Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

Sur vos écrans en 1964

EDITORIAL :

Par Vincent J.

parapluies00.jpgParis. Nous sommes dans les derniers jours de 1964, dix exactement après le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon. Je vois le jour à la clinique des Buttes-Chaumont pas très loin des fameux studios de télévision. Mes parents habitent la place des fêtes où s'installait la foire du trône et où Michel Simon incarna monsieur Hire pour Julien Duvivier. Les yeux à peine ouverts, délaissant le sein maternel et ignorant l'empoignade de mes grand-mères discutant de l'influence des astres et de mon prénom sur ma destinée future, je demande illico au personnel soignant une sélection de revues de cinéma histoire de voir comment cette année 1964 allait influencer ma cinéphilie à venir. Cela tombe bien, décembre c'est le temps des bilans et je me plonge dans les Cahiers encore jaunes, Positif et les lunettes de Catherine Spaak, Midi-Minuit Fantastique, Présence du Cinéma, Cinémonde, Télérama et les inénarrables fiches de l'Office catholique français du cinéma.
Je remonte le cours des mois et que me disent-ils ?

Après une présentation difficile au festival de Cannes, François Truffaut sort le 20 mai La Peau douce, un film d'amour sombre et beau avec Françoise Dorléac et Jean Desailly qui lui retire ses bas sur la musique de Georges Delerue. Dorléac est lumineuse et j'en concevrai une admiration fervente pour la délicatesse truffaldienne et pour les hôtesses de l'air, devenant lecteur assidu de la Natacha dessinée par Walthéry.
En février - mars, Jean-Luc Godard a tourné Bande à part dans les rues de Paris et sur les bords de la Marne. Il fait cavaler Sami Frey, Claude Brasseur et Anna Karina dans le Louvre, les fait danser un Madison mémorable dans un café de Vincennes et se perd dans les grands yeux de son héroïne. Je préférerai toujours cette veine légère, inventive, musicale, à ses films plus pensés, plus pesés, comme Une femme mariée qui sort à l'automne et fait scandale. Et puis les scènes dansées, et Paris sur l'écran.
De Cannes, Jacques Demy lui, est revenu avec une palme pour son film tourné à Cherbourg, intégralement chanté sur la musique de Michel Legrand. Il a mis des couleurs pétantes sur ses marins, sur les papiers peints, sur les parapluie et sur Catherine Deneuve, sublime dans son imperméable cintré, sa jupe plissée, courant éperdue sur le quai de la gare et immobile sous la neige devant la station service. La grande Catherine m'a conquis, mon cœur est à elle.
Omniprésent sur les écrans, 1964 est l'année de son explosion. Qu'il traque Fantômas sur les toits parisiens ou les nudistes à St Topez, creusant sous son magasin de petit commerçant ou en Jockey-Jack, petit truand à la colle avec Rocky la Braise – Mireille Darc, Louis De Funès règne sur les rires et le mien lui sera acquis, fermant les yeux avec indulgence sur les mises en scènes trop souvent médiocres des films où il se déchaîne.

Ushutu ! En octobre, le cri de guerre des Zoulous de Cy Enfield, ancien blacklisté hollywoodien, retentit dans les salles. Stanley Baker et Michael Caine résistent à leurs assauts sur fond de sublimes paysages sud-africains. "Premier rang, feu ! Second rang, feu ! Troisième rang, feu !" Traumatisé comme John Carpenter, horreur et fascination de la violence se mêleront chez moi dans la vision du climax final de poudre et de sang. Et puis "Men of harlech'" en canon avec les chants africains. Cette folie guerrière prend ailleurs le visage de Slim "Hi there !" Pickens chevauchant la bombe atomique, celui calme et terrifiant de Sterling "Précieux fluides corporels" Hayden, et celui terrifiant tout court de Peter "Mein Führer, je marche !" Sellers  en Docteur Folamour. Et la terre explose. Ai-je l'intuition alors que le monde dans lequel je vais vivre est celui, procédurier jusqu’à l'absurde, que décrit Stanley Kubrick ? Nous nous retrouverons.

Chassons ces sombres perspectives d'un air venu d’Italie. Des frissons de plaisirs quand Sophia Loren se déshabille langoureusement devant Marcello Mastroianni dans son petit appartement sur les toits de Rome. Couple éternel que je suivrai, hier, aujourd'hui, demain. Frissons de peur au-delà des photographies de Barbara Steele dans Midi-Minuit. Frissons en couleurs vives chez Riccardo Freda qui fait jouer du rasoir à la belle Barbara, et chez Mario Bava qui offre six femmes à l'assassin. Frissons en noir et blanc chez Bava encore dans les escaliers de la Piazza di Spagna où est traquée la fille qui en savait trop, Letícia Román. Et voilà pour mon goût des belles italiennes et de ces subtils mélanges d'érotisme et de macabre all'dente.
Une image féminine encore, Ava Gardner dansant pied nus sur la plage de La nuit de l'iguane, entourée de ses boys juvéniles et musclé.

Mais qu'en est-il des vieux maîtres américains alors que Hollywood a les genoux à terre ? Voici venu le temps des grands films malades que François Truffaut théorisera à partir, justement, de Marnie d'Alfred Hitchcock sorti début novembre. Je suis entre la déception et la fascination de ce portrait de la jeune cleptomane qui craint le rouge et le sexe, attirée malgré elle par l'animalité velue de l'homme au masculin du moment, Sean Connery. Howard Hawks part à la pêche avec Rock Hudson, désinvolte et élégant, filmant Paula Pentriss avec un regard de jeune homme. Anthony Mann continue son flirt avec le producteur Samuel Bronston pour faire chuter l'empire romain. Raoul Walsh tire sa révérence au son d'une trompette lointaine.
En juin, au frontons des cinémas, de grandes toiles peintes annoncent l'automne des Cheyennes et celui de John Ford. Fausse bonne idée, combat difficile contre la maladie, l'âge, la lassitude et un studio incapable de comprendre ce qui se joue pour le réalisateur dans ce récit épique et désespéré de la dernière révolte de ceux qui se nomment eux-mêmes "les êtres humains". Ford, crânement, tente d'y mettre son expérience de la guerre et de la barbarie qu'il a touché de si près quand il préparait des images pour le procès de Nuremberg. Déportation et camps sont au cœur d'un récit qu'il tente d’alléger de son goût de la farce le temps d'un intermède à Tombstone (qui sera coupé) et de ce qu'il lui reste d'idéaux américains bien malmenés alors. Baroud d'honneur, dernier voyage à Monument Valley avec Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, Cheyenne's autumn dégage grandeur et tristesse. En janvier était enfin sorti Wagonmaster venu de 1950, avec Monument Valley, Ben Johnson, Harry Carey Jr, et ses  amis navajos, et Ward Bond encore bien vivant. Œuvre limpide et sublime, mais si. Ford, Hawks, Hitchcock, comme une sainte trinité.

Je repose les revues, les yeux pleins d'images. Lire ça creuse. Je suis né comme Juliette Binoche, Rithy Panh et Maggie Cheung sous l'étoile d'une belle année dominée par un cinéma européen dont la richesse semble inépuisable.
Quelque chose encore se joue ailleurs en cette année 1964. En Espagne, un Italien planqué sous le pseudonyme de Bob Robertson tourne un western avec un jeune transfuge américain de la télévision, Clint Eastwood, une grande allemande brune, Marianne Koch, et un gauchiste aux yeux brûlants, Gian Maria Volonté. Sergio Leone pompe sans vergogne Akira Kurosawa et s'invente un style. Le film est sorti fin août à Florence dans une salle et Per un pugno di dollari casse depuis la baraque. Au même moment, dans les rochers d'Almeria, un autre Sergio qui signera de son vrai nom, Corbucci, met en scène un pistolero devenant aveugle, joué par Cameron Mitchell qui a débuté avec John Ford et joué le frère de Clark Gable pour Raoul Walsh. Étrange passage de témoin. Mais malgré la rumeur de leur succès, ces films ne sont pas sortis à Paris. Car ceci est une autre histoire...

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 129 longs métrages (sur les 453 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Les Parapluies de Cherbourg (Demy)   **** **** **** **** ** *** *** **** ****
La Peau douce (Truffaut)   **** *** **** **** ***   *** ** ****
Gertrud (Dreyer)   **** *** *** *** **** ****   ***  
Le Silence (Bergman)   *** *** ** **** **** ***   **** ***
Docteur Folamour (Kubrick) **** ** ° *** **** **** ** **** *** ****
La Forteresse cachée (Kurosawa)   **** ***   *** ****       ***
Pas de printemps pour Marnie (Hitchcock) *** **** ** *** *** *** *** *** *** ***
The Servant (Losey)   *** ***   **** **** ** *** *** ***
Le Journal d'une femme de chambre (Buñuel) ** *** *** *** *** **** **   *** ****
Bande à part (Godard) *** **** * ***   *** **   *** ****
Le Puits et le pendule (Astruc, cm)   ***       ****       ***
Le Convoi des braves (Ford) * **** **** *** ***       ** ****
La Maison du diable (Wise) ** *** **   *** **** **   ** ****
Les Cheyennes (Ford)   ** *** ** *** **** ***   ** ***
A bout portant (Siegel) *** ***     ** **** ** ****   **
La Nuit de l'iguane (Huston)   ** *** *** *** ****     ** ***
Six Femmes pour l'assassin (Bava)   **   *** ** ****   *** *** ***
L'Homme de Rio (De Broca) ** *** *** ** ** ** *** **** ** ***
Zoulou (Endfield)   **       ***       ****
Le Désert rouge (Antonioni) *** *** °   *** **** ***   ***  
Une femme mariée (Godard)   *** ***       **   ***  
Freud, passions secrètes (Huston)   ***   ** *** ***     **  
La Femme du sable (Teshigahara)   *     *** **** **      
La Fille qui en savait trop (Bava)         ** ***   *** *** ***
Le Spectre du professeur Hichcock (Freda)       **   ****   ** ** ***
Les Monstres (Risi)   *   ** ** ***     *** ***
La Panthère rose (Edwards) ** *** ** ** ** **   ** ** **
Jason et les Argonautes (Chaffey) * **   **   ***   *** ** ***
La Chute de l'empire romain (Mann)   *** ****   * *     ** ***
La Chute de la maison Usher (Corman)   **   ** ** **   *** ** ***
Le Sport favori de l'homme (Hawks)   *** *       **   ** ***
Sept Jours en mai (Frankenheimer)   *** ***     *   *** * ***
L'Insoumis (Cavalier)   ** **   ***       **  
Quatre Garçons dans le vent (Lester)   ** **         ***   ***
Le Mari de la femme à barbe (Ferreri)   **   **   ****        
Cyrano et d'Artagnan (Gance)   *** ***              
Jerry souffre-douleur (Lewis)   ***               ***
Le Terroriste (De Bosio)         ***         ***
La Montagne des neuf Spencer (Daves)     ****              
Le Temps s'est arrêté (Olmi)   ****                
Une certaine rencontre (Mulligan)     ****              
La Grande Frousse / La Cité de l'indicible peur (Mocky)   ** ** ** ** ***   *** *** °
La Charge de la huitième brigade (Walsh)   *** **   * *** **     **
America, America (Kazan)   *** *** ° ***   **      
My Fair Lady (Cukor)   * * *** ** ** ***   * ***
Week-End à Zuydcoote (Verneuil)   * **   ** ** ** *** * ***
La Ragazza (Comencini)   *** ***           *  
Rio Conchos (Douglas)   ** ***             **
Merlin l'enchanteur (Reitherman) ** **           ** * ***
L'Assassin (Petri)       **   ***        
La Passagère (Munk)   **     ***          
Séduite et abandonnée (Germi)   * *     **       ****
Les Barbouzes (Lautner) * ° *** * ** ***   *** * **
Mariage à l'italienne (De Sica)   *   °   ** **   ** ****
Les Félins (Clément)   ° *** * ** *   *** ** **
Bons Baisers de Russie (Young) * * *     ** * *** * ***
Hier, aujourd'hui et demain (De Sica)   °       ** **   ** ***
Les Damnés (Losey)   *** °       ** * ***  
Le Grand McLintock (McLaglen)           **       **
Becket (Glenville)                   ***
David et Lisa (Perry)   ***                
La Soif de la jeunesse (Daves)     ***              
La Vie à l'envers (Jessua)   ***                
Le Repas des fauves (Christian-Jaque)                   ***
Les Fiancés (Olmi)         ***          
Cent Mille Dollars au soleil (Verneuil) * *       *   *** ** **
Le Train (Frankenheimer & Farrel)   * *     **   *** * **
Le Monocle rit jaune (Lautner)           *     * ***
Deux Têtes folles (Quine)     ** **            
Le Fils de Spartacus (Corbucci)           *       ***
Paranoïaque (Francis)           **       **
Train de nuit (Kawalerowicz)   **     **          
Un chef de rayon explosif (Tashlin)   **   **            
Des pissenlits par la racine (Lautner)               ** * **
Fantômas (Hunebelle) *     * * **   *** * **
Faites sauter la banque (Girault) *         °   ***   **
Le Plus Grand Cirque du monde (Hathatway)     * **         * **
La Tulipe noire (Christian-Jaque)   °       * **   ** **
Topkapi (Dassin)   °   **   **     *  
Madame Croque-Maris (Lee-Thompson)           *       **
Toutes ses femmes (Bergman)             *     **
Echappement libre (Becker)                   **
Hamlet (Kozintsev)         **          
Haute Infidélité (Rossi, Petri, Salce & Monicelli)                 **  
Hercule contre les mercenaires (Lenzi)                   **
L'Ennui et sa diversion, l'érotisme (Damiani)                 **  
La Chasse à l'homme (Molinaro)                   **
La Revanche du Sicilien (Asher)           **        
Le Bourreau de Venise (Capuano)                   **
Le Mercenaire de minuit (Wilson)                   **
Les Drakkars (Cardiff)                   **
Les Sept Voleurs de Chicago (Douglas)                   **
Mission Six Cent Trente-Trois (Grauman)                   **
Panique année zéro (Milland)               **    
Sept Epées pour le roi (Freda)     **              
Le Tigre aime la chair fraîche (Chabrol)   *   * ° *   **    
Une ravissante idiote (Molinaro)   °   **         *  
Angélique, marquise des Anges (Borderie)   * * *   **     * *
Le Gendarme de Saint-Tropez (Girault) ° ° ** ° ° *   ** * *
La Ronde (Vadim)           °   *** °  
Les Plus Belles Escroqueries du monde (Horikawa, Polanski, Gregoretti, Chabrol & Godard)   *     *          
Banco à Bangkok pour OSS 117 (Hunebelle)                   *
Blondes, brunes et rousses (Taurog)                 *  
Casablanca, nid d'espions (Decoin)                 *  
Hardi Pardaillan ! (Borderie)                 *  
L'Ange noir du Mississippi (Torrado)                   *
Le Baiser du vampire (Sharp)           *        
Le Jaguar (Franco)                 *  
Le Péché suédois (Widerberg)   *                
Le Voleur de Damas (Amendola)                   *
Lucky Jo (Deville)       *            
Maciste contre Zorro (Lenzi)           *        
Meurtre au galop (Pollock)           *        
Mort où est ta victoire ? (Bromberger)                 *  
Pas de lauriers pour les tueurs (Robson)   *                
Quatre du Texas (Aldrich)   *                
Tintin et les oranges bleues (Condroyer)   °     °     * ° *
Une souris chez les hommes (Poitrenaud)       °   °        
Condamné à être pendu (Claxton)                   °
Du grabuge chez les veuves (Poitrenaud)       °            
L'Age ingrat (Grangier)                   °
La Furie des Apaches (Elorrieta)                   °
La Révolte des Indiens apaches (Reinl)           °        
La Souris sur la lune (Lester)       °            
Le Sorcier du Rio Grande (Warren)     °              
Le Temple de l'éléphant blanc (Lenzi)       °            
Les Amitiés particulières (Delannoy)           °        
Les Vainqueurs (Foreman)                   °
Une seconde jeunesse (Edwards)     °              
  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Désir meurtrier (Imamura)   ****     *** ****        
Tourments (Naruse)   **** ****              
Charulata (Ray)   *** *** *** ***   ***      
Passion (Masumura)       ***   ****        
Soy Cuba (Kalatozov)     * *** **   **     ****
Signes particuliers : néant (Skolimowski)   ***     ** ***        
Fleur pâle (Shinoda)         *** ***        
La Gorgone (Fisher)         ** ***        
Assassinat (Shinoda)         **          
Le Ciel partagé (Wolf)         **          

Timothée :
**** : Les Parapluies de Cherbourg
*** : Docteur Folamour / La Peau douce / L'Homme de Rio / Les Monstres / La Panthère rose / Le Sport favori de l'homme
** : Gertrud / Pas de printemps pour Marnie / Le Journal d'une femme de chambre / Le Convoi des braves / La Chute de l'empire romain / My Fair Lady / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie / Le Gendarme de Saint-Tropez
* : Fantômas

Rémi :
**** : Le Journal d'une femme de chambre
*** : La Peau douce / Pas de printemps pour Marnie / Bande à part / Le Puits et le pendule / La Maison du diable / Les Cheyennes / Zoulou / Une femme mariée / La Femme du sable / L'Insoumis
** : Les Parapluies de Cherbourg / Le Grand McLintock / Cent Mille Dollars au soleil
° : Angélique, marquise des Anges / Le Gendarme de Saint-Tropez

Nolan :
**** : Docteur Folamour / Pas de printemps pour Marnie
*** : Les Parapluies de Cherbourg / L'Homme de Rio / La Panthère rose
** : My Fair Lady / Bons baisers de Russie / Le Monocle rit jaune / Merlin l'Enchanteur
* : Les Barbouzes / Cent Mille Dollars au soleil / Une ravissante idiote
° : Fantômas / Angélique, marquise des Anges

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : Les Parapluies de Cherboug / My fair lady
*** : Dr Folamour / Quatre garçons dans le vent / Une seconde jeunesse
** : Week-end à Zuydcoote
* : Mariage à l'italienne

Frédéric :
1- Gertrud / 2- Les Parapluies de Cherbourg & Le Sport favori de l'homme / 4- Jerry souffre-douleur, Pas de printemps pour Marnie & La Peau douce / 7- Bande à part, Le Convoi des braves, Le Temps s'est arrêté & Les Fiancés, 10- La Charge de la huitième brigade

Mister Arkadin :
**** : La Nuit de l’iguane (9) ; La Peau douce (8) ; La Maison du diable (8)
*** : Le Sport favori de l’homme (8) ; L’Homme de Rio (7)
** : Docteur Folamour (6) ; Les Monstres (6) ; Pas de printemps pour Marnie (6) ; Bande à part (6) ; America, America (5) ; The Servant (5) ; Les Parapluies de Cherbourg (5) ;
* : Fantômas (4) ; La Tulipe noire (4) ; Le Journal d’une femme de chambre (3)
o : Le Gendarme de Saint-Tropez (2)

Oriane :
**** : Gertrud / The Servant / Charulata
*** : Les Parapluies de Cherbourg / La Peau douce / Docteur Folamour / America, America / Le Péché suédois
** : Freud, passions secrètes / Pas de printemps pour Marnie
* : Les Monstres / Jason et les Argonautes / Les Barbouzes / Bons baisers de Russie
° : L'Homme de Rio / Le Gendame de Saint-Tropez / Tintin et les oranges bleues

Un simple amateur :
1- Gertrud (Dreyer) 2- Le Silence (Bergman) 3- La Femme du sable (Teshigahara) 4- Tourments (Naruse) 5- Soy Cuba (Kalatozov) 6- Charulata (Ray) 7- Les Parapluies de Cherbourg (Demy) 8- Le Convoi des braves (Ford) 9- La Forteresse cachée (Kurosawa) 10-Le Désert rouge (Antonioni)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Gendarme de Saint-Tropez, Jean Girault, 7 809 334 entrées
2. Merlin l'enchanteur, Wolfgang Reitherman, 6 133 628 entrées
3. Bons baisers de Russie, Terence Young, 5 623 910 entrées
4. L’Homme de Rio, Philippe de Broca, 4 800 626 entrées
5. Fantômas, André Hunebelle, 4 492 419 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Le Bonheur (Agnès Varda), sortie prévue en 1965
- Prix Méliès : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Grand prix du cinéma français : Le Monde sans soleil (Jacques-Yves Cousteau)
- Oscar du meilleur film : Tom Jones (Tony Richardson), sorti en 1963
- Festival de Venise, Lion d'or : Le Désert rouge (Michelangelo Antonioni)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un été sans eau (Metin Erksan)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : L'As de pique (Milos Forman), sortie prévue en 1965
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : America, America (Elia Kazan)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1964 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Bande à part (Jean-Luc Godard), 2. Getrud (Carl Dreyer), 3. Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock), 4. Une femme mariée (Jean-Luc Godard), 5. Le Sport favori de l'homme (Howard Hawks), 6. Le Désert rouge (Michaelangelo Antonioni), 7. America, America (Elia Kazan), 8. Le Silence (Ingmar Bergman), 9. Toutes ses femmes (Ingmar Bergman), 10. The Servant (Joseph Losey)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1964 sur le site Encyclo-Ciné)

11/02/2014

Sur vos écrans en 1963

EDITORIAL :

lemepris00.jpegL'année 1963 vue par Michel Ciment (texte tiré de l'ensemble "50 ans de cinéma par 87 collaborateurs", paru dans le n°500 de Positif, octobre 2002) :

"C'est Bernard Cohn, que je rencontre souvent à la bibliothèque de la Sorbonne et qui écrit avec moi dans Cinéma-Texte - une publication ronéotée d'étudiants en lettres dirigée par François Porcile -, qui m'incite à envoyer un texte à Positif, revue à laquelle il collabore depuis peu. Exaspéré par les articles négatifs parus sur Le Procès d'Orson Welles - vilipendé pour n'être pas fidèle à Kafka - je rédige une longue critique du film, sorti fin 1962, dont Robert Benayoun m'annonce au téléphone qu'elle paraîtra dans la revue.
L'année 1963 voyait se côtoyer, comme dans toute cette période infiniment riche, les derniers feux du classicisme et les nouvelles œuvres de la modernité. C'était l'automne des grands réalisateurs hollywoodiens :
Cléopâtre de Mankiewicz, Irma la douce de Wilder, La Taverne de l'Irlandais de Ford, Quinze Jours ailleurs de Minnelli. Je m'en délecte - sauf du dernier - non sans savoir que ce ne sont pas des sommets de leur carrière. Je ne sais pas non plus que Les Oiseaux sera le dernier chef-d'œuvre de Hitchcock ni que Lawrence d'Arabie restera de loin le meilleur film de David Lean. J'écris aussi sur Hallelujah les collines d'Adolfas Mekas, croyant à l'épanouissement d'un cinéma indépendant américain. Mais c'est toujours de Hollywood que viennent les meilleures raisons d'espérer, avec Le Zinzin d'Hollywood et Docteur Jerry et Mister Love de Jerry Lewis, ainsi qu'avec les transfuges alors mal vus de la télévision : John Frankenheimer (L'Ange de la violence) et Robert Mulligan (Du silence et des ombres).
Mais ce qui me fait vraiment vibrer c'est le cinéma italien, d'une incroyable richesse, et qui m'incitera l'année suivante à vouloir connaître mon premier festival, celui de Venise. C'est la découverte, la plus bouleversante pour moi, de
Salvatore Giuliano, puis de Main basse sur la ville où la recherche de la beauté et de la vérité est menée conjointement, et de Valerio Zurlini avec Été violent et Journal intime, celle aussi d'une des meilleures comédies de Risi, Le Fanfaron, et de Ferreri, Le Lit conjugal ; et c'est encore la révélation d'Olml (Il Posto) et de De Seta (Bandits à Orgosolo). Même Lizzani et Bolognini sont stimulés par la créativité ambiante avec Procès à Vérone et Senilità. Et pour couronner le tout c'est aussi l'année de Huit et demi et du Guépard !
Devant la maturité et l'invention formelle de tels films j'ai du mal à adhérer aux derniers fruits de la Nouvelle Vague,
Landru et Ophélia de Chabrol, Le Petit Soldat et Les Carabiniers de Godard... C'est la "rive gauche" du cinéma français et les indépendants qui me séduisent bien davantage : Muriel de Resnais avant tout, Les Abysses de Papatakis, foudroyante représentation à la Artaud de l'histoire des sœurs Papin, Adieu Philippine de Rozier, tous trois évoquant, chacun différemment, la guerre d'Algérie, mais plus lucidement que Godard, Le Joli Mai de Marker et Lhomme, Cléo de 5 à 7 de Varda, La Baie des anges de Demy, Le Feu follet de Malle, Le Soupirant d'Etaix, À cause, à cause d'une femme de Deville, d'une élégance rare dans le domaine de la comédie française. Sans oublier les figures tutélaires de Bresson (Le Procès de Jeanne d'Arc) et de Melville (Le Doulos).
Si l'on élargit l'horizon, ce sont les révélations, à l'Est, de Polanski avec
Le Couteau dans l'eau et de Tarkovski avec L'Enfance d'Ivan, deux chefs-d'œuvre, L'Ange exterminateur de Buñuel et Neufs Jours d'une année de Mikhail Romm, la découverte de Hara-kiri de Kobayashi.
On avait le sentiment que du cinéma on pouvait tout attendre. Comment dès lors, à vingt-cinq ans, attendre plus longtemps pour en rendre compte ?
"

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 120 longs métrages (sur les 406 sortis en salles) et 5 courts, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Mépris (Godard) **** **** **** **** **** **** *** *** **** ****
La Jetée (Marker, cm) *** ** **** **** **** *** *** *** *** ***
Le Guépard (Visconti) **** **** * **** **** ****   ***   ****
Tout ce que le ciel permet (Sirk) **** *** **** ** **** ****   * ****  
Le Fanfaron (Risi) *** **** ** *** *** ** *** ****   ****
Les Oiseaux (Hitchcock) **** * **** *** *** *** *** **** **** ***
Huit et demi (Fellini) ** * *** **** ****     ****   ****
Du silence et des ombres (Mulligan) *** ****     ***       ****  
Le Doulos (Melville) *** **** *** ** **** ** *** **** *** ***
L'Ange exterminateur (Buñuel) **** ° **** **** **** **   ***   ****
Lawrence d'Arabie (Lean) *** ***   **** ****     **   ****
Le Feu follet (Malle) ** *** *** **** **** ** *** **** *** ***
Docteur Jerry et Mister Love (Lewis) *** ** ** *** *** ** **** *** *** ****
Judex (Franju) ***   *** ** **** **   *** ****  
Le Monde d'Apu (S. Ray) *** *** *** *** **** ***   **    
Adieu Philippine (Rozier) **** ° **** ** *** ****   *** *** ***
Le Procès de Jeanne d'Arc (Bresson) **** *** *** **   **   **** ***  
Le Cardinal (Preminger) *** ****     **          
L'Enfance d'Ivan (Tarkovski) *** *** **   *** **   ***   ****
La Baie des Anges (Demy) ** *** *** *** *** **   ** *** ***
Un drôle de paroissien (Mocky) **   ***   ***   *** **   ****
Journal intime (Zurlini) **** *** ** ** ****          
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? (Aldrich) ** ** ** *** **** * *** *** **** ***
Quinze Jours ailleurs (Minnelli) *** ** ** *** *** ***   ** ****  
La Grande Evasion (Sturges) ** ***   ** ***   *** ** **** ***
Charade (Donen) *** * *** * *** ** *** ** **** ***
Cléopâtre (Mankiewicz) *** * *** * *** *** ***   *** ****
Le Petit Soldat (Godard) *** ° *** ***   ***   *** ****  
Eté violent (Zurlini) *** **     *** **       ****
Il faut marier papa (Minnelli) **** **** **     **       **
La Taverne de l'Irlandais (Ford) **** ***   **   **       ***
Le Couteau dans l'eau (Polanski) ***     *** ***     ** ***  
Les Abysses (Papatakis) ****       ***          
Muriel ou le Temps d'un retour (Resnais) *** ° *** ****   ***   ** ***  
Salvatore Giuliano (Rosi) ** ***   *** *** **   **   ***
Les Tontons flingueurs (Lautner) ** ** ** ** *** ** **** ** * ***
Le Joli Mai (Marker & Lhomme) **   ***     **     ****  
Main basse sur la ville (Rosi) *** * * *** *** ***   **   ***
Landru (Chabrol) ***   *** ** *** ** ** ** **  
Les Carabiniers (Godard) ****   ** **   **   ** **** °
Hara-kiri (Kobayashi) * ° ***   **** **     *** ***
L'Effroyable Secret du docteur Hichcock (Freda)   * **   ****   ** **   ***
Le Fantôme de l'opéra (Fisher) **       *** **   **   ***
Le Lit conjugal (Ferreri) ***   ** ** ***     **    
Le Zinzin d'Hollywood (Lewis) ***     *   * ***     ****
En compagnie de Max Linder (Linder) **     ***   **       ***
Les Hauts de Hurlevent (Buñuel) ***   **   ***     **    
Tom Jones (Richardson) **       ***         ***
...A Valparaiso (Ivens, cm)       ***           ***
Filles et gangsters / Cochons et cuirassés (Imamura)         ****          
Irma la douce (Wilder) * ** ** *   ** ** ** **** ***
La Carrière de Suzanne (Rohmer, cm) *** ** ** *   *     *** **
Le Soupirant (Etaix) ** ° ***   *** **   **   ***
L'Horrible Docteur Orloff (Franco)     *** * **     **   ***
James Bond 007 contre docteur No (Young) ** *   ** ** ** *** *   ***
Hitler connais pas (Blier)     ** ***       **    
Le Dernier de la liste (Huston) **     ** ***          
L'Immortelle (Robbe-Grillet) *   **     **   ** ***  
Les Mauvaises Fréquentations / Du côté de Robinson (Eustache, cm) ***     **            
Machorka-Muff (Straub & Huillet, cm)       ***   **        
Meurtre à l'italienne (Germi)   *               ****
Mourir à Madrid (Rossif)       **           ***
Mélodie en sous-sol (Verneuil) * *     **   ** **   **
L'Assassin connaît la musique (Chenal)   ***                
La Bataille des Thermopyles (Maté)                   ***
Le Plus Sauvage d'entre tous (Ritt)         ***          
Les Conducteurs du diable (Boetticher)   ***                
Les Mutinés du Téméraire (Gilbert)                   ***
Vacances portugaises (Kast)     ***              
L'Aîné des Ferchaux (Melville) ** *   ** ** *   **    
Les Cinquante-Cinq Jours de Pékin (N. Ray) * **     *     **   **
Chair de poule (Duvivier)   **     **          
Tu ne tueras point (Autant-Lara) ***             *    
A cause à cause d'une femme (Deville) **   **         *    
Le Renard du désert (Hathaway)         **     * **  
Scaramouche (Isasi-Isasmendi)             * **    
Un roi sans divertissement (Leterrier) *   *         *   ***
Maigret voit rouge (Grangier) *       *     **    
Il posto (Olmi) *             **    
Les Enfants du capitaine Grant (Stevenson) **             *    
Tonnerre apache (Newman)   *               **
Un monde fou, fou, fou, fou (Kramer) *                 **
L'Etrange Histoire du juge Cordier (Le Borg)         **          
L'Increvable Jerry (Tashlin) **                  
L'Ombre du passé (Neame)               **    
La Bataille de Naples (Loy)       **            
La Trahison du capitaine Porter (De Toth)                   **
Le Prix d'un homme (Anderson) **                  
Le Sadique (Franco)     **              
Les Vierges (Mocky) **                  
Ophélia (Chabrol) **                  
Son seul amour (Hopper)   **                
Un goût de miel (Richardson) **                  
La Cuisine au beurre (Grangier)         *   ** * ** *
Pouic-Pouic (Girault)     * ** °     °   ***
Bébert et l'omnibus (Robert) °   °   °   ** *   **
Deux sur la balançoire (Wise) *             *    
Le Bon Roi Dagobert (Chevalier)             *   *  
Le Jour et l'heure (Clément)         *     *    
Peau de banane (Ophuls) °                 **
Au bout de la nuit (Garfein)               *    
Capitaine Sindbad (Haskin)               *    
Germinal (Allégret)         *          
L'Ange de la violence (Frankenheimer)               *    
L'Enfer est pour les héros (Siegel)               *    
Le Géant de Métropolis (Scarpelli)         *          
Le Magot de Josefa (Autant-Lara)   *                
Le Seigneur d'Hawaï (Green)         *          
Les Séquestrés d'Altona (De Sica)                   *
Mathias Sandorf (Lampin)               *    
OSS 117 se déchaîne (Hunebelle)                   *
Persée l'invincible (De Martino)                   *
Rififi à Tokyo (Deray)               *    
Tempo di Roma (La Patellière)                   *
Un homme doit mourir (Seaton)               *    
Le Glaive et la balance (Cayatte)         °     *    
Le Vice et la vertu (Vadim) °   °   °     °    
Le Trésor du lac d'Argent (Reinl)   °     °          
D'où viens-tu Johnny ? (Howard)   °                
Dragées au poivre (Baratier) °                  
L'Ile aux filles perdues (Paolella)               °    
Le Lion (Cardiff)         °          
Par l'amour possédé (Sturges)                   °
Shéhérazade (Gaspard-Huit)     °              
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Histoire d'une femme (Naruse) *** ****   ***            
La Jeunesse de la bête (Suzuki)     ** ** ****         ***
Détective bureau 2-3 (Suzuki)       *** ***          
La Vengeance d'un acteur (Ichikawa)       ***            
The Chair (Drew)       ***            
18 jeunes gens à l'appel de l'orage (Yoshida)     **              
Acte de printemps (Oliveira)                   *

Antoine :
**** : La Jetée / Huit et demi
*** : Le Mépris / Le Feu follet / Le Doulos / Un drôle de paroissien / Charade
** : Le Guépard / Le Procès de Jeanne d'Arc / Les Tontons flingueurs / Landru / Les Carabiniers / Scaramouche
* : Cléopâtre / James Bond 007 contre Docteur No
° : La Cuisine au beurre / Le Retour du Docteur Mabuse

Timothée :
**** : La Jetée / Tout ce que le ciel permet / Le Fanfaron / Le Cardinal / La Baie des Anges
*** : Le Guépard / Lawrence d'Arabie / Le Doulos / Le Procès de Jeanne d'Arc / L'Enfance d'Ivan / Cléopâtre / Les Tontons flingueurs / La Carrière de Suzanne
** : James Bond 007 contre Docteur No

Nolan :
**** : La Jetée
*** : Le Mépris / Le Guépard / Charade / Les Tontons flingueurs
** : Le Doulos / Lawrence d'Arabie / James Bond 007 contre Docteur No / Mélodie en sous-sol
° : La Cuisine au beurre / Pouic-Pouic

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Frédéric :
1- Adieu Philippine / Le Mépris ; 3- Les Oiseaux / Quinze jours ailleurs ; 5- La Jetée / Muriel ; 7- Huit et demi ; 8- L'Ange Exterminateur / Docteur Jerry et Mr Love / Judex

Anna :
**** : La Jetée / Tout ce que le ciel permet / Les Oiseaux / Charade
*** : Le Mépris / Le Guépard / La Baie des Anges / Adieu Philippine
** : Irma la douce / Le Procès de Jeanne d'arc / Le Fanfaron

Mister Arkadin :
**** : La Jetée (10) ; Les Oiseaux (9)
*** : Le Fanfaron (8) ; Lawrence d’Arabie (7) ; Été violent (7)
** : Le Soupirant (6) ; Le Mépris (6) ; Maigret voit rouge (6) ; Docteur Jerry et Mister Love (6) ; Mélodie en sous-sol (6) ; Le Guépard (6) ; Cléopâtre (6) ; Irma la douce (5) ; James Bond 007 contre docteur No (5) ; La Baie des Anges (5) ; Le Petit Soldat (5) ; Les Tontons flingueurs (5) ; Landru (5) ; La Taverne de l’Irlandais (5)
* : Un roi sans divertissement (4) ; La Cuisine au beurre (4) ; Le Couteau dans l’eau (4)
o : Pouic-Pouic (3) ; Muriel ou le temps d’un retour (3) ; L’Ange exterminateur (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter, ou vus trop jeune pour avoir vraiment une opinion ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Huit et demi ; Salvatore Giuliano ; Main basse sur la ville ; Les Mauvaises fréquentations ; Mourir à Madrid ; Le Jour et l’heure

Oriane :
**** : Le Guépard / La Jetée / Lawrence d'Arabie / L'Enfance d'Ivan / Muriel ou le temps d'un retour
*** : Le Mépris / Le Fanfaron / Du Silence et des ombres / La Baie des Anges / Le Petit Soldat / Main basse sur la ville
** : Le Doulos / Les Oiseaux / Judex / Les Tontons flingueurs
* : Docteur Jerry et Mister Love / Charade / Maigret voit rouge

Un simple amateur :
1- Le Monde d'Apu (S. Ray) 2- Tout ce que le ciel permet (Sirk) 3- Lawrence d'Arabie (Lean) 4- Les oiseaux (Hitchcock) 5- Huit et demi (Fellini) 6- L'Enfance d'Ivan (Tarkovski) 7- Le mépris (Godard) 8- Le Fanfaron (Risi) 9- Le feu follet (Malle) 10- Le procès de Jeanne d'Arc (Bresson)

 

LE BOX-OFFICE :

1. La Grande Évasion, John Sturges, 8 756 631 entrées
2. La Cuisine au beurre, Gilles Grangier, 6 396 529 entrées
3. Lawrence d'Arabie, David Lean, 5 712 198 entrées
4. James Bond 007 contre Dr No, Terence Young, 4 772 685 entrées
5. Les 55 Jours de Pékin, Nicholas Ray, 4 510 047 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : Les Parapluies de Cherbourg (Jacques Demy), sortie prévue en 1964
- Grand prix du cinéma français : Un roi sans divertissement (François Leterrier)
- Oscar du meilleur film : Lawrence d'Arabie (David Lean)
- Festival de Venise, Lion d'or : Main basse sur la ville (Francesco Rosi)
- Festival de Cannes, Palme d'or : Le Guépard (Luchino Visconti)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Histoire cruelle de Bushido (Tadashi Imai) & Le Diable (Gian Luigi Polidoro)
- Festival de Locarno, Léopard d'or : La Solution finale (Zbynek Brynych), sortie prévue en 1967
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : Mafioso (Alberto Lattuada)

 

REFERENDUMS :

Classement des dix meilleurs films de 1963 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Le Mépris (Jean-Luc Godard), 2. Les Oiseaux (Alfred Hitchcock), 3. L'Ange exterminateur (Luis Buñuel), 4. Adieu Philippine (Jacques Rozier), 5. Le Procès de Jeanne d'Arc (Robert Bresson), 6. Muriel ou le temps d'un retour (Alain Resnais), 7. Docteur Jerry et Mister Love (Jerry Lewis), 8. Les Carabiniers (Jean-Luc Godard), 9. Salvatore Giuliano (Francesco Rosi), 10. Huit et demi (Federico Fellini)

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1963 sur le site Encyclo-Ciné)

10/01/2014

Sur vos écrans en 1962

EDITORIAL :

Par Edouard S.

liberty00.jpg"Avez-vous voyagé récemment ? Il y a deux choses que nous jalousent les pays étrangers : De Gaulle et la Nouvelle Vague." Cette sarcastique entrée en matière est celle d'un texte incendiaire signé Robert Benayoun, titré Le Roi est nu et ouvrant le numéro 46 de la revue Positif. Paru en juin, il arbore une photographie tirée du film d'Alain Cavalier, Le Combat dans l'île, sur laquelle Henri Serre braque son revolver. L'accroche est la suivante : "Feux sur le cinéma français".
Sur quatorze pages, Benayoun, dans le style brillamment imagé et drôlement enlevé qui est le sien, démonte avec une férocité revendiquée l'imposture que représente à ses yeux la Nouvelle Vague. Moquée pour son art de la publicité et du packaging développé au sein des Cahiers du Cinéma ("Dans ce chaos sciemment édifié, qu'apportait de neuf la Nouvelle Vague, hormis des conditions nouvelles de production, et un réseau d'entraide limité mais efficace sur le plan des "relations publiques" ?"), accusée de s'ébattre dans l'incompétence ("On ne comprend pas pourquoi les cinéastes de la N.V. ont, dans l'exercice de la critique, jeté un discrédit sur John Huston en le traitant d'amateur. Car c'est un cinéma de l'amateurisme qu'ils promulguent. Un cinéma où l'incompétence, si elle n'est de règle, est adoptée comme clause de style"), pointée du doigt parce qu'elle n'a "rien à dire" ("Rien d'étonnant à ce compte si l'on croit retrouver dans les films de Godard l'état de certains maniaques dépressifs qui s'écoutent longuement parler sans savoir ce qu'ils se racontent"), elle finit par être renvoyée dans les cordes d'une confusion idéologique faussement apolitique ("Disons-le tout net, c'est dans ce jeu furtif que finalement surgissent les caractéristiques les plus perfides de la pensée de droite. Bien peu d'intellectuels revendiquent de nos jours une idéologie réactionnaire. C'est chez les fins causeurs sourds d'eux-mêmes, chez les défenseurs trop assidus de la manière, et les amateurs passionnés de la confusion mentale envisagée comme une liberté de dire n'importe quoi qu'on retrouve immanquablement les nostalgiques de l'arbitraire").
Pour Benayoun et Positif, un autre cinéma doit être défendu, un cinéma "désembourgeoisé" et "déchauvinisé". Il est selon eux à chercher par exemple du côté des courts métrages marginaux consacrés à l'Algérie, et, plus sûrement encore, auprès de réalisateurs abusivement amalgamés par la presse au "noyau dur" de la Nouvelle Vague.
Ce tri, la revue l'effectue dans un dictionnaire du nouveau cinéma français placé au centre de ce numéro 46. Au fil de ces quarante-huit entrées, on retient les descentes en flammes de Chabrol, Doniol-Valcroze, Pollet ou Godard, la relative indifférence envers Demy, l'inquiétude inspirée par De Broca, Melville ou Vadim, l'indulgence, cependant, affichée envers Truffaut et Varda, et même la défense, entre Deville et Sautet, d'Astruc, Kast, Rouch, Rozier et Rivette. Et finalement, d'après Positif, les meilleurs se nomment Franju, Gatti, Malle, Marker et Resnais, soit ce que l'on a appelé, commodément, le groupe de la "Rive gauche".

L'hostilité de Robert Benayoun et ses amis positivistes n'est pas nouvelle mais en cette année 62, elle devient un peu plus partagée. Au sein du cinéma français, des voix s'élèvent, de plus en plus régulièrement, certaines allant jusqu'à accuser la Nouvelle Vague d'être à l'origine de la crise le secouant. L'enthousiasme de la saison 59/60 semble déjà loin : après l'échec public de Tirez sur le pianiste, Truffaut n'arrive pas avec Jules et Jim à rassembler la moitié des spectateurs qui s'étaient pressés aux 400 Coups, tandis qu'Une femme est une femme (Godard), Lola (Demy) ou Les Bonnes Femmes (Chabrol) enregistrent des scores d'une faiblesse préoccupante.

Une riposte s'impose donc. Et celle-ci doit notamment s'orchestrer depuis la "maison-mère". En décembre 62, les Cahiers du Cinéma sortent, sous une couverture aguicheuse mettant en vedette les deux héroïnes d'Adieu Philippine de Jacques Rozier, un numéro spécial "Nouvelle Vague". Longtemps la position des Cahiers a été ambigüe : soumise à l'énorme difficulté de promouvoir des noms issus de ses rangs sans provoquer les accusations de pur copinage, la revue avait adopté jusque là une stratégie de défense a minima, comme si les choses allaient de soi. Et en effet, comme le rappelle l'introduction du numéro, les trois cinéastes longuement interviewés (séparément) pour cette occasion par des rédacteurs des Cahiers, le sont pour la première fois : Chabrol, Godard et Truffaut !
Avec eux est tiré un premier bilan de la Nouvelle Vague, bilan qui, en bien des endroits, apparaît comme un point final avant de passer à autre chose. Au-delà des problèmes spécifiques à chaque film abordé, sont notables les propos relatifs à la crise de la production et de la distribution ("Tout ne va pas parfaitement ces temps-ci, mais il ne faut pas oublier que, lorsque tout allait bien, cela dépassait toute espérance", Truffaut), à l'idéologie ("Les gens, à l'époque, ne croyaient pas qu'il y avait des fascistes en France. C'est aussi bête que cela. Ils ont donc cru que c'était moi le fasciste, puisqu'ils ne voulaient pas croire que c'était ceux qu'ils voyaient sur l'écran. Depuis, ils ont changé d'avis. Les Cousins, actuellement, ce n'est absolument plus ambigu", Chabrol), à la critique, totalement désabusés ("Tant qu'un film comme Une femme est une femme ne sera pas imposé à des gens qui, au fond, ne demandent qu'à savoir ce qu'il faut en penser, le travail ne sera pas fait", Chabrol, "Avant, il y avait toujours de quoi dire. Maintenant que tout le monde est d'accord, il n'y a plus autant de choses à dire", Godard, "Quant aux Cahiers, tout ne m'y satisfait pas, bien sûr, mais je ne pourrais pas dire comment ils devraient être. C'est comme pour le reste : il y a crise, tout est beaucoup plus difficile", Truffaut) et aux autres cinéastes ("Lui, c'est le pire. Il a trahi tout ce qu'il a pu trahir, y compris lui-même", Godard sur Vadim).
Après avoir abordé les problèmes économiques et le rapport au public sous la forme de tables-rondes, l'heure vient donc, là aussi, de faire clairement le tri, de dégager de la masse étiquetée "NV" ceux qui, dorénavant, seront défendus becs et ongles par la rédaction. La forme du dictionnaire est choisie ici aussi. Y entre un total de 162 "nouveaux cinéastes". L'idée étant de sélectionner drastiquement, les louanges sont finalement proportionnellement aussi rares qu'elles l'étaient dans Positif six mois plus tôt. Cavalier, Colpi, Malle, Mocky, Deville, Sautet ou De Broca soulèvent peu d'enthousiasme. Enrico, Vadim, Lamorisse ou Lelouch subissent de vigoureux assauts. Ceux qui s'en sortent ont pour noms Astruc, Etaix, Gatti, Marker, Melville, Pollet, Robbe-Grillet ou Varda et les "phares" désignés sont Demy, Leenhardt, Rouch, Rozier et, comme chez "l'adversaire", Franju et Resnais. Mais en ce qui concerne les réalisateurs étant passés par la case "critique aux Cahiers" me direz-vous (Chabrol, Givray, Godard, Kast, Keigel, Rivette, Truffaut, Doniol-Valcroze et Rohmer, ces deux derniers toujours aux commandes à la rédaction) ? Et bien l'astuce, dans une démarche ironique, est de remplacer la notice attendue par une citation tirée d'une presse défavorable (souvent sous la plume de Georges Charensol) !

A Zoom Arrière aussi, le choix est fait, comme vous le découvrirez ci-dessous. Cette année, Godard, Truffaut et Varda ont reçu de notre part un soutien presque sans faille, tandis que Rohmer, Franju et Cavalier ne se retrouvent pas si loin au final.
Mais, bien sûr, le cinéma en 1962 ce n'était pas seulement la bataille franco-française : voyez l'abondance de péplums italiens, la mode du film à multiples réalisateurs, l'éternel retour de Welles, la confirmation Kubrick, l'éclat Edwards/Hepburn, la révélation Pasolini, la surprise Clayton, l'infini débat autour d'Antonioni et surtout, surtout, la permanence de deux maîtres, John Ford et Luis Buñuel !

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 121 longs métrages (sur les 430 sortis en salles), avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) **** **** **** **** **** **** **** ****   ****
Viridiana (Buñuel) **** ** **** **** **** ***   **** **** ****
Jules et Jim (Truffaut) *** *** *** **** **** ** *** *** **** ****
Vivre sa vie (Godard) **** ** **** *** **** ***   **** ****  
Diamants sur canapé (Edwards) **** **** *** *** **** ** *** **   ****
Les Innocents (Clayton) *** ****   *** **** **   *** *** ****
Cléo de cinq à sept (Varda) *** *** *** ****   * *** ** **** ****
Accattone (Pasolini) **** *** ** *** **** ***   *** *** ***
Seuls sont les indomptés (Miller)   ***     ****         ****
Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse (Minnelli) *** *** *** ** **** ***   **   ***
La Fièvre dans le sang (Kazan) *** **** *** *** *** ***   **    
Miracle en Alabama (Penn) ** *** *** *** *** *** *** ** *** ****
Les Maraudeurs attaquent (Fuller) **** ****             **  
Lolita (Kubrick) *** ** *** *** **** * *** *** *** ***
La Fille à la valise (Zurlini) *** ****     *** **   ***   ***
Le Procès (Welles) *** ° *** *** **** ** *** **** ***  
A travers le miroir (Bergman) ***   *** *** **** ***       **
Tempête à Washington (Preminger) *** **** ** ** **   ***      
Hatari ! (Hawks) **** *** ** ** *** **   ***   ****
Le Village des damnés (Rilla) ***   *** ** *** ** *** ** *** ***
West Side Story (Wise & Robbins) *** *** ** ** ** *** *** * **** ***
Coups de feu dans la sierra (Peckinpah) ** ***   ** ***     ** **** ***
Larmes de joie (Monicelli)       ****       ***    
Le Fleuve sauvage (Kazan) **** ***                
Le Baiser du tueur (Kubrick) *** * ** *** *** ** *** ***   **
L'Eclipse (Antonioni) *** ° ** **** *** **   ****   *
Hercule à la conquête de l'Atlantide (Cottafavi)   ****           **   ***
Les Honneurs de la guerre (Dewever) *** ***               ***
Le Signe du lion (Rohmer) *** *** **         * ****  
Un crime dans la tête (Frankenheimer) *** **   ***   ** ***      
Le Tombeur de ces dames (Lewis) *** ** ** **   * **** ** * ****
El Perdido (Aldrich) **** *   *** ***     ***   *
Milliardaire pour un jour (Capra) *   ** ***   **   **   ***
Un deux trois (Wilder)   ** ** **   ***     ** ***
Divorce à l'italienne (Germi) ***   * ** *** **       ***
Les Nerfs à vif (Lee-Thompson) **   **   ***     ** ***  
Thérèse Desqueyroux (Franju) ** *   *** ***     ***    
Hercule contre les vampires (Bava)         **     **   ****
L'Inquiétante Dame en noir (Quine)   ***           **   ***
La Ballade des sans-espoir (Cassavetes) **       ***         ***
Le Fascinant Capitaine Clegg (Scott)         ***         ***
Les Titans (Tessari)         **         ****
Le Prisonnier d'Alcatraz (Frankenheimer)   ****                
L'Arnaqueur (Rossen) *** *   ** *** *** ** *    
Le Caporal épinglé (Renoir) ** ***       **   *   ***
Le Combat dans l'île (Cavalier) *** ** ** ** **          
L'Amour à vingt ans (Truffaut, Rossellini, Ophuls, Ishihara & Wajda)           *     *** ***
Cartouche (De Broca) ** ** ** * ** ** * *   ***
Boccace soixante-dix (Monicelli, Fellini, Visconti & De Sica)     **   * *   ***   ***
Allô brigade spéciale (Edwards)   **     ***          
La Rue chaude (Dmytryk)         **         ***
La Rumeur (Wyler)                 *** **
Le Moulin des supplices (Ferroni)             **     ***
Le Jour le plus long (Marton, Annakin, Wicki, Oswald & Williams) * *   ** ** * *** * *** ***
Un singe en hiver (Verneuil) ° **     *   ** *** ** **
Messaline (Cottafavi)   *     **     **   ***
La Conquête de l'Ouest (Hathaway, Ford & Marshall) ** ***     ** °     ** **
Les Révoltés du Bounty (Milestone) **       ** **   ** ** *
La Guerre des boutons (Robert) * ** *   *   *** * *** ***
Adorable Menteuse (Deville) ***   ** **       *    
Jack le tueur de géants (Juran) *             **   ***
L'Œil du malin (Chabrol) **   ** **            
Le Roi des rois (Ray) **       **         **
Maciste en enfer (Freda)     °   ***         ***
Snobs ! (Mocky) **         **       **
The Connection (Clarke) ***   * **            
La Fayette (Dréville)                   ***
Les Dimanches de Ville-d'Avray (Bourguignon)   ***                
Paris Blues (Ritt)         ***          
Une fille a parlé (Wajda) ***                  
Vanina Vanini (Rossellini) ** ° ** ** ** **        
Les Sept Péchés capitaux (Chabrol, Molinaro, Godard, Demy, Vadim, De Broca & Dhomme) **         ** ** *    
Eva (Losey) * * * ** ***          
Branle-Bas au casino (Thorpe) **                 **
L'Ile mystérieuse (Endfield)               **   **
Le Cavalier noir (Baker)         ***     *    
Doux Oiseau de jeunesse (Brooks) **     **       *    
Barabbas (Fleischer)         * *   **   **
Sodome et Gomorrhe (Aldrich) **       **     *   *
Les Comancheros (Curtiz)     °   **     *   **
Un pyjama pour deux (Mann)   *     °       ** **
Le Chevalier de Pardaillan (Borderie)         *     *   **
Le Masque de fer (Decoin)         **     *   *
L'Œil du Monocle (Lautner)               *   **
Romulus et Rémus (Corbucci)               *   ***
Billy Budd (Ustinov) **                  
Electre (Cacoyannis)       **            
Hercule se déchaîne (Parolini)                   **
Konga (Lemont)             **      
L'Epée enchantée (Gordon)                   **
Le Bateau d'Emile (La Patellière)             **      
Le Diable et les dix commandements (Duvivier)             **      
Le Gentleman d'Epsom (Grangier) °             **    
Les Collants noirs (Young)               **    
Les Oliviers de la justice (Blue) **                  
Madame Sans-Gêne (Christian-Jaque)               **    
Mitraillette Kelly (Corman)             **      
Tarass Boulba (Lee-Thompson)                   **
Des filles pour un vampire (Regnoli)     *   *         *
Le Septième Juré (Lautner)   °           °   ***
Vie privée (Malle) * ° ° * **       *  
Lemmy pour les dames (Borderie) *             *    
L'Education sentimentale (Astruc)   *                
La Parole donnée (Duarte)   °                
Le Couteau dans la plaie (Litvak)         *          
Le Quatrième Sexe (Gimeno, Wichard & Bénazéraf)               *    
Le Rendez-Vous de minuit (Leenhardt)   *                
Les Démons de minuit (Allégret & Gérard)               *    
Maciste contre le fantôme (Gentilomo & Corbucci)         *          
Mandrin (Le Chanois)               *    
Monte là-d'ssus (Stevenson) *                  
Volga Volga (Segel)                    
Les Mystères de Paris (Hunebelle)         *     °    
Le Repos du guerrier (Vadim) °   °   °     °    
C'est pas moi c'est l'autre (Boyer)     °              
Fanny (Logan)               °    
La Chambre ardente (Duvivier)   °                
La Chanson de l'orphelin (Del Amo & Cardona)     °              
Ma geisha (Cardiff)         °          
Maciste, l'homme le plus fort du monde (Leonviola)               °    
  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent

Et ceux que l'on attendra encore longtemps sur nos écrans :

  Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Rémi Vincent
Le Goût du saké (Ozu) **** *** **** ** *** ***   *** **** ****
Carnival of souls (Harvey) *** ***   ** *** **       ****
Octobre à Paris (Panijel) ***     ***   *       ***
La source thermale d'Akitsu (Yoshida)     ****              
La Commare secca (Bertolucci) **   ** ** ***          
Lo smemorato di Collegno (Corbucci)                   ***
La fin d'une douce nuit (Yoshida)     **              
Le Soleil dans le filet (Uher)       *            

Timothée :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Tempête à Washington
*** : La Fièvre dans le sang / Les Maraudeurs attaquent / Lolita / Hatari ! / West Side Story / Le Baiser du tueur / Milliardaire pour un jour / Un singe en hiver
** : Vivre sa vie / Diamants sur canapé / Le Procès / A travers le miroir / Cartouche
* : Le Jour le plus long / Volga Volga

Nolan :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Diamants sur canapé
*** : Le Procès / Lolita / L'Eclipse / Le Baiser du tueur
** : West Side Story / Un deux trois / Cartouche
* : Hatari ! / Un singe en hiver / La Guerre des boutons / Adorable Menteuse

Antoine :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance
*** : Diamants sur canapé / L'Eclipse
** : Lolita / Le Baiser du tueur / Un deux trois / Cartouche
* : La Guerre des boutons
° : L'Invisible Docteur Mabuse

 

LES CHOIX DE NOS AMIS ET LECTEURS :

Anna :
**** : West Side Story / Diamants sur canapé / Vivre sa vie / La source thermale d'Akitsu / Un, deux, trois
*** : Jules et Jim, Le Procès, Lolita
** : L'Eclipse

Félix (Il a osé !) :
**** : L'Homme qui tua Liberty Valance / Le Village des damnés / Le Signe du lion
*** : Jules et Jim / Vivre sa vie / Les Innocents / L'Arnaqueur / Carnival of souls
** : La Guerre des boutons
* : Cartouche

Mister Arkadin :
*** : La Fille à la valise (8) ; L’Homme qui tua Liberty Valance (8) ; Le Village des damnés (8) ; Le Procès (7) ; Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (7) ; Hatari ! (7) ; West Side Story (7)
** : Vivre sa vie (6) ; La Guerre des boutons (6) ; Un crime dans la tête (6) ; Le Baiser du tueur (6) ; Jules et Jim (5) ; Lolita (5) ; Thérèse Desqueyroux (5) ; L’Amour à vingt ans (5) ; Les Nerfs à vif (5) ; La Fièvre dans le sang (5) ; Le Tombeur de ces dames (5) ; Les Comancheros (5)
* : Le Signe du lion (4) ; Viridiana (4) ; Cartouche (4) ; La Conquête de l’Ouest (4) ; Le Gentleman d’Epsom (4) ; Vie privée (3) ; Vanina Vanini (3)
o : Fanny (2)
- (vus, mais plus assez de souvenirs pour noter ; sont par définition absents ceux que j’ai vus, mais qui m’ont laissé tellement peu de souvenirs que je ne m’en rappelle même plus !) : Diamants sur canapé ; Les Innocents ; Cléo de cinq à sept ; Le Fleuve sauvage ; Le Jour le plus long ; Un singe en hiver ; Les Révoltés du Bounty ; Doux oiseau de jeunesse

Frédéric :
1- Hatari !, 2- L'Homme qui tua Liberty Valance, 3- Le Tombeur de ces dames, 4- Tempête à Washington, 5- L'Eclipse, 6- Jules et Jim, 7- Diamants sur canapé, 8- Le Fleuve sauvage, 9- Vivre sa vie, 10- Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Oriane :
**** : Jules et Jim / Cléo de 5 à 7 / West Side Story / Le Goût du saké
*** : Lolita / Un Crime dans la Tête
** : Milliardaire pour un jour / L'Amour à vingt ans / La Guerre des boutons
* : Un Singe en hiver

Un simple amateur :
1- La Fièvre dans le sang (Kazan) 2- Viridiana (Buñuel) 3- Le goût du saké (Ozu) 4- A travers le miroir (Bergman) 5- L'Eclipse (Antonioni) 6- L'Homme qui tua Liberty Valance (Ford) 7- Jules et Jim (Truffaut) 8- Les Innocents (Clayton) 9- Carnival of souls (Harvey) 10- La source thermale d'Akitsu (Yoshida)

 

LE BOX-OFFICE :

1. Le Jour le plus long, Andrew Marton, Ken Annakin, Bernhard Wicki, Gerd Oswald & Elmo Williams, 11 928 257 entrées
2. La Guerre des boutons, Yves Robert, 9 959 601 entrées
3. West Side Story, Robert Wise & Jerome Robbins, 8 732 613 entrées
4. La Fayette, Jean Dréville, 3 746 038 entrées
5. La Conquête de l'Ouest, Henry Hathaway, John Ford & George Marshall, 3 621 669 entrées

 

LES PRIX ET RECOMPENSES :

- Prix Louis-Delluc : L'Immortelle (Alain Robbe-Grillet) & Le Soupirant (Pierre Etaix), sorties prévues en 1963
- Prix Méliès : Le Procès (Orson Welles)
- Grand prix du cinéma français : Jusqu'au bout du monde (François Villiers), sortie prévue en 1963
- Oscar du meilleur film : West Side Story (Robert Wise & Jerome Robbins)
- Festival de Venise, Lion d'or : Journal intime (Valerio Zurlini) & L'Enfance d'Ivan (Andreï Tarkovski), sorties prévues en 1963
- Festival de Cannes, Palme d'or : La Parole donnée (Anselmo Duarte)
- Festival de Berlin, Ours d'or : Un amour pas comme les autres (John Schlesinger), sortie prévue en 2012
- Festival de Locarno, Léopard d'or : Un cœur gros comme ça (François Reichenbach)
- Festival de Saint-Sébastien, Coquille d'or : L'Île des amours interdites (Damiano Damiani), sortie prévue en 1963

 

REFERENDUMS :

1) Classement des dix meilleurs films de 1962 pour les Cahiers du Cinéma  :

1. Vivre sa vie (Jean-Luc Godard), 2. Jules et Jim (Francois Truffaut), 3. Hatari ! (Howard Hawks), 4. Viridiana (Luis Bunuel), 5. Le Signe du Lion (Eric Rohmer), 6. Le Fleuve sauvage (Elia Kazan), 7. Le Procès (Orson Welles), 8. A travers le miroir (Ingmar Bergman), 9. Le Caporal épinglé (Jean Renoir), 10. Vanina Vanini (Roberto Rossellini)


2) L'année 62 vue par Positif ("Dix ans de cinéma", n°50-51-52, mars 1963) :

" - C'est l'année de Luis Buñuel : Viridiana et (en festival) L'Ange exterminateur
- Our own positive academy awards :
Michelangelo Antonioni, L'Eclipse / Roy Baker, Le Cavalier noir / Alain Cavalier, Le Combat dans l'île / Jack Clayton, Les Innocents / Michel Deville, Adorable Menteuse / Blake Edwards, Diamants sur canapé / Pietro Germi, Divorce à l'italienne / Elia Kazan, Le Fleuve sauvage & La Fièvre dans le sang / Jerry Lewis, Le Tombeur de ces dames / Vincente Minnelli, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse / Grigori Tchoukrai, Ciel pur / Leopold Torre-Nilsson, La Main dans le piège / Semion Toumanov & Guéorgui Choukine, L'Amour d'Aliocha / François Truffaut, Jules et Jim / Peter Ustinov, Billy Budd / Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 / Orson Welles, Le Procès / Robert Wise & Jerome Robbins, West Side Story"

 

A VOUS LA PAROLE !

A notre suite, nous vous invitons à dresser votre propre palmarès de l'année et à nous le faire parvenir, par l'intermédiaire des commentaires ou du bouton de contact, afin que nous le mentionnions à son tour ci-dessus.
(vous pouvez consulter la liste de tous les films sortis en France en 1962 sur le site Encyclo-Ciné)

13/12/2013

Sur vos écrans en 1961

EDITORIAL :

L’œil de Cassavetes prend le relais des mille yeux du docteur Mabuse

Par Jean-Luc L.

rocco00.jpg"Angela tu es infâme" et celle-ci de répondre, victorieuse, à Emile : "non, je suis une femme". Ce pétillant dialogue en scope et en couleur entre Jean-Claude Brialy et Anna Karina dit tout le romantisme qui parcourt notre cinéma français, à rebrousse-poil de la sinistrose et de morosité à l’œuvre dans le reste du monde. Non seulement un enfant naîtra donc après le générique final d’Une femme est une femme mais le rêve d’amour se prolongera peut-être aussi après L’année dernière à Marienbad alors que Lola sera récompensée d’avoir su attendre Michel à Nantes.

En Italie, le couple est en revanche mis à mal. Belmondo quitte ses habits d’Ernest Lubitsch, son personnage d’Une femme est une femme, pour incarner Amerigo,  jeune fils de paysan désespéré qui reprendra le chemin de La Viaccia à la fin du film de Bolognini car la belle Claudia Cardinale n’aura pas voulu de lui. Amerigo aura pourtant  fait mieux que le bel Antonio (Marcello Mastroianni) mis en scène par le même Bolognini l’année précédente dont l’impuissance survenait dès qu’il essayait de faire l'amour avec une femme qu'il aimait. La mise en scène du film exploite les dimensions politiques, symboliques et romanesques de cette impuissance amoureuse qui vaut pour toute la jeunesse idéaliste de Catane, obligée de se compromettre auprès du député local. C'est toute la société sicilienne qui a abandonné tout idéalisme au profit d'une vile exploitation des pulsions.
Dans Divorce à l'italienne Pietro Germi peint au vitriol les habitudes sexuelles dans un pays toujours très influencé par la morale religieuse. Rocco et ses frères laisseront Nadia (Annie Girardot) sur le carreau mais, à la fin de La Notte, Giovanni (Marcello Mastroianni) fait-il mieux en  assurant Lidia (Jeanne Moreau) de son amour ? Celle-ci lui avoue qu’elle ne l'aime plus et n'éprouve plus pour lui que de la pitié. Elle déplie de son sac une lettre dactylographiée, une lettre d'amour lui gageant un amour plus fort que l'habitude. Giovanni voudrait savoir qui l’a écrite. Lidia, désabusée, lui répond que c'est lui-même autrefois. Giovanni, blessé de cet oubli de lui-même et de son amour qu'il avait crû éternel, étreint Lidia sur le sable du parc pour étouffer ses refus et son désespoir. Le jour qui se lève ne sera probablement pas une aube nouvelle pour eux. Si les lignes des bâtiments filmés avec soin par Antonioni sont droites, les pensées des hommes sont trop courbes et seul l'instinct des femmes leur permet de trouver, un peu mieux, leur chemin.

Et comme si cela ne suffisait pas, 1961 voit la sortie sur les écrans français de La soif / La Fontaine d'Arhétuse, huis-clos en mouvement, partiellement sartrien qui décrit l'impossibilité de l'harmonie dans la vie de couple, puisque les défauts des hommes et des femmes s'additionnent et s'amplifient au cours d'une interminable guerre des sexes. Bergman ne parle pourtant pas d'enfer du couple, car l'enfer de la solitude, décrite avec les personnages de Viola et Valborg est évoqué avec terreur comme un enfer bien pire encore.

Les américains continuent de s’intéresser à des histoires d’hommes, celles des Deux Cavaliers, de Spartacus, d’Elmer Gantry, le charlatan, et ceux des Bas-fonds de New York. Moins heureux car moins ironique qu'habituellement, John Huston fait preuve d’un romantisme un peu niais dans Les Désaxés quand Marilyn se bat pour l’amour des chevaux, dans une symbolique de liberté à conquérir un peu facile.
Bien plus grinçants sont leurs héros adolescents. Minnelli, vétéran d’Hollywood, décrit dans Celui par qui le scandale arrive, comment, dans une petite ville du Texas, espace rêvé pour une tragédie américaine, un adolescent trop sensible est englué dans un décor schizophrène et oppressant : d'un côté la forêt et les marais où il chasse en compagnie de son père ; de l'autre, le grenier et les souvenirs de l'enfance gardés par la mère. Une perspective sera pourtant finalement ouverte tout comme dans Shadows, premier film de Cassavetes où Davy parviendra à amadouer Lelia, déçu par le racisme de Tony. Ben, son frère de couleur, prend aussi conscience qu'il ne peut passer son temps à voler les filles et s’en va  seul dans la nuit, probablement décidé à changer.
Cassavetes remet ainsi en cause les valeurs de la beat generation tout en ouvrant la voie du cinéma indépendant. En 1957, Cassavetes est un acteur en vogue à la télévision ; formé aux méthodes de l'Actor's Studio. Il est un adepte de l'improvisation qui donne ses propres cours de théâtre. Un soir, il annonce qu'il doit se rendre à l'émission de Jean Shepherd, Night people, à 1h00 du matin. Là, Cassavetes déclare qu'il est possible de faire un film totalement libre des contraintes commerciales imposées par les studios si chaque auditeur lui envoie un dollar. Le lendemain, Cassavetes reçoit 2 000 billets de 1 dollar. De retour au Variety arts studio, il annonce à ses comédiens qu'ils vont faire un film à partir de leur travail. Durant quatre mois, Cassavetes tourne des scènes sans méthode "Je croyais dit-il tenir un outil magique pour filmer des impressions ; ce que sont les gens plutôt que leur vie intérieure". Le film, tourné en 16mm, dure une heure… et est un grave échec lors de sa première au Paris Theater. "La salle était comble mais, rapidement, toutes les personnes sont parties sauf un critique, un ami qui a trouvé le film merveilleux". Cet ami c'est probablement Jonas Mekas qui, comme le raconte Dominique Noguez, proclamera triomphalement dans Film Culture que les cinéastes de la nouvelle génération pouvaient désormais faire leurs films eux-mêmes. Après l'échec de la première qui semblait irréparable, le producteur Papatakis prête néanmoins 2 000 dollars et des amis encore 13 000 dollars pour continuer et permettre 10 jours de tournage supplémentaires. "La première version a été montrée à des cinéphiles qui l'ont trouvé merveilleuse et le bruit a couru que la seconde version était plus commerciale. Mais je préfère les 10 jours du nouveau tournage aux quatre mois de tournage improvisé" dira Cassavetes qui présentera cette seconde version, gonflée en 35 mm, dans les festivals et les salles du monde entier.

Cette modernité c’est aussi ce que recherche Fritz Lang dans ce que l’on ne sait pas encore être son dernier film. Le diabolique docteur Mabuse utilise des moyens modernes de vidéo surveillance pour espionner ses victimes. Le titre original "Les mille yeux du Dr Mabuse" est plus significatif que le titre français mais le propos politique sur l'ère de l'audiovisuel triomphant et sur les nouvelles formes technologiques de l'emprise du Mal rivalise mal avec la sombre atmosphère de montée du nazisme des deux précédents opus. Ainsi, peur contre peur, l’équipe de Zoom arrière lui préfère encore aujourd’hui  Le Masque du démon de Mario Bava… sous estimant sans doute le regard terrible Edgard Morin dans Chronique d’un été que Jean Rouch égaie pourtant d’un épisode à Saint-Tropez.

France-USA-Italie, c’est encore le trio de tête de la cinéphilie mondiale car l’Asie se rapproche encore bien trop lentement. Il a fallu six ans pour que le beau film d’aventures de Mizoguchi, Le Héros sacrilège, nous parvienne. Mais que dire des films de Kurosawa dont ne sort sur les écrans français de 1961 que Chien enragé qui date de 1949. Yojimbo / Le Garde du corps sort immédiatement dès 1961 aux USA mais mettra des années à sortir en France tout comme Dernier caprice de Ozu.

 

LES CONSEILS DE NOTRE EQUIPE :

Une liste de 124 longs métrages (sur les 413 sortis en salles) et 1 court, avec, pour les étoiles en couleur, des liens vers des textes écrits par les contributeurs.

  Antoine Buster Christophe Dr.Orlof Edouard FredMJG Jean-Luc Jocelyn Ludovic Vincent
Rocco et ses frères (Visconti)   *** **** ** **** **** ***   *** ****
Lola (Demy)   **** *** **** ***   ***   *** ****
Les Bas-Fonds new-yorkais (Fuller)   *** **** ***   ****       ****
Les Désaxés (Huston)   *** ** *** **** **** *   **** ****
Shadows (Cassavetes)   ***   ** **** **** ***   *** ***
Le Port de la drogue (Fuller) *** *** **** *** ** **** *** ***   ***
Le Chien enragé (Kurosawa) **** *** ** ** *** **** **     ****
Le Masque du démon (Bava)   *** ** *** *** ****   *** *** ****
Le Diabolique Docteur Mabuse (Lang) *** *** ***   *** *** **   *** ***
Le Héros sacrilège (Mizoguchi)   *** ***   ***   ***     **
L'Année dernière à Marienbad (Resnais)   ** ° *** **** *** ****   ***  
Les Deux Cavaliers (Ford) *** **** *** *** ** ** ***     ***
Spartacus (Kubrick) * *** **** ** ** **** ** *** ** ****
Elmer Gantry, le charlatan (Brooks)   *** ****   *** *** ** *** **  
Mère Jeanne des Anges (Kawalerowicz)   **     **** ****        
La Fontaine d'Aréthuse / La Soif (Bergman)   **       *** ***     ****
Le Dingue du palace (Lewis)   ***     ***     ***   ***
Le Testament du docteur Cordelier (Renoir) ** **** * **   ***     **** ***
Celui par qui le scandale arrive (Minnelli)   *** ****   ** *** ***   * ***
La Grande Pagaille (Comencini)   *** ****   ***   *   ***  
La Vengeance aux deux visages (Brando)   *** ***     ****     *** *
Le Bel Antonio (Bolognini)   **       **** **   *** ***
Une femme est une femme (Godard)   **** * ** ** ** **   *** ***
La Nuit (Antonioni) *** ** ° *** *** *** ***   **** **
Les Criminels (Losey)   *** ***   **         ***
Les Cent Un Dalmatiens (Disney) *** **       *   **** * ***
Léon Morin, prêtre (Melville) ** ** ****   ** ** **   ** **
Les Garçons (Bolognini)   **     ** **     *** ***
Exodus (Preminger)     ***     ***     ** **
La Ruée vers l'ouest (A. Mann)   ** **             ***
Cendrillon aux grands pieds (Tashlin)   **           ***   ***
La Jeune Fille (Buñuel)   ****   **           **
Samedi soir, dimanche matin (Reisz)   **     *** ***        
Ailleurs l'herbe est plus verte (Donen)   ***               ***
L'Ile nue (Shindo)           ****     **  
Un taxi pour Tobrouk (La Patellière)   *       *   *** *** ***
Paris nous appartient (Rivette)