Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2013

Sur vos écrans en 1958

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1958,welles,bergman,sirk,walsh,mann,minnelli,parrish,mamoulian,tati,wajda,fordTout au long de cette année 1958, les signes d'un renouveau cinématographique que notre collaborateur Vincent J. avait déjà parfaitement repéré dans son éditorial de 1957 se sont accentués. Une soif de nouveauté se fait réellement sentir dans tous les domaines de la vie culturelle française. Elle a alimenté ces derniers mois quantité de débats et d'articles. Poursuivant un travail entamé dans les colonnes de L'Express l'an dernier, Françoise Giroud a pu ainsi publier l'ouvrage "La Nouvelle Vague : portrait de la jeunesse". Cette expression, Pierre Billard l'a utilisée à son tour dans Cinéma 58 et, de leur côté, les Cahiers du Cinéma, publication à la pointe du mouvement, ont publié en décembre un numéro spécial "Jeunesse du cinéma français".

Indéniablement, des lignes sont en train de bouger dans notre petit monde du septième art. Les jeunes turcs de la critique ont exprimé depuis quelques années dans Arts et les Cahiers toute l'inquiétude, voire le désespoir, que l'état de la production nationale leur inspirait. Leur désir était de passer à leur tour derrière les caméras, afin de donner un coup de pied régénérateur à la fourmilière. Depuis peu, nous pouvons enfin commencer à les juger sur pièces puisqu'ils ont pris pour de bon le virage vers la réalisation : les courts métrages se sont multipliés et le premier long, Le Beau Serge de Claude Chabrol est sorti sur nos écrans. Si en 1958, Jacques Tati aura été, pour beaucoup, le grand homme du cinéma français pour avoir réussi à pousser plus loin encore qu'avec les Vacances de Monsieur Hulot son exigence artistique tout en récoltant lauriers et entrées, si Roger Vadim, qui, bien aidé par Brigitte Bardot, ouvrit en quelque sorte la voie en 1956, n'a toujours pas réussi à nous enthousiasmer (ses Bijoutiers du clair de lune ont navré plus d'un membre de notre équipe), enfin si l'on peut ergoter à propos du statut, par rapport au groupe, de Louis Malle, la principale révélation française de ces derniers mois grâce aux présentations successives des audacieux Amants et du noir et jazzy Ascenseur pour l'échafaud, force est de constater que les premiers travaux proposés par les membres de cette "famille Cahiers", bien qu'inaboutis, se révèlent déjà plus stimulants que les lourdes productions classiques de leurs vieilles cibles favorites. Nous verrons bientôt (si l'on se fie aux bruits de couloirs actuels, Cannes 59 pourrait être décisif) si le mouvement amorcé débouche sur un véritable renouveau mais il est évident que cette année 58 ne fut pas (comme d'habitude et moins que jamais s'empresseront d'ajouter certains d'entre nous) celle de Carné, de Clément, de Marc Allégret, d'Autant-Lara, de Cayatte, de Le Chanois, de Christian-Jaque ou de Delannoy.

De janvier, où François Truffaut s'en est pris violemment à la revue concurrente des Cahiers, Positif (dont le rythme de parution nous inquiète fortement : trois numéros en un an, cela fait peu pour un "mensuel"), jusqu'à décembre, où les hommages au grand disparu André Bazin ont été nombreux, la cinéphilie s'est trouvé quantité de grains à moudre. La radio elle-même ne fut pas en reste : depuis la fin de l'année dernière, le Masque et la plume, l'émission culturelle de Paris-Inter, s'est dotée d'une équipe de critiques cinématographiques.

Bien sûr, pour rendre compte de l'année cinéma, il ne faut pas se cantonner aux réflexions franco-françaises et regarder ce qui nous vient d'ailleurs. De Suède, où Ingmar Bergman s'impose définitivement comme l'un des grands artistes européens (dans le désordre des sorties en salles, nous avons pu découvrir quatre de ses films récents, dont un chef d'œuvre, en attendant ses Fraises sauvages primées à Berlin). D'URSS, où travaille Mikhaïl Kalatozov, détenteur d'une palme d'or et d'un succès public étonnant pour Quand passent les cigognes, œuvre porteuse, elle aussi, de nouveauté. D'Italie, avec la nouvelle proposition de Michelangelo Antonioni et celle, faussement mineure, de Luchino Visconti. De Pologne, d'où surgit Andrzej Wajda. D'Angleterre, où l'horreur se substitue peu à peu au rire. Et comment ne pas mentionner les Etats-Unis alors que le film de l'année est aussi celui du retour de l'ogre Orson Welles, alors que Sirk, Walsh, Mann, Minnelli, Mamoulian et Ford ont bien tourné, alors que les "progressistes" Brooks ou Ritt, à défaut de passionner toujours ont su provoquer quelques débats d'idées ?

En bien des endroits, l'année, peut-être moins riche en grands films que les précédentes, aura semblé "de transition" et elle fut en cela fort intéressante à suivre. L'espoir et l'attente, c'est l'état dans lequel se trouvent également les fans d'Elvis Presley. L'idole est en effet partie remplir ses obligations militaires pour plusieurs mois. Et l'affaire n'est plus seulement musicale... On le savait, et nous pouvons maintenant en juger par nous-mêmes : elle est aussi cinématographique. On ne peut pas dire toutefois que les deux premiers films où s'exerce le roi du rock'n'roll (Amour frénétique, sorti fin 57, et Le Cavalier du crépuscule) aient marqué les esprits. Pour l'instant, nous nous contenterons donc d'écouter ses disques. En particulier son tout récent King Creole, galette à nouveau gorgée de pépites (on ne se lasse pas de titres comme Trouble ou Crawfish). C'est une bande originale, celle d'un film tourné par le vieux routier Michael Curtiz. Serait-ce là le vrai début de la carrière du King sur les écrans ? Avouons-le sans honte : nos attentes cinématographiques, pour 1959, portent tout de même sur autre chose.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 110 longs métrages (sur les 424 sortis en salles) et 4 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Soif du mal (Welles) **** **** **** **** **** ** **** **** **** ****
Le Septième Sceau (Bergman) *** *** *** **** **** ** **** ****   ****
La Ronde de l'aube (Sirk) **** *** *** ***   ***     **** ****
L'Esclave libre (Walsh) *** ***   *** **** ***       ****
L'Homme de l'Ouest (Mann) **** ** *** *** **** **   *** **** ***
Thé et Sympathie (Minnelli) **** **** ** *** *** ***   ***    
Libre comme le vent (Parrish)   ****     ****          
La Belle de Moscou (Mamoulian) ** *** ** *** ***   *** ***   ***
Mon oncle (Tati) **** ° *** *** ** *** **** ****   ***
Kanal / Ils aimaient la vie (Wajda) ***     ***           ****
Quand se lève la lune (Ford) *** ****               ***
Ascenseur pour l'échafaud (Malle) ** ** *** *** **** ** *** ** *** ***
L'Attente des femmes (Bergman) ** *** ***   ***     ***   ***
Les Vikings (Fleischer) *** **   ** *** *** *** ** ** ****
Charlotte et son Jules (Godard, cm) **   ***   ***       ****  
Jeux d'été (Bergman) *** **   ***   ***       ***
La Dernière Fanfare (Ford) *** ****   **   **       ***
La Toile d'araignée (Minnelli) *** ***   *** *** **   **    
Véronique et son cancre (Rohmer, cm) **   ***           ****  
Les Amants (Malle) ** *** ** *** *** **   ** ***  
Le Beau Serge (Chabrol) ***   ** ** **** * *** * ***  
Les Dix Commandements (DeMille) ** ****   ** ** ** ** *** ** ***
Quand passent les cigognes (Kalatozov) * ****   ** **** *     ***  
Nuits blanches (Visconti) ** *** ** ***   **   ***   **
La Chatte sur un toit brûlant (Brooks) **     * *** * ****   **** **
Témoin à charge (Wilder) * ** ** ** *** *   ** *** **
Bonjour tristesse (Preminger) ** ** ** ** *** *   ** ***  
Le Cri (Antonioni) ***   **   *** **   **    
Un Américain bien tranquille (Mankiewicz) ** *** **     **   ***    
Le Bal des maudits (Dmytryk)         **     ** *** ***
Le Petit Arpent du Bon Dieu (Mann) * ***             ****  
Du sang dans le désert (Mann)   ***               ***
Le Cambrioleur (Wendkos) *** ***                
Rêves de femmes (Bergman) ***                 ***
Passions juvéniles (Nakahira)         ****          
Pique-Nique en pyjama (Donen)   ****                
Le Chant du styrène (Resnais, cm) **       *** **     ** **
Les Girls (Cukor) ** ***         **     ***
Une histoire d'eau (Godard & Truffaut, cm) *   **       **   ****  
Le Gaucher (Penn) ** *     *** ** ** **   **
Inspecteur de service (Ford)   ****       *       **
L'Odyssée du sous-marin Nerka (Wise) **               *** **
La Revanche de Frankenstein (Fisher)         ***     *   ***
Le Septième Voyage de Sinbad (Juran)     ** * **     **   ***
L'Homme qui tua la peur (Ritt) **     ***            
La Mission du capitaine Benson (Lewis)   ***               **
Les Espions s'amusent (Sternberg)         ***         **
Rafles sur la ville (Chenal) ** ***                
Bravados (King)   *** **   **         *
Les Amants de Saltzbourg (Sirk) ** ° **     **     ***  
Montparnasse 19 (Becker) ** *   **       **   **
L'Adieu aux armes (Vidor) ***       **         *
Le Carnaval des dieux (Brooks) ***     **   *        
Les Feux de l'été (Ritt)         **     * ***  
Une vie (Astruc)   ***       **   *    
Le Temps des œufs durs (Carbonnaux) ***                  
Maigret tend un piège (Delannoy) **       * * *** **   **
La Blonde ou la rousse (Sidney)   **           **    
Le Désordre et la nuit (Grangier)       ** **          
Torpilles sous l'Atlantique (Powell)         *         ***
La Vallée de la poudre (Marshall)   *     **         **
Les Aventures de Hadji (Weis) ** **   *            
Les Misérables (Le Chanois) *       **     *   **
Les Racines du ciel (Huston) *     * *         **
La Tour, prends garde ! (Lampin)               *   **
Les Grandes Familles (La Patellière)     *   °     ***    
L'Arbre de vie (Dmytryk) *       **          
Le Barbare et la geisha (Huston) *                 **
Le Démon de midi (Edwards)     **         *    
Joe Dakota (Bartlett)   **                
L'Admirable Crichton (Gilbert) **                  
La Clé (Reed)               **    
La Déesse (Cromwell) **                  
La Fureur des hommes (Hathaway)   **                
La Marque (Guest)         **          
La Vie à deux (Duhour)   **                
Nos plus belles années (Mattoli)           **        
Sans famille (Michel)               **    
Sous le plus petit chapiteau du monde (Dearden)           **        
Sur la piste des Comanches (Douglas)                   **
Tueurs à gages (Cardiff)             **      
Un certain Monsieur Jo (Jolivet)               **    
En cas de malheur (Autant-Lara) * ** ° * * *   **    
Le Gorille vous salue bien (Borderie) *           * *    
Les Frères Karamazov (Brooks) *     * * *        
Les Tricheurs (Carné) ** *     °          
Ni vu ni connu (Robert) °   °             ***
La Loi c'est la loi (Christian-Jaque) °                 **
Le Vieil Homme et la mer (Sturges) *             *    
Mayerling (Jugert) *             *    
Le Miroir à deux faces (Cayatte) ° *               *
Sissi face à son destin (Marischka)         *     °    
Sois belle et tais-toi (Allégret) °           ** °    
Bataille sans merci (Walsh)   *                
Ces dames préfèrent le mambo (Borderie)         *          
Cow-Boy (Daves)   *                
Escadrille Lafayette (Wellman)   *                
Indiscret (Donen)   *                
Jeunes Filles en uniforme (Radvanyi)         *          
L'Attaque des martiens (Menzies)     *              
L'Homme aux mille visages (Pevney)                   *
La Chatte (Decoin)         *          
Le Cavalier du crépuscule (Webb)                   *
Le Joueur (Autant-Lara)         *          
Les Plaisirs de l'enfer (Robson)         *          
Prisons de femmes (Cloche)               *    
Les Bijoutiers du clair de lune (Vadim) °   °   °     **    
Barrage contre le Pacifique (Clément)       °       *    
Car sauvage est le vent (Cukor)   °                
Chéri fais-moi peur (Pinoteau)               °    
La P... sentimentale (Gourguet)     °              
Les Vignes du Seigneur (Boyer)         °          
Taxi, roulotte et corrida (Hunebelle)         °          
Un petit coin de paradis (Baky)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Salon de musique (Ray) **** * *** *** **** ***   **** ****  
Fleurs d'équinoxe (Ozu) ****   *** **   ***   * **** ***
Nuages d'été (Naruse) *** ****   ** *** ***        
El Pisito (Ferreri) **   ** **       *    
The Bonnie Parker story (Witney) **     **            
Terreur au Texas (Lewis)   *   *           ***
Plan 9 from outer space (Wood) * ° ° ° **   * ° ° °

Timothée :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / La Belle de Moscou
*** : Mon oncle / Bonjour tristesse
** : Les Dix Commandements / La Chatte sur un toit brûlant
* : Les Girls / La Tour, prends garde ! / Sissi face à son destin

Nolan :
**** : La Soif du mal
*** : Le Septième Sceau / La Belle de Moscou / Mon oncle / Le Beau Serge / Témoin à charge
** : Ascenseur pour l'échafaud / La Chatte sur un toit brûlant / Le Gaucher
* : Le Gorille vous salue bien

Antoine :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Homme de l'Ouest / Témoin à charge
*** : Ascenseur pour l'échafaud
** : Mon oncle
° : Maigret tend un piège / En cas de malheur

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Girls / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / Thé et sympathie
*** : La Belle de Moscou
** : Bonjour tristesse / Le Beau Serge / Pique nique en pyjama

Mister Arkadin :
**** : La Soif du mal (9)
*** : Le Désordre et la nuit (8) ; L’Esclave libre (8) ; La Chatte sur un toit brûlant (8) ; Kanal (8) ; Le Septième Sceau (7) ; Quand passent les cigognes (7) ; Les Grandes Familles (7) ; La Fureur des hommes (7)
** : Les Tricheurs (6) ; Maigret tend un piège (6) ; L’Homme de l’Ouest (6) ; Le Gaucher (6) ; Le Beau Serge (6) ; Le Salon de musique (6) ; La Belle de Moscou (6) ; En cas de malheur (5) ; Plan 9 from outer Space (5) ; Charlotte et son Jules (5) ; La Toile d’araignée (5) ; Les Amants (5) ; Les Girls (5)
* : Mon oncle (4)
o : Montparnasse 19 (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Dix Commandements ; Nuits blanches ; Témoin à charge ; Le Cri ; Bravados ; Le Carnaval des dieux ; La Blonde ou la rousse ; La Chatte

Frédéric :
1- L'Esclave libre, 2- La Soif du mal, 3- La Ronde de l'aube, 4- Mon Oncle, 5- Un Américain bien tranquille, 6- Les Nuits blanches, 7- L'Homme de l'ouest, 8- Le Cri, 9- Bonjour tristesse, 10- Pique-nique en pyjama
+ 2 courts : Blue Jeans (Rozier) et Pourvu qu'on ait l'ivresse (Pollet)

Oriane :
**** : Le Septième Sceau
*** : La Ronde de l'aube / Mon Oncle / Nuits Blanches
** : L'Homme de l'Ouest / Charlotte et son Jules / Un Américain bien tranquille / Le Chant du Styrène / Une Histoire d'eau

Un simple amateur :
1- Le Salon de musique (Ray) 2- Le septième sceau (Bergman) 3- Mon Oncle (Tati) 4- Fleurs d'équinoxe (Ozu) 5- La Soif du mal (Welles) 6- La Ronde de l'aube (Sirk) 7- Thé et Sympathie (Minnelli) 8- Le Cri (Antonioni) 9- L'Esclave libre (Walsh) 10- Libre comme le vent (Parrish)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Dix Commandements, Cecil B. DeMille, 14 229 745 entrées     
2. Les Misérables, Jean-Paul Le Chanois, 9 940 533 entrées     
3. Sissi face à son destin, Ernst Marischka, 5 777 309 entrées     
4. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov, 5 407 286 entrées     
5. Les Tricheurs, Marcel Carné, 4 948 349 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Moi, un noir (Jean Rouch), sortie prévue en 1959
- Prix Méliès : Mon oncle (Jacques Tati)
- Grand prix du cinéma français : Les Tricheurs (Marcel Carné)
- Oscar du meilleur film : Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Pousse-pousse (Hiroshi Inagaki)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), sortie prévue en 1959
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix, rue Frederick (Philip Dunne)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Eva chce spac (Tadeusz Chmielewski)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1958 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. La Soif du mal (Orson Welles), 2. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman), 3. Nuits blanches (Luchino Visconti), 4. Le Cri (Michelangelo Antonioni), 5. Bonjour tristesse (Otto Preminger), 6. Rêves de femmes (Ingmar Bergman), 7. Une vie (Alexandre Astruc), 8. Mon oncle (Jacques Tati), 9. Un Américain bien tranquille (Joseph L. Mankiewicz), 10. Jeux d'été (Ingmar Bergman)


2) L'année 58 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année du retour d'Orson Welles : La Soif du mal
- Nos Oscars :
Michelangelo Antonioni, Le Cri / Claude Autant-Lara, En cas de malheur / Ingmar Bergman, Jeux d'été & Le Septième Sceau / Richard Brooks, Le Carnaval des Dieux / Michael Cacoyannis, Stella / George Cukor, Les Girls / Terence Fisher, La Revanche de Frankenstein / Richard Fleischer, Les Vikings / Mikhail Kalatozov, Quand passent les cigognes / Anthony Mann, L'Homme de l'Ouest / Don Siegel, Baby-Face Nelson / Douglas Sirk, La Ronde de l'aube / Andrzej Wajda, Kanal / Raoul Walsh, L'Esclave libre / Don Weis, Les Aventures d'Hadji"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1958 sur le site Encyclo-Ciné)

11/07/2013

Sur vos écrans en 1956

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

prisonniere00.jpgIl y a deux ans, notre confrère François Truffaut s’en prenait violemment au cinéma français "de qualité", fustigeant avec virulence un système de production sclérosé, le règne des scénaristes tout-puissant et un certain académisme.
Force est de constater que son analyse semble toujours d’actualité tant les cinéastes français se complaisent dans les adaptations poussiéreuses de chefs-d’œuvre de la littérature (Gervaise de Clément, Notre-Dame de Paris de Delannoy) ou les reconstitutions historiques pesantes (Marie-Antoinette du même Delannoy ou Si Paris nous était conté de Guitry mais son cas est un peu particulier). Claude Autant-Lara est sans doute le cinéaste autour duquel se cristallisent aujourd’hui tous les débats du moment et notre équipe a accueilli La Traversée de Paris de façon très partagée. Votre serviteur fait partie des détracteurs de ce film qui ne fonctionne que sur une noirceur appuyée et un cynisme tout à fait détestable. 

Pourtant, les choses semblent timidement évoluer au sein de ce cinéma français. Certains cinéastes singuliers tracent leur chemin et bâtissent une œuvre dont l’ampleur devient évidente de film en film. Nous songeons à Sacha Guitry et son excellent Assassins et voleurs, Jean-Pierre Melville et son beau Bob le flambeur ou encore Robert Bresson et son très épuré Un condamné à mort s’est échappé.
C’est peut-être du côté du "documentaire" que viendra un renouveau de notre cinématographie nationale. Même si elle n’a pas réellement convaincu nos rédacteurs, la jeune photographe Agnès Varda signe avec La Pointe courte un film beaucoup trop raide et maladroit pour enthousiasmer mais avec néanmoins un réel talent pour filmer la vie comme elle va. Quant à Alain Resnais, il révolutionne le documentaire avec Nuit et Brouillard, hallucinant témoignage sur les camps de concentration mais également bouleversante méditation sur la mémoire et l’oubli.
Enfin, il faut toucher un mot du phénomène Bardot. Même s’il y a peu à dire des navets où elle gaspille son talent (Cette sacrée gamine de Boisrond, En effeuillant la Marguerite de Marc Allégret), elle irradie totalement Et Dieu créa la femme de Roger Vadim. C’est peu dire que le film n’a pas soulevé l’enthousiasme de notre équipe et pourtant, à côté des conventions d’un scénario très faible, il y a une liberté de ton qui tranche nettement avec l’ensemble de la production française et qui laisse présager, là encore, des jours meilleurs.

Une fois de plus, c’est du côté de l’Amérique qu’est venu le salut du cinéphile puisque parmi les dix films préférés de Zoom arrière, sept sont américains. Alfred Hitchcock, grand vainqueur l’an passé, a un peu déçu (à tort, à mon sens) avec L’Homme qui en savait trop. Son déjà ancien Lifeboat obtient quelques suffrages tandis que La Main au collet est jugé, globalement, comme un divertissement agréable mais mineur.
En revanche, Orson Welles (Dossier secret, également appelé Mr Arkadin) et Fritz Lang (La Cinquième victime) ont à nouveau prouvé qu’ils faisaient partie des cinéastes majeurs de notre temps et nous ont transportés. 
Sans susciter l’unanimité comme autrefois, Stanley Donen (Beau fixe sur New-York) et Vincente Minnelli (Brigadoon) confirment néanmoins qu’ils sont encore les maîtres incontestés de la comédie musicale.

Mais ce sont surtout deux indiscutables chefs-d’œuvre qui se sont taillé la part du lion alors qu’ils sont diamétralement opposés. Avec La Prisonnière du désert, Ford signe un film de la maturité et prouve aux derniers sceptiques qu’il n’est pas qu’un honnête artisan confectionnant des westerns à la chaîne mais un grand artiste capable de donner une profondeur et une ambiguïté inouïes à des schémas narratifs "classiques".
A l’opposé, le grand comédien Charles Laughton réalise son premier long-métrage et nous offre un film venu de nulle part, qui ne ressemble à rien de ce que l’on peut voir habituellement sur nos écrans. A la fois retour aux sources du cinéma muet (Griffith avec la présence de Lilian Gish, l’expressionnisme de Murnau pour l’admirable utilisation de la lumière et des contrastes) et film d’une totale modernité ; l’œuvre semble se situer aux confins de deux époques, à la fois apogée d’un certain classicisme et signe annonciateur d’un nouveau cinéma poétique et personnel…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 123 longs métrages (sur les 470 sortis en salles) et 3 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Prisonnière du désert (Ford) **** **** **** **** **** **** **** *** **** ****
La Nuit du chasseur (Laughton) **** **** **** **** **** **** **** *** *** ****
La Cinquième Victime (Lang) **** *** *** *** **** ***   *** **** ****
Dossier secret / Mr Arkadin (Welles) **** **** *** **** **** ** **** *** *** ***
Un condamné à mort s'est échappé (Bresson) **** ** *** *** **** ***   *** **** ****
Deux Rouquines dans la bagarre (Dwan) **** ****     *** ***       ****
Senso (Visconti) **** **** *** *** **** ***   *** * ****
Attaque ! (Aldrich) *** **** ** **** **** ** *** ***   ****
Nuit et brouillard (Resnais, cm) *** *** **** *** **** **   ** **** ***
Brigadoon (Minnelli) ** *** **** *** *** *** ** *** **** ***
Il bidone (Fellini) *** * ** *** **** *** *** ****   ***
Association criminelle (Lewis) *** ***   *** *** ***       ***
Les Implacables (Walsh) *** ****   ** *** **       ****
Sourires d'une nuit d'été (Bergman) ***   **** ** *** *   *** *** ****
Lifeboat (Hitchcock) *** **     ** **   *** **** ****
Fièvre sur Anatahan (Sternberg) **** ****       **        
L'Homme de nulle part (Daves) *** ***               ****
Bob le flambeur (Melville) *** ** *** *** *** **   ***    
Ma sœur est du tonnerre (Quine) *** ***   ***           ***
La Fureur de vivre (Ray) *** **** *** *** **** ** *** *   **
Sept Ans de réflexion (Wilder) ** *** *** ** *** * **** ** *** ****
Cela s'appelle l'aurore (Buñuel) ***   ** *** **** **   ***   **
Le Mystère Picasso (Clouzot) **   ** *** *** ***   *** ***  
L'Homme qui en savait trop (Hitchcock) ** * *** ** *** ** *** *** *** ***
L'Homme au bras d'or (Preminger) *** **** ** *** *** * ***     **
Beau fixe sur New York (Donen & Kelly) ** *** *** **   ** ** ***   ***
Elena et les hommes (Renoir) *** **** ** ** ** **   ** *** ***
La Dernière Chasse (Brooks) *** ***   *** *** *       ***
La Rivière de nos amours (De Toth) *** ***     **** **   *   ***
Assassins et voleurs (Guitry) **** **** *** **   **   *    
Un jeu risqué (Tourneur) **** ***               **
Moby Dick (Huston) **   ** *** *** ** *** **   ***
La Reine de la prairie (Dwan) *** ****     **         **
Toute la mémoire du monde (Resnais, cm) ***     ***   *     ****  
La Charge des tuniques bleues (Mann) *** ***             *** **
La Poupée de chair / Baby Doll (Kazan) *** *** * **** *** *   **    
Tueurs de dames (Mackendrick) *     *** ***   *** **   **
La Main au collet (Hitchcock) ** * ** ** ** ** ** ** ** **
Mais qui a tué Harry ? (Hitchcock) *** * ** ** *** ** *** ** *** ****
Artistes et modèles (Tashlin) *** ** ** **   **     ** ***
Voici le temps des assassins (Duvivier) * **   *** *** * *** ***    
Tarantula (Arnold) ***   **   **   *** **   **
Le Bandit (Ulmer) *** ***   **           **
Maison de bambou (Fuller) *** *     **** **        
Les Survivants de l'infini (Newman) ***       ***          
Bungalow pour femmes (Walsh)   ***               ***
Condamné au silence (Preminger)   ****     **          
La Sorcière (Michel)         ****          
Bandido Caballero (Fleischer)   **   ** *** ** **     **
Amore (Rossellini) *** ** *     **     ***  
Les Inconnus dans la ville (Fleischer) *** ** **   *** ° *** *   **
Des gens sans importance (Verneuil)   ***     **   **      
Richard III (Olivier) **       ***     **    
La Mort en ce jardin (Buñuel) **       **         ***
Guerre et paix (K. Vidor) ***       **          
L'Ardente Gitane (Ray) *** **                
La Maison des otages (Wyler) ***       **     **   *
La Traversée de Paris (Autant-Lara) ** *** ° * * ** *** ** ** ***
Le Monde du silence (Cousteau & Malle) * **   ** ** **        
Si Paris nous était conté (Guitry) ** *     **     **   **
Arrêt d'autobus (Logan) *   **   *     ***   **
Feux du music-hall (Fellini & Lattuada) **         *       ***
Les Fiancées de Rome (Emmer)                   ***
Quatre Tueurs et une fille (Carlson)                   ***
Feuilles d'automne (Aldrich)   ***                
Si tous les gars du monde (Christian-Jaque)                   ***
Le Pirate des mers du Sud     **       ** *   **
Le Ballon rouge (Lamorisse, cm) * °   ** ** *   **    
Le Monstre (Guest)         ***     *    
Plus dure sera la chute (Robson) **                 **
Grand-Rue (Bardem) **   **              
Coup de fouet en retour (Sturges) ** *               **
Picnic (Logan) * ***           *    
Trapèze (Reed) *       **     **    
Gervaise (Clément) **     ** *     *    
Notre-Dame de Paris (Delannoy) ** *     * *   *   *
Michel Strogoff (Gallone) *       *   ** **   °
La Pointe-Courte (Varda) *   *             **
Le Fleuve de la dernière chance (Hopper)   *               **
Diane de Poitiers (Miller)         *     **    
Hélène de Troie (Wise)               *   **
La Colline de l'adieu (King)         **         *
La Main gauche du Seigneur (Dmytryk) *       **          
Pain, amour, ainsi soit-il (Risi)         *     **    
Ville sans loi (Lewis) ** *                
La Croisée des destins (Cukor)   *               **
Les Soucoupes volantes attaquent (Sears) **                 *
Mains criminelles (Gavaldon)               **    
Alexandre le Grand (Rossen)                   **
Colère noire (Tuttle)                   **
L'Homme au fusil (Wilson)                   **
La Chance d'être femme (Blasetti)   **                
La Femme aux deux visages (Matarazzo) **                  
Le Témoin à abattre (Allen)         **          
Le Tendre Piège (Walters)                   **
Oh ! Rosalinda (Powell & Pressburger)               **    
Quentin Durward (Thorpe)         **          
Un pitre au pensionnat (Taurog) **                  
La Mauvaise Graine (Le Roy)         **          
Et Dieu créa la femme (Vadim) * * ** * * *   ° * °
Les Aventures de Till l'Espiègle (Philipe) *       *         *
La Rose tatouée (Mann) *             *    
Le Chanteur de Mexico (Pottier)             **     °
Le Pays d'où je viens (Carné) ** °                
Ça c'est Paris ! (Quine)               *    
Horizons lointains (Maté)               *    
La Dernière Fois que j'ai vu Paris (Brooks)   *                
La Revanche de la créature (Arnold)         *          
Le Cavalier au masque (Humbertsone)               *    
Comanche (Sherman)   *                
Le Signe de Vénus (Risi)           *        
Marguerite de la nuit (Autant-Lara) *                  
Quand le clairon sonnera (Lloyd)                   *
Crime et châtiment (Lampin)           *        
Invitation à la danse (Kelly) *                  
Davy Crockett, roi des trappeurs (Foster)         *     °    
La Mousson (Negulesco)         °         *
En effeuillant la marguerite (Allégret) *   °              
Le Couturier de ces dames (Boyer) °       °     °    
Cette sacrée gamine (Boisrond) °       °          
Le Cygne (Ch. Vidor) °                  
Les Assassins du dimanche (Joffé) °                  
Marie-Antoinette (Delannoy)         °          
Papa, maman, ma femme et moi (Le Chanois)         °          
Davy Crockett et les pirates (Foster)               °    
Les Promesses dangereuses (Gourguet)     °              
La Mariée est trop belle (Gaspard-Huit)     °              
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Printemps précoce (Ozu) ****   *** *** *** **       ***
Au gré du courant (Naruse) *** ***                
Tu es entré dans mon sang (Tulio)       *            

Timothée :
**** : La Prisonnière du désert / L'Homme qui en savait trop
*** : La Nuit du chasseur / Dossier secret / Senso / Brigadoon / Il Bidone / La Main au collet / Le Ballon rouge
** : Lifeboat / La Fureur de vivre / Sept ans de réflexion / La Traversée de Paris / Le Monde du silence
* : Mais qui a tué Harry ? / Et Dieu créa la femme

Antoine :
**** : La Prisonnière du désert / La Cinquième victime / Dossier secret
*** : La Nuit du chasseur / Association criminelle / Lifeboat / Bob le flambeur / Beau fixe sur New York / Tueurs de dames / La Main au collet
** : La Fureur de vivre / L'Homme qui en savait trop
* : Mais qui a tué Harry ? / La Traversée de Paris

Nolan :
**** : La Prisonnière du désert / La Nuit du chasseur
*** : La Cinquième victime / Dossier secret / La Main au collet
** : La Fureur de vivre / Sept ans de réflexion / L'Homme qui en savait trop
* : Mais qui a tué Harry ? / Le Monde du silence / Et Dieu créa la femme
° : La Traversée de Paris

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

dasola :
**** : La Nuit du chasseur / Un condamné à mort s'est échappé
*** : La Prisonnière du désert / L'Homme qui en savait trop / La Maison des otages / Deux Rouquines dans la bagarre / Les Implacables / Les Inconnus dans la ville / L'Homme au bras d'or / L'Homme de nulle part / Lifeboat / Sept Ans de réflexion / Sourires d'une nuit d'été / Tueurs de dames / Voici le temps des assassins
** : Alexandre le Grand / Artistes et modèles / Attaque ! / Bandido Caballero / Beau fixe sur New York / Coup de fouet en retour / Des gens sans importance / Elena et les hommes / Gervaise / La Charge des tuniques bleues / La Dernière Chasse / La Dernière Fois que j'ai vu Paris / La Fureur de vivre / La Main au collet / Baby Doll / La Reine de la prairie / La Rivière de nos amours / La Traversée de Paris / Mais qui a tué Harry ? / Maison de bambou / Michel Strogoff / Moby Dick / Notre-Dame de Paris / Nuit et brouillard / Plus dure sera la chute / Senso /Si Paris nous était conté / Trapèze / Ville sans loi
* : Arrêt d'autobus / Et Dieu créa la femme / Hélène de Troie / Invitation à la danse / La Colline de l'adieu / La Main gauche du Seigneur / Le Ballon rouge / Le Chanteur de Mexico / Le Couturier de ces dames / Le Monde du silence / Marie-Antoinette / Papa, maman, ma femme et moi / Picnic
° : Brigadoon / La Rose tatouée / Le Cygne

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : La Nuit du chasseur
*** : Brigadoon / Sept ans de réflexion / L'Homme qui en savait trop / La Main au collet / Mais qui a tué Harry ?
* : Sourires d'une nuit d'été / La Fureur de vivre / Moby Dick / Et Dieu créa la femme / Nuit et brouillard

Mister Arkadin :
**** : La Prisonnière du désert (10) ; Mr Arkadin (10) ; Un condamné à mort s’est échappé (10)
*** : Mais qui a tué Harry ? (8) ; Assassins et voleurs (7) ; La Traversée de Paris (7) ; Le Monde du silence (7) ; Voici le temps des assassins (7) ; Il Bidone (7) ; Nuit et Brouillard (7) ; Sept ans de réflexion (7) ; L’Homme qui en savait trop (7) ; Des gens sans importance (7) ; Plus dure sera la chute (7)
** : La Nuit du chasseur (6) ; Lifeboat (6) ; Tueurs de dames (6) ; La Cinquième victime (6) ; Attaque ! (6) ; Moby Dick (6) ; L’Homme au bras d’or (6) ; Ma sœur est du tonnerre (6) ; Trapèze (6) ; La Fureur de vivre (5) ; Fièvre sur Anatahan (5) ; Bob le flambeur (5) ; Senso (5) ; Brigadoon (5) ; Le Bandit (5)
* : Arrêt d’autobus (4) ; L’Ardente Gitane (4) ; Elena et les hommes (3)
o : La Mort en ce jardin (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Gervaise ; Notre-Dame de Paris

Frédéric :
1- La Nuit du chasseur, 2- La Prisonnière du désert, 3- La Cinquième victime, 4- Nuit et brouillard, 5- Deux rouquines dans la bagarre, 6- Fièvre sur Anatahan, 7- Eléna et les hommes, 8- Dossier secret, 9- Assassins et voleurs, 10- L'Homme qui en savait trop

Oriane :
**** : L'Homme au bras d'or / La Nuit du Chasseur
*** : La Prisonnière du désert / Senso / Nuit et Brouillard / le Mystère Picasso / L'Homme qui en savait trop
** : Bob le Flambeur / Toute la mémoire du monde / Mais qui a tué Harry ?
* : Sept ans de réflexion / Tueurs de dames
° : La Traversée de Paris / Si Paris nous était conté

Julien :
1/ La nuit du chasseur *****, 2/ La prisonnière du désert ****, 3/ Association criminelle ****, 4/ La 5ème victime ***, 5/ Un condamné à mort s'est échappé ***, 6/ La fureur de vivre **, 7/ Brigadoon **, 8/ L'homme qui en savait trop **, 9/ Bob le flambeur *, 10/ Et Dieu créa la femme *

Un simple amateur :
1- La Nuit du chasseur (Laughton) 2- La Prisonnière du désert (Ford) 3- Un condamné à mort s’est échappé (Robert Bresson) 4- Nuit et brouillard (Resnais) 5- Il bidone (Fellini) 6- Association criminelle (Lewis) 7- Sourires d'une nuit d'été (Bergman) 8- Brigadoon (Minnelli) 9- La Cinquième victime (Lang) 10- Senso (Visconti)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Michel Strogoff, Carmine Gallone, 6 868 854 entrées
2. Guerre et Paix, King Vidor, 5 874 104 entrées
3. Notre-Dame de Paris, Jean Delannoy, 5 687 222 entrées
4. La Traversée de Paris, Claude Autant-Lara, 4 893 174 entrées
5. Le Chanteur de Mexico, Richard Pottier, 4 779 435 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Ballon rouge (Albert Lamorisse)
- Prix Méliès : Le Monde du silence (Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle) et Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Grand prix du cinéma français : Le Ballon rouge (Albert Lamorisse) et Nuit et brouillard (Alain Resnais)
- Oscar du meilleur film : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Monde du silence (Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Invitation à la danse (Gene Kelly)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Le Disque rouge (Pietro Germi)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1956 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson), 2. Elena et les hommes (Jean Renoir), 3. La Fureur de vivre (Nicholas Ray), 4. Dossier secret (Orson Welles), 5. Senso (Luchino Visconti), 6. Sourires d'une nuit d'été (Ingmar Bergman), 7. Il Bidone (Federico Fellini), 8. L'Amore (Roberto Rossellini), 9. Picnic (Joshua Logan), 10. La Peur (Roberto Rossellini) (*)

2) L'année 56 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de John Huston : Moby Dick
- Les 20 grands :
Benito Alazraki, Racines (*) / Robert Aldrich, Attaque ! / Claude Autant-Lara, La Traversée de Paris & Marguerite de la nuit / Juan Bardem, Grand'rue / Ingmar Bergman, Sourires d'une nuit d'été / Richard Brooks, Graine de violence (*) / Luis Buñuel, Cela s'appelle l'aurore & La Mort en ce jardin / Gene Kelly et Stanley Donen, Beau-fixe sur New York / Akira Kurosawa, Les Sept samouraïs (*) / Anthony Mann, La Charge des tuniques bleues / Otto Preminger, L'Homme au bras d'or / Richard Quine, Ma sœur est du tonnerre / Giuseppe de Santis, Jours d'amour (*) / Josef von Sternberg, Fièvre sur Anatahan / John Sturges, Coup de fouet en retour / Frank Tashlin, Artistes et modèles / Orson Welles, Dossier secret / Billy Wilder, Sept ans de réflexion"

(*) : voir notre tableau 1955

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1956 sur le site Encyclo-Ciné)

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***                  
Le Démon des eaux troubles (Fuller)         ***          
Le Fantôme de la rue Morgue (Del Ruth)         ***          
Vacances romaines (Wyler) * °   ** **   *** * * ***
Théodora, impératrice de Byzance (Freda)   **   ** ***          
Je dois tuer (Allen) *   **     ** **      
Monsieur Ripois (Clément) *** ° ° ** ***     *   **
Victime du destin (Walsh)   ***   *            
La Reine vierge (Sidney) *       ***          
Les Massacreurs du Kansas (De Toth)   *     ***          
Le Rouge et le Noir (Autant-Lara) ** °   ** **     *   **
Prince Vaillant (Hathaway)         **   ** *    
Comment épouser un millionnaire (Negulesco) *   *   **   * *    
Papa, maman, la bonne et moi (Le Chanois) *       °   **     **
Le Défroqué (Joannon) ** **     °          
Jour de terreur (Garnett)   °     ***          
Quand la Marabunta gronde (Haskin) *                 **
L'Implacable (Parrish)   **                
L'Emprise du destin (Saenz de Heredia)                   **
Le Monstre des temps perdus (Lourié)                   **
Retour au paradis (Robson)                   **
Deux Nigauds contre docteur Jekyll et Mister Hyde (Lamont)     **              
Fille d'amour (Cottafavi)   **                
Houdini le grand magicien (Marshall)         **          
La Brigade héroïque (Walsh)   **                
La Sorcière blanche (Hathaway)                   **
Le Roi des îles (Haskin)                   **
Passion sous les tropiques (Maté)                   **
Tempête sous la mer (Webb)     **              
Une femme qui s'affiche (Cukor) **                  
Vaquero (Farrow)         **          
Huis clos (Audry)                   **
Cadet Rousselle (Hunebelle) *       *     °   **
La Porte de l'enfer (Kinugasa) * °               **
Madame du Barry (Christian-Jaque) *       *     *    
Amour, délices et golf (Taurog)     °             **
L'Affaire Maurizius (Duvivier) ** °                
Le Grand Jeu (Siodmak)       * *          
Ali Baba et les quarante voleurs (Becker) ° ° ° ° *   ° ° ** ***
Ah les belles bacchantes ! (Loubignac) °   °   °   * *   **
La Reine Margot (Dréville) *   °   *          
Expédition du fort King (Boetticher)   *                
La Cité sous la mer (Boetticher)   *                
La Marchande d'amour (Soldati)   *                
La Première Sirène (Le Roy)                   *
Le Traître du Texas (Boetticher)   *                
Avant le déluge (Cayatte) *                  
Capitaine King (King) *                  
Deux Nigauds chez Vénus (Lamont)     *              
La Fontaine des amours (Negulesco)         *          
Les Femmes s'en balancent (Borderie)         *          
Les Révoltés de Lomanach (Pottier)                   *
Bonnes à tuer (Decoin)   *                
L'Air de Paris (Carné)   *                
Le Mouton à cinq pattes (Verneuil) °   °   °     °   **
Ne me quitte jamais (Daves)   °                
L'Ennemi public numéro un (Verneuil)         °          
Mam'zelle Nitouche (Allégret)   °                
Chaussure à son pied (Lean)   °                
Noël blanc (Curtiz)         °          
Obsession (Delannoy)               °    
Poisson d'avril (Grangier)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Une Femme dont on parle (Mizoguchi) *** ****       ***        
Le Grondement de la montagne (Naruse) *** ***   ***            

Antoine :
**** : La Vie de O'Haru, femme galante
*** : Les Vitelloni
** : Rivière sans retour / Les Hommes préfèrent les blondes / La Femme au gardénia / Les Chevaliers de la Table ronde
* : L'Equipée sauvage / Ali Baba et les quarante voleurs
° : Théodora, impératrice de Byzance

Nolan :
**** : Tous en scène / Les Hommes préfèrent les blondes
*** : Touchez pas au grisbi
** : Rivière sans retour
* : La Guerre des mondes / L'Equipée sauvage
° : Ali Baba et les quarante voleurs

Rémi :
**** : Voyage en Italie / Monika
*** : Rivière sans retour / Les Lettres de mon moulin
** : Les Rats du désert
* : Ali Baba et les quarante voleurs

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Tous en scène
*** : Les Hommes préfèrent les blondes / Les Chevaliers de la Table ronde
** : La Guerre des mondes / Comment épouser un millionnaire / Le Monstre des temps perdus

Mister Arkadin :
**** : Tous en scène (8) ; Voyage en Italie (8) ; Touchez pas au grisbi (8)
*** : Les hommes préfèrent les blondes (8) ; Les Vitelloni (7) ; Rivière sans retour (7)
** : Si Versailles m’était conté (6) ; Mogambo (6) ; Tant qu’il y aura des hommes (6) ; L’Air de Paris (6) ; L'Équipée sauvage (5) ; Ali Baba et les quarante voleurs (5) ; La Reine Margot (5)
* : Comment épouser un millionnaire (4)
o : Poisson d’avril (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) La Furie du désir ; Monika ; La Femme au gardénia ; Pain, amour et fantaisie ; Ouragan sur le Caine ; La Belle Espionne ; La Perle noire ; Plus fort que le diable ; Le Jardin du diable ; Sergent la terreur ; La Brigade héroïque

Frédéric :
1- Voyage en Italie, 2- Tous en scène, 3- El, 4- La vie d'Oharu, 5- L'Amour d'une femme, 6- Monika, 7- Les Hommes préfèrent les blondes, 8- La Femme au gardénia, 9- Touchez pas au grisbi, 10- Rivière sans retour

Oriane :
**** : Les Vitelloni
*** : El
* : Touchez pas au grisbi / Les Lettres de mon moulin / Plus fort que le diable
° : Si Versailles m'était conté

Un simple amateur :
1- Voyage en Italie (Rossellini) 2- Tous en scène (Minnelli) 3- El (Bunuel) 4- La vie d'Oharu (Mizoguchi) 5- L'Amour d'une femme (Grémillon) 6- Monika (Bergman) 7- Une femme dont on parle (Mizoguchi) 8- Le Grondement de la montagne (Naruse) 9- I Vitelloni (Fellini) 10- Rivière sans retour (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Si Versailles m'était conté..., Sacha Guitry, 6 986 788 entrées
2. Tant qu'il y aura des hommes, Fred Zinnemann, 6 398 054 entrées
3. Papa, maman, la bonne et moi, Jean-Paul Le Chanois, 5 374 131 entrées
4. Touchez pas au grisbi, Jacques Becker, 4 713 585 entrées
5. Le Rouge et le Noir, Claude Autant-Lara, 4 342 365 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot), sortie prévue en janvier 1955
- Prix Méliès : Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara)
- Grand prix du cinéma français : Le Blé en herbe (Claude Autant-Lara)
- Oscar du meilleur film : Tant qu'il y aura des hommes (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Roméo et Juliette (Renato Castellani)
- Festival de Cannes, Grand Prix : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Chaussure à son pied (David Lean)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa), Le Mouton à cinq pattes (Henri Verneuil), Les Fruits sauvages (Hervé Bromberger), Bajaja (Jiri Trnka) et Rotation (Wolfgang Staudte)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Sierra maldita (Antonio del Amo)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1954 pour les Cahiers du Cinéma (tel que l'on peut l'établir à partir des listes individuelles publiées dans le n°43, janvier 1955) :

1. El (Luis Buñuel), 2. Touchez pas au grisbi (Jacques Becker), 3. Monsieur Ripois (René Clément), 4. Les Hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks), 5. L'Equipée sauvage (Laszlo Benedek), Les Vitelloni (Federico Fellini) & Une Femme qui s'affiche (George Cukor), 8. La Femme au gardénia (Fritz Lang), 9. Les Aventures de Robinson Crusoë (Luis Buñuel), 10. Rivière sans retour (Otto Preminger) & Plus fort que le Diable (John Huston)

(Note : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, visible en province fin 1954, est pris en compte par les critiques en 1955 après sa sortie parisienne en avril de cette année-là)

2) L'année 54 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Marilyn : Niagara, Rivière sans retour, Comment épouser un millionnaire
- Les meilleurs :
Laszlo Benedek, L'Equipée sauvage / Richard Brooks, Le Cirque infernal & Sergent-la-terreur / Luis Buñuel, El & Les Aventures de Robinson Crusoë / René Clément, Monsieur Ripois / Vittorio Cottafavi, Fille d'amour / George Cukor, Une femme qui s'affiche / Federico Fellini, Les Vitelloni / Howard Hawks, La Captive aux yeux clairs / John Huston, Plus fort que le diable / Fritz Lang, Règlement de comptes / Alberto Lattuada, Le Manteau & La Louve de Calabre / Anthony Mann, L'Appât / Vincente Minnelli, Tous en scène / Otto Preminger, Un si doux visage & Rivière sans retour / George Stevens, L'Homme des vallées perdues / King Vidor, La Furie du désir / Robert Wise, La Tour des ambitieux"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1954 sur le site Encyclo-Ciné)