les promesses du cinéma français n'ont pas été tenues et obligent à se rabattre sur les sûres valeurs du passé (Rohmer, quelqu'un ?), le cinéma américain, mon alpha et mon oméga, a glissé vers un spectaculaire tapageur excluant petit à petit mais avec rapidité, les regards les plus ambitieux.
Les années quatre-vingt dix s'annoncent plus intéressantes, du moins plus aptes à entretenir la flamme du renouveau. Le cinéma asiatique entre nouveautés et (re)découvertes apporte une sacrée bouffée d'air frais. Et en cette belle année 1994, trois films montrent pour moi que tous les espoirs sont permis pour les années à venir. trois films à marquer d'une pierre rouge.


Fin mai, Nanni Moretti enfourche sa Vespa pour traverser Rome au mois d'août. Drôle et mordant, mélancolique et musical, libre comme jamais, Moretti avec son Journal intime laisse tomber le masque transparent de Michele Apicella pour s'adresser à nous à la première personne. Il nous parle de sa ville, de son pays et du monde, un vaste programme auquel il donne une cohérence en restant à la hauteur de Nanni Moretti, dans les rues romaines, d'île en île, de médecin en médecin. Il dit et montre très simplement ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, du cinéma gore à Jennifer Beals, du souvenir de Pasolini à un numéro musical de Silvana Mangano, de la télévision aliénante au culte de l'enfant roi, de la pharmacie envahissante aux guérisseurs les plus folkloriques. Son style, fluide, vif, fait le reste, aidé par une bande son tout aussi diverse qui mêle Keith Jarrett à Leonard Cohen, le fidèle Nicola Piovani à Khaled. Moretti agrippe à pleines mains cette matière hétéroclite et en ordonne le chaos comme il collectionne les coupures de journaux pour tenter de donner un sens au monde dans lequel il vit. Cinéaste et cinéphile, il fait des listes, classe et donne son canon, le seul qui vaille, celui qui lui est propre. Sa conclusion tient en deux phrases : "Je suis un splendide quadragénaire" et "Boire un verre d'eau le matin ne peut pas faire de mal". En 1994, accédant glorieusement à la trentaine, je ne peux qu'être sensible à cette promesse et me réjouir des lettres rouges du titre qui éclatent sur les devantures des cinémas. Et derrière Moretti se fait jour une nouvelle génération de cinéastes, discrets mais tenaces, Marco Risi, Daniele Luchetti, Gianni Amelio, ou Michele Soavi, annonçant le renouveau d'un cinéma qui me manquait trop.


C’est en mai aussi que la Croisette s'est esclaffée et à frémit pour Pulp fiction, consacrant d'une palme son réalisateur de trente ans, Quentin Tarantino. Comme Moretti, le jeune américain offre un film gigogne à la narration éclatée, d'une forme rigoureuse mais souple qui brasse tout à la fois trente années de cinéma américain, versant populaire, et un portait de l'Amérique contemporaine. Je me souviens d'une discussion avec un critique de radio qui était resté sceptique. Derrière le jeu et la décontraction arrogante, Pulp fiction est un instantané aussi juste d'agaçant de l'Amérique, agaçant parce que juste : mélange des cultures, goût des motos, des armes et des voitures, culte de l’efficacité et de l'argent, mysticisme, rapport tordu à la sexualité, nostalgie des 50's, télescopages musicaux, et la présence envahissante du "big mac". La fiction tape à l’œil de Tarantino est aussi précise que la forme documentaire de Moretti. Il réactive d'anciennes gloires (Travolta, grandiose), s'amuse avec des stars (Willis, Walken), et puise dans le cinéma de genre. Son film est lui aussi, dans un autre registre, musical et libre. Tarantino ne cherche pas à organiser le chaos de cette Amérique dans laquelle il s'ébat avec jubilation. A travers ses héros schématiques et glorieux, il est à l’aise comme le poisson dans son bocal, au risque de la complaisance. Avec lui, c'est la confirmation insolente d'une nouvelle génération indépendante, Hal Hartley, Jim Jarmush, les frères Coen qui renouvelle la grosse machine hollywoodienne. Et comme dans son film précédent, le sang coule à flots, rouge vif, trouvant son apothéose quand il éclabousse les vitres de la voiture de Vincent et Jules après un malencontreux accident qui pulvérise le crâne de leur complice. En 1994 c'est un spectacle qui réjouit mes plus bas instincts.


Rouge, c'est en mars la couleur du manteau de la petite fille qui traverse le ghetto de Cracovie. Tache aveuglante de couleur dans un monde d'horreur en noir et blanc plongé dans le chaos par la barbarie nazie. D'une colline surplombante, Oskar Schindler suit la marche si fragile. Il voit ce que le monde se refuse à voir, la plaie béante de la destruction des juifs d’Europe. Allemand, industriel, opportuniste, membre du parti nazi par intérêt, Schindler est une figure ambiguë mais justement exemplaire pour sa part d'humanité qui ne va pas sombrer, comme pour tant d'autres, et lui permettre d'affronter la folie meurtrière du monde. Ce choix de Steven Spielberg n'est étonnant que pour ceux qui restent à la surface de l’œuvre du réalisateur. Schindler est le médiateur parfait pour s'adresser à l'occidental moyen de 1994 et pour Spielberg, cinéaste à succès, américain, juif, le seul point de vue tenable pour affronter ce sujet délicat entre tous. Spielberg est un cinéaste travaillé par l'histoire et l'ambition d'un cinéma américain en prise sur le monde, celui de John Ford, de George Stevens, de Samuel Fuller, de Frank Borzage, un cinéma qui a conscience de sa force, de sa fragilité parfois, mais qui croit en sa capacité à montrer, raconter et transmettre. En cela la foi de Spielberg en son art s'oppose à la vision d'un Jean-Luc Godard qui ne cesse d'en pointer l'échec. Positions irréconciliables. En France, une partie de la critique, Gérard Lefort et ses larmes ravalées, Jacques Mandelbaum, Louis Skorecki et Claude Lanzmann entonnent l'air du "Il ne faut pas", brandissant les textes sacrés de Jacques Rivette et Serge Daney. La polémique est malgré tout fertile car elle amène à reposer les questions de la représentation, ouvrant des pistes pour l'avenir, pour l'après Shoah quand le dernier témoin se sera tu. Car La liste de Schindler est plus profondément la tentative d'un homme qui n'a connu ni les temps ni les lieux du drame, pour approcher l'indicible et se confronter à la réalité du manteau rouge, jusqu'à ce que sa main tremble et qu'il ait le courage de montrer cette main trembler. Terrible scène des douches si mal comprise ! Qu'il soit un homme catalogué dans le spectacle en est trop pour certains. Mais les limites qu'ils lui donnent ne sont que leurs propres limites, légitimes après tout. La réalité du film, c'est un défi au cœur de Hollywood, un film en noir et blanc, avec des dialogues partiellement en allemand, polonais et yiddish, à la violence sans fard, qui exprime avec lucidité les limites d'un homme et d'un artiste : "Il en faudra beaucoup plus" dit un personnage. "J'aurais pu faire tellement plus" dit Schindler. Le film montre aussi, pour ceux qui suivent et estiment le cinéaste depuis vingt ans, que son œuvre sous son vernis de divertissement, est traversée de visions sombres d'exodes, de camps, d'une violence insoutenable, d'enfances meurtries, de figures du mal incarnées dans le pouvoir, d'un monde livré au chaos où se dressent ça et là de simples hommes qui ont su distinguer la petite robe rouge. En 1994, je ne doute pas d'avoir trouvé le cinéaste de ma vie.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 193 longs métrages (sur les 409 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
L'Impasse (De Palma)   *** **** **** *** *** ** **** ***   **** ****
Printemps tardif (Ozu)   ***     *** **** ***     ****   ****
Journal intime (Moretti)   **** * **** **** **** *** **     *** ****
Pulp Fiction (Tarantino) *** *** **** ** *** **** ** ** *** *** **** ****
Short Cuts (Altman) *** **** **** ** **** *** ** ** *** ****   ***
Wallace et Gromit (Park) *** *** ***   ****   **   ***     ****
Bonjour (Ozu)   ***   ** ***   *** ***   ****   ***
Le Lâche (Ray)   *** ****   ***              
Trois Couleurs : rouge (Kieslowski)   ***   * *** **** * ***   ** **** ***
Ladybird (Loach)   *   *** *** *** ** ****       ***
L'Etrange Noël de Monsieur Jack (Selick) *** *** * ** **** *** * ** *** **   ****
Exotica (Egoyan)   *** * *** **** ****   **     ** **
Les Roseaux sauvages (Téchiné)   *** **** *** *** *** ** * **      
Veillées d'armes (Ophuls)     ****   ***              
Soleil trompeur (Mikhalkov)   **   ** **     ***     *** ****
Délivrance (Ray)         ****   * ****        
Trois Couleurs : blanc (Kieslowski)   ***   * *** *** * ***   ** *** ***
La Reine de la nuit (Ripstein)   ***   ** ** ****            
Amateur (Hartley)   **   *** ** ****            
Pas très catholique (Marshall)   ***   *** ** ***           **
Petits Arrangements avec les morts (Ferran)   ***   *** ***   **     **    
Délits flagrants (Depardon)   ***   *** ***   **   **      
Au nom du père (Sheridan)         *** ****   ** **   *** *
Regarde les hommes tomber (Audiard)   ****   ** *** *** * **        
L'Eau froide (Assayas)   ** * *** *** *** **     ***    
L'Enfer (Chabrol)   *** ** *** ** *** * ** ** **   ***
Le Grand Saut (Coen)   **   *** ** *** * ** ** **   ***
La Reine Margot (Chéreau) ** ***   ** ° ****     ** **   ***
Les Vestiges du jour (Ivory) ** **   ***   **     **     ***
J'ai pas sommeil (Denis)   ***   ** ** ****   *        
Il était une fois le Bronx (De Niro)     ***     ***       **   **
Salé sucré (Lee)   **   **   ***         ***  
La Jeunesse de la bête (Suzuki)       ** ** ****            
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****            
Mrs Parker et le cercle vicieux (Rudolph)         ** ****           **
Vivre (Zhang)         *** ** ***          
Trop de bonheur (Kahn)   ***   ** ***              
Le Bazaar de l'épouvante (Heston)           ***       ***   **
Ce lieu sans limites (Ripstein)         ** ****            
L'Empire de la fortune (Ripstein)   ***     ***              
Tiens ton foulard Tatiana (Kaurismäki)       ***   ***            
Blue Chips (Friedkin)                       ****
L'Ange noir (Brisseau)   ** *** *** **   * **        
Quatre Mariages et un enterrement (Newell) * ** * ** ** *** *** * ** * ** ****
La Liste de Schindler (Spielberg)   ** *** ° ** ** ** * ** ** ** ****
The Baby of Mâcon (Greenaway)       ** * ***   **       ***
Entretien avec un vampire (Jordan) * ***   *   ***     ** *   ***
Lettre pour L... (Goupil)       ** ***   **          
Un été inoubliable (Pintilie)   **   ** ***              
Jeanne la pucelle (Rivette)   **   *** ° *** ** **        
Les Patriotes (Rochant) ** ** *   ** ***   ***   °   **
Serial Mother (Waters)   **   **   **     *     ***
Ruby in Paradise (Nunez)     **     ***            
Eté précoce (Ozu)         **   ***          
L'Ile au trésor (Ruiz)       ** ***              
Lamerica (Amelio)         **             ***
The Mask (Russell)   ** *     ***     ** * ** **
La Cité de la peur (Berberian) * * ** ** ° **     ** **** **  
L'Armée des ténèbres (Raimi)       **   **     *     ***
Kika (Almodovar)   ** ° **** ** ** * *       **
Speed (De Bont)   ° ***   ° ***     ** **   **
Grosse Fatigue (Blanc) * **   *** ** *     ** *    
M. Butterfly (Cronenberg)   *   ** ** ***         *  
Fresa y chocolate (Alea)   **   ** ** **   *        
La Vie d'un tatoué (Suzuki)     * **   ***            
La Séparation (Vincent)   **   ** **              
Le Paradis blanc de l'enfer (Nakamura & Kumora)           ***            
La Grande Citrouille (Comencini)         ***              
Romeo Is Bleeding (Medak)           ***            
Baby Cart dans la terre de l'ombre (Misumi)           ***            
Le Territoire des démons (Misumi)           ***            
L'Escorte (Tognazzi)           ***            
Mi vida loca (Anders)           ***            
Fresh (Yakin)     ***                  
Rapa Nui (Reynolds)           ***            
True Lies (Cameron) ° ° *** **   ***   * * ** **  
Tetsuo (Tsukamoto)       * ° ****           **
Rasta Rockett (Turteltaub)           **     ° *** **  
Mina Tannenbaum (Dugowson)   **   **   *           **
Forrest Gump (Zemeckis) ° ** ** ° ** **   * * *** ** *
Le Roi lion (Allers & Minkoff)     **           * * *** *
Le Sabre de la vengeance (Misumi)         * ***            
Trauma (Argento)           ***           *
Texasville (Bogdanovich)                   *   ***
Muriel (Hogan)   *       ***            
Le Cerf-volant bleu (Tian)   **     **              
Belle Epoque (Trueba)           **           **
Le Journal (Howard)           **           **
Backbeat (Softley)           **           **
Bab El Oued City (Allouache)       ** **              
Katia Ismaïlova (Todorovski)       ** **              
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)     *   **   **          
The Crow (Proyas)           **     *     **
Le Fils préféré (Garcia)   ***   ** * *   * ** °   *
Maverick (Donner)   **       **     * * *  
Tueurs nés (Stone)   * ° **   ***   * ° °   **
Philadelphia (Demme) ° * ** °   **       *   **
La Machine (Dupeyron)       °   ***   *        
Geronimo (Hill)           **       **   °
Blink (Apted)           **     * *    
Farinelli (Corbiau)   *       **           *
Baraka (Fricke)           **           *
Entre ciel et terre (Stone)   *       **            
Les Sœurs Munakata (Ozu)     *   **              
Hexagone (Chibane)       **       *        
Malice (Becker)           **   *        
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse (Kaurismäki)       ** *              
Blown Away (Hopkins)           **     *      
Cool World (Bakshi)                       **
Personne ne m'aime (Vernoux)       **                
Grande Petite (Fillières)   **                    
Le Journal de Lady M (Tanner)       **                
Etat second (Weir)           **            
Les Amoureux (Corsini)       **                
Les Aventures de Huckleberry Finn (Sommers)     **                  
Le Retour des morts-vivants 3 (Yuzna)                       **
Les Silences du palais (Tlatli)         **              
La Partie d'échecs (Hanchar)                       **
Clerks (Smith)       **                
I Like It Like That (Martin)           **            
Wonder Boy (Vecchiali)       **                
Le Royaume des diamants (Ray)                        
La Fille de D'Artagnan (Tavernier)   **   ° * *   * * ° ** *
Wolf (Nichols)   *   °   ***     ° *   *
L'Affaire Pélican (Pakula) * °       *     *   **  
Tombstone (Cosmatos)           **     * *   °
Le Sourire (Miller)       ** ° *   *        
Wyatt Earp (Kasdan)           **     * *   °
Danger immédiat (Noyce)     **     *     °     *
L'Homme sans visage (Gibson)           **     ° *    
Neuf Mois (Braoudé)   °   *           **    
Madame Doubtfire (Columbus)   ° ** °   *     ° **    
Le Colonel Chabert (angelo)   °   *   *   *       *
Guet-Apens (Donaldson)           **     °      
Sex and Zen (Mak)       °   **            
Absolom 2022 (Campbell)           *     *      
Killing Zoe (Avary)           *           *
Demolition Man (Brambilla) °         *     ° **    
Sauvez Willy (Wincer)     **       *   ° °    
Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (Segal)       *         °   * *
Deux Garçons, une fille, trois possibilités (Fleming)   °   °   *   °       **
Color of Night (Rush)       °   *   ° °     **
Un Indien dans la ville (Palud)     ** °   °     ° *    
Timecop (Hyams)           **     ° °    
Le Client (Schumacher)       °   **     °      
Aux petits bonheurs (Deville)   *   * °              
Bonsoir (Mocky)         °     *       *
Mister Jones (Figgis)           *            
Le Voleur d'arc-en-ciel (Jodorowsky)                       *
Police Story 3 (Tong)                 *      
Critters 3 (Peterson)                   *    
Critters 4 (Harvey)                   *    
L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse (Harel)       *                
Gilbert Grape (Hallström)                 *      
Le Ballon d'or (Doukouré)                   *    
Police Academy : Mission à Moscou (Metter)                   *    
L'Affaire Karen McCoy (Mulcahy)           *            
Nous les enfants du vingtième siècle (Kanevski)         *              
Pour l'amour d'une femme (Mandoki)           *            
Aux bons soins du docteur Kellogg (Parker)           *            
Gettysburg (Maxwell)                   *    
Casque bleu (Jugnot)       **   °     ° °    
Le Parfum d'Yvonne (Leconte)       ° °     *       *
Léon (Besson) ° ° * °   *   * ° °    
Pas de vacances pour les Blues (Ross)           *     °      
Le Bon Fils (Ruben)           *     °      
L'Irrésolu (Ronssin)       °       *        
Belles de l'Ouest (Kaplan)           *       °    
L'Ours en peluche (Deray)       °       *        
Opération Shakespeare (Marshall)                 ° *    
The Shadow (Mulcahy)           *     °      
Sister Act, acte deux (Duke)           *     ° °    
Piège en eaux troubles (Herrington)           °     ° ° *  
Montparnasse Pondichéry (Robert)       °                
Les Trois Mousquetaires (Herek)           °            
Macho (Luna)       °                
Elles ne pensent qu'à ça (Dubreuil)       °                
Délit mineur (Girod)       °                
Terrain miné (Seagal)           °            
Wayne's World 2 (Surjik)                   °    
Deux Doigts sur la gâchette (Sarafian)           °            
L'Extrême Limite (Harris)           °            
My father, ce héros (Miner)       °                
Milliardaire malgré lui (Bergman)                   °    
Elles n'oublient jamais (Frank)       °   °            
Intersection (Rydell)   °       °            
Priez pour nous (Vergne)       °         °      
A toute allure (Rifkin)           °     °      
L'Expert (Llosa)           °     °      
Les Complices (Shyer)           °     °      
La Famille Pierrafeu (Levant)                 ° °   °
La Vengeance d'une blonde (Szwarc)       °   °     ° °    
Le Flic de Beverly Hills 3 (Landis)       °   °     ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
The Lovers (Tsui)     °   ** *** ***       *** ****
Lothringen (Straub & Huillet)       ***                
L'uomo che guarda (Brass)       **                
Leçon de vie (Lehman)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Impasse (De Palma) 2- Journal intime (Moretti) 3- J'ai pas sommeil (Denis) 4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 5- Travolta et moi (Mazuy) 6- Pas très catholique (Marshall) 7- Délits flagrants (Depardon) 8- L'Eau froide (Assayas) 9- L'Ange noir (Brisseau) 10- M. Butterfly (Cronenberg) Petits arrangements avec les morts (Ferran)
Inédits : 1- Lothringen ! (Straub/Huillet) 2- Santantango (Tarr) 3- Li per li (Léon)
Anciens : 1- Printemps tardif (Ozu) 2- Eté précoce (Ozu) 3- Bonjour (Ozu) 4- Le Vagabond de Tokyo (Suzuki) 5- Le Goût du riz au thé vert (Ozu) 6- La jeunesse de la bête (Suzuki)

Un simple amateur :
1- Printemps tardif & Bonjour (Ozu) 2- Short cuts (Altman) 3- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 4- Délivrance (Ray) 5- L'Impasse (De Palma) 6- Journal Intime (Moretti) 7- Ladybird (Loach) 8- Veillées d'armes (Ophuls) 9- Délits flagrants (Depardon) 10- L'Ange noir (Brisseau)

Mister Arkadin :
**** : Short Cuts (10) ; Pulp fiction (10) ; Veilles d’armes (9)
*** : Ladybird (8) ; Wallace et Gromit (8) ; Le Parfum d’Yvonne (8) ; Journal intime (8) ; Les Roseaux sauvages (8) ; L’Etrange Noël de Monsieur Jack (7) ; Soleil trompeur (7) ; L’Eau froide (7) ; Les Vestiges du jour (7)
** : Clerks (6) ; Exotica (6) ; Quatre Mariages et un enterrement (6) ; L’Enfer (6) ; Trois Couleurs : rouge (6) ; Petits Arrangements avec les morts (6) ; Les Patriotes (6) ; The Mask (5) ; Regarde les hommes tomber (5) ; Amateur (5) ; L’Impasse (5) ; La Reine Margot (5) ; Trois Couleurs : blanc (5) ; Vivre (5) ; Trop de bonheur (5)
* : La Fille de D’Artagnan (4) ; L’Ange noir (4) ; Un été inoubliable (4) ; Philadelphia (4) ; Le Grand Saut (4) ; J’ai pas sommeil (4) ; Il était une fois le Bronx (4) ; Kika (4) ; Belle Epoque (4) ; Le Fils préféré ; Pas très catholique (3) ; la Cité de la peur (3) ; Grosse fatigue (3) ; Aux petits bonheurs (3)
o : L’Ile au trésor (2) ; Lettre pour L… (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Tiens ton foulard Tatiana ; La Séparation

Pierre :
1-Tetsuo (Tsukamoto) 2-L'impasse (De Palma) 3-L'eau froide (Assayas) 4-L'île au trésor (Ruiz) 5-En compagnie d'Antonin Artaud (Mordillat) 6-Bonjour (Ozu) 7-Soleil trompeur (Mikhalkov) 8-Pulp fiction (Tarantino) 9-J'ai pas sommeil (Denis) 10-Vacas (Medem) 11-L'ange noir (Brisseau) 12-Le journal de lady M (Tanner) 13-Baby cart : le sabre de la vengeance (Misumi) 14-Lettre pour L (Goupil) 15-Ladybird (Loach)
les 19 hors liste restants Le héros (Ray)*** Le dieu éléphant (Ray)*** L'écureuil rouge (Medem)** Baby cart : l'âme d'un père, le coeur d'un fils (Saito)** Le club de la chance (Wang)** Ghost in the machine (Talalay)** Black robe (Beresford)** Ticks (Randel)** Les allumés de Beverly Hills (Spheeris)** Jack l'éclair (Wincer)** Rends la monnaie papa (Deutch)* Quand Harriet découpe Charlie (Schlamme)* Jason va en enfer (Marcus)* L'étudiant étranger (Labro)* Le saint (Noyce)* Max le meilleur ami de l'homme (Laffia)* La maison aux esprits (August)0 Caravan city (Herschmann)0 Giorgino (Boutonnat)00
30 longs-métrages inédits 1-US go home (Denis)*** 2-Aswang (Poltermann et Martin)*** 3-Angel dust (Ishii)*** 4-Roadracers (Rodriguez)*** 5-Red to kill (Tang)*** 6-A chinese chamber torture story (Lam)*** 7-La meute (Risi)*** 8-Jizda (Sverak)*** 9-Wing Chun (Yuen Woo Ping)*** 10-O.C.T.B (Wong)** 11-Le libre penseur (Watkins)** 12-The mangler (Hooper)** 13-Nuits de Chine (Allen)** 14-Demon's house 2 (Trenchard-Smith)** 15-Brainscan (Flynn)** 16-Néfertiti reine du Nil (Gilles)** 17-Les démons du maïs 3 : les moissons de la terreur (Hickox)** 18-Funnyman (Sprackling)** 19-Ring d'acier (Frost)** 20-Jailbreakers (Friedkin)* 21-La chute de Gotti (Young)* 22-Planète Alpha 11 (Metzger)* 23-Les Tronches 4 (Zacharias)* 24-Confessions d'une rebelle (Edel)* 25-Fatherland (Menaul)0 26-Shaolin kids (Yip)0 27-La légende du dragon rouge (Wong Jing)0 28-Les croisés de l'espace (Knoesel et Neuhäuser)0 29-Appartement 512 (Verbong)00 30-Mission extrême (Nagahama)0000
7 moyens-métrages 1-L'enfer d'une mère (Carré)*** 2-Street musicians of Bombay (Robbins)*** 3-Abbas Kiarostami : vérités et songes (Limosin)*** 4-Letters to Katja (Konttinen)*** 5-Marseille en mars (Comolli et Samson)** 6-Caravana de caravanas (Colectivo perfil urbano)* 7-Le voile et la république (Benguigui)*
et pour finir 15 courts-métrages 1-Roadkill (Van Bebber)**** 2-La vie secrète d'émile Frout (Elissalde)**** 3-Ex-child (Drouin)**** 4-Tout droit jusqu'au matin (Guiraudie)*** 5-L'enfance égarée (Ruggia)*** 6-Frutti Chester (Ramm)*** 7-The moon (Ito)*** 8-The spy who caught cold (Lanthorpe)** 9-Histoire de papier (Costa)** 10-Elles (Quinn)** 11-La lune qui rit (Mulloy)** 12-Tyhe deadman 2 : the return of deadman (Kerkhof)** 13-Le cinquième rêve (Avedikian)** 14-Au bord d'un lac (Bokanowski)** 15-Larmes (Von Dusseldorp)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1994 ? (93 votants)

1- L'Impasse (Brian de Palma) : 21 voix
2- Pulp fiction (Tarantino) : 11 voix
3- Journal intime (Moretti) : 10 voix
4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) La Liste de Schindler (Spielberg) 5 voix
6- Short cuts (Altman) : 4 voix
7- L'Etrange Noël de Mr Jack (Selick) : 3 voix
Puis viennent ensuite avec deux voix : Tueurs-nés (Stone), Forrest Gump (Zemeckis), Délits flagrants (Depardon), Le Vagabond de Tokyo (Suzuki), Exotica (Egoyan), Les Vestiges du jour (Ivory), Baraka (Fricke), Baby Cart (Misumi)
Et cités une fois : Soleil trompeur (Mikhalkov), Etat second (Weir), Killing Zoé (Avary), Le Goût du riz vert (Ozu), Tetsuo (Tsukamoto), Ladybird (Loach), The lovers (Tsui), Clerks (Smith), Jeanne la pucelle (Rivette), Rouge (Kieslowski), Quatre mariages et un enterrement (Newell), The mask (Russell), Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Akerman), Le roi lion (Disney), Le client (Schumacher), Salé sucré (Ang Lee), L'armée des ténèbres (Raimi)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Roi Lion, Rob Minkoff & Roger Allers, 10 135 871 entrées
2. Un Indien dans la ville, Hervé Palud, 7 870 802 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement, Mike Newell, 5 791 728 entrées
4. Madame Doubtfire, Chris Columbus, 5 025 829 entrées
5. Forrest Gump, Robert Zemeckis, 3 963 919 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Prix Méliès : Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski)
- Prix Jean Vigo : Trop de bonheur (Cédric Kahn)
- César du meilleur film : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Oscar du meilleur film : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)
- Festival de Venise, Lion d'or : Before the rain (Milcho Manchevski) & Vive l'amour (Tsai Ming-liang)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Pulp fiction (Quentin Tarantino)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Au nom du père (Jim Sheridan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Jarre (Ebrahim Forouzesh)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Dias contados (Imanol Uribe)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1994 sur le site Encyclo-Ciné)

17/10/2016

Sur vos écrans en 1993

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

Val_Abraham.jpgUne brève histoire du temps au cinéma

Passé

Comme souvent, le cinéma s’est attaché cette année à explorer son passé, soit sous une forme comique avec Les Visiteurs, le plus grand triomphe français de l’année (au grand désespoir de certains membres de l’équipe) qui réussit l’exploit de chatouiller l’indétrônable Grande Vadrouille au box-office ou sous une forme opératique comme dans le très beau Adieu ma concubine de Chen Kaige (palme d’or partagée à Cannes avec un autre film situé dans le passé : La Leçon de piano de Jane Campion).

Adoptant une autre stratégie, certains cinéastes se sont emparés d’œuvres littéraires « classiques » pour les adapter à notre époque. Manoel de Oliveira, avec son superbe Val Abraham, transpose Madame Bovary de Flaubert dans le Portugal contemporain tandis que Doillon signe l’un de ses plus beaux films avec Le Jeune Werther, adaptation malicieuse du chef-d’œuvre de Goethe avec des jeunes comédiens époustouflants de naturel.

Présent

Mais le cinéma est avant tout un art du présent. Il est probable que si les historiens du futur veulent comprendre ce qui s’est passé en cette année 1993 (le fiasco du parti socialiste aux élections législatives, le suicide de Bérégovoy, les fossés creusés entre les élites et les administrés, entre la ville et la campagne, la question de l’écologie, de la décentralisation…), ils se rueront sur L’Arbre, le maire et la médiathèque d’Eric Rohmer, l’un des films les plus drôles de son auteur et sans doute le plus « politique ».

S’il n’évoque pas l’état du monde par le biais du réalisme engagé (Raining stones de Ken Loach sur le monde ouvrier) ou de la fable pataude parfois traversée par des éclairs de génie (Un, deux, trois soleil de Blier sur les banlieues), le cinéma peut aussi être un moyen de transcender le présent et sa banalité pour nous entraîner au cœur de l’aventure et de l’illusion de la fiction. A ce titre, Meurtre mystérieux à Manhattan est sans doute l’un des plus beaux Woody Allen. Il scelle les retrouvailles du cinéaste avec sa muse Diane Keaton et à travers une intrigue mi-policière, mi-burlesque, Woody Allen réinvente une manière de redonner du piment au couple, de lutter contre le vieillissement. Et c’est tout simplement grisant !

Futur

Et si 1993 nous annonçait déjà ce que seront les films du futur ? L’hypothèse est sans doute un peu cavalière mais quelques titres nous invitent à imaginer l’évolution du cinéma. Dans Héros malgré lui, film mineur de Stephen Frears, c’est davantage l’image en général qui est interrogée, notamment à travers cette capacité qu’ont désormais les médias de masse de transformer un individu anonyme en star d’un jour. Il y a du Preston Sturges dans cette fable, à savoir un parcours à la Capra mais sans l’idéalisme de ce dernier et avec beaucoup plus de cynisme. Warhol prédisait que chacun pourrait connaître son quart d’heure de gloire : est-ce que nous y allons tout doucement à l’heure où il est désormais possible de bénéficier de la télévision câblée et de recevoir une vingtaine de chaînes ?

La VHS nous permet d’arrêter les films comme nous le souhaitons, de les accélérer ou d’effectuer des retours en arrière. Mais imaginez qu’après l’un de ces retours en arrière, un nouveau film débute. C’est le postulat de la géniale comédie d’Harold Ramis, Un jour sans fin, dont le héros (splendide Bill Murray) voit la même journée recommencer éternellement. Pourquoi, dès lors, ne pas envisager un cinéma « interactif » où le spectateur serait libre de revenir en arrière et d’offrir une « nouvelle chance » aux personnages, afin qu’ils fassent les bons choix ou se comportent mieux ?

Chez Ramis, ce parcours à la Sisyphe offre au héros cynique l’occasion de s’améliorer et de tomber amoureux. Chez Resnais, dans son génial diptyque Smoking / No smoking, il est aussi permis de revenir en arrière et d’explorer toutes les possibilités qu’entrainent un geste accompli ou pas (prendre une cigarette ou la laisser, par exemple). Construit comme un immense arbre aux ramifications potentiellement infinies (en l’état, l’ensemble ne dure « que » cinq heures), le film se révèle néanmoins plus pessimiste (malgré sa grande drôlerie) que le film de Ramis dans la mesure où les personnages semblent tous enchaînés aux mauvais tours du Destin.

Mais ce que ces deux films annoncent, c’est surtout un cinéma ludique, détaché de la linéarité du récit et qui emprunterait une forme d’interactivité aux jeux des consoles. Si l’un des segments des aventures n’est pas satisfaisant, on peut recommencer à un point donné, revenir en arrière, avancer à sa guise…

Dès lors, on peut se plaire à imaginer le film de demain comme une somme de combinatoires, offrant aux cinéastes des ressources narratives inépuisées.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 199 longs métrages (sur les 390 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Val Abraham (Oliveira)   ****   *** ****   *** ****   ****   ***
Meurtre mystérieux à Manhattan (Allen) **** ***   **** *** **** **   ****     ***
Un monde parfait (Eastwood) *** *** **** *** *** *** ***   *** ** **** ****
Smoking / No Smoking (Resnais)   **** ** **** *** **** **** ** ** ****   ***
L'Arbre, le maire et la médiathèque (Rohmer) ** **** **** *** ***   *** **** ** ****   ***
Un jour sans fin (Ramis)   *** *** **** ** **** *** ** *** *** *** ****
Adieu ma concubine (Chen)   ***   *** *** ****           ***
Santa Sangre (Jodorowsky)           ****           ****
Les Copains d'Eddie Coyle (Yates)           ****           ****
La Leçon de piano (Campion)   **** * *** **** **** *     ***   ***
Bad Lieutenant (Ferrara)   *** * *** ** **** ** *** ** *** *** ****
Le Maître de marionnettes (Hou)   ****   ** **** *** **          
A toute épreuve (Woo)       **   ****           ****
Le Grondement de la montagne (Naruse)   *** ****   ***              
Le Temps de l'innocence (Scorsese)   **** * ** *** *** **** *** **   *** **
Hélas pour moi (Godard)   **   *** **   **** ***   ***    
Un faux mouvement (Franklin)         *** ***   **       ****
Dracula (Coppola) **** *** * *** ** **** *** ** *** * ** ***
Last Action Hero (McTiernan) ** ** **** *   ***   ** ** *** *** ****
Le Syndicat du crime (Woo)           ****           ***
Arizona Dream (Kusturica) *** **   ** *** ***   ** ***   ** ***
Panique sur Florida Beach (Dante)     ** **   ****       ** ** ****
Nuages d'été (Naruse)     ****   **   ***          
Jacques Rivette, le veilleur (Denis)       *** ***         ***    
Le Jeune Werther (Doillon)   ***   *** **   **     ***    
Body Snatchers (Ferrara)     *** **   **   **   *** *** **
Raining Stones (Loach)   **   ** *** ***   *** ** *   ***
Snake Eyes (Ferrara)   *** * **   *** ** **     *** ***
Mad Dog and Glory (McNaughton)   ** ** *** ** ***   ** **     ***
Trois Couleurs : bleu (Kieslowski) ** ** ° ** ** **** * ***   ** *** ***
Si loin, si proche ! (Wenders)   **   *** * ****           **
Fiorile (Taviani)   ***   ** **     **       ***
Les Gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (Ferreira-Barbosa)   ***   ** ***              
Le Fils du requin (Merlet)       ** *** ***            
Hyènes (Diop-Mambety)           ***           ***
L'Eclair (Naruse)     ***   ***              
Le Pays des sourds (Philibert)       *** ***              
L'Œil de Vichy (Chabrol)   ***     ***              
Le Syndicat du crime 2 (Woo)           ***           ***
La Naissance de l'amour (Garrel)       ***     ***          
Une nouvelle vie (Assayas)       *** ***              
Orlando (Potter)           ****            
Jurassic Park (Spielberg) * ** *** ° ** *** ** * ** **** ** ***
Glengarry (Foley)   **   ** ** *** °         ****
The Snapper (Frears)   **   *** ** **** *   *      
La Part des ténèbres (Romero)       **   ***       *   ***
Ma saison préférée (Téchiné)   ***   *** ° ** *** * **     **
Cible émouvante (Salvadori)   ***   ** ** **   ** * * ***  
Titicut Follies (Wiseman)       ** ***   **          
Naked (Leigh)     ° ** **** **** *         *
Le Fugitif (Davis) *   ***     **     *     ***
Le Repas (Naruse)         ***   **          
Sabine (Faucon)   ***   **                
Red Rock West (Dahl)           **           ***
Oyuki la vierge (Mizoguchi)     ***       **          
Libera me (Cavalier)       ** ***              
The Crying Game (Jordan)       *   ****   *       **
Le Songe de la lumière (Erice)     ° *** ***   **          
Braindead (Jackson)       **       * **     ***
Garçon d'honneur (A. Lee)   **   **   ***     *      
L'Odeur de la papaye verte (Tran)   ***   ° ** *** *         **
Malcolm X (S. Lee)   **   ** ** ***       *   *
True Romance (Scott)   **       ***   * * ° ** ***
Jambon jambon (Luna)   *   ** * ***           **
La Firme (Pollack) ** *       *     **     ***
Dans la ligne de mire (Petersen)     **     **   * **     **
Une balle dans la tête (Woo)     ° **   ****            
Louis enfant roi (Planchon)   ***       **   *        
It's All True (Wilson, Meisel & Krohn)   **     **             **
La Bête lumineuse (Perrault)             ***          
Frère et sœur (Naruse)         ***              
Des jours et des nuits dans la forêt (Ray)     ***                  
Histoires de fantômes chinois 3 (Ching)           ***            
Light Sleeper (Schrader)           ***            
Le Jour du désespoir (Oliveira)   ***                    
Le Mari de Léon (Mocky)                       ***
Amants (Aranda)           ***            
Poisson d'amour (Sayles)                       ***
L'Homme sur les quais (Peck)           ***            
Mediterraneo (Salvatores)                       ***
Galères de femmes (Carré         ***              
L'Amoureuse (Doillon)       ***                
Surviving Desire (Hartley)         ***              
Cuisine et dépendances (Muyl)   * ***     **   * ° ***    
Et au milieu coule une rivière (Redford)   ** **     ***   * ** °    
King of the Hill (Soderbergh)         * ***     *     **
Aladdin (Musker & Clements)     ***           * *   **
Benny's Video (Haneke)       ** * **   **        
Héros malgré lui (Frears)   **   **   *     * * * ***
Un deux trois soleil (Blier)   * * ** * ** * ** **      
Prenez garde à la sainte putain (Fassbinder)         * ***            
Une étrangère parmi nous (Lumet)           **           **
Candyman (Rose)       **   **            
L'Œil qui ment (Ruiz)       ** **              
Innocent Blood (Landis)       **   **            
La Nage indienne (Durringer)   **   **                
Hot Shots 2 ! (Abrahams) °     *         * ** ** ***
Métisse (Kassovitz)   ***   ** * *     * *    
Faut-il aimer Mathilde ? (Bailly)   **   * **              
Nuits blanches à Seattle (Ephron)   **       **     ° **    
Les Visiteurs (Poiré) ° ° *** ** ° * **   * ** ** *
Les Valeurs de la famille Addams (Sonnenfeld)   °   **   **     *     **
Beaucoup de bruit pour rien (Branagh)   °   *   **   ** **     *
Les Amis de Peter (Branagh)   * * ° * **   * **     **
Sacré Robin des Bois (Brooks) °               * **   **
Simetierre 2 (Lambert)           **       *    
Singles (Crowe)   *                 **  
L'Ombre du doute (Issermann)       *   **            
Cement Garden (Birkin)       *   **            
A l'heure où les grands fauves vont boire (Jolivet)       **                
Jeux d'adultes (Pakula)           **            
Mensonge (Margolin)   **                    
Hors saison (Schmid)       **                
Les Pilleurs (Hill)           **            
Samba Traoré (Ouedraogo)         **              
Gas, Food, Lodging (Anders)           **            
Le Souffle du démon (Stanley)           **            
Le Temps d'un week-end (Brest)           **            
Les Amies de cœur (Placido)           **            
Dernière Limite (Duke)           **            
La Loi de la nuit (Winkler)           **            
Roulez jeunesse ! (Fansten)       **                
François Truffaut, portraits volés (Toubiana & Pascal)                       **
Moi Ivan, toi Abraham (Zauberman)       **                
Une pause... quatre soupirs (Steinberg)                       **
Carmen revient au pays (Kinoshita)       **                
Villégiature (Alard)       **                
Swing Kids (Carter)                       **
El Mariachi (Rodriguez)                       **
Tina (Gibson)           **            
La Cigogne en papier (Mizoguchi)     **                  
Le Voyage (Solanas)         **              
Président d'un jour (Reitman)   **                    
Twist (Mann)                       **
Zombie and the Ghost Train (Kaurismäki)       **                
Ferdydurke (Skolimowski)         **              
Mauvais Garçon (Bral)           **            
Action mutante (de la Iglesia)           **            
Cœur de métisse (Ward)                        
Chute libre (Schumacher)   ° ** °   *       *   **
Cliffhanger, traque au sommet (Harlin)     *     *     * *   *
Tango (Leconte)       ** °     *        
Passager 57 (Hooks)     **     *     °      
Le Septième Continent (Haneke)               **       °
Toys (Levinson)                 °     **
Pétain (Marbœuf)       °               **
Alarme fatale (Quintano)                 °     **
Les Experts (Robinson)           *     *      
Chaplin (Attenborough)               *       *
Hoffa (De Vito)   *       *            
Jennifer huit (Robinson)           *   *        
Boxing Helena (Chambers Lynch)           *   *        
L'Avocat du diable (Lumet)           *       *    
Tout ça pour ça (Lelouch)   °   **       * °      
Chasse à l'homme (Woo) °         **     °     *
Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes (Zilbermann) °     *   **     °      
Soleil levant (Kaufman)       °   *     *     *
Les Marmottes (Chouraqui) * *       *   ° * °    
Little Buddha (Bertolucci)       °   **   * ° °    
Forever Young (Miner)           *     ° *    
Beethoven 2 (Daniel)     *             ° *  
Docteur Rictus (Coto)           *            
Les Vaisseaux du cœur (Birkin)           *            
Sommersby (Amiel)           *            
Intimes Confessions (Crowe)           *            
Schtonk ! (Dietl)                   *    
Benny et Joon (Chechik)   *                    
Les Tortues Ninja III (Gillard)     *                  
Traces de sang (Wolk)           *            
Un crime (Deray)               *        
Kalifornia (Sena)           *            
Grand Bonheur (Le Roux)       *                
Noël chez les Muppets (Henson)                       *
Germinal (Berri)   °   ° ° *   *       *
Fortress (Gordon) °     °         °     **
Cavale sans issue (Harmon)           *     °      
Toxic Affair (Esposito)   °       *            
Justinien trouvé ou le Bâtard de Dieu (Fechner)           *     °      
Fausto (Duchemin)   *   °                
Chérie j'ai agrandi le bébé (Kleiser)     °           °   *  
Body (Edel)       °   *   °        
Super Mario Bros (Morton)     °           ° *    
Sliver (Noyce)   °   °   °   °   *    
Profil bas (Zidi)   °   °   °   ° *      
Une journée chez ma mère (Cheminal)                 °      
Coup de jeune (Gélin)                 °      
Dragon, l'histoire de Bruce Lee (Cohen)                   °    
Robocop III (Dekker)                   °    
Nom de code Nina (Badham)           °            
Une famille formidable (Monicelli)                 °      
Denis la malice (Castle)                   °    
Le Tronc (Zéro & Faroux)       °                
Les Coquelicots (Mizoguchi)     °                  
Emmanuelle au septième ciel (Leroi)       °                
A cause d'elle (Hubert)   °   °                
Piège en haute mer (Davis)   °       °     °      
Fanfan (Jardin)       °       °   °    
Proposition indécente (Lyne) ° °       °       °    
La Soif de l'or (Oury) °     °       ° ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
Les Enfants jouent à la Russie (Godard)       ****                
Rêves de cuir 2 (Leroi)       °   *            
Lady vices (Ricaud)       °                
La Vénus bleue (Ricaud)       °                
Les Miches de la boulangère (Ricaud)       °                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Le Val Abraham (Oliveira) 2- Bad Lieutenant (Ferrara) 3- Grand Bonheur (Le Roux) 4- Hélas pour moi (Godard) 5- A fleur de mer (Monteiro) A toute épreuve (Woo) Chasse gardée (Biette) Smoking / No Smoking (Resnais) Le Temps de l'innocence (Scorsese) Un jour sans fin (Ramis)
4 films anciens : Des jours et des nuits dans la forêt (S.Ray) Le Grondement de la montagne (Naruse) Nuages d'été (Naruse) Titicut Follies (Wiseman)
2 téléfilms : Les Bienheureux (Bergman) Le Dernier plongeon (Monteiro)

Un simple amateur :
1- Le Maître de marionnettes (Hou) 2- Adieu ma concubine (Chen) 3- Le Val Abraham (Oliveira) 4- Smoking/No Smoking (Resnais) 5- L'Arbre, le maire et la médiathèque (Rohmer) 6- Meurtre mystérieux à Manhattan (Allen) 7- Le Jeune Werther (Doillon) 8- Un jour sans fin (Ramis) 9- Un Monde parfait (Eastwood) 10- Bad lieutenant (Ferrara)
Et 4 films anciens : Des jours et des nuits dans la forêt (S.Ray) Le Grondement de la montagne (Naruse) Nuages d'été (Naruse) Titicut Follies (Wiseman)

Mister Arkadin :
**** : Arizona Dream (9)
*** : Smoking / No Smoking (8) ; Raining Stones (8) ; Adieu ma concubine (7) ; L’Arbre, le maire et la médiathèque (7) ; Le Pays des sourds (7) ; Benny’s Video (7)
** : Ma saison préférée (6) ; Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel (6) ; Mad Dog and Glory (6) ; Meurtre mystérieux à Manhattan (6) ; Histoires de fantômes chinois 3 (6) ; Si loin, si proche ! (6) ; La Leçon de piano (6) ; Red Rock West (6) ; Les Visiteurs (6) ; Jurassic Park (5) ; The Snapper (5) ; Dracula (5) ; Trois couleurs, bleu (5) ; Bad Lieutenant (5) ; Un monde parfait (5) ; Un jour sans fin (5) ; Malcom X (5) ; Le Fils du requin (5) ; Cible émouvante (5) ; L’Odeur de la papaye verte (5) ; It’s All True (5)
* : Métisse (4) ; Jambon Jambon (4) ; L’Œil de Vichy (4) ; Aladdin (4) ; Héros malgré lui (4) ; Un deux trois soleil (4) ; Le Temps de l’innocence (4) ; Tango (4) ; Un faux mouvement (4) ; Naked (4) ; Le Maître des marionnettes (3) ; L’Œil qui ment (3) ; Le Jeune Werther (3) ; Garçon d’honneur (3) ; Cuisine et dépendances (3)
o : Body Snatchers (2) ; Val Abraham (2) ; Beaucoup de bruit pour rien (2) ; La Soif de l’or (2) ; Libera Me (1) ; Fanfan (1)  
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Fiorile ; Sabine ; L’Amoureuse ; Surviving Desire ; François Truffaut, portraits volés ; El Mariachi ; Tout ça pour ça ; Un crime ; Emmanuelle au septième ciel ; Proposition indécente

Pierre :
Top 25 : 1-Val Abraham (De Oliveira) 2-Une balle dans la tête (Woo) 3-La bête lumineuse (Perrault) 4-Le voyage (Solanas) 5-Le syndicat du crime (Woo) 6-Bad lieutenant (Ferrara) 7-Latcho drom (Gatlif) 8-Un jour sans fin (Ramis) 9-La leçon de piano (Campion) 10-Le songe de la lumière (Erice) 11-Un monde parfait (Eastwood) 12-Héros malgré lui (Frears) 13-A fleur de mer (Monteiro) 14-Benny's video (Haneke) 15-Prenez garde à la sainte putain (Fassbinder) 16-La naissance de l'amour (Garrel) 17-Le maître de marionnettes (Hou Hsiao Hsien) 18-Le syndicat du crime 2 (Woo) 19-La deuda externa (Pereira) 20-Jurassic park (Spielberg) 21-La ferme des animaux (Batchelor et Halas) 22-Carmen revient au pays (Kinoshita) 23-A toute épreuve (Woo) 24-Sarafina! (Roodt) 25-Body snatchers (Ferrara)
les 37 hors liste restant Sure fire (Jost) *** Hippy porn (Moritsugu et Boyreau)*** Highway patrol man (Cox)*** Guelwaar (Sembene)*** La frontera (Larrain)*** Manganinnie (Honey)*** Musashi 1 (Inagaki)*** Musashi 3 : la voie de la lumière (Inagaki)*** Troisième millénaire (Bodanzky et Gauer)*** L'adversaire (Ray)*** Chomsky : les médias et les illusions nécessaires (Achbar et Wintonick)*** L'écrivain public (Amiguet)*** Les princes de la ville (Hackford)*** L'honneur de la tribu (Zemmouri)*** Stalingrad (Vilsmaier)*** Les yeux bleus de Yonta (Gomes)** Mazeppa (Bartabbas)** La disparue (Sluizer)** La revanche de Jesse Lee (Van Peebles)** L'enfant lion (Grandperret)** Musashi 2 : Duel à Ishijoji (Inagaki)** L'amour est plus froid que la mort (Fassbinder)** Timescape (Twohy)** La créature du lagon : le retour (Wynorski)** Angle mort (Murphy)** Tireur d'élite (Llosa)** Les petites canailles (Deodato)** Lune de miel à Las Vegas (Bergman)* La petite apocalypse (Costa-Gavras)* Big man (Leland)* Agaguk (Dorfman)* Trahir (Mihaileanu)* Le saint de Manhattan (Hunter)* Grandeur et descendance (Young)* Les épices de la passion (Arau)0 Le chaier volé (Lipinska)0 Au dessus de la loi (Armstrong)00
J'ajoute 71 inédits 1-Greensnake (Tsui Hark)***** 2-Sotto voce(Pazienza)**** 3-Blade of fury (Hung)**** 4-Laflaca Alejandra (Castillo)**** 5-Kahnasetake 270 ans de résistance (Obomsawin)**** 6-Intruso (Aranda)*** 7-Point de départ (Kramer)*** 8-Le tombeau d'Alexandre (Marker)*** 9-Jonathan degli orsi (Castellari)*** 10-The room (Sono)*** 11-L'uomo che guarda (Brass)*** 12-Itgaber (Sivan)*** 13-Hearts of darkness (Roeg)*** 14-Whore 2 (Kollek)*** 15-The sea wolf (Anderson)*** 16-The wrong man (Mc Bride)*** 17-Pepita la pistolera (Flores Silva)*** 18-Skinner (Nagy)*** 19-Daughter of darkness (Lam)*** 20-Arcade (Pyun)*** 21-Body bags (Carpenter et Hooper)*** 22-Carnosaur (Simon)*** 23-Schramm (Buttgereit)** 24-Le temple du lotus rouge (Wong Jing)** 25-Fire in the sky (Liebermann)** 26-Todos a la carcel (Berlanga)** 27-Les larmes d'un héros (Woo)** 28-Les griffes d'acier (Wong Jing)** 29-A Sarajevo diary (Rotheroe)** 30-L'espoir pour mémoire (Amat)** 31-Crime story (Wong)** 32-Nashville blues (Bogdanovitch)** 33-Histoires autour de la folie (Muxel et De Solliers)** 34-Nécronomicon (Yuzna, Gans et Kaneko)** 35-Génération rebelle (Linklater)** 36-La révolte d'Attica (Frankenheimer)** 37-Amos & Andrew (Frye)** 38-Marquis de Sade (Hooper)** 39-Vie (Courant)** 40-Outrage (Saura)** 41-The magic crane (Chan)** 42-Gunm (Fukutome)** 43-Godzilla vs mechagozilla 2 (Okawara)** 44-La rebelle (Grimaldi)** 45-Evil cult (Wong Jing)** 46-Le sang de l'Amazone (Llosa)** 47-Cyborg 2 (Schroeder)** 48-Désir meurtrier (martino)** 49-Extreme justice (Lester)** 50-Le monticule sacré (Gunnlaugsson)** 51-A brilliant disguise (Vallelonga)** 52-Un muro de silencio (Stantic)** 53-Dead fall (Coppola)** 54-Fist fighter 2 (Erschbamer)* 55-Dinosaures story (Band)* 56-Maniac cop 3 (Lustig)* 57-La classe américaine (Hazanavicius et Mézerette)* 58-Last light (Sutherland)* 59-Shatter dead (Mc Crae)* 60-My life (Rubin)* 61-Official denial (Trenchard-Smith)* 62-L'innocent (Schlesinger)* 63-Dracula rising (Gallo)* 64-La loi de la rue (Pittman)* 65-L'ulktime expérience (Hagaard)* 66-Philadelphia experiment 2 (Cornwell)* 67-Jancio wodnik (Kolski)0 68-Ennemi d'état (Singer)0 69-Ghoulies 4 (Wynorski)0 70- 12:01 prisonnier du temps (Sholder)0 71-Dragon kids (Furst)00
6 moyens métrages 1-Les enfants jouent à la Russie (Godard)**** 2-Les trottoirs de Paris (Carré)**** 3-Terminal USA (Moritsugu)*** 4-Hated: GG Allin and the murder junkies (Phillips)*** 5-Total balalaïka show (Kaurismaki)*** 6-Amoklauf (Boll)* et pour finir 17 courts-métrages 1-Stellar (Brakhage)**** 2-Life (Pelechian)**** 3-Sarajevo film festival (Van der Keuken)**** 4-Rigoletto (Purves)*** 5-My sweet Satan (Van Bebber)*** 6-Love me love me not (Hewitt)*** 7-Eau de la vie (Baré)*** 8-My nightmare (Kern)*** 9-Street noise (Ishii)** 10-Fronton (Antunez)** 11-Une mission éphémère (Kamler)** 12-Coffee and cigarettes (Jarmusch)** 13-Carthagène (Depardon)** 14-La dame dans le tram (Laroche)** 15-Vibroboy (Kounen)** 16-December hide go seek (Ito)* 17-Trois petits chats (Delisle)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1993 ? (100 votants)

1- Un jour sans fin (Harold Ramis)
2- Dracula (Coppola) et Jurassic Park (Spielberg) avec 6 voix
4- Smoking/No Smoking (Resnais), Meurtre mystérieux à Manhattan (Allen) et Un monde parfait (Eastwood) avec 5 voix
7- La Leçon de piano (Campion), Panique sur Florida Beach (Dante), L'Arbre, le maire et la médiathèque (Rohmer), Bad lieutenant (Ferrara) avec 4 voix
11- Le Maître de marionnettes (HHH), A toute épreuve (Woo), Bleu (Kieslowski) avec 3 voix
Puis viennent avec 2 voix : Adieu ma concubine (Chen Kaige), Le Jeune Werther (Doillon), Ma saison préférée (Téchiné), Arizona dream (Kusturica)
Et cités une seule fois : L'odeur de la papaye verte (Tran Anh Hung), Braindead (Jackson), Une balle dans la tête (Woo), La classe américaine (Hazanavicius), Action mutante (de la Iglesia), Le Grondement de la montagne (Naruse), Cuisine et dépendances (Muyl), Le Temps de l’innocence (Scorsese), Sabine (Faucon), Le Repas (Naruse), Si loin, si proche (Wenders), La Naissance de l'amour (Garrel), Friends and ennemies (Frank), Dans la ligne de mire (Petersen), Last action hero (McTiernan), Naked (Leigh)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Visiteurs, Jean-Marie Poiré, 13 782 991 entrées
2. Aladdin, John Musker, Ron Clements, 7 414 324 entrées
3. Jurassic Park, Steven Spielberg, 6 553 581 entrées
4. Germinal, Claude Berri, 6 161 776 entrées
5. Le Fugitif, Andrew Davis, 3 536 519 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Smoking / No Smoking (Alain Resnais)
- Prix Méliès : Smoking / No Smoking (Alain Resnais)
- Prix Jean Vigo : Les Histoires d'amour finissent mal... en général (Anne Fontaine)
- César du meilleur film : Smoking / No Smoking (Alain Resnais)
- Oscar du meilleur film : Impitoyable (Clint Eastwood)
- Festival de Venise, Lion d'or : Short Cuts (Robert Altman) & Trois couleurs : Bleu (Krzysztof Kieslowski)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Adieu ma concubine (Chen Kaige) & La Leçon de piano (Jane Campion)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Femmes du lac des âmes parfumées (Xie Fei) & Garçon d'honneur (Ang Lee)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Ma vie sur le bicorne (Yermek Shinarbayev)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Principio y fin (Arturo Ripstein) & Sara (Dariush Mehrjui)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1993 sur le site Encyclo-Ciné)

20/09/2016

Sur vos écrans en 1992

EDITORIAL :

Par Edouard S.

impitoyable00.jpgEn 1992, fidèle abonné, je lis Les Inrockuptibles, publication ayant je crois disparu depuis. Le début d’année est celui d’une tornade provoquée par une jeune fille frêle mais teigneuse du Dorset. Le magazine présente la demoiselle et l'orage monte sur les trois numéros de printemps : une demi-page, puis deux entières, puis sept et la couverture. PJ Harvey a 21 ans et vient de sortir son premier disque. Le bien nommé Dry, 24 ans après, trône toujours tout en haut de ma pyramide discographique personnelle (le single Dress en live d'époque, ici). Autre découverte, celle de Dominique A. L'album La Fossette débarque de nulle part et me saisit tout de suite. J’entends encore Bernard Lenoir en parler dans son émission sur France Inter, ému de trouver là, enfin, un chanteur d’ici capable de reprendre le flambeau de Manset/Murat, et passer tous les soirs ou presque Va t'en ou Le Courage des oiseaux, candidat sérieux au titre de meilleure chanson française de tous les temps. Dans le même temps, arrive le deuxième album de Ride, groupe s’étant hissé quelques mois auparavant, d’un coup d’un seul, sur le haut de la vague noisy pop anglaise. Going Blank Again s’ouvre sur un Everest guitaristique, un single improbable et ahurissant. Pendant les 8 minutes que dure Leave them all behind, Ride se propulse à des années lumières, ne cesse de monter, touche les étoiles, va là où l’on ne respire plus depuis longtemps. Le reste de l’album, pourtant bon, est dans l’incapacité de se remettre totalement de cette ascension fulgurante comme une attaque de Claudio Chiappucci sur le Tour de France 92. Ensuite, le groupe produira deux albums quelconques et s’évanouira. Leave them all behind était donc un sommet et un adieu. En ce temps-là, je les vois cependant sur scène sans me douter de la suite. Étudiant bordelais, je fréquente les lieux emblématiques du circuit rock, du Théâtre Barbey au Jimmy, de la Médoquine au Krakatoa ou au Chat Bleu, afin d'y voir The House Of Love, The Jesus and Mary Chain, The Wedding Present, Yo la Tengo, Television fraîchement reformé ou, bien sûr, un peu partout, Noir Désir. Achetant CD sur CD, je choisis mon Top 10 de l'année ainsi : 1. PJ Harvey - Dry, 2. Dominique A. - La Fossette, 3. Pavement - Slanted and Enchanted, 4. R.E.M. - Automatic for the people, 5. Yo la Tengo - May I sing with me, 6. The Pharcyde - Bizarre Ride II the Pharcyde, 7. John Cunningham - Shankly Gates, 8. John Cale - Fragments for a rainy season, 9. Nick Cave and the Bad Seeds - Henry's dream, 10. DC Basehead - Play with toys

1992,eastwood,cassavetes,allen,brisseau,altman,rohmer,desplechin,hartley,pintilie,burton

Mais, me direz-vous, ici, c’est Zoom Arrière, pas Rétro Disco.

Donc, en 1992, je laisse tomber définitivement Première, je continue à acheter de temps à autre les Cahiers du Cinéma et je tombe pour la première fois sur Positif. Le numéro qui m’attire alors s’orne d’une photo de Tim Robbins dans The Player de Robert Altman. Le film m’enthousiasme dans la foulée. Je choisis donc mon camp, pour de longues années. Et j’établis mes programmes en premier lieu sur la foi des conseils positivistes avant de me rendre au Cinéma Jean Eustache de Pessac ou au Centre Jean Vigo dans Bordeaux.

En 1992, se poursuit la folie Twin Peaks. Ayant suivi la diffusion de la série mythique sur La Cinq (chaîne qui l’est un peu moins, mythique, ou alors pour d’autres raisons), j’attendais comme tout le monde énormément du film de cinéma que Lynch avait décidé de tourner, incapable d’abandonner sa Laura Palmer dans la "Black Lodge". Or, passé son extraordinaire prologue convoquant David Bowie (ou son fantôme), Fire walk with me laisse sur un goût d’inachevé, de légère déception. Tout le contraire de deux premiers longs métrages qui me retournent la tête (et parfois l’estomac) : Reservoir Dogs coup d’essai, coup de poing, coup de maître de Quentin Tarantino et La Sentinelle d’Arnaud Desplechin, étoile tout à fait inattendue dans le ciel d’un cinéma français, qui, il est vrai continue d'assurer (très bonnes cuvées de Rohmer, Tavernier, Sautet, Brisseau, Deville) et de bouger (Bar des Rails de Cédric Kahn, Nord de Xavier Beauvois et, pour certains, Les Nuits fauves de Cyril Collard). Je suis également impressionné par les dernières livraisons de deux cinéastes que l’on pouvait alors croire installés dans leur routine : avec Impitoyable, Clint Eastwood, tout en créant le modèle-type du western crépusculaire prouve, à la suite du Kevin Costner de Danse avec les loups, que le genre n’est toujours pas mort, tandis que Woody Allen prend tout le monde à contre-pied avec son rugueux et risqué Maris et Femmes.

En 1992, je compte parmi ceux qui doivent à un Gérard Depardieu transformé en distributeur la découverte des films de John Cassavetes dont les deux merveilleux inédits en salles françaises que sont Faces et Opening Night. A Positif et aux Cahiers, plutôt qu’à Première, je dois celle des beaux Et la vie continue d'Abbas Kiarostami, La Chasse aux papillons d'Otar Iosseliani, Le Chêne de Lucian Pintilie, Les Équilibristes de Nico Papatakis, Une vie indépendante de Vitali Kanevski, Crush d'Allison MacLean, Bhumika de Shyam Benegal... Côté américain, Tim Burton réussit l'impossible avec un deuxième volet batmanien des plus sombres, Gus Van Sant passe un nouveau cap (My Own Private Idaho), Tim Robbins retient bien les leçons ironiques de Robert Altman (Bob Roberts), Oliver Stone maîtrise son JFK, Steven Soderbergh se sort brillamment du piège Kafka mais Martin Scorsese se plante dans les grandes largeurs avec son remake des Nerfs à vif... J’évite alors consciencieusement tout un tas de grosses productions à succès comme le Basic Instinct de Paul Verhoeven. L’impudique croisé-décroisé de Sharon Stone me rattrapera des années plus tard et me démontrera que, dans ce cas précis, j’avais eu tort de faire mon rebelle. A l’époque, je ne passe malheureusement pas à côté d’un autre "phénomène", le regrettant amèrement : je sors absolument dégoûté du film dégueulassement piégé qu'est C’est arrivé près de chez vous. Là est l’origine, sans aucun doute, de mon allergie persistante au comique cinématographique et télévisuel de Benoît Poelvoorde.

Mais oublions cette sombre idiotie. 1992, c’est surtout l’année Hal Hartley. Nous avons découvert Trust Me en mars, The Unbelievable Truth en septembre et Simple Men en octobre. Qu’à partir d’Amateur, sorti deux ans plus tard, la belle mécanique s’enraye, puis cale totalement par la suite importe peu. Pendant quelques mois, sur nos écrans, Hal fut le cinéaste le plus classe, ses actrices et ses acteurs les plus beaux (Adrienne Shelly, Elina Löwensohn, Karen Sillas, Martin Donovan, Robert Burke, William Sage), ses musiques les mieux choisies (Yo la Tengo, Sonic Youth), ses films les plus rock, les plus sexys, les plus drôles et les plus émouvants, ses fins les plus touchantes et les plus encourageantes, ses idées de mise en scène, même empruntées à Godard, les plus emballantes (car elles créaient une distance et dans le même temps, par on ne sait quel tour de magie, elles nous attachaient plus encore aux personnages), ses dialogues les plus à même d'être amoureusement retenus ("Respect, admiration and trust equal love", "I know what you need... you need a woman", "Why do women exist ?").

Au milieu de Simple Men, Martin Donovan déboule en pick-up, en sort, arrache sa casquette et hurle "I can’t stand the quiet !" Dans la seconde, débute la meilleure scène de danse du monde, au son du bien nommé (lui aussi) Kool Thing de Sonic Youth (et Chuck D de Public Enemy). Dans mon fauteuil du cinéma Jean Vigo, je n’en reviens pas. A cet instant se cristallise tout ce que j’aime dans mes deux arts favoris, le cinéma et le rock, pour toujours. Plus encore que devant le Mauvais Sang de Carax, découvert peut-être un peu trop jeune. Là, ayant déjà succombé, quelques semaines auparavant, aux charmes des deux premiers Hartley et ayant fait de Goo, l'album de Sonic Youth dont est extrait Kool Thing, l'un de mes favoris de l'année 90, j'ai le sentiment d’être vraiment dans le présent, de vivre l’instant au bon moment et au bon endroit. Cet incroyable éclair, je sais que je ne le revivrai plus jamais au cinéma. Mais je ne dis pas cela de façon triste : il me suffit d'en avoir été frappé une fois.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 175 longs métrages (sur les 373 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Impitoyable (Eastwood) **** **** **** ** **** **** *** **** **** *** **** ***
Opening Night (Cassavetes)   ****   *** **** **** **** ***   ****    
Maris et femmes (Allen)   ****   **** **** ****   ***       ***
Faces (Cassavetes)   ****   *** **** **** *** ***   ****   ***
Céline (Brisseau)   *** **** *** ***   *** ***     ****  
The Player (Altman) **** **** * ** **** **** ** *** *** *** *** ****
Conte d'hiver (Rohmer) *** *** *** *** ***   *** ****   **** *** **
La Sentinelle (Desplechin)   ****   *** **** *** ***     *** *** **
Batman, le défi (Burton) **** **** ** ** *** **** **   **** ** ** ****
Trust Me (Hartley)   ***   *** **** ***       ***    
Le Chêne (Pintilie)   ****   ** *** ****            
The Unbelievable Truth (Hartley)   ***   *** *** ****            
Le Petit prince a dit (Pascal)   **** ** *** *** ***         ***  
Reservoir Dogs (Tarantino) *** *** ** ** **** *** ** ** *** ** *** ****
Simple Men (Hartley)   *** °   **** ****       ****    
La Guerre sans nom (Tavernier)   ***     *** ****            
Un cœur en hiver (Sautet)   **** *** ** *** *** ° *** ** ***   ****
Le Festin nu (Cronenberg)   ***   *** *** **** **         **
Le Dernier des Mohicans (Mann)     ***     ***     ** ** *** ****
Talons aiguilles (Almodovar) *** ****   **** ** **** **   ** *   **
Betty (Chabrol)   ***   **** ** *** **     **   ***
My Own Private Idaho (Van Sant)   *** ° ** *** **** ***   ** ****    
Versailles rive gauche (Podalydès)   ***   *** **     ***     ** ***
Aux cœurs des ténèbres (Coppola, Bahr & Hicklenlooper)         *** ***           ***
City of Hope (Sayles)     ***     ***           ***
Twin Peaks, Fire walk with me (Lynch) *** ** * **** ** **** *** *        
Nord (Beauvois)   ***   ** *** ***            
Bob Roberts (Robbins)   ***   ** *** ***            
Qiu Ju, une femme chinoise (Zhang)   ***   ** *** ***            
Ombres et brouillard (Allen) *** **   *** ** ***   *       ***
Retour à Howards End (Ivory)   **   ** ** *** ** ** **     ****
JFK (Stone)   ** **   *** **   *   *** ** ***
L 627 (Tavernier)   **   * *** ***   ** **     ***
Kafka (Soderbergh)   ***   * *** **           ***
Bar des rails (Kahn)   ***   ** ***   **          
Et la vie continue (Kiarostami)   ***   ** ***   **          
L'Esprit de Caïn (De Palma)       **   ****   **        
La Vie de bohème (Kaurismäki)       *** ** ***            
Toutes peines confondues (Deville)   ***   ** ***              
Une vie indépendante (Kanevski)       ** ***             ***
La Chasse aux papillons (Iosseliani)       ** ***             ***
Truly, Madly, Deeply (Minghela)         ** ****            
Histoires de fantômes chinois 2 (Ching)           ****           **
Bhumika (Benegal)         *** ***            
Crush (MacLean)         *** ***            
Spetters (Verhoeven)           ****            
Incident à Oglala (Apted)           ****            
Les Nuits fauves (Collard)   ** *** *** ** ** **         *
Alien 3 (Fincher) **       ** ***   ** ** **   **
Les Aventures d'un homme invisible (Carpenter)       **   ***     *     ***
Basic Instinct (Verhoeven) ** ** *** ° *** ** ** * *** * ** **
Le Ciel de Paris (Bena)   ***   ** **              
Frankie et Johnny (Marshall)   **   °   **     **     ****
Le Sous-sol de la peur (Craven)       **   ***   *   ***   *
Les Equilibristes (Papatakis)       ** ***              
Amoureuse (Doillon)       *** **              
Border Line (Dubroux)   ***   **                
Ballroom Dancing (Luhrmann)       **   ***            
Leolo (Lauzon)       **   ***            
Lunes de fiel (Polanski)   **   *** ** **   * * **    
Confessions d'un barjo (Boivin)   **   **   **   **        
Deux Yeux maléfiques (Argento & Romero)       **   **   **       **
Dead Again (Brannagh)       * * **   ** **     ***
La Crise (Serreau)   **   ** ** **     * **    
JF partagerait appartement (Schroeder) ** **   ** ** **   * *      
Diên Biên Phu (Schoendoerffer)     *     **   **     *** *
Le Quatrième Homme (Verhoeven)     * *   ****            
La Maison du sourire (Ferreri)       *** **     *        
Johnny Stecchino (Benigni)                       ***
Faute de preuves (Moore)           ***            
Star Trek 6 : Terre inconnue (Meyer)                   ***    
Les Enfants volés (Amelio)         ***              
Le Mirage (Guiguet)       ***                
Cœur de tonnerre (Apted)           ***            
Edward II (Jarman)           ***            
La Famille Addams (Sonnenfeld)   *   *   ***     * **   **
Fatale (Malle)   *   * ** ***   ** *      
La Belle et la bête (Trousdale & Wise)     **           ° *   ****
Riens du tout (Klapisch)   **   **         *     **
Les Nerfs à vif (Scorsese)   ** ** * ° ** * * ** ** * **
C'est arrivé près de chez vous (Belvaux, Bonzel & Poelwoorde) ** °   *** ° ***     ** **   °
Beignets de tomates vertes (Avnet)   *       **     °   *** **
Les Blancs ne savent pas sauter (Shelton)                   * ***  
Ville à vendre (Mocky)       **       **        
Marcellino (Comencini)     **               **  
Des souris et des hommes (Sinise)   **     **              
In the Soup (Rockwell)       **   **            
Beau fixe (Vincent)       ** **              
Hamlet (Zeffirelli)   *       **           **
Le Petit Homme (Foster)   **     **       *      
Mon cousin Vinny (Lynn) * **       **       *    
L'Accompagnatrice (Miller)       * ** *   **        
La Mort vous va si bien (Zemeckis)   ***   *   *   * * *   *
Hook (Spielberg) ** * * °       * ** **   *
Des hommes d'honneur (Reiner)   *       *   * ° **   **
Le Retour de Casanova (Niermans)   °       *   *       ***
Bugsy (Levinson)   * **     *   *        
Sang chaud pour meurtre de sang-froid (Joanou)   *       *   *       **
L'Arme fatale 3 (Donner)           **     ° **    
Max et Jérémie (Devers)       **   *            
Billy Bathgate (Benton)           **            
L'Homme qui a perdu son ombre (Tanner)       **                
Le Passager (Kiarostami)       **                
Rambling Rose (Coolidge)           **            
En liberté dans les champs du seigneur (Babenco)           **            
Grand Canyon (Kasdan)           **            
La Prise de Beverly Hills (Furie)           **            
Le Cercle des intimes (Kontchalovski)   **                    
Rush (Zanuck)           **            
Time Bomb (Nesher)           **            
Medicine Man (McTiernan)           **            
Le Roi ébahi (Uribe)       **                
Le Vent sombre (Morris)           **            
Rock-O-Rico (Bluth)                       **
Ruby (MacKenzie)           **            
La Nuit déchirée (Garris)           **            
Silvestre (Monteiro)       **                
L'Architecture du chaos (Cohen)   **                    
Mac (Turturro)         **              
La Fille de l'air (Bagdadi)           **            
Siméon (Palcy)   **                    
Bingo (Robbins)                        
Le Dernier Samaritain (Scott)     * °   **     ° **    
Arrête ou ma mère va tirer (Spottiswoode)     *           ° **    
Jeux de guerre (Noyce)           *     °     **
Indochine (Wargnier)   * ° °   **