Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)

13/12/2013

Sur vos écrans en 1961

EDITORIAL :

L’œil de Cassavetes prend le relais des mille yeux du docteur Mabuse

Par Jean-Luc L.

rocco00.jpg"Angela tu es infâme" et celle-ci de répondre, victorieuse, à Emile : "non, je suis une femme". Ce pétillant dialogue en scope et en couleur entre Jean-Claude Brialy et Anna Karina dit tout le romantisme qui parcourt notre cinéma français, à rebrousse-poil de la sinistrose et de morosité à l’œuvre dans le reste du monde. Non seulement un enfant naîtra donc après le générique final d’Une femme est une femme mais le rêve d’amour se prolongera peut-être aussi après L’année dernière à Marienbad alors que Lola sera récompensée d’avoir su attendre Michel à Nantes.

En Italie, le couple est en revanche mis à mal. Belmondo quitte ses habits d’Ernest Lubitsch, son personnage d’Une femme est une femme, pour incarner Amerigo,  jeune fils de paysan désespéré qui reprendra le chemin de La Viaccia à la fin du film de Bolognini car la belle Claudia Cardinale n’aura pas voulu de lui. Amerigo aura pourtant  fait mieux que le bel Antonio (Marcello Mastroianni) mis en scène par le même Bolognini l’année précédente dont l’impuissance survenait dès qu’il essayait de faire l'amour avec une femme qu'il aimait. La mise en scène du film exploite les dimensions politiques, symboliques et romanesques de cette impuissance amoureuse qui vaut pour toute la jeunesse idéaliste de Catane, obligée de se compromettre auprès du député local. C'est toute la société sicilienne qui a abandonné tout idéalisme au profit d'une vile exploitation des pulsions.
Dans Divorce à l'italienne Pietro Germi peint au vitriol les habitudes sexuelles dans un pays toujours très influencé par la morale religieuse. Rocco et ses frères laisseront Nadia (Annie Girardot) sur le carreau mais, à la fin de La Notte, Giovanni (Marcello Mastroianni) fait-il mieux en  assurant Lidia (Jeanne Moreau) de son amour ? Celle-ci lui avoue qu’elle ne l'aime plus et n'éprouve plus pour lui que de la pitié. Elle déplie de son sac une lettre dactylographiée, une lettre d'amour lui gageant un amour plus fort que l'habitude. Giovanni voudrait savoir qui l’a écrite. Lidia, désabusée, lui répond que c'est lui-même autrefois. Giovanni, blessé de cet oubli de lui-même et de son amour qu'il avait crû éternel, étreint Lidia sur le sable du parc pour étouffer ses refus et son désespoir. Le jour qui se lève ne sera probablement pas une aube nouvelle pour eux. Si les lignes des bâtiments filmés avec soin par Antonioni sont droites, les pensées des hommes sont trop courbes et seul l'instinct des femmes leur permet de trouver, un peu mieux, leur chemin.

Et comme si cela ne suffisait pas, 1961 voit la sortie sur les écrans français de La soif / La Fontaine d'Arhétuse, huis-clos en mouvement, partiellement sartrien qui décrit l'impossibilité de l'harmonie dans la vie de couple, puisque les défauts des hommes et des femmes s'additionnent et s'amplifient au cours d'une interminable guerre des sexes. Bergman ne parle pourtant pas d'enfer du couple, car l'enfer de la solitude, décrite avec les personnages de Viola et Valborg est évoqué avec terreur comme un enfer bien pire encore.

Les américains continuent de s’intéresser à des histoires d’hommes, celles des Deux Cavaliers, de Spartacus, d’Elmer Gantry, le charlatan, et ceux des Bas-fonds de New York. Moins heureux car moins ironique qu'habituellement, John Huston fait preuve d’un romantisme un peu niais dans Les Désaxés quand Marilyn se bat pour l’amour des chevaux, dans une symbolique de liberté à conquérir un peu facile.
Bien plus grinçants sont leurs héros adolescents. Minnelli, vétéran d’Hollywood, décrit dans Celui par qui le scandale arrive, comment, dans une petite ville du Texas, espace rêvé pour une tragédie américaine, un adolescent trop sensible est englué dans un décor schizophrène et oppressant : d'un côté la forêt et les marais où il chasse en compagnie de son père ; de l'autre, le grenier et les souvenirs de l'enfance gardés par la mère. Une perspective sera pourtant finalement ouverte tout comme dans Shadows, premier film de Cassavetes où Davy parviendra à amadouer Lelia, déçu par le racisme de Tony. Ben, son frère de couleur, prend aussi conscience qu'il ne peut passer son temps à voler les filles et s’en va  seul dans la nuit, probablement décidé à changer.
Cassavetes remet ainsi en cause les valeurs de la beat generation tout en ouvrant la voie du cinéma indépendant. En 1957, Cassavetes est un acteur en vogue à la télévision ; formé aux méthodes de l'Actor's Studio. Il est un adepte de l'improvisation qui donne ses propres cours de théâtre. Un soir, il annonce qu'il doit se rendre à l'émission de Jean Shepherd, Night people, à 1h00 du matin. Là, Cassavetes déclare qu'il est possible de faire un film totalement libre des contraintes commerciales imposées par les studios si chaque auditeur lui envoie un dollar. Le lendemain, Cassavetes reçoit 2 000 billets de 1 dollar. De retour au Variety arts studio, il annonce à ses comédiens qu'ils vont faire un film à partir de leur travail. Durant quatre mois, Cassavetes tourne des scènes sans méthode "Je croyais dit-il tenir un outil magique pour filmer des impressions ; ce que sont les gens plutôt que leur vie intérieure". Le film, tourné en 16mm, dure une heure… et est un grave échec lors de sa première au Paris Theater. "La salle était comble mais, rapidement, toutes les personnes sont parties sauf un critique, un ami qui a trouvé le film merveilleux". Cet ami c'est probablement Jonas Mekas qui, comme le raconte Dominique Noguez, proclamera triomphalement dans Film Culture que les cinéastes de la nouvelle génération pouvaient désormais faire leurs films eux-mêmes. Après l'échec de la première qui semblait irréparable, le producteur Papatakis prête néanmoins 2 000 dollars et des amis encore 13 000 dollars pour continuer et permettre 10 jours de tournage supplémentaires. "La première version a été montrée à des cinéphiles qui l'ont trouvé merveilleuse et le bruit a couru que la seconde version était plus commerciale. Mais je préfère les 10 jours du nouveau tournage aux quatre mois de tournage improvisé" dira Cassavetes qui présentera cette seconde version, gonflée en 35 mm, dans les festivals et les salles du monde entier.

Cette modernité c’est aussi ce que recherche Fritz Lang dans ce que l’on ne sait pas encore être son dernier film. Le diabolique docteur Mabuse utilise des moyens modernes de vidéo surveillance pour espionner ses victimes. Le titre original "Les mille yeux du Dr Mabuse" est plus significatif que le titre français mais le propos politique sur l'ère de l'audiovisuel triomphant et sur les nouvelles formes technologiques de l'emprise du Mal rivalise mal avec la sombre atmosphère de montée du nazisme des deux précédents opus. Ainsi, peur contre peur, l’équipe de Zoom arrière lui préfère encore aujourd’hui  Le Masque du démon de Mario Bava… sous estimant sans doute le regard terrible Edgard Morin dans Chronique d’un été que Jean Rouch égaie pourtant d’un épisode à Saint-Tropez.

France-USA-Italie, c’est encore le trio de tête de la cinéphilie mondiale car l’Asie se rapproche encore bien trop lentement. Il a fallu six ans pour que le beau film d’aventures de Mizoguchi, Le Héros sacrilège, nous parvienne. Mais que dire des films de Kurosawa dont ne sort sur les écrans français de 1961 que Chien enragé qui date de 1949. Yojimbo / Le Garde du corps sort immédiatement dès 1961 aux USA mais mettra des années à sortir en France tout comme Dernier caprice de Ozu.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 124 longs métrages (sur les 413 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Rocco et ses frères (Visconti)   *** **** ** **** **** ***   *** ****
Lola (Demy)   **** *** **** ***   ***   *** ****
Les Bas-Fonds new-yorkais (Fuller)   *** **** ***   ****       ****
Les Désaxés (Huston)   *** ** *** **** **** *   **** ****
Shadows (Cassavetes)   ***   ** **** **** ***   *** ***
Le Port de la drogue (Fuller) *** *** **** *** ** **** *** ***   ***
Le Chien enragé (Kurosawa) **** *** ** ** *** **** **     ****
Le Masque du démon (Bava)   *** ** *** *** ****   *** *** ****
Le Diabolique Docteur Mabuse (Lang) *** *** ***   *** *** **   *** ***
Le Héros sacrilège (Mizoguchi)   *** ***   ***   ***     **
L'Année dernière à Marienbad (Resnais)   ** ° *** **** *** ****   ***  
Les Deux Cavaliers (Ford) *** **** *** *** ** ** ***     ***
Spartacus (Kubrick) * *** **** ** ** **** ** *** ** ****
Elmer Gantry, le charlatan (Brooks)   *** ****   *** *** ** *** **  
Mère Jeanne des Anges (Kawalerowicz)   **     **** ****        
La Fontaine d'Aréthuse / La Soif (Bergman)   **       *** ***     ****
Le Dingue du palace (Lewis)   ***     ***     ***   ***
Le Testament du docteur Cordelier (Renoir) ** **** * **   ***     **** ***
Celui par qui le scandale arrive (Minnelli)   *** ****   ** *** ***   * ***
La Grande Pagaille (Comencini)   *** ****   ***   *   ***  
La Vengeance aux deux visages (Brando)   *** ***     ****     *** *
Le Bel Antonio (Bolognini)   **       **** **   *** ***
Une femme est une femme (Godard)   **** * ** ** ** **   *** ***
La Nuit (Antonioni) *** ** ° *** *** *** ***   **** **
Les Criminels (Losey)   *** ***   **         ***
Les Cent Un Dalmatiens (Disney) *** **       *   **** * ***
Léon Morin, prêtre (Melville) ** ** ****   ** ** **   ** **
Les Garçons (Bolognini)   **     ** **     *** ***
Exodus (Preminger)     ***     ***     ** **
La Ruée vers l'ouest (A. Mann)   ** **             ***
Cendrillon aux grands pieds (Tashlin)   **           ***   ***
La Jeune Fille (Buñuel)   ****   **           **
Samedi soir, dimanche matin (Reisz)   **     *** ***        
Ailleurs l'herbe est plus verte (Donen)   ***               ***
L'Ile nue (Shindo)           ****     **  
Un taxi pour Tobrouk (La Patellière)   *       *   *** *** ***
Paris nous appartient (Rivette)   *** ° **     ***   **  
La Machine à explorer le temps (Pal)   **   **   ***     ** **
Les Sept Mercenaires (Sturges) ** *** * ** ** **   ** ** *
El cochecito (Ferreri)   ***   **         **  
La Nuit du loup-garou (Fisher)         * ***       ***
Pleins Feux sur l'assassin (Franju)   **   * ** **   ** ***  
Le Cid (A. Mann)     ***   * *     * ****
L'Enquête de l'inspecteur Morgan (Losey)   ** ***              
Le Grand Sam (Hathaway)   *   **   **       ***
L'Homme à la peau de serpent (Lumet) * *     ** *** *   ** **
Les Canons de Navarone (Lee-Thompson)   * **     *     * **
Bellissima (Visconti)   * ***   **   *   **  
La Viaccia (Bolognini)   ** *   * **       ***
Jugement à Nuremberg (Kramer)   *       **       ***
L'Inconnu de Las Vegas (Milestone)   **       **       **
Les Mains d'Orlac (Gréville)         **     *** *  
Critique de la séparation (Debord, cm)       ***            
La Lettre inachevée (Kalatozov)     ***              
La Reine des barbares (Grieco)                   ***
La Victime (Dearden)           ***        
Le Bossu de Rome (Lizzani)           ***        
Le Cheval qui pleure (Donskoï)   ***                
Le Cirque des horreurs (Hayers)           ***        
Esther et le roi (Walsh)   ** *     **     **  
Le Capitaine Fracasse (Gaspard-Huit)   *       **     ** **
Le Président (Verneuil) °         *   *** ** **
L'Œil du diable (Bergman)       **           **
La Dame au petit chien (Kheifitz)   **     **          
La Mort de Belle (Molinaro)   **               **
La Proie pour l'ombre (Astruc)   ***       *        
Les Adolescentes (Lattuada)   *       ***        
Le Colosse de Rhodes (Leone)   * * °   **     ** ***
Chronique d'un été (Rouch)     ° ***     **      
Kapo (Pontecorvo)   *             * ***
Les Godelureaux (Chabrol)   **   **         *  
La Belle Américaine (Dhéry)   °       *   **   ***
La Ciociara (De Sica)   *   * ** **        
Le Cave se rebiffe (Grangier)   **       *     ** *
Les Trois Mousquetaires (Borderie) * *       *     ** **
Le Miracle des loups (Hunebelle)           *     * **
Le Monocle noir (Lautner)   °       **       **
Un nommé La Rocca (Becker)   °       **     **  
Ce soir ou jamais (Deville)   **             *  
Cendrillon (Rou & Zakharov)                 *  
L'Homme aux cent visages (Risi)   *     **          
Le Voleur de Bagdad (Vailati & Lubin)                 *** °
Quelle joie de vivre ! (Clément)     **     *        
Gorgo (Lourié)                   **
L'Esclave de Rome (Grieco)                   **
La Fille aux yeux d'or (Albicocco)     **              
La Guerre de Troie (Ferroni)                   **
La Révolte des poupées (Gordon)           **        
La Vénus au vison (D. Mann)           **        
Le Géant de Thessalie (Freda)   **                
Le Masque (Wilbur)           **        
Le Monde de Suzie Wong (Quine)     **              
Les Mongols (De Toth, Savona & Freda)                   **
Les Pièges de Broadway (Mulligan)     **              
Les Rôdeurs de la plaine (Siegel)           **        
Les Vierges de Rome (Cottafavi & Bragaglia)   **                
Tarzan le magnifique (Day)                   **
Le Comte de Monte-Cristo (Autant-Lara)           *     *  
Le Farceur (De Broca)     *   *          
Aimez-vous Brahms ? (Litvak)   *   °   *        
Tout l'or du monde (Clair)   °   °           **
Amours célèbres (Boisrond)           *        
L'Atlantide (Ulmer & Masini)                 *  
L'Attaque des soucoupes volantes (Ishii)                   *
La Menace (Oury)                 *  
La Morte-Saison des amours (Kast)   *                
La Pyramide humaine (Rouch)   *                
La Révolte des esclaves (Malasomma)           *        
Le Jeu de la vérité (Hossein)           *        
Le Rendez-Vous de septembre (Mulligan)     *              
Les Menteurs (Gréville)   *                
Les Robinsons des mers du Sud (Annakin)                 *  
Sanctuaire (Richardson)                 *  
Tintin et le mystère de la Toison d'Or (Vierne) °       ° °   *   *
La Princesse de Clèves (Delannoy)           °     *  
Le Triomphe de Michel Strogoff (Tourjansky)           °     *  
Don Camillo Monseigneur ! (Gallone) °     °   °       °
La Famille Fenouillard (Robert)                 °  
La Reine des Amazones (Sala)                 °  
Les Evadés de la nuit (Rossellini)     °              
Les Lions sont lâchés (Verneuil)   °                
Parlez-moi d'amour (Simonelli)                 °  
Thésée et le Minotaure (Amadio)                 °  
Tire-au-flanc 62 (Givray & Truffaut)   °                
Une aussi longue absence (Colpi)     °              
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Yojimbo / Le Garde du corps (Kurosawa) *** *** * *** *** ***   *** **** ***
Dernier caprice (Ozu)   ***   ** ***         ***
Comme une femme et comme une épouse (Naruse)   *** **              
Trois filles (S. Ray)   ***                

Rémi :
**** : Les Désaxés / Shadows / Le Héros sacrilège / L'Année dernière à Marienbad / Une femme est une femme / Dernier caprice
*** : La Ruée vers l'Ouest / Paris nous appartient / Les Canons de Navarone
** : Le Masque du démon / La Nuit / Un taxi pour Tobrouk / Les Sept Mercenaires
° : Don Camillo Monseigneur !

Timothée :
*** : Lola / Shadows / Le Port de la drogue / Le Diabolique Docteur Mabuse / Spartacus
** : Celui par qui le scandale arrive / La Nuit / Une femme est une femme / Léon Morin, prêtre / Les Sept Mercenaires
* : Don Camillo Monseigneur !

Nolan :
*** : Le Port de la drogue / Le Chien enragé / Les Cent Un Dalmatiens
** : Les Canons de Navarone / Cendrillon
* : Don Camillo Monseigneur !

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Elmer Gantry, le charlatan (9) ; Rocco et ses frères (8)
*** : Le Port de la drogue (8) ; Le Diabolique Docteur Mabuse (8) ; La Nuit (8) ; Shadows (7) ; La Vengeance aux deux visages (7)
** : Le Président (6) ; Spartacus (6) ; Les Désaxés (6) ; Lola (6) ; Celui par qui le scandale arrive (6) ; Un taxi pour Tobrouk (6) ; Le cave se rebiffe (6) ; Le Sept Mercenaires (6) ; Une femme est une femme (5) ; Le Chien enragé (5) ; Le Masque du démon (5) ; Le Grand Sam (5) ; Bellissima (5) ; La Ruée vers l’ouest (5) ; Quelle joie de vivre ! (5)
* : La Belle Américaine (4) ; Les Canons de Navarone (4) ; Tout l’or du monde (3)
o : Le Testament du docteur Cordelier (2) ; Tintin et le mystère de la Toison d’Or (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Machine à explorer le temps ; La Viaccia ; Les Trois Mousquetaires ; Les Evadés de la nuit

Frédéric :
1- Le Port de la drogue, 2- Une femme est une femme, 3- Lola, 4- La Nuit, 5- Le Diabolique Docteur Mabuse, 6- La Pyramide humaine, 7- Paris nous appartient, 8- Les Deux Cavaliers, 9- Les Godelureaux, 10-Le Testament du Docteur Cordelier

Oriane :
**** : Chien enragé / Le Diabolique Docteur Mabuse / Chronique d'un été
*** : Rocco et ses frères / Le Port de la drogue / Une Femme est une Femme
** : Spartacus / Le Testament du Docteur Cordelier / Leon Morin, prêtre / L'Homme aux 100 visages
* : Les 101 Dalmatiens

Un simple amateur :
1- L'Ile nue (Shindo) 2- Rocco et ses frères (Visconti) 3- L'année dernière à Marienbad (Resnais) 4- Le port de la drogue (Fuller) 5- Les bas-fonds new-yorkais (Fuller) 6- Lola (Demy) 7- Shadows (Cassavetes) 8- Elmer Gantry, le charlatan (Brooks) 9- La Vengeance aux deux visages (Brando) 10-Le Chien enragé (Kurosawa)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Cent Un Dalmatiens, C.Geronimi, W.Reitherman & H.Luske, 14 677 042 entrées
2. Les Canons de Navarone, Jack Lee Thompson, 10 181 324 entrées
3. Les Sept Mercenaires, John Sturges, 7 036 592 entrées
4. Un taxi pour Tobrouk, Denys de La Patellière, 4 944 008 entrées
5. Spartacus, Stanley Kubrick, 4 526 086 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Prix Méliès : L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais)
- Grand prix du cinéma français : Un taxi pour Tobrouk (Denys de La Patellière)
- Oscar du meilleur film : La Garçonnière (Billy Wilder)
- Festival de Venise, Lion d'or : L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Une aussi longue absence (Henri Colpi) & Viridiana (Luis Buñuel), sortie prévue en 1962
- Festival de Berlin, Ours d'or : La Nuit (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Feux dans la plaine (Kon Ichikawa)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : La Vengeance aux deux visages (Marlon Brando)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1961 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Lola (Jacques Demy), 2. Une femme est une femme (Jean-Luc Godard), 3. Paris nous appartient (Jacques Rivette), 4. Rocco et ses frères (Luchino Visconti), 5. Le Héros sacrilège (Kenji Mizoguchi), 6. Le Cheval qui pleure (Mark Donskoï), 7. La Nuit (Michelangelo Antonioni), 8. L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais), 9. Elmer Gantry, le charlatan (Richard Brooks), 10. Les Deux Cavaliers (John Ford)


2) L'année 61 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'était l'année... dernière à Marienbad, d'Alain Resnais
- C'est aussi l'année du peplum, avec Les Vierges de Rome (Vittorio Cottafavi & Ludovico Bragaglia), La Reine des Amazones (Vittorio Sala), Le Géant de Thessalie (Riccardo Freda), Le Colosse de Rhodes (Sergio Leone), La Charge de Syracuse (Pietro Francisci)
- L'aréopage :
Michelangelo Antonioni, La Nuit / Mario Bava, Le Masque du démon / Richard Brooks, Elmer Gantry, le charlatan / Luis Buñuel, La Jeune Fille / Mark Donskoï, Le Cheval qui pleure / Henry Hathaway, Le Grand Sam / John Huston, Les Désaxés / Pierre Kast, La Morte-saison des amours / Jerzy Kawalerowicz, Mère Jeanne des Anges / Stanley Kramer, Jugement à Nuremberg / Stanley Kubrick, Spartacus / Fritz Lang, Le Diabolique Docteur Mabuse / Alberto Lattuada, Les Adolescentes / Anthony Mann, Le Cid / Luchino Visconti, Rocco et ses frères"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1961 sur le site Encyclo-Ciné)

10/11/2013

Sur vos écrans en 1960

EDITORIAL :

Par le Dr. Orlof

psycho00.jpgL’homme au volant est jeune et se dirige vers Paris. Il vient de voler la voiture qu’il conduit. Dans l’habitacle, il soliloque, fredonne, hésite à prendre des autostoppeuses puis se ravise ("après tout, elles sont trop moches"), râle et soudain regarde le public dans les yeux et déclare : "si vous n’aimez pas la mer, si vous n’aimez pas la montagne, si vous n’aimez pas la campagne, allez vous faire foutre !"
Au-delà de la provocation, cette première séquence d’A bout de souffle illustre parfaitement l’état d’esprit de cette "nouvelle vague" qui déferle actuellement sur le cinéma français. Avec son premier long-métrage, Jean-Luc Godard fait voler en éclats les codes de la grammaire cinématographique et signe une œuvre insolente et d’une fraicheur inouïe. Quant à cette adresse aux spectateurs (impensable dans le cadre du cinéma traditionnel), elle fait également figure de manifeste du jeune cinéma français. Une sorte de déclaration de guerre contre ce cinéma "de qualité" vilipendé par Truffaut : plutôt que de filmer des histoires vieillottes en studio, il s’agira désormais de sortir dans la rue, de montrer la mer, la campagne, la montagne mais également les cafés, les copains, les rues de Paris. Bref, tenter de saisir l’air du temps et la fugacité de l’instant présent.
Si François Truffaut s’éloigne de la dimension autobiographique qui fit le succès de ses 400 coups,  son deuxième long-métrage Tirez sur le pianiste conserve un style, un rythme qui ont séduit notre équipe. Claude Chabrol signe déjà son quatrième long-métrage et nous offre avec Les Bonnes femmes une œuvre acerbe et cruelle parfaitement maitrisée.
En revanche, si deux anciennes plumes des Cahiers du cinéma sont passées cette année à la réalisation, leurs œuvres ont moins convaincu, qu’il s’agisse de Pierre Kast qui signe pourtant avec Le Bel âge une œuvre élégante et littéraire ou de Jacques Doniol-Valcroze dont le film L’Eau à la bouche ne restera dans les mémoires que pour la chanson titre écrite par Serge Gainsbourg.

Même si elle prend un visage un peu différent, cette modernité incarnée par la "Nouvelle Vague" française semble gagner des pays voisins. Deux films italiens marquants l’ont prouvé cette année. Si votre serviteur ne partage pas totalement l’enthousiasme de l’équipe pour L’Avventura de Michelangelo Antonioni (film sifflé à Cannes cette année), ce film pétri d’angoisses existentielles marque indubitablement une nouvelle étape dans la modernité cinématographique. Avec La Dolce vita (célébré à Cannes par la Palme d’or), Fellini signe son film le plus abouti, le plus ample et nous offre un panorama assez stupéfiant des mœurs de l’Italie d’aujourd’hui.

L’année 1960 confirme également l’émergence d’une autre "nouvelle vague", beaucoup moins médiatisée, celle de l’épouvante britannique. Depuis quelques années, les studios de la Hammer nous proposent des relectures passionnantes des grands mythes du fantastique jadis illustrés par les studios Universal. Les Maitresses de Dracula prouve une fois de plus le talent du cinéaste Terence Fisher et le renouveau d’un genre qui méritait bien cet apport de sang frais. Toujours en Angleterre, les producteurs Robert Baker et Monty Berman nous ont permis la découverte de Jack l’éventreur et surtout de ce petit chef-d’œuvre de John Gilling intitulé L’Impasse aux violences, nouveau fleuron de ce cinéma d’épouvante mettant en scène des "résurrectionnistes" et jouant sur des atmosphères macabres et oppressantes.

Même si c’est un film un peu à part, Le Voyeur de Michael Powell, fort apprécié par notre équipe, pourrait marquer une sorte de quintessence de cette "horreur à l’anglaise" : un goût prononcé pour un érotisme morbide, une maitrise parfaite des codes de l’angoisse, une exploration sans limite des zones d’ombre de l’âme humaine. Mais ce qui distingue le film de Powell, c’est sans doute cette réflexion sur la nature même du cinéma qu’il propose puisque son héros est à la fois le metteur en scène démiurge "abusant" de ses modèles et le spectateur lui-même qui jouit de la mort des personnages sacrifiés. De ce point de vue, l’œuvre est vertigineuse.

Là encore, ce goût du fantastique et de l’épouvante semble se propager aux pays voisins. Michel Simon a tourné cette année dans un très curieux film allemand signé Victor Trivas : La Femme nue et Satan où l’on retrouve ce mélange de fantastique et d’érotisme. Même la très cartésienne France ne fut pas en reste cette année. Si Le Testament d’Orphée prolonge les expérimentations poétiques et merveilleuses de Jean Cocteau avec un résultat qui divise notre équipe, Georges Franju a obtenu tous les suffrages avec son merveilleux Les Yeux sans visage, exemple unique d’un fantastique français jouant avant tout sur la suggestion et la poésie mystérieuse du Réel.

Pour conclure, c’est le maître du suspense Alfred Hitchcock qui s’invite une fois de plus au sommet de nos films préférés et qui signe avec Psychose une œuvre qui relève autant du thriller que de l’épouvante pure. Gageons que plus personne ne pourra désormais prendre une douche sans avoir en tête les images de Janet Leigh assassinées ni celles de la fin du film. Mais chut ! Laissons aux heureux spectateurs qui ne l’auraient pas encore vu le plaisir d’avoir leurs plus beaux frissons d’une année qui n’en fut pourtant pas avare…

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 114 longs métrages (sur les 451 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Psychose (Hitchcock) *** *** **** **** **** *** **** *** **** ****
A bout de souffle (Godard) **** ** **** **** **** **** **** *** **** ****
Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang) **** **** ** **** **** **** *** ****   ****
L'Intendant Sansho (Mizoguchi) **** ****   ***   ***   *** **** ****
Le Voyeur (Powell) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Les Yeux sans visage (Franju) **** ** *** **** **** ** **** **** **** ****
Le Trou (Becker) **** ****   **** **** ** *** ****   ***
La Dolce vita (Fellini) *** * *** **** **** ****   ****   ****
L'Avventura (Antonioni) *** *** ** **** **** ****   **** ****  
La Garçonnière (Wilder) ** **** *** *** *** **** *** ** **** ****
Traquenard (N. Ray) **** ** *** *** *** ***   **** ****  
La Complainte du sentier (S. Ray) **** *** *** *** *** ****        
Tirez sur le pianiste (Truffaut) **** *** *** *** *** *** **** ** *** ***
Soudain l'été dernier (Mankiewicz) *** ** **** **** **** *** ** *** **** **
L'Aventurier du Rio Grande (Parrish) ** ****     ****         ***
Le Sergent noir (Ford) **** **     **** *     **** ***
La Source (Bergman) *** ** ***   **** * *** ***   ****
L'Impasse des violences (Gilling)     ***   ****   ***      
Temps sans pitié (Losey) *** ***   ***           ***
La Ballade du soldat (Tchoukhraï) * ***             **** ****
Le Coup de l'escalier (Wise)   ***     ****          
Le Vent de la plaine (Huston) **     *** ***     ** *** ***
Les Bonnes Femmes (Chabrol) *** **** *** **     **      
Les Maîtresses de Dracula (Fisher) **       **** ** ** ***   ***
Le Testament d'Orphée (Cocteau) *** ° *** ** *** **   *** *** ***
La Chute d'un caïd (Boetticher) *** ***     ***          
Les Corps sauvages (Richardson)       *** ***       ***  
Plein Soleil (Clément) ** *** ** ** *** * *** ***    
Nazarin (Buñuel) ***   **   *** **   ***    
Classe tous risques (Sautet) ** ** ** ** ** ** *** ***   ***
Opération jupons (Edwards)     **   ***   ** ** ** ***
Alamo (Wayne) ** ***   ** **     * ** ****
La Grande Guerre (Monicelli) *** ***   * *** **        
Les Etrangleurs de Bombay (Fisher)         ***         ***
Le Pont (Wicki)   ****                
Ben Hur (Wyler) ** * ** ** ** *   *** **** **
La Fièvre monte à El Pao (Buñuel) **   ** ** ** **   **   **
La Dame sans camélias (Antonioni) **     ***   **        
Les Légions de Cléopâtre (Cottafavi)   **     ***         **
Le Milliardaire (Cukor) *   **   *   **   *** ***
Voyage au centre de la terre (Levin)   ** **       ** **   **
Un numéro du tonnerre (Minnelli) *** ° ** **           ***
Kismet (Minnelli) ***             **    
Sur le Bowery (Rogosin)       ***   **        
Les Liaisons secrètes (Quine) ** ***                
Zazie dans le métro (Malle) **   ** ** ** ** ** * ** **
Le Rock du bagne (Thorpe) * ** ** ** **   ** *    
La Nuit de tous les mystères (Castle)     *   ***         **
La Proie des vautours (Sturges) **       *         ***
La Souris qui rugissait (Arnold)   **     **   **      
Les Dents du diable (N. Ray) * ***     **          
Donnez-lui une chance (Donen)   ***                
Le Poème de la mer (Dovjenko & Solnsteva) ***                  
Ils n'ont que vingt ans (Daves)   ***                
La Plus Grande Aventure de Tarzan (Guillermin)                   ***
Le Bourreau du Nevada (Curtiz)         **          
Milliardaire de cinq sous (Shavelson)                   ***
Ordres secrets aux espions nazis (Fuller)   ***                
Amants et fils (Cardiff)                 ***  
Un couple (Mocky) ***                  
Le Bel Age (Kast) ** * ** **            
Le Capitan (Hunebelle)     *   *   ** **   **
Come Back Africa (Rogosin)       **   **        
Les Derniers Jours de Pompéi (Bonnard)               **   **
Normandie-Niémen (Dréville)   **               **
L'Enclos (Gatti)       **       **    
La Vérité (Clouzot) °   *   *** * **   **  
Les Jeux de l'amour (De Broca) * ** **              
Austerlitz (Gance) *       *     **   **
La Bataille de Marathon (Vailati & Tourneur) **       **     *   *
Crésus (Giono) °             ** * **
La Vengeance d'Hercule (Cottafavi) ** *     **         °
Jamais le dimanche (Dassin) °       **   **      
Moderato Cantabile (Brook) *       **     *    
Terrain vague (Carné) * *             **  
Le Monde perdu (Allen) **                  
Le Scorpion noir (Ludwig)                   **
Bagarres au King Creole (Curtiz)             **      
Carthage en flammes (Gallone)                   **
Escorte pour l'Oregon (Lyon)                   **
Etoiles (Wolf)       **            
Jack l'Eventreur (Baker)       **            
La Femme nue et Satan (Trivas)     **              
La Police fédérale enquête (Le Roy) **                  
Le Monstre immortel (Freda)         **          
Les Seins de glace (Siodmak)               **    
Les Sept Voleurs (Hathaway)                   **
Tarzan l'homme-singe (Newman)           **        
Tout commença par un baiser (Marshall)                   **
L'Affaire d'une nuit (Verneuil) **                  
Les Distractions (Dupont)   **                
Les Voyages de Gulliver (Sher)               **    
Les Vieux de la vieille (Grangier) °           ** *   *
La Diablesse en collant rose (Cukor) ** °           *    
Le Sang du vampire (Cass)     *   *          
Cargaison dangereuse (Anderson) *       *          
Et mourir de plaisir (Vadim) °   *   *          
Louis II de Bavière (Käutner)   *                
Cinq Femmes marquées (Ritt)         *          
Coulez le Bismarck ! (Gilbert)         *          
L'Eau à la bouche (Doniol-Valcroze) *                  
Le Dialogue des carmélites (Agostini)               *    
Le Géant du grand Nord (Douglas)   *                
Quai du Point-du-Jour (Faurez)         *          
Tiens bon la barre matelot (Taurog) *                  
Le Bal des adieux (Vidor & Cukor)         *          
Fortunat (Joffé) °       °     *    
Le Baron de l'écluse (Delannoy) °       °          
L'Homme au bandeau noir (Miner)   °                
Katia (Siodmak)         °          
La Chatte sort ses griffes (Decoin)         °          
Comment qu'elle est (Borderie)         °          
Le Bois des Amants (Autant-Lara)   °                
Le Passage du Rhin (Cayatte) °                  
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
La Déesse (S. Ray) **** **** ** ****   ****        
Fin d'automne (Ozu) ****   *** *** *** ***   *** *** ***
Contes cruels de la jeunesse (Oshima) *** *** *** ** **** ***       ***
La Servante (Kim)     ** *** ****          
Nuit et brouillard du Japon (Oshima) ***   **   *** ***        
Quand une femme monte l'escalier (Naruse) ****                  
L'Enterrement du soleil (Oshima) ***   **     **        
L'Etoile cachée (Ghatak) **** °       **        
Courant du soir (Naruse) ***                  
Un dur de 1900 (Torre Nilsson)       **            
Le sang séché (Yoshida)     **              
Bon à rien (Yoshida)     **              

Timothée :
**** : Psychose / A bout de souffle / L'Intendant Sansho / La Garçonnière
*** : Les Contrebandiers de Moonfleet / Les Yeux sans visage / La Dolce vita / Tirez sur le pianiste / Le Testament d'Orphée
** : Soudain l'été dernier / Les Bonnes Femmes / Opération Jupons / Ben Hur
* : L'Avventura

Antoine :
**** : Psychose / Les Contrebandiers de Moonfleet / L'Avventura
*** : A bout de souffle / L'Intendant Sansho / La Dolce vita / Traquenard / Tirez sur le pianiste / Plein soleil
** : La Garçonnière
* : Ben Hur

Nolan :
**** : Psychose
*** : A bout de souffle / La Dolce vita / L'Avventura
** : Tirez sur le pianiste / Plein soleil / Classe tous risques
* : Zazie dans le métro / Le Monde perdu

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Mister Arkadin :
**** : Psychose (9) ; Moonfleet (8)
*** : Le Trou (8) ; Classe tous risques (7) ; Donnez-lui une chance (7) ; Traquenard (7) ; Le Voyeur (7) ; A bout de souffle (7) ; Soudain l’été dernier (7)
** : Alamo (6) ; Tirez sur le pianiste (6) ; Les Yeux sans visage (6) ; La Garçonnière (6) ; Terrain vague (6) ; La Vérité (6) ; Le Capitan (5) ; Fortunat (5) ; Les Vieux de la vieille (5) ; Ben-Hur (5)
* : Le Milliardaire (4) ; Le Baron de l’écluse (4) ; Les Bonnes Femmes (3)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Dolce Vita ; Les Liaisons secrètes ; Zazie dans le métro

Frédéric :
1- Les Contrebandiers de Moonfleet, 2- L'Intendant Sansho, 3- Traquenard, 4- Psychose, 5- Les Bonnes Femmes, 6- L'Avventura, 7- La Dolce Vita, 8- A bout de souffle, 9- Les Yeux sans visage, 10- Tirez sur le pianiste

Oriane :
**** : A Bout de souffle / La Dolce Vita / Fin d'automne
*** : Psychose / Les Yeux sans visage / Tirez sur le pianiste / Soudain l'été dernier / La Servante
** : Le Voyeur / Ben Hur

Un simple amateur :
1- La Complainte du sentier (S. Ray) 2- La Source (Bergman) 3- L'Intendant Sansho (Mizoguchi) 4- L'Avventura (Antonioni) 5- A bout de souffle (Godard) 6- Psychose (Hitchcock) 7- La garçonnière (Wilder) 8- La dolce vita (Fellini) 9- Les Contrebandiers de Moonfleet (Lang) 10- Les yeux sans visage (Franju)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Ben Hur, William Wyler, 13 843 114 entrées
2. Le Bossu, André Hunebelle, 5 844 174 entrées
3. La Vérité, Henri-Georges Clouzot, 5 692 025 entrées
4. Le Capitan, André Hunebelle, 4 877 547 entrées
5. Le Passage du Rhin, André Cayatte, 4 658 939 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Une aussi longue absence (Henri Colpi), sortie prévue en 1961
- Prix Méliès : Le Trou (Jacques Becker) & A bout de souffle (Jean-Luc Godard)
- Grand prix du cinéma français : La Vérité (Henri-Georges Clouzot)
- Oscar du meilleur film : Ben Hur (William Wyler)
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Passage du Rhin (André Cayatte)
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Dolce vita (Federico Fellini)
- Festival de Berlin, Ours d'or : El Lazarillo de Tormes (César Ardavin)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Le Bel Antonio (Mauro Bolognini), sortie prévue en 1961
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Romeo, Juliet a Tma (Jiri Weiss)

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1960 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. L'Intendant Sansho (Kenji Mizoguchi), 2. L'Avventura (Michaelangelo Antonioni), 3. A bout de souffle (Jean-Luc Godard), 4. Tirez sur le pianiste (Francois Truffaut), 5.  Le Poème de la mer (Alexandre Dovjenko & Julia Solnsteva), 6. Les Bonnes Femmes (Claude Chabrol), 7. Nazarin (Luis Bunuel), 8. Les Contrebandiers de Moonfleet (Fritz Lang), 9. Psychose (Alfred Hitchcock), 10. Le Trou (Jacques Becker)


2) L'année 60 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année terrifiante, avec Les Yeux sans visage (Georges Franju), Le Voyeur (Michael Powell), L'Impasse aux violences (John Gilling), La Nuit de tous les mystères (William Castle), Psychose (Alfred Hitchcock), Les Monstres invisibles (Arthur Crabtree), Le Monstre immortel (Robert Hampton), Le Panier à crabes (Joseph Lisbona), La Femme sangsue (Edward Dein), Et mourir de plaisir (Roger Vadim), Les Maîtresses de Dracula (Terence Fisher)
- Palmarès :
Michelangelo Antonioni, L'Avventura / Jacques Becker, Le Trou / Luis Buñuel, Nazarin / Henri-Georges Clouzot, La Vérité / George Cukor, La Diablesse en collant rose / Federico Fellini, La Dolce vita / John Huston, Le Vent de la plaine / Fritz Lang, Les Contrebandiers de Moonfleet / Joseph Losey, Temps sans pitié / Louis Malle, Zazie dans le métro / Vincente Minnelli, Un numéro du tonnerre / Robert Parrish, L'Aventurier du Rio Grande / Richard Quine, Liaisons secrètes / Lionel Rogosin, Sur le Bowery & Come back Africa / François Truffaut, Tirez sur le pianiste / Billy Wilder, La Garçonnière / Konrad Wolf, Etoiles"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1960 sur le site Encyclo-Ciné)