Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Sur vos écrans en 1995

EDITORIAL :

Par Céline S.-P.

ceremonie00.jpg

1895-1995-2016

Janvier 1995, la télévision inaugure une année de fête en publiant un faire-part de décès. La Cinecitta se meurt sous les yeux de Michèle Morgan, invitée du journal de 20h Antenne 2. Le studio 5 est orphelin de son maître disparu il y a un peu plus d’un an. Medusa, abandonné dans un coin, semble nous regarder, nous implorer de faire revivre la folie et la démesure de Fellini. Mais la télévision italienne s’est emparé du lieu pour y tourner un programme, « Caro bebe » ne sera pas, à l’évidence, un hommage au déjeuner filmé par Louis Lumière… Un mois plus tard, le 13 février 1995, Antenne 2 célèbre le dépôt de brevet du Cinématographe en évoquant… un dépôt de bilan. Les studios de la Victorine sont également rongés par le délabrement et l’abandon. La télévision offre aux cinéphiles une commémoration au goût de cendre. Faut-il alors souhaiter au cinéma un « Joyeux non-anniversaire ! » comme le fait Camille Nevers dans le numéro de février des Cahiers du cinéma ? Dans ce billet, l’opération « Premier siècle du cinéma » est jugé sévèrement : « "L’histoire du cinéma" que l’on s’apprête à célébrer n’appartient pas plus à l’Histoire qu’au cinéma, elle est la bonne affaire des spécialistes médiatiques en tout genre, pas de la critique, celle de la muséographie des animateurs de banquets, des marchands d’armes et des collectionneurs d’art, pas celle des idées, celle des technologies et surtout pas celle des idéologies et leurs images correspondantes. Une histoire glorieuse et victorieuse, fourmillant d’anecdotes savoureuses, oublieuses des luttes, des défaites, ou des propagandes, passées et actuelles. » C’est cette histoire du cinéma qu’Agnès Varda met en scène dans Les cent et une nuits de Simon Cinéma. La réalisatrice choisit Michel Piccoli, on ne peut lui donner tort, mais elle fait de son lit un monument aux morts sur lequel apparaissent les visages des disparus et de son château un musée kitsch qu’aucune présence, fantomatique ou non, ne parvient pas à animer. Y a-t-il encore du mouvement en 1995 ? C’est un peu la question de Thierry Jousse dans l’édito des Cahiers de janvier : « 1995 : Le cinéma fête son centenaire. Qu’attendre de ces sortes de célébration dont l’époque a le secret et la coutume ? Au mieux, des pensées qui concernent très directement les pouvoirs du cinéma ou ses impouvoirs. La seule question qui vaut d’être posée en ces temps, c’est bien : que peut le cinéma ? Question que l’on modulera facilement en un Qu’a donc inventé le cinéma ? ou Que peut-encore le cinéma ? »

Les enfants de Lumière, Les cent et une nuits, Lumière et Compagnie, A propos de Nice, la suite… les hommages, bilans, reprises et variations sont nombreuses. Alors que le deuxième siècle du cinéma s’annonce avec de belles découvertes (James Gray, Noémie Lvovsky, Sharunas Bartas, Tsai Ming-Liang ou Laetitia Masson), les « pouvoirs et impouvoirs » du cinéma envahissent des écrans dont les dimensions semblent parfois réduites par le repli sur soi. Ed wood, Au travers des oliviers, Le Regard d’Ulysse, Lisbonne story, Swimming with sharks, ça tourne à Manhattan, le cinéma est partout. Aux Etats-Unis, il a le pouvoir de faire renaître le plus mauvais cinéaste du monde, et se nourrit de ses catastrophes avec humour ou de la critique acerbe de son industrie. Ailleurs, on s’interroge… Dès le mois de février, le critique Charles Tesson pose un regard teinté d’inquiétude sur le film d’Abbas Kiarostami. Dans un long texte, il multiplie les questions fébriles, les siennes et celles du réalisateur : « Pourquoi ce besoin de revenir sur cet épisode déjà tourné ? », « comment un metteur en scène et un spectateur peuvent-ils à ce point être aveugles sur ce qui est en jeu dans une prise de vue dès qu’on engage des acteurs pour tenir un rôle ? La capacité du cinéma à nous révéler l’indicible dans le visible aurait-elle ses limites ? », « Comment, par le cinéma, parvenir à l’accord (entre l’acteur et le réalisateur) ? » ou « A quoi sert le cinéma ? ». En mars, un autoportrait annonce déjà l’hiver, une disparition de décembre. JLG est là, mélancolique et serein, vieillard et enfant. C’est un « autoportrait, donc pas une autobiographie. Un genre peu cinématographique, un genre de retour sur soi animé par un mouvement interne difficile à saisir, un surplace qui avance en même temps. » et qui invite à s’interroger à nouveau sur le temps au moment au Rohmer et Rivette reviennent également sur les écrans. C’est « le temps de filmer et le temps de vieillir », celui dont s’affranchit Rohmer dans les Rendez-vous de Paris. « Le cinéaste filme les rencontres entre les amants potentiels comme une suite d’instantanés sans liens entre eux ». « Il n’y a pas de place pour le vieillissement dans le frais cinéma de Rohmer ». C’est  le temps rivettien de la reprise. « Le temps ne se boucle pas exactement sur lui-même mais se tord, se replie, se suspend parfois (…) D’une certaine façon, le temps ne passe pas chez Rivette, il dure secrètement, même s’il ne s’actualise pas toujours dans le présent ». Le temps godardien, défini par Stéphane Bouquet comme « une ligne du destin, ligne pessimiste et déclinante qui va tout droit vers l’anéantissement », semble s’accorder davantage aux incertitudes de la fin de ce premier siècle, même si l’espoir demeure : « c’est qu’il y a toujours chez Godard, la croyance que quelque chose est capable de résister au mouvement du déclin, quelque chose qui s’appellerait l’œuvre d’art. » Le dernier film de Maurice Pialat, le dernier film d’Akira Kurosawa, le dernier film de Claude Sautet, les retours que sont Lisbonne story et Le regard d’Ulysse, quelque chose semble en cette année 1995 assombrir cet espoir, et la souplesse de Manoel de Oliveira (87 ans alors) imitant Charlot n’y change rien…

De grands mots en grands maux, de la mort toujours annoncée au renouveau du cinéma asiatique, de la célébration du cinéma d’hier aux interrogations sur le cinéma de demain, que me reste-t-il alors de 1995 ?

1) De nouveaux visages

kids.jpg

little odessa.jpg

oublie-moi.jpg

bye bye.jpg

en-avoir-(ou-pas).jpg

vive-lamour.jpg

la-haine.jpg

trois jours.jpg

(Kids - Little Odessa - Oublie-moi - Bye Bye - En avoir (ou pas) - Vive l'amour - La Haine - Trois Jours)

2) La « discrétion de deux auteurs » justement définie par Thierry Jousse dans l’édito de septembre 1995 : « Nul besoin pour eux de s’exhiber puisqu’ils sont omniprésents dans leur film par la seule force de leur croyance au cinéma. ». Clint Eastwood et Claude Chabrol y croient. Parce qu’ils « se situent l’un et l’autre dans un lieu qui n’est guère occupé ces derniers temps, un espace-temps où le cinéma a encore vocation – quelque part entre son devenir-minoritaire et sa dérive-industrie des loisirs – à être universel », La Cérémonie et Sur la route de Madison sont deux souvenirs précieux de 1995.

la-ceremonie.jpg

Sur_la_route_de_Madison.jpg

3) Enfin, s’il faut revenir à l’enfance, je garde le portrait de Godard dans JLG/JLG, autoportrait de décembre et la vue Lumière d’Abbas Kiarostami. Un visage à peine esquissé par le violent contraste du noir et du blanc. Une troublante synthèse en cinquante secondes de trois temps : 1895-1995-2016.

jlg.jpg

 

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 381 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Cérémonie (Chabrol) *** **** **** **** **** **** **** *** *** ** ****
Ed Wood (Burton) *** **** *** *** *** **** ***   *** *** ****
Au travers des oliviers (Kiarostami)   ****   *** ****   ***        
Chungking Express (Wong) ** *** ** **** *** ****         ****
Le Garçu (Pialat)   **** **** ** ***   *** ***   ***  
The Kingdom (Von Trier)       *** **** ****          
Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)   **** **** ** *** **** * ** *** *** ****
Little Odessa (Gray)   *** **** ** *** **** * *** *** *** ***
Sur la route de Madison (Eastwood) ** **** **** *** *** *** **** ** ** ° ****
L'Antre de la folie (Carpenter)   ***   *** ** ****   ** * **** ****
Porco Rosso (Miyazaki)   ***   *** ***   ** *** *** ** ****
Clean, Shaven (Kerrigan)       ***   ****   ***      
Land and Freedom (Loach)   **   ** *** ***   ***     ****
Vive l'amour (Tsai)   ***   *** ****   **        
La Fleur de mon secret (Almodovar)   ****   *** *** **** * *     ***
Les Apprentis (Salvadori)   ***   ** ** ****   ** ** ****  
Coups de feu sur Broadway (Allen) ** ***   *** *** *** *       ****
Le Regard d'Ulysse (Angelopoulos)   ****   * *** ***         ***
Madadayo (Kurosawa)   ***   *** ***   *       ****
En avoir ou pas (Masson)   ***   ** *** ***         ***
Principio y fin (Ripstein)       *** ****            
The Killer (Woo)   *** ** ** * ****         ****
Usual Suspects (Singer) ** ***   ** *** **** * ** *** * ****
Sonatine (Kitano) ** *** * ** *** **** **       ***
Kids (Clark)       *** *** *** **        
Une journée en enfer (McTiernan) *   ** **   ***     *** *** ***
La Haine (Kassovitz)   *** ** *** *** *** ** * ** * ***
Underground (Kusturica)   ° ° *** **** *** ** *** *** ** **
La Jeune Fille et la mort (Polanski)   **   ** ** **   * ** **** ***
L'Appât (Tavernier)   *   * *** ***   ** *** ** ***
Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)     ** *** *   * ***   **** **
Smoke (Wang)   *   **   ****   * ** *** ***
Kiss of Death (Schroeder)   ***   ** ** ***     *   ***
Dellamorte dell'amore (Soavi)     * **   ****   **     ***
JLG JLG (Godard)   ***   *** *   ** ***      
Dumb and Dumber (Farrelly)   **   **         ** ****  
Waati (Cissé)   ***   ** ***   **        
Bye-bye (Dridi)   **   ** *** ***          
A la vie à la mort (Guédiguian)       ** **     ***     ***
Flesh and Bone (Kloves)       **   ***         ***
Oublie-moi (Lvovsky)   **   *** ***            
Calendar (Egoyan)         *** ***   **      
The Doom Generation (Araki)       **   ****          
Clockers (Lee)           ***         ***
Le Ballon blanc (Panahi)       ***             ***
La Bible de néon (Davies)           ****          
Les Habitants (Van Warmerdam)           ****          
Casa de lava (Costa)           ****          
Prête à tout (Van Sant)   ***   ** ** *** * ** ** **  
Mort ou vif (Raimi)   *** ** **   ***     ** * **
Le Couvent (Oliveira)   ***   * ***   * ***     **
Le Village des damnés (Carpenter)       **   ***   *   ** ***
Ça tourne à Manhattan (Di Cillo)   ***   **   ***     *   **
Swimming with Sharks (Huang)   ***   *   ***     **   **
Before Sunrise (Linklater)     *     *** *       ****
Bad Boy Bubby (De Heer)       * ** ****          
Pigalle (Dridi)   ***   *   ***          
A la campagne (Poirier)   ***   ** **            
Soixante et Onze Fragments d'une chronologie du hasard (Haneke)       ** ***     **      
Freddy sort de la nuit (Craven)       **   **         ***
Last Seduction (Dahl) **         ***     **    
Lisbonne Story (Wenders)   ***   ** **            
Le Hussard sur le toit (Rappeneau) * ** °   *** **   *** * ** ***
Salam Cinema (Makhmalbaf)       ** ***            
Les Maîtres du monde (Orme)           **       ***  
La Chanteuse de pansori (Im)       ** ***            
Cyclo (Tran)   **   ° ** ****          
Les Cent et Une Nuits (Varda)   **   *** * **          
Braveheart (Gibson)   * ***     ***   * ° *** *
Crossing Guard (Penn)       °   ****   * **   **
Corridor (Bartas)       **   ***   *      
Etat des lieux (Richet)   **   ** **            
Riaba ma poule (Mikhalkov-Kontchalovski)   ***                  
L'Emigré (Chahine)       ***              
La Conquête de Clichy (Otzenberger)         ***            
La Vie sexuelle des Belges (Bucquoy)       ***              
Marie-Louise ou la Permission (Flèche)   ***                  
Six Degrés de séparation (Schepisi)   ***                  
Lune rouge (Bailey)           ***          
Tank Girl (Talalay)           ***          
Johnny Mnemonic (Longo)           ***          
Des anges et des insectes (Haas)           ***          
Shanghai Triad (Zhang)   **   * ** **          
La Fille seule (Jacquot)   *   **     ** **      
La Cité des enfants perdus (Caro & Jeunet) ** ° °   *** **     *** ° **
Les Evadés (Darabont)     ***     **   * ** °  
Petits Meurtres entre amis (Boyle)   *   °   ***     **   **
Prêt-à-porter (Altman)   **   *   *     *   ***
Rangoon (Boorman)   *     * **   **     **
Au Petit Marguery (Bénégui)   ***           *      
La Cassette (Oliveira)   **     **            
Quiz Show (Redford)           **   **      
Phantasm III (Coscarelli)           **         **
Le Monstre (Benigni)       **             **
Star Trek 7 : Générations (Carson)                   ** **
Meurtre à Alcatraz (Rocco)     **     **          
Le Bonheur est dans le pré (Chatiliez) * °   *   **     ** ** **
Ace Ventura, détective pour chiens et chats (Shadyac)       *         ° ****  
Haut bas fragile (Rivette)       *** °   **        
Priscilla, folle du désert (Elliott)   *       ***     *    
Jefferson à Paris (Ivory)   *       *         ***
Mothra contre Godzilla (Honda)       *   **         **
Glen or Glenda (Wood)   **   *   **          
La Mutante (Donaldson)           ***     ° * **
Jade (Friedkin)       °   ***     *   **
La Planète des vampires (Bava)   *   ° * **         ***
Casper (Silberling)     ***     *     * ° **
Apollo 13 (Howard)     **     *     ° *** *
Le Péril jeune (Klapisch) * ** * ** *     ° ** °  
Frankenstein (Branagh) * *   °   ** ** * *   *
Les Trois Frères (Bourdon & Campan) °   ** °         ** **  
Adultère mode d'emploi (Pascal)   **   ** °            
Vanya Quarante-Deuxième rue (Malle)       ** *     *      
Even Cowgirls Get the Blues (Van Sant)   **   *           *  
L'Ame des guerriers (Tamahori) °         ***          
Emmène-moi (Spinosa)   *   **              
Carrington (Hampton)           *         **
Raï (Gilou)   *   **              
Corps inflammables - Soixante-Quinze Centilitres de prière (Maillot)   *   **              
Lumière et compagnie (collectif)   **     *            
Funny Bones (Chelsom)           **         *
Naked in New York (Algrant)   **                  
Le Roi de Paris (Maillet)       **              
Rosine (Carrière)       **              
La Brèche (Moreau)                     **
Prêtre (Bird)           **          
Mécaniques célestes (Torres)   **                  
Fast (Desarthe)   **                  
L'Amour en équation (Schepisi)           **          
La Reine des bandits (Kapur)           **          
Noir comme le souvenir (Mocky)       **              
Jusqu'au bout de la nuit (Blain)     **                
La Folie du roi George (Hytner)           **          
Dolores Claiborne (Hackford)           **          
Sauvez Willy 2 (Little)     **                
Trois Jours (Bartas)           **          
La Croisade d'Anne Buridan (Cahen)       **              
Fiesta (Boutron)           **          
Au beau milieu de l'hiver (Branagh)                 **    
Gazon maudit (Balasko) ° °   **   **     ° **  
Goldeneye (Campbell) °   *     **     * ° **
Desperado (Rodriguez)       °   **     ** ° *
Juste Cause (Glimcher)           **     °   *
Légendes d'automne (Zwick)           **       ° *
Bad Boys (Bay)           **     ° *  
Waterworld (Reynolds) °   **     **     ° * °
Stargate (Emmerich) °   *     *     ° **  
La Rivière sauvage (Hanson)           **     °    
Le Nouveau Monde (Corneau)       °       **      
Augustin (Fontaine)   *   *              
USS Alabama (Scott)           *       *  
Traque sur Internet (Winkler)           *       *  
Une femme française (Wargnier)   °   °   **   *      
Assassins (Donner)           °     ° * **
Alerte (Petersen)           *     ° * *
Plan Nine from Outer Space (Wood)   *   * ° *       ° *
Elisa (Becker)   °   °   ***   °   °  
Tom est tout seul (Onteniente)   *                  
Va mourire (Boukhrief)   *                  
Only You (Jewison)           *          
Richard au pays des livres magiques (Johnston & Hunt)     *                
L'Année Juliette (Le Guay)       *              
Les Misérables (Lelouch)               *      
Circuit Carole (Cuau)     *                
Cobb (Shelton)           *          
Blue Sky (Richardson)           *          
Candyman 2 (Condon)           *          
Que la chasse commence (Dickerson)           *          
L'Amour à tout prix (Turtletaub)           *          
Les Milles (Grall)                     *
La Fiancée du monstre (Wood)       *              
A propos de Nice, la suite (collectif)       *              
Le Plus Bel Age (Haudepin)       *              
Les Frères McMullen (Burns)           *          
Le Président et Miss Wade (Reiner)   *                  
Le Cercle des amies (O'Connor)           *          
L'Indien du placard (Oz)                   *  
Le Maître des éléphants (Grandperret)       *              
Les Vendanges de feu (Arau)           *          
Batman Forever (Schumacher)     ** °   *   ° ° °  
Lancelot (Zucker) °   **     °   °   °  
Terminal Velocity (Sarafian)           *     °    
Junior (Reitman)                 ° *  
Nell (Apted)           *     °    
Astérix et les Indiens (Hahn)     *             °  
Street Fighter (Souza)     *             °  
Rob Roy (Caton-Jones)           *     °    
French Kiss (Kasdan)       °   *          
Les Anges gardiens (Poiré) °   ** °   °   ° ° °  
Harcèlement (Levinson)   *   °   °     °    
Judge Dredd (Canon) °         *     ° ° °
L'Or de Curly (Weiland)                   °  
Highlander 3 (Morahan)           °          
A cran (Martin)       °              
Drop Zone (Badham)                 °    
Radio Rebels (Lehmann)                 °    
La Lune et le téton (Luna)       °              
Dis-moi oui (Arcady)       °              
Don Juan De Marco (Leven)   °                  
Dragon Ball Z (Yamauchi & Hashimoto)                   °  
Neuf Mois aussi (Columbus)                   °  
Piège à grande vitesse (Murphy)           °       °  
Madame Butterfly (Mitterrand)       °       °      
Pocahontas, une légende indienne (Gabriel & Goldberg)     °           °    
Mortal Kombat (Anderson) °               ° °  
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
Inédits :                      
Fermo Posta (Brass)       *              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sonatine (Kitano) Sur la route de Madison (Eastwood) 3- La Cérémonie (Chabrol) Chungking Express (Kar-wai) 5- Le Garçu (Pialat) Haut, bas, fragile (Rivette) 7- JLG/JLG (Godard) Vive l'amour (Ming-Liang) 9- L'Antre de la folie (Carpenter) Clean, Shaven (Kerrigan)

Un simple amateur :
1- Au travers des oliviers (Kiarostami) 2- Sur la route de Madison (Eastwood) 3- Little Odessa (Gray) 4- Madadayo (Kurosawa) 5- La Chanteuse de pansori (Im) 6- Bad Boy Bubby (De Heer) 7- Le Garçu (Pialat) 8- Vive l'amour (Ming-Liang) 9- Chungking Express (Kar-wai) 10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

Mister Arkadin :
**** : Underground (9 ; version longue, passée en feuilleton sur Arte quelques années après – 7 pour la version cinéma)
*** : Nelly et Monsieur Arnaud (8) ;Principio y fin (8) ; Ed Wood (8) ; Usual Suspects (7) ; Au travers des oliviers (7) ; Calendar (7) ; Coups de feu sur Broadway (7) ; Salam Cinema (7) ; Vanya Quarante-Deuxième rue (7)
** : Porco Rosso (7) ; Land and Freedom (7) ; En avoir ou pas (6) ; Chungking Express (6) ; La Cérémonie (6) ; Prête à tout (6) ; La Fille seule (6) ; L’Appât (6) ; Oublie-moi (6) ; Le Village des damnés (6) ; Quiz Show (6) ; Sonatine (5) ; Vive l’amour (5) ; Dumb and Dumber (5) ; Le Garçu (5) ; La Haine (5) ; Le Nouveau Monde (5) ; A la campagne (5) ; Glen or Glenda (5)
* : Sur la route de Madison (4) ; Little Odessa (4) ; A la vie à la mort (4) ; Les Apprentis (4) ; Les Evadés (4) ; Cyclo (4) ; Les Cent et une nuits (4) ; Ace Ventura, détective pour chiens et chats (4) ; Desperado (3) ; Batman Forever (3) ; La Cité des enfants perdus (3) ; Les Trois Frères (3) ; Plan Nine from Outer Space (3)
o : Le Péril jeune (2) ; Smoke (2) ; Les Rendez-vous de Paris (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Fleur de mon secret ; Flesh and Bone ; Last Seduction ; La Chanteuse de pansori ; L’Emigré ; Shanghai Triad ; Le bonheur est dans le pré ; Adulte mode d’emploi ; Carrington ; Raï

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1995 ? (105 votants)

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix)
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)
Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Trois Frères, Bernard Campan & Didier Bourdon, 6 897 098 entrées
2. Les Anges Gardiens, Jean-Marie Poiré, 5 793 034 entrées
3. Pocahontas, une légende indienne, Eric Goldberg & Mike Gabriel, 5 656 757 entrées
4. Le Bonheur est dans le pré, Étienne Chatiliez, 4 931 227 entrées
5. Gazon Maudit, Josiane Balasko, 3 990 094 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Méliès : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : N'oublie pas que tu vas mourir (Xavier Beauvois)
- César du meilleur film : La Haine (Mathieu Kassovitz)
- Oscar du meilleur film : Forrest Gump (Robert Zemeckis)
- Festival de Venise, Lion d'or : Cyclo (Tran Anh Hung)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Underground (Emir Kusturica)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Appât (Bertrand Tavernier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Raï (Thomas Gilou)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Margaret's Museum (Mort Ransen)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1995 sur le site Encyclo-Ciné)

17/06/2016

Sur vos écrans en 1989

EDITORIAL :

Par Edouard S.

greenaway00.jpgAbécédaire pour 1989

A comme Anthropophagie : En 1989, le "tabou ultime" n'a pas été évoqué dans quelque série Z horrifique mais dans deux films d'auteurs également respectés bien que de générations différentes. Etrangement, dans les deux cas, à travers le mode opératique. Au sens premier du terme dans Les Cannibales de Manoel de Oliveira, puisqu'il s'agit d'un film intégralement chanté. De manière moins directe dans Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant de Peter Greenaway, l'opéra n'étant que l'un des arts convoqués par le cinéaste. Les deux œuvres sont parmi les plus déroutantes qui soient. Votre serviteur avoue ne pas avoir accepté le jeu narratif du Portugais mais avoir été envoûté une nouvelle fois par les exercices plastiques du Britannique au sommet de sa carrière (comme son acteur français Richard Bohringer). Il faudrait un banquet pour fêter dignement cette première place au Top ZA.

B comme Bicentenaire : Les 200 ans de la Révolution Française, c'étaient les Grands Travaux mitterrandiens, un défilé parisien imaginé par Jean-Paul Goude et suivi par 800 millions de téléspectateurs dans le monde, une masse considérable de publications et de débats historiques… et un film de 6 heures présenté en deux parties signées Robert Enrico et Richard Heffron, que l'échec critique et commercial condamna aux oubliettes, au point de le rendre même difficile à trouver en vidéocluB.

C comme Canada : Non seulement le québécois Denys Arcand a réalisé cette année son meilleur film, le surprenant Jésus de Montréal (Prix du jury à Cannes), mais David Cronenberg a passé un impressionnant palier en s'écartant quelque peu du cinéma de genre qu'il affectionne pour livrer le perturbant et superbe Faux-semblants. Ce n'est pas tout : voici que nous est présenté un certain Atom Egoyan, né en Egypte mais naturalisé canadien. Son Family viewing se coltine avec une grande habileté aux thèmes du voyeurisme et des nouvelles images. Egoyan : retenez ce nom, il faudra désormais faire aveC.

D comme Décès : Cette année, nous avons dit adieu à John Cassavetes, Bernard Blier, André Cayatte, Jean Bouise, Franklin J. Schaffner, Laurence Olivier, Noël-Noël, Silvana Mangano... Et "le 30 avril 1989, la mort a coupé le plus long plan-séquence de l'histoire du cinéma", comme l'a écrit Michel Sineux dans Positif. Il rendait là hommage à Sergio Leone et terminait son texte en évoquant l'incroyable ouverture imaginée par le cinéaste, allant des mains de Chostakovitch au travail jusqu'aux blindés dans la steppe, pour son dernier projet : Les 900 journées de LeningraD.

E comme Emir : Le film le plus ébouriffant de 1989 est venu de Yougoslavie, porté par le souffle des cuivres de Goran Bregovic. Le Temps des Gitans, cette sublime épopée tzigane, confirme que la Palme d'or obtenue à Cannes il y a quatre ans par Emir Kusturica pour Papa est en voyage d'affaires n'avait rien d'une incongruité. Un coup double n'aurait rien eu de scandaleux, même si le Prix de la mise en scène obtenu cette fois était parfaitement justifié. Assurément, pour la Palme, ce n'est que partie remisE.

F comme Fight the power : On ne s'est pas ennuyé cette année à Cannes. La claque du Festival a été administrée par Spike Lee. Lancé par le virulent Fight the power de Public Enemy en guise de générique et débutant comme une comédie colorée sur Brooklyn, son Do the right thing dérape sans retour vers l'explosion sociale et communautaire. Wim Wenders, président du jury cannois, a préféré récompenser un autre jeune cinéaste américain, Steven Soderbergh. Spike Lee lui en a aussitôt tenu rigueur, le menaçant de lui péter la gueule s'il le croisait à New York, un brin impulsiF.

G comme Gena : Elle a perdu son mari John, le génial Cassevetes. Elle a aussi illuminé d'une façon inédite le cinéma de Woody dans Une autre femme, l'un des meilleurs Allen. Une pensée pour la Rowlands, star sans liftinG.

H comme Hippo : Dans les cours de lycée et les amphis de fac, secrètement, la plupart des mecs ont commencé à rêver cette année de se faire appeler Hippo, de glander avec classe dans les rues de Paris, d'éteindre la Tour Eiffel d'un claquement de doigts et de faire tomber toutes les Nathalie de France. Un Monde sans pitié, d'Eric Rochant avec Hippolyte Girardot et Mireille Perrier, c'est un peu nos 400 Coups à nous, le début, en tout cas, d'une Nouvelle-Nouvelle-Vague du cinéma français espérée pour la décennie qui vient. Prenez date dans votre almanacH.

I comme Imamura : Apparu chez nous il y a quelques années à peine et récompensé, on s'en souvient, d'une Palme d'or en 1983 pour La Ballade de Narayama, Shohei Imamura bouscule depuis longtemps les écrans japonais. Depuis les années 60 exactement, d'où a été tiré Désir meurtrier, l'un de ses films les plus forts sur la passion amoureuse et ses déraillements (à quand la reprise des deux qui l'entourent dans sa filmographie, tout aussi surprenants, La Femme-insecte et Le Pornographe ?). Cependant, cette découverte fulgurante a produit pour certains un effet pervers : sous-estimer l'Imamura de 1989. Pluie noire, consacré au bombardement d'Hiroshima et à ses conséquences, a pu passer pour un film académique. Il n'en est rien pourtant. Malgré le sujet, la vitalité, la surprise, l'humanité n'ont pas déserté l'œuvre imamuresque. Non, notre homme n'est pas finI.

J comme Jumeaux : David Cronenberg, dans Faux-semblants, a dédoublé de manière bluffante Jeremy Irons  l'écran. Ivan Reitman lui, dans Jumeaux, a imaginé que deux frères pouvaient avoir les traits de Danny De Vito et Arnold Schwarzenegger. Le résultat est-il probant sur le plan comique ? Les collaborateurs de Zoom Arrière ayant tenté l'expérience répondent plutôt par la négative. Il semblerait que n'importe quelle boisson alcoolisée provoque plus facilement l'hilarité que cette comédie-là, au hasard ce vin hongrois du nom de TokaJ.

K comme Kieslowski : Il fut peut-être LE grand bonhomme de 1988, grâce à la sortie conjointe de quatre joyaux de sa filmographie. Il a continué à procurer des frissons cette année avec Brève histoire d'amour. Il sera sans doute encore au plus haut l'an prochain puisque l'on annonce la sortie en France de son Décalogue, série de dix films d'une heure (dont le précédent cité et Tu ne tueras point en versions raccourcies), présentée à la Mostra de Venise en septembre dernier. On imagine cette collection profondément noire, peu portée sur le slapsticK.

L comme Laclos : Nous avions eu en 1983 une "guerre des Bond" (Jamais plus jamais vs Octopussy) et voilà que fut déclarée cette année une "guerre des Laclos". Deux adaptations des Liaisons dangereuses sont sorties sur les écrans français à neuf mois d'intervalle. Le film de Stephen Frears, portant le même titre que le fameux roman épistolaire, fut présenté avant celui de Milos Forman, Valmont. Le retard ne fut jamais comblé par celui-ci… La vigueur, la précision et l'acidité admirées dans le premier donnèrent au second une saveur bien fade. Au final, le résultat est sans appel (y compris au box office où Les Liaisons dangereuses obtiennent une belle 18ème place, juste derrière L'Arme fatale 2). Quoique… Dans notre tableau, deux personnes donnent, au contraire des autres, leur préférence au Forman. Et ce sont deux femmes… Aurait-on trouvé là un nouveau marqueur sexueL ?

M comme Monty Python : Il n'y aura plus de film ni d'émission ni de spectacle des Monty Python. Nous le pressentions, certes, depuis la gestation difficile du Sens de la vie, mais le 4 octobre dernier, l'un des six fantastiques, Graham Chapman, nous a quitté. Toutefois, comme ils nous l'ont appris à travers leurs sketches, la mort, il faut s'en moquer allègrement. Alors saluons plutôt la réussite de la greffe anglo-américaine (John Cleese et Michael Palin face à Kevin Kline et Jamie Lee Curtis) tentée par Un poisson nommé Wanda, la bonne tenue (d'après deux de mes collègues) d'Erik le Viking de Terry Jones et, bien sûr, la folle maestria dont fait preuve Terry Gilliam pour Les Aventures du Baron de Münchausen. De toute façon, un jour ou l'autre, nous finirons tous au funérariuM.

N comme Nicole : Calme blanc, de l'Australien Philip Noyce, est un bon petit thriller nautique qui restera pour une chose, la révélation d'une actrice d'avenir, Nicole Mary KidmaN.

O comme Orgasme : Quand Harry rencontre Sally est une bonne petite comédie romantique qui restera pour une chose, la simulation par le personnage de Meg Ryan d'un orgasme en plein restO.

P comme Performance : Le champion du box office est cette année un road movie détaillant le rapprochement de deux frères dont l'un est atteint d'une forme d'autisme. Rain Man, de Barry Levinson, a triomphé partout où il a été présenté, y compris au festival de Berlin d'où il est revenu lesté de l'Ours d'or. Face à Tom Cruise, c'est Dustin Hoffman qui endosse le rôle du dérangé Charlie Babbitt. Travaillant tics, attitudes et diction de façon très précise, il réalise une véritable performance qui semble ouvrir une voie dans laquelle ne manqueront certainement pas de s'engouffrer dans le futur d'autres stars de sa trempe, désireuses de décrocher elles aussi l'Oscar du meilleur acteur en se frottant au monde du handicaP.

Q comme Qualité : La décennie qui vient de se terminer aura été bonne pour le cinéma français "de qualité". Celui-ci ferait peut-être bien d'en profiter car il n'est pas évident que cela dure... En attendant, les réalisateurs capables de tenir leur rang entre les films très grand public et les réalisations indépendantes ou marginales ont encore solidement assuré en 1989. Nous pensons à Bertrand Blier (Trop belle pour toi), Patrice Leconte (Monsieur Hire), Bertrand Tavernier (La Vie et rien d'autre), Alain Corneau (Nocturne indien)... Et si l'on ajoute, dans des catégories différentes, un délicieux Rivette et la révélation Rochant, on admettra que cette année encore, il peut chanter le coQ.

R comme Rouleau-compresseur : L'Ecran Fantastique a titré "Le Cyclone de la rentrée", Première nous a prévenu sur sa une : "Vous n'y échapperez pas", et ni Télérama ni les Cahiers du Cinéma n'ont été en reste pour promouvoir le blockbuster. Un budget de 35 millions de dollars, un réalisateur qui monte, un Nicholson en Joker, un Prince sur la BO et finalement plus de 400 millions de recettes mondiales... C'est vrai que Batman, de Tim Burton, c'est pas mal. Mais disons qu'il n'y a pas de quoi se relever la nuit non plus, même pour Kim BasingeR.

S comme Suites : Retour vers le futur 2, Indiana Jones et la dernière croisade, Phantasm 2, SOS Fantômes 2, Hellraiser 2, L'Arme fatale 2, Big Top Pee Wee, La Mouche 2, Police Academy 6, Vampire… vous avez dit vampire ? 2… Voici, des plus honorables aux plus catastrophiques, les nombreuses suites présentes dans notre sélection. De là à dire qu'Hollywood manque d'idéeS

T comme Tornatore : Un Oscar du meilleur film étranger, un Grand Prix du Jury à Cannes, un énorme succès dans les salles, etc. Cinéma Paradiso de Giuseppe Tornatore est très vite devenu le film-symbole brandi devant le grand public pour attiser la nostalgie du spectacle cinématographique à l'ancienne. Attendris, indulgents, nous éviterons de le juger trop sévèremenT.

U comme Union sacrée (L') : Dans notre tableau, 4 bulles pour le pire film de l'année. Avec Bruel, Berry, Arcady et Goldmann… c'était d'avance courU.

V comme Vingt-six : Comme il l'a savoureusement déclaré lui-même, dorénavant, sa carrière ne peut que décliner… Steven Soderbergh est devenu à 26 ans, le plus jeune lauréat de la Palme d'or (avec Louis Malle, coréalisateur du Monde du silence en 1955), pour son premier film Sexe, mensonges et vidéo, tourné avec très peu de moyens mais beaucoup d'intelligence. L'une des œuvres fondatrices du "nouveau cinéma indépendant américain", expression qui revient certes tous les dix ans comme un leitmotiV.

W comme Water-polo : Nous savions Nanni Moretti sportif, notamment grand amateur de football. Il le prouve plus que jamais dans Palombella Rossa, fantaisie ayant pour cadre une piscine dans laquelle se déroule un match de water-polo. Ce fut, avec celui de Peter Greenaway, le film le plus apprécié par le staff de Zoom Arrière cette année. Si, personnellement, je fais partie des moins enthousiastes, j'admets volontiers que Nanni continue de débiter ses dialogues avec un excellent floW.

X comme X : L'essor de la vidéo et l'arrivée de Canal+ ont fini ces dernières années de faire basculer le genre pornographique de la salle de cinéma au salon. Seule une poignée de longs métrages a été distribuée en 1989 avec un classement X et aucun membre de notre équipe n'a pu en visionner. Parcourant leurs titres plus délicats les uns que les autres, est-ce vraiment dommage pour, par exemple, La Rousse elle fait vraiment tout, Réseau baise ou Elles sucent à genouX ?

Y comme Yankees : 1989, année noire pour l'économie du cinéma français. La fréquentation des salles tombe au plus bas et les productions américaines raflent la mise en s'octroyant 55% de parts de marché. Sur les 18 premiers films du box office, 14 sont américains et la bannière étoilée flotte au-dessus des 9 premières marches. Et comme si cela ne suffisait pas, en juillet, Laurent Fignon perd le Tour de France de cyclisme pour 8 secondes au profit de Greg Lemond ! Que nous reste-t-il ? Une victoire là où les Yankees ne risquent pas de nous enquiquiner : le Tournoi des Cinq Nations en RugbY.

Z comme Zidi : L'amuseur a dû en avoir assez, au moins pour un temps, de faire rire à si peu de frais depuis ses débuts. Par delà les affreux Rois du gag, les réussites relatives des comédies plus "sérieuses" que furent Les Ripoux puis Association de malfaiteurs étaient bien des signes annonciateurs d'une évolution chez Claude Zidi. Deux, avec Maruschka Detmers et Gérard Depardieu, est cette fois une vraie comédie dramatique. Dire qu'elle est satisfaisante serait un bien grand mot. Elle a toutefois valu à son auteur un entretien dans, mazette !, les Cahiers du Cinéma. Alors, pour l'avenir, sur Zidi, vous, vous miseZ ?

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 187 longs métrages (sur les 384 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent Timothée
Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant (Greenaway)       *** *** ****   ****     ****  
Palombella rossa (Moretti)   ****   *** ** **** ****       **** **
Le Temps des gitans (Kusturica)   *** *** *** **** ****   **       ***
Incidents de parcours (Romero)       ***   ****         ****  
Faux-Semblants (Cronenberg)   **** * **** **** **** *** *** ** * ***  
Les Liaisons dangereuses (Frears) *** **   *** *** *** ** *** *** ** *** ***
Les Aventures du baron de Münchausen (Gilliam) *** **   *** *** ***   *** *** ** ***  
Invasion Los Angeles (Carpenter)     ° *** ** ****       **** **** ***
La Bande des quatre (Rivette)   ***   **** ***   **       ***  
Trop belle pour toi (Blier) * *** *** **** *** ** ** *** ***   ***  
Do the Right Thing (Lee)   *** **** ** *** **** **     *** *  
Un monde sans pitié (Rochant)   ***   *** *** **   ***     ***  
Brève Histoire d'amour (Kieslowski)       *** ***     ***     ***  
Monsieur Hire (Leconte) ** ***   *** *** ***   **     ***  
Abyss (Cameron)   *** *** ** ** **** ** ** *** ** ***  
Une autre femme (Allen)       **** ***   ** **     ***  
Désir meurtrier (Imamura)         *** ****            
Femmes au bord de la crise de nerf (Almodovar)   ***   ** ** **** **     ** ***  
Retour vers le futur 2 (Zemeckis)   *** ** ** **     ** *** *** ** ***
Mystery Train (Jarmusch)       *** ** ***         ***  
Nocturne indien (Corneau)   ***   ** *** **   ***        
Un poisson nommé Wanda (Crichton) ** **   *** ** ****     ** ** ** **
Sexe, mensonges et vidéo (Soderbergh) *** **** ** ** **** ** * * ** * ***  
Indiana Jones et la dernière croisade (Spielberg) ** ** * ** ** ** *   *** **** ** ***
Alice (Svankmajer)       ** ** **** ** ** ** ****    
Veuve mais pas trop (Demme)   **   * *** ***         ***  
La Vie et rien d'autre (Tavernier)   *** ** ** ***     **        
Yaaba (Cissé)         **   **       ****  
High Hopes (Leigh)       ** ***           ***  
Jésus de Montréal (Arcand)       ** *** ***            
Family Viewing (Egoyan)       ** *** ***            
Angoisse (Luna)       ***   ***            
Erik le Viking (Jones)       ***             ***  
Le Prince Nezha triomphe du roi Dragon (Wang, Yan & Xu)           ****            
Le Café des jules (Vecchiali)     ****                  
Les Insoumis (Brocka)           ****            
Rouge (Kwan)           ****            
Noce blanche (Brisseau)   * *** ** * **** *** **   * **  
Baxter (Boivin)   **   ** ** ***   ** **      
Mes nuits sont plus belles que vos jours (Zulawski)   *   ***   ***   **     **  
Calme blanc (Noyce)         ** **   **   ** ***  
Pluie noire (Imamura)   *** *   ***   **          
Batman (Burton) ** *** ** ° ** *** **   ** ** * **
Tucker (Coppola)     °     ***         ****  
Talk Radio (Stone)         * ***         ***  
Une histoire de vent (Loridan & Ivens)       ** ***   **          
Quand Harry rencontre Sally (Reiner) ° *** ** ** ** **   * ** *** ** *
Cinéma Paradiso (Tornatore)   *   ** ** **   *   * *** ***
Force majeure (Jolivet)   ** ** ** **     **        
Les Aventures d'Eddie Turley (Courant)       ** ***              
Le Petit Diable (Benigni)       **             ***  
Le Petit Dinosaure et la vallée des merveilles (Bluth)     ***             **    
Great Balls of Fire (McBride)           **         ***  
Le Voleur de savonnettes (Luchetti)       **             ***  
Valmont (Forman)   ***   ** * **** ** *     °  
Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? (Zucker) * *   ** ** *     * *** *** **
Cop (Harris)     **   ** ***     *      
Peaux de vaches (Mazuy)       ** * *** **          
Ganashatru - Un ennemi du peuple (Ray)     ** *** *   **          
Après la guerre (Hubert)   * ** ** *       * ****    
Les Maris, les femmes, les amants (Thomas)     * **       ***        
Mort d'un commis voyageur (Schlöndorff)   **           *   ***    
Splendor (Scola)       **       *     ***  
Les Baisers de secours (Garrel)       ***     ** *        
Sans espoir de retour (Fuller)     ** **   **            
Zanzibar (Pascal)   **   **   **            
Le Peuple singe (Vienne)           ***            
Le Grand Défi (Anspaugh)                     ***  
Les Eaux printanières (Skolimowski)                     ***  
Tolérance (Salfati)           ***            
Dernière Sortie pour Brooklyn (Edel)           ***            
La Loi criminelle (Campbell)           ***            
Comic Book Confidential (Mann)                     ***  
Rain Man (Levinson)   ** *** ** **       * * ° **
Romuald et Juliette (Serreau) ° **   *** ** **     * *    
Mes meilleurs copains (Poiré) * * ** *** ** *     ** °    
Calendrier meurtrier (O'Connor)   *       ***            
Le Blob (Russell)       **             **  
Phantasm II (Coscarelli)           **         **  
Le Sorgho rouge (Zhang)       ** **              
Je suis le seigneur du château (Wargnier)       ° ***     **        
La Légende du saint buveur (Olmi)       ° **     ***        
Le Maître de musique (Corbiau)                 *   * ***
L'Amour est une grande aventure (Edwards)     *     *         ***  
La Fille de quinze ans (Doillon)       ***     * *        
L'Enfant de l'hiver (Assayas)       **   **   *        
Chambre à part (Cukier)   **   **   *            
Permis de tuer (Glen)   ° *     *     **   *** *
Mississippi Burning (Parker)   ** *   ** *   *     *  
S.O.S. fantômes II (Reitman) * **   ° *       * *** °  
New York Stories (Allen, Coppola & Scorsese)     * *   **   * °   **  
Black Rain (Scott)   *     * **   * *   *  
Roselyne et les lions (Beineix)   *   ** *     °     **  
Bunker Palace Hotel (Bilal)   **   °   **   *     *  
I Want to Go Home (Resnais)       ** °         * **  
Astérix et le coup du menhir (Grimond) *   *           * **    
Le Cauchemar de Freddy (Harlin)       °   **         **  
Les Cannibales (Oliveira)   **     °   **          
Le Mystère d'Oberwald (Antonioni)       *     ** *        
Une saison blanche et sèche (Palcy)           *   *     **  
La Dernière Cible (Van Horn)           **         *  
La boca del lopo (Lombardi)         **     *        
Deux (Zidi)       ** *              
Le Retour des mousquetaires (Lester)           **         *  
L'Ami retrouvé (Schatzberg)           **   *        
Hellraiser 2 : les écorchés (Randel)           **         *  
Les Enfants du désordre (Bellon)   **   *                
Boris Godounov (Zulawski)           *   **        
Pink Cadillac (Van Horn)           **           *
Domani domani (Luchetti)         **              
High Spirits (Jordan)                     **  
Futur immédiat - Los Angeles 1991 (Baker)           **            
Withnail and I (Robinson)               **        
Parrain d'un jour (Mamet)         **              
Helsinki Napoli (M. Kaurismäki)       **                
J'ai épousé une extraterrestre (Benjamin)                   **    
Le Philosophe (Thome)       **                
Un cri dans la nuit (Schepisi)           **            
Esclaves de New York (Ivory)           **            
Scandal (Caton-Jones)           **            
The Tall Guy (Smith)           **            
Etat de choc (Becker)           **            
Confession criminelle (Walton)           **            
Ariel (A. Kaurismäki)       **                
Histoires d'Amérique (Akerman)       **                
La Ville zéro (Chakhnazarov)                     **  
Comédie d'amour (Rawson)           **            
La Femme de Rose Hill (Tanner)       **                
Oliver et compagnie (Scribner)                     **  
Big Top Pee-Wee (Kleiser)                        
L'Arme fatale 2 (Donner)         ° **     ° ** * *
Tequila Sunrise (Towne))           *     °   **  
Les Accusés (Kaplan)         *         * *  
Jumeaux (Reitman)     ** °   *     ° *    
Jeu d'enfant (Holland)       °   **            
Marquis (Xhonneux)         ° **            
Les Cinéphiles (Skorecki)     ° **                
La Vouivre (Wilson)   *           *        
Chimère (Devers)       *   *            
La Révolution française (Enrico & Heffron)   *               *    
Working Girl (Nichols)   **   ° * *     ° ° *  
Gorilles dans la brume (Apted)   *     * *     °      
Family Business (Lumet)       *   *   *     °  
Cocktail (Donaldson) ° **               °    
Radio Corbeau (Boisset) *     °       *        
La Mouche 2 (Walas)                 * ° *  
Les Bois noirs (Deray)   *       °   *        
Vanille fraise (Oury)   *   *         °      
Le Piège de Vénus (Van Ackeren)       *                
La Soule (Sibra)         *              
Scoop (Kotcheff)                 *      
Embrasse-moi (Rosier)       *                
Un tour de manège (Pradinas)               *        
Voyageur malgré lui (Kasdan)           *            
The Kiss (Densham)           *            
Police Academy 6 : S.O.S. ville en état de choc (Bonerz)                   *    
Le Plus escroc des deux (Oz)           *            
Docteur Jekyll et Mister Hyde (Kikoïne)               *        
Baptême (Féret)               *        
Jusqu'au bout du rêve (Robinson)           *            
Old Gringo (Puenzo)                     *  
L'Orchestre rouge (Rouffio)           *            
Pentimento (Marshall)   *                    
La Chute des aigles (Franco)                     *  
Les Cigognes n'en font qu'à leur tête (Kaminka)   *   °                
Cookie (Seidelman)   °                 *  
Young Guns (Cain)   *       °         °  
Vampire... vous avez dit vampire ? 2 (Wallace)                     °  
La Salle de bain (Lvoff)               °        
Clash Commando (Ho)                     °  
Cocoon, le retour (Petrie)                 °      
Rosalie fait ses courses (Adlon)       °                
M.A.L. Mutant aquatique en liberté (Cunningham)                     °  
La Barbare (Darc)           °            
Cyborg (Pyun)           °            
Chien de flic (Daniel)   °                    
L'Invité surprise (Lautner)       °                
Sauf votre respect (Hamilton)           °            
Comédie d'été (Vigne)           °            
Punisher (Goldblatt)           °            
Ninja, American Warrior (Ho)                     °  
Kickboxer (Worth)                 ° °    
Haute Sécurité (Flynn)           °     °      
Cousins (Schumacher)       °   °            
Johnny Belle Gueule (Hill)           °         °  
Les Dieux sont tombés sur la tête, la suite (Uys) °               ° °    
L'Union sacrée (Arcady)   °   ° °     °        
 

Antoine

Céline

Christophe

Dr.Orlof

Edouard

FredMJG

Jean-Luc

Ludovic

Nolan

Rémi

Vincent

Timothée

Inédits, courts et moyens métrages :

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent Timothée
Elephant (Clarke, mm)  ** ***     *** **** **   **      
Les Sièges de l'Alcazar (Moullet, mm)     * ** **           *** ***
Seuls (Smolders, cm)       ***                
Le dixième clandestin (Lina Wertmuller)                     **  
Caracas (Michael Schottenberg)                     **  
Le rendez vous de Travers (Michael Gwisdek)                     **  
El río que nos lleva (Antonio del Real)                     **  
Le prisonnier de St Petersbourg (Ian Pringle)                     **  
Sept femmes (Thome)       *                
Maya (Marcello Avallone)                     *  
L.A. Bounty (Worth Keeter)                     *  

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Désir meurtrier (Imamura) Faux-Semblants (Cronenberg) 3- La Bande des quatre (Rivette) 4- Palombella Rossa (Moretti) 5- Invasion Los Angeles (Carpenter) 6- L'Amour est une grande aventure (Edwards) 7- Les Cannibales (de Oliveira) 8- Les Baisers de secours (Garrel) 9- Voyageur malgré lui (Kasdan) 10- Batman (Burton)
Inédits : Elephant (Clarke) Les Sièges de l'Alcazar (Moullet)

Un simple amateur :
1- Palombella rossa (Moretti) 2- Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant (Greenaway) 3- Le Temps des gitans (Kusturica) 4- La Bande des quatre (Rivette) 5- Brève Histoire d'amour (Kieslowski) 6- Le Café des jules (Vecchiali) 7- Les Liaisons dangereuses (Frears) 8- Faux-semblants (Cronenberg) 9- Les Aventures du baron de Münchausen (Gilliam) 10- Trop belle pour toi (Blier)

Pierre :
Top 12 : 1-Faux-semblants (Cronemberg) 2-Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant (Greenaway) 3-Monsieur Hire (Leconte) 4-Les aventures d'Eddy Turley (Courant) 5-Angoisse (Luna) 6-Les liaisons dangereuses (Frears) 7-Rouge (Kwan) 8-Noce blanche (Brisseau) 9-Yaaba (Ouedraogo) 10-Alice (Svankmajer) 11-Abyss (Cameron) 12-Carnets de notes sur vêtements et villes (Wenders)
39 hors liste suivants : The last of England (Jarman)*** Le passeur (Gaup)*** Manika, une vie plus tard (Villiers)*** La vie en plus (Hughes)*** Fair game (Orfini)*** Khandhar, les ruines (Sen)*** La chevauchée de feu (Vincer)*** La citadelle (Chouikh)*** Le garçon de courses (Chakhnazarov)** Tabataba (Rajaonarivelo)** La petite Vera (Pitchoul)** L'homme qui voulait savoir (Sluizer)** Rouge Venise (Périer)** Initiation d'une jeune marquise (Reinhardt)** L'adieu au roi (Milius)** Bandini (Deruddere)** Le messager de la mort (Thompson)** Les yeux du désir (Blumemberg)** Bal poussière (Duparc)** Heaven (Keaton)** Cher frangin (Mordillat)** Nyamanton (Sissoko)** Kinjite (Thompson)** Les deux Fragonard (le Guay)** Kenny (Gagnon)** Chute mortelle / Overdose (Pallardy)** Mr North (Huston)** Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer? (Benoit)* Cheeseburger film sandwich (Dante, Gottlieb, Weiss, Horton, Landis)* Lui et moi (Dorrie)* Karaté kid 3 (Avildsen)* Les passagers de l'angoisse (Fuller)* Son alibi (Beresford)* Burning secret (Birkin)0 Buster (Green)0 Suivez cet avion (Ambard)0 Love dream (Finch)00 Périgord noir (Ribowski)00 Le scorpion rouge (Zito)000
47 longs métrages inédits : 1-Dr Caligari (Sayadian)**** 2-Site 2 (Panh)**** 3-Split (Shaw)*** 4-The dark planet (Corben et Wheate)*** 5-Spirits of the air, gremlins of the cloud (Proyas)*** 6-Society (Yuzna)*** 7-Paganini (Kinski)*** 8-Sermoes, a historia de Antonio Vieira (Bressane)*** 9-Rodrigo D no futuro (Gaviria)*** 10-Les sorcières (Roeg)*** 11-Urutsokidoji (Takayama)*** 12-Backtrack (Hopper)*** 13-Fernand deligny, à propos d'un film à faire (Victor)*** 14-Far from home (Avis)*** 15-Amour défendu (Dziuba)*** 16-Banlieusards (Dante)*** 17- The nasty girl (M Verhoeven)*** 18-Standard (Acha)*** 19-Just heroes (Woo)** 20-Toxic avenger part 2 (Kaufman)** 21-La main du saigneur (Palm)** 22-Robot-war (Harada)** 23-Scènes intimes dans une salle de bains (Hermosillo)** 24-Visitors (Ersgard)** 25-Témoin à tuer (Mandel)** 26-Class 1999 (Lester)** 27-Contes d'outre tombe (Zemeckis, Donner, Hill)** 28-l'oncle Buck (Hughes)** 29-The borrower (mc Naughton)** 30-Le sapin a les boules (Chechik)** 31-The fourth war (Frankenheimer)** 32-Bykeuses contre morts-vivants (Hoskins)** 33-Jeu d'espion (Wu)** 34-Kasam vardi kee (Mitra)** 35-Journal intime d'une paysanne (Vilsmaier)* 36-Evil train (Kwitny)* 37-Terror, sexo y brujeria / Narco satanico (Portillo)* 38-Expérience interdite (Saville)* 39-les héritiers de la haine (Chetwynd)* 40-Les enfants de la nuit (Meisel)* 41-Blue angel café (D'Amato)* 42-Begotten (Mehrige)* 43-La princesse de Satan (Gordon)0 44-Preuves à l'appui (Crichton)0 45-Désorganisation de malfaiteurs (Kouf)0 46-Zombie academy (Acomba)0 47-Breakdown (Winters)000
13 Courts métrages : 1-Le club des abandonnés (Barta)***** 2-Lumière obscurité lumière (Svankmajer)***** 3-Seuls (Knauff et Smolders)**** 4-The mummy's dream (Ito)*** 5-Meat love (Svankmajer)*** 6-L'île aux fleurs (Furtado)*** 7-Knick Knack (Lasseter)*** 8-A grand day out (Park)*** 9-Next (Purves)** 10-Hubdub in the baobab (Kotting)** 11-Walk to East village (Sullivan)** 12-Madame pipi (Burgard)** 13-l'oeil du cyclone (Mulloy)*
11 moyens métrages : 1-Maria (Sokourov)**** 2-Histoire(s) du cinéma 2 : Une histoire seule (Godard)*** 3-100 days of Adolf Hitler (Schlingensief)*** 4-Elephant (Clarke)*** 5-Les morts de la Seine (Greenaway)*** 6-Le reflet de la vie (De Latour)*** 7-Perdues dans New-York (Rollin)*** 8-El reino de Victor (Ulloa)** 9-César Babarius contre les bassis-mosans (Hardy)** 10-Marseille de père en fils (Comolli)** 11-No such things as gravity (Wittenstein)**

Mister Arkadin :
*** : Trop belle pour toi (8) ; Brève histoire d’amour (7)
** : Un monde sans pitié (7) ; Pluie noire (7) ; Mes meilleurs copains (6) ; Sexe, mensonges et vidéo (6) ; Une autre femme (6) ; Indiana Jones et la dernière croisade (6) ; I Want to Go Home (6) ; Family Viewing (6) ; Femmes au bord de la crise de nerf (6) ; Batman (6) ; Romuald et Juliette (6) ; Le Temps des gitans (6) ; La Fille de quinze ans (6) ; Mort d’un commis voyageur (5) ; La Vie et rien d’autre (5) ; Nocturne indien (5) ; Les Liaisons dangereuses (5) ; Palombella rossa (5) ; Les Sièges de l’Alcazar (5) ; Retour vers le futur 2 (5) ; Great Balls of Fire (5)
* : Cinéma Paradiso (4) ; La Révolution française (4) ; New York Stories (4) ; Rain Man (4) ; Noce blanche (4) ; Monsieur Hire (4) ; Splendor (4) ; Yaaba (4) ; Bunker Palace Hotel (4) ; Les Cinéphiles (4) ; Valmont (3) ; Deux (3)
o :
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Do the Right Thing ; Abyss ; Zanzibar ; Une saison blanche et sèche ; Désir meurtrier

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1989 ? (80 votants)

1- Faux-semblants (David Cronenberg) (12 voix)
2- They live (John Carpenter) (8 voix)
3- Palombella Rossa (Nanni Moretti) (7 voix)
4- Sexe, mensonges et vidéo (Soderbergh) (6 voix)
5- Do the right thing (Lee), Les Liaisons dangereuses (Frears), Indiana Jones et la dernière croisade (Spielberg), La Vie et rien d'autre (Tavernier) (4 voix)
9- Le Temps des gitans (Kusturica), La bande des quatre (Rivette), Abyss (Cameron) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Mystery Train (Jarmusch), Pluie noire (Imamura), Cop (Harris), Cinema Paradiso (Tornatore)
Et 1 voix : Un monde sans pitié (Rochant), Tucker (Coppola), Les Baisers de secours (Garrel), Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant (Greenaway), Noce blanche (Brisseau), Quand Harry rencontre Sally (Reiner), Batman (Burton), Un poisson nommé Wanda (Crichton), Talk radio (Stone), La Fille de 15 ans (Doillon), Retour vers le futur 2 (Zemeckis), Les Aventures du baron de Munchausen (Gilliam), Erik le vicking (Jones), Jusqu'au bout du rêve (Robinson)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Rain Man, Barry Levinson, 6 474 520 entrées
2. Indiana Jones et la Dernière Croisade, Steven Spielberg, 6 249 271 entrées
3. Retour vers le futur 2, Robert Zemeckis, 2 992 497 entrées
4. Oliver et Compagnie, George Sribner, 2 858 997 entrées
5. Un poisson nommé Wanda, Charles Crichton, 2 212 414 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Un monde sans pitié (Eric Rochant)
- Prix Méliès : Monsieur Hire (Patrice Leconte)
- Prix Jean Vigo : Chine ma douleur (Dai Sijie)
- César du meilleur film : Trop belle pour toi (Bertrand Blier)
- Oscar du meilleur film : Rain Man (Barry Levinson)
- Festival de Venise, Lion d'or : La Cité des douleurs (Hou Hsiao-hsien)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Sexe, mensonges et vidéo (Steven Soderbergh)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Rain Man (Barry Levinson)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Pourquoi Bodhi-Dharma est-il parti vers l'Orient ? (Yong Kyun-bae)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Voyageurs sans permis (Andreï Kontchalovsky) & La Nacion Clandestina (Jorge Sanjines)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1989 sur le site Encyclo-Ciné)

11/10/2015

Sur vos écrans en 1982

EDITORIAL :

Par Jocelyn M.

1982,scott,godard,demy,de palma,carpenter,passer,lustig,aldrich,wenders,paradjanovAussi étonnant que cela puisse paraître - et "scandaleux" serait d’ailleurs un terme plus approprié, en l'espèce, qu' "étonnant" - le meilleur film de l'année 1982 n'apparaît pas parmi les 10 premiers du classement de mes collègues. Pire, il n'apparaît pas même, du tout, dans la liste délivrée ci-dessous. Un comble. Pourtant, une brève visite wikipédienne confirme sans équivoque le regrettable oubli, la triste boulette : il est bien sorti sur les écrans français (et de la planète entière d'ailleurs, simultanément) en 1982. Le 8 juillet pour être exact. Production franco-allemande, avec une participation espagnole - principalement logistique - l'œuvre en question est cependant signée par un réalisateur néerlandais, Charles Corver. Si le titre convoque volontiers les fantômes de Raoul Walsh, de Julien Duvivier, de John Huston, et qu'il ne manque pas de compléter la récente vision d'un JJ Annaud, c'est bien vers le récent Empire Contre-Attaque d'Irvin Kershner (et George Lucas) qu'il lorgne le plus.

Impossible de ne pas voir dans la prestation du dénommé Patrick Battiston un démarquage paresseux d'Harrison Ford en Han Solo statufié et, moins encore, dans celle du sobriqué Platoche un démarquage à peine dissimulé de Mark Hammill dans le pyjama de Luke Skywalker (et ce jusque dans ses promesses de venger son copain terrassé par le côté obscur de la Force). Inutile de revenir non plus sur l'armée de méchants toute de blanc vêtue, allusion à peine voilée aux stormtroopers - tandis que le rouge porté par le bad-ass-en-chef ne dupe personne et ne parvient jamais à maquiller le plagiat éhonté de Darth Vader dont se rend coupable le bondissant Harald Schumacher !

Ceci posé, il n'était pas moins impossible, en juillet 82, de résister à ce concentré d'émotions contraires (titré donc France-Allemagne), ce suspense proprement insoutenable, ce sens du tempo et cette faculté à faire surgir les effets au bon moment qu'orchestrait là monsieur Corver (qui dirige non pas avec un porte-voix mais avec un sifflet). Et il m'apparaît donc ahurissant que notre colonne ait omis une telle œuvre, parmi les plus intenses qu'il nous ait été donné, de mémoire de scrupuleux cinéphile, à voir. Œuvre qui n'a pas pris, au passage, la moindre ride (même si on me dit que certains acteurs aient, en particulier le Luke Skywalker portant numéro 10, mal tourné par la suite, grisé par l'appât du gain et la place du voisin) (*).

Le reste de l'année 82 ne fut par ailleurs pas terne pour autant. Les levées d'écrous opérées par un gouvernement de gauche nouvellement arrivé permit, sous l'impulsion d'un Langien (plus Jack que Fritz), de libérer quelques bobines de tout premier intérêt (Massacre à la tronçonneuse, le premier Mad Max) que la censure giscardienne avait placées sous l’éteignoir, et on en eut donc pour notre argent. C'est ainsi une année où le cinéma de genre s'épanouit plus qu'à l'accoutumée, et en est salué de retour (Blade Runner, The Thing, Maniac tiennent ainsi des marches parmi les meilleures de notre classement, talonnés par le Hooper et le Miller cités plus haut, mais aussi par ET, La Dernière Vague, Poltergeist, Wolfen et même... Virus Cannibale (classé 44ème) !!!) - personnellement il n'en fallait pas plus pour me faire chavirer d'aise. L'espiègle historien(-ne) du cinéma des années 80, ici brillamment naissantes dans leurs diverses manières, appréciera avec le recul l'épilogue par l'Histoire concocté à l'affaire L'As des As vs. Une Chambre en Ville, qui se solde par plus de 150 degrés d'écart dans le bilan Zoom-A, au profit de Demy plutôt qu'Oury. Ce même historien n'aura en revanche toujours pas démêlé l'écheveau Poltergeist : une frange affirmant que c'est bien un film de son réalisateur, Tobe Hooper, tandis qu'une autre scandera toujours qu'il est évidemment l'œuvre de son producteur, Steven Spielberg.

A titre personnel 1982 est sans doute mon année de naissance "cinéphile" - j'ai, civilement, 11 ans. Je vois "en salles" des films que "je décide" de voir, et rêve à d'autres que la VHS me fera rattraper quelques années plus tard. C'est l'aube non pas des morts-vivants (encore que !) mais de mon parcours, buissonnier, louvoyant, désinhibé et innocent, dans la forêt des films, sans hiérarchie ni perspective encore, sans but ni amortissement des investissements. Foin de capitalisation et de mise en perspective. Entre 1982 et 1987, j'étais encore un pur. Ça s'est gâté depuis.

 

(*) au soir de ma trouvaille éditoriale, je m'aperçois que, vingt ans plus tard, à l'été 2002, les Cahiers du Cinéma notaient déjà les matchs de la Coupe du Monde (Frédéric Bonnaud et Charles Tesson attribuant un *** à la rencontre Italie-Corée) dans leur tableau mensuel. Je n'ai donc, une nouvelle fois et avec mon espièglerie coutumière, rien inventé.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 207 longs métrages (sur les 614 sortis en salles) et 4 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Vincent Rémi
Blade Runner (Scott) *** ** ° **** **** **** *** **** **** ****
Passion (Godard) ***   ****   ***   ****     ***
Une chambre en ville (Demy)   **** ****   ***   ***   ***  
Vincent (Burton, cm)      *** *** ****       ****  
Blow Out (De Palma) *** ** *** ** **** **** *** **** *** ***
The Thing (Carpenter)   *** ** ** **** **** ** *** **** ***
Cutter's Way (Passer)   **** ** *** **** ***        
Maniac (Lustig)     **   *** ****     ****  
Deux Filles au tapis (Aldrich)   ***   *** ***   ***   ****  
L'Etat des choses (Wenders) ***   ** *** **** ****     ***  
Sayat nova, couleur de la grenade (Paradjanov) ***   *** ** ****          
Coup de cœur (Coppola)   **   *** ****   ** ** ***  
Identification d'une femme (Antonioni) ***   ** ** ****   ***      
Mad Max 2 (Miller)     ° *** **** ****   *** **** **
Dernier Caprice (Ozu)     ** ***           ****
ET l'extraterrestre (Spielberg) *** **** ° * ** **** ** ** **** ***
Massacre à la tronçonneuse (Hooper) ** * **** ** **** **** * ** **** ***
Georgia (Penn)   ****   *** ***       **  
La Nuit de San Lorenzo (Taviani) ****     ***     ***   ***  
Le Secret de Veronika Voss (Fassbinder)     *** ** ***       ***  
Les Femmes de la nuit (Mizoguchi)   ***     ****          
Manille (Brocka)   ****     ***          
Le Père Noël est une ordure (Poiré) * *** *** *** *** **** * *** ** ***
Comédie érotique d'une nuit d'été (Allen) **   **** ** *** *** **   ****  
Fitzcarraldo (Herzog) ** * ** ** *** **** ***   *** ***
Victor Victoria (Edwards) **** *** ** ** **** ** ** * ****  
L'Ange de la vengeance (Ferrara)         *** ***     ***  
San Clemente (Depardon)     ** *** ****          
Mourir à trente ans (Goupil)     *** *** ***          
Dressé pour tuer (Fuller)   ****   * ****   *      
Les Cadavres ne portent pas de costard (Reiner)     ** ** *** *** **   ***  
Querelle (Fassbinder) ** * ** *** ****   ***      
Le Beau Mariage (Rohmer) ** ** *** ** **   ** * *** ****
Les Fantômes du chapelier (Chabrol)   * ** *** *** *** ** **    
Hammett (Wenders)     *** ** *** ** ** ** ***  
La Dernière Vague (Weir)     ** ** ***   **   ** ***
Poltergeist (Hooper)     **     ****   * *** **
Pixote, la loi du plus faible (Babenco)   **   ** ****   **      
Brisby et le secret de Nimh (Bluth)   ****       ***        
Le Pont du nord (Rivette)     **   ****          
Mur Murs (Varda)     ** ** ****          
Paradis pour tous (Jessua)         ** *** ***      
Wolfen (Wadleigh)         *** ***     **  
Cinq et la peau (Rissient)         ***   ***      
Virus cannibale (Mattei)           **     ****  
Jaguar (Brocka)         ****          
La Vengeance est à moi (Imamura)         ****          
Mad Max (Miller) **   ° ** **** **** * ** **** *
Bandits bandits (Gilliam)     ** ** *** **     **  
Missing (Costa-Gavras) ** **   ** ** ** **   **  
La Femme tatouée (Takabayashi)     ** ** ***          
La Fièvre au corps (Kasdan)       ** ***       **  
La Maîtresse du lieutenant français (Reisz)   ***     ***   *      
Le Prince de New York (Lumet)   *     ****       **  
Ragtime (Forman)         ****   *   **  
Conte de la folie ordinaire (Ferreri)     ** * ***   **   **  
La Féline (Schrader)     * ** ***   **   **  
Diner (Levinson)   ***     **          
Gallipoli (Weir)         ***       **  
L'Incroyable Alligator (Teague)         ** ***        
Le Bateau (Petersen)         **       ***  
Pink Floyd the Wall (Parker) * ** *** ** *** ** * * * **
La Dernière Maison sur la gauche (Craven)     *** ° ***   *   **  
Yol (Güney & Gören)   **   ** ***   *     **
Espion lève-toi (Boisset)     **   ** * **   **  
Supervixens (R. Meyer)     **   ** **     ** *
L'Honneur d'un capitaine (Schoendoerffer)   *     **   ***      
La Maison du lac (Rydell) **           *   ***  
La Maison près du cimetière (Fulci)     *   ***       **  
Reds (Beatty)   ***     **   *      
Y a-t-il un Français dans la salle ? (Mocky)     **     ** **      
En rachâchant (Huillet & Straub, cm)                 ***  
Epouvante sur New York (Cohen)                 ***  
Et tout le monde riait (Bogdanovich)                 ***  
Killer of Sheep (Burnett)         ***          
Le Larron (Festa-Campanile)                 ***  
Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz (Binet)         ***          
Les Sorties de Charlerine Dupas (I : l'été) (Morder, cm)                 ***  
Police frontière (Richardson)         ***          
The French (Klein)           ***        
The Mafu Cage (Arthur)         ***          
Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ (Yanne) *   ** * ** ** * ** ** **
Conan le barbare (Milius) ° *   ° *** ***   * *** **
Tron (Lisberger) *   °   *** *** ° ** ** *
Docteurs in Love (Marshall)     **     *** °   **  
Les Misérables (Hossein) *       ** ** *   **  
Blue Holocaust (Massaccesi)         * ***        
Britannia Hospital (Anderson)