Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2014

Sur vos écrans en 1969

EDITORIAL :

Souvenirs en vrac de 1969

Par Fred MJG

manuitchezmaud00.jpgGainsbarre et son Gainsborough eurent beau, entre deux nanards, susurrer à nos tympans 69 année érotique, ce que l'on entendit sur l'écran cette année là fut surtout le bruit des balles qui sifflèrent de l'aube italienne au crépuscule américano-mexicain ; de la naissance d'une nation — où Sergio Leone règle ironiquement un compte avec Ford en offrant un contre-emploi à Henry Fonda (quoique le vieux John avait déjà égratigné la rigueur schizophrène du héros de My darling Clementine) et à Woody Strode, impeccable Sergent noir, qui est bien le seul à pouvoir tirer son coup avant d'expirer — au No country for old men made in Peckinpah, où des outlaws fatigués s’envoient en l'air en un suicide collectif plein de bruit et de fureur qui, on le sait depuis Willy et Robert Ryan approuve ce message, ne signifient jamais rien. Il était donc naturel pour moi que Il était une fois dans l'Ouest et La horde sauvage se retrouvent au sommet, comme les deux faces d'une même médaille passablement égratignée par le temps. Il y eut effectivement l'idée d'un grand pays et ça s'est finit dans le boudin. Comme d'habitude, diront les cyniques. Assurément, répond Zoom Arrière qui flanque derechef une pâtée aux cow-boys !
Au vu du résultat final, et malgré donc les tentatives de séduction de Sergio et Sam, je suis bien obligée de reconnaître que les garçons m'épateront toujours. Franchement ! Comment peut-on préférer Françoise Fabian à Claudia Cardinale ?! Est-ce que je préfère Trintignant à Bronson moi ?... OK ce n'est pas le meilleur exemple. Mais avec tous ces gars me suis-je dit in petto, la poudre va parler ! Et ben non. Par contre, ça cause, mais ça cause. Et puis ça s'observe, se jauge et se mesure. Bande de romantiques va !

J 'ai bien le plaisir de "signer" cet édito de ce mois-ci et comme le taulier, avouons-le, est d'une élasticité à toute épreuve, j'y écris donc des conneries ce que je veux. N'ayant guère la fibre historienne, je ne vais pas pérorer sur l'aventure du cinéma en 1969 mais bien plutôt m'inspirer de la litanie du souvenir de ce cher Georges Pérec (Que ses mânes veuillent bien me pardonner) et agrémenter le machin de quelques images, parce que lire c'est bien, mais mater c'est mieux.

Je me souviens qu'en regardant la liste des films sortis en 1969, je me suis dit qu'il allait nous falloir désormais deux bons mois pour dépiauter les fantastiques années 70 à venir mais qu'Edouard ne semble pas être d'accord. (Note à moi-même : songer à revenir à la charge l'année prochaine).
Je me souviens qu’après avoir découvert Michel Polnareff, je n'ai jamais pu depuis regarder le combat de Jack Elam avec une mouche à l'ouverture d'Il était une fois dans l'Ouest sans fredonner sa ritournelle (Même pas honte). Par contre, je n'ai jamais été tenté par l'harmonica.
Je me souviens qu'en m'amusant à évoquer quelques plaisantes affaires avec Jean-Louis, Tomás et Maurice, je me suis surprise à vouloir buller Ma nuit chez Maud, puisque connaissant depuis 1945 le sacré gang qui opère ici, seul Eric Rohmer me paraissait être l'homme à abattre...

 

1969,rohmer,leone,edwards,pialat,tarkovski,peckinpah,melville,chabrol,sollima,yoshida

Et pourtant, je me souviens que la 1ère fois que j'ai vu les jeux pervers mais courtois de l'amour et du hasard du "grand Momo", j'ai songé avec mes copines d'alors — et entre deux westerns italiens — que "la purée de notre mère, c'est chiant comme la muerte ce truc". L'ayant revu quelques années après, à l'âge de raison, j'ai trouvé ma foi que Jean-Louis Trintignant aurait pu magnifiquement interpréter le chat du Cheshire, avec son sourire flottant toujours sur les contre-champs offerts à Françoise Fabian et que la Maud, finalement, en avait dans la culotte. Un must donc, même si on n'y rit pas autant que devant Pauline à la plage.
Je me souviens que bientôt Claude Chabrol (2 films dans le top 20) et son air goguenard coifferaient au poteau de mes préférences ces deux frères ennemis de Godard/Truffaut parce que bon sang ! il avait toujours l'air d'être sur une dernière bonne blague tandis que Rohmer paraissait si profond et que les deux autres se prenaient tant au sérieux.
Je me souviens du Oh la la de Maurice Ronet en découvrant le mari de La femme infidèle (belle performance sur Zoom arrière) sur le pas de sa porte. Dans ce Oh la la, toute la détresse du séducteur velléitaire qui ne choisit des femmes mariées qu'en vue de ne pas trop encombrer sa sphère privée. Raté ! D'ailleurs, ce brave Maurice semblait condamné aux destins tragiques et cette manie d'expirer bien avant que les films ne s'achèvent tenait de l'injustice. Car de Plein soleil à La piscine, il faut bien reconnaître que Delon est beau certes, mais que Ronet est trop cool.

Je me souviens que bientôt les gialli allaient envahir les programmes de L'Olympia, cinéma de quartier de Casablanca avec un double programme le samedi soir, mais que je ne verrais L'adorable corps de Deborah que bien après ceux de Barbara Bouchet et de Marina Malfatti.
Je me souviens n'avoir strictement compris à La nuit du lendemain mais que ça n'avait aucune importance parce que Marlon en blonde y est beau comme un camion.
Je me souviens de Bernadette Lafont en roue libre et si drolatique dans La fiancée du pirate mais avoir bien regretté néanmoins qu'il n'y ait eu aucun corsaire à l'horizon.
Je me souviens, même si je n'ai pas d'oreille, que l'Italie c'était Vivaldi et Nino Rota, mais qu'en 1969, le maestro stakhanoviste qui règnerait bientôt en maître incontesté s'appelait Ennio Morricone (plus d'une vingtaine de bandes originales à son actif en 1969, dont une pour notre Henri Verneuil national qui fit de Gabin et Porel des siciliens... Oui, bon, si on ne peut plus rigoler maintenant).
Je me souviens que Colorado est sorti sous le titre Le grand duel et que quelques années après, quand est sorti Le grand duel, à nouveau avec l'infernal Lee Van Cleef qui cachetonnait comme un foufou, on n'y comprit que pouic. Par contre, on ne peut confondre les bandes originales, Morricone pour Sergio Sollima, et Luis Bacalov pour Giancarlo Santi (et QT, mais ceci est une autre histoire).
Je me souviens avoir découvert Le grand inquisiteur sur le tard et avoir versé des larmes de frustration en apprenant que le génial Michael Reeves était mort en 1969, à 25 ans, après n'avoir réalisé que 3 films.
Je me souviens que je n'avais pas trop compris à quel jeu étrange pouvaient bien jouer Robert et Mia dans Cérémonie secrète, mais que vu la tête des parents, l'affaire méritait d'être creusée.
Je me souviens avoir découvert Gunga Din de George Stevens après The party de Blake Edwards et avoir décidé qu'en matière de cinglé, face à Peter Sellers, Sam Jaffe pouvait aller se rhabiller.
Je me souviens que ces années là, si Jean Louis Trintignant et Tomás Milián se partageaient souvent les écrans, quelques beaux visages leur faisaient parfois de l'ombre. Terence, Michael, Lou, Steve, Jim, Gérard, merci de nous avoir fait tant rêver !
Je me souviens de l'insolente beauté de Mimsy Farmer que je trouvais bien plus séduisante (et vénéneuse) que Brigitte Bardot.
Je me souviens que les copains rêvaient plutôt de Raquel, de Claudia, de Catherine et surtout de l'affolante Romy sans laquelle on aurait depuis bien longtemps oublié qu’on avait piscine (Le film de Jacques Deray aurait, rien que pour elle, mérité 3 étoiles si Claude Sautet ne s'apprêtait pas à magnifier sa beauté dans les années qui viennent).

Je me souviens n'avoir vu Easy rider qu'une fois adolescente, mais que le sourire de Jack Nicholson ne m'a jamais abandonné. Je me souviens du Grand silence et de ce malfaisant de Klaus Kinski et j'ignorais alors qu'une fin alternative avait été tournée. Après l'avoir vue, malgré le sourire de Trintignant, j'ai songé que le tragique parfum qui baigne le film — cette musique ! rhâââââââ — ne m'aurait pas autant marqué sans le massacre final et que parfois, il faut savoir flinguer ses héros, quoiqu'il en coûte au box-office.
Je me souviens du dentier de Christopher Lee et du masque de Vincent Price.
Je me souviens que Peter Cushing me flanquait les jetons et que la notion de "bon" et de "méchant" disparaissait aisément dès qu'il apparaissait.
Je me souviens toujours avec tendresse du Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction où j'ai (re)découvert tant de films de la Hammer.
Je me souviens avoir vu tous les films de Boetticher avec Randolph Scott et qu'au bout d'un moment, je ne savais plus quelle scène appartenait à quel film mais que finalement, ça n'avait aucune importance.
Je me souviens que devant Porcherie, je me suis longtemps demandé si c'était du lard ou du cochon.
Je me souviens avoir rigolé comme une fofolle devant Les chasseurs de scalps mais que les bras m'en sont tombés lorsque quelques années plus tard j'appris que Shelley Winters avait connu bibliquement Burt Lancaster dans les coulisses. Sacrée Shelley !
Je me souviens que Jacques Brel était un bon acteur et que je n'aurais pas dit non s'il avait été mon oncle.
Je me souviens n'avoir découvert Glauber Rocha qu'une fois arrivée à Paris. Et que je ne découvrirais les films de Bo Widerberg que bien après ceux d'Ingmar Bergman.
Je me souviens que la seule phrase de dialogue d'Enfants de salauds qui soit restée à jamais gravée dans ma mémoire est : Quel petit malin, à lui seul il a réussi à nous encercler (L'imperturbable Michael Caine à propos d'un camarade qui vient de sauter sur une mine). Je venais de découvrir "le cynisme". (Et je persiste, ce film est génial).
Je me souviens d'ailleurs qu'ayant adopté un matou après avoir vu le film, il fut prénommé Michael en hommage au flegme britannique.
Je me souviens avoir découvert une grande partie de l'œuvre de Miklós Jancsó d'un coup d'un seul et que ma foi, ça m'a bien déprimée sur le coup.
Je me souviens du charme fou de Rex Harrison et de l'art de la rigolade chez Mankiewicz.
Je me souviens enfin qu'après avoir vu L'armée des ombres deux ans après sa sortie, nous avions débattu en cours d'histoire sur l'héroïsme et l'esprit de sacrifice. Et que personne n'avait osé avoué qu'il déciderait de ne pas courir.

J'imagine que je pourrais continuer ainsi à me souvenir des visages, des plans, des copains, des cinés et de tout ce qui a entouré les films de 1969 mais je me souviens que j'ai promis bien d'autres travaux et que je suis à la bourre, grave. Je vais noter de me souvenir qu'il faut que je visionne, toutes affaires cessantes, L'enfance nue de Pialat et La voie lactée de Bunuel.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 170 longs métrages (sur les 443 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
Ma nuit chez Maud (Rohmer) **** **** **** **** **** **** *** **** **** ***
Il était une fois dans l'Ouest (Leone) *** **** **** *** **** **** **** **** **** ****
La Party (Edwards) **** **** * **** **** **** ** *** *** ****
L'Enfance nue (Pialat) **** **** *** *** ****   ** *** ****  
Andreï Roublev (Tarkovski) *** *** **   **** **** ** ****   ****
La Horde sauvage (Peckinpah) *** *** ** ** *** **** *** * **** ****
L'Armée des ombres (Melville) *** *** **** ** *** **** ** **** *** ****
Que la bête meure (Chabrol) *** *** *** **** *** **** *** ** ** ****
Colorado (Sollima)     ***     ****     ** ****
Eros plus massacre (Yoshida)       ****   **** *** **    
La Sirène du Mississippi (Truffaut) ** ** *** *** ** *** *** * *** ****
Silence et cri (Jancso) **       **** ****        
La Femme infidèle (Chabrol) *** *** * *** *** *** ** *** ** ****
La Voie lactée (Buñuel) ** ****   *** **   *** *** ** ***
Cérémonie secrète (Losey) ***   *** * *** ****   ***    
La Chevauchée de la vengeance (Boetticher) ***   ****   ** ***     *** **
Adalen trente et un (Widerberg)   ****       ***        
Le Retour de Frankenstein (Fisher)           ***       ****
Satyricon (Fellini) ***   ° ° *** *** *** ****   ***
Antonio das mortes (Rocha) **     *** ** **** **     ***
Le Masque de la mort rouge (Corman) **     **   ****   * **** ***
Joe Caligula (Bénazéraf)       ***   ***   ***    
L'Amour fou (Rivette) *** **   ****            
Le Démon des femmes (Aldrich)     *** **   ****        
Le Dernier Face-à-Face (Sollima)     *     ****       ****
Guêpier pour trois abeilles (Mankiewicz) ** ***     *** *** ** **   ***
La Fiancée du pirate (Kaplan) ** ** *** *** ** *** **   ** ***
Simon du désert (Buñuel, cm) ***       ***   ** ***    
Théorème (Pasolini) ** ** ° ** ** **** *** *** **** **
Le Grand Amour (Etaix) ** ***   ** ** *** **     ***
Macadam Cowboy (Schlesinger) ** ** ** *** ** **** ** ** *** *
Easy Rider (Hopper) ** *** ** * ** *** ** * **** **
Mon oncle Benjamin (Molinaro) ** * ** **   ***   **   ****
Duel dans le Pacifique (Boorman) * **     *** ***   ** ***  
More (Schroeder) **   *   *** *** ** ***    
Une femme douce (Bresson) **** *** ° ***     ** **    
Enfants de salauds (De Toth) **   *   ** ***       ****
Rachel, Rachel (Newman) **   **     *** **   ***  
Dracula et les femmes (Francis)           ***   * *** ***
La Charge de la brigade légère (Richardson) *         *** **     ****
Break up (Ferreri) **     ***           ***
La Rosière de Pessac (Eustache) ***         *** **      
Saludos hombre (Sollima)     *     ****       ***
La Mort a pondu un œuf (Questi)           ***       ***
Le Grand Inquisiteur (Reeves)     **     ****        
Les Deux Visages du docteur Jekyll (Fisher)                   ****
Le Grand Silence (Corbucci) ***   * ** * *** ** **   ****
Bullitt (Yates) ** *     ** ***   * *** ***
Model Shop (Demy) * *** * *** **   ***     **
Porcherie (Pasolini) **     **   *** ** **    
Z (Costa-Gavras) ** *** ° **   **** ° *   ****
Les Chasseurs de scalps (Pollack) *         ***       ***
Pas de larmes pour Joy (Loach) **     ** ***          
Vietnam, année du cochon (De Antonio)   **     **   ***      
Le Diable par la queue (De Broca) ** * **** **   **   *    
If (Anderson) * ** **   ** ***        
Willie Boy (Polonsky) ***   °   *** ***       *
L'Adorable Corps de Deborah (Girolami)           ***   **    
La Chute des feuilles (Iosseliani) ***       **          
Les Cent Fusils (Gries)           ***       **
Les Quatre de l'Ave Maria (Colizzi)           **       ***
La Piscine (Deray) ** ** ** ** ** ** * ** *  
Les Vierges de Satan (Fisher)       **   ***   °   ***
Le Sous-Marin jaune / Yellow Submarine (Dunning) **   **   ***       *  
Au service secret de Sa Majesté (Hunt)   * *     ** * *   ****
La Honte (Bergman) ***   °   * *** ** *   **
One plus One (Godard) **   ° **   *** **      
Chitty Chitty Bang Bang (Hughes)                   ***
Goto, l'île d'amour (Borowczyk)               ***    
La Nuit du lendemain (Cornfield)           ***        
Le Crime c'est notre business (Flemyng)           ***        
Le Massacre de Culloden (Watkins)               ***    
Les Gladiateurs (Watkins)               ***    
Merci ma tante (Samperi)           ***        
Sartana (Parolini)           ***        
Charly (Nelson) ***         *        
La Bataille d'Angleterre (Hamilton)           *       ***
La Femme en ciment (Douglas) ***         *        
La Vallée de Gwangi (O'Connolly)               *   ***
Paul (Medveczky) ****   °              
Quand les aigles attaquent (Hutton)     **     **        
Un château en enfer (Pollack) *         ***        
Le Pont de Remagen (Guillermin)           *     ** **
Un shérif à New York (Siegel) *     *   ***        
Le Clan des Siciliens (Verneuil) * * **   * **   *   °
Le Cerveau (Oury) *   * °   **   *   **
Funny Girl (Wyler) °         **   * **  
L'Homme sauvage (Mulligan)     **     *       *
L'Orgie des vampires (Polselli)       *   *       **
Isadora (Reisz)         * **        
Le Retour de Kriminal (Cerchio)       *   **        
Les Amours de Lady Hamilton (Christian-Jaque)             ** *    
Les Géants de l'Ouest (McLaglen)           **       *
Pendulum (Schaefer)           *       **
Un train pour Durango (Caiano)           *       **
Au paradis à coups de revolver (Katzin)                   **
Avec Django ça va saigner (Bianchini)                   **
Ciel de plomb (Petroni)                   **
Cinq Gâchettes d'or (Cervi)                   **
En cinquième vitesse (Brass)           **        
Jeux pervers (Green)           **        
Joe l'implacable (Margheriti)           **        
L'Ange rouge (Masumura)       **            
L'Escalier (Donen)           **        
L'Homme perdu (Aurthur)           **        
La Maffia fait la loi (Damiani)           **        
La Mouette (Lumet)                 **  
Le Lion en hiver (Harvey)           **        
Les Confessions d'un mangeur d'opium (Zugsmith)           **        
Les Monstres attaquent (Tanaka)                   **
Lorna (Meyer)       **            
Monterey Pop (Pennebaker) **                  
Pas de pitié pour les salopards (Stegani)                   **
Pierre et Paul (Allio) **                  
Sauve qui peut (Boorman) **                  
Star ! (Wise)                   **
Traquenards (Davy)               **    
Un coin tranquille à la campagne (Petri)           **        
Une poignée de plombs (Totten & Siegel)           **        
Hibernatus (Molinaro) ° °   *   *   *   ***
Détruire, dit-elle (Duras) **     °     ** °    
La Bataille de San Sebastian (Verneuil) °         *       **
Les Bérets verts (Wayne & Kellog) *         °       **
Les Patates (Autant-Lara) *   *** ° °     °    
Clérambard (Robert) °         **        
Destination Zebra, station polaire (Sturges)           *       *
Jeff (Vautrin)           *       *
Tintin et le temple du soleil (Leblanc)   °               **
Une corde, un colt (Hossein)           °       **
Une veuve en or (Audiard)           *       *
Un homme qui me plaît (Lelouch) *     °   *        
La Déesse des sables (Owen)           *        
Arthur Rubinstein, l'Amour de la vie (Reichenbach & Patris)     *              
Artistes sous le chapiteau : perplexes (Kluge) *                  
Avec Django la mort est là (Margheriti)                   *
Catherine, il suffit d'un amour (Borderie)               *    
Chantage à la drogue (Greene)           *        
Cramponne-toi Jerry (Marshall)                   *
Etranger signe-toi (Fidani)           *        
Itoka, le monstre des galaxies (Nihonmatsu)           *        
Krakatoa, à l'est de Java (Kowalski)           *        
L'Homme de Kiev (Frankenheimer) *                  
La Fille et le général (Festa-Campanile) *                  
La Mutinerie (Kulik)           *        
La Poursuite des tuniques bleues (Karlson)     *              
Le Vampire et le sang des vierges (Reinl)               *    
Les Etrangers (Desagnat)           *        
Les Femmes (Aurel)           *        
Les Filles (Zetterling)       *            
Les Griffes de la peur (Rich)           *        
Mister Freedom (Klein)       *            
Samoa, fille sauvage (Malatesta)           *        
Sébastien parmi les hommes (Aubry & Guillaume)           *        
Sept Hommes pour Tobrouk (Loy)           *        
Serafino ou l'Amour aux champs (Germi) *                  
Un été capricieux (Menzel)         *          
L'Or de MacKenna (Lee-Thompson)           *       °
La Honte de la famille (Balducci)           °       *
Le Temps des amants (De Sica)       *   °        
Un amour de Coccinelle (Stevenson)               ° *  
Erotissimo (Pirès) °         °   *    
L'Arbre de Noël (Young)     *   ° °        
Fleur de cactus (Saks)           °        
La Bataille d'El Alamein (Ferroni)           °        
Le Bourgeois gentil mec (André)           °        
Les Chemins de Katmandou (Cayatte)           °        
Les Colts des sept mercenaires (Wendkos)           °        
Maldonne (Gobbi)           °        
Nathalie, l'amour s'éveille (Chevalier)       °            
Sous le signe du taureau (Grangier)           °        
Sweet Charity (Fosse)           °        
  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent
La Bête aveugle (Masumura)       ** ** ****     *** ***
Beatrice Cenci (Fulci)           ****       ***
La Fée sanguinaire (Lethem)       ***           ****
La Plaisanterie (Jires)         *** ***        
La vierge violente (Wakamatsu)       **   ****        
Naked bullet (Wakamatsu)       **   ****        
Violence sans raison (Wakamatsu)       **   ****        
Double suicide à Amijima (Shinoda)         * ****        
My girlfriend's wedding (McBride)         ***          
Walden (Mekas)       ***            
British sounds (Godard / Dziga Vertov)       **            
Cherry, Harry and Raque (Meyer)       **            

Timothée :
**** : Ma nuit chez Maud / L'Enfance nue / Andreï Roublev / La Horde sauvage / La Sirène du Mississippi
*** : Il était une fois dans l'Ouest / Easy Rider
** : Guêpier pour trois abeilles / Macadam Cowboy / Model Shop
* : Le Grand Silence / Au service secret de Sa Majesté / Le Clan des Siciliens / Hibernatus

Nolan :
**** : Ma Nuit chez Maud / Il était une fois dans l'Ouest / La Party / La Horde sauvage / L'Armée des ombres
*** : Que la bête meure / Au service secret de Sa Majesté
** : Bullitt / La Piscine
* : Easy Rider / Yellow Submarine / Le Cerveau / Hibernatus

Antoine :
**** : Ma nuit chez Maud / La Horde sauvage / Satyricon
*** : La Party / Que la bête meure
** : L'Armée des ombres / Macadam Cowboy / Easy Rider / Yellow Submarine
* : Au service secret de Sa Majesté
° : Hibernatus

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Amour fou, Ma Nuit chez Maud, 3- Model Shop, La Party, 5- L'Enfance nue, Il était une fois dans l'Ouest, Théorème, 8- Eros plus Massacre, One + One, Que la bête meure
+ un inédit : Walden (Jonas Mekas)

Oriane :
**** : Silence et Cri / Adalen 31 / L'Armée des ombres
*** : Il était une fois dans l'Ouest / Andreï Roublev / La Horde Sauvage / Z / Goto Ile d'amour
** : La Party / Le Grand Amour / Macadam Cowboy / Ma Nuit chez Maud
* : Les Deux visages du Docteur Jekyll / Le Clan des Siciliens / Destination Zebra, station polaire
° : Le Cerveau

Mister Arkadin :
*** Ma nuit chez Maud (8)
** Le Démon des femmes (6) ; La Femme infidèle (6) ; Il était une fois dans l’Ouest (6) ; Andreï Roublev (6) ; Que la bête meurt ([8 + 4] : 2 = 6) ; Mon oncle Benjamin (6) ; Guêpier pour trois abeilles (5) ; La Horde sauvage (5) ; Easy Rider (5) ; Le Cerveau ([7 + 3] : 2 = 5)
* Duel dans le Pacifique (4) ; Macadam Cowboy (4) ; La Sirène du Mississippi (4) ; Le Diable par la queue (4) ; Au service de sa Majesté (4) ; Le Clan des Siciliens
o : Tintin et le temps du soleil (3) ; La Party (2) ; La Voie lactée (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : L’Enfance nue ; L’Armée des ombres ; Colorado ; Satyricon ; La Fiancée du pirate ; Une femme douce ; Le Grand silence ; Z ; La Piscine ; Les Géants de l’Ouest ; Les Bérets verts

Pierre :
1-Théorème, 2-Il était une fois dans l'ouest, 3-Easy rider, 4-Andreï Roublev, 5-La horde sauvage, 6-Culloden, 7-Le masque de la mort rouge, 8-Le grand silence, 9-Le grand amour, 10-La femme infidèle
Absents de la liste : L'heure des brasiers (Solanas)****, La pendaison (oshima)****, Signes de vie (herzog)****, Calcutta (Malle)***, Un été américain (Chapier)***, Le fils de l'aigle noir (Malatesta)**, Davey des grands chemins (Huston)**, Une fille nommée amour (Gobbi)**, Un coup fumant (Steno)**, La grosse pagaille (Steno)**, Poussez pas grand père dans les cactus (Dague)*, Slogan (Grimblat)*, La vie l'amour la mort (Lelouch)*
Inédits: 1-Va va vierge pour la seconde fois (Wakamatsu), 2-La bête aveugle (Masumura), 3-La saison de la terreur (Wakamatsu), 4-Lettre à la prison (Scialom), 5- Running in madness dying in love (Wakamatsu)
Courts métrages : 1-Les voyages de monsieur Guitton (Aubier), 2-The seasons (Norstein et Ivanov-Vano), 3-Invocation of my demon brother (Anger)

Un simple amateur :
1- Andreï Roublev (Tarkovski) 2- Ma nuit chez Maud (Rohmer) 3- Eros plus Massacre (Yoshida) 4- Il était une fois dans l'Ouest (Leone) 5- La party (Edwards) 6- L'enfance nue (Pialat) 7- Que la bête meure (Chabrol) 8- L'Armée des ombres (Melville) 9- L'amour fou (Rivette) 10-Silence et cri (Jancso)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Il était une fois dans l'Ouest, Sergio Leone, 14 862 831 entrées
2. Le Cerveau, Gérard Oury, 5 547 305 entrées
3. Le Clan des Siciliens, Henri Verneuil, 4 821 585 entrées
4. Z, Costa-Gavras, 3 952 913 entrées
5. Hibernatus, Edouard Molinaro, 3 366 973 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Choses de la vie (Claude Sautet), sortie prévue en 1970
- Prix Méliès : Ma nuit chez Maud (Eric Rohmer)
- Grand prix du cinéma français : Le Grand amour (Pierre Etaix)
- Oscar du meilleur film : Oliver ! (Carol Reed)
- Festival de Cannes, Palme d'or : If... (Lindsay Anderson)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Travaux précoces (Zelimir Zilnik), sortie prévue en 1973
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Charles mort ou vif (Alain Tanner, sortie prévue en 1970), Dis-moi bonjour (Sandor Simo), Trois tristes tigres (Raoul Ruiz) & Pas de gué dans le feu (Gleb Panfilov, sortie prévue en 1977)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Les Gens de la pluie (Francis Ford Coppola), sortie prévue en 1970

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1969 sur le site Encyclo-Ciné

10/04/2014

Sur vos écrans en 1965

EDITORIAL :

Par Luc-Jean Dardgo

Pierrot01.jpg

Pierrot02.jpg

Pierrot03.jpg

Pierrot04.jpg

Pierrot05.jpg

Pierrot05b.jpg

Pierrot05c.jpg

Pierrot06.jpg

Pierrot07.jpg

Pierrot08.jpg

Pierrot09.jpg

Pierrot10.jpg

Pierrot11.jpg

Pierrot12.jpg

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 117 longs métrages (sur les 435 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Pierrot le fou (Godard) **** * **** **** **** *** **** **** **** ****
La Trois Cent Dix-Septième Section (Schoendorffer) *** ***   ** ****   ****   **** ***
Police spéciale (Fuller) *** **** ***   ****   **     ****
Quand l'inspecteur s'emmêle (Edwards) *** * *** **** ****   **   *** ****
Shock Corridor (Fuller) *** *** ***   ****   ** ****    
Sandra (Visconti) *** *** ** *** *** *** ***   ****  
L'Evangile selon saint Matthieu (Pasolini) *** *** ** ***   **** ***     ***
Lilith (Rossen) ****   ***   ****   **      
Alphaville (Godard) *** *** **** *** **** * *** *** *  
La Solitude du coureur de fond (Richardson) ***   ** *** ****          
Le Chevalier des sables (Minnelli) *** **** **   *** **        
Pour l'exemple (Losey) ***     ** ***     *** ***  
Embrasse-moi idiot (Wilder) ** **** *** **   ** ***   *** **
Danse macabre (Margheriti)     **   ***       ****  
Yoyo (Etaix) ** ° *** ****   ** ***   ****  
La Colline des hommes perdus (Lumet) *** ****     ****   *      
L'Arme à gauche (Sautet) **     *** **   ***   ***  
Major Dundee (Peckinpah) **     ** ***   ** ** ****  
Les Trois Visages de la peur (Bava) **   ** ** **** * ***   ***  
L'Obsédé (Wyler) *** * *** *** *** * ** ***    
La Grande Nuit (Losey) *** *   **            
Le Bourreau (Berlanga) ***     ***            
Le Journal d'une femme en blanc (Autant-Lara) *** ***                
Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) *** **   ***            
Jerry chez les cinoques (Lewis) ****           **   ****  
L'As de pique (Forman) ***   ** ***            
Première Victoire (Preminger) ***             ** ***  
Les Tontons farceurs (Lewis) ***   ** **         ***  
Compartiment tueurs (Costa-Gavras) **     *** **   **   ***  
Paris vu par… (Pollet, Rouch, Douchet, Rohmer, Godard & Chabrol) ***   **     **   *** **  
Sa Majesté des mouches (Brook) **     *** *** * ** ***    
Les Grandes Gueules (Enrico) ** ***   ** *   ** *** ***  
Les Communiants (Bergman) **   *** **   ***     *  
Goldfinger (Hamilton) ** *   ** *** * *   ** ***
Au secours ! (Lester) **   *   ***       ***  
Chut, chut, chère Charlotte (Aldrich) **       **   **   ***  
Ipcress, danger immédiat (Furie)         ***   *   ***  
Point limite (Lumet) **       ***   **      
Lord Jim (Brooks) **     ** ** * **   ***  
Casanova soixante-dix (Monicelli)             **   ***  
La Dame de pique (Keigel)   **             ***  
Le Moment de la vérité (Rosi) **     ***            
Le Tueur de Boston (Topper)     **   ***          
Sécheresse (Pereira dos Santos) ***     **            
Juliette des esprits (Fellini) *** °       * ***   ***  
Marie-Chantal contre le docteur Kha (Chabrol) **   ** ** **       **  
Mary Poppins (Stevenson) **           * ** ***  
Une vierge sur canapé (Quine) ** *** **   *   **      
Le Corniaud (Oury) * *** * * ***   * ** ** **
Kwaidan (Kobayashi) * °     ****       ***  
La Chambre des tortures (Corman) **   **   **       **  
La Vieille Dame indigne (Allio) ***                  
Les Bons Vivants (Grangier & Lautner)                 ***  
Un jour un chat... (Jasny)         ***          
Une fille qui mène une vie de garçon (Comencini) ***                  
Comment tuer votre femme (Quine) ** *** *              
La Crypte du vampire (Mastrocinque)     **   **       **  
Opération Tonnerre (Young)         **   *   ***  
Les Tribulations d'un Chinois en Chine (De Broca) * * * ° ***   *   ** ***
Cat Ballou (Silverstein)         *       ***  
L'Amour en quatrième vitesse (Sidney)         **       **  
Le Jeune Cassidy (Cardiff & Ford) ** **                
Le Sillage de la violence (Mulligan)   *             ***  
Le Vampire de Düsseldorf (Hossein)         ***   *      
Les Deux Orphelines (Freda) **           **      
Les Quatre Fils de Katie Elder (Hathaway) **               **  
Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines (Annakin) *   **       *   ***  
Le Bonheur (Varda) ** ** ° ° ****          
Au revoir Charlie (Minnelli) ** *             **  
Les Copains (Robert)     **           ***  
Thomas l'imposteur (Franju) **         * **      
Le Knack et comment l'avoir (Lester) ** °   ***     *      
L'Amour à la chaîne (De Givray) **                  
L'Empreinte de Frankenstein (Francis)         **          
L'Enfer dans la peau (Bénazéraf)     **              
L'Enquête (Douglas)     **              
La Grosse Caisse (Joffé)                 **  
Les Joyeux Fantômes (Pietrangeli)                 **  
Les Pirates du diable (Sharp)                 **  
Maciste contre les hommes de pierre (Gentilomo)         **          
Passeport pour l'oubli (Guest)                 **  
Quand la terre s'entrouvrira (Marton)                 **  
Quand passent les faisans (Molinaro)     **              
La Déesse de feu (Day)         *       **  
Lady L (Ustinov)         *       **  
Maciste dans les mines du roi Salomon (Regnoli)         *   **      
Opération Crossbow (Anderson)         *       **  
La Métamorphose des cloportes (Granier-Deferre)         **   *   *  
La Vierge de Nuremberg (Margheriti)         **   *   *  
Les Fêtes galantes (Clair) *           *   **  
Une fille et des fusils (Lelouch) **           *   *  
Merveilleuse Angélique (Borderie) °       **   *   **  
Zorba le Grec (Cacoyannis) °       *   *   ***  
Viva Maria ! (Malle) *   ** * °   *   **  
Fantômas se déchaîne (Hunebelle)     * * °   *   ***  
La Plus Grande Histoire jamais contée (Stevens)         *   °   **  
Cinq Semaines en ballon (Allen)             *   *  
Furia à Bahia pour OSS 117 (Hunebelle)         *       *  
La Nef des fous (Kramer) *       *          
Hercule contre les tyrans de Babylone (Paolella)         *          
L'Express du colonel von Ryan (Robson)         *          
La Fabuleuse Aventure de Marco Polo (De La Patellière & Howard)         *          
La Rolls-Royce jaune (Asquith)         *          
Le Majordome (Delannoy)                 *  
Les Poupées (Risi, Comencini, Rossi & Bolognini)     *              
Les Prairies de l'honneur (McLaglen)                 *  
Sur la piste de la grande caravane (Sturges)                 *  
Train d'enfer (Grangier)         *          
Trois Chambres à Manhattan (Carné) *                  
Le Gendarme à New York (Girault) °   ° ° °   * ° ** **
Don Camillo en Russie (Comencini) *   °   *   * °    
Le Tigre se parfume à la dynamite (Chabrol) *   * ° °   °      
Ces dames s'en mêlent (André)         °          
Le Tonnerre de Dieu (De La Patellière)         °          
Le Trésor des montagnes bleues (Reinl)         °          
Mata-Hari, agent H 21 (Richard)         °          
Piège pour Cendrillon (Cayatte)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Vincent Timothée
Les Plaisirs de la chair (Oshima) ***   *** *** **** ** **      
Le Lâche (Ray) ***     ***            
Subarnarekha (Ghatak) ****                  
La Planète des vampires (Bava)       * ***       **  
Histoire écrite sur l'eau (Yoshida)     ***              
La Guerre des espions (Shinoda)       ***            
L'Etau (Naruse) ***                  
Sœurs de scène (Xie) *     **            

Nolan :
*** : Quand l'inspecteur s'emmêle / Goldfinger
** : Alphaville / Mary Poppins / Le Corniaud / Opération Tonnerre / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines / Fantômas se déchaîne / Le Gendarme à New York

Antoine :
**** : Pierrot le Fou
*** : La 317e section / Quand l'inspecteur s'emmêle / Alphaville
** : Embrasse-moi idiot / Goldfinger / Les Tribulations d'un Chinois en Chine
* : Opération Tonnerre / Fantômas se déchaîne
° : Les Copains / Don Camillo en Russie

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Pierrot le fou, 2- Paris vu par Rouch et Rohmer, 3- Lilith, 4- Shock Corridor, 5- L'Evangile selon Saint Matthieu, 6- Police spéciale, 7- Sandra, 8- Le Chevalier des sables, 9- Les Tontons farceurs, 10- Alphaville & Subarnarekha

Mister Arkadin :
**** : Pierrot le Fou (8)
*** : L’Arme à gauche (7) ;
** : Compartiment tueurs (6) ; Le Corniaud (6) ; Goldfinger (5) ; Les Quatre fils de Katie Elder (5) ; Zorba le Grec (5) ; Sandra (5)
* : Embrasse-moi idiot (4) ; L’As de pique (4) ; Viva Maria ! (4) ; Les Bons vivants (4) ; Alphaville (3)
° : Les Tribulations d’un chinois en Chine (2)

Oriane :
**** : Pierrot le Fou / Yoyo
*** : Les Grandes Gueules
** : Pour l'exemple / Goldfinger / Juliette des esprits / Kwaidan
* : Le Corniaud

Un-simple-amateur :
1- Barberousse (Kurosawa) 2- Pierrot le fou (Godard) 3- L'Evangile selon Saint Matthieu (Pasolini) 4- Les communiants (Bergman) 5- Sandra (Visconti) 6- Lilith (Rossen) 7- Shock Corridor (Fuller) 8- Le Chevalier des sables (Minnelli) 9- Cyclone à la Jamaïque (Mackendrick) 10- Police spéciale (Fuller)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Corniaud, Gérard Oury, 11 740 438 entrées
2. Goldfinger, Guy Hamilton, 6 675 000 entrées
3. Opération Tonnerre, Terence Young, 5 735 000 entrées
4. Le Gendarme à New York, Jean Girault, 5 495 045 entrées
5. Mary Poppins, Robert Stevenson, 4 309 000 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : La Vie de château (Jean-Paul Rappeneau), sortie prévue en 1966
- Prix Méliès : La Vieille Dame indigne (René Allio)
- Grand prix du cinéma français : Viva Maria ! (Louis Malle)
- Oscar du meilleur film : My Fair Lady (George Cukor)
- Festival de Venise, Lion d'or : Sandra (Luchino Visconti)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Knack et comment l'avoir (Richard Lester)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Alphaville (Jean-Luc Godard)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Quatre heures du matin (Anthony Simmons), sortie prévue en 1966
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Mirage (Edward Dmytryk) & Zlata reneta (Otakar Vavra)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1965 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Pierrot Le Fou (Jean-Luc Godard), 2. Sandra (Luchino Visconti), 3. Les Communiants (Ingmar Bergman), 4. Paris vu par..., 5. Alphaville (Jean-Luc Godard), 6. Lilith (Robert Rossen), 7. Shock Corridor (Sam Fuller), 8. Les Tontons farceurs (Jerry Lewis), 9. L'Evangile selon Saint Matthieu (Pier Paolo Pasolini), 10. Le Bonheur (Agnès Varda)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1965 sur le site Encyclo-Ciné)

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)