Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2016

Sur vos écrans en 1995

EDITORIAL :

Par Céline S.-P.

ceremonie00.jpg

1895-1995-2016

Janvier 1995, la télévision inaugure une année de fête en publiant un faire-part de décès. La Cinecitta se meurt sous les yeux de Michèle Morgan, invitée du journal de 20h Antenne 2. Le studio 5 est orphelin de son maître disparu il y a un peu plus d’un an. Medusa, abandonné dans un coin, semble nous regarder, nous implorer de faire revivre la folie et la démesure de Fellini. Mais la télévision italienne s’est emparé du lieu pour y tourner un programme, « Caro bebe » ne sera pas, à l’évidence, un hommage au déjeuner filmé par Louis Lumière… Un mois plus tard, le 13 février 1995, Antenne 2 célèbre le dépôt de brevet du Cinématographe en évoquant… un dépôt de bilan. Les studios de la Victorine sont également rongés par le délabrement et l’abandon. La télévision offre aux cinéphiles une commémoration au goût de cendre. Faut-il alors souhaiter au cinéma un « Joyeux non-anniversaire ! » comme le fait Camille Nevers dans le numéro de février des Cahiers du cinéma ? Dans ce billet, l’opération « Premier siècle du cinéma » est jugé sévèrement : « "L’histoire du cinéma" que l’on s’apprête à célébrer n’appartient pas plus à l’Histoire qu’au cinéma, elle est la bonne affaire des spécialistes médiatiques en tout genre, pas de la critique, celle de la muséographie des animateurs de banquets, des marchands d’armes et des collectionneurs d’art, pas celle des idées, celle des technologies et surtout pas celle des idéologies et leurs images correspondantes. Une histoire glorieuse et victorieuse, fourmillant d’anecdotes savoureuses, oublieuses des luttes, des défaites, ou des propagandes, passées et actuelles. » C’est cette histoire du cinéma qu’Agnès Varda met en scène dans Les cent et une nuits de Simon Cinéma. La réalisatrice choisit Michel Piccoli, on ne peut lui donner tort, mais elle fait de son lit un monument aux morts sur lequel apparaissent les visages des disparus et de son château un musée kitsch qu’aucune présence, fantomatique ou non, ne parvient pas à animer. Y a-t-il encore du mouvement en 1995 ? C’est un peu la question de Thierry Jousse dans l’édito des Cahiers de janvier : « 1995 : Le cinéma fête son centenaire. Qu’attendre de ces sortes de célébration dont l’époque a le secret et la coutume ? Au mieux, des pensées qui concernent très directement les pouvoirs du cinéma ou ses impouvoirs. La seule question qui vaut d’être posée en ces temps, c’est bien : que peut le cinéma ? Question que l’on modulera facilement en un Qu’a donc inventé le cinéma ? ou Que peut-encore le cinéma ? »

Les enfants de Lumière, Les cent et une nuits, Lumière et Compagnie, A propos de Nice, la suite… les hommages, bilans, reprises et variations sont nombreuses. Alors que le deuxième siècle du cinéma s’annonce avec de belles découvertes (James Gray, Noémie Lvovsky, Sharunas Bartas, Tsai Ming-Liang ou Laetitia Masson), les « pouvoirs et impouvoirs » du cinéma envahissent des écrans dont les dimensions semblent parfois réduites par le repli sur soi. Ed wood, Au travers des oliviers, Le Regard d’Ulysse, Lisbonne story, Swimming with sharks, ça tourne à Manhattan, le cinéma est partout. Aux Etats-Unis, il a le pouvoir de faire renaître le plus mauvais cinéaste du monde, et se nourrit de ses catastrophes avec humour ou de la critique acerbe de son industrie. Ailleurs, on s’interroge… Dès le mois de février, le critique Charles Tesson pose un regard teinté d’inquiétude sur le film d’Abbas Kiarostami. Dans un long texte, il multiplie les questions fébriles, les siennes et celles du réalisateur : « Pourquoi ce besoin de revenir sur cet épisode déjà tourné ? », « comment un metteur en scène et un spectateur peuvent-ils à ce point être aveugles sur ce qui est en jeu dans une prise de vue dès qu’on engage des acteurs pour tenir un rôle ? La capacité du cinéma à nous révéler l’indicible dans le visible aurait-elle ses limites ? », « Comment, par le cinéma, parvenir à l’accord (entre l’acteur et le réalisateur) ? » ou « A quoi sert le cinéma ? ». En mars, un autoportrait annonce déjà l’hiver, une disparition de décembre. JLG est là, mélancolique et serein, vieillard et enfant. C’est un « autoportrait, donc pas une autobiographie. Un genre peu cinématographique, un genre de retour sur soi animé par un mouvement interne difficile à saisir, un surplace qui avance en même temps. » et qui invite à s’interroger à nouveau sur le temps au moment au Rohmer et Rivette reviennent également sur les écrans. C’est « le temps de filmer et le temps de vieillir », celui dont s’affranchit Rohmer dans les Rendez-vous de Paris. « Le cinéaste filme les rencontres entre les amants potentiels comme une suite d’instantanés sans liens entre eux ». « Il n’y a pas de place pour le vieillissement dans le frais cinéma de Rohmer ». C’est  le temps rivettien de la reprise. « Le temps ne se boucle pas exactement sur lui-même mais se tord, se replie, se suspend parfois (…) D’une certaine façon, le temps ne passe pas chez Rivette, il dure secrètement, même s’il ne s’actualise pas toujours dans le présent ». Le temps godardien, défini par Stéphane Bouquet comme « une ligne du destin, ligne pessimiste et déclinante qui va tout droit vers l’anéantissement », semble s’accorder davantage aux incertitudes de la fin de ce premier siècle, même si l’espoir demeure : « c’est qu’il y a toujours chez Godard, la croyance que quelque chose est capable de résister au mouvement du déclin, quelque chose qui s’appellerait l’œuvre d’art. » Le dernier film de Maurice Pialat, le dernier film d’Akira Kurosawa, le dernier film de Claude Sautet, les retours que sont Lisbonne story et Le regard d’Ulysse, quelque chose semble en cette année 1995 assombrir cet espoir, et la souplesse de Manoel de Oliveira (87 ans alors) imitant Charlot n’y change rien…

De grands mots en grands maux, de la mort toujours annoncée au renouveau du cinéma asiatique, de la célébration du cinéma d’hier aux interrogations sur le cinéma de demain, que me reste-t-il alors de 1995 ?

1) De nouveaux visages

kids.jpg

little odessa.jpg

oublie-moi.jpg

bye bye.jpg

en-avoir-(ou-pas).jpg

vive-lamour.jpg

la-haine.jpg

trois jours.jpg

(Kids - Little Odessa - Oublie-moi - Bye Bye - En avoir (ou pas) - Vive l'amour - La Haine - Trois Jours)

2) La « discrétion de deux auteurs » justement définie par Thierry Jousse dans l’édito de septembre 1995 : « Nul besoin pour eux de s’exhiber puisqu’ils sont omniprésents dans leur film par la seule force de leur croyance au cinéma. ». Clint Eastwood et Claude Chabrol y croient. Parce qu’ils « se situent l’un et l’autre dans un lieu qui n’est guère occupé ces derniers temps, un espace-temps où le cinéma a encore vocation – quelque part entre son devenir-minoritaire et sa dérive-industrie des loisirs – à être universel », La Cérémonie et Sur la route de Madison sont deux souvenirs précieux de 1995.

la-ceremonie.jpg

Sur_la_route_de_Madison.jpg

3) Enfin, s’il faut revenir à l’enfance, je garde le portrait de Godard dans JLG/JLG, autoportrait de décembre et la vue Lumière d’Abbas Kiarostami. Un visage à peine esquissé par le violent contraste du noir et du blanc. Une troublante synthèse en cinquante secondes de trois temps : 1895-1995-2016.

jlg.jpg

 

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 205 longs métrages (sur les 381 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
La Cérémonie (Chabrol) *** **** **** **** **** **** **** *** *** ** ****
Ed Wood (Burton) *** **** *** *** *** **** ***   *** *** ****
Au travers des oliviers (Kiarostami)   ****   *** ****   ***        
Chungking Express (Wong) ** *** ** **** *** ****         ****
Le Garçu (Pialat)   **** **** ** ***   *** ***   ***  
The Kingdom (Von Trier)       *** **** ****          
Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)   **** **** ** *** **** * ** *** *** ****
Little Odessa (Gray)   *** **** ** *** **** * *** *** *** ***
Sur la route de Madison (Eastwood) ** **** **** *** *** *** **** ** ** ° ****
L'Antre de la folie (Carpenter)   ***   *** ** ****   ** * **** ****
Porco Rosso (Miyazaki)   ***   *** ***   ** *** *** ** ****
Clean, Shaven (Kerrigan)       ***   ****   ***      
Land and Freedom (Loach)   **   ** *** ***   ***     ****
Vive l'amour (Tsai)   ***   *** ****   **        
La Fleur de mon secret (Almodovar)   ****   *** *** **** * *     ***
Les Apprentis (Salvadori)   ***   ** ** ****   ** ** ****  
Coups de feu sur Broadway (Allen) ** ***   *** *** *** *       ****
Le Regard d'Ulysse (Angelopoulos)   ****   * *** ***         ***
Madadayo (Kurosawa)   ***   *** ***   *       ****
En avoir ou pas (Masson)   ***   ** *** ***         ***
Principio y fin (Ripstein)       *** ****            
The Killer (Woo)   *** ** ** * ****         ****
Usual Suspects (Singer) ** ***   ** *** **** * ** *** * ****
Sonatine (Kitano) ** *** * ** *** **** **       ***
Kids (Clark)       *** *** *** **        
Une journée en enfer (McTiernan) *   ** **   ***     *** *** ***
La Haine (Kassovitz)   *** ** *** *** *** ** * ** * ***
Underground (Kusturica)   ° ° *** **** *** ** *** *** ** **
La Jeune Fille et la mort (Polanski)   **   ** ** **   * ** **** ***
L'Appât (Tavernier)   *   * *** ***   ** *** ** ***
Les Rendez-vous de Paris (Rohmer)     ** *** *   * ***   **** **
Smoke (Wang)   *   **   ****   * ** *** ***
Kiss of Death (Schroeder)   ***   ** ** ***     *   ***
Dellamorte dell'amore (Soavi)     * **   ****   **     ***
JLG JLG (Godard)   ***   *** *   ** ***      
Dumb and Dumber (Farrelly)   **   **         ** ****  
Waati (Cissé)   ***   ** ***   **        
Bye-bye (Dridi)   **   ** *** ***          
A la vie à la mort (Guédiguian)       ** **     ***     ***
Flesh and Bone (Kloves)       **   ***         ***
Oublie-moi (Lvovsky)   **   *** ***            
Calendar (Egoyan)         *** ***   **      
The Doom Generation (Araki)       **   ****          
Clockers (Lee)           ***         ***
Le Ballon blanc (Panahi)       ***             ***
La Bible de néon (Davies)           ****          
Les Habitants (Van Warmerdam)           ****          
Casa de lava (Costa)           ****          
Prête à tout (Van Sant)   ***   ** ** *** * ** ** **  
Mort ou vif (Raimi)   *** ** **   ***     ** * **
Le Couvent (Oliveira)   ***   * ***   * ***     **
Le Village des damnés (Carpenter)       **   ***   *   ** ***
Ça tourne à Manhattan (Di Cillo)   ***   **   ***     *   **
Swimming with Sharks (Huang)   ***   *   ***     **   **
Before Sunrise (Linklater)     *     *** *       ****
Bad Boy Bubby (De Heer)       * ** ****          
Pigalle (Dridi)   ***   *   ***          
A la campagne (Poirier)   ***   ** **            
Soixante et Onze Fragments d'une chronologie du hasard (Haneke)       ** ***     **      
Freddy sort de la nuit (Craven)       **   **         ***
Last Seduction (Dahl) **         ***     **    
Lisbonne Story (Wenders)   ***   ** **            
Le Hussard sur le toit (Rappeneau) * ** °   *** **   *** * ** ***
Salam Cinema (Makhmalbaf)       ** ***            
Les Maîtres du monde (Orme)           **       ***  
La Chanteuse de pansori (Im)       ** ***            
Cyclo (Tran)   **   ° ** ****          
Les Cent et Une Nuits (Varda)   **   *** * **          
Braveheart (Gibson)   * ***     ***   * ° *** *
Crossing Guard (Penn)       °   ****   * **   **
Corridor (Bartas)       **   ***   *      
Etat des lieux (Richet)   **   ** **            
Riaba ma poule (Mikhalkov-Kontchalovski)   ***                  
L'Emigré (Chahine)       ***              
La Conquête de Clichy (Otzenberger)         ***            
La Vie sexuelle des Belges (Bucquoy)       ***              
Marie-Louise ou la Permission (Flèche)   ***                  
Six Degrés de séparation (Schepisi)   ***                  
Lune rouge (Bailey)           ***          
Tank Girl (Talalay)           ***          
Johnny Mnemonic (Longo)           ***          
Des anges et des insectes (Haas)           ***          
Shanghai Triad (Zhang)   **   * ** **          
La Fille seule (Jacquot)   *   **     ** **      
La Cité des enfants perdus (Caro & Jeunet) ** ° °   *** **     *** ° **
Les Evadés (Darabont)     ***     **   * ** °  
Petits Meurtres entre amis (Boyle)   *   °   ***     **   **
Prêt-à-porter (Altman)   **   *   *     *   ***
Rangoon (Boorman)   *     * **   **     **
Au Petit Marguery (Bénégui)   ***           *      
La Cassette (Oliveira)   **     **            
Quiz Show (Redford)           **   **      
Phantasm III (Coscarelli)           **         **
Le Monstre (Benigni)       **             **
Star Trek 7 : Générations (Carson)                   ** **
Meurtre à Alcatraz (Rocco)     **     **          
Le Bonheur est dans le pré (Chatiliez) * °   *   **     ** ** **
Ace Ventura, détective pour chiens et chats (Shadyac)       *         ° ****  
Haut bas fragile (Rivette)       *** °   **        
Priscilla, folle du désert (Elliott)   *       ***     *    
Jefferson à Paris (Ivory)   *       *         ***
Mothra contre Godzilla (Honda)       *   **         **
Glen or Glenda (Wood)   **   *   **          
La Mutante (Donaldson)           ***     ° * **
Jade (Friedkin)       °   ***     *   **
La Planète des vampires (Bava)   *   ° * **         ***
Casper (Silberling)     ***     *     * ° **
Apollo 13 (Howard)     **     *     ° *** *
Le Péril jeune (Klapisch) * ** * ** *     ° ** °  
Frankenstein (Branagh) * *   °   ** ** * *   *
Les Trois Frères (Bourdon & Campan) °   ** °         ** **  
Adultère mode d'emploi (Pascal)   **   ** °            
Vanya Quarante-Deuxième rue (Malle)       ** *     *      
Even Cowgirls Get the Blues (Van Sant)   **   *           *  
L'Ame des guerriers (Tamahori) °         ***          
Emmène-moi (Spinosa)   *   **              
Carrington (Hampton)           *         **
Raï (Gilou)   *   **              
Corps inflammables - Soixante-Quinze Centilitres de prière (Maillot)   *   **              
Lumière et compagnie (collectif)   **     *            
Funny Bones (Chelsom)           **         *
Naked in New York (Algrant)   **                  
Le Roi de Paris (Maillet)       **              
Rosine (Carrière)       **              
La Brèche (Moreau)                     **
Prêtre (Bird)           **          
Mécaniques célestes (Torres)   **                  
Fast (Desarthe)   **                  
L'Amour en équation (Schepisi)           **          
La Reine des bandits (Kapur)           **          
Noir comme le souvenir (Mocky)       **              
Jusqu'au bout de la nuit (Blain)     **                
La Folie du roi George (Hytner)           **          
Dolores Claiborne (Hackford)           **          
Sauvez Willy 2 (Little)     **                
Trois Jours (Bartas)           **          
La Croisade d'Anne Buridan (Cahen)       **              
Fiesta (Boutron)           **          
Au beau milieu de l'hiver (Branagh)                 **    
Gazon maudit (Balasko) ° °   **   **     ° **  
Goldeneye (Campbell) °   *     **     * ° **
Desperado (Rodriguez)       °   **     ** ° *
Juste Cause (Glimcher)           **     °   *
Légendes d'automne (Zwick)           **       ° *
Bad Boys (Bay)           **     ° *  
Waterworld (Reynolds) °   **     **     ° * °
Stargate (Emmerich) °   *     *     ° **  
La Rivière sauvage (Hanson)           **     °    
Le Nouveau Monde (Corneau)       °       **      
Augustin (Fontaine)   *   *              
USS Alabama (Scott)           *       *  
Traque sur Internet (Winkler)           *       *  
Une femme française (Wargnier)   °   °   **   *      
Assassins (Donner)           °     ° * **
Alerte (Petersen)           *     ° * *
Plan Nine from Outer Space (Wood)   *   * ° *       ° *
Elisa (Becker)   °   °   ***   °   °  
Tom est tout seul (Onteniente)   *                  
Va mourire (Boukhrief)   *                  
Only You (Jewison)           *          
Richard au pays des livres magiques (Johnston & Hunt)     *                
L'Année Juliette (Le Guay)       *              
Les Misérables (Lelouch)               *      
Circuit Carole (Cuau)     *                
Cobb (Shelton)           *          
Blue Sky (Richardson)           *          
Candyman 2 (Condon)           *          
Que la chasse commence (Dickerson)           *          
L'Amour à tout prix (Turtletaub)           *          
Les Milles (Grall)                     *
La Fiancée du monstre (Wood)       *              
A propos de Nice, la suite (collectif)       *              
Le Plus Bel Age (Haudepin)       *              
Les Frères McMullen (Burns)           *          
Le Président et Miss Wade (Reiner)   *                  
Le Cercle des amies (O'Connor)           *          
L'Indien du placard (Oz)                   *  
Le Maître des éléphants (Grandperret)       *              
Les Vendanges de feu (Arau)           *          
Batman Forever (Schumacher)     ** °   *   ° ° °  
Lancelot (Zucker) °   **     °   °   °  
Terminal Velocity (Sarafian)           *     °    
Junior (Reitman)                 ° *  
Nell (Apted)           *     °    
Astérix et les Indiens (Hahn)     *             °  
Street Fighter (Souza)     *             °  
Rob Roy (Caton-Jones)           *     °    
French Kiss (Kasdan)       °   *          
Les Anges gardiens (Poiré) °   ** °   °   ° ° °  
Harcèlement (Levinson)   *   °   °     °    
Judge Dredd (Canon) °         *     ° ° °
L'Or de Curly (Weiland)                   °  
Highlander 3 (Morahan)           °          
A cran (Martin)       °              
Drop Zone (Badham)                 °    
Radio Rebels (Lehmann)                 °    
La Lune et le téton (Luna)       °              
Dis-moi oui (Arcady)       °              
Don Juan De Marco (Leven)   °                  
Dragon Ball Z (Yamauchi & Hashimoto)                   °  
Neuf Mois aussi (Columbus)                   °  
Piège à grande vitesse (Murphy)           °       °  
Madame Butterfly (Mitterrand)       °       °      
Pocahontas, une légende indienne (Gabriel & Goldberg)     °           °    
Mortal Kombat (Anderson) °               ° °  
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Vincent
Inédits :                      
Fermo Posta (Brass)       *              

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Sonatine (Kitano) Sur la route de Madison (Eastwood) 3- La Cérémonie (Chabrol) Chungking Express (Kar-wai) 5- Le Garçu (Pialat) Haut, bas, fragile (Rivette) 7- JLG/JLG (Godard) Vive l'amour (Ming-Liang) 9- L'Antre de la folie (Carpenter) Clean, Shaven (Kerrigan)

Un simple amateur :
1- Au travers des oliviers (Kiarostami) 2- Sur la route de Madison (Eastwood) 3- Little Odessa (Gray) 4- Madadayo (Kurosawa) 5- La Chanteuse de pansori (Im) 6- Bad Boy Bubby (De Heer) 7- Le Garçu (Pialat) 8- Vive l'amour (Ming-Liang) 9- Chungking Express (Kar-wai) 10- Nelly et Monsieur Arnaud (Sautet)

Mister Arkadin :
**** : Underground (9 ; version longue, passée en feuilleton sur Arte quelques années après – 7 pour la version cinéma)
*** : Nelly et Monsieur Arnaud (8) ;Principio y fin (8) ; Ed Wood (8) ; Usual Suspects (7) ; Au travers des oliviers (7) ; Calendar (7) ; Coups de feu sur Broadway (7) ; Salam Cinema (7) ; Vanya Quarante-Deuxième rue (7)
** : Porco Rosso (7) ; Land and Freedom (7) ; En avoir ou pas (6) ; Chungking Express (6) ; La Cérémonie (6) ; Prête à tout (6) ; La Fille seule (6) ; L’Appât (6) ; Oublie-moi (6) ; Le Village des damnés (6) ; Quiz Show (6) ; Sonatine (5) ; Vive l’amour (5) ; Dumb and Dumber (5) ; Le Garçu (5) ; La Haine (5) ; Le Nouveau Monde (5) ; A la campagne (5) ; Glen or Glenda (5)
* : Sur la route de Madison (4) ; Little Odessa (4) ; A la vie à la mort (4) ; Les Apprentis (4) ; Les Evadés (4) ; Cyclo (4) ; Les Cent et une nuits (4) ; Ace Ventura, détective pour chiens et chats (4) ; Desperado (3) ; Batman Forever (3) ; La Cité des enfants perdus (3) ; Les Trois Frères (3) ; Plan Nine from Outer Space (3)
o : Le Péril jeune (2) ; Smoke (2) ; Les Rendez-vous de Paris (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : La Fleur de mon secret ; Flesh and Bone ; Last Seduction ; La Chanteuse de pansori ; L’Emigré ; Shanghai Triad ; Le bonheur est dans le pré ; Adulte mode d’emploi ; Carrington ; Raï

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1995 ? (105 votants)

1- La Cérémonie (Chabrol) (15 voix)
2- Sur la route de Madison (Eastwood) (12 voix)
3- Chungking express (Wong Kar-Wai) (10 voix)
4- Little Odessa (Gray) et Une journée en enfer (McTiernan) (6 voix)
6- La Haine (Kassovitz), Ed Wood (Burton), L'Antre de la folie (Carpenter) (5 voix)
9- Before Sunrise (Linklater), Porco rosso (Miyazaki), JLG/JLG (JLG), Kids (Clark) (3 voix)
Viennent ensuite avec 2 voix : Vive l'amour (TML), Le Péril jeune (Klapisch), Clean shaven (Kerrigan), Les Apprentis (Salvadori)
Et cités une fois : La Jeune fille et la mort (Polanski), Principio y fin (Ripstein), Smoke (Wang), Corridor (Bartas), Le Garçu (Pialat), Usual suspects (Singer), Au travers des oliviers (Kiarostami), Braveheart (Gibson), Coups de feu sur Broadway (Allen), The Doom Generation (Araki), A la campagne (Poirier), Jade (Friedkin), 71 fragments d'une chronologie du hasard (Haneke), La Fleur de mon secret (Almodovar), Les Evadés (Darabont), Nelly et monsieur Arnaud (Sautet), Madadayo (Kurosawa), Underground (Kusturica), La Cité des enfants perdus (Jeunet/Caro), The Killer (Woo), Groom Service (Tarantino/Rodriguez...)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Les Trois Frères, Bernard Campan & Didier Bourdon, 6 897 098 entrées
2. Les Anges Gardiens, Jean-Marie Poiré, 5 793 034 entrées
3. Pocahontas, une légende indienne, Eric Goldberg & Mike Gabriel, 5 656 757 entrées
4. Le Bonheur est dans le pré, Étienne Chatiliez, 4 931 227 entrées
5. Gazon Maudit, Josiane Balasko, 3 990 094 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Méliès : Nelly et Monsieur Arnaud (Claude Sautet)
- Prix Jean Vigo : N'oublie pas que tu vas mourir (Xavier Beauvois)
- César du meilleur film : La Haine (Mathieu Kassovitz)
- Oscar du meilleur film : Forrest Gump (Robert Zemeckis)
- Festival de Venise, Lion d'or : Cyclo (Tran Anh Hung)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Underground (Emir Kusturica)
- Festival de Berlin, Ours d'or : L'Appât (Bertrand Tavernier)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Raï (Thomas Gilou)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Margaret's Museum (Mort Ransen)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1995 sur le site Encyclo-Ciné)

13/11/2016

Sur vos écrans en 1994

EDITORIAL :

Par Vincent J.

carlito00.jpgTrois couleurs, rouge

Avec le recul, les années quatre-vingt ont marqué un profond bouleversement du cinéma. Facile à dire quand on a ce recul et puis c'est sans doute vrai de chaque décennie. Mais celle-ci est la mienne, celle qui me voit passer de l'adolescence à l’âge adulte, celle de mes années d’étudiant propices entre toutes à l'exercice d’une cinéphilie galopante. C'est celle où se forgent les goûts et les dégoûts, où les découvertes marquent pour la vie. Reste que cette période me laisse avec une drôle de saveur dans la bouche. Le cinéma italien s'est écroulé, les promesses du cinéma français n'ont pas été tenues et obligent à se rabattre sur les sûres valeurs du passé (Rohmer, quelqu'un ?), le cinéma américain, mon alpha et mon oméga, a glissé vers un spectaculaire tapageur excluant petit à petit mais avec rapidité, les regards les plus ambitieux.
Les années quatre-vingt dix s'annoncent plus intéressantes, du moins plus aptes à entretenir la flamme du renouveau. Le cinéma asiatique entre nouveautés et (re)découvertes apporte une sacrée bouffée d'air frais. Et en cette belle année 1994, trois films montrent pour moi que tous les espoirs sont permis pour les années à venir. trois films à marquer d'une pierre rouge.


Fin mai, Nanni Moretti enfourche sa Vespa pour traverser Rome au mois d'août. Drôle et mordant, mélancolique et musical, libre comme jamais, Moretti avec son Journal intime laisse tomber le masque transparent de Michele Apicella pour s'adresser à nous à la première personne. Il nous parle de sa ville, de son pays et du monde, un vaste programme auquel il donne une cohérence en restant à la hauteur de Nanni Moretti, dans les rues romaines, d'île en île, de médecin en médecin. Il dit et montre très simplement ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas, du cinéma gore à Jennifer Beals, du souvenir de Pasolini à un numéro musical de Silvana Mangano, de la télévision aliénante au culte de l'enfant roi, de la pharmacie envahissante aux guérisseurs les plus folkloriques. Son style, fluide, vif, fait le reste, aidé par une bande son tout aussi diverse qui mêle Keith Jarrett à Leonard Cohen, le fidèle Nicola Piovani à Khaled. Moretti agrippe à pleines mains cette matière hétéroclite et en ordonne le chaos comme il collectionne les coupures de journaux pour tenter de donner un sens au monde dans lequel il vit. Cinéaste et cinéphile, il fait des listes, classe et donne son canon, le seul qui vaille, celui qui lui est propre. Sa conclusion tient en deux phrases : "Je suis un splendide quadragénaire" et "Boire un verre d'eau le matin ne peut pas faire de mal". En 1994, accédant glorieusement à la trentaine, je ne peux qu'être sensible à cette promesse et me réjouir des lettres rouges du titre qui éclatent sur les devantures des cinémas. Et derrière Moretti se fait jour une nouvelle génération de cinéastes, discrets mais tenaces, Marco Risi, Daniele Luchetti, Gianni Amelio, ou Michele Soavi, annonçant le renouveau d'un cinéma qui me manquait trop.


C’est en mai aussi que la Croisette s'est esclaffée et à frémit pour Pulp fiction, consacrant d'une palme son réalisateur de trente ans, Quentin Tarantino. Comme Moretti, le jeune américain offre un film gigogne à la narration éclatée, d'une forme rigoureuse mais souple qui brasse tout à la fois trente années de cinéma américain, versant populaire, et un portait de l'Amérique contemporaine. Je me souviens d'une discussion avec un critique de radio qui était resté sceptique. Derrière le jeu et la décontraction arrogante, Pulp fiction est un instantané aussi juste d'agaçant de l'Amérique, agaçant parce que juste : mélange des cultures, goût des motos, des armes et des voitures, culte de l’efficacité et de l'argent, mysticisme, rapport tordu à la sexualité, nostalgie des 50's, télescopages musicaux, et la présence envahissante du "big mac". La fiction tape à l’œil de Tarantino est aussi précise que la forme documentaire de Moretti. Il réactive d'anciennes gloires (Travolta, grandiose), s'amuse avec des stars (Willis, Walken), et puise dans le cinéma de genre. Son film est lui aussi, dans un autre registre, musical et libre. Tarantino ne cherche pas à organiser le chaos de cette Amérique dans laquelle il s'ébat avec jubilation. A travers ses héros schématiques et glorieux, il est à l’aise comme le poisson dans son bocal, au risque de la complaisance. Avec lui, c'est la confirmation insolente d'une nouvelle génération indépendante, Hal Hartley, Jim Jarmush, les frères Coen qui renouvelle la grosse machine hollywoodienne. Et comme dans son film précédent, le sang coule à flots, rouge vif, trouvant son apothéose quand il éclabousse les vitres de la voiture de Vincent et Jules après un malencontreux accident qui pulvérise le crâne de leur complice. En 1994 c'est un spectacle qui réjouit mes plus bas instincts.


Rouge, c'est en mars la couleur du manteau de la petite fille qui traverse le ghetto de Cracovie. Tache aveuglante de couleur dans un monde d'horreur en noir et blanc plongé dans le chaos par la barbarie nazie. D'une colline surplombante, Oskar Schindler suit la marche si fragile. Il voit ce que le monde se refuse à voir, la plaie béante de la destruction des juifs d’Europe. Allemand, industriel, opportuniste, membre du parti nazi par intérêt, Schindler est une figure ambiguë mais justement exemplaire pour sa part d'humanité qui ne va pas sombrer, comme pour tant d'autres, et lui permettre d'affronter la folie meurtrière du monde. Ce choix de Steven Spielberg n'est étonnant que pour ceux qui restent à la surface de l’œuvre du réalisateur. Schindler est le médiateur parfait pour s'adresser à l'occidental moyen de 1994 et pour Spielberg, cinéaste à succès, américain, juif, le seul point de vue tenable pour affronter ce sujet délicat entre tous. Spielberg est un cinéaste travaillé par l'histoire et l'ambition d'un cinéma américain en prise sur le monde, celui de John Ford, de George Stevens, de Samuel Fuller, de Frank Borzage, un cinéma qui a conscience de sa force, de sa fragilité parfois, mais qui croit en sa capacité à montrer, raconter et transmettre. En cela la foi de Spielberg en son art s'oppose à la vision d'un Jean-Luc Godard qui ne cesse d'en pointer l'échec. Positions irréconciliables. En France, une partie de la critique, Gérard Lefort et ses larmes ravalées, Jacques Mandelbaum, Louis Skorecki et Claude Lanzmann entonnent l'air du "Il ne faut pas", brandissant les textes sacrés de Jacques Rivette et Serge Daney. La polémique est malgré tout fertile car elle amène à reposer les questions de la représentation, ouvrant des pistes pour l'avenir, pour l'après Shoah quand le dernier témoin se sera tu. Car La liste de Schindler est plus profondément la tentative d'un homme qui n'a connu ni les temps ni les lieux du drame, pour approcher l'indicible et se confronter à la réalité du manteau rouge, jusqu'à ce que sa main tremble et qu'il ait le courage de montrer cette main trembler. Terrible scène des douches si mal comprise ! Qu'il soit un homme catalogué dans le spectacle en est trop pour certains. Mais les limites qu'ils lui donnent ne sont que leurs propres limites, légitimes après tout. La réalité du film, c'est un défi au cœur de Hollywood, un film en noir et blanc, avec des dialogues partiellement en allemand, polonais et yiddish, à la violence sans fard, qui exprime avec lucidité les limites d'un homme et d'un artiste : "Il en faudra beaucoup plus" dit un personnage. "J'aurais pu faire tellement plus" dit Schindler. Le film montre aussi, pour ceux qui suivent et estiment le cinéaste depuis vingt ans, que son œuvre sous son vernis de divertissement, est traversée de visions sombres d'exodes, de camps, d'une violence insoutenable, d'enfances meurtries, de figures du mal incarnées dans le pouvoir, d'un monde livré au chaos où se dressent ça et là de simples hommes qui ont su distinguer la petite robe rouge. En 1994, je ne doute pas d'avoir trouvé le cinéaste de ma vie.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 193 longs métrages (sur les 409 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
L'Impasse (De Palma)   *** **** **** *** *** ** **** ***   **** ****
Printemps tardif (Ozu)   ***     *** **** ***     ****   ****
Journal intime (Moretti)   **** * **** **** **** *** **     *** ****
Pulp Fiction (Tarantino) *** *** **** ** *** **** ** ** *** *** **** ****
Short Cuts (Altman) *** **** **** ** **** *** ** ** *** ****   ***
Wallace et Gromit (Park) *** *** ***   ****   **   ***     ****
Bonjour (Ozu)   ***   ** ***   *** ***   ****   ***
Le Lâche (Ray)   *** ****   ***              
Trois Couleurs : rouge (Kieslowski)   ***   * *** **** * ***   ** **** ***
Ladybird (Loach)   *   *** *** *** ** ****       ***
L'Etrange Noël de Monsieur Jack (Selick) *** *** * ** **** *** * ** *** **   ****
Exotica (Egoyan)   *** * *** **** ****   **     ** **
Les Roseaux sauvages (Téchiné)   *** **** *** *** *** ** * **      
Veillées d'armes (Ophuls)     ****   ***              
Soleil trompeur (Mikhalkov)   **   ** **     ***     *** ****
Délivrance (Ray)         ****   * ****        
Trois Couleurs : blanc (Kieslowski)   ***   * *** *** * ***   ** *** ***
La Reine de la nuit (Ripstein)   ***   ** ** ****            
Amateur (Hartley)   **   *** ** ****            
Pas très catholique (Marshall)   ***   *** ** ***           **
Petits Arrangements avec les morts (Ferran)   ***   *** ***   **     **    
Délits flagrants (Depardon)   ***   *** ***   **   **      
Au nom du père (Sheridan)         *** ****   ** **   *** *
Regarde les hommes tomber (Audiard)   ****   ** *** *** * **        
L'Eau froide (Assayas)   ** * *** *** *** **     ***    
L'Enfer (Chabrol)   *** ** *** ** *** * ** ** **   ***
Le Grand Saut (Coen)   **   *** ** *** * ** ** **   ***
La Reine Margot (Chéreau) ** ***   ** ° ****     ** **   ***
Les Vestiges du jour (Ivory) ** **   ***   **     **     ***
J'ai pas sommeil (Denis)   ***   ** ** ****   *        
Il était une fois le Bronx (De Niro)     ***     ***       **   **
Salé sucré (Lee)   **   **   ***         ***  
La Jeunesse de la bête (Suzuki)       ** ** ****            
Le Vagabond de Tokyo (Suzuki)       ** ** ****            
Mrs Parker et le cercle vicieux (Rudolph)         ** ****           **
Vivre (Zhang)         *** ** ***          
Trop de bonheur (Kahn)   ***   ** ***              
Le Bazaar de l'épouvante (Heston)           ***       ***   **
Ce lieu sans limites (Ripstein)         ** ****            
L'Empire de la fortune (Ripstein)   ***     ***              
Tiens ton foulard Tatiana (Kaurismäki)       ***   ***            
Blue Chips (Friedkin)                       ****
L'Ange noir (Brisseau)   ** *** *** **   * **        
Quatre Mariages et un enterrement (Newell) * ** * ** ** *** *** * ** * ** ****
La Liste de Schindler (Spielberg)   ** *** ° ** ** ** * ** ** ** ****
The Baby of Mâcon (Greenaway)       ** * ***   **       ***
Entretien avec un vampire (Jordan) * ***   *   ***     ** *   ***
Lettre pour L... (Goupil)       ** ***   **          
Un été inoubliable (Pintilie)   **   ** ***              
Jeanne la pucelle (Rivette)   **   *** ° *** ** **        
Les Patriotes (Rochant) ** ** *   ** ***   ***   °   **
Serial Mother (Waters)   **   **   **     *     ***
Ruby in Paradise (Nunez)     **     ***            
Eté précoce (Ozu)         **   ***          
L'Ile au trésor (Ruiz)       ** ***              
Lamerica (Amelio)         **             ***
The Mask (Russell)   ** *     ***     ** * ** **
La Cité de la peur (Berberian) * * ** ** ° **     ** **** **  
L'Armée des ténèbres (Raimi)       **   **     *     ***
Kika (Almodovar)   ** ° **** ** ** * *       **
Speed (De Bont)   ° ***   ° ***     ** **   **
Grosse Fatigue (Blanc) * **   *** ** *     ** *    
M. Butterfly (Cronenberg)   *   ** ** ***         *  
Fresa y chocolate (Alea)   **   ** ** **   *        
La Vie d'un tatoué (Suzuki)     * **   ***            
La Séparation (Vincent)   **   ** **              
Le Paradis blanc de l'enfer (Nakamura & Kumora)           ***            
La Grande Citrouille (Comencini)         ***              
Romeo Is Bleeding (Medak)           ***            
Baby Cart dans la terre de l'ombre (Misumi)           ***            
Le Territoire des démons (Misumi)           ***            
L'Escorte (Tognazzi)           ***            
Mi vida loca (Anders)           ***            
Fresh (Yakin)     ***                  
Rapa Nui (Reynolds)           ***            
True Lies (Cameron) ° ° *** **   ***   * * ** **  
Tetsuo (Tsukamoto)       * ° ****           **
Rasta Rockett (Turteltaub)           **     ° *** **  
Mina Tannenbaum (Dugowson)   **   **   *           **
Forrest Gump (Zemeckis) ° ** ** ° ** **   * * *** ** *
Le Roi lion (Allers & Minkoff)     **           * * *** *
Le Sabre de la vengeance (Misumi)         * ***            
Trauma (Argento)           ***           *
Texasville (Bogdanovich)                   *   ***
Muriel (Hogan)   *       ***            
Le Cerf-volant bleu (Tian)   **     **              
Belle Epoque (Trueba)           **           **
Le Journal (Howard)           **           **
Backbeat (Softley)           **           **
Bab El Oued City (Allouache)       ** **              
Katia Ismaïlova (Todorovski)       ** **              
Le Goût du riz au thé vert (Ozu)     *   **   **          
The Crow (Proyas)           **     *     **
Le Fils préféré (Garcia)   ***   ** * *   * ** °   *
Maverick (Donner)   **       **     * * *  
Tueurs nés (Stone)   * ° **   ***   * ° °   **
Philadelphia (Demme) ° * ** °   **       *   **
La Machine (Dupeyron)       °   ***   *        
Geronimo (Hill)           **       **   °
Blink (Apted)           **     * *    
Farinelli (Corbiau)   *       **           *
Baraka (Fricke)           **           *
Entre ciel et terre (Stone)   *       **            
Les Sœurs Munakata (Ozu)     *   **              
Hexagone (Chibane)       **       *        
Malice (Becker)           **   *        
Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse (Kaurismäki)       ** *              
Blown Away (Hopkins)           **     *      
Cool World (Bakshi)                       **
Personne ne m'aime (Vernoux)       **                
Grande Petite (Fillières)   **                    
Le Journal de Lady M (Tanner)       **                
Etat second (Weir)           **            
Les Amoureux (Corsini)       **                
Les Aventures de Huckleberry Finn (Sommers)     **                  
Le Retour des morts-vivants 3 (Yuzna)                       **
Les Silences du palais (Tlatli)         **              
La Partie d'échecs (Hanchar)                       **
Clerks (Smith)       **                
I Like It Like That (Martin)           **            
Wonder Boy (Vecchiali)       **                
Le Royaume des diamants (Ray)                        
La Fille de D'Artagnan (Tavernier)   **   ° * *   * * ° ** *
Wolf (Nichols)   *   °   ***     ° *   *
L'Affaire Pélican (Pakula) * °       *     *   **  
Tombstone (Cosmatos)           **     * *   °
Le Sourire (Miller)       ** ° *   *        
Wyatt Earp (Kasdan)           **     * *   °
Danger immédiat (Noyce)     **     *     °     *
L'Homme sans visage (Gibson)           **     ° *    
Neuf Mois (Braoudé)   °   *           **    
Madame Doubtfire (Columbus)   ° ** °   *     ° **    
Le Colonel Chabert (angelo)   °   *   *   *       *
Guet-Apens (Donaldson)           **     °      
Sex and Zen (Mak)       °   **            
Absolom 2022 (Campbell)           *     *      
Killing Zoe (Avary)           *           *
Demolition Man (Brambilla) °         *     ° **    
Sauvez Willy (Wincer)     **       *   ° °    
Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (Segal)       *         °   * *
Deux Garçons, une fille, trois possibilités (Fleming)   °   °   *   °       **
Color of Night (Rush)       °   *   ° °     **
Un Indien dans la ville (Palud)     ** °   °     ° *    
Timecop (Hyams)           **     ° °    
Le Client (Schumacher)       °   **     °      
Aux petits bonheurs (Deville)   *   * °              
Bonsoir (Mocky)         °     *       *
Mister Jones (Figgis)           *            
Le Voleur d'arc-en-ciel (Jodorowsky)                       *
Police Story 3 (Tong)                 *      
Critters 3 (Peterson)                   *    
Critters 4 (Harvey)                   *    
L'Histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse (Harel)       *                
Gilbert Grape (Hallström)                 *      
Le Ballon d'or (Doukouré)                   *    
Police Academy : Mission à Moscou (Metter)                   *    
L'Affaire Karen McCoy (Mulcahy)           *            
Nous les enfants du vingtième siècle (Kanevski)         *              
Pour l'amour d'une femme (Mandoki)           *            
Aux bons soins du docteur Kellogg (Parker)           *            
Gettysburg (Maxwell)                   *    
Casque bleu (Jugnot)       **   °     ° °    
Le Parfum d'Yvonne (Leconte)       ° °     *       *
Léon (Besson) ° ° * °   *   * ° °    
Pas de vacances pour les Blues (Ross)           *     °      
Le Bon Fils (Ruben)           *     °      
L'Irrésolu (Ronssin)       °       *        
Belles de l'Ouest (Kaplan)           *       °    
L'Ours en peluche (Deray)       °       *        
Opération Shakespeare (Marshall)                 ° *    
The Shadow (Mulcahy)           *     °      
Sister Act, acte deux (Duke)           *     ° °    
Piège en eaux troubles (Herrington)           °     ° ° *  
Montparnasse Pondichéry (Robert)       °                
Les Trois Mousquetaires (Herek)           °            
Macho (Luna)       °                
Elles ne pensent qu'à ça (Dubreuil)       °                
Délit mineur (Girod)       °                
Terrain miné (Seagal)           °            
Wayne's World 2 (Surjik)                   °    
Deux Doigts sur la gâchette (Sarafian)           °            
L'Extrême Limite (Harris)           °            
My father, ce héros (Miner)       °                
Milliardaire malgré lui (Bergman)                   °    
Elles n'oublient jamais (Frank)       °   °            
Intersection (Rydell)   °       °            
Priez pour nous (Vergne)       °         °      
A toute allure (Rifkin)           °     °      
L'Expert (Llosa)           °     °      
Les Complices (Shyer)           °     °      
La Famille Pierrafeu (Levant)                 ° °   °
La Vengeance d'une blonde (Szwarc)       °   °     ° °    
Le Flic de Beverly Hills 3 (Landis)       °   °     ° °    
  Antoine Céline Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Ludovic Nolan Rémi Timothée Vincent
Inédits :                        
The Lovers (Tsui)     °   ** *** ***       *** ****
Lothringen (Straub & Huillet)       ***                
L'uomo che guarda (Brass)       **                
Leçon de vie (Lehman)       **                

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- L'Impasse (De Palma) 2- Journal intime (Moretti) 3- J'ai pas sommeil (Denis) 4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 5- Travolta et moi (Mazuy) 6- Pas très catholique (Marshall) 7- Délits flagrants (Depardon) 8- L'Eau froide (Assayas) 9- L'Ange noir (Brisseau) 10- M. Butterfly (Cronenberg) Petits arrangements avec les morts (Ferran)
Inédits : 1- Lothringen ! (Straub/Huillet) 2- Santantango (Tarr) 3- Li per li (Léon)
Anciens : 1- Printemps tardif (Ozu) 2- Eté précoce (Ozu) 3- Bonjour (Ozu) 4- Le Vagabond de Tokyo (Suzuki) 5- Le Goût du riz au thé vert (Ozu) 6- La jeunesse de la bête (Suzuki)

Un simple amateur :
1- Printemps tardif & Bonjour (Ozu) 2- Short cuts (Altman) 3- Les Roseaux sauvages (Téchiné) 4- Délivrance (Ray) 5- L'Impasse (De Palma) 6- Journal Intime (Moretti) 7- Ladybird (Loach) 8- Veillées d'armes (Ophuls) 9- Délits flagrants (Depardon) 10- L'Ange noir (Brisseau)

Mister Arkadin :
**** : Short Cuts (10) ; Pulp fiction (10) ; Veilles d’armes (9)
*** : Ladybird (8) ; Wallace et Gromit (8) ; Le Parfum d’Yvonne (8) ; Journal intime (8) ; Les Roseaux sauvages (8) ; L’Etrange Noël de Monsieur Jack (7) ; Soleil trompeur (7) ; L’Eau froide (7) ; Les Vestiges du jour (7)
** : Clerks (6) ; Exotica (6) ; Quatre Mariages et un enterrement (6) ; L’Enfer (6) ; Trois Couleurs : rouge (6) ; Petits Arrangements avec les morts (6) ; Les Patriotes (6) ; The Mask (5) ; Regarde les hommes tomber (5) ; Amateur (5) ; L’Impasse (5) ; La Reine Margot (5) ; Trois Couleurs : blanc (5) ; Vivre (5) ; Trop de bonheur (5)
* : La Fille de D’Artagnan (4) ; L’Ange noir (4) ; Un été inoubliable (4) ; Philadelphia (4) ; Le Grand Saut (4) ; J’ai pas sommeil (4) ; Il était une fois le Bronx (4) ; Kika (4) ; Belle Epoque (4) ; Le Fils préféré ; Pas très catholique (3) ; la Cité de la peur (3) ; Grosse fatigue (3) ; Aux petits bonheurs (3)
o : L’Ile au trésor (2) ; Lettre pour L… (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Tiens ton foulard Tatiana ; La Séparation

Pierre :
1-Tetsuo (Tsukamoto) 2-L'impasse (De Palma) 3-L'eau froide (Assayas) 4-L'île au trésor (Ruiz) 5-En compagnie d'Antonin Artaud (Mordillat) 6-Bonjour (Ozu) 7-Soleil trompeur (Mikhalkov) 8-Pulp fiction (Tarantino) 9-J'ai pas sommeil (Denis) 10-Vacas (Medem) 11-L'ange noir (Brisseau) 12-Le journal de lady M (Tanner) 13-Baby cart : le sabre de la vengeance (Misumi) 14-Lettre pour L (Goupil) 15-Ladybird (Loach)
les 19 hors liste restants Le héros (Ray)*** Le dieu éléphant (Ray)*** L'écureuil rouge (Medem)** Baby cart : l'âme d'un père, le coeur d'un fils (Saito)** Le club de la chance (Wang)** Ghost in the machine (Talalay)** Black robe (Beresford)** Ticks (Randel)** Les allumés de Beverly Hills (Spheeris)** Jack l'éclair (Wincer)** Rends la monnaie papa (Deutch)* Quand Harriet découpe Charlie (Schlamme)* Jason va en enfer (Marcus)* L'étudiant étranger (Labro)* Le saint (Noyce)* Max le meilleur ami de l'homme (Laffia)* La maison aux esprits (August)0 Caravan city (Herschmann)0 Giorgino (Boutonnat)00
30 longs-métrages inédits 1-US go home (Denis)*** 2-Aswang (Poltermann et Martin)*** 3-Angel dust (Ishii)*** 4-Roadracers (Rodriguez)*** 5-Red to kill (Tang)*** 6-A chinese chamber torture story (Lam)*** 7-La meute (Risi)*** 8-Jizda (Sverak)*** 9-Wing Chun (Yuen Woo Ping)*** 10-O.C.T.B (Wong)** 11-Le libre penseur (Watkins)** 12-The mangler (Hooper)** 13-Nuits de Chine (Allen)** 14-Demon's house 2 (Trenchard-Smith)** 15-Brainscan (Flynn)** 16-Néfertiti reine du Nil (Gilles)** 17-Les démons du maïs 3 : les moissons de la terreur (Hickox)** 18-Funnyman (Sprackling)** 19-Ring d'acier (Frost)** 20-Jailbreakers (Friedkin)* 21-La chute de Gotti (Young)* 22-Planète Alpha 11 (Metzger)* 23-Les Tronches 4 (Zacharias)* 24-Confessions d'une rebelle (Edel)* 25-Fatherland (Menaul)0 26-Shaolin kids (Yip)0 27-La légende du dragon rouge (Wong Jing)0 28-Les croisés de l'espace (Knoesel et Neuhäuser)0 29-Appartement 512 (Verbong)00 30-Mission extrême (Nagahama)0000
7 moyens-métrages 1-L'enfer d'une mère (Carré)*** 2-Street musicians of Bombay (Robbins)*** 3-Abbas Kiarostami : vérités et songes (Limosin)*** 4-Letters to Katja (Konttinen)*** 5-Marseille en mars (Comolli et Samson)** 6-Caravana de caravanas (Colectivo perfil urbano)* 7-Le voile et la république (Benguigui)*
et pour finir 15 courts-métrages 1-Roadkill (Van Bebber)**** 2-La vie secrète d'émile Frout (Elissalde)**** 3-Ex-child (Drouin)**** 4-Tout droit jusqu'au matin (Guiraudie)*** 5-L'enfance égarée (Ruggia)*** 6-Frutti Chester (Ramm)*** 7-The moon (Ito)*** 8-The spy who caught cold (Lanthorpe)** 9-Histoire de papier (Costa)** 10-Elles (Quinn)** 11-La lune qui rit (Mulloy)** 12-Tyhe deadman 2 : the return of deadman (Kerkhof)** 13-Le cinquième rêve (Avedikian)** 14-Au bord d'un lac (Bokanowski)** 15-Larmes (Von Dusseldorp)*

 

LE SONDAGE TWITTER DU DR. ORLOF :

Quel est le meilleur film sorti en 1994 ? (93 votants)

1- L'Impasse (Brian de Palma) : 21 voix
2- Pulp fiction (Tarantino) : 11 voix
3- Journal intime (Moretti) : 10 voix
4- Les Roseaux sauvages (Téchiné) La Liste de Schindler (Spielberg) 5 voix
6- Short cuts (Altman) : 4 voix
7- L'Etrange Noël de Mr Jack (Selick) : 3 voix
Puis viennent ensuite avec deux voix : Tueurs-nés (Stone), Forrest Gump (Zemeckis), Délits flagrants (Depardon), Le Vagabond de Tokyo (Suzuki), Exotica (Egoyan), Les Vestiges du jour (Ivory), Baraka (Fricke), Baby Cart (Misumi)
Et cités une fois : Soleil trompeur (Mikhalkov), Etat second (Weir), Killing Zoé (Avary), Le Goût du riz vert (Ozu), Tetsuo (Tsukamoto), Ladybird (Loach), The lovers (Tsui), Clerks (Smith), Jeanne la pucelle (Rivette), Rouge (Kieslowski), Quatre mariages et un enterrement (Newell), The mask (Russell), Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles (Akerman), Le roi lion (Disney), Le client (Schumacher), Salé sucré (Ang Lee), L'armée des ténèbres (Raimi)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Roi Lion, Rob Minkoff & Roger Allers, 10 135 871 entrées
2. Un Indien dans la ville, Hervé Palud, 7 870 802 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement, Mike Newell, 5 791 728 entrées
4. Madame Doubtfire, Chris Columbus, 5 025 829 entrées
5. Forrest Gump, Robert Zemeckis, 3 963 919 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Prix Méliès : Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski)
- Prix Jean Vigo : Trop de bonheur (Cédric Kahn)
- César du meilleur film : Les Roseaux sauvages (André Téchiné)
- Oscar du meilleur film : La Liste de Schindler (Steven Spielberg)
- Festival de Venise, Lion d'or : Before the rain (Milcho Manchevski) & Vive l'amour (Tsai Ming-liang)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Pulp fiction (Quentin Tarantino)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Au nom du père (Jim Sheridan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Jarre (Ebrahim Forouzesh)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Dias contados (Imanol Uribe)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1994 sur le site Encyclo-Ciné)