Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Sur vos écrans en 1995

EDITORIAL :

Par Céline S.-P.

ceremonie00.jpg

1895-1995-2016

Janvier 1995, la télévision inaugure une année de fête en publiant un faire-part de décès. La Cinecitta se meurt sous les yeux de Michèle Morgan, invitée du journal de 20h Antenne 2. Le studio 5 est orphelin de son maître disparu il y a un peu plus d’un an. Medusa, abandonné dans un coin, semble nous regarder, nous implorer de faire revivre la folie et la démesure de Fellini. Mais la télévision italienne s’est emparé du lieu pour y tourner un programme, « Caro bebe » ne sera pas, à l’évidence, un hommage au déjeuner filmé par Louis Lumière… Un mois plus tard, le 13 février 1995, Antenne 2 célèbre le dépôt de brevet du Cinématographe en évoquant… un dépôt de bilan. Les studios de la Victorine sont également rongés par le délabrement et l’abandon. La télévision offre aux cinéphiles une commémoration au goût de cendre. Faut-il alors souhaiter au cinéma un « Joyeux non-anniversaire ! » comme le fait Camille Nevers dans le numéro de février des Cahiers du cinéma ? Dans ce billet, l’opération « Premier siècle du cinéma » est jugé sévèrement : « "L’histoire du cinéma" que l’on s’apprête à célébrer n’appartient pas plus à l’Histoire qu’au cinéma, elle est la bonne affaire des spécialistes médiatiques en tout genre, pas de la critique, celle de la muséographie des animateurs de banquets, des marchands d’armes et des collectionneurs d’art, pas celle des idées, celle des technologies et surtout pas celle des idéologies et leurs images correspondantes. Une histoire glorieuse et victorieuse, fourmillant d’anecdotes savoureuses, oublieuses des luttes, des défaites, ou des propagandes, passées et actuelles. » C’est cette histoire du cinéma qu’Agnès Varda met en scène dans Les cent et une nuits de Simon Cinéma. La réalisatrice choisit Michel Piccoli, on ne peut lui donner tort, mais elle fait de son lit un monument aux morts sur lequel apparaissent les visages des disparus et de son château un musée kitsch qu’aucune présence, fantomatique ou non, ne parvient pas à animer. Y a-t-il encore du mouvement en 1995 ? C’est un peu la question de Thierry Jousse dans l’édito des Cahiers de janvier : « 1995 : Le cinéma fête son centenaire. Qu’attendre de ces sortes de célébration dont l’époque a le secret et la coutume ? Au mieux, des pensées qui concernent très directement les pouvoirs du cinéma ou ses impouvoirs. La seule question qui vaut d’être posée en ces temps, c’est bien : que peut le cinéma ? Question que l’on modulera facilement en un Qu’a donc inventé le cinéma ? ou Que peut-encore le cinéma ? »

Les enfants de Lumière, Les cent et une nuits, Lumière et Compagnie, A propos de Nice, la suite… les hommages, bilans, reprises et variations sont nombreuses. Alors que le deuxième siècle du cinéma s’annonce avec de belles découvertes (James Gray, Noémie Lvovsky, Sharunas Bartas, Tsai Ming-Liang ou Laetitia Masson), les « pouvoirs et impouvoirs » du cinéma envahissent des écrans dont les dimensions semblent parfois réduites par le repli sur soi. Ed wood, Au travers des oliviers, Le Regard d’Ulysse, Lisbonne story, Swimming with sharks, ça tourne à Manhattan, le cinéma est partout. Aux Etats-Unis, il a le pouvoir de faire renaître le plus mauvais cinéaste du monde, et se nourrit de ses catastrophes avec humour ou de la critique acerbe de son industrie. Ailleurs, on s’interroge… Dès le mois de février, le critique Charles Tesson pose un regard teinté d’inquiétude sur le film d’Abbas Kiarostami. Dans un long texte, il multiplie les questions fébriles, les siennes et celles du réalisateur : « Pourquoi ce besoin de revenir sur cet épisode déjà tourné ? », « comment un metteur en scène et un spectateur peuvent-ils à ce point être aveugles sur ce qui est en jeu dans une prise de vue dès qu’on engage des acteurs pour tenir un rôle ? La capacité du cinéma à nous révéler l’indicible dans le visible aurait-elle ses limites ? », « Comment, par le cinéma, parvenir à l’accord (entre l’acteur et le réalisateur) ? » ou « A quoi sert le cinéma ? ». En mars, un autoportrait annonce déjà l’hiver, une disparition de décembre. JLG est là, mélancolique et serein, vieillard et enfant. C’est un « autoportrait, donc pas une autobiographie. Un genre peu cinématographique, un genre de retour sur soi animé par un mouvement interne difficile à saisir, un surplace qui avance en même temps. » et qui invite à s’interroger à nouveau sur le temps au moment au Rohmer et Rivette reviennent également sur les écrans. C’est « le temps de filmer et le temps de vieillir », celui dont s’affranchit Rohmer dans les Rendez-vous de Paris. « Le cinéaste filme les rencontres entre les amants potentiels comme une suite d’instantanés sans liens entre eux ». « Il n’y a pas de place pour le vieillissement dans le frais cinéma de Rohmer ». C’est  le temps rivettien de la reprise. « Le temps ne se boucle pas exactement sur lui-même mais se tord, se replie, se suspend parfois (…) D’une certaine façon, le temps ne passe pas chez Rivette, il dure secrètement, même s’il ne s’actualise pas toujours dans le présent ». Le temps godardien, défini par Stéphane Bouquet comme « une ligne du destin, ligne pessimiste et déclinante qui va tout droit vers l’anéantissement », semble s’accorder davantage aux incertitudes de la fin de ce premier siècle, même si l’espoir demeure : « c’est qu’il y a toujours chez Godard, la croyance que quelque chose est capable de résister au mouvement du déclin, quelque chose qui s’appellerait l’œuvre d’art. » Le dernier film de Maurice Pialat, le dernier film d’Akira Kurosawa, le dernier film de Claude Sautet, les retours que sont Lisbonne story et Le regard d’Ulysse, quelque chose semble en cette année 1995 assombrir cet espoir, et la souplesse de Manoel de Oliveira (87 ans alors) imitant Charlot n’y change rien…

De grands mots en grands maux, de la mort toujours annoncée au renouveau du cinéma asiatique, de la célébration du cinéma d’hier aux interrogations sur le cinéma de demain, que me reste-t-il alors de 1995 ?

1) De nouveaux visages

kids.jpg

little odessa.jpg

oublie-moi.jpg

bye bye.jpg

en-avoir-(ou-pas).jpg

vive-lamour.jpg

la-haine.jpg

trois jours.jpg

(Kids - Little Odessa - Oublie-moi - Bye Bye - En avoir (ou pas) - Vive l'amour - La Haine - Trois Jours)

2) La « discrétion de deux auteurs » justement définie par Thierry Jousse dans l’édito de septembre 1995 : « Nul besoin pour eux de s’exhiber puisqu’ils sont omniprésents dans leur film par la seule force de leur croyance au cinéma. ». Clint Eastwood et Claude Chabrol y croient. Parce qu’ils « se situent l’un et l’autre dans un lieu qui n’est guère occupé ces derniers temps, un espace-temps où le cinéma a encore vocation – quelque part entre son devenir-minoritaire et sa dérive-industrie des loisirs – à être universel », La Cérémonie et Sur la route de Madison sont deux souvenirs précieux de 1995.

la-ceremonie.jpg

Sur_la_route_de_Madison.jpg

3) Enfin, s’il faut revenir à l’enfance, je garde le portrait de Godard dans JLG/JLG, autoportrait de décembre et la vue Lumière d’Abbas Kiarostami. Un visage à peine esquissé par le violent contraste du noir et du blanc. Une troublante synthèse en cinquante secondes de trois temps : 1895-1995-2016.

jlg.jpg

 

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 381 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Cérémonie (Chabrol) *** **** **** **** **** **** **** *** *** ** ****
Ed Wood (Burton) *** **** *** *** *** **** ***   *** *** ****
Au travers des oliviers (Kiarostami)   ****   *** ****   ***        
Chungking Express (Wong) ** *** ** **** *** ****         ****
Le Garçu (Pialat)   **** **** ** ***   *** ***   ***  
The Kingdom (Von Trier)       *** **** ****          
Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)   **** **** ** *** **** * ** *** *** ****
Little Odessa (Gray)   *** **** ** *** **** * *** *** *** ***
Sur la route de Madison (Eastwood) ** **** **** *** *** *** **** ** ** ° ****
L'Antre de la folie (Carpenter)   ***   *** ** ****   ** * **** ****
Porco Rosso (Miyazaki)   ***   *** ***   ** *** *** ** ****
Clean, Shaven (Kerrigan)       ***   ****   ***      
Land and Freedom (Loach)   **   ** *** ***   ***     ****
Vive l'amour (Tsai)   ***   *** ****   **        
La Fleur de mon secret (Almodovar)   ****   *** *** **** * *     ***
Les Apprentis (Salvadori)   ***   ** ** ****   ** ** ****  
Coups de feu sur Broadway (Allen) ** ***   *** *** *** *       ****
Le Regard d'Ulysse (Angelopoulos)   ****   * *** ***         ***
Madadayo (Kurosawa)   ***   *** ***   *       ****
En avoir ou pas (Masson)   ***   ** *** ***         ***
Principio y fin (Ripstein)       *** ****            
The Killer (Woo)   *** ** ** * ****         ****
Usual Suspects (Singer) ** ***   ** *** **** * ** *** * ****
Sonatine (Kitano) ** *** * ** *** **** **       ***
Kids (Clark)       *** *** *** **        
Une journée en enfer (McTiernan) *   ** **   ***     *** *** ***
La Haine (Kassovitz)   *** ** *** *** *** ** * ** * ***
Underground (Kusturica)   ° ° *** **** *** ** *** *** ** **
La Jeune Fille et la mort (Polanski)   **   ** ** **   * ** **** ***
L'Appât (Tavernier)   *   * *** ***   ** *** ** ***
Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)     ** *** *   * ***   **** **
Smoke (Wang)   *   **   ****   * ** *** ***
Kiss of Death (Schroeder)   ***   ** ** ***     *   ***
Dellamorte dell'amore (Soavi)     * **   ****   **     ***
JLG JLG (Godard)   ***   *** *   ** ***      
Dumb and Dumber (Farrelly)   **   **         ** ****  
Waati (Cissé)   ***   ** ***   **        
Bye-bye (Dridi)   **   ** *** ***          
A la vie à la mort (Guédiguian)       ** **     ***     ***
Flesh and Bone (Kloves)       **   ***         ***
Oublie-moi (Lvovsky)   **   *** ***            
Calendar (Egoyan)         *** ***   **      
The Doom Generation (Araki)       **   ****          
Clockers (Lee)           ***         ***
Le Ballon blanc (Panahi)       ***             ***
La Bible de néon (Davies)           ****          
Les Habitants (Van Warmerdam)           ****          
Casa de lava (Costa)           ****          
Prête à tout (Van Sant)   ***   ** ** *** * ** ** **  
Mort ou vif (Raimi)   *** ** **   ***     ** * **
Le Couvent (Oliveira)   ***   * ***   * ***     **
Le Village des damnés (Carpenter)       **   ***   *   ** ***
Ça tourne à Manhattan (Di Cillo)   ***   **   ***     *   **
Swimming with Sharks (Huang)   ***   *   ***     **   **
Before Sunrise (Linklater)     *     *** *       ****
Bad Boy Bubby (De Heer)       * ** ****          
Pigalle (Dridi)   ***   *   ***          
A la campagne (Poirier)   ***   ** **            
Soixante et Onze Fragments d'une chronologie du hasard (Haneke)       ** ***     **      
Freddy sort de la nuit (Craven)       **   **         ***
Last Seduction (Dahl) **         ***     **    
Lisbonne Story (Wenders)   ***   ** **            
Le Hussard sur le toit (Rappeneau) * ** °   *** **   *** * ** ***
Salam Cinema (Makhmalbaf)       ** ***            
Les Maîtres du monde (Orme)           **       ***  
La Chanteuse de pansori (Im)       ** ***            
Cyclo (Tran)   **   ° ** ****          
Les Cent et Une Nuits (Varda)   **   *** * **          
Braveheart (Gibson)   * ***     ***   * ° *** *
Crossing Guard (Penn)       °   ****   * **   **
Corridor (Bartas)       **   ***   *      
Etat des lieux (Richet)   **   ** **            
Riaba ma poule (Mikhalkov-Kontchalovski)   ***                  
L'Emigré (Chahine)       ***              
La Conquête de Clichy (Otzenberger)         ***            
La Vie sexuelle des Belges (Bucquoy)       ***              
Marie-Louise ou la Permission (Flèche)   ***                  
Six Degrés de séparation (Schepisi)   ***                  
Lune rouge (Bailey)           ***          
Tank Girl (Talalay)           ***          
Johnny Mnemonic (Longo)           ***          
Des anges et des insectes (Haas)           ***          
Shanghai Triad (Zhang)   **   * ** **          
La Fille seule (Jacquot)   *   **     ** **      
La Cité des enfants perdus (Caro & Jeunet) ** ° °   *** **     *** ° **
Les Evadés (Darabont)     ***     **   * ** °  
Petits Meurtres entre amis (Boyle)   *   °   ***     **   **
Prêt-à-porter (Altman)   **   *   *     *   ***
Rangoon (Boorman)   *     * **   **     **
Au Petit Marguery (Bénégui)   ***           *      
La Cassette (Oliveira)   **     **            
Quiz Show (Redford)           **   **      
Phantasm III (Coscarelli)           **         **
Le Monstre (Benigni)       **             **
Star Trek 7 : Générations (Carson)                   ** **
Meurtre à Alcatraz (Rocco)     **     **          
Le Bonheur est dans le pré (Chatiliez) * °   *   **     ** ** **
Ace Ventura, détective pour chiens et chats (Shadyac)       *         ° ****  
Haut bas fragile (Rivette)       *** °   **        
Priscilla, folle du désert (Elliott)   *       ***     *    
Jefferson à Paris (Ivory)   *       *         ***
Mothra contre Godzilla (Honda)       *   **         **
Glen or Glenda (Wood)   **   *   **          
La Mutante (Donaldson)           ***     ° * **
Jade (Friedkin)       °   ***     *   **
La Planète des vampires (Bava)   *   ° * **         ***
Casper (Silberling)     ***     *     * ° **
Apollo 13 (Howard)     **     *     ° *** *
Le Péril jeune (Klapisch) * ** * ** *     ° ** °  
Frankenstein (Branagh) * *   °   ** ** * *   *
Les Trois Frères (Bourdon & Campan) °   ** °         ** **  
Adultère mode d'emploi (Pascal)   **   ** °            
Vanya Quarante-Deuxième rue (Malle)       ** *     *      
Even Cowgirls Get the Blues (Van Sant)   **   *           *  
L'Ame des guerriers (Tamahori) °         ***          
Emmène-moi (Spinosa)   *   **              
Carrington (Hampton)           *         **
Raï (Gilou)   *   **              
Corps inflammables - Soixante-Quinze Centilitres de prière (Maillot)   *   **              
Lumière et compagnie (collectif)   **     *            
Funny Bones (Chelsom)           **         *
Naked in New York (Algrant)   **                  
Le Roi de Paris (Maillet)       **              
Rosine (Carrière)       **              
La Brèche (Moreau)                     **
Prêtre (Bird)           **          
Mécaniques célestes (Torres)   **                  
Fast (Desarthe)   **                  
L'Amour en équation (Schepisi)           **          
La Reine des bandits (Kapur)           **          
Noir comme le souvenir (Mocky)       **              
Jusqu'au bout de la nuit (Blain)     **                
La Folie du roi George (Hytner)           **          
Dolores Claiborne (Hackford)           **          
Sauvez Willy 2 (Little)     **                
Trois Jours (Bartas)           **          
La Croisade d'Anne Buridan (Cahen)       **              
Fiesta (Boutron)           **          
Au beau milieu de l'hiver (Branagh)                 **    
Gazon maudit (Balasko) ° °   **   **     ° **  
Goldeneye (Campbell) °   *     **     * ° **
Desperado (Rodriguez)       °   **     ** ° *
Juste Cause (Glimcher)           **     °   *
Légendes d'automne (Zwick)           **       ° *
Bad Boys (Bay)           **     ° *  
Waterworld (Reynolds) °   **     **     ° * °
Stargate (Emmerich) °   *     *     ° **  
La Rivière sauvage (Hanson)           **     °    
Le Nouveau Monde (Corneau)       °       **      
Augustin (Fontaine)   *   *              
USS Alabama (Scott)           *       *  
Traque sur Internet (Winkler)           *       *  
Une femme française (Wargnier)   °   °   **   *      
Assassins (Donner)           °     ° * **
Alerte (Petersen)           *     ° * *
Plan Nine from Outer Space (Wood)   *   * ° *       ° *
Elisa (Becker)   °   °   ***   °   °  
Tom est tout seul (Onteniente)   *                  
Va mourire (Boukhrief)   *                  
Only You (Jewison)           *          
Richard au pays des livres magiques (Johnston & Hunt)     *                
L'Année Juliette (Le Guay)       *              
Les Misérables (Lelouch)               *      
Circuit Carole (Cuau)     *                
Cobb (Shelton)           *          
Blue Sky (Richardson)           *          
Candyman 2 (Condon)           *          
Que la chasse commence (Dickerson)           *          
L'Amour à tout prix (Turtletaub)           *          
Les Milles (Grall)                     *
La Fiancée du monstre (Wood)       *              
A propos de Nice, la suite (collectif)       *              
Le Plus Bel Age (Haudepin)       *              
Les Frères McMullen (Burns)           *          
Le Président et Miss Wade (Reiner)   *                  
Le Cercle des amies (O'Connor)           *          
L'Indien du placard (Oz)                   *  
Le Maître des éléphants (Grandperret)       *              
Les Vendanges de feu (Arau)           *          
Batman Forever (Schumacher)     ** °   *   ° ° °  
Lancelot (Zucker) °   **     °   °   °  
Terminal Velocity (Sarafian)           *     °    
Junior (Reitman)                 ° *  
Nell (Apted)           *     °    
Astérix et les Indiens (Hahn)     *             °  
Street Fighter (Souza)     *             °  
Rob Roy (Caton-Jones)           *     °    
French Kiss (Kasdan)       °   *          
Les Anges gardiens (Poiré) °   ** °   °   ° ° °  
Harcèlement (Levinson)   *   °   °     °    
Judge Dredd (Canon) °         *     ° ° °
L'Or de Curly (Weiland)                   °  
Highlander 3 (Morahan)           °          
A cran (Martin)       °              
Drop Zone (Badham)                 °    
Radio Rebels (Lehmann)                 °    
La Lune et le téton (Luna)       °              
Dis-moi oui (Arcady)       °              
Don Juan De Marco (Leven)   °                  
Dragon Ball Z (Yamauchi & Hashimoto)                   °  
Neuf Mois aussi (Columbus)                   °  
Piège à grande vitesse (Murphy)           °       °  
Madame Butterfly (Mitterrand)       °       °      
Pocahontas, une légende indienne (Gabriel & Goldberg)     °           °    
Mortal Kombat (Anderson) °               ° °  
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
Inédits :                      
Fermo Posta (Brass)       *              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sonatine (Kitano) Sur la route de Madison (Eastwood) 3- La Cérémonie (Chabrol) Chungking Express (Kar-wai) 5- Le Garçu (Pialat) Haut, bas, fragile (Rivette) 7- JLG/JLG (Godard) Vive l'amour (Ming-Liang) 9- L'Antre de la folie (Carpenter) Clean, Shaven (Kerrigan)

Un simple amateur :
1- Au travers des oliviers (Kiarostami) 2- Sur la route de Madison (Eastwood) 3- Little Odessa (Gray) 4- Madadayo (Kurosawa) 5- La Chanteuse de pansori (Im) 6- Bad Boy Bubby (De Heer) 7- Le Garçu (Pialat) 8- Vive l'amour (Ming-Liang) 9- Chungking Express (Kar-wai) 10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

Mister Arkadin :
**** : Underground (9 ; version longue, passée en feuilleton sur Arte quelques années après – 7 pour la version cinéma)
*** : Nelly et Monsieur Arnaud (8) ;Principio y fin (8) ; Ed Wood (8) ; Usual Suspects (7) ; Au travers des oliviers (7) ; Calendar (7) ; Coups de feu sur Broadway (7) ; Salam Cinema (7) ; Vanya Quarante-Deuxième rue (7)
** : Porco Rosso (7) ; Land and Freedom (7) ; En avoir ou pas (6) ; Chungking Express (6) ; La Cérémonie (6) ; Prête à tout (6) ; La Fille seule (6) ; L’Appât (6) ; Oublie-moi (6) ; Le Village des damnés (6) ; Quiz Show (6) ; Sonatine (5) ; Vive l’amour (5) ; Dumb and Dumber (5) ; Le Garçu (5) ; La Haine (5) ; Le Nouveau Monde (5) ; A la campagne (5) ; Glen or Glenda (5)
* : Sur la route de Madison (4) ; Little Odessa (4) ; A la vie à la mort (4) ; Les Apprentis (4) ; Les Evadés (4) ; Cyclo (4) ; Les Cent et une nuits (4) ; Ace Ventura, détective pour chiens et chats (4) ; Desperado (3) ; Batman Forever (3) ; La Cité des enfants perdus (3) ; Les Trois Frères (3) ; Plan Nine from Outer Space (3)
o : Le Péril jeune (2) ; Smoke (2) ; Les Rendez-vous de Paris (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Fleur de mon secret ; Flesh and Bone ; Last Seduction ; La Chanteuse de pansori ; L’Emigré ; Shanghai Triad ; Le bonheur est dans le pré ; Adulte mode d’emploi ; Carrington ; Raï

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1995 ? (105 votants)

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix)
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)
Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Trois Frères, Bernard Campan & Didier Bourdon, 6 897 098 entrées
2. Les Anges Gardiens, Jean-Marie Poiré, 5 793 034 entrées
3. Pocahontas, une légende indienne, Eric Goldberg & Mike Gabriel, 5 656 757 entrées
4. Le Bonheur est dans le pré, Étienne Chatiliez, 4 931 227 entrées
5. Gazon Maudit, Josiane Balasko, 3 990 094 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Méliès : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : N'oublie pas que tu vas mourir (Xavier Beauvois)
- César du meilleur film : La Haine (Mathieu Kassovitz)
- Oscar du meilleur film : Forrest Gump (Robert Zemeckis)
- Festival de Venise, Lion d'or : Cyclo (Tran Anh Hung)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Underground (Emir Kusturica)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Appât (Bertrand Tavernier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Raï (Thomas Gilou)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Margaret's Museum (Mort Ransen)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1995 sur le site Encyclo-Ciné)

12/09/2014

Sur vos écrans en 1970

EDITORIAL :

Par Vincent J.

lafeline00.jpg

Nice. Jeudi 17 septembre 1970. Par la grâce de la machine à remonter le temps de Zoom Arrière, me voici place Masséna, à la terrasse d'un café du grand bâtiment jaune et blanc du Casino Municipal, pas loin du Nain Bleu, un disquaire, et de la salle de cinéma qui propose à l'affiche le dernier film de Claude Chabrol, La rupture avec Stéphane Audran et Jean-Pierre Cassel. Georges Lautner vient d'y passer en repérage pour son prochain film, Il était une fois un flic. A l'ombre des arcades à l'italienne, j'écoute tinter les glaçons dans le pastis et déplie Nice-Matin. Rentrée des classes lundi dernier, grèves en Calabre (2 morts quand même), à Détroit, au Canada et en Espagne, affrontements entre Palestiniens et Jordaniens, septembre noir commence. Je passe. Page des cinémas. Nice en 1970, ce sont 39 salles qui maillent toute la ville, cinémas de prestige de l'avenue Jean Médecin qui compte huit salles, cinémas de quartier, cinémas d'exclusivité, salles paroissiales, et même signe des temps, le premier Drive-in à l'ouest de la ville, en face de l'aéroport.

Nice est alors une véritable ville-cinéma. Les studios de la Victorine voient défiler les tournages (Truffaut, Verneuil, Young, Audiard, Valère...) et le parc de salles est le second de France juste après Paris. Ce sont toutes des salles uniques, vastes temples du septième art, sauf le Paramount, avenue de la liberté qui s'est scindé en deux. Un précurseur. Le cinéma est encore la sortie royale. Les spectateurs ont le choix. Il y a le majestueux Escurial de l'architecte Léonard Varthaliti avec les fresques à l'antique d'Eugène Doucet, ses colonnes et son balcon aux courbes blanches et ses 1400 fauteuils. Il y a les prestigieux Gaumont et Variétés avec leurs balustrades de cuivre et les rideaux de velours sombre. Il y a le Royal, trésor d'art déco avec ses cariatides qui montent une bienveillante garde à l'entrée. Il y a l'Esplanade, le Central et le Star que fréquente Louis Nucéra. Il y a le Jeanne d'Arc sous une église et les très anciens Studio 34 et Politéama, place Garibaldi, qui ne s’appelle pas encore Mercury... Il y a le choix, le prix des places est entre 2 et 3 francs, et le spectacle est permanent.

Alors, quelle toile se faire en 1970 ? M.A.S.H., grand prix du festival de Cannes réalisé par Robert Altman est au Vog. Chisum, dernier succès avec John Wayne est à l'Avenue. "Seul Billy the Kid tirait mieux que Chisum !". Philippe Clair expose sa Grande Java avec le pauvre Francis Blanche au Français annonçant "deux heures de fou-rire". Le film de Chabrol "un suspense diabolique" a les honneurs de l'Escurial et il est interdit aux moins de 13 ans. La sortie du moment c'est un western italien de Tonino Valerii, Texas avec le beau Giuliano Gemma "le champion du western" présent dans cinq salles dont le Drive-in. Gros succès annoncé pour le puissant film de Sidney Pollack, On achève bien les chevaux projeté au Gaumont dont la façade s'orne des grandes peintures sur toile de Roger Peradotto. "Un choc visuel" annonce l'affiche au-dessus des critiques élogieuses de Robert Chazal, Alexandre Astruc, Jean De Baroncelli, Louis Chauvet ou Michel Capdenac alias Dobzynski. L'initiation du québécois Denis Héroux est vendu comme un film coquin à l'Excelsior : "La découverte de l'amour, les joies du plaisir. Interdit aux moins de 18 ans". Le visage de Jack Palance orne les frontons des Monte-Carlo et Paramount pour Pas de pitié pour les héros de León Klimovsky, et cela suffit. Dans la seconde salle du Paramount, les spectateurs peuvent vibrer au "Premier film policier érotique" en compagnie des splendides Elsa Martinelli et Marisa Mell qui jouent sous la direction inspirée de Luci Fulci Perversion story. Le Domicile conjugal de François Truffaut entame sa cinquième semaine de succès au Ritz. La grande œuvre de Sergio Leone Il était une fois dans l'Ouest est toujours à l'affiche au Royal (Comme j'aurais aimé le voir là !). Richard Harris est suspendu au Forum sur la Promenade des Anglais pour Un homme nommé cheval d'Eliott Silverstein "Il devient guerrier sioux après le rite d'initiation le plus hallucinant jamais vu !". Le Colisée propose Dustin Hoffman et Mia Farrow en Panavision-couleurs dans John et Mary de de Peter Yates. "Peut on séparer une mère de son enfant ?" demande-on au Casino-Club derrière les galeries Lafayette pour Le procès de Julie Richard de Larry Peerce. Robert Mitchum frime dans Anzio un "film géant" de guerre et Charles Bronson "encore plus terrifiant" aux côtés de Tony Curtis et Michèle Mercier fait de même dans Les baroudeurs.

Dans les salles de quartier, à l'est, on donne dans le double programme. Matt Helm règle ses comptes et Cent dollars pour un shérif au Central place du Pin ; Pour un whisky de plus et Gonflés à bloc, dont l'action se déroule pendant le rallye de Monte-Carlo, au Politéama ; La brigade des cow-boys et La vengeance de Siegfried au Pax rue de la République. Quelques reprises encore, Violettes impériales, en hommage à Luis Mariano disparu en juillet, au Fémina, Les 7 mercenaires insubmersible au Rex "galopant à bride abattue", et Les 55 jours de Pékin de Nicolas Ray dans la belle salle de l'Esplanade. Ouf ! Au col d'Eze, on offre Pissaladière et vin rosé. J'y passerais bien avant de me faire un ou deux films. Pas de risque de paradoxe temporel en me croisant enfant, je suis un petit parisien de six ans du côté de la Porte Dorée.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 169 longs métrages (sur les 455 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
La Féline (Tourneur) **** **** **** **** *** **** *** **** *** ***
Tristana (Buñuel) **** ****   *** *** **** *** **** *** ****
Le Genou de Claire (Rohmer) **** **** ** **** ** **** ** **** **** ****
Les Damnés (L. Visconti) *** **** **** ** **** **** *** ***   ****
Le Boucher (Chabrol) **** **** ** **** **** **** ** *** *** ****
Le Cercle rouge (Melville) *** *** *** *** *** **** *** ***   ***
Peau d'Ane (Demy) *** *** *** **** *** **** *** *** * ****
La Vie privée de Sherlock Holmes (Wilder) **** *** * ** *** **** *** *** *** ***
L'Enfant sauvage (Truffaut) *** *** *** *** ** **** *** * *** ****
El Mercenario (Corbucci)           ****       ****
Kes (Loach) *** *** * ** **** **** ** ****   ***
La Bataille d'Alger (Pontecorvo) ** ** ***   *** **** ** *** ** ****
La Fille de Ryan (Lean) ** *** ****     **** ** **   ***
Solo (Mocky) ***     *** *** *** ** ***   ***
Perversion story (Fulci)           ****   **   ****
Zabriskie Point (Antonioni) *** *** * *** *** **** *** ***   °
La Nuit des morts-vivants (Romero) *** ** *** *** ** **** ** * ** ****
Les Choses de la vie (Sautet) *** *** * ** *** *** ** *** ** ****
MASH (Altman) ** *** ** ** *** ****   * ** ***
Drame de la jalousie (Scola) ***   ** **   ****       ***
The Grandmother (Lynch, cm) **     **** *** ****       *
Une passion (Bergman) ***     ** ***   *** ***    
Gott mit uns (Montaldo)           ***       ****
Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Petri) ** *** *** ° *** **** ** ***   ***
On achève bien les chevaux (Pollack) ** *** **     **** **     ***
Domicile conjugal (Truffaut) ** *** *** *** ** *** ** * *** ***
L'Homme de l'Arizona (Boetticher) ***   ****             **
Dillinger est mort (Ferreri) *** *** ° *** *** ***   ***   **
Leo le dernier (Boorman) **     ** ***       ****  
Un nommé Cable Hogue (Peckinpah) *   ***           *** ****
La Lettre du Kremlin (Huston) ***       ** *** **     ***
Les Gens de la pluie (Coppola) ***   *** ***   ***   *    
Love (Russell) *     *** ** ****   ***    
L'Arrangement (Kazan) **   ***   *** *** ** ***   °
Le Reptile (Mankiewicz) **   *   ** **** *   *** ***
Médée (Pasolini) ***   ° **     *** *** ***  
La Malédiction d'Arkham (Corman)       **   ***     *** **
La Piste des géants (Walsh) **   **     ***       ***
O Cangaceiro (Fago)         * *** **     ****
La Sorcière sanglante (Margheriti)           ***   **   ***
Un condé (Boisset) *         ***       ****
Les Parachutistes arrivent (Frankenheimer)     ***   ***          
Texas (Valerii)           ***       ***
Django porte sa croix (Girolami)                   ****
Le Petit Garçon (Oshima) ****                  
Marie et le curé (Medveczky, cm) ****                  
Requiescant (Lizzani)           ****        
Butch Cassidy et le Kid (G.R. Hill) ** ** °   ** ***   ** *** **
Des oiseaux petits et gros (Pasolini) *** **   ** * ** **     ***
Cent Dollars pour un shérif (Hathaway) *   * **   *** *   *** ***
Le Désirable et le sublime (Bénazéraf)       **   **   ***    
Scènes de chasse en Bavière (Fleischmann) **       ***   **      
Sierra torride (Siegel) *   **   ** ***   *   ***
L'Aveu (Costa-Gavras) ** ** °   ** *** ** *   ***
Charles mort ou vif (Tanner) **     ***            
Ice (R. Kramer)       ** ***          
Lâchez les monstres (Hessler)           ***   **    
Partner (Bertolucci) **             ***    
Trop tard pour les héros (Aldrich)     ***             **
L'Etau (Hitchcock) ** **     * ** ** ** *** *
Et le vent apporta la violence (Margheriti)     ** °   ****       **
L'Eden et après (Robbe-Grillet) *     **   ***   **    
L'Etalon (Mocky) **   ** **       **    
La Petite Boutique des horreurs (Corman) *     **   ** * ** ** **
Appelez-moi monsieur Tibbs (Douglas) *         **       ***
Cité de la violence (Sollima)     *   *** **        
L'Amour à cheval (Festa-Campanile)     **     **   **    
La Vampire nue (Rollin)       **   **   **    
Le Voyou (Lelouch) **     **   **        
Une messe pour Dracula (Sasdy)           ***   *   **
Cromwell (Hughes)                   ***
Des fraises et du sang (Hagmann)           ***        
Deux Hommes en fuite (Losey) ***                  
Le Club de l'enfer (J. Hill)                   ***
Le Cœur fou (Albicocco)           ***        
Les Colts de la violence (Cardone)           ***        
Les Intouchables (Montaldo)           ***        
On n'achète pas le silence (Wyler)           ***        
Traître sur commande (Ritt)           ***        
Alice's Restaurant (Penn) **   ° ** **   **   **  
Patton (Schaffner) * ** *   ** *   * ** ***
La Rupture (Chabrol) *   * **   ***        
Le Distrait (Richard) * *       **   *   ***
Woodstock (Wadleigh) * * **   **   **   **  
Récupérateur de cadavres (Wise)     *     ** * **   **
Fantômes à l'italienne (Castellani) *                 ***
La Colline des bottes (Colizzi)           **       **
Un homme nommé Cheval (Silverstein)           ***   *    
Bob et Carol et Ted et Alice (Mazursky) **   **         *    
La Contestation (Lizzani, Bertolucci, Pasolini, Godard & Bellocchio)       *       ** **  
La Route de Salina (Lautner)       *   ***   *    
La Faute de l'abbé Mouret (Franju) **     °   *   ***    
Les Caprices de Marie (De Broca) *   ** **   *        
Tora ! Tora ! Tora ! (Fleischer, Fukasaku & Masuda) *         *     ** **
Borsalino (Deray) * * ** °   **   *   **
La Horse (Granier-Deferre) * ° **     °   **   **
Ya ya mon général (Lewis) **     * ° *       **
Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas... mais elle cause (Audiard) °     **   **   *    
Chisum (McLaglen) *         *       **
La Kermesse de l'Ouest (Logan) *         *       **
La Maison des Bories (Doniol-Valcroze) *   ** *            
Le Passager de la pluie (Clément) *         *   **    
Le Pistonné (Berri) *         **       *
Anne des mille jours (Jarrott)           *       **
Bloody Mama (Corman)       °   ***        
Elise ou la Vraie Vie (Drach) *         **        
L'Homme orchestre (Korber)           *       **
Sabata (Parolini)           *       **
Cran d'arrêt (Boisset)           **        
Disons un soir à dîner (Patroni-Griffi)     **              
L'Ardoise (Bernard-Aubert)               **    
La Vengeance du shérif (Kennedy)           **        
Le Dernier Saut (Luntz)           **        
Le Fils de King Kong (Schoedsack)         **          
Les Infortunes de la vertu (Franco)       **            
Les Naufragés de l'espace (Sturges) **                  
Lucia (Solas)         **          
Macunaima (Andrade)             **      
Premier amour version infernale (Hani)         **          
Reivers (Rydell)                   **
Tick, tick, tick, et la violence explosa (Nelson)           **        
Tuez-les tous et revenez seul (Girolami)                   **
Un baquet de sang (Corman)       **            
Waterloo (Bondartchouk)                   **
Heureux qui comme Ulysse (Colpi)     *     *   ° **  
Le Spécialiste (Corbucci)       °   *   °   ***
L'Ours et la Poupée (Deville) * * °   * *   *    
Le Mur de l'Atlantique (Camus) °         °     ** **
Dis-moi que tu m'aimes Junie Moon (Preminger) *   *              
La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil (Litvak) *         *        
Les Baroudeurs (Collinson)           *       *
Michel Strogoff (E. Visconti)           *   *    
Le Secret de la planète des singes (Post)           *   *   °
Airport (Seaton) *         °   *    
Ces messieurs de la gâchette (André)   *       *        
Etes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne? (Aurel) °         °   **    
Barquero (Douglas)           *        
Charro (Warren)           *        
De la part des copains (Young)           *        
Deux Salopards en enfer (Ricci)                   *
Django prépare ton exécution (Paolella)                   *
John et Mary (Yates) *                  
L'Eperon brûlant (Frost)       *            
L'Exécuteur (Wanamaker)           *        
La Descente infernale (Ritchie) *                  
La Maison (Brach) *                  
La Rose écorchée (Mulot)       *            
La Servante (Bertrand)               *    
Le Baron vampire (Welles)               *    
Le Rendez-Vous (Lumet)           *        
Les Colts brillent au soleil (Merolle)           *        
Les Envahisseurs attaquent (Honda)       *            
Les Fleurs du soleil (De Sica)           *        
Les Libertines (Chenal)               *    
Les Scavengers (Frost)       *            
Let It Be (Lindsay-Hogg)     *              
Pollux et le chat bleu (Danot)                   *
Qui ? (Keigel)           *        
Vertige pour un tueur (Desagnat)           *        
Dernier Domicile connu (Giovanni) °         *        
Le Bal du comte d'Orgel (Allégret)           *       °
Le Temps des loups (Gobbi)           °   *    
Le Gendarme en balade (Girault)   °   ° ° °   ° ° °
Candy (Marquand)           °        
Daktari (Marton)               °    
Des vacances en or (Rigaud)           °        
El Condor (Guillermin)                   °
La Légion des damnés (Lenzi)                   °
Le Secret de Santa Vittoria (S. Kramer)           °        
Les Novices (Casaril)           °        
Sur ordre du Führer (Girolami)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
La femme qui voulait mourir (Wakamatsu)       **   ****        
Purgatoire Eroica (Yoshida)       ***   ***        
Shinjuku Mad (Wakamatsu)       **   ****        
Sex Jack (Wakamatsu)           ****        
Crimes of the future (Cronenberg)       **   ***        
Etranges étrangers (Trillat & Variot)         ***          
La Reconstitution (Angelopoulos)         ***          
Hi, Mom ! (De Palma)       **       **    
Pourquoi M. R. est-il atteint de folie meurtrière ? (Fassbinder)       ** °   **      
Der Bomberpilot (Schroeter)       **            
Traces (Benani)         **          
Luttes en Italie (Godard/Dziga Vertov)       *            

Antoine :
**** : Le Genou de Claire / Le Cercle rouge / La Vie privée de Sherlock Holmes / Zabriskie Point
*** : Le Boucher / La Bataille d'Alger / MASH
** : Peau d'Ane
* : Le Distrait / Woodstock / Borsalino
° : Le Mur de l'Atlantique / Ces messieurs de la gâchette

Timothée :
**** : La Féline / Peau d'Ane
*** : Le Genou de Claire / La Vie privée de Sherlock Holmes / L'Enfant sauvage
** : Zabriskie Point / Butch Cassidy et le Kid / Le Distrait
* : L'Etau / Patton / Borsalino
° : Le Gendarme en balade

Nolan :
**** : Le Cercle rouge
*** : La Vie privée de Sherlock Holmes / Zabriskie Point / La Nuit des morts-vivants / MASH / Butch Cassidy et le Kid / Un nommé Cable Hogue
** : Les Choses de la vie
* : L'Ours et la Poupée / Le Secret de la planète des singes
° : Le Gendarme en balade

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Oriane :
**** : La Fille de Ryan / Peau d'Ane
*** : L'Enfant Sauvage / Les Choses de la vie / Domicile conjugal / L'Aveu
** : Le genou de Claire / Les Damnés / Le Cercle Rouge / Zabriskie Point
* : Le Boucher / Dernier Domicile connu

Frédéric :
1- Dillinger est mort, La Féline, Le Genou de Claire, Le Petit Garçon, 5- Le Boucher, La Vie privée de Sherlock Holmes, Zabriskie Point, 8- Le Cercle rouge, Médée, Tristana
Inédit : Des jours et des nuits dans la forêt (S. Ray)

Mister Arkadin :
**** : La Nuit des morts vivants (8)
*** : L’Enfant sauvage (8) ; La Lettre du Kremlin (7) ; La Féline (7) ; Butch Cassidy et le Kid (7) ; Cent dollars pour un shérif (7)
** : Le Distrait (6) ; Woodstock (6) ; L’Étau (6) ; Le Boucher (6) ; Le Cercle rouge (6) ; L’Arrangement (6) ; Les Choses de la vie (5) ; Domicile conjugal (5) ; Peau d’Ane (5) ; Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas… mais elle cause (5)
* : Les Damnés (4) ; La Vie privée de Sherlock Holmes (3)
o : Alice’s Restaurant (2) ; Le Désirable et le sublime (2) ; Tristana (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : MASH ; L’Aveu ; Le Voyou ; La Rupture ; Borsalino ; La Horse ; Chisum ; L’Ours et la poupée ; Le Secret de la planète des singes ; Airport

Pierre :
1-La nuit des morts vivants, 2-La piste des géants, 3-Macunaïma, 4-Le genou de Claire, 5-Remparts d'argile, 6-Zabriskie point, 7-Des oiseaux petits et grands, 8-Woodstock, 9-Le cercle rouge, 10-Le clair de terre, 11-Un baquet de sang
Absents de la liste : Le sang du condor (Sanjines)***, Hoa binh (Coutard)***, Lions love (Varda)***, Ostia (Citti)***, Cannabis (Koralnik)**, Mont-Dragon (Valère)**, Le petit bougnat (Toublanc-michel)*, Sex power (Chapier) o
Inédits : 1-Dode's kaden (Kurosawa), 2-Whity (Fassbinder), 3-Prenez garde à la sainte putain (Fassbinder), 4-L'éveil de la bête (Marins), 5-Hi mom ! (De Palma)
Courts-métrages
1-L'empereur tomato ketchup (Terayama), 2-The grand mother (Lynch), 3-Crash! (Cokliss)

Julien :
1. Cat people ****, 2. Night of the living dead ****, 3. Le cercle rouge ****, 4. L'enfant sauvage ***, 5. Le genou de Claire ***, 6. Domicile conjugal ***, 7. Le boucher ***, 8. Cable Hogue ***, 9. Woodstock ***, 10. Tristana **

Joao :
1. Macunaima, 2. Le Genou de Claire, 3. Peau d'Âne, 4. La Bataille d'Alger, 5. La Fille de Ryan, 6. Le Traineau-Échelle, 7. L'Aveu, 8. Zabriskie Point, 9. Le Boucher, 10. L'Eden et après

Foxart :
1/Tristana 2/Des oiseaux petits et grands 3/Peau d'âne 4/La nuit des morts vivants 5/Kes 6/La fille de Ryan 7/Le boucher 8/Domicile conjugal 9/Les damnés 10/L'aveu
Bonus: The grandmother (Lynch)
La suite ici

Un simple amateur :
1-La Féline (Tourneur) 2-Les Damnés (L. Visconti) 3-Le Boucher ( Chabrol ) 4-Le genou de Claire (Rohmer) 5-La nuit des morts vivants (Romero) 6-Zabrisky point (Antonioni) 7-Le Cercle rouge (Melville) 8-Tristana (Bunuel) 9-La Bataille d'Alger (Pontecorvo) 10-Dillinger est mort (Ferreri)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme en balade, Jean Girault, 4 870 673 entrées
2. Le Mur de l'Atlantique, Marcel Camus, 4 770 962 entrées
3. Le Passager de la pluie, René Clément, 4 763 822 entrées
4. Borsalino, Jacques Deray, 4 710 381 entrées
5. Le Cercle rouge, Jean-Pierre Melville, 4 339 821 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Genou de Claire (Eric Rohmer)
- Prix Méliès : L'Enfant sauvage (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Mourir d'aimer (André Cayatte), sortie prévue en 1971
- Oscar du meilleur film : Macadam Cowboy (John Schlesinger)
- Festival de Cannes, Palme d'or : MASH (Robert Altman)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Au bout du chemin (Aram Avakian, sortie prévue en 1973), Lilika (Branko Plesa), Mujo (Akio Jissoji) et Soleil O (Med Hondo, sortie prévue en 1973)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Vague de chaleur (Nelo Risi)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1970 sur le site Encyclo-Ciné)

11/08/2014

Sur vos écrans en 1969

EDITORIAL :

Souvenirs en vrac de 1969

Par Fred MJG

manuitchezmaud00.jpgGainsbarre et son Gainsborough eurent beau, entre deux nanards, susurrer à nos tympans 69 année érotique, ce que l'on entendit sur l'écran cette année là fut surtout le bruit des balles qui sifflèrent de l'aube italienne au crépuscule américano-mexicain ; de la naissance d'une nation — où Sergio Leone règle ironiquement un compte avec Ford en offrant un contre-emploi à Henry Fonda (quoique le vieux John avait déjà égratigné la rigueur schizophrène du héros de My darling Clementine) et à Woody Strode, impeccable Sergent noir, qui est bien le seul à pouvoir tirer son coup avant d'expirer — au No country for old men made in Peckinpah, où des outlaws fatigués s’envoient en l'air en un suicide collectif plein de bruit et de fureur qui, on le sait depuis Willy et Robert Ryan approuve ce message, ne signifient jamais rien. Il était donc naturel pour moi que Il était une fois dans l'Ouest et La horde sauvage se retrouvent au sommet, comme les deux faces d'une même médaille passablement égratignée par le temps. Il y eut effectivement l'idée d'un grand pays et ça s'est finit dans le boudin. Comme d'habitude, diront les cyniques. Assurément, répond Zoom Arrière qui flanque derechef une pâtée aux cow-boys !
Au vu du résultat final, et malgré donc les tentatives de séduction de Sergio et Sam, je suis bien obligée de reconnaître que les garçons m'épateront toujours. Franchement ! Comment peut-on préférer Françoise Fabian à Claudia Cardinale ?! Est-ce que je préfère Trintignant à Bronson moi ?... OK ce n'est pas le meilleur exemple. Mais avec tous ces gars me suis-je dit in petto, la poudre va parler ! Et ben non. Par contre, ça cause, mais ça cause. Et puis ça s'observe, se jauge et se mesure. Bande de romantiques va !

J 'ai bien le plaisir de "signer" cet édito de ce mois-ci et comme le taulier, avouons-le, est d'une élasticité à toute épreuve, j'y écris donc des conneries ce que je veux. N'ayant guère la fibre historienne, je ne vais pas pérorer sur l'aventure du cinéma en 1969 mais bien plutôt m'inspirer de la litanie du souvenir de ce cher Georges Pérec (Que ses mânes veuillent bien me pardonner) et agrémenter le machin de quelques images, parce que lire c'est bien, mais mater c'est mieux.

Je me souviens qu'en regardant la liste des films sortis en 1969, je me suis dit qu'il allait nous falloir désormais deux bons mois pour dépiauter les fantastiques années 70 à venir mais qu'Edouard ne semble pas être d'accord. (Note à moi-même : songer à revenir à la charge l'année prochaine).
Je me souviens qu’après avoir découvert Michel Polnareff, je n'ai jamais pu depuis regarder le combat de Jack Elam avec une mouche à l'ouverture d'Il était une fois dans l'Ouest sans fredonner sa ritournelle (Même pas honte). Par contre, je n'ai jamais été tenté par l'harmonica.
Je me souviens qu'en m'amusant à évoquer quelques plaisantes affaires avec Jean-Louis, Tomás et Maurice, je me suis surprise à vouloir buller Ma nuit chez Maud, puisque connaissant depuis 1945 le sacré gang qui opère ici, seul Eric Rohmer me paraissait être l'homme à abattre...

 

1969,rohmer,leone,edwards,pialat,tarkovski,peckinpah,melville,chabrol,sollima,yoshida

Et pourtant, je me souviens que la 1ère fois que j'ai vu les jeux pervers mais courtois de l'amour et du hasard du "grand Momo", j'ai songé avec mes copines d'alors — et entre deux westerns italiens — que "la purée de notre mère, c'est chiant comme la muerte ce truc". L'ayant revu quelques années après, à l'âge de raison, j'ai trouvé ma foi que Jean-Louis Trintignant aurait pu magnifiquement interpréter le chat du Cheshire, avec son sourire flottant toujours sur les contre-champs offerts à Françoise Fabian et que la Maud, finalement, en avait dans la culotte. Un must donc, même si on n'y rit pas autant que devant Pauline à la plage.
Je me souviens que bientôt Claude Chabrol (2 films dans le top 20) et son air goguenard coifferaient au poteau de mes préférences ces deux frères ennemis de Godard/Truffaut parce que bon sang ! il avait toujours l'air d'être sur une dernière bonne blague tandis que Rohmer paraissait si profond et que les deux autres se prenaient tant au sérieux.
Je me souviens du Oh la la de Maurice Ronet en découvrant le mari de La femme infidèle (belle performance sur Zoom arrière) sur le pas de sa porte. Dans ce Oh la la, toute la détresse du séducteur velléitaire qui ne choisit des femmes mariées qu'en vue de ne pas trop encombrer sa sphère privée. Raté ! D'ailleurs, ce brave Maurice semblait condamné aux destins tragiques et cette manie d'expirer bien avant que les films ne s'achèvent tenait de l'injustice. Car de Plein soleil à La piscine, il faut bien reconnaître que Delon est beau certes, mais que Ronet est trop cool.

Je me souviens que bientôt les gialli allaient envahir les programmes de L'Olympia, cinéma de quartier de Casablanca avec un double programme le samedi soir, mais que je ne verrais L'adorable corps de Deborah que bien après ceux de Barbara Bouchet et de Marina Malfatti.
Je me souviens n'avoir strictement compris à La nuit du lendemain mais que ça n'avait aucune importance parce que Marlon en blonde y est beau comme un camion.
Je me souviens de Bernadette Lafont en roue libre et si drolatique dans La fiancée du pirate mais avoir bien regretté néanmoins qu'il n'y ait eu aucun corsaire à l'horizon.
Je me souviens, même si je n'ai pas d'oreille, que l'Italie c'était Vivaldi et Nino Rota, mais qu'en 1969, le maestro stakhanoviste qui règnerait bientôt en maître incontesté s'appelait Ennio Morricone (plus d'une vingtaine de bandes originales à son actif en 1969, dont une pour notre Henri Verneuil national qui fit de Gabin et Porel des siciliens... Oui, bon, si on ne peut plus rigoler maintenant).
Je me souviens que Colorado est sorti sous le titre Le grand duel et que quelques années après, quand est sorti Le grand duel, à nouveau avec l'infernal Lee Van Cleef qui cachetonnait comme un foufou, on n'y comprit que pouic. Par contre, on ne peut confondre les bandes originales, Morricone pour Sergio Sollima, et Luis Bacalov pour Giancarlo Santi (et QT, mais ceci est une autre histoire).
Je me souviens avoir découvert Le grand inquisiteur sur le tard et avoir versé des larmes de frustration en apprenant que le génial Michael Reeves était mort en 1969, à 25 ans, après n'avoir réalisé que 3 films.
Je me souviens que je n'avais pas trop compris à quel jeu étrange pouvaient bien jouer Robert et Mia dans Cérémonie secrète, mais que vu la tête des parents, l'affaire méritait d'être creusée.
Je me souviens avoir découvert Gunga Din de George Stevens après The party de Blake Edwards et avoir décidé qu'en matière de cinglé, face à Peter Sellers, Sam Jaffe pouvait aller se rhabiller.
Je me souviens que ces années là, si Jean Louis Trintignant et Tomás Milián se partageaient souvent les écrans, quelques beaux visages leur faisaient parfois de l'ombre. Terence, Michael, Lou, Steve, Jim, Gérard, merci de nous avoir fait tant rêver !
Je me souviens de l'insolente beauté de Mimsy Farmer que je trouvais bien plus séduisante (et vénéneuse) que Brigitte Bardot.
Je me souviens que les copains rêvaient plutôt de Raquel, de Claudia, de Catherine et surtout de l'affolante Romy sans laquelle on aurait depuis bien longtemps oublié qu’on avait piscine (Le film de Jacques Deray aurait, rien que pour elle, mérité 3 étoiles si Claude Sautet ne s'apprêtait pas à magnifier sa beauté dans les années qui viennent).

Je me souviens n'avoir vu Easy rider qu'une fois adolescente, mais que le sourire de Jack Nicholson ne m'a jamais abandonné. Je me souviens du Grand silence et de ce malfaisant de Klaus Kinski et j'ignorais alors qu'une fin alternative avait été tournée. Après l'avoir vue, malgré le sourire de Trintignant, j'ai songé que le tragique parfum qui baigne le film — cette musique ! rhâââââââ — ne m'aurait pas autant marqué sans le massacre final et que parfois, il faut savoir flinguer ses héros, quoiqu'il en coûte au box-office.
Je me souviens du dentier de Christopher Lee et du masque de Vincent Price.
Je me souviens que Peter Cushing me flanquait les jetons et que la notion de "bon" et de "méchant" disparaissait aisément dès qu'il apparaissait.
Je me souviens toujours avec tendresse du Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction où j'ai (re)découvert tant de films de la Hammer.
Je me souviens avoir vu tous les films de Boetticher avec Randolph Scott et qu'au bout d'un moment, je ne savais plus quelle scène appartenait à quel film mais que finalement, ça n'avait aucune importance.
Je me souviens que devant Porcherie, je me suis longtemps demandé si c'était du lard ou du cochon.
Je me souviens avoir rigolé comme une fofolle devant Les chasseurs de scalps mais que les bras m'en sont tombés lorsque quelques années plus tard j'appris que Shelley Winters avait connu bibliquement Burt Lancaster dans les coulisses. Sacrée Shelley !
Je me souviens que Jacques Brel était un bon acteur et que je n'aurais pas dit non s'il avait été mon oncle.
Je me souviens n'avoir découvert Glauber Rocha qu'une fois arrivée à Paris. Et que je ne découvrirais les films de Bo Widerberg que bien après ceux d'Ingmar Bergman.
Je me souviens que la seule phrase de dialogue d'Enfants de salauds qui soit restée à jamais gravée dans ma mémoire est : Quel petit malin, à lui seul il a réussi à nous encercler (L'imperturbable Michael Caine à propos d'un camarade qui vient de sauter sur une mine). Je venais de découvrir "le cynisme". (Et je persiste, ce film est génial).
Je me souviens d'ailleurs qu'ayant adopté un matou après avoir vu le film, il fut prénommé Michael en hommage au flegme britannique.
Je me souviens avoir découvert une grande partie de l'œuvre de Miklós Jancsó d'un coup d'un seul et que ma foi, ça m'a bien déprimée sur le coup.
Je me souviens du charme fou de Rex Harrison et de l'art de la rigolade chez Mankiewicz.
Je me souviens enfin qu'après avoir vu L'armée des ombres deux ans après sa sortie, nous avions débattu en cours d'histoire sur l'héroïsme et l'esprit de sacrifice. Et que personne n'avait osé avoué qu'il déciderait de ne pas courir.

J'imagine que je pourrais continuer ainsi à me souvenir des visages, des plans, des copains, des cinés et de tout ce qui a entouré les films de 1969 mais je me souviens que j'ai promis bien d'autres travaux et que je suis à la bourre, grave. Je vais noter de me souvenir qu'il faut que je visionne, toutes affaires cessantes, L'enfance nue de Pialat et La voie lactée de Bunuel.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 170 longs métrages (sur les 443 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

<
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Ma nuit chez Maud (Rohmer) **** **** **** **** **** **** *** **** **** ***
Il était une fois dans l'Ouest (Leone) *** **** **** *** **** **** **** **** **** ****
La Party (Edwards) **** **** * **** **** **** ** *** *** ****
L'Enfance nue (Pialat) **** **** *** *** ****   ** *** ****  
Andreï Roublev (Tarkovski) *** *** **   **** **** ** ****   ****
La Horde sauvage (Peckinpah) *** *** ** ** *** **** *** * **** ****
L'Armée des ombres (Melville) *** *** **** ** *** **** ** **** *** ****
Que la bête meure (Chabrol) *** *** *** **** *** **** *** ** ** ****
Colorado (Sollima)     ***     ****     ** ****
Eros plus massacre (Yoshida)       ****   **** *** **    
La Sirène du Mississippi (Truffaut) ** ** *** *** ** *** *** * *** ****
Silence et cri (Jancso) **       **** ****        
La Femme infidèle (Chabrol) *** *** * *** *** *** ** *** ** ****
La Voie lactée (Buñuel) ** ****   *** **   *** *** ** ***
Cérémonie secrète (Losey) ***   *** * *** ****   ***    
La Chevauchée de la vengeance (Boetticher) ***   ****   ** ***     *** **
Adalen trente et un (Widerberg)   ****       ***        
Le Retour de Frankenstein (Fisher)           ***       ****
Satyricon (Fellini) ***   ° ° *** *** *** ****   ***
Antonio das mortes (Rocha) **     *** ** **** **     ***
Le Masque de la mort rouge (Corman) **     **   ****   * **** ***
Joe Caligula (Bénazéraf)       ***   ***   ***    
L'Amour fou (Rivette) *** **   ****            
Le Démon des femmes (Aldrich)     *** **   ****        
Le Dernier Face-à-Face (Sollima)     *     ****       ****
Guêpier pour trois abeilles (Mankiewicz) ** ***     *** *** ** **   ***
La Fiancée du pirate (Kaplan) ** ** *** *** ** *** **   ** ***
Simon du désert (Buñuel, cm) ***       ***   ** ***    
Théorème (Pasolini) ** ** ° ** ** **** *** *** **** **
Le Grand Amour (Etaix) ** ***   ** ** *** **     ***
Macadam Cowboy (Schlesinger) ** ** ** *** ** **** ** ** *** *
Easy Rider (Hopper) ** *** ** * ** *** ** * **** **
Mon oncle Benjamin (Molinaro) ** * ** **   ***   **   ****
Duel dans le Pacifique (Boorman) * **     *** ***   ** ***  
More (Schroeder) **   *   *** *** ** ***    
Une femme douce (Bresson) **** *** ° ***     ** **    
Enfants de salauds (De Toth) **   *   ** ***       ****
Rachel, Rachel (Newman) **   **     *** **   ***  
Dracula et les femmes (Francis)           ***   * *** ***
La Charge de la brigade légère (Richardson) *         *** **     ****
Break up (Ferreri) **     ***           ***
La Rosière de Pessac (Eustache) ***         *** **      
Saludos hombre (Sollima)     *     ****       ***
La Mort a pondu un œuf (Questi)           ***       ***
Le Grand Inquisiteur (Reeves)     **     ****        
Les Deux Visages du docteur Jekyll (Fisher)                   ****
Le Grand Silence (Corbucci) ***   * ** * *** ** **   ****
Bullitt (Yates) ** *     ** ***   * *** ***
Model Shop (Demy) * *** * *** **   ***     **
Porcherie (Pasolini) **     **   *** ** **    
Z (Costa-Gavras) ** *** ° **   **** ° *   ****
Les Chasseurs de scalps (Pollack) *         ***       ***
Pas de larmes pour Joy (Loach) **     ** ***          
Vietnam, année du cochon (De Antonio)   **     **   ***      
Le Diable par la queue (De Broca) ** * **** **   **   *    
If (Anderson) * ** **   ** ***        
Willie Boy (Polonsky) ***   °   *** ***       *
L'Adorable Corps de Deborah (Girolami)           ***   **    
La Chute des feuilles (Iosseliani) ***       **          
Les Cent Fusils (Gries)           ***       **
Les Quatre de l'Ave Maria (Colizzi)           **       ***
La Piscine (Deray) ** ** ** ** ** ** * ** *  
Les Vierges de Satan (Fisher)       **   ***   °   ***
Le Sous-Marin jaune / Yellow Submarine (Dunning) **   **   ***       *  
Au service secret de Sa Majesté (Hunt)   * *     ** * *   ****
La Honte (Bergman) ***   °   * *** ** *   **
One plus One (Godard) **   ° **   *** **      
Chitty Chitty Bang Bang (Hughes)                   ***
Goto, l'île d'amour (Borowczyk)               ***    
La Nuit du lendemain (Cornfield)           ***        
Le Crime c'est notre business (Flemyng)           ***        
Le Massacre de Culloden (Watkins)               ***    
Les Gladiateurs (Watkins)               ***    
Merci ma tante (Samperi)           ***        
Sartana (Parolini)           ***        
Charly (Nelson) ***         *        
La Bataille d'Angleterre (Hamilton)           *       ***
La Femme en ciment (Douglas) ***         *        
La Vallée de Gwangi (O'Connolly)               *   ***
Paul (Medveczky) ****   °              
Quand les aigles attaquent (Hutton)     **     **        
Un château en enfer (Pollack) *         ***        
Le Pont de Remagen (Guillermin)           *     ** **
Un shérif à New York (Siegel) *     *   ***        
Le Clan des Siciliens (Verneuil) * * **   * **   *   °
Le Cerveau (Oury) *   * °   **   *   **
Funny Girl (Wyler) °         **   * **  
L'Homme sauvage (Mulligan)     **     *       *
L'Orgie des vampires (Polselli)       *   *       **
Isadora (Reisz)         * **        
Le Retour de Kriminal (Cerchio)       *   **        
Les Amours de Lady Hamilton (Christian-Jaque)             ** *    
Les Géants de l'Ouest (McLaglen)           **       *
Pendulum (Schaefer)           *       **
Un train pour Durango (Caiano)           *       **
Au paradis à coups de revolver (Katzin)                   **
Avec Django ça va saigner (Bianchini)                   **
Ciel de plomb (Petroni)                   **
Cinq Gâchettes d'or (Cervi)                   **
En cinquième vitesse (Brass)           **        
Jeux pervers (Green)           **        
Joe l'implacable (Margheriti)           **        
L'Ange rouge (Masumura)       **            
L'Escalier (Donen)           **        
L'Homme perdu (Aurthur)           **        
La Maffia fait la loi (Damiani)           **        
La Mouette (Lumet)                 **  
Le Lion en hiver (Harvey)           **        
Les Confessions d'un mangeur d'opium (Zugsmith)           **        
Les Monstres attaquent (Tanaka)