Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2014

Sur vos écrans en 1968

EDITORIAL :

Par le Dr Orlof

200100.jpgDifficile de dresser un bilan cinématographique de cette année 68 alors que le plus beau des films semble s’être déroulé dans la rue. Tout se passe comme si ce souffle de liberté, ce goût de l’insoumission que l’on ressentait depuis quelques années dans de nombreux films s’étaient soudainement propagés dans la population estudiantine et ouvrière pour faire face à un pouvoir gaulliste en pleine décrépitude. Que restera-t-il de l’embrasement de Mai 68 ? Seul l’avenir pourra nous le dire mais il est d’ores et déjà certain que rien ne sera plus comme avant.

Et le cinéma dans tout ça ? Il est amusant de constater que de nombreux réalisateurs furent, d’une certaine manière, des précurseurs de ces évènements. Lorsqu’en février 1968, le pouvoir gaulliste décide de mettre son nez dans la gestion de la Cinémathèque française et de limoger Langlois, c’est le tollé immédiat. Les cinéastes de l’ancienne "nouvelle vague" prirent alors la tête d’un vaste mouvement de protestation qui regroupa les cinéastes les plus célèbres du monde entier.
En plein cœur des évènements de mai, on retrouve Godard et Truffaut (mais également Lelouch, Malle, Berri…) venus à Cannes pour interrompre le festival. Certains cinéastes protestent (Polanski qui n’arrive pas à saisir la véritable teneur de cette révolution et qui croit voir ressurgir les spectres du stalinisme à la polonaise) tandis que d’autres retirent leurs films. Un des films préférés de notre rédaction, le splendide Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais souffrira de cette annulation du festival et sera très peu vu. Mais qu’importe : l’art se fait désormais dans la rue.
Si Truffaut et Godard sont ensemble sur scène pour empêcher la projection de Peppermint frappé de Carlos Saura en s’agrippant aux rideaux devant l’écran, c’est peu dire que leurs trajectoires respectives diffèrent. A mille lieues des évènements politico-sociaux, l’auteur des 400 coups poursuit les aventures d’Antoine Doinel dans Baisers volés. Sentimental, drôle, élégant et nostalgique, le film a enchanté notre équipe. A l’inverse, Godard a abandonné cette année les circuits traditionnels de distribution. Pour l’ORTF, il tourne un film didactique intitulé Le gai savoir mais la chaîne de télévision refuse de le diffuser. Et comme l’époque n’est plus au "je" de l’auteur mais au "nous" collectif, il tourne collectivement un film militant intéressant mais aride : Un film comme les autres.

Dans la foulée de Mai 68, les états généraux du cinéma sont créés. Une nébuleuse de films militants vont être tournés pendant les évènements et après. Les collectifs éphémères se forment et disparaissent. D’anciens élèves de l’IDHEC et les membres d’un groupe évoluant dans le cadre libertaire de la clinique psychiatrique de La Borde dirigée par Jean Oury et Félix Guattari s’étaient déjà unis pour créer le collectif ARC (atelier de recherche cinématographique) dont le but était de réaliser collectivement des films politiques et sociaux.
On pourra se faire une petite idée de toute cette effervescence militante dans la "compilation" proposée dans Mai 68 par lui-même. Certains titres sont de véritables coups de poing (La reprise du travail aux usines Wonder) tandis que d’autres sont plus directement politisés comme Oser lutter, oser vaincre du groupe "Cinéma Ligne Rouge". Pour une vision plus globale et/ou désenchantée de ces évènements, on regardera le grand documentaire de William Klein Grands soirs, petits matins ou l’intéressant film de Labarthe et Comolli Les deux marseillaises.

L’équipe de Zoom Arrière ne semble guère avoir goûté au bouillonnement révolutionnaire de Mai. Elle a distingué des films qui s’inscrivent à la fois dans le cinéma de genre (la science-fiction, le western…) mais capables néanmoins d’innover. Kubrick l’emporte avec son fabuleux 2001, l’odyssée de l’espace, grand spectacle capable de réjouir les familles du monde entier et fable métaphysique ouvrant à de multiples interprétations. Quant à Leone, il poursuit avec Le bon, la brute et le truand son travail de déconstruction des mythes du western classique. De la flopée de westerns italiens que nous avons pu voir cette année, celui-là est assurément le meilleur. Dans le même esprit, attribuons des mentions à ceux qui surent renouveler les conventions de genres stéréotypés : Polanski avec son effrayant Rosemary’s baby dans le domaine de l’épouvante, Fleischer et son étonnant Etrangleur de Boston dans le domaine du film criminel ou encore Schaffner avec son film d’anticipation La planète des singes.

Pour conclure, un petit mot des "nouveaux cinéma" qui naquirent un peu partout dans le monde à la suite de la "nouvelle vague" française et qui portaient en eux, d’une certaine manière, cet esprit de subversion qui a gagné les campus en 68. Ces courants ont été assez bien représentés cette année puisque nous avons pu découvrir un Bertolucci déjà ancien (Prima Della Rivoluzione) et un excellent Pasolini (Œdipe roi) pour l’Italie, le splendide Chronique d’Anna Magdanela Bach de Jean-Marie Straub pour l’Allemagne, le controversé Rouges et blancs de Jancso pour la Hongrie, un nouveau Forman (Au feu les pompiers) pour la Tchécoslovaquie sans parler des jeunes cinéastes français prometteurs (Luc Moullet, Philippe Garrel, Philipe Bordier…)

Que restera-t-il de 68 ? Une riche année cinématographique et l’utopie d’un monde où l’Art et la vie ne feraient plus qu’un…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 145 longs métrages (sur les 450 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
2001, l'odyssée de l'espace (Kubrick) *** ****   *** **** **** **** **** **** ****
Le Point de non-retour (Boorman) ***   ****   **** **** ** **** **** ****
Le Bon, la brute et le truand (Leone) ** **** *** ** **** **** *** *** **** ****
Je t'aime je t'aime (Resnais) *** ****   **** *** **** *** *** *** ***
Le Plongeon / The Swimmer (Perry) ****         ****     ****  
Baisers volés (Truffaut) **** *** *** *** *** ** *** *** **** ***
Œdipe roi (Pasolini) ****     ***   **** *** ***    
L'Heure du loup (Bergman) *** *** ° **** *** **** ***   *** **
L'Incompris (Comencini) ****   **** ** ** **** *** **    
De sang-froid (Brooks) ***     *** **** **** * ***   ***
Chronique d'Anna Magdalena Bach (Straub) ****   *** ***   *** *** **   ***
Rosemary's Baby (Polanski) ** *** ** *** **** *** ** ** ****  
Bonnie et Clyde (Penn) ** *** ** *** *** *** ** ** **** ***
L'Etrangleur de Boston (Fleischer) ***     *** ** *** ** ** **** ***
Comanche Station (Boetticher) **   ****     ***       ***
La Planète des singes (Schaffner) * *** * *** *** *** ** ** **** ***
The Shooting (Hellman) ***   ° ** *** *** **   ****  
Le Dernier Train du Katanga (Cardiff)           ***       ****
Mon chemin (Jancso)         *** ****        
Le Lauréat (Nichols) *** *** *** **   ** ** * ****  
El Chuncho (Damiani)     ** *   ****       ****
La Mariée était en noir (Truffaut) *** *** ** ** ** *** ** ** *** ***
Le Bal des vampires (Polanski) ** **   ** ** *** ** ** *** ***
Danger Diabolik (Bava)     **** *   ****   °   ****
Au feu les pompiers ! (Forman) **     **   *** ** ***   ***
L'Ouragan de la vengeance (Hellman) ***   ° ** *** **     ****  
Les Biches (Chabrol) **   *** ** * **** * **   ***
Astérix et Cléopâtre (Leblanc)     **     *     ** ***
Le Livre de la jungle (Reitherman) ** ** **     ***     **  
Police sur la ville (Siegel) **   **     ***       ***
Le Détective (Douglas) ***   ***     **        
Le Temps des vautours (Girolami)       **   ***       ***
Sept Secondes en enfer (Sturges) **   ***             ***
Dix-Septième Parallèle (Ivens)   ***     ***          
Le Prêteur sur gages (Lumet)           ***     ***  
Will Penny le solitaire (Gries)           ***       ***
Reflets dans un œil d'or (Huston) ***   * * *** **** ** *   **
Un soir, un train (Delvaux) * *** ° ** *** ***   ***    
Benjamin ou les Mémoires d'un puceau (Deville) ** ***   **   ** * ***    
Prima della rivoluzione (Bertolucci) **   ° *** ** ****   *    
Le Corbeau d'Edgar Poe (Corman)       ** * ***       ***
Navajo Joe (Corbucci)       *   ***   **   ***
Rouges et blancs (Jancso) **   °   **** ***        
Cimetière pour morts-vivants (Pupillo)       *   ***       ***
L'Enterré vivant (Corman)       ** *** **        
La Mort était au rendez-vous (Petroni)     *     ***       ***
Le Dernier Jour de la colère (Valerii)     *     ***       ***
Dans la chaleur de la nuit (Jewison) * *** °     ****   *   ***
Histoires extraordinaires (Vadim, Malle & Fellini) **     ** ** *   ***   **
Alexandre le bienheureux (Robert) ° ** * **   *** * ** ** ****
L'Affaire Thomas Crown (Jewison) ** ** *     *** * *   ***
Charlie Bubbles (Finney) **       ***          
Escalier interdit (Mulligan) ***   **              
L'Incident (Peerce) **         ***        
Le Jour de la haine (Fago)       **           ***
Le Renard (Rydell) **         ***        
Les Contrebandières (Moullet) ***     **            
Les Monstres de l'espace (Baker)         ** ***        
Terre en transe (Rocha) **           ***      
La Grande Lessive ! (Mocky) *     ** * **   **   ***
Roméo et Juliette (Zeffirelli)   *       *   * **** **
L'Homme qui ment (Robbe-Grillet)       **   ***   *    
La Bande à Bonnot (Fourastié)           **   *   ***
La Tombe de Ligeia (Corman) *     **   ***        
Bandidos (Dallamano)           ***        
Bandits à Milan (Lizzani)           ***        
Le Jour des Apaches (Thorpe)     ***              
Mai 68 par lui-même (collectif)       ***            
Oliver ! (Reed)               ***    
Trois Milliards d'un coup (Yates)                   ***
Une minute pour prier, une seconde pour mourir (Giraldi)                   ***
La Chamade (Cavalier) *   ° *       *** *** **
La Barrière (Skolimowski) **       **          
La Chine est proche (Bellocchio) **       **          
La Guerre des cerveaux (Haskin)           **       **
Loin de la foule déchaînée (Schlesinger) *         ***        
Petulia (Lester) **     **            
Tony Rome est dangereux (Douglas) ***         *        
La Prisonnière (Clouzot) °   * ° * ***   ****    
Pendez-les haut et court (Post) *   ** *   **   *   **
A chacun son dû (Petri) *         *** *      
Cinq Cartes à abattre (Hathaway) *         **       **
Fantasmes (Donen)     * **       **    
La Motocyclette (Cardiff)       **   ***   °    
Le Viol du vampire (Rollin)       *   **   **    
Boom ! (Losey) *   °   ** ***   *    
Barbarella (Vadim) °   ° *   ***   *   **
Bandolero (McLaglen)           **   *   *
Devine qui vient dîner ? (Kramer) *         **       *
Les Sorcières (Visconti, Bolognini, Pasolini, Rossi & De Sica) *   *     **        
Pancho Villa (Kulik)           *   *   **
Ho (Enrico)           *   **    
Kriminal (Lenzi)       *   **        
Le Fantôme de Barbe Noire (Stevenson)               *   **
Les Cracks (Joffé)           *       **
Tante Zita (Enrico) *             **    
Au pan coupé (Gilles)             **      
Caroline chérie (De La Patellière)               **    
Ce salaud d'inspecteur Sturlingh (Miraglia)           **        
Custer, l'homme de l'Ouest (Siodmak & Lerner)                   **
Django prépare ton cercueil (Baldi)                   **
Drôle de couple (Saks)           **        
Dynamite Jim (Balcazar)                   **
Je suis curieuse (Sjöman)       **            
Je vais, je tire et je reviens (Girolami)                   **
La Brigade du diable (McLaglen)                   **
La Louve solitaire (Logereau)           **        
La Vallée des poupées (Robson)           **        
Le Retour de Django (Civirani)                   **
Les Anges aux poings serrés (Clavell)           **        
Les Deux Marseillaises (Comolli & Labarthe)       **            
Maldonne pour un espion (Mann)           **        
Un cerveau d'un milliard de dollars (Russell)           **        
Le Petit Baigneur (Dhéry)   ° * * * **   *   **
Seule dans la nuit (Young) °         **   *    
Le Pacha (Lautner) ° *   °   **   *   *
Les Chiens verts du désert (Lenzi)           **       °
Manon soixante-dix (Aurel)           °   **    
Le Tatoué (De La Patellière) °     °   **   * * *
Mazel Tov ou le Mariage (Berri) *     °       *    
Adieu l'ami (Vautrin)           *        
Camelot ou le Chevalier de la reine (Logan)           *        
Johnny Banco (Allégret)               *    
L'Astragale (Casaril)           *        
Le Justicier de l'Arizona (Neilson)                   *
Le Rapace (Giovanni)           *        
Les Idoles (Marc'O)       *            
Ne jouez pas avec les martiens (Lanoë)                   *
Sous le signe de Monte-Cristo (Hunebelle)               *    
Te casse pas la tête Jerry (Paris)                   *
Le Gendarme se marie (Girault)   ° ** ° ° *   ° ° *
Angélique et le sultan (Borderie)   °       *   *   °
Mayerling (Young) ° *       °   *    
Le Franciscain de Bourges (Autant-Lara) *   °              
Ces messieurs de la famille (André)       °   *       °
La Petite Vertu (Korber)     ° °   *        
Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (Audiard)   °     ° °   *    
Coplan sauve sa peau (Boisset) °                  
L'Homme à la Buick (Grangier)       °            
La Condition de l'homme I (Kobayashi)     °              
La Leçon particulière (Boisrond)           °        
Poker d'as pour Django (Bianchi-Montero)                   °
Prudence et la pilule (Cook & Neame)           °       °
Sept Winchester pour un massacre (Girolami)                   °
Shalako (Dmytryk)                   °
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Faces (Cassavetes) **** ****   *** **** **** ***   ****  
Profond désir des dieux (Imamura) **** ****       ****        
Le Révélateur (Garrel) ***     ***            
Adieu clarté d'été (Yoshida)       ***     **      
Amour dans la neige (Yoshida)       ***     **      
Vixen (Meyer) **     **   **       **
Le Gai Savoir (Godard)       **     **      
Un film comme les autres (Godard)       **     *      

Nolan :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / Bonnie et Clyde
*** : Le Bon, la brute et le truand / Baisers volés / Rosemary's baby / La Planète des singes / L'Etrangleur de Boston / Astérix et Cléopâtre / Le Livre de la jungle
** : Le Point de non-retour / Le Bal des vampires / L'Affaire Thomas Crown / Le Lauréat
* : La Mariée était en noir
° : Le Petit Baigneur / Le Gendarme se marie

Antoine :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / L'Heure du loup
*** : Rosemary's baby / Le Bal des vampires / Astérix et Cléopâtre
** : Le Bon, la brute et le truand / La Planète des singes / L'Etrangleur de Boston / Le Lauréat / La Grande Lessive !
° : Le Petit Baigneur / Le Tatoué / Le Gendarme se marie

Timothée :
**** : 2001, l'odyssée de l'espace / Le Bon, la brute et le truand / The Shooting
*** : Baisers volés / La Planète des singes / L'Ouragan de la vengeance
** : Bonnie et Clyde
* : Le Gendarme se marie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- 2001, l'Odyssée de l'espace, 2- Prima della Rivoluzione, 3- L'Heure du loup, 4- La Barrière, 5- Baisers volés, 6- Chronique d'Anna Magdalena Bach, 7- Le Point de non retour, 8- Rosemary's Baby, 9- Les Biches, 10- Les Contrebandières
Inédits : Faces (Cassavetes), Notre-Dame des turcs (Bene), Profond désir des dieux (Imamura), Piège (Baratier),Le Révélateur (Garrel)

Mister Arkadin :
**** : L’Incompris (9)
*** : Le Bon, la brute et le truand (7) ; La Planète des singes (7) ; Baisers volés (7) ;
** : 2001, l’odyssée de l’espace (7) ; Bonnie and Clyde (6) ; Cinq Cartes à abattre (6) ; Alexandre le bienheureux (5) ; Je t’aime, je t’aime (5) ; Le Point de non-retour (5) ; La mariée était en noir (5) ; Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (5)
* : Le Bal des vampires (4) ; Au feu les pompiers ! (4)
o : L’Homme à la Buick (2) ; L’Ouragan de la vengeance (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Reflets dans un œil d’or ; Un soir, un train ; Benjamin ou les Mémoires d’un puceau ; Dans la chaleur de la nuit ; Pendez-les haut et court ; Barbarella ; Bandolero ; Ho ; Le Tatoué

Oriane :
**** : Le Bon, la brute et le truand / 2001, l'odyssée de l'espace / Baisers volés / L'Incompris
*** : De sang-froid / L'Etrangleur de Boston
** : Rosemary's baby / Bonnie et Clyde / Le Pacha
* : Le Livre de la jungle / Roméo et Juliette / Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages

Pierre :
1-2001 l'odyssée de l'espace, 2-Je t'aime je t'aime, 3-The shooting, 4-Mai 68 par lui même (en premier lieu Oser lutter oser vaincre de Jean-Pierre Thorn), 5-L'étrangleur de Boston, 6-Chronique d'Anna Magdalena Bach, 7-Le viol du vampire, 8-Le dernier jour de la colère, 9-Rouges et blancs, 10- L'incompris (Comencini)
5 inédits: 1-Détruisez-vous (Bard), 2-La poupée (Has), 3-Le révélateur (Garrel), 4-Faces (Cassavetes), 5-Hasta el viento tiene miedo (Taboada)
3 courts: 1-The bed (Broughton), 2-La femme 100 têtes (Duvivier), 3-L'araignéléphant (Kamler)
Les hors listes : Concours (Forman)***, Le mandat (sembene)***, Un cri dans l'ombre (Guillermin)***, Les 5 hors la loi (Mc Eveety)***, Tu imagines Robinson (Pollet)**, L'écume des jours (Belmont)**, Le recherché/Wanted (Ferroni)**, Le règne du jour (Perrault)**, La bataille pour Anzio (Dmytryk)**, Le démoniaque (Gainville)**, Comment j'ai gagné la guerre (Lester)**, Pas de roses pour OSS 117 (Hunebelle, Desagnat, Cerrato)*, Gungala la vierge de la jungle (Ferrara)*, Django le proscrit (Dexter)*

Un simple amateur :
1- 2001, l' Odyssée de l'espace (Kubrick) 2- Le Plongeon / The Swimmer (Perry) 3- L'Heure du loup (Bergman) 4- Profond désir des dieux (Imamura) 5- L'Incompris (Comencini) 6- Chronique d'Anna Magdalena Bach (Straub-Huillet) 7- Le Point de non retour (Boorman) 8- Rosemary's Baby (Polanski) 9- Faces (Cassavetes) 10- Je t'aime je t'aime (Resnais)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Livre de la Jungle, Wolfgang Reitherman, 14 695 741 entrées
2. Le Gendarme se marie, Jean Girault, 6 828 626 entrées
3. Le Bon, la brute et le truand, Sergio Leone, 6 319 405 entrées
4. Le Petit Baigneur, Robert Dhéry, 5 542 796 entrées
5. Helga, de la vie intime d'une jeune femme, Erich Bender, 4 121 349 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Baisers volés (François Truffaut)
- Prix Méliès : Baisers volés (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Baisers volés (François Truffaut)
- Oscar du meilleur film : Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison)
- Festival de Venise, Lion d'or : Les Artistes sous le chapiteau : perplexes (Alexander Kluge), sortie prévue en 1969
- Festival de Berlin, Ours d'or : Ole dole doff (Jan Troell)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : I Visionari (Maurizio Ponzi)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Un jour parmi tant d'autres (Peter Collinson), sortie prévue en 1969

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1968 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Chronique d'Anna Magdalena Bach (Jean-Marie Straub), 2. Prima della rivoluzione (Bernardo Bertolucci), 3. The Edge (Robert Kramer), 4. Toby Dammit (Federico Fellini), 5. Il ne faut pas mourir pour ça (Jean-Pierre Lefebvre), 6. Le Règne du jour (Pierre Perrault), 7. La Barrière (Jerzy Skolimowski), 8. Baisers volés (Francois Truffaut), 9. L'Ouragan de la vengeance (Monte Hellman), 10. La Mariée était en noir (Francois Truffaut) & Les Contrebandières (Luc Moullet)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1968 sur le site Encyclo-Ciné)

10/04/2014

Sur vos écrans en 1965

EDITORIAL :

Par Luc-Jean Dardgo

Pierrot01.jpg

Pierrot02.jpg

Pierrot03.jpg

Pierrot04.jpg

Pierrot05.jpg

Pierrot05b.jpg

Pierrot05c.jpg

Pierrot06.jpg

Pierrot07.jpg

Pierrot08.jpg

Pierrot09.jpg

Pierrot10.jpg

Pierrot11.jpg

Pierrot12.jpg

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 117 longs métrages (sur les 435 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Pierrot le fou (Godard) **** * **** **** **** *** **** **** **** ****
La Trois Cent Dix-Septième Section (Schoendorffer) *** ***   ** ****   ****   **** ***
Police spéciale (Fuller) *** **** ***   ****   **     ****
Quand l'inspecteur s'emmêle (Edwards) *** * *** **** ****   **   *** ****
Shock Corridor (Fuller) *** *** ***   ****   ** ****    
Sandra (Visconti) *** *** ** *** *** *** ***   ****  
L'Evangile selon saint Matthieu (Pasolini) *** *** ** ***   **** ***     ***
Lilith (Rossen) ****   ***   ****   **      
Alphaville (Godard) *** *** **** *** **** * *** *** *  
La Solitude du coureur de fond (Richardson) ***   ** *** ****          
Le Chevalier des sables (Minnelli) *** **** **   *** **        
Pour l'exemple (Losey) ***     ** ***     *** ***  
Embrasse-moi idiot (Wilder) ** **** *** **   ** ***   *** **
Danse macabre (Margheriti)     **   ***       ****  
Yoyo (Etaix) ** ° *** ****   ** ***   ****  
La Colline des hommes perdus (Lumet) *** ****     ****   *      
L'Arme à gauche (Sautet) **     *** **   ***   ***  
Major Dundee (Peckinpah) **     ** ***   ** ** ****  
Les Trois Visages de la peur (Bava) **   ** ** **** * ***   ***  
L'Obsédé (Wyler) *** * *** *** *** * ** ***    
La Grande Nuit (Losey) *** *   **            
Le Bourreau (Berlanga) ***     ***            
Le Journal d'une femme en blanc (Autant-Lara) *** ***                
Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) *** **   ***            
Jerry chez les cinoques (Lewis) ****           **   ****  
L'As de pique (Forman) ***   ** ***            
Première Victoire (Preminger) ***             ** ***  
Les Tontons farceurs (Lewis) ***   ** **         ***  
Compartiment tueurs (Costa-Gavras) **     *** **   **   ***  
Paris vu par… (Pollet, Rouch, Douchet, Rohmer, Godard & Chabrol) ***   **     **   *** **  
Sa Majesté des mouches (Brook) **     *** *** * ** ***    
Les Grandes Gueules (Enrico) ** ***   ** *   ** *** ***  
Les Communiants (Bergman) **   *** **   ***     *  
Goldfinger (Hamilton) ** *   ** *** * *   ** ***
Au secours ! (Lester) **   *   ***       ***  
Chut, chut, chère Charlotte (Aldrich) **       **   **   ***  
Ipcress, danger immédiat (Furie)         ***   *   ***  
Point limite (Lumet) **       ***   **      
Lord Jim (Brooks) **     ** ** * **   ***  
Casanova soixante-dix (Monicelli)             **   ***  
La Dame de pique (Keigel)   **             ***  
Le Moment de la vérité (Rosi) **     ***            
Le Tueur de Boston (Topper)     **   ***          
Sécheresse (Pereira dos Santos) ***     **            
Juliette des esprits (Fellini) *** °       * ***   ***  
Marie-Chantal contre le docteur Kha (Chabrol) **   ** ** **       **  
Mary Poppins (Stevenson) **           * ** ***  
Une vierge sur canapé (Quine) ** *** **   *   **      
Le Corniaud (Oury) * *** * * ***   * ** ** **
Kwaidan (Kobayashi) * °     ****       ***  
La Chambre des tortures (Corman) **   **   **       **  
La Vieille Dame indigne (Allio) ***                  
Les Bons Vivants (Grangier & Lautner)                 ***  
Un jour un chat... (Jasny)         ***          
Une fille qui mène une vie de garçon (Comencini) ***                  
Comment tuer votre femme (Quine) ** *** *              
La Crypte du vampire (Mastrocinque)     **   **       **  
Opération Tonnerre (Young)         **   *   ***  
Les Tribulations d'un Chinois en Chine (De Broca) * * * ° ***   *   ** ***
Cat Ballou (Silverstein)         *       ***  
L'Amour en quatrième vitesse (Sidney)         **       **  
Le Jeune Cassidy (Cardiff & Ford) ** **                
Le Sillage de la violence (Mulligan)   *             ***  
Le Vampire de Düsseldorf (Hossein)         ***   *      
Les Deux Orphelines (Freda) **           **      
Les Quatre Fils de Katie Elder (Hathaway) **               **  
Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (Annakin) *   **       *   ***  
Le Bonheur (Varda) ** ** ° ° ****          
Au revoir Charlie (Minnelli) ** *             **  
Les Copains (Robert)     **           ***  
Thomas l'imposteur (Franju) **         * **      
Le Knack et comment l'avoir (Lester) ** °   ***     *      
L'Amour à la chaîne (De Givray) **                  
L'Empreinte de Frankenstein (Francis)         **          
L'Enfer dans la peau (Bénazéraf)     **              
L'Enquête (Douglas)     **              
La Grosse Caisse (Joffé)                 **  
Les Joyeux Fantômes (Pietrangeli)                 **  
Les Pirates du diable (Sharp)                 **  
Maciste contre les hommes de pierre (Gentilomo)         **          
Passeport pour l'oubli (Guest)                 **  
Quand la terre s'entrouvrira (Marton)                 **  
Quand passent les faisans (Molinaro)     **              
La Déesse de feu (Day)         *       **  
Lady L (Ustinov)         *       **  
Maciste dans les mines du roi Salomon (Regnoli)         *   **      
Opération Crossbow (Anderson)         *       **  
La Métamorphose des cloportes (Granier-Deferre)         **   *   *  
La Vierge de Nuremberg (Margheriti)         **   *   *  
Les Fêtes galantes (Clair) *           *   **  
Une fille et des fusils (Lelouch) **           *   *  
Merveilleuse Angélique (Borderie) °       **   *   **  
Zorba le Grec (Cacoyannis) °       *   *   ***  
Viva Maria ! (Malle) *   ** * °   *   **  
Fantômas se déchaîne (Hunebelle)     * * °   *   ***  
La Plus Grande Histoire jamais contée (Stevens)         *   °   **  
Cinq Semaines en ballon (Allen)             *   *  
Furia à Bahia pour OSS 117 (Hunebelle)         *       *  
La Nef des fous (Kramer) *       *          
Hercule contre les tyrans de Babylone (Paolella)         *          
L'Express du colonel von Ryan (Robson)         *          
La Fabuleuse Aventure de Marco Polo (De La Patellière & Howard)         *          
La Rolls-Royce jaune (Asquith)         *          
Le Majordome (Delannoy)                 *  
Les Poupées (Risi, Comencini, Rossi & Bolognini)     *              
Les Prairies de l'honneur (McLaglen)                 *  
Sur la piste de la grande caravane (Sturges)                 *  
Train d'enfer (Grangier)         *          
Trois Chambres à Manhattan (Carné) *                  
Le Gendarme à New York (Girault) °   ° ° °   * ° ** **
Don Camillo en Russie (Comencini) *   °   *   * °    
Le Tigre se parfume à la dynamite (Chabrol) *   * ° °   °      
Ces dames s'en mêlent (André)         °          
Le Tonnerre de Dieu (De La Patellière)         °          
Le Trésor des montagnes bleues (Reinl)         °          
Mata-Hari, agent H 21 (Richard)         °          
Piège pour Cendrillon (Cayatte)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Les Plaisirs de la chair (Oshima) ***   *** *** **** ** **      
Le Lâche (Ray) ***     ***            
Subarnarekha (Ghatak) ****                  
La Planète des vampires (Bava)       * ***       **  
Histoire écrite sur l'eau (Yoshida)     ***              
La Guerre des espions (Shinoda)       ***            
L'Etau (Naruse) ***                  
Sœurs de scène (Xie) *     **            

Nolan :
*** : Quand l'inspecteur s'emmêle / Goldfinger
** : Alphaville / Mary Poppins / Le Corniaud / Opération Tonnerre / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines / Fantômas se déchaîne / Le Gendarme à New York

Antoine :
**** : Pierrot le Fou
*** : La 317e section / Quand l'inspecteur s'emmêle / Alphaville
** : Embrasse-moi idiot / Goldfinger / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Opération Tonnerre / Fantômas se déchaîne
° : Les Copains / Don Camillo en Russie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Pierrot le fou, 2- Paris vu par Rouch et Rohmer, 3- Lilith, 4- Shock Corridor, 5- L'Evangile selon Saint Matthieu, 6- Police spéciale, 7- Sandra, 8- Le Chevalier des sables, 9- Les Tontons farceurs, 10- Alphaville & Subarnarekha

Mister Arkadin :
**** : Pierrot le Fou (8)
*** : L’Arme à gauche (7) ;
** : Compartiment tueurs (6) ; Le Corniaud (6) ; Goldfinger (5) ; Les Quatre fils de Katie Elder (5) ; Zorba le Grec (5) ; Sandra (5)
* : Embrasse-moi idiot (4) ; L’As de pique (4) ; Viva Maria ! (4) ; Les Bons vivants (4) ; Alphaville (3)
° : Les Tribulations d’un chinois en Chine (2)

Oriane :
**** : Pierrot le Fou / Yoyo
*** : Les Grandes Gueules
** : Pour l'exemple / Goldfinger / Juliette des esprits / Kwaidan
* : Le Corniaud

Un-simple-amateur :
1- Barberousse (Kurosawa) 2- Pierrot le fou (Godard) 3- L'Evangile selon Saint Matthieu (Pasolini) 4- Les communiants (Bergman) 5- Sandra (Visconti) 6- Lilith (Rossen) 7- Shock Corridor (Fuller) 8- Le Chevalier des sables (Minnelli) 9- Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) 10- Police spéciale (Fuller)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Corniaud, Gérard Oury, 11 740 438 entrées
2. Goldfinger, Guy Hamilton, 6 675 000 entrées
3. Opération Tonnerre, Terence Young, 5 735 000 entrées
4. Le Gendarme à New York, Jean Girault, 5 495 045 entrées
5. Mary Poppins, Robert Stevenson, 4 309 000 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Vie de château (Jean-Paul Rappeneau), sortie prévue en 1966
- Prix Méliès : La Vieille Dame indigne (René Allio)
- Grand prix du cinéma français : Viva Maria ! (Louis Malle)
- Oscar du meilleur film : My Fair Lady (George Cukor)
- Festival de Venise, Lion d'or : Sandra (Luchino Visconti)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Knack et comment l'avoir (Richard Lester)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Alphaville (Jean-Luc Godard)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Quatre heures du matin (Anthony Simmons), sortie prévue en 1966
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Mirage (Edward Dmytryk) & Zlata reneta (Otakar Vavra)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1965 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Pierrot Le Fou (Jean-Luc Godard), 2. Sandra (Luchino Visconti), 3. Les Communiants (Ingmar Bergman), 4. Paris vu par..., 5. Alphaville (Jean-Luc Godard), 6. Lilith (Robert Rossen), 7. Shock Corridor (Sam Fuller), 8. Les Tontons farceurs (Jerry Lewis), 9. L'Evangile selon Saint Matthieu (Pier Paolo Pasolini), 10. Le Bonheur (Agnès Varda)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1965 sur le site Encyclo-Ciné)

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)