Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2015

Sur vos écrans en 1981

EDITORIAL :

Par Vincent J.

heavens00.jpg"Regarde, quelque chose à changé / L'air semble plus léger / C'est indéfinissable", chantait Barbara à Pantin en octobre 1981. Elle a chanté aussi "Car de tous les souvenirs / Ceux de l’enfance sont les pire" mais je me souviens de cette atmosphère limpide du lundi 11 mai 1981. La veille mon père avait sorti le champagne, la France était socialiste et les lecteurs du Figaro attendaient les chars Russes sur la place de la Concorde. Je me souviens très bien de cet air du lundi matin et c'est loin d'être mon pire souvenir. Malgré tout ce qui s'est passé après, ce matin là, je ressentais un élan sur le chemin du lycée, puissant, inédit. J'avais quinze ans, assez vieux et à la fois assez jeune pour le ressentir pleinement, sans arrière-pensées, un élan idéal pour accompagner cette période où on laisse l'enfance derrière soi.

Je me souviens de 1981. J'ai quinze ans et mon rapport au cinéma ne cesse de s'affirmer. Il se structure. Depuis trois ans je fréquente la cinémathèque de Nice, dans la vieille ville, les salles du centre ville avec mes amis et le cinéma Art et Essais de la place Garibaldi, le Mercury et ses sept salles à deux pas de chez moi. A la maison, je tente de négocier sur la télévision les cinémas de minuit de Patrick Brion et le ciné-club de Claude Jean-Philippe. Je suis dans la presse les festivals de Cannes et après quelques essais, j'ai adopté un système de fiches que je range dans des petits classeurs noir, laissant tomber la notation par petites étoiles que je trouve trop scolaire. Je commence à acheter des livres (le John Wayne d'Allen Eyles en premier) et je regarde les revues sans encore me décider pour une. 1981, pour le cinéma, je suis dans l'élan aussi.

Je me souviens de l'été 1981. Les dernières grandes vacances chez ma grand-mère en Picardie. Je découpe les grandes pages de VSD, en noir et blanc, et un article surtout excite mon imagination tout le mois d'août. Il présente le nouveau héros devant envahir les écrans la rentrée : Indiana Jones. Chapeau mou, barbe de trois jours, fouet sur l'épaule, blouson de cuir, le regard franc de Harrison Ford dans la lignée de son personnage de Han Solo qui m'avait tant séduit l'an passé. Aux commandes, outre Georges Lucas, il y a un réalisateur dont j'ai pour l’instant manqué tous les rendez-vous : Steven Spielberg. Et je me souviens de la série d'affiches dans le passage souterrain de la gare quand je suis rentré à Nice, cette affiche où le héros semble sortir du mur, comme du souvenir d'un autre cinéma, celui que je connais bien. Cette affiche, je vais la mettre au dessus de mon lit et elle va y rester près de trente ans.

198101.jpg

Je me souviens aussi des prémices. De l'émission Temps X des frères Bogdanoff bien avant qu'ils ne ressemblent à leurs momies botoxées, le samedi après-midi sur TF1. Ils diffusent un reportage sur le tournage du film et l'on y voit Harrison Ford tourner la scène où il est tiré derrière le camion. Et puis Métal Hurlant, la revue, qui met en couverture Indiana Jones dessiné par le grand Jim Steranko, l'auteur des peintures préparatoires, sublimes, pour Lucas et Spielberg. Un Indiana Jones fumeur à la carrure de Superman. "Les aventuriers de l'arche perdue est un film idiot, démagogique, nostalgique, tout ce que vous voulez, mais un film sain car il est fait pour rendre heureux" écrit Jean-Pierre Dionnet dans l'éditorial tandis que Philippe Manœuvre s'extasie sur plusieurs pages "J'étais pratiquement à quatre pattes sur la moquette, grattant le sol, jouant du fouet, boxant les nazis et serrant dans mes bras la divine Karen Allen".

Enfin, je me souviens très bien de la séance (le film sort le 16 septembre), avec mes amis du lycée, dans la grande salle à l'ancienne du Gaumont de l'avenue Jean Médecin. Plutôt ce qui me reste très clairement, c'est ce sentiment d’exhalation, d'excitation, et la façon très particulière dont il se prolongeait à la sortie. Cette joie sans retenue, cette envie de courir, de bondir sur les toits des voitures, d'être mal rasé et de porter un Fedora. J'avais déjà vu pas mal de films, j'en verrai bien d'autres, et si j'aurai des chocs esthétiques, émotionnels, intellectuels parfois plus forts, l'effet de Raiders of the lost ark reste unique. John Wayne était mort deux ans plus tôt, et Steven Spielberg, introduisant son héros de la même façon que John Ford dans Stagecoach (La chevauchée fantastique) par un vif travelling avant sur son visage, m'offrait une superbe passerelle entre mes admirations d'hier et les figures mythiques qui appartiendraient à ma génération en propre. De cette promesse naît aussi mon indéfectible admiration pour le réalisateur.

198102b.jpg

Mais il serait injuste de limiter mes souvenirs de 1981 à ce film. Deux autres œuvres m'ont beaucoup marqué cette année là et dans le même état d'esprit, avec une composante supplémentaire. Présenté au Festival de Cannes, Excalibur, la vision de John Boorman des récits des chevaliers de la table ronde a divisé la critique. Mais pour moi, c'était une vision sacrément neuve des films de chevalerie que je pratiquais jusqu'alors. Je découvrais les yeux ronds une succession d'images fantastiques, épiques, violentes et surtout sexuelles. L'étreinte entre le chevalier en armure (Uther joué par le débutant Gabriel Byrne) et Ygraine, duchesse de Cornouailles (jouée par Katherine Boorman) dans une ambiance d'ombres et de flammes, c'était quelque chose. Épique, violent, sexuel, c'était aussi le cas de Métal Hurlant, le film (d'animation), la machine à rêver comme l'écrivait la revue inspiratrice. L'équipe du canadien Gérald Potterton donnait le mouvement aux dessins de Richard Corben, Moebius ou Berni Wrightson. Le film a certes ses limites, mais sur l'instant, il est lui aussi un pur plaisir adolescent, musical et coloré, avec son abondance de monstres affreux, de femmes aussi pulpeuses que généreuses, de héros rugueux et de mondes incroyables. Et puis la vision de la guerrière Taarna chevauchant son ptérodactyle sur les accents lyriques d'Elmer Bernstein, à quinze ans, c'est unique.

Pour bien revenir à ces sentiments de 1981, il faut oublier tout le reste, le futur. Oublier tous les films que je découvrirai plus tard, John Carpenter et son New-York en ruines, Martin Scorsese et les vingt kilos pris par Robert De Niro pour jouer Raging Bull, Brian De Palma qui fait subir les derniers outrages à Angie Dickinson dans Pulsions, l'audace d'un cinéma français qui permet à Gérard Courant de sortir Cœur bleu en salles, à Guy Debord son fameux In girum imus nocte et consumimur igni et à un petit jeune, Jean-Jacques Beineix, de surprendre son monde avec Diva. Oublier que c'est la dernière fois que Sergio Corbucci est distribué en France. Oublier aussi que bêtement influençable, je ne suis pas allé voir Heaven's gate (La porte du paradis), le film de Michael Cimino précédé de sa mauvaise réputation américaine. Malgré l'accueil plus chaleureux de la critique française qui apprécie peut être le côté "marxiste" de l'épopée ciminesque, c'est dans l'air du temps, le public ne suit pas. Il faut dire que nous n'avons que la version amputée de plus d'une heure et qu'il faudra bien une dizaine d'années avant de découvrir Heaven's gate dans toute sa splendeur. Oublier aussi tous les autres, Rohmer, Lynch, le cinéma fantastique et d'horreur, Fulci le charcutier transalpin, Mann, Corneau, Truffaut et ses amants tragiques, Tavernier, Techiné, tous ces films dont je grappille à l'occasion des images à la télévision, comme pour le Stalker d'Andreï Tarkovski, qui ne me séduira guère plus tard. Oublier aussi que 1981, c'est le premier concert français de Bruce Springsteen dont j'ignore alors jusqu'au nom.

198103.JPG

Oublier pour ne pas intellectualiser, pour ne pas prendre de recul, ne pas analyser en adulte, et mieux se souvenir. Et pour retrouver intact, je crois, ce sentiment ouvert où se mêlent dans le même élan l'Histoire, la vie et le cinéma, "Oh mes quinze ans, oh mes merveilles", il me suffit des premières mesures de la musique de John Williams et d'un claquement de fouet.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 194 longs métrages (sur les 721 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Vincent
La Porte du paradis (Cimino) **** *** **** **** **** ***   ****   ****
Raging Bull (Scorsese) **** *** *** **** **** ** **** *** **** ***
La Femme d'à côté (Truffaut) *** *** **** *** **** **** *** *   ****
Stalker (Tarkovski) **** *   **** **** ***   ****   **
Les Contes des chrysanthèmes tardifs (Mizoguchi)   ***   **** **** ****       ***
Le Salon de musique (Ray) **** * *** *** **** ***   ***    
Fondu au noir (Zimmerman)         ***   ****     ****
Elephant Man (Lynch) **** **** **** **** *** ** ** *** ** ***
Charulata (Ray) **** *** *** ***   ***   ***    
La Femme de l'aviateur (Rohmer) *** **** ***     **   **   ***
Les Aventuriers de l'arche perdue (Spielberg) *** * ** **** **** ** **** * ** ****
Coup de torchon (Tavernier) **   ** *** *** ** **** ***   ***
Reporters (Depardon)     *** *** ****          
Excalibur (Boorman) ** *** ** *** **** *** * **** ** ****
Garde à vue (Miller) *** ** *** *** *** * *** ** *** ***
Un étrange voyage (Cavalier)   *** *** ***           ***
Lili Marleen (Fassbinder)   ** *** ** **** **   **   ***
La Tendresse du maudit (Costa, cm)         ****         ***
Le Choix des armes (Corneau) ** **** ** ** *** ** *** ***   **
New York 1997 (Carpenter) ** * ** ** **** * **** ** *** ***
Pulsions (De Palma) ** * **** * **** ** **** ** ** **
Beau-Père (Blier)   *** *** ** ***   *** **   **
Eaux profondes (Deville)     ** *** ***     **   ***
Scanners (Cronenberg)   ° *** ** **** ** *** *   ***
Hôtel des Amériques (Téchiné) **   *** ** *** **   *   ***
L'Au-Delà (Fulci)     ** ** ****   **     **
Le Solitaire (Mann)   ***     ****     * * ***
Lola une femme allemande (Fassbinder)   ** *** * **** **        
Métal hurlant (Potterton)         ***   **   * ****
Neige (Berto & Roger)   *** **   ****     *    
Regards et sourires (Loach) **   ** ***       ***    
In girum imus nocte et consumimur igni (Debord)     ****     **   **    
Quelques jours de la vie d'Oblomov (Mikhalkov)       ***   **        
Comme un homme libre (Mann)   ***     ***          
Le Tigre de jade (Chor)         ***         ***
Quelque part dans le temps (Szwarc)         ***         ***
Réincarnations (Sherman)         ***   ***      
La Nuit de la métamorphose (Papic)         ****          
San Mao le petit vagabond (Zhao & Yang)                   ****
La Chèvre (Veber) * **** *** ** ***   ** * **  
Le Choc des Titans (Davis)         ***   *** ** * **
Une étrange affaire (Granier-Deferre)   *** **   **   **     **
Malevil (De Chalonge)       ***     ** **   **
Le Facteur sonne toujours deux fois (Rafelson) *** * * ** ***     **   **
Possession (Zulawski)     *** * **** * **** *   °
Docteur Jekyll et les femmes (Borowczyk)         **   *** **    
Le Loup-garou de Londres (Landis)     **   **   *** * ** **
Fantôme d'amour (Risi)   ** **   **     **   **
Hurlements (Dante)   °     ***   *** *   ***
L'Année des treize lunes (Fassbinder)   ° **   **** **   **    
Outland - loin de la Terre (Hyams)         **   *** * * ***
Allemagne mère blafarde (Sanders-Brahms)       ***   **        
Carmen Jones (Preminger)   **     ***          
Francisca (Oliveira) ***         **        
Harlequin (Wincer)         ***   **      
Le Bunker de la dernière rafale (Caro & Jeunet, cm)         ***         **
Le Chinois (Clouse)             **     ***
Le Policeman (Petrie)         ***   **      
Les Chiens de guerre (Irvin)         **         ***
Les Faucons de la nuit (Malmuth)         **   ***      
Mélodie meurtrière (Corbucci)         **         ***
Les Chariots de feu (Hudson)       ** ** ** ** *   **
Diva (Beineix)     **   **   *** *   *
Celles qu'on n'a pas eues (Thomas)     **   **     **    
La Tragédie d'un homme ridicule (Bertolucci)         **     **   **
La Trente-Sixième Chambre de Shaolin (Liu)     **   ***       *  
Le Faussaire (Schlöndorff)       *** ** *        
Polyester (Waters) **   *   ***          
Quartet (Ivory)     **   **     **    
Trois Frères (Rosi)       ** **     **    
Des gens comme les autres (Redford)   ***                
Eugenio (Comencini)   ***                
Katia et le crocodile (Simkova) ***                  
Le Contrat (Zanussi)         ***          
Le Maître du kung-fu (Sun)         ***          
Messe noire (Weston)                   ***
Sanglantes Confessions (Grosbard)                   ***
Les Bas-Fonds (Kurosawa) ** °   **   °   **   ****
L'Homme de fer (Wajda) **     ** ** *        
Clara et les chics types (Monnet) * * **   *   ***      
Rox et Rouky (Stevens, Berman & Rich) *           **   ** **
Brubaker (Rosenberg)       **     **      
L'Arme à l'œil (Marquant)         **         **
L'Œil du témoin (Yates)         **         **
La Malédiction finale (Baker)         **         **
La Revanche (Lary)     **             **
Le Chasseur (Kulik)             **     **
Le Survivant d'un monde parallèle (Hemmings)         **         **
Les Ailes de la colombe (Jacquot)     **   **          
Massacres dans le train fantôme (Hooper)         *   ***      
Out of the Blue - garçonne (Hopper)         *** *        
Cannibal Holocaust (Deodato)     **   ***   ** *   *
Au-delà du réel (Russell)     °   **   ***      
Est-ce bien raisonnable ? (Lautner)     **   *         **
L'Emmurée vivante (Fulci)     *   ***     *    
La Formule (Avildsen)         **     *   **
La Peau (Cavani)         **     **   *
La Provinciale (Goretta)     **   **     *    
Viens chez moi, j'habite chez une copine (Leconte) *   *** * *   ** * ° **
L'Année prochaine si tout va bien (Hubert) *   **   *       * **
La Guerre du feu (Annaud) * * * * *   **   * **
Les Hommes préfèrent les grosses (Poiré)     **       *** ° °  
Popeye (Altman)     ° * **   **     *
Pour la peau d'un flic (Delon)   **     *   * *   *
Les Uns et les autres (Lelouch) °       *     **   **
Salut l'ami, adieu le trésor (Corbucci)         *   *     **
Allons z'enfants (Boisset)             ** *    
Asphalte (Amar)             ** *    
La Dame aux camélias (Bolognini)         **     *    
Les Fourberies de Scapin (Coggio)             ** *    
Rude Boy (Hazan & Mingay)       **            
Shogun (London)         **         *
Signé Furax (Simenon)             ** *    
Une affaire d'hommes (Ribowski)         *         **
Baiser macabre (Bava)         **          
Ça va cogner (Van Horn)         **          
Ceinture noire contre kung-fu (Chang)         **          
Chasse à mort (Hunt)         **          
Cœur bleu (Courant)     **              
Divine Madness (Ritchie)         **          
Il faut tuer Birgitt Haas (Heynemann)         **          
L'Ombre rouge (Comolli)     **              
La Bible ne fait pas le moine (Feldman)             **      
La Femme objet (Mulot)               **    
La Flambeuse (Weinberg)         **          
La Vengeance de la femme violée (Zarchi)         **          
Le Corps et le fouet (Dietrich)               **    
Le Monstre du train (Spottiswoode)         **          
Les Enfants du numéro soixante-sept (Barthelmess-Weller & Meyer)       **            
Les Mercenaires de l'espace (Murakami)                   **
Noces de sang (Saura) **                  
Numéros zéro (Depardon)       **            
Rendez-Vous chez Max's (Donner)                   **
Rivages sanglants (Liberatore)         **          
Psy (De Broca)   ** °   *   *      
Quand tu seras débloqué, fais-moi signe (Leterrier)   ** °   °   ** *    
Rien que pour vos yeux (Glen) *       **   **   ° °
Le Professionnel (Lautner) * * *   *   * * ° °
C'est la vie (Vecchiali)   ° **              
Contamination (Cozzi)             *     *
La Mort au large (Girolami)         °   **      
Passion d'amour (Scola)         **         °
San-Antonio ne pense qu'à ça (Séria)     °         **    
Une sale affaire (Bonnot) °       **          
Condorman (Jarrott)         °   ** * °  
Vendredi treize (Cunningham)     °   ***         °
Flash Gordon (Hodges)     °   *   * * °  
A nous la victoire (Huston)       °     *     *
Moi Christiane F., treize ans, droguée, prostituée (Edel)     ° *       *    
Dominique (Anderson)         *          
Faut s'faire la malle (Poitier)                 *  
L'Amour nu (Bellon)               *    
La Foule en délire (Hawks)   *                
La Gueule du loup (Leviant)         *          
La Plage sanglante (Bloom)             *      
La Secte des cannibales (Lenzi)         *          
Le Bahut va craquer (Nerval)               *    
Le Jour se lève et les conneries commencent (Mulot)             *      
Le Lagon bleu (Kleiser) *                  
Le Miroir se brisa (Hamilton)         *          
Le Petit Lord Fauntleroy (Gold)               *    
Les Bas de soie noire (Bernard-Aubert)         *          
Les Fruits de la passion (Terayama)     *              
Les Malheurs de Sophie (Brialy)               *    
On m'appelle Malabar (Lupo)             *      
Pétrole ! Pétrole ! (Gion)             *      
Sphinx (Schaffner)         *          
Tu fais pas le poids shérif (Needham)             *      
Une robe noire pour un tueur (Giovanni)         *          
La Coccinelle à Mexico (McEveety)             * * °  
Inseminoid (Warren)     °       *      
L'Equipée du Cannonball (Needham)             *   °  
La Puce et le privé (Kay)         °   *      
Le Chêne d'Allouville (Penard)             *      
Prends ta rolls et va pointer (Balducci)     °       *      
Un assassin qui passe (Vianey)         *     °    
La Soupe aux choux (Girault) °   ° ° *   ° ° ° *
Le Lac des morts-vivants (Rollin)     °   *         °
Le Roi des cons (Confortès)     °   °   *      
On n'est pas des anges... elles non plus (Lang)     °   °     *    
Le Maître d'école (Berri) °   ° °     * ° °  
Tais-toi quand tu parles (Clair)     °       * ° °  
L'Amant de lady Chatterley (Jaeckin)     °   °          
La Terreur des zombies (Girolami)             °     °
Belles, blondes et bronzées (Pécas)     °              
Croque la vie (Tacchella)         °          
Fais gaffe à la gaffe (Boujenah)     °              
L'Homme qui valait trois milliards (Crosland II)               °    
Le Maestro (Giraldi)                   °
Les Bidasses aux grandes manœuvres (Delpard)             °      
Les Folies d'Elodie (Génovès)         °          
Les Gardiennes du pénitencier (Franco & Thierry)     °              
Les Surdoués de la première compagnie (Gérard)     °              
Madame Claude 2 (Mimet)               °    
  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Vincent
Lucifer rising (Anger, cm)     *** ** **** **        
Un court jour de travail (Kieslowski)       **            

Rémi :
**** : La Porte du paradis / La Femme d'à côté / Le Salon de musique / La Femme de l'aviateur / Les Aventuriers de l'arche perdue
*** : Raging Bull / Elephant Man / Lili Marleen / New York 1997
** : Excalibur / Le Choc des Titans / Ebirah contre Godzilla / Les Soirées d'une épouse pervertie
* : La Chèvre / Rox et Rouky / Viens chez moi, j'habite chez une copine / La Guerre du feu / Les Hommes préfèrent les grosses / La Soupe aux choux / Le Maître d'école
° : Cannibal Holocaust / Quand tu seras débloqué, fais-moi signe / Vendredi treize / La Coccinelle à Mexico / L'Amant de lady Chatterley

Antoine :
**** : Stalker
*** : La Femme d'à côté / Coup de torchon / Garde à vue / Pulsions
** : Les Aventuriers de l'arche perdue / Excalibur
* : Elephant Man / Viens chez moi, j'habite chez une copine / La Guerre du feu / Rude Boy / Flash Gordon
° : Rien que pour vos yeux / Le Chêne d'Allouville / La Soupe aux choux / Le Maître d'école

Timothée :
**** : La Porte du paradis / Raging Bull / La Femme d'à côté / Stalker
*** : Elephant Man / Les Aventuriers de l'arche perdue / Coup de torchon / Garde à vue / Quelques jours de la vie d'Oblomov
* : Les Charriots de feu

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Francisca, La Porte du paradis, Le Salon de musique, La Tragédie d'un homme ridicule, 5- Charulata, Les Contes des chrysanthèmes tardifs, La Femme de l'aviateur, 8- Allemagne, mère blafarde, L'Année des treize lunes, Pulsions, Stalker

Mister Arkadin :
**** : Stalker (10) ; La Porte du paradis (9) ; Raging Bull (8)
*** : Coup de torchon (8) ; La Chèvre (7)
** : Pour la peau d’un flic (6) ; Pulsions (6) ; Beau-père (6) ; Garde à vue (6) ; Excalibur (6) ; Les Aventuriers de l’arche perdu (6) ; La Femme d’à côté (6) ; Le Salon de musique (6) ; Les Bas-Fonds (5) ; Clara et les chics types (5) ; Rox et Rouky (5) ; La Guerre du feu (5)
* : A nous la victoire (4) ; Rien que pour vos yeux (4) ; Diva (4) ; Le facteur sonne toujours deux fois (4) ; Eaux profondes (4) ; Les Fourberies de Scapin (4) ; L’Amour nu (4) ; Popeye (3) ; Les Fruits de la passion (3)
o : Belles, blondes et bronzées (2) ; L’Amant de Lady Chatterley (2) ; La Soupe aux choux (2) ; Pétrole ! Pétrole ! (2) ; Les hommes préfèrent les grosses (2) ; Viens chez moi, j’habite chez une copine (2) ; Le Maître d’école (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Elephant Man ; Le Choix des armes ; Lola une femme allemande ; Une étrange affaire ; Eugenio ; Les Uns et les autres ; Noces de sang ; Le Professionnel ; Condorman ; Flash Gordon

Foxart :
Stalker (Tarkovski), Beau-Père (Blier), Un étrange voyage (Cavalier), L'au-delà (Fulci), La femme d'à coté (Truffaut), Polyester (Waters), Documenteur & Murs murs(Varda), Mad Max 2 (Miller), Blow out (DePalma), Le loup garou de Londres (Landis), Les aventuriers de l'Arche perdue (Spielberg), L'année des 13 lunes (Fassbinder), La porte du paradis (Cimino)

Pierre :
Top 10 : 1- Stalker (Tarkovski), 2-La porte du paradis (Cimino), 3-La tragédie d'un homme ridicule (Bertolucci), 4-L'au-delà (Fulci), 5-Beau-père (Blier), 6-Out of the blue-Garçonne (Hopper), 7-La 36ème chambre de Shaolin (Liu Chia Liang), 8-Les fruits de la passion (Terayama), 9-L'année des treize lunes (Fassbinder), 10-La grande escroquerie du rock'n roll (Temple)
Hors liste : -La brune et moi (Puycouyoul)***, -La princesse Chang Pin (Woo)***, -Votre enfant m'intéresse (Carré)*** -La maison au fond du parc (Deodato)*** -Les années lumière (Tanner)*** -Chaudes adolescentes / Ballets roses (Kikoïne)***, -Héros d'apocalypse (Margheriti)***, -Mephisto (Szabo)***, -La nuit des extra-terrestres / Le jour de la fin des temps (Cardos)***, -Virus (Fukasaku)**, -La révolte des boxers (Chang cheh)**, -Survivance (Lieberman)**, -Les longues vacances de 36 (Camino)**, -Le zombie venu d'ailleurs (Warren)**, -Moto massacre (Massi)**, -Chaleurs collectives / Sissy's hot summer (Colberg), -Mondo cannibale (Franco)**, -ça plane les filles (Lyne)**, -La nuit fantastique des morts-vivants/ Demonia (D'Amato)**, -Terreur express (Baldi)**, -L'homme des cavernes (Gottlieb)**, -Retourne moi c'est meilleur / Pensionnat de jeunes filles (Kikoïne)**, -Les motos sauvages (Rose)*, -Histoire d'Adrien (Denis)*, -Le lion sort ses griffes (Siegel)*, -Putain d'histoire d'amour (Béhat)*, -Les soirées d'une épouse pervertie (Bernard-Aubert)°,  -Tarzan l'homme singe (Derek)°, -Un amour infini (Zeffirelli)°, -Téhéran 43 (Alov et Naoumov)°°
14 longs-métrages inédits : 1-Il pianeta azzuro (Piavoli et Poli) ***, 2-L'homme du bois Brésil (De Andrade) ***, 3-Djeli conte d'aujourd'hui (Kramo-Lanciné)***, 4-Ils ne portent pas de smoking (Hirzman)***, 5-Tête à tête (Robinson)***, 6-The nights of terror (Bianchi)***, 7-Nice dreams (Chong)**, 8-Samouraï reincarnation (Fukasaku)**, 9-Dragon princess (Kodeira)**, 10-La petite Ida (Mikkelsen)**, 11-Little hero (Cheng Hung Ming)**, 12-Point de mire (Lori)*, 13-L'aube des zombies (Agrama)*, 14-Starcrash 2 (Albertini)*
Un moyen métrage (documentaire) : Une vallée contre un empire (De Ponfilly et Bony)**
3 courts métrages : 1-Le bunker de la dernière rafale (caro et jeunet) ***, 2-La tendresse du maudit (Costa)***, 3-Epoussette mon blues (Grimberg)**

Un simple amateur :
1- Stalker (Tarkovski) 2-Le Salon de musique (Ray) 3-La porte du paradis (Cimino) 4-Raging Bull (Scorsese) 5-Charulata (Ray) 6-Un étrange voyage (Cavalier) 7-La femme de l'aviateur (Rohmer) 8-Quelque part dans le temps (Szwarc) 9-Elephant Man (Lynch) 10-La Femme d'à côté (Truffaut)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1981 ? (73 votants)

1- La porte du paradis (Cimino) et Raging Bull (Scorsese) (9 voix)
3- Elephant man (Lynch) et Stalker (Tarkovski) (6 voix)
5- Excalibur (Boorman) (5 voix)
6- Garde à vue (Miller), Les aventuriers de l'arche perdue (Spielberg) (4 voix)
8- In girum imus nocte et consumimur igni (Debord), La femme d'à côté (Truffaut), Le salon de musique (Ray), Le solitaire (Mann) (3 voix)
2 voix : Pulsions (De Palma), New-York 1997 (Carpenter), Beau-père (Blier)
1 voix : Un étrange voyage (Cavalier), Hurlements (Dante), Charulata (Ray), Le loup-garou de Londres (Landis), La femme de l'aviateur (Rohmer), Coup de torchon (Tavernier), Possession (Zulawski), Le professionnel (Lautner), Rien que pour vos yeux (Glen), Francisca (Oliveira), Outland (Hyams) et Hôtel des Amériques (Téchiné)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Chèvre, Francis Veber, 7 080 137 entrées
2. Rox et Rouky, Art Stevens, Richard Rich, Ted Berman, 6 687 862 entrées
3. Les Aventuriers de l'arche perdue, Steven Spielberg, 6 397 117 entrées
4. Le Professionnel, Georges Lautner, 5 243 511 entrées
5. La Guerre du feu, Jean-Jacques Annaud, 4 951 574 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Une étrange affaire (Pierre Granier-Deferre)
- Prix Méliès : Coup de torchon (Bertrand Tavernier) & Garde à vue (Claude Miller)
- Grand prix du cinéma français : Garde à vue (Claude Miller)
- Prix Jean Vigo : Le Jardinier (Jean-Pierre Sentier)
- César du meilleur film : La Guerre du feu (Jean-Jacques Annaud)
- Oscar du meilleur film : Des gens comme les autres (Robert Redford)
- Festival de Venise, Lion d'or : Les Années de plomb (Margarethe von Trotta)
- Festival de Cannes, Palme d'or : L'Homme de fer (Andrzej Wajda)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Vivre vite ! (Carlos Saura)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Chakra (Rabindra Dharmaraj)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Conte de la folie ordinaire (Marco Ferreri)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1981 sur le site Encyclo-Ciné)

10/08/2015

Sur vos écrans en 1980

EDITORIAL :

Par Nolan

bigredone00.jpg"Je suis ton père". La nouvelle décennie commence par une révélation fracassante lors du meilleur épisode de la série Star Wars. Une ligne de dialogue que tout le monde connaît d'un film symbolisant à la fois un renouvellement dans l'industrie hollywoodienne et l'imminente disparition du Nouvel Hollywood avec le retentissant échec de La Porte du Paradis sorti aux Etats-Unis en novembre.

Maintenant que j'ai parfaitement résumé une année cinématographique qui est aussi celle de ma naissance que peut-on écrire sur 1980 au cinéma ? Jetons un petit coup d'œil sur le nombre d'entrées.
Ce n’est pas exceptionnel...
Contrairement au reste du monde, les Français ne se ruent pas pour voir L'Empire contre-attaque mais le film rassemble tout de même près de trois millions d'entrées. Ils lui préfèrent d'autres films multi-rediffusés que nous n'avons pas vus : La Boum et Kramer contre Kramer.
D'ailleurs côté box-office et cinéma français, ce n’est pas bien excitant. Il y a certes le Truffaut (pas vu non plus), machine à César, financée – c'est à l'époque encore inédit – par une chaine de télé (TF1), mais ce sont surtout des comédies au mieux à peine regardables, au pire nullissimes (Inspecteur la bavure, Les Sous-doués, Le Coup du parapluie, La Cage aux folles 2, Le Guignolo…) et des polars oubliés (Trois hommes à abattre, La Femme flic, …) qui peuplent le haut du classement. Seuls Alain Resnais et Paul Grimault relèvent le niveau avec Mon Oncle d'Amérique et Le Roi et L'Oiseau.
Côté anglo-saxon, c'est un peu mieux : on préfère largement les succès populaires des Blues Brothers, Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, La Vie de Brian… à ceux des pitreries d'un Pierre Richard ou d'un Jean-Paul Belmondo en roue libre.
Côté auteurs, ça va quand même. Kubrick, Pialat, Fellini, Kurosawa, Godard, Tavernier, Fassbinder, Carpenter sortent des films remarquables et remarqués (respectivement Shining, Loulou, La Cité des Femmes, Kagemusha – financé puis amputé par Georges Lucas et Francis Ford Coppola –, Sauve qui peut (la vie), La Mort en direct, Le Mariage de Maria Braun, Fog).
Notons également 1941 de Spielberg, comédie qui connut un échec public et critique mais pour laquelle nous avons toujours eu beaucoup d’affection.
Remarquons encore le peu d'enthousiasme que déclenchent le Allen (Stardust Memories) et la suite de Rocky (autour des 500 000 entrées) et que personne ou presque n'est allé voir le Eastwood (Bronco Billy). Avec 120 000 entrées, il réunit autant de spectateurs que Labyrinth Man, désormais plus connu sous le nom d'Eraserhead et premier film du jeune David Lynch.
Enfin, on découvre qu'il y a même eu une suite à American Graffiti qui n’a retenu l’attention que de 30 000 courageux… George Lucas, son producteur, se trouve donc un peu partout : à la fois en haut du box-office avec Dark Vador, palmé d'or à Cannes grâce à Kurosawa et complètement oublié avec une suite que personne ne demandait.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 180 longs métrages (sur les 728 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Au-delà de la gloire (Fuller)   ****   ** **** ***     **** ****
Shining (Kubrick) **** ° **** **** **** *** **** **** **** ****
Loulou (Pialat) **** *** *** **** **** ** *** **** ***  
Mon oncle d'Amérique (Resnais) **** *** **** ****   ***   ** **** ***
Gloria (Cassavetes) ****     *** **** **     *** ****
Monty Python, la vie de Brian (Jones) *** ** *** **** **** * *** *** *** ****
Le Dernier Métro (Truffaut) *** *** **** *** **** ** ** ** *** ****
Les Seigneurs (Kaufman)   ****     ***       ****  
Le Roi et l'oiseau (Grimault) **** °   ****   ** *** **** *** ****
Stardust Memories (Allen)     **** *** **** * **** ***   ***
Que le spectacle commence (Fosse)   *** ** ** **** ** **** ***   ****
Kagemusha, l'ombre du guerrier (Kurosawa) *** ** *** *** **** **   *** *** ***
La Cité des femmes (Fellini) ***   ** *** **** *   ***   ***
Le Mariage de Maria Braun (Fassbinder) **** * **** *** **** **   ** *** ***
Un mauvais fils (Sautet) *** *** ** *** ***   *** *** ** ***
La Bande des quatre (Yates)         **       **** ****
Elle (Edwards)   **** ** **   ** ****     ***
Atlantic City (Malle)   *** * *** ***     ***   ***
Les Guerriers de la nuit (Hill)         ****   ***      
Long Week-End (Eggleston)         ****         ***
Eraserhead (D. Lynch) *** ° **** *** **** ** *** **   **
Le Rebelle (Blain)   *** ***         ***    
Le Saut dans le vide (Bellocchio)       *** ***     ***    
Frayeurs (Fulci)     **   ****   ***     **
Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (Zucker, Abrahams & Zucker) *   *** ** ***   **** * ** ****
Bronco Billy (Eastwood) *** *** **   ***     **    
L'Empire contre-attaque (Kershner) ** *** ° ** **** * **** * ** ****
Extérieur nuit (Bral)   *** ** *** *** **   **    
Sauve qui peut [la vie] (Godard)   ° ***   *** ***   ***   ***
Blues Brothers (Landis) **   *   ***   *** * *** ***
Inferno (Argento)     * * ****   *** ** ** ***
La Mort en direct (Tavernier) **   ** ** ****     **    
Caligula (Brass)     **   ***     *   ****
Dark Star (Carpenter)     **   ***   ***   **  
Que viva Mexico ! (Eisenstein & Alexandrov) ** ** ***              
C'était demain (Meyer)         ***   **     ***
Fascination (Rollin)     **   **         ****
Alexandrie pourquoi ? (Chahine)         **** **        
Brigade spéciale (Lenzi)         ***         ***
La Lame infernale (Dallamano)         ***         ***
Scum (Clarke)       ** ****          
The Rose (Rydell)   **     ****          
Black Jack (Loach)               ****    
Petit Pierre (Clot, cm)                   ****
Fog (Carpenter)   ° ** * *** * ***   *** ***
Mille neuf cent quarante et un (Spielberg)   * * **     *** * *** ****
Nick's Movie (Wenders)   ° **   **** *   ** ****  
Bienvenue Mister Chance (Ashby)   *           * **** ***
L'Enfer des zombies (Fulci)     **   *   ****     **
La Terrasse (Scola) *** **     **     **    
Sherlock Holmes attaque l'Orient Express (Ross)         ***     *   ***
De la vie des marionnettes (Bergman)       **   ***        
L'Enfant du diable (Medak)         *       ****  
Le Gang des frères James (Hill)         ***         **
Nuit et brouillard au Japon (Oshima)     **     ***        
Nuits de cauchemar (Connor)         **         ***
Pipicacadodo (Ferreri)     ***         **    
Star Trek (Wise)                 ** ***
Le Christ s'est arrêté à Eboli (Rosi)   *   ***   *       ***
Le Seigneur des anneaux (Bakshi)   *           **   ****
Superman II, l'aventure continue (Lester) *     ** **     * ** ***
Cruising - la chasse (Friedkin)   * *   ***   ** **    
Une semaine de vacances (Tavernier) **   * * **         ***
Le Cimetière de la morale (Fukasaku)   ° **   ****          
L'Ultime Attaque (Hickox)         **       ** **
Cinq Soirées (Mikhalkov)       ***            
Genèse d'un repas (Moullet)     ***              
Héros ou salopards (Beresford)                   ***
Le Règne de Naples (Schroeter)     ***              
Le Sabre infernal (Chor)         ***          
Le Secret mortel des dix-huit jades (Chang)         ***          
Le Temple de Shaolin (Chang)         ***          
Retour à Marseille (Allio)         ***          
Téléphone public (Périer)                   ***
Tueurs de flics (Becker)         ***          
Aniki-Bobo (Oliveira) **   ** *   **        
Nimitz, retour vers l'enfer (Taylor)   ** *   * * ** * ** **
Je vais craquer (Leterrier)   ** **   *   ** *    
Baby Cart l'enfant-massacre (Misumi)       * ***          
Le Cheval d'orgueil (Chabrol)           *       ***
Les Européens (Ivory)     ** **            
Les Vampires de Salem (Hooper)         *       ***  
American Gigolo (Schrader) *       ***     *    
La Chevauchée des morts-vivants (De Ossorio)         **   **     *
Pile ou face (Enrico)         *   **     **
Simone Barbès ou la Vertu (Treilhou)   * ** **            
Terreur sur la ligne (Walton)         **   ** *    
We Can't Go Home Again (Ray)   ° **     ***        
Le Coup du parapluie (Oury)     ** ° **   *** °   **
Rocky 2, la Revanche (Stallone) *     * *   *** * * **
Le Trou noir (Nelson)         *   ** *   **
Amityville (Rosenberg)     **   **   **   * °
Inspecteur la bavure (Zidi) °   **   **   **   * *
Trois Hommes à abattre (Deray)     °   **   * **   *
Je vous aime (Berri)     °   **     *   **
Kramer contre Kramer (Benton) *       **     *    
La Nuit des traquées (Rollin)     °   **     **    
Quadrophenia (Roddam)               *    
Saturn Trois (Donen)         *   ** *    
C'est pas moi c'est lui (Richard)     *       **      
Enquête sur une passion (Roeg)   °     ***          
Extase (Machaty)   °               ***
L'Entourloupe (Pirès)     *       **      
Les Cinq Maîtres de Shaolin (Chang)     °   ***          
Les Muppets, ça c'est du cinéma (Frawley)             ** *    
Le Voyage en douce (Deville)   ** *              
Terreur extraterrestre (Clark)         **   *      
Tusk (Jodorowsky)         **     *    
Yanks (Schlesinger)         **     *    
Filming Othello (Welles)               **    
Hazal (Özgentürk)       **            
Le Bal de l'horreur (P. Lynch)         **          
Le Piège (Schmoeller)         **          
Le Point zéro (Reitz)       **            
Le Prisonnier de Zenda (Quine)               **    
Les Monstres de la mer (Peeters)                   **
Mannaja, l'homme à la hache (Martino)                   **
Nico l'arnaqueur (Corbucci)         **          
Psychose phase trois (Marquand)                   **
S.O.S. Jaguar opération casseurs (Lenzi)         **          
Têtes vides cherchent coffre plein (Friedkin)                   **
Woyzeck (Herzog)       **            
Zorro (Mitra)                   **
La Boum (Pinoteau) * ** *   *   ** ° °  
Fame (Parker) *       **   ° *   **
Les Sous-Doués (Zidi) ° ** * * °   * ° **  
La Femme flic (Boisset)     °   *     *   **
La Légion saute sur Kolwezi (Coutard)         *     *   *
Les Petites Ecolières (Mulot)     °   *       **  
Retour en force (Poiré)     *   °         **
On a volé la cuisse de Jupiter (De Broca)   * °   *   * *   *
Le Bar du téléphone (Barrois)         *     *    
Le Massacre des morts-vivants (Grau)             *     *
Tendres Cousines (Hamilton)               * *  
Un drôle de flic (Corbucci)             *     *
L'Avare (De Funès & Girault) °       *     * * *
Le Guignolo (Lautner) *       °   * *    
La Banquière (Girod)     °   *     *    
Alligators (Martino)         *          
Arrête de ramer, t'es sur le sable (Reitman)                   *
Bastien Bastienne (Andrieu)               *    
Black Samouraï (Adamson)         *          
Bons Baisers d'Athènes (Cosmatos)                   *
Cocktail Molotov (Kurys)               *    
L'Album de Martin Scorsese (Scorsese)           *        
L'Etalon noir (Ballard)               *    
L'Homme au masque de fer (Newell)               *    
La Guerre des abîmes (Jameson)                   *
La Malédiction de la vallée des rois (Newell)         *          
La Petite Sirène (Andrieux)         *          
Le Cavalier électrique (Pollack)               *    
Les Enfilées (Roy)         *          
Les Joyeux Débuts de Butch Cassidy et le Kid (Lester)         *          
Mais qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir une femme qui boit dans les cafés avec les hommes ? (Saint-Hamont)                   *
Météore (Neame)                   *
Parties déchaînées (Canevari)               *    
Petites Filles au bordel (Leroi)         *          
Urban Cowboy (Bridges)         *          
Woody Allen Number One / Lily la Tigresse (Taniguchi & Allen)     *              
Xanadu (Greenwald)               *    
La Maladie de Hambourg (Fleischmann)     ° *            
La Cage aux folles II (Molinaro) °   * ° °   * ° °  
Les Charlots contre Dracula (Desagnat) °           * °    
Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu (Pecas)     °   °     °    
Cabo Blanco (Lee-Thompson)                   °
Chaleurs exotiques (Girolami)     °              
Charlie bravo (Bernard-Aubert)         °          
Contes pervers (Deforges)               °    
Hulk revient (Johnson)                   °
L'Aguicheuse (Scattini)     °              
L'Eté de la peur (Craven)     °              
L'Ile sanglante (Ritchie)               °    
L'Immorale (Mulot)     °              
L'Infirmière de l'hosto du régiment (Laurenti)     °              
La Baigneuse fait des vagues (Tarantini)     °              
La Flic à la police des mœurs (Tarantini)     °              
Les Nymphomanes (Bernard-Aubert)     °              
Maîtresses pour couples (Roy)         °          
Radio On (Petit)     °              
Rodriguez au pays des merguez (Clair)               °    
Tintorera (Cardona Jr)                   °
  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent Rémi
Fleur empoisonnée (Fujii)       ** ***          
Aditya (Courant)     **              
Cœur bleu (Courant)     **              
Il faut le sauver (Courant)     **              

Nolan :
*** : Shining / Monty Python, la vie de Brian / Le Roi et l'oiseau / L'Empire contre-attaque / Blues Brothers
** : Que le spectacle commence / Le Mariage de Maria Braun / Quadrophenia
* : Y a-t-il un pilote dans l'avion ? / Le Seigneur des anneaux / Superman II, l'aventure continue
° : Le Coup du parapluie / Inspecteur la bavure / Fame / Les Sous-Doués / Le Guignolo

Antoine :
**** : La Cité des femmes
*** : Le Roi et l'oiseau / Kagemusha, l'ombre du guerrier / Atlantic City / Que Viva Mexico !
** : Shining / Monty Python, la vie de Brian / Stardust Memories / L'Empire contre-attaque / Blues Brothers
* : Inspecteur la bavure / Quadrophenia
° : Les Sous-Doués / L'Avare / Les Charlots contre Dracula

Timothée :
**** : Au-delà de la gloire / Monty Python, la vie de Brian
*** : Le Dernier Métro / Stardust Memories / Que le spectacle commence / Y a-t-il un pilote dans l'avion ? / Fog
** : Le Coup du parapluie / Les Sous-Doués
* : Rocky 2, la Revanche / Le Guignolo

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sauve qui peut (la vie), 2- Shining, 3- Au-delà de la gloire, 4- Loulou, 5- Simone Barbès ou la Vertu, 6- Certaines nouvelles, 7- Elle, 8- Le Mariage de Maria Braun, 9- Le Règne de Naples, 10- Bronco Billy, Le Dernier Métro
Inédits : L'Age de la terre (Rocha), Les Photos d'Alix (Eustache), Berlin Alexanderplatz (Fassbinder - série TV)

Julien :
1. Shining ****, 2. Stardust Memories ****, 3. Loulou ****, 4. Mon oncle d'Amérique ****, 5. Le mariage de Maria Braun ****, 6. Kagemusha ***, 7. All that jazz ***, 8. Le dernier métro ***, 9. Le roi et l'oiseau ***, 10. Inferno ***
Puis : Life of Brian ***, Eraserhead **, Blues brothers **, Dark star **, Fascination **

Pierre :
Top ten : 1-Inferno (Argento) 2-Que viva Mexico (Eisenstein et Alexandrov) 3-La terrasse (Scola) 4-Le cimetière de la morale (Fukasaku) 5-Au delà de la gloire (Fuller) 6-Que le spectacle commence (Fosse) 7-La cité des femmes (Fellini) 8-Baby cart l'enfant massacre (Misumi) 9-Shining (Kubrick) 10-Une soutane n'a pas de braguette / le couvent de la bête sacrée (Suzuki) (hors liste)
Les hors liste suivants : Le pré (Taviani)*** Guyana, la secte de l'enfer (Cardona Jr) Jubilée (Jarman) les monstres du kung-fu (Lo Chi et Ho Wang-muri) L'exécuteur vous salue bien (Massi) Norma rae** Haine (Goult) Deux lions au soleil (Faraldo) L'incroyable homme puma (De Martino) le souffle de la mort/Albino (Goslar) Terreur cannibale (Deruelle) Secrets érotiques d'Emanuelle (Mylonakos) Lulu (Borowczyk) Le putsch des mercenaires (Fargo) International prostitution (Blorovich) Milice privée (Armitage)* Journal d'une maison de correction (Cachoux) Les temps sont durs pour Dracula/La folle histoire de Vampiror (Donner) Cuba (Lester) Deux affreux sur le sable (Gessner) Voulez-vous un bébé nobel? (Pouret) Les loups de haute mer (Mc Laglen)0 Revanche à Baltimore (Ellis-Miller)
Longs-métrages inédits : 1-The sword (Tam)**** 2-Histoires de cannibales (Tsui Hark) 3-X (Soukaz) 4-La guerre des gangs (Fulci)*** 5-La muchacha con las bragas de oro (Aranda) 6-La maison au fond du parc (Deodato) 7-Blow job (soffio erotico) (Cavallone) 8-Draculax (Morris)** 9-Le château de Cagliostro (Miyazaki) 10-Erotic twins (Cozzi et Cavallone) 11-Au-delà de la terreur (Aznar) 12-Le maître et le géant (van der keuken) 13-Desideria, la vita interiore (Barcelloni) 14-Cheech et chong et la suite (Marin) 15-Midnight (Rousso) 16-La maison du cauchemar (Beattie)*
Courts métrages : 1-Cinémafia (Rouch)**** 2-Le jeu de l'oie (Ruiz)*** 3-10 minutes de silence pour John Lennon (Depardon)*** 4-Trois thèmes (Alexeieff et parker)*** 5-Une histoire sans importance (Duron)** 6-Nocturne (Von Trier)** 7-J'en bave (Duty)** 8-Rue tartarin (Touita)**

Foxart :
1/Shining 2/Mon oncle d'Amérique 3/Fog 4/Le dernier métro 5/Terreur sur la ligne 6/Un mauvais fils 7/C'était demain 8/Eraserhead 9/La cité des femmes 10/Inferno
La suite ici

Mister Arkadin :
**** : Cinq Soirées (8)
*** : Que viva Mexico ! (8) ; 1981 (7) ; Shining (7) ; Loulou (7) ; Stardust Memories (7) ; L’Empire contre-attaque (7)
** : Dark Star (6) ; Atlantic City (6) ; Un mauvais fils (6) ; Nick’s Movie (5) ; Une semaine de vacances (5) ; Le Dernier Métro (5) ; On a volé la cuisse de Jupiter (5) ; Mon oncle d’Amérique (5) ; Gloria (5) ; Sauve qui peut (la vie) (5) ; Le Voyage en douce (5)
* : Rocky 2, la Revanche (4) ; Inspecteur la bavure (4) ; Superman II, l’aventure continue (4) ; Caligula (4) ; Fascination (4) ; La Banquière (4) ; La Nuit des traquées (3) ; La Boum (3) ; Les Sous-doués (3) ; Tendres cousines (3) ; L’Avare (3) ; Le Guignolo (3)
o : Je vais craquer (2) ; Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Monty Python, la vie de Brian ; Eraserhead ; Extérieur nuit ; La Mort en direct ; Bienvenue Mister Chance ; Star Trek ; Trois Hommes à abattre ; Je vous aime ; La Femme flic
 
Un simple amateur :
1-Le Roi et l'oiseau (Grimault) 2-Au-delà de la gloire (Fuller ) 3-Kagemusha, l'ombre du guerrier (Kurosawa) 4-Que le spectacle commence (Fosse) 5-Loulou (Pialat) 6-Mon oncle d'Amérique (Resnais) 7-La Bande des quatre (Yates) 8-Bienvenue Mister Chance (Ashby) 9-Les Seigneurs (Kaufman) 10-Eraserhead (Lynch)

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1980 ? (75 votants)

1er "Shining" (Kubrick) avec 17 voix
2ème "Le roi et l'oiseau (Grimault) avec 7 voix
3ème "Le dernier métro" (Truffaut) et "La vie de Brian" (Jones) avec 6 voix
5ème "Sauve qui peut (la vie)" (Godard) et "Gloria" (Cassavetes) avec 4 voix
Arrivent ensuite 3 voix : Eraserhead (Lynch), L'empire contre-attaque (Kershner)
2 voix : Kagemusha (Kurosawa), The big red one (Fuller), Bronco Billy (Eastwood),Stardust memories (Allen), Mon oncle d'Amérique (Resnais), Bienvenue Mr Chance (Ashby), Blues brothers (Landis)
Et cités une seule fois : Loulou (Pialat), Nick's movie (Wenders), Une semaine de vacances (Tavernier), Le Christ s'est arrêté à Eboli (Rosi), Le mariage de Maria Braun (Fassbinder), Inferno (Argento), Que le spectacle commence (Fosse), American gigolo (Schrader), Enquête sur une passion (Roeg), Rocky 2 (Stallone), La boum (Pinoteau)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Boum, Claude Pinoteau, 4 378 430 entrées
2. Kramer contre Kramer, Robert Benton, 4 039 372 entrées
3. Les Sous-Doués, Claude Zidi, 3 985 214 entrées
4. Inspecteur la Bavure, Claude Zidi, 3 697 576 entrées
5. Le Dernier Métro, François Truffaut, 3 384 045 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Un étrange voyage (Alain Cavalier)
- Prix Méliès : Mon Oncle d'Amérique (Alain Resnais)
- Grand prix du cinéma français : Mon Oncle d'Amérique (Alain Resnais)
- Prix Jean Vigo : Ma blonde entends-tu dans la ville ? (René Gilson)
- César du meilleur film : Le Dernier Métro (François Truffaut)
- Oscar du meilleur film : Kramer contre Kramer (Robert Benton)
- Festival de Venise, Lion d'or : Gloria (John Cassavetes) & Atlantic City (Louis Malle)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Que le spectacle commence (Bob Fosse) & Kagemusha, l'ombre du guerrier (Akira Kurosawa)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Heartland (Richard Pearce) & Palermo (Werner Schroeter)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Maudits je vous aimerai ! (Marco Tullio Giordana)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Le Chef d'orchestre (Andrzej Wajda)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1980 sur le site Encyclo-Ciné)

14/07/2015

Sur vos écrans en 1979

EDITORIAL :

Par Vincent J.

voyage-au-bout-de-l-enfer-poster_465962_7807.jpg

John Wayne est mort le 11 juin. Le lendemain soir, j'apprenais la nouvelle via Roger Giquel sur TF1 qui enchaînait trois extraits choisis parmi ses rôles majeurs avec John Ford. Il dut s'y reprendre à deux fois pour une phrase alambiquée d'où il ressortait que le Duke n'avait pas que des qualités "mais c'est justement le propre des héros". C'est ce qui dominait dans les hommages qui ont suivi. Le lendemain, j'ai fait provisions de quotidiens, L'Aurore, Le Matin, et France Soir, et puis un peu après le Télé 7 jours de ma mère avec un très joli texte autour de L'homme tranquille et "les cœurs d’Irlande" qui battaient dans la scène du cimetière, et le Nouvel Observateur de mon père qui pleurait aussi la disparition de Jean-Louis Bory. Bory - Wayne, belle variation fortuite sur le parapluie et la machine à coudre. Le 13 au matin, notre professeure de français faisait le rapprochement, nous précisant qu'elle était plus touchée par celle du critique que par celle du Ringo Kid. Elle me fixait avec un léger sourire en disant cela. Tout le monde connaissait ma passion pour Wayne. Il y aurait eu matière à une discussion passionnante, mais cela ne fut pas le cas. Bory, pour moi, c'était celui qui écrivait des choses qui m'agaçaient dans l'hebdomadaire paternel, des choses comme "Chisum, le film préféré de Jacques Chirac". J'en savais juste assez sur Chirac pour comprendre que ce n'était pas un compliment. Ceci dit, Chisum... Mais voilà, en France, la disparition de John Wayne faisait ressortir le béret vert et le souvenir pas très lointain de ce film vilipendé, l'Américain dominateur, les rôles un peu fatigués de la dernière période, la légende au service de la propagande. Tout ceci au détriment de l'acteur de John Ford et Howard Hawks, d'un jeu capable de grandes nuances, tout en retenue, des regards et des gestes d'essence cinématographique. En 1979, tout est dit de l'homme public, tout est à écrire sur le comédien. Et si l'on voulait s'intéresser à une politique des acteurs, Wayne serait un sujet idéal.

Photo1.jpg

A cette époque, il est de coutume que la télévision s'incline devant le cinéma à chaque disparition notable. J'ai développé une étrange perversion où la perte de mes héros s’accompagne de la joie de voir ou revoir un de leurs films sur le petit écran. Cette fois j'ai pu voir L'homme tranquille et Le fils du désert. J'ai enregistré les bandes son sur un petit magnétophone à cassette et je les écoute jusqu'à connaître les dialogues par cœur. La disparition de John Wayne possède une grande force symbolique. Sa dernière apparition publique c'est en février pour la remise des Oscars. Si son corps n'est plus que l'ombre douloureuse de ce qu'il a été et représenté, l’œil, la voix rauque et la démarche de bassin inimitable sont toujours là. C'est lui qui remet la récompense suprême, l'Oscar du meilleur film à Michael Cimino et ses producteurs pour Voyage au bout de l'enfer. Derrière eux se tient Francis Ford Coppola. Il y a là une véritable passation entre le Hollywood classique et le nouvel Hollywood cinéphile, par dessus le Hollywood contestataire des années soixante. Le flambeau transmis, Wayne peut s'effacer comme dans L'homme qui tua Liberty Valance.

Photo2.jpg

Si l'on veut prendre un instant pour se retourner sur cette décennie qui s'achève, l'on verra le cinéma américain reprendre sa position dominante avec une génération qui retrouve le secret de l'alliance entre succès public, prouesses techniques, ambition artistique et expression personnelle. Apocalypse now de Coppola enlève une demi-palme d'or à Cannes, Manhattan de Woody Allen est célébré et tout le monde fredonne Gershwin, Alien terrorise la planète et alimente les discussions de cours de récréation. La critique du Nouvel Observateur (encore !) compare le film de Ridley Scott à un rasoir électrique sans saisir son génie visuel qui combine le talent anglo-saxon et les univers graphiques du Français Moebius et du Suisse Giger. Métal Hurlant sous le choc publie un numéro spécial et spatial tout en démolissant en majuscules le Nosferatu de Herzog. Même les grosses machines du moment, le Superman de Richard Donner et Star Trek - Le film du vétéran Robert Wise affichent leurs ambitions artistiques, Wise n’hésitant pas à un grand écart entre le côté kitsch de la série télévisée toujours inédite en France et son admiration pour le 2001 de Stanley Kubrick. Le cinéma fantastique est d'un autre côté le vecteur d'un renouvellement stimulant de la série B. John Carpenter avec Halloween, la nuit des masques, Don Coscarelli avec Phantasm, George Romero avec La nuit des fous vivants, Larry Cohen avec Meurtres sous contrôle, Philip Kaufman et sa nouvelle version réussie de L'invasion des profanateurs, et même le canadien David Cronenberg avec Chromosome 3, confirment ou affirment leur talent en renouvelant le genre. Tout ceci est bien enthousiasmant. Les projets s’accumulent : Cimino se lance dans un western épique, Spielberg dans une comédie délirante située en 1941, Coppola veut ses studios et tout révolutionner, De Palma travaille sur Prince of the City d'après Robert Dailey, Kubrick sur une adaptation de Stephen King, Carpenter sur une histoire brumeuse.

Photo3.jpg

Et ailleurs ? Si la décennie est d'une grande richesse, nombre de cinématographies montrent des signes d'essoufflement sur la fin, comme l'Espagne ou le Japon dont l’événement majeur est une nouvelle sortie d'un film de Yasujiro Ozu. Le cinéma italien si flamboyant s'enfonce dans la crise. Federico Fellini avec Répétition orchestre, Luigi Comencini avec Le grand embouteillage ou Bernardo Bertolucci avec La luna ne sont pas à leur meilleur. Pire il ne semble pas y avoir un avoir renouvellement générationnel mis à part quelques cas isolés (Nanni Moretti, les frères Taviani). Pire encore, le cinéma populaire est en pleine déconfiture, le western est mort, le polar et la comédie s’enfoncent dans la médiocrité et la vulgarité, le meilleur giallo, Les rendez vous de Satan signé Giuliano Carnimeo, date de 1972. Prenons, au hasard, Edwige Fenech : que l'on préfère nous sortir en France une énième Prof (qui cette fois connaît la musique) plutôt que le sensible La patata bollente de Steno n'augure rien de bon. Le cinéma allemand s'incarne toujours avec Rainer Werner Fassbinder et cette année avec le succès de Volker Schlöndorff quoique je m'explique mal sa demi palme en regard d'Apocalypse now. Et puis son Tambour, c'est un truc à vous dégoûter de manger des sardines pour le reste de votre vie. D'Afrique nous sont venues deux œuvres superbes, le Ceddo du Sénégalais Ousamne Sembene sur la résistance de la culture ancestrale africaine à l'Islam et au Christianisme ; et Bako, l'autre rive du guinéen Cheik Doukouré sur les aventures d'un migrant malien à Paris, prix Jean Vigo.

Photo4.jpg

Et chez nous ? Les Césars ont célébré Michel Serrault pour La cage aux folles et L'Argent des autres de Christian de Chalonge. François Truffaut sort sans enthousiasme un film trop bricolé, Henri Verneuil, Jean-Pierre Mocky, Yves Robert, Robin Davis et quelques autres enquillent des films sans rien de saillant, puisant dans l'air du temps et ses affaires. Deux cinéastes se détachent sans peine, Bertrand Blier et son Buffet froid "Ça me scie les nerfs, moi le violon", et Alain Corneau avec Série Noirequi marque la carrière de Patrick Dewaere et les début de la jeune Marie Trintignant. Côté symbole, 1979 aura été en France l'année de la disparition du patron, Jean Renoir. Avec lui c'est une longue tradition qui s'efface, une tradition puisant ses racines au temps du muet et plus loin encore dans l'art de son père Auguste qui cherchait à "embellir le monde" avec ses toiles. Renoir et Wayne, mais aussi Mary Pickford l'égérie de D.W. Griffith, 1979 se referme avec le sentiment de la fin d'un temps où la courte histoire du cinéma pouvait être vécue et connue d'un bloc. Une autre décennie s'ouvre où tous les espoirs sont permis. Les promesses seront elles tenues ? Vous le saurez au prochain épisode...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 197 longs métrages (sur les 713 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Voyage au bout de l'enfer (Cimino) *** **** **** *** **** **** *** **** **** ****
Apocalypse Now (Coppola) **** **** ** *** **** **** **** **** ** ****
Buffet froid (Blier) ** ** *** **** **** ****   **** *** ****
Série noire (Corneau) *** *** **** *** **** **** ** **** **** ***
Alien (Scott) *** ** **** *** *** **** ** **** ** ****
Manhattan (W. Allen) *** *** ** **** *** **** ** **** *** ****
Fin d'automne (Ozu) **** ***   *** *** **** ***     ***
Les Moissons du ciel (Malick) *** **** ** ** **** **** * **** ***  
Chromosome Trois (Cronenberg) **     *** * **** ** ****   ***
L'Invasion des profanateurs (Kaufman) **     **   ****   *** ** ***
Confidences pour confidences (Thomas) **   **** **   **        
Amour de perdition (Oliveira) ***         ****        
Phantasm (Coscarelli)           ***   **   ****
Corps à cœur (Vecchiali) ****   **     *** **      
L'Hypothèse du tableau volé (Ruiz) ***         **** **   **  
Perceval le Gallois (Rohmer) *** *** ° ***   *** **   *** °
La Nuit des masques (Carpenter) **   ° *** * ****   **** * ***
La Drôlesse (Doillon) ***     ** *** *** **      
Nosferatu, fantôme de la nuit (Herzog) ** ***   * ** *** * **** *** °
Les Bronzés font du ski (Leconte) * * *** *** ** **   *** *  
Le Tambour (Schlöndorff) * *** ** ** *** *** * *** * ***
Passe ton bac d'abord (Pialat) ** ** *** *** **   * ***    
Le Malin (Huston) ***   °   *** **** ** **    
Partition inachevée pour piano mécanique (Mikhalkov) **     ** ***   **   **  
La Colline a des yeux (Craven) **     ***   ***   *** *  
Répétition d'orchestre (Fellini) ***       **   *     ***
Meurtres sous contrôle (Cohen)       **   ***   **   ***
La Grande Attaque du train d'or (Crichton)           ***   *** **  
Les Petites Fugues (Yersin) *** ***     **          
Les Burlesques de Méliès (Méliès)         ***         ***
Rendez-Vous de Satan (Carnimeo)           ***       ***
Ceddo (Sembene)                   ****
Cent Huit Etoiles (Chang, Wu & Pao)           ****        
Coup de tête (Annaud) * ** *** ** ** ** * **** ** **
L'Evadé d'Alcatraz (Siegel) ** ** *** **   ***   *** *  
Don Giovanni (Losey) * *** **   ** *** *   ** ***
Les Chiens (Jessua) **   *** * ** **   ** ***  
La Légende du grand Judo (Kurosawa) ***   **   **         ***
Hair (Forman) ** **   ** *** **** ** ** * *
Daguerréotypes (Varda) * ***   ** ***          
Martin et Léa (Cavalier) **   *** ** **          
Un enfant attend (Cassavetes) *     *** **          
Le Grand Embouteillage (Comencini) ** ** ** * **   ** **   ***
En route vers le sud (Nicholson) *         ***   ***    
La Troisième Génération (Fassbinder)     ° ***   ****        
La Vengeance d'un acteur (Ichikawa) *       ***         ***
La luna (Bertolucci) *     *** ** ***     *  
Furie (DePalma) **   * *** ° *** * *** ** **
Tess (Polanski) ** **   ** * **** *   *  
Le Cavaleur (De Broca) *   **** **   *     **  
Ce répondeur ne prend pas de message (Cavalier) ***     **            
Ecoute voir (Santiago)           ***       **
Graffiti Party (Milius)     ***         **    
Maman a cent ans (Saura) **         ***        
Meurtre par décret (Clark)           **       ***
Retour à la bien-aimée (Adam)     ***     **        
Zoo Zéro (Fleischer)           ***     **  
I comme Icare (Verneuil) * ** **     **   *** * **
L'Amour en fuite (Truffaut) ** ** ** *** * ** * *** ° **
Superman (Donner)   *     * ***   ** * ***
La Lettre écarlate (Wenders) *       ** ** **   ** **
Les Sœurs Brontë (Téchiné) *     ***   ** *   **  
De la nuée à la résistance (Huillet & Straub) **     **     **      
Le Roman d'Elvis (Carpenter) *   ***     **        
Patrick (Franklin)       **   **