Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Sur vos écrans en 1994

EDITORIAL :

Par Vincent J.

carlito00.jpgTrois couleurs, rouge

Avec le recul, les années quatre-vingt ont marqué un profond bouleversement du cinéma. Facile à dire quand on a ce recul et puis c'est sans doute vrai de chaque décennie. Mais celle-ci est la mienne, celle qui me voit passer de l'adolescence à l’âge adulte, celle de mes années d’étudiant propices entre toutes à l'exercice d’une cinéphilie galopante. C'est celle où se forgent les goûts et les dégoûts, où les découvertes marquent pour la vie. Reste que cette période me laisse avec une drôle de saveur dans la bouche. Le cinéma italien s'est écroulé, les promesses du cinéma français n'ont pas été tenues et obligent à se rabattre sur les sûres valeurs du passé (Rohmer, quelqu'un ?), le cinéma américain, mon alpha et mon oméga, a glissé vers un spectaculaire tapageur excluant petit à petit mais avec rapidité, les regards les plus ambitieux.
Les années quatre-vingt dix s'annoncent plus intéressantes, du moins plus aptes à entretenir la flamme du renouveau. Le cinéma asiatique entre nouveautés et (re)découvertes apporte une sacrée bouffée d'air frais. Et en cette belle année 1994, trois films montrent pour moi que tous les espoirs sont permis pour les années à venir. trois films à marquer d'une pierre rouge.


Fin mai, Nanni Moretti enfourche sa Vespa pour traverser Rome au mois d'août. Drôle et mordant, mélancolique et musical, libre comme jamais, Moretti avec son Journal intime laisse tomber le masque transparent de Michele Apicella pour s'adresser à nous à la première personne. Il nous parle de sa ville, de son pays et du monde, un vaste programme auquel il donne une cohérence en restant à la hauteur de Nanni Moretti, dans les rues romaines, d'île en île, de médecin en médecin. Il dit et montre très simplement ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, du cinéma gore à Jennifer Beals, du souvenir de Pasolini à un numéro musical de Silvana Mangano, de la télévision aliénante au culte de l'enfant roi, de la pharmacie envahissante aux guérisseurs les plus folkloriques. Son style, fluide, vif, fait le reste, aidé par une bande son tout aussi diverse qui mêle Keith Jarrett à Leonard Cohen, le fidèle Nicola Piovani à Khaled. Moretti agrippe à pleines mains cette matière hétéroclite et en ordonne le chaos comme il collectionne les coupures de journaux pour tenter de donner un sens au monde dans lequel il vit. Cinéaste et cinéphile, il fait des listes, classe et donne son canon, le seul qui vaille, celui qui lui est propre. Sa conclusion tient en deux phrases : "Je suis un splendide quadragénaire" et "Boire un verre d'eau le matin ne peut pas faire de mal". En 1994, accédant glorieusement à la trentaine, je ne peux qu'être sensible à cette promesse et me réjouir des lettres rouges du titre qui éclatent sur les devantures des cinémas. Et derrière Moretti se fait jour une nouvelle génération de cinéastes, discrets mais tenaces, Marco Risi, Daniele Luchetti, Gianni Amelio, ou Michele Soavi, annonçant le renouveau d'un cinéma qui me manquait trop.


C’est en mai aussi que la Croisette s'est esclaffée et à frémit pour Pulp fiction, consacrant d'une palme son réalisateur de trente ans, Quentin Tarantino. Comme Moretti, le jeune américain offre un film gigogne à la narration éclatée, d'une forme rigoureuse mais souple qui brasse tout à la fois trente années de cinéma américain, versant populaire, et un portait de l'Amérique contemporaine. Je me souviens d'une discussion avec un critique de radio qui était resté sceptique. Derrière le jeu et la décontraction arrogante, Pulp fiction est un instantané aussi juste d'agaçant de l'Amérique, agaçant parce que juste : mélange des cultures, goût des motos, des armes et des voitures, culte de l’efficacité et de l'argent, mysticisme, rapport tordu à la sexualité, nostalgie des 50's, télescopages musicaux, et la présence envahissante du "big mac". La fiction tape à l’œil de Tarantino est aussi précise que la forme documentaire de Moretti. Il réactive d'anciennes gloires (Travolta, grandiose), s'amuse avec des stars (Willis, Walken), et puise dans le cinéma de genre. Son film est lui aussi, dans un autre registre, musical et libre. Tarantino ne cherche pas à organiser le chaos de cette Amérique dans laquelle il s'ébat avec jubilation. A travers ses héros schématiques et glorieux, il est à l’aise comme le poisson dans son bocal, au risque de la complaisance. Avec lui, c'est la confirmation insolente d'une nouvelle génération indépendante, Hal Hartley, Jim Jarmush, les frères Coen qui renouvelle la grosse machine hollywoodienne. Et comme dans son film précédent, le sang coule à flots, rouge vif, trouvant son apothéose quand il éclabousse les vitres de la voiture de Vincent et Jules après un malencontreux accident qui pulvérise le crâne de leur complice. En 1994 c'est un spectacle qui réjouit mes plus bas instincts.


Rouge, c'est en mars la couleur du manteau de la petite fille qui traverse le ghetto de Cracovie. Tache aveuglante de couleur dans un monde d'horreur en noir et blanc plongé dans le chaos par la barbarie nazie. D'une colline surplombante, Oskar Schindler suit la marche si fragile. Il voit ce que le monde se refuse à voir, la plaie béante de la destruction des juifs d’Europe. Allemand, industriel, opportuniste, membre du parti nazi par intérêt, Schindler est une figure ambiguë mais justement exemplaire pour sa part d'humanité qui ne va pas sombrer, comme pour tant d'autres, et lui permettre d'affronter la folie meurtrière du monde. Ce choix de Steven Spielberg n'est étonnant que pour ceux qui restent à la surface de l’œuvre du réalisateur. Schindler est le médiateur parfait pour s'adresser à l'occidental moyen de 1994 et pour Spielberg, cinéaste à succès, américain, juif, le seul point de vue tenable pour affronter ce sujet délicat entre tous. Spielberg est un cinéaste travaillé par l'histoire et l'ambition d'un cinéma américain en prise sur le monde, celui de John Ford, de George Stevens, de Samuel Fuller, de Frank Borzage, un cinéma qui a conscience de sa force, de sa fragilité parfois, mais qui croit en sa capacité à montrer, raconter et transmettre. En cela la foi de Spielberg en son art s'oppose à la vision d'un Jean-Luc Godard qui ne cesse d'en pointer l'échec. Positions irréconciliables. En France, une partie de la critique, Gérard Lefort et ses larmes ravalées, Jacques Mandelbaum, Louis Skorecki et Claude Lanzmann entonnent l'air du "Il ne faut pas", brandissant les textes sacrés de Jacques Rivette et Serge Daney. La polémique est malgré tout fertile car elle amène à reposer les questions de la représentation, ouvrant des pistes pour l'avenir, pour l'après Shoah quand le dernier témoin se sera tu. Car La liste de Schindler est plus profondément la tentative d'un homme qui n'a connu ni les temps ni les lieux du drame, pour approcher l'indicible et se confronter à la réalité du manteau rouge, jusqu'à ce que sa main tremble et qu'il ait le courage de montrer cette main trembler. Terrible scène des douches si mal comprise ! Qu'il soit un homme catalogué dans le spectacle en est trop pour certains. Mais les limites qu'ils lui donnent ne sont que leurs propres limites, légitimes après tout. La réalité du film, c'est un défi au cœur de Hollywood, un film en noir et blanc, avec des dialogues partiellement en allemand, polonais et yiddish, à la violence sans fard, qui exprime avec lucidité les limites d'un homme et d'un artiste : "Il en faudra beaucoup plus" dit un personnage. "J'aurais pu faire tellement plus" dit Schindler. Le film montre aussi, pour ceux qui suivent et estiment le cinéaste depuis vingt ans, que son œuvre sous son vernis de divertissement, est traversée de visions sombres d'exodes, de camps, d'une violence insoutenable, d'enfances meurtries, de figures du mal incarnées dans le pouvoir, d'un monde livré au chaos où se dressent ça et là de simples hommes qui ont su distinguer la petite robe rouge. En 1994, je ne doute pas d'avoir trouvé le cinéaste de ma vie.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 193 longs métrages (sur les 409 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
L'Impasse (De Palma)   *** **** **** *** *** ** **** ***   **** ****
Printemps tardif (Ozu)   ***     *** **** ***     ****   ****
Journal intime (Moretti)   **** * **** **** **** *** **     *** ****
Pulp Fiction (Tarantino) *** *** **** ** *** **** ** ** *** *** **** ****
Short Cuts (Altman) *** **** **** ** **** *** ** ** *** ****   ***
Wallace et Gromit (Park) *** *** ***   ****   **   ***     ****
Bonjour (Ozu)   ***   ** ***   *** ***   ****   ***
Le Lâche (Ray)   *** ****   ***              
Trois Couleurs : rouge (Kieslowski)   ***   * *** **** * ***   ** **** ***
Ladybird (Loach)   *   *** *** *** ** ****       ***
L'Etrange Noël de Monsieur Jack (Selick) *** *** * ** **** *** * ** *** **   ****
Exotica (Egoyan)   *** * *** **** ****   **     ** **
Les Roseaux sauvages (Téchiné)   *** **** *** *** *** ** * **      
Veillées d'armes (Ophuls)     ****   ***              
Soleil trompeur (Mikhalkov)   **   ** **     ***     *** ****
Délivrance (Ray)         ****   * ****        
Trois Couleurs : blanc (Kieslowski)   ***   * *** *** * ***   ** *** ***
La Reine de la nuit (Ripstein)   ***   ** ** ****            
Amateur (Hartley)   **   *** ** ****            
Pas très catholique (Marshall)   ***   *** ** ***           **
Petits Arrangements avec les morts (Ferran)   ***   *** ***   **     **    
Délits flagrants (Depardon)   ***   *** ***   **   **      
Au nom du père (Sheridan)         *** ****   ** **   *** *
Regarde les hommes tomber (Audiard)   ****   ** *** *** * **        
L'Eau froide (Assayas)   ** * *** *** *** **     ***    
L'Enfer (Chabrol)   *** ** *** ** *** * ** ** **   ***
Le Grand Saut (Coen)   **   *** ** *** * ** ** **   ***
La Reine Margot (Chéreau) ** ***   ** ° ****     ** **   ***
Les Vestiges du jour (Ivory) ** **   ***   **     **     ***
J'ai pas sommeil (Denis)   ***   ** ** ****   *        
Il était une fois le Bronx (De Niro)     ***     ***       **   **
Salé sucré (Lee)   **   **   ***         ***  
La Jeunesse de la bête (Suzuki)       ** ** ****            
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****            
Mrs Parker et le cercle vicieux (Rudolph)         ** ****           **
Vivre (Zhang)         *** ** ***          
Trop de bonheur (Kahn)   ***   ** ***              
Le Bazaar de l'épouvante (Heston)           ***       ***   **
Ce lieu sans limites (Ripstein)         ** ****            
L'Empire de la fortune (Ripstein)   ***     ***              
Tiens ton foulard Tatiana (Kaurismäki)       ***   ***            
Blue Chips (Friedkin)                       ****
L'Ange noir (Brisseau)   ** *** *** **   * **        
Quatre Mariages et un enterrement (Newell) * ** * ** ** *** *** * ** * ** ****
La Liste de Schindler (Spielberg)   ** *** ° ** ** ** * ** ** ** ****
The Baby of Mâcon (Greenaway)       ** * ***   **       ***
Entretien avec un vampire (Jordan) * ***   *   ***     ** *   ***
Lettre pour L... (Goupil)       ** ***   **          
Un été inoubliable (Pintilie)   **   ** ***              
Jeanne la pucelle (Rivette)   **   *** ° *** ** **        
Les Patriotes (Rochant) ** ** *   ** ***   ***   °   **
Serial Mother (Waters)   **   **   **     *     ***
Ruby in Paradise (Nunez)     **     ***            
Eté précoce (Ozu)         **   ***          
L'Ile au trésor (Ruiz)       ** ***              
Lamerica (Amelio)         **             ***
The Mask (Russell)   ** *     ***     ** * ** **
La Cité de la peur (Berberian) * * ** ** ° **     ** **** **  
L'Armée des ténèbres (Raimi)       **   **     *     ***
Kika (Almodovar)   ** ° **** ** ** * *       **
Speed (De Bont)   ° ***   ° ***     ** **   **
Grosse Fatigue (Blanc) * **   *** ** *     ** *    
M. Butterfly (Cronenberg)   *   ** ** ***         *  
Fresa y chocolate (Alea)   **   ** ** **   *        
La Vie d'un tatoué (Suzuki)     * **   ***            
La Séparation (Vincent)   **   ** **              
Le Paradis blanc de l'enfer (Nakamura & Kumora)           ***            
La Grande Citrouille (Comencini)         ***              
Romeo Is Bleeding (Medak)           ***            
Baby Cart dans la terre de l'ombre (Misumi)           ***            
Le Territoire des démons (Misumi)           ***            
L'Escorte (Tognazzi)           ***            
Mi vida loca (Anders)           ***            
Fresh (Yakin)     ***                  
Rapa Nui (Reynolds)           ***            
True Lies (Cameron) ° ° *** **   ***   * * ** **  
Tetsuo (Tsukamoto)       * ° ****           **
Rasta Rockett (Turteltaub)           **     ° *** **  
Mina Tannenbaum (Dugowson)   **   **   *           **
Forrest Gump (Zemeckis) ° ** ** ° ** **   * * *** ** *
Le Roi lion (Allers & Minkoff)     **           * * *** *
Le Sabre de la vengeance (Misumi)         * ***            
Trauma (Argento)           ***           *
Texasville (Bogdanovich)                   *   ***
Muriel (Hogan)   *       ***            
Le Cerf-volant bleu (Tian)   **     **              
Belle Epoque (Trueba)           **           **
Le Journal (Howard)           **           **
Backbeat (Softley)           **           **
Bab El Oued City (Allouache)       ** **              
Katia Ismaïlova (Todorovski)       ** **              
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)     *   **   **          
The Crow (Proyas)           **     *     **
Le Fils préféré (Garcia)   ***   ** * *   * ** °   *
Maverick (Donner)   **       **     * * *  
Tueurs nés (Stone)   * ° **   ***   * ° °   **
Philadelphia (Demme) ° * ** °   **       *   **
La Machine (Dupeyron)       °   ***   *        
Geronimo (Hill)           **       **   °
Blink (Apted)           **     * *    
Farinelli (Corbiau)   *       **           *
Baraka (Fricke)           **           *
Entre ciel et terre (Stone)   *       **            
Les Sœurs Munakata (Ozu)     *   **              
Hexagone (Chibane)       **       *        
Malice (Becker)           **   *        
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse (Kaurismäki)       ** *              
Blown Away (Hopkins)           **     *      
Cool World (Bakshi)                       **
Personne ne m'aime (Vernoux)       **                
Grande Petite (Fillières)   **                    
Le Journal de Lady M (Tanner)       **                
Etat second (Weir)           **            
Les Amoureux (Corsini)       **                
Les Aventures de Huckleberry Finn (Sommers)     **                  
Le Retour des morts-vivants 3 (Yuzna)                       **
Les Silences du palais (Tlatli)         **              
La Partie d'échecs (Hanchar)                       **
Clerks (Smith)       **                
I Like It Like That (Martin)           **            
Wonder Boy (Vecchiali)       **                
Le Royaume des diamants (Ray)                        
La Fille de D'Artagnan (Tavernier)   **   ° * *   * * ° ** *
Wolf (Nichols)   *   °   ***     ° *   *
L'Affaire Pélican (Pakula) * °       *     *   **  
Tombstone (Cosmatos)           **     * *   °
Le Sourire (Miller)       ** ° *   *        
Wyatt Earp (Kasdan)           **     * *   °
Danger immédiat (Noyce)     **     *     °     *
L'Homme sans visage (Gibson)           **     ° *    
Neuf Mois (Braoudé)   °   *           **    
Madame Doubtfire (Columbus)   ° ** °   *     ° **    
Le Colonel Chabert (angelo)   °   *   *   *       *
Guet-Apens (Donaldson)           **     °      
Sex and Zen (Mak)       °   **            
Absolom 2022 (Campbell)           *     *      
Killing Zoe (Avary)           *           *
Demolition Man (Brambilla) °         *     ° **    
Sauvez Willy (Wincer)     **       *   ° °    
Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (Segal)       *         °   * *
Deux Garçons, une fille, trois possibilités (Fleming)   °   °   *   °       **
Color of Night (Rush)       °   *   ° °     **
Un Indien dans la ville (Palud)     ** °   °     ° *    
Timecop (Hyams)           **     ° °    
Le Client (Schumacher)       °   **     °      
Aux petits bonheurs (Deville)   *   * °              
Bonsoir (Mocky)         °     *       *
Mister Jones (Figgis)           *            
Le Voleur d'arc-en-ciel (Jodorowsky)                       *
Police Story 3 (Tong)                 *      
Critters 3 (Peterson)                   *    
Critters 4 (Harvey)                   *    
L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse (Harel)       *                
Gilbert Grape (Hallström)                 *      
Le Ballon d'or (Doukouré)                   *    
Police Academy : Mission à Moscou (Metter)                   *    
L'Affaire Karen McCoy (Mulcahy)           *            
Nous les enfants du vingtième siècle (Kanevski)         *              
Pour l'amour d'une femme (Mandoki)           *            
Aux bons soins du docteur Kellogg (Parker)           *            
Gettysburg (Maxwell)                   *    
Casque bleu (Jugnot)       **   °     ° °    
Le Parfum d'Yvonne (Leconte)       ° °     *       *
Léon (Besson) ° ° * °   *   * ° °    
Pas de vacances pour les Blues (Ross)           *     °      
Le Bon Fils (Ruben)           *     °      
L'Irrésolu (Ronssin)       °       *        
Belles de l'Ouest (Kaplan)           *       °    
L'Ours en peluche (Deray)       °       *        
Opération Shakespeare (Marshall)                 ° *    
The Shadow (Mulcahy)           *     °      
Sister Act, acte deux (Duke)           *     ° °    
Piège en eaux troubles (Herrington)           °     ° ° *  
Montparnasse Pondichéry (Robert)       °                
Les Trois Mousquetaires (Herek)           °            
Macho (Luna)       °                
Elles ne pensent qu'à ça (Dubreuil)       °                
Délit mineur (Girod)       °                
Terrain miné (Seagal)           °            
Wayne's World 2 (Surjik)                   °    
Deux Doigts sur la gâchette (Sarafian)           °            
L'Extrême Limite (Harris)           °            
My father, ce héros (Miner)       °                
Milliardaire malgré lui (Bergman)                   °    
Elles n'oublient jamais (Frank)       °   °            
Intersection (Rydell)   °       °            
Priez pour nous (Vergne)       °         °      
A toute allure (Rifkin)           °     °      
L'Expert (Llosa)           °     °      
Les Complices (Shyer)           °     °      
La Famille Pierrafeu (Levant)                 ° °   °
La Vengeance d'une blonde (Szwarc)       °   °     ° °    
Le Flic de Beverly Hills 3 (Landis)       °   °     ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
The Lovers (Tsui)     °   ** *** ***       *** ****
Lothringen (Straub & Huillet)       ***                
L'uomo che guarda (Brass)       **                
Leçon de vie (Lehman)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Impasse (De Palma) 2- Journal intime (Moretti) 3- J'ai pas sommeil (Denis) 4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 5- Travolta et moi (Mazuy) 6- Pas très catholique (Marshall) 7- Délits flagrants (Depardon) 8- L'Eau froide (Assayas) 9- L'Ange noir (Brisseau) 10- M. Butterfly (Cronenberg) Petits arrangements avec les morts (Ferran)
Inédits : 1- Lothringen ! (Straub/Huillet) 2- Santantango (Tarr) 3- Li per li (Léon)
Anciens : 1- Printemps tardif (Ozu) 2- Eté précoce (Ozu) 3- Bonjour (Ozu) 4- Le Vagabond de Tokyo (Suzuki) 5- Le Goût du riz au thé vert (Ozu) 6- La jeunesse de la bête (Suzuki)

Un simple amateur :
1- Printemps tardif & Bonjour (Ozu) 2- Short cuts (Altman) 3- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 4- Délivrance (Ray) 5- L'Impasse (De Palma) 6- Journal Intime (Moretti) 7- Ladybird (Loach) 8- Veillées d'armes (Ophuls) 9- Délits flagrants (Depardon) 10- L'Ange noir (Brisseau)

Mister Arkadin :
**** : Short Cuts (10) ; Pulp fiction (10) ; Veilles d’armes (9)
*** : Ladybird (8) ; Wallace et Gromit (8) ; Le Parfum d’Yvonne (8) ; Journal intime (8) ; Les Roseaux sauvages (8) ; L’Etrange Noël de Monsieur Jack (7) ; Soleil trompeur (7) ; L’Eau froide (7) ; Les Vestiges du jour (7)
** : Clerks (6) ; Exotica (6) ; Quatre Mariages et un enterrement (6) ; L’Enfer (6) ; Trois Couleurs : rouge (6) ; Petits Arrangements avec les morts (6) ; Les Patriotes (6) ; The Mask (5) ; Regarde les hommes tomber (5) ; Amateur (5) ; L’Impasse (5) ; La Reine Margot (5) ; Trois Couleurs : blanc (5) ; Vivre (5) ; Trop de bonheur (5)
* : La Fille de D’Artagnan (4) ; L’Ange noir (4) ; Un été inoubliable (4) ; Philadelphia (4) ; Le Grand Saut (4) ; J’ai pas sommeil (4) ; Il était une fois le Bronx (4) ; Kika (4) ; Belle Epoque (4) ; Le Fils préféré ; Pas très catholique (3) ; la Cité de la peur (3) ; Grosse fatigue (3) ; Aux petits bonheurs (3)
o : L’Ile au trésor (2) ; Lettre pour L… (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Tiens ton foulard Tatiana ; La Séparation

Pierre :
1-Tetsuo (Tsukamoto) 2-L'impasse (De Palma) 3-L'eau froide (Assayas) 4-L'île au trésor (Ruiz) 5-En compagnie d'Antonin Artaud (Mordillat) 6-Bonjour (Ozu) 7-Soleil trompeur (Mikhalkov) 8-Pulp fiction (Tarantino) 9-J'ai pas sommeil (Denis) 10-Vacas (Medem) 11-L'ange noir (Brisseau) 12-Le journal de lady M (Tanner) 13-Baby cart : le sabre de la vengeance (Misumi) 14-Lettre pour L (Goupil) 15-Ladybird (Loach)
les 19 hors liste restants Le héros (Ray)*** Le dieu éléphant (Ray)*** L'écureuil rouge (Medem)** Baby cart : l'âme d'un père, le coeur d'un fils (Saito)** Le club de la chance (Wang)** Ghost in the machine (Talalay)** Black robe (Beresford)** Ticks (Randel)** Les allumés de Beverly Hills (Spheeris)** Jack l'éclair (Wincer)** Rends la monnaie papa (Deutch)* Quand Harriet découpe Charlie (Schlamme)* Jason va en enfer (Marcus)* L'étudiant étranger (Labro)* Le saint (Noyce)* Max le meilleur ami de l'homme (Laffia)* La maison aux esprits (August)0 Caravan city (Herschmann)0 Giorgino (Boutonnat)00
30 longs-métrages inédits 1-US go home (Denis)*** 2-Aswang (Poltermann et Martin)*** 3-Angel dust (Ishii)*** 4-Roadracers (Rodriguez)*** 5-Red to kill (Tang)*** 6-A chinese chamber torture story (Lam)*** 7-La meute (Risi)*** 8-Jizda (Sverak)*** 9-Wing Chun (Yuen Woo Ping)*** 10-O.C.T.B (Wong)** 11-Le libre penseur (Watkins)** 12-The mangler (Hooper)** 13-Nuits de Chine (Allen)** 14-Demon's house 2 (Trenchard-Smith)** 15-Brainscan (Flynn)** 16-Néfertiti reine du Nil (Gilles)** 17-Les démons du maïs 3 : les moissons de la terreur (Hickox)** 18-Funnyman (Sprackling)** 19-Ring d'acier (Frost)** 20-Jailbreakers (Friedkin)* 21-La chute de Gotti (Young)* 22-Planète Alpha 11 (Metzger)* 23-Les Tronches 4 (Zacharias)* 24-Confessions d'une rebelle (Edel)* 25-Fatherland (Menaul)0 26-Shaolin kids (Yip)0 27-La légende du dragon rouge (Wong Jing)0 28-Les croisés de l'espace (Knoesel et Neuhäuser)0 29-Appartement 512 (Verbong)00 30-Mission extrême (Nagahama)0000
7 moyens-métrages 1-L'enfer d'une mère (Carré)*** 2-Street musicians of Bombay (Robbins)*** 3-Abbas Kiarostami : vérités et songes (Limosin)*** 4-Letters to Katja (Konttinen)*** 5-Marseille en mars (Comolli et Samson)** 6-Caravana de caravanas (Colectivo perfil urbano)* 7-Le voile et la république (Benguigui)*
et pour finir 15 courts-métrages 1-Roadkill (Van Bebber)**** 2-La vie secrète d'émile Frout (Elissalde)**** 3-Ex-child (Drouin)**** 4-Tout droit jusqu'au matin (Guiraudie)*** 5-L'enfance égarée (Ruggia)*** 6-Frutti Chester (Ramm)*** 7-The moon (Ito)*** 8-The spy who caught cold (Lanthorpe)** 9-Histoire de papier (Costa)** 10-Elles (Quinn)** 11-La lune qui rit (Mulloy)** 12-Tyhe deadman 2 : the return of deadman (Kerkhof)** 13-Le cinquième rêve (Avedikian)** 14-Au bord d'un lac (Bokanowski)** 15-Larmes (Von Dusseldorp)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1994 ? (93 votants)

1- L'Impasse (Brian de Palma) : 21 voix
2- Pulp fiction (Tarantino) : 11 voix
3- Journal intime (Moretti) : 10 voix
4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) La Liste de Schindler (Spielberg) 5 voix
6- Short cuts (Altman) : 4 voix
7- L'Etrange Noël de Mr Jack (Selick) : 3 voix
Puis viennent ensuite avec deux voix : Tueurs-nés (Stone), Forrest Gump (Zemeckis), Délits flagrants (Depardon), Le Vagabond de Tokyo (Suzuki), Exotica (Egoyan), Les Vestiges du jour (Ivory), Baraka (Fricke), Baby Cart (Misumi)
Et cités une fois : Soleil trompeur (Mikhalkov), Etat second (Weir), Killing Zoé (Avary), Le Goût du riz vert (Ozu), Tetsuo (Tsukamoto), Ladybird (Loach), The lovers (Tsui), Clerks (Smith), Jeanne la pucelle (Rivette), Rouge (Kieslowski), Quatre mariages et un enterrement (Newell), The mask (Russell), Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Akerman), Le roi lion (Disney), Le client (Schumacher), Salé sucré (Ang Lee), L'armée des ténèbres (Raimi)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Roi Lion, Rob Minkoff & Roger Allers, 10 135 871 entrées
2. Un Indien dans la ville, Hervé Palud, 7 870 802 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement, Mike Newell, 5 791 728 entrées
4. Madame Doubtfire, Chris Columbus, 5 025 829 entrées
5. Forrest Gump, Robert Zemeckis, 3 963 919 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Prix Méliès : Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski)
- Prix Jean Vigo : Trop de bonheur (Cédric Kahn)
- César du meilleur film : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Oscar du meilleur film : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)
- Festival de Venise, Lion d'or : Before the rain (Milcho Manchevski) & Vive l'amour (Tsai Ming-liang)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Pulp fiction (Quentin Tarantino)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Au nom du père (Jim Sheridan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Jarre (Ebrahim Forouzesh)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Dias contados (Imanol Uribe)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1994 sur le site Encyclo-Ciné)

16/07/2016

Sur vos écrans en 1990

EDITORIAL :

Par Nolan

affranchis00.jpg- Tu es vraiment un marrant. Tu me fais marrer.
- Marrant comment ?
Henry Hill (Ray Liotta) et Tommy DeVito (Joe Pesci) dans Les Affranchis

Célèbre échange qui marque le tournant de la non moins célèbre scène du restaurant au mitan du chef d'œuvre de Scorsese, l'un des rares films qui illumine une année 1990 marquée par une série de films grandiloquents et pompeux plus ou moins réussis. Ainsi Le Cercle des Poètes Disparus, La Gloire de Mon Père, Le Château de Ma Mère, Cyrano de Bergerac, Nikita et Ghost squattent les cimes du box-office. Côté comédies, ça ne va pas mieux. Allo Maman ici bébé, vraie bouse familiale, signe le premier come-back de John Travolta qui va de nouveau sombrer avant que Tarantino ne s'en occupe sérieusement quelques années plus tard. Pretty Woman offre une scène de shopping parfaite (et culte) mais n’est qu’une horreur cynique - ou l'Amérique comme on ne l’aime pas.

Heureusement Scorsese est là. Avec son Henry Hill qui se rêve gangster et qui finit plouc. Falling pretty boy. L'Amérique du cinéaste est à la fois fascinante et repoussante. Jamais idéalisée.

Mais, en 1990, j’ai dix ans. La cinéphilie n'existe pas et les choix de films restreints dans un ciné qui compte quatre salles.

Alors je me bidonne devant Maman, j'ai raté l'avion (Joe Pesci est aussi marrant dans ce film) et Gremlins 2 (encore aujourd'hui), trouve Tatie Danielle corrosive, les Tortues Ninjas trop cools, Dick Tracy stylé, et est marqué, pour toujours, par Total Recall.

Deux ans plus tard, je commence à repérer quelques trucs de mise en scène avec A La Poursuite d'Octobre Rouge qui passe sur Canal.

Comme celles de Jimmy Conway et Henry Hill, ce n'est qu'ado que je découvre les tribulations de Sailor et Lula de David Lynch et, même si ce n’est pas son sommet, demeure enchanté par ses amoureux fous.

Bilan final, en bref :

Disney c'est la cata (La Petite Sirène), Spielberg ça va pas bien (Always), Retour vers le Futur plus du tout (c'est le 3) mais je me souviens avoir demandé à mon père "qui est Clint Eastwood ?", donc, grâce à Zemeckis, j’ai posé une bonne question. Et puis j’ai une grande affection pour le Darkman de Sam Raimi, qui fabrique son super héros tout seul. Je suis encore émoustillé par la sexualité d'Attache moi, première rencontre à l'orée de l'âge adulte avec le talent de Pedro Almodovar

Me reste à rattraper Le Décalogue, Le Petit Criminel, Rêves, Crimes et Délits… plébiscités par mes camarades de Zoom Arrière.

Bon, allez, comme dit Jimmy Deux Fois, je vais aller chercher des clopes, je vais aller chercher des clopes.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 196 longs métrages (sur les 386 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Les Affranchis (Scorsese) *** **** **** *** **** **** ** **** **** * **** ****
Le Décalogue (Kieslowski)       *** **** **** ** ****     **** ***
Sweetie (Campion)   ****   *** **** ****            
Sailor et Lula (Lynch) *** **** ** **** **** **** ** *** **     **
Crimes et Délits (Allen) *** *** *** **** *** **** ** **     *** ***
La Fille aux allumettes (Kaurismäki)       *** **** **** **         ***
Le Petit Criminel (Doillon)   ***   **** *** *** *** **       **
La Barrière de chair (Suzuki)       **   ****           ****
Bouge pas, meurs, ressuscite (Kanevski)     *   **** ****           ***
Non ou la Vaine Gloire de commander (Oliveira)   ****   ** ** *** **     ****   **
La Cité des douleurs (Hou)       ** **** **** **         **
Rêves (Kurosawa) *** *** * *** ** *** *     ****   ***
Attache-moi ! (Almodovar) * *** *** *** ** *** **   **     ****
Drugstore Cowboy (Van Sant)   ***   ** ** **** **     ***    
Conte de printemps (Rohmer) ** *** * *** **   *** ***   **** ** **
La Maison des perversités (Tanaka)       **   ***           ****
Chasseur blanc, cœur noir (Eastwood)     *** ** ** ***   * **   *** ****
The King of New York (Ferrara)     ** *** ** **** ** ** **     ***
Gremlins 2, la nouvelle génération (Dante)   *** *** ** * ****   * ** ***   ***
Glory (Zwick)           **       *** ** ****
La Véritable Histoire d'Abe Sada (Tanaka)       ***   **** *     **   ***
Outrages (De Palma)   *** ** ** ** *** ** ** *   ** ***
La Discrète (Vincent) ° ***   ** *** **         *** ***
Sea of Love - Mélodie pour un meurtre (Becker)     **   ** ***   * **     ****
Cry Baby (Waters)   **   ***   ****         *  
Simetierre (Lambert)       **   ***       *   ****
Roger et moi (Moore)       *** ***   ***   *      
Contre-Enquête (Lumet)       *   ***           ****
Metropolitan (Stillman)     ** **             ****  
S'en fout la mort (Denis)         ** ****           **
Affaires privées (Figgis)         ** ***           ***
Let's Get Lost (Weber)         ** ***           ***
Gunmen (Wong)           ***           ***
La Plaisanterie (Jires)         *** ***            
Détour (Ulmer)     ****                  
Ghosts of the Civil Dead (Hillcoat)           ****            
Profond Désir des dieux (Imamura)           ****            
Le Mari de la coiffeuse (Leconte) ° **   *** *** ***   *** * *   ***
Milou en mai (Malle) * **   *** ** ***   *   **   ***
Darkman (Raimi)       *   ****   * **     ***
Où est la maison de mon ami ? (Kiarostami)   *** * ** ***   **          
Susie et les Baker Boys (Kloves)   ** ** **   *** * * °   *** ****
Cyrano de Bergerac (Rappeneau) * ** ° *** *** ** ** **     ***  
Né un quatre juillet (Stone)   ** ***   ** *** ** * *   * ***
Le Cercle des poètes disparus (Weir) ° ** *** ** **     **   *** ** **
L'Amour (Faucon)   ** *** ** **              
My Left Foot (Sheridan)   **     *** **   **        
Total Recall (Verhoeven) ** ** ** *   *** * * *** *** *** ***
Kill Me Again (Dahl)           ***     *     ***
Halfaouine l'enfant des terrasses (Boughedir)   **   **   ***            
L'Enfant miroir (Ridley)     *     ****            
Alberto express (A. Joffé)       **               ***
La Guerre des Rose (De Vito)   ***   *   **   * ** *   ***
Nouvelle Vague (Godard)   ** ° *** **   ** **       **
Leningrad Cowboys Go America (Kaurismäki)       *** * *** *          
Music Box (Costa-Gavras)     ***     **   *       **
Mo' Better Blues (Lee)       ** ** **           **
Taxi Blues (Lounguine)   **   ** **           **  
A la poursuite d'Octobre rouge (McTiernan)   ** **** °   **     * * *** *
Retour vers le futur 3 (Zemeckis) ° ** **   **       ° **** ** **
Docteur Petiot (De Chalonge)   **     ** **   *       **
La Désenchantée (Jacquot)   **   ** **   ** *        
La voce della luna (Fellini)       ** **   * **       **
La Ville Louvre (Philibert)       ** ***   *          
Shocker (Craven)       **   **           **
Histoire de garçons et de filles (Avati)         ***              
Mery pour toujours (Risi)                       ***
The Mad Monkey (Trueba)           ***            
Thelonious Monk (Zwerin)           ***            
Tout pour réussir (Boorman)           ***            
Nuit d'été en ville (Deville)   **   ° ** ***   *       **
La Petite Sirène (Musker & Clements)           **     ° *   ****
Pump Up the Volume (Moyle) °   ** **               ***
Oublier Palerme (Rosi)       ** ** *   **        
Joe contre le volcan (Shanley)                   °   ****
Le Repaire du ver blanc (Russell)               **       **
Le Soleil même la nuit (Taviani)         **     **        
Outremer (Roüan)   **     **              
Always - Pour toujours (Spielberg)   **     ° *   * ° **   ****
Uranus (Berri) * *   ** ** *   *       **
Blue Steel (Bigelow)     *     ***     *      
Aux sources du Nil (Rafelson)           **   *       **
Dick Tracy (Beatty) * * *     ***   * * *   **
La Nurse (Friedkin)       °   **   **   **    
Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (Almodovar)   **   ** ° ** *          
Cinquante-Huit Minutes pour vivre (Harlin) *   ** * ° **   * * ° ** **
La Gloire de mon père (Robert) ° * ** °       * ° *** **  
Chérie j'ai rétréci les gosses (Johnston)   * *     *     * *   **
La Baule-Les Pins (Kurys) ° **   **           *    
Bienvenue au paradis (Parker)         * *   *       **
Docteur M (Chabrol)       ** ° **            
Freddy 5, l'enfant du cauchemar (Hopkins)       °   **           **
Tremors (Underwood)           **     °     **
La Campagne de Cicéron (Davila)     ° ***                
La Vengeance d'une femme (Doillon)       ***       °        
Stan the Flasher (Gainsbourg)           ***   °        
Baby Blood (Robak)           **   *        
Les Maîtres de l'ombre (R. Joffé)           *           **
Alouettes, le fil à la patte (Menzel)         **              
Alexandrie encore et toujours (Chahine)       **                
Après après-demain (Frot-Coutaz)       **                
Bad Influence (Hanson)           **            
Blaze (Shelton)           **            
Caste criminelle (Zauberman)                       **
Cézanne (Straub & Huillet)             **          
Charlie (Bluth)                       **
Corps perdus (De Gregorio)           **            
Coupable ressemblance (Ruben)           **            
Delta Force 2 (Norris)     **                  
Eat a Bowl of Tea (Wang)                       **
Einstein junior (Serious)                       **
Elémentaire, mon cher... lock Holmes (Eberhardt)                       **
Embrasse-moi vampire (Bierman)           **            
Ils vont tous bien (Tornatore)                       **
Je t'aime à te tuer (Kasdan)           **            
L'Amour poursuite (Rudolph)           **            
La Putain du roi (Corti)           **            
La Servante écarlate (Schlöndorff)           **            
Le Bal du gouverneur (Pisier)   **                    
Légers Quiproquos (Tognazzi)                       **
Mister Frost (Setbon)           **            
Pourquoi Bodhi-Dharma est-il parti vers l'Orient ? (Bae)         **              
Quelle heure est-il ? (Scola)                       **
Sidewalk Stories (Lane)       **                
Stanley et Iris (Ritt)   **                    
Tante Julia et le scribouillard (Amiel)                       **
Tu me troubles (Benigni)                       **
Un week-end sur deux (Garcia)   **                    
Voir l'éléphant (Marbœuf)       **                
Passe-Passe (Gessner)                        
Tatie Danielle (Chatiliez) * °   **   **     * ° *  
Un thé au Sahara (Bertolucci)     °   ** **   *   °   *
Il y a des jours et des lunes (Lelouch)   °   ** *     *        
Le Château de ma mère (Robert) ° *   °       * ° ** **  
Maman j'ai raté l'avion (Columbus) ° * *     *     ° *   **
Henry et June (Kaufman)       °   **   *        
Les Tortues Ninja (Barron)     **           ° *    
Premiers Pas dans la Maffia (Bergman)               * °     **
Jours tranquilles à Clichy (Chabrol)       *   *   *        
Pretty Woman (Marshall) ° ** * ° * *     ° ° **  
Nikita (Besson)   °   * ° ***     ° ° ** °
Ghost (Zucker) ° *   *   **   * ° *   °
Maman (Goupil)       °               **
Miss Daisy et son chauffeur (Beresford)   **             °      
Potins de femmes (Ross)     °     **            
Maniac Cop 2 (Lustig)           *           *
Robocop II (Kershner)       °         ° **   *
Ripoux contre Ripoux (Zidi) * °   *   *       ° *  
Les Mille et Une Nuits (De Broca) °     **   °     * °    
Road House (Herrington)   °       **     °      
Lacenaire (Girod)       °   *   *        
Léviathan (Cosmatos)           *     °     *
Présumé innocent (Pakula)           *     °     *
Aventure de Catherine C. (Beuchot)               *        
Daddy Nostalgie (Tavernier)               *        
Délit d'innocence (Yates)           *            
Double Jeu (Locke)           *            
Faux et usage de faux (Heynemann)               *        
La Femme fardée (Pinheiro)               *        
Le Fantôme de l'opéra (Little)           *            
Le Provincial (Gion)       *                
Lectures diaboliques (Takacs)           *            
Les Nuits de Harlem (Murphy)                       *
Mona et moi (Grandperret)     *                  
Point de fuite (Ruiz)       *                
Présumé dangereux (Lautner)           *            
Re-Animator II (Yuzna)       *                
Tilaï (Ouedraogo)       *                
Vengeance aveugle (Noyce)                 *      
Comme un oiseau sur la branche (Badham)           *   * ° °    
Quarante-Huit Heures de plus (Hill)         * °     °     *
Air America (Spottiswoode)           *     °      
La Fête des pères (Fleury)   °   *         °      
Tango et Cash (Kontchalovski) °         °       *    
Jours de tonnerre (Scott)   *       °     ° °    
Alien la créature des abysses (Margheriti)       °                
Echec et mort (Malmuth)           °            
Elvira (Signorelli)                 °      
Etoile cachée (Ghatak)     °                  
Halloween IV (Little)           °            
L'Aventure extraordinaire d'un papa peu ordinaire (Clair)       °                
L'Orchidée sauvage (King)           °            
La Fille des collines (Davis)           °            
La Fille du magicien (Bories)     °                  
Le Champignon des Carpathes (Biette)     °                  
Nous ne sommes pas des anges (Jordan)           °            
She-Devil, la diable (Seidelman)       °                
Tom et Lola (Arthuys)                 °      
Dancing Machine (Béhat)       ° °              
Full Contact (Lettich)   °               °    
Pacific Palisades (Schmitt)   °       °            
Rocky 5 (Avidlsen) °                 °    
Trente-Six quinze code Père Noël (Manzor)   °   °                
Turner et Hooch (Spottiswoode)   °             ° °    
Allô maman ici bébé (Heckerling) ° °       °     ° °    
Promotion canapé (Kaminka) ° °   °         ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent

Inédits :

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Song of the exile (Hui)     *** ** ** ***            
La Cosa (Moretti)   ***     **              
Songs for Drella (Lachman)         ***              
Innisfree (Guerin)         °             ***

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Etoile cachée (Ghatak) Nouvelle Vague (Godard) 3- Les Affranchis (Scorsese) Profonds désirs des Dieux (Imamura) 5- La Campagne de Cicéron (Davila) The King of New-York (Ferrara) 7- Le Champignon des Carpathes (Biette) Où est la maison de mon ami ? (Kiarostami) 9-Non, ou la vaine gloire de commander (Oliveira) Sailor et Lula (Lynch)

Un-simple-amateur :
1- La Cité des douleurs (Hou Hsiao-Hsien) 2- Les Affranchis (Scorsese) 3- Le Décalogue (Kieslowski) 4- Crimes et délits (Allen) 5- Sailor et Lula (Lynch) 6- La Fille aux allumettes (Kaurismaki) 7- Le Petit criminel (Doillon) 8- Sweetie (Campion) 9- Rêves (Kurosawa) 10- The King of New-York (Ferrara)

Pierre :
Top 19: 1-Le soleil même la nuit (Taviani) 2-Sailor et Lula (Lynch) 3-Tilaï (Ouedraogo) 4-The king of New-York (Ferrara) 5-Step across the border (Humbert et Penzel) 6-Les affranchis (Scorsese) 7-La cité des douleurs (HHH) 8-La maison des perversités (Tanaka) 9-La captive du désert (Depardon) 10-Nouvelle vague (Godard) 11-La ville Louvre (Philibert) 12-Berlin-Jérusalem (Gitaï) 13-Attache moi (Almodovar) 14-La véritable histoire d'Abe Sada (Tanaka) 15-Le rendez-vous des quais (Carpita) 16-Mon 20ème siècle (Enyedi) 17-Le décalogue (Kieslowski) 18-S'en fout la mort (Denis) 19-A la poursuite d'octobre rouge (Mc Tiernan)
les 25 hors liste suivants : Le temple des arts martiaux / Les arts martiaux de Shaolin (Liu Chia Liang)*** Gaspard et Robinson (Gatlif)*** Echos d'un sombre empire (Herzog)*** Et la lumière fut (Iosseliani)*** Adrénaline (collectif)*** Un autre futur (Prost)*** De Hollywood à Tamanrasset (Zemmouri)** Torch song trilogy (Bogart)** Jean Galmot aventurier (Maline)** Europa Europa (Holland)** Apartment zero (Donovan)** La ville et les chiens (Lombardi)** Sex et perestroïka (Leroi)** Black raimbow (Hodges)** le Mahabarata (Brook)** Pas nous pas nous (Hiller)** Casablanca express (Martino)** Le retour de Flesh Gordon (Ziehm)* Rickshaw (Martino)* Démoniaque présence (Laurenti)* Lung Ta les cavaliers du vent (De Poncheville)0 Les as du clip (Fishman)0 Miss Missouri (Chouraqui)0 Rébus (Guglielmi)0 Why me? (Quintano)0
17 courts-métrages : 1-La mort du stalinisme en Bohème (Svankmajer)**** 2-Hoï Polloï (Kotting)**** 3-Venus (ito)*** 4-Jan Saudek Pragues Printemps 1990 (De Missolz)*** 5-Conserva acabada (Monteiro)*** 6-X is Y (Kern)*** 7-Haut pays des neiges (Palacios)*** 8-Simple élégie (Sokourov)*** 9-Mirindas asesinas (De la Iglesias)*** 10-Poisson en boite (Mulloy)*** 11-The evil cameraman (Kern)*** 12-Pierce (Kern)** 13-Contact (Depardon)** 14-Because (Tykwer)** 15-Scooter and Jynx (Kern)* 16-Radio Venceremos: la voz combate por la paz (Sistema Radio venceremos)* 17-Un coup de foudre normand (Lelouch)0
8 moyens-métrages : 1-Gosses de Rio (Michel)**** 2-Horse-woman-dog (Sato)*** 3-Laurence (Carré)*** 4-La cosa (Moretti)*** 5-Calle San Luis Potosi (Hocquenghem et Kebadian)*** 6-En mémoire d'un jour passé (Bartas)** 7-Big boobs buster (Watanabe)* 8-Devil doctor woman (Yabe)*
36 longs inédits : 1-La chouette aveugle (Ruiz)**** 2-Que vivan los crotos (Poliak)*** 3-Kagero (Gosha)*** 4-Hiruko the goblin (Tsukamoto)*** 5-Sanglante paranoïa (Simon)*** 6-A fleur de terre (Michel)*** 7-Erotic ghost story (Lam Nai Choi)*** 8-Alicia en pueblo de maravillas (Diaz Torres)*** 9-Jacques Rivette le veilleur (Denis)*** 10-Szürkület (Feher)*** 11-Shadowzone (Cardone)** 12-Guerres de l'ombre (Lam)** 13-The german chainsaw massacre (Schlingensief)** 14-Meridian (Band)** 15-Prayer for rollerboys (King)** 16-Scissors (De Felita)** 17-Qui a peur du diable? (Olen Ray)** 18-Day of love (Polymnikov)** 19-Sgt Kabukiman NYPD (Herz et Kaufman)** 20-Scanners 2 (Duguay)** 21-Metamorphosis (Takakjian)** 22-Dune warriors (Santiago)** 23-Future zone (Prior)* 24-Voix profondes (Fulci)* 25-Robochic (Hansen et Mandell)* 26-Nightmare concert (Fulci)* 27-Les tomates tueuses contre-attaquent (De Bello)* 28-Invasion extra-terrestre (Schmoeller)* 29-L'année du chat (Graf)* 30-Spontaneous combustion (Hooper)0 31-Nightdreams 2 (Sayadian)0 32-Too young to die (Markowitz)0 33-Solar crisis (Smithee @ Sarafian)0 34-Au delà des ténèbres (Anderson)00 35-Double arnaque (Winner)000 36-Point de mire(Sloane)000

Mister Arkadin :
**** : La Cité des douleurs (9)
*** : Roger et moi (8) ; Les Affranchis (8) ; Le Décalogue (8) ; Gremlins 2, la nouvelle génération (7) ; Bouge pas, meurs et ressuscite (7) ; Crimes et délits (7) ; La Vocce della luna (7) ; Le Petit Criminel (7) ; Conte de printemps (7)
** : Détour (7) ; La Vengeance d’une femme (7) ; Outremer (6) ; La Discrète (6) ; Kill me Again (6) ; Sailor et Lula (6) ; La Fille aux allumettes (6) ; Non ou la vaine gloire de commander (6) ; Cyrano de Bergerac (6) ; Leningrad Cowboys Go America (6) ; Il y a des jours et des lunes (6) ; La Désenchantée (6) ; Songs for Drella (6) ; Let’s Get Lost (5) ; Taxi Blues (5) ; Où est la maison de mon ami ? (5) ; Alexandrie, encore et toujours (5) ; Rêves (5) ; Attache-moi ! (5) ; Halfaouine, l’enfant des terrasses (5) ; Susie et les Baker Boys (5) ; Mo’ Better Blues (5) ; Le Soleil même la nuit (5) ; Uranus (5) ; Sidewalk Stories (5)
* : Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (4) ; Nouvelle Vague (4) ; S’en fout la mort (4) ; Cry Baby (4) ; Sweetie (4) ; Ripoux contre ripoux (4) ; Milou en mai (4) ; Retour vers le futur 3 (4) ; Un week-end sur deux (4) ; Pourquoi Bodhi-Dharma est-il parti vers l’Orient (4) ; Quelle heure est-il (4) ; Pretty Woman (4) ; Nuit d’été en ville (4) ; Mona et moi (4) ; Tilaï (4) ; Docteur M (3) ; Chasseur blanc, cœur noir (3) ; Daddy Nostalgie (3)
o : Rocky 5 (2) ; Nikita (2) ; Oublier Palerme (2) ; Pacific Palisades (2) ; Le Cercle des poètes disparus (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Drugstore Cowboy ; The King of New York ; Né un quatre juillet ; Music Box ; La Ville Louvre ; Histoire de garçons et de filles ; Pump Up the Volume ; Aux sources du Nil ; Dick Tracy ; Chérie, j’ai rétréci les gosses ; La Gloire de mon père ; Maman ; Lacenaire

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1990 ? (86 votants)

1 : Les Affranchis (Scorsese) 17 voix
2ème (ex-æquo) : Crimes et délits (Allen) et Sailor et Lula (Lynch) 8 voix
4ème (ex-æquo) : Total Recall (Verhoeven), La Discrète (Vincent), Nouvelle vague (Godard), Le Décalogue (Kieslowski) et Gremlins 2 (Dante) 4 voix
9ème : L'Enfant miroir (Ridley), Où est la maison de mon ami (Kiarostami) et King of New-York (Ferrara) 3 voix
Viennent ensuite avec deux voix : Music box (Costa-Gavras), Non ou la vaine gloire de commander (Oliveira), La Cité des douleurs (Hou Hsiao-Hsien), La Fille aux allumettes (Kaurismaki) et Milou en Mai (Malle)
Cités une fois : Outrages (De Palma), Simetierre (Lambert), Sweetie (Campion), Metropolitan (Stillman), Le Cercle des poètes disparus (Weir), Les tortues ninja (Barron), Cyrano de Bergerac (Rappeneau), Miss Daisy et son chauffeur (Beresford), La Gloire de mon père (Robert), Chasseur blanc, cœur noir (Eastwood), My left foot (Sheridan), Drugstore cowboy (GVS), Profond désir des dieux (Imamura), Rêves (Kurosawa)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Cercle des poètes disparus, Peter Weir, 6 599 969 entrées
2. La Gloire de mon père, Yves Robert, 6 291 402 entrées
3. Cyrano de Bergerac, Jean-Paul Rappeneau, 4 734 235 entrées
4. Le Château de ma mère, Yves Robert, 4 269 318 entrées
5. Chérie, j'ai rétréci les gosses, Joe Johnston, 4 263 514 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Petit Criminel (Jacques Doillon) & Le Mari de la coiffeuse (Patrice Leconte)
- Prix Méliès : La Discrète (Christian Vincent)
- Prix Jean Vigo : Mona et moi (Patrick Grandperret)
- César du meilleur film : Cyrano de Bergerac (Jean-Paul Rappeneau)
- Oscar du meilleur film : Miss Daisy et son chauffeur (Bruce Beresford)
- Festival de Venise, Lion d'or : Rosencrantz et Guildenstern sont morts (Tom Stoppard)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Sailor et Lula (David Lynch)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Music box (Costa-Gavras) & Alouettes, le fil à la patte (Jiri Menzel)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Sluchaynyy Vals (Svetlana Proskurina)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Las Cartas de Alou (Montxo Armendariz)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1990 sur le site Encyclo-Ciné)

15/05/2016

Sur vos écrans en 1988

EDITORIAL :

Par notre invité spécial, Pierre Audebert

debruit00.jpgJournal d'un condamné : après électrotéléportation (simple, brancher Cahiers du cinéma sur Positif!) 507 films, 30 jours de voyage et quelques complicités...

Janvier
"Le changement minimum entre deux plans est le constituant élémentaire du langage cinématographique". Le cinéaste expérimental allemand Werner Nekes le démontre de façon didactique dans Cinémagica, documentaire fleuve sur les images animées. S'y reflète le régime d'images de mon voyage dans le passé (de l'enchaînement minimum entre deux films...). Entrevu la beauté lumineuse d'El sur, presque par hasard. Le second film de Victor Erice acclamé à Cannes en son temps sort à la sauvette après six ans de purgatoire. Première B au lycée L. Tous les mardis soirs, je me rends religieusement à des séances art et essai... Je retrouve parmi les habitués de la ville de P. mon prof d'espagnol. A bonne distance, nous apprécions à l'unisson une programmation rêvée. Son rire résonne encore des premières frasques d'Almodovar. Nous apprécierons  successivement Salaam Bombay, Drowning by numbers ou le Sud en version traumatisée de Solanas. Point cardinal récurrent et ancrage de cette année marquée aussi par la découverte de la vraie vie, de la vodka et des nuits blanches. J'ai mal à la mémoire. Je titube sous les coups d'un prix cannois. Un polonais inconnu vient de jeter une ombre sur l'année avec quatre pépites noirissimmes et éblouissantes. Écho d'un chat qu'on étrangle dans une rue de Varsovie et gueule de bois de Remo Forlani qui ne voit sur RTL qu'"insolent navet et œuvre répugnante". Une fille, lunettes noires sur capuche blanche, me glisse un papier dans la poche. "Trois fois Jean-Claude Brisseau s'exerce... Trois fois il raconte la même histoire ou presque... C.".

Février
Quartier latin. Toujours embrumé par les visions et des relents pleins de bruit et de fureur qui me perturberont longtemps. La vietsploitation continue son enfumage, abreuvant les nostalgiques : clip intime et poignant de Dear America, correct mais un peu putassier Saigon, l'enfer pour deux flics et ce bien carré Hamburger hill, avec ses gi's en nems sur  barbecue (moins subtil que le pudding flambé d'Angelica!). Devant la fontaine St Michel, le dernier des mac mahoniens rédige des missives pour la postérité. Ça sent le roussi pour les soixante-huitards américains... Mais les mots griffonnés en bout de course ont abandonné l'abrasif du dramaturge et saluent un auteur "délaissant un temps sa panoplie de cinéaste engagé". Brouhaha, flashes. Des hordes de pénitents se traînent vers moi sur leurs genoux à vif, agitant pancartes et chapelets. Explosion...

Quelle époque... Tragédie finale à Ouvéa, première Intifada. Le Building à Bezançon. Le 11 octobre le Gaumont Opéra et le 14 octobre le Beaubourg. Et donc ce 22, attentat et bousculade à la sortie du St Michel. 13 blessés dont quatre graves. Pas de prison ferme pour les membres de l'Agrif. Judas n'a été qu'un mauvais lieutenant. Et  pas question d'IVG pour Marie Madeleine. Silence (des anges) au Vatican. Le père Berthier dénonce dans Télérama une vision du monde où le péché est toujours une faute liée à la sexualité...

Mars
Le petit Jésus est donc revenu parmi les siens, plus œcuménique que jamais. La satire façon Free time Chatiliez flatte les brebis (galeuses) du seigneur comme le prolo qui l'œil humide, voit l'esprit Groseille déteindre sur Momo Le Quesnoy. Quatre millions d'ouailles au pays de Bernadette - ne pas oublier ce bide à la noix, grand succès en province. Rire plutôt avec Rob Reiner et Peter Falk, nous replongeant en enfance pour Princess bride, quand John Hughes choisit la vie adulte avec Un ticket pour deux. Un ticket, deux amis pour la vie et un finale à la Capra. Année triomphale pour la comédie populaire. Celle réjouissante du travail en mars – ou comment entrer dans le Moullet ? - ou d'un temps où le merle Mocky vient chatouiller la force tranquille et agiter la génération Mitterrand d'une onde de plaisir dispersive. Jacqueline Maillan enflamme encore le docteur comme un courant alternatif. Stéthoscope à même la vhs, il se lance dans l'autopsie de Tim Burton, nouveau trublion américain, qui  trouve "en redonnant naissance à des corps « imparfaits » une incroyable profondeur". Beetlejuice ou le rire de profundis. Quittant la Bourgogne - sans monter à Solutré mais pas sans une offrande à Saint Bouyxou - je suis pris en chasse dans les faubourgs de Ciné city par une horde de Toons déglingués. Oh Zoom arrière, tu n'es pas un long fleuve tranquille...

Avril
"Le film fait ressentir tout de même, à travers ses yeux, quelque chose de la fascination puis de la peur que peuvent inspirer le monde animal (libre mais violent) à un enfant."  1988, un zoo la nuit. Le nageur au long cours qui m'a fait plonger dans ce grand merdier du cinéma populaire ne se doutait pas que 55 ans plus tard, le public coulerait à ces bestioles des yeux de bisounours. 9 millions d'entrées France pour quelques dauphin, la même chose pour un ours, auxquels s'ajoutent 2 millions pour Jean-Paul et les lions. Ce qui finalement fascine les enfants du Grand bleu,  ce ne sont pas tant des mammifères marins rigolards mais peu sensuels que l'immersion réussie dans un liquide amniotique pour une longue séance d'antistress. Aussi je m'y adonnerai trois fois cet été là (j'ai perdu ma mère jeune). Par contre, aucune fascination pour les alpages préfabriqués de Jean-Jacques Annaud et la solitude de l'ourson coureur de fond. De quoi faire flipper l'oncle Ed et les dauphins : "Deux heures trente à partager les émotions d'un animal, pour qui n'est pas familier de ces bêtes là, c'est long". Mais vint Chatran et tout d'un coup "Les enfants du ciel sont les étoiles scintillantes, les enfants de la terre sont les champignons, les enfants de l'eau sont les gouttes de rosée, les enfants de la forêt sont les arbrisseaux...". Alors, adieu Crocodile dundee, Roger rabbit, Mowgli et les Aristochats, Rox, Rocky, Bigfoot, Benji sans malice et alouette déplumée.

Mai
Suis allé boire un café à Cannes, j'm'y suis pelé. Préféré repartir pour Bagdad... Une créature de la nuit - entre l'Irma vep de Feuillade et celle d'Assayas - me lance sous la lune ce chant tubulaire ("Calling youuu..."). Elle a gravé à la pointe de la flèche "Décidément à Cannes, on adore la campagne". "Le toujours soporifique Bille August" casse la baraque du cinéma d'auteur indépendant européen et ses fans et les invalides se sentent pousser des palmes. C'est l'épidemic de l'académisme scandinave ! Passé Le chemin du serpent, Gabriel Axel réchauffe les vieilles badernes. Il est vrai que le spectateur français réfléchit mieux le ventre plein. Préfère la brève rencontre du cinéma de Mouratova et autres dégelés du bloc de l'est ou plonger dans les ténèbres poudreux d'Almodovar pour y palper au plus près cette insoutenable légèreté de l'être. Insoutenable fut aussi la dernière collaboration entre Werner Herzog et Klaus Kinski. En reste le venin d'un Cobra verde. Aguirre lui s'est dilué dans l'onirisme d'El Dorado et en fait de trésor, mieux vaut grimper à L'arbre du désir géorgien. Bientôt l'heure du thé sur la méridienne de Genève.

cry.jpg

Juin
Grand-messe blanche  pour pauv' petits noirs. La lutte des sud africains s'affiche à Hollywood et à Cannes, annonçant une libération proche. Le noir qui lance la pierre n'est plus seulement un sauvage et le regard de Molly se double enfin d'un poing levé. Seules image acceptables - avec la conviction de Jodhi May - du fade récit de Menges, qui déjà succède à un tristounet Cry freedom. Mapantsula véritable cri. Les manifestants anti-apartheid désertent les écrans (sauf pour les clips de Paul Simon, en état de grâce à plusieurs zéro) pour les scènes et les exhibitions du zoulou blanc Johnny Clegg, le "Biko" de Peter Gabriel et terminer ce 11 du mois au concert pour Mandela à Wembley. Black is beautiful. Eastwood se prend le blues, lui qui saura plus tard "prendre plaisir à filmer d’immenses espaces extérieurs (par exemple celui du palais présidentiel) qu’il oppose aux espaces intérieurs et confinés qui, inévitablement, rappellent l’enfermement passé de Nelson Mandela" ainsi que l'a tracé dans le sang un certain vampire. En attendant, cartes postales des colonies et bon sauvage. Chocolat, joli et nostalgique, accouche au moins d'une promesse. Les anglais sont OK là-bas au Kenya, romantique et guindé dans Sur la route de Nairobi. The kitchen toto convainc plus efficacement en adoptant le regard d'un enfant kikuyu terrorisé, mais sans nous épargner le manichéisme de la représentation d'indépendantistes féroces. L'innocence y a un prix et le racisme un ratio : 1 blanc pour 200 africains. L'Afrique s'affranchit des nécrologies et des clichés avec les débuts d'Idrissa Ouedraogo ou avec Papa Wemba dans La vie est belle, et Ferreri y mord à belles dents. Amertume. Un des plus grands films de l'année, signé par l'immense Ousmane Sembene, reste au placard. Camp de Thiaroye égratigne sévère l'image d'une France paternaliste bien avant l'indigent Indigènes.

Juillet
Fin de l'enfance et grandes vacances de la Suède à Taïwan, en passant par la Grèce embrumée. Un typhon japonais souffle sur l'été. Les ados essaient d'affoler Twist and shout. Dans Génération perdue, les vampires new look de Schumacher suivent la piste des nomades Mc Tiernanesques quand la jeunesse dorée de Beverly hills part en bad. Seul Spielberg promène encore sur le champ de bataille son œil d'enfant plein de soleil. La cinématique capte jaillissements et rebuffades des jeunes pousses et laisse fleurir le verbe d'une vie de chien. "Le devoir de désobéissance de l’adolescence entraîne un certain nombre de déconvenues esthétiques". Chez Breillat, qui toujours "brode sur les rapports entre virilité et brutalité - avec ses obsessions personnelles, comme vous pouvez l'imaginer...", elle a les traits d'Etienne Chicot. Normal que Delphine Zentout boude. Et Charlotte chez Claude Miller et les autres, devant la fascination de sa mère Jane Birkin pour le rejeton d'Agnès Varda et Jacques Demy. Et maman s'amuse à filmer le baiser de son déjà grand, la boum l'après-midi, des grappes d'ados un peu saouls qui scandent  "Je hais la guerre et je hais la haine !" sur les deux accords des Bérurier noir. Classe 88, nous étions des rebelles... Abracada- Boum !

Août
"C'est comme si tu faisais de la plomberie...". Isabelle Huppert, à Caen veut l'entendre, raconte les conseils de l'ancien de Pharmacie et la difficulté je jouer les faiseuses d'anges. 1988, bonne couvée pour la qualité française et déjà ce "portrait sans concession de la France sous l'occupation, où sont partagées les idées du maréchal Pétain". Ah la province, ses cures à Vichy et sa porcelaine de Limoges (et heureusement ses ciné-clubs). Je saute d'un avis à l'autre, sans pouvoir arrêter une opinion après Quelques jours avec moi. Bientôt le bicentenaire... De Broca fait refleurir les lys de l'ancien régime au pays du fou. Dans le bordelais, Jessua a emprunté Jean Rabier en toute innocence pour des joutes psychologiques et criminelles qui font grincer la critique. Elle préfère les causeries littéraires et la ligne coquine de Miou-Miou à la Deville comme à l'écran. N'oublions pas le couple Adjani-Nuytten. Un film fort bien éclairé, moins figé que dans mon souvenir, où Rodinpardieu s'effrite face au talent conjugué, et de la comédienne, et de l'artiste réincarnée.

bruce.jpg

Septembre
Les stars américaines jouent les fakirs. Pour un Mc Guffin et deux belles ou Ford chez Polanski. Je fonds devant Emmanuelle-Kryptonite-Seigner, à qui l'on doit la belle renaissance de Roman. Un exalté me secoue à la rentrée : "Vous imaginez si Die Hard, aka Piège de Cristal, s'était appelé "Barefoot and stuck with terrorists in a building ?"". Pas vraiment, aurait fallu oser. Le nouveau high concept de Mc Tiernan est un genre de roman d'apprentissage pour mari en stand by qui déclare sa flamme avec un humour spectaculaire. De quoi prolonger le plaisir pur du cinéma d'action en rénovant la figure du héros nu. Abracada-boumako pour le début de la carrière américaine du hollandais sanglant Verhoeven. "Le début du film reste un traumatisme pour certains d'entre nous, à commencer par moi qui ai vu le film à sa sortie, en 1987, soit à l'âge de 14 mois". Excellent tour de chauffe... Nous on s'enferme dans La bête de guerre et son éprouvant périple afghan. Puis Steven Seagal est arrivé (quand, beaucoup plus dommageable, Nico, la grande prêtresse, nous a quittés.)... Andrew Davis graisse sa série B comme Mamet ses engrenages. Le thriller américain part en goguette à Amsterdam. Ce Dick Maas a du chien, au delà d'un petit côté "office du tourisme" de sa chasse à l'homme-grenouille.

Octobre
L'automne est tombé comme un solo sur le Bird de Clint Eastwood. Mise en scène sobre et colorimétrie soignée, écrasées par la performance du grand Forest Whitaker. Si on a pu dire parfois "Jusque là rien de très original dans l’œuvre du pessimiste joyeux qu'est Woody Allen", voilà qu'il revient par la fenêtre et, pour la première fois depuis Intérieurs, aborde par la gravité "cet instantané d'une nuit privée d'électricité où de maladroits et solitaires intellectuels se blessent les uns les autres de ne savoir vivre ou se parler vraiment". On quitte les années Reagan pour Bush 1er et Coppola en vire au marbre. "Quand et comment doivent faire les cinéphiles pour connaître le moment de partir vers le monde des grandes personnes ? Quand et comment doivent faire les cinéphiles pour calmer la tristesse de ce moment ?" me miaule Chatran, fielleux félin qui préfère la vie au cinéma.

Novembre
Les feuilles et les mortes-vivantes se ramassent à la pelle. Tu vois Vincent, je n'ai pas oublié, ce territoire des morts que tu as labouré... "Il n'est pas innocent, je suppose, que chacun des zombie se distingue par des vêtements qui traduisent son métier et trimbale jusque dans la mort ses outils de travail et les gestes qui vont avec (couperet du boucher, clef du mécanicien, pompe du garagiste, tondeuse du jardinier). Aliénation par le travail mon cher Marx !" Mais en 1988, une batterie de variations imposent d'autres visions décomposées à la nature complexe. Les écorchés de Barker en ont les atours et une certaine décrépitude morale. Chez Carpenter, les suppôts du diable en reprennent la démarche, le teint livide et l'appétit. Chez Lustig, le revenant est vigilante et psycho-killer. Qu'importe le mal tant que la panoplie rafraîchit le thriller urbain. Alors Flic ou zombie ? Après l'attaque d'animaux zombifiés surréalistes dans les cuisines d'un restau chinois, Hong Kong brouille carrément les gênes avec ses fantômes dans un grand bazar survolté, érotique et bleuté. Première salve dans nos salles de leur nouvelle vague. Plus important dans cet élan viral, tout se boucle en Haïti. Craven revisite scientifiquement le vaudou et réalise un mètre étalon du genre. Le politique y est en putréfaction au premier plan et ça n'a rien d'une formule.

Décembre
L'amour à mort inspire Yoshida pour son étrange version de Hurlevent. Eros et Thanatos encore chez Fulci pour de pervers plaisirs de mise en scène. Présence sans fin des défunts ou pressentiment de notre fin inéluctable ? Les lignes deviennent perméables. Tarkovski et Paradjanov sont mis en parallèle dans un court documentaire qui évoque pour l'arménien l'insupportable perte de l'ami russe. Il interroge aussi leur rapport à cet au-delà sans aucune "pornographie de la mort qui fait le prix ignoble de certains documentaires, de montrer sur le vif, si l’on peut dire, en direct, des hommes en train de réellement mourir ; et le scandale de cette mort violente monnayée en document sensationnel ; et le scandale de ce mort ainsi à jamais privé de paix, transformé en histrion de son propre calvaire par le cynisme des projections permanentes." Ces lignes baziniennes de homme qui ne rit jamais (mais marque souvent) ne se prêtent pas d'avantage au long crépuscule du bourreau de Lyon radiographié par Ophuls. Ailleurs dans la fiction, Huston égraine son testament irlandais sur la harpe fragile d'Alex North. Et parce qu'il est conscient de ses mutations, Godard achève le premier chapitre de ses Histoire(s) du cinéma - celui qui nous a tout appris et fait perdre l'esprit. Matilda (et moi) s'envole sur le dernier film de Jacques Demy - début de la fin d'Yves Montand...

Dernier message des étoiles :
Ciné-lecteurs, ciné blogueurs,
une rétro ça peut durer des heures,
Cinextrémiste, Cinéphagique,
Zoom arrière est mon analgésique...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 187 longs métrages (sur les 507 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

                                    
Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
De bruit et de fureur (Brisseau)     *** *** *** **** *** ****   *** ***
A bout de course (Lumet)     ****   **** ***         ***
Les Gens de Dublin (Huston)   **** **** * **** **** * ***     ****
Tu ne tueras point (Kieslowski)   ****   ** **** **** * ****     ***
Hôtel Terminus (Ophuls)   *** ****   ****            
Drowning by Numbers (Greenaway)       *** **** **** * ****     **
Matador (Almodovar)   ****   *** *** **** *       ***
Beetlejuice (Burton) ** ***   *** *** **** **   ** *** ***
Bird (Eastwood)   *** ** ** *** **** ** *** ** ** ****
Drôle d'endroit pour une rencontre (Dupeyron)   ***   ** ***     ***     ***
La Commissaire (Askoldov)         ***           ****
La Bête de guerre (Reynolds)           ***         ****
Le Sud (Solanas)   ****     ***            
La Petite Voleuse (Miller)   ***   *** *** **   **     ***
Jardins de pierre (Coppola)     ***     **         ****
L'Emprise des ténèbres (Craven)       ***   ****   **      
Quelques jours avec moi (Sautet)   **** * *** *** ** ** ***   **  
Aux frontières de l'aube (Bigelow)       **   ****       * ****
Histoires de fantômes chinois (Ching)       ***   ****     *   ***
Le Festin de Babette (Axel)   ***   **
  *** **     ***  
Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (Zemeckis) *** *** ** ° ** *** ** * *** **** ***
Engrenages (Mamet)       ** *** ***   **     ***
La Loi du désir (Almodovar)   ***   ** *** *** **        
L'Empire du soleil (Spielberg)   ** **   ** ***   *   *** ****
Frantic (Polanski)   ****   *** *** ** * ** ** *** *
Robocop (Verhoeven)   ** *** * ** *** *   ** ** ****
Prince des ténèbres (Carpenter)     ° *** * **** ** *   *** ****
L'Insoutenable Légèreté de l'être (Kaufman)   *** * ** *** *** * ***     **
Une affaire de femmes (Chabrol)   **   **** ** *** ** *      
La Dernière Tentation du Christ (Scorsese)     ** * ** *** *** ***      
Hidden (Sholder)       *** ** ***   **   ** **
Sammy et Rosie s'envoient en l'air (Frears)       ** ** **** **        
China Girl (Ferrara)       **   ***   **     ***
Hellraiser - Le Pacte (Barker)       **   ***         ***
Paysage dans le brouillard (Angelopoulos)       *** *** **          
Le Hasard (Kieslowski)       ** ****            
La Table tournante (Grimault & Demy)               ***     ***
Shadows in Paradise (Kaurismäki)           ****          
Piège de cristal (McTiernan) * * *** ** ° ****     ** ** ****
La Lectrice (Deville)   ***   ** ** ***   *   ** ***
September (Allen) ** **   *** **   *       ***
Mort à l'arrivée (Morton & Jankel)         ** ***       * ***
Epidemic (Von Trier)       ** ** ***   **      
Jane B. par Agnès V. (Varda)       *** ** **          
Maniac Cop (Lustig)       **   **         ***
Trois Places pour le vingt-six (Demy)     ** ***       **      
Wall Street (Stone)   ***   ** ** ** * * *   ***
Alouette je te plumerai (Zucca)     *** **              
Cobra Verde (Herzog)           ***         **
Elmer, le remue-méninges (Henenlotter)       **             ***
Une bringue d'enfer (Reynolds)     ***     **          
Urgences (Depardon)         ***   **        
Y'a bon les Blancs (Ferreri)       **       ***      
Princess Bride (Reiner)   **   ° ** *** * ** ** ° ****
Good Morning Vietnam (Levinson)   **   ** ** ** *   * ** **
Colors (Hopper)     ***     **     *    
Corentin ou les Infortunes conjugales (Marbœuf)       *       **     ***
Dans les ténèbres (Almodovar)       ** * ***          
Hairspray (Waters)       **   *** *        
Milagro (Redford)           ***   *     **
U2 Rattle and Hum (Joanou)         * ***         **
Un enfant de Calabre (Comencini)   ** ***         *      
Chocolat (Denis)       ** **           **
Les Possédés (Wajda)       **   **   **      
Aux quatre coin-coin du Canard (Baissat)                     ***
Chuck Berry Hail ! Hail ! Rock'n'roll (Hackford)                     ***
L'Amateur (Kieslowski)         ***            
La Sorcière (Bellocchio)           ***          
Le Sang du châtiment (Friedkin)           ***          
Onimaru (Yoshida)       ***              
Pacte avec un tueur (Flynn)           ***          
Stormy Monday (Figgis)           ***          
Sur la route de Nairobi (Radford)           ***          
The Last Movie (Hopper)           ***          
Un ticket pour deux (Hughes)                   ***  
Walker (Cox)           ***          
Camille Claudel (Nuytten)   **   ** ** **   *   *  
Itinéraire d'un enfant gâté (Lelouch)   *   ** **   * **   ** *
Powaqqatsi (Reggio)           *         ***
Balance maman hors du train (De Vito)   **                 **
Encore (Vecchiali)     ** **              
Les Enfants de Salem (Cohen)       **   **          
Les Modernes (Rudolph)       **       **      
Mémoires d'un Juif tropical (Morder)       **     **        
Star Trek 4 (Nimoy)                   ** **
Bagdad Café (Adlon)   *   ** ** *   * *   **
Bad Taste (Jackson)       **       ** *    
Midnight Run (Brest)           **   * **    
Trente-Six fillette (Breillat)       *** ° ** *        
Pelle le conquérant (August)         ** *   *     **
La Vie est un long fleuve tranquille (Chatiliez) * *   ** * **   * ** * **
Traquée (Scott)       ** * *     °   ***
A gauche en sortant de l'ascenseur (Molinaro)   ** ** **   °       *  
Willow (Howard) * *   °   **   * * *** *
Chouans ! (De Broca)   * ** **       *     °
La Maison assassinée (Lautner)   ** ** *         * °  
Un prince à New York (Landis)           *     ° *** *
Amsterdamned (Maas)       °   **     *   **
L'Œuvre au noir (Delvaux)   ***   °              
Le Marin des mers de Chine (Chan)                 °   ***
Bonjour l'angoisse (Tchernia)       **       *      
Broadcast News (Brooks)           *         **
La Comédie du travail (Moullet)     * **              
Les Saisons du plaisir (Mocky)       **       *      
Meurtre à Hollywood (Edwards)     *               **
Prison (Harlin)       *   **          
Rendez-vous avec la mort (Winner)           **   *      
Saigon, l'enfer pour deux flics (Crowe)           *         **
Suspect (Yates)           *         **
Vices et caprices (Brass)       *             **
Critters 2 (Garris)                   **