Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

Sur vos écrans en 1964

EDITORIAL :

Par Vincent J.

parapluies00.jpgParis. Nous sommes dans les derniers jours de 1964, dix exactement après le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Je vois le jour à la clinique des Buttes-Chaumont pas très loin des fameux studios de télévision. Mes parents habitent la place des fêtes où s'installait la foire du trône et où Michel Simon incarna monsieur Hire pour Julien Duvivier. Les yeux à peine ouverts, délaissant le sein maternel et ignorant l'empoignade de mes grand-mères discutant de l'influence des astres et de mon prénom sur ma destinée future, je demande illico au personnel soignant une sélection de revues de cinéma histoire de voir comment cette année 1964 allait influencer ma cinéphilie à venir. Cela tombe bien, décembre c'est le temps des bilans et je me plonge dans les Cahiers encore jaunes, Positif et les lunettes de Catherine Spaak, Midi-Minuit Fantastique, Présence du Cinéma, Cinémonde, Télérama et les inénarrables fiches de l'Office catholique français du cinéma.
Je remonte le cours des mois et que me disent-ils ?

Après une présentation difficile au festival de Cannes, François Truffaut sort le 20 mai La Peau douce, un film d'amour sombre et beau avec Françoise Dorléac et Jean Desailly qui lui retire ses bas sur la musique de Georges Delerue. Dorléac est lumineuse et j'en concevrai une admiration fervente pour la délicatesse truffaldienne et pour les hôtesses de l'air, devenant lecteur assidu de la Natacha dessinée par Walthéry.
En février - mars, Jean-Luc Godard a tourné Bande à part dans les rues de Paris et sur les bords de la Marne. Il fait cavaler Sami Frey, Claude Brasseur et Anna Karina dans le Louvre, les fait danser un Madison mémorable dans un café de Vincennes et se perd dans les grands yeux de son héroïne. Je préférerai toujours cette veine légère, inventive, musicale, à ses films plus pensés, plus pesés, comme Une femme mariée qui sort à l'automne et fait scandale. Et puis les scènes dansées, et Paris sur l'écran.
De Cannes, Jacques Demy lui, est revenu avec une palme pour son film tourné à Cherbourg, intégralement chanté sur la musique de Michel Legrand. Il a mis des couleurs pétantes sur ses marins, sur les papiers peints, sur les parapluie et sur Catherine Deneuve, sublime dans son imperméable cintré, sa jupe plissée, courant éperdue sur le quai de la gare et immobile sous la neige devant la station service. La grande Catherine m'a conquis, mon cœur est à elle.
Omniprésent sur les écrans, 1964 est l'année de son explosion. Qu'il traque Fantômas sur les toits parisiens ou les nudistes à St Topez, creusant sous son magasin de petit commerçant ou en Jockey-Jack, petit truand à la colle avec Rocky la Braise – Mireille Darc, Louis De Funès règne sur les rires et le mien lui sera acquis, fermant les yeux avec indulgence sur les mises en scènes trop souvent médiocres des films où il se déchaîne.

Ushutu ! En octobre, le cri de guerre des Zoulous de Cy Enfield, ancien blacklisté hollywoodien, retentit dans les salles. Stanley Baker et Michael Caine résistent à leurs assauts sur fond de sublimes paysages sud-africains. "Premier rang, feu ! Second rang, feu ! Troisième rang, feu !" Traumatisé comme John Carpenter, horreur et fascination de la violence se mêleront chez moi dans la vision du climax final de poudre et de sang. Et puis "Men of harlech'" en canon avec les chants africains. Cette folie guerrière prend ailleurs le visage de Slim "Hi there !" Pickens chevauchant la bombe atomique, celui calme et terrifiant de Sterling "Précieux fluides corporels" Hayden, et celui terrifiant tout court de Peter "Mein Führer, je marche !" Sellers  en Docteur Folamour. Et la terre explose. Ai-je l'intuition alors que le monde dans lequel je vais vivre est celui, procédurier jusqu’à l'absurde, que décrit Stanley Kubrick ? Nous nous retrouverons.

Chassons ces sombres perspectives d'un air venu d’Italie. Des frissons de plaisirs quand Sophia Loren se déshabille langoureusement devant Marcello Mastroianni dans son petit appartement sur les toits de Rome. Couple éternel que je suivrai, hier, aujourd'hui, demain. Frissons de peur au-delà des photographies de Barbara Steele dans Midi-Minuit. Frissons en couleurs vives chez Riccardo Freda qui fait jouer du rasoir à la belle Barbara, et chez Mario Bava qui offre six femmes à l'assassin. Frissons en noir et blanc chez Bava encore dans les escaliers de la Piazza di Spagna où est traquée la fille qui en savait trop, Letícia Román. Et voilà pour mon goût des belles italiennes et de ces subtils mélanges d'érotisme et de macabre all'dente.
Une image féminine encore, Ava Gardner dansant pied nus sur la plage de La nuit de l'iguane, entourée de ses boys juvéniles et musclé.

Mais qu'en est-il des vieux maîtres américains alors que Hollywood a les genoux à terre ? Voici venu le temps des grands films malades que François Truffaut théorisera à partir, justement, de Marnie d'Alfred Hitchcock sorti début novembre. Je suis entre la déception et la fascination de ce portrait de la jeune cleptomane qui craint le rouge et le sexe, attirée malgré elle par l'animalité velue de l'homme au masculin du moment, Sean Connery. Howard Hawks part à la pêche avec Rock Hudson, désinvolte et élégant, filmant Paula Pentriss avec un regard de jeune homme. Anthony Mann continue son flirt avec le producteur Samuel Bronston pour faire chuter l'empire romain. Raoul Walsh tire sa révérence au son d'une trompette lointaine.
En juin, au frontons des cinémas, de grandes toiles peintes annoncent l'automne des Cheyennes et celui de John Ford. Fausse bonne idée, combat difficile contre la maladie, l'âge, la lassitude et un studio incapable de comprendre ce qui se joue pour le réalisateur dans ce récit épique et désespéré de la dernière révolte de ceux qui se nomment eux-mêmes "les êtres humains". Ford, crânement, tente d'y mettre son expérience de la guerre et de la barbarie qu'il a touché de si près quand il préparait des images pour le procès de Nuremberg. Déportation et camps sont au cœur d'un récit qu'il tente d’alléger de son goût de la farce le temps d'un intermède à Tombstone (qui sera coupé) et de ce qu'il lui reste d'idéaux américains bien malmenés alors. Baroud d'honneur, dernier voyage à Monument Valley avec Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, Cheyenne's autumn dégage grandeur et tristesse. En janvier était enfin sorti Wagonmaster venu de 1950, avec Monument Valley, Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, et Ward Bond encore bien vivant. Œuvre limpide et sublime, mais si. Ford, Hawks, Hitchcock, comme une sainte trinité.

Je repose les revues, les yeux pleins d'images. Lire ça creuse. Je suis né comme Juliette Binoche, Rithy Panh et Maggie Cheung sous l'étoile d'une belle année dominée par un cinéma européen dont la richesse semble inépuisable.
Quelque chose encore se joue ailleurs en cette année 1964. En Espagne, un Italien planqué sous le pseudonyme de Bob Robertson tourne un western avec un jeune transfuge américain de la télévision, Clint Eastwood, une grande allemande brune, Marianne Koch, et un gauchiste aux yeux brûlants, Gian Maria Volonté. Sergio Leone pompe sans vergogne Akira Kurosawa et s'invente un style. Le film est sorti fin août à Florence dans une salle et Per un pugno di dollari casse depuis la baraque. Au même moment, dans les rochers d'Almeria, un autre Sergio qui signera de son vrai nom, Corbucci, met en scène un pistolero devenant aveugle, joué par Cameron Mitchell qui a débuté avec John Ford et joué le frère de Clark Gable pour Raoul Walsh. Étrange passage de témoin. Mais malgré la rumeur de leur succès, ces films ne sont pas sortis à Paris. Car ceci est une autre histoire...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 129 longs métrages (sur les 453 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Les Parapluies de Cherbourg (Demy)   **** **** **** **** ** *** *** **** ****
La Peau douce (Truffaut)   **** *** **** **** ***   *** ** ****
Gertrud (Dreyer)   **** *** *** *** **** ****   ***  
Le Silence (Bergman)   *** *** ** **** **** ***   **** ***
Docteur Folamour (Kubrick) **** ** ° *** **** **** ** **** *** ****
La Forteresse cachée (Kurosawa)   **** ***   *** ****       ***
Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock) *** **** ** *** *** *** *** *** *** ***
The Servant (Losey)   *** ***   **** **** ** *** *** ***
Le Journal d'une femme de chambre (Buñuel) ** *** *** *** *** **** **   *** ****
Bande à part (Godard) *** **** * ***   *** **   *** ****
Le Puits et le pendule (Astruc, cm)   ***       ****       ***
Le Convoi des braves (Ford) * **** **** *** ***       ** ****
La Maison du diable (Wise) ** *** **   *** **** **   ** ****
Les Cheyennes (Ford)   ** *** ** *** **** ***   ** ***
A bout portant (Siegel) *** ***     ** **** ** ****   **
La Nuit de l'iguane (Huston)   ** *** *** *** ****     ** ***
Six Femmes pour l'assassin (Bava)   **   *** ** ****   *** *** ***
L'Homme de Rio (De Broca) ** *** *** ** ** ** *** **** ** ***
Zoulou (Endfield)   **       ***       ****
Le Désert rouge (Antonioni) *** *** °   *** **** ***   ***  
Une femme mariée (Godard)   *** ***       **   ***  
Freud, passions secrètes (Huston)   ***   ** *** ***     **  
La Femme du sable (Teshigahara)   *     *** **** **      
La Fille qui en savait trop (Bava)         ** ***   *** *** ***
Le Spectre du professeur Hichcock (Freda)       **   ****   ** ** ***
Les Monstres (Risi)   *   ** ** ***     *** ***
La Panthère rose (Edwards) ** *** ** ** ** **   ** ** **
Jason et les Argonautes (Chaffey) * **   **   ***   *** ** ***
La Chute de l'empire romain (Mann)   *** ****   * *     ** ***
La Chute de la maison Usher (Corman)   **   ** ** **   *** ** ***
Le Sport favori de l'homme (Hawks)   *** *       **   ** ***
Sept Jours en mai (Frankenheimer)   *** ***     *   *** * ***
L'Insoumis (Cavalier)   ** **   ***       **  
Quatre Garçons dans le vent (Lester)   ** **         ***   ***
Le Mari de la femme à barbe (Ferreri)   **   **   ****        
Cyrano et d'Artagnan (Gance)   *** ***              
Jerry souffre-douleur (Lewis)   ***               ***
Le Terroriste (De Bosio)         ***         ***
La Montagne des neuf Spencer (Daves)     ****              
Le Temps s'est arrêté (Olmi)   ****                
Une certaine rencontre (Mulligan)     ****              
La Grande Frousse / La Cité de l'indicible peur (Mocky)   ** ** ** ** ***   *** *** °
La Charge de la huitième brigade (Walsh)   *** **   * *** **     **
America, America (Kazan)   *** *** ° ***   **      
My Fair Lady (Cukor)   * * *** ** ** ***   * ***
Week-End à Zuydcoote (Verneuil)   * **   ** ** ** *** * ***
La Ragazza (Comencini)   *** ***           *  
Rio Conchos (Douglas)   ** ***             **
Merlin l'enchanteur (Reitherman) ** **           ** * ***
L'Assassin (Petri)       **   ***        
La Passagère (Munk)   **     ***          
Séduite et abandonnée (Germi)   * *     **       ****
Les Barbouzes (Lautner) * ° *** * ** ***   *** * **
Mariage à l'italienne (De Sica)   *   °   ** **   ** ****
Les Félins (Clément)   ° *** * ** *   *** ** **
Bons Baisers de Russie (Young) * * *     ** * *** * ***
Hier, aujourd'hui et demain (De Sica)   °       ** **   ** ***
Les Damnés (Losey)   *** °       ** * ***  
Le Grand McLintock (McLaglen)           **       **
Becket (Glenville)                   ***
David et Lisa (Perry)   ***                
La Soif de la jeunesse (Daves)     ***              
La Vie à l'envers (Jessua)   ***                
Le Repas des fauves (Christian-Jaque)                   ***
Les Fiancés (Olmi)         ***          
Cent Mille Dollars au soleil (Verneuil) * *       *   *** ** **
Le Train (Frankenheimer & Farrel)   * *     **   *** * **
Le Monocle rit jaune (Lautner)           *     * ***
Deux Têtes folles (Quine)     ** **            
Le Fils de Spartacus (Corbucci)           *       ***
Paranoïaque (Francis)           **       **
Train de nuit (Kawalerowicz)   **     **          
Un chef de rayon explosif (Tashlin)   **   **            
Des pissenlits par la racine (Lautner)               ** * **
Fantômas (Hunebelle) *     * * **   *** * **
Faites sauter la banque (Girault) *         °   ***   **
Le Plus Grand Cirque du monde (Hathatway)     * **         * **
La Tulipe noire (Christian-Jaque)   °       * **   ** **
Topkapi (Dassin)   °   **   **     *  
Madame Croque-Maris (Lee-Thompson)           *       **
Toutes ses femmes (Bergman)             *     **
Echappement libre (Becker)                   **
Hamlet (Kozintsev)         **          
Haute Infidélité (Rossi, Petri, Salce & Monicelli)                 **  
Hercule contre les mercenaires (Lenzi)                   **
L'Ennui et sa diversion, l'érotisme (Damiani)                 **  
La Chasse à l'homme (Molinaro)                   **
La Revanche du Sicilien (Asher)           **        
Le Bourreau de Venise (Capuano)                   **
Le Mercenaire de minuit (Wilson)                   **
Les Drakkars (Cardiff)                   **
Les Sept Voleurs de Chicago (Douglas)                   **
Mission Six Cent Trente-Trois (Grauman)                   **
Panique année zéro (Milland)               **    
Sept Epées pour le roi (Freda)     **              
Le Tigre aime la chair fraîche (Chabrol)   *   * ° *   **    
Une ravissante idiote (Molinaro)   °   **         *  
Angélique, marquise des Anges (Borderie)   * * *   **     * *
Le Gendarme de Saint-Tropez (Girault) ° ° ** ° ° *   ** * *
La Ronde (Vadim)           °   *** °  
Les Plus Belles Escroqueries du monde (Horikawa, Polanski, Gregoretti, Chabrol & Godard)   *     *          
Banco à Bangkok pour OSS 117 (Hunebelle)                   *
Blondes, brunes et rousses (Taurog)                 *  
Casablanca, nid d'espions (Decoin)                 *  
Hardi Pardaillan ! (Borderie)                 *  
L'Ange noir du Mississippi (Torrado)                   *
Le Baiser du vampire (Sharp)           *        
Le Jaguar (Franco)                 *  
Le Péché suédois (Widerberg)   *                
Le Voleur de Damas (Amendola)                   *
Lucky Jo (Deville)       *            
Maciste contre Zorro (Lenzi)           *        
Meurtre au galop (Pollock)           *        
Mort où est ta victoire ? (Bromberger)                 *  
Pas de lauriers pour les tueurs (Robson)   *                
Quatre du Texas (Aldrich)   *                
Tintin et les oranges bleues (Condroyer)   °     °     * ° *
Une souris chez les hommes (Poitrenaud)       °   °        
Condamné à être pendu (Claxton)                   °
Du grabuge chez les veuves (Poitrenaud)       °            
L'Age ingrat (Grangier)                   °
La Furie des Apaches (Elorrieta)                   °
La Révolte des Indiens apaches (Reinl)           °        
La Souris sur la lune (Lester)       °            
Le Sorcier du Rio Grande (Warren)     °              
Le Temple de l'éléphant blanc (Lenzi)       °            
Les Amitiés particulières (Delannoy)           °        
Les Vainqueurs (Foreman)                   °
Une seconde jeunesse (Edwards)     °              
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Désir meurtrier (Imamura)   ****     *** ****        
Tourments (Naruse)   **** ****              
Charulata (Ray)   *** *** *** ***   ***      
Passion (Masumura)       ***   ****        
Soy Cuba (Kalatozov)     * *** **   **     ****
Signes particuliers : néant (Skolimowski)   ***     ** ***        
Fleur pâle (Shinoda)         *** ***        
La Gorgone (Fisher)         ** ***        
Assassinat (Shinoda)         **          
Le Ciel partagé (Wolf)         **          

Timothée :
**** : Les Parapluies de Cherbourg
*** : Docteur Folamour / La Peau douce / L'Homme de Rio / Les Monstres / La Panthère rose / Le Sport favori de l'homme
** : Gertrud / Pas de printemps pour Marnie / Le Journal d'une femme de chambre / Le Convoi des braves / La Chute de l'empire romain / My Fair Lady / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie / Le Gendarme de Saint-Tropez
* : Fantômas

Rémi :
**** : Le Journal d'une femme de chambre
*** : La Peau douce / Pas de printemps pour Marnie / Bande à part / Le Puits et le pendule / La Maison du diable / Les Cheyennes / Zoulou / Une femme mariée / La Femme du sable / L'Insoumis
** : Les Parapluies de Cherbourg / Le Grand McLintock / Cent Mille Dollars au soleil
° : Angélique, marquise des Anges / Le Gendarme de Saint-Tropez

Nolan :
**** : Docteur Folamour / Pas de printemps pour Marnie
*** : Les Parapluies de Cherbourg / L'Homme de Rio / La Panthère rose
** : My Fair Lady / Bons baisers de Russie / Le Monocle rit jaune / Merlin l'Enchanteur
* : Les Barbouzes / Cent Mille Dollars au soleil / Une ravissante idiote
° : Fantômas / Angélique, marquise des Anges

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Parapluies de Cherboug / My fair lady
*** : Dr Folamour / Quatre garçons dans le vent / Une seconde jeunesse
** : Week-end à Zuydcoote
* : Mariage à l'italienne

Frédéric :
1- Gertrud / 2- Les Parapluies de Cherbourg & Le Sport favori de l'homme / 4- Jerry souffre-douleur, Pas de printemps pour Marnie & La Peau douce / 7- Bande à part, Le Convoi des braves, Le Temps s'est arrêté & Les Fiancés, 10- La Charge de la huitième brigade

Mister Arkadin :
**** : La Nuit de l’iguane (9) ; La Peau douce (8) ; La Maison du diable (8)
*** : Le Sport favori de l’homme (8) ; L’Homme de Rio (7)
** : Docteur Folamour (6) ; Les Monstres (6) ; Pas de printemps pour Marnie (6) ; Bande à part (6) ; America, America (5) ; The Servant (5) ; Les Parapluies de Cherbourg (5) ;
* : Fantômas (4) ; La Tulipe noire (4) ; Le Journal d’une femme de chambre (3)
o : Le Gendarme de Saint-Tropez (2)

Oriane :
**** : Gertrud / The Servant / Charulata
*** : Les Parapluies de Cherbourg / La Peau douce / Docteur Folamour / America, America / Le Péché suédois
** : Freud, passions secrètes / Pas de printemps pour Marnie
* : Les Monstres / Jason et les Argonautes / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie
° : L'Homme de Rio / Le Gendame de Saint-Tropez / Tintin et les oranges bleues

Un simple amateur :
1- Gertrud (Dreyer) 2- Le Silence (Bergman) 3- La Femme du sable (Teshigahara) 4- Tourments (Naruse) 5- Soy Cuba (Kalatozov) 6- Charulata (Ray) 7- Les Parapluies de Cherbourg (Demy) 8- Le Convoi des braves (Ford) 9- La Forteresse cachée (Kurosawa) 10-Le Désert rouge (Antonioni)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme de Saint-Tropez, Jean Girault, 7 809 334 entrées
2. Merlin l'enchanteur, Wolfgang Reitherman, 6 133 628 entrées
3. Bons baisers de Russie, Terence Young, 5 623 910 entrées
4. L’Homme de Rio, Philippe de Broca, 4 800 626 entrées
5. Fantômas, André Hunebelle, 4 492 419 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Bonheur (Agnès Varda), sortie prévue en 1965
- Prix Méliès : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Grand prix du cinéma français : Le Monde sans soleil (Jacques-Yves Cousteau)
- Oscar du meilleur film : Tom Jones (Tony Richardson), sorti en 1963
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Désert rouge (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un été sans eau (Metin Erksan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : L'As de pique (Milos Forman), sortie prévue en 1965
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : America, America (Elia Kazan)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1964 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Bande à part (Jean-Luc Godard), 2. Getrud (Carl Dreyer), 3. Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock), 4. Une femme mariée (Jean-Luc Godard), 5. Le Sport favori de l'homme (Howard Hawks), 6. Le Désert rouge (Michaelangelo Antonioni), 7. America, America (Elia Kazan), 8. Le Silence (Ingmar Bergman), 9. Toutes ses femmes (Ingmar Bergman), 10. The Servant (Joseph Losey)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1964 sur le site Encyclo-Ciné)

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)

10/08/2013

Sur vos écrans en 1957

EDITORIAL :

Par Vincent J.

laruedelahonte00.jpgNotre monde change vite, et pas seulement parce que les soviétiques viennent de satelliser leur Spoutnik. Pas seulement à cause de tous ces objets qui envahissent notre quotidien "Un frigidaire, un joli scooter, un atomixer et du Dunlopillo, une cuisinière, avec un four en verre, des tas de couverts et des pelles à gâteau !" comme le chante Boris Vian. Notre monde change par sa volonté irrésistible de s'éloigner à grands pas du monde d'hier. Notre monde change et l'on sent bien que le cinéma doit changer avec lui. Qu'il est en train de changer. Pas besoin de la machine à voyager dans le temps de H. G. Wells pour comprendre que les mouvements à l’œuvre vont changer son visage d'ici la fin de la décennie. Il suffit de prendre le pouls de cette année qui s'achève. Voyez Hollywood : inflation des salaires, loi anti-trust, disparitions emblématiques (Bogart et Louis B. Mayer), prise de pouvoir des indépendants et des acteurs côtés au box-office, montée en puissance de la télévision. Les grands studios ont tout essayé : le Cinérama, le CinémaScope, la VistaVision, le relief déjà passé de mode, rien n'y fait. Voyez le résultat des oscars : sept récompenses dont celui du meilleur film à une œuvre britannique, Le Pont de la rivière Kwaï réalisé par David Lean, qui fait siffler la planète entière (dire que certains font la fine bouche devant le cinéma anglais !). Voyez cette palme cannoise si décriée pour le film poussif de William Wyler La Loi du seigneur avec un Gary Cooper fatigué. Juste derrière, le prix spécial du Jury va au cinéma d'aujourd'hui et de demain : Ils aimaient la vie du polonais Andrzej Wajda et Le Septième Sceau du suédois Ingmar Bergman. Le mouvement est général. En Italie, Federico Fellini poursuit son chemin singulier avec l'aide du poète Pier Paolo Pasolini pour Les Nuits de Cabiria, le cinéma japonais s'installe sur nos écrans avec les films d'Akira Kurosawa et Kenji Mizoguchi, d'Angleterre encore, la Hammer Films donne de la couleur aux vieux mythes horrifiques avec Frankenstein s'est échappé de Terence Fisher qui a traumatisé les jeunes cinéphiles rôdant dans les salles des boulevards. Le succès du film laisse présager une nouvelle vague du genre. D’Amérique, puisqu’il faut y revenir, deux jeunes metteurs en scène apportent un ton neuf et des thèmes plus modernes : Sidney Lumet venu de la télévision avec Douze hommes en colère et Stanley Kubrick avec L'Ultime Razzia et un film qu'il faudra aller voir à Bruxelles pour cause de censure : Les Sentiers de la gloire.

Notre cinéma national n'est pas en reste, même s'il continue de séduire les foules avec les recettes éprouvées de Jean Boyer ou Henri Decoin. Le cœur y est de moins en moins et une aspiration à un renouveau est chaque jour palpable. Nos confrères des Cahiers du Cinéma ont théorisé ce changement. Ce n'est un secret pour personne que pour eux, l'écrit n'est qu'un tremplin et qu'ils brûlent de passer à l'acte. 1957 est pour eux l'an zéro. Cet été, à Nîmes, François Truffaut a embarqué deux jeunes acteurs épatants, Bernadette Lafont et Gérard Blain pour un court métrage : Les Mistons. Le film a été présenté en novembre au festival du court métrage de Tours en attendant une sortie pour l'an prochain. Des enfants, une actrice sublime, un érotisme délicat, le plein air, le soleil, une sourde mélancolie, c'est la naissance d'un univers. En juin, Jean-Luc Godard a tourné en trois jours un scénario d'Eric Rohmer, Tous les garçons s’appellent Patrick avec Anne Colette et le jeune débutant Jean Claude Brialy. Montage vif, Picasso au mur, effets de collage, bars et drague, c'est la naissance d'un style. Claude Chabrol plus en fonds, après avoir sorti un ouvrage sur son maître Alfred Hitchcock co-signé par Rohmer, donne en décembre les premiers tours de manivelle d'un premier long métrage, Le beau Serge, avec à nouveau Gérard Blain et Jean-Claude Brialy et un assistant réalisateur appelé Philippe de Broca. S'il ne fait pas partie du groupe, on rattachera volontiers à ce mouvement le premier essai du jeune Jacques Demy, un court métrage intitulé Le Bel Indifférent d'après une courte pièce de Jean Cocteau. Tout ceci mis bout à bout, il est à parier sans gros risque que leurs efforts vont bousculer avant 1960 le cinéma dominant qu'ils ne cessent d’attaquer.

Cette aspiration au changement se fait également sentir dans un cinéma plus populaire, et dans le genre roi de la comédie. Le succès surprise de cette année 1957, c'est la découverte de Darry Cowl dans Le Triporteur de Jack Pinoteau, comique bafouilleur qui apporte une alternative intéressante aux inamovibles Noël Noël et Fernandel. On retrouve à ses côtés Jean-Claude Brialy décidément sur tous les fronts. Dans le même registre, on relèvera la réussite d'un visage bien connu mais jusqu'ici cantonné aux seconds rôles, celui de Louis de Funès enfin tête d'affiche dans Comme un cheveu sur la soupe du transparent Maurice Regamey. Si ces deux films n'ont rien de cinématographiquement remarquable (Tati, que faites-vous ?!), ils ont le mérite de révéler deux tempéraments comiques plus dans l'air du temps et qui n'attendent sans doute que le bon metteur en scène pour se déployer. Ce ne sera pas Sacha Guitry. Le maître, lui qui avait employé Cowl comme De Funés dans de savoureux seconds rôles, vient de disparaître après un plaisant Assassins et voleurs. A Lea Marconi, sa cinquième et dernière épouse, il dira : "Les autres ont été mes femmes. Vous serez ma veuve. Vos belles mains me fermeront les yeux et fouilleront dans mes tiroirs."

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 113 longs métrages (sur les 497 sortis en salles) et 5 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
La Rue de la honte (Mizoguchi) **** **** *** **** **** *** **** ****   ****
Ecrit sur du vent (Sirk) **** *** **** **** **** *** ** **** **** ****
L'Invraisemblable Vérité (F. Lang) **** **** *** *** **** *** **** *** **** ***
Les Amants crucifiés (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   **** ***  
Elle et lui (McCarey) **** **** *** *** *** **** ***   ***  
Le Mariage est pour demain (Dwan) **** ****     ***       *** ****
La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Buñuel) **** ** *** *** **** ** ****     ****
Le Grand Chantage (Mackendrick) *** **** ** **** ****   ***   *** ***
Cote 465 (A. Mann) *** ****     ***     ****    
L'Homme qui rétrécit (Arnold) *** **** *** *** ***   ***     ***
La Nuit des forains (Bergman) ***   *** *** **** ** ***   *** ***
L'Ultime Razzia (Kubrick) ***   ** *** **** ** **   *** ***
L'Aigle vole au soleil (Ford) *** ***     ***         ****
L'Invaincu (S. Ray) *** ** *** *** **** ***        
Trois Heures dix pour Yuma (Daves) *** **** *** *** ***     *** ** **
Le Faux Coupable (Hitchcock) **** ***   *** **** *** ***   ** **
Drôle de frimousse (Donen) *** **** *** ** **   ** *** *** ***
Les Mistons (Truffaut, cm) *** ** ***   ***     *** *** ***
Sept Hommes à abattre (Boetticher) *** ****     ***   **     ***
La Dernière Caravane (Daves) *** ****               ***
Les Nuits de Cabiria (Fellini) *** ****   ** ** ** ***     ***
Derrière le miroir (N. Ray) *** **** *** * **   ** **** **  
Ariane (Wilder)   **** ***   **   **     ***
Les Trois font la paire (Guitry) **** ***                
Tous les garçons s'appellent Patrick (Godard, cm) **   ***   ****     ***   **
Le Pont de la rivière Kwaï (Lean) ** ***   ** **   ** *** ** ****
Douze Hommes en colère (Lumet) *** **** ** ** **   * **** ** **
Sainte Jeanne (Preminger) *** ** **         *** ***  
La Femme modèle (Minnelli) *** *** *** ** ** **        
La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (Minnelli) *** ***   ** *** ** *   ***  
Règlements de comptes à O.K. Corral (Sturges) *** * **   ***   **     **
La Blonde et moi (Tashlin) *** *** ** ** **   **      
Un vrai cinglé de cinéma (Tashlin) *** *** ** *           ***
Dieu seul le sait (Huston) ** *   *** ****          
Les Vampires (Freda)         ***   ***      
Le Disque rouge (Germi)                   ****
Les Ailes de l'espérance (Sirk)               ****    
Amère Victoire (N. Ray) *** ****   * * **        
Le Château des amants maudits (Freda) *** ** * ** ***          
Frankenstein s'est échappé (Fisher)       ** ****   *     **
Le Roi et quatre reines (Walsh) ** *     ***         ***
Les Espions (Clouzot)     ** ** **   ***      
Planète interdite (Wilcox) ** * ** * ***         ***
Femmes entre elles (Antonioni) ***     **   **        
La Blonde explosive (Tashlin) ***   ** **            
La Première balle tue (Rouse) **       **         ***
Marqué par la haine (Wise) **       ***         **
Un homme dans la foule (Kazan) ** °   *** ***   **      
L'Extravagant Monsieur Cory (Edwards)   *** **              
L'Or et l'amour (Tourneur)   **               ***
Le Temps de la colère (Fleischer)   **               ***
Godzilla (Honda) ***   °   ***         **
Pot-Bouille (Duvivier) ** * ** ** **   **      
Un roi à New York (Chaplin) ** * ** ** ** ** *   * **
Blanches Colombes et vilains messieurs (Mankiewicz) **       **   **      
Courte Tête (Carbonnaux) ** **   **            
La Harpe de Birmanie (Ichikawa) * ***       **        
Le Rouge est mis (Grangier) **       **   **      
Amour fleur sauvage (Selander)                   ***
Face au crime (Siegel)         ***          
La Seine a rencontré Paris (Ivens, cm)       ***            
Le Bal des cinglés (Quine)   ***                
Le Shérif (Webb)   ***                
Une cadillac en or massif (Quine) ***                  
Géant (Stevens) *   **   **   **      
Le Tour du monde en quatre-vingt jours (Anderson) **       **   **     *
Le Brigand bien-aimé (N. Ray) ** * **   ** *        
Le Soleil se lève aussi (King)     *   ** * **     **
Dix Hommes à abattre (Humberstone)         **         **
L'Enfer des tropiques (Parrish)   *     ***          
La Fille sur la balançoire (Fleischer)   **       **        
Le Bel Indifférent (Demy, cm)     **           **  
La Haute Société (Walters)   **         *   **  
Le Prince et la danseuse (Olivier)         *   **     **
Porte des Lilas (Clair) **           *     **
Les Aventures d'Arsène Lupin (Becker) ** *   * *   °      
L'Odyssée de Charles Lindbergh (Wilder) **           *      
La Loi de la prairie (Wise)         **         *
Sait-on jamais ? (Vadim) **       *          
A vingt-trois pas du mystère (Hathaway) **                  
Comme un cheveu sur la soupe (Régamey)                   **
Intelligence Service (Powell & Pressburger)             **      
La Bataille du Rio de la Plata (Powell & Pressburger)             **      
La Belle de Rome (Comencini) **                  
La Chronique des pauvres amants (Lizzani) **                  
La Maison de l'ange (Torre-Nilsson) **                  
La Neige en deuil (Dmytryk) **                  
La Rançon (Segal) **                  
Le Fort de la dernière chance (Marshall)                   **
Le Trouillard du Far West (Taurog)                   **
Viva Las Vegas (Rowland)                   **
Sissi impératrice (Marischka) °       *   * * *  
Anastasia (Litvak) *       °          
L'Homme à l'imperméable (Duvivier)   **   °            
Le Retour de Godzilla (Oda) **   °              
Les Sorcières de Salem (Rouleau) °       **          
Sénéchal le magnifique (Boyer) °   **              
Sissi (Marischka)         *   *      
Honoré de Marseille (Régamey) °       °     **   *
La Loi du seigneur (Wyler) * °     *         *
Je reviendrai à Kandara (Vicas)                   *
L'Amour à la ville (collectif) *                  
La Petite Maison de thé (D. Mann) *                  
La Polka des menottes (André)                   *
Le Roi et moi (W. Lang)         *          
Les Jeunes Années d'une reine (Marischka)         *          
Les Loups dans la vallée (Douglas)                   *
Ô saisons, Ô chateaux (Varda, cm) *                  
Othello (Youtkevitch) *                  
Reproduction interdite (Grangier)         *          
Typhon sur Nagasaki (Ciampi)         *          
Le Triporteur (Pinoteau) °       °   °     **
Les Week-Ends de Néron (Steno)     °             *
Le Cas du docteur Laurent (Le Chanois) °       °          
Une Parisienne (Boisrond) °       °          
Collines brûlantes (Heisler)   °                
L'Attaque du fort Douglas (Neumann)                   °
Les Collégiennes (Hunebelle)             °      
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Sentiers de la gloire (Kubrick) ***   *** **** **** *** *** *** *** ***
Rendez-vous avec la peur (Tourneur) **** *** *** *** ***   ****     ***
Assoiffé (Dutt) *** *** ****     **        
Crépuscule à Tokyo (Ozu) ***     ***     ***      
Les Bas-fonds (Kurosawa) **     **           ****
China gate (Fuller) ***       ***         **
L'Homme-auto (Ghatak) ***                  
Mother India (Khan)           **        

Antoine :
**** : L'Invraisemblable Vérité
*** : Les Sentiers de la gloire / Rendez-vous avec la peur / L'Ultime Razzia / Règlements de comptes à O.K. Corral
** : Le Faux Coupable / Tous les garçons s'appellent Patrick / Planète interdite / Les Aventures d'Arsène Lupin

Nolan :
**** : Les Sentiers de la gloire / L'Ultime Razzia
*** : L'Invraisemblable Vérité
** : L'Homme qui rétrécit / Le Faux Coupable / Douze Hommes en colère / Règlements de comptes à O.K. Corral

Jocelyn :
**** : Les Sentiers de la gloire / La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Trois heures dix pour Yuma
*** : L'Homme qui rétrécit / L'Ultime Razzia / Rendez-vous avec la peur / Drôle de frimousse
** : Les Mistons / Le Pont de la rivière Kwaï / Douze Hommes en colère / La Blonde et moi / Planète interdite / La Blonde explosive / Blanches Colombes et vilains messieurs / Le Rouge est mis / Le Tour du monde en quatre-vingt jours / L'Homme à l'imperméable

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Ecrit sur du vent / Elle et lui / Douze hommes en colère / Les Sentiers de la gloire
*** : La Blonde et moi / Drôle de frimousse / L'Ultime razzia
** : Le Brigand bien-aimé / Le Bel Indifférent

Benjamin (La Kinopithèque) :
*** : Drôle de frimousse / Ecrit sur du vent
** : Les Vampires / Planète interdite / Godzilla

Mister Arkadin :
**** : L’Homme qui rétrécit (8)
*** : L’Or et l’amour (8) ; Le Grand Chantage (7) ; L’Ultime Razzia (7) ; Les Trois font la paire (7) ; Douze Hommes en colère (7)
** : Règlements de comptes à O.K. Corral (6) ; L’Invraisemblable Vérité (6) ; Dieu seul le sait (6) ; Les Sentiers de la gloire (6) ; Trois Heures dix pour Yuma (6) ; Le Faux coupable (6) ; Les Mistons (6) ; Le rouge est mis (6) ; Le Roi et quatre reines (6) ; Reproduction interdite (6) ; Tous les garçons s’appellent Patrick (5) ; La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (5) ; Le Triporteur (5) ; Rendez-vous avec la peur (5)
* : Un Roi à New-York (4) ; Blanches Colombes et vilains messieurs (3) ; Amère victoire (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Amants crucifiés ; Ariane ; Le Pont de la rivière Kwaï ; La Porte des Lilas ; La Loi du Seigneur ; Les Bas-fonds

Frédéric :
1- Elle et lui, 2- La Rue de la honte, 3- L'invraisemblable vérité, 4- Drôle de frimousse, 5- L'Aigle vole au soleil, 6- Les Amants crucifiés, 7- Les trois font la paire, 8- La Blonde explosive, 9- Amère victoire, 10-Le mariage est pour demain

Oriane :
**** : Ecrit sur du vent
*** : La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Le Faux Coupable / Le Pont de la rivière Kwaï
** : Les Mistons / Un Roi à New York

Un simple amateur :
1- La Rue de la honte (Mizoguchi ) 2- Les Amants crucifiés (Mizoguchi ) 3- La vie criminelle d’Archibald de la Cruz (Luis Buñuel) 4- L'Invaincu (S. Ray) 5- Crépuscule à Tokyo (Ozu) 6- Ecrit sur du vent (Sirk) 7- Elle et lui (Mc Carey ) 8- L'invraisemblable vérité (Lang ) 9- Le Grand Chantage (Mackendrick) 10-Le Mariage est pour demain (Dwan)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Pont de la rivière Kwaï, David Lean, 13 481 750 entrées
2. Sissi, Ernst Marischka, 6 592 981 entrées
3. Sissi impératrice, Ernst Marischka, 6 392 762 entrées
4. Le Triporteur, Jack Pinoteau, 4 865 231 entrées
5. Le Chômeur de Clochemerle, Jean Boyer, 4 397 173 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle), sortie prévue en janvier 1958
- Prix Méliès : La Traversée de Paris (Claude Autant-Lara) et Un Condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson), sortis en 1956
- Grand prix du cinéma français : Porte des Lilas (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Le Tour du monde en 80 jours (Michael Anderson)
- Festival de Venise, Lion d'or : L'Invaincu (Satyajit Ray)
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Loi du Seigneur (William Wyler)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Douze Hommes en colère (Sidney Lumet)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Cri (Michelangelo Antonioni), sortie prévue en 1958
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Impossible Isabelle (Dino Risi)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1957 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Un roi à New York (Charles Chaplin), 2. La Blonde explosive (Frank Tashlin), 3. Les Nuits de Cabiria (Federico Fellini), 4. Le Faux coupable (Alfred Hitchcock), 5. La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Luis Buñuel), 6. La Nuit des forains (Ingmar Bergman), 7. Derrière le miroir (Nicholas Ray), 8. La Blonde et moi (Frank Tashlin), 9. L'Invraisemblable vérité (Fritz Lang), 10. Douze Hommes en colère (Sidney Lumet)

2) L'année 57 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Frank Tashlin : La Blonde et moi, Un vrai cinglé de cinéma, La Blonde explosive
- Au tableau d'honneur :
Michelangelo Antonioni, Femmes entre elles & L'Amour à la ville (Tentato suicidio) / Ingmar Bergman, La Nuit des forains / Luis Buñuel, La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Delmer Daves, La Dernière caravane & 3 heures 10 pour Yuma / Allan Dwan, Le Mariage est pour demain / Elia Kazan, Un Homme dans la foule / Alberto Lattuada, L'Amour à la ville (Gli italiani si voltano) / Carlo Lizzani, Chronique des pauvres amants / Anthony Mann, Cote 465 / Vincente Minnelli, La Femme modèle & La Vie passionnée de Vincent Van Gogh / Douglas Sirk, Ecrit sur du vent / Roger Vadim, Sait-on jamais... / Fred Wilcox, Planète interdite / Robert Wise, Marqué par la haine / Satoru Yamamura, Les Bateaux de l'enfer"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1957 sur le site Encyclo-Ciné)

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***