Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2013

Sur vos écrans en 1956

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

prisonniere00.jpgIl y a deux ans, notre confrère François Truffaut s’en prenait violemment au cinéma français "de qualité", fustigeant avec virulence un système de production sclérosé, le règne des scénaristes tout-puissant et un certain académisme.
Force est de constater que son analyse semble toujours d’actualité tant les cinéastes français se complaisent dans les adaptations poussiéreuses de chefs-d’œuvre de la littérature (Gervaise de Clément, Notre-Dame de Paris de Delannoy) ou les reconstitutions historiques pesantes (Marie-Antoinette du même Delannoy ou Si Paris nous était conté de Guitry mais son cas est un peu particulier). Claude Autant-Lara est sans doute le cinéaste autour duquel se cristallisent aujourd’hui tous les débats du moment et notre équipe a accueilli La Traversée de Paris de façon très partagée. Votre serviteur fait partie des détracteurs de ce film qui ne fonctionne que sur une noirceur appuyée et un cynisme tout à fait détestable. 

Pourtant, les choses semblent timidement évoluer au sein de ce cinéma français. Certains cinéastes singuliers tracent leur chemin et bâtissent une œuvre dont l’ampleur devient évidente de film en film. Nous songeons à Sacha Guitry et son excellent Assassins et voleurs, Jean-Pierre Melville et son beau Bob le flambeur ou encore Robert Bresson et son très épuré Un condamné à mort s’est échappé.
C’est peut-être du côté du "documentaire" que viendra un renouveau de notre cinématographie nationale. Même si elle n’a pas réellement convaincu nos rédacteurs, la jeune photographe Agnès Varda signe avec La Pointe courte un film beaucoup trop raide et maladroit pour enthousiasmer mais avec néanmoins un réel talent pour filmer la vie comme elle va. Quant à Alain Resnais, il révolutionne le documentaire avec Nuit et Brouillard, hallucinant témoignage sur les camps de concentration mais également bouleversante méditation sur la mémoire et l’oubli.
Enfin, il faut toucher un mot du phénomène Bardot. Même s’il y a peu à dire des navets où elle gaspille son talent (Cette sacrée gamine de Boisrond, En effeuillant la Marguerite de Marc Allégret), elle irradie totalement Et Dieu créa la femme de Roger Vadim. C’est peu dire que le film n’a pas soulevé l’enthousiasme de notre équipe et pourtant, à côté des conventions d’un scénario très faible, il y a une liberté de ton qui tranche nettement avec l’ensemble de la production française et qui laisse présager, là encore, des jours meilleurs.

Une fois de plus, c’est du côté de l’Amérique qu’est venu le salut du cinéphile puisque parmi les dix films préférés de Zoom arrière, sept sont américains. Alfred Hitchcock, grand vainqueur l’an passé, a un peu déçu (à tort, à mon sens) avec L’Homme qui en savait trop. Son déjà ancien Lifeboat obtient quelques suffrages tandis que La Main au collet est jugé, globalement, comme un divertissement agréable mais mineur.
En revanche, Orson Welles (Dossier secret, également appelé Mr Arkadin) et Fritz Lang (La Cinquième victime) ont à nouveau prouvé qu’ils faisaient partie des cinéastes majeurs de notre temps et nous ont transportés. 
Sans susciter l’unanimité comme autrefois, Stanley Donen (Beau fixe sur New-York) et Vincente Minnelli (Brigadoon) confirment néanmoins qu’ils sont encore les maîtres incontestés de la comédie musicale.

Mais ce sont surtout deux indiscutables chefs-d’œuvre qui se sont taillé la part du lion alors qu’ils sont diamétralement opposés. Avec La Prisonnière du désert, Ford signe un film de la maturité et prouve aux derniers sceptiques qu’il n’est pas qu’un honnête artisan confectionnant des westerns à la chaîne mais un grand artiste capable de donner une profondeur et une ambiguïté inouïes à des schémas narratifs "classiques".
A l’opposé, le grand comédien Charles Laughton réalise son premier long-métrage et nous offre un film venu de nulle part, qui ne ressemble à rien de ce que l’on peut voir habituellement sur nos écrans. A la fois retour aux sources du cinéma muet (Griffith avec la présence de Lilian Gish, l’expressionnisme de Murnau pour l’admirable utilisation de la lumière et des contrastes) et film d’une totale modernité ; l’œuvre semble se situer aux confins de deux époques, à la fois apogée d’un certain classicisme et signe annonciateur d’un nouveau cinéma poétique et personnel…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 123 longs métrages (sur les 470 sortis en salles) et 3 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Prisonnière du désert (Ford) **** **** **** **** **** **** **** *** **** ****
La Nuit du chasseur (Laughton) **** **** **** **** **** **** **** *** *** ****
La Cinquième Victime (Lang) **** *** *** *** **** ***   *** **** ****
Dossier secret / Mr Arkadin (Welles) **** **** *** **** **** ** **** *** *** ***
Un condamné à mort s'est échappé (Bresson) **** ** *** *** **** ***   *** **** ****
Deux Rouquines dans la bagarre (Dwan) **** ****     *** ***       ****
Senso (Visconti) **** **** *** *** **** ***   *** * ****
Attaque ! (Aldrich) *** **** ** **** **** ** *** ***   ****
Nuit et brouillard (Resnais, cm) *** *** **** *** **** **   ** **** ***
Brigadoon (Minnelli) ** *** **** *** *** *** ** *** **** ***
Il bidone (Fellini) *** * ** *** **** *** *** ****   ***
Association criminelle (Lewis) *** ***   *** *** ***       ***
Les Implacables (Walsh) *** ****   ** *** **       ****
Sourires d'une nuit d'été (Bergman) ***   **** ** *** *   *** *** ****
Lifeboat (Hitchcock) *** **     ** **   *** **** ****
Fièvre sur Anatahan (Sternberg) **** ****       **        
L'Homme de nulle part (Daves) *** ***               ****
Bob le flambeur (Melville) *** ** *** *** *** **   ***    
Ma sœur est du tonnerre (Quine) *** ***   ***           ***
La Fureur de vivre (Ray) *** **** *** *** **** ** *** *   **
Sept Ans de réflexion (Wilder) ** *** *** ** *** * **** ** *** ****
Cela s'appelle l'aurore (Buñuel) ***   ** *** **** **   ***   **
Le Mystère Picasso (Clouzot) **   ** *** *** ***   *** ***  
L'Homme qui en savait trop (Hitchcock) ** * *** ** *** ** *** *** *** ***
L'Homme au bras d'or (Preminger) *** **** ** *** *** * ***     **
Beau fixe sur New York (Donen & Kelly) ** *** *** **   ** ** ***   ***
Elena et les hommes (Renoir) *** **** ** ** ** **   ** *** ***
La Dernière Chasse (Brooks) *** ***   *** *** *       ***
La Rivière de nos amours (De Toth) *** ***     **** **   *   ***
Assassins et voleurs (Guitry) **** **** *** **   **   *    
Un jeu risqué (Tourneur) **** ***               **
Moby Dick (Huston) **   ** *** *** ** *** **   ***
La Reine de la prairie (Dwan) *** ****     **         **
Toute la mémoire du monde (Resnais, cm) ***     ***   *     ****  
La Charge des tuniques bleues (Mann) *** ***             *** **
La Poupée de chair / Baby Doll (Kazan) *** *** * **** *** *   **    
Tueurs de dames (Mackendrick) *     *** ***   *** **   **
La Main au collet (Hitchcock) ** * ** ** ** ** ** ** ** **
Mais qui a tué Harry ? (Hitchcock) *** * ** ** *** ** *** ** *** ****
Artistes et modèles (Tashlin) *** ** ** **   **     ** ***
Voici le temps des assassins (Duvivier) * **   *** *** * *** ***    
Tarantula (Arnold) ***   **   **   *** **   **
Le Bandit (Ulmer) *** ***   **           **
Maison de bambou (Fuller) *** *     **** **        
Les Survivants de l'infini (Newman) ***       ***          
Bungalow pour femmes (Walsh)   ***               ***
Condamné au silence (Preminger)   ****     **          
La Sorcière (Michel)         ****          
Bandido Caballero (Fleischer)   **   ** *** ** **     **
Amore (Rossellini) *** ** *     **     ***  
Les Inconnus dans la ville (Fleischer) *** ** **   *** ° *** *   **
Des gens sans importance (Verneuil)   ***     **   **      
Richard III (Olivier) **       ***     **    
La Mort en ce jardin (Buñuel) **       **         ***
Guerre et paix (K. Vidor) ***       **          
L'Ardente Gitane (Ray) *** **                
La Maison des otages (Wyler) ***       **     **   *
La Traversée de Paris (Autant-Lara) ** *** ° * * ** *** ** ** ***
Le Monde du silence (Cousteau & Malle) * **   ** ** **        
Si Paris nous était conté (Guitry) ** *     **     **   **
Arrêt d'autobus (Logan) *   **   *     ***   **
Feux du music-hall (Fellini & Lattuada) **         *       ***
Les Fiancées de Rome (Emmer)                   ***
Quatre Tueurs et une fille (Carlson)                   ***
Feuilles d'automne (Aldrich)   ***                
Si tous les gars du monde (Christian-Jaque)                   ***
Le Pirate des mers du Sud     **       ** *   **
Le Ballon rouge (Lamorisse, cm) * °   ** ** *   **    
Le Monstre (Guest)         ***     *    
Plus dure sera la chute (Robson) **                 **
Grand-Rue (Bardem) **   **              
Coup de fouet en retour (Sturges) ** *               **
Picnic (Logan) * ***           *    
Trapèze (Reed) *       **     **    
Gervaise (Clément) **     ** *     *    
Notre-Dame de Paris (Delannoy) ** *     * *   *   *
Michel Strogoff (Gallone) *       *   ** **   °
La Pointe-Courte (Varda) *   *             **
Le Fleuve de la dernière chance (Hopper)   *               **
Diane de Poitiers (Miller)         *     **    
Hélène de Troie (Wise)               *   **
La Colline de l'adieu (King)         **         *
La Main gauche du Seigneur (Dmytryk) *       **          
Pain, amour, ainsi soit-il (Risi)         *     **    
Ville sans loi (Lewis) ** *                
La Croisée des destins (Cukor)   *               **
Les Soucoupes volantes attaquent (Sears) **                 *
Mains criminelles (Gavaldon)               **    
Alexandre le Grand (Rossen)                   **
Colère noire (Tuttle)                   **
L'Homme au fusil (Wilson)                   **
La Chance d'être femme (Blasetti)   **                
La Femme aux deux visages (Matarazzo) **                  
Le Témoin à abattre (Allen)         **          
Le Tendre Piège (Walters)                   **
Oh ! Rosalinda (Powell & Pressburger)               **    
Quentin Durward (Thorpe)         **          
Un pitre au pensionnat (Taurog) **                  
La Mauvaise Graine (Le Roy)         **          
Et Dieu créa la femme (Vadim) * * ** * * *   ° * °
Les Aventures de Till l'Espiègle (Philipe) *       *         *
La Rose tatouée (Mann) *             *    
Le Chanteur de Mexico (Pottier)             **     °
Le Pays d'où je viens (Carné) ** °                
Ça c'est Paris ! (Quine)               *    
Horizons lointains (Maté)               *    
La Dernière Fois que j'ai vu Paris (Brooks)   *                
La Revanche de la créature (Arnold)         *          
Le Cavalier au masque (Humbertsone)               *    
Comanche (Sherman)   *                
Le Signe de Vénus (Risi)           *        
Marguerite de la nuit (Autant-Lara) *                  
Quand le clairon sonnera (Lloyd)                   *
Crime et châtiment (Lampin)           *        
Invitation à la danse (Kelly) *                  
Davy Crockett, roi des trappeurs (Foster)         *     °    
La Mousson (Negulesco)         °         *
En effeuillant la marguerite (Allégret) *   °              
Le Couturier de ces dames (Boyer) °       °     °    
Cette sacrée gamine (Boisrond) °       °          
Le Cygne (Ch. Vidor) °                  
Les Assassins du dimanche (Joffé) °                  
Marie-Antoinette (Delannoy)         °          
Papa, maman, ma femme et moi (Le Chanois)         °          
Davy Crockett et les pirates (Foster)               °    
Les Promesses dangereuses (Gourguet)     °              
La Mariée est trop belle (Gaspard-Huit)     °              
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Printemps précoce (Ozu) ****   *** *** *** **       ***
Au gré du courant (Naruse) *** ***                
Tu es entré dans mon sang (Tulio)       *            

Timothée :
**** : La Prisonnière du désert / L'Homme qui en savait trop
*** : La Nuit du chasseur / Dossier secret / Senso / Brigadoon / Il Bidone / La Main au collet / Le Ballon rouge
** : Lifeboat / La Fureur de vivre / Sept ans de réflexion / La Traversée de Paris / Le Monde du silence
* : Mais qui a tué Harry ? / Et Dieu créa la femme

Antoine :
**** : La Prisonnière du désert / La Cinquième victime / Dossier secret
*** : La Nuit du chasseur / Association criminelle / Lifeboat / Bob le flambeur / Beau fixe sur New York / Tueurs de dames / La Main au collet
** : La Fureur de vivre / L'Homme qui en savait trop
* : Mais qui a tué Harry ? / La Traversée de Paris

Nolan :
**** : La Prisonnière du désert / La Nuit du chasseur
*** : La Cinquième victime / Dossier secret / La Main au collet
** : La Fureur de vivre / Sept ans de réflexion / L'Homme qui en savait trop
* : Mais qui a tué Harry ? / Le Monde du silence / Et Dieu créa la femme
° : La Traversée de Paris

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

dasola :
**** : La Nuit du chasseur / Un condamné à mort s'est échappé
*** : La Prisonnière du désert / L'Homme qui en savait trop / La Maison des otages / Deux Rouquines dans la bagarre / Les Implacables / Les Inconnus dans la ville / L'Homme au bras d'or / L'Homme de nulle part / Lifeboat / Sept Ans de réflexion / Sourires d'une nuit d'été / Tueurs de dames / Voici le temps des assassins
** : Alexandre le Grand / Artistes et modèles / Attaque ! / Bandido Caballero / Beau fixe sur New York / Coup de fouet en retour / Des gens sans importance / Elena et les hommes / Gervaise / La Charge des tuniques bleues / La Dernière Chasse / La Dernière Fois que j'ai vu Paris / La Fureur de vivre / La Main au collet / Baby Doll / La Reine de la prairie / La Rivière de nos amours / La Traversée de Paris / Mais qui a tué Harry ? / Maison de bambou / Michel Strogoff / Moby Dick / Notre-Dame de Paris / Nuit et brouillard / Plus dure sera la chute / Senso /Si Paris nous était conté / Trapèze / Ville sans loi
* : Arrêt d'autobus / Et Dieu créa la femme / Hélène de Troie / Invitation à la danse / La Colline de l'adieu / La Main gauche du Seigneur / Le Ballon rouge / Le Chanteur de Mexico / Le Couturier de ces dames / Le Monde du silence / Marie-Antoinette / Papa, maman, ma femme et moi / Picnic
° : Brigadoon / La Rose tatouée / Le Cygne

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : La Nuit du chasseur
*** : Brigadoon / Sept ans de réflexion / L'Homme qui en savait trop / La Main au collet / Mais qui a tué Harry ?
* : Sourires d'une nuit d'été / La Fureur de vivre / Moby Dick / Et Dieu créa la femme / Nuit et brouillard

Mister Arkadin :
**** : La Prisonnière du désert (10) ; Mr Arkadin (10) ; Un condamné à mort s’est échappé (10)
*** : Mais qui a tué Harry ? (8) ; Assassins et voleurs (7) ; La Traversée de Paris (7) ; Le Monde du silence (7) ; Voici le temps des assassins (7) ; Il Bidone (7) ; Nuit et Brouillard (7) ; Sept ans de réflexion (7) ; L’Homme qui en savait trop (7) ; Des gens sans importance (7) ; Plus dure sera la chute (7)
** : La Nuit du chasseur (6) ; Lifeboat (6) ; Tueurs de dames (6) ; La Cinquième victime (6) ; Attaque ! (6) ; Moby Dick (6) ; L’Homme au bras d’or (6) ; Ma sœur est du tonnerre (6) ; Trapèze (6) ; La Fureur de vivre (5) ; Fièvre sur Anatahan (5) ; Bob le flambeur (5) ; Senso (5) ; Brigadoon (5) ; Le Bandit (5)
* : Arrêt d’autobus (4) ; L’Ardente Gitane (4) ; Elena et les hommes (3)
o : La Mort en ce jardin (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Gervaise ; Notre-Dame de Paris

Frédéric :
1- La Nuit du chasseur, 2- La Prisonnière du désert, 3- La Cinquième victime, 4- Nuit et brouillard, 5- Deux rouquines dans la bagarre, 6- Fièvre sur Anatahan, 7- Eléna et les hommes, 8- Dossier secret, 9- Assassins et voleurs, 10- L'Homme qui en savait trop

Oriane :
**** : L'Homme au bras d'or / La Nuit du Chasseur
*** : La Prisonnière du désert / Senso / Nuit et Brouillard / le Mystère Picasso / L'Homme qui en savait trop
** : Bob le Flambeur / Toute la mémoire du monde / Mais qui a tué Harry ?
* : Sept ans de réflexion / Tueurs de dames
° : La Traversée de Paris / Si Paris nous était conté

Julien :
1/ La nuit du chasseur *****, 2/ La prisonnière du désert ****, 3/ Association criminelle ****, 4/ La 5ème victime ***, 5/ Un condamné à mort s'est échappé ***, 6/ La fureur de vivre **, 7/ Brigadoon **, 8/ L'homme qui en savait trop **, 9/ Bob le flambeur *, 10/ Et Dieu créa la femme *

Un simple amateur :
1- La Nuit du chasseur (Laughton) 2- La Prisonnière du désert (Ford) 3- Un condamné à mort s’est échappé (Robert Bresson) 4- Nuit et brouillard (Resnais) 5- Il bidone (Fellini) 6- Association criminelle (Lewis) 7- Sourires d'une nuit d'été (Bergman) 8- Brigadoon (Minnelli) 9- La Cinquième victime (Lang) 10- Senso (Visconti)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Michel Strogoff, Carmine Gallone, 6 868 854 entrées
2. Guerre et Paix, King Vidor, 5 874 104 entrées
3. Notre-Dame de Paris, Jean Delannoy, 5 687 222 entrées
4. La Traversée de Paris, Claude Autant-Lara, 4 893 174 entrées
5. Le Chanteur de Mexico, Richard Pottier, 4 779 435 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Ballon rouge (Albert Lamorisse)
- Prix Méliès : Le Monde du silence (Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle) et Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Grand prix du cinéma français : Le Ballon rouge (Albert Lamorisse) et Nuit et brouillard (Alain Resnais)
- Oscar du meilleur film : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Monde du silence (Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Invitation à la danse (Gene Kelly)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Le Disque rouge (Pietro Germi)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1956 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Un condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson), 2. Elena et les hommes (Jean Renoir), 3. La Fureur de vivre (Nicholas Ray), 4. Dossier secret (Orson Welles), 5. Senso (Luchino Visconti), 6. Sourires d'une nuit d'été (Ingmar Bergman), 7. Il Bidone (Federico Fellini), 8. L'Amore (Roberto Rossellini), 9. Picnic (Joshua Logan), 10. La Peur (Roberto Rossellini) (*)

2) L'année 56 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de John Huston : Moby Dick
- Les 20 grands :
Benito Alazraki, Racines (*) / Robert Aldrich, Attaque ! / Claude Autant-Lara, La Traversée de Paris & Marguerite de la nuit / Juan Bardem, Grand'rue / Ingmar Bergman, Sourires d'une nuit d'été / Richard Brooks, Graine de violence (*) / Luis Buñuel, Cela s'appelle l'aurore & La Mort en ce jardin / Gene Kelly et Stanley Donen, Beau-fixe sur New York / Akira Kurosawa, Les Sept samouraïs (*) / Anthony Mann, La Charge des tuniques bleues / Otto Preminger, L'Homme au bras d'or / Richard Quine, Ma sœur est du tonnerre / Giuseppe de Santis, Jours d'amour (*) / Josef von Sternberg, Fièvre sur Anatahan / John Sturges, Coup de fouet en retour / Frank Tashlin, Artistes et modèles / Orson Welles, Dossier secret / Billy Wilder, Sept ans de réflexion"

(*) : voir notre tableau 1955

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1956 sur le site Encyclo-Ciné)

11/06/2013

Sur vos écrans en 1955

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1955,hitchcock,aldrich,kurosawa,ray,ophuls,mann,mankiewicz,renoir,fellini,sirkQuelle année, mes amis ! Une grosse vingtaine de films de la plus haute tenue nous aura donc été proposée en France en 1955. Et encore, derrière ce groupe dense, chacun aura trouvé le moyen d'en retenir plusieurs autres de valeur. Difficile, dès lors, de désigner "l'homme de l'année". Essayons tout de même.
Alfred Hitchcock ? Fenêtre sur cour arrive en effet en tête pour notre équipe. Ce thriller à la fois angoissant, onirique et comique peut être vu comme le sommet (provisoire ?) de l'œuvre du "maître du suspense". Surtout, il se prête à merveille, par l'ingéniosité d'un dispositif renvoyant chaque spectateur à son voyeurisme "naturel", à de multiples analyses tout en se présentant comme un grand film populaire. De plus, nous avons également pu voir (généralement "à plat", alors qu'il fut tourné en relief) Le Crime était presque parfait, œuvre précédente d'Hitchcock, moins riche de prolongements mais tout à fait remarquable.
Anthony Mann ? Je suis un aventurier et L'Homme de la plaine sont les deux derniers volets d'un impressionnant cycle de cinq westerns mettant en vedette (comme Fenêtre sur cour) James Stewart. A noter que le duo produisit également un film de propagande militaire, Strategic Air Command, que l'un d'entre nous recommande tout de même ci-dessous.
Federico Fellini ? La Strada, où l'on admire la brute Anthony Quinn et la chaplinienne Giulietta Massina, a fait l'événement, un an après la découverte des attachants Vitelloni. Courrier du cœur (ou Le Sheik blanc), premier effort de réalisation en solitaire de l'ex-scénariste de Rossellini, est aussi apparu sur nos écrans. Aucun doute, il faudra dorénavant compter avec cet Italien-là (un de plus).
Akira Kurosawa ? En 1952, Rashomon avait surpris son monde et ouvert la brèche dans laquelle le cinéma japonais put enfin s'infiltrer pour atteindre nos écrans. Cette année, vinrent à nous ces Sept samouraïs, époustouflant western d'extrême-orient (les débats sur le rapport de Kurosawa à l'occident ne font apparemment que commencer).
Max Ophuls ? Il a arraché Martine Carol à la routine des Caroline Chérie pour Lola Montès, film monstrueux, déroutant, flamboyant et boudé par un public qui lui a préféré les formules usées de Fernandel, de Sacha Guitry ou de René Clair (Les Grandes Manœuvres comptent cependant un défenseur parmi nous).
Henri-Georges Clouzot ? Les Diaboliques, le film-dont-il-ne-faut-surtout-pas-dévoiler-la-fin, n'a pas fait l'unanimité chez nous (admirable mécanique ou piège à spectateurs ?), même si une majorité le soutient avec enthousiasme.
D'autres encore pourraient-être choisis : Nicholas Ray a poursuivi son œuvre singulière avec un Johnny Guitare baroque, Jean Renoir, avec French Cancan (et Gabin), a réussi son retour en France alors que cela n'était pas forcément gagné, Joseph Mankiewicz a de nouveau tutoyé des hauteurs, cette fois celles du mythe Ava Gardner, avec La Comtesse aux pieds nus... Certains de mes camarades ajouteraient sans doute le nom d'Alan Dwan, pour les trois films qui furent distribués cette année.
Et si nous distinguions un critique ? François Truffaut, dans les Cahiers du Cinéma, quelques mois après avoir mis le bazar dans le milieu du cinéma français de la "qualité" (lire notre éditorial de l'année 1954), a inventé un concept certainement promis à une belle postérité. Le voici baptisé dans les dernières lignes de sa critique d'Ali Baba de Jacques Becker (que nous ne vous recommandions pas l'année dernière) : "En dépit de son scénario trituré par dix ou douze personnes, dix ou douze personnes de trop excepté Becker, Ali Baba est le film d'un auteur, un auteur parvenu à une maîtrise exceptionnelle, un auteur de films. Ainsi la réussite technique d'Ali Baba confirme le bien-fondé de notre politique, la Politique des Auteurs."
Mais non. L'année 1955, ce fut l'année Robert Aldrich ! L'homme, encore trentenaire, a déboulé sur nos écrans sans que personne ne l'ait vu venir. En moins de douze mois, furent présentées cinq de ses six réalisations : Alerte à Singapour, à ce que l'on en dit, un film d'aventures exotiques déjà original ; Bronco Apache, un solide western pro-indien ; Vera Cruz, une odyssée mexicaine grincante et stimulante ; Le Grand Couteau, un tableau acide des mœurs hollywoodiennes ; En quatrième vitesse, un hallucinant joyau du film noir. Voulez-vous une preuve de l'importance de cette découverte ? Autour d'Aldrich, même les Cahiers du Cinéma et Positif se retrouvent ! (François Truffaut dans les Cahiers : "Robert Aldrich, qui cumule quelques-unes des qualités de Renoir, d'Hitchcock et d'Orson Welles et toutes celles de... Robert Aldrich, est un "metteur en scène Cahiers du Cinéma". Cela signifie qu'il sera loué le plus souvent possible, défendu chaque fois qu'il sera nécessaire et entretenu à la première occasion." Roger Tailleur dans Positif : "En six mois à Paris, avec quatre films, un metteur en scène surgit du néant. Totalement inconnu au début de l'année encore, il s'inscrit aujourd'hui parmi les meilleurs, ceux dont on peut tout espérer. Dès avant l'automne 1955, son plus récent film subit les honneurs d'un Festival, où il fut primé. Une telle naissance-ascension-consécration appelle très fort le qualificatif d'unique, surtout, comme c'est le cas, quand sa parfaite légitimité en est garantie par des qualités indiscutables et peu communes.")

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 466 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Fenêtre sur cour (Hitchcock) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
En quatrième vitesse (Aldrich) **** *** **** **** **** ** **** **** **** ****
Les Sept Samouraïs (Kurosawa) **** **** *** **** **** ***   **** **** ****
Johnny Guitare (Ray) **** **** **** **** **** *** **** *** *** ****
Lola Montès (Ophuls) *** *** *** **** **** ***   **** **** ****
L'Homme de la plaine (A. Mann) **** **** *** *** **** ***   ** **** ****
La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) *** *** *** *** **** *** *** *** **** ****
French Cancan (Renoir) *** **** *** **** **** ***   ** **** ****
Je suis un aventurier (A. Mann) **** **** *** ***   ****   *** *** ***
La Strada (Fellini) *** **** ** **** **** ** ** ****   ***
Le Secret magnifique (Sirk) **** *** ****   **** ***   * ***  
Quatre Etranges Cavaliers (Dwan) **** **** ***   *** ***     ** ****
Une étoile est née (Cukor) *** ** *** **** *** ***   ** *** ****
L'Homme qui n'a pas d'étoile (Vidor) *** ****   ** *** **       ****
Sabrina (Wilder) ** **** * *** *** **   *** **** ***
Ordet (Dreyer) **** ** ** ** **** ***   ***    
Vera Cruz (Aldrich) *** ** ** *** *** ** *** *** **** ***
Les Diaboliques (Clouzot) * ** ** **** **** ** **** *** *** ***
Le Crime était presque parfait (Hitchcock) ** * *** *** *** *** *** *** *** ***
Le Grand Couteau (Aldrich) ** **   *** **** **   ****    
Tornade (Dwan) *** **** **             ***
Bronco Apache (Aldrich) *** ** *** *** *** **   ** *** **
Du plomb pour l'inspecteur (Quine) *** ***   *** *** **   **    
Les Rubis du prince birman (Dwan) *** ***               ***
Désirs humains (F. Lang) *** ***   ** **** *   *** ** **
Le Rendez-Vous des quais (Carpita) ***     ***   **   **   ***
Les Maîtres Fous (Rouch, cm) ****     ** *** **       **
Vingt Mille Lieues sous les mers (Fleischer) *** **     ***   *** **   ***
Graine de violence (Brooks) ** * ** *** *** * ***     ***
A l'est d'Eden (Kazan) ** ***     *** **   *    
La Bête s'éveille (Losey) *** *** ** ** **         **
Ce n'est qu'un au revoir (Ford) *** ***               **
Fort Bravo (Sturges)   **     ***         ***
Le Cri de la victoire (Walsh) *** ***       **        
Le Sabotier du Val de Loire (Demy, cm) ***   ***              
La Belle et le clochard (Disney) *       ***   *** * ** ***
La Terre des pharaons (Hawks) *** * **   *** *   **   ***
Sur les quais (Kazan) ** °     **** **   **   ***
Pain, amour et jalousie (Comencini) ** ***     **     **   **
A l'ombre des potences (Ray) ***   **   **         **
Razzia sur la chnouf (Decoin) **       ***   *** *    
Du rififi chez les hommes (Dassin) ** **   ** ***     *   **
Courrier du cœur (Fellini) **   **   *** *   **   **
Des monstres attaquent la ville (Douglas) ** * ** * ** * ***     ***
Le Souffle de la violence (Maté)         **         ***
Mort d'un cycliste (Bardem) **       ***          
Capitaine Mystère (Sirk) *** * **     **        
Les Sept Femmes de Barberousse (Donen) **   **   **     **    
L'Etrange Créature du lac noir (Arnold) **     ° **   *** °   ***
Un homme est passé (Sturges) ** *   ** ** **   *   **
L'Aigle solitaire (Daves) *** **               *
La Lance brisée (Dmytryk) **       **   **      
La Peur (Rossellini) ***                  
Le Sel de la terre (Biberman) ***                  
Les Ponts de Toko-Ri (Robson)                 ***  
Les Révoltés de la Claire-Louise (Tourneur) ***                  
Un amour pas comme les autres (Douglas)   ****                
L'Or de Naples (De Sica) *     *       **   ***
Ça va barder (Berry) **       **          
Je suis un sentimental (Berry) **       **          
Titanic (Negulesco)     **       **      
Vacances à Venise (Lean)   ***     *          
Les Grandes Manœuvres (Clair) * *   * *     *   ****
Le Comte de Monte-Cristo (Vernay) * **     ** *        
Taza, fils de Cochise (Sirk)   *     ** *     **  
Gas-Oil (Grangier) °       **   **      
La Tour de Nesle (Gance) ** *           *    
Le Port du désir (Gréville)     *         *   **
L'Amant de lady Chatterley (Allégret)           **     *  
La Joyeuse Parade (W. Lang)               *   **
La Vallée des rois (Pirosh) *                 **
Le Serment du chevalier noir (Garnett)         **     *    
Les Hussards (Joffé)         °         ***
Les Mauvaises Rencontres (Astruc) ** *                
Deux Nuits avec Cléopâtre (Mattoli)                   **
Dommage que tu sois une canaille (Blasetti)         **          
J'avais sept filles (Boyer)     **              
L'Homme du Kentucky (Lancaster)                   **
La Flamme pourpre (Parrish)   **                
Le Passage de Santa Fe (Witney)                   **
Le Triomphe de Buffalo Bill (Hopper)                   **
Phffft ! (Robson) **                  
Racines (Alazraki) **                  
Strategic Air Command (A. Mann)   **                
Trois Heures pour tuer (Werker)   **                
Nana (Christian-Jaque) *       *     *    
Papa longues jambes (Negulesco) * °               **
Permission jusqu'à l'aube (Ford & Le Roy) ** °       *        
L'Affaire des poisons (Decoin)   *     *          
La Vénus des mers chaudes (Sturges)               *   *
Le Dossier noir (Cayatte) *       *          
Marty (D. Mann) *       *          
La Grande Bagarre de Don Camillo (Gallone)     *   *     *   *
Attila fléau de Dieu (Francisci)               *    
Destination Gobi (Wise)                   *
Embrasse-moi chérie (Sidney)               *    
Femmes hors la loi (Newfield & Ormond)     *              
Frou-Frou (Genina)         *          
L'Egyptien (Curtiz)         *          
La Conquête de l'espace (Haskin)     *              
La Cuisine des anges (Curtiz)         *          
La Pantoufle de verre (Walters)         *          
Le Beau Brummel (Bernhardt)           *        
Le Calice d'argent (Saville)         *          
Le Seigneur de l'aventure (Koster)         *          
Les Pépées font la loi (André)         *          
Les Salauds vont en enfer (Hossein)         *          
Terreur à l'ouest (De Toth)   *                
Une fille de la province (Seaton) *                  
Marianne de ma jeunesse (Duvivier) ° *   °   *        
Chiens perdus sans collier (Delannoy) ° °     °     *   *
La Madone des sleepings (Diamant-Berger) °             *    
Le Fils de Caroline chérie (Devaivre)         °         *
Les Héros sont fatigués (Ciampi) °       *          
Saadia (Lewin)     * °            
Napoléon (Guitry) *     ° °          
Les Premiers Outrages (Gourguet)   ° °              
La Cage aux souris (Gourguet)     °              
Le Signe du païen (Sirk)           °        
Les Hommes en blanc (Habib)         °          
Prison sans chaîne (Bartlett)             °      
Sitting Bull (Salkow)   °                
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Nuages flottants (Naruse) **** ** **** *** *** ***       ****
Carmen Jones (Preminger) ** **     ***          
Vie ou mort (Al Cheikh)         ***          

Antoine :
**** : Fenêtre sur cour / En quatrième vitesse / L'Homme de la plaine
*** : Les Sept samouraïs / Johnny Guitare / Je suis un aventurier / L'Homme qui n'a pas d'étoile / Sabrina / Ordet
** : French Cancan / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / Désirs humains / Du rififi chez les hommes
* : La Belle et le clochard
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

Timothée :
**** : Fenêtre sur cour / La Strada / Le Secret magnifique / Une Etoile est née
*** : Johnny Guitare / L'Homme de la plaine / La Comtesse aux pieds nus / Sabrina / A l'Est d'Eden
** : Le Crime était presque parfait

Nolan :
**** : Fenêtre sur cour
*** : La Comtesse aux pieds nus / La Strada / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / La Belle et le clochard / Les Sept samouraïs
* : Vingt mille lieues sous les mers / L'Etrange créature du lac noir
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Clyde_949 :
Johnny Guitar / Fenêtre sur cour / Les Diaboliques / La Strada / Sur les quais / La Comtesse aux pieds nus / Lola Montès / Le Crime était presque parfait / Ordet / Les Sept samouraïs

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Fenêtre sur cour / Le Crime était presque parfait
*** : Les Sept Samouraïs
** : Les Diaboliques / Lola Montès
* : French Cancan / La Terre des pharaons / Des monstres attaquent la ville / L'Etrange Créature du lac noir / Le Sel de la terre

Mister Arkadin :
**** : Johnny Guitare (10) ; Fenêtre sur cour (9) ; En quatrième vitesse (8)
*** : Vera Cruz (8) ; La Comtesse aux pieds nus (8) ; Les Diaboliques (8) ; French Cancan (8) ; Je suis un aventurier (8) ; La Strada (8) ; Du rififi chez les hommes (7) ; Des monstres attaquent la ville (7) ; L’Homme qui n’a pas d’étoile (7) ; L’Homme de la plaine (7) ; Le Cri de la victoire (7) ; Le Crime était presque parfait (7)
** : Gas-oil (6) ; Les Sept Samouraïs (6) ; Les Mauvaises rencontres (6) ; Du plomb pour l’inspecteur (6) ; Graine de violence (6) ; A l’est d’Eden (6) ; Désirs humains (6) ; Razzia sur la chnouf (6) ; Le Grand Couteau (5) ; Lola Montès (5) ; La Terre des pharaons (5) ; Chiens perdus sans collier (5)
* : Les Grandes Manœuvres (5) ; Un homme est passé (4) ; Les Sept Femmes de Barberousse (4) ; Sur les quais (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Le Secret magnifique ; Sabrina ; La Belle et le clochard ; Pain, amour et jalousie ; L’Or de Naples ; La Joyeuse Parade

Frédéric :
1- Ordet, 2- Johnny Guitare, 3- Fenêtre sur cour, 4- En quatrième vitesse, 5- Quatre étranges cavaliers, 6- Lola Montès, 7- French Cancan, 8- Je suis un aventurier, 9- Les Maitres fous, 10- L'Homme qui n'a pas d'étoile

Oriane :
**** : Fenêtre sur Cour / Les Sept Samouraïs / Lola Montès / Je suis un aventurier / La Strada / Ordet
*** : L'Homme de la Plaine
** : French Cancan
* : Du rififi chez les hommes
° : La Belle et le clochard / L'étrange créature du lac noir

Un simple amateur :
1- Ordet (Dreyer) 2- Les sept samouraïs (Kurosawa) 3- Johnny Guitare (N.Ray) 4- En quatrième vitesse (Aldrich) 5- Nuages flottants (Naruse) 6- Fenêtre sur cour (Hitchcock) 7- La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) 8- Je suis un aventurier (Mann) 9- Le secret magnifique (Sirk) 10- French Cancan (Renoir)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Belle et le Clochard, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske, 11 175 233 entrées
2. Vingt Mille Lieues sous les mers, Richard Fleischer, 9 619 259 entrées
3. Le Comte de Monte Cristo, Robert Vernay, 7 780 642 entrées
4. Napoléon, Sacha Guitry, 5 405 252 entrées
5. Les Grandes Manœuvres, René Clair, 5 302 076 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Prix Méliès : Du rififi chez les hommes (Jules Dassin)
- Grand prix du cinéma français : Les Evadés (Jean-Paul Le Chanois)
- Oscar du meilleur film : Sur les quais (Elia Kazan)
- Festival de Venise, Lion d'or : Ordet (Carl Dreyer)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Rats (Robert Siodmak), sortie prévue en 1956
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Carmen Jones (Otto Preminger) et Le Brave Soldat Chveik (Jiri Trnka)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Jours d'amour (Giuseppe De Santis)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1955 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Voyage en Italie (Roberto Rossellini) (*), 2. Ordet (Carl Dreyer), 3. Le Grand Couteau (Robert Aldrich), 4. Lola Montès (Max Ophuls), 5. Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock), 6. Les Mauvaises Rencontres (Alexandre Astruc), 7. La Strada (Federico Fellini), 8. La Comtesse aux pieds nus (Joseph L. Mankiewicz), 9. Johnny Guitare (Nicholas Ray), 10. En quatrième vitesse (Robert Aldrich)

2) L'année 55 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Robert Aldrich : Bronco Apache, Alerte à Singapour, Vera Cruz, En quatrième vitesse, Le Grand Couteau
- The big fifteen :
Juan Bardem, Mort d'un cycliste / Herbert Biberman, Le Sel de la terre / George Cukor, Une étoile est née / Jules Dassin, Du rififi chez les hommes / Stanley Donen, Les Sept Femmes de Barberousse / Federico Fellini, Courrier du cœur / Richard Fleischer, Vingt mille lieues sous les mers / Elia Kazan, A l'Est d'Eden / Anthony Mann, Je suis un aventurier / Robert Parrish, La Flamme pourpre / Nicholas Ray, Johnny Guitare / John Sturges, Fort Bravo & Un Homme est passé / King Vidor, L'Homme qui n'a pas d'étoile / Luchino Visconti, Senso (**) / Raoul Walsh, Le Cri de la victoire" (***)

(*) : voir notre tableau 1954
(**) : à venir dans notre tableau 1956
(***) : Racines, Graine de violence et Les Sept samouraïs sont cités par Positif pour l'année 1956

 

A LIRE PAR AILLEURS :

Une revue de presse sur Lola Montès

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1955 sur le site Encyclo-Ciné)

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***                  
Le Démon des eaux troubles (Fuller)         ***          
Le Fantôme de la rue Morgue (Del Ruth)         ***          
Vacances romaines (Wyler) * °   ** **   *** * * ***
Théodora, impératrice de Byzance (Freda)   **   ** ***          
Je dois tuer (Allen) *   **     ** **      
Monsieur Ripois (Clément) *** ° ° ** ***     *   **
Victime du destin (Walsh)   ***   *            
La Reine vierge (Sidney) *       ***          
Les Massacreurs du Kansas (De Toth)   *     ***          
Le Rouge et le Noir (Autant-Lara) ** °   ** **     *   **
Prince Vaillant (Hathaway)         **   ** *    
Comment épouser un millionnaire (Negulesco) *   *   **   * *    
Papa, maman, la bonne et moi (Le Chanois) *       °   **     **
Le Défroqué (Joannon) ** **     °          
Jour de terreur (Garnett)   °     ***          
Quand la Marabunta gronde (Haskin) *                 **
L'Implacable (Parrish)   **                
L'Emprise du destin (Saenz de Heredia)                   **
Le Monstre des temps perdus (Lourié)                   **
Retour au paradis (Robson)                   **
Deux Nigauds contre docteur Jekyll et Mister Hyde (Lamont)     **              
Fille d'amour (Cottafavi)   **                
Houdini le grand magicien (Marshall)         **          
La Brigade héroïque (Walsh)   **                
La Sorcière blanche (Hathaway)                   **
Le Roi des îles (Haskin)                   **
Passion sous les tropiques (Maté)                   **
Tempête sous la mer (Webb)     **              
Une femme qui s'affiche (Cukor) **                  
Vaquero (Farrow)         **          
Huis clos (Audry)                   **
Cadet Rousselle (Hunebelle) *       *     °   **
La Porte de l'enfer (Kinugasa) * °               **
Madame du Barry (Christian-Jaque) *       *     *    
Amour, délices et golf (Taurog)     °             **
L'Affaire Maurizius (Duvivier) ** °                
Le Grand Jeu (Siodmak)       * *          
Ali Baba et les quarante voleurs (Becker) ° ° ° ° *   ° ° ** ***
Ah les belles bacchantes ! (Loubignac) °   °   °   * *   **
La Reine Margot (Dréville) *   °   *          
Expédition du fort King (Boetticher)   *                
La Cité sous la mer (Boetticher)   *                
La Marchande d'amour (Soldati)   *                
La Première Sirène (Le Roy)                   *
Le Traître du Texas (Boetticher)   *                
Avant le déluge (Cayatte) *                  
Capitaine King (King) *                  
Deux Nigauds chez Vénus (Lamont)     *              
La Fontaine des amours (Negulesco)         *          
Les Femmes s'en balancent (Borderie)         *          
Les Révoltés de Lomanach (Pottier)                   *
Bonnes à tuer (Decoin)   *                
L'Air de Paris (Carné)   *                
Le Mouton à cinq pattes (Verneuil) °   °   °     °   **
Ne me quitte jamais (Daves)   °                
L'Ennemi public numéro un (Verneuil)         °          
Mam'zelle Nitouche (Allégret)   °                
Chaussure à son pied (Lean)   °                
Noël blanc (Curtiz)         °          
Obsession (Delannoy)               °    
Poisson d'avril (Grangier)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Une Femme dont on parle (Mizoguchi) *** ****       ***        
Le Grondement de la montagne (Naruse) *** ***   ***            

Antoine :
**** : La Vie de O'Haru, femme galante
*** : Les Vitelloni
** : Rivière sans retour / Les Hommes préfèrent les blondes / La Femme au gardénia / Les Chevaliers de la Table ronde
* : L'Equipée sauvage / Ali Baba et les quarante voleurs
° : Théodora, impératrice de Byzance

Nolan :
**** : Tous en scène / Les Hommes préfèrent les blondes
*** : Touchez pas au grisbi
** : Rivière sans retour
* : La Guerre des mondes / L'Equipée sauvage
° : Ali Baba et les quarante voleurs

Rémi :
**** : Voyage en Italie / Monika
*** : Rivière sans retour / Les Lettres de mon moulin
** : Les Rats du désert
* : Ali Baba et les quarante voleurs

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Tous en scène
*** : Les Hommes préfèrent les blondes / Les Chevaliers de la Table ronde
** : La Guerre des mondes / Comment épouser un millionnaire / Le Monstre des temps perdus

Mister Arkadin :
**** : Tous en scène (8) ; Voyage en Italie (8) ; Touchez pas au grisbi (8)
*** : Les hommes préfèrent les blondes (8) ; Les Vitelloni (7) ; Rivière sans retour (7)
** : Si Versailles m’était conté (6) ; Mogambo (6) ; Tant qu’il y aura des hommes (6) ; L’Air de Paris (6) ; L'Équipée sauvage (5) ; Ali Baba et les quarante voleurs (5) ; La Reine Margot (5)
* : Comment épouser un millionnaire (4)
o : Poisson d’avril (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) La Furie du désir ; Monika ; La Femme au gardénia ; Pain, amour et fantaisie ; Ouragan sur le Caine ; La Belle Espionne ; La Perle noire ; Plus fort que le diable ; Le Jardin du diable ; Sergent la terreur ; La Brigade héroïque

Frédéric :
1- Voyage en Italie, 2- Tous en scène, 3- El, 4- La vie d'Oharu, 5- L'Amour d'une femme, 6- Monika, 7- Les Hommes préfèrent les blondes, 8- La Femme au gardénia, 9- Touchez pas au grisbi, 10- Rivière sans retour

Oriane :
**** : Les Vitelloni
*** : El
* : Touchez pas au grisbi / Les Lettres de mon moulin / Plus fort que le diable
° : Si Versailles m'était conté

Un simple amateur :
1- Voyage en Italie (Rossellini) 2- Tous en scène (Minnelli) 3- El (Bunuel) 4- La vie d'Oharu (Mizoguchi) 5- L'Amour d'une femme (Grémillon) 6- Monika (Bergman) 7- Une femme dont on parle (Mizoguchi) 8- Le Grondement de la montagne (Naruse) 9- I Vitelloni (Fellini) 10- Rivière sans retour (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Si Versailles m'était conté..., Sacha Guitry, 6 986 788 entrées
2. Tant qu'il y aura des hommes, Fred Zinnemann, 6 398 054 entrées
3. Papa, maman, la bonne et moi, Jean-Paul Le Chanois, 5 374 131 entrées
4. Touchez pas au grisbi, Jacques Becker, 4 713 585 entrées
5. Le Rouge et le Noir, Claude Autant-Lara, 4 342 365 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot), sortie prévue en janvier 1955
- Prix Méliès : Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara)
- Grand prix du cinéma français : Le Blé en herbe (Claude Autant-Lara)
- Oscar du meilleur film : Tant qu'il y aura des hommes (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Roméo et Juliette (Renato Castellani)
- Festival de Cannes, Grand Prix : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Chaussure à son pied (David Lean)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa), Le Mouton à cinq pattes (Henri Verneuil), Les Fruits sauvages (Hervé Bromberger), Bajaja (Jiri Trnka) et Rotation (Wolfgang Staudte)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Sierra maldita (Antonio del Amo)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1954 pour les Cahiers du Cinéma (tel que l'on peut l'établir à partir des listes individuelles publiées dans le n°43, janvier 1955) :

1. El (Luis Buñuel), 2. Touchez pas au grisbi (Jacques Becker), 3. Monsieur Ripois (René Clément), 4. Les Hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks), 5. L'Equipée sauvage (Laszlo Benedek), Les Vitelloni (Federico Fellini) & Une Femme qui s'affiche (George Cukor), 8. La Femme au gardénia (Fritz Lang), 9. Les Aventures de Robinson Crusoë (Luis Buñuel), 10. Rivière sans retour (Otto Preminger) & Plus fort que le Diable (John Huston)

(Note : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, visible en province fin 1954, est pris en compte par les critiques en 1955 après sa sortie parisienne en avril de cette année-là)

2) L'année 54 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Marilyn : Niagara, Rivière sans retour, Comment épouser un millionnaire
- Les meilleurs :
Laszlo Benedek, L'Equipée sauvage / Richard Brooks, Le Cirque infernal & Sergent-la-terreur / Luis Buñuel, El & Les Aventures de Robinson Crusoë / René Clément, Monsieur Ripois / Vittorio Cottafavi, Fille d'amour / George Cukor, Une femme qui s'affiche / Federico Fellini, Les Vitelloni / Howard Hawks, La Captive aux yeux clairs / John Huston, Plus fort que le diable / Fritz Lang, Règlement de comptes / Alberto Lattuada, Le Manteau & La Louve de Calabre / Anthony Mann, L'Appât / Vincente Minnelli, Tous en scène / Otto Preminger, Un si doux visage & Rivière sans retour / George Stevens, L'Homme des vallées perdues / King Vidor, La Furie du désir / Robert Wise, La Tour des ambitieux"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1954 sur le site Encyclo-Ciné)