Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2015

Sur vos écrans en 1983

EDITORIAL :

Par Jean-Luc L.

1983,rohmer,bergman,pialat,argento,allen,oshima,jones,gilliam,truffaut,marker,eastwood1983 Fin d'une époque

Mai 1981 n'avait pas marqué de rupture avec le cinéma des années 70. L'élection de Mitterrand ne faisait qu'entériner la victoire de l'idéologie dominante depuis 1968. En revanche, l'entrée dans la rigueur en 1983 avec le gouvernement Fabius et le refus de sortir du SME marquent une fracture profonde avec le passé. Cette faillite de l'idéologie devant l'efficacité du libéralisme sera accentuée ensuite avec la chute du mur de Berlin et l'éclatement de l'URSS.

1983, c'est également la date de sortie de Vivement dimanche, le dernier film de François Truffaut emporté par le cancer en 1984. 1983 clôt ainsi une longue période, définie comme celle d'une coexistence pacifique et enrichissante entre un centre du cinéma, populaire, et sa périphérie, plus ouverte sur la nouveauté. Avec A nos amour, Pialat réalise un dernier film psychologique et social avant de s'essayer au film de genre avec Police. Rohmer réalise Pauline à la plage, comédie gracieuse, cruelle et sensuelle avant Les nuits de la pleine lune, quatrième film de la série "Comédies et proverbes" au ton très pessimiste.

1983, on ne le sait pas encore amorce la chute vertigineuse de la fréquentation en France. Après un pic supérieur à 200 millions d'entrées en 1982, on passe dès 1985, pour la première fois depuis l'après-guerre au-dessous des 175 millions de spectateurs. On en sera à moins de 125 millions en 1988. Soit, après la relative stabilité des années soixante-dix, une chute de 40 % en six ans (et le plus faible nombre d'entrées depuis 1928).

Cette chute des entrées se double d'un second phénomène, au moins aussi inquiétant : ces 40 % de public perdu sont des spectateurs de films français (et de films étrangers non anglo-saxons, déjà marginalisés). Le public du cinéma américain reste relativement stable, ce sont les productions françaises qui cessent, assez brutalement, d'attirer le public. Cette perte est encore aggravée par le fait que ce public déficient est, encore plus majoritairement que le public global, composé d'adolescents : de 1983 à 1988, la chute globale est de 37 % mais la baisse de fréquentation des 15-24 ans est de 42 %. Massivement, les jeunes, qui sont aussi l'avenir du public, ne se déplacent plus dans les cinémas que pour voir des films américains.

1983 : L'Amérique de Reagan s'est trouvée un héros avec Rambo qui sort sur nos écrans entouré des deux James Bond, le non approuvé Jamais plus jamais et Octopussy estampillé EON et United Artists. Mais, ici aussi, le cinéma du centre souffre. Francis Ford Coppola, qui avait réussi à concilier sa vocation d’auteur et le désir de recréer le Hollywood d’antan avec son studio American Zoetrope, fondé en 1968 à Los Angeles le revend cette année là. Les expérimentations (One from the Heart, 1982, Rumble Fish, 1983) cesseront donc pour un temps. Heureusement Scorsese sort des sentiers battus pour la farce grinçante qu'est La valse des pantins et Clint Eastwwod se fait le témoin fantomatique d'une époque appelée à disparaitre dans Honkytonk man.

1983. Sortie en France de Fanny et Alexandre que Bergman présente comme son dernier film : "Je ne ferai plus de long métrage. Je ne me suis jamais autant amusé, et je n’ai jamais autant travaillé. Fanny et Alexandre représente la somme totale de ma vie en tant que réalisateur... Je préfère laisser la réalisation de films à des gens plus jeunes. Je n’ai plus assez d’énergie." Mais le pire n'est jamais certain : Bergman tournera pourtant encore un film (Après la répétition) et onze téléfilms dans les vingt années suivantes !!!

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 189 longs métrages (sur les 634 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Rémi Vincent
Pauline à la plage (Rohmer) **** **** *** **** ****   ****   **** ****
Fanny et Alexandre (Bergman) **** * **** **** ****   ****     ****
A nos amours (Pialat) **** **** **** **** ****   **   **** ***
Ténèbres (Argento)     ***   **** **** **     ****
Zelig (Allen) **   *** ** **** ****   **   ****
Furyo (Oshima) *** ** **** **** **** **** **   *** ***
Monty Python, le sens de la vie (Jones & Gilliam) **   *** *** **** **** *** ** ** ***
Vivement dimanche ! (Truffaut) ** ** *** *** **** *** *   **** ****
Sans soleil (Marker) ****   *** *** ***          
Honkytonk Man (Eastwood) *** *** *** *** *** ***        
L'Argent (Bresson) **** ° ** ****     ****   ***  
La Valse des pantins (Scorsese) *** **** *** *** *** *** ** **   **
Travail au noir (Skolimowski)         ****   ****      
Un fauteuil pour deux (Landis) **   ** **   ****   ** *** ***
Mortelle Randonnée (C. Miller) **   *** *** ***   **     ***
Frère de sang (Henenlotter)         *** ***       ***
Zombie (Romero)   ° *** ** *** **** **   ** ****
Faits divers (Depardon) ***   *** ***            
Miss Oyu (Mizoguchi)   ****   **            
Rambo (Kotcheff) ** ***   ** *** ****   ** ** ***
Papy fait de la résistance (Poiré) * ** ** ** *** ***   ** ** ***
La Ballade de Narayama (Imamura) **** ° ** *** ****   *      
Outsiders (Coppola) ** ***   ** ***     *    
L'Emprise (Furie)     **   *** ***     ** **
Frances (Clifford)   ***     ***   *     ***
Sans retour (W. Hill)   **     *** **       ***
Boat People (Hui)   **** ** **            
Cujo (Teague)     **     ***     ***  
Halloween III, le Sang du sorcier (Wallace)         *** ***       **
L'Année de tous les dangers (Weir)         ***   **     ***
A la poursuite de l'étoile (Olmi)       ***     ***      
Les Trois Couronnes du matelot (Ruiz)         ****   **      
La ultima cena (Gutierrez-Alea)         ****          
Racket (MacKenzie)         ****          
Tout l'or du ciel (Ross)         ****          
Les Prédateurs (Scott) **   * ** *** *** ** * * ****
Evil Dead (Raimi)     ** ° **** ****   * ° ****
Creepshow (Romero)     °   *** *** *   *** ***
Dark Crystal (Henson & Oz)           ** *     ****
Le Vent (Cissé) ***   ** **            
Rue Cases-Nègres (Palcy) ***     **           **
Danton (Wajda)     ** ** **   *   ** ***
Chaleur et poussière (Ivory)     ** *** **          
La Grande Ville (Ray) ****                  
Le Jour des idiots (Schroeter)     **   ***         **
L'Africain (De Broca) ** *** **     * *     ***
Le Dernier Combat (Besson)     ° ** *** *** *     ***
Les Compères (Veber) * ** *** *   **   ** *  
L'Homme blessé (Chéreau) **   ** * ****   *      
Monty Python à Hollywood (Hughes)       ** ** **   **   **
En haut des marches (Vecchiali)   *** **              
L'Homme aux deux cerveaux (Reiner)     *     ****        
Le Territoire (Ruiz)     **   ***          
War Games (Badham) * ** **     ***   *   ***
Tonnerre de feu (Badham)         ** **   *   ***
Tootsie (Pollack) **   ** ** ** *** * * * *
La Vie est un roman (Resnais) ***   ** *         **  
Le Bal (Scola) **   ** **   * **      
Koyaanisqatsi (Reggio)         **       * ***
L'Histoire de Piera (Ferreri)     **   **   **      
Megavixens (Meyer)     **     *** *      
Chronopolis (Kamler)         ***          
Dément (Sholder)         ***          
Get Crazy (Arkush)                   ***
Le Voyage d'Orphée (Costa, cm)                   ***
T'es fou Jerry ! (Lewis)                   ***
Tempête (Mazursky)         ***          
Un jeu brutal (Brisseau)   ***                
Y a-t-il enfin un pilote dans l'avion ? (Finkleman) *   ** * * ***   * ** **
Le Retour du Jedi (Marquand) ** ** ° * * ** * ** ** **
Garçon ! (Sautet) **   * **     ** * **  
Quarante-Huit Heures (W. Hill)       * ** *** * °   ***
Le Prix du danger (Boisset)   ** * * ** *** *     *
Tchao Pantin (Berri) * ** ** * ** *** °   * **
Dans la ville blanche (Tanner)     **   **          
J'aurai ta peau (Heffron)         *         ***
L'Imposteur (Comencini)             **     **
La Mort aux enchères (Benton)         **         **
Le Choix de Sophie (Pakula)         ***   *      
Les Derniers Monstres (Risi)             **     **
Les Joueurs d'échecs (Ray)   *               ***
Te souviens-tu de Dolly Bell ? (Kusturica)     ** **            
Thriller (Landis, cm)       **           **
Tygra, la glace et le feu (Bakshi)           **       **
Jamais plus jamais (Kershner)   * ° ** ** **   * ** **
Cap Canaille (Berto & Roger)     *   ***   *      
L'Eventreur de New York (Fulci)     *   ** **        
La Belle Captive (Robbe-Grillet)     *   **   **      
Le Verdict (Lumet)       **     *     **
Piège mortel (Lumet)         ** *       **
Le Monde selon Garp (G-R Hill)           ** ** * *  
L'Œil du Tigre, Rocky 3 (Stallone) *     * * ***     *  
Octopussy (Glen)       * ** **   °   *
L'Eté meurtrier (Becker) * * ** ° ** ** ° * ° **
Les Dieux sont tombés sur la tête (Uys) *   **     ° ° * ** **
A la recherche de la panthère rose (Edwards)     ** *     *     *
Gandhi (Attenborough)   °     **   *     **
La Lune dans le caniveau (Beineix)     °   **   *     **
Le Ruffian (Giovanni)   *     * ** *      
Signes extérieurs de richesse (Monnet)     **   ° **        
Attention, une femme peut en cacher une autre (Lautner) *   **   *          
Equateur (Gainsbourg)     °   ** **        
Carmen (Saura)             *     **
Dar l'invincible (Coscarelli)           *       **
Horrible (Massaccesi)     *     **        
Les Traqués de l'an 2000 (Trenchard-Smith)           *       **
Psychose II (Franklin)         * **        
Vive la sociale ! (Mordillat)             °     ***
Amityville II, le Possédé (Damiani)           **        
Atomic Cafe (Loader, K. Rafferty & P. Rafferty)       **            
Barbe-d'Or et les pirates (Damski)           **        
Cinq Jours ce printemps-là (Zinnemann)                   **
Cobra (Girolami)                   **
Horreur dans la ville (M. Miller)           **        
Hysterical (Bearde)                   **
L'Art d'aimer (Borowczyk)             **      
La Java des ombres (Goupil)         **          
La Montagne magique (Geissendörfer)         **          
La Mort de Mario Ricci (Goretta)     **              
La Peur règne sur la ville (Rosati)         **          
La Tragédie de Carmen (Brook)                   **
La Traviata (Zeffirelli)                   **
La Vengeance de l'Aigle de Shaolin (Chung)         **          
Le Chat noir (Fulci)         **          
Le Guerrier de l'espace (Johnson)                   **
Le Sadique à la tronçonneuse (Piquer-Simon)           **        
Œil pour œil (Carver)           **        
Surexposé (Toback)         **          
La Femme de mon pote (Blier) * ** ** ° **   ° * °  
J'ai épousé une ombre (Davis) *   *   °   *     **
Le Démon dans l'île (Leroi)     *   * * *      
La Morte-Vivante (Rollin)     °     ** *      
Les Quatre de l'Apocalypse (Fulci)     °   ***         °
My Dinner with Andre (Malle)   °   **            
Superman III (Lester)         ** ** * ° ° °
Circulez y'a rien à voir (Leconte) °   ** °   ** °      
Le Marginal (Deray)   * °   * **   °    
Officier et gentleman (Hackford) **       *   * ° °  
Joy (Bergonzelli)             *   *  
Le Battant (Delon)         *   *      
Le Justicier de minuit (Lee-Thompson)         ° **        
Piranha 2, les Tueurs volants (Cameron)           **     °  
Coup de foudre (Kurys) *   **       °      
Flashdance (Lyne) **     *   ° °      
La Crime (Labro)         * * °     *
Les Dents de la mer 3 (Alves)         ° ** °   *  
L'Indic (Leroy) °   **   °          
Quand faut y aller, faut y aller (Barboni)           *   °   *
Staying Alive (Stallone) *       *     °    
Androïde (Lipstadt)                   *
Antonieta (Saura)         *          
Capitaine Malabar dit La Bombe (Lupo)           *        
Commando (Sharp)               *    
Enigma (Szwarc)         *          
Erendira (Guerra)       *            
Fanny Hill (O'Hara)             *      
La Palombière (Denis)             *      
Les Mots pour le dire (Pinheiro)             *      
Les Yeux de l'étranger (Wiederhorn)         *          
Monsignore (Perry)             *      
Personne n'est parfait (Festa-Campanile)             *      
Un dimanche de flic (Viannet)                   *
Vigilante - Justice sans sommation (Lustig)         *          
Yor le chasseur du futur (Margheriti)           *        
Zigzag Story (Schulmann)     *              
Banzaï (Zidi) °   ** ° * * ° ° ° °
A bout de souffle made in USA (McBride)     *   *   ° °    
Vendredi treize chapitre trois (Miner)     °   ° **       °
Au nom de tous les miens (Enrico)       °     *      
Edith et Marcel (Lelouch) °           *      
La Fiancée qui venait du froid (Nemes)     *       °      
Patricia, un voyage pour l'amour (Frank)     °       *      
Premiers Désirs (Hamilton)     °       *      
Le Grand Carnaval (Arcady)     °       °     °
Le Retour des bidasses en folie (Vocoret)     °       °      
Mon curé chez les Thaïlandaises (Thomas)     °       °      
Un chien dans un jeu de quilles (Guillou)             °      
Benvenuta (Delvaux)       °            
Ça passe ou ça casse (Trikonis)               °    
Debout les crabes, la mer monte (Grand-Jouan)             °      
Flics de choc (Desagnat)         °          
Le Faucon (Boujenah)           °        
Le Jeune Marié (Stora)     °              
Les Branchés à Saint-Tropez (Pécas)     °              
Les Meilleurs Amis (Jewison)             °      
On l'appelle catastrophe (Balducci)     °              
Porky's Two (Clark)           °        
Un bon petit diable (Brialy)               °    
  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Rémi Vincent
Schizophrenia (Kargl)     ****              
Athènes (Angelopoulos, cm)       ***            
Zu, les guerriers de la montagne magique (Tsui)       °           ***
Ogroff (Moutier)     °
            *

Jean-Luc :
**** : Fanny et Alexandre
*** : Pauline à la plage / A nos amours / L'Argent / La Grande Ville / La Femme du chef de gare
** : Vivement dimanche ! / Honkytonk Man / La Valse des pantins / Travail au noir / Faits divers / Miss Oyu / Le Vent / Rue Cases-Nègres / L'Enfant secret
* : Furyo / Rambo / La Vie est un roman / Le Retour du Jedi / Jamais plus jamais / Octopussy / My Diner with André

Antoine :
**** : Zelig
*** : Pauline à la plage / Vivement dimanche ! / L'Argent / Miss Oyu
** : Furyo / Mortelle randonnée / Papy fait de la résistance / Dark Crystal / Danton / Le Retour du Jedi
* : Rambo / War Games / Jamais plus jamais / Signes extérieurs de richesse
° : L'Œil du Tigre, Rocky 3 / Banzaï / Un chien dans un jeu de quilles

Timothée :
**** : Pauline à la plage
*** : Monty Python, le sens de la vie / Vivement dimanche ! / Honkytonk Man / La Valse des pantins / Un fauteuil pour deux / Outsiders / Les Compères
** : Rambo / Papy fait de la résistance / Le Retour du Jedi / L'Œil du Tigre, Rocky 3 / Octopussy
* : Tchao Pantin / Jamais plus jamais / Banzaï

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Argent (Bresson) Fanny et Alexandre (Bergman-version TV) 3- A nos amours (Pialat) L'Enfant secret (Garrel) 5- Travail au noir (Skolimowski) Les Trois couronnes du matelot (Ruiz) 7- T'es fou Jerry ! (Lewis) Un jeu brutal (Brisseau) 9- Ana (Cordeiro-Reis) Furyo (Oshima) Pauline à la plage (Rohmer)
Ancien : Miss Oyu ( Mizoguchi )

Foxart :
1/A nos amours 2/Fanny & Alexandre 3/Vivement dimanche ! 4/Les prédateurs 5/Zombie 6/Schizophrenia, le tueur de l'ombre 7/Furyo 8/Et vogue le navire 9/Ténèbres 10/Videodrome

Pierre :
1-Sans soleil (Marker) 2-Les trois couronnes du matelot (Ruiz) 3-Dans la ville blanche (Tanner) 4-Zelig (Allen) 5-Zombie (Romero) 6-Fanny et Alexandre (Bergman) 7-L'histoire de Piera (Ferreri) 8-Le roi des singes (Wan Lai Ming) 9-Evil dead (Raimi) 10-Erendira (Guerra) 11-Furyo (Oshima) 12-Le territoire (Ruiz) 13-Honkytonk man (Eastwood) 14-Sans retour (Hill) 15-Ana (Reis et Cordeiro) 16-Le mur (Guney) 17-Nous étions tous des noms d'arbre (Gatti)
les 26 hors liste supplémentaires : Caligula, la véritable histoire (D'Amato)*** Merry-go-round (Rivette)*** Rolling Stones (Ashby)*** Le colosse de Hong-Kong (Ho meng Hua)*** La mante religieuse (Liu Chia Liang)*** Les incorruptibles karatékas (Lo Mar)*** Maîtresse des singes (Buchanan)*** Espèce en voie de disparition (Rudolph)** Liberty belle (Kané)** Hanna K (Costa-Gavras)** Egon Schiele, entre enfer et passions (Vesely)** les quatre justiciers (Williamson)** Les princes (Gatlif)** L'ami de Vincent (Granier-deferre)** Le camion de la mort (Cokliss)** Les aventuriers du cobra d'or (Margheriti)** Crime au cimetière étrusque (Martino)** La lanterne de jade (Chang pai Cheng)** Phobia (Huston)* Cinq jours ce printemps là (Zinnemann)* les branchés de St Tropez (Pecas)* Stella (Heynemann)* Les hommes préfèrent les grosses (Poiré)* Education anglaise (Roy)* Les aventuriers du bout du monde (Hutton)0 Le braconnier de dieu (Darras)0000
25 longs métrages inédits : 1-Schizophrenia (Kargl)***** 2-The little girl who conquered time (Obayashi)**** 3-Carne de tu carne (Mayolo)*** 4-D'origine inconnue (Cosmatos)*** 5-Zu les guerriers de la montagne magique (Tsui Hark)*** 6-Duel to the death (Ching Siu Tung)*** 7-Les enfants de Nagasaki (Kinoshita)*** 8-Sur les traces du renard pâle: recherches en pays dogon 1931-1983 (De Heusch)*** 9-John Cage (Greenaway)*** 10-Ogroff (Moutier)*** 11-Screwballs (Zielinski)*** 12-Devonsville terror (Lommel)*** 13-Meredith Monk (Greenaway)*** 14-Les huit diagrammes de Wu Tang (Liu Chia Liang)*** 15-Momentos de prazer e agonia (Pitanga)** 16-Eureka (Roeg)** 17-Robert Ashley (Greenaway)** 18-Philip Glass (Greenaway)** 19-Hundra (Cimber)** 20-Echange souhaité (Tabio)** 21-Crime et chatiment (Kaurismaki)** 22-Zeder (Avati)** 23-Vengeance (Bliss)** 24-Ninfetas do sexo selvagem (Nunes da Silva et Mansur)* 25-Masters of the world (Cavallone)*
2 moyens métrages : 1-Témoins : Joris Ivens (Destanque)*** 2-Abel Gance et son Napoléon (Kaplan)**
8 courts métrages : 1-le puits, la pendule et l'espoir (Svankmajer)**** 2-A ballad at Greenwood (Barta)**** 3-Drill (Ito)*** 4-Le voyage d'Orphée (Costa)*** 5-Anthem (Viola)*** 6-Dreams in the night (Williams)** 7-Le voyage à Deauville (Duron)** 8-Thriller (Landis)*

Un simple amateur :
1- Fanny et Alexandre (Bergman) 2- A nos amours (Pialat) 3- Sans soleil (Marker) 4- Miss Oyu (Mizoguchi) 5- Schizophrenia (Kargl) 6- Pauline à la plage (Rohmer) 7- Zelig (Allen) 8- Honkytonk man (Eastwood) 9- La valse des pantins (Scorsese) 10- Un jeu brutal (Brisseau)

Mister Arkadin :
**** : La Valse des pantins (8)
*** : L’Argent (8) ; Fanny et Alexandre (8) ; Honkytonk Man (7) ; À nos amours (7)
** : Vivement dimanche ! (7) ; Le Retour du Jedi (6) ; Pauline à la plage (6) ; Dark Crystal (6) ; Carmen (6) ; Rambo (5) ; les Compères (5) ; Les Dieux sont tombés sur la tête (5) ; Le Battant (5) ; Garçon ! (5)
* : Furyo (4) ; L’Africain (4) ; Megavixens (4) ; Tchao Pantin (4) ; L’Œil du tigre – Rocky III (4) ; L’Été meurtrier (3) ; Les Dents de la mer III (3) ; Premiers Désirs (3)
o : La Femme de mon pote (2) ; Circulez y’a rien à voir (2) ; Joy (2) ; Banzaï (2) ; Les Branchés à Saint-Tropez (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Zelig ; Monty Python, le sens de la vie ; Mortelle Randonnée ; Papy fait de la résistance ; Les Prédateurs ; Evil Dead ; Rue Cases-Nègres ; Danton ; Un jeu brutal ; Coup de foudre ; Flashdance ; Quand faut y aller, faut y aller ; Fanny Hill

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1983 ? (82 votants)

1er avec 10 voix : "Fanny et Alexandre" (Bergman)
2ème avec 7 voix : "A nos amours" (Pialat)
3ème avec 6 voix : "Sans soleil" (Marker)
4ème avec 5 voix : "Furyo" (Oshima)
5ème avec 4 voix : "Pauline à la plage" (Rohmer), "L'argent" (Bresson), "Koyaanisqatsi" (Reggio) et "Le retour du Jedi (Marquand)
9ème avec 3 voix : "Dark Crystal" (Henson), "L'été meurtrier" (Becker), "Le sens de la vie" (Gilliam/Jones)
2 voix : "L'année de tous les dangers" (Weir), "Rambo" (Kotcheff), "Les trois couronnes du matelot" (Ruiz), "Zelig" (Allen), "Dans la ville blanche" (Tanner), "Outsiders" (Coppola)
1 voix : "Rue Cases-nègres" (Palcy), "Honkytonk man" (Eastwood), "Travail au noir" (Skolimowski), "Gandhi" (Attenborough), "Tootsie" (Pollack), "Wargames" (Badham), "Le choix de Sophie" (Pakula), "Zombie" (Romero), "La valse des pantins" (Scorsese), "Un fauteuil pour deux" (Landis), "Mortelle randonnée" (Miller), "Vivement dimanche" (Truffaut), "Les prédateurs" (Scott), "Papy fait de la résistance" (Poiré).

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Dieux sont tombés sur la tête, Jamie Uys, 5 950 061 entrées
2. L'Été meurtrier, Jean Becker, 5 137 040 entrées
3. Le Marginal, Jacques Deray, 4 956 822 entrées
4. Les Compères, Francis Veber, 4 847 229 entrées
5. Le Retour du Jedi, Richard Marquand, 4 243 984 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : A nos amours (Maurice Pialat)
- Prix Méliès : Pauline à la plage (Eric Rohmer))
- Grand prix du cinéma français : La Vie est un roman (Alain Resnais)
- Prix Jean Vigo : Vive la sociale (Gérard Mordillat)
- César du meilleur film : Le Bal (Ettore Scola) & A nos amours (Maurice Pialat)
- Oscar du meilleur film : Gandhi (Richard Attenborough)
- Festival de Venise, Lion d'or : Prénom Carmen (Jean-Luc Godard)
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Ballade de Narayama (Shohei Imamura)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Ascendancy (Edward Bennett) & La Ruche (Mario Camus)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Princesse (Pal Erdöss)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Coup de foudre (Diane Kurys)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1983 sur le site Encyclo-Ciné)

11/10/2015

Sur vos écrans en 1982

EDITORIAL :

Par Jocelyn M.

1982,scott,godard,demy,de palma,carpenter,passer,lustig,aldrich,wenders,paradjanovAussi étonnant que cela puisse paraître - et "scandaleux" serait d’ailleurs un terme plus approprié, en l'espèce, qu' "étonnant" - le meilleur film de l'année 1982 n'apparaît pas parmi les 10 premiers du classement de mes collègues. Pire, il n'apparaît pas même, du tout, dans la liste délivrée ci-dessous. Un comble. Pourtant, une brève visite wikipédienne confirme sans équivoque le regrettable oubli, la triste boulette : il est bien sorti sur les écrans français (et de la planète entière d'ailleurs, simultanément) en 1982. Le 8 juillet pour être exact. Production franco-allemande, avec une participation espagnole - principalement logistique - l'œuvre en question est cependant signée par un réalisateur néerlandais, Charles Corver. Si le titre convoque volontiers les fantômes de Raoul Walsh, de Julien Duvivier, de John Huston, et qu'il ne manque pas de compléter la récente vision d'un JJ Annaud, c'est bien vers le récent Empire Contre-Attaque d'Irvin Kershner (et George Lucas) qu'il lorgne le plus.

Impossible de ne pas voir dans la prestation du dénommé Patrick Battiston un démarquage paresseux d'Harrison Ford en Han Solo statufié et, moins encore, dans celle du sobriqué Platoche un démarquage à peine dissimulé de Mark Hammill dans le pyjama de Luke Skywalker (et ce jusque dans ses promesses de venger son copain terrassé par le côté obscur de la Force). Inutile de revenir non plus sur l'armée de méchants toute de blanc vêtue, allusion à peine voilée aux stormtroopers - tandis que le rouge porté par le bad-ass-en-chef ne dupe personne et ne parvient jamais à maquiller le plagiat éhonté de Darth Vader dont se rend coupable le bondissant Harald Schumacher !

Ceci posé, il n'était pas moins impossible, en juillet 82, de résister à ce concentré d'émotions contraires (titré donc France-Allemagne), ce suspense proprement insoutenable, ce sens du tempo et cette faculté à faire surgir les effets au bon moment qu'orchestrait là monsieur Corver (qui dirige non pas avec un porte-voix mais avec un sifflet). Et il m'apparaît donc ahurissant que notre colonne ait omis une telle œuvre, parmi les plus intenses qu'il nous ait été donné, de mémoire de scrupuleux cinéphile, à voir. Œuvre qui n'a pas pris, au passage, la moindre ride (même si on me dit que certains acteurs aient, en particulier le Luke Skywalker portant numéro 10, mal tourné par la suite, grisé par l'appât du gain et la place du voisin) (*).

Le reste de l'année 82 ne fut par ailleurs pas terne pour autant. Les levées d'écrous opérées par un gouvernement de gauche nouvellement arrivé permit, sous l'impulsion d'un Langien (plus Jack que Fritz), de libérer quelques bobines de tout premier intérêt (Massacre à la tronçonneuse, le premier Mad Max) que la censure giscardienne avait placées sous l’éteignoir, et on en eut donc pour notre argent. C'est ainsi une année où le cinéma de genre s'épanouit plus qu'à l'accoutumée, et en est salué de retour (Blade Runner, The Thing, Maniac tiennent ainsi des marches parmi les meilleures de notre classement, talonnés par le Hooper et le Miller cités plus haut, mais aussi par ET, La Dernière Vague, Poltergeist, Wolfen et même... Virus Cannibale (classé 44ème) !!!) - personnellement il n'en fallait pas plus pour me faire chavirer d'aise. L'espiègle historien(-ne) du cinéma des années 80, ici brillamment naissantes dans leurs diverses manières, appréciera avec le recul l'épilogue par l'Histoire concocté à l'affaire L'As des As vs. Une Chambre en Ville, qui se solde par plus de 150 degrés d'écart dans le bilan Zoom-A, au profit de Demy plutôt qu'Oury. Ce même historien n'aura en revanche toujours pas démêlé l'écheveau Poltergeist : une frange affirmant que c'est bien un film de son réalisateur, Tobe Hooper, tandis qu'une autre scandera toujours qu'il est évidemment l'œuvre de son producteur, Steven Spielberg.

A titre personnel 1982 est sans doute mon année de naissance "cinéphile" - j'ai, civilement, 11 ans. Je vois "en salles" des films que "je décide" de voir, et rêve à d'autres que la VHS me fera rattraper quelques années plus tard. C'est l'aube non pas des morts-vivants (encore que !) mais de mon parcours, buissonnier, louvoyant, désinhibé et innocent, dans la forêt des films, sans hiérarchie ni perspective encore, sans but ni amortissement des investissements. Foin de capitalisation et de mise en perspective. Entre 1982 et 1987, j'étais encore un pur. Ça s'est gâté depuis.

 

(*) au soir de ma trouvaille éditoriale, je m'aperçois que, vingt ans plus tard, à l'été 2002, les Cahiers du Cinéma notaient déjà les matchs de la Coupe du Monde (Frédéric Bonnaud et Charles Tesson attribuant un *** à la rencontre Italie-Corée) dans leur tableau mensuel. Je n'ai donc, une nouvelle fois et avec mon espièglerie coutumière, rien inventé.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 207 longs métrages (sur les 614 sortis en salles) et 4 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Vincent Rémi
Blade Runner (Scott) *** ** ° **** **** **** *** **** **** ****
Passion (Godard) ***   ****   ***   ****     ***
Une chambre en ville (Demy)   **** ****   ***   ***   ***  
Vincent (Burton, cm)      *** *** ****       ****  
Blow Out (De Palma) *** ** *** ** **** **** *** **** *** ***
The Thing (Carpenter)   *** ** ** **** **** ** *** **** ***
Cutter's Way (Passer)   **** ** *** **** ***        
Maniac (Lustig)     **   *** ****     ****  
Deux Filles au tapis (Aldrich)   ***   *** ***   ***   ****  
L'Etat des choses (Wenders) ***   ** *** **** ****     ***  
Sayat nova, couleur de la grenade (Paradjanov) ***   *** ** ****          
Coup de cœur (Coppola)   **   *** ****   ** ** ***  
Identification d'une femme (Antonioni) ***   ** ** ****   ***      
Mad Max 2 (Miller)     ° *** **** ****   *** **** **
Dernier Caprice (Ozu)     ** ***           ****
ET l'extraterrestre (Spielberg) *** **** ° * ** **** ** ** **** ***
Massacre à la tronçonneuse (Hooper) ** * **** ** **** **** * ** **** ***
Georgia (Penn)   ****   *** ***       **  
La Nuit de San Lorenzo (Taviani) ****     ***     ***   ***  
Le Secret de Veronika Voss (Fassbinder)     *** ** ***       ***  
Les Femmes de la nuit (Mizoguchi)   ***     ****          
Manille (Brocka)   ****     ***          
Le Père Noël est une ordure (Poiré) * *** *** *** *** **** * *** ** ***
Comédie érotique d'une nuit d'été (Allen) **   **** ** *** *** **   ****  
Fitzcarraldo (Herzog) ** * ** ** *** **** ***   *** ***
Victor Victoria (Edwards) **** *** ** ** **** ** ** * ****  
L'Ange de la vengeance (Ferrara)         *** ***     ***  
San Clemente (Depardon)     ** *** ****          
Mourir à trente ans (Goupil)     *** *** ***          
Dressé pour tuer (Fuller)   ****   * ****   *      
Les Cadavres ne portent pas de costard (Reiner)     ** ** *** *** **   ***  
Querelle (Fassbinder) ** * ** *** ****   ***      
Le Beau Mariage (Rohmer) ** ** *** ** **   ** * *** ****
Les Fantômes du chapelier (Chabrol)   * ** *** *** *** ** **    
Hammett (Wenders)     *** ** *** ** ** ** ***  
La Dernière Vague (Weir)     ** ** ***   **   ** ***
Poltergeist (Hooper)     **     ****   * *** **
Pixote, la loi du plus faible (Babenco)   **   ** ****   **      
Brisby et le secret de Nimh (Bluth)   ****       ***        
Le Pont du nord (Rivette)     **   ****          
Mur Murs (Varda)     ** ** ****          
Paradis pour tous (Jessua)         ** *** ***      
Wolfen (Wadleigh)         *** ***     **  
Cinq et la peau (Rissient)         ***   ***      
Virus cannibale (Mattei)           **     ****  
Jaguar (Brocka)         ****          
La Vengeance est à moi (Imamura)         ****          
Mad Max (Miller) **   ° ** **** **** * ** **** *
Bandits bandits (Gilliam)     ** ** *** **     **  
Missing (Costa-Gavras) ** **   ** ** ** **   **  
La Femme tatouée (Takabayashi)     ** ** ***          
La Fièvre au corps (Kasdan)       ** ***       **  
La Maîtresse du lieutenant français (Reisz)   ***     ***   *      
Le Prince de New York (Lumet)   *     ****       **  
Ragtime (Forman)         ****   *   **  
Conte de la folie ordinaire (Ferreri)     ** * ***   **   **  
La Féline (Schrader)     * ** ***   **   **  
Diner (Levinson)   ***     **          
Gallipoli (Weir)         ***       **  
L'Incroyable Alligator (Teague)         ** ***        
Le Bateau (Petersen)         **       ***  
Pink Floyd the Wall (Parker) * ** *** ** *** ** * * * **
La Dernière Maison sur la gauche (Craven)     *** ° ***   *   **  
Yol (Güney & Gören)   **   ** ***   *     **
Espion lève-toi (Boisset)     **   ** * **   **  
Supervixens (R. Meyer)     **   ** **     ** *
L'Honneur d'un capitaine (Schoendoerffer)   *     **   ***      
La Maison du lac (Rydell) **           *   ***  
La Maison près du cimetière (Fulci)     *   ***       **  
Reds (Beatty)   ***     **   *      
Y a-t-il un Français dans la salle ? (Mocky)     **     ** **      
En rachâchant (Huillet & Straub, cm)                 ***  
Epouvante sur New York (Cohen)                 ***  
Et tout le monde riait (Bogdanovich)                 ***  
Killer of Sheep (Burnett)         ***          
Le Larron (Festa-Campanile)                 ***  
Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz (Binet)         ***          
Les Sorties de Charlerine Dupas (I : l'été) (Morder, cm)                 ***  
Police frontière (Richardson)         ***          
The French (Klein)           ***        
The Mafu Cage (Arthur)         ***          
Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ (Yanne) *   ** * ** ** * ** ** **
Conan le barbare (Milius) ° *   ° *** ***   * *** **
Tron (Lisberger) *   °   *** *** ° ** ** *
Docteurs in Love (Marshall)     **     *** °   **  
Les Misérables (Hossein) *       ** ** *   **  
Blue Holocaust (Massaccesi)         * ***        
Britannia Hospital (Anderson)         ** **        
Incubus (Hough)         *** *        
La Ferme de la terreur (Craven)         ** **        
La Truite (Losey)         **   **      
Les Années de plomb (Von Trotta)     *   ***          
Les Maîtres du temps (Laloux) **     **            
Meurtres à la Saint-Valentin (Mihalka)         *       ***  
Shoot the Moon - l'Usure du temps (Parker)   **   **            
Pour cent briques t'as plus rien (Molinaro) *   ** ** * **   * ** *
Halloween II (Rosenthal)     °   ** ***        
La Folle Histoire du monde (M. Brooks)           **   * **  
Litan (Mocky)           ** ***   °  
Anthropophagous (Massaccesi)     °   *** **     *  
La Nuit de Varennes (Scola)   *     **   *     **
La Passante du Sans-Souci (Rouffio) **   *   **   *      
Mille Milliards de dollars (Verneuil)         * ** **   *  
Tout feu tout flamme (Rappeneau)     ** ° * * * * **  
La Balance (Swaim) *       * * *   **  
Le Retour de Martin Guerre (Vigne) **     * *   *     *
Que les gros salaires lèvent le doigt ! (Granier-Deferre)     *   * *** °      
Star Trek 2 : la Colère de Khan (N. Meyer)           **   ° * **
Meurtre au soleil (Hamilton)         **     * *  
Happy Birthday, souhaitez ne jamais être invité (Lee-Thompson)           *     **  
Josépha (Frank)         *   **      
La Galaxie de la terreur (Clark)           *     **  
Lettres d'amour en Somalie (Mitterrand)     **       *      
Meurtres en direct (R. Brooks)         **   *      
Un justicier dans la ville 2 (Winner)         * **        
Venin (Haggard)           *     **  
Absence de malice (Pollack)                 **  
Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable (Kaczender)             **      
C'est ma vie après tout (Badham)           **        
Chambre 666 (Wenders, mm)         **          
Descente aux enfers (Sherman)         **          
Divine Créature (Patroni-Griffi)                   **
Hécate (Schmid)         **          
Jeux d'espions (Neame)         **          
L'Anti-Gang (Reynolds)         **          
L'Indiscrétion (Lary)     **              
L'Invitation au voyage (Del Monte)         **          
Le Bourgeois gentilhomme (Coggio)           **        
Le Dragon du lac de feu (Robbins)           **        
Le Fantôme de Milburn (Irvin)           **        
Les Démons de la nuit (Bava)         **          
Les Quarantièmes rugissants (De Chalonge)         **          
Les Yeux de la forêt (Hough)           **        
Maman très chère (Perry)         **          
Pulsion cannibale (Margheriti)           **        
Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ! (Serreau)     **              
Sadomania (Franco)         **          
Super Nanas (Carver)         **          
Taps (Becker)           **        
Terreur à l'hôpital central (Lord)           **        
The Stones in the Park (Woodhead, Durden-Smith & Grigsby)           **        
Trop tôt trop tard (Huillet & Straub)     **              
Tir groupé (Missiaen) °       ** * *   *  
Classe 1984 (Lester)           ** °   *  
L'Etoile du Nord (Granier-Deferre)     *   * *        
Le Tueur du vendredi (Miner)         * **     °  
Le Quart d'heure américain (Galland) °   **   *   ° ° **  
L'As des as (Oury) * ** * *   * ° ° °  
Firefox, l'arme absolue (Eastwood)       * ** °   °    
Annie (Huston)       °   **        
Cannibal Ferox (Lenzi)     °   **          
Cauchemar à Daytona Beach (Scavolini)           *     *  
L'Avion de l'Apocalypse (Lenzi)           **     °  
Le Dernier Vol de l'Arche de Noé (Jarrott)           * *      
Les Guerriers du Bronx (Girolami)           **     °  
Les Tueurs de l'éclipse (Hunt)         * *        
Nestor Burma, détective de choc (Miesch)         **          
Riches et célèbres (Cukor)   *     *          
Ma femme s'appelle reviens (Leconte) °   ***   *   ° ° *  
Elle voit des nains partout (Sussfeld)     °   °   *   **  
Le Grand Pardon (Arcady)   ** °   *   ° ° * °
Légitime Violence (Leroy)         ° *     *  
Tête à claques (Perrin) °       ° **        
Alexandre le Grand (Angelopoulos)       *            
Banana Joe (Steno)           *        
Brantôme 81 ou Vie de courtisanes (Bénazéraf)         *          
Carnage (Maylam)           *        
Déviation mortelle (Franklin)           *        
Il était une fois des gens heureux, les Plouffe (Carle)             *      
Ilsa la tigresse du goulag (Lafleur)         *          
L'Homme de Prague (Jarrott)         *          
Leçons très particulières (Myerson)             *      
Les Risques de l'aventure (Raffill)           *        
Opération Green Ice (Day)         *          
SAS à San Salvador (Coutard)             *      
T'empêches tout le monde de dormir ! (Lauzier)     °   ° ** °      
La Boum 2 (Pinoteau) *   °   ° *       °
Les Diplômés du dernier rang (Gion) ° * °     *        
Ça va faire mal (Davy)     °       *      
Les Bleus (Reitman)           *       °
Te marre pas, c'est pour rire (Besnard)     °     *        
La Créature du marais (Craven)     °   * °        
Le Choc (Davis)         ° ° *      
Plus beau que moi tu meurs (Clair)           * ° °    
Les Sous-Doués en vacances (Zidi) °   ° °   ° ° °   *
Le Cadeau (Lang)     *   °   °      
Le Gendarme et les gendarmettes (Girault) °   ° °     ° ° ° °
Aphrodite (Fuest)     °   °   °      
L'Abîme des morts-vivants (Franco)     °     °     °  
Mon curé chez les nudistes (Thomas)     ° °     °      
Porky's (Clark)       ° ° °        
Grease 2 (Birch)             °     °
On n'est pas sorti de l'auberge (Pecas)     °     °        
Qu'est-ce qui fait courir David ? (Chouraqui) °           °      
Black Emanuelle en Amérique (Massaccesi)             °      
Butterfly (Cimber)         °          
Guy de Maupassant (Drach)         °          
La Baraka (Valère)             °      
Le Corbillard de Jules (Penard)             °      
Le Droit de tuer (Glickenhaus)         °          
Le Rose et le blanc (Pansard-Besson)   °                
Le Tombeur, le frimeur et l'emmerdeuse (Davidson)           °        
Le Trio pervers (Aured)     °              
Les P'tites Têtes (Menez)             °      
Megaforce (Needham)               °    
N'oublie pas ton père au vestiaire (Balducci)     °              
On s'en fout... nous on s'aime (Gérard)             °      
Parsifal (Syberberg)                 °  
Passions déchaînées (Pierson)     °              
Qu'est-ce qui fait craquer les filles ? (Vocoret)     °              
T'es folle ou quoi ? (Gérard)     °              
  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Vincent Rémi

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jocelyn Ludovic Nolan Vincent Rémi
Made in Britain (Clarke)       *** ****          
Piscine sans eau (Wakamatsu)     **   ****          
Attention poésie (Courant)     **           ***  
L'art, c'est se perdre dans les châteaux du rêve (Courant)     **           ***  
L'œuvre d'art est utile car elle consolide notre liberté (Courant)     **           ***  
Passions (Courant)     **           ***  
Some kind of hero (Pressman)                 **  

Jean-Luc :
**** : Passion
*** : Blade Runner / Sayat nova, couleur de la grenade / Coup de cœur / Identification d'une femme / Dernier Caprice / ET l'extraterrestre / Le secret de Veronika Voss
** : Blow out / Cutter's way / Deux filles au tapis / Georgia / Mourir à trente ans / Dressé pour tuer / Querelle / Le Beau Mariage / Le Pont du nord / La Dernière Maison sur la gauche
* : The Thing / L'Etat des choses / Mad Max 2 / Massacre à la tronçonneuse / La Nuit de San Lorenzo / Comédie érotique d'une nuit d'été / Fitzcarraldo / Victor Victoria / Les Fantômes du chapelier / Hammett / Mad Max / Firefox, l'arme absolue

Antoine :
**** : Blade Runner
*** : Cutter's way / Coup de cœur / Fitzcarraldo / Les Fantômes du chapelier
** : Le Père Noël est une ordure / Comédie érotique d'une nuit d'été / Victor Victoria
* : Brisby et le secret de Nimh / Pink Floyd the Wall / Yol / Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ / Pour cent briques t'as plus rien
° : Nestor Burma, détecive de choc / Ma femme s'appelle reviens / Les Diplômés du dernier rang / Les Sous-Doués en vacances / Le Cadeau

Timothée :
**** : The Thing
*** : Blade Runner / Coup de cœur / Mad Max 2 / ET l'extraterrestre / Massacre à la tronçonneuse / Dressé pour tuer
** : Blow out / Identification d'une femme / Le Père Noël est une ordure / Comédie érotique d'une nuit d'été/ Mad Max / Tron
* : Les Sous-Doués en vacances / Le Gendarme et les gendarmettes

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Pierre :
1-Alexandre le grand (Angelopoulos), 2-La maison près du cimetière (Fulci), 3-Les démons de la nuit/Shock (Bava), 4-Traitement spécial pour pervers sexuel / Water power (Damiano), 5-L'avion de l'apocalypse (Lenzi), 6-Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux? (Serreau), 7-La dernière maison sur la gauche (Craven), 8-Le père noël est une ordure (Poiré), 9-L'ange de la vengeance (Ferrara), 10-Tron (Lisberger)
Les 20 hors liste restant : Rembrandt fecit 1669 (Stelling)***, Parasite (Band)***, Les démons du karaté/ Shaolin contre ninjas (Liu Chia Liang)***, Ping et Pong il était une fois en Chine (Yu Kan Ping)**, Le nôtre parmi les autres (Mikhalkov)**, Vers le sud (Van der Keuken)**, Un tueur dans la ville (Mastroianni)**, Les paumées du petit matin (Rollin)**, Avec les compliments de l'auteur (Bogdanovitch)**, La louve se déchaîne / La louve sanguinaire (Di Silvestro)**, Interdit aux moins de 13 ans (Bertucelli)**, Vacances à Ibiza (Kikoïne)**, La vallée de la mort (Richards)*, Jackie et Bruce défient le maître du karaté (Wu-Chia Chun)*, Une glace avec deux boules (Lara)*, Les folles nuits de Caligula (Bianchi-Montero)*, Pirate movie (Annakin)*, Boulevard des assassins (Tioulong)°, Les fascinants dobermans (Chudnow)°, Un été à St Tropez (Hamilton)°
12 longs-métrages inédits : 1-Made in Britain (Clarke)***, 2-Le making of de Fanny et Alexandre (Bergman)***, 3-Mil sexos tiene la noche (Franco)***, 4-Der fan (Schmidt)***, 5-Conquest (Fulci)***, 6-The deadly spawn (Mc Keown)***, 7-Wild style (Ahearn)***, 8-La tempête d'images (Van der Keuken)***, 9-Buddha's palm (Wong)**, 10-Ator (D'Amato)**, 11-La bimba di satana (Bianchi)*, 12-Target eagle (De la loma)*
Moyens-métrages : 1-Le bal (Seidl et Linder)***, 2-Chambre 666 (Wenders)*
Courts-métrages 1-Vincent (Burton) ****, 2-Ombres chinoises (Ruiz) ***, 3-Le bouton (Grinberg)***, 4-Bouzid (Slim)***, 5-Autrefois nous étions des oiseaux (Bardine)***, 6-Shadows (Williams)**

Un simple amateur :
1- Sayat nova, couleur de la grenade/Nran guouïn de Sergueï (Paradjanov), 2- Les femmes de la nuit/Yoru no onnatachi (Kenji Mizoguchi), 3- Une chambre en ville (Demy), 4- Cutter's Way (Passer), 5- Georgia (Penn), 6- Killer of sheep (Burnett), 7- Blade Runner (Scott), 8- Manille (Brocka), 9- La Nuit de San Lorenzo (Taviani), 10- Dressé pour tuer/White dog (Samuel Fuller)

Frédéric :
1- Identification d'une femme (Antonioni) La Vengeance est à moi (Imamura) 3- Loin de Manhattan (Biette) 4- Passion (Godard) Trop tôt, trop tard (Straub-Huillet) Victor Victoria (Edwards) 7- Et tout le monde riait (Bogdanovich) 8- Blow Out (De Palma) Le Pont du Nord (Rivette) Toute une nuit (Akerman) Une chambre en ville (Demy)
Anciens : Dernier Caprice (Ozu) Les Femmes de la nuit (Mizoguchi) Sayat Nova (Paradjanov)

Mister Arkadin :
**** : Mad Max II (8) ; Massacre à la tronçonneuse (8) ; Comédie érotique d’une nuit d’été (8)
*** : Blow Out (7) ; Deux Filles au tapis (7) ; Le père Noël est une ordure (7) ; La Maîtresse du lieutenant français (7)
** : Conan le Barbare (6) ; Blade Runner (6) ; Mad Max I (5)
* : Le Retour de Martin Guerre (4) ; Supervixens (4) ; L’As des as (3) ; Victoria Victoria (3) ; La Féline (3)
o : Black Emmanuelle en Amérique (2) ; Riches et célèbres (2) ; Ma femme s’appelle reviens (2) ; Les Misérables (2) ; Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (2) ; Le Quart d’heure américain (2) ; Les Sous-Doués en vacances (1) ; Les Gendarmes et les gendarmettes (1) ; On n’est pas sorti de l’auberge (1)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Les Fantômes du chapelier ; La Fièvre au corps ; Conte de la folie ordinaire ; Pour cent briques t’as plus rien ; La Nuit de Varennes ; La Passante de Sans-Souci

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1982 ? (77 votants)

1er (12 voix) "Blow Out" (De Palma)
2ème (10 voix) "The Thing" (Carpenter) et "Blade runner" (Scott)
4ème (7 voix) "Une chambre en ville" (Demy)
5ème (5 voix) "Coup de cœur" (Coppola)
6ème (3 voix) "L'état des choses" (Wenders), "Identification d'une femme" (Antonioni), "Victor, Victoria (Edwards)
9ème (2 voix) "Massacre à la tronçonneuse" (Hooper), "Sayat Nova" (Paradjanov), "Georgia" (Penn)
Et cités une seule fois : "Dressé pour tuer" (Fuller), "Supervixens" (Meyer), "Missing" (Costa-Gavras), Passion (Godard), "L'ange de la vengeance" (Ferrara), "Les maîtres du temps" (Laloux), "La vengeance est à moi" (Imamura), "Toute une nuit" (Akerman), "La dernière vague" (Weir), "Comédie érotique d'une nuit d'été" (Allen), "Le prince de New York" (Lumet), "Les fantômes du chapelier" (Chabrol), Killer of sheep (Burnett), "Fitzcarraldo" (Herzog), "Le retour de Martin Guerre" (Vigne), "Les cadavres ne portent pas de costards" (Reiner), "La fièvre au corps" (Kasdan) et "Mourir à 30 ans" (Goupil)

 

LE BOX-OFFICE :

1. E.T. l'extra-terrestre, Steven Spielberg, 9 419 695 entrées
2. L'As des as, Gérard Oury, 5 452 598 entrées
3. Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, Jean Yanne, 4 601 239 entrées
4. Le Gendarme et les Gendarmettes, Jean Girault, 4 209 139 entrées
5. La Balance, Bob Swaim, 4 192 189 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Danton (Andrzej Wajda)
- Prix Méliès : Une chambre en ville (Jacques Demy)
- Grand prix du cinéma français : Le Beau Mariage (Eric Rohmer)
- Prix Jean Vigo : L'Enfant secret (Philippe Garrel)
- César du meilleur film : La Balance (Bob Swaim)
- Oscar du meilleur film : Les Chariots de feu (Hugh Hudson)
- Festival de Venise, Lion d'or : L'Etat des choses (Wim Wenders)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Missing (Costa-Gavras) & Yol (Yilmaz Güney & Serif Gören)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Le Secret de Veronika Voss (Rainer Werner Fassbinder)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Démons dans le jardin (Manuel Guttierez Aragon)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1982 sur le site Encyclo-Ciné)

12/09/2015

Sur vos écrans en 1981

EDITORIAL :

Par Vincent J.

heavens00.jpg"Regarde, quelque chose à changé / L'air semble plus léger / C'est indéfinissable", chantait Barbara à Pantin en octobre 1981. Elle a chanté aussi "Car de tous les souvenirs / Ceux de l’enfance sont les pire" mais je me souviens de cette atmosphère limpide du lundi 11 mai 1981. La veille mon père avait sorti le champagne, la France était socialiste et les lecteurs du Figaro attendaient les chars Russes sur la place de la Concorde. Je me souviens très bien de cet air du lundi matin et c'est loin d'être mon pire souvenir. Malgré tout ce qui s'est passé après, ce matin là, je ressentais un élan sur le chemin du lycée, puissant, inédit. J'avais quinze ans, assez vieux et à la fois assez jeune pour le ressentir pleinement, sans arrière-pensées, un élan idéal pour accompagner cette période où on laisse l'enfance derrière soi.

Je me souviens de 1981. J'ai quinze ans et mon rapport au cinéma ne cesse de s'affirmer. Il se structure. Depuis trois ans je fréquente la cinémathèque de Nice, dans la vieille ville, les salles du centre ville avec mes amis et le cinéma Art et Essais de la place Garibaldi, le Mercury et ses sept salles à deux pas de chez moi. A la maison, je tente de négocier sur la télévision les cinémas de minuit de Patrick Brion et le ciné-club de Claude Jean-Philippe. Je suis dans la presse les festivals de Cannes et après quelques essais, j'ai adopté un système de fiches que je range dans des petits classeurs noir, laissant tomber la notation par petites étoiles que je trouve trop scolaire. Je commence à acheter des livres (le John Wayne d'Allen Eyles en premier) et je regarde les revues sans encore me décider pour une. 1981, pour le cinéma, je suis dans l'élan aussi.

Je me souviens de l'été 1981. Les dernières grandes vacances chez ma grand-mère en Picardie. Je découpe les grandes pages de VSD, en noir et blanc, et un article surtout excite mon imagination tout le mois d'août. Il présente le nouveau héros devant envahir les écrans la rentrée : Indiana Jones. Chapeau mou, barbe de trois jours, fouet sur l'épaule, blouson de cuir, le regard franc de Harrison Ford dans la lignée de son personnage de Han Solo qui m'avait tant séduit l'an passé. Aux commandes, outre Georges Lucas, il y a un réalisateur dont j'ai pour l’instant manqué tous les rendez-vous : Steven Spielberg. Et je me souviens de la série d'affiches dans le passage souterrain de la gare quand je suis rentré à Nice, cette affiche où le héros semble sortir du mur, comme du souvenir d'un autre cinéma, celui que je connais bien. Cette affiche, je vais la mettre au dessus de mon lit et elle va y rester près de trente ans.

198101.jpg

Je me souviens aussi des prémices. De l'émission Temps X des frères Bogdanoff bien avant qu'ils ne ressemblent à leurs momies botoxées, le samedi après-midi sur TF1. Ils diffusent un reportage sur le tournage du film et l'on y voit Harrison Ford tourner la scène où il est tiré derrière le camion. Et puis Métal Hurlant, la revue, qui met en couverture Indiana Jones dessiné par le grand Jim Steranko, l'auteur des peintures préparatoires, sublimes, pour Lucas et Spielberg. Un Indiana Jones fumeur à la carrure de Superman. "Les aventuriers de l'arche perdue est un film idiot, démagogique, nostalgique, tout ce que vous voulez, mais un film sain car il est fait pour rendre heureux" écrit Jean-Pierre Dionnet dans l'éditorial tandis que Philippe Manœuvre s'extasie sur plusieurs pages "J'étais pratiquement à quatre pattes sur la moquette, grattant le sol, jouant du fouet, boxant les nazis et serrant dans mes bras la divine Karen Allen".

Enfin, je me souviens très bien de la séance (le film sort le 16 septembre), avec mes amis du lycée, dans la grande salle à l'ancienne du Gaumont de l'avenue Jean Médecin. Plutôt ce qui me reste très clairement, c'est ce sentiment d’exhalation, d'excitation, et la façon très particulière dont il se prolongeait à la sortie. Cette joie sans retenue, cette envie de courir, de bondir sur les toits des voitures, d'être mal rasé et de porter un Fedora. J'avais déjà vu pas mal de films, j'en verrai bien d'autres, et si j'aurai des chocs esthétiques, émotionnels, intellectuels parfois plus forts, l'effet de Raiders of the lost ark reste unique. John Wayne était mort deux ans plus tôt, et Steven Spielberg, introduisant son héros de la même façon que John Ford dans Stagecoach (La chevauchée fantastique) par un vif travelling avant sur son visage, m'offrait une superbe passerelle entre mes admirations d'hier et les figures mythiques qui appartiendraient à ma génération en propre. De cette promesse naît aussi mon indéfectible admiration pour le réalisateur.

198102b.jpg

Mais il serait injuste de limiter mes souvenirs de 1981 à ce film. Deux autres œuvres m'ont beaucoup marqué cette année là et dans le même état d'esprit, avec une composante supplémentaire. Présenté au Festival de Cannes, Excalibur, la vision de John Boorman des récits des chevaliers de la table ronde a divisé la critique. Mais pour moi, c'était une vision sacrément neuve des films de chevalerie que je pratiquais jusqu'alors. Je découvrais les yeux ronds une succession d'images fantastiques, épiques, violentes et surtout sexuelles. L'étreinte entre le chevalier en armure (Uther joué par le débutant Gabriel Byrne) et Ygraine, duchesse de Cornouailles (jouée par Katherine Boorman) dans une ambiance d'ombres et de flammes, c'était quelque chose. Épique, violent, sexuel, c'était aussi le cas de Métal Hurlant, le film (d'animation), la machine à rêver comme l'écrivait la revue inspiratrice. L'équipe du canadien Gérald Potterton donnait le mouvement aux dessins de Richard Corben, Moebius ou Berni Wrightson. Le film a certes ses limites, mais sur l'instant, il est lui aussi un pur plaisir adolescent, musical et coloré, avec son abondance de monstres affreux, de femmes aussi pulpeuses que généreuses, de héros rugueux et de mondes incroyables. Et puis la vision de la guerrière Taarna chevauchant son ptérodactyle sur les accents lyriques d'Elmer Bernstein, à quinze ans, c'est unique.

Pour bien revenir à ces sentiments de 1981, il faut oublier tout le reste, le futur. Oublier tous les films que je découvrirai plus tard, John Carpenter et son New-York en ruines, Martin Scorsese et les vingt kilos pris par Robert De Niro pour jouer Raging Bull, Brian De Palma qui fait subir les derniers outrages à Angie Dickinson dans Pulsions, l'audace d'un cinéma français qui permet à Gérard Courant de sortir Cœur bleu en salles, à Guy Debord son fameux In girum imus nocte et consumimur igni et à un petit jeune, Jean-Jacques Beineix, de surprendre son monde avec Diva. Oublier que c'est la dernière fois que Sergio Corbucci est distribué en France. Oublier aussi que bêtement influençable, je ne suis pas allé voir Heaven's gate (La porte du paradis), le film de Michael Cimino précédé de sa mauvaise réputation américaine. Malgré l'accueil plus chaleureux de la critique française qui apprécie peut être le côté "marxiste" de l'épopée ciminesque, c'est dans l'air du temps, le public ne suit pas. Il faut dire que nous n'avons que la version amputée de plus d'une heure et qu'il faudra bien une dizaine d'années avant de découvrir Heaven's gate dans toute sa splendeur. Oublier aussi tous les autres, Rohmer, Lynch, le cinéma fantastique et d'horreur, Fulci le charcutier transalpin, Mann, Corneau, Truffaut et ses amants tragiques, Tavernier, Techiné, tous ces films dont je grappille à l'occasion des images à la télévision, comme pour le Stalker d'Andreï Tarkovski, qui ne me séduira guère plus tard. Oublier aussi que 1981, c'est le premier concert français de Bruce Springsteen dont j'ignore alors jusqu'au nom.

198103.JPG

Oublier pour ne pas intellectualiser, pour ne pas prendre de recul, ne pas analyser en adulte, et mieux se souvenir. Et pour retrouver intact, je crois, ce sentiment ouvert où se mêlent dans le même élan l'Histoire, la vie et le cinéma, "Oh mes quinze ans, oh mes merveilles", il me suffit des premières mesures de la musique de John Williams et d'un claquement de fouet.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 194 longs métrages (sur les 721 sortis en salles) et 2 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Nolan Vincent
La Porte du paradis (Cimino) **** *** **** **** **** ***   ****   ****
Raging Bull (Scorsese) **** *** *** **** **** ** **** *** **** ***
La Femme d'à côté (Truffaut) *** *** **** *** **** **** *** *   ****
Stalker (Tarkovski) **** *   **** **** ***   ****   **
Les Contes des chrysanthèmes tardifs (Mizoguchi)   ***   **** **** ****       ***
Le Salon de musique (Ray) **** * *** *** **** ***   ***    
Fondu au noir (Zimmerman)         ***   ****     ****
Elephant Man (Lynch) **** **** **** **** *** ** ** *** ** ***
Charulata (Ray) **** *** *** ***   ***   ***    
La Femme de l'aviateur (Rohmer) *** **** ***     **   **   ***
Les Aventuriers de l'arche perdue (Spielberg) *** * ** **** **** ** **** * ** ****
Coup de torchon (Tavernier) **   ** *** *** ** **** ***   ***
Reporters (Depardon)     *** *** ****          
Excalibur (Boorman) ** *** ** *** **** *** * **** ** ****
Garde à vue (Miller) *** ** *** *** *** * *** ** *** ***
Un étrange voyage (Cavalier)   *** *** ***           ***
Lili Marleen (Fassbinder)   ** *** ** **** **   **   ***
La Tendresse du maudit (Costa, cm)         ****         ***
Le Choix des armes (Corneau) ** **** ** ** *** ** *** ***   **
New York 1997 (Carpenter) ** * ** ** **** * **** ** *** ***
Pulsions (De Palma) ** * **** * **** ** **** ** ** **
Beau-Père (Blier)   *** *** ** ***   *** **   **
Eaux profondes (Deville)     ** *** ***     **   ***
Scanners (Cronenberg)   ° *** ** **** ** *** *   ***
Hôtel des Amériques (Téchiné) **   *** ** *** **   *   ***
L'Au-Delà (Fulci)     ** ** ****   **     **
Le Solitaire (Mann)   ***     ****     * * ***
Lola une femme allemande (Fassbinder)   ** *** * **** **        
Métal hurlant (Potterton)         ***   **   * ****
Neige (Berto & Roger)   *** **   ****     *    
Regards et sourires (Loach) **   ** ***       ***    
In girum imus nocte et consumimur igni (Debord)     ****     **   **    
Quelques jours de la vie d'Oblomov (Mikhalkov)       ***   **        
Comme un homme libre (Mann)   ***     ***          
Le Tigre de jade (Chor)         ***         ***
Quelque part dans le temps (Szwarc)         ***         ***
Réincarnations (Sherman)         ***   ***      
La Nuit de la métamorphose (Papic)         ****          
San Mao le petit vagabond (Zhao & Yang)                   ****
La Chèvre (Veber) * **** *** ** ***   ** * **  
Le Choc des Titans (Davis)         ***   *** ** * **
Une étrange affaire (Granier-Deferre)   *** **   **   **     **
Malevil (De Chalonge)       ***     ** **   **
Le Facteur sonne toujours deux fois (Rafelson) *** * * ** ***     **   **
Possession (Zulawski)     *** * **** * **** *   °
Docteur Jekyll et les femmes (Borowczyk)         **   *** **    
Le Loup-garou de Londres (Landis)     **   **   *** * ** **
Fantôme d'amour (Risi)   ** **   **     **   **
Hurlements (Dante)   °     ***   *** *   ***
L'Année des treize lunes (Fassbinder)   ° **   **** **   **    
Outland - loin de la Terre (Hyams)         **   *** * * ***
Allemagne mère blafarde (Sanders-Brahms)       ***   **        
Carmen Jones (Preminger)   **     ***          
Francisca (Oliveira) ***         **        
Harlequin (Wincer)         ***   **      
Le Bunker de la dernière rafale (Caro & Jeunet, cm)         ***         **
Le Chinois (Clouse)             **     ***
Le Policeman (Petrie)         ***   **      
Les Chiens de guerre (Irvin)         **         ***
Les Faucons de la nuit (Malmuth)         **   ***      
Mélodie meurtrière (Corbucci)         **         ***
Les Chariots de feu (Hudson)       ** ** ** ** *   **
Diva (Beineix)     **   ** &nbs