Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Sur vos écrans en 1995

EDITORIAL :

Par Céline S.-P.

ceremonie00.jpg

1895-1995-2016

Janvier 1995, la télévision inaugure une année de fête en publiant un faire-part de décès. La Cinecitta se meurt sous les yeux de Michèle Morgan, invitée du journal de 20h Antenne 2. Le studio 5 est orphelin de son maître disparu il y a un peu plus d’un an. Medusa, abandonné dans un coin, semble nous regarder, nous implorer de faire revivre la folie et la démesure de Fellini. Mais la télévision italienne s’est emparé du lieu pour y tourner un programme, « Caro bebe » ne sera pas, à l’évidence, un hommage au déjeuner filmé par Louis Lumière… Un mois plus tard, le 13 février 1995, Antenne 2 célèbre le dépôt de brevet du Cinématographe en évoquant… un dépôt de bilan. Les studios de la Victorine sont également rongés par le délabrement et l’abandon. La télévision offre aux cinéphiles une commémoration au goût de cendre. Faut-il alors souhaiter au cinéma un « Joyeux non-anniversaire ! » comme le fait Camille Nevers dans le numéro de février des Cahiers du cinéma ? Dans ce billet, l’opération « Premier siècle du cinéma » est jugé sévèrement : « "L’histoire du cinéma" que l’on s’apprête à célébrer n’appartient pas plus à l’Histoire qu’au cinéma, elle est la bonne affaire des spécialistes médiatiques en tout genre, pas de la critique, celle de la muséographie des animateurs de banquets, des marchands d’armes et des collectionneurs d’art, pas celle des idées, celle des technologies et surtout pas celle des idéologies et leurs images correspondantes. Une histoire glorieuse et victorieuse, fourmillant d’anecdotes savoureuses, oublieuses des luttes, des défaites, ou des propagandes, passées et actuelles. » C’est cette histoire du cinéma qu’Agnès Varda met en scène dans Les cent et une nuits de Simon Cinéma. La réalisatrice choisit Michel Piccoli, on ne peut lui donner tort, mais elle fait de son lit un monument aux morts sur lequel apparaissent les visages des disparus et de son château un musée kitsch qu’aucune présence, fantomatique ou non, ne parvient pas à animer. Y a-t-il encore du mouvement en 1995 ? C’est un peu la question de Thierry Jousse dans l’édito des Cahiers de janvier : « 1995 : Le cinéma fête son centenaire. Qu’attendre de ces sortes de célébration dont l’époque a le secret et la coutume ? Au mieux, des pensées qui concernent très directement les pouvoirs du cinéma ou ses impouvoirs. La seule question qui vaut d’être posée en ces temps, c’est bien : que peut le cinéma ? Question que l’on modulera facilement en un Qu’a donc inventé le cinéma ? ou Que peut-encore le cinéma ? »

Les enfants de Lumière, Les cent et une nuits, Lumière et Compagnie, A propos de Nice, la suite… les hommages, bilans, reprises et variations sont nombreuses. Alors que le deuxième siècle du cinéma s’annonce avec de belles découvertes (James Gray, Noémie Lvovsky, Sharunas Bartas, Tsai Ming-Liang ou Laetitia Masson), les « pouvoirs et impouvoirs » du cinéma envahissent des écrans dont les dimensions semblent parfois réduites par le repli sur soi. Ed wood, Au travers des oliviers, Le Regard d’Ulysse, Lisbonne story, Swimming with sharks, ça tourne à Manhattan, le cinéma est partout. Aux Etats-Unis, il a le pouvoir de faire renaître le plus mauvais cinéaste du monde, et se nourrit de ses catastrophes avec humour ou de la critique acerbe de son industrie. Ailleurs, on s’interroge… Dès le mois de février, le critique Charles Tesson pose un regard teinté d’inquiétude sur le film d’Abbas Kiarostami. Dans un long texte, il multiplie les questions fébriles, les siennes et celles du réalisateur : « Pourquoi ce besoin de revenir sur cet épisode déjà tourné ? », « comment un metteur en scène et un spectateur peuvent-ils à ce point être aveugles sur ce qui est en jeu dans une prise de vue dès qu’on engage des acteurs pour tenir un rôle ? La capacité du cinéma à nous révéler l’indicible dans le visible aurait-elle ses limites ? », « Comment, par le cinéma, parvenir à l’accord (entre l’acteur et le réalisateur) ? » ou « A quoi sert le cinéma ? ». En mars, un autoportrait annonce déjà l’hiver, une disparition de décembre. JLG est là, mélancolique et serein, vieillard et enfant. C’est un « autoportrait, donc pas une autobiographie. Un genre peu cinématographique, un genre de retour sur soi animé par un mouvement interne difficile à saisir, un surplace qui avance en même temps. » et qui invite à s’interroger à nouveau sur le temps au moment au Rohmer et Rivette reviennent également sur les écrans. C’est « le temps de filmer et le temps de vieillir », celui dont s’affranchit Rohmer dans les Rendez-vous de Paris. « Le cinéaste filme les rencontres entre les amants potentiels comme une suite d’instantanés sans liens entre eux ». « Il n’y a pas de place pour le vieillissement dans le frais cinéma de Rohmer ». C’est  le temps rivettien de la reprise. « Le temps ne se boucle pas exactement sur lui-même mais se tord, se replie, se suspend parfois (…) D’une certaine façon, le temps ne passe pas chez Rivette, il dure secrètement, même s’il ne s’actualise pas toujours dans le présent ». Le temps godardien, défini par Stéphane Bouquet comme « une ligne du destin, ligne pessimiste et déclinante qui va tout droit vers l’anéantissement », semble s’accorder davantage aux incertitudes de la fin de ce premier siècle, même si l’espoir demeure : « c’est qu’il y a toujours chez Godard, la croyance que quelque chose est capable de résister au mouvement du déclin, quelque chose qui s’appellerait l’œuvre d’art. » Le dernier film de Maurice Pialat, le dernier film d’Akira Kurosawa, le dernier film de Claude Sautet, les retours que sont Lisbonne story et Le regard d’Ulysse, quelque chose semble en cette année 1995 assombrir cet espoir, et la souplesse de Manoel de Oliveira (87 ans alors) imitant Charlot n’y change rien…

De grands mots en grands maux, de la mort toujours annoncée au renouveau du cinéma asiatique, de la célébration du cinéma d’hier aux interrogations sur le cinéma de demain, que me reste-t-il alors de 1995 ?

1) De nouveaux visages

kids.jpg

little odessa.jpg

oublie-moi.jpg

bye bye.jpg

en-avoir-(ou-pas).jpg

vive-lamour.jpg

la-haine.jpg

trois jours.jpg

(Kids - Little Odessa - Oublie-moi - Bye Bye - En avoir (ou pas) - Vive l'amour - La Haine - Trois Jours)

2) La « discrétion de deux auteurs » justement définie par Thierry Jousse dans l’édito de septembre 1995 : « Nul besoin pour eux de s’exhiber puisqu’ils sont omniprésents dans leur film par la seule force de leur croyance au cinéma. ». Clint Eastwood et Claude Chabrol y croient. Parce qu’ils « se situent l’un et l’autre dans un lieu qui n’est guère occupé ces derniers temps, un espace-temps où le cinéma a encore vocation – quelque part entre son devenir-minoritaire et sa dérive-industrie des loisirs – à être universel », La Cérémonie et Sur la route de Madison sont deux souvenirs précieux de 1995.

la-ceremonie.jpg

Sur_la_route_de_Madison.jpg

3) Enfin, s’il faut revenir à l’enfance, je garde le portrait de Godard dans JLG/JLG, autoportrait de décembre et la vue Lumière d’Abbas Kiarostami. Un visage à peine esquissé par le violent contraste du noir et du blanc. Une troublante synthèse en cinquante secondes de trois temps : 1895-1995-2016.

jlg.jpg

 

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 381 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Cérémonie (Chabrol) *** **** **** **** **** **** **** *** *** ** ****
Ed Wood (Burton) *** **** *** *** *** **** ***   *** *** ****
Au travers des oliviers (Kiarostami)   ****   *** ****   ***        
Chungking Express (Wong) ** *** ** **** *** ****         ****
Le Garçu (Pialat)   **** **** ** ***   *** ***   ***  
The Kingdom (Von Trier)       *** **** ****          
Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)   **** **** ** *** **** * ** *** *** ****
Little Odessa (Gray)   *** **** ** *** **** * *** *** *** ***
Sur la route de Madison (Eastwood) ** **** **** *** *** *** **** ** ** ° ****
L'Antre de la folie (Carpenter)   ***   *** ** ****   ** * **** ****
Porco Rosso (Miyazaki)   ***   *** ***   ** *** *** ** ****
Clean, Shaven (Kerrigan)       ***   ****   ***      
Land and Freedom (Loach)   **   ** *** ***   ***     ****
Vive l'amour (Tsai)   ***   *** ****   **        
La Fleur de mon secret (Almodovar)   ****   *** *** **** * *     ***
Les Apprentis (Salvadori)   ***   ** ** ****   ** ** ****  
Coups de feu sur Broadway (Allen) ** ***   *** *** *** *       ****
Le Regard d'Ulysse (Angelopoulos)   ****   * *** ***         ***
Madadayo (Kurosawa)   ***   *** ***   *       ****
En avoir ou pas (Masson)   ***   ** *** ***         ***
Principio y fin (Ripstein)       *** ****            
The Killer (Woo)   *** ** ** * ****         ****
Usual Suspects (Singer) ** ***   ** *** **** * ** *** * ****
Sonatine (Kitano) ** *** * ** *** **** **       ***
Kids (Clark)       *** *** *** **        
Une journée en enfer (McTiernan) *   ** **   ***     *** *** ***
La Haine (Kassovitz)   *** ** *** *** *** ** * ** * ***
Underground (Kusturica)   ° ° *** **** *** ** *** *** ** **
La Jeune Fille et la mort (Polanski)   **   ** ** **   * ** **** ***
L'Appât (Tavernier)   *   * *** ***   ** *** ** ***
Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)     ** *** *   * ***   **** **
Smoke (Wang)   *   **   ****   * ** *** ***
Kiss of Death (Schroeder)   ***   ** ** ***     *   ***
Dellamorte dell'amore (Soavi)     * **   ****   **     ***
JLG JLG (Godard)   ***   *** *   ** ***      
Dumb and Dumber (Farrelly)   **   **         ** ****  
Waati (Cissé)   ***   ** ***   **        
Bye-bye (Dridi)   **   ** *** ***          
A la vie à la mort (Guédiguian)       ** **     ***     ***
Flesh and Bone (Kloves)       **   ***         ***
Oublie-moi (Lvovsky)   **   *** ***            
Calendar (Egoyan)         *** ***   **      
The Doom Generation (Araki)       **   ****          
Clockers (Lee)           ***         ***
Le Ballon blanc (Panahi)       ***             ***
La Bible de néon (Davies)           ****          
Les Habitants (Van Warmerdam)           ****          
Casa de lava (Costa)           ****          
Prête à tout (Van Sant)   ***   ** ** *** * ** ** **  
Mort ou vif (Raimi)   *** ** **   ***     ** * **
Le Couvent (Oliveira)   ***   * ***   * ***     **
Le Village des damnés (Carpenter)       **   ***   *   ** ***
Ça tourne à Manhattan (Di Cillo)   ***   **   ***     *   **
Swimming with Sharks (Huang)   ***   *   ***     **   **
Before Sunrise (Linklater)     *     *** *       ****
Bad Boy Bubby (De Heer)       * ** ****          
Pigalle (Dridi)   ***   *   ***          
A la campagne (Poirier)   ***   ** **            
Soixante et Onze Fragments d'une chronologie du hasard (Haneke)       ** ***     **      
Freddy sort de la nuit (Craven)       **   **         ***
Last Seduction (Dahl) **         ***     **    
Lisbonne Story (Wenders)   ***   ** **            
Le Hussard sur le toit (Rappeneau) * ** °   *** **   *** * ** ***
Salam Cinema (Makhmalbaf)       ** ***            
Les Maîtres du monde (Orme)           **       ***  
La Chanteuse de pansori (Im)       ** ***            
Cyclo (Tran)   **   ° ** ****          
Les Cent et Une Nuits (Varda)   **   *** * **          
Braveheart (Gibson)   * ***     ***   * ° *** *
Crossing Guard (Penn)       °   ****   * **   **
Corridor (Bartas)       **   ***   *      
Etat des lieux (Richet)   **   ** **            
Riaba ma poule (Mikhalkov-Kontchalovski)   ***                  
L'Emigré (Chahine)       ***              
La Conquête de Clichy (Otzenberger)         ***            
La Vie sexuelle des Belges (Bucquoy)       ***              
Marie-Louise ou la Permission (Flèche)   ***                  
Six Degrés de séparation (Schepisi)   ***                  
Lune rouge (Bailey)           ***          
Tank Girl (Talalay)           ***          
Johnny Mnemonic (Longo)           ***          
Des anges et des insectes (Haas)           ***          
Shanghai Triad (Zhang)   **   * ** **          
La Fille seule (Jacquot)   *   **     ** **      
La Cité des enfants perdus (Caro & Jeunet) ** ° °   *** **     *** ° **
Les Evadés (Darabont)     ***     **   * ** °  
Petits Meurtres entre amis (Boyle)   *   °   ***     **   **
Prêt-à-porter (Altman)   **   *   *     *   ***
Rangoon (Boorman)   *     * **   **     **
Au Petit Marguery (Bénégui)   ***           *      
La Cassette (Oliveira)   **     **            
Quiz Show (Redford)           **   **      
Phantasm III (Coscarelli)           **         **
Le Monstre (Benigni)       **             **
Star Trek 7 : Générations (Carson)                   ** **
Meurtre à Alcatraz (Rocco)     **     **          
Le Bonheur est dans le pré (Chatiliez) * °   *   **     ** ** **
Ace Ventura, détective pour chiens et chats (Shadyac)       *         ° ****  
Haut bas fragile (Rivette)       *** °   **        
Priscilla, folle du désert (Elliott)   *       ***     *    
Jefferson à Paris (Ivory)   *       *         ***
Mothra contre Godzilla (Honda)       *   **         **
Glen or Glenda (Wood)   **   *   **          
La Mutante (Donaldson)           ***     ° * **
Jade (Friedkin)       °   ***     *   **
La Planète des vampires (Bava)   *   ° * **         ***
Casper (Silberling)     ***     *     * ° **
Apollo 13 (Howard)     **     *     ° *** *
Le Péril jeune (Klapisch) * ** * ** *     ° ** °  
Frankenstein (Branagh) * *   °   ** ** * *   *
Les Trois Frères (Bourdon & Campan) °   ** °         ** **  
Adultère mode d'emploi (Pascal)   **   ** °            
Vanya Quarante-Deuxième rue (Malle)       ** *     *      
Even Cowgirls Get the Blues (Van Sant)   **   *           *  
L'Ame des guerriers (Tamahori) °         ***          
Emmène-moi (Spinosa)   *   **              
Carrington (Hampton)           *         **
Raï (Gilou)   *   **              
Corps inflammables - Soixante-Quinze Centilitres de prière (Maillot)   *   **              
Lumière et compagnie (collectif)   **     *            
Funny Bones (Chelsom)           **         *
Naked in New York (Algrant)   **                  
Le Roi de Paris (Maillet)       **              
Rosine (Carrière)       **              
La Brèche (Moreau)                     **
Prêtre (Bird)           **          
Mécaniques célestes (Torres)   **                  
Fast (Desarthe)   **                  
L'Amour en équation (Schepisi)           **          
La Reine des bandits (Kapur)           **          
Noir comme le souvenir (Mocky)       **              
Jusqu'au bout de la nuit (Blain)     **                
La Folie du roi George (Hytner)           **          
Dolores Claiborne (Hackford)           **          
Sauvez Willy 2 (Little)     **                
Trois Jours (Bartas)           **          
La Croisade d'Anne Buridan (Cahen)       **              
Fiesta (Boutron)           **          
Au beau milieu de l'hiver (Branagh)                 **    
Gazon maudit (Balasko) ° °   **   **     ° **  
Goldeneye (Campbell) °   *     **     * ° **
Desperado (Rodriguez)       °   **     ** ° *
Juste Cause (Glimcher)           **     °   *
Légendes d'automne (Zwick)           **       ° *
Bad Boys (Bay)           **     ° *  
Waterworld (Reynolds) °   **     **     ° * °
Stargate (Emmerich) °   *     *     ° **  
La Rivière sauvage (Hanson)           **     °    
Le Nouveau Monde (Corneau)       °       **      
Augustin (Fontaine)   *   *              
USS Alabama (Scott)           *       *  
Traque sur Internet (Winkler)           *       *  
Une femme française (Wargnier)   °   °   **   *      
Assassins (Donner)           °     ° * **
Alerte (Petersen)           *     ° * *
Plan Nine from Outer Space (Wood)   *   * ° *       ° *
Elisa (Becker)   °   °   ***   °   °  
Tom est tout seul (Onteniente)   *                  
Va mourire (Boukhrief)   *                  
Only You (Jewison)           *          
Richard au pays des livres magiques (Johnston & Hunt)     *                
L'Année Juliette (Le Guay)       *              
Les Misérables (Lelouch)               *      
Circuit Carole (Cuau)     *                
Cobb (Shelton)           *          
Blue Sky (Richardson)           *          
Candyman 2 (Condon)           *          
Que la chasse commence (Dickerson)           *          
L'Amour à tout prix (Turtletaub)           *          
Les Milles (Grall)                     *
La Fiancée du monstre (Wood)       *              
A propos de Nice, la suite (collectif)       *              
Le Plus Bel Age (Haudepin)       *              
Les Frères McMullen (Burns)           *          
Le Président et Miss Wade (Reiner)   *                  
Le Cercle des amies (O'Connor)           *          
L'Indien du placard (Oz)                   *  
Le Maître des éléphants (Grandperret)       *              
Les Vendanges de feu (Arau)           *          
Batman Forever (Schumacher)     ** °   *   ° ° °  
Lancelot (Zucker) °   **     °   °   °  
Terminal Velocity (Sarafian)           *     °    
Junior (Reitman)                 ° *  
Nell (Apted)           *     °    
Astérix et les Indiens (Hahn)     *             °  
Street Fighter (Souza)     *             °  
Rob Roy (Caton-Jones)           *     °    
French Kiss (Kasdan)       °   *          
Les Anges gardiens (Poiré) °   ** °   °   ° ° °  
Harcèlement (Levinson)   *   °   °     °    
Judge Dredd (Canon) °         *     ° ° °
L'Or de Curly (Weiland)                   °  
Highlander 3 (Morahan)           °          
A cran (Martin)       °              
Drop Zone (Badham)                 °    
Radio Rebels (Lehmann)                 °    
La Lune et le téton (Luna)       °              
Dis-moi oui (Arcady)       °              
Don Juan De Marco (Leven)   °                  
Dragon Ball Z (Yamauchi & Hashimoto)                   °  
Neuf Mois aussi (Columbus)                   °  
Piège à grande vitesse (Murphy)           °       °  
Madame Butterfly (Mitterrand)       °       °      
Pocahontas, une légende indienne (Gabriel & Goldberg)     °           °    
Mortal Kombat (Anderson) °               ° °  
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
Inédits :                      
Fermo Posta (Brass)       *              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sonatine (Kitano) Sur la route de Madison (Eastwood) 3- La Cérémonie (Chabrol) Chungking Express (Kar-wai) 5- Le Garçu (Pialat) Haut, bas, fragile (Rivette) 7- JLG/JLG (Godard) Vive l'amour (Ming-Liang) 9- L'Antre de la folie (Carpenter) Clean, Shaven (Kerrigan)

Un simple amateur :
1- Au travers des oliviers (Kiarostami) 2- Sur la route de Madison (Eastwood) 3- Little Odessa (Gray) 4- Madadayo (Kurosawa) 5- La Chanteuse de pansori (Im) 6- Bad Boy Bubby (De Heer) 7- Le Garçu (Pialat) 8- Vive l'amour (Ming-Liang) 9- Chungking Express (Kar-wai) 10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

Mister Arkadin :
**** : Underground (9 ; version longue, passée en feuilleton sur Arte quelques années après – 7 pour la version cinéma)
*** : Nelly et Monsieur Arnaud (8) ;Principio y fin (8) ; Ed Wood (8) ; Usual Suspects (7) ; Au travers des oliviers (7) ; Calendar (7) ; Coups de feu sur Broadway (7) ; Salam Cinema (7) ; Vanya Quarante-Deuxième rue (7)
** : Porco Rosso (7) ; Land and Freedom (7) ; En avoir ou pas (6) ; Chungking Express (6) ; La Cérémonie (6) ; Prête à tout (6) ; La Fille seule (6) ; L’Appât (6) ; Oublie-moi (6) ; Le Village des damnés (6) ; Quiz Show (6) ; Sonatine (5) ; Vive l’amour (5) ; Dumb and Dumber (5) ; Le Garçu (5) ; La Haine (5) ; Le Nouveau Monde (5) ; A la campagne (5) ; Glen or Glenda (5)
* : Sur la route de Madison (4) ; Little Odessa (4) ; A la vie à la mort (4) ; Les Apprentis (4) ; Les Evadés (4) ; Cyclo (4) ; Les Cent et une nuits (4) ; Ace Ventura, détective pour chiens et chats (4) ; Desperado (3) ; Batman Forever (3) ; La Cité des enfants perdus (3) ; Les Trois Frères (3) ; Plan Nine from Outer Space (3)
o : Le Péril jeune (2) ; Smoke (2) ; Les Rendez-vous de Paris (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Fleur de mon secret ; Flesh and Bone ; Last Seduction ; La Chanteuse de pansori ; L’Emigré ; Shanghai Triad ; Le bonheur est dans le pré ; Adulte mode d’emploi ; Carrington ; Raï

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1995 ? (105 votants)

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix)
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)
Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Trois Frères, Bernard Campan & Didier Bourdon, 6 897 098 entrées
2. Les Anges Gardiens, Jean-Marie Poiré, 5 793 034 entrées
3. Pocahontas, une légende indienne, Eric Goldberg & Mike Gabriel, 5 656 757 entrées
4. Le Bonheur est dans le pré, Étienne Chatiliez, 4 931 227 entrées
5. Gazon Maudit, Josiane Balasko, 3 990 094 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Méliès : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : N'oublie pas que tu vas mourir (Xavier Beauvois)
- César du meilleur film : La Haine (Mathieu Kassovitz)
- Oscar du meilleur film : Forrest Gump (Robert Zemeckis)
- Festival de Venise, Lion d'or : Cyclo (Tran Anh Hung)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Underground (Emir Kusturica)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Appât (Bertrand Tavernier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Raï (Thomas Gilou)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Margaret's Museum (Mort Ransen)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1995 sur le site Encyclo-Ciné)

20/09/2016

Sur vos écrans en 1992

EDITORIAL :

Par Edouard S.

impitoyable00.jpgEn 1992, fidèle abonné, je lis Les Inrockuptibles, publication ayant je crois disparu depuis. Le début d’année est celui d’une tornade provoquée par une jeune fille frêle mais teigneuse du Dorset. Le magazine présente la demoiselle et l'orage monte sur les trois numéros de printemps : une demi-page, puis deux entières, puis sept et la couverture. PJ Harvey a 21 ans et vient de sortir son premier disque. Le bien nommé Dry, 24 ans après, trône toujours tout en haut de ma pyramide discographique personnelle (le single Dress en live d'époque, ici). Autre découverte, celle de Dominique A. L'album La Fossette débarque de nulle part et me saisit tout de suite. J’entends encore Bernard Lenoir en parler dans son émission sur France Inter, ému de trouver là, enfin, un chanteur d’ici capable de reprendre le flambeau de Manset/Murat, et passer tous les soirs ou presque Va t'en ou Le Courage des oiseaux, candidat sérieux au titre de meilleure chanson française de tous les temps. Dans le même temps, arrive le deuxième album de Ride, groupe s’étant hissé quelques mois auparavant, d’un coup d’un seul, sur le haut de la vague noisy pop anglaise. Going Blank Again s’ouvre sur un Everest guitaristique, un single improbable et ahurissant. Pendant les 8 minutes que dure Leave them all behind, Ride se propulse à des années lumières, ne cesse de monter, touche les étoiles, va là où l’on ne respire plus depuis longtemps. Le reste de l’album, pourtant bon, est dans l’incapacité de se remettre totalement de cette ascension fulgurante comme une attaque de Claudio Chiappucci sur le Tour de France 92. Ensuite, le groupe produira deux albums quelconques et s’évanouira. Leave them all behind était donc un sommet et un adieu. En ce temps-là, je les vois cependant sur scène sans me douter de la suite. Étudiant bordelais, je fréquente les lieux emblématiques du circuit rock, du Théâtre Barbey au Jimmy, de la Médoquine au Krakatoa ou au Chat Bleu, afin d'y voir The House Of Love, The Jesus and Mary Chain, The Wedding Present, Yo la Tengo, Television fraîchement reformé ou, bien sûr, un peu partout, Noir Désir. Achetant CD sur CD, je choisis mon Top 10 de l'année ainsi : 1. PJ Harvey - Dry, 2. Dominique A. - La Fossette, 3. Pavement - Slanted and Enchanted, 4. R.E.M. - Automatic for the people, 5. Yo la Tengo - May I sing with me, 6. The Pharcyde - Bizarre Ride II the Pharcyde, 7. John Cunningham - Shankly Gates, 8. John Cale - Fragments for a rainy season, 9. Nick Cave and the Bad Seeds - Henry's dream, 10. DC Basehead - Play with toys

1992,eastwood,cassavetes,allen,brisseau,altman,rohmer,desplechin,hartley,pintilie,burton

Mais, me direz-vous, ici, c’est Zoom Arrière, pas Rétro Disco.

Donc, en 1992, je laisse tomber définitivement Première, je continue à acheter de temps à autre les Cahiers du Cinéma et je tombe pour la première fois sur Positif. Le numéro qui m’attire alors s’orne d’une photo de Tim Robbins dans The Player de Robert Altman. Le film m’enthousiasme dans la foulée. Je choisis donc mon camp, pour de longues années. Et j’établis mes programmes en premier lieu sur la foi des conseils positivistes avant de me rendre au Cinéma Jean Eustache de Pessac ou au Centre Jean Vigo dans Bordeaux.

En 1992, se poursuit la folie Twin Peaks. Ayant suivi la diffusion de la série mythique sur La Cinq (chaîne qui l’est un peu moins, mythique, ou alors pour d’autres raisons), j’attendais comme tout le monde énormément du film de cinéma que Lynch avait décidé de tourner, incapable d’abandonner sa Laura Palmer dans la "Black Lodge". Or, passé son extraordinaire prologue convoquant David Bowie (ou son fantôme), Fire walk with me laisse sur un goût d’inachevé, de légère déception. Tout le contraire de deux premiers longs métrages qui me retournent la tête (et parfois l’estomac) : Reservoir Dogs coup d’essai, coup de poing, coup de maître de Quentin Tarantino et La Sentinelle d’Arnaud Desplechin, étoile tout à fait inattendue dans le ciel d’un cinéma français, qui, il est vrai continue d'assurer (très bonnes cuvées de Rohmer, Tavernier, Sautet, Brisseau, Deville) et de bouger (Bar des Rails de Cédric Kahn, Nord de Xavier Beauvois et, pour certains, Les Nuits fauves de Cyril Collard). Je suis également impressionné par les dernières livraisons de deux cinéastes que l’on pouvait alors croire installés dans leur routine : avec Impitoyable, Clint Eastwood, tout en créant le modèle-type du western crépusculaire prouve, à la suite du Kevin Costner de Danse avec les loups, que le genre n’est toujours pas mort, tandis que Woody Allen prend tout le monde à contre-pied avec son rugueux et risqué Maris et Femmes.

En 1992, je compte parmi ceux qui doivent à un Gérard Depardieu transformé en distributeur la découverte des films de John Cassavetes dont les deux merveilleux inédits en salles françaises que sont Faces et Opening Night. A Positif et aux Cahiers, plutôt qu’à Première, je dois celle des beaux Et la vie continue d'Abbas Kiarostami, La Chasse aux papillons d'Otar Iosseliani, Le Chêne de Lucian Pintilie, Les Équilibristes de Nico Papatakis, Une vie indépendante de Vitali Kanevski, Crush d'Allison MacLean, Bhumika de Shyam Benegal... Côté américain, Tim Burton réussit l'impossible avec un deuxième volet batmanien des plus sombres, Gus Van Sant passe un nouveau cap (My Own Private Idaho), Tim Robbins retient bien les leçons ironiques de Robert Altman (Bob Roberts), Oliver Stone maîtrise son JFK, Steven Soderbergh se sort brillamment du piège Kafka mais Martin Scorsese se plante dans les grandes largeurs avec son remake des Nerfs à vif... J’évite alors consciencieusement tout un tas de grosses productions à succès comme le Basic Instinct de Paul Verhoeven. L’impudique croisé-décroisé de Sharon Stone me rattrapera des années plus tard et me démontrera que, dans ce cas précis, j’avais eu tort de faire mon rebelle. A l’époque, je ne passe malheureusement pas à côté d’un autre "phénomène", le regrettant amèrement : je sors absolument dégoûté du film dégueulassement piégé qu'est C’est arrivé près de chez vous. Là est l’origine, sans aucun doute, de mon allergie persistante au comique cinématographique et télévisuel de Benoît Poelvoorde.

Mais oublions cette sombre idiotie. 1992, c’est surtout l’année Hal Hartley. Nous avons découvert Trust Me en mars, The Unbelievable Truth en septembre et Simple Men en octobre. Qu’à partir d’Amateur, sorti deux ans plus tard, la belle mécanique s’enraye, puis cale totalement par la suite importe peu. Pendant quelques mois, sur nos écrans, Hal fut le cinéaste le plus classe, ses actrices et ses acteurs les plus beaux (Adrienne Shelly, Elina Löwensohn, Karen Sillas, Martin Donovan, Robert Burke, William Sage), ses musiques les mieux choisies (Yo la Tengo, Sonic Youth), ses films les plus rock, les plus sexys, les plus drôles et les plus émouvants, ses fins les plus touchantes et les plus encourageantes, ses idées de mise en scène, même empruntées à Godard, les plus emballantes (car elles créaient une distance et dans le même temps, par on ne sait quel tour de magie, elles nous attachaient plus encore aux personnages), ses dialogues les plus à même d'être amoureusement retenus ("Respect, admiration and trust equal love", "I know what you need... you need a woman", "Why do women exist ?").

Au milieu de Simple Men, Martin Donovan déboule en pick-up, en sort, arrache sa casquette et hurle "I can’t stand the quiet !" Dans la seconde, débute la meilleure scène de danse du monde, au son du bien nommé (lui aussi) Kool Thing de Sonic Youth (et Chuck D de Public Enemy). Dans mon fauteuil du cinéma Jean Vigo, je n’en reviens pas. A cet instant se cristallise tout ce que j’aime dans mes deux arts favoris, le cinéma et le rock, pour toujours. Plus encore que devant le Mauvais Sang de Carax, découvert peut-être un peu trop jeune. Là, ayant déjà succombé, quelques semaines auparavant, aux charmes des deux premiers Hartley et ayant fait de Goo, l'album de Sonic Youth dont est extrait Kool Thing, l'un de mes favoris de l'année 90, j'ai le sentiment d’être vraiment dans le présent, de vivre l’instant au bon moment et au bon endroit. Cet incroyable éclair, je sais que je ne le revivrai plus jamais au cinéma. Mais je ne dis pas cela de façon triste : il me suffit d'en avoir été frappé une fois.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 175 longs métrages (sur les 373 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Impitoyable (Eastwood) **** **** **** ** **** **** *** **** **** *** **** ***
Opening Night (Cassavetes)   ****   *** **** **** **** ***   ****    
Maris et femmes (Allen)   ****   **** **** ****   ***       ***
Faces (Cassavetes)   ****   *** **** **** *** ***   ****   ***
Céline (Brisseau)   *** **** *** ***   *** ***     ****  
The Player (Altman) **** **** * ** **** **** ** *** *** *** *** ****
Conte d'hiver (Rohmer) *** *** *** *** ***   *** ****   **** *** **
La Sentinelle (Desplechin)   ****   *** **** *** ***     *** *** **
Batman, le défi (Burton) **** **** ** ** *** **** **   **** ** ** ****
Trust Me (Hartley)   ***   *** **** ***       ***    
Le Chêne (Pintilie)   ****   ** *** ****            
The Unbelievable Truth (Hartley)   ***   *** *** ****            
Le Petit prince a dit (Pascal)   **** ** *** *** ***         ***  
Reservoir Dogs (Tarantino) *** *** ** ** **** *** ** ** *** ** *** ****
Simple Men (Hartley)   *** °   **** ****       ****    
La Guerre sans nom (Tavernier)   ***     *** ****            
Un cœur en hiver (Sautet)   **** *** ** *** *** ° *** ** ***   ****
Le Festin nu (Cronenberg)   ***   *** *** **** **         **
Le Dernier des Mohicans (Mann)     ***     ***     ** ** *** ****
Talons aiguilles (Almodovar) *** ****   **** ** **** **   ** *   **
Betty (Chabrol)   ***   **** ** *** **     **   ***
My Own Private Idaho (Van Sant)   *** ° ** *** **** ***   ** ****    
Versailles rive gauche (Podalydès)   ***   *** **     ***     ** ***
Aux cœurs des ténèbres (Coppola, Bahr & Hicklenlooper)         *** ***           ***
City of Hope (Sayles)     ***     ***           ***
Twin Peaks, Fire walk with me (Lynch) *** ** * **** ** **** *** *        
Nord (Beauvois)   ***   ** *** ***            
Bob Roberts (Robbins)   ***   ** *** ***            
Qiu Ju, une femme chinoise (Zhang)   ***   ** *** ***            
Ombres et brouillard (Allen) *** **   *** ** ***   *       ***
Retour à Howards End (Ivory)   **   ** ** *** ** ** **     ****
JFK (Stone)   ** **   *** **   *   *** ** ***
L 627 (Tavernier)   **   * *** ***   ** **     ***
Kafka (Soderbergh)   ***   * *** **           ***
Bar des rails (Kahn)   ***   ** ***   **          
Et la vie continue (Kiarostami)   ***   ** ***   **          
L'Esprit de Caïn (De Palma)       **   ****   **        
La Vie de bohème (Kaurismäki)       *** ** ***            
Toutes peines confondues (Deville)   ***   ** ***              
Une vie indépendante (Kanevski)       ** ***             ***
La Chasse aux papillons (Iosseliani)       ** ***             ***
Truly, Madly, Deeply (Minghela)         ** ****            
Histoires de fantômes chinois 2 (Ching)           ****           **
Bhumika (Benegal)         *** ***            
Crush (MacLean)         *** ***            
Spetters (Verhoeven)           ****            
Incident à Oglala (Apted)           ****            
Les Nuits fauves (Collard)   ** *** *** ** ** **         *
Alien 3 (Fincher) **       ** ***   ** ** **   **
Les Aventures d'un homme invisible (Carpenter)       **   ***     *     ***
Basic Instinct (Verhoeven) ** ** *** ° *** ** ** * *** * ** **
Le Ciel de Paris (Bena)   ***   ** **              
Frankie et Johnny (Marshall)   **   °   **     **     ****
Le Sous-sol de la peur (Craven)       **   ***   *   ***   *
Les Equilibristes (Papatakis)       ** ***              
Amoureuse (Doillon)       *** **              
Border Line (Dubroux)   ***   **                
Ballroom Dancing (Luhrmann)       **   ***            
Leolo (Lauzon)       **   ***            
Lunes de fiel (Polanski)   **   *** ** **   * * **    
Confessions d'un barjo (Boivin)   **   **   **   **        
Deux Yeux maléfiques (Argento & Romero)       **   **   **       **
Dead Again (Brannagh)       * * **   ** **     ***
La Crise (Serreau)   **   ** ** **     * **    
JF partagerait appartement (Schroeder) ** **   ** ** **   * *      
Diên Biên Phu (Schoendoerffer)     *     **   **     *** *
Le Quatrième Homme (Verhoeven)     * *   ****            
La Maison du sourire (Ferreri)       *** **     *        
Johnny Stecchino (Benigni)                       ***
Faute de preuves (Moore)           ***            
Star Trek 6 : Terre inconnue (Meyer)                   ***    
Les Enfants volés (Amelio)         ***              
Le Mirage (Guiguet)       ***                
Cœur de tonnerre (Apted)           ***            
Edward II (Jarman)           ***            
La Famille Addams (Sonnenfeld)   *   *   ***     * **   **
Fatale (Malle)   *   * ** ***   ** *      
La Belle et la bête (Trousdale & Wise)     **           ° *   ****
Riens du tout (Klapisch)   **   **         *     **
Les Nerfs à vif (Scorsese)   ** ** * ° ** * * ** ** * **
C'est arrivé près de chez vous (Belvaux, Bonzel & Poelwoorde) ** °   *** ° ***     ** **   °
Beignets de tomates vertes (Avnet)   *       **     °   *** **
Les Blancs ne savent pas sauter (Shelton)                   * ***  
Ville à vendre (Mocky)       **       **        
Marcellino (Comencini)     **               **  
Des souris et des hommes (Sinise)   **     **              
In the Soup (Rockwell)       **   **            
Beau fixe (Vincent)       ** **              
Hamlet (Zeffirelli)   *       **           **
Le Petit Homme (Foster)   **     **       *      
Mon cousin Vinny (Lynn) * **       **       *    
L'Accompagnatrice (Miller)       * ** *   **        
La Mort vous va si bien (Zemeckis)   ***   *   *   * * *   *
Hook (Spielberg) ** * * °       * ** **   *
Des hommes d'honneur (Reiner)   *       *   * ° **   **
Le Retour de Casanova (Niermans)   °       *   *       ***
Bugsy (Levinson)   * **     *   *        
Sang chaud pour meurtre de sang-froid (Joanou)   *       *   *       **
L'Arme fatale 3 (Donner)           **     ° **    
Max et Jérémie (Devers)       **   *            
Billy Bathgate (Benton)           **            
L'Homme qui a perdu son ombre (Tanner)       **                
Le Passager (Kiarostami)       **                
Rambling Rose (Coolidge)           **            
En liberté dans les champs du seigneur (Babenco)           **            
Grand Canyon (Kasdan)           **            
La Prise de Beverly Hills (Furie)           **            
Le Cercle des intimes (Kontchalovski)   **                    
Rush (Zanuck)           **            
Time Bomb (Nesher)           **            
Medicine Man (McTiernan)           **            
Le Roi ébahi (Uribe)       **                
Le Vent sombre (Morris)           **            
Rock-O-Rico (Bluth)                       **
Ruby (MacKenzie)           **            
La Nuit déchirée (Garris)           **            
Silvestre (Monteiro)       **                
L'Architecture du chaos (Cohen)   **                    
Mac (Turturro)         **              
La Fille de l'air (Bagdadi)           **            
Siméon (Palcy)   **                    
Bingo (Robbins)                        
Le Dernier Samaritain (Scott)     * °   **     ° **    
Arrête ou ma mère va tirer (Spottiswoode)     *           ° **    
Jeux de guerre (Noyce)           *     °     **
Indochine (Wargnier)   * ° °   **   *       *
Le Bal des casse-pieds (Robert) ° °   **   *     *      
Wayne's World (Spheeris) *     °   **     * °    
Antigone (Huillet & Straub)     ° **                
Le Prince des marées (Streisand)   °       **            
La Fin de Freddy : l'ultime cauchemar (Talalay)           *   *        
Un privé en escarpins (Kanew)           *           *
Horizons lointains (Howard)               *       *
L'Amant (Annaud)   *   ° * **   °   °   *
Mille quatre cent quatre-vingt-douze, Christophe Colomb (Scott)   ° ** °           *    
IP 5, l'île aux pachydermes (Beineix) ** °   °       ° *     *
La Cité de la joie (Joffé)   *           * ° ° * *
Sister Act (Ardolino) ° °       **     ° *    
Une lueur dans la nuit (Seltzer)   *       °           *
Cinq cent quatre-vingt-huit, rue Paradis (Verneuil)               *        
Year of the Gun (Frankenheimer)           *            
La Voix (Granier-Deferre)       *                
Ricochet (Mulcahy)           *            
L'Affût (Bellon)           *            
Promenades d'été (Féret)       *                
Sam Suffit (Thévenet)       *                
Trahie (Harris)           *            
L'Homme de ma vie (Tacchella)                       *
Bezness (Bouzid)       *                
My Girl (Zieff)                 *      
Sans rémission (Olmos)           *            
La Main sur le berceau (Hanson)           *            
Obsession fatale (Kaplan)           *            
Sables mortels (Donaldson)           *            
Beethoven (Levant) °   **           ° °    
Maman j'ai encore raté l'avion (Columbus) °         °     ° ° **  
A quoi tu penses-tu ? (Kaminka)       *       °        
La Belle Histoire (Lelouch)   °           *        
Après l'amour (Kurys)   *   °                
Le Cobaye (Leonard)           *     °      
Le Souper (Molinaro) *     °                
Universal Soldier (Emmerich)   °       *     ° °    
Le Zèbre (Poiret) ° °   *       ° °      
Body Guard (Jackson) ° ° *           ° °   °
The Long Day Closes (Davies)       °                
Le Coup suprême (Sentier)       °                
Face à face (Schenkel)           °            
Doc Hollywood (Caton-Jones)                 °      
Sup de fric (Gion)       °                
La P'tite Arnaqueuse (Hughes)       °                
Boomerang (Hudlin)           °            
Une équipe hors du commun (Marshall)                 °      
Loulou Graffiti (Lejalé) ° °                    
Sexes faibles (Meynard)       °         °      
Le Grand Pardon II (Arcady)           °   °        
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
Rapado (Reijtman)         ***              
Basket case 3 (Henenlotter)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Impitoyable (Eastwood) Une belle journée d'été (Yang) Et la vie continue (Kiarostami) 4- La Sentinelle (Desplechin) 5- Agantuk (S.Ray) Borderline (Dubroux) 7- Antigone (Straub-Huillet) Batman, le défi (Burton) L'Esprit de Cain (De Palma) Le Mirage (Guiguet)
+ 4 films anciens : Faces (Cassavetes) Opening Night (Cassavetes) Silvestre (Monteiro) La Rivière Subarnarekha (Ghatak)

Benjamin :
L'arme fatale 3 * / Alien 3 * / Conte d'hiver ** / Impitoyable *** / Retour à Howards End *** / Twin Peaks **  Mais aussi : Basic instint *** / Batman, le défi *** / Reservoir Dogs *** / Un cœur en hiver **** / Le Festin nu * / Talons aiguilles ** / Betty ** / Dead Again **

Un simple amateur :
1-Une belle journée d'été (Yang) 2-Impitoyable (Eastwood) 3-Et la vie continue (Kiarostami) 4-Agantuk (S.Ray) 5-Maris et femmes (Allen) 6-Céline (Brisseau) 7-Conte d'hiver (Rohmer) 8-Un cœur en hiver (Sautet) 9-Le Chêne (Pintilie) 10-La Sentinelle (Desplechin)
+ 2 films anciens : Faces (Cassavetes) Opening Night (Cassavetes)

Mister Arkadin :
**** : Maris et Femmes (9)
*** : Un cœur en hiver (8) ; Reservoir Dogs (8) ; Retour à Howard End (7) ; Batman, le défi (7) ; The Player (7) ; Trust Me / The Unbelivable Truth / Simple Men (7) ; Une vie indépendante (7) ; Et la vie continue (7) ; Conte d’hiver (7) ; C’est arrivé près de chez vous (7)
** : Histoire de fantômes chinois 2 (6) ; L 627 (6) ; La Sentinelle (6) ; Les Nerfs à vif (6) ; Kafka (6) ; Le petit prince a dit (6) ; Faces (6) ; Bob Roberts (5) ; Mac (5) ; Opening Night (5) ; Impitoyable (5) ; Basic Instinct (5) ; Talons aiguilles (5) ; Bar des rails (5) ; La Vie de bohème (5) ; Les Nuits fauves (5) ; JF partagerait appartement (5)
* : Riens du tout (4) ; La Crise (4) ; Céline (4) ; Betty (4) ; Qiu Ju, une femme chinoise (4) ; Le Bal des casse-pieds (4) ; Les Aventures d’un homme invisible (3) ; Des souris et des hommes (3) ; Ombres et brouillard (3) ; Toutes peines confondues (3)
o : L’Amant (2) ; Le Festin nu (2) ; La Chasse aux papillons (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Versailles rive gauche ; La Fille de l’air ; Le Zèbre ; etc.

Pierre :
1-La sentinelle (Despléchin) 2-Basic instinct (Verhoeven) 3-Le visiteur (Ray) 4-Céline (Brisseau) 5-Le festin nu (Cronenberg) 6-Opening night (Cassavetes) 7-Twin peaks fire a walk with me (Lynch) 8-C'est arrivé près de chez vous (Belvaux) 9-Sylvestre (Monteiro) 10-Le dernier des mohicans (Mann) 11-Subarnarekha (Ghatak) 12-Impitoyable (Eastwood) 13-JFK (Stone) 14-Le passager (Kiarostami) 15-Djembe fola (Chevallier) 16-The long day closes (Davies) 17-Coeur de tonnerre (Apted) 18-Les enfants volés (Amelio) 19-Un coeur en hiver (Sautet) 20-Faces (Cassavetes)
Les 45 hors liste restant Le jour de l'éclipse (Sokourov)*** Autour du désir (Bellocchio)*** La vie sur un fil (Kaige)*** Cerro torre le cri de la roche (Herzog)*** Carne (Noé)*** Killer instinct (Maylam)*** Double vue (Peploe)*** Par l'épée (Kagan) Latino bar (Leduc)*** La vaquilla (Berlanga)*** La divine comédie (de Oliveira)*** Contes (Back)*** Gladiateurs (Herrington)*** Opération Foxbat (Po Chih Leong)*** La putain (Russell)** Fais comme chez toi (Oz)** Luna park (Lounguine)** La puissance de l'ange (Avildsen)** FreeJack (Murphy)** Tito et moi (Markovic)** Portes ouvertes (Amelio)** Valse d'amour (Risi)** Les bicyclettes sont pour l'été (Chavarri)** Johnny Suede (Di Cillo)** Ailes de papillon (Ulloa)** La nuit du défi (Ritchie)** Broken hearts (Ruven)** Golem l'esprit de l'exil (Gitaï)** Cadence (Sheen)** Loin du Brésil (Tilly)** Danzon (Novarro)** Méchant garçon (Gassot)** Le père de la mariée (Shyer)* L'ombre (Goretta)* Un bon flic (Gould)* Mutronics (George et Wang)* La petite amie d'Antonio (Poirier)* Le fils du Mékong (Leterrier)* La peste (Puenzo)0 L'évasion du cinéma liberté (Marczewski)0 Massacres (Roy)0 Les meilleures intentions (August)0 Double arnaque (Winner)000 La gamine (Palud)0000 Room service (lautner)00000
ensuite 42 longs inédits 1-Autumn moon (Law)**** 2-An aria on gaze (Sato)**** 3-Igor, vie intérieure d'un toxicomane (Gallotte)**** 4-Cronos (Del Toro)*** 5-Parpaillon (Moullet)*** 6-Cageman (Cheung)*** 7-Bad channels (Nicolaou)*** 8-Je pense à vous (Dardenne)*** 9-Rapado (Rejtman)*** 10-Cosi fan tutte (Brass)*** 11-tetsuo 2 the body hamer (Tsukamoto)*** 12-One 11 and 103 (Cage et Lohner)*** 13-Knights les chevaliers du futur (Pyun)*** 14-Angel de fuego (Rotberg)*** 15-Don Quichotte (Franco et Welles)*** 16-Le dernier plongeon (Monteiro)*** 17-964n Pinocchio (Fukui)*** 18-The wrecked city (Mak Tai Kit)*** 19-Full contact (Lam)** 20-Narcos (Ferrara)** 21-Double dragon (Tsui Hark et Lam)** 22-Contes et décomptes de la cour (De Latour)** 23-Niki Larson (Wong Jing)** 24-Leprechaun (Jones)** 25-Dances with snakes (Kein Hing Lee)** 26-El amante bilingue (Aranda)** 27-Staline (Passer)** 28-Firehawk (Santiago)** 29-Y a-t-il quelqu'un pour l'ambulance? (Dugan) * 30-Munchie (Wynorski)* 31-Le tchéckiste (Gorozhkin)* 32-Les griffes de l'aigle (Kennedy)* 33-A human murder weapon (Miike)* 34-Christophe Colomb (Glen)* 35-Glutors (Manoogian)* 36-Washing machine (Deodato)* 37-la loi du désert (Tessari) * 38-Jasper's ghost (Wielopolska)* 39-Sommer der liebe (Storch)0 40-Lakota moon (Cain)0 41-Mickey (Dimster-Dansk)000 42-Zipper face (Pourmand)000
7 moyens métrages 1-Midori (Harada)**** 2-Dans ses bras (Kawase)*** 3-Megalopolis 1 : la cité du démon (Rintaro et Katayama)*** 4-Floating (Heslop)*** 5-Les enfants des prisons (Carré)*** 6-Gwar: phallus in wonderland (Wells et Bullhorn)*** 7-La campagne de Provence (Comolli et Samson)**
et pour finir 21 courts 1-La nourriture (Svankmajer)**** 2-King's day out (Kuhns)**** 3-Screenplay (Purves)*** 4-Retour de bâton (Duty)*** 5-The end (Pelechian)*** 6-Las soledades (Ruiz)*** 7-The sawing circle (kern)*** 8-Ding Dong (Mulloy)*** 9-The bitches (Kern)*** 10-Himenoptero (Amenabar)*** 11-Le saut de l'ange (Boccarossa)*** 12-Omnibus (Karman)*** 13-La tendresse (Reinders)** 14-O perigo negro (Sganzerla)** 15-No sex (Coignoux)** 16-La baleine et le ramoneur (Costa)** 17-Vertiges ou la peur de tomber de haut (Vanz de Godoy)** 18-La plage (Bokanowski)** 19-Guerre du golfe : la vérité (Hachet)** 20-Zombi et tous ses zamis (Elissalde)** 21-Bitches (Kern)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1992 ? (72 votants)

1- Twin Peaks, fire walk with me (David Lynch) : 10 voix
2- Impitoyable (Clint Eastwood) : 8 voix
3- The Player (Robert Altman) : 6 voix
4- Conte d'hiver (Eric Rohmer) : 5 voix
5- Opening night (John Cassavetes) : 4 voix
6- Reservoir dogs (Tarantino), Et la vie continue (Kiarostami), Betty (Chabrol) : 3 voix
10 - Le festin nu (Cronenberg), Le Chêne (Pintilie), Le Petit prince a dit (Pascal), La Vie de bohême (Kaurismaki), Batman returns (Burton) : 2 voix
Et cités seulement une fois : Un cœur en hiver (Sautet), Trust me (Hartley), Kafka (Soderberg), C'est arrivé près de chez vous (Belvaux...), Ballroom Dancing (Luhrmann), Indochine (Warnier), Talons aiguilles (Almodovar), Basic instinct (Verhoeven), Le Dernier des mohicans (Mann), Lunes de fiel (Polanski), Simple men (Hartley), Le Quatrième homme (Verhoeven), Toutes peines confondues (Deville), L627 (Tavernier), Beignets de tomates vertes (Avnet), My Own private Idaho (GVS), La Sentinelle (Desplechin), Spetters (Verhoeven), L'Esprit de Caïn (De Palma), Léolo (Lauzon)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Basic Instinct, Paul Verhoeven, 4 615 376 entrées
2. L'Arme Fatale 3, Richard Donner, 4 385 039 entrées
3. La Belle et la Bête, Gary Trousdale, Kirk Wise, 4 189 365 entrées
4. Bodyguard, Mick Jackson, 3 779 343 entrées
5. Hook, Steven Spielberg, 3 404 004 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Petit Prince a dit (Christine Pascal)
- Prix Méliès : Un cœur en hiver (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : Paris s'éveille (Olivier Assayas)
- César du meilleur film : Les Nuits fauves (Cyril Collard)
- Oscar du meilleur film : Le Silence des agneaux (Jonathan Demme)
- Festival de Venise, Lion d'or : Qiu Ju, une femme chinoise (Zhang Yimou)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les meilleures Intentions (Bille August)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Grand Canyon (Lawrence Kasdan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Qiu Yue (Clara Law)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Un lieu dans le monde (Adolfo Aristarain)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1992 sur le site Encyclo-Ciné)

22/08/2016

Sur vos écrans en 1991

1991,rivette,pialat,burton,coen,ozu,carax,frears,allen,coppola,costnerEDITORIAL :

Par Céline

« Les Amants du Pont-Neuf est un véritable chef-d’œuvre, un ouvrage poétique, réaliste, tendre et dur à la fois. Espérons que le public saura lui faire un bon accueil, car le destin du talentueux Léos Carax ne tient qu’à un film. » Je n’en mène pas large lorsque je finis cette phrase. Il est tard et le devoir est à rendre pour le lendemain. Pendant plusieurs semaines, j’ai cherché dans les salles obscures de Nancy, LE film qui pourrait déclencher l’écriture d’un texte dont la forme et les contraintes me sont encore étrangères. « Vous rédigerez une critique sur le film à l’affiche de votre choix », avait-il dit.

13892076_10207694221608178_2849548703795662457_n.jpg

Jusqu’ici, tout tenait dans un grand cahier à spirale. Pour chaque film vu, un petit résumé, le nom du réalisateur et des acteurs principaux, et une sentence en quelques lignes accompagnaient l’inévitable photo de l’affiche découpée dans Studio ou Première. Le cahier était bien rangé dans le bureau, à l’abri des regards indiscrets. Maintenant, il faut non seulement faire plus, mais surtout, il convient de penser au lecteur, et ce n’est pas un lecteur comme les autres. Il note les interrogations sur 40 (« jamais vu ça ! ça sert à quoi ? ») et chaque devoir commence par une série de questions qui inquiètent beaucoup, car les réponses ne se trouvent dans aucun cours… l’actualité cinématographique. Désormais, la curiosité a sa place dans l’agenda scolaire.

Combien de points pour avoir répondu La Belle noiseuse de Jacques Rivette ? Combien pour avoir mis tous les « f » au titre du film de Ken Loach ? La faute au nom du réalisateur d’Europa a-t-elle été pénalisée ? Je ne sais plus, mais je me souviens m’être demandée : « Comment on révise ça ? ». La réponse à cette interrogation ne nécessite pourtant pas d’aller chercher bien loin. Il suffit de parcourir quelques rues pour entrer dans les salles obscures, ou de faire quelques pas pour trouver, dans la bibliothèque du lycée, toutes les revues de cinéma.

Tout est enfin là, à portée de main. L’histoire du cinéma se traverse au rythme d’un film par semaine au ciné-club, le cinéma d’art et d’essai de la ville ne me fait plus peur, et ma cinéphilie commence à trouver ses rituels, ses espaces de discussion et d’écriture, dont une mystérieuse grenouille à grande bouche qui gobe toutes les critiques…

13887072_10207694220328146_7531263936843323918_n.jpg

Depuis le printemps, le rythme de séances a sensiblement augmenté. Le choix du film est entièrement soumis à la configuration de la sortie. Les séances mère-fille imposent les films français au casting masculin séduisant (Bernard Giraudeau dans La Reine blanche et L’Autre). Les cinoches entre copines se concentrent avec une certaine obsession sur un sous-genre très présent en cette année 1991 : « le film avec Julia Roberts » (Le Choix d’aimer, Les nuits avec mon ennemi, Mystic Pizza ou L’expérience interdite). A plusieurs, le consensus aboutit souvent à la découverte, plus ou moins hilare, d’improbables nanars (Personne n’est parfaite). Et puis, il y a les séances en solitaire… En franchissant seule la porte du cinéma, je fais sans le savoir mes adieux au « cinéma-événement », à la sortie qu’on programme deux semaines à l’avance sans jamais penser en premier lieu à ce qu’on va voir. Le cinéma envahit petit à petit les trous de l’emploi du temps du lycée, les mercredis après-midi et les week-ends. Le programme de la salle est une carte géographique que j’apprends à déchiffrer, mais j’ai du mal à m’orienter avec ma boussole, dont l’aiguille indique encore la plupart du temps le pôle magnétique qu’est l’acteur. Je vais voir La Belle noiseuse pour Emmanuelle Béart et je fais ma première expérience du temps suspendu de la création. Ce n’est pas trop long pour moi, c’est trop grand pour moi. Je choisis Van Gogh pour Dutronc et je rencontre Pialat. John Turturro, repéré dans Jungle Fever, provoque quelques mois plus tard le choc Barton Fink. Cependant, Nanni Moretti et Sogni d’oro passent sous mon radar mal réglé. L’acteur, même dans un film médiocre, peut alors tout déclencher, Robert De Niro, dans L’Eveil, me donne le courage d’engager la bataille du magnétoscope VHS à la maison. Quand je finis par la gagner, c’est Scorsese et Cimino qui me tombent dessus…

Progressivement, je commence à trouver de la place pour les portraits de réalisateur sur les couvertures de mes cahiers dont les pages se remplissent des noms de Tati, Welles, Méliès, Keaton, Ford, Renoir ou Buñuel. Ces nouveaux héros n’ont pas toujours de visage (Kieslowki, Burton, Carax), mais ils ne sont plus invisibles, je parviens maintenant à les (re)connaître sur le grand écran. En quelques mois, ce grand écran est devenu la carte d’un territoire qui ne cesse de s’agrandir et de se peupler, mais je ne m’y perds plus ; son centre est mon lycée, mon ciné et les quelques rues qui les séparent. Vingt-ans plus tard, rien n’a changé (ou presque).

Pour F.B.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 208 longs métrages (sur les 413 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Belle Noiseuse (Rivette)   ****   **** **** **** ** ****   ****  
Van Gogh (Pialat)   **** *** *** **** *** **** ****   **** ***
Edward aux mains d'argent (Burton) *** **** *** **** **** **** *** *** **** ** ****
Barton Fink (Coen) **** ****   *** **** **** ** **** **** ** ***
Miller's Crossing (Coen) **** *** ° *** **** **** ** **** ****   ****
Fleurs d'équinoxe (Ozu) *** ***   **** **   ***     **** ***
Les Amants du Pont-Neuf (Carax)   **** ** **** *** *** * **** ***   ***
Les Arnaqueurs (Frears)   *** * *** **** ****   ***     ***
Alice (Allen)   *** *** **** *** **** ** ** **   ***
Le Parrain 3 (Coppola) *** *** ** *** *** *** *** ** *** *** ***
Danse avec les loups (Costner) * *** **   **** *** ** *** ** **** ****
La Double Vie de Véronique (Kieslowski)   **** * ** **** **** * ****      
L'Ange ivre (Kurosawa) **     *** *** **** **   ***   ***
Un ange à ma table (Campion)   ***   *** **** **** *        
Rébellion (Kobayashi)     ***   *** ****          
Poussières dans le vent (Hou)       ** *** **** ***        
J'entends plus la guitare (Garrel)   ***   *** ***   ***        
Le Silence des agneaux (Demme)   *** ** *** *** **** ** ** *** * ***
Misery (Reiner)       *** *** **** * ** ** *** ***
Prospero's Book (Greenaway)   ***   ** *** ***   ***      
Trois Samouraïs hors la loi (Gosha)     ***     ****          
Yojimbo (Kurosawa) **   ° *** *** **** **       ****
The Adjuster (Egoyan)       ** *** ****          
Jungle Fever (Lee)   *** ****   ** **         **
Jacquot de Nantes (Varda)   ***   *** *** *** *        
La Vie des morts (Desplechin)   ***   ** ***   ** **   ***  
Epouses et concubines (Chen)   ***   ** *** **** * *     ***
Riff-Raff (Loach)   **   ** ***   ** *** **   ***
Europa (Von Trier)   **   *** ** **** ** **   * ***
Thelma et Louise (Scott) ** ** ** ** ** *** ** * ** ** ****
Urga (Mikhalkov)   *** * ** ***           ***
Jusqu'au bout du monde (Wenders)       *** *** *** *       **
Une nuit sur terre (Jarmusch)   **   *** * ***         ***
Sogni d'oro (Moretti)   ***   ** ***   **       **
J'ai engagé un tueur (Kaurismäki)       *** ** **** *        
Hidden Agenda (Loach)       ** * ****         ***
The Indian Runner (Penn)     **   ** ****         **
Close Up (Kiarostami)   *** *   ***   ***        
Paris s'éveille (Assayas)   ***   *** **            
Etrange Séduction (Schrader)           ****         **
All the King's Men (Hu)         ** ****          
Un été en Louisiane (Mulligan)     ****               **
Souvenirs de la maison jaune (Monteiro)       *** ***            
Dieu vomit les tièdes (Guédiguian)               ***     ***
L'Oreille (Kachyna)           ****          
Le Jour des rois (Treilhou)     ****                
Portrait d'un criminel (Gosha)           ****          
Merci la vie (Blier)   ** * ** *** **   ***     **
Henry, Portrait d'un serial killer (McNaughton)       *** ° ****   * **   ***
Le Mystère von Bülow (Schroeder)   **   ** ** ****   * **    
Henry V (Brannagh)       ** *** ** * **     ***
Tous les matins du monde (Corneau) ** ** ° ** ** *** * ** ** *** ***
Madame Bovary (Chabrol)   ***   ***     **   ** *  
Dans la peau d'une blonde (Edwards)   ** ** ** ** **         ***
Delicatessen (Caro & Jeunet) ** ** ° *** *** *** * * ***   **
Fisher King (Gilliam) ** * *** *** ** ***   ** * ° ***
The Commitments (Parker)   **     ** **         ***
J'embrasse pas (Téchiné)   *** ° *** ** *** * * ***    
La Maison des otages (Cimino)   ** *** ** ** ** * **     **
Hot Shots ! (Abrahams) * **   **   *     ** *** ***
Le Pas suspendu de la cigogne (Angelopoulos)   ***   * ***            
Les Anges de la nuit (Joannou)     **   ** ***          
La Chair (Ferreri)       **       **     ***
Toto le héros (Van Dormael)   *   ** ** ***       * ***
Le Porteur de serviette (Luchetti)       ** ** ***       * **
Vivre dans la peur (Kurosawa) ***           **        
Route One USA (Kramer)         ***   **        
Homicide (Mamet)           ***         **
Terminator 2 : le jugement dernier (Cameron) ** * *** ° * *** **   *** ** *
L'Echelle de Jacob (Lyne)   ** *** ** * ***   *   *  
Hot Spot (Hopper) ** *     * *** **     * ***
Les Doors (Stone)   ** * ** ** **     *   ***
La Vie, l'Amour, les Vaches (Underwood)   ** **     *       ***  
Les Branches de l'arbre (Ray)     ** ** **   **        
Lune froide (Bouchitey)       ***   **   *      
The Two Jakes (Nicholson)           ***   *     **
Malina (Schroeter)       **   ***   *      
Rhapsodie en août (Kurosawa)       ** **   **        
La Liste noire (Winkler)   **       **       **  
Mima (Esposito)           ***          
Le Trésor des îles Chiennes (Ossang)           ***          
New Jack City (Van Peebles)           ***          
Les Frères Krays (Medak)           ***          
Miami Blues (Armitage)           ***          
Rage in Harlem (Duke)           ***          
Hitman (London)                     ***
Aux yeux du monde (Rochant)   **   ** ** **   *     *
Akira (Otomo)     °     **** **   *    
Rogopag (Rossellini, Godard, Pasolini & Gregoretti)     °     ** **       ***
Le Labyrinthe des passions (Almodovar)       ** * *** *        
Simple Mortel (Jolivet)       ** ** *   **      
La Fracture du myocarde (Fansten)     ** **              
La Pagaille (Thomas)     ** **              
Hors la vie (Bagdadi)         **           **
Frankenhooker (Henenlotter)       **           **  
Boyz'n the Hood (Singleton)   **       **          
Nuit et jour (Akerman)       ** **            
L'Halluciné (Corman)       **   **          
Une époque formidable (Jugnot)   *   ** **       * * **
Y a-t-il un flic pour sauver le président ? (Zucker) °     ** ** *     * ** **
Un cœur qui bat (Dupeyron)       * **           **
Robin des bois (Irvin)     **     *         **
Fievel au Far West (Nibbelink & Wells)     **           * **  
A propos d'Henry (Nichols)   **             * ** *
Point Break - Extrême Limite (Bigelow)   *       *** *   * ° **
Robin des Bois, prince des voleurs (Reynolds) * * ***     **     * ° *
La Reine blanche (Hubert)   *   **   *       * *
Cabal (Barker)       °   ***   °     **
La Relève (Eastwood)       *   **     °   **
Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur (Lehmann)       *   *     * **  
Le Bûcher des vanités (De Palma)       ** °     **      
L'Exorciste, la suite (Blatty)           *         **
Chucky, la poupée de sang (Lafia)   *       **          
Rosencrantz et Guildenstern sont morts (Stoppard)         **     *      
The Field (Sheridan)         *           **
Sale comme un ange (Breillat)       ** *            
L'Amour avec des gants (Nichetti)       *             **
Pensées mortelles (Rudolph)       *   **          
Ju Dou (Zhang)       **              
Le Seul Témoin (Hyams)           **          
Memphis Belle (Caton-Jones)           **          
Transit (Allio)       **              
Le Brasier (Barbier)                     **
Fenêtre sur Pacifique (Schlesinger)           **          
Le Triomphe de Babar (Bunce)     **                
Bons Baisers d'Hollywood (Nichols)           **          
Plaisir d'amour (Kaplan)       **              
Fortune express (Schatzky)         **            
Predator 2 (Hopkins)           **          
La Fièvre d'aimer (Mandoki)           **          
In Bed with Madonna (Keshishian)           **          
Bix (Avati)                     **
L'Ambulance (Cohen)           **          
Un baiser avant de mourir (Dearden)           **          
Rien à perdre (Sinise)         **            
Les Vies de Loulou (Luna)           **          
Fatal Games (Lehmann)           **          
Mississippi Masala (Nair)       **              
La Vieille qui marchait dans la mer (Heynemann)       **              
Devoirs du soir (Kiarostami)             **        
Rage (Gyllenhaal)           **          
Les Arcandiers (Sanchez)         **            
L'Annonce faite à Marie (Cuny)         **            
Noroît (Rivette)             **        
Green Card (Weir) ° *   ** ** °   * * * *
L'Opération Corned Beef (Poiré) *   ** *   °   ° * **  
Backdraft (Howard)   *       *   * ° * **
Génial, mes parents divorcent ! (Braoudé)   ° **           ° **  
Rocketeer (Johnston) *         **     ° *  
Croc-Blanc (Kleiser)   * *         * *    
La Note bleue (Zulawski)       °   **   *      
Mon père ce héros (Lauzier)   °   **           *  
Lucky Luke (Hill)     **           ° *  
Havana (Pollack)           *   *     *
La Bande à Picsou : le film (Hathcock) *   *           *    
L'Expérience interdite (Schumacher)   *   ° * *       * *
La Totale (Zidi)   ° ** *   *     °    
On peut toujours rêver (Richard)       **         °    
FX2, effets très spéciaux (Franklin)           **     °    
Les Tortues Ninja II (Pressman)     **           °    
Bernard et Bianca au pays des kangourous (Butoy & Gabriel)     **           °    
Monsieur Quigley l'Australien (Wincer)           *     *    
La Maison Russie (Schepisi)           *         *
Arachnophobie (Marshall)           *     *    
Revenge (Scott)           *         *
Atlantis (Besson) *       *            
Un flic à la maternelle (Reitman) ° ° ** °   *     ° *  
Highlander, le retour (Mulcahy)         ° **     * ° °
Ma vie est un enfer (Balasko)   °   **   °     ° *  
Les Secrets professionnels du docteur Apfelgluck (Palud, Capone, Leduc, Clavier & Lhermitte) °     **         °    
L'Eveil (Marshall)   *           * °    
The Tempest (Jarman)               *      
Le Sang des héros (Peoples)           *          
Young Guns II (Murphy)           *          
Scènes de ménage dans un centre commercial (Mazursky)       *              
Les Feebles (Jackson)                 *    
A fleur de peau (King)           *          
Warlock (Miner)           *          
Troubles (Petersen)           *          
L'Autre (Giraudeau)   *                  
Jesuit Joe (Austen)                     *
Harley Davidson et l'homme aux santiags (Wincer)           *          
Opération Condor (Chan)                 *    
La Thune (Galland)       *              
Contre l'oubli (collectif)         *            
La Neige et le feu (Pinoteau)   *                  
La Manière forte (Badham)   °