Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Sur vos écrans en 1994

EDITORIAL :

Par Vincent J.

carlito00.jpgTrois couleurs, rouge

Avec le recul, les années quatre-vingt ont marqué un profond bouleversement du cinéma. Facile à dire quand on a ce recul et puis c'est sans doute vrai de chaque décennie. Mais celle-ci est la mienne, celle qui me voit passer de l'adolescence à l’âge adulte, celle de mes années d’étudiant propices entre toutes à l'exercice d’une cinéphilie galopante. C'est celle où se forgent les goûts et les dégoûts, où les découvertes marquent pour la vie. Reste que cette période me laisse avec une drôle de saveur dans la bouche. Le cinéma italien s'est écroulé, les promesses du cinéma français n'ont pas été tenues et obligent à se rabattre sur les sûres valeurs du passé (Rohmer, quelqu'un ?), le cinéma américain, mon alpha et mon oméga, a glissé vers un spectaculaire tapageur excluant petit à petit mais avec rapidité, les regards les plus ambitieux.
Les années quatre-vingt dix s'annoncent plus intéressantes, du moins plus aptes à entretenir la flamme du renouveau. Le cinéma asiatique entre nouveautés et (re)découvertes apporte une sacrée bouffée d'air frais. Et en cette belle année 1994, trois films montrent pour moi que tous les espoirs sont permis pour les années à venir. trois films à marquer d'une pierre rouge.


Fin mai, Nanni Moretti enfourche sa Vespa pour traverser Rome au mois d'août. Drôle et mordant, mélancolique et musical, libre comme jamais, Moretti avec son Journal intime laisse tomber le masque transparent de Michele Apicella pour s'adresser à nous à la première personne. Il nous parle de sa ville, de son pays et du monde, un vaste programme auquel il donne une cohérence en restant à la hauteur de Nanni Moretti, dans les rues romaines, d'île en île, de médecin en médecin. Il dit et montre très simplement ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, du cinéma gore à Jennifer Beals, du souvenir de Pasolini à un numéro musical de Silvana Mangano, de la télévision aliénante au culte de l'enfant roi, de la pharmacie envahissante aux guérisseurs les plus folkloriques. Son style, fluide, vif, fait le reste, aidé par une bande son tout aussi diverse qui mêle Keith Jarrett à Leonard Cohen, le fidèle Nicola Piovani à Khaled. Moretti agrippe à pleines mains cette matière hétéroclite et en ordonne le chaos comme il collectionne les coupures de journaux pour tenter de donner un sens au monde dans lequel il vit. Cinéaste et cinéphile, il fait des listes, classe et donne son canon, le seul qui vaille, celui qui lui est propre. Sa conclusion tient en deux phrases : "Je suis un splendide quadragénaire" et "Boire un verre d'eau le matin ne peut pas faire de mal". En 1994, accédant glorieusement à la trentaine, je ne peux qu'être sensible à cette promesse et me réjouir des lettres rouges du titre qui éclatent sur les devantures des cinémas. Et derrière Moretti se fait jour une nouvelle génération de cinéastes, discrets mais tenaces, Marco Risi, Daniele Luchetti, Gianni Amelio, ou Michele Soavi, annonçant le renouveau d'un cinéma qui me manquait trop.


C’est en mai aussi que la Croisette s'est esclaffée et à frémit pour Pulp fiction, consacrant d'une palme son réalisateur de trente ans, Quentin Tarantino. Comme Moretti, le jeune américain offre un film gigogne à la narration éclatée, d'une forme rigoureuse mais souple qui brasse tout à la fois trente années de cinéma américain, versant populaire, et un portait de l'Amérique contemporaine. Je me souviens d'une discussion avec un critique de radio qui était resté sceptique. Derrière le jeu et la décontraction arrogante, Pulp fiction est un instantané aussi juste d'agaçant de l'Amérique, agaçant parce que juste : mélange des cultures, goût des motos, des armes et des voitures, culte de l’efficacité et de l'argent, mysticisme, rapport tordu à la sexualité, nostalgie des 50's, télescopages musicaux, et la présence envahissante du "big mac". La fiction tape à l’œil de Tarantino est aussi précise que la forme documentaire de Moretti. Il réactive d'anciennes gloires (Travolta, grandiose), s'amuse avec des stars (Willis, Walken), et puise dans le cinéma de genre. Son film est lui aussi, dans un autre registre, musical et libre. Tarantino ne cherche pas à organiser le chaos de cette Amérique dans laquelle il s'ébat avec jubilation. A travers ses héros schématiques et glorieux, il est à l’aise comme le poisson dans son bocal, au risque de la complaisance. Avec lui, c'est la confirmation insolente d'une nouvelle génération indépendante, Hal Hartley, Jim Jarmush, les frères Coen qui renouvelle la grosse machine hollywoodienne. Et comme dans son film précédent, le sang coule à flots, rouge vif, trouvant son apothéose quand il éclabousse les vitres de la voiture de Vincent et Jules après un malencontreux accident qui pulvérise le crâne de leur complice. En 1994 c'est un spectacle qui réjouit mes plus bas instincts.


Rouge, c'est en mars la couleur du manteau de la petite fille qui traverse le ghetto de Cracovie. Tache aveuglante de couleur dans un monde d'horreur en noir et blanc plongé dans le chaos par la barbarie nazie. D'une colline surplombante, Oskar Schindler suit la marche si fragile. Il voit ce que le monde se refuse à voir, la plaie béante de la destruction des juifs d’Europe. Allemand, industriel, opportuniste, membre du parti nazi par intérêt, Schindler est une figure ambiguë mais justement exemplaire pour sa part d'humanité qui ne va pas sombrer, comme pour tant d'autres, et lui permettre d'affronter la folie meurtrière du monde. Ce choix de Steven Spielberg n'est étonnant que pour ceux qui restent à la surface de l’œuvre du réalisateur. Schindler est le médiateur parfait pour s'adresser à l'occidental moyen de 1994 et pour Spielberg, cinéaste à succès, américain, juif, le seul point de vue tenable pour affronter ce sujet délicat entre tous. Spielberg est un cinéaste travaillé par l'histoire et l'ambition d'un cinéma américain en prise sur le monde, celui de John Ford, de George Stevens, de Samuel Fuller, de Frank Borzage, un cinéma qui a conscience de sa force, de sa fragilité parfois, mais qui croit en sa capacité à montrer, raconter et transmettre. En cela la foi de Spielberg en son art s'oppose à la vision d'un Jean-Luc Godard qui ne cesse d'en pointer l'échec. Positions irréconciliables. En France, une partie de la critique, Gérard Lefort et ses larmes ravalées, Jacques Mandelbaum, Louis Skorecki et Claude Lanzmann entonnent l'air du "Il ne faut pas", brandissant les textes sacrés de Jacques Rivette et Serge Daney. La polémique est malgré tout fertile car elle amène à reposer les questions de la représentation, ouvrant des pistes pour l'avenir, pour l'après Shoah quand le dernier témoin se sera tu. Car La liste de Schindler est plus profondément la tentative d'un homme qui n'a connu ni les temps ni les lieux du drame, pour approcher l'indicible et se confronter à la réalité du manteau rouge, jusqu'à ce que sa main tremble et qu'il ait le courage de montrer cette main trembler. Terrible scène des douches si mal comprise ! Qu'il soit un homme catalogué dans le spectacle en est trop pour certains. Mais les limites qu'ils lui donnent ne sont que leurs propres limites, légitimes après tout. La réalité du film, c'est un défi au cœur de Hollywood, un film en noir et blanc, avec des dialogues partiellement en allemand, polonais et yiddish, à la violence sans fard, qui exprime avec lucidité les limites d'un homme et d'un artiste : "Il en faudra beaucoup plus" dit un personnage. "J'aurais pu faire tellement plus" dit Schindler. Le film montre aussi, pour ceux qui suivent et estiment le cinéaste depuis vingt ans, que son œuvre sous son vernis de divertissement, est traversée de visions sombres d'exodes, de camps, d'une violence insoutenable, d'enfances meurtries, de figures du mal incarnées dans le pouvoir, d'un monde livré au chaos où se dressent ça et là de simples hommes qui ont su distinguer la petite robe rouge. En 1994, je ne doute pas d'avoir trouvé le cinéaste de ma vie.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 193 longs métrages (sur les 409 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
L'Impasse (De Palma)   *** **** **** *** *** ** **** ***   **** ****
Printemps tardif (Ozu)   ***     *** **** ***     ****   ****
Journal intime (Moretti)   **** * **** **** **** *** **     *** ****
Pulp Fiction (Tarantino) *** *** **** ** *** **** ** ** *** *** **** ****
Short Cuts (Altman) *** **** **** ** **** *** ** ** *** ****   ***
Wallace et Gromit (Park) *** *** ***   ****   **   ***     ****
Bonjour (Ozu)   ***   ** ***   *** ***   ****   ***
Le Lâche (Ray)   *** ****   ***              
Trois Couleurs : rouge (Kieslowski)   ***   * *** **** * ***   ** **** ***
Ladybird (Loach)   *   *** *** *** ** ****       ***
L'Etrange Noël de Monsieur Jack (Selick) *** *** * ** **** *** * ** *** **   ****
Exotica (Egoyan)   *** * *** **** ****   **     ** **
Les Roseaux sauvages (Téchiné)   *** **** *** *** *** ** * **      
Veillées d'armes (Ophuls)     ****   ***              
Soleil trompeur (Mikhalkov)   **   ** **     ***     *** ****
Délivrance (Ray)         ****   * ****        
Trois Couleurs : blanc (Kieslowski)   ***   * *** *** * ***   ** *** ***
La Reine de la nuit (Ripstein)   ***   ** ** ****            
Amateur (Hartley)   **   *** ** ****            
Pas très catholique (Marshall)   ***   *** ** ***           **
Petits Arrangements avec les morts (Ferran)   ***   *** ***   **     **    
Délits flagrants (Depardon)   ***   *** ***   **   **      
Au nom du père (Sheridan)         *** ****   ** **   *** *
Regarde les hommes tomber (Audiard)   ****   ** *** *** * **        
L'Eau froide (Assayas)   ** * *** *** *** **     ***    
L'Enfer (Chabrol)   *** ** *** ** *** * ** ** **   ***
Le Grand Saut (Coen)   **   *** ** *** * ** ** **   ***
La Reine Margot (Chéreau) ** ***   ** ° ****     ** **   ***
Les Vestiges du jour (Ivory) ** **   ***   **     **     ***
J'ai pas sommeil (Denis)   ***   ** ** ****   *        
Il était une fois le Bronx (De Niro)     ***     ***       **   **
Salé sucré (Lee)   **   **   ***         ***  
La Jeunesse de la bête (Suzuki)       ** ** ****            
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****            
Mrs Parker et le cercle vicieux (Rudolph)         ** ****           **
Vivre (Zhang)         *** ** ***          
Trop de bonheur (Kahn)   ***   ** ***              
Le Bazaar de l'épouvante (Heston)           ***       ***   **
Ce lieu sans limites (Ripstein)         ** ****            
L'Empire de la fortune (Ripstein)   ***     ***              
Tiens ton foulard Tatiana (Kaurismäki)       ***   ***            
Blue Chips (Friedkin)                       ****
L'Ange noir (Brisseau)   ** *** *** **   * **        
Quatre Mariages et un enterrement (Newell) * ** * ** ** *** *** * ** * ** ****
La Liste de Schindler (Spielberg)   ** *** ° ** ** ** * ** ** ** ****
The Baby of Mâcon (Greenaway)       ** * ***   **       ***
Entretien avec un vampire (Jordan) * ***   *   ***     ** *   ***
Lettre pour L... (Goupil)       ** ***   **          
Un été inoubliable (Pintilie)   **   ** ***              
Jeanne la pucelle (Rivette)   **   *** ° *** ** **        
Les Patriotes (Rochant) ** ** *   ** ***   ***   °   **
Serial Mother (Waters)   **   **   **     *     ***
Ruby in Paradise (Nunez)     **     ***            
Eté précoce (Ozu)         **   ***          
L'Ile au trésor (Ruiz)       ** ***              
Lamerica (Amelio)         **             ***
The Mask (Russell)   ** *     ***     ** * ** **
La Cité de la peur (Berberian) * * ** ** ° **     ** **** **  
L'Armée des ténèbres (Raimi)       **   **     *     ***
Kika (Almodovar)   ** ° **** ** ** * *       **
Speed (De Bont)   ° ***   ° ***     ** **   **
Grosse Fatigue (Blanc) * **   *** ** *     ** *    
M. Butterfly (Cronenberg)   *   ** ** ***         *  
Fresa y chocolate (Alea)   **   ** ** **   *        
La Vie d'un tatoué (Suzuki)     * **   ***            
La Séparation (Vincent)   **   ** **              
Le Paradis blanc de l'enfer (Nakamura & Kumora)           ***            
La Grande Citrouille (Comencini)         ***              
Romeo Is Bleeding (Medak)           ***            
Baby Cart dans la terre de l'ombre (Misumi)           ***            
Le Territoire des démons (Misumi)           ***            
L'Escorte (Tognazzi)           ***            
Mi vida loca (Anders)           ***            
Fresh (Yakin)     ***                  
Rapa Nui (Reynolds)           ***            
True Lies (Cameron) ° ° *** **   ***   * * ** **  
Tetsuo (Tsukamoto)       * ° ****           **
Rasta Rockett (Turteltaub)           **     ° *** **  
Mina Tannenbaum (Dugowson)   **   **   *           **
Forrest Gump (Zemeckis) ° ** ** ° ** **   * * *** ** *
Le Roi lion (Allers & Minkoff)     **           * * *** *
Le Sabre de la vengeance (Misumi)         * ***            
Trauma (Argento)           ***           *
Texasville (Bogdanovich)                   *   ***
Muriel (Hogan)   *       ***            
Le Cerf-volant bleu (Tian)   **     **              
Belle Epoque (Trueba)           **           **
Le Journal (Howard)           **           **
Backbeat (Softley)           **           **
Bab El Oued City (Allouache)       ** **              
Katia Ismaïlova (Todorovski)       ** **              
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)     *   **   **          
The Crow (Proyas)           **     *     **
Le Fils préféré (Garcia)   ***   ** * *   * ** °   *
Maverick (Donner)   **       **     * * *  
Tueurs nés (Stone)   * ° **   ***   * ° °   **
Philadelphia (Demme) ° * ** °   **       *   **
La Machine (Dupeyron)       °   ***   *        
Geronimo (Hill)           **       **   °
Blink (Apted)           **     * *    
Farinelli (Corbiau)   *       **           *
Baraka (Fricke)           **           *
Entre ciel et terre (Stone)   *       **            
Les Sœurs Munakata (Ozu)     *   **              
Hexagone (Chibane)       **       *        
Malice (Becker)           **   *        
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse (Kaurismäki)       ** *              
Blown Away (Hopkins)           **     *      
Cool World (Bakshi)                       **
Personne ne m'aime (Vernoux)       **                
Grande Petite (Fillières)   **                    
Le Journal de Lady M (Tanner)       **                
Etat second (Weir)           **            
Les Amoureux (Corsini)       **                
Les Aventures de Huckleberry Finn (Sommers)     **                  
Le Retour des morts-vivants 3 (Yuzna)                       **
Les Silences du palais (Tlatli)         **              
La Partie d'échecs (Hanchar)                       **
Clerks (Smith)       **                
I Like It Like That (Martin)           **            
Wonder Boy (Vecchiali)       **                
Le Royaume des diamants (Ray)                        
La Fille de D'Artagnan (Tavernier)   **   ° * *   * * ° ** *
Wolf (Nichols)   *   °   ***     ° *   *
L'Affaire Pélican (Pakula) * °       *     *   **  
Tombstone (Cosmatos)           **     * *   °
Le Sourire (Miller)       ** ° *   *        
Wyatt Earp (Kasdan)           **     * *   °
Danger immédiat (Noyce)     **     *     °     *
L'Homme sans visage (Gibson)           **     ° *    
Neuf Mois (Braoudé)   °   *           **    
Madame Doubtfire (Columbus)   ° ** °   *     ° **    
Le Colonel Chabert (angelo)   °   *   *   *       *
Guet-Apens (Donaldson)           **     °      
Sex and Zen (Mak)       °   **            
Absolom 2022 (Campbell)           *     *      
Killing Zoe (Avary)           *           *
Demolition Man (Brambilla) °         *     ° **    
Sauvez Willy (Wincer)     **       *   ° °    
Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (Segal)       *         °   * *
Deux Garçons, une fille, trois possibilités (Fleming)   °   °   *   °       **
Color of Night (Rush)       °   *   ° °     **
Un Indien dans la ville (Palud)     ** °   °     ° *    
Timecop (Hyams)           **     ° °    
Le Client (Schumacher)       °   **     °      
Aux petits bonheurs (Deville)   *   * °              
Bonsoir (Mocky)         °     *       *
Mister Jones (Figgis)           *            
Le Voleur d'arc-en-ciel (Jodorowsky)                       *
Police Story 3 (Tong)                 *      
Critters 3 (Peterson)                   *    
Critters 4 (Harvey)                   *    
L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse (Harel)       *                
Gilbert Grape (Hallström)                 *      
Le Ballon d'or (Doukouré)                   *    
Police Academy : Mission à Moscou (Metter)                   *    
L'Affaire Karen McCoy (Mulcahy)           *            
Nous les enfants du vingtième siècle (Kanevski)         *              
Pour l'amour d'une femme (Mandoki)           *            
Aux bons soins du docteur Kellogg (Parker)           *            
Gettysburg (Maxwell)                   *    
Casque bleu (Jugnot)       **   °     ° °    
Le Parfum d'Yvonne (Leconte)       ° °     *       *
Léon (Besson) ° ° * °   *   * ° °    
Pas de vacances pour les Blues (Ross)           *     °      
Le Bon Fils (Ruben)           *     °      
L'Irrésolu (Ronssin)       °       *        
Belles de l'Ouest (Kaplan)           *       °    
L'Ours en peluche (Deray)       °       *        
Opération Shakespeare (Marshall)                 ° *    
The Shadow (Mulcahy)           *     °      
Sister Act, acte deux (Duke)           *     ° °    
Piège en eaux troubles (Herrington)           °     ° ° *  
Montparnasse Pondichéry (Robert)       °                
Les Trois Mousquetaires (Herek)           °            
Macho (Luna)       °                
Elles ne pensent qu'à ça (Dubreuil)       °                
Délit mineur (Girod)       °                
Terrain miné (Seagal)           °            
Wayne's World 2 (Surjik)                   °    
Deux Doigts sur la gâchette (Sarafian)           °            
L'Extrême Limite (Harris)           °            
My father, ce héros (Miner)       °                
Milliardaire malgré lui (Bergman)                   °    
Elles n'oublient jamais (Frank)       °   °            
Intersection (Rydell)   °       °            
Priez pour nous (Vergne)       °         °      
A toute allure (Rifkin)           °     °      
L'Expert (Llosa)           °     °      
Les Complices (Shyer)           °     °      
La Famille Pierrafeu (Levant)                 ° °   °
La Vengeance d'une blonde (Szwarc)       °   °     ° °    
Le Flic de Beverly Hills 3 (Landis)       °   °     ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
The Lovers (Tsui)     °   ** *** ***       *** ****
Lothringen (Straub & Huillet)       ***                
L'uomo che guarda (Brass)       **                
Leçon de vie (Lehman)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Impasse (De Palma) 2- Journal intime (Moretti) 3- J'ai pas sommeil (Denis) 4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 5- Travolta et moi (Mazuy) 6- Pas très catholique (Marshall) 7- Délits flagrants (Depardon) 8- L'Eau froide (Assayas) 9- L'Ange noir (Brisseau) 10- M. Butterfly (Cronenberg) Petits arrangements avec les morts (Ferran)
Inédits : 1- Lothringen ! (Straub/Huillet) 2- Santantango (Tarr) 3- Li per li (Léon)
Anciens : 1- Printemps tardif (Ozu) 2- Eté précoce (Ozu) 3- Bonjour (Ozu) 4- Le Vagabond de Tokyo (Suzuki) 5- Le Goût du riz au thé vert (Ozu) 6- La jeunesse de la bête (Suzuki)

Un simple amateur :
1- Printemps tardif & Bonjour (Ozu) 2- Short cuts (Altman) 3- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 4- Délivrance (Ray) 5- L'Impasse (De Palma) 6- Journal Intime (Moretti) 7- Ladybird (Loach) 8- Veillées d'armes (Ophuls) 9- Délits flagrants (Depardon) 10- L'Ange noir (Brisseau)

Mister Arkadin :
**** : Short Cuts (10) ; Pulp fiction (10) ; Veilles d’armes (9)
*** : Ladybird (8) ; Wallace et Gromit (8) ; Le Parfum d’Yvonne (8) ; Journal intime (8) ; Les Roseaux sauvages (8) ; L’Etrange Noël de Monsieur Jack (7) ; Soleil trompeur (7) ; L’Eau froide (7) ; Les Vestiges du jour (7)
** : Clerks (6) ; Exotica (6) ; Quatre Mariages et un enterrement (6) ; L’Enfer (6) ; Trois Couleurs : rouge (6) ; Petits Arrangements avec les morts (6) ; Les Patriotes (6) ; The Mask (5) ; Regarde les hommes tomber (5) ; Amateur (5) ; L’Impasse (5) ; La Reine Margot (5) ; Trois Couleurs : blanc (5) ; Vivre (5) ; Trop de bonheur (5)
* : La Fille de D’Artagnan (4) ; L’Ange noir (4) ; Un été inoubliable (4) ; Philadelphia (4) ; Le Grand Saut (4) ; J’ai pas sommeil (4) ; Il était une fois le Bronx (4) ; Kika (4) ; Belle Epoque (4) ; Le Fils préféré ; Pas très catholique (3) ; la Cité de la peur (3) ; Grosse fatigue (3) ; Aux petits bonheurs (3)
o : L’Ile au trésor (2) ; Lettre pour L… (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Tiens ton foulard Tatiana ; La Séparation

Pierre :
1-Tetsuo (Tsukamoto) 2-L'impasse (De Palma) 3-L'eau froide (Assayas) 4-L'île au trésor (Ruiz) 5-En compagnie d'Antonin Artaud (Mordillat) 6-Bonjour (Ozu) 7-Soleil trompeur (Mikhalkov) 8-Pulp fiction (Tarantino) 9-J'ai pas sommeil (Denis) 10-Vacas (Medem) 11-L'ange noir (Brisseau) 12-Le journal de lady M (Tanner) 13-Baby cart : le sabre de la vengeance (Misumi) 14-Lettre pour L (Goupil) 15-Ladybird (Loach)
les 19 hors liste restants Le héros (Ray)*** Le dieu éléphant (Ray)*** L'écureuil rouge (Medem)** Baby cart : l'âme d'un père, le coeur d'un fils (Saito)** Le club de la chance (Wang)** Ghost in the machine (Talalay)** Black robe (Beresford)** Ticks (Randel)** Les allumés de Beverly Hills (Spheeris)** Jack l'éclair (Wincer)** Rends la monnaie papa (Deutch)* Quand Harriet découpe Charlie (Schlamme)* Jason va en enfer (Marcus)* L'étudiant étranger (Labro)* Le saint (Noyce)* Max le meilleur ami de l'homme (Laffia)* La maison aux esprits (August)0 Caravan city (Herschmann)0 Giorgino (Boutonnat)00
30 longs-métrages inédits 1-US go home (Denis)*** 2-Aswang (Poltermann et Martin)*** 3-Angel dust (Ishii)*** 4-Roadracers (Rodriguez)*** 5-Red to kill (Tang)*** 6-A chinese chamber torture story (Lam)*** 7-La meute (Risi)*** 8-Jizda (Sverak)*** 9-Wing Chun (Yuen Woo Ping)*** 10-O.C.T.B (Wong)** 11-Le libre penseur (Watkins)** 12-The mangler (Hooper)** 13-Nuits de Chine (Allen)** 14-Demon's house 2 (Trenchard-Smith)** 15-Brainscan (Flynn)** 16-Néfertiti reine du Nil (Gilles)** 17-Les démons du maïs 3 : les moissons de la terreur (Hickox)** 18-Funnyman (Sprackling)** 19-Ring d'acier (Frost)** 20-Jailbreakers (Friedkin)* 21-La chute de Gotti (Young)* 22-Planète Alpha 11 (Metzger)* 23-Les Tronches 4 (Zacharias)* 24-Confessions d'une rebelle (Edel)* 25-Fatherland (Menaul)0 26-Shaolin kids (Yip)0 27-La légende du dragon rouge (Wong Jing)0 28-Les croisés de l'espace (Knoesel et Neuhäuser)0 29-Appartement 512 (Verbong)00 30-Mission extrême (Nagahama)0000
7 moyens-métrages 1-L'enfer d'une mère (Carré)*** 2-Street musicians of Bombay (Robbins)*** 3-Abbas Kiarostami : vérités et songes (Limosin)*** 4-Letters to Katja (Konttinen)*** 5-Marseille en mars (Comolli et Samson)** 6-Caravana de caravanas (Colectivo perfil urbano)* 7-Le voile et la république (Benguigui)*
et pour finir 15 courts-métrages 1-Roadkill (Van Bebber)**** 2-La vie secrète d'émile Frout (Elissalde)**** 3-Ex-child (Drouin)**** 4-Tout droit jusqu'au matin (Guiraudie)*** 5-L'enfance égarée (Ruggia)*** 6-Frutti Chester (Ramm)*** 7-The moon (Ito)*** 8-The spy who caught cold (Lanthorpe)** 9-Histoire de papier (Costa)** 10-Elles (Quinn)** 11-La lune qui rit (Mulloy)** 12-Tyhe deadman 2 : the return of deadman (Kerkhof)** 13-Le cinquième rêve (Avedikian)** 14-Au bord d'un lac (Bokanowski)** 15-Larmes (Von Dusseldorp)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1994 ? (93 votants)

1- L'Impasse (Brian de Palma) : 21 voix
2- Pulp fiction (Tarantino) : 11 voix
3- Journal intime (Moretti) : 10 voix
4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) La Liste de Schindler (Spielberg) 5 voix
6- Short cuts (Altman) : 4 voix
7- L'Etrange Noël de Mr Jack (Selick) : 3 voix
Puis viennent ensuite avec deux voix : Tueurs-nés (Stone), Forrest Gump (Zemeckis), Délits flagrants (Depardon), Le Vagabond de Tokyo (Suzuki), Exotica (Egoyan), Les Vestiges du jour (Ivory), Baraka (Fricke), Baby Cart (Misumi)
Et cités une fois : Soleil trompeur (Mikhalkov), Etat second (Weir), Killing Zoé (Avary), Le Goût du riz vert (Ozu), Tetsuo (Tsukamoto), Ladybird (Loach), The lovers (Tsui), Clerks (Smith), Jeanne la pucelle (Rivette), Rouge (Kieslowski), Quatre mariages et un enterrement (Newell), The mask (Russell), Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Akerman), Le roi lion (Disney), Le client (Schumacher), Salé sucré (Ang Lee), L'armée des ténèbres (Raimi)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Roi Lion, Rob Minkoff & Roger Allers, 10 135 871 entrées
2. Un Indien dans la ville, Hervé Palud, 7 870 802 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement, Mike Newell, 5 791 728 entrées
4. Madame Doubtfire, Chris Columbus, 5 025 829 entrées
5. Forrest Gump, Robert Zemeckis, 3 963 919 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Prix Méliès : Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski)
- Prix Jean Vigo : Trop de bonheur (Cédric Kahn)
- César du meilleur film : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Oscar du meilleur film : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)
- Festival de Venise, Lion d'or : Before the rain (Milcho Manchevski) & Vive l'amour (Tsai Ming-liang)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Pulp fiction (Quentin Tarantino)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Au nom du père (Jim Sheridan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Jarre (Ebrahim Forouzesh)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Dias contados (Imanol Uribe)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1994 sur le site Encyclo-Ciné)

22/08/2016

Sur vos écrans en 1991

1991,rivette,pialat,burton,coen,ozu,carax,frears,allen,coppola,costnerEDITORIAL :

Par Céline

« Les Amants du Pont-Neuf est un véritable chef-d’œuvre, un ouvrage poétique, réaliste, tendre et dur à la fois. Espérons que le public saura lui faire un bon accueil, car le destin du talentueux Léos Carax ne tient qu’à un film. » Je n’en mène pas large lorsque je finis cette phrase. Il est tard et le devoir est à rendre pour le lendemain. Pendant plusieurs semaines, j’ai cherché dans les salles obscures de Nancy, LE film qui pourrait déclencher l’écriture d’un texte dont la forme et les contraintes me sont encore étrangères. « Vous rédigerez une critique sur le film à l’affiche de votre choix », avait-il dit.

13892076_10207694221608178_2849548703795662457_n.jpg

Jusqu’ici, tout tenait dans un grand cahier à spirale. Pour chaque film vu, un petit résumé, le nom du réalisateur et des acteurs principaux, et une sentence en quelques lignes accompagnaient l’inévitable photo de l’affiche découpée dans Studio ou Première. Le cahier était bien rangé dans le bureau, à l’abri des regards indiscrets. Maintenant, il faut non seulement faire plus, mais surtout, il convient de penser au lecteur, et ce n’est pas un lecteur comme les autres. Il note les interrogations sur 40 (« jamais vu ça ! ça sert à quoi ? ») et chaque devoir commence par une série de questions qui inquiètent beaucoup, car les réponses ne se trouvent dans aucun cours… l’actualité cinématographique. Désormais, la curiosité a sa place dans l’agenda scolaire.

Combien de points pour avoir répondu La Belle noiseuse de Jacques Rivette ? Combien pour avoir mis tous les « f » au titre du film de Ken Loach ? La faute au nom du réalisateur d’Europa a-t-elle été pénalisée ? Je ne sais plus, mais je me souviens m’être demandée : « Comment on révise ça ? ». La réponse à cette interrogation ne nécessite pourtant pas d’aller chercher bien loin. Il suffit de parcourir quelques rues pour entrer dans les salles obscures, ou de faire quelques pas pour trouver, dans la bibliothèque du lycée, toutes les revues de cinéma.

Tout est enfin là, à portée de main. L’histoire du cinéma se traverse au rythme d’un film par semaine au ciné-club, le cinéma d’art et d’essai de la ville ne me fait plus peur, et ma cinéphilie commence à trouver ses rituels, ses espaces de discussion et d’écriture, dont une mystérieuse grenouille à grande bouche qui gobe toutes les critiques…

13887072_10207694220328146_7531263936843323918_n.jpg

Depuis le printemps, le rythme de séances a sensiblement augmenté. Le choix du film est entièrement soumis à la configuration de la sortie. Les séances mère-fille imposent les films français au casting masculin séduisant (Bernard Giraudeau dans La Reine blanche et L’Autre). Les cinoches entre copines se concentrent avec une certaine obsession sur un sous-genre très présent en cette année 1991 : « le film avec Julia Roberts » (Le Choix d’aimer, Les nuits avec mon ennemi, Mystic Pizza ou L’expérience interdite). A plusieurs, le consensus aboutit souvent à la découverte, plus ou moins hilare, d’improbables nanars (Personne n’est parfaite). Et puis, il y a les séances en solitaire… En franchissant seule la porte du cinéma, je fais sans le savoir mes adieux au « cinéma-événement », à la sortie qu’on programme deux semaines à l’avance sans jamais penser en premier lieu à ce qu’on va voir. Le cinéma envahit petit à petit les trous de l’emploi du temps du lycée, les mercredis après-midi et les week-ends. Le programme de la salle est une carte géographique que j’apprends à déchiffrer, mais j’ai du mal à m’orienter avec ma boussole, dont l’aiguille indique encore la plupart du temps le pôle magnétique qu’est l’acteur. Je vais voir La Belle noiseuse pour Emmanuelle Béart et je fais ma première expérience du temps suspendu de la création. Ce n’est pas trop long pour moi, c’est trop grand pour moi. Je choisis Van Gogh pour Dutronc et je rencontre Pialat. John Turturro, repéré dans Jungle Fever, provoque quelques mois plus tard le choc Barton Fink. Cependant, Nanni Moretti et Sogni d’oro passent sous mon radar mal réglé. L’acteur, même dans un film médiocre, peut alors tout déclencher, Robert De Niro, dans L’Eveil, me donne le courage d’engager la bataille du magnétoscope VHS à la maison. Quand je finis par la gagner, c’est Scorsese et Cimino qui me tombent dessus…

Progressivement, je commence à trouver de la place pour les portraits de réalisateur sur les couvertures de mes cahiers dont les pages se remplissent des noms de Tati, Welles, Méliès, Keaton, Ford, Renoir ou Buñuel. Ces nouveaux héros n’ont pas toujours de visage (Kieslowki, Burton, Carax), mais ils ne sont plus invisibles, je parviens maintenant à les (re)connaître sur le grand écran. En quelques mois, ce grand écran est devenu la carte d’un territoire qui ne cesse de s’agrandir et de se peupler, mais je ne m’y perds plus ; son centre est mon lycée, mon ciné et les quelques rues qui les séparent. Vingt-ans plus tard, rien n’a changé (ou presque).

Pour F.B.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 208 longs métrages (sur les 413 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Belle Noiseuse (Rivette)   ****   **** **** **** ** ****   ****  
Van Gogh (Pialat)   **** *** *** **** *** **** ****   **** ***
Edward aux mains d'argent (Burton) *** **** *** **** **** **** *** *** **** ** ****
Barton Fink (Coen) **** ****   *** **** **** ** **** **** ** ***
Miller's Crossing (Coen) **** *** ° *** **** **** ** **** ****   ****
Fleurs d'équinoxe (Ozu) *** ***   **** **   ***     **** ***
Les Amants du Pont-Neuf (Carax)   **** ** **** *** *** * **** ***   ***
Les Arnaqueurs (Frears)   *** * *** **** ****   ***     ***
Alice (Allen)   *** *** **** *** **** ** ** **   ***
Le Parrain 3 (Coppola) *** *** ** *** *** *** *** ** *** *** ***
Danse avec les loups (Costner) * *** **   **** *** ** *** ** **** ****
La Double Vie de Véronique (Kieslowski)   **** * ** **** **** * ****      
L'Ange ivre (Kurosawa) **     *** *** **** **   ***   ***
Un ange à ma table (Campion)   ***   *** **** **** *        
Rébellion (Kobayashi)     ***   *** ****          
Poussières dans le vent (Hou)       ** *** **** ***        
J'entends plus la guitare (Garrel)   ***   *** ***   ***        
Le Silence des agneaux (Demme)   *** ** *** *** **** ** ** *** * ***
Misery (Reiner)       *** *** **** * ** ** *** ***
Prospero's Book (Greenaway)   ***   ** *** ***   ***      
Trois Samouraïs hors la loi (Gosha)     ***     ****          
Yojimbo (Kurosawa) **   ° *** *** **** **       ****
The Adjuster (Egoyan)       ** *** ****          
Jungle Fever (Lee)   *** ****   ** **         **
Jacquot de Nantes (Varda)   ***   *** *** *** *        
La Vie des morts (Desplechin)   ***   ** ***   ** **   ***  
Epouses et concubines (Chen)   ***   ** *** **** * *     ***
Riff-Raff (Loach)   **   ** ***   ** *** **   ***
Europa (Von Trier)   **   *** ** **** ** **   * ***
Thelma et Louise (Scott) ** ** ** ** ** *** ** * ** ** ****
Urga (Mikhalkov)   *** * ** ***           ***
Jusqu'au bout du monde (Wenders)       *** *** *** *       **
Une nuit sur terre (Jarmusch)   **   *** * ***         ***
Sogni d'oro (Moretti)   ***   ** ***   **       **
J'ai engagé un tueur (Kaurismäki)       *** ** **** *        
Hidden Agenda (Loach)       ** * ****         ***
The Indian Runner (Penn)     **   ** ****         **
Close Up (Kiarostami)   *** *   ***   ***        
Paris s'éveille (Assayas)   ***   *** **            
Etrange Séduction (Schrader)           ****         **
All the King's Men (Hu)         ** ****          
Un été en Louisiane (Mulligan)     ****               **
Souvenirs de la maison jaune (Monteiro)       *** ***            
Dieu vomit les tièdes (Guédiguian)               ***     ***
L'Oreille (Kachyna)           ****          
Le Jour des rois (Treilhou)     ****                
Portrait d'un criminel (Gosha)           ****          
Merci la vie (Blier)   ** * ** *** **   ***     **
Henry, Portrait d'un serial killer (McNaughton)       *** ° ****   * **   ***
Le Mystère von Bülow (Schroeder)   **   ** ** ****   * **    
Henry V (Brannagh)       ** *** ** * **     ***
Tous les matins du monde (Corneau) ** ** ° ** ** *** * ** ** *** ***
Madame Bovary (Chabrol)   ***   ***     **   ** *  
Dans la peau d'une blonde (Edwards)   ** ** ** ** **         ***
Delicatessen (Caro & Jeunet) ** ** ° *** *** *** * * ***   **
Fisher King (Gilliam) ** * *** *** ** ***   ** * ° ***
The Commitments (Parker)   **     ** **         ***
J'embrasse pas (Téchiné)   *** ° *** ** *** * * ***    
La Maison des otages (Cimino)   ** *** ** ** ** * **     **
Hot Shots ! (Abrahams) * **   **   *     ** *** ***
Le Pas suspendu de la cigogne (Angelopoulos)   ***   * ***            
Les Anges de la nuit (Joannou)     **   ** ***          
La Chair (Ferreri)       **       **     ***
Toto le héros (Van Dormael)   *   ** ** ***       * ***
Le Porteur de serviette (Luchetti)       ** ** ***       * **
Vivre dans la peur (Kurosawa) ***           **        
Route One USA (Kramer)         ***   **        
Homicide (Mamet)           ***         **
Terminator 2 : le jugement dernier (Cameron) ** * *** ° * *** **   *** ** *
L'Echelle de Jacob (Lyne)   ** *** ** * ***   *   *  
Hot Spot (Hopper) ** *     * *** **     * ***
Les Doors (Stone)   ** * ** ** **     *   ***
La Vie, l'Amour, les Vaches (Underwood)   ** **     *       ***  
Les Branches de l'arbre (Ray)     ** ** **   **        
Lune froide (Bouchitey)       ***   **   *      
The Two Jakes (Nicholson)           ***   *     **
Malina (Schroeter)       **   ***   *      
Rhapsodie en août (Kurosawa)       ** **   **        
La Liste noire (Winkler)   **       **       **  
Mima (Esposito)           ***          
Le Trésor des îles Chiennes (Ossang)           ***          
New Jack City (Van Peebles)           ***          
Les Frères Krays (Medak)           ***          
Miami Blues (Armitage)           ***          
Rage in Harlem (Duke)           ***          
Hitman (London)                     ***
Aux yeux du monde (Rochant)   **   ** ** **   *     *
Akira (Otomo)     °     **** **   *    
Rogopag (Rossellini, Godard, Pasolini & Gregoretti)     °     ** **       ***
Le Labyrinthe des passions (Almodovar)       ** * *** *        
Simple Mortel (Jolivet)       ** ** *   **      
La Fracture du myocarde (Fansten)     ** **              
La Pagaille (Thomas)     ** **              
Hors la vie (Bagdadi)         **           **
Frankenhooker (Henenlotter)       **           **  
Boyz'n the Hood (Singleton)   **       **          
Nuit et jour (Akerman)       ** **            
L'Halluciné (Corman)       **   **          
Une époque formidable (Jugnot)   *   ** **       * * **
Y a-t-il un flic pour sauver le président ? (Zucker) °     ** ** *     * ** **
Un cœur qui bat (Dupeyron)       * **           **
Robin des bois (Irvin)     **     *         **
Fievel au Far West (Nibbelink & Wells)     **           * **  
A propos d'Henry (Nichols)   **             * ** *
Point Break - Extrême Limite (Bigelow)   *       *** *   * ° **
Robin des Bois, prince des voleurs (Reynolds) * * ***     **     * ° *
La Reine blanche (Hubert)   *   **   *       * *
Cabal (Barker)       °   ***   °     **
La Relève (Eastwood)       *   **     °   **
Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur (Lehmann)       *   *     * **  
Le Bûcher des vanités (De Palma)       ** °     **      
L'Exorciste, la suite (Blatty)           *         **
Chucky, la poupée de sang (Lafia)   *       **          
Rosencrantz et Guildenstern sont morts (Stoppard)         **     *      
The Field (Sheridan)         *           **
Sale comme un ange (Breillat)       ** *            
L'Amour avec des gants (Nichetti)       *             **
Pensées mortelles (Rudolph)       *   **          
Ju Dou (Zhang)       **              
Le Seul Témoin (Hyams)           **          
Memphis Belle (Caton-Jones)           **          
Transit (Allio)       **              
Le Brasier (Barbier)                     **
Fenêtre sur Pacifique (Schlesinger)           **          
Le Triomphe de Babar (Bunce)     **                
Bons Baisers d'Hollywood (Nichols)           **          
Plaisir d'amour (Kaplan)       **              
Fortune express (Schatzky)         **            
Predator 2 (Hopkins)           **          
La Fièvre d'aimer (Mandoki)           **          
In Bed with Madonna (Keshishian)           **          
Bix (Avati)                     **
L'Ambulance (Cohen)           **          
Un baiser avant de mourir (Dearden)           **          
Rien à perdre (Sinise)         **            
Les Vies de Loulou (Luna)           **          
Fatal Games (Lehmann)           **          
Mississippi Masala (Nair)       **              
La Vieille qui marchait dans la mer (Heynemann)       **              
Devoirs du soir (Kiarostami)             **        
Rage (Gyllenhaal)           **          
Les Arcandiers (Sanchez)         **            
L'Annonce faite à Marie (Cuny)         **            
Noroît (Rivette)             **        
Green Card (Weir) ° *   ** ** °   * * * *
L'Opération Corned Beef (Poiré) *   ** *   °   ° * **  
Backdraft (Howard)   *       *   * ° * **
Génial, mes parents divorcent ! (Braoudé)   ° **           ° **  
Rocketeer (Johnston) *         **     ° *  
Croc-Blanc (Kleiser)   * *         * *    
La Note bleue (Zulawski)       °   **   *      
Mon père ce héros (Lauzier)   °   **           *  
Lucky Luke (Hill)     **           ° *  
Havana (Pollack)           *   *     *
La Bande à Picsou : le film (Hathcock) *   *           *    
L'Expérience interdite (Schumacher)   *   ° * *       * *
La Totale (Zidi)   ° ** *   *     °    
On peut toujours rêver (Richard)       **         °    
FX2, effets très spéciaux (Franklin)           **     °    
Les Tortues Ninja II (Pressman)     **           °    
Bernard et Bianca au pays des kangourous (Butoy & Gabriel)     **           °    
Monsieur Quigley l'Australien (Wincer)           *     *    
La Maison Russie (Schepisi)           *         *
Arachnophobie (Marshall)           *     *    
Revenge (Scott)           *         *
Atlantis (Besson) *       *            
Un flic à la maternelle (Reitman) ° ° ** °   *     ° *  
Highlander, le retour (Mulcahy)         ° **     * ° °
Ma vie est un enfer (Balasko)   °   **   °     ° *  
Les Secrets professionnels du docteur Apfelgluck (Palud, Capone, Leduc, Clavier & Lhermitte) °     **         °    
L'Eveil (Marshall)   *           * °    
The Tempest (Jarman)               *      
Le Sang des héros (Peoples)           *          
Young Guns II (Murphy)           *          
Scènes de ménage dans un centre commercial (Mazursky)       *              
Les Feebles (Jackson)                 *    
A fleur de peau (King)           *          
Warlock (Miner)           *          
Troubles (Petersen)           *          
L'Autre (Giraudeau)   *                  
Jesuit Joe (Austen)                     *
Harley Davidson et l'homme aux santiags (Wincer)           *          
Opération Condor (Chan)                 *    
La Thune (Galland)       *              
Contre l'oubli (collectif)         *            
La Neige et le feu (Pinoteau)   *                  
La Manière forte (Badham)   °             *    
Mystic Pizza (Petrie)   °       *     °    
L'Homme au masque d'or (Duret)                 °    
La Tribu (Boisset)       °              
Personne n'est parfaite (Kaylor)   °                  
Le Raccourci (Montaldo)           °          
Delirium (Winkler)                     °
Sushi sushi (Perrin)   °                  
La Malédiction IV (Montesi & Othnin-Girard)           °          
Désigné pour mourir (Little)           °          
Double Impact (Lettich)                   °  
Jamais sans ma fille (Gilbert)   °                  
Les Clés du paradis (De Broca)       °              
Un homme et deux femmes (Stroh)       °              
Les Indomptés (Karbelnikoff)           °          
Justice sauvage (Flynn)           °          
L'Histoire sans fin II, un nouveau chapitre (Miller)                 ° °  
Les Nuits avec mon ennemi (Ruben)   °       °          
Allô maman c'est encore moi (Heckerling)                 ° °  
Pour Sacha (Arcady)   °   °              
Gawin (Sélignac)               ° °    
Le Choix d'aimer (Schumacher)   °       °          
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent

Inédits :

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
12 Portaits (2ème série) (Cavalier)   ***     ***           ***

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Van Gogh (Pialat) 2- Miller's Crossing (Coen) 3- Fleurs d'équinoxe (Ozu) 4- Poussières dans le vent (Hsiao Hsien) 5- Edward aux mains d'argent (Burton) 6- La Belle Noiseuse (Rivette) 7- Route One / USA (Kramer) 8- Le Parrain 3 (Coppola) 9- J'entends plus la guitare (Garrel) 10- L'Annonce faite à Marie (Cuny) Barton Fink (Coen) Souvenirs de la maison jaune (Monteiro) Sur le banc : Close-up (Kiarostami) J'embrasse pas (Téchiné) Malina (Schroeter) Le Mystère Von Bulow (Schroeder) Sale comme un ange (Breillat)

Un-simple-amateur :
1- Fleurs d'équinoxe (Ozu) 2- Edward aux mains d'argent (Burton) 3- Barton Fink (Coen) 4- Poussières dans le vent (Hsiao Hsien) 5- Van Gogh (Pialat) 6- La Belle Noiseuse (Rivette) 7- Les Amants du Pont-Neuf (Carax) 8- Close Up (Kiarostami) 9- Le Parrain 3 (Coppola) 10- Un été en Louisiane (Mulligan)

Mister Arkadin :
**** : Van Gogh (10) ; Miller’s Crossing (10) ; Close Up (10) ; Edward aux mains d’argent (9)
*** : Sogni d’oro (8) ; Riff-Raff (8) ; La Double Vie de Véronique (8) ; Merci la vie (7) ; Le Pas suspendu de la cigogne (7) ; Mon père ce héros (7) ; Épouses et concubines (7) ; Alice (7) ; Danse avec les loups (7) ; Les Arnaqueurs (7) ; Poussières dans le vent (7) ; La Vie des morts (7)
** : Une époque formidable (6) ; Tous les matins du monde (6) ; Le Silence des agneaux (6) ; Paris s’éveille (6) ; Les Amants du Pont-Neuf (6) ; La Belle Noiseuse (6) ; Aux yeux du monde (6) ; Le Mystère von Bülow (6) ; Barton Fink (6) ; L’Ange ivre (6) ; Jungle Fever (6) ; Route One USA (6) ; Urga (5) ; Un cœur qui bat (5) ; J’ai engagé un tueur (5) ; J’entends plus la guitare (5) ; Thelma et Louise (5) ; Delicatessen (5) ; Hot Spot (5) ; Rhapsodie en août (5) ; Sale comme un ange (5)
* : Fisher King (4) ; The Adjuster (4) ; Un été en Louisiane (4) ; Un ange à ma table (4) ; Toto le héros (4) ; Jacquot de Nantes (4) ; La Maison des otages (4)
o : Une nuit sur terre (2) ; Green Card (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Lune froide ; Akira ; Rogopag ; Hors la vie ; Ju Dou ; Fortune Express ; La Totale ; Contre l’oubli ; Terminator 2 ; Robin des bois, prince des voleurs

Pierre :
1-Les amants du pont neuf (Carax) 2-J'entends plus la guitare (Garrel) 3-La belle noiseuse (Rivette) 4-Souvenirs de la maison jaune (Monteiro) 5-Van Gogh (Pialat) 6-Edward aux mains d'argent (Burton) 7-Barton Fink (Coen) 8-Fleurs d'équinoxe (Ozu) 9-Doc's kingdom (Kramer) 10-Le parrain 3 (Coppola) 11-Poussières dans le vent (HHH) 12-Hardware (Stanley) 13-Yojimbo (Kurosawa) 14-Alice (Allen) 15-La note bleue (Zulawski) 16-Henry portrait of a serial killer (Mc Naughton) 17-Le cabinet du docteur Ramirez (Sellars) 18-Le voleur de chevaux (Tian Zhuanzhuang) 19-Rébellion (Kobayashi) 20-Close up (Kiarostami) 21-l'ange ivre (Kurosawa) 22-Nuit et jour (Akerman) 23-La chair (Ferreri) 24-Le roi des roses (Schhroeter) 25-Ju Dou (Yimou)
les 37 hors liste suivant Arthur Rimbaud, une biographie (Dindo)*** Poison (Haynes)*** La mort d'un maître de thé (Kumai)*** Le fer et la soie (Sun)*** Le duel silencieux (Kurosawa)*** Proof (Moorhouse)*** Le procès du roi (Grilo)*** L'année de l'éveil (Corbiau)*** The voyager (Schlondorff)*** Le grand simulateur (Morahan)*** L'ombre d'Emma (Kragh-Jacobsen)*** Korczak (Wajda)*** Ay Carmela (Saura)*** Vincent et Théo (Altman)*** Un dieu rebelle (Fleischmann)** Amerika terra incognita (Risquez)** Le cri du papillon (Kachyna)** Le voleur d'enfants (De chalonge)** Bashu le petit étranger (Beyzai)** Les yeux d'un ange (Harmon)** Junior le terrible (Dugan)** Les voyages du capitaine Fracasse (Scola)** Impromptu (Lapine)** Morts en sursis (Murphy)** Ta mère ou moi (Columbus)* Chienne de vie (Brooks)* 37°2 le matin version longue (Beineix)* Les deux sirènes (Benjamin)* Coups pour coups (Sarafian)* Darkside les contes de la nuit noire (Harrisson)* X-tro 2 (Bromley-Davenport)0 Moon 44 (Emmerich)0 Tels pères telle fille (Ardolino)0 Slamdance (Wang)0 Retour au lagon bleu (Graham)0 L'embrouille est dans le sac (Landis)00 La contre allée (Sebastian)000
26 longs métrages inédits 1-Paprika (Brass)**** 2-Izkor, les esclaves de la mémoire (Sivan)*** 3-Evil dead trap 2 (Hashimoto)*** 4-Body parts (Red)*** 5-Daddy, Father Frost is dead (Yufit)*** 6-Tretya planeta (Rogozhkin)*** 7-Eccentric melodrama (Daneliya-Yurkova)*** 8-La dernière finale (Riklis)*** 9-La secte (Soavi)** 10-Black robe (Beresford)** 11-Emmuré vivant (Kikoïne)** 12-Nudist colony of the dead (Pirro)** 13-48 heures pour survivre (Corcoran)** 14-Murder zone (Anson)** 15-Cyrano (Norman)** 16-Trepanator (Moutier)** 17-Basket case 3 : the progeny (Henenlotter)** 18-QHS pour femmes (Lucchetti)** 19-Crado's family (Groom)** 20-Silent night deadly night: les jouets de la mort (Kitrosser)** 21-Jag Mandir (Herzog)* 22-La maison hantéen (Mandell)* 23-Kuffs (Benson)* 24-Futurama (Reiner)0 25-Darkside 2 (Coll.)0 26-Dance (Murray)00
9 moyens métrages 1-The writing in the sand (Amber)*** 2-Die tranen van Maria Machita (Ruven)*** 3-Bogeyman (Abdoh)*** 4-The Doors : The Soft parade, a retrospective (Manzarek)*** 5-A history of clouds (Yonemoto bros.)** 6-Sahara sandwich (Ruven)** 7-Kyoto, my mothers's place (Oshima)** 8-Stigmata (Beth B)* 9-The mystery of Dr Martinu (Russell)*
26 courts métrages 1-La saga des glaises (Théry-Lapiney et Ferré)**** 2-Pensées et visions d'une tête coupée (Smolders)**** 3-Daddy's girl (Abdoh)**** 4-The sandman (Berry)*** 5-La philosophie dans le boudoir (Smolders)*** 6-Cowboys : outrages (Mulloy)*** 7-Thanatopsis (Beth B)*** 8-Acumen (Kotting)*** 9-American nightmare (Beth B)*** 10-Gisèle Kerosen (Kounen)*** 11-Horoscope (Kern)*** 12-Cowboys: high noon (Mulloy)*** 13-KO Kid (Caro)*** 14-Ravissements (Smolders)*** 15-Cowboys: le conformiste (Mulloy)*** 16-Nazi (Kern)*** 17-Ménage à froid (Duty)** 18-Franz Kafka (Dumala)** 19-Sahraouie, la république des sables (Mazoux)** 20-Un amour d'Hoffman (Costa)** 21-La pierre de l'attente (Tran Anh Hung)** 22-The wepping song (Abdoh)** 23-Cowboys: that's nothin (Mulloy)** 24-Catholic (Kern)** 25-Cowboys : murder (Mulloy)** 26-Cowboys : Slim pickin's (Mulloy)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1991 ? (74 votants)

1- Van Gogh (Pialat) 12 voix
2- Barton Fink (Coen) 9 voix
3- Edward aux mains d'argent (Burton) 6 voix
4- Les Amants du Pont-Neuf (Carax) Le Silence des agneaux (Demme) 5 voix
6- Le Parrain 3 (Coppola) 3 voix
Viennent ensuite avec 2 voix : La Belle noiseuse (Rivette), Epouses et concubines (Zhang), Akira (Otomo), Un Ange à ma table (Campion), Tous les matins du monde (Corneau), Miller's crossing (Coen), Terminator 2 (Cameron)
Enfin, cités une fois : Fleurs d'équinoxe (Ozu), The indian runner (Penn), Route one (Kramer), Etrange séduction (Schrader), Europa (LVT), The Fisher king (Gilliam), Un été en Louisiane (Mulligan), Thelma et Louise (Scott), Poussières dans le vent (HHH), L'échelle de Jacob (Lyne), Malina (Schroeter), L'annonce faite à Marie (Cuny), Fievel au Far-West (Nibbelink & Wells), J'entends plus la guitare (Garrel), Sogni d'oro (Moretti), La vie des morts (Desplechin), Danse avec les loups (Costner), The adjuster (Egoyan) Toto le héros (Van Doarmel)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Danse avec les loups, Kevin Costner, 7 280 124 entrées
2. Terminator 2 : Le Jugement dernier, James Cameron, 6 118 250 entrées
3. Robin des Bois : Prince des voleurs, Kevin Reynolds, 4 938 602 entrées
4. Croc Blanc, Randal Kleiser, 3 501 373 entrées
5. Le Silence des agneaux, Jonathan Demme, 3 110 147 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Tous les matins du monde (Alain Corneau)
- Prix Méliès : La Belle Noiseuse (Jacques Rivette)
- Prix Jean Vigo : Le Brasier (Eric Barbier)
- César du meilleur film : Tous les matins du monde (Alain Corneau)
- Oscar du meilleur film : Danse avec les loups (Kevin Costner)
- Festival de Venise, Lion d'or : Urga (Nikita Mikhalkov)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Barton Fink (Ethan & Joel Coen)
- Festival de Berlin, Ours d'or : La Maison du sourire (Marco Ferreri)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Johnny Suede (Tom DiCillo)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Alas de mariposa (Juanmo Bajo Ulloa)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1991 sur le site Encyclo-Ciné)

14/07/2015

Sur vos écrans en 1979

EDITORIAL :

Par Vincent J.

voyage-au-bout-de-l-enfer-poster_465962_7807.jpg

John Wayne est mort le 11 juin. Le lendemain soir, j'apprenais la nouvelle via Roger Giquel sur TF1 qui enchaînait trois extraits choisis parmi ses rôles majeurs avec John Ford. Il dut s'y reprendre à deux fois pour une phrase alambiquée d'où il ressortait que le Duke n'avait pas que des qualités "mais c'est justement le propre des héros". C'est ce qui dominait dans les hommages qui ont suivi. Le lendemain, j'ai fait provisions de quotidiens, L'Aurore, Le Matin, et France Soir, et puis un peu après le Télé 7 jours de ma mère avec un très joli texte autour de L'homme tranquille et "les cœurs d’Irlande" qui battaient dans la scène du cimetière, et le Nouvel Observateur de mon père qui pleurait aussi la disparition de Jean-Louis Bory. Bory - Wayne, belle variation fortuite sur le parapluie et la machine à coudre. Le 13 au matin, notre professeure de français faisait le rapprochement, nous précisant qu'elle était plus touchée par celle du critique que par celle du Ringo Kid. Elle me fixait avec un léger sourire en disant cela. Tout le monde connaissait ma passion pour Wayne. Il y aurait eu matière à une discussion passionnante, mais cela ne fut pas le cas. Bory, pour moi, c'était celui qui écrivait des choses qui m'agaçaient dans l'hebdomadaire paternel, des choses comme "Chisum, le film préféré de Jacques Chirac". J'en savais juste assez sur Chirac pour comprendre que ce n'était pas un compliment. Ceci dit, Chisum... Mais voilà, en France, la disparition de John Wayne faisait ressortir le béret vert et le souvenir pas très lointain de ce film vilipendé, l'Américain dominateur, les rôles un peu fatigués de la dernière période, la légende au service de la propagande. Tout ceci au détriment de l'acteur de John Ford et Howard Hawks, d'un jeu capable de grandes nuances, tout en retenue, des regards et des gestes d'essence cinématographique. En 1979, tout est dit de l'homme public, tout est à écrire sur le comédien. Et si l'on voulait s'intéresser à une politique des acteurs, Wayne serait un sujet idéal.

Photo1.jpg

A cette époque, il est de coutume que la télévision s'incline devant le cinéma à chaque disparition notable. J'ai développé une étrange perversion où la perte de mes héros s’accompagne de la joie de voir ou revoir un de leurs films sur le petit écran. Cette fois j'ai pu voir L'homme tranquille et Le fils du désert. J'ai enregistré les bandes son sur un petit magnétophone à cassette et je les écoute jusqu'à connaître les dialogues par cœur. La disparition de John Wayne possède une grande force symbolique. Sa dernière apparition publique c'est en février pour la remise des Oscars. Si son corps n'est plus que l'ombre douloureuse de ce qu'il a été et représenté, l’œil, la voix rauque et la démarche de bassin inimitable sont toujours là. C'est lui qui remet la récompense suprême, l'Oscar du meilleur film à Michael Cimino et ses producteurs pour Voyage au bout de l'enfer. Derrière eux se tient Francis Ford Coppola. Il y a là une véritable passation entre le Hollywood classique et le nouvel Hollywood cinéphile, par dessus le Hollywood contestataire des années soixante. Le flambeau transmis, Wayne peut s'effacer comme dans L'homme qui tua Liberty Valance.

Photo2.jpg

Si l'on veut prendre un instant pour se retourner sur cette décennie qui s'achève, l'on verra le cinéma américain reprendre sa position dominante avec une génération qui retrouve le secret de l'alliance entre succès public, prouesses techniques, ambition artistique et expression personnelle. Apocalypse now de Coppola enlève une demi-palme d'or à Cannes, Manhattan de Woody Allen est célébré et tout le monde fredonne Gershwin, Alien terrorise la planète et alimente les discussions de cours de récréation. La critique du Nouvel Observateur (encore !) compare le film de Ridley Scott à un rasoir électrique sans saisir son génie visuel qui combine le talent anglo-saxon et les univers graphiques du Français Moebius et du Suisse Giger. Métal Hurlant sous le choc publie un numéro spécial et spatial tout en démolissant en majuscules le Nosferatu de Herzog. Même les grosses machines du moment, le Superman de Richard Donner et Star Trek - Le film du vétéran Robert Wise affichent leurs ambitions artistiques, Wise n’hésitant pas à un grand écart entre le côté kitsch de la série télévisée toujours inédite en France et son admiration pour le 2001 de Stanley Kubrick. Le cinéma fantastique est d'un autre côté le vecteur d'un renouvellement stimulant de la série B. John Carpenter avec Halloween, la nuit des masques, Don Coscarelli avec Phantasm, George Romero avec La nuit des fous vivants, Larry Cohen avec Meurtres sous contrôle, Philip Kaufman et sa nouvelle version réussie de L'invasion des profanateurs, et même le canadien David Cronenberg avec Chromosome 3, confirment ou affirment leur talent en renouvelant le genre. Tout ceci est bien enthousiasmant. Les projets s’accumulent : Cimino se lance dans un western épique, Spielberg dans une comédie délirante située en 1941, Coppola veut ses studios et tout révolutionner, De Palma travaille sur Prince of the City d'après Robert Dailey, Kubrick sur une adaptation de Stephen King, Carpenter sur une histoire brumeuse.

Photo3.jpg

Et ailleurs ? Si la décennie est d'une grande richesse, nombre de cinématographies montrent des signes d'essoufflement sur la fin, comme l'Espagne ou le Japon dont l’événement majeur est une nouvelle sortie d'un film de Yasujiro Ozu. Le cinéma italien si flamboyant s'enfonce dans la crise. Federico Fellini avec Répétition orchestre, Luigi Comencini avec Le grand embouteillage ou Bernardo Bertolucci avec La luna ne sont pas à leur meilleur. Pire il ne semble pas y avoir un avoir renouvellement générationnel mis à part quelques cas isolés (Nanni Moretti, les frères Taviani). Pire encore, le cinéma populaire est en pleine déconfiture, le western est mort, le polar et la comédie s’enfoncent dans la médiocrité et la vulgarité, le meilleur giallo, Les rendez vous de Satan signé Giuliano Carnimeo, date de 1972. Prenons, au hasard, Edwige Fenech : que l'on préfère nous sortir en France une énième Prof (qui cette fois connaît la musique) plutôt que le sensible La patata bollente de Steno n'augure rien de bon. Le cinéma allemand s'incarne toujours avec Rainer Werner Fassbinder et cette année avec le succès de Volker Schlöndorff quoique je m'explique mal sa demi palme en regard d'Apocalypse now. Et puis son Tambour, c'est un truc à vous dégoûter de manger des sardines pour le reste de votre vie. D'Afrique nous sont venues deux œuvres superbes, le Ceddo du Sénégalais Ousamne Sembene sur la résistance de la culture ancestrale africaine à l'Islam et au Christianisme ; et Bako, l'autre rive du guinéen Cheik Doukouré sur les aventures d'un migrant malien à Paris, prix Jean Vigo.

Photo4.jpg

Et chez nous ? Les Césars ont célébré Michel Serrault pour La cage aux folles et L'Argent des autres de Christian de Chalonge. François Truffaut sort sans enthousiasme un film trop bricolé, Henri Verneuil, Jean-Pierre Mocky, Yves Robert, Robin Davis et quelques autres enquillent des films sans rien de saillant, puisant dans l'air du temps et ses affaires. Deux cinéastes se détachent sans peine, Bertrand Blier et son Buffet froid "Ça me scie les nerfs, moi le violon", et Alain Corneau avec Série Noirequi marque la carrière de Patrick Dewaere et les début de la jeune Marie Trintignant. Côté symbole, 1979 aura été en France l'année de la disparition du patron, Jean Renoir. Avec lui c'est une longue tradition qui s'efface, une tradition puisant ses racines au temps du muet et plus loin encore dans l'art de son père Auguste qui cherchait à "embellir le monde" avec ses toiles. Renoir et Wayne, mais aussi Mary Pickford l'égérie de D.W. Griffith, 1979 se referme avec le sentiment de la fin d'un temps où la courte histoire du cinéma pouvait être vécue et connue d'un bloc. Une autre décennie s'ouvre où tous les espoirs sont permis. Les promesses seront elles tenues ? Vous le saurez au prochain épisode...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 197 longs métrages (sur les 713 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage au bout de l'enfer (Cimino) *** **** **** *** **** **** *** **** **** ****
Apocalypse Now (Coppola) **** **** ** *** **** **** **** **** ** ****
Buffet froid (Blier) ** ** *** **** **** ****   **** *** ****
Série noire (Corneau) *** *** **** *** **** **** ** **** **** ***
Alien (Scott) *** ** **** *** *** **** ** **** ** ****
Manhattan (W. Allen) *** *** ** **** *** **** ** **** *** ****
Fin d'automne (Ozu) **** ***   *** *** **** ***     ***
Les Moissons du ciel (Malick) *** **** ** ** **** **** * **** ***  
Chromosome Trois (Cronenberg) **     *** * **** ** ****   ***
L'Invasion des profanateurs (Kaufman) **     **   ****   *** ** ***
Confidences pour confidences (Thomas) **   **** **   **        
Amour de perdition (Oliveira) ***         ****        
Phantasm (Coscarelli)           ***   **   ****
Corps à cœur (Vecchiali) ****   **     *** **      
L'Hypothèse du tableau volé (Ruiz) ***         **** **   **  
Perceval le Gallois (Rohmer) *** *** ° ***   *** **   *** °
La Nuit des masques (Carpenter) **   ° *** * ****   **** * ***
La Drôlesse (Doillon) ***     ** *** *** **      
Nosferatu, fantôme de la nuit (Herzog) ** ***   * ** *** * **** *** °
Les Bronzés font du ski (Leconte) * * *** *** ** **   *** *  
Le Tambour (Schlöndorff) * *** ** ** *** *** * *** * ***
Passe ton bac d'abord (Pialat) ** ** *** *** **   * ***    
Le Malin (Huston) ***   °   *** **** ** **    
Partition inachevée pour piano mécanique (Mikhalkov) **     ** ***   **   **  
La Colline a des yeux (Craven) **     ***   ***   *** *  
Répétition d'orchestre (Fellini) ***       **   *     ***
Meurtres sous contrôle (Cohen)       **   ***   **   ***
La Grande Attaque du train d'or (Crichton)           ***   *** **  
Les Petites Fugues (Yersin) *** ***     **          
Les Burlesques de Méliès (Méliès)         ***         ***
Rendez-Vous de Satan (Carnimeo)           ***       ***
Ceddo (Sembene)                   ****
Cent Huit Etoiles (Chang, Wu & Pao)           ****        
Coup de tête (Annaud) * ** *** ** ** ** * **** ** **
L'Evadé d'Alcatraz (Siegel) ** ** *** **   ***   *** *  
Don Giovanni (Losey) * *** **   ** *** *   ** ***
Les Chiens (Jessua) **   *** * ** **   ** ***  
La Légende du grand Judo (Kurosawa) ***   **   **         ***
Hair (Forman) ** **   ** *** **** ** ** * *
Daguerréotypes (Varda) * ***   ** ***          
Martin et Léa (Cavalier) **   *** ** **          
Un enfant attend (Cassavetes) *     *** **          
Le Grand Embouteillage (Comencini) ** ** ** * **   ** **   ***
En route vers le sud (Nicholson) *         ***   ***    
La Troisième Génération (Fassbinder)     ° ***   ****        
La Vengeance d'un acteur (Ichikawa) *       ***         ***
La luna (Bertolucci) *     *** ** ***     *  
Furie (DePalma) **   * *** ° *** * *** ** **
Tess (Polanski) ** **   ** * **** *   *  
Le Cavaleur (De Broca) *   **** **   *     **  
Ce répondeur ne prend pas de message (Cavalier) ***     **            
Ecoute voir (Santiago)           ***       **
Graffiti Party (Milius)     ***         **    
Maman a cent ans (Saura) **         ***        
Meurtre par décret (Clark)           **       ***
Retour à la bien-aimée (Adam)     ***     **        
Zoo Zéro (Fleischer)           ***     **  
I comme Icare (Verneuil) * ** **     **   *** * **
L'Amour en fuite (Truffaut) ** ** ** *** * ** * *** ° **
Superman (Donner)   *     * ***   ** * ***
La Lettre écarlate (Wenders) *       ** ** **   ** **
Les Sœurs Brontë (Téchiné) *     ***   ** *   **  
De la nuée à la résistance (Huillet & Straub) **     **     **      
Le Roman d'Elvis (Carpenter) *   ***     **        
Patrick (Franklin)       **   **   **    
Quintet (Altman) *         **** *      
Flavia la défroquée (Mingozzi)           ***        
Gibier de passage (Fassbinder) ***                  
La Taverne de l'enfer (Stallone)     ***              
Le Souffle de la tempête (Pakula)         ***          
Les Chaînes du sang (Mulligan)     ***              
Les Grandes Vacances de Donald (Disney)                   ***
Même heure l'année prochaine (Mulligan)     ***              
Passeport pour deux tueurs (Di Leo)                   ***
American College (Landis)     ** °       **   ***
La Nuit des fous vivants (Romero)       ° ** ***   **    
Norma Rae (Ritt) *   ***     ** *      
Les Yeux de Laura Mars (Kershner) *     *   **   *** * **
Ces garçons qui venaient du Brésil (Schaffner)           **       **
Les Demoiselles de Wilko (Wajda) ***           *      
Scandale (Kurosawa) **       **          
Cher Papa (Risi) *     **   **        
La Femme qui pleure (Doillon) *     **   **        
Les Belles Manières (Guiguet) ***   *       *      
Roberte (Zucca) ***   ° **            
Un balcon en forêt (Mitrani) ***     ° **          
Une poignée de salopards (Girolami)       *   **       **
Clair de femme (Costa-Gavras) * **       **     *  
Courage fuyons (Robert) *   * **           **
Le Syndrome chinois (Bridges) *         ** *     **
Hardcore (Schrader) **     ° * ***     *  
La Gueule de l'autre (Tchernia) * * * **   **     *  
Cul et chemise (Zingarelli)   °     °     **   ***
Doux, dur et dingue (Fargo) *         **        
Dracula (Badham)           ** *     **
Hamburger Film Sandwich (Landis)       *       ** *  
Au revoir à lundi (Dugowson) *     **   *        
La Dérobade (Duval)       °   **     **  
Un si joli village (Périer) *         *       **
A nous deux (Lelouch)           *       **
Collections privées (Jaeckin, Terayama & Borowczyk)       *         **  
Félicité (Pascal) *               **  
Jack l'Eventreur (Franco)           **     *  
Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (Yanne)       *       **    
Le Chat qui vient de l'espace (Tokar)               ** *  
Le Piège à cons (Mocky) *                 **
Le Pot-de-vin (Corbucci)                   ***
Les Fabuleuses Aventures du légendaire baron de Münchhausen (Image)               ** *  
Les Trente-Neuf Marches (Sharp)           **     *  
Allegro non troppo (Bozzetto) **                  
Alyam ! alyam ! (Al Maanouni)         **          
Au tropique du Cancer (Mulargia & Lomi)                   **
Aurelia Steiner (Duras) **                  
Banco à Las Vegas (Passer)     **              
Bête mais discipliné (Zidi)       **            
Entrez vite, je mouille (Bouyxou)       **            
Fais vite, monseigneur revient ! (Laurenti)