Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2013

Sur vos écrans en 1959

EDITORIAL :

Par Christophe

contes00.jpg1959 marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Tandis qu'émergent diverses "nouvelles vagues", le cinéma classique finissant donne quelques uns de ses plus beaux fruits. En France, sortent : Le Tombeau hindou, Rio Bravo, Comme un torrent, Les Nus et les morts, Le Temps d'aimer et le temps de mourir, Autopsie d'un meurtre ou encore Les Contes de la lune vague après la pluie. Exposé à une telle avalanche de joyaux incandescents, le terrain est propice à l'embrasement ; il trouve son allumette en la personne de Michel Mourlet. Fréquentant assidûment le cinéma Mac-Mahon près de la place de l'Etoile, Mourlet appartient à la bande des mac-mahoniens, chapelle cinéphile comme il en pullule en cette fin des années 50. C'est Eric Rohmer, alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, qui accorde au jeune théoricien l'opportunité de publier son manifeste dans la déjà célèbre revue jaune aux conditions expresses de l'imprimer en italique et de le faire précéder d'un avertissement comme quoi il n'engage pas la rédaction. Précautions uniques dans l'histoire du journal.

Aussi radicales puissent-elles paraître, les quinze pages de Sur un art ignoré sont d'abord l'aboutissement du travail théorique entamé à la Libération afin de débarrasser la critique cinématographique de la nostalgie du muet qui souvent parasitait ses jugements dans les années 30 (cf par exemple l'Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach). André Bazin avait ainsi montré que lorsque William Wyler découpait l'adaptation d'une pièce de théâtre, il faisait autant oeuvre de cinéaste qu'un Eisenstein. Ce faisant, il défendait la continuité et le réalisme en partant du postulat que le cinéma se distingue des autres arts en ceci qu'il enregistre la réalité et n'a donc pas besoin de recourir à des conventions pour représenter le monde. Dans cette optique, la possibilité d'enregistrer le son constitue évidemment un progrès.

Mourlet va jusqu'au bout de la logique bazinienne et, contrairement au père fondateur des Cahiers qui encensait des cinéastes aussi truqueurs que Welles ou de Sica, affiche avec éclat la conformité entre ses principes et ses goûts. Il a certes eu des précurseurs. Outre Jacques Rivette et Eric Rohmer, il faut se rappeler Philippe Demonsablon qui écrivit au cours des années 50 de belles critiques sur les films de Dwan, Walsh, Mizoguchi. Le titre de son article consacré aux Amants crucifiés, "Splendeur du vrai" peut d'ailleurs être considéré comme un parfait résumé du mac-mahonisme. Affirmant la prééminence du découpage sur le montage, l'inanité des surimpressions et autres artifices visibles, Michel Mourlet montre avec force arguments que le cinéma est essentiellement l'art de la mise en scène. Un cinéaste doit tout à la fois respecter les données de la réalité et les organiser de façon à plonger le spectateur dans un état de fascination.

"Le point d’accomplissement du cinéma, atteint en de rares instants par les grands d’entre les grands : Losey, Lang, Preminger et Cottafavi, consiste à dépouiller le spectateur de toute distance consciente pour le précipiter dans un état d’hypnose soutenu par une incantation de gestes, de regards, d'infimes mouvements du visage et du corps, d’inflexions vocales, au sein d'un univers d’objets étincelants, blessants ou bénéfiques, où l’on se perd pour se retrouver élargi, lucide et apaisé."

De là découlent les caractéristiques ordinairement attachées aux Mac-Mahoniens : l'importance capitale du corps des acteurs, l'érotomanie affichée, un certain goût de la violence, la quête de l'instant sublime, Lang préféré à Hitchcock* et la virulence des anathèmes et dithyrambes qui parfois peuvent amuser le cinéphile de 2013.
"Nous reprochons à nos pères d'avoir placé Meissonnier avant Cézanne, mais ne voyons-nous pas - dans notre siècle de lumières - Les Nuits Blanches de Visconti préférées aux Aventures de Hadji de Don Weis ?"
Rarement phrase aura fait réaliser combien est ténue la frontière entre le sublime et le ridicule. Il y a en effet bien du panache à aller aussi délibérément à contre-courant de l'opinion dominante pour parier aussi franchement sur la postérité. S'il est aujourd'hui facile de ricaner, n'oublions pas que des cinéastes aussi divers que Raoul Walsh, Ida Lupino, Jacques Tourneur, Joseph Losey ou Vittorio Cottafavi doivent aux mac-mahoniens l'essentiel de leur fortune critique.

Si l'éclat de Sur un art ignoré reste vif aujourd'hui, il le doit également à la qualité de la prose de son auteur, une prose où le lyrisme superbe des formules ne le cède jamais à la rigueur de l'expression. Esprit touche-à-tout, Michel Mourlet est d'abord un grand écrivain français et sa langue est celle de la clarté et de la précision**. On ne saurait certes en dire autant de tous ses émules (Jean-Claude Biette en premier lieu). Brillant polémiste, il manie aussi la dérision avec une joie dionysiaque. Un tel style était le vecteur parfait de ce qui demeure, au fond, une apologie du classicisme traduisant une conception aristotélicienne du monde. Cette conception du monde allait bien sûr être sérieusement remise en question au début des années 60.

Face à Godard (qui cita fallacieusement Sur un art ignoré en exergue du Mépris), face à Resnais, face à Antonioni, quelle position adopter ? Cultiver un idéal esthétique ou vivre avec son temps ? Pendant quelques années, les deux tendances allaient cohabiter aux Cahiers du cinéma. En 1963, Rivette trancha et évinça brutalement Rohmer le classique. Désormais, les Cahiers épouseraient - avec une ardeur qui leur fait honneur - chaque chimère de l'époque : structuralisme, gauchisme, maoïsme, feuilletons américains...

Dans les années 60, les Mac-Mahoniens se retrouvaient donc dans la position des vieux critiques par eux moqués pour leur nostalgie du muet. Le malheur est que personne n'ait jamais défendu la "modernité" cinématographique d'une façon aussi brillante que Michel Mourlet pour leur donner tort, l'ère de l'entre-soi et du consensus mou ayant succédé aux stimulantes querelles de chapelle des années 50***. Chassés de la revue jaune, ils étaient accueillis par Jean Curtelin qui leur ouvrait en grand les colonnes de Présence du cinéma. Ils y prêcheraient la bonne parole jusqu'en 1967, date d'un superbe et définitif "adieu au mac-mahonisme" signé Jacques Lourcelles, camarade de Mourlet devenu pour ainsi dire seul auteur de la revue. La minorité cinéphile restée convaincue des vérités révélées dans Sur un art ignoré n'avait plus qu'à entretenir sa mélancolie face à un monde qui ne s'accordait plus à ses désirs.


* "Le maelstrom de la caméra autour du visage d’Henry Fonda pour exprimer son angoisse, ou les colorations successives de James Stewart en proie au cauchemar du vertige, procèdent de la même impuissance devant l'acteur, en suppléant une incapacité à révéler ses virtualités passionnelles — du dedans — par une crispation de tout ce qui n'est pas l’acteur, de tout ce qui est en dehors, de même que les écrivains médiocres forcent le style et brutalisent les mots pour tenter de donner à sentir ce qu'ils ne sentent pas.

** Mourlet, revenu de la cinéphilie depuis belle lurette, consacre aujourd'hui une part importante de son temps à la défense de la langue française

*** voir l'ostracisme pur et simple dont fut victime au cours des années 70 feu Jean-François Tarnowski pour avoir fustigé les théories de Christian Metz dans les colonnes de Positif. On était loin de l'esprit de la polémique "courtoise mais inébranlable" entre Michel Mourlet et Alain Robbe-Grillet quinze ans plus tôt. Entre-temps, le cinéma avait pénétré l'université..

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 130 longs métrages (sur les 426 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) **** **** **** **** **** **** **** **** *** ****
Sueurs froides (Hitchcock) **** * **** **** **** **** **** **** **** ****
La Mort aux trousses (Hitchcock) **** ** **** **** **** *** **** **** *** ****
Rio Bravo (Hawks) **** *** **** **** **** *** **** **** **** ****
Le Tigre du Bengale (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Le Tombeau hindou (Lang) **** ****   *** **** ** ****   **** ****
Les Quatre Cents Coups (Truffaut) *** *** **** **** **** **** *** **** **** ****
Mirage de la vie (Sirk) **** **** **** *** **** **** * **** ****  
Certains l'aiment chaud (Wilder) ** * *** **** **** *** *** **** *** ****
Les Fraises sauvages (Bergman) *** ** **** *** **** ** ****   *** ****
Le Temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) **** **** **** ***   *** ** **** *** ***
Ivan le Terrible, 2e partie (Eisenstein) **** * *** **** **** *** ****     ***
Comme un torrent (Minnelli) *** ****   *** **** **** **   **** ***
L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   ****   **
La Chevauchée des bannis (DeToth) *** ****   *** **** ***   ****   ***
Les Nus et les morts (Walsh) *** ****   *** **** ***     *** ***
Pickpocket (Bresson) **** ** *** *** **** ** **** **** ***  
La Forêt interdite (Ray) **** ***     ***     ****    
Autopsie d'un meurtre (Preminger) *** *** *** *** ***   ***   *** ***
Hiroshima mon amour (Resnais) *** ** **** **** *** *** ** ****   ***
Le Pigeon (Monicelli) *** **   *** *** ** ***     ****
Le Déjeuner sur l'herbe (Renoir) *** *** **   ***   ** ****   ***
La Tête contre les murs (Franju) *** *** ** *** ***   ***      
Les Cavaliers (Ford) *** ***   ** ***     ***   ***
Au seuil de la vie (Bergman) ***         ** ***     ****
Le Jugement des flèches (Fuller) *** *** ***   **         ***
Les Amants diaboliques (Visconti) ** *** ** *** **** *** ** ** ** **
Le Trésor du pendu (Sturges) *** ***     **         ***
Adorable Voisine (Quine) *** **     ***   **     ***
Le Cauchemar de Dracula (Fisher)     **   ***   **     ***
Qu'est-ce que maman comprend à l'amour ? (Minnelli) **** *** **   **       **  
Cendres et diamant (Wajda) ** ** ** *** **** **        
Gigi (Minnelli) *** ° *** ***   ** ***   ** ***
Le Général Della Rovere (Rossellini) **     ** **     ***   ***
L'Homme aux colts d'or (Dmytryk) ** ***     **         ***
La Brune brûlante (McCarey) *** ***         **      
Les SS frappent la nuit (Siodmak) **     ***     ***      
Un trou dans la tête (Capra) ** ***             ***  
La Fille de la rizière (Matarazzo) *** ***                
La Révolte des gladiateurs (Cottafavi)         ***         ***
Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps (Debord, cm)     ****              
Le Chien des Baskerville (Fisher) ** ** **   **   **     **
La Belle au bois dormant (Disney) *       *   *   *** ****
La Prison (Bergman) **   ** ***   * ***     **
L'Aventurier du Texas (Boetticher) *** **     ***          
La Malédiction des pharaons (Fisher)         ***   *     ***
La Mouche noire (Neumann) ***   **   **         **
Le Monde, la chair et le diable (MacDougall) ** °     ****          
Deux Hommes dans Manhattan (Melville) *** * ** ** ***   *      
La Colline des potences (Daves) *** **               **
Le Dernier Train de Gun Hill (Sturges) ** **     **   **     **
Fort Massacre (Newman)   ***               **
Le Kid en kimono (Tashlin) ***   **              
Les Chemins de la haute ville (Clayton) **       ***          
Tombouctou (Tourneur)   ***               **
Les Cousins (Chabrol) **   *** * *** * *      
Crimes au musée des horreurs (Crabtree)         ***   *      
Hercule et la reine de Lydie (Francisci)         **   *     ***
Le Visage (Bergman) *   ***       **      
Les Dragueurs (Mocky) ** **         **      
Trahison à Athènes (Aldrich) **       **   **      
Aventures fantastiques (Zeman) ***                  
Des femmes disparaissent (Molinaro)                    
La Chaîne (Kramer)         ***          
Le Procès de Nuremberg (Podmanitsky)               ***    
Rue des Prairies (De La Patellière)             ***      
Vacances à Paris (Edwards)   ***                
A double tour (Chabrol) **   ** * **          
Le Destin d'un homme (Bondartchouk) **     **            
Les Boucaniers (Quinn)         **   **      
Moi un Noir (Rouch) **         **        
Passez muscade (Cline) **   **              
Un témoin dans la ville (Molinaro)       ** **          
Une balle signée X (Arnold) ** **                
Une leçon d'amour (Bergman) **         **        
La Blonde et le shérif (Walsh) **           *      
Marie-Octobre (Duvivier) * **   * *   **      
La Vache et le prisonnier (Verneuil) * * *   *   * * ** **
Les Grands Espaces (Wyler) **       *         *
L'Or du Hollandais (Daves)   *               **
Le Fauve est lâché (Labro) **       *          
Les Travaux d'Hercule (Francisci)             *     **
Signé Arsène Lupin (Robert) *                  
Caravane vers le soleil (Rouse)         **          
Cette terre qui est mienne (King)   **                
Duel dans la boue (Fleischer)   **                
L'Orchidée noire (Ritt)             **      
La Dernière Torpille (Pevney)                   **
La Terreur des barbares (Campogalliani)                   **
Le Dernier Rivage (Kramer) **                  
Trois Bébés sur les bras (Tashlin)     **              
Vieilles Légendes tchèques (Trnka) **                  
Le Bossu (Hunebelle) *   * ° **   * °   **
Orfeu negro (Camus) * °     **   °     *
Babette s'en va-t-en guerre (Christian-Jaque) °       °   **     **
Salomon et la reine de Saba (Vidor) *       *   *      
Toi le venin (Hossein) °       **   *      
Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Delannoy) * °     ° * **      
L'Idole vivante (Lewin)     * *            
Rodan (Honda)     °             **
Archimède le clochard (Grangier) °       °   *     **
J'irai cracher sur vos tombes (Gast) °       *   *      
Cent vingt-cinq rue Montmartre (Grangier) *                  
Ceux de Cordura (Rossen)                   *
Du rififi chez les femmes (Joffé)             *      
Fort Yuma (Selander) *                  
Goha (Baratier)     *              
L'Ile du bout du monde (Gréville)             *      
La Bête à l'affût (Chenal)   *                
Le Courrier de l'or (Boetticher)   *                
Le Génie du mal (Fleischer) *                  
Le Retour de la mouche (Bernds)     *              
Le Roi dinosaure (Gordon)     *              
Le Voyage (Litvak)         *          
Les Rendez-Vous du diable (Tazieff) *                  
Prisonnières des martiens (Honda)     *              
Signé Zorro (Foster)             *      
Tout près de Satan (Aldrich) *                  
La Femme et le pantin (Duvivier) ° ° °       **      
Les Liaisons dangereuses 1960 (Vadim) °   * ° *   °      
La Loi (Dassin) °       *          
La Nuit des espions (Hossein) °           *      
Le Chemin des écoliers (Boisrond) *       °          
Le Grand Chef (Verneuil) °                 *
Messieurs les ronds-de-cuir (Diamant-Berger)         °   *      
La Jument verte (Autant-Lara) °   ° ° °         **
Le Confident de ces dames (Boyer) °       °   °      
Vous n'avez rien à déclarer ? (Duhour) °       °          
La Valse du Gorille (Borderie)         °          
Le Combat mortel de Tarzan (Humberstone)                   °
Le Petit Prof (Rim) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Bonjour (Ozu) ****   ** ***   *** *** ****    
Herbes flottantes (Ozu) ***     ***   **       ***
Profession : Magliari (Rosi) **   ** ***            
Fleurs de papier (Dutt) **       **** **        
Le Veuf (Risi)       **            

Jocelyn :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Les Quatre Cents Coups / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon / Le Cauchemar de Dracula / Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant / Le Monde, la chair et le diable / Des femmes disparaissent
** : Pickpocket / La Malédiction des pharaons / Les Cousins / Crime au musée des horreurs / La Blonde et le shérif / Orfeu negro
* : Le Bossu
° : La Jument verte

Antoine :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou / Les Fraises sauvages / Ivan le Terrible / L'Impératrice Yang Kwei Fei / Pickpocket
*** : Rio Bravo / Certains l'aiment chaud / Autopsie d'un meurtre / Le Pigeon
** : Le Chien des Baskerville / Deux hommes dans Manhattan / Signé Arsène Lupin
* : Les Quatre Cents Coups / Hiroshima mon amour / L'Aventurier du Texas

Nolan :
**** : Sueurs froides / La Mort aux trousses / Certains l'aiment chaud
*** : Rio Bravo / Les Quatre Cents Coups / L'Impératrice Yang Kwei Fei
** : Le Chien des Baskerville / La Belle au bois dormant
* : Le Bossu
° : La Vache et le prisonnier

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Mirage de la vie / La Mort aux trousses / Rio Bravo / Hiroshima mon amour / Vertigo / Certains l'aiment chaud / Les Fraises sauvages
*** : La belle au bois dormant / Moi un noir / Les Contes de la lune vague après la pluie / Les 400 coups
** : Gigi / Pickpocket / A double tour

Mister Arkadin :
**** : Sueurs froides (10) ; La Mort aux trousses (10) ; Pickpocket (9) ; Rio Bravo (9) ; Le Pigeon (9)
*** : Certains l’aiment chaud (8) ; Autopsie d’un meurtre (8) ; Cendres et diamant (7) ; Les Quatre Cents Coups (7)
** : Le Trésor du pendu (6) ; Maigret et l’affaire Saint-Fiacre ; Adorable voisine (6) ; Le Déjeuner sur l’herbe (6) ; Comme un torrent (6) ; Les Nus et les morts (6) ; Marie-Octobre (6) ; 125 rue Montmartre (6) ; Le Général Della Rovere (6) ; L’Homme aux colts d’or (6) ; La Colline des potences (6) ; Hiroshima (5) ; Les Cousins (5) ; Gigi (5)
* : La Jument verte (4) ; Archimède le clochard (4)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Mirage de la vie ; Les Cavaliers ; La Belle au bois dormant ; Le Bossu ; La Femme et le pantin

Frédéric :
1- Sueurs froides, 2- Rio Bravo, 3- La Mort aux trousses, 4- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou, 5- L'Impératrice Yang Kwei-Fei, 6- Pickpocket, 7- Hiroshima mon amour, 8- Le Jugement des flèches, 9- Les 400 coups, 10- Les Contes de la lune vague après la pluie

Oriane :
**** : Sueurs froides / Les 400 Coups / Certains l'aiment chaud / Hiroshima mon amour
*** : Rio Bravo / La Mort aux trousses / Un Trou dans la tête
** : Ivan le Terrible, 2e partie / Le Déjeuner sur l'herbe / La Belle au bois dormant / Moi un Noir
* : La Vache et le prisonnier

Un simple amateur :
1- Les contes de la lune vague après la pluie (Mizoguchi) 2- Rio Bravo (Hawks) 3- Mirage de la vie (Sirk) 4- Pickpocket (Bresson ) 5- L'Impératrice Yang Kwei Fei (Mizoguchi) 6- La Chevauchée des bannis (DeToth) 7- Les Quatre Cents Coups (Truffaut) 8- Le temps d'aimer et le temps de mourir (Sirk) 9- Vertigo (Hitchcock) 10- Autopsie d'un meurtre (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Vache et le Prisonnier, Henri Verneuil, 8 844 199 entrées
2. La Belle au bois dormant, Clyde Geronimi, 6 585 083 entrées
3. La Jument Verte, Claude Autant-Lara, 5 272 066 entrées
4. Babette s'en va-t-en guerre, Christian Jaque, 4 657 610 entrées
5. Les Liaisons Dangereuses 1960, Roger Vadim, 4 322 955 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : On n'enterre pas le dimanche (Michel Drach)
- Prix Méliès : Hiroshima mon amour (Alain Resnais) & Les Quatre Cents Coups (François Truffaut)
- Grand prix du cinéma français : Les Étoiles de midi (Marcel Ichac)
- Oscar du meilleur film : Gigi (Vincente Minnelli)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Général Della Rovere (Roberto Rossellini) & La Grande Guerre (Mario Monicelli)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Orfeu Negro (Marcel Camus)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Cousins (Claude Chabrol)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Au risque de se perdre (Fred Zinnemann)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1959 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Les Contes de la lune vague après la pluie (Kenji Mizoguchi), 2. Hiroshima mon amour (Alain Resnais), 3. Ivan le Terrible (Sergueï Eisenstein), 4. Pickpocket (Robert Bresson), 5. Les Quatre Cents Coups (Francois Truffaut), 6. Rio Bravo (Howard Hawks), 7. Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), 8. Sueurs froides (Alfred Hitchcock), 9. L'Impératrice Yang Kwei Fei (Kenji Mizoguchi), 10. Le Tigre du Bengale (Fritz Lang)


2) L'année 59 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année d'Alain Resnais : Hiroshima mon amour
- Se distinguent particulièrement :
Serguei Bondartchouk, Le Destin d'un homme / Jack Clayton, Les Chemins de la haute ville / Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula / Georges Franju, La Tête contre les murs / Howard Hawks, Rio Bravo / Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses / Vincente Minnelli, Comme un torrent / Kenji Mizoguchi, Les Contes de la lune vague après la pluie & L'Impératrice Yang Kwei Fei / Andrzej Wajda, Cendres et diamant / Raoul Walsh, Les Nus et les morts / Billy Wilder, Certains l'aiment chaud / Robert Wise, Je veux vivre / Karel Zeman, Aventures fantastiques"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1959 sur le site Encyclo-Ciné)

11/09/2013

Sur vos écrans en 1958

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1958,welles,bergman,sirk,walsh,mann,minnelli,parrish,mamoulian,tati,wajda,fordTout au long de cette année 1958, les signes d'un renouveau cinématographique que notre collaborateur Vincent J. avait déjà parfaitement repéré dans son éditorial de 1957 se sont accentués. Une soif de nouveauté se fait réellement sentir dans tous les domaines de la vie culturelle française. Elle a alimenté ces derniers mois quantité de débats et d'articles. Poursuivant un travail entamé dans les colonnes de L'Express l'an dernier, Françoise Giroud a pu ainsi publier l'ouvrage "La Nouvelle Vague : portrait de la jeunesse". Cette expression, Pierre Billard l'a utilisée à son tour dans Cinéma 58 et, de leur côté, les Cahiers du Cinéma, publication à la pointe du mouvement, ont publié en décembre un numéro spécial "Jeunesse du cinéma français".

Indéniablement, des lignes sont en train de bouger dans notre petit monde du septième art. Les jeunes turcs de la critique ont exprimé depuis quelques années dans Arts et les Cahiers toute l'inquiétude, voire le désespoir, que l'état de la production nationale leur inspirait. Leur désir était de passer à leur tour derrière les caméras, afin de donner un coup de pied régénérateur à la fourmilière. Depuis peu, nous pouvons enfin commencer à les juger sur pièces puisqu'ils ont pris pour de bon le virage vers la réalisation : les courts métrages se sont multipliés et le premier long, Le Beau Serge de Claude Chabrol est sorti sur nos écrans. Si en 1958, Jacques Tati aura été, pour beaucoup, le grand homme du cinéma français pour avoir réussi à pousser plus loin encore qu'avec les Vacances de Monsieur Hulot son exigence artistique tout en récoltant lauriers et entrées, si Roger Vadim, qui, bien aidé par Brigitte Bardot, ouvrit en quelque sorte la voie en 1956, n'a toujours pas réussi à nous enthousiasmer (ses Bijoutiers du clair de lune ont navré plus d'un membre de notre équipe), enfin si l'on peut ergoter à propos du statut, par rapport au groupe, de Louis Malle, la principale révélation française de ces derniers mois grâce aux présentations successives des audacieux Amants et du noir et jazzy Ascenseur pour l'échafaud, force est de constater que les premiers travaux proposés par les membres de cette "famille Cahiers", bien qu'inaboutis, se révèlent déjà plus stimulants que les lourdes productions classiques de leurs vieilles cibles favorites. Nous verrons bientôt (si l'on se fie aux bruits de couloirs actuels, Cannes 59 pourrait être décisif) si le mouvement amorcé débouche sur un véritable renouveau mais il est évident que cette année 58 ne fut pas (comme d'habitude et moins que jamais s'empresseront d'ajouter certains d'entre nous) celle de Carné, de Clément, de Marc Allégret, d'Autant-Lara, de Cayatte, de Le Chanois, de Christian-Jaque ou de Delannoy.

De janvier, où François Truffaut s'en est pris violemment à la revue concurrente des Cahiers, Positif (dont le rythme de parution nous inquiète fortement : trois numéros en un an, cela fait peu pour un "mensuel"), jusqu'à décembre, où les hommages au grand disparu André Bazin ont été nombreux, la cinéphilie s'est trouvé quantité de grains à moudre. La radio elle-même ne fut pas en reste : depuis la fin de l'année dernière, le Masque et la plume, l'émission culturelle de Paris-Inter, s'est dotée d'une équipe de critiques cinématographiques.

Bien sûr, pour rendre compte de l'année cinéma, il ne faut pas se cantonner aux réflexions franco-françaises et regarder ce qui nous vient d'ailleurs. De Suède, où Ingmar Bergman s'impose définitivement comme l'un des grands artistes européens (dans le désordre des sorties en salles, nous avons pu découvrir quatre de ses films récents, dont un chef d'œuvre, en attendant ses Fraises sauvages primées à Berlin). D'URSS, où travaille Mikhaïl Kalatozov, détenteur d'une palme d'or et d'un succès public étonnant pour Quand passent les cigognes, œuvre porteuse, elle aussi, de nouveauté. D'Italie, avec la nouvelle proposition de Michelangelo Antonioni et celle, faussement mineure, de Luchino Visconti. De Pologne, d'où surgit Andrzej Wajda. D'Angleterre, où l'horreur se substitue peu à peu au rire. Et comment ne pas mentionner les Etats-Unis alors que le film de l'année est aussi celui du retour de l'ogre Orson Welles, alors que Sirk, Walsh, Mann, Minnelli, Mamoulian et Ford ont bien tourné, alors que les "progressistes" Brooks ou Ritt, à défaut de passionner toujours ont su provoquer quelques débats d'idées ?

En bien des endroits, l'année, peut-être moins riche en grands films que les précédentes, aura semblé "de transition" et elle fut en cela fort intéressante à suivre. L'espoir et l'attente, c'est l'état dans lequel se trouvent également les fans d'Elvis Presley. L'idole est en effet partie remplir ses obligations militaires pour plusieurs mois. Et l'affaire n'est plus seulement musicale... On le savait, et nous pouvons maintenant en juger par nous-mêmes : elle est aussi cinématographique. On ne peut pas dire toutefois que les deux premiers films où s'exerce le roi du rock'n'roll (Amour frénétique, sorti fin 57, et Le Cavalier du crépuscule) aient marqué les esprits. Pour l'instant, nous nous contenterons donc d'écouter ses disques. En particulier son tout récent King Creole, galette à nouveau gorgée de pépites (on ne se lasse pas de titres comme Trouble ou Crawfish). C'est une bande originale, celle d'un film tourné par le vieux routier Michael Curtiz. Serait-ce là le vrai début de la carrière du King sur les écrans ? Avouons-le sans honte : nos attentes cinématographiques, pour 1959, portent tout de même sur autre chose.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 110 longs métrages (sur les 424 sortis en salles) et 4 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Soif du mal (Welles) **** **** **** **** **** ** **** **** **** ****
Le Septième Sceau (Bergman) *** *** *** **** **** ** **** ****   ****
La Ronde de l'aube (Sirk) **** *** *** ***   ***     **** ****
L'Esclave libre (Walsh) *** ***   *** **** ***       ****
L'Homme de l'Ouest (Mann) **** ** *** *** **** **   *** **** ***
Thé et Sympathie (Minnelli) **** **** ** *** *** ***   ***    
Libre comme le vent (Parrish)   ****     ****          
La Belle de Moscou (Mamoulian) ** *** ** *** ***   *** ***   ***
Mon oncle (Tati) **** ° *** *** ** *** **** ****   ***
Kanal / Ils aimaient la vie (Wajda) ***     ***           ****
Quand se lève la lune (Ford) *** ****               ***
Ascenseur pour l'échafaud (Malle) ** ** *** *** **** ** *** ** *** ***
L'Attente des femmes (Bergman) ** *** ***   ***     ***   ***
Les Vikings (Fleischer) *** **   ** *** *** *** ** ** ****
Charlotte et son Jules (Godard, cm) **   ***   ***       ****  
Jeux d'été (Bergman) *** **   ***   ***       ***
La Dernière Fanfare (Ford) *** ****   **   **       ***
La Toile d'araignée (Minnelli) *** ***   *** *** **   **    
Véronique et son cancre (Rohmer, cm) **   ***           ****  
Les Amants (Malle) ** *** ** *** *** **   ** ***  
Le Beau Serge (Chabrol) ***   ** ** **** * *** * ***  
Les Dix Commandements (DeMille) ** ****   ** ** ** ** *** ** ***
Quand passent les cigognes (Kalatozov) * ****   ** **** *     ***  
Nuits blanches (Visconti) ** *** ** ***   **   ***   **
La Chatte sur un toit brûlant (Brooks) **     * *** * ****   **** **
Témoin à charge (Wilder) * ** ** ** *** *   ** *** **
Bonjour tristesse (Preminger) ** ** ** ** *** *   ** ***  
Le Cri (Antonioni) ***   **   *** **   **    
Un Américain bien tranquille (Mankiewicz) ** *** **     **   ***    
Le Bal des maudits (Dmytryk)         **     ** *** ***
Le Petit Arpent du Bon Dieu (Mann) * ***             ****  
Du sang dans le désert (Mann)   ***               ***
Le Cambrioleur (Wendkos) *** ***                
Rêves de femmes (Bergman) ***                 ***
Passions juvéniles (Nakahira)         ****          
Pique-Nique en pyjama (Donen)   ****                
Le Chant du styrène (Resnais, cm) **       *** **     ** **
Les Girls (Cukor) ** ***         **     ***
Une histoire d'eau (Godard & Truffaut, cm) *   **       **   ****  
Le Gaucher (Penn) ** *     *** ** ** **   **
Inspecteur de service (Ford)   ****       *       **
L'Odyssée du sous-marin Nerka (Wise) **               *** **
La Revanche de Frankenstein (Fisher)         ***     *   ***
Le Septième Voyage de Sinbad (Juran)     ** * **     **   ***
L'Homme qui tua la peur (Ritt) **     ***            
La Mission du capitaine Benson (Lewis)   ***               **
Les Espions s'amusent (Sternberg)         ***         **
Rafles sur la ville (Chenal) ** ***                
Bravados (King)   *** **   **         *
Les Amants de Saltzbourg (Sirk) ** ° **     **     ***  
Montparnasse 19 (Becker) ** *   **       **   **
L'Adieu aux armes (Vidor) ***       **         *
Le Carnaval des dieux (Brooks) ***     **   *        
Les Feux de l'été (Ritt)         **     * ***  
Une vie (Astruc)   ***       **   *    
Le Temps des œufs durs (Carbonnaux) ***                  
Maigret tend un piège (Delannoy) **       * * *** **   **
La Blonde ou la rousse (Sidney)   **           **    
Le Désordre et la nuit (Grangier)       ** **          
Torpilles sous l'Atlantique (Powell)         *         ***
La Vallée de la poudre (Marshall)   *     **         **
Les Aventures de Hadji (Weis) ** **   *            
Les Misérables (Le Chanois) *       **     *   **
Les Racines du ciel (Huston) *     * *         **
La Tour, prends garde ! (Lampin)               *   **
Les Grandes Familles (La Patellière)     *   °     ***    
L'Arbre de vie (Dmytryk) *       **          
Le Barbare et la geisha (Huston) *                 **
Le Démon de midi (Edwards)     **         *    
Joe Dakota (Bartlett)   **                
L'Admirable Crichton (Gilbert) **                  
La Clé (Reed)               **    
La Déesse (Cromwell) **                  
La Fureur des hommes (Hathaway)   **                
La Marque (Guest)         **          
La Vie à deux (Duhour)   **                
Nos plus belles années (Mattoli)           **        
Sans famille (Michel)               **    
Sous le plus petit chapiteau du monde (Dearden)           **        
Sur la piste des Comanches (Douglas)                   **
Tueurs à gages (Cardiff)             **      
Un certain Monsieur Jo (Jolivet)               **    
En cas de malheur (Autant-Lara) * ** ° * * *   **    
Le Gorille vous salue bien (Borderie) *           * *    
Les Frères Karamazov (Brooks) *     * * *        
Les Tricheurs (Carné) ** *     °          
Ni vu ni connu (Robert) °   °             ***
La Loi c'est la loi (Christian-Jaque) °                 **
Le Vieil Homme et la mer (Sturges) *             *    
Mayerling (Jugert) *             *    
Le Miroir à deux faces (Cayatte) ° *               *
Sissi face à son destin (Marischka)         *     °    
Sois belle et tais-toi (Allégret) °           ** °    
Bataille sans merci (Walsh)   *                
Ces dames préfèrent le mambo (Borderie)         *          
Cow-Boy (Daves)   *                
Escadrille Lafayette (Wellman)   *                
Indiscret (Donen)   *                
Jeunes Filles en uniforme (Radvanyi)         *          
L'Attaque des martiens (Menzies)     *              
L'Homme aux mille visages (Pevney)                   *
La Chatte (Decoin)         *          
Le Cavalier du crépuscule (Webb)                   *
Le Joueur (Autant-Lara)         *          
Les Plaisirs de l'enfer (Robson)         *          
Prisons de femmes (Cloche)               *    
Les Bijoutiers du clair de lune (Vadim) °   °   °     **    
Barrage contre le Pacifique (Clément)       °       *    
Car sauvage est le vent (Cukor)   °                
Chéri fais-moi peur (Pinoteau)               °    
La P... sentimentale (Gourguet)     °              
Les Vignes du Seigneur (Boyer)         °          
Taxi, roulotte et corrida (Hunebelle)         °          
Un petit coin de paradis (Baky)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Salon de musique (Ray) **** * *** *** **** ***   **** ****  
Fleurs d'équinoxe (Ozu) ****   *** **   ***   * **** ***
Nuages d'été (Naruse) *** ****   ** *** ***        
El Pisito (Ferreri) **   ** **       *    
The Bonnie Parker story (Witney) **     **            
Terreur au Texas (Lewis)   *   *           ***
Plan 9 from outer space (Wood) * ° ° ° **   * ° ° °

Timothée :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / La Belle de Moscou
*** : Mon oncle / Bonjour tristesse
** : Les Dix Commandements / La Chatte sur un toit brûlant
* : Les Girls / La Tour, prends garde ! / Sissi face à son destin

Nolan :
**** : La Soif du mal
*** : Le Septième Sceau / La Belle de Moscou / Mon oncle / Le Beau Serge / Témoin à charge
** : Ascenseur pour l'échafaud / La Chatte sur un toit brûlant / Le Gaucher
* : Le Gorille vous salue bien

Antoine :
**** : La Soif du mal / Le Septième Sceau / L'Homme de l'Ouest / Témoin à charge
*** : Ascenseur pour l'échafaud
** : Mon oncle
° : Maigret tend un piège / En cas de malheur

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Girls / Le Septième Sceau / L'Esclave libre / Thé et sympathie
*** : La Belle de Moscou
** : Bonjour tristesse / Le Beau Serge / Pique nique en pyjama

Mister Arkadin :
**** : La Soif du mal (9)
*** : Le Désordre et la nuit (8) ; L’Esclave libre (8) ; La Chatte sur un toit brûlant (8) ; Kanal (8) ; Le Septième Sceau (7) ; Quand passent les cigognes (7) ; Les Grandes Familles (7) ; La Fureur des hommes (7)
** : Les Tricheurs (6) ; Maigret tend un piège (6) ; L’Homme de l’Ouest (6) ; Le Gaucher (6) ; Le Beau Serge (6) ; Le Salon de musique (6) ; La Belle de Moscou (6) ; En cas de malheur (5) ; Plan 9 from outer Space (5) ; Charlotte et son Jules (5) ; La Toile d’araignée (5) ; Les Amants (5) ; Les Girls (5)
* : Mon oncle (4)
o : Montparnasse 19 (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Dix Commandements ; Nuits blanches ; Témoin à charge ; Le Cri ; Bravados ; Le Carnaval des dieux ; La Blonde ou la rousse ; La Chatte

Frédéric :
1- L'Esclave libre, 2- La Soif du mal, 3- La Ronde de l'aube, 4- Mon Oncle, 5- Un Américain bien tranquille, 6- Les Nuits blanches, 7- L'Homme de l'ouest, 8- Le Cri, 9- Bonjour tristesse, 10- Pique-nique en pyjama
+ 2 courts : Blue Jeans (Rozier) et Pourvu qu'on ait l'ivresse (Pollet)

Oriane :
**** : Le Septième Sceau
*** : La Ronde de l'aube / Mon Oncle / Nuits Blanches
** : L'Homme de l'Ouest / Charlotte et son Jules / Un Américain bien tranquille / Le Chant du Styrène / Une Histoire d'eau

Un simple amateur :
1- Le Salon de musique (Ray) 2- Le septième sceau (Bergman) 3- Mon Oncle (Tati) 4- Fleurs d'équinoxe (Ozu) 5- La Soif du mal (Welles) 6- La Ronde de l'aube (Sirk) 7- Thé et Sympathie (Minnelli) 8- Le Cri (Antonioni) 9- L'Esclave libre (Walsh) 10- Libre comme le vent (Parrish)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Dix Commandements, Cecil B. DeMille, 14 229 745 entrées     
2. Les Misérables, Jean-Paul Le Chanois, 9 940 533 entrées     
3. Sissi face à son destin, Ernst Marischka, 5 777 309 entrées     
4. Quand passent les cigognes, Mikhaïl Kalatozov, 5 407 286 entrées     
5. Les Tricheurs, Marcel Carné, 4 948 349 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Moi, un noir (Jean Rouch), sortie prévue en 1959
- Prix Méliès : Mon oncle (Jacques Tati)
- Grand prix du cinéma français : Les Tricheurs (Marcel Carné)
- Oscar du meilleur film : Le Pont de la rivière Kwaï (David Lean)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Pousse-pousse (Hiroshi Inagaki)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Quand passent les cigognes (Mikhaïl Kalatozov)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Fraises sauvages (Ingmar Bergman), sortie prévue en 1959
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Dix, rue Frederick (Philip Dunne)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Eva chce spac (Tadeusz Chmielewski)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1958 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. La Soif du mal (Orson Welles), 2. Le Septième Sceau (Ingmar Bergman), 3. Nuits blanches (Luchino Visconti), 4. Le Cri (Michelangelo Antonioni), 5. Bonjour tristesse (Otto Preminger), 6. Rêves de femmes (Ingmar Bergman), 7. Une vie (Alexandre Astruc), 8. Mon oncle (Jacques Tati), 9. Un Américain bien tranquille (Joseph L. Mankiewicz), 10. Jeux d'été (Ingmar Bergman)


2) L'année 58 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année du retour d'Orson Welles : La Soif du mal
- Nos Oscars :
Michelangelo Antonioni, Le Cri / Claude Autant-Lara, En cas de malheur / Ingmar Bergman, Jeux d'été & Le Septième Sceau / Richard Brooks, Le Carnaval des Dieux / Michael Cacoyannis, Stella / George Cukor, Les Girls / Terence Fisher, La Revanche de Frankenstein / Richard Fleischer, Les Vikings / Mikhail Kalatozov, Quand passent les cigognes / Anthony Mann, L'Homme de l'Ouest / Don Siegel, Baby-Face Nelson / Douglas Sirk, La Ronde de l'aube / Andrzej Wajda, Kanal / Raoul Walsh, L'Esclave libre / Don Weis, Les Aventures d'Hadji"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1958 sur le site Encyclo-Ciné)

10/08/2013

Sur vos écrans en 1957

EDITORIAL :

Par Vincent J.

laruedelahonte00.jpgNotre monde change vite, et pas seulement parce que les soviétiques viennent de satelliser leur Spoutnik. Pas seulement à cause de tous ces objets qui envahissent notre quotidien "Un frigidaire, un joli scooter, un atomixer et du Dunlopillo, une cuisinière, avec un four en verre, des tas de couverts et des pelles à gâteau !" comme le chante Boris Vian. Notre monde change par sa volonté irrésistible de s'éloigner à grands pas du monde d'hier. Notre monde change et l'on sent bien que le cinéma doit changer avec lui. Qu'il est en train de changer. Pas besoin de la machine à voyager dans le temps de H. G. Wells pour comprendre que les mouvements à l’œuvre vont changer son visage d'ici la fin de la décennie. Il suffit de prendre le pouls de cette année qui s'achève. Voyez Hollywood : inflation des salaires, loi anti-trust, disparitions emblématiques (Bogart et Louis B. Mayer), prise de pouvoir des indépendants et des acteurs côtés au box-office, montée en puissance de la télévision. Les grands studios ont tout essayé : le Cinérama, le CinémaScope, la VistaVision, le relief déjà passé de mode, rien n'y fait. Voyez le résultat des oscars : sept récompenses dont celui du meilleur film à une œuvre britannique, Le Pont de la rivière Kwaï réalisé par David Lean, qui fait siffler la planète entière (dire que certains font la fine bouche devant le cinéma anglais !). Voyez cette palme cannoise si décriée pour le film poussif de William Wyler La Loi du seigneur avec un Gary Cooper fatigué. Juste derrière, le prix spécial du Jury va au cinéma d'aujourd'hui et de demain : Ils aimaient la vie du polonais Andrzej Wajda et Le Septième Sceau du suédois Ingmar Bergman. Le mouvement est général. En Italie, Federico Fellini poursuit son chemin singulier avec l'aide du poète Pier Paolo Pasolini pour Les Nuits de Cabiria, le cinéma japonais s'installe sur nos écrans avec les films d'Akira Kurosawa et Kenji Mizoguchi, d'Angleterre encore, la Hammer Films donne de la couleur aux vieux mythes horrifiques avec Frankenstein s'est échappé de Terence Fisher qui a traumatisé les jeunes cinéphiles rôdant dans les salles des boulevards. Le succès du film laisse présager une nouvelle vague du genre. D’Amérique, puisqu’il faut y revenir, deux jeunes metteurs en scène apportent un ton neuf et des thèmes plus modernes : Sidney Lumet venu de la télévision avec Douze hommes en colère et Stanley Kubrick avec L'Ultime Razzia et un film qu'il faudra aller voir à Bruxelles pour cause de censure : Les Sentiers de la gloire.

Notre cinéma national n'est pas en reste, même s'il continue de séduire les foules avec les recettes éprouvées de Jean Boyer ou Henri Decoin. Le cœur y est de moins en moins et une aspiration à un renouveau est chaque jour palpable. Nos confrères des Cahiers du Cinéma ont théorisé ce changement. Ce n'est un secret pour personne que pour eux, l'écrit n'est qu'un tremplin et qu'ils brûlent de passer à l'acte. 1957 est pour eux l'an zéro. Cet été, à Nîmes, François Truffaut a embarqué deux jeunes acteurs épatants, Bernadette Lafont et Gérard Blain pour un court métrage : Les Mistons. Le film a été présenté en novembre au festival du court métrage de Tours en attendant une sortie pour l'an prochain. Des enfants, une actrice sublime, un érotisme délicat, le plein air, le soleil, une sourde mélancolie, c'est la naissance d'un univers. En juin, Jean-Luc Godard a tourné en trois jours un scénario d'Eric Rohmer, Tous les garçons s’appellent Patrick avec Anne Colette et le jeune débutant Jean Claude Brialy. Montage vif, Picasso au mur, effets de collage, bars et drague, c'est la naissance d'un style. Claude Chabrol plus en fonds, après avoir sorti un ouvrage sur son maître Alfred Hitchcock co-signé par Rohmer, donne en décembre les premiers tours de manivelle d'un premier long métrage, Le beau Serge, avec à nouveau Gérard Blain et Jean-Claude Brialy et un assistant réalisateur appelé Philippe de Broca. S'il ne fait pas partie du groupe, on rattachera volontiers à ce mouvement le premier essai du jeune Jacques Demy, un court métrage intitulé Le Bel Indifférent d'après une courte pièce de Jean Cocteau. Tout ceci mis bout à bout, il est à parier sans gros risque que leurs efforts vont bousculer avant 1960 le cinéma dominant qu'ils ne cessent d’attaquer.

Cette aspiration au changement se fait également sentir dans un cinéma plus populaire, et dans le genre roi de la comédie. Le succès surprise de cette année 1957, c'est la découverte de Darry Cowl dans Le Triporteur de Jack Pinoteau, comique bafouilleur qui apporte une alternative intéressante aux inamovibles Noël Noël et Fernandel. On retrouve à ses côtés Jean-Claude Brialy décidément sur tous les fronts. Dans le même registre, on relèvera la réussite d'un visage bien connu mais jusqu'ici cantonné aux seconds rôles, celui de Louis de Funès enfin tête d'affiche dans Comme un cheveu sur la soupe du transparent Maurice Regamey. Si ces deux films n'ont rien de cinématographiquement remarquable (Tati, que faites-vous ?!), ils ont le mérite de révéler deux tempéraments comiques plus dans l'air du temps et qui n'attendent sans doute que le bon metteur en scène pour se déployer. Ce ne sera pas Sacha Guitry. Le maître, lui qui avait employé Cowl comme De Funés dans de savoureux seconds rôles, vient de disparaître après un plaisant Assassins et voleurs. A Lea Marconi, sa cinquième et dernière épouse, il dira : "Les autres ont été mes femmes. Vous serez ma veuve. Vos belles mains me fermeront les yeux et fouilleront dans mes tiroirs."

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 113 longs métrages (sur les 497 sortis en salles) et 5 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
La Rue de la honte (Mizoguchi) **** **** *** **** **** *** **** ****   ****
Ecrit sur du vent (Sirk) **** *** **** **** **** *** ** **** **** ****
L'Invraisemblable Vérité (F. Lang) **** **** *** *** **** *** **** *** **** ***
Les Amants crucifiés (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   **** ***  
Elle et lui (McCarey) **** **** *** *** *** **** ***   ***  
Le Mariage est pour demain (Dwan) **** ****     ***       *** ****
La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Buñuel) **** ** *** *** **** ** ****     ****
Le Grand Chantage (Mackendrick) *** **** ** **** ****   ***   *** ***
Cote 465 (A. Mann) *** ****     ***     ****    
L'Homme qui rétrécit (Arnold) *** **** *** *** ***   ***     ***
La Nuit des forains (Bergman) ***   *** *** **** ** ***   *** ***
L'Ultime Razzia (Kubrick) ***   ** *** **** ** **   *** ***
L'Aigle vole au soleil (Ford) *** ***     ***         ****
L'Invaincu (S. Ray) *** ** *** *** **** ***        
Trois Heures dix pour Yuma (Daves) *** **** *** *** ***     *** ** **
Le Faux Coupable (Hitchcock) **** ***   *** **** *** ***   ** **
Drôle de frimousse (Donen) *** **** *** ** **   ** *** *** ***
Les Mistons (Truffaut, cm) *** ** ***   ***     *** *** ***
Sept Hommes à abattre (Boetticher) *** ****     ***   **     ***
La Dernière Caravane (Daves) *** ****               ***
Les Nuits de Cabiria (Fellini) *** ****   ** ** ** ***     ***
Derrière le miroir (N. Ray) *** **** *** * **   ** **** **  
Ariane (Wilder)   **** ***   **   **     ***
Les Trois font la paire (Guitry) **** ***                
Tous les garçons s'appellent Patrick (Godard, cm) **   ***   ****     ***   **
Le Pont de la rivière Kwaï (Lean) ** ***   ** **   ** *** ** ****
Douze Hommes en colère (Lumet) *** **** ** ** **   * **** ** **
Sainte Jeanne (Preminger) *** ** **         *** ***  
La Femme modèle (Minnelli) *** *** *** ** ** **        
La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (Minnelli) *** ***   ** *** ** *   ***  
Règlements de comptes à O.K. Corral (Sturges) *** * **   ***   **     **
La Blonde et moi (Tashlin) *** *** ** ** **   **      
Un vrai cinglé de cinéma (Tashlin) *** *** ** *           ***
Dieu seul le sait (Huston) ** *   *** ****          
Les Vampires (Freda)         ***   ***      
Le Disque rouge (Germi)                   ****
Les Ailes de l'espérance (Sirk)               ****    
Amère Victoire (N. Ray) *** ****   * * **        
Le Château des amants maudits (Freda) *** ** * ** ***          
Frankenstein s'est échappé (Fisher)       ** ****   *     **
Le Roi et quatre reines (Walsh) ** *     ***         ***
Les Espions (Clouzot)     ** ** **   ***      
Planète interdite (Wilcox) ** * ** * ***         ***
Femmes entre elles (Antonioni) ***     **   **        
La Blonde explosive (Tashlin) ***   ** **            
La Première balle tue (Rouse) **       **         ***
Marqué par la haine (Wise) **       ***         **
Un homme dans la foule (Kazan) ** °   *** ***   **      
L'Extravagant Monsieur Cory (Edwards)   *** **              
L'Or et l'amour (Tourneur)   **               ***
Le Temps de la colère (Fleischer)   **               ***
Godzilla (Honda) ***   °   ***         **
Pot-Bouille (Duvivier) ** * ** ** **   **      
Un roi à New York (Chaplin) ** * ** ** ** ** *   * **
Blanches Colombes et vilains messieurs (Mankiewicz) **       **   **      
Courte Tête (Carbonnaux) ** **   **            
La Harpe de Birmanie (Ichikawa) * ***       **        
Le Rouge est mis (Grangier) **       **   **      
Amour fleur sauvage (Selander)                   ***
Face au crime (Siegel)         ***          
La Seine a rencontré Paris (Ivens, cm)       ***            
Le Bal des cinglés (Quine)   ***                
Le Shérif (Webb)   ***                
Une cadillac en or massif (Quine) ***                  
Géant (Stevens) *   **   **   **      
Le Tour du monde en quatre-vingt jours (Anderson) **       **   **     *
Le Brigand bien-aimé (N. Ray) ** * **   ** *        
Le Soleil se lève aussi (King)     *   ** * **     **
Dix Hommes à abattre (Humberstone)         **         **
L'Enfer des tropiques (Parrish)   *     ***          
La Fille sur la balançoire (Fleischer)   **       **        
Le Bel Indifférent (Demy, cm)     **           **  
La Haute Société (Walters)   **         *   **  
Le Prince et la danseuse (Olivier)         *   **     **
Porte des Lilas (Clair) **           *     **
Les Aventures d'Arsène Lupin (Becker) ** *   * *   °      
L'Odyssée de Charles Lindbergh (Wilder) **           *      
La Loi de la prairie (Wise)         **         *
Sait-on jamais ? (Vadim) **       *          
A vingt-trois pas du mystère (Hathaway) **                  
Comme un cheveu sur la soupe (Régamey)                   **
Intelligence Service (Powell & Pressburger)             **      
La Bataille du Rio de la Plata (Powell & Pressburger)             **      
La Belle de Rome (Comencini) **                  
La Chronique des pauvres amants (Lizzani) **                  
La Maison de l'ange (Torre-Nilsson) **                  
La Neige en deuil (Dmytryk) **                  
La Rançon (Segal) **                  
Le Fort de la dernière chance (Marshall)                   **
Le Trouillard du Far West (Taurog)                   **
Viva Las Vegas (Rowland)                   **
Sissi impératrice (Marischka) °       *   * * *  
Anastasia (Litvak) *       °          
L'Homme à l'imperméable (Duvivier)   **   °            
Le Retour de Godzilla (Oda) **   °              
Les Sorcières de Salem (Rouleau) °       **          
Sénéchal le magnifique (Boyer) °   **              
Sissi (Marischka)         *   *      
Honoré de Marseille (Régamey) °       °     **   *
La Loi du seigneur (Wyler) * °     *         *
Je reviendrai à Kandara (Vicas)                   *
L'Amour à la ville (collectif) *                  
La Petite Maison de thé (D. Mann) *                  
La Polka des menottes (André)                   *
Le Roi et moi (W. Lang)         *          
Les Jeunes Années d'une reine (Marischka)         *          
Les Loups dans la vallée (Douglas)                   *
Ô saisons, Ô chateaux (Varda, cm) *                  
Othello (Youtkevitch) *                  
Reproduction interdite (Grangier)         *          
Typhon sur Nagasaki (Ciampi)         *          
Le Triporteur (Pinoteau) °       °   °     **
Les Week-Ends de Néron (Steno)     °             *
Le Cas du docteur Laurent (Le Chanois) °       °          
Une Parisienne (Boisrond) °       °          
Collines brûlantes (Heisler)   °                
L'Attaque du fort Douglas (Neumann)                   °
Les Collégiennes (Hunebelle)             °      
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Rémi Timothée Vincent
Les Sentiers de la gloire (Kubrick) ***   *** **** **** *** *** *** *** ***
Rendez-vous avec la peur (Tourneur) **** *** *** *** ***   ****     ***
Assoiffé (Dutt) *** *** ****     **        
Crépuscule à Tokyo (Ozu) ***     ***     ***      
Les Bas-fonds (Kurosawa) **     **           ****
China gate (Fuller) ***       ***         **
L'Homme-auto (Ghatak) ***                  
Mother India (Khan)           **        

Antoine :
**** : L'Invraisemblable Vérité
*** : Les Sentiers de la gloire / Rendez-vous avec la peur / L'Ultime Razzia / Règlements de comptes à O.K. Corral
** : Le Faux Coupable / Tous les garçons s'appellent Patrick / Planète interdite / Les Aventures d'Arsène Lupin

Nolan :
**** : Les Sentiers de la gloire / L'Ultime Razzia
*** : L'Invraisemblable Vérité
** : L'Homme qui rétrécit / Le Faux Coupable / Douze Hommes en colère / Règlements de comptes à O.K. Corral

Jocelyn :
**** : Les Sentiers de la gloire / La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Trois heures dix pour Yuma
*** : L'Homme qui rétrécit / L'Ultime Razzia / Rendez-vous avec la peur / Drôle de frimousse
** : Les Mistons / Le Pont de la rivière Kwaï / Douze Hommes en colère / La Blonde et moi / Planète interdite / La Blonde explosive / Blanches Colombes et vilains messieurs / Le Rouge est mis / Le Tour du monde en quatre-vingt jours / L'Homme à l'imperméable

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Ecrit sur du vent / Elle et lui / Douze hommes en colère / Les Sentiers de la gloire
*** : La Blonde et moi / Drôle de frimousse / L'Ultime razzia
** : Le Brigand bien-aimé / Le Bel Indifférent

Benjamin (La Kinopithèque) :
*** : Drôle de frimousse / Ecrit sur du vent
** : Les Vampires / Planète interdite / Godzilla

Mister Arkadin :
**** : L’Homme qui rétrécit (8)
*** : L’Or et l’amour (8) ; Le Grand Chantage (7) ; L’Ultime Razzia (7) ; Les Trois font la paire (7) ; Douze Hommes en colère (7)
** : Règlements de comptes à O.K. Corral (6) ; L’Invraisemblable Vérité (6) ; Dieu seul le sait (6) ; Les Sentiers de la gloire (6) ; Trois Heures dix pour Yuma (6) ; Le Faux coupable (6) ; Les Mistons (6) ; Le rouge est mis (6) ; Le Roi et quatre reines (6) ; Reproduction interdite (6) ; Tous les garçons s’appellent Patrick (5) ; La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (5) ; Le Triporteur (5) ; Rendez-vous avec la peur (5)
* : Un Roi à New-York (4) ; Blanches Colombes et vilains messieurs (3) ; Amère victoire (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Amants crucifiés ; Ariane ; Le Pont de la rivière Kwaï ; La Porte des Lilas ; La Loi du Seigneur ; Les Bas-fonds

Frédéric :
1- Elle et lui, 2- La Rue de la honte, 3- L'invraisemblable vérité, 4- Drôle de frimousse, 5- L'Aigle vole au soleil, 6- Les Amants crucifiés, 7- Les trois font la paire, 8- La Blonde explosive, 9- Amère victoire, 10-Le mariage est pour demain

Oriane :
**** : Ecrit sur du vent
*** : La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Le Faux Coupable / Le Pont de la rivière Kwaï
** : Les Mistons / Un Roi à New York

Un simple amateur :
1- La Rue de la honte (Mizoguchi ) 2- Les Amants crucifiés (Mizoguchi ) 3- La vie criminelle d’Archibald de la Cruz (Luis Buñuel) 4- L'Invaincu (S. Ray) 5- Crépuscule à Tokyo (Ozu) 6- Ecrit sur du vent (Sirk) 7- Elle et lui (Mc Carey ) 8- L'invraisemblable vérité (Lang ) 9- Le Grand Chantage (Mackendrick) 10-Le Mariage est pour demain (Dwan)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Pont de la rivière Kwaï, David Lean, 13 481 750 entrées
2. Sissi, Ernst Marischka, 6 592 981 entrées
3. Sissi impératrice, Ernst Marischka, 6 392 762 entrées
4. Le Triporteur, Jack Pinoteau, 4 865 231 entrées
5. Le Chômeur de Clochemerle, Jean Boyer, 4 397 173 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Ascenseur pour l'échafaud (Louis Malle), sortie prévue en janvier 1958
- Prix Méliès : La Traversée de Paris (Claude Autant-Lara) et Un Condamné à mort s'est échappé (Robert Bresson), sortis en 1956
- Grand prix du cinéma français : Porte des Lilas (René Clair)
- Oscar du meilleur film : Le Tour du monde en 80 jours (Michael Anderson)
- Festival de Venise, Lion d'or : L'Invaincu (Satyajit Ray)
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Loi du Seigneur (William Wyler)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Douze Hommes en colère (Sidney Lumet)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Cri (Michelangelo Antonioni), sortie prévue en 1958
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Impossible Isabelle (Dino Risi)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1957 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Un roi à New York (Charles Chaplin), 2. La Blonde explosive (Frank Tashlin), 3. Les Nuits de Cabiria (Federico Fellini), 4. Le Faux coupable (Alfred Hitchcock), 5. La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Luis Buñuel), 6. La Nuit des forains (Ingmar Bergman), 7. Derrière le miroir (Nicholas Ray), 8. La Blonde et moi (Frank Tashlin), 9. L'Invraisemblable vérité (Fritz Lang), 10. Douze Hommes en colère (Sidney Lumet)

2) L'année 57 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Frank Tashlin : La Blonde et moi, Un vrai cinglé de cinéma, La Blonde explosive
- Au tableau d'honneur :
Michelangelo Antonioni, Femmes entre elles & L'Amour à la ville (Tentato suicidio) / Ingmar Bergman, La Nuit des forains / Luis Buñuel, La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz / Delmer Daves, La Dernière caravane & 3 heures 10 pour Yuma / Allan Dwan, Le Mariage est pour demain / Elia Kazan, Un Homme dans la foule / Alberto Lattuada, L'Amour à la ville (Gli italiani si voltano) / Carlo Lizzani, Chronique des pauvres amants / Anthony Mann, Cote 465 / Vincente Minnelli, La Femme modèle & La Vie passionnée de Vincent Van Gogh / Douglas Sirk, Ecrit sur du vent / Roger Vadim, Sait-on jamais... / Fred Wilcox, Planète interdite / Robert Wise, Marqué par la haine / Satoru Yamamura, Les Bateaux de l'enfer"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1957 sur le site Encyclo-Ciné)