Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2013

Sur vos écrans en 1959

EDITORIAL :

Par Christophe

contes00.jpg1959 marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Tandis qu'émergent diverses "nouvelles vagues", le cinéma classique finissant donne quelques uns de ses plus beaux fruits. En France, sortent : Le Tombeau hindou, Rio Bravo, Comme un torrent, Les Nus et les morts, Le Temps d'aimer et le temps de mourir, Autopsie d'un meurtre ou encore Les Contes de la lune vague après la pluie. Exposé à une telle avalanche de joyaux incandescents, le terrain est propice à l'embrasement ; il trouve son allumette en la personne de Michel Mourlet. Fréquentant assidûment le cinéma Mac-Mahon près de la place de l'Etoile, Mourlet appartient à la bande des mac-mahoniens, chapelle cinéphile comme il en pullule en cette fin des années 50. C'est Eric Rohmer, alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui accorde au jeune théoricien l'opportunité de publier son manifeste dans la déjà célèbre revue jaune aux conditions expresses de l'imprimer en italique et de le faire précéder d'un avertissement comme quoi il n'engage pas la rédaction. Précautions uniques dans l'histoire du journal.

Aussi radicales puissent-elles paraître, les quinze pages de Sur un art ignoré sont d'abord l'aboutissement du travail théorique entamé à la Libération afin de débarrasser la critique cinématographique de la nostalgie du muet qui souvent parasitait ses jugements dans les années 30 (cf par exemple l'Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach). André Bazin avait ainsi montré que lorsque William Wyler découpait l'adaptation d'une pièce de théâtre, il faisait autant oeuvre de cinéaste qu'un Eisenstein. Ce faisant, il défendait la continuité et le réalisme en partant du postulat que le cinéma se distingue des autres arts en ceci qu'il enregistre la réalité et n'a donc pas besoin de recourir à des conventions pour représenter le monde. Dans cette optique, la possibilité d'enregistrer le son constitue évidemment un progrès.

Mourlet va jusqu'au bout de la logique bazinienne et, contrairement au père fondateur des Cahiers qui encensait des cinéastes aussi truqueurs que Welles ou de Sica, affiche avec éclat la conformité entre ses principes et ses goûts. Il a certes eu des précurseurs. Outre Jacques Rivette et Eric Rohmer, il faut se rappeler Philippe Demonsablon qui écrivit au cours des années 50 de belles critiques sur les films de Dwan, Walsh, Mizoguchi. Le titre de son article consacré aux Amants crucifiés, "Splendeur du vrai" peut d'ailleurs être considéré comme un parfait résumé du mac-mahonisme. Affirmant la prééminence du découpage sur le montage, l'inanité des surimpressions et autres artifices visibles, Michel Mourlet montre avec force arguments que le cinéma est essentiellement l'art de la mise en scène. Un cinéaste doit tout à la fois respecter les données de la réalité et les organiser de façon à plonger le spectateur dans un état de fascination.

"Le point d’accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d’entre les grands : Losey, Lang, Preminger et Cottafavi, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d’hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d’inflexions vocales, au sein d'un univers d’objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l’on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé."

De là découlent les caractéristiques ordinairement attachées aux Mac-Mahoniens : l'importance capitale du corps des acteurs, l'érotomanie affichée, un certain goût de la violence, la quête de l'instant sublime, Lang préféré à Hitchcock* et la virulence des anathèmes et dithyrambes qui parfois peuvent amuser le cinéphile de 2013.
"Nous reprochons à nos pères d'avoir placé Meissonnier avant Cézanne, mais ne voyons-nous pas - dans notre siècle de lumières - Les Nuits Blanches de Visconti préférées aux Aventures de Hadji de Don Weis ?"
Rarement phrase aura fait réaliser combien est ténue la frontière entre le sublime et le ridicule. Il y a en effet bien du panache à aller aussi délibérément à contre-courant de l'opinion dominante pour parier aussi franchement sur la postérité. S'il est aujourd'hui facile de ricaner, n'oublions pas que des cinéastes aussi divers que Raoul Walsh, Ida Lupino, Jacques Tourneur, Joseph Losey ou Vittorio Cottafavi doivent aux mac-mahoniens l'essentiel de leur fortune critique.

Si l'éclat de Sur un art ignoré reste vif aujourd'hui, il le doit également à la qualité de la prose de son auteur, une prose où le lyrisme superbe des formules ne le cède jamais à la rigueur de l'expression. Esprit touche-à-tout, Michel Mourlet est d'abord un grand écrivain français et sa langue est celle de la clarté et de la précision**. On ne saurait certes en dire autant de tous ses émules (Jean-Claude Biette en premier lieu). Brillant polémiste, il manie aussi la dérision avec une joie dionysiaque. Un tel style était le vecteur parfait de ce qui demeure, au fond, une apologie du classicisme traduisant une conception aristotélicienne du monde. Cette conception du monde allait bien sûr être sérieusement remise en question au début des années 60.

Face à Godard (qui cita fallacieusement Sur un art ignoré en exergue du Mépris), face à Resnais, face à Antonioni, quelle position adopter ? Cultiver un idéal esthétique ou vivre avec son temps ? Pendant quelques années, les deux tendances allaient cohabiter aux Cahiers du cinéma. En 1963, Rivette trancha et évinça brutalement Rohmer le classique. Désormais, les Cahiers épouseraient - avec une ardeur qui leur fait honneur - chaque chimère de l'époque : structuralisme, gauchisme, maoïsme, feuilletons américains...

Dans les années 60, les Mac-Mahoniens se retrouvaient donc dans la position des vieux critiques par eux moqués pour leur nostalgie du muet. Le malheur est que personne n'ait jamais défendu la "modernité" cinématographique d'une façon aussi brillante que Michel Mourlet pour leur donner tort, l'ère de l'entre-soi et du consensus mou ayant succédé aux stimulantes querelles de chapelle des années 50***. Chassés de la revue jaune, ils étaient accueillis par Jean Curtelin qui leur ouvrait en grand les colonnes de Présence du cinéma. Ils y prêcheraient la bonne parole jusqu'en 1967, date d'un superbe et définitif "adieu au mac-mahonisme" signé Jacques Lourcelles, camarade de Mourlet devenu pour ainsi dire seul auteur de la revue. La minorité cinéphile restée convaincue des vérités révélées dans Sur un art ignoré n'avait plus qu'à entretenir sa mélancolie face à un monde qui ne s'accordait plus à ses désirs.


* "Le maelstrom de la caméra autour du visage d’Henry Fonda pour exprimer son angoisse, ou les colorations successives de James Stewart en proie au cauchemar du vertige, procèdent de la même impuissance devant l'acteur, en suppléant une incapacité à révéler ses virtualités passionnelles — du dedans — par une crispation de tout ce qui n'est pas l’acteur, de tout ce qui est en dehors, de même que les écrivains médiocres forcent le style et brutalisent les mots pour tenter de donner à sentir ce qu'ils ne sentent pas.

** Mourlet, revenu de la cinéphilie depuis belle lurette, consacre aujourd'hui une part importante de son temps à la défense de la langue française

*** voir l'ostracisme pur et simple dont fut victime au cours des années 70 feu Jean-François Tarnowski pour avoir fustigé les théories de Christian Metz dans les colonnes de Positif. On était loin de l'esprit de la polémique "courtoise mais inébranlable" entre Michel Mourlet et Alain Robbe-Grillet quinze ans plus tôt. Entre-temps, le cinéma avait pénétré l'université..

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 130 longs métrages (sur les 426 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) **** **** **** **** **** **** **** **** *** ****
Sueurs froides (Hitchcock) **** * **** **** **** **** **** **** **** ****
La Mort aux trousses (Hitchcock) **** ** **** **** **** *** **** **** *** ****
Rio Bravo (Hawks) **** *** **** **** **** *** **** **** **** ****
Le Tigre du Bengale (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Le Tombeau hindou (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Les Quatre Cents Coups (Truffaut) *** *** **** **** **** **** *** **** **** ****
Mirage de la vie (Sirk) **** **** **** *** **** **** * **** ****  
Certains l'aiment chaud (Wilder) ** * *** **** **** *** *** **** *** ****
Les Fraises sauvages (Bergman) *** ** **** *** **** ** ****   *** ****
Le Temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) **** **** **** ***   *** ** **** *** ***
Ivan le Terrible, 2e partie (Eisenstein) **** * *** **** **** *** ****     ***
Comme un torrent (Minnelli) *** ****   *** **** **** **   **** ***
L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   ****   **
La Chevauchée des bannis (DeToth) *** ****   *** **** ***   ****   ***
Les Nus et les morts (Walsh) *** ****   *** **** ***     *** ***
Pickpocket (Bresson) **** ** *** *** **** ** **** **** ***  
La Forêt interdite (Ray) **** ***     ***     ****    
Autopsie d'un meurtre (Preminger) *** *** *** *** ***   ***   *** ***
Hiroshima mon amour (Resnais) *** ** **** **** *** *** ** ****   ***
Le Pigeon (Monicelli) *** **   *** *** ** ***     ****
Le Déjeuner sur l'herbe (Renoir) *** *** **   ***   ** ****   ***
La Tête contre les murs (Franju) *** *** ** *** ***   ***      
Les Cavaliers (Ford) *** ***   ** ***     ***   ***
Au seuil de la vie (Bergman) ***         ** ***     ****
Le Jugement des flèches (Fuller) *** *** ***   **         ***
Les Amants diaboliques (Visconti) ** *** ** *** **** *** ** ** ** **
Le Trésor du pendu (Sturges) *** ***     **         ***
Adorable Voisine (Quine) *** **     ***   **     ***
Le Cauchemar de Dracula (Fisher)     **   ***   **     ***
Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Minnelli) **** *** **   **       **  
Cendres et diamant (Wajda) ** ** ** *** **** **        
Gigi (Minnelli) *** ° *** ***   ** ***   ** ***
Le Général Della Rovere (Rossellini) **     ** **     ***   ***
L'Homme aux colts d'or (Dmytryk) ** ***     **         ***
La Brune brûlante (McCarey) *** ***         **      
Les SS frappent la nuit (Siodmak) **     ***     ***      
Un trou dans la tête (Capra) ** ***             ***  
La Fille de la rizière (Matarazzo) *** ***                
La Révolte des gladiateurs (Cottafavi)         ***         ***
Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps (Debord, cm)     ****              
Le Chien des Baskerville (Fisher) ** ** **   **   **     **
La Belle au bois dormant (Disney) *       *   *   *** ****
La Prison (Bergman) **   ** ***   * ***     **
L'Aventurier du Texas (Boetticher) *** **     ***          
La Malédiction des pharaons (Fisher)         ***   *     ***
La Mouche noire (Neumann) ***   **   **         **
Le Monde, la chair et le diable (MacDougall) ** °     ****          
Deux Hommes dans Manhattan (Melville) *** * ** ** ***   *      
La Colline des potences (Daves) *** **               **
Le Dernier Train de Gun Hill (Sturges) ** **     **   **     **
Fort Massacre (Newman)   ***               **
Le Kid en kimono (Tashlin) ***   **              
Les Chemins de la haute ville (Clayton) **       ***          
Tombouctou (Tourneur)   ***               **
Les Cousins (Chabrol) **   *** * *** * *      
Crimes au musée des horreurs (Crabtree)         ***   *      
Hercule et la reine de Lydie (Francisci)         **   *     ***
Le Visage (Bergman) *   ***       **      
Les Dragueurs (Mocky) ** **         **      
Trahison à Athènes (Aldrich) **       **   **      
Aventures fantastiques (Zeman) ***                  
Des femmes disparaissent (Molinaro)                    
La Chaîne (Kramer)         ***          
Le Procès de Nuremberg (Podmanitsky)               ***    
Rue des Prairies (De La Patellière)             ***      
Vacances à Paris (Edwards)   ***                
A double tour (Chabrol) **   ** * **          
Le Destin d'un homme (Bondartchouk) **     **            
Les Boucaniers (Quinn)         **   **      
Moi un Noir (Rouch) **         **        
Passez muscade (Cline) **   **              
Un témoin dans la ville (Molinaro)       ** **          
Une balle signée X (Arnold) ** **                
Une leçon d'amour (Bergman) **         **        
La Blonde et le shérif (Walsh) **           *      
Marie-Octobre (Duvivier) * **   * *   **      
La Vache et le prisonnier (Verneuil) * * *   *   * * ** **
Les Grands Espaces (Wyler) **       *         *
L'Or du Hollandais (Daves)   *               **
Le Fauve est lâché (Labro) **       *          
Les Travaux d'Hercule (Francisci)             *     **
Signé Arsène Lupin (Robert) *                  
Caravane vers le soleil (Rouse)         **          
Cette terre qui est mienne (King)   **                
Duel dans la boue (Fleischer)   **                
L'Orchidée noire (Ritt)             **      
La Dernière Torpille (Pevney)                   **
La Terreur des barbares (Campogalliani)                   **
Le Dernier Rivage (Kramer) **                  
Trois Bébés sur les bras (Tashlin)     **              
Vieilles Légendes tchèques (Trnka) **                  
Le Bossu (Hunebelle) *   * ° **   * °   **
Orfeu negro (Camus) * °     **   °     *
Babette s'en va-t-en guerre (Christian-Jaque) °       °   **     **
Salomon et la reine de Saba (Vidor) *       *   *      
Toi le venin (Hossein) °       **   *      
Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Delannoy) * °     ° * **      
L'Idole vivante (Lewin)     * *            
Rodan (Honda)     °             **
Archimède le clochard (Grangier) °       °   *     **
J'irai cracher sur vos tombes (Gast) °       *   *      
Cent vingt-cinq rue Montmartre (Grangier) *                  
Ceux de Cordura (Rossen)                   *
Du rififi chez les femmes (Joffé)             *      
Fort Yuma (Selander) *                  
Goha (Baratier)     *              
L'Ile du bout du monde (Gréville)             *      
La Bête à l'affût (Chenal)   *                
Le Courrier de l'or (Boetticher)   *                
Le Génie du mal (Fleischer) *                  
Le Retour de la mouche (Bernds)     *              
Le Roi dinosaure (Gordon)     *              
Le Voyage (Litvak)         *          
Les Rendez-Vous du diable (Tazieff) *                  
Prisonnières des martiens (Honda)     *              
Signé Zorro (Foster)             *      
Tout près de Satan (Aldrich) *                  
La Femme et le pantin (Duvivier) ° ° °       **      
Les Liaisons dangereuses 1960 (Vadim) °   * ° *   °      
La Loi (Dassin) °       *          
La Nuit des espions (Hossein) °           *      
Le Chemin des écoliers (Boisrond) *       °          
Le Grand Chef (Verneuil) °                 *
Messieurs les ronds-de-cuir (Diamant-Berger)         °   *      
La Jument verte (Autant-Lara) °   ° ° °         **
Le Confident de ces dames (Boyer) °       °   °      
Vous n'avez rien à déclarer ? (Duhour) °       °          
La Valse du Gorille (Borderie)         °          
Le Combat mortel de Tarzan (Humberstone)                   °
Le Petit Prof (Rim) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Bonjour (Ozu) ****   ** ***   *** *** ****    
Herbes flottantes (Ozu) ***     ***   **       ***
Profession : Magliari (Rosi) **   ** ***            
Fleurs de papier (Dutt) **       **** **        
Le Veuf (Risi)       **            

Jocelyn :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Les Quatre Cents Coups / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon / Le Cauchemar de Dracula / Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant / Le Monde, la chair et le diable / Des femmes disparaissent
** : Pickpocket / La Malédiction des pharaons / Les Cousins / Crime au musée des horreurs / La Blonde et le shérif / Orfeu negro
* : Le Bossu
° : La Jument verte

Antoine :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou / Les Fraises sauvages / Ivan le Terrible / L'Impératrice Yang Kwei Fei / Pickpocket
*** : Rio Bravo / Certains l'aiment chaud / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon
** : Le Chien des Baskerville / Deux hommes dans Manhattan / Signé Arsène Lupin
* : Les Quatre Cents Coups / Hiroshima mon amour / L'Aventurier du Texas

Nolan :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Les Quatre Cents Coups / L'Impératrice Yang Kwei Fei
** : Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant
* : Le Bossu
° : La Vache et le prisonnier

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Mirage de la vie / La Mort aux trousses / Rio Bravo / Hiroshima mon amour / Vertigo / Certains l'aiment chaud / Les Fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant / Moi un noir / Les Contes de la lune vague après la pluie / Les 400 coups
** : Gigi / Pickpocket / A double tour

Mister Arkadin :
**** : Sueurs froides (10) ; La Mort aux trousses (10) ; Pickpocket (9) ; Rio Bravo (9) ; Le Pigeon (9)
*** : Certains l’aiment chaud (8) ; Autopsie d’un meurtre (8) ; Cendres et diamant (7) ; Les Quatre Cents Coups (7)
** : Le Trésor du pendu (6) ; Maigret et l’affaire Saint-Fiacre ; Adorable voisine (6) ; Le Déjeuner sur l’herbe (6) ; Comme un torrent (6) ; Les Nus et les morts (6) ; Marie-Octobre (6) ; 125 rue Montmartre (6) ; Le Général Della Rovere (6) ; L’Homme aux colts d’or (6) ; La Colline des potences (6) ; Hiroshima (5) ; Les Cousins (5) ; Gigi (5)
* : La Jument verte (4) ; Archimède le clochard (4)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Mirage de la vie ; Les Cavaliers ; La Belle au bois dormant ; Le Bossu ; La Femme et le pantin

Frédéric :
1- Sueurs froides, 2- Rio Bravo, 3- La Mort aux trousses, 4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou, 5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei, 6- Pickpocket, 7- Hiroshima mon amour, 8- Le Jugement des flèches, 9- Les 400 coups, 10- Les Contes de la lune vague après la pluie

Oriane :
**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Un simple amateur :
1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) 2- Rio Bravo (Hawks) 3- Mirage de la vie (Sirk) 4- Pickpocket (Bresson ) 5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) 6- La Chevauchée des bannis (DeToth) 7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut) 8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) 9- Vertigo (Hitchcock) 10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Vache et le Prisonnier, Henri Verneuil, 8 844 199 entrées
2. La Belle au bois dormant, Clyde Geronimi, 6 585 083 entrées
3. La Jument Verte, Claude Autant-Lara, 5 272 066 entrées
4. Babette s'en va-t-en guerre, Christian Jaque, 4 657 610 entrées
5. Les Liaisons Dangereuses 1960, Roger Vadim, 4 322 955 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : On n'enterre pas le dimanche (Michel Drach)
- Prix Méliès : Hiroshima mon amour (Alain Resnais) & Les Quatre Cents Coups (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Les Étoiles de midi (Marcel Ichac)
- Oscar du meilleur film : Gigi (Vincente Minnelli)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini) & La Grande Guerre (Mario Monicelli)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Orfeu Negro (Marcel Camus)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Cousins (Claude Chabrol)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Au risque de se perdre (Fred Zinnemann)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1959 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Les Contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi), 2. Hiroshima mon amour (Alain Resnais), 3. Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein), 4. Pickpocket (Robert Bresson), 5. Les Quatre Cents Coups (Francois Truffaut), 6. Rio Bravo (Howard Hawks), 7. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), 8. Sueurs froides (Alfred Hitchcock), 9. L'Impératrice Yang Kwei Fei (Kenji Mizoguchi), 10. Le Tigre du Bengale (Fritz Lang)


2) L'année 59 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année d'Alain Resnais : Hiroshima mon amour
- Se distinguent particulièrement :
Serguei Bondartchouk, Le Destin d'un homme / Jack Clayton, Les Chemins de la haute ville / Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula / Georges Franju, La Tête contre les murs / Howard Hawks, Rio Bravo / Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses / Vincente Minnelli, Comme un torrent / Kenji Mizoguchi, Les Contes de la lune vague après la pluie & L'Impératrice Yang Kwei Fei / Andrzej Wajda, Cendres et diamant / Raoul Walsh, Les Nus et les morts / Billy Wilder, Certains l'aiment chaud / Robert Wise, Je veux vivre / Karel Zeman, Aventures fantastiques"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1959 sur le site Encyclo-Ciné)

11/06/2013

Sur vos écrans en 1955

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1955,hitchcock,aldrich,kurosawa,ray,ophuls,mann,mankiewicz,renoir,fellini,sirkQuelle année, mes amis ! Une grosse vingtaine de films de la plus haute tenue nous aura donc été proposée en France en 1955. Et encore, derrière ce groupe dense, chacun aura trouvé le moyen d'en retenir plusieurs autres de valeur. Difficile, dès lors, de désigner "l'homme de l'année". Essayons tout de même.
Alfred Hitchcock ? Fenêtre sur cour arrive en effet en tête pour notre équipe. Ce thriller à la fois angoissant, onirique et comique peut être vu comme le sommet (provisoire ?) de l'œuvre du "maître du suspense". Surtout, il se prête à merveille, par l'ingéniosité d'un dispositif renvoyant chaque spectateur à son voyeurisme "naturel", à de multiples analyses tout en se présentant comme un grand film populaire. De plus, nous avons également pu voir (généralement "à plat", alors qu'il fut tourné en relief) Le Crime était presque parfait, œuvre précédente d'Hitchcock, moins riche de prolongements mais tout à fait remarquable.
Anthony Mann ? Je suis un aventurier et L'Homme de la plaine sont les deux derniers volets d'un impressionnant cycle de cinq westerns mettant en vedette (comme Fenêtre sur cour) James Stewart. A noter que le duo produisit également un film de propagande militaire, Strategic Air Command, que l'un d'entre nous recommande tout de même ci-dessous.
Federico Fellini ? La Strada, où l'on admire la brute Anthony Quinn et la chaplinienne Giulietta Massina, a fait l'événement, un an après la découverte des attachants Vitelloni. Courrier du cœur (ou Le Sheik blanc), premier effort de réalisation en solitaire de l'ex-scénariste de Rossellini, est aussi apparu sur nos écrans. Aucun doute, il faudra dorénavant compter avec cet Italien-là (un de plus).
Akira Kurosawa ? En 1952, Rashomon avait surpris son monde et ouvert la brèche dans laquelle le cinéma japonais put enfin s'infiltrer pour atteindre nos écrans. Cette année, vinrent à nous ces Sept samouraïs, époustouflant western d'extrême-orient (les débats sur le rapport de Kurosawa à l'occident ne font apparemment que commencer).
Max Ophuls ? Il a arraché Martine Carol à la routine des Caroline Chérie pour Lola Montès, film monstrueux, déroutant, flamboyant et boudé par un public qui lui a préféré les formules usées de Fernandel, de Sacha Guitry ou de René Clair (Les Grandes Manœuvres comptent cependant un défenseur parmi nous).
Henri-Georges Clouzot ? Les Diaboliques, le film-dont-il-ne-faut-surtout-pas-dévoiler-la-fin, n'a pas fait l'unanimité chez nous (admirable mécanique ou piège à spectateurs ?), même si une majorité le soutient avec enthousiasme.
D'autres encore pourraient-être choisis : Nicholas Ray a poursuivi son œuvre singulière avec un Johnny Guitare baroque, Jean Renoir, avec French Cancan (et Gabin), a réussi son retour en France alors que cela n'était pas forcément gagné, Joseph Mankiewicz a de nouveau tutoyé des hauteurs, cette fois celles du mythe Ava Gardner, avec La Comtesse aux pieds nus... Certains de mes camarades ajouteraient sans doute le nom d'Alan Dwan, pour les trois films qui furent distribués cette année.
Et si nous distinguions un critique ? François Truffaut, dans les Cahiers du Cinéma, quelques mois après avoir mis le bazar dans le milieu du cinéma français de la "qualité" (lire notre éditorial de l'année 1954), a inventé un concept certainement promis à une belle postérité. Le voici baptisé dans les dernières lignes de sa critique d'Ali Baba de Jacques Becker (que nous ne vous recommandions pas l'année dernière) : "En dépit de son scénario trituré par dix ou douze personnes, dix ou douze personnes de trop excepté Becker, Ali Baba est le film d'un auteur, un auteur parvenu à une maîtrise exceptionnelle, un auteur de films. Ainsi la réussite technique d'Ali Baba confirme le bien-fondé de notre politique, la Politique des Auteurs."
Mais non. L'année 1955, ce fut l'année Robert Aldrich ! L'homme, encore trentenaire, a déboulé sur nos écrans sans que personne ne l'ait vu venir. En moins de douze mois, furent présentées cinq de ses six réalisations : Alerte à Singapour, à ce que l'on en dit, un film d'aventures exotiques déjà original ; Bronco Apache, un solide western pro-indien ; Vera Cruz, une odyssée mexicaine grincante et stimulante ; Le Grand Couteau, un tableau acide des mœurs hollywoodiennes ; En quatrième vitesse, un hallucinant joyau du film noir. Voulez-vous une preuve de l'importance de cette découverte ? Autour d'Aldrich, même les Cahiers du Cinéma et Positif se retrouvent ! (François Truffaut dans les Cahiers : "Robert Aldrich, qui cumule quelques-unes des qualités de Renoir, d'Hitchcock et d'Orson Welles et toutes celles de... Robert Aldrich, est un "metteur en scène Cahiers du Cinéma". Cela signifie qu'il sera loué le plus souvent possible, défendu chaque fois qu'il sera nécessaire et entretenu à la première occasion." Roger Tailleur dans Positif : "En six mois à Paris, avec quatre films, un metteur en scène surgit du néant. Totalement inconnu au début de l'année encore, il s'inscrit aujourd'hui parmi les meilleurs, ceux dont on peut tout espérer. Dès avant l'automne 1955, son plus récent film subit les honneurs d'un Festival, où il fut primé. Une telle naissance-ascension-consécration appelle très fort le qualificatif d'unique, surtout, comme c'est le cas, quand sa parfaite légitimité en est garantie par des qualités indiscutables et peu communes.")

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 466 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Fenêtre sur cour (Hitchcock) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
En quatrième vitesse (Aldrich) **** *** **** **** **** ** **** **** **** ****
Les Sept Samouraïs (Kurosawa) **** **** *** **** **** ***   **** **** ****
Johnny Guitare (Ray) **** **** **** **** **** *** **** *** *** ****
Lola Montès (Ophuls) *** *** *** **** **** ***   **** **** ****
L'Homme de la plaine (A. Mann) **** **** *** *** **** ***   ** **** ****
La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) *** *** *** *** **** *** *** *** **** ****
French Cancan (Renoir) *** **** *** **** **** ***   ** **** ****
Je suis un aventurier (A. Mann) **** **** *** ***   ****   *** *** ***
La Strada (Fellini) *** **** ** **** **** ** ** ****   ***
Le Secret magnifique (Sirk) **** *** ****   **** ***   * ***  
Quatre Etranges Cavaliers (Dwan) **** **** ***   *** ***     ** ****
Une étoile est née (Cukor) *** ** *** **** *** ***   ** *** ****
L'Homme qui n'a pas d'étoile (Vidor) *** ****   ** *** **       ****
Sabrina (Wilder) ** **** * *** *** **   *** **** ***
Ordet (Dreyer) **** ** ** ** **** ***   ***    
Vera Cruz (Aldrich) *** ** ** *** *** ** *** *** **** ***
Les Diaboliques (Clouzot) * ** ** **** **** ** **** *** *** ***
Le Crime était presque parfait (Hitchcock) ** * *** *** *** *** *** *** *** ***
Le Grand Couteau (Aldrich) ** **   *** **** **   ****    
Tornade (Dwan) *** **** **             ***
Bronco Apache (Aldrich) *** ** *** *** *** **   ** *** **
Du plomb pour l'inspecteur (Quine) *** ***   *** *** **   **    
Les Rubis du prince birman (Dwan) *** ***               ***
Désirs humains (F. Lang) *** ***   ** **** *   *** ** **
Le Rendez-Vous des quais (Carpita) ***     ***   **   **   ***
Les Maîtres Fous (Rouch, cm) ****     ** *** **       **
Vingt Mille Lieues sous les mers (Fleischer) *** **     ***   *** **   ***
Graine de violence (Brooks) ** * ** *** *** * ***     ***
A l'est d'Eden (Kazan) ** ***     *** **   *    
La Bête s'éveille (Losey) *** *** ** ** **         **
Ce n'est qu'un au revoir (Ford) *** ***               **
Fort Bravo (Sturges)   **     ***         ***
Le Cri de la victoire (Walsh) *** ***       **        
Le Sabotier du Val de Loire (Demy, cm) ***   ***              
La Belle et le clochard (Disney) *       ***   *** * ** ***
La Terre des pharaons (Hawks) *** * **   *** *   **   ***
Sur les quais (Kazan) ** °     **** **   **   ***
Pain, amour et jalousie (Comencini) ** ***     **     **   **
A l'ombre des potences (Ray) ***   **   **         **
Razzia sur la chnouf (Decoin) **       ***   *** *    
Du rififi chez les hommes (Dassin) ** **   ** ***     *   **
Courrier du cœur (Fellini) **   **   *** *   **   **
Des monstres attaquent la ville (Douglas) ** * ** * ** * ***     ***
Le Souffle de la violence (Maté)         **         ***
Mort d'un cycliste (Bardem) **       ***          
Capitaine Mystère (Sirk) *** * **     **        
Les Sept Femmes de Barberousse (Donen) **   **   **     **    
L'Etrange Créature du lac noir (Arnold) **     ° **   *** °   ***
Un homme est passé (Sturges) ** *   ** ** **   *   **
L'Aigle solitaire (Daves) *** **               *
La Lance brisée (Dmytryk) **       **   **      
La Peur (Rossellini) ***                  
Le Sel de la terre (Biberman) ***                  
Les Ponts de Toko-Ri (Robson)                 ***  
Les Révoltés de la Claire-Louise (Tourneur) ***                  
Un amour pas comme les autres (Douglas)   ****                
L'Or de Naples (De Sica) *     *       **   ***
Ça va barder (Berry) **       **          
Je suis un sentimental (Berry) **       **          
Titanic (Negulesco)     **       **      
Vacances à Venise (Lean)   ***     *          
Les Grandes Manœuvres (Clair) * *   * *     *   ****
Le Comte de Monte-Cristo (Vernay) * **     ** *        
Taza, fils de Cochise (Sirk)   *     ** *     **  
Gas-Oil (Grangier) °       **   **      
La Tour de Nesle (Gance) ** *           *    
Le Port du désir (Gréville)     *         *   **
L'Amant de lady Chatterley (Allégret)           **     *  
La Joyeuse Parade (W. Lang)               *   **
La Vallée des rois (Pirosh) *                 **
Le Serment du chevalier noir (Garnett)         **     *    
Les Hussards (Joffé)         °         ***
Les Mauvaises Rencontres (Astruc) ** *                
Deux Nuits avec Cléopâtre (Mattoli)                   **
Dommage que tu sois une canaille (Blasetti)         **          
J'avais sept filles (Boyer)     **              
L'Homme du Kentucky (Lancaster)                   **
La Flamme pourpre (Parrish)   **                
Le Passage de Santa Fe (Witney)                   **
Le Triomphe de Buffalo Bill (Hopper)                   **
Phffft ! (Robson) **                  
Racines (Alazraki) **                  
Strategic Air Command (A. Mann)   **                
Trois Heures pour tuer (Werker)   **                
Nana (Christian-Jaque) *       *     *    
Papa longues jambes (Negulesco) * °               **
Permission jusqu'à l'aube (Ford & Le Roy) ** °       *        
L'Affaire des poisons (Decoin)   *     *          
La Vénus des mers chaudes (Sturges)               *   *
Le Dossier noir (Cayatte) *       *          
Marty (D. Mann) *       *          
La Grande Bagarre de Don Camillo (Gallone)     *   *     *   *
Attila fléau de Dieu (Francisci)               *    
Destination Gobi (Wise)                   *
Embrasse-moi chérie (Sidney)               *    
Femmes hors la loi (Newfield & Ormond)     *              
Frou-Frou (Genina)         *          
L'Egyptien (Curtiz)         *          
La Conquête de l'espace (Haskin)     *              
La Cuisine des anges (Curtiz)         *          
La Pantoufle de verre (Walters)         *          
Le Beau Brummel (Bernhardt)           *        
Le Calice d'argent (Saville)         *          
Le Seigneur de l'aventure (Koster)         *          
Les Pépées font la loi (André)         *          
Les Salauds vont en enfer (Hossein)         *          
Terreur à l'ouest (De Toth)   *                
Une fille de la province (Seaton) *                  
Marianne de ma jeunesse (Duvivier) ° *   °   *        
Chiens perdus sans collier (Delannoy) ° °     °     *   *
La Madone des sleepings (Diamant-Berger) °             *    
Le Fils de Caroline chérie (Devaivre)         °         *
Les Héros sont fatigués (Ciampi) °       *          
Saadia (Lewin)     * °            
Napoléon (Guitry) *     ° °          
Les Premiers Outrages (Gourguet)   ° °              
La Cage aux souris (Gourguet)     °              
Le Signe du païen (Sirk)           °        
Les Hommes en blanc (Habib)         °          
Prison sans chaîne (Bartlett)             °      
Sitting Bull (Salkow)   °                
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Nuages flottants (Naruse) **** ** **** *** *** ***       ****
Carmen Jones (Preminger) ** **     ***          
Vie ou mort (Al Cheikh)         ***          

Antoine :
**** : Fenêtre sur cour / En quatrième vitesse / L'Homme de la plaine
*** : Les Sept samouraïs / Johnny Guitare / Je suis un aventurier / L'Homme qui n'a pas d'étoile / Sabrina / Ordet
** : French Cancan / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / Désirs humains / Du rififi chez les hommes
* : La Belle et le clochard
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

Timothée :
**** : Fenêtre sur cour / La Strada / Le Secret magnifique / Une Etoile est née
*** : Johnny Guitare / L'Homme de la plaine / La Comtesse aux pieds nus / Sabrina / A l'Est d'Eden
** : Le Crime était presque parfait

Nolan :
**** : Fenêtre sur cour
*** : La Comtesse aux pieds nus / La Strada / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / La Belle et le clochard / Les Sept samouraïs
* : Vingt mille lieues sous les mers / L'Etrange créature du lac noir
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Clyde_949 :
Johnny Guitar / Fenêtre sur cour / Les Diaboliques / La Strada / Sur les quais / La Comtesse aux pieds nus / Lola Montès / Le Crime était presque parfait / Ordet / Les Sept samouraïs

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Fenêtre sur cour / Le Crime était presque parfait
*** : Les Sept Samouraïs
** : Les Diaboliques / Lola Montès
* : French Cancan / La Terre des pharaons / Des monstres attaquent la ville / L'Etrange Créature du lac noir / Le Sel de la terre

Mister Arkadin :
**** : Johnny Guitare (10) ; Fenêtre sur cour (9) ; En quatrième vitesse (8)
*** : Vera Cruz (8) ; La Comtesse aux pieds nus (8) ; Les Diaboliques (8) ; French Cancan (8) ; Je suis un aventurier (8) ; La Strada (8) ; Du rififi chez les hommes (7) ; Des monstres attaquent la ville (7) ; L’Homme qui n’a pas d’étoile (7) ; L’Homme de la plaine (7) ; Le Cri de la victoire (7) ; Le Crime était presque parfait (7)
** : Gas-oil (6) ; Les Sept Samouraïs (6) ; Les Mauvaises rencontres (6) ; Du plomb pour l’inspecteur (6) ; Graine de violence (6) ; A l’est d’Eden (6) ; Désirs humains (6) ; Razzia sur la chnouf (6) ; Le Grand Couteau (5) ; Lola Montès (5) ; La Terre des pharaons (5) ; Chiens perdus sans collier (5)
* : Les Grandes Manœuvres (5) ; Un homme est passé (4) ; Les Sept Femmes de Barberousse (4) ; Sur les quais (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Le Secret magnifique ; Sabrina ; La Belle et le clochard ; Pain, amour et jalousie ; L’Or de Naples ; La Joyeuse Parade

Frédéric :
1- Ordet, 2- Johnny Guitare, 3- Fenêtre sur cour, 4- En quatrième vitesse, 5- Quatre étranges cavaliers, 6- Lola Montès, 7- French Cancan, 8- Je suis un aventurier, 9- Les Maitres fous, 10- L'Homme qui n'a pas d'étoile

Oriane :
**** : Fenêtre sur Cour / Les Sept Samouraïs / Lola Montès / Je suis un aventurier / La Strada / Ordet
*** : L'Homme de la Plaine
** : French Cancan
* : Du rififi chez les hommes
° : La Belle et le clochard / L'étrange créature du lac noir

Un simple amateur :
1- Ordet (Dreyer) 2- Les sept samouraïs (Kurosawa) 3- Johnny Guitare (N.Ray) 4- En quatrième vitesse (Aldrich) 5- Nuages flottants (Naruse) 6- Fenêtre sur cour (Hitchcock) 7- La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) 8- Je suis un aventurier (Mann) 9- Le secret magnifique (Sirk) 10- French Cancan (Renoir)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Belle et le Clochard, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske, 11 175 233 entrées
2. Vingt Mille Lieues sous les mers, Richard Fleischer, 9 619 259 entrées
3. Le Comte de Monte Cristo, Robert Vernay, 7 780 642 entrées
4. Napoléon, Sacha Guitry, 5 405 252 entrées
5. Les Grandes Manœuvres, René Clair, 5 302 076 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Prix Méliès : Du rififi chez les hommes (Jules Dassin)
- Grand prix du cinéma français : Les Evadés (Jean-Paul Le Chanois)
- Oscar du meilleur film : Sur les quais (Elia Kazan)
- Festival de Venise, Lion d'or : Ordet (Carl Dreyer)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Rats (Robert Siodmak), sortie prévue en 1956
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Carmen Jones (Otto Preminger) et Le Brave Soldat Chveik (Jiri Trnka)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Jours d'amour (Giuseppe De Santis)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1955 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Voyage en Italie (Roberto Rossellini) (*), 2. Ordet (Carl Dreyer), 3. Le Grand Couteau (Robert Aldrich), 4. Lola Montès (Max Ophuls), 5. Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock), 6. Les Mauvaises Rencontres (Alexandre Astruc), 7. La Strada (Federico Fellini), 8. La Comtesse aux pieds nus (Joseph L. Mankiewicz), 9. Johnny Guitare (Nicholas Ray), 10. En quatrième vitesse (Robert Aldrich)

2) L'année 55 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Robert Aldrich : Bronco Apache, Alerte à Singapour, Vera Cruz, En quatrième vitesse, Le Grand Couteau
- The big fifteen :
Juan Bardem, Mort d'un cycliste / Herbert Biberman, Le Sel de la terre / George Cukor, Une étoile est née / Jules Dassin, Du rififi chez les hommes / Stanley Donen, Les Sept Femmes de Barberousse / Federico Fellini, Courrier du cœur / Richard Fleischer, Vingt mille lieues sous les mers / Elia Kazan, A l'Est d'Eden / Anthony Mann, Je suis un aventurier / Robert Parrish, La Flamme pourpre / Nicholas Ray, Johnny Guitare / John Sturges, Fort Bravo & Un Homme est passé / King Vidor, L'Homme qui n'a pas d'étoile / Luchino Visconti, Senso (**) / Raoul Walsh, Le Cri de la victoire" (***)

(*) : voir notre tableau 1954
(**) : à venir dans notre tableau 1956
(***) : Racines, Graine de violence et Les Sept samouraïs sont cités par Positif pour l'année 1956

 

A LIRE PAR AILLEURS :

Une revue de presse sur Lola Montès

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1955 sur le site Encyclo-Ciné)

11/03/2013

Sur vos écrans en 1952

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

leplaisir.jpgLe cinéma est-il un art à part entière ? Et, à ce titre, peut-il connaître les mêmes bouleversements et révolutions esthétiques que la peinture ou la littérature ? En marge des sorties traditionnelles, quelques films tendent à nous le prouver. Au début d'Hurlements en faveur de Sade, une voix-off précise d'emblée : « Au moment où la projection allait commencer, Guy-Ernest Debord devait monter sur la scène pour prononcer quelques mots d’introduction. Il aurait dit simplement : Il n’y a pas de film. Le cinéma est mort. Il ne peut plus y avoir de film. Passons, si vous voulez, au débat. ». Avec ce « film » sans images, ce jeune homme inconnu entend donner un équivalent au cinéma du « carré blanc sur fond blanc » du peintre Malevich. L'attention du spectateur est mise à rude épreuve mais le « geste artistique » passionne d'autant plus que surnagent, au milieu de cette succession d'écrans noirs et blancs, quelques phrases sublimes :  « Il y a encore des gens que le mot de morale ne fait ni rire ni crier. », « Nous vivons en enfants perdus nos aventures incomplètes ».
Monsieur Debord fait partie du groupe lettriste. Déjà l'an passé, nous avions pu voir au ciné-club du Musée de l'Homme Le Film est déjà commencé ? de Maurice Lemaître. Et cette année, ce sont deux films « lettristes » qui sont sortis sur nos écrans : L'Anticoncept de Gil.J.Wolman (que j'ai malheureusement raté) et l'étonnant Traité de bave et d'éternité d'Isidore Isou, chef de file de ce courant avant-gardiste. Là encore, il s'agit de s'inscrire dans une « histoire » du cinéma (Griffith, Von Stroheim et Buñuel sont cités...) pour proposer une nouvelle façon de faire des films. Ce travail de sape du langage cinématographique passe par une dissociation du son et de l'image (ce qu'Isou appelle le cinéma « discrépant ») et par des ciselures pratiquées à même la pellicule. Entre des images de l'artiste déambulant dans Saint-Germain-des-prés et des chutes de films recyclées, l’œuvre offre également des plages « abstraites » couplées à une poésie lettriste incantatoire et fascinante.
Moins radical mais néanmoins expérimental, signalons la sortie d'un programme regroupant une série de Films en relief et en couleurs où le génial Norman McLaren dessine directement sur la pellicule des ballets abstraits pour inventer un cinéma sans caméras (signalons aussi la sortie cette année de son court-métrage Voisins réalisé avec de véritables acteurs mais dont les mouvements sont décomposés par un procédé d'enregistrement image par image)...
Mais éloignons nous des marges de l'avant-garde pour revenir au cinéma « classique ». Du côté des sorties « traditionnelles », le cinéma américain se taille encore la part du lion. Nos collaborateurs ont apprécié l'adaptation expressionniste d'Othello de Shakespeare par Orson Welles et ont distingué une fois de plus les grands cinéastes d'Hollywood : Mankiewicz (dont on a pu voir deux films : L'affaire Cicéron et On murmure dans la ville), Anthony Mann (Les Affameurs), Nicholas Ray (La Maison dans l'ombre prouve qu'il est désormais un cinéaste avec qui il faut compter), John Ford (L'Homme tranquille) ou encore Alfred Hitchcock (L'Inconnu du Nord-Express. Notons que nous eûmes le plaisir de redécouvrir l'un des meilleurs films de sa période anglaise : Une femme disparaît).
Si le retour de Charlie Chaplin avec son très beau mélodrame Les Feux de la rampe est salué à sa juste mesure, notre équipe est plus partagée sur le cas Huston. Votre serviteur vous confiera humblement qu'il n'a guère goûté aux aventures exotiques d'African Queen et encore moins à sa Charge victorieuse.
Un des événements de cette année restera sans aucun doute la découverte sur nos écrans d'un chef-d’œuvre du cinéma japonais : construit comme un fait divers raconté de trois points de vue différents, Rashomon d'Akira Kurosawa (un nom à retenir) nous donne envie d'explorer un continent cinématographique encore trop méconnu en France.
Autre singularité de cette année 52, les deux films préférés de notre équipe sont français. A côté des succès populaires qui me laissent plutôt froid (les larmoyants Jeux interdits de René Clément, le poussif Fanfan la tulipe de Christian-Jaque, l'efficace mais très mineur Petit monde de Don Camillo de Duvivier...), Jacques Becker emporte tous les suffrages avec son magnifique Casque d'or où Simone Signoret est éblouissante. Mais notre coup de cœur va indéniablement à Max Ophüls. Le cinéaste nous avait déjà transporté avec des films comme La Ronde ou Lettre d'une inconnue. En adaptant trois nouvelles de Maupassant, il signe avec Le Plaisir son plus beau film à ce jour et une œuvre d'une élégance inouïe où chaque mouvement de caméra correspond à un élan de cœur des personnages. C'est léger, drôle, mélancolique, poignant... Bref, sublime !
Pour conclure, souhaitons une longue vie à Positif une nouvelle revue de cinéma qui a vu le jour cette année, quelques mois après les Cahiers du cinéma. Nous aurons sans doute l'occasion d'y revenir....

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 84 longs métrages (sur les 551 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Le Plaisir (Ophuls) *** **** **** **** **** ***   ****     ****
Casque d'or (Becker)   *** **** **** **** ** **** ***     ****
Les Affameurs (Mann) *** **** ****   *** *** **** ***     ****
L'Affaire Cicéron (Mankiewicz) **** *** ***   *** ***   *** **** ****  
Rashomon (Kurosawa) *** *** *** *** **** ** *** **** ***   ****
La Flibustière des Antilles (Tourneur)   **** ****     ***   ***     ***
Othello (Welles)   *** *** *** **** ** *** ****   *** ***
La Maison dans l'ombre (Ray)   **** **** ***              
On murmure dans la ville (Mankiewicz)   ** *** *** *** **** ***     *** ***
Une femme disparaît (Hitchcock) *** *** * *** **** ** **** ***   *** ***
Les Feux de la rampe (Chaplin)   *** ** *** *** ** *** ***   *** ****
L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock) **** *** *   *** *** *** *** *** ** ***
Un tramway nommé désir (Kazan)   *** *** ** **** ** *** **   ***  
La Reine africaine (Huston)   *** ° ** **** ** **** **   *** ****
Un Américain à Paris (Minnelli)   ** ** *** ** ** *** ***   **** ***
L'Homme tranquille (Ford) ** **** ** ** ** ***   *   **** ****
La Porte du diable (Mann) *** ** ***               ****
Le Gouffre aux chimères (Wilder)   *** ****     **   **     ***
Le Désert de la peur (Walsh)     ****               ***
Le Rôdeur (Losey)   *** ****                
La Charge victorieuse (Huston)   *** ** * ***     ***     ****
La Cible humaine (King) *** ** **** **              
Le Démon s'éveille la nuit (Lang) * *** ***         ***     ***
Ivanhoe (Thorpe) * *** **   *** **   ***     ***
Mariage royal (Donen)   *** * ** ***   *** **   *** **
Le Jour où la terre s'arrêta (Wise) * ***         *** **     ***
Les Aventures du capitaine Wyatt (Walsh)   *** **     **   **     ***
La Chose d'un autre monde (Nyby & Hawks)   *** **       ***       **
La Montée au ciel (Buñuel)   ***     **           ***
Je l'ai été trois fois (Guitry)   ****   **              
Je sais où je vais (Powell & Pressburger)     ****                
La Terre tremble (Visconti)   **** ° * ***           ***
L'Homme au complet blanc (Mackendrick)   **   **     *** **     **
La Vérité sur Bébé Donge (Decoin)   ** ***   *** *   **      
Le Train sifflera trois fois (Zinnemann)   ** *
**   ** ** **   ** **
Jeux interdits (Clément)   * **** * ** * ** *   * ***
M le maudit (Losey)   *** ***     *   *      
Fanfan la Tulipe (Christian-Jaque)   *** * *   * ** *     ***
La Vie d'Emile Zola (Dieterle & Rapper)   ***                  
Quarante-Neuvième Parallèle (Powell)               ***      
L'Evadé du bagne (Freda)               ***      
Traité de bave et d'éternité (Isou)       ***              
Escale à Broadway (Butler)             ***        
Gendarmes et voleurs (Monicelli & Steno)   ***                  
J'ai vécu l'enfer de Corée (Fuller)   ***                  
La Mère du marié (Leisen)     ***                
Baïonnette au canon (Fuller)   *** *                
David et Bethsabée (King)   ** **                
Fort invincible (Douglas)       **             **
La Vallée de la vengeance (Thorpe)   **                 **
Le Choc des mondes (Maté)   **                 **
Quatorze Heures (Hathaway)     *   ***            
Le Petit Monde de Don Camillo (Duvivier) * ** * **       *     **
Une place au soleil (Stevens)   * °               ****
Les Belles de nuit (Clair)       °       **     ***
Umberto D. (De Sica)   * °   ***            
La Fête à Henriette (Duvivier)   * **   *            
La Dame sans passeport (Lewis)   ** *                
Les Sept Péchés capitaux (collectif)             ** *      
Dallas, ville frontière (Heisler)     **                
Kansas en feu (Enright)     **                
Marqué au fer (Maté)                     **
Volets clos (Comencini)     **                
Deux Sous d'espoir (Castellani)         **            
Le Peuple accuse O'Hara (Sturges)   **                  
La Vallée des géants (Feist)                     **
Les Diables de Guadalcanal (Ray)   *       *         *
Le Continent perdu (Newfield)       °   **          
Show Boat (Sidney)               *     *
Satan conduit le bal (Gallone)               *      
Vingt-Quatre Heures chez les martiens (Neumann)       *              
Elle n'a dansé qu'un seul été (Mattsson)               *      
Le Grand Caruso (Thorpe)   *                  
Nez de Cuir (Allégret)               *      
Le Banni des îles (Reed)   *                  
Le Paradis des mauvais garçons (Sternberg)     *                
Mara Maru (Douglas)     *                
Nous sommes tous des assassins (Cayatte)   *                  
Ouvert contre X (Pottier)               *      
Adorables Créatures (Christian-Jaque)   *           °      
Coiffeur pour dames (Boyer)   °   *              
Quartier interdit (Fernandez)       °              
Le Rideau rouge (Barsacq)     °                
Violettes impériales (Pottier)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Eclair (Naruse)   ***     ***            
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)   **** °   ** **          
Hurlements en faveur de Sade (Debord)       ***              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Le plaisir / Les feux de la rampe / L'inconnu du Nord-Express / L'Homme tranquille
*** : Les affameurs / L'affaire Cicéron / Un américain à Paris / La Porte du diable / Jeux interdits / African Queen
** : Othello / La cible humaine / Le train sifflera trois fois
* : Les diables de Guadalcanal
° : Le petit monde de Don Camillo

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine prodigieuse : Rashomon / L’affaire Cicéron / L’inconnu du Nord-Express / L’homme tranquille / Casque d’or / Les affameurs / Othello / La maison dans l’ombre / La flibustière des Antilles / Les feux de la rampe / Le plaisir / Le démon s’éveille la nuit / Le gouffre aux chimères / Une femme disparaît / J’ai vécu l’enfer de Corée
Les excellentes pelloches : Le jour où la terre s’arrêta / Le choc des mondes / La cible humaine / Le rôdeur / Baïonnette au canon / La chose d’un autre monde / La porte du diable / Une place au soleil / La vérité sur Bébé Donge / La reine africaine / Un tramway nommé désir / Un Américain à Paris / L’homme au complet blanc / Racket / Le train sifflera trois fois / Les aventures du capitaine Wyatt / Ivanhoé
La découverte tardive [mais ô combien plaisante] : L’espion
Les nanars magnifiques : Le paradis des mauvais garçons / Anna
Les gros mélos des familles : Deux sous d’espoir / Jeux interdits
(le détail ICI)

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Rashomon*** : La Chose d'un autre monde

Mister Arkadin :
**** : Les Feux de la rampe (10) / Le Plaisir (10) / Les Affameurs (9) / L’Affaire Cicéron (8)
*** : La Flibustière des Antilles (8) / Othello (8) / Une femme disparaît (8) / L’Inconnu du Nord-Express (8) / L’Homme tranquille (8) / La Porte du diable (7) / Rashomon (7) / Ivanhoe (7) / Je l’ai été trois fois (7) / Quatorze heures (7)
** : On murmure dans la ville (6) / Un Américain à Paris (6) / Le Gouffre aux chimères (6) / La Fête à Henriette (6) / Les Aventures du Capitaine Wyatt (6) / La Cible humaine (6) / Le train sifflera trois fois (6) / Jeux interdits (6) / Fanfan la tulipe (6) / Le démon s’éveille la nuit (5) / Mariage royal (5) / Le Petit Monde de Don Camillo (5)
* : Les Belles de nuit (4) / Un tramway nommé désir (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter) Le Désert de la peur / La Vérité sur Bébé Donge / Nez de cuir

Frédéric :
1- Le Plaisir, 2- La Flibustière des Antilles, 3- L'Inconnu du Nord-Express, 4- Les Affameurs, 5- L'Affaire Cicéron, 6- Une femme disparait, 7- La Maison dans l'ombre, 8- L'Homme tranquille, 9- Les Aventures du capitaine Wyatt, 10- Casque d'or

Oriane :
**** : Othello / Les Feux de la rampe / L'Inconnu du Nord-Express / Un Américain à Paris / Le Goût du riz au thé vert
*** : Les Affameurs / L'affaire Cicéron / Rashomon / Nous sommes tous des assassins
** : Une Femme disparaît / Le Train sifflera trois fois / Umberto D.
* : Le Petit monde de Don Camillo

Un simple amateur :
1- Rashomon (Kurosawa) 2- Le Plaisir (Ophuls) 3- L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock) 4- Les Affameurs (Mann) 5- L'Affaire Cicéron (Mankiewicz) 6- Le Rôdeur (Losey) 7- Le Désert de la peur (Walsh) 8- La Maison dans l'ombre (Ray) 9- La Flibustière des Antilles (Tourneur) 10- Casque d'or (Becker)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Petit Monde de don Camillo, Julien Duvivier, 12 791 168 entrées
2. Violettes impériales, Richard Pottier, 8 125 766 entrées
3. Fanfan la Tulipe, Christian Jaque, 6 726 744 entrées
4. Ivanhoe, Richard Thorpe, 6 354 681 entrées
5. Les Feux de la Rampe, Charles Chaplin, 6 133 697 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Rideau cramoisi (Alexandre Astruc), sortie prévue en mars 1953
- Prix Méliès : Les Belles de nuit (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Un Américain à Paris (Vincente Minnelli)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Othello (Orson Welles) & Deux sous d'espoir (Renato Castellani)
- Mostra de Venise, Lion d'or : Jeux interdits (René Clément)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Elle n'a dansé qu'un seul été (Arne Mattsson)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Rapt (Charles Crichton)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1952 sur le site Encyclo-Ciné)