Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2013

Sur vos écrans en 1955

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1955,hitchcock,aldrich,kurosawa,ray,ophuls,mann,mankiewicz,renoir,fellini,sirkQuelle année, mes amis ! Une grosse vingtaine de films de la plus haute tenue nous aura donc été proposée en France en 1955. Et encore, derrière ce groupe dense, chacun aura trouvé le moyen d'en retenir plusieurs autres de valeur. Difficile, dès lors, de désigner "l'homme de l'année". Essayons tout de même.
Alfred Hitchcock ? Fenêtre sur cour arrive en effet en tête pour notre équipe. Ce thriller à la fois angoissant, onirique et comique peut être vu comme le sommet (provisoire ?) de l'œuvre du "maître du suspense". Surtout, il se prête à merveille, par l'ingéniosité d'un dispositif renvoyant chaque spectateur à son voyeurisme "naturel", à de multiples analyses tout en se présentant comme un grand film populaire. De plus, nous avons également pu voir (généralement "à plat", alors qu'il fut tourné en relief) Le Crime était presque parfait, œuvre précédente d'Hitchcock, moins riche de prolongements mais tout à fait remarquable.
Anthony Mann ? Je suis un aventurier et L'Homme de la plaine sont les deux derniers volets d'un impressionnant cycle de cinq westerns mettant en vedette (comme Fenêtre sur cour) James Stewart. A noter que le duo produisit également un film de propagande militaire, Strategic Air Command, que l'un d'entre nous recommande tout de même ci-dessous.
Federico Fellini ? La Strada, où l'on admire la brute Anthony Quinn et la chaplinienne Giulietta Massina, a fait l'événement, un an après la découverte des attachants Vitelloni. Courrier du cœur (ou Le Sheik blanc), premier effort de réalisation en solitaire de l'ex-scénariste de Rossellini, est aussi apparu sur nos écrans. Aucun doute, il faudra dorénavant compter avec cet Italien-là (un de plus).
Akira Kurosawa ? En 1952, Rashomon avait surpris son monde et ouvert la brèche dans laquelle le cinéma japonais put enfin s'infiltrer pour atteindre nos écrans. Cette année, vinrent à nous ces Sept samouraïs, époustouflant western d'extrême-orient (les débats sur le rapport de Kurosawa à l'occident ne font apparemment que commencer).
Max Ophuls ? Il a arraché Martine Carol à la routine des Caroline Chérie pour Lola Montès, film monstrueux, déroutant, flamboyant et boudé par un public qui lui a préféré les formules usées de Fernandel, de Sacha Guitry ou de René Clair (Les Grandes Manœuvres comptent cependant un défenseur parmi nous).
Henri-Georges Clouzot ? Les Diaboliques, le film-dont-il-ne-faut-surtout-pas-dévoiler-la-fin, n'a pas fait l'unanimité chez nous (admirable mécanique ou piège à spectateurs ?), même si une majorité le soutient avec enthousiasme.
D'autres encore pourraient-être choisis : Nicholas Ray a poursuivi son œuvre singulière avec un Johnny Guitare baroque, Jean Renoir, avec French Cancan (et Gabin), a réussi son retour en France alors que cela n'était pas forcément gagné, Joseph Mankiewicz a de nouveau tutoyé des hauteurs, cette fois celles du mythe Ava Gardner, avec La Comtesse aux pieds nus... Certains de mes camarades ajouteraient sans doute le nom d'Alan Dwan, pour les trois films qui furent distribués cette année.
Et si nous distinguions un critique ? François Truffaut, dans les Cahiers du Cinéma, quelques mois après avoir mis le bazar dans le milieu du cinéma français de la "qualité" (lire notre éditorial de l'année 1954), a inventé un concept certainement promis à une belle postérité. Le voici baptisé dans les dernières lignes de sa critique d'Ali Baba de Jacques Becker (que nous ne vous recommandions pas l'année dernière) : "En dépit de son scénario trituré par dix ou douze personnes, dix ou douze personnes de trop excepté Becker, Ali Baba est le film d'un auteur, un auteur parvenu à une maîtrise exceptionnelle, un auteur de films. Ainsi la réussite technique d'Ali Baba confirme le bien-fondé de notre politique, la Politique des Auteurs."
Mais non. L'année 1955, ce fut l'année Robert Aldrich ! L'homme, encore trentenaire, a déboulé sur nos écrans sans que personne ne l'ait vu venir. En moins de douze mois, furent présentées cinq de ses six réalisations : Alerte à Singapour, à ce que l'on en dit, un film d'aventures exotiques déjà original ; Bronco Apache, un solide western pro-indien ; Vera Cruz, une odyssée mexicaine grincante et stimulante ; Le Grand Couteau, un tableau acide des mœurs hollywoodiennes ; En quatrième vitesse, un hallucinant joyau du film noir. Voulez-vous une preuve de l'importance de cette découverte ? Autour d'Aldrich, même les Cahiers du Cinéma et Positif se retrouvent ! (François Truffaut dans les Cahiers : "Robert Aldrich, qui cumule quelques-unes des qualités de Renoir, d'Hitchcock et d'Orson Welles et toutes celles de... Robert Aldrich, est un "metteur en scène Cahiers du Cinéma". Cela signifie qu'il sera loué le plus souvent possible, défendu chaque fois qu'il sera nécessaire et entretenu à la première occasion." Roger Tailleur dans Positif : "En six mois à Paris, avec quatre films, un metteur en scène surgit du néant. Totalement inconnu au début de l'année encore, il s'inscrit aujourd'hui parmi les meilleurs, ceux dont on peut tout espérer. Dès avant l'automne 1955, son plus récent film subit les honneurs d'un Festival, où il fut primé. Une telle naissance-ascension-consécration appelle très fort le qualificatif d'unique, surtout, comme c'est le cas, quand sa parfaite légitimité en est garantie par des qualités indiscutables et peu communes.")

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 466 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Fenêtre sur cour (Hitchcock) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
En quatrième vitesse (Aldrich) **** *** **** **** **** ** **** **** **** ****
Les Sept Samouraïs (Kurosawa) **** **** *** **** **** ***   **** **** ****
Johnny Guitare (Ray) **** **** **** **** **** *** **** *** *** ****
Lola Montès (Ophuls) *** *** *** **** **** ***   **** **** ****
L'Homme de la plaine (A. Mann) **** **** *** *** **** ***   ** **** ****
La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) *** *** *** *** **** *** *** *** **** ****
French Cancan (Renoir) *** **** *** **** **** ***   ** **** ****
Je suis un aventurier (A. Mann) **** **** *** ***   ****   *** *** ***
La Strada (Fellini) *** **** ** **** **** ** ** ****   ***
Le Secret magnifique (Sirk) **** *** ****   **** ***   * ***  
Quatre Etranges Cavaliers (Dwan) **** **** ***   *** ***     ** ****
Une étoile est née (Cukor) *** ** *** **** *** ***   ** *** ****
L'Homme qui n'a pas d'étoile (Vidor) *** ****   ** *** **       ****
Sabrina (Wilder) ** **** * *** *** **   *** **** ***
Ordet (Dreyer) **** ** ** ** **** ***   ***    
Vera Cruz (Aldrich) *** ** ** *** *** ** *** *** **** ***
Les Diaboliques (Clouzot) * ** ** **** **** ** **** *** *** ***
Le Crime était presque parfait (Hitchcock) ** * *** *** *** *** *** *** *** ***
Le Grand Couteau (Aldrich) ** **   *** **** **   ****    
Tornade (Dwan) *** **** **             ***
Bronco Apache (Aldrich) *** ** *** *** *** **   ** *** **
Du plomb pour l'inspecteur (Quine) *** ***   *** *** **   **    
Les Rubis du prince birman (Dwan) *** ***               ***
Désirs humains (F. Lang) *** ***   ** **** *   *** ** **
Le Rendez-Vous des quais (Carpita) ***     ***   **   **   ***
Les Maîtres Fous (Rouch, cm) ****     ** *** **       **
Vingt Mille Lieues sous les mers (Fleischer) *** **     ***   *** **   ***
Graine de violence (Brooks) ** * ** *** *** * ***     ***
A l'est d'Eden (Kazan) ** ***     *** **   *    
La Bête s'éveille (Losey) *** *** ** ** **         **
Ce n'est qu'un au revoir (Ford) *** ***               **
Fort Bravo (Sturges)   **     ***         ***
Le Cri de la victoire (Walsh) *** ***       **        
Le Sabotier du Val de Loire (Demy, cm) ***   ***              
La Belle et le clochard (Disney) *       ***   *** * ** ***
La Terre des pharaons (Hawks) *** * **   *** *   **   ***
Sur les quais (Kazan) ** °     **** **   **   ***
Pain, amour et jalousie (Comencini) ** ***     **     **   **
A l'ombre des potences (Ray) ***   **   **         **
Razzia sur la chnouf (Decoin) **       ***   *** *    
Du rififi chez les hommes (Dassin) ** **   ** ***     *   **
Courrier du cœur (Fellini) **   **   *** *   **   **
Des monstres attaquent la ville (Douglas) ** * ** * ** * ***     ***
Le Souffle de la violence (Maté)         **         ***
Mort d'un cycliste (Bardem) **       ***          
Capitaine Mystère (Sirk) *** * **     **        
Les Sept Femmes de Barberousse (Donen) **   **   **     **    
L'Etrange Créature du lac noir (Arnold) **     ° **   *** °   ***
Un homme est passé (Sturges) ** *   ** ** **   *   **
L'Aigle solitaire (Daves) *** **               *
La Lance brisée (Dmytryk) **       **   **      
La Peur (Rossellini) ***                  
Le Sel de la terre (Biberman) ***                  
Les Ponts de Toko-Ri (Robson)                 ***  
Les Révoltés de la Claire-Louise (Tourneur) ***                  
Un amour pas comme les autres (Douglas)   ****                
L'Or de Naples (De Sica) *     *       **   ***
Ça va barder (Berry) **       **          
Je suis un sentimental (Berry) **       **          
Titanic (Negulesco)     **       **      
Vacances à Venise (Lean)   ***     *          
Les Grandes Manœuvres (Clair) * *   * *     *   ****
Le Comte de Monte-Cristo (Vernay) * **     ** *        
Taza, fils de Cochise (Sirk)   *     ** *     **  
Gas-Oil (Grangier) °       **   **      
La Tour de Nesle (Gance) ** *           *    
Le Port du désir (Gréville)     *         *   **
L'Amant de lady Chatterley (Allégret)           **     *  
La Joyeuse Parade (W. Lang)               *   **
La Vallée des rois (Pirosh) *                 **
Le Serment du chevalier noir (Garnett)         **     *    
Les Hussards (Joffé)         °         ***
Les Mauvaises Rencontres (Astruc) ** *                
Deux Nuits avec Cléopâtre (Mattoli)                   **
Dommage que tu sois une canaille (Blasetti)         **          
J'avais sept filles (Boyer)     **              
L'Homme du Kentucky (Lancaster)                   **
La Flamme pourpre (Parrish)   **                
Le Passage de Santa Fe (Witney)                   **
Le Triomphe de Buffalo Bill (Hopper)                   **
Phffft ! (Robson) **                  
Racines (Alazraki) **                  
Strategic Air Command (A. Mann)   **                
Trois Heures pour tuer (Werker)   **                
Nana (Christian-Jaque) *       *     *    
Papa longues jambes (Negulesco) * °               **
Permission jusqu'à l'aube (Ford & Le Roy) ** °       *        
L'Affaire des poisons (Decoin)   *     *          
La Vénus des mers chaudes (Sturges)               *   *
Le Dossier noir (Cayatte) *       *          
Marty (D. Mann) *       *          
La Grande Bagarre de Don Camillo (Gallone)     *   *     *   *
Attila fléau de Dieu (Francisci)               *    
Destination Gobi (Wise)                   *
Embrasse-moi chérie (Sidney)               *    
Femmes hors la loi (Newfield & Ormond)     *              
Frou-Frou (Genina)         *          
L'Egyptien (Curtiz)         *          
La Conquête de l'espace (Haskin)     *              
La Cuisine des anges (Curtiz)         *          
La Pantoufle de verre (Walters)         *          
Le Beau Brummel (Bernhardt)           *        
Le Calice d'argent (Saville)         *          
Le Seigneur de l'aventure (Koster)         *          
Les Pépées font la loi (André)         *          
Les Salauds vont en enfer (Hossein)         *          
Terreur à l'ouest (De Toth)   *                
Une fille de la province (Seaton) *                  
Marianne de ma jeunesse (Duvivier) ° *   °   *        
Chiens perdus sans collier (Delannoy) ° °     °     *   *
La Madone des sleepings (Diamant-Berger) °             *    
Le Fils de Caroline chérie (Devaivre)         °         *
Les Héros sont fatigués (Ciampi) °       *          
Saadia (Lewin)     * °            
Napoléon (Guitry) *     ° °          
Les Premiers Outrages (Gourguet)   ° °              
La Cage aux souris (Gourguet)     °              
Le Signe du païen (Sirk)           °        
Les Hommes en blanc (Habib)         °          
Prison sans chaîne (Bartlett)             °      
Sitting Bull (Salkow)   °                
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Nuages flottants (Naruse) **** ** **** *** *** ***       ****
Carmen Jones (Preminger) ** **     ***          
Vie ou mort (Al Cheikh)         ***          

Antoine :
**** : Fenêtre sur cour / En quatrième vitesse / L'Homme de la plaine
*** : Les Sept samouraïs / Johnny Guitare / Je suis un aventurier / L'Homme qui n'a pas d'étoile / Sabrina / Ordet
** : French Cancan / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / Désirs humains / Du rififi chez les hommes
* : La Belle et le clochard
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

Timothée :
**** : Fenêtre sur cour / La Strada / Le Secret magnifique / Une Etoile est née
*** : Johnny Guitare / L'Homme de la plaine / La Comtesse aux pieds nus / Sabrina / A l'Est d'Eden
** : Le Crime était presque parfait

Nolan :
**** : Fenêtre sur cour
*** : La Comtesse aux pieds nus / La Strada / Les Diaboliques / Le Crime était presque parfait / La Belle et le clochard / Les Sept samouraïs
* : Vingt mille lieues sous les mers / L'Etrange créature du lac noir
° : La Grande Bagarre de Don Camillo

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Clyde_949 :
Johnny Guitar / Fenêtre sur cour / Les Diaboliques / La Strada / Sur les quais / La Comtesse aux pieds nus / Lola Montès / Le Crime était presque parfait / Ordet / Les Sept samouraïs

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Fenêtre sur cour / Le Crime était presque parfait
*** : Les Sept Samouraïs
** : Les Diaboliques / Lola Montès
* : French Cancan / La Terre des pharaons / Des monstres attaquent la ville / L'Etrange Créature du lac noir / Le Sel de la terre

Mister Arkadin :
**** : Johnny Guitare (10) ; Fenêtre sur cour (9) ; En quatrième vitesse (8)
*** : Vera Cruz (8) ; La Comtesse aux pieds nus (8) ; Les Diaboliques (8) ; French Cancan (8) ; Je suis un aventurier (8) ; La Strada (8) ; Du rififi chez les hommes (7) ; Des monstres attaquent la ville (7) ; L’Homme qui n’a pas d’étoile (7) ; L’Homme de la plaine (7) ; Le Cri de la victoire (7) ; Le Crime était presque parfait (7)
** : Gas-oil (6) ; Les Sept Samouraïs (6) ; Les Mauvaises rencontres (6) ; Du plomb pour l’inspecteur (6) ; Graine de violence (6) ; A l’est d’Eden (6) ; Désirs humains (6) ; Razzia sur la chnouf (6) ; Le Grand Couteau (5) ; Lola Montès (5) ; La Terre des pharaons (5) ; Chiens perdus sans collier (5)
* : Les Grandes Manœuvres (5) ; Un homme est passé (4) ; Les Sept Femmes de Barberousse (4) ; Sur les quais (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Le Secret magnifique ; Sabrina ; La Belle et le clochard ; Pain, amour et jalousie ; L’Or de Naples ; La Joyeuse Parade

Frédéric :
1- Ordet, 2- Johnny Guitare, 3- Fenêtre sur cour, 4- En quatrième vitesse, 5- Quatre étranges cavaliers, 6- Lola Montès, 7- French Cancan, 8- Je suis un aventurier, 9- Les Maitres fous, 10- L'Homme qui n'a pas d'étoile

Oriane :
**** : Fenêtre sur Cour / Les Sept Samouraïs / Lola Montès / Je suis un aventurier / La Strada / Ordet
*** : L'Homme de la Plaine
** : French Cancan
* : Du rififi chez les hommes
° : La Belle et le clochard / L'étrange créature du lac noir

Un simple amateur :
1- Ordet (Dreyer) 2- Les sept samouraïs (Kurosawa) 3- Johnny Guitare (N.Ray) 4- En quatrième vitesse (Aldrich) 5- Nuages flottants (Naruse) 6- Fenêtre sur cour (Hitchcock) 7- La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) 8- Je suis un aventurier (Mann) 9- Le secret magnifique (Sirk) 10- French Cancan (Renoir)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Belle et le Clochard, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Hamilton Luske, 11 175 233 entrées
2. Vingt Mille Lieues sous les mers, Richard Fleischer, 9 619 259 entrées
3. Le Comte de Monte Cristo, Robert Vernay, 7 780 642 entrées
4. Napoléon, Sacha Guitry, 5 405 252 entrées
5. Les Grandes Manœuvres, René Clair, 5 302 076 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Grandes Manœuvres (René Clair)
- Prix Méliès : Du rififi chez les hommes (Jules Dassin)
- Grand prix du cinéma français : Les Evadés (Jean-Paul Le Chanois)
- Oscar du meilleur film : Sur les quais (Elia Kazan)
- Festival de Venise, Lion d'or : Ordet (Carl Dreyer)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Marty (Delbert Mann)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Les Rats (Robert Siodmak), sortie prévue en 1956
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Carmen Jones (Otto Preminger) et Le Brave Soldat Chveik (Jiri Trnka)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Jours d'amour (Giuseppe De Santis)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1955 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Voyage en Italie (Roberto Rossellini) (*), 2. Ordet (Carl Dreyer), 3. Le Grand Couteau (Robert Aldrich), 4. Lola Montès (Max Ophuls), 5. Fenêtre sur cour (Alfred Hitchcock), 6. Les Mauvaises Rencontres (Alexandre Astruc), 7. La Strada (Federico Fellini), 8. La Comtesse aux pieds nus (Joseph L. Mankiewicz), 9. Johnny Guitare (Nicholas Ray), 10. En quatrième vitesse (Robert Aldrich)

2) L'année 55 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Robert Aldrich : Bronco Apache, Alerte à Singapour, Vera Cruz, En quatrième vitesse, Le Grand Couteau
- The big fifteen :
Juan Bardem, Mort d'un cycliste / Herbert Biberman, Le Sel de la terre / George Cukor, Une étoile est née / Jules Dassin, Du rififi chez les hommes / Stanley Donen, Les Sept Femmes de Barberousse / Federico Fellini, Courrier du cœur / Richard Fleischer, Vingt mille lieues sous les mers / Elia Kazan, A l'Est d'Eden / Anthony Mann, Je suis un aventurier / Robert Parrish, La Flamme pourpre / Nicholas Ray, Johnny Guitare / John Sturges, Fort Bravo & Un Homme est passé / King Vidor, L'Homme qui n'a pas d'étoile / Luchino Visconti, Senso (**) / Raoul Walsh, Le Cri de la victoire" (***)

(*) : voir notre tableau 1954
(**) : à venir dans notre tableau 1956
(***) : Racines, Graine de violence et Les Sept samouraïs sont cités par Positif pour l'année 1956

 

A LIRE PAR AILLEURS :

Une revue de presse sur Lola Montès

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1955 sur le site Encyclo-Ciné)

09/05/2013

Sur vos écrans en 1954

EDITORIAL :

tousenscene00.jpg1954, c'était Tous en scène, Voyage en Italie, El, Les Vitelloni, Marilyn, le Cinémascope... mais c'était aussi cela :

 

Par Christophe

En janvier 1954Les Cahiers du cinéma franchissaient le cap du trentième numéro. Un record pour ce genre de périodique. Le rédacteur en chef Jacques Doniol-Valcroze en profitait pour clarifier la position d'une revue à laquelle on reprochait parfois de préférer les séries B américaines aux films français dits "de qualité". Ainsi l’événement majeur de l'année serait la parution de l'article de François Truffaut Une certaine tendance du cinéma français. Après bien des hésitations, le co-fondateur André Bazin consentait enfin à publier le brûlot de son protégé. De ce fait, il entérinait la prise de pouvoir des jeunes Turcs à la rédaction. D'abord prolongement de La revue du cinéma où un joli panorama de la vie intellectuelle parisienne d'après-guerre théorisait brillamment sur le cinéma (existentialistes germanopratins, bourgeois protestants, prêtres catholiques et militants de gauche s'y côtoyaient), le mensuel se muait donc en tribune pour hussards particulièrement agités. Jacques Laurent allait d'ailleurs débaucher une bonne partie de ce petit monde pour sa prestigieuse revue Arts; Arts où, on l'oublie trop souvent, Truffaut, Rohmer, Godard et Douchet ont signé plusieurs de leurs articles majeurs.

Le point commun à tous ces jeunes gens, c'est que le cinéma constitue la base de leur formation intellectuelle. En 1954, François Truffaut n'a évidemment pas le prestige académique du mentor normalien qui l'a sorti de prison cinq ans plus tôt. Il n'a pour lui que sa sensibilité aiguë, l'aplomb de la jeunesse, un style façon Radiguet et, aussi, l'ambition d'un Rastignac (ses admirateurs doivent se souvenir de la rouerie avec laquelle il a obtenu le scénario du Journal d'un curé de campagne de Jean Aurenche*). Sa plume directe et incisive ne s'embarrasse pas des précautions oratoires de ses aînés.

Ce qui frappe donc lorsqu'on relit Une certaine tendance du cinéma français près de soixante ans après sa publication, c'est d'abord l'engagement de l'auteur par rapport à ce dont il parle. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à mesurer l'abîme qui le sépare d'Alexandre Astruc lorsque celui-ci écrit en 1948 dans "Naissance d'une nouvelle avant-garde" beaucoup de choses qui seront redites par l'auteur des 400 coups. Le ton a radicalement changé. Chez Truffaut critique, la sensibilité à fleur de peau se conjugue parfaitement à la certitude du moraliste. Par intuition, il sait où sont les fausses valeurs et les attaque alors sans ménagement. "Vive l'audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment". Ce sens de la formule le rattache à la tradition frondeuse de la critique française; celle de Louis Delluc dans les années 20, celle de Lucien Rebatet sous l'Occupation. L'écrivain Truffaut a la concision du premier, la verve polémiste du second. Le spectateur Truffaut partage avec les deux les goûts qui ont toujours été ceux des authentiques cinéphiles: amour des films hollywoodiens (avant les années 60), rejet bruyant d'un certain cinéma officiel (celui promu par les grands quotidiens, les festivals, les pouvoirs publics) et défense acharnée d'une poignée d'élus considérés comme les artistes véritables. Ici, il faut en profiter pour rappeler que Une certaine tendance du cinéma français n'est pas qu'un pamphlet. C'est aussi une déclaration d'amour à Becker, Ophuls, Bresson, Cocteau, Gance et -bien sûr- Renoir. Simplement, il n'y a pas d'artiste chéri sans artiste honni, pas de critique sans distinction. Il faut aussi rappeler que Truffaut s'en prend ici à Bost et Aurenche plus qu'à aucun réalisateur. En accusant les scénaristes de la déliquescence du cinéma français, Truffaut montre l'importance du travail qui est le leur. C'est quelque chose dont devraient se souvenir les naïfs qui, tout en se réclamant abusivement de la Nouvelle Vague, opposent "mise en scène" à "scénario".

Cet article montrait aussi que la mission d'une revue comme les Cahiers n'était pas d'établir un consensus moyen, un musée officiel et relatif du bon goût, en absorbant chaque tendance de la cinéphilie, chaque courant de l'Histoire de cinéma. Tâche vaine et sans intérêt que celle d'une éponge oecuménique. Il leur fallait imposer leur vérité au monde à grand renfort de généralités théoriques. Et d'assumer ce que ces généralités peuvent avoir d'abusif avec ce qu'il faut d'esprit de provocation.

Une certaine tendance du cinéma français brille aussi par son acuité. Force est de constater que depuis soixante ans, on a rarement lu synthèse aussi juste à propos d'un pan du cinéma. En s'en prenant aussi bien à la facilité des formules qu'à la mesquinerie des scénaristes, François Truffaut cernait précisément ce qui gangrenait la production de son temps. Bien sûr, les cinéphiles intelligents savent tous que dans son ensemble, l'oeuvre d'un Autant-Lara vaut mieux que les jugements exprimés ici.** Il n'empêche que c'est bien le pessimisme de pacotille couplé à la rigidité appliquée de la mise en scène qui encore aujourd'hui rend intolérable aux yeux de ces mêmes cinéphiles Occupe toi d'AmélieLe bon Dieu sans confession ou Le rouge et le noir (tous films tournés entre 1946 et 1956). Ainsi, contrairement à une idée aujourd'hui répandue, la qualité française tel que définie par Truffaut ne se limite pas à l'académisme, qui est une tare universelle (quoiqu'excessivement répandue dans le cinéma français des années 50). C'est un mélange d'académisme, de bassesse et de noirceur facile. C'est un cinéma circonscrit à une époque (la plus sinistre du cinéma français?). C'est un cinéma qui, quoiqu'en ait écrit Serge Daney, est très différent de ceux de Carné/Prévert, Bertrand Tavernier (même si celui-ci a réhabilité Aurenche et Bost) ou Claude Sautet.

Cela n'empêche pas plusieurs passages du texte de Truffaut de s'imposer encore aujourd'hui comme des axiomes. Ainsi la phrase suivante, phrase de moraliste s'il en est: "On s'aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu'ils devraient être " et non pas tels qu'Aurenche et Bost croient qu'ils sont." Cette phrase, en plus de fermer le clapet de ceux qui opposent un soi-disant élitisme de la Nouvelle Vague au "bon vieux cinéma populaire" de la qualité française, en dit bien long sur une (im)posture malheureusement éternelle. Que l'on songe à Bruno Dumont ou Gaspard Noé...

Texte essentiel s'il en est, Une certaine tendance du cinéma français cristallise un moment où la façon d'envisager le cinéma devenait plus obsessionnelle, plus intransigeante, plus érudite, plus maniaque, plus adolescente. En un mot: plus passionnée. Cinq ans après le séminal festival du film maudit de Biarritz, la cinéphilie entrait dans une sorte d'âge classique qui s'achèverait quelque dix ans plus tard avec l'apothéose mac-mahonienne. Nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

* anecdote perfidement rapportée par Henri Jeanson dans le numéro d'avril 63 du Crapouillot
** En 1965, Rivette et Godard eux-même feraient figurer 
Le journal d'une femme en blanc parmi leurs films préférés de l'année. 

Note : Le texte de François Truffaut peut être lu ICI.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 102 longs métrages (sur les 513 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Tous en scène (Minnelli) **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
La Vie de O'Haru, femme galante (Mizoguchi) **** **** *** **** **** ***   ****    
Voyage en Italie (Rossellini) ****     **** **** **** ** ** **** ****
El (Buñuel) **** ** *** **** **** ***   ****    
Les Vitelloni (Fellini) *** *** *** *** **** **   *** **** ****
Touchez pas au grisbi (Becker) *** **** ** **** ****   **** *** *** *
Rivière sans retour (Preminger) *** **** *** *** **** *** *** *** *** ***
L'Amour d'une femme (Grémillon) **** **** ***              
Monika (Bergman) **** ** *** *** *** ***   *** ** ***
Les Hommes préfèrent les blondes (Hawks) *** *** *** ** **** ** *** * *** ****
La Furie du désir (Vidor) ***     *** **** ***   **    
La Femme au gardénia (Lang) *** ***     ***     ***    
Pain, amour et fantaisie (Comencini) ** *** **
  ***         **
Ulysse (Camerini)         ***     **   ***
Ouragan sur le Caine (Dmytryk) **       ***         ***
La Tour des ambitieux (Wise)       *** ***          
Passage interdit (Fregonese)   ***               ***
Si Versailles m'était conté (Guitry) *   **   ***   **     ***
Le Manteau (Lattuada) *     **   **       ****
Les Chevaliers de la Table ronde (Thorpe) *** **   ** *** **   *   *
Mogambo (Ford) ** ***   * ** **   *   ***
La Belle Espionne (Walsh)   ***   **   **        
Les Lettres de mon moulin (Pagnol)   *               ***
La Guerre des mondes (Haskin) ***   *   ****     *   **
Tant qu'il y aura des hommes (Zinnemann) * °   *** ***     **   ***
La Perle noire (Thorpe) **       ***          
Les Rats du désert (Wise)         ***          
L'Equipée sauvage (Benedek) ** *   ** *** ** **   ** **
Les Aventures de Robinson Crusoé (Buñuel) ** * ** **           **
Le Blé en herbe (Autant-Lara) *** ***     * *   *    
Les Cinq Mille Doigts du docteur T (Rowland) *     * ***     *   ***
Plus fort que le diable (Huston) * °   ** ***         ***
Le Jardin du diable (Hathaway)   **     **         **
Romance inachevée (Mann) *** *               **
Sergent la terreur (Brooks) **     * ***          
Les Gladiateurs (Daves)             ** **   **
Hondo, l'homme du désert (Farrow)                   ***
La Charge sur la rivière rouge (Douglas)                   ***
La Femme qui faillit être lynchée (Dwan)                   ***
La Poursuite dura sept jours (Butler)                   ***
La Roulotte du plaisir (Minnelli) ***                  
Le Démon des eaux troubles (Fuller)         ***          
Le Fantôme de la rue Morgue (Del Ruth)         ***          
Vacances romaines (Wyler) * °   ** **   *** * * ***
Théodora, impératrice de Byzance (Freda)   **   ** ***          
Je dois tuer (Allen) *   **     ** **      
Monsieur Ripois (Clément) *** ° ° ** ***     *   **
Victime du destin (Walsh)   ***   *            
La Reine vierge (Sidney) *       ***          
Les Massacreurs du Kansas (De Toth)   *     ***          
Le Rouge et le Noir (Autant-Lara) ** °   ** **     *   **
Prince Vaillant (Hathaway)         **   ** *    
Comment épouser un millionnaire (Negulesco) *   *   **   * *    
Papa, maman, la bonne et moi (Le Chanois) *       °   **     **
Le Défroqué (Joannon) ** **     °          
Jour de terreur (Garnett)   °     ***          
Quand la Marabunta gronde (Haskin) *                 **
L'Implacable (Parrish)   **                
L'Emprise du destin (Saenz de Heredia)                   **
Le Monstre des temps perdus (Lourié)                   **
Retour au paradis (Robson)                   **
Deux Nigauds contre docteur Jekyll et Mister Hyde (Lamont)     **              
Fille d'amour (Cottafavi)   **                
Houdini le grand magicien (Marshall)         **          
La Brigade héroïque (Walsh)   **                
La Sorcière blanche (Hathaway)                   **
Le Roi des îles (Haskin)                   **
Passion sous les tropiques (Maté)                   **
Tempête sous la mer (Webb)     **              
Une femme qui s'affiche (Cukor) **                  
Vaquero (Farrow)         **          
Huis clos (Audry)                   **
Cadet Rousselle (Hunebelle) *       *     °   **
La Porte de l'enfer (Kinugasa) * °               **
Madame du Barry (Christian-Jaque) *       *     *    
Amour, délices et golf (Taurog)     °             **
L'Affaire Maurizius (Duvivier) ** °                
Le Grand Jeu (Siodmak)       * *          
Ali Baba et les quarante voleurs (Becker) ° ° ° ° *   ° ° ** ***
Ah les belles bacchantes ! (Loubignac) °   °   °   * *   **
La Reine Margot (Dréville) *   °   *          
Expédition du fort King (Boetticher)   *                
La Cité sous la mer (Boetticher)   *                
La Marchande d'amour (Soldati)   *                
La Première Sirène (Le Roy)                   *
Le Traître du Texas (Boetticher)   *                
Avant le déluge (Cayatte) *                  
Capitaine King (King) *                  
Deux Nigauds chez Vénus (Lamont)     *              
La Fontaine des amours (Negulesco)         *          
Les Femmes s'en balancent (Borderie)         *          
Les Révoltés de Lomanach (Pottier)                   *
Bonnes à tuer (Decoin)   *                
L'Air de Paris (Carné)   *                
Le Mouton à cinq pattes (Verneuil) °   °   °     °   **
Ne me quitte jamais (Daves)   °                
L'Ennemi public numéro un (Verneuil)         °          
Mam'zelle Nitouche (Allégret)   °                
Chaussure à son pied (Lean)   °                
Noël blanc (Curtiz)         °          
Obsession (Delannoy)               °    
Poisson d'avril (Grangier)         °          
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Timothée Vincent
Une Femme dont on parle (Mizoguchi) *** ****       ***        
Le Grondement de la montagne (Naruse) *** ***   ***            

Antoine :
**** : La Vie de O'Haru, femme galante
*** : Les Vitelloni
** : Rivière sans retour / Les Hommes préfèrent les blondes / La Femme au gardénia / Les Chevaliers de la Table ronde
* : L'Equipée sauvage / Ali Baba et les quarante voleurs
° : Théodora, impératrice de Byzance

Nolan :
**** : Tous en scène / Les Hommes préfèrent les blondes
*** : Touchez pas au grisbi
** : Rivière sans retour
* : La Guerre des mondes / L'Equipée sauvage
° : Ali Baba et les quarante voleurs

Rémi :
**** : Voyage en Italie / Monika
*** : Rivière sans retour / Les Lettres de mon moulin
** : Les Rats du désert
* : Ali Baba et les quarante voleurs

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Tous en scène
*** : Les Hommes préfèrent les blondes / Les Chevaliers de la Table ronde
** : La Guerre des mondes / Comment épouser un millionnaire / Le Monstre des temps perdus

Mister Arkadin :
**** : Tous en scène (8) ; Voyage en Italie (8) ; Touchez pas au grisbi (8)
*** : Les hommes préfèrent les blondes (8) ; Les Vitelloni (7) ; Rivière sans retour (7)
** : Si Versailles m’était conté (6) ; Mogambo (6) ; Tant qu’il y aura des hommes (6) ; L’Air de Paris (6) ; L'Équipée sauvage (5) ; Ali Baba et les quarante voleurs (5) ; La Reine Margot (5)
* : Comment épouser un millionnaire (4)
o : Poisson d’avril (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) La Furie du désir ; Monika ; La Femme au gardénia ; Pain, amour et fantaisie ; Ouragan sur le Caine ; La Belle Espionne ; La Perle noire ; Plus fort que le diable ; Le Jardin du diable ; Sergent la terreur ; La Brigade héroïque

Frédéric :
1- Voyage en Italie, 2- Tous en scène, 3- El, 4- La vie d'Oharu, 5- L'Amour d'une femme, 6- Monika, 7- Les Hommes préfèrent les blondes, 8- La Femme au gardénia, 9- Touchez pas au grisbi, 10- Rivière sans retour

Oriane :
**** : Les Vitelloni
*** : El
* : Touchez pas au grisbi / Les Lettres de mon moulin / Plus fort que le diable
° : Si Versailles m'était conté

Un simple amateur :
1- Voyage en Italie (Rossellini) 2- Tous en scène (Minnelli) 3- El (Bunuel) 4- La vie d'Oharu (Mizoguchi) 5- L'Amour d'une femme (Grémillon) 6- Monika (Bergman) 7- Une femme dont on parle (Mizoguchi) 8- Le Grondement de la montagne (Naruse) 9- I Vitelloni (Fellini) 10- Rivière sans retour (Preminger)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Si Versailles m'était conté..., Sacha Guitry, 6 986 788 entrées
2. Tant qu'il y aura des hommes, Fred Zinnemann, 6 398 054 entrées
3. Papa, maman, la bonne et moi, Jean-Paul Le Chanois, 5 374 131 entrées
4. Touchez pas au grisbi, Jacques Becker, 4 713 585 entrées
5. Le Rouge et le Noir, Claude Autant-Lara, 4 342 365 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Diaboliques (Henri-Georges Clouzot), sortie prévue en janvier 1955
- Prix Méliès : Le Rouge et le Noir (Claude Autant-Lara)
- Grand prix du cinéma français : Le Blé en herbe (Claude Autant-Lara)
- Oscar du meilleur film : Tant qu'il y aura des hommes (Fred Zinnemann)
- Festival de Venise, Lion d'or : Roméo et Juliette (Renato Castellani)
- Festival de Cannes, Grand Prix : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Chaussure à son pied (David Lean)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Porte de l'enfer (Teinosuke Kinugasa), Le Mouton à cinq pattes (Henri Verneuil), Les Fruits sauvages (Hervé Bromberger), Bajaja (Jiri Trnka) et Rotation (Wolfgang Staudte)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Sierra maldita (Antonio del Amo)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1954 pour les Cahiers du Cinéma (tel que l'on peut l'établir à partir des listes individuelles publiées dans le n°43, janvier 1955) :

1. El (Luis Buñuel), 2. Touchez pas au grisbi (Jacques Becker), 3. Monsieur Ripois (René Clément), 4. Les Hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks), 5. L'Equipée sauvage (Laszlo Benedek), Les Vitelloni (Federico Fellini) & Une Femme qui s'affiche (George Cukor), 8. La Femme au gardénia (Fritz Lang), 9. Les Aventures de Robinson Crusoë (Luis Buñuel), 10. Rivière sans retour (Otto Preminger) & Plus fort que le Diable (John Huston)

(Note : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, visible en province fin 1954, est pris en compte par les critiques en 1955 après sa sortie parisienne en avril de cette année-là)

2) L'année 54 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Marilyn : Niagara, Rivière sans retour, Comment épouser un millionnaire
- Les meilleurs :
Laszlo Benedek, L'Equipée sauvage / Richard Brooks, Le Cirque infernal & Sergent-la-terreur / Luis Buñuel, El & Les Aventures de Robinson Crusoë / René Clément, Monsieur Ripois / Vittorio Cottafavi, Fille d'amour / George Cukor, Une femme qui s'affiche / Federico Fellini, Les Vitelloni / Howard Hawks, La Captive aux yeux clairs / John Huston, Plus fort que le diable / Fritz Lang, Règlement de comptes / Alberto Lattuada, Le Manteau & La Louve de Calabre / Anthony Mann, L'Appât / Vincente Minnelli, Tous en scène / Otto Preminger, Un si doux visage & Rivière sans retour / George Stevens, L'Homme des vallées perdues / King Vidor, La Furie du désir / Robert Wise, La Tour des ambitieux"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1954 sur le site Encyclo-Ciné)

12/04/2013

Sur vos écrans en 1953

EDITORIAL :

Par Edouard S.

1953,donen,kelly,lang,ophuls,minnelli,hawks,wellman,ford,tati,preminger,mannDoo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / Doo-doo-doo-doo-doo-doo / I’m singing in the rain / Just singing in the rain / What a glorious feelin’ / I’m happy again / I’m laughing at clouds / So dark up above / The sun’s in my heart / And I’m ready for love...
1953. En Union Soviétique, la mort du "petit père des peuples" a eclipsé celle de Prokofiev, survenue le même jour de mars. Aux Etats-Unis, le Président Eisenhower a débuté son mandat. Dans l'hexagone, c'est René Coty qui a été élu. Django Reinhardt a gratté sa guitare pour la dernière fois, Louison Bobet a gagné son premier Tour de France. Et le temps a été pourri... Pourtant, tout le monde a chanté. Un même refrain. Nous aussi, à Zoom Arrière, nous l'avons repris à tue-tête.
Avec Chantons sous la pluie, Gene Kelly et Stanley Donen nous ont rempli de joie, en signant l'apothéose (provisoire ?) d'un genre. Les promesses d'Un jour à New York, leur première réalisation en duo, ont été dépassées au-delà de tout ce que l'on pouvait imaginer. Chantons sous la pluie est une éblouissante comédie musicale dont le génie est de s'adresser à tous les publics sans se rabaisser devant aucun, étant à la fois réflexive (par rapport au cinéma) et divertissante au "premier degré".
Bien sûr, pendant toute une année de cinéma, un bonheur arrive rarement seul. Pour ne parler, pour l'instant, que de l'Amérique, une nouvelle fois dominatrice, nous avons reçu notre lot de présents dans tous les genres. Ce fut ainsi une grande année de westerns : de L'Appât, le nouveau Mann-Stewart, au magnifique Convoi de femmes, de l'élégiaque Captive aux yeux clairs à L'Homme des vallées perdues, et j'en passe... Même Fritz Lang y est revenu, avec bonheur, pour L'Ange des Maudits. Mais c'est avant tout son nouveau film criminel qui a marqué nos esprits : l'hyper-violent Règlement de comptes est l'un des sommets de la longue carrière du réalisateur de M le Maudit. La chronique fordienne se porte toujours aussi bien, si l'on en croit les camarades qui ont pu découvrir Le Soleil brille pour tout le monde et le divertissement hollywoodien a été au rendez-vous avec Chérie je me sens rajeunir, Le Corsaire Rouge et autres Scaramouche. De leur côté, Minnelli, Preminger, Ray se sont maintenus au premier rang. Compte tenu de cette abondance (et, parfois, d'un accueil moins enthousiaste que d'ordinaire), Hitchcock, Mankiewicz, Kazan, Huston ou Cukor ont paru cette année en retrait.
Et si l'on sort de la sphère américaine ? On note le bel effort d'un Peter Lorre passant à la réalisation (Un homme perdu), la bonne tenue d'un Powell - Pressburger de dix ans d'âge (Colonel Blimp, daté de 1943), la nouvelle réussite du couple Bergman - Rossellini (Europe 51), l'excellence d'un Carol Reed trop peu vu (L'Homme de Berlin), l'éclatante facilité de Jean Renoir à mener à bien une production internationale (Le Carrosse d'or), les détours de Luis Buñuel vers un cinéma plus "commercial" (Susana la perverse, L'Enjôleuse)...
Par chez nous, Max Ophuls a continué, avec Madame de, sur la belle lancée de La Ronde et du Plaisir, Jacques Tati a largement confirmé (pour ceux qui ne sont pas allergiques à son comique singulier) avec Les (merveilleuses) Vacances de Monsieur Hulot que la réussite de Jour de fête n'était pas accidentelle, Becker, Guitry et Pagnol ont a nouveau su convaincre plusieurs d'entre nous, alors que Carné, Allégret et Autant-Lara ont eu beaucoup plus de mal (ce qui apparaît, aux yeux de votre serviteur, plutôt injuste). Le Salaire de la peur fit figure d'événement cinématographique, en France et ailleurs. Le solide film de Clouzot récolta des kilomètres d'écrits dans la presse, une pluie de récompenses et un succès au box-office. Il se retrouve dans notre tableau, bien placé mais pas aussi haut que l'on pouvait s'y attendre. En réaction au battage, peut-être...
Pour finir, et parlant de battage, est-il besoin de rappeler qu'en 1953, il fut partout question de Cinémascope, de 3D, de relief, mais aussi, de manière moins "technique", de la chute de reins de Marilyn Monroe s'affichant devant d'autres chutes, celles du Niagara ?

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 101 longs métrages (sur les 584 sortis en salles) et de 3 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Chantons sous la pluie (Donen & Kelly)   **** **** **** **** **** **** **** **** **** ****
Règlement de comptes (Lang) **** **** **** *** **** *** *** *** **** *** ****
Madame de (Ophuls)   **** **** **** *** **** *** ****     ***
Les Ensorcelés (Minnelli)   **** *** ** **** **** **** ****   *** ****
La Captive aux yeux clairs (Hawks) *** **** **** *** *** ***   ***   *** ****
Convoi de femmes (Wellman)   **** ****   ****     **     ****
Le Soleil brille pour tout le monde (Ford)   **** ****     ***         ****
Les Vacances de Monsieur Hulot (Tati) * **** ° **** **** *** **** ****   **** ****
Un si doux visage (Preminger) *** **** **** *** *** *** *** ***   *** ***
L'Appât (Mann)   **** **** ***   ***   ***     ***
Les Indomptables (Ray)   *** ****     ****         ***
L'Ange des maudits (Lang) **** *** *** *** *** **   ***     ***
Le Gaucho (Tourneur)   **** ****                
Colonel Blimp (Powell & Pressburger)   ** **** ** *** **   ****     ***
Europe 51 (Rossellini)   *** **** ** *** ***   **   ***  
Un homme perdu (Lorre)   *** ***   ***           ***
Le Salaire de la peur (Clouzot) ** *** ** ** *** ** *** *** *** ** ***
Le Carrosse d'or (Renoir)   ** **** *** *** **   ** *   ****
Scaramouche (Sidney)   *** *** ** *** *** ** **     ***
Rue de l'Estrapade (Becker)   *** ****                
Manon des sources (Pagnol)   *** ****   ** **   *     ****
Au-delà du Missouri (Wellman)   *** **               ****
Chérie je me sens rajeunir (Hawks)   *** *** *** ** ** *** *   ** ***
L'Enigme du Chicago-Express (Fleischer) ** ***         *** **     ***
Les Statues meurent aussi (Resnais, cm)   ***   *** ** ** **       ***
La Loi du silence (Hitchcock) *** ** *   *** **   ** *** *** **
Le Monde lui appartient (Walsh)     ***   ** **   **     ***
Susana la perverse (Buñuel)   ****     ** **   **      
La Bergère et le ramoneur (Grimault)   **           ***     ***
La Vie d'un honnête homme (Guitry)   *** ***                
L'Homme de Berlin (Reed)         ***     ***      
L'Enjôleuse (Buñuel)   ****                  
Jules César (Mankiewicz) ** ** *** *** * **   **   ** **
Le Corsaire rouge (Siodmak)   ** * *** ** ** ***       **
Viva Zapata (Kazan)   ** ** ** ***     **     **
Le Prisonnier de Zenda (Thorpe) ** ***     ** ** ** **      
Bas les masques (Brooks)   **     ** **         ***
Ça commence à Vera Cruz (Siegel)   **         ***       **
L'Homme au masque de cire (DeToth)   ***           *     ***
Les Aventures de Peter Pan (Disney) * ** **       **** *     **
Niagara (Hathaway)   **   ** **   ** **     **
L'Homme des vallées perdues (Stevens)   *** *     **   **     **
La Belle de New York (Walters)   *   **       **   ** ***
Le Relais de l'or maudit (Huggins)     **               ***
Le Voyage de la peur (Lupino)   *** **                
Mademoiselle Gagne-Tout (Cukor)   ** ** ** **            
Sous le plus grand chapiteau du monde (De Mille)   * ***         **     **
Barbe-Noire le pirate (Walsh)   ** ** ** * ** ** *     **
Moulin-Rouge (Huston)   *     * **   *     ****
L'Enquête est close (Tourneur)   *** * **              
La Mission du commandant Lex (De Toth)   ** **               **
Le Quatrième Homme (Karlson)     ***                
Les Neiges du Kilimandjaro (King)   ** *         **     **
Stalag 17 (Wilder)   ** *   ** **          
La Maîtresse de fer (Douglas)     **               **
Le Bon Dieu sans confession (Autant-Lara)     *   ***            
Le Déserteur de Fort Alamo (Boetticher)       **             **
Quo Vadis (Le Roy)   **           *     **
Le Cirque infernal (Brooks)   **     ** *          
La Tunique (Koster)   * *         **     **
Thérèse Raquin (Carné)   * ° * ***     **      
Les Orgueilleux (Allégret)   °     ** * ** *     **
Le Retour de Don Camillo (Duvivier) * *           * * * **
Les Trois Mousquetaires (Hunebelle) * *         ** *      
La Lune était bleue (Preminger)   * * **              
Crin Blanc (Lamorisse, cm)         **     *   *  
Le Renne blanc (Blomberg)       *             **
Le Météore de la nuit (Arnold)   **     *            
Troublez-moi ce soir (Baker)               *     **
Le Filet (Fernandez)     °   ***            
Vendredi treize (Lubin)       **              
A feu et à sang (Boetticher)     **                
Fini de rire (Farrow)       **              
Le Cavalier de la mort (De Toth)   **                  
Les Cinq Survivants (Oboler)             **        
Les Flèches brûlées (Enright)                     **
Bienvenue monsieur Marshall (Berlanga)   **                  
Cette sacrée famille (Taurog)   **                  
L'Affaire de Trinidad (Sherman)                     **
L'Homme à la carabine (Thorpe)   **                  
La Ruelle du péché (Walsh)   **                  
Station terminus (De Sica)         **            
Même les assassins tremblent (Powell)       **              
Jezebel (Rapper)   *           *      
La Môme vert-de-gris (Borderie)   *                 *
Le Petit Fugitif (Ashley, Engel & Orkin)   ** °                
L'Assassin sans visage (Fleischer & Mann)               *      
Pâques sanglantes (De Santis)   *                  
Femmes interdites (Gout)       *              
La Mort d'un commis voyageur (Benedek)   *                  
Heidi (Comencini)     *                
Le Pirate des sept mers (Salkow)     *                
Les Amants de Tolède (Decoin)               *      
Lucrèce Borgia (Christian-Jaque)   *                  
Un caprice de Caroline Chérie (Devaivre)                     *
Le Vagabond des mers (Keighley)               *      
Salomé (Dieterle)               *      
L'Ile inconnue (Bernhard)                     °
Maison de rendez-vous (Gout)       °              
Le Rideau cramoisi (Astruc, cm)     °                
Le Tour du monde de Sadko (Ptouchko)     °                
Parachutiste malgré lui (Taurog)       °              
Dortoir des grandes (Decoin)               °      
Quand tu liras cette lettre (Melville)     °                
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Voyage à Tokyo (Ozu)   **** *** **** **** ****   ****      
La Fête de Gion (Mizoguchi)   *** ****     ***          
The Bigamist (Lupino)   **** ***                
All I desire (Sirk)       ***   **          
Frère et sœur (Naruse)         ***            

 

LES CHOIX DE NOS AMIS, LECTEURS ET AUTRES CONTRIBUTEURS :

Rémi (Il a osé !) :
**** : Chantons sous la pluie / Madame de… / L'Appât / Le Carrosse d'or / Les Ensorcelés / Le Petit fugitif
*** : Les statues meurent aussi / Le Salaire de la peur
** : Les aventures de Peter Pan
* : Manon des sources / Le retour de Don Camillo

Benjamin (La Kinopithèque) :
**** : Chantons sous la pluie / Colonel Blimp
*** : La Captive aux yeux clairs / Voyage à Tokyo
** : Les vacances de M. Hulot / Les Salaire de la peur

FredMJG (Les nuits du chasseur de films) :
La quinzaine magnifique : Un si doux visage / La captive aux yeux clairs / Règlement de comptes / L’appât / Le carrosse d’or / Les indomptables / Les ensorcelés / Chantons sous la pluie / L’ange des maudits / Madame de / Le voyage de la peur / L’homme au masque de cire / Le salaire de la peur / Chérie je me sens rajeunir / Le corsaire rouge
La bizarrerie [à ne pas rater] : Le renne blanc
Le classique : Europe 51
Les excellentes pelloches : His kind of woman / L’énigme du Chicago-Express / Convoi de femmes / La loi du silence / Colonel Blimp / Bas les masques / Ça commence à Vera Cruz / Scaramouche / Au-delà du Missouri / Niagara / Thérèse Raquin / Viva Zapata / Troublez-moi ce soir / Le relais de l’or maudit / Barbe-Noire le pirate
Le court-métrage : Les statues meurent aussi
La découverte tardive : Le quatrième homme
Les franches rigolades : Quo Vadis / Jules César
(la suite ICI)

Mister Arkadin :
**** : Chantons sous la pluie (10) / L’Ange des maudits (10) / Le Corsaire rouge (9) / L’Appât (9)
*** : Lili (8) / La Captive aux yeux clairs (8) / Le Salaire de la peur (8) / Scaramouche (8) / Chérie je me sens rajeunir (8) / Jules César (8) / La Vie d’un honnête homme (7) / L’Homme de Berlin (7) / Viva Zapata (7) / L’Homme au masque de cire (7) / Niagara (7)
** : Règlement de comptes (6) / Un si doux visage (6) / Les Indomptables (6) / Europe 51 (6) / La Bergère et le ramoneur (6) / Le Prisonnier de Zenda (6) / Bas les masques (6) / L’Homme des vallées perdues (6) / La Loi du silence (5)
* : Quo Vadis (5) / Thérèse Raquin (5) / Madame de (4) / Les Ensorcelés (4) / Le Retour de Don Camillo (4) / Les Trois Mousquetaires (4)
o : Les Vacances de Monsieur Hulot (3) / Le Carrosse d’or (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter) Convoi de femmes / Le soleil brille pour tout le monde / Manon des sources / Le monde lui appartient / La Belle de New York / Mademoiselle Gagne-Tout / Sous le plus grand chapiteau du monde / Le Cirque infernal / Le Rideau cramoisi / La Tunique

Frédéric :
1- Madame de..., 2- Les Vacances de Mr Hulot, 3- Règlement de comptes, 4- La Captive aux yeux clairs, 5- Chantons sous la pluie, 6- Le Soleil brille pour tout le monde, 7- Les Ensorcelés, 8- Europe 51, 9- Le Carosse d'or, 10- Le Gaucho

Oriane :
**** : Chantons sous la pluie / Les Vacances de Monsieur Hulot / Voyage à Tokyo
*** : L'Appât / Un si doux visage / Le Salaire de la peur / Les Statues meurent aussi / La Loi du silence
** : La Captive aux yeux clairs / Les Aventures de Peter Pan / Niagara
° : Le Retour de Don Camillo

Un simple amateur :
1- Voyage à Tokyo (Ozu) 2- Madame de... (Ophuls) 3- Chantons sous la pluie (Donen/Kelly) 4- Europe 51 (Rossellini) 5- La Captive aux yeux clairs (Hawks) 6- Le Soleil brille pour tout le monde (Ford) 7- Les Ensorcelés (Minnelli) 8- Règlement de comptes (Lang) 9- Un si doux visage (Preminger) 10- Les Vacances de Mr Hulot (Tati)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Sous le plus grand chapiteau du monde, Cecil Blount DeMille, 9 488 114 entrées
2. Le Retour de Don Camillo, Julien Duvivier, 7 425 550 entrées
3. Peter Pan, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson & Hamilton Luske, 7 255 475 entrées
4. Le Salaire de la peur, Henri-Georges Clouzot, 6 944 306 entrées
5. Quo Vadis, Mervyn LeRoy, 6 305 593 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Vacances de Monsieur Hulot (Jacques Tati)
- Prix Méliès : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Sous le plus grand chapiteau du monde (Cecil Blount DeMille)
- Festival de Cannes, Grand Prix : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Salaire de la peur (Henri-Georges Clouzot)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Jules César (Joseph L. Mankiewicz) & Kompozitor Glinka (Grigori Aleksandrov)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : La Guerra de Dios (Rafael Gil)

 

REFERENDUM :

L'année 53 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de l'érotisme bunuélien made in Mexico (Susana la perverse, L'Enjôleuse, La Montée au ciel)
- Notre sélection :
Laslo Benedek, Mort d'un commis voyageur / Richard Brooks, Bas les masques / Henri-Georges Clouzot, Le Salaire de la peur / Michael Curtiz, Les Amants de l'enfer / John Huston, La Charge victorieuse / Gene Kelly & Stanley Donen, Chantons sous la pluie / Henry King, La Cible humaine / Joseph Losey, Haines & Le Rôdeur / Vincente Minnelli, Les Ensorcelés / Nicholas Ray, Les Indomptables / Jean Renoir, Le Carrosse d'or / Giuseppe de Santis, Pâques sanglantes & Onze heures sonnaient / George Sidney, Scaramouche / Robert Siodmak, Le Corsaire rouge / Jacques Tati, Les Vacances de Monsieur Hulot / Raoul Walsh, Barbe-Noire le pirate & Les Aventures du Capitaine Wyatt / William Wellman, Convoi de femmes & Au-delà du Missouri"

(Note : La Captive aux yeux clairs, Règlement de comptes, L'Appât, Un si doux visage et L'homme des vallées perdues sont cités pour... 1954)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1953 sur le site Encyclo-Ciné)

11/03/2013

Sur vos écrans en 1952

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

leplaisir.jpgLe cinéma est-il un art à part entière ? Et, à ce titre, peut-il connaître les mêmes bouleversements et révolutions esthétiques que la peinture ou la littérature ? En marge des sorties traditionnelles, quelques films tendent à nous le prouver. Au début d'Hurlements en faveur de Sade, une voix-off précise d'emblée : « Au moment où la projection allait commencer, Guy-Ernest Debord devait monter sur la scène pour prononcer quelques mots d’introduction. Il aurait dit simplement : Il n’y a pas de film. Le cinéma est mort. Il ne peut plus y avoir de film. Passons, si vous voulez, au débat. ». Avec ce « film » sans images, ce jeune homme inconnu entend donner un équivalent au cinéma du « carré blanc sur fond blanc » du peintre Malevich. L'attention du spectateur est mise à rude épreuve mais le « geste artistique » passionne d'autant plus que surnagent, au milieu de cette succession d'écrans noirs et blancs, quelques phrases sublimes :  « Il y a encore des gens que le mot de morale ne fait ni rire ni crier. », « Nous vivons en enfants perdus nos aventures incomplètes ».
Monsieur Debord fait partie du groupe lettriste. Déjà l'an passé, nous avions pu voir au ciné-club du Musée de l'Homme Le Film est déjà commencé ? de Maurice Lemaître. Et cette année, ce sont deux films « lettristes » qui sont sortis sur nos écrans : L'Anticoncept de Gil.J.Wolman (que j'ai malheureusement raté) et l'étonnant Traité de bave et d'éternité d'Isidore Isou, chef de file de ce courant avant-gardiste. Là encore, il s'agit de s'inscrire dans une « histoire » du cinéma (Griffith, Von Stroheim et Buñuel sont cités...) pour proposer une nouvelle façon de faire des films. Ce travail de sape du langage cinématographique passe par une dissociation du son et de l'image (ce qu'Isou appelle le cinéma « discrépant ») et par des ciselures pratiquées à même la pellicule. Entre des images de l'artiste déambulant dans Saint-Germain-des-prés et des chutes de films recyclées, l’œuvre offre également des plages « abstraites » couplées à une poésie lettriste incantatoire et fascinante.
Moins radical mais néanmoins expérimental, signalons la sortie d'un programme regroupant une série de Films en relief et en couleurs où le génial Norman McLaren dessine directement sur la pellicule des ballets abstraits pour inventer un cinéma sans caméras (signalons aussi la sortie cette année de son court-métrage Voisins réalisé avec de véritables acteurs mais dont les mouvements sont décomposés par un procédé d'enregistrement image par image)...
Mais éloignons nous des marges de l'avant-garde pour revenir au cinéma « classique ». Du côté des sorties « traditionnelles », le cinéma américain se taille encore la part du lion. Nos collaborateurs ont apprécié l'adaptation expressionniste d'Othello de Shakespeare par Orson Welles et ont distingué une fois de plus les grands cinéastes d'Hollywood : Mankiewicz (dont on a pu voir deux films : L'affaire Cicéron et On murmure dans la ville), Anthony Mann (Les Affameurs), Nicholas Ray (La Maison dans l'ombre prouve qu'il est désormais un cinéaste avec qui il faut compter), John Ford (L'Homme tranquille) ou encore Alfred Hitchcock (L'Inconnu du Nord-Express. Notons que nous eûmes le plaisir de redécouvrir l'un des meilleurs films de sa période anglaise : Une femme disparaît).
Si le retour de Charlie Chaplin avec son très beau mélodrame Les Feux de la rampe est salué à sa juste mesure, notre équipe est plus partagée sur le cas Huston. Votre serviteur vous confiera humblement qu'il n'a guère goûté aux aventures exotiques d'African Queen et encore moins à sa Charge victorieuse.
Un des événements de cette année restera sans aucun doute la découverte sur nos écrans d'un chef-d’œuvre du cinéma japonais : construit comme un fait divers raconté de trois points de vue différents, Rashomon d'Akira Kurosawa (un nom à retenir) nous donne envie d'explorer un continent cinématographique encore trop méconnu en France.
Autre singularité de cette année 52, les deux films préférés de notre équipe sont français. A côté des succès populaires qui me laissent plutôt froid (les larmoyants Jeux interdits de René Clément, le poussif Fanfan la tulipe de Christian-Jaque, l'efficace mais très mineur Petit monde de Don Camillo de Duvivier...), Jacques Becker emporte tous les suffrages avec son magnifique Casque d'or où Simone Signoret est éblouissante. Mais notre coup de cœur va indéniablement à Max Ophüls. Le cinéaste nous avait déjà transporté avec des films comme La Ronde ou Lettre d'une inconnue. En adaptant trois nouvelles de Maupassant, il signe avec Le Plaisir son plus beau film à ce jour et une œuvre d'une élégance inouïe où chaque mouvement de caméra correspond à un élan de cœur des personnages. C'est léger, drôle, mélancolique, poignant... Bref, sublime !
Pour conclure, souhaitons une longue vie à Positif une nouvelle revue de cinéma qui a vu le jour cette année, quelques mois après les Cahiers du cinéma. Nous aurons sans doute l'occasion d'y revenir....

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 84 longs métrages (sur les 551 sortis en salles) avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
Le Plaisir (Ophuls) *** **** **** **** **** ***   ****     ****
Casque d'or (Becker)   *** **** **** **** ** **** ***     ****
Les Affameurs (Mann) *** **** ****   *** *** **** ***     ****
L'Affaire Cicéron (Mankiewicz) **** *** ***   *** ***   *** **** ****  
Rashomon (Kurosawa) *** *** *** *** **** ** *** **** ***   ****
La Flibustière des Antilles (Tourneur)   **** ****     ***   ***     ***
Othello (Welles)   *** *** *** **** ** *** ****   *** ***
La Maison dans l'ombre (Ray)   **** **** ***              
On murmure dans la ville (Mankiewicz)   ** *** *** *** **** ***     *** ***
Une femme disparaît (Hitchcock) *** *** * *** **** ** **** ***   *** ***
Les Feux de la rampe (Chaplin)   *** ** *** *** ** *** ***   *** ****
L'Inconnu du Nord-Express (Hitchcock) **** *** *   *** *** *** *** *** ** ***
Un tramway nommé désir (Kazan)   *** *** ** **** ** *** **   ***  
La Reine africaine (Huston)   *** ° ** **** ** **** **   *** ****
Un Américain à Paris (Minnelli)   ** ** *** ** ** *** ***   **** ***
L'Homme tranquille (Ford) ** **** ** ** ** ***   *   **** ****
La Porte du diable (Mann) *** ** ***               ****
Le Gouffre aux chimères (Wilder)   *** ****     **   **     ***
Le Désert de la peur (Walsh)     ****               ***
Le Rôdeur (Losey)   *** ****                
La Charge victorieuse (Huston)   *** ** * ***     ***     ****
La Cible humaine (King) *** ** **** **              
Le Démon s'éveille la nuit (Lang) * *** ***         ***     ***
Ivanhoe (Thorpe) * *** **   *** **   ***     ***
Mariage royal (Donen)   *** * ** ***   *** **   *** **
Le Jour où la terre s'arrêta (Wise) * ***         *** **     ***
Les Aventures du capitaine Wyatt (Walsh)   *** **     **   **     ***
La Chose d'un autre monde (Nyby & Hawks)   *** **       ***       **
La Montée au ciel (Buñuel)   ***     **           ***
Je l'ai été trois fois (Guitry)   ****   **              
Je sais où je vais (Powell & Pressburger)     ****                
La Terre tremble (Visconti)   **** ° * ***           ***
L'Homme au complet blanc (Mackendrick)   **   **     *** **     **
La Vérité sur Bébé Donge (Decoin)   ** ***   *** *   **      
Le Train sifflera trois fois (Zinnemann)   ** *
**   ** ** **   ** **
Jeux interdits (Clément)   * **** * ** * ** *   * ***
M le maudit (Losey)   *** ***     *   *      
Fanfan la Tulipe (Christian-Jaque)   *** * *   * ** *     ***
La Vie d'Emile Zola (Dieterle & Rapper)   ***                  
Quarante-Neuvième Parallèle (Powell)               ***      
L'Evadé du bagne (Freda)               ***      
Traité de bave et d'éternité (Isou)       ***              
Escale à Broadway (Butler)             ***        
Gendarmes et voleurs (Monicelli & Steno)   ***                  
J'ai vécu l'enfer de Corée (Fuller)   ***                  
La Mère du marié (Leisen)     ***                
Baïonnette au canon (Fuller)   *** *                
David et Bethsabée (King)   ** **                
Fort invincible (Douglas)       **             **
La Vallée de la vengeance (Thorpe)   **                 **
Le Choc des mondes (Maté)   **                 **
Quatorze Heures (Hathaway)     *   ***            
Le Petit Monde de Don Camillo (Duvivier) * ** * **       *     **
Une place au soleil (Stevens)   * °               ****
Les Belles de nuit (Clair)       °       **     ***
Umberto D. (De Sica)   * °   ***            
La Fête à Henriette (Duvivier)   * **   *            
La Dame sans passeport (Lewis)   ** *                
Les Sept Péchés capitaux (collectif)             ** *      
Dallas, ville frontière (Heisler)     **                
Kansas en feu (Enright)     **                
Marqué au fer (Maté)                     **
Volets clos (Comencini)     **                
Deux Sous d'espoir (Castellani)         **            
Le Peuple accuse O'Hara (Sturges)   **                  
La Vallée des géants (Feist)                     **
Les Diables de Guadalcanal (Ray)   *       *         *
Le Continent perdu (Newfield)       °   **          
Show Boat (Sidney)               *     *
Satan conduit le bal (Gallone)               *      
Vingt-Quatre Heures chez les martiens (Neumann)       *              
Elle n'a dansé qu'un seul été (Mattsson)               *      
Le Grand Caruso (Thorpe)   *                  
Nez de Cuir (Allégret)               *      
Le Banni des îles (Reed)   *                  
Le Paradis des mauvais garçons (Sternberg)     *                
Mara Maru (Douglas)     *                
Nous sommes tous des assassins (Cayatte)   *                  
Ouvert contre X (Pottier)               *      
Adorables Créatures (Christian-Jaque)   *           °      
Coiffeur pour dames (Boyer)   °   *              
Quartier interdit (Fernandez)       °              
Le Rideau rouge (Barsacq)     °                
Violettes impériales (Pottier)   °                  
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Timothée Vincent
L'Eclair (Naruse)   ***     ***            
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)   **** °   ** **          
Hurlements en faveur de Sade (Debord)       ***